Navigation – Plan du site

L’émergence des collectivités territoriales riveraines dans la gouvernance du pas de Calais - Dover strait : une implication salutaire

Vincent Herbert

Résumés

Le détroit du Pas-de-Calais est réputé pour la forte densité de son trafic maritime. Il est, dans ce contexte, considéré comme un passage stratégique majeur, un nœud de flux internationaux. À l’échelle du territoire, le pas de Calais est un espace maritime où deux rives se font face : le Kent anglais et le Pas-de-Calais français sont reliés par des lignes maritimes transverses et par un tunnel, qui ne doivent pas occulter la frontière persistante entre les deux rives. Pourtant, une démarche récente concerne les initiatives de rapprochement des collectivités locales, dont le protocole d’accord de 2005 marque une étape importante pour la gestion commune et concertée du pas de Calais – Dover Strait. Les dernières actions sont des indicateurs d’initiative de gouvernance des autorités locales dans le détroit. Le bilan du projet NOSTRA confirmera peut-être la nécessité d’une gestion locale d’un espace servant à la navigation internationale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le département du Pas-de-Calais (entité administrative départementale française) ne doit pas être c (...)

1Un détroit est considéré comme un « bras de mer d’origine naturelle, resserré entre deux côtes » : cette définition épurée présente les deux caractéristiques de cet espace, maritimes et côtières. Les études des détroits « servant à la navigation internationale », font état de leur dimension maritime, associée à des thématiques stratégiques et économiques. Le pas de Calais1Dover strait représente un nœud d’échange, nécessaire à la desserte des ports de la rangée du nord (entre Le Havre et Hambourg) et connecté aux différents océans. Cette approche se fonde sur une petite échelle (mondiale) et des indicateurs de flux maritimes. L’analyse du pas de Calais à l’échelle locale intègre les interactions dans cet espace. Le détroit est un lien entre deux espaces maritimes, et un espace de vie comprenant deux rives, séparées par une frontière internationale. Des accords internationaux aident les structures administratives ayant compétence sur le domaine maritime (marine nationale, Dover Coastguard) à la gestion commune de la sécurité dans le détroit.

2Cependant, des initiatives d’origine « terrestre », impliquent les collectivités locales riveraines : le Département français du Pas-de-Calais et le Comté anglais du Kent connaissent, depuis plusieurs années, de nombreuses tentatives de connections : initiatives personnelles (traversées à la nage), échanges divers (jumelages, commémorations), accords de coopération (Entente cordiale de 1904, actions conjointes de la Dover patrol lors de la Première Guerre mondiale). Désormais, elles sollicitent de nombreux projets et échanges transversaux.

3Cette démarche conjointe et volontaire interpelle sur le rôle des territoires côtiers sur la gestion du détroit. Le questionnement repose sur la prise en compte de la dimension multiscalaire du détroit et ses enjeux spatiaux et territoriaux. Le détroit est un espace fondamental dans le cadre des échanges globaux, mais cette problématique internationale est souvent occultée par les maires, dont les temporalités et les actions sont centrées sur leur territoire. Or, les échanges initiés par le Pas-de-Calais et le Kent conduisent à la perspective d’une gestion concertée d’un détroit, non plus seulement par les autorités nationales, mais par une structure supra-locale. On peut interpréter ces actions comme les prémices d’une « intercommunalité régionale terraquée transfrontalière ». Cette démarche suppose de comprendre le détroit comme un espace fonctionnel, mais ambivalent, puisqu’il représente une rupture, tout en étant un lieu de projets et de coopérations.

Le pas de Calais, un espace ambigu, mais fonctionnel

  • 2 Elles seraient comprises entre une ligne joignant Boulogne-sur-Mer au Cap Dungeness et celle qui re (...)

4Le dictionnaire de l’océan du Conseil international de la langue française propose une définition des limites du détroit du Pas de Calais2, ce dernier étant le plus souvent, soit divisé entre la mer du Nord et la Manche, soit intégré dans l’espace plus global matérialisé par la Manche. Pourtant, le pas de Calais est incontournable en matière d’échanges maritimes internationaux, et il reste un support de ressources important, notamment dans le domaine halieutique.

Pas de Calais ou Manche orientale ?

5Les pêcheries définies par le Conseil international d’exploitation de la mer (CIEM) reconnaissent deux zones : la « Manche est » (zone VIId) et le sud de la mer du Nord (zone IVc). Les cartes marines de l’amirauté anglaise confirment cette orientation, puisque les éditions au 1/75 000 divisent le pas de Calais en deux secteurs : « Dover strait : Western part » et « Dover strait : Eastern part » (United Kingdom Hydrographic Office, 2011 & 2012).

  • 3 http://atlas-transmanche.certic.unicaen.fr/

6Pourtant, le détroit apparaît comme un espace spécifique dans de nombreux documents. L’Atlas transmanche3, coordonné par Buléon et Shurmer-Smith, souligne cette particularité dans différentes sections :

« (…). Passé les îles, le bras de mer, de moins en moins profond, va se resserrant vers l’Est jusqu’au détroit, puis conduit vers la mer du Nord. » (P. Buléon, F. Turbout) ; « (…). Les écarts sont importants entre les différentes parties de la Manche, Manche ouest, Manche centrale et Détroit. (…). Le Détroit s’affirme une fois de plus comme l’espace de tous les enjeux dans le paysage du transmanche maritime. » (F. Turbout) ; « Les traversées courtes distances, celles notamment empruntant le "Détroit", constituent la majeure partie des flux transmanche. (…) » (P. Buléon et L. Shurmer-Smith).

7Cette particularité se confirme dans les actes du colloque franco-britannique du projet Channel Arc Manche Integrated Strategy consacré aux collectivités du littoral de la Manche : la communication du vice-président du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais en charge de la Mer s’intitule « Les spécificités du détroit du Pas de Calais » (CAMIS, 2011, p. 12).

8Le détroit serait une unité spatiale spécifique, au sein de l’espace Manche, dont il serait distinct, aux côtés de la Manche ouest et de la Manche centrale.

Figure 1. La zone d’étude du Projet CHARM (phase 1) et sa localisation géographique dans l’Europe de l’Ouest. Latitude : de 49.5° N à 51.1° N ; longitude : de 0° à 2.5°

Figure 1. La zone d’étude du Projet CHARM (phase 1) et sa localisation géographique dans l’Europe de l’Ouest. Latitude : de 49.5° N à 51.1° N ; longitude : de 0° à 2.5°

Carpentier A. (coord.), Harrop S. (coord.) et al., 2005

9La notion de Manche orientale apparaît dans des programmes de recherche (notamment en biologie marine), comme CHARM (Channel integrated approach for marine ressource management). L’Atlas des habitats des ressources marines de la Manche orientale (Carpentier A., Harrop S. (coord.), 2005) présente une limite de l’aire d’étude, incluant le pas de Calais (Figure 1). Elle est comprise entre une ligne reliant l’estuaire de la Seine à Brighton pour la partie ouest et de frontière franco-belge à l’estuaire de la Tamise pour la limite est ; les auteurs identifient le détroit ainsi : « Le Détroit du Pas-de-Calais est à la jonction entre la mer du Nord et la Manche » (section I8). De nouveau, le pas de Calais est reconnu comme un espace particulier, sans que ses limites soient précisément définies.

10Les définitions encyclopédiques confirment la singularité du pas de Calais. L’Encyclopaedia Universalis4, définit les comtés du Kent et du Sussex de la manière suivante : « Groupe de trois comtés de la région Sud-Est de l’Angleterre (…), situés entre l’agglomération londonienne et la côte de la Manche orientale et du pas de Calais. » (C. Moindrot). Dans le même ouvrage, J.-P. Pinot, qui fut professeur de géographie à l’Université de Bretagne Occidentale, écrit : « La Manche est bornée à l’est par le pas de Calais, (…) ». Les cartes de météorologie marine éditées par Météo France reconnaissent cette particularité : le pas de Calais est défini comme entité, bordée à l’ouest par le secteur Antifer et à l’est par le secteur Tamise. Avec Ouessant, ces quatre espaces sont intégrés dans la zone « Manche »5. Enfin, Le Grand Atlas de la mer (Encyclopaedia Universalis, 1983) présente, p. 204, « (…) le pas de Calais, qui fait communiquer la Manche et la mer du Nord (…) ». Si ses limites varient en fonction des approches, le détroit du Pas de Calais est reconnu comme un espace spécifique, entre deux mers, et intégré dans la partie orientale de la Manche.

La fonction d’échanges

  • 6 Plus précisément, pour 2012, en Compte-Rendu Obligatoire : 37 943 dans la voie montante, 37 202 dan (...)

11La caractéristique reconnue d’un détroit servant à la navigation internationale est sa fonction d’échanges, le détroit étant alors pensé comme un espace stratégique, une artère économique fondamentale pour le commerce international. Les flux maritimes, longitudinaux et transversaux sont les plus représentatifs, avec, dans une moindre mesure, le cabotage. Ils font partie du paysage côtier et maritime quotidien : les riverains du détroit, français et anglais peuvent observer la cohorte de navires empruntant le « rail » du dispositif de séparation de trafic (DST). Le Centre régional opérationnel des opérations de sauvetage et de secours Griz-Nez (CROSS) a comptabilisé près de 38 000 navires empruntant la voie montante du DST et son homologue anglais (Dover coastguard Agency), 37 200 dans la voie descendante (CROSS, 2013)6. L’ensemble représente environ 250 navires par jour, le pas de Calais étant le détroit le plus fréquenté au monde. Le trafic transversal est symbolisé par la ligne Calais-Douvres, la plus utilisée : les traversées représentent 45 rotations quotidiennes, soit environ 90 passages par jour (CROSS Griz-Nez, 2013).

12À ce trafic maritime s’ajoutent les unités de pêche (abordées dans le point suivant) et les bateaux de plaisance : les ports de plaisance du détroit sont : Étaples (200 anneaux), Boulogne-sur-Mer (470 anneaux), Calais (262 anneaux) Gravelines (450 anneaux) et Dunkerque (655 anneaux). Du côté anglais, Ramsgate (700 anneaux) et Douvres (400 anneaux) sont les ports les plus importants. Si de nombreux plaisanciers effectuent des sorties côtières, une partie de la flottille traverse le détroit. C’est le cas pour les Anglais dont la destination finale se situe en Normandie ou en Bretagne.

13La proximité des aéroports internationaux est un indicateur des lignes aériennes qui franchissent le détroit et sa périphérie : les aéroports de Londres (six aéroports à proximité de la City, dont Heathrow, Gatwick, Stansted et Luton), Bruxelles, Paris et Amsterdam : sans analyser les données aéroportuaires, la présence de ces aéroports rappelle que la région se situe dans le réseau économique européen et mondial.

14Enfin, le tunnel sous la Manche7 constitue le premier et seul lien fixe entre le vieux continent et l’Angleterre. En 2012, le nombre total de passagers ayant emprunté le tunnel sous la Manche avoisine les 20 millions de personnes, ce qui représente une moyenne de 55 000 voyageurs par jour. Le Shuttle, quant à lui, a embarqué plus de 2,4 millions de voitures et près de 1,5 million de camions par an selon Eurotunnelgroup.com 8 (2013).

Le détroit, support de ressources

  • 9 http://www.insee.fr
  • 10 Pour les affaires maritimes françaises, une flotte est définie artisanale lorsque Le patron-proprié (...)
  • 11 Ils comprennent les secteurs IV, V, VI et VII définis par le CIEM. Les auteurs de l’Atlas de l’ENR (...)
  • 12 Marine Management Organisation, UK Sea Fisheries Statistics 2011 – Tables : http://www.marinemanage (...)

15La pêche constitue l’activité historique du détroit, fondée sur les ressources halieutiques du lieu. La flotte du quartier des affaires maritimes du Nord-Pas-de-Calais/Picardie comptait 179 unités au 31 décembre 2011, dont 159 dans le seul quartier de Boulogne-sur-Mer (INSEE9, d’après la Direction des Pêches maritimes et de l’Aquaculture). Avec 172 unités, la flotte artisanale est le mode de pêche le plus représentatif 10 ; elle comprend la classe de la pêche côtière (53 unités, effectuant des marées entre 24 et 96 heures) et de la petite pêche (118 unités, effectuant des marées moins de 24 heures). Les navires sont, à de rares exceptions, inférieurs à 20 m, et, pour la plupart, compris entre 10 et 12 m (CRPmEm, Nord-Pas-De-Calais/Picardie, 2010). Leur espace de production se localise essentiellement dans le détroit du Pas de Calais (zones IVc et VIId du CIEM). L’Atlas cartographique du littoral Nord-Pas-de-Calais indique que les efforts de pêche les plus importants en mer du Nord et mer Celtique se situent dans les eaux du détroit et ses marges (ENR/OELM, 1999)11. Le rythme de travail permet aux pêcheurs d’assurer un lien permanent, quotidien ou hebdomadaire, entre le détroit et ses rives. Du côté anglais, seul le port de Hastings accueille des navires de pêche artisanale, avec un le total 362 navires inférieurs à 24 m selon le Marine Management Organisation12. Des unités belges et néerlandaises viennent aussi pêcher dans les zones du détroit, provoquant parfois des tensions avec les pêcheurs locaux.

16La pêche en mer est complétée par la pêche professionnelle à pieds : une soixantaine de familles de pêcheurs disposent d’une autorisation de collecte des moules sur les platiers rocheux compris entre le Sud boulonnais et le cap Blanc-Nez (DIREN, 2004).

17La mytiliculture reste modeste, la production annuelle étant inférieure à 1 000 tonnes dans le département du Pas-de-Calais (DIREN, 2004).

  • 13 http://www.portboulogne.com/

18L’activité industrialoportuaire est représentée par le port de Dunkerque, troisième port français, avec 47,63 MT de trafic en 2012 (GPM Dunkerque, 2013), les ports de Calais et de Douvres (trafic passager) et le port de Boulogne-sur-Mer, premier centre européen de transformation des produits de la mer, et dont la plateforme halioalimentaire Capécure traite annuellement 380 000 tonnes de denrées13.

  • 14 Le CNM à Boulogne-sur-Mer est l’équipement touristique payant le plus visité du Nord-Pas-de-Calais (...)

19Les diverses stations balnéaires présentes sur le littoral de la côte d’Opale (Le Touquet, Berck-sur-Mer, Merlimont, Hardelot, Wimereux, Wissant, etc.) constituent des pôles d’attraction touristique, en complément des infrastructures des centres urbains (vieille ville de Boulogne-sur-Mer, Cité internationale de la Dentelle de Calais). Le Centre national de la mer Nausicaá à Boulogne-sur-Mer (CNM) et le grand site de France des Deux-Caps complètent ce dispositif14.

20Enfin, deux centrales nucléaires occupent les rives du détroit : à Gravelines en France, la plus grande d’Europe, et à Dungeless, située approximativement à égale distance entre Hastings et Folkestone, en Angleterre.

21Ces exemples, non exhaustifs, montrent la diversité des activités dans le détroit et sur ses rives. Au caractère polyfonctionnel de ce terraqué s’ajoute une frontière physique, scalaire et juridique.

Le pas de Calais, un espace de ruptures

22Le détroit est un seuil maritime qui suscite beaucoup d’intérêt pour le traverser. La partie exclusivement maritime est essentiellement parcourue par des navires aux fonctions diverses (navires marchands, bateaux de pêche, unités de plaisance, marine militaire). La traversée longitudinale donne l’image d’un espace de flux continus, décrit supra. La question est plus délicate pour la liaison entre les deux rives.

La rupture physique : la frontière

23Les ports transverses les plus proches sont Douvres et Calais (43 km, soit 23 milles marins). Cette particularité leur permet de tenir les deux premiers rangs européens de transport de passagers, en assurant quotidiennement le lien entre l’Angleterre et le vieux continent. La distance la plus courte se situe entre Douvres et le cap Griz-Nez (France) (environ 33 km, soit 17,8 milles marins).

Figure 2. Distances séparant les ports de plaisance du pas de Calais

Figure 2. Distances séparant les ports de plaisance du pas de Calais

Conception/Réalisation : V. Herbert, d’après fond Google Earth

24Cette relative proximité a donné lieu à de multiples innovations et tentatives de traversées en tout genre. À l’heure de la communication par satellite et des câbles à fibre optique, il convient de rappeler la première liaison par télégraphie sans fil (TSF), le 28 mars 1899, entre deux côtes, réalisée par G. Marconi (Douvres) et E. Branly (en réception à Wimereux). Cette rupture maritime a été le prétexte à de nombreuses tentatives de traversée aérienne.

  • 15 Le 7 janvier 1785, le français P. Blanchard et l’américain J. Jeffries avaient réussi la traversée (...)

25L’événement le plus médiatisé est probablement la traversée du 25 juillet 1909, entre Calais et Douvres, réalisée avec succès par le français L. Blériot dans le contexte de « la course à la Manche ». Le franchissement du détroit par les airs a été marqué par des drames humains, comme la tentative avortée de J.-F. Pilâtre de Rozier et de P.-A. Romain le 15 juin 1785 : en souhaitant rallier les côtes anglaises de Boulogne-sur-Mer en ballon dirigeable, les deux hommes périrent quelques kilomètres plus au nord15. Plus récemment, le 26 septembre 2008, Y. Rossy, surnommé « Fusion Man », a réalisé la traversée entre Calais et Douvres, en une dizaine de minutes, à l’aide d’une aile en carbone, équipée de quatre réacteurs, marquant ainsi une nouvelle étape dans la technologie de l’aéronautique.

26La coupure maritime a créé une forte émulation pour tenter la traversée à la nage. Si régulièrement, des nageurs tentent de relier les deux côtes, avec plus ou moins de succès, l’anglais M. Webb, est reconnu officiellement pour avoir effectué la première traversée de la Manche à la nage le 25 août 1875. La première femme à réaliser cette performance fut l’Américaine G.C. Ederle, le 6 août 1926. À une période plus actuelle (2010), P. Croizon est le premier homme handicapé à avoir réalisé la traversée, entre Folkestone (Angleterre) et Wissant (France).

27Enfin, l’ouverture commerciale du tunnel sous la Manche concrétise près de deux siècles de projets, le premier ayant été imaginé par le français Albert Mathieu-Favier en 1801. Un consortium de dix entreprises (cinq françaises et cinq anglaises) réalise l’ouvrage entre le 15 décembre 1987 et le 10 décembre 1993. Inauguré le 6 mai 1994, il fut ouvert au service commercial le premier juin 1994.

28Le seuil que marque le détroit a demandé, et demande encore, de l’ingéniosité, de la perspicacité, du courage ou de la folie, incitant les individus et les sociétés à « franchir ce pas », par un moyen ou par un autre, malgré « l’effet frontière » persistant.

La rupture scalaire

29Le détroit, souvent reconnu comme un lieu géostratégique majeur dans le cadre des échanges internationaux est, à un échelon local, un lieu de vie assimilable à un géosystème dont les éléments constitutifs sont en constante interactions et interrelations (Herbert, 2011).

30Ces deux échelles impliquent l’imbrication des dimensions mondiales et locales dans un espace commun (figure 3). Le détroit peut être comparé à un espace parcouru par des lignes parallèles (fluides) et sécantes (apparition d’un accident, d’une situation de crise ou de conflit). Au large des côtes se croisent des navires dont la plupart empruntent le DST, coupé par les ferries « transmanche ». Ces trafics internationaux ne participent pas ou prou à la vie locale. Seuls les ferries animent les deux ports des pays riverains. A contrario, l’espace terrestre est géré par les collectivités locales, dont les priorités sont orientées sur la vie quotidienne des administrés : elles répondent ainsi aux problématiques qui entrent dans leur champ de compétence : Plans locaux d’urbanisme (PLU), Schémas de cohérence territoriale (SCOT), conflits de voisinage, gestion des écoles primaires…

Figure 3. Le détroit, des parallèles et des sécants

Figure 3. Le détroit, des parallèles et des sécants
  • 16 Cette pollution a également touché les côtes anglaises, belges et néerlandaises.

31Ces deux « mondes » évoluent parallèlement, avec des temporalités très éloignées. Pourtant, les problématiques peuvent interférer, notamment en cas de crise. L’exemple le plus significatif est illustré par l’accident maritime qui peut conduire à une pollution terrestre, comme l’échouage du car carrier norvégien Tricolor, survenu en décembre 2002, et dont les conséquences ont provoqué une série de pollutions sur les rives du détroit, nécessitant l’intervention des collectivités locales pour le nettoyage des plages (Herbert et Louvet, 2006) durant l’année 200316.

Figure 4. La plaisance, du détroit à la côte

Figure 4. La plaisance, du détroit à la côte

V. Herbert, 2009

32L’interrelation entre la mer et la côte peut se révéler de façon amplifiée en cas d’accident : il rappelle les risques inhérents à la navigation dans le détroit (Figure 4). Le « terrien » constate la présence d’un espace de « vie » au large, susceptible d’interférer sur ses pratiques plagiques et quotidiennes ; les collectivités locales doivent avoir conscience qu’elles restent vulnérables aux aléas exogènes à leur territoire de compétence, situés au-delà des 300 m en mer.

La rupture juridique

33Les interactions conduisent à des interférences juridiques, entre le cadre international et les pratiques du territoire local.

  • 17 Le Mare liberum est issu d’une plaidoirie rédigée par Grotius en 1605 pour la liberté des mers : De (...)

34La définition de la Convention sur le Droit de la mer de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) suppose une continuité dans le respect de la libre circulation des mers (principe de mare liberum, édité par Hugo Grotius en 160917) : « Un détroit international, faisant communiquer deux parties de haute mer ou de ZEE, constitué des eaux territoriales de pays riverains » (ONU, 1982). Le pas de Calais entre dans ce cadre depuis 1982, la conséquence étant l’obligation par les États riverains des détroits de faire respecter le « droit de transit » (Partie III, section 2, article 44 de la Convention).

35Les opérations « bigorneau » menées par les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer en mer constituent une entrave au droit de transit : au printemps 2008 et en avril 2009, les marins-pêcheurs ont tenté de perturber le trafic maritime dans le pas de Calais (passage du DST à contre sens, vitesse limitée à 3 nœuds, la norme étant de 15 nœuds), en réaction à la politique des Taux de Capture Admissibles de l’Union Européenne et à la hausse du prix du gazole. Les interactions s’établissent entre le niveau local (aspect social de la pêche) et international (politique européenne des quotas de pêche, respect des règles de la Convention de 1982) : le fait de bloquer un détroit servant à la navigation internationale est une entrave au droit de la mer. Dans ce contexte, les autorités françaises doivent assurer la pérennité de la circulation longitudinale et transversale du détroit, à l’aide de sa marine nationale.

36« L’Entre deux terres » constitue un espace de rupture : « être ou ne pas être dans l’espace Schengen ». Les détroits sont des passages continentaux « privilégiés » lorsque l’État d’une rive offre des conditions sociales et juridiques supposées plus intéressantes que celles de la rive opposée. En souhaitant atteindre l’Angleterre, les immigrés clandestins, en provenance de zones en état de guerre (Kurdistan irakien, Afghanistan, Érythrée), sont bloqués à Calais et dans ses environs, leur statut ne leur permettant pas d’entrer librement en Angleterre (hors espace Schengen). En attendant de saisir une opportunité de passage pour l’Angleterre), ces migrants vivent dans des camps de fortune, dans les environs de Calais. Depuis la disparition du centre de la Croix-Rouge française, imposée par le Ministère de l’Intérieur en 2002, de nouvelles formes d’occupations se sont développées dans la région : camps précaires et conditions de vie extrêmes, à proximité du port et du tunnel. Un site, surnommé « la jungle » démantelé en septembre 2009, constituait le lieu symbolique, mais effectif de rassemblement des candidats à la traversée. La présence d’un contrôle de frontière dans les ports est la conséquence directe de cette distinction juridique entre les deux États riverains du détroit.

Le pas de Calais, un espace de coopération et de projets

La sécurité maritime

37La densité du trafic maritime représente un risque important de collisions, malgré les dispositions et les aménagements en matière de prévention et de sécurité. Le CROSS Griz-Nez est chargé de cette mission, avec son homologue anglais, le Maritime Rescue Coordination Center, géré par la Dover Coastguard Agency.

38En 2012, 43 navires de commerce se sont reportés au CROSS en avarie ou en difficulté de navigation. Les navires en Message d’avarie (DEFREP, Deficience report) sont de taille imposante (entre 69 et 347 m et 44 %, plus de la moitié d’entre eux était supérieure à 110 m (56 %). Une partie de la flotte est âgée, puisque plus d’un quart du transit (26 %) a plus de 25 ans (CROSS, 2013).

39Ce contexte a conduit, depuis les années soixante, à développer la coopération internationale pour la gestion de l’espace maritime. La première concrétisation fut la mise en place du premier DST mondial dans le pas de Calais, en 1967, sous l’égide de l’OMI. L’échouage et la pollution du Torrey Canyon au sud-ouest de l’Angleterre la même année a accéléré le processus.

  • 18 Les parties contractantes sont le Royaume-Uni, la France, mais aussi les États de la Mer du Nord et (...)

40La première étape a donné lieu à l’Accord de Bonn, en 196718. Dans le pas de Calais, il a facilité la coopération franco-britannique, en matière d’organisation d’interventions en mer : l’accord bilatéral Manche Plan est entré en vigueur le 15 mai 1978. Son principe est fondé sur l’organisation d’un exercice conjoint annuel – le Manchex – orienté sur la coordination des secours en mer et la lutte contre les pollutions. Sa zone d’application intègre le pas de Calais, dans un espace plus vaste qui comprend la Manche et une partie de la mer Celtique. Sur chaque rive, il existe un correspondant pour les actions à mener : représentant du Marine Pollution Control Unit pour la Grande-Bretagne, et préfet maritime pour la France. Le Manche Plan évolue, avec une nouvelle version du plan validée le 29 mai 2013.

41La coopération internationale opère ainsi un glissement de la gestion de l’espace maritime vers la côte, de la régulation du trafic dans le détroit (DST) à la surveillance coordonnée des flux par les autorités riveraines.

  • 19 Je remercie chaleureusement le Lieutenant Jean-Loup Langlet, chef de centre du SDIS (Service départ (...)

42Une nouvelle étape a été franchie en 2012, avec le projet de mise en service du groupe d’intervention transfrontalier du Maritime Incident Response Group-European Union (MIRG-EU), à l’initiative des collectivités locales19. Son principe est de coordonner une brigade européenne pour intervenir directement sur les navires, afin de gagner du temps et limiter l’incendie. L’unité implique 36 sapeurs-pompiers formés et spécialisés dans chaque État intégré au projet (Angleterre, Belgique, France, Pays-Bas). Ce projet devrait faciliter le gommage de la rupture juridique persistante qui limite la compétence des collectivités territoriales à 300 m en mer, au moins dans les domaines de la prévention et la gestion des accidents et pollutions maritimes.

L’impulsion des collectivités riveraines

43L’appréhension de l’espace maritime par les collectivités locales s’inscrit dans le cadre d’une volonté institutionnelle de rapprochement et de coopération entre les deux rives. Le réseau Arc Manche, créé en 1996, intègre les collectivités territoriales britanniques et françaises riveraines de la Manche. Son objectif est de promouvoir la coopération franco-britannique, notamment dans le domaine maritime. Le réseau impulse des projets communs financés par des fonds européens.

44Localement, et depuis plusieurs années, le Conseil Général du Pas-de-Calais et le Comté du Kent œuvrent dans ce sens, en multipliant les initiatives de rapprochements. La première coopération significative est la signature du Protocole d’accord de partenariat entre les deux territoires le 8 novembre 2005. Son principe est orienté vers la coordination de programmes dans des domaines variés comme le social, le tourisme, l’art, le sport ou le développement durable. L’aménagement et la rénovation du château d’Hardelot sont une illustration concrète : situé au sud de Boulogne-sur-Mer, le Centre Culturel de l’Entente Cordiale, ouvert depuis 2009, accueille des programmations consacrées à la culture britannique. Le Protocole de 2005 a permis la création d’un Blogue 1,2,3… Yes ! Ouvert aux collégiens du Kent et du Pas-de-Calais. Cet outil, financé par un programme Interreg IIIA, doit inciter à leur mobilité. Le Journal des collégiens du Kent et du Pas-de-Calais relate leurs expériences20.

45En 2009, pour fêter le centenaire de l’exploit de Louis Blériot, les deux collectivités ont coordonné un programme événementiel intitulé « 2009, franchissons le Pas… The Channel hop ! », dont le point d’orgue des manifestations fut la date anniversaire de la traversée.

  • 21 Stéphane Danger, Base arrière des JO : peu de touristes, mais des équipements en devenir, dans La s (...)

46Le sentiment de proximité qu’éprouve la région du Nord-Pas-de-Calais à l’égard de l’Angleterre est visible dans le contexte des Jeux olympiques (JO) de Londres de 2012. En 2005, la commission exécutive du Comité international olympique avait désigné, au deuxième tour, la ville de Londres. La région du Nord-Pas-de-Calais a saisi l’opportunité de se présenter comme « base arrière » des JO, pour la période de préparation. Cette perspective a favorisé l’investissement d’infrastructures sportives : construction à Gravelines d’un stade multi-nautisme olympique ; rénovation de la base nautique de Boulogne-sur-Mer ; construction d’une salle de lutte à Marquise ; rénovation et extension du centre de voile à Wimereux… Si les effets escomptés en matière touristique semblent limités, le Président du Pas-de-Calais considère que l’impact sportif est positif, avec la visite de sportifs originaires de 50 nationalités différentes. Selon lui, le Département devrait bénéficier de ces nouveaux équipements21.

  • 22 Ce Forum ne doit pas être confondu avec le Forum de la Manche, du programme CAMIS, dans le cadre d’(...)
  • 23 www.nostraproject.eu

47Le Kent et le Pas-de-Calais coordonnent des actions qui impliquent directement le détroit : les deux collectivités sont à l’origine du Forum de la Manche – mer du Nord, organisé à deux reprises, en 2009 et 201022. Le principe est de faire émerger des projets de coopérations transfrontalières, notamment dans la gestion du détroit. Ces deux forums alimentent des travaux qui ont permis de concrétiser le projet NOSTRA23 (Network of straits), auquel les deux collectivités participent, dans le cadre d’un projet Interreg IVC (période 2012-2014). Ce projet, acté en 2010, concerne 8 détroits européens dont le pas de Calais et 17 collectivités et structures locales. L’initiative vise, à terme, à améliorer les outils de gouvernance transfrontaliers des collectivités locales riveraines des détroits. Le projet comprend 3 phases pour les trois années : visites de terrain ; analyse des impacts sur le patrimoine naturel ; séminaires transversaux.

48Il est notable de constater que les acteurs du monde économique s’intéressent à leurs homologues « transdétroit », puisque l’Association cercle côte d’Opale synergie, regroupant des décideurs et des acteurs économiques a organisé le 23 mai 2013 un débat public consacré à la question : « un pont sur la Manche ? ». La question, posée de façon ironique, a permis d’échanger sur les perspectives économiques de part et d’autre du détroit.

L’activité plaisance, un réseau dans le détroit ?

  • 24 Le « dessin » correspond à la fusion des termes « détroit » et « bassin ». Il est prétexte à la cré (...)

49La plaisance dans le détroit peut constituer un projet opérationnel, dans le cadre des échanges entre les deux rives du détroit. Nous reprendrons une réflexion développée par un programme commandité par le Syndicat mixte de la côte d’Opale (SMCO) et financé par la région Nord-Pas-de-Calais, entre 2010 et 2012 (Bétourné et al., 2012). Ce travail a conduit à proposer l’intégration concertée de la plaisance comme vecteur terre-mer-terre entre le Pas-de-Calais, le détroit et le Kent. La proposition initiale était déclinée sous l’acronyme ESCAL (Éducation, Sensibilisation, Culture, Aménagement, Loisirs). Nous proposons d’y ajouter un E pour Environnement : le projet ESCALE, un « dessin » d’excursion24 :

  • l'Éducation, pour offrir au jeune public des formations dans diverses activités nautiques (kite-surf, planche à voile, char à voile). Le projet consisterait à favoriser des partenariats entre les clubs nautiques et les gestionnaires de la plaisance.

  • la Sensibilisation auprès des foyers émetteurs terrestres, fondée sur la mise en valeur des voies fluviales, permettant de connecter la côte à l’arrière-pays littoral (espace bruxellois, bassin lillois). Cela implique le bassin méridional londonien.

    • 25 On peut faire référence aux chantiers Léon Lefèvre, qui ont construit notamment La Curieuse, Ketch (...)

    la Culture du patrimoine local, par la promotion de l’histoire locale et régionale (pêche et chantiers de construction navale à Boulogne-sur-Mer25). Des associations peuvent s’impliquer par la rénovation d’anciens navires de pêche. Les musées locaux constituent un appui opérationnel (Nausicaá à Boulogne-sur-Mer, Maréis à Étaples, Musée portuaire de Dunkerque).

  • l’Aménagement d’espaces fonctionnels sur les sites portuaires (rampes de mise à l’eau, atelier de construction, réparation, zone de carénage). La cohabitation avec les activités historiques et leur mise en valeur peut s’appuyer sur le savoir-faire local (chantiers navals existant comme la SOCARENAM – Société calaisienne de réparation navale et mécanique –). Cet aspect peut aussi faire l’objet d’un développement de la formation dans les domaines de la construction navale.

  • l’Environnement, fondé sur les espaces naturels des deux rives : Grand site national de France des Deux-Caps, prétexte à une halte locale, parc marin des Aires marines protégées, validé en janvier 2013. L’accessibilité locale – lien entre l’espace urbano-portuaire et la côte – pourrait être assurée par la mise à disposition de bicyclettes.

50Le détroit du Pas de Calais pourrait être défini comme un bassin d’excursions, intégré dans un réseau portuaire de plaisance. Le principe serait d’organiser des « sea-trips » sur 24 h, au départ et à destination de l’un des ports. L’ensemble pourrait être coordonné par le Réseau Plaisance côte d’Opale, qui a développé, en 2005, un nouveau partenariat, Transmanche sailing, avec les ports du sud-est de l’Angleterre (Eastbourne, Douvres et Ramsgate).

Conclusion

51Avant le début de la transgression flandrienne, il y a 10 000 ans, il était possible de traverser à pied le détroit du Pas de Calais ; désormais, ce dernier constitue une rupture physique, matérialisée par une coupure marine d’un minimum de 30 km entre les rives anglaises et françaises. Malgré les diverses tentatives de traversées, la frontière entre le vieux continent et Albion persiste. Si l’Entente cordiale de 1904 a permis de faciliter les relations nationales, certaines barrières persistent, et ont déjà été soulignées par Buléon (1999) et rappelées par Picouet et Renard (2002). Elles sont d’ordre économique : le Transmanche n’est plus actif à Boulogne-sur-Mer depuis le mois de septembre 2011. Ensuite, le remorqueur anglais Anglian Monarch qui était conjointement affrété par la France et l’Angleterre depuis 2000 pour la surveillance du détroit n’est plus en service du fait d’une décision unilatérale du Parlement britannique de supprimer ses quatre remorqueurs d’urgence, pour des raisons budgétaires. Du côté français, l’Abeille Languedoc assure désormais la surveillance du détroit. La frontière est aussi juridique, le Royaume-Uni n’étant pas dans l’espace européen de Schengen. Enfin, la barrière reste culturelle, la langue constituant toujours un obstacle pour la communication quotidienne et une compréhension mutuelle.

52Pourtant, des éléments de rapprochements sont tangibles à l’échelle des collectivités locales, dont les actions prolongent le dispositif transfrontalier d’accords européens existant en matière de prévention et de gestions d’accidents maritimes. Nous avons mentionné le Forum de la Manche-Mer du Nord, qui s’inspire du Forum de la Manche du programme CAMIS… Nous pouvons modestement suggérer que l’intitulé « Forum du pas de Calais – Dover Strait » aurait permis de le distinguer de ses deux entités maritimes voisines.

53Du « terraqué » défini par Segaud (2001), le détroit, espace de ressources « entre-deux » rives, peut devenir progressivement le prolongement commun de « Pays maritimes » (tels que définis par Lebahy (2001)). Il évoluerait actuellement d’une frontière transversale fermée à une frange pionnière, une « Mer côtière », selon l’acception de Trouillet (2003), fondée sur l’approche de P. Pinchemel : la « spatialisation » du détroit conduirait, sinon à sa socialisation progressive, du moins à sa reconnaissance, confirmée par le développement d’outils d’aide à la gestion de l’espace comme la « Planification Spatiale Maritime » (Queffelec, 2010).

54D’un point de vue opérationnel, la convergence des échelles et des milieux maritimes et terrestres est nécessaire à la territorialisation d’un espace maritime commun et transfrontalier. Le détroit du Pas de Calais nécessite une gestion fondée sur une coopération internationale, dans un contexte européen. Elle semble se concrétiser avec le projet Nostra, et répond, en partie, aux interrogations de Picouet et Renard (2002) ; mais la démarche politique des collectivités locales doit viser l’intégration et l’implication des usagers et les riverains (incluant les habitants des espaces rétrolittoraux) : LA GIZC doit se pratiquer, non se discuter !

55Le projet de classement du détroit au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, porté par le département du Pas-de-Calais et le comté du Kent, soutenu par l’Union internationale pour la conservation de la nature, est une nouvelle étape dans la gestion commune du lieu par les collectivités locales riveraines. Sans prétendre définir de manière arrêtée les dimensions et limites du détroit, nous souhaitons que cette démarche contribue à la reconnaissance du pas de Calais – Dover strait comme espace particulier et distinct de la Manche et de la mer du Nord. Cela faciliterait probablement les démarches de gouvernance et de gestion intégrée du détroit.

Haut de page

Bibliographie

Bétourné, N., C. Gibout, V. Herbert et S. Valcke S., 2012, Les ports de la Côte d’Opale : regards de plaisanciers étrangers et comparaisons avec des ports du nord-ouest européen. Rapport final SMCO-NPDC, 91 p.

Buléon, P., 1999, Proximités croissantes. Les sociétés littorales de la Manche, changements : entre facteurs de rapprochement, freins et décalages, Hommes et Terres du Nord, n° 1, pp. 3-12.

CAMIS, 2011, Collectivités du littoral de la Manche : quelles actions et quels moyens face au risque de pollution maritime accidentelle ? Acte du Colloque franco-britannique, Assemblée des Régions de l’Arc Manche, VIGIPOL, Conservatoire du Littoral, Fécamp, 28 janvier, 50 p.

Carpentier A., F. Coppin, J.-C. Dauvin, N. Desroy, J.M. Dewarumez, P.D. Eastwood, B. Ernande, S. Harrop, Z. Kemp, P Koubbi, N.L. Williams, A. Lefebvre, M. Lemoine, C.S. Loots, C. Martin, G.J Meaden, N. Ryan, L. Tan, S. Vaz et M. Walkey, 2005, Atlas des Habitats des Ressources Marines de la Manche Orientale, Projet CHARM, INTERREG IIIA, 225 p.

CRPmEm, Nord-Pas-De-Calais/Picardie, 2010, Cahiers d’acteurs n° 28, août 2010, 4 p.

Conseil international de la langue française, 1990, Dictionnaire de l’océan, Paris, CILF, 761 p.

Corlay, J.-P., 1995, Géographe sociale, géographie du littoral, Norois, n° 165, Poitiers, pp. 247-265.

CROSS Gris Nez, 2013, Bilan d’activité 2012, DAM, DIRM Manche Est - Mer du Nord, MEEDE, DGITM, 38 p.

DIREN Nord-Pas-de-Calais, 2004, Atlas Polmar du Pas-de-Calais, version finale validée, 324 p.

Encyclopaedia universalis, 1983, Le grand atlas de la mer, Paris, 1983, Albin Michel, 320 p.

ENR/OELM (Espace Naturel Régional/Observatoire de l’Environnement Littoral et Marin), 1999, Atlas Cartographique du Littoral Nord-Pas-de-Calais. Lille, Région Nord-Pas-de-Calais, 31p.

Grand Port Maritime de Dunkerque, 2013, Rapport d’activité 2012, 92 p.

GSF des Deux-Caps Blanc-Nez, Gris-Nez (coord.), 2012, Bilan du 1er Séminaire GSF Les Deux-Caps Blanc-Nez, Gris-Nez, Jeudi 9 février, Maison du Département du Boulonnais, 23 p.

Herbert, V., 2011, Les détroits internationaux : diversité spatiale, complexité territoriale, in Le monde vu à la frontière, sous la direction de P. Picouet, L’Harmattan, Paris, pp. 139-173.

Herbert, V. et C. Louvet, 2006, L’accident du Tricolor et ses effets sur la Côte d’Opale : bilan de deux modes synchrones de gestion côtière d’une pollution maritime de moyenne ampleur, Actes du colloque international Interactions nature-société, analyses et modèles, La Baule, 3-6 mai, 5 p.

Lasserre, J.-C., 2003, Le Pas-de-Calais et le détroit de Gibraltar : quels enjeux géopolitiques ? Études internationales, vol. 34, n° 2, 2003, p. 195-212.

Lebahy, Y. (dir.), 2001, Le pays maritime un espace projet original, PUR, Rennes, 117 p.

Organisation des Nations Unies (ONU), 1984, Le droit de la mer : Texte officiel de la Convention des Nations Unies sur le Droit de la mer, et ses annexes accompagnées d’un index, acte final de la troisième conférence des Nations Unies sur le droit de la mer, New York, 267 p.

Picouet, P. et J.-P. Renard, 2002, Les détroits : de nouveaux territoires ? L’exemple du pas de Calais, Mappemonde, n° 65, 2002.1, pp. 7-11.

Queffelec, B., 2010, Planification spatiale maritime : perspectives transfrontalières, deuxième forum de la Manche-Mer du Nord, Boulogne-sur-Mer, 3 novembre, power point, 74 p.

Segaud, M., 2001, Le terraqué, un espace sans région, actes du colloque Les territoires de la ville portuaire, Dunkerque, 11/12 décembre 1999, AIVP, Le Havre, pp. 159-162.

Trouillet, B., 2003, La « mer côtière » : une frange pionnière. Essai sur la construction d’un ensemble territorial. 6èmes Rencontres de Théo Quant. Février 2003, sous la direction de J.-P. Antoni, Laboratoire ThéMA, UMR 6049)-CNRS, Université de Franche-Comté, Besançon, 5 p.

United Kingdom Hydrographic Office (UKHO), 2011, Admiralty chart : Dover Strait Western, Part, Scale 1 :75000, Chart 1892, date de publication : 21/12/1973, dernière édition : 22/09/2011.

United Kingdom Hydrographic Office (UKHO), 2012, Admiralty chart : Dover Strait Eastern Part, Scale 1 :75000, Chart 323, date de publication : 26/05/1989, dernière édition : 23/02/2012.

Haut de page

Notes

1 Le département du Pas-de-Calais (entité administrative départementale française) ne doit pas être confondu avec le pas de Calais (le détroit, la « passe »), ou détroit du Pas de Calais (en référence à la spécificité du passage).

2 Elles seraient comprises entre une ligne joignant Boulogne-sur-Mer au Cap Dungeness et celle qui relie Dunkerque au Cap North Foreland. Cette définition est utilisée par P. Picouet et J-P. Renard (2002).

3 http://atlas-transmanche.certic.unicaen.fr/

4 http://www.universalis.fr/encyclopedie

5 Les coordonnées pour le pas de Calais sont : 50°15’N – 50°45’N – 51°14’N – 51°15N.

6 Plus précisément, pour 2012, en Compte-Rendu Obligatoire : 37 943 dans la voie montante, 37 202 dans la voie descendante.

7 François-Xavier Nettersheim, ingénieur maritime et ancien commandant de la marine marchande, m’a suggéré l’appellation « Tunnel sous le détroit ». Il confirme les propos de J.-C. Lasserre qui considère que le tunnel est « appelé à tort sous la Manche » (J.-C. Lasserre, 2003).

8 http://www.eurotunnelgroup.com/fr/groupe-eurotunnel/exploitation/chiffres-de-trafic/

9 http://www.insee.fr

10 Pour les affaires maritimes françaises, une flotte est définie artisanale lorsque Le patron-propriétaire est embarqué.

11 Ils comprennent les secteurs IV, V, VI et VII définis par le CIEM. Les auteurs de l’Atlas de l’ENR ont traduit, pour chaque secteur, les captures correspondant à l’effort de pêche cumulé et continu rapporté à un bateau : il correspondrait à plus de 13 années pour ces deux seules zones, très nettement devant les espaces suivants – sud de la mer Celtique, Manche et sud de la mer du Nord .

12 Marine Management Organisation, UK Sea Fisheries Statistics 2011 – Tables : http://www.marinemanagement.org.uk/fisheries/statistics/annual2011.htm

13 http://www.portboulogne.com/

14 Le CNM à Boulogne-sur-Mer est l’équipement touristique payant le plus visité du Nord-Pas-de-Calais avec 600 000 visiteurs par an (http://www.agglo-boulonnais.fr/tourisme-nature/nausicaa/). Le nombre annuel de visiteurs fréquentant le site est estimé à plus d’1 million (GSF les Deux-Caps, 2012).

15 Le 7 janvier 1785, le français P. Blanchard et l’américain J. Jeffries avaient réussi la traversée dans le sens Angleterre-France (de Douvres à Guînes), en bénéficiant des vents dominants. L’objectif de Pilâtre de Rozier et de Romain était de réaliser le même exploit dans l’autre sens.

16 Cette pollution a également touché les côtes anglaises, belges et néerlandaises.

17 Le Mare liberum est issu d’une plaidoirie rédigée par Grotius en 1605 pour la liberté des mers : De jure praedae.

18 Les parties contractantes sont le Royaume-Uni, la France, mais aussi les États de la Mer du Nord et de la Mer Baltique : Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Danemark, Suède et Norvège. L’Accord a été révisé et ratifié en 1983. L’ensemble de La Communauté européenne était devenu contractant à cette occasion. En 1987, l’Accord a été étendu au domaine de la surveillance.

19 Je remercie chaleureusement le Lieutenant Jean-Loup Langlet, chef de centre du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) de Marquise (Pas-de-Calais) pour ces précieuses informations.

20 http://www.123yes.org

21 Stéphane Danger, Base arrière des JO : peu de touristes, mais des équipements en devenir, dans La semaine dans le Boulonnais du 29 août 2012, [En ligne] URL http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/boulogne/2012/09/03/article_base_arriere_des_jo_peu_de_touristes_mai.shtml

22 Ce Forum ne doit pas être confondu avec le Forum de la Manche, du programme CAMIS, dans le cadre d’Arc Manche, et financé par le programme européen Interreg IVA, pour la période 2009-2013. Le projet rassemble 19 partenaires des deux côtés de la Manche, dont la Région Nord-Pas-de-Calais et le Kent. CAMIS a organisé quatre forums : Exeter en 2010, Rennes en 2011, Southampton en 2012 et Caen en 2013. On peut penser que CAMIS a inspiré les élus du Kent et du Pas-de-Calais pour une démarche appliquée localement au détroit du Pas de Calais.

23 www.nostraproject.eu

24 Le « dessin » correspond à la fusion des termes « détroit » et « bassin ». Il est prétexte à la création de chemins, de routes d’excursion, qui apparaissent sur une carte sous forme de points, de lignes et de figures géométriques.

25 On peut faire référence aux chantiers Léon Lefèvre, qui ont construit notamment La Curieuse, Ketch lancé à Boulogne-sur-Mer le 3 avril 1912 et comprenant sept hommes d’équipage. Ce navire a participé à l’exploration des îles Kerguelen, sous le commandement du Capitaine du navire, Raymond Rallier du Baty. Ce dernier donnera le nom de Léon Lefèvre à l’une des îles Kerguelen en hommage au constructeur du navire…Je tiens à remercier particulièrement Valérie Leprêtre pour cette source d’information.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La zone d’étude du Projet CHARM (phase 1) et sa localisation géographique dans l’Europe de l’Ouest. Latitude : de 49.5° N à 51.1° N ; longitude : de 0° à 2.5°
Crédits Carpentier A. (coord.), Harrop S. (coord.) et al., 2005
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/14313/img-1.png
Fichier image/, 254k
Titre Figure 2. Distances séparant les ports de plaisance du pas de Calais
Crédits Conception/Réalisation : V. Herbert, d’après fond Google Earth
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/14313/img-2.png
Fichier image/, 1,2M
Titre Figure 3. Le détroit, des parallèles et des sécants
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/14313/img-3.jpg
Fichier image/, 96k
Titre Figure 4. La plaisance, du détroit à la côte
Crédits V. Herbert, 2009
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/14313/img-4.png
Fichier image/, 461k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Herbert, « L’émergence des collectivités territoriales riveraines dans la gouvernance du pas de Calais - Dover strait : une implication salutaire », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 18 | décembre 2013, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/14313 ; DOI : 10.4000/vertigo.14313

Haut de page

Auteur

Vincent Herbert

Maître de Conférences, Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société (TVSE), Université du Littoral Côte d’Opale / Université Lille-Nord de France, CS 90005 -F- 59044 Lille, France, Courriel : vhlittoral@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page