Navigation – Plan du site

Résumés

Des transformations dans la politique, l’environnement et l’économie mènent à une urbanisation rapide et davantage de risque et de vulnérabilité pour de nombreux groupes de populations. La recherche sur l’économie des ménages a identifié trois caractéristiques principales de la vulnérabilité urbaine : la marchandisation, les aléas environnementaux et la fragmentation sociale. De nombreux atouts aident les gens à faire face à leur condition vulnérable. En nous appuyant sur cette recherche, nous suggérons une approche innovante combinant la perspective de risque de l’épidémiologie classique avec la perspective vulnérabilité des sciences sociales. Cette approche a été appliquée à une série d’études de cas dans des villes d’Afrique de l’Ouest. Elles fournissent de nouveaux résultats sur l’exposition des gens au risque de santé, leurs capacités et le niveau et le type de potentialité à l’intérieur d’une communauté ou d’un ménage. Nous concluons que le risque et la vulnérabilité fournissent des points focaux pour l’évaluation scientifique et la négociation politique menant à des actions de santé publique appropriées localement et adaptées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’Afrique traverse des changements démographiques, politiques et économiques hautement dynamiques et liés entre eux, affectant la santé et le bien-être de ses nombreux groupes de population et menant à une augmentation du risque et de la vulnérabilité. La croissance de la population et sa pression sur la terre arable, la dégradation environnementale et les transformations économiques conduisent à des mouvements de population sans précédent vers les espaces urbains. Les gouvernements nationaux ont de la peine à satisfaire les nécessités les plus urgentes de populations en croissance rapide. En conséquence, des proportions croissantes de la population urbaine sont exclus des services de base, exposées à de hauts risques et peuvent à peine gagner leur vie. Des stratégies innovantes, adaptées et effectives sont nécessaires afin d’améliorer les options de planification et les interventions pour les populations urbaines désavantagées. Cette édition spéciale présente un nouveau cadre qui combine les approches du risque et de la vulnérabilité et évalue de manière critique les caractéristiques principales de la vulnérabilité urbaine en se basant sur les études de cas dans les villes de l’Afrique de l’Ouest.

Urbanisation et santé

2Nous vivons dans un monde qui s’urbanise rapidement. Pour la première fois dans l’histoire, le monde aura bientôt plus de résidents urbains que ruraux (UN, 2004). En Europe, Amérique du Nord, Amérique du Sud et Caraïbes, une majorité vit déjà dans les espaces urbains. En Afrique et en Asie, les niveaux d’urbanisation sont plus bas, mais ils les rattrapent rapidement. La croissance urbaine en Afrique s’est produite essentiellement au cours des cinquante dernières années, passant d’environ 32 millions en 1950 à plus de 350 millions en 2005. La vitesse et l’échelle de cette croissance posent de formidables défis à la région et aux différents pays. La croissance urbaine en Afrique de l’Ouest reflète ce développement général. De 1950 à 2005, Nouakchott en Mauritanie a fait face à une croissance de population de 1000 à 636 000 habitants, N’Djamena au Tchad de 37 000 à 866 000 et Abidjan en Côte d’Ivoire de 59 000 à 3,5 millions.

3L’urbanisation influence clairement de nombreux aspects de la santé et du bien-être des gens (Galea et coll. ,2005,): ce qu’ils mangent, l’air qu’ils respirent et l’eau qu’ils boivent, où ils travaillent, l’habitat qui les abrite, les arrangements familiaux, où ils se rendent pour les soins de santé, le danger qu’ils rencontrent dans la rue, et qui est disponible pour le soutien pratique, émotionnel et financier. L’urbanisation ne constitue pas forcément une menace pour la santé, comme le montre l’expérience de nombreuses villes dans des pays riches. Toutefois, si la croissance urbaine rapide se combine avec le déclin économique, la mauvaise gestion et/ou les troubles politiques, les administrations des villes ne sont plus capables de protéger les habitants des aléas naturels et humains, incluant les effets négatifs de la globalisation (Tabibzadeh et coll., 1989). C’est le cas dans de nombreuses villes africaines où environ 50 pour cent de la population vit dans des bidonvilles, manifestation physique et spatiale de la pauvreté urbaine et de l’inégalité intra-ville caractérisée par un habitat de moindre qualité ou informel, le manque d’accès aux services de base, la pauvreté et l’insécurité (UN-Habitat, 2003).

Risque et vulnérabilité

4Au cours des décennies passées, de nombreuses études épidémiologiques ont été menées pour décrire l’étendue, la nature et la distribution des problèmes de santé des populations urbaines et pour mesurer l’impact sur la santé de nombreux facteurs (Satterthwaite, 1993; Harpham et Tanner, 1995; Atkinson et coll., 1996; Harpham et Molyneux, 2001; McGranahan et coll., 2001). Les risques urbains de santé varient entre les aspects tangibles de l’environnement physique (tels que la qualité de l’eau et de l’habitat, la disposition des déchets et la qualité du sol) et une synergie complexe de facteurs de risques physiques et sociaux, de stress chronique, et à court terme, de blessures et de violence.

5Ces études se centrent généralement autour du concept de risque. Elles décrivent qualitativement et analysent quantitativement les facteurs de risque pour fournir une base à la planification basée sur des éléments tangibles et les interventions de santé. Ces interventions sont souvent avantageuses en termes de coût, mais font face au problème de la conformité si les risques sont mesurés et les interventions formulées sans inclure le point de vue des bénéficiaires visés.  

6Au Nord également, les approches scientifiques de l’évaluation des risques et de leur gestion ne donnent pas toujours les résultats espérés. Les perceptions publiques ne sont pas toujours en accord avec celles des scientifiques, et ces différences aboutissent souvent à d’intenses controverses publiques. Depuis les années 1990, les sociologues ont énoncé de manière convaincante que les concepts de risque sont des constructions sociales et culturelles (Douglas, 1992) et sont sujettes à la négociation politique (Beck, 2003). Ils ont montré que même si les risques sont vus comme un aléa objectif, ils sont toujours négociés par des processus sociaux et culturels (Oliver-Smith et Hoffman, 1999; Caplan, 2000; Krüger et Macamo, 2003). Depuis le milieu des années 1990, l’amélioration de la communication du risque et de la confiance entre toutes les parties est  vue comme essentielle pour la résolution des visions et des intérêts conflictuels.

7Ainsi, afin de compléter les approches conventionnelles du risque, nous avons besoin d’approches qui fournissent davantage d’information sur les aspects sociaux de la vie quotidienne et sur l’expérience de la santé et de la maladie dans la ville, une approche plus « centrée sur les gens » qui nourrisse une meilleure compréhension du travail interne aux communautés (Harpham 1996; Harpham & Molyneux 2001). Le concept de vulnérabilité est bien adapté pour une telle approche complémentaire (Obrist & van Eeuwijk 2003; Obrist 2006).

  • 1 Il n’existe pas d’équivalent français de ce mot anglais, qu’on pourrait traduire approximativemen (...)
  • 2 “Vulnerability, though, is not the same as poverty. It means not lack or want, but defencelessness, (...)

8Dans le champ des études du développement, les concepts de “livelihood1 et vulnérabilité ont été introduits comme substituts de “pauvreté”. Chambers (1989) a soutenu que la définition conventionnelle de la pauvreté ne capture pas la réalité au jour le jour des gens qui vivent dans les pays en voie de développement. Elle est formulée en termes de bas revenu ou consommation afin de la rendre propre à la mesure. Si l’expérience réelle des gens est prise en compte, des dimensions additionnelles doivent être considérées, telles que “livelihood” et vulnérabilité. “Livelihood” se réfère au fait que ce qui caractérise la vie économique et sociale de la plupart des gens n’est pas l’emploi, mais des manières diverses de gagner sa vie et la sécurité. Au cours de la décennie précédente, de nombreux chercheurs et organisations ont contribué au développement des approches « livelihood » (Hussein, 2002). Pour le Département du Royaume-Uni pour le Développement International (DFID) « livelihood comprend les capacités, les biens et les activités requis comme moyen de vivre ». C’est soutenable « lorsque cela peut faire face et se remettre des stress et chocs et maintenir ou améliorer ses capacités et biens à la fois maintenant et dans le futur, sans compromettre la base de ressources naturelles » (DFID 1999/2000; suivant Chambers et Conway, 1992). “Vulnérabilité” veut dire “non pas manque ou privation, mais un état sans défense, insécure, et l’exposition aux risques, chocs et stress" (Chambers, 1989).2 D’un côté, les gens qui vivent dans des environnements désavantagés sont exposés aux chocs, risques et stress ; de l’autre, ils n’ont pas les moyens de surmonter les risques sans perte dommageable. La perte peut prendre de nombreuses formes : devenir plus faible physiquement, privé économiquement, dépendant socialement, humilié ou blessé émotionnellement.  La vulnérabilité dans ce sens est l’opposé de la sécurité. Elle se réfère aux stress et contingences et à la difficulté d’y faire face (Chambers, 1989).

9Mettre l’accent sur “livelihood” et vulnérabilité ouvre donc des perspectives plus larges et plus exhaustives. Cela rend compte du fait que la plupart des personnes ne peuvent pas compter sur un revenu régulier, mais doivent trouver des manières diverses de gagner leur vie et d’assurer leur sécurité. Ces conditions les rendent vulnérables, non seulement en termes d’exposition aux risques qui peuvent affecter les moyens de gagner sa vie et d’assurer sa sécurité, mais également en termes de manque de moyens pour faire face à ces risques.

10Le concept de vulnérabilité a sa propre histoire dans des disciplines et champs spécifiques. En médecine et épidémiologie, il se réfère souvent à des processus biologiques et physiologiques, mais en raison de la transition de la santé (ou du risque) cette compréhension s’est élargie pour inclure les aspects sociaux et économiques, par exemple dans la recherche sur le HIV/SIDA (Delor et Hubert, 2000) et sur d’autres maladies de la pauvreté telles que la tuberculose et la malaria (Bates et coll., 2004a; Bates et coll., 2004b). La définition de la vulnérabilité de Chambers a été largement citée, et son approche continue à stimuler la recherche, à la fois dans le champ académique et dans les champs appliqués, en particulier dans les études sur le développement, la sécurité et la globalisation (Bohle, 2001; Watts and Bohle 1993; Watts, 2002; Krüger et Macamo, 2003). En ce qui concerne la recherche sur la santé, cela fournit clairement une nouvelle perspective pour examiner les liens complexes entre la santé et la pauvreté. Dans cette perspective, la vulnérabilité va bien au-delà des dispositions physiques et mentales et doit être étudiée en référence aux dimensions sociales et économiques qui façonnent le « livelihood » des personnes.

11Dans une étude récente à Dar es Salaam, nous nous sommes appuyés sur l’approche de Chambers pour examiner la vulnérabilité des femmes au risques urbains de santé (Obrist, 2006). En nous basant sur une recherche ethnographique, nous avons identifié quatre options critiques dont les femmes disposent pour répondre au risque urbain de santé: 1) appliquer la connaissance de santé publique pour assurer l’hygiène personnelle et du foyer, 2) choisir entre les deux modèles de genre, soit de l’entière dépendance envers le mari et de la responsabilité partagée, 3) mobiliser l’aide au sein du foyer et 4) mobiliser l’aide à travers les réseaux sociaux et les groupes. Nous avons trouvé que la vulnérabilité baissait d’autant plus que les femmes étaient capables d’utiliser et de combiner plusieurs options.

Vulnérabilité urbaine

12Moser (1998) a appliqué l’approche de Chambers à l’étude de la vulnérabilité urbaine dans le contexte des livelihoods urbains, en particulier dans les villes affectées par des crises macroéconomiques. Elle définit la vulnérabilité comme “insécurité et sensitivité dans le bien-être des individus, des ménages et des communautés face à un environnement changeant, et implicitement, leur capacité de réponse et la résilience aux risques qu’ils affrontent durant de tels changements négatifs.” (Moser, 1998).

13L’approche de Moser (1998) identifie trois grandes caractéristiques de la vulnérabilité urbaine: la marchandisation, les aléas environnementaux, et la fragmentation sociale. La marchandisation se réfère au fait que dans l’économie urbaine, un abri, la nourriture, l’eau et de nombreux autres biens et services constituent des marchandises. Les gens ont besoin d’argent pour les payer. On pourrait dire que plus leur niveau de revenu est bas, plus ils ont de difficultés à obtenir l’accès aux nécessités de base, et plus haut est leur risque de destitution. Les aléas environnementaux principaux que Moser mentionne sont la faible qualité de l’habitat et l’approvisionnement inadéquat en eau, en systèmes d’égouts et de traitement des déchets solides. En ce qui concerne la fragmentation sociale, Moser signale qu’une plus grande hétérogénéité sociale et économique peut affaiblir la communauté et les mécanismes de confiance et de collaboration internes au ménage, spécialement dans des conditions de difficulté économique.  

14Bien que les aspects sociaux et économiques de la vie soient au centre de l’intérêt dans l’approche de Moser, elle partage des préoccupations communes avec la recherche en santé urbaine. Comme souligné ci-dessus, les spécialistes en santé urbaine considèrent des aspects similaires de la vie urbaine comme ayant un impact sur la santé, et leur orientation générale est proche de celle qui a été soulignée par Moser en termes de vulnérabilité urbaine.

15Moser (1998) est particulièrement intéressée dans les “atouts”  ["assets"], dans ce que les pauvres ont plutôt que ce qu’ils n’ont pas. En se basant sur sa recherche empirique à Lusaka (Zambie), Guayaquil (Équateur), Metro Manila (Philippines) et Budapest (Hongrie), Moser a développé un cadre de la vulnérabilité des atouts. Ce cadre examine des atouts tangibles et connus tels que le travail et le capital humain (santé, compétences, éducation), des atouts moins familiers et productifs tels que l’habitat, et des atouts intangibles largement invisibles tels que les relations internes au ménage et le capital social (réciprocité à l’intérieur des communautés et entre les ménages basée sur la confiance qui découle des liens sociaux). La question cruciale dans cette recherche est comment les pauvres gèrent ces atouts et comment leur gestion affecte la vulnérabilité du ménage.

16Dans ce schéma, la santé est aussi vue comme un atout et classifiée dans la catégorie “capital humain” (Moser, 1998). Il affirme que plus les gens sont pauvres, plus il est important d’être physiquement capable de travailler et de gagner sa vie, et plus on dépend du travail physique, plus hauts sont les coûts personnels du handicap physique. En même temps, les pauvres font face à davantage d’obstacles dans l’amélioration de la santé (accumulation d’atout). En premier lieu, leurs corps sont plus exposés à une nutrition inadéquate et à la maladie provenant d’environnements insalubres, pollués et propres aux maladies, à la fois au travail et à la maison.  En second lieu, les coûts médicaux épuisent souvent les atouts tangibles du ménage. Ceci a des conséquences particulièrement sévères pour tous les membres du ménage, si la personne qui assure le gagne-pain – que ce soit un homme ou une femme – tombe malade.

17L’approche de Moser fournit donc un cadre pour examiner divers aspects du cercle vicieux de la pauvreté et de la santé: les pauvres sont plus exposés au risque de santé, et non seulement cela les rend plus faibles physiquement, mais cela épuise également leurs ressources, réduit leur productivité et ainsi les pousse d’autant plus vers la pauvreté.

Combiner les approches de risque et de vulnérabilité

18Les articles de cette édition spéciale reposent sur une approche qui fait le lien entre ces divers fils de la recherche et visent à (1) réconcilier les concepts de risque et de vulnérabilité et (2) développer une perspective combinée pour la planification de la santé (Tanner et Mtasiwa, 2001 ; Obrist et Tanner, 2002 ; Obrist et Tanner, sous presse). Cette approche a été raffinée au cours de nombreux ateliers et à travers les études présentées dans cette édition spéciale.

19La figure 1 simplifie la comparaison des approches de risque et de vulnérabilité et illustre que l’approche du risque est – due à sa nature – très efficace à capturer l’exposition aux risques, chocs et stress dans la population, mais peine à établir la dimension de capacité et potentialité. Par contraste, évaluer la vulnérabilité peut à peine capturer les dimensions de l’exposition, mais permet une compréhension détaillée des capacités des acteurs sociales et de la potentialité de la capacité. Une approche combinée part d’une évaluation de l’exposition basée sur la population, une étape comparable à la mesure conventionnelle des risques (qui est exposé dans une communauté ou un ménage, à quels risques). Elle s’enquiert ensuite de quelle capacité dispose une communauté spécifique ou un ménage (tels que les ressources, atouts, capitaux). Elle conclue en établissant le niveau et le type de potentialité à l’intérieur d’une communauté ou d’un ménage (c’est-à-dire les conséquences de la capacité au niveau individuel dans le contexte des capacités d’un groupe de population/ménage). L’affirmation sous-entendue de cette approche est que la variabilité de l’exposition inter- et intra-ménage, la capacité et le potentiel est un déterminant-clé de la vulnérabilité dans un contexte donné.

20Ainsi, c’est la combinaison de ces deux approches de base qui peut mener à une compréhension globale de la santé et de la maladie au sein de populations spécifiques.

 Figure 1 Risque et vulnérabilité

21Une telle perspective combinée fournit un cadre pour développer des initiatives de santé, s’il est reconnu et accepté que les concepts de vulnérabilité et de risque sont normatifs. Ils représentent des valeurs et objectifs de ceux qui les définissent et sont enchâssés dans des contextes sociaux, économiques et politiques plus larges. Leur sens doit être négocié, non seulement dans les débats interdisciplinaires, mais aussi transdisciplinaires, impliquant les scientifiques, le grand public, les hommes politiques et les praticiens. De même que Hurni et Wiesmann (2004) qui ont argumenté plus généralement pour le concept de durabilité (sustainability), nous soutenons que “risque” et “vulnérabilité” fournissent un centre d’attention pour établir des valeurs et des buts dans les processus de développement (ce qui « devrait être ») mais également évaluer les impacts (ce qui » est ») et orienter l’action (« ce qu’il est nécessaire de faire »). En même temps et en raison de leur nature normative, ils appellent à la réflexion théorique, également de la part de scientifiques indépendants et critiques qui travaillent à l’extérieur des communautés de donateurs et s’engagent dans l’auto-réflexivité.  

22Utiliser le risque et la vulnérabilité comme points focaux pour l’évaluation scientifique et la négociation politique aboutit à des actions de santé publique qui ne sont plus seulement de simples interventions, mais bien des processus de transformation. Ils invitent à de nouvelles méthodes et techniques qui se construisent sur la recherche-action-formation (ENDA-GRAF, 1996) ainsi que d’autres approches participatives (Koning et Martin, 1996) qui ont été appliquées avec succès du point de vu opérationnel au cours de la décennie passée.

Étude de cas du risque et de la vulnérabilité dans les villes d’Afrique de l’Ouest

23L’approche vulnérabilité telle que décrite en haut, a été empruntée comme cadre de référence pour une série d’étude de cas sur les maladies et la pauvreté en milieu urbain en Afrique de l’Ouest. Elles examinent des aspects variés du paludisme et de l’habitat précaire (contributions Stefanie Granado et coll. et Alain Kouadio et coll.), des maladies de l’enfance parmi des nomades récemment « sédentarisés » à Nouakchott en Mauritanie (Moustapha Ould Taleb et coll.), des maladies en lien avec des eaux pollués à Abidjan (Brama Koné et coll.), des réponses des adolescents et des femmes face à l’épidémie du SIDA au Tchad respectivement à Abidjan (Abdias Laoubaou et coll., et Cléopatre Kablan et coll.) et des problèmes de santé liés à l’agriculture urbaine (Barbara Mathys et coll.). Les études de cas montrent qu’une série de facteurs sociaux, économiques et politiques ainsi que leurs interactions font que certains groups sont particulièrement susceptibles à des infections et en même temps limitent leurs possibilités de répondre effectivement aux risques de maladies. Ils souffrent clairement d’une « vulnérabilité sociale » qui nécessite non seulement la recherche en santé urbaine mais aussi le renforcement et le soutien des structures (« empowerment »), la mobilisation communautaire et changement social (Parker 1996).

Remerciements

24Le Fonds National Suisse et la Direction du Développement et de la Coopération Suisse ont financé la recherche sur laquelle cette édition spéciale est basée, à travers le « Pôle de recherche national Nord-Sud (NCCR North-South): Partenariats de recherche pour atténuer les syndromes du changement global », en particulier le « Projet Individuel (IP4) : Santé et Bien-être » (2001-2005) dirigé par M. Tanner, directeur de l’Institut Tropical Suisse. Nous sommes également très reconnaissants pour les contributions intellectuelles de nos collègues des équipes de recherche du NCCR en Suisse, au Tchad et en Côte d’Ivoire, et spécialement de notre Coordinateur Régional de la région d’études de cas associées d’Afrique de l’Ouest, G. Cissé, directeur du Centre Suisse de Recherche Scientifique. Un grand merci aussi à Mme P. Schwärzler de l’Institut Tropical Suisse pour l’excellente traduction scientifique. Nous apprécions hautement l’appui continuel de la Municipalité de Yopougon et des Ministères de la Recherche de Côte d’Ivoire, du Tchad et de Mauritanie. Nous remercions également nos guides locaux, assistants de terrain, superviseurs, intervieweurs et le personnel de saisie des données pour leur dévouement au travail dans des conditions souvent difficiles. Enfin, et ce n’est pas le moins important, nous voudrions remercier les leaders locaux et résidents de nos aires de recherche pour leur participation à nos investigations.

Biographie 

25Maître de conférence à l’Institut d’Anthropologie Sociale, Université de Bâle, et directrice de projets à l’Institut Tropical Suisse à Bâle, Suisse. Auteur de nombreuses publications sur la santé rurale et urbaine, la maladie liée à la malaria, et la migration et la santé en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en Tanzanie et en Suisse.

Haut de page

Bibliographie

Atkinson S., Songsore J., Werna E., eds. (1996) Urban Health Research in Developing Countries. Implications for Policy. Wallingford: Cab International.

Bates I., Fenton C., Gruber J. et al. (2004a) “Vulnerability to Malaria, Tuberculosis, and HIV/AIDS Infection and Disease. Part 1: Determinants Operating at Individual and Household Level.” Lancet Infectious Diseases 4(5): 267-277.

Bates I., Fenton C., Gruber J. et al. (2004b) “Vulnerability to Malaria, Tuberculosis, and HIV/AIDS Infection and Disease. Part 2: Determinants Operating at Environmental and Institutional Level.” Lancet Infectious Diseases 4(6): 368-375.

Beck U. (2003) [1986] Risikogesellschaft. Auf dem Weg in eine andere Moderne. Frankfurt a. Main: Suhrkamp.

Bohle H.-G. (2001) “Vulnerability and Criticality. Perspectives for Social Geography.” Update IHDP (2): 1-5.

Caplan P., ed. (2000) Risk Revisited. London: Pluto Press.

Chambers R. (1989) “Editorial Introduction: Vulnerability, Coping and Policy.” IDS Bulletin 20 2): 1-7.

Chambers R. and G. Conway (1992) “Sustainable Rural Livelihoods: Practical Concepts for the 21st Century.” IDS Discussion Paper 296.

Delor F. and M. Hubert (2000) “Revisiting the Concept of Vulnerability”. Social Science and Medicine 50: 1557-1570.

DFID (1999/2000) Sustainable Livelihoods Guidance Sheets 1-4. London: DFID.

Douglas M. (1992) Risk and Blame. Essays in Cultural Theory. London, New York: Routledge.

ENDA-Graf (1996). Ancrages des recherches populaires. Dakar: Editions ENDA.

Galea S., Freudenberg N., Vlaho D. (2005) Cities and Population Health. Social Science and Medicine 60: 1017-1033.

Harpham T. (1996) “Urban Health Research in Developing Countries. Reflections on the Last Decade.” In S. Atkinson, J. Songsore, E. Werna, eds. Urban Health Research in Developing Countries. Implications for Policy. Wallingford: Cab International, pp. 1-9.

Harpham T. and C. Molyneux (2001) “Urban Health in Developing Countries. A Review.” Progress in Development Studies 1:113-137.

Harpham T. and M. Tanner, eds. (1995) Urban Health in Developing Countries. Progress and prospects. London: Earthscan.

Hurni H. and U. Wiesmann (2004) “Towards Transdisciplinarity in Sustainability-oriented Research for Development.” In H. Hurni, U. Wiesmann and R. Schertenleib, eds. Research for Mitigating Syndroms of Global Change. A Transdisciplinary Appraisal of Selected Regions of the World to Prepare Development-oriented Research Partnerships. Bern: Swiss National Centre of Competence in Research North-South, University of Berne, pp. 31-41.

Hussein K. (2002) Livelihoods Approaches Compared. A Multi-agency Review of Current Practice. London: DFID/ODI Publication.

Koning K. de and M. Martin, eds. (1996) Participatory Research in Health. Issues and Experiences. London, New Jersey: Zed Books Ltd., Johannesburg: NPPHCN.

Krüger F. and E. Macamo (2003) „Existenzsicherung unter Risikobedingungen – Sozialwissenschaftliche Analyseansätze zum Umgang mit Krisen, Konflikten und Katastrophen. Geographica Helvetica, 58 (1): 47-55.

McGranahan G., Jacobi P., Songsore J., Surjadi C., Kjellén M. (2001) The Citizens at Risk. From Urban Sanitation to Sustainable Cities. London: Earthscan.

Moser C. (1998) “The Asset Vulnerability Framework: Reassessing Urban Poverty Reduction Strategies.” World Development 26 (1):1-19.

Obrist B. (2006) Struggling for Health in the City. An Anthropological Inquiry in Dar es Salaam, Tanzania. Bern: Lang Verlag.

Obrist B. and P. van Eeuwijk, eds. (2003) “Afflictions of City Life. Accounts from Africa and Asia.” Anthropology and Medicine (Special Issue) 10.3.

Obrist B. and M. Tanner (2002) Risk and Vulnerability. Some Conceptual Considerations. Input Paper IP4 “Health and Wellbeing”, NCCR North-South Integrated Training Course 2002 (non publié).

Obrist B. and M. Tanner (n.d.) Risk, Vulnerability and Resilience. A New Approach to the Study of Health in Diverse Livelihood Contexts. Social Science & Medicine (sous presse).

Oliver-Smith A. and S. M. Hoffman, eds. (1999) The Angry Earth. Disaster in Anthropological Perspective. New York, London: Routledge.

Parker R. G. (1996) Empowerment, Community Mobilization and Social Change in the Face of HIV/AIDS. AIDS 10 (Suppl 3): s27-s31.

Health of Urban Environments.” Environment and Urbanization 5.2:87-111.

Tabibzadeh, I., Rossi-Espagnet, A., Maxwell, R. (1989) Spotlight on the Cities. Improving Urban Health in Developing Countries. Geneva: World Health Organization.

Tanner M. and D. Mtasiwa (2002) Risk and Vulnerability. New Approaches and a Framework for Poverty Alleviation in Urban Settings. Experience from the Health Sector. Swiss Development Corporation (non publié)

UN (2004) World Urbanization Prospects: The 2003 Revision. Available at: http://www.unpopulation.org [Consulté 9 mai 2006].  

UN-Habitat (2003) The Challenge of Slums. Global Report on Human Settlements. London: Earthscan.

Watts, M. J., Bohle, H.-G. (1993) “The Space of Vulnerability. The Causal Structure of Hunger and Famine.” Progress in Human Geography 17(1): 43-67.

Watts M. (2002) “Hour of Darkness. Vulnerability, Security and Globalization.” Geographica Helvetica, 57 (1):5-18.

Haut de page

Notes

1 Il n’existe pas d’équivalent français de ce mot anglais, qu’on pourrait traduire approximativement par « les subsistances et les moyens de les obtenir et de les maintenir » (translator’s remark)

2 “Vulnerability, though, is not the same as poverty. It means not lack or want, but defencelessness, insecurity, and exposure to risk, shocks and stress. …Vulnerability here refers to exposure to contingencies and stress, and difficulty in coping with them. Vulnerability has thus two sides: an external side of risks, shocks, and stress to which an individual or household is subject; and an internal side which is defencelessness, meaning a lack of means to cope without damaging loss. Loss can take many forms – becoming or being physically weaker, economically impoverished, socially dependent, humiliated or psychologically harmed.” (Chambers 1989:1)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigit Obrist, « Risque et vulnérabilité dans la recherche en santé urbaine », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 3 | décembre 2006, mis en ligne le 20 décembre 2006, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/1483 ; DOI : 10.4000/vertigo.1483

Haut de page

Auteur

Brigit Obrist

Institut Tropical Suisse, Boîte postale, 4002 Bâle, Suissebrigit.obris@unibas.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page