Navigation – Plan du site

Résumés

La Blue Society vise à pourvoir aux besoins présents et futurs de la société dans un esprit de croissance « positive » en s’appuyant sur l’immense potentiel que nous offre l’océan mondial. Elle est basée sur l’utilisation responsable des ressources marines, ainsi que le développement de technologies innovantes et de nouveaux produits générateurs d’emplois et de ressources économiques. Grâce aux échanges de savoir-faire, au partage des connaissances et à l’appropriation de cette vision par les scientifiques, les entreprises, les décideurs politiques et les citoyens, des solutions positives et des expériences innovantes pourront émerger et participer à la création d’une société plus durable et plus équitable.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il y a 200 ans, au début de la Révolution industrielle, nous avons créé une nouvelle société basée sur le progrès industriel. Mais malgré les avancées extraordinaires qui ont été accomplies, le système économique dans lequel nous vivons aujourd’hui est à bout de souffle, notamment car à l’époque nous ne pouvions pas anticiper le fait que notre planète est un monde fini, avec des ressources terrestres limitées, dont beaucoup sont aujourd’hui au bord de l’épuisement. Ceci est responsable en grande partie de la crise environnementale, économique et sociale qui nous touche aujourd’hui.

2Nous avons à présent établi les constats nécessaires sur l’état du monde et de notre planète. Il est temps à présent de réagir et de transformer cette crise en opportunité pour réinventer un avenir et des raisons d’espérer en s’appuyant sur de nouvelles forces de vie, de travail et de progrès social. Mais pour cela, il nous faut changer notre vision de l’avenir, réfléchir en sortant du cadre de nos références habituelles. La crise économique et sociale est-elle obligatoirement un frein à l’innovation et au progrès? L’environnement est-il inéluctablement condamné à une détérioration continue qui ampute de plus en plus son potentiel, menaçant ainsi les générations futures? Peut-on concilier la croissance, le développement, l’augmentation de la qualité de vie et le partage des richesses tout en restaurant les milieux naturels et en assurant leur préservation à long terme? Nous, spécialistes de l’Océan, nous en sommes convaincus et pensons qu’une grande partie des solutions viendra de la mer.

L’océan, dernière frontière

3L’océan couvre près des trois quarts de la surface du globe. Bordé par environ 550 000 km de côtes, c’est le berceau de la vie et il est à la base de tout l’équilibre naturel de la Planète. Il abrite des millions d’espèces, du micro-organisme à la baleine. Chaque année, près de 2 000 nouvelles espèces marines sont identifiées, on estime connaître moins de 1% des bactéries qui vivent dans l’Océan et seulement 20 à 3 % des espèces planctoniques! L’océan offre des ressources vivantes et minérales indispensables aux hommes (nourriture, matériaux, énergie…). Quelques données livrent une idée de l’importance de ces ressources : les produits de la mer représentent la première source de protéines animales pour plus d’un milliard de personnes, 5 % des traitements contre le cancer sont tirés d’organismes marins et 8 % des ressources minérales de la planète seraient situées dans la mer! Sans doute plus important encore, l’océan assure également des services écologiques qui maintiennent notre planète habitable : régulation du climat, recyclage des nutriments, réservoir de biodiversité (des milieux naturels, des espèces et des gènes). L’océan recycle l’eau douce et il produit la moitié de l’oxygène de l’air que nous respirons… c’est l’ultime espace à explorer, à découvrir. Incroyablement riche de potentialités, il est l’un des meilleurs atouts pour l’émergence d’un « développement durable », générateur d’opportunités économiques respectueuses de l’environnement et créatrices d’emplois.

4Les défis complexes auxquelles nos sociétés doivent répondre résultent des choix économiques et industriels que nous avons pris au cours de notre histoire et qui ont profondément bouleversé l’environnement, compromettant son potentiel. Depuis une dizaine d’années, notre vision de la « planète bleue » a changé et nous avons pris conscience de la nécessité vitale de préserver les grands équilibres naturels. Nous comprenons mieux le rôle des Océans dans la régulation du climat ainsi que le rôle de la biodiversité dans la capacité de résilience de notre planète. La pollution terrestre est devenue une question prioritaire. Nous sommes désormais conscients de la nécessité de mieux gérer les ressources marines vivantes et d’éviter la surexploitation des océans. Nous avons commencé à évaluer et fixer une valeur économique aux services rendus par les écosystèmes marins. Nous avons commencé à développer des réseaux d’aires marines protégées pour assurer la gestion des milieux fragiles en concertation avec tous les acteurs impliqués. Mais ces avancées restent largement insuffisantes… Nous devons trouver comment éteindre l’incendie du réchauffement climatique; nous devons définir un mode de gouvernance qui évite de piller et dégrader les hautes mers et nous devons restaurer et préserver à long terme les milieux naturels marins précieux et irremplaçables, dont nous avons besoin pour vivre.

Un océan d’opportunités

5L’océan pourrait contribuer de manière décisive à répondre à ces enjeux. Songez au fait que nous pourrions inverser la courbe du réchauffement climatique grâce à des bioréacteurs fermés dans lesquels seraient élevées des micro-algues. Par le processus de la photosynthèse, le phytoplancton peut extraire le CO2 déjà présent dans l’atmosphère et à grande échelle, ce procédé permettrait de diminuer la concentration de ce gaz à effet de serre dans l’air. Le carbone ainsi capté pourra être reminéralisé et servir ensuite à la fabrication de matériaux ou à d’autres utilisations industrielles. Imaginez aussi des énergies renouvelables provenant de l’énergie thermique des mers, des vagues ou des courants marins; ou encore un navire hybride utilisant les mouvements de la houle pour se propulser. Représentez-vous un réseau mondial coordonné d’aires marines protégées qui permet de repeupler l’océan pour nous nourrir et pour développer des activités touristiques à la fois rentables et durables; ou encore la restauration de récifs coralliens grâce à des structures artificielles sur lesquelles les coraux pourront se développer, jouant ainsi à nouveau leur rôle de digues naturelles protégeant les côtes des grandes vagues et des grandes marées. La restauration de vastes marais côtiers ou la culture et l’utilisation de bactéries marines pourraient être des solutions d’avenir pour épurer et recycler l’eau en cas de pollution. Imaginez aussi un modèle d’aquaculture enfin indépendant des ressources naturelles, avec des poissons nourris avec des aliments à base d’algues. Il serait alors possible pour les consommateurs de bénéficier durablement d’une nourriture abondante et bonne pour leur santé. Songez à ces substances nouvelles qui pourront être extraites des organismes marins pour soigner les maladies du futur et qui permettront de fabriquer les produits de demain.

6Imaginez que tous ces bienfaits, à l’origine d’économies prospères et de millions d’emplois basés sur le développement durable, soient répartis équitablement sur notre planète. Alors, vous aurez imaginé la « Blue Society ». Ces avancées sont possibles et permettront d’améliorer la vie tout en restaurant et en préservant à long terme les milieux naturels essentiels à l’équilibre de la planète.

L’émergence d’une nouvelle culture de l’homme et la mer

7Nous vivons un moment enthousiasmant de l’histoire de l’humanité, car les périodes de crises et de bouleversements nous poussent à changer de cap, à penser de façon créative, à refonder notre destin, à créer les conditions d’un nouvel optimisme de l’action. Nous devons saisir cette occasion pour réinventer le monde avec une vision nouvelle et ambitieuse de la société basée sur un esprit de durabilité, de bien-être et d’équité qui ne soit pas opposé à son dynamisme. Cette nouvelle société, que nous appelons de nos vœux, constitue une réponse à la crise actuelle, valorisant durablement les ressources de la mer pour assurer une grande partie des besoins comme des activités de l’humanité, grâce notamment à un important mouvement d’investissement quantitatif et qualitatif d’innovation, en fait une nouvelle économie qui permette de continuer d’avancer de manière équilibrée vers une meilleure justice sociale et générationnelle. Pour cela, il nous faut soutenir l’innovation, la valoriser. Il nous faut réfléchir à l’intégration des activités afin qu’elles se soutiennent et s’enrichissent l’une l’autre. Il nous faut connecter les idées et les actions, mutualiser nos efforts, penser en termes de bénéfices réciproques et non de conflits. Pour cela, la sensibilisation et la formation des responsables politiques et économiques, mais aussi des acteurs du monde maritime et de l’ensemble des citoyens sont essentielles afin de permettre à tous de s’impliquer et de s’approprier cette démarche. En nous appuyant sur les savoir-faire traditionnels, sur les échanges et le partage des connaissances, sur la formation, l’éducation et la science, nous pourrons soutenir l’émergence d'une nouvelle culture de « l'Homme et la Mer » au niveau international.

Conclusion

8La « Blue Society », c’est penser que les océans ont un immense potentiel qui nous offre des opportunités pour vivre mieux. C’est définir le cadre d’une nouvelle gouvernance de l’océan et exploiter le monde marin en bénéficiant de ses intérêts sans entamer son capital.

9Ainsi, c’est croire à l’imagination des hommes, au partage d’expérience et au développement, à l’innovation. C’est croire à l’équité, au rôle décisif des citoyens et à un mode de pensée commun que l’on pourrait baptiser l’océanité.

10Ne laissons pas passer cette chance pour réinventer le monde dont nous avons besoin, croyons à nouveau au progrès et à la prospérité pour tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Vallette, « Vers la « Blue Society » », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 18 | décembre 2013, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/14293 ; DOI : 10.4000/vertigo.14293

Haut de page

Auteur

Philippe Vallette

Directeur général, NAUSICAA, Boulevard Sainte Beuve, BP 189, 62203 Boulogne-sur-Mer Cedex, France, Courriel : generalmanager@exchange.nausicaa.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page