Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 17Les technologies incitatives pour...Production de Pennisetum sp. et s...

Les technologies incitatives pour la gestion communautaire des ressources naturelles

Production de Pennisetum sp. et son utilisation pour la culture de Pleurotus ostreatus au Burundi

Prosper Kiyuku et Samuel Bigawa

Résumés

Cette étude a porté sur la culture de trois cultivars de Pleurotus ostreatus (cultivars 2125, 2153 et 969) sur quatre souches de Pennisetum sp. (dénommées S1, S2, S3 et S4) produites sur un terrain de la Faculté d’Agronomie à l’Université du Burundi. Après incubation, les substrats ont été placés en tranchées pour fructification. L’objectif poursuivi était de déterminer les souches de Pennisetum sp. sur lesquelles Pleurotus ostreatus donnait un meilleur rendement. Les hypothèses posées étaient de voir la souche de Pennisetum sp. qui donne une grande biomasse, s’il y a une corrélation entre la hauteur des tiges et leurs biomasses, la souche de Pennisetum sp. qui donne le meilleur rendement de Pleurotus ostreatus et la souche de cette même espèce de pleurote qui donne le meilleur rendement sur les quatre souches de Pennisetum sp. Les résultats obtenus ont montré que les souches S3 et S4 de Pennisetum sp. avaient une biomasse caulinaire et foliaire moyenne plus importante que les souches S1 et S2. L’analyse statistique a montré qu’il n’y avait pas de corrélation entre la hauteur des tiges et leurs biomasses pour les différentes souches de Pennisetum sp. L’analyse de la variance des moyennes de croissance des tiges a montré qu’il existe des différences significatives entre la hauteur des différentes souches de Pennisetum sp... Un test complémentaire de Duncan a permis de scinder ces moyennes en groupes homogènes A, B et C. La souche S2 occupe la tête du classement, les souches S3 et S4 se chevauchent dans les groupes A et B tandis que la souche S1 qui a donné la moyenne la plus basse occupe le groupe C. Les résultats de culture des pleurotes observés sur les différentes souches de Pennisetum sp. ont montré un rendement moyen de production variant de 20,4 à 26,8 % pour Pleurotus ostreatus 2153 ; de 21,6 à 30,0 % pour Pleurotus ostreatus 2125 et de 25,1 à 35,6 % pour Pleurotus ostreatus 969. Pour toutes les souches de Pleurotus ostreatus, le meilleur rendement moyen a été observé sur la souche S3 de Pennisetum sp. L’analyse physico-chimique des tiges des quatre souches de Pennisetum sp. a montré la présence de différents éléments minéraux (phosphore, calcium, potassium et magnésium), une teneur moyenne en cendres variant de 5,27 à 7,72 %, une teneur moyenne en cellulose variant de 35,7 à 39,2 %, un potentiel d’hydrogène neutre et un rapport carbone/azote supérieur à 50. Ce rapport indique la pauvreté des souches de Pennisetum sp. en azote. Au vu des résultats obtenus au cours de ce travail, nous pouvons déduire que les différentes variétés de Pennisetum sp. (souches 1, 2, 3 et 4) peuvent servir de substrat de culture des champignons vu leur plus ou moins bonne productivité. Ceci permettrait aux producteurs de champignons de disposer une source supplémentaire de substrat même en période de pénurie d’autres sources de substrats agricoles. Nous pouvons aussi déduire que sur le plan environnemental, l’exploitation intensive de Pennisetum sp. peut permettre de protéger les terrains cultivés contre l’érosion.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au Burundi, la croissance démographique rapide fait de ce pays densément peuplé (310 habitants/km2, croissance moyenne annuelle de 3,5 %) avec plus de 90 % de la population vivant essentiellement de l’agriculture (ISTEEBU, 2008). Ce contexte économique est largement dominé par un secteur agricole traditionnel caractérisé par une agriculture de subsistance et un système d’élevage extensif insuffisamment intégré. Le facteur essentiel de la limitation de la production agricole est l’accessibilité aux terres de culture, de plus en plus limités à la suite de la pression démographique, et la taille de celles-ci. Il en résulte une surexploitation des terres arables, une destruction des forêts, une baisse de fertilité suite à l’érosion, et en conséquence, une diminution de la production agricole et un accroissement du taux de malnutrition. Face à cette situation, il est important de trouver des solutions alternatives afin d’augmenter la production vivrière dans un contexte environnemental d’insuffisance des terres.

2Parmi les solutions alternatives, la culture hors-sol des pleurotes sur Pennisetum sp. pourrait contribuer significativement à la diversification et à l’augmentation des ressources alimentaires adéquates et à promouvoir l’économie des populations (Buyck, 1994 ; Abate, 1998 ; Höfte, 1992 ; Delmas, 1989 ; Oei, 1993). Aussi, la valorisation des tiges de Pennisetum sp. qui ne sont pas consommées par les animaux d’élevage peuvent servir pour produire des champignons comestibles, en l’occurrence les pleurotes. En effet, ces derniers peuvent être produits sur divers résidus ligno-cellulosiques agricoles ou industriels tels que les brisures des graines de coton, les fanes de légumineuses, la paille de céréales, les fibres des fruits de palmier à huile et autres résidus des cultures fourragères telles que Pennisetum sp. (Kiyuku et al. 2008 ; Lin, 1996, 2006 ; Abate, 1998 ; Oei, 1993). Comparativement aux autres cultures, les champignons ont un cycle de production assez court (récolte après deux à trois semaines). Leur culture est pratiquée sur des substrats peu coûteux et variés et non influencée par les saisons.

3Dans ce contexte, le projet Gouvernance des ressources naturelles collectives (PGRN) dont la spécificité est la « Recherche-action participative des populations », a initié la production des champignons par des populations locales regroupées en associations dans deux communes du Burundi : Kabarore (site de Jene en province de Kayanza) et Rutegama (site de Kabuguzo en province Muramvya). Cet article est rédigé dans ce cadre de recherche-action participative sur la croissance de Pleurotus ostreatus sur des souches de Pennisetum sp. et ont été menées entre 2009 et 2011.

4Notons que les populations de Kabarore et Rutegama essayent depuis un certain temps de produire des champignons pleurotes (Pleurotus ostreatus, cultivars 2125, 2153 et 969) sur des résidus agricoles locaux tels que les rafles de maïs, de fanes de haricot, de paille de blé, de paille de sorgho, sur du chiendent, des feuilles de bananier, des tiges de Pennisetum sp. et d’Hyparrhenia broyées et mêle sur des sciures de Grevillea. Toutefois, ces différents substrats ne sont pas disponibles en quantité suffisante toute l’année. Ils peuvent également être cultivés sur les brisures de graines de coton ou des fibres de fruits de palmier à huile lesquelles ne sont pas à la portée de tous les myciculteurs à cause de leur coût trop élevé. Ainsi, les producteurs sont parfois obligés de mélanger les substrats disponibles afin d’en avoir suffisamment. L’objectif poursuivi par cette étude est de déterminer les souches de cette graminée (Pennisetum sp.) sur lesquelles Pleurotus ostreatus donne un meilleur rendement pur ensuite les proposer comme substrats aux myciculteurs afin d’enrichir la gamme des sources de substrats locaux.

Matériel et méthodes

5Les expériences ont été effectuées à la Faculté d’Agronomie à l’Université du Burundi. Cette faculté se trouve à Bujumbura dans la plaine de l’Imbo dans la partie ouest du Burundi. Cette zone jouit d’un climat relativement chaud et humide ainsi que d'une altitude variant entre 774 m et 1000 m. L’étude a porté sur la culture de trois cultivars de Pleurotus ostreatus (cultivars 2125, 2153 et 969) sur quatre souches de Pennisetum sp. produites sur un terrain de la Faculté d’Agronomie à l’Université du Burundi. Notons que Pleurotus ostreatus est une des espèces de champignons les plus cultivées en hors-sol à travers le monde.

6Les analyses ont consisté à mesurer d’une part la hauteur, la biomasse des chaumes et des feuilles et la composition chimique des quatre souches de Pennisetum sp. et d’autre part à déterminer le rendement des trois souches de Pleurotus ostreatus cultivées sur Pennisetum sp. Les hypothèses posées étaient de voir la souche de Pennisetum sp. qui donne une grande biomasse, s’il y a une corrélation entre la hauteur des chaumes et leurs biomasses, la souche de Pennisetum sp. qui donne le meilleur rendement Pleurotus ostreatus et la souche de pleurotes qui donne le meilleur rendement sur les quatre souches de Pennisetum sp.

7Le choix de Pleurotus ostreatus a été dicté par le fait que c’est l’espèce la plus cultivée actuellement au Burundi. En outre, elle s’adapte dans des régions tropicales à climat relativement chaud (25 à 35 °C) (Lin. 2006). Les souches de Pennisetum sp. ont été choisies parmi celles qui étaient disponibles sur les sites retenus par le PGRN à l’exception d’une souche qui a été récoltée à Isale en province Bujumbura-Rural. Les souches de Pleurotus ostreatus 2125 et 2153 ont été obtenues auprès du laboratoire MYCELIA en Belgique tandis que la souche 969 a été acquise en Chine à l’Institut Jun Cao de la Faculté d’Agronomie et de Foresterie de Fuzhou.

8Les souches de Pennisetum ont été numérotées pour faciliter l’identification et leur origine :

  • Souche 1 : récoltée dans la brousse et rencontrée aussi bien à Kabarore qu’à Rutegama ;

  • Souche 2 : récoltée dans les champs et sur les courbes de niveau. Elle est rencontrée aussi bien à Kabarore qu’à Rutegama. C’est une souche à tiges minces et effilées. Elle est aussi exploitée comme matériau de base pour la construction des toits des maisons traditionnelles et pour le tuteurage des plantes vivrières volubiles ;

  • Souche S3 : souche importée du Rwanda. Elle a été récoltée dans les champs à Kabarore. C’est une souche à feuillage plus dense et plus serré à tiges plus grandes et plus ou moins tendres. Elle est utilisée par les agriculteurs-éleveurs pour l’alimentation du bétail ;

  • Souche S4 : récoltée dans les champs en commune Isale (province de Bujumbura). C’est une souche à tiges vigoureuses et effilées. Elle est aussi exploitée comme matériau de base pour la construction des toits des maisons traditionnelles et pour le tuteurage des plantes vivrières volubiles.

Matériel biologique

9Le matériel biologique utilisé était composé de trois souches de pleurotes : Pleurotus. ostreatus 2153, P. ostreatus 2125 et P. ostreatus 969. Le matériel biologique utilisé était composé de quatre souches de Pennisetum sp., à savoir : boutures des souches S1, S2, S3 et S4.

Matériel de laboratoire

10Le matériel de laboratoire que nous avons utilisé était composé de :

  • Une balance électronique Sartorius de cuisine de précision 1g pour la mesure du poids des carpophores des champignons au cours des différentes volées ;

  • Une balance électronique Scout-Pro de précision 0,01 g pour la mesure des réactifs ;

  • Moulin-broyeur pour broyer les tiges de Pennisetum sp. ayant servi de substrat ;

  • Un fût pour le trempage et la semi-stérilisation des substrats ;

  • Des sachets en polyéthylène de 0,005 mm d’épaisseur et de dimensions 17 cm x 30 cm comme conteneurs de substrat ;

  • Du coton linter et des sangles pour la fermeture des sachets ;

  • Un morceau de fer pointu pour la perforation des sachets pendant le lardage.

11Le matériel de laboratoire utilisé était composé d’une balance électronique Sartorius de cuisine de précision 0,1 g et d’une règle plate graduée pour la mesure des paramètres de croissance du Pennisetum sp. (longueur des tiges et poids des tiges et des feuilles). À l’exception de la mesure du pH qui a été mesurée au laboratoire de la Faculté des Sciences à l’Université du Burundi, toutes les analyses physico-chimiques ont été effectuées au laboratoire de chimie agricole de l’Institut des sciences agronomiques du Burundi (ISABU).

Contrôle de Croissance de Pennisetum sp.

12Toutes les quatre souches de Pennisetum sp. ont été plantées au mois d’octobre 2009 sur un terrain de la Faculté d’agronomie à l’Université du Burundi. Une première coupe a été effectuée en juin 2010. Nous avons attendu quatre mois pour avoir des repousses plus homogènes et suffisantes pouvant servir pour la production des champignons et pour la mesure de la croissance et de la productivité. Un échantillon de 10 pieds pris au hasard dans un carré de 1 m2 de chaque souche pour les mesures de la hauteur des tiges, du poids des tiges et des feuilles. Les tiges étaient coupées à cinq centimètres du sol et leur hauteur était considérée de la base au dernier nœud. Une moyenne a été effectuée après les différentes mesures.

Analyses physico-chimiques

13Les analyses physico-chimiques des quatre souches de Pennisetum sp. ont été effectuées au laboratoire de chimie agricole de l’ISABU.

14Elles ont porté sur la mesure de la teneur en eau du substrat, la teneur en cendres, le dosage de la cellulose, l’azote total, le phosphore, le potassium, le calcium et le magnésium. La mesure du potentiel d’hydrogène a été effectuée au laboratoire de chimie à Faculté des sciences à l’Université du Burundi.

  • La teneur en eau a été mesurée en séchant 100 g de chaque échantillon de substrat frais égoutté à l'étuve à 105 °C pendant 24 heures ;

  • La teneur en cendres a été obtenue par combustion au four du substrat broyé à 550 °C pendant 4 heures 30 minutes ;

  • Le dosage de l’azote total a été effectué par minéralisation acide du substrat sec par la méthode Kjeldhal ;

  • La cellulose brute a été dosée selon la méthode de Kurschner telle que modifiée par l’ISABU ;

  • Le phosphore, le potassium, le calcium et le magnésium ont été dosés à l’aide d’un spectrophotomètre d’absorption atomique ;

  • Le potentiel d’hydrogène (pH) a été effectué à l’aide d’un pH-mètre de type pH 316i (WTW 82362 Welheim) sur un échantillon de 500 grammes de Pennisetum sp. frais broyés et dilués dans 500 ml d’eau distillée.

Traitement thermique des substrats

15Le traitement (pasteurisation des substrats) a consisté à effectuer les étapes suivantes :

  • Les substrats ont d’abord été trempés dans de l’eau à température ambiante pendant 1 heure. Ils ont ensuite été placés dans des sacs en polyéthylène puis laissés égouttés sur treillis métallique pendant 24 heures. Un test d’essorage a été effectué pour vérifier la fin de l’égouttage (Oei, 1993) ;

  • Après égouttage, les substrats ont été remplis dans des sachets en polypropylène résistants à la chaleur. Ils ont ensuite été fermés à l’aide d’un tampon d’ouate et d’une cordelette élastique. 250 g de substrat ont été placés dans chaque sachet. Au moment du remplissage, les substrats ont été bien tassés. En effet, lorsque le substrat est bien tassé, il en résulte une bonne colonisation par le mycélium. 10 sachets ont été ensemencés pour chaque souche de Pleurotus ostreatus ;

  • Les substrats ont ensuite été rangés sur support dans un fût d’huile de moteur puis pasteurisés à la vapeur à environ 100 °C pendant 2 heures 30 minutes (Olivier et al., 1991).

Lardage et incubation (Olivier et al., 1991)

16Le lardage (inoculation ou ensemencement des substrats) s’est fait suivant la méthode des trous. Elle a consisté à :

  • Perforer les sachets à l’aide d’un morceau de fer pointu stérile ;

  • Remplir en conditions aseptiques les trous avec du blanc de semis à raison de 2 ou 3 cuillères à café stérile ;

  • Fermer les trous avec du papier scotch pour empêcher l’entrée des contaminants.

  • L’incubation s’est faite sur des étagères au laboratoire à température ambiante à plus ou moins 25 °C. Un espace d’environ 15 cm entre 2 sachets a été laissé pour permettre une bonne aération des substrats.

Fructification et récolte (Oei, 1993)

  • Après incubation, la fructification a été effectuée en utilisant la technique de culture en tranchées (Lin, 2006). Cela consistait à :

  • Creuser une tranchée de 1 m de large, 35cm de profondeur, avec une longueur de tranchée qui dépend du nombre de substrats dont on dispose ;

  • Enlever les sachets sur les substrats entièrement colonisés ;

  • Placer côte à côte les substrats dans la tranchée puis couvrir avec une mince couche de terre ;

  • Arroser avec un peu d’eau de robinet 1 à 2 fois par jour en fonction des conditions climatiques ;

  • Dès l’apparition des primordia fructifères, poursuivre l’arrosage jusqu’à la maturité des champignons (chapeaux entièrement étalés) ;

  • Récolter les champignons en les tordant petit à petit à la base.

Calcul du rendement

17Le rendement a été calculé en multipliant par cent le rapport « Poids frais du carpophore ou récolte totale sur poids frais du substrat » (oei, 1993).

Analyse statistique des résultats

18Le traitement statistique des résultats a été effectué à l’aide du logiciel SPSS version 16.0 et a porté sur l’analyse de la variance (test de Student-Newman-Keuls au seuil de 5 %) de la hauteur des tiges, des biomasses des tiges et des feuilles de Pennisetum sp. ainsi que celle du rendement de Pleurotus sp. par rapport aux souches de Pennisetum sp.

Résultats et Discussion

Développement et productivité de Pennisetum sp.

19Le tableau 1 montre les résultats de la croissance et de la production de biomasse fraîche des différentes souches de Pennisetum sp. Ces résultats de la culture des différentes souches de Pennisetum sp. montrent des valeurs différentes de hauteur des tiges et de production de biomasse. En effet, on observe :

  • Une hauteur moyenne des tiges variant entre 156,5 et 190 cm. Elle est plus élevée pour les souches S2 (190 cm) et S4 (183,5 cm). S2 et S4 sont des souches à tiges effilés comparativement aux souches S1 et S3 ;

  • Une biomasse moyenne des tiges variant entre 364,75 et 530,5 g. Elle est plus importante pour les souches S3 (530,5 g) et S4 (518 g) tandis que les valeurs des biomasses des souches S1et S2 sont comparables ;

  • Une biomasse foliaire moyenne variant entre 99,5 et 204,75 g. Elle est plus importante pour les souches S3 (192,5 g) et S4 (204,75 g) comparativement aux souches S1 et S2.

20Les résultats observés montrent aussi qu’entre les différentes souches, une moyenne plus élevée pour la taille et pour la biomasse des tiges et des feuilles est observée pour les souches S3 et S4. La biomasse foliaire moyenne la plus basse est observée pour les souches S1 (99,5 g) et S2 (100 g). Même si la souche S2 a une taille plus grande que celle des trois autres, elle ne produit pas pour autant une biomasse de tiges et de feuilles plus importante.

21Les résultats observés ont ensuite été soumis à un traitement statistique en vue de comparer les moyennes obtenues et de vérifier s’il y a une corrélation entre d’une part la hauteur des tiges et leur biomasse et d’autre part, entre la hauteur des tiges et la biomasse des feuilles. Ceci est élucidé par le tableau 2. Les résultats de ce tableau d’analyse de la variance montrent qu’il y a une influence de chaque souche de Pennisetum sp. sur la hauteur des tiges.

22Le tableau 3 montre qu’il y a une différence significative entre les hauteurs générées par les souches S2, Souche S3 et souche S1, la hauteur la plus importante étant celle générée par la souche 2 (190 cm).

23Cependant, le tableau 4 montre qu’il n’y a pas de corrélation entre la hauteur moyenne des tiges et la biomasse moyenne des tiges. Le tableau 5 montre qu’il n’y a pas de corrélation entre la hauteur moyenne des tiges et la biomasse moyenne des feuilles.

Tableau 1. Taille (en cm) des tiges et poids (en g) des tiges et des feuilles pour quatre souches de Pennisetum sp.

HT

BT

BF

S1

S2

S3

S4

S1

S2

S3

S4

S1

S2

S3

S4

150

176

171

220

362

365

533

522

82

94

169

215

164

200

194

160

373

370

512

514

118

103

229

209

166

178

145

159

381

377

527

498

95

103

173

205

146

206

173

195

382

353

518

538

103

101

199

190

Pd

168

184

172

205

365

365

535

518

92

96

173

210

162

196

187

168

370

373

525

507

108

99

189

210

144

187

152

169

384

372

515

500

98

98

203

194

152

193

174

192

379

355

545

547

100

108

205

205

154

201

172

184

374

358

553

527

98

99

192

209

159

179

170

183

375

362

542

509

101

99

193

203

T/10

1565

1900

1710

1835

3745

3650

5305

5180

995

1000

1925

2050

M

156,5

190

171

183,5

374,5

365

530,5

518

99,5

100

192,5

205

HT = Hauteur des tiges ; BT = Biomasse des tiges ; BF = Biomasse foliaire ; S = Souche de Pennisetum sp. ; Pd = Pieds ; T/10 = Total de 10 pieds ; M = Moyenne pour un pied.

Tableau 2. Analyse de la variance des moyennes de croissance des tiges (HT) selon Student New-Man-Keuls au seuil de 5 %)

Variance

Somme des carrés des écarts

Degré de liberté

Carré moyen

Test de Fischer

Probabilité

HT

Variance entre les souches de Pennissetum

6552.500

3

2184.167

11.045

0,000

Variance de la résiduelle

7119.000

36

197.750

Variance totale

13671.500

39

Tableau 3. Groupes homogènes des quatre souches de Pennisetum sp. (seuil de 5 %) selon Duncan par groupes homogènes par rapport à la hauteur des tiges :

Libellé

Moyennes

Groupes homogènes

Souche 2

190

A

Souche 4

183,5

A

B

Souche 3

171

B

Souche1

156,5

C

Tableau 4. Corrélation entre hauteurs des tiges (HT) et la biomasse des tiges (BT)

Variables

HT

BC

Souche de Pennisetum sp.

HT

Corrélation

1,000

-0,486

Probabilité

.

0,002

Degré de liberté

0

37

BT

Corrélation

-0,486

1,000

Probabilité

0,002

.

Degré de liberté

37

0

Tableau 5. Corrélation entre la hauteur des liges (HT) et la biomasse foliaire (BF)

Variables

HT

BF

Souches de Pennisetum sp.

HT

Corrélation

1,000

-0,405

Probabilité

0,011

Degré de liberté

0

37

BF

Corrélation

-0.405

1,000

Probabilité

0,011

Degré de liberté

037

0

24L’analyse de la variance des moyennes de croissance des tiges a montré qu’il existe des différences significatives entre la hauteur des différentes souches de Pennisetum sp. (tableau 3). Un test complémentaire de Duncan a permis de scinder ces moyennes en groupes homogènes A, B et C (tableau 3). La souche S2 occupe la tête du classement, les souches S3 et S4 se chevauchent dans les groupes A et B tandis que la souche S1 qui a donné la moyenne la plus basse occupe le groupe C. L’analyse statistique a montré aussi qu’il n’y avait pas de corrélation entre la hauteur moyenne des tiges et la biomasse moyenne des tiges et des feuilles (tableaux 4 et 5).

25Les résultats obtenus au cours de cette recherche devraient particulièrement motiver les populations de Kabarore et de Rutegama pour intensifier l’exploitation des différentes variétés de Pennisetum (souches 1, 2, 3 et 4). En effet, ces dernières sont intéressantes pour leur capacité de production sur toute l’année en climat relativement chaud (Lin, 2006), pour leur importante productivité et pour leur développement en tant que plante fourragère pour bétail et/ou matériau de base pour la construction de toits des maisons traditionnelles et tuteurage des plantes vivrières volubiles (haricot, petit pois, etc.) particulièrement pour les variétés qui donnent une tige effilée. En outre, certaines souches moins envahissantes dans les champs pourraient être exploitées dans la lutte contre l’érosion.

Analyses physico-chimiques

26Les résultats des analyses physico-chimiques des différentes souches de Pennisetum sp. sont présentés dans le tableau 6. Ces résultats d’analyses physico-chimiques des différentes souches de Pennisetum sp. montrent que les tiges des quatre souches étudiées contiennent des éléments organiques et minéraux variés pouvant permettre la croissance du mycélium de champignon (Delmas, 1989).

27En effet, on observe qu’il y a une teneur en eau comprise entre 61,6 % et 65,4 %. La plus faible teneur en eau a été obtenue pour la souche S1 (61,6 %.) et la plus élevée pour la souche S3 (65,4 %). Vu que ces résultats de l’analyse ont été obtenus avec des tiges fraîches, il faudrait étudier la capacité de rétention d’eau des tiges de Pennisetum sp. broyées et séchées, car la teneur en eau recommandée pour les substrats de culture des champignons au cours de l’arrosage est de 65 % (Lin, 2006). Il faut noter que les producteurs de champignons de Kabarore ont fait remarquer que le substrat à base de fanes de haricot regorge de beaucoup d’eau ; ce qui ne permet pas une bonne aération du mycélium pendant la culture ;

28Une teneur en cendres comprise entre 5,28 et 7,98 %. Elle est plus élevée pour les souches S3 (7,72 %) et S4 (7,97 %), basse pour les souches S1 (5,85 %) et S2 (5,28 %).

29En comparant ces résultats avec ceux de Lin (2006), c’est à dire 6,27 % et 10,3 % respectivement pour Pennisetum purpureum et P. sinense, nous remarquons que les souches étudiées ont des valeurs comparables aux siennes du moins en ce qui concerne les souches S3 et S4 ;

30Un taux de cellulose variable compris entre 35,7 % et 39,2 %. Le plus faible taux de cellulose a été observé pour la souche S2 (35,7 %) et le taux le plus élevé pour la souche S1 (39,2 %). Les résultats observés au cours de la présente étude sont supérieurs à ceux qui ont été observés dans les travaux de Lin (2006) pour Pennisetum sinense (31,9 %), mais de loin inférieurs à ce qui a été observé par le même chercheur pour P. purpureum (68,88 %) avec une teneur en azote totale variant entre 0,28 % et 0,36 %. La valeur la plus élevée a été observée pour la souche S2 (0,36 %/) et les valeurs obtenues pour les trois autres sont semblables (0,28 % et 0,29 %) avec un rapport C/N compris entre 105 et 140. Le taux le plus élevé a été obtenu pour la souche S1 (140) et le taux le plus bas pour la souche S1 (105).

Tableau 6. Caractéristiques physico-chimiques des tiges pour les différentes souches de Pennisetum sp.

P. sp

Eau ( %)

Cendres ( %)

Cell( %)

Nto( %)

C/N

P ( %)

K ( %)

Ca ( %)

Mg ( %)

pH

S1

62,7

5,86

39,2

0,28

140

0,122

2,07

0,12

0,071

7,279

S2

65,4

5,28

37,8

0,36

105

0,111

2,10

0,076

0,079

7,268

S3

61,6

7,72

35,7

0,29

123

0,143

4,98

0,173

0,089

7,268

S4

64,8

7,98

36,4

0,28

130

0,092

2,72

0,184

0,095

7,268

Cell = cellulose ; Nto = azote total ; P = phosphore ; K = potassium ; Ca = calcium ; Mg = magnésium ; C (Cell) = carbone, pH : potentiel d’hydrogène.

31La plupart des espèces de pleurotes se développent de façon optimale sur des substrats dont le rapport C/N = 50 (INRA, 1995). Comme les résultats d’analyses physico-chimiques obtenus montrent que les différentes souches de Pennisetum sp. étudiées sont relativement pauvres en azote (rapport C/N de loin supérieur à 50), dans le cas où l’une ou l’autre de ces quatre souches était utilisée, il faudra enrichir le substrat avec des compléments riches en azote tel que le son de riz ou de blé par exemple, car en myciculture, le meilleur rapport C/N qui permet une bonne croissance mycélienne et un bon rendement est égal à 50 (Institut national de Recherche Agronomique : INRA, 1995).

32Les analyse ont montré des quantités d’éléments minéraux variées pour les différentes souches dont :

  • Une teneur en phosphore variant entre 0,111 % et 0,143 % pour les souches de Pennisetum S1, S2 et S3. Elle est plus basse pour la souche S4 (0,92 %). Les valeurs observées au cours de la présente étude sont de même ordre que ce qui a été obtenu par Lin (2006) pour Pennisetum purpureum (0,178 %) ;

  • Une teneur en potassium variant entre 2,07 % et 4,98 %. La valeur la plus élevée a été observée pour la souche S3 (4,98 %/) et les plus basses pour les souches S1 (2,07 %) et S2 (2,1 %). Ces différentes valeurs sont supérieures à ce qui a été obtenu par Lin (2006) pour Pennisetum purpureum (0,77 %) ;

  • la teneur en calcium variant entre 0,076 % et 0,184 %. La valeur la plus élevée a été observée pour la souche S4 (0,184 %/) et la plus basse pour la souche S2 (0,076 %). Les valeurs observées au cours de la présente étude sont de même ordre que ce qui a été obtenu par Lin (2006) pour Pennisetum purpureum (0,404 %) ;

  • Une teneur en Mg variant entre 0,071 % et 0,095 %. La valeur la plus élevée a été observée pour la souche S4 (0,095 %/) et la plus basse pour la souche S1 (0,071 %). Ces différentes valeurs sont inférieures à ce qui a été obtenu par Lin (2006) pour Pennisetum purpureum (0,238 %).

33Nous avons aussi mesuré un pH moyen de 7,27 proche du pH neutre lors des analyses physico-chimiques des tiges des différentes souches de Pennisetum sp, lequel est très favorable pour le développement du mycélium. L’utilisation d’un substrat acide nécessite une alcalinisation pour que le mycélium commence à se développer convenablement. Etant donné que la quantité d’éléments minéraux dans une plante peut dépendre de l’âge de la plante (Lin, 2006) ainsi que du type de sol (INRA, 1995), il se pourrait que cela soit le cas pour les souches de Pennisetum sp. étudiées.

34Les analyses physico-chimiques ont montré que les tiges des quatre souches de Pennisetum sp. étudiées contiennent des éléments organiques et minéraux nécessaires pour la croissance du mycélium (Delmas, 1989). Vu leur composition physico-chimique variée et leur pH relativement neutre, les quatre souches de Pennisetum sp. étudiées peuvent être recommandées notamment pour les associations qui produisent les champignons pleurotes dans la zone du PGRN (les communes de Rutegama et de Kabarore).

Rendement de Pleurotus ostreatus (2125, 2153 et 969)

35Les résultats du rendement moyen des trois souches de Pleurotus ostreatus sont présentés dans le tableau 7. Ces résultats de la culture de Pleurotus ostreatus 2153, 2125 et 969 sur quatre souches de Pennisetum sp. montrent que le rendement moyen varie d’une variété de Pleurotus ostreatus à l’autre d’une part et d’autre part, pour une même souche de Pleurotus ostreatus le rendement varie d’une souche de Pennisetum sp. à l’autre. Ils montrent aussi que le meilleur rendement moyen est observé pour Pleurotus ostreatus 969 sur toutes les quatre souches de Pennisetum sp. comparativement à P. ostreatus 2125 et 2153. Le rendement moyen le plus bas a été observé pour Pleurotus ostreatus 2153 sur toutes les quatre souches de Pennisetum sp. (20,4 à 27,2 %). Il faut noter qu’en général, P. ostreatus 969 donne de bons rendements (Lin, 2006).

36Les résultats de l’analyse de la variance du rendement de production des pleurotes sur les quatre souches de Pennisetum sp. tels que repris dans le tableau 8 ont montré qu’il n’y a pas de différence significative (au seuil de 5 %) entre les rendements. Le test Student-Newman-Keuls ne montre pas de différence significative entre les rendements moyens des différentes souches de Pleurotus ostreatus.

37Les résultats de rendement moyen (compris entre 20,4 et 35,6 %) obtenus de la culture des trois variétés de Pleurotus ostreatus sur les trois souches de Pennisetum sp. au cours de ce travail sont semblables à certains de ceux des travaux antérieurs des étudiants qui ont travaillé sur la productivité d’autres espèces Pleurotus sur divers substrats (culture en plein air) dans le même laboratoire sous notre direction.

38En effet, il a été observé des rendements moyens compris entre 32,35 et 52,44 % sur les brisures de graines de coton, 11,08 et 29,0 % sur les fibres palmistes, 15,72 et 41,24 % sur la paille de riz et 22,91 et 30,9 % sur les fanes de haricot. Il faut noter aussi qu’une culture en tranchées avait donné des rendements moyens compris entre 19,8 et 44,17 %° et entre 18 et 20,26 % respectivement sur des brisures de graines de coton et de fibres palmistes. Cela montre qu’un substrat à base de Pennisetum sp. est aussi intéressant pour la production de certaines espèces de Pleurotus car les rendements moyens des cultures effectuées sur cette graminée sont même supérieurs à ce qui a été trouvé sur les fibres palmistes.

Tableau 7. Rendement moyen (en %) de 3 souches de Pleurotus ostreatus sur 4 souches de Pennisetum sp.

S1

S2

S3

S4

SP

Réc

L1

L2

L3

L1

L2

L3

L1

L2

L3

L1

L2

L3

V1

234

248

269

230

254

236

412

396

392

287

314

269

2125

V2

162

225

213

189

201

182

260

186

214

251

183

166

V3

150

142

128

86

118

126

111

139

142

141

87

133

To

546

615

610

505

573

544

783

721

748

678

584

568

TL

1771

1622

2252

1830

R

23,6

21,6

30,0

24,4

V1

204

189

259

246

178

267

426

386

410

332

264

305

2153

V2

184

152

175

182

194

166

200

297

223

238

220

234

V3

136

130

124

120

94

87

60

24

16

104

148

168

To

524

471

558

548

466

520

686

707

649

674

632

707

TL

1553

1534

2042

2013

R

20,7

20,4

27,2

26,8

V1

306

401

343

282

266

322

468

320

592

384

300

356

969

V2

288

365

127

233

190

217

300

342

318

206

180

214

V3

150

114

186

142

138

93

114

123

93

142

170

108

To

744

880

656

657

594

632

882

785

1003

734

650

678

TL

2280

1886

2670

2060

R

30,4

25,1

35,6

27,4

SP = Souches de Pleurotus ostreatus ; Réc = V (Volée) = Récolte ; S = Souche de Pennisetum ; L = Lot ; To = Récolte totale par lot ; TL = Récolte totale pour toutes les volées ; R = Rendement moyen.

Tableau 8. Analyse de la variance par rapport aux trois souches de Pleurotus ostreatus

Variance

Somme des carrés des écarts

Degré de liberté

Carré moyen

Test de Fischer Snedecor

Probabilité

Variance entre les pleurotes

48 013,4

2

24006,7

2,4

0,096

(Non Significatif)

Variance de la résiduelle

1051859,5

105

100117,7

Variance totale

1099872,9

107

Conclusion

39L’objectif poursuivi par cette étude était de déterminer les souches de Pennisetum sp. sur lesquelles les pleurotes Pleurotus ostreatus donnent un meilleur rendement. Les hypothèses posées étaient de voir la souche de Pennisetum sp. qui donne une grande biomasse s’il y a une corrélation entre la hauteur des tiges et leurs biomasses, la souche de Pennisetum sp. qui donne le meilleur rendement Pleurotus ostreatus et la souche de pleurote qui donne le meilleur rendement sur les quatre souches de Pennisetum sp.

40Les résultats obtenus ont montré que deux souches Pennisetum sp. sur quatre avaient une biomasse caulinaire et foliaire moyenne supérieure. Il s’agit des souches S3 et S4. L’analyse de la variance des moyennes de croissance des tiges a montré qu’il existe des différences significatives entre la hauteur des différentes souches de Pennisetum sp. Un test complémentaire de Duncan a permis de scinder ces moyennes en groupes homogènes A, B et C. La souche S2 occupe la tête du classement, les souches S3 et S4 se chevauchent dans les groupes A et B tandis que la souche S1 qui a donné la moyenne la plus basse occupe le groupe C. On peut conclure que l’exploitation intensive de S2 est intéressante par le fait qu’elle peut servir non seulement comme substrat de culture de champignons, mais aussi parce qu’elle peut servir pour le tuteurage des plantes volubiles et pour la construction des toits de maisons traditionnelles.

41L’analyse physico-chimique des tiges des quatre souches de Pennisetum sp. a montré la présence de différents éléments minéraux et organiques indispensables à la bonne croissance du mycélium dont le phosphore, le calcium, le potassium et le magnésium. La teneur en cendres varie de 5,27 à 7,72 %, la teneur en cellulose de 35,7 à 39,2 % et le potentiel d’hydrogène est relativement neutre. Le rapport carbone/azote trouvé est supérieur à 50. Il indique la pauvreté de ces souches de Pennisetum sp. en azote. D’où le fait que l’utilisation de Pennisetum comme substrat de culture de champignons nécessiterait un enrichissement en éléments azotés.

42Les résultats du rendement de production de Pleurotus ostreatus (cultivars 2125, 2153 et 969) sur les quatre souches de Pennisetum sp. n’ont pas montré de différences significatives. Cela signifie qu’on peut cultiver les différentes souches de Pleurotus ostreatus sur l’une ou l’autre souche de Pennisetum sp.

43La fructification en utilisant la technique de gobetage (en tranchées) est recommandée, car elle permet de garder une humidité relativement homogène des cultures et on constate aussi que les cultures qui ne produisent plus bien en plein air continuent à produire. Il faudrait aussi faire des essais de culture d’autres espèces de champignon que celles qui ont servi d’études dans ce travail pour voir leur comportement sur ce substrat.

Remerciements

44Nous remercions l’association Appui au développement intégral et à la solidarité sur les collines (ADISCO) pour la coordination du processus ayant permis de produire cet article. Nous remercions également messieurs Marc Rwabahungu, Deo Niyonkuru, Libère Bukobero, Pascal Isumbisho et Innocent Balagizi pour leurs remarques pertinentes dans la mise en forme de cet article. Nous remercions monsieur Ernest Kibinakanwa, technicien au Laboratoire de microbiologie à la Faculté d’agronomie à l’Université du Burundi pour sa contribution dans le conditionnement des substrats de culture des pleurotes. Nous remercions aussi le statisticien, monsieur Jérôme Nzohabonayo, pour son aide dans le traitement statistique des données et l’interprétation des résultats.

Haut de page

Bibliographie

Abate, D., 1998, Mushroom Cultivation : A practical approach. Berhanena. Selam Printing Enterprise. Addis Ababa. 217 p.

Buyck, B., 1994, Ubwoba : Les champignons comestibles de l’ouest du Burundi, Publication agricole n° 34, AGCD, Bruxelles, 123 p.

Delmas, J., 1989, Les champignons et leur culture. Culture actuelle et potentielle des champignons supérieurs, La Maison Rustique, Paris, 969 p.

Höfte, M., 1992, Cultivation edible mushroom on tropical agricultural waste, part 1, University of Gent, Belgium, 119 pages.

INRA, 1995, Dossier Pleurotes. Bordeaux. 156 p.

ISTEEBU, 2008, Recensement général de la population et de l’habitat. Bujumbura ; 72 p.

Kiyuku, P., S. Bigawa et M. Penninckx, 2008, Etude de l’effet des substrats utilisés pour la culture de Pleurotus spp : Cas des souches 336, 014 et HK7 sur brisures des graines de coton et fibres des fruits de palmier à huile. Revue de l’Université du Burundi n° 24. 17 p

Lin, Z., 2006. Juncao technology. Fujian Agriculture & Forestry. University. 143 p.

Oei, P., 1993. La culture des champignons, Gret, Paris, 318 p.

Olivier, J.M., J. Laborde, N. Poitou et G. Houdeau, 1991, La culture des champignons, Armand Colin. Paris. 160 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Prosper Kiyuku et Samuel Bigawa, « Production de Pennisetum sp. et son utilisation pour la culture de Pleurotus ostreatus au Burundi », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 17 | septembre 2013, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13948 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.13948

Haut de page

Auteurs

Prosper Kiyuku

Université du Burundi, Faculté des sciences agronomiques, Burundi , Courriel : pros1960@yahoo.fr

Samuel Bigawa

Université du Burundi, Faculté des sciences agronomiques, Burundi

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search