Navigation – Plan du site
2013

Colères des temps et réfugiés climatiques : pour une approche sociologique

Wrath of Times and Climatic Refugees: For a Sociological Approach
Serge Dufoulon

Résumés

La question climatique est devenue un objet récent de la sociologie de l’environnement et des risques, et plus précisément la question des migrants ou réfugiés climatiques sur lesquels très peu a été écrit. En quoi ce distingue cette population de migrants des autres catégories de migrants ? Pourquoi les États ne souhaitent-ils pas leur accorder le statut de réfugiés ? En tentant de répondre à ces questions il apparaît évident d’interroger la manière dont les experts de la sociologie approchent plus largement le domaine de l’environnement.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour réagir à ce texte, visitez le carnet de recherche de [VertigO] en cliquant ici : http://vertigo.hypotheses.org/1591

Texte intégral

Introduction

1Les grands mouvements d’humains se déplaçant à la surface de notre planète pour des raisons écologiques et environnementales ont été fréquents et récurrents dans l’histoire de notre espèce. Nos collègues préhistoriens connaissent bien ces déplacements qui ont participé du peuplement de l’Australie via le détroit de Torres en venant de l’Indonésie ; de l’Amérique via le détroit de Béring à partir de l’Asie, etc. On pourrait également évoquer les grandes invasions depuis le néolithique qui ont contribué au brassage des peuples et des cultures. La littérature sacrée aussi fourmille de ce type d’évènements mythiques bien souvent fondateurs de nouveaux modes de vie ou de civilisations, que l’on songe par exemple à Caïn et Abel incarnant le conflit entre nomades et sédentaires ou encore aux Hébreux fuyant l’Égypte en traversant la mer Rouge. Aujourd’hui encore, on peut croiser de nombreux errants, héritiers des modes de vie historiques du Moyen-âge ou des peuples nomades tels que les Roms et bien d’autres (Dufoulon, 2011). On le voit les mouvements des humains n’a rien de nouveau en soi qu’il soit initié par : la conquête de nouveaux territoires, la recherche de ressources naturelles (territoires de chasse et de cueillette), la fuite des évènements climatiques, telluriques ou de l’oppression, etc.

2Pourtant quelque chose a changé au cours des siècles, les États ont vu le jour et avec eux les territoires nationaux et les frontières. Les populations nomades, se sont en grande partie sédentarisées, la révolution industrielle a eu lieu et les politiques publiques sont devenues plus soucieuses des citoyens et de leur sécurité, en particulier dans les grandes démocraties. Il ne manquait que les notions de « risque » et de « changement climatique » pour que le tableau des variétés de déplacements humains soit complet. La première fois que furent évoqués ces termes, c’est dans une thèse en 1948 (Vogt, 1948).

3En 1951, les Nations Unies adoptèrent le premier texte concernant la protection et le statut des réfugiés. Aujourd’hui cette convention internationale fait toujours autorité et représente la base de la réflexion sur les « réfugiés climatiques ». Nous le verrons au plus avant, il est difficile d’évoquer le sujet de ces populations soit en matière de politiques publiques soit en sciences sociales sans immédiatement évoquer la notion de risque.

4À partir des travaux d’U. Beck (1992) sur les risques, la sociologie s’est enrichie d’une approche singulière des sociétés renouvelant ainsi les problématiques et les outils permettant de penser ces risques, dont, bien entendu, font partie les changements climatiques et environnementaux. Dans une première partie, tentons de saisir quels sont les freins à la constitution d’un statut de réfugié climatique ou de « migrant climatique » alors qu’il existe déjà un statut de réfugié pour d’autres motifs. Enfin, je fais l’hypothèse que l’émergence de la question du risque dans les sciences sociales interroge la façon dont on observe un glissement voire un changement paradigmatique de ces disciplines : de sciences de la connaissance vers un marché de l’expertise, ce qui supposerait une perte de contenu et de sens critique dans la lecture des faits sociaux, ici celles liées à la problématique des réfugiés climatiques et plus largement celle de l’environnement.

Entre migrants et réfugiés

5Les travaux sociologiques sur les migrants sont nombreux et de qualité, par comparaison, ceux sur les réfugiés climatiques sont rares, et pour cause, puisqu’il n’existe pas de catégorie statutaire « réfugiés climatiques » dans la plus haute instance responsable des réfugiés, le Haut Commissariat aux Réfugiés (UNHCR). S’il y eut par le passé des déplacements de population au titre des évènements climatiques, l’accroissement massif potentiel face aux changements climatiques amène des questions souvent sans réponses définitives. C’est ainsi que Laurence Tubiana (Tubiana et al., 2010 : 177) affirment qu’ « il est difficile de brosser un tableau uniforme de la réalité des migrations climatiques en raison de la diversité des impacts du réchauffement global et des types de migrations ». Pourtant si la figure du réfugié est juridiquement construire celle du réfugié climatique reste absente.

6Le rapport récent de Jane Mac Adam (2011) analyse finement les aspects forts de cette absence de légitimité du statut de réfugié climatique, mais nous y reviendrons. Globalement, il existerait deux grandes catégories légitimes de gens en mouvement, d’un pays et d’une région à l’autre, dignes de l’attention des institutions internationales et nationales ayant signées les conventions sur la protection des réfugiés : les migrants légaux et les réfugiés, ces derniers étant définis comme suit :

« Article 1

Definition of the term “refugee”

  • 1 Text of the 1951 Convention Relating to the Status of Refugees ; Text of the 1967 Protocol Relating (...)

A. For the purposes of the present Convention, the term “refugee” shall apply to any person who: (1) Has been considered a refugee under the Arrangements of 12 May 1926 and 30 June 1928 or under the Conventions of 28 October 1933 and 10 February 1938, the Protocol of 14 September 1939 or the Constitution of the International Refugee Organization; Decisions of non-eligibility taken by the International Refugee Organization during the period of its activities shall not prevent the status of refugee being accorded to persons who fulfil the conditions of paragraph 2 of this section; (2) As a result of events occurring before 1 January 1951 and owing to well founded fear of being persecuted for reasons of race, religion, nationality, membership of a particular social group or political opinion, is outside the country of his nationality and is unable or, owing to such fear, is unwilling to avail himself of the protection of that country; or who, not having a nationality and being outside the country of his former habitual residence as a result of such events, is unable or, owing to such fear, is unwilling to return to it 1

7C’est à partir de cette définition restreinte du statut de réfugié que se discute et s’évalue un hypothétique statut de réfugié climatique. Jane McAdam avec raison souligne les points qui font obstacle à cette nouvelle définition à partir de l’ancienne. En tout premier lieu, la demande de réfugié s’effectue dans le pays hôte, cela suppose que les demandeurs soient déjà installés ou arrivés dans le pays d’accueil avant ou au moment des évènements or les catastrophes écologiques ne préviennent pas toujours. Un aspect important également, c’est que la demande doit être formulée individuellement or dans le cas de bouleversements climatiques soudains, il s’agit davantage de population entière liée à un territoire qui est en danger plutôt que des individus isolés. La convention internationale de protection des réfugiés exige que la demande d’asile soit due à la persécution soit à cause de la race d'un individu, la religion, la nationalité, l'opinion politique, ou l'adhésion d'un groupe particulier social, il paraît difficile de parler de persécutions dans le cas de changements climatiques. Le réfugié climatique ne fuit pas son gouvernement ou une persécution morale et physique. La Convention concernant les réfugiés ne couvre pas les individus en recherche de meilleures conditions de vie et ceux victimes de catastrophes naturelles. Les habitants des îles Tuvalu et Kiribati ont cherché à recevoir une protection en tant que « réfugiés » à partir de l’impact des changements climatiques sur leur environnement, et il en fut de même pour les habitants de Tonga et du Bangladesh. Ils ont tous reçu une fin de non-recevoir comme en fait état Jane Mac Adam :

« The High Court of Australia has stated that the requirement of ‘persecution’ limits the Convention’s humanitarian scope and does not afford universal protection to asylum seekers. No matter how devastating may be epidemic, natural disaster or famine, a person fleeing them is not a refugee within the terms of the Convention. People fleeing ‘natural disasters and bad economic conditions’ fall outside the Convention. The House of Lords has also observed that the Convention does not provide protection in all cases.» (Mc Adam, 2011, 13)

8On le voit, la définition actuelle relative aux réfugiés est tout à fait inopérante pour ce que l’on appelle déjà, les réfugiés climatiques. Il nous faut ajouter à ces points spécifiques le facteur temps, à savoir que la plupart des changements climatiques se manifesteront à travers un processus plus ou moins long et n’auront pas l’aspect brutal et soudain suscitant une intervention et une aide internationale. Jane Mac Adam, souligne qu’il y a d’autres recours possibles auprès de l’ONU dans le cadre des Droits de l’Homme pour recevoir une aide telle que « le droit à la vie », « le droit au logement », droit d’accès à l’eau potable, droits de l’enfance, etc. Mais là encore les exemples ne manquent pas pour nous permettre d’affirmer que ces droits peuvent être longs à être reconnus en raison des procédures administratives, sans compter que les réponses peuvent être hypothétiques ou varier dans les appréciations des situations des réfugiés d’un pays à l’autre.

9Dans ce contexte, il apparaît évident que les États ne sont pas pressés de préciser la place et le statut des réfugiés climatiques et on peut légitimement se demander pourquoi. Une des réponses semble être qu’à l’heure de la globalisation, en fait paradoxalement, les sociétés modernes industrielles n’ont jamais été aussi enferrées dans les questions de territoire et d’intérêts nationaux comme le montre, s’il en était besoin ne serait-ce qu’au niveau européen, les problèmes d’endettements de la Grèce, de l’Irlande et du Portugal. Pourtant l’urgence de la situation et de politiques appropriées sont connues estime L. Craig Johnstone, Haut Commissaire de l’ONU pour les réfugiés. » (2008 :47).

États en danger versus changements climatiques

10Si les variations climatiques s’effectuent à travers de longs processus s’étalant sur plusieurs centaines voire des milliers d’années, les changements climatiques qui menacent de bouleverser nos modes de vie et notre environnement sont relativement récents : ils sont associés par la plupart des experts à l’activité humaine liée à la révolution industrielle, soit seulement 200 ans environ. En ce sens, on peut souhaiter que la construction des États-nations prît plus de temps que les changements climatiques contemporains puisque, des grandes civilisations telles que la Chine, l’Égypte, la Grèce, Rome, etc., jusqu’aux États modernes, il s’est écoulé plus de 4000 à 6000 ans selon les nations concernées. À l’échelle humaine, ce processus fut lent et concomitant de l’émergence du capitalisme et des identités nationales. Or pour que l’État en général, puisse s’exprimer dans ses multiples dimensions, constituer des zones d’influence politico-économique, culturelle, et de contrôle, des territoires nationaux furent identifiés, construits et administrés, mais aussi rendus hermétiques par les frontières : il s’agit ici d’un raccourci osé pour permettre de saisir la construction du sentiment national et des identités qui leur sont liées par rapport à l’évolution du climat. Car il faut bien considérer qu’un des obstacles majeurs à considérer ces formes de mobilités ou de migrations liées aux aléas naturels (tremblements de terre par exemple) et climatiques, c’est bien la souveraineté des États et les découpages en territoires appropriés nationalement.

11En 1988, on assiste à la création du GIEC par deux institutions onusiennes : l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Les experts prennent le pas sur les décideurs politiques non sans conflits entre les experts eux-mêmes, et entre les hommes politiques tendant à appliquer à minima les recommandations des scientifiques et des ONG afin de préserver les modes de vie des grandes démocraties libérales qui se sont bâtis essentiellement sur le mode de production capitaliste, la consommation et la destruction de biens finaux, épuisant par là les ressources naturelles en polluant notre planète. À ce stade, on peut comprendre que la reconversion aux énergies durables et à la protection globale de l’environnement devient une gageure pour l’économie capitaliste qui cependant s’adapte : sans compter que l’existence des États dépend en grande partie de leur autonomie énergétique, du contrôle des ressources et de leur capacité à nourrir leurs populations nationales et enfin à protéger les actifs sur des marchés du travail déjà fluctuants dangereusement dans le cadre de la globalisation. C’est en ce sens que l’afflux massif de potentiels réfugiés climatiques ferait craindre une dérégulation des sociétés modernes et une concurrence sur les marchés du travail en menaçant les systèmes sociaux-économiques qui sont au fondement des États et des identités nationales comme c’est le cas en France pays de l’État social. Rappelons à ce propos que lors des révolutions tunisienne, libyenne et égyptienne en 2011, les pays du Sud de l’Europe ne savaient pas s’il fallait se réjouir de tels changements démocratiques ou au contraire s’il fallait craindre l’arrivée massive de réfugiés du Maghreb sur les plages de l’Europe du Sud.

12À ce stade la discussion sur les réfugiés climatiques se construit à partir de représentations négatives, « une option ultime » (Tubiana et al., 2010 : 175). Pour s’en convaincre s’il en était encore besoin, il suffit de parcourir le champ de la littérature scientifique perspectiviste et du cinéma populaire sur les changements climatiques, soit le rapport commandé par le Ministère de la Défense des États-Unis (Schwartz, Randall, 2003 ). Ce type de mémoire présenté comme « hypothèse haute » d’un scénario catastrophe relatif au réchauffement climatique avec le film catastrophe à succès « Le jour d’après » de Roland Emmerich constitue des représentations populaires, aux relents nationalistes, images habituelles des masses diffusées par les médias sur l’approche du changement climatique. On trouve également dans ce fameux rapport auquel je fais référence plus haut, un passage assez conséquent sur les déplacements de population et les effets induits sur les démocraties : les réponses à ces problématiques sont évidentes et ne peuvent se situer que dans l’expression exacerbée du nationalisme et du protectionnisme comme c’est clairement exprimé dans le Rapport secret du Pentagone sur les changements climatiques. Les réponses des démocraties pourraient alors devenir aussi violentes que les évènements climatiques à l’origine de l’émergence de population ou de groupes de migrants environnementaux.

13« De nos jours, avec plus de 400 millions de personnes vivant dans des régions arides, subtropicales, souvent surpeuplées et économiquement pauvres, le changement de climat et les effets qui en découlent, représente un risque sérieux pour la stabilité politique, économique et sociale. Dans les parties moins prospères du monde, où les pays manquent des ressources et capacités requises pour s'adapter rapidement à des conditions de vie plus sévères, le problème, très probablement, s'en trouvera exacerbé. Pour certains pays, le changement de climat pourrait se transformer en une gageure telle que le résultat en serait une émigration massive de gens désespérés à la recherche d'une vie meilleure, dans des endroits qui ont les moyens de s'adapter, tels que les États-Unis. »( Schwartz et Randall, 2003, 35-25).

14Les dégâts climatiques peuvent aussi, c’est le cas dans de nombreux pays ces dernières années, amener une partie de la population à se délocaliser à l’intérieur même du pays d’origine, par exemple : au Bangladesh les inondations répétées ont submergé une grande partie du pays en mettant la population en grand danger. Ces évènements se sont produits aussi à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane et Floride après l’ouragan Katrina2 le 29 août 2005, mais dans ce cas la situation posa moins de problèmes, car les États-Unis avaient les moyens économiques ; financiers, sociaux et militaires pour intervenir. Effectivement, toutes les victimes des changements climatiques ne vivent pas ces catastrophes de la même manière, cela dépend de la localisation géographique de leur pays de résidence et de leur place dans la hiérarchie sociale : les plus vulnérables étant les populations les plus déshéritées qui voient leurs pays nationaux se refermer comme des pièges sur ceux qui pourraient être qualifiés de réfugiés climatiques.

15Il apparaît que, si les réfugiés classiques tels que définis par la charte de 1951 en général ne représentent pas une menace pour les États, par opposition, les réfugiés climatiques sont perçus comme facteur de déstabilisation pour les États et les modes de vie des grandes sociétés occidentales. On pourrait ici réfléchir à une filiation symbolique à propos des populations en mouvement ou en errance : des vagabonds et des errants jusqu’au Moyen-âge, de l’Étranger décrit par Simmel, aux migrants, puis aux réfugiés politiques, jusqu’aux réfugiés climatiques : après tout, ces populations sont caractérisées par le déplacement, la mobilité choisie ou subie, mais alors, qu’y a-t-il de si différent entre tous ces gens qui se déplacent ? Comment les vagabonds porteurs de spiritualité et de liberté devinrent des délinquants au siècle de l’enfermement avec la création de l’Hôpital général (1656 à Paris) et à partir du long processus d’émergence de l’État moderne : soit, de l’étranger porteur d’altérité et de réflexivité se transformant en paria et en bouc émissaire porteur d’opprobre et de stigmatisation en devenant migrant ; des réfugiés devenant danger et risque par les caprices du climat et les peurs nationales. Voilà quelques pistes de recherches probables déjà empruntées par quelques-uns de mes collègues. L’accroissement des catastrophes mobilise l’intérêt des chercheurs de toutes les disciplines et en particulier les sociologues et les anthropologues et si l’intérêt scientifique est un des enjeux, il ne semble pas être le seul à mon avis. La recherche dépend en grande partie des politiques et des financements publics, notamment en sciences sociales, en ce sens les changements climatiques rencontrent l’intérêt des chercheurs aussi une sociologie des risques et de l’environnement semble répondre dès lors à des impératifs de marché davantage qu’à un renouvellement des paradigmes et des connaissances en sciences sociales.

Du marché des biens de salut au marché de l’expertise

  • 3 Premier Ministre Français Michel Rocard dans un interview sur Soir 3 le 03/12/1989 : «  la France n (...)

16Michel Foucault (1972) et Marcel Mauss (1950) ont perçu comment au fil du temps et de l’histoire des déshérités, la charité pouvait être le marchepied du bourgeois pour son ticket d’entrée au paradis. À l’échelle des sociétés, nous avons historiquement assisté à ce type de relation des sociétés modernes riches vers les sociétés plus pauvres : c’est ainsi que se sont constituées des interventions de secours donnant naissance en 1863 au Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Par la suite, plus près de nous, on vit se mettre en place les opérations humanitaires notamment avec la naissance de Médecins sans Frontières en 1971 ce qui permettra à partir d’une éthique de l’altérité et de l’assistanat, l’émergence d’un « droit d’ingérence » humanitaire international, mais surtout dans les faits légitimant une ingérence militaire. Aujourd’hui, les démocraties déclarent ne pouvoir « accueillir toute la misère du monde ! »3.

17Dans les sciences sociales, on retrouvera ce retour des anthropologues en quête d’exotisme et d’action, d’abord militants, comme le montre les travaux des anthropologues marxistes, C. Meillassoux, M. Leiris, M. Godelier, etc., puis les conditions de la production anthropologique évoluant, ils s’imprègnent d’une certaine éthique caritative qu’on peut observer à travers l’apparition des travaux sur le champ de ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui l’anthropologie de l’humanitaire. Les sociologues se sont aussi emparés de ce domaine de recherche avec l’avancée des récents apports des réflexions d’A. Giddens (spécificité des sociétés contemporaines), d’U. Beck, de F. Ewald (sociétés assurantielles) puis avec les apports de la sociologie des sciences. Cependant, il semble qu’ils percevaient là, une source d’accumulation symbolique différente des anthropologues : P. Peretti-Wattel évoque dans son ouvrage sur la sociologie des risques (Peretti-Wattel, 2000, 63) comment dans les années 1980 J. Short le président de l’Association Américaine de Sociologie remarque qu’avec le risque se constitue un nouveau marché de l’expertise sur lequel les ingénieurs sont en position dominante et qu’il conviendrait que les sociologues « prennent le train en marche ». Le risque devient selon les mots de P. Peretti-Wattel « le carburant » de plusieurs corporations de spécialistes.

18Entre sciences de l’ingénieur, sciences de gestion et sociologie des sciences, le risque se constitue comme enjeu sociologique avec la prétention de redéfinir non seulement la relation de l’homme à son environnement humain et non humain pour reprendre une expression chère à B. Latour mais également de repenser la position de l’homme à la société, et à lui-même, ajoutant les considérations philosophico-politiques comme le démontre dans un article F. Rudolf (2001, 48-49).

  • 4 Formulé pour la première fois lors de la conférence de Rio sur l’environnement en 1992 puis par la (...)

19Sans vouloir discuter la qualité excellente des nombreux travaux que cette thématique a vus naître, on constatera néanmoins que l’on retrouve dans la constitution de ce domaine de recherche, un léger vent de positivisme et de cogestion politique capitalistique des risques, une pensée digne de celle des sociologues de la IIIe république. L’historique même du terme risque, à partir des préoccupations assurancielles au XIVe siècle, comme le montre P. Peretti-Wattel (2000), n’est pas sans lien avec la naissance du paradigme capitaliste et la constitution des grandes familles bourgeoises se souciant de la manière de préserver leurs biens accumulés dans le négoce et le commerce. Ceci étant précisé, afin de signifier clairement que pour qu’il y ait risque, il faut avoir l’inquiétude de la perte. Or qu’observons-nous réellement de nos jours ? Le risque est partout et il est une préoccupation majeure des politiques publiques qui ont même établi « le principe de précaution »4. Émile Durkheim ne l’ignorait pas, notamment par rapport à l’une de ces craintes majeures concernant les risques d’anomie sociale : le risque est structurellement constitutif et caractéristique des sociétés cumulant les richesses qui veulent se protéger des sociétés pauvres sans nécessairement participer à des échanges durables et équitables. Il est également conjoncturellement le produit de l’évènement environnemental et social. En ce sens, je crains ici que dans les sciences sociales, la naissance d’une société d’experts sur les sociétés à risque ne fasse oublier les contradictions structurelles et culturelles ainsi que les rapports de force entre les divers types de sociétés dans le monde, ce qui me permet de comprendre mieux cette notion de cogestion appliquée tant à l’économie et au politique, à travers la globalisation qui s’effectue à l’égard des sociétés pauvres sur le modèle de la charité bourgeoise du XVIe siècle au XXe siècle dont parle Michel Foucault (1972).

20La sociologie du risque, certes est un lieu fécond de la réflexion et de l’application des paradigmes propres aux sciences sociales. Il est cependant difficile de ne pas craindre que ce lieu d’émergence des experts et de l’élaboration des outils et de modalité d’intervention en réponse aux commandes des politiques, en se focalisant sur son objet plus que sur l’environnement total au sens maussien, ne risque d’accompagner les changements et de faire disparaître les hommes des analyses en légitimant le capitalisme d’où sont issues les crises modernes sans réellement le critiquer : ce nouveau courant de l’intervention sociale via l’expertise, verrait la mariée réduite à une simple mode, une passade ou encore, un passage obligé pour les jeunes générations de sociologues qui n’apprendraient plus à penser le réel dans sa totalité, mais à fournir des outils aux politiques sur des aspects conflictuels de la réalité. À ce stade, on peut comprendre que la connaissance des évolutions du climat et la construction d’un statut de réfugié climatique sont davantage une affaire de gestion et de politique publique plutôt qu’un objet autorisant la recherche à repenser l’Homme, son environnement et ses objets.

Conclusion

  • 5 voir Serge Dufoulon (2009), et Thévenot, (2001).

21Nous avons vu combien la question des réfugiés climatiques était difficilement séparable d’autres aspects institutionnels : historiques, politiques, économiques, sociaux et culturels. La réflexion sur l’environnement qui n’est pas une nouveauté même si elle revient sur la scène politico-scientifique5 a contribué également à spécifier le risque climatique. Aujourd’hui, les sociologues se penchent sur ces thématiques pour tenter d’apporter un éclairage renouvelé sur ces phénomènes sociaux et environnementaux en les mettant au centre de leurs approches, ce serait en accord avec les principes d’une approche totale maussienne si ce n’était ici, le résultat d’une science comptable : tout est sujet aux aléas, tout est risque, donc tout peut potentiellement être étudié. Il me semble avec Marshal Sahlins (1989) que toute société est un ordre culturel porteur d’un ordre symbolique, c'est-à-dire que la place des réfugiés climatiques en tant qu’objet d’études n’a de finitude que pour autant que les sociétés et les États ont des frontières et que les approches politico-scientifiques des experts traitant ce sujet restent autocentrées sur leur objet. Marcel Mauss nous a légué un héritage méthodologique fort et plein de sagesse permettant à la fois d’atteindre si possible à la complétude de l’objet étudié et qui questionne également la position du sociologue, mais surtout qui s’intéresse aux hommes :

« C'est en considérant le tout ensemble que nous avons pu percevoir l'essentiel, le mouvement du tout, l'aspect vivant, l'instant fugitif où la société prend, où les hommes prennent conscience sentimentale d'eux-mêmes et de leur situation vis-à-vis d'autrui. » (1950, 119)

22Ne faudrait-il pas dès lors repenser les changements climatiques et la question des réfugiés à l’aune de sciences sociales fortes de leur héritage intellectuel davantage qu’à la portion congrue des spécialisations des héritiers se présentant en experts ? Dès lors que se pose la question des réfugiés climatiques, un chapelet de concepts appartenant à différentes disciplines (géographie, anthropologie, sociologie, sciences politiques, économie, etc.) s’égrène comme une litanie qui ne trouve son issue que dans l’action publique elle-même prisonnière des impératifs économiques et des critères budgétaires. Les réflexions actuelles concernant l’environnement, le climat, les risques pour les humains et les non humains ne sont pas qu’affaire d’expert, mais bien affaire de démocratie et de civisme, la recherche de droits et de biens communs comme l’énonce Bruno Latour (2004 : 293) :

« Si chaque lecteur de la Bible, en contact avec son Dieu, pouvait venir renverser l’ordre établi au nom de sa propre interprétation, c’en était fini de la vie publique. Il n’y avait d’ordre commun. C’est pourquoi nos ancêtres ont dû laïciser la politique et relativiser la religion devenue simple conviction privée. »

23Dans cette configuration, on peut regretter la perte d’autonomie du savant et la complaisante complicité qui s’établit entre le chercheur et le politique. Le temps du développement de la pensée et de l’analyse n’est pas celui des décisions politiques : le premier à besoin d’investir ses objets, de les déconstruire et de les reconstruire autrement pour les penser tandis qu’aujourd’hui par la globalisation, l’accélération des évènements et des changements climatiques met en demeure le politique de produire des réponses dans l‘urgence à travers une vision étriquée de la réalité, dans laquelle les dommages collatéraux ne sont qu’un épiphénomène.

Haut de page

Bibliographie

Beck, U., 2003, La Société du risque - Sur la voie d'une autre modernité. Paris. Flammarion-Champs.

Dufoulon, S., 2009, « Développement durable : analyse sociologique de la domestication de l’environnement », Colloque International de Bratislava sur le développement durable en Europe (GREG-Pays de Vysegrad).

Dufoulon, S., 2011, « Sous le signe de Caïn : la figure du migrant » in (sous la direction de Dufoulon, S et M. Rostekova, 2011, Migrations, mobilités, frontières & voisinages, Paris, L’Harmattan.

Foucault. M., 1972, Histoire de la folie à l'âge classique, Gallimard, [En ligne] URL :

http://classiques.uqac.ca/contemporains/dufoulon_serge/dufoulon_serge.html /

Johnstone C.L., 2008, « Le futur est déjà là » in Migrations forcées, n°31, octobre 2008. p47, [En ligne] URL : http://www.fmreview.org/fr/pdf/MFR31/Revue31.pdf

Latour B., 2004, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie. Paris. La Découverte. 2004 (1999). 293 p.

Laurence Tubiana, F. Gemenne et A. Magnan, 2010, Anticiper pour s’adapter : Le nouvel enjeu du changement climatique, Pearson Education France, ISBN : 978-2-7440-6424-1, 204 pages.

Mac Adam. J., 2011, Climate Change Displacement and International Law: Complementary Protection Standards, Legal and protection policy research series, UNHCR. Division of international protection.

Mauss M., 1950, Sociologie et anthropologie. Paris. PUF.

Peretti-Wattel, P., 2000, Sociologie du risque, Paris, A. Colin.

Rudolf, F., 2001, La dimension collective et individuelle de la société du risque in Alliage 48-49. 2001. [En ligne] URL : http://www.tribunes.com/tribune/alliage/48-49/culture_risque_48_49.htm

Sahlins, M., Des îles dans l'histoire, Paris, Seuil, 1989.

Schwartz P, Randall., 2003, Le scénario d'un brusque changement de climat et ses implications pour la sécurité nationale des États-Unis. Rapport secret du Pentagone sur les changements climatiques, Ed Allia, 2006.

Text of the 1951 Convention Relating to the Status of Refugees ; Text of the 1967 Protocol Relating to the Status of Refugees ; Resolution 2198 (XXI) adopted by the United Nations General Assembly. Office of the United Nations High Commissioner for Refugees

Thévenot, L., 2001, in Blais Jean-Paul, Gillio Claire et Ion Jacques, Cadre de vie, environnement et dynamiques associatives, Paris, PUCA, , pp. 203-219.

Vogt, W., Road to Survival (New York: William Sloane Associates, 1948) in Gemenne F, ‘Environmental Changes and Migration Flows: Normative Frameworks and Policy Responses’ (PhD thesis, Institut d’Études Politiques de Paris and University of Liège 2009). p 114 cité in Jane McAdam Climate Change Displacement and International Law: Complementary Protection Standards, Legal and protection policy research series, UNHCR. Division of international protection. Mai 2011

Haut de page

Notes

1 Text of the 1951 Convention Relating to the Status of Refugees ; Text of the 1967 Protocol Relating to the Status of Refugees ; Resolution 2198 (XXI) adopted by the United Nations General Assembly. Office of the United Nations High Commissioner for Refugees

2 Cet ouragan fit plus environ 2000 morts et plus de 200 000 sinistrés. https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouragan_Katrina

3 Premier Ministre Français Michel Rocard dans un interview sur Soir 3 le 03/12/1989 : «  la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part »

4 Formulé pour la première fois lors de la conférence de Rio sur l’environnement en 1992 puis par la suite à propos du sang contaminé et de la crise de la vache folle. https://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_pr%C3%A9caution

5 voir Serge Dufoulon (2009), et Thévenot, (2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Dufoulon, « Colères des temps et réfugiés climatiques : pour une approche sociologique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/13964 ; DOI : 10.4000/vertigo.13964

Haut de page

Auteur

Serge Dufoulon

Université Pierre Mendes - Grenoble II, BP 47 / 38040 Grenoble Cedex, France, Membre de Institut d'Etudes Européennes et Internationales de Reims, courriel : Serge.Dufoulon@upmf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page