Navigation – Plan du site

Eau, hygiène, assainissement et santé dans les quartiers précaires à Nouakchott (Mauritanie) : contribution à l’approche écosanté à Hay Saken

Ibrahim Sy, Moussa Keita, Doulo Traoré, Brama Koné, Khadijatou , Ould Boilil Wedadi, Benjamin Fayomi, Bassirou Bonfoh, Marcel Tanner et Guéladio Cissé

Résumé

Dans les grandes villes africaines à l’instar de Nouakchott, plusieurs facteurs rendent difficiles la maîtrise de la gestion de l’assainissement urbain et l’accès à l’eau potable. Les populations s’installent sans avoir la possibilité d’accéder aux services urbains. C’est notamment le cas de nombreux quartiers spontanés et précaires très peuplés comme Hay Saken où le manque de services de base tels que l’eau et l’assainissement est une problématique très complexe liant la santé et l’environnement. Dans le cadre d’une expérience en approche écosanté menée de janvier 2010 à décembre 2011, des enquêtes (ménage et géographique) ont été réalisées pour évaluer l’impact de l’hygiène de base sur le développement des maladies diarrhéiques à Hay Saken. Dans l’ensemble, les résultats mettent en exergue l’ampleur de la vulnérabilité socio-économique, environnementale et sanitaire. Ils montrent que 59,7% des enquêtés associent leurs problèmes de santé à la dégradation de leur cadre de vie cerné par ailleurs grâce à une cartographie environnementale. La diarrhée a été déclarée chez 10,4% (23/221) des ménages et chez 13,5% (42/311) des enfants de moins de 5 ans. Les facteurs de risque associés à la survenue des diarrhées sont les intoxications alimentaires (62,5%), la qualité de l’eau de boisson (29,1%) et la mauvaise hygiène domestique (8,3%). Toutes ces causes citées semblent résulter de la carence en services de base : 94,5% des ménages recourent à l’eau vendue (charretiers, revendeurs sur place), 44,8% ne disposent pas de latrines, 88,5% des familles possédant une fosse septique font une vidange manuelle, 78,7% évacuent leurs eaux usées sur les voies publiques et 42,5% déversent leurs ordures sur des dépôts sauvages. Avec le manque de services de base, la persistance de telles pratiques risque d’accroître les problèmes environnementaux et sanitaires. (La menace du péril fécal)appelle alors à une prise de conscience collective et à un changement de comportement dans les pratiques. À la suite de l’atelier de restitution des résultats de la recherche à la population bénéficiaire, les solutions préconisées ont fait l’objet d’une stratégie de réduction des risques sanitaires liés à l’eau, l’assainissement et l’hygiène de base par la sensibilisation et l’éducation.

Haut de page

Texte intégral

Les quartiers précaires dans la ville : des tissus urbains plus exposés aux risques et aléas

1L’état de santé d’une population dépend étroitement de la qualité des services en eau potable, assainissement et hygiène de base. Or, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (WHO-UN Habitat, 2010), environ 1,1 milliard de personnes n’ont pas accès à une eau potable et 2,4 milliards ne disposent pas de systèmes d’assainissement adéquats. Cette situation serait à l’origine de la mortalité très élevée de 2 millions de décès dus aux diarrhées et autres maladies liées au péril fécal qui affectent particulièrement les enfants de moins de 5 ans, surtout dans les pays en développement (Briscoe et al, 1987). De plus, une part importante des ménages vit dans des conditions d’extrême pauvreté qui influent sur la qualité de leur environnement de vie (Dorier-Apprill, 2006 ; Obrist et al, 2006). Avec la croissance effrénée et non planifiée des villes africaines, ce phénomène affecte plus les populations vulnérables et démunies des quartiers défavorisés (Sy et al, 2011). En effet, l’urbanisation génère de manière croissante des besoins en matière de logement décent, d’accès à l’eau potable, d’assainissement, de collecte des ordures ménagères, d’accès aux soins de santé, etc., alors que les pouvoirs publics ne disposent pas suffisamment de moyens pour faire face à cette situation (Salem, 1998; Wyss et al, 2001).

2Fondée en 1957 sur la façade maritime du désert mauritanien, la ville de Nouakchott est le symbole d’une grande révolution de la société mauritanienne matérialisée par le basculement rapide d’une population à dominance rurale et nomade vers une population à majorité urbaine sous l’effet d’une sédentarisation généralisée. Sa population, qui n’était que de 5 000 habitants en 1960, est passée à environ 500 000 en 1985 puis à près de 800 000 habitants en 2008 (ONS, 2009). Dans un contexte caractérisé par un manque de ressources pour organiser l’urbanisation, cette croissance exponentielle de la population urbaine en si peu de temps se manifeste par la prolifération de quartiers irréguliers (Gasra) et précaires (Kebba) où vivent en général les populations pauvres repoussées par la campagne et venues s’installer en ville (Diagana, 2001). Avec une intégration progressive dans le tissu urbain d’espaces habités sans possibilité d’équipements et de services, la ville concentre de nombreux syndromes aigus qui se manifestent à travers les difficultés d’accès à un logement décent, à l’eau potable en quantité suffisante, à l’assainissement, aux services de collecte des ordures ménagères, à l’éclairage, au transport, aux centres de santé, etc. Ainsi, le déficit de services urbains de base se traduit par des conditions de vie difficiles surtout pour les populations vivant dans des habitats précaires et insalubres qui les exposent à de multiples risques sanitaires (Salem, 1998 ; Sy et al, 2010).

3Des nombreuses études menées sur les questions d’hygiène à Nouakchott, il ressort que la problématique de l’environnement urbain se résume presque entièrement aux questions d’approvisionnement en eau potable, d’évacuation des eaux usées de toutes sortes et de collecte des ordures ménagères (Château et al, 2007 ; ONS, 2009). Le faible nombre de ménages raccordés au réseau d’adduction d’eau potable (27,8%), connectés au réseau d’égout (4%) et couverts par les services de collecte des ordures ménagères (25%) explique que ces domaines soient des préoccupations importantes et constituent les problèmes majeurs que rencontrent les populations (ONS, 2007 ; Guène et al, 2003). Tous les ménages qui n’ont pas un accès à ces services de base recourent à des systèmes variés pour s’approvisionner en eau potable (borne fontaine, charretiers, puits), pour évacuer leurs eaux usées domestiques (latrines, fosses septiques, fosses à fond perdu ou rejet sur les voies publiques et terrains vagues) et pour enlever leurs ordures ménagères (charretiers privés, dépotoirs sauvages).

4La dégradation de l'environnement est le principal facteur qui affecte la santé avec une incidence directe et négative sur le bien-être humain. Les estimations de l’OMS indiquent que les facteurs environnementaux sont responsables pour plus de 21 % de la charge globale des maladies (OMS-UN Habitat, 2010). Ainsi, les incidences sanitaires des mauvaises conditions d’hygiène sur les populations sont perceptibles à travers les statistiques de la surveillance épidémiologique de la ville de Nouakchott entre 2000 et 2008 (DRAS, 2009). Une observation des causes de consultations dans les centres de santé de la ville montre que les pathologies les plus récurrentes sont les infections respiratoires aiguës (IRA) avec 23,6% des cas de consultation, les maladies diarrhéiques avec 14,2%, les parasitoses intestinales avec 7,8% et les affections cutanées avec 4,7% Selon, par exemple, l’enquête démographique et de santé (EDS) réalisée en 2000 (ONS, 2001), le nombre moyen d’épisodes diarrhéiques par enfant et par an était de 9,8 et la prévalence se situait aux alentours de 24% à Nouakchott. C’est également dans ce contexte de manque d’eau, d’assainissement et d’hygiène de base qu’il faut placer l’épidémie de choléra de 2005 qui avec ses 3 406 cas avait touché diversement les espaces urbains et les groupes de personnes (MSAS, 2005).

5Cette épidémie de choléra avait durement frappé la commune Dar Naim (10% des cas) dont fait partie le quartier défavorisé de Hay Saken, caractérisé par un écosystème précaire et vulnérable abritant une population à niveau socio-économique très bas affectée par l’absence de services urbains de base et très exposée aux nombreuses sources de pollution environnementale. L’absence de services de base (eau, assainissement, hygiène de base, etc.) est susceptible d’être à l’origine de la propagation de pathologies diverses dans cet écosystème urbain qui devient un espace à risques sanitaires multiformes à l’image d’autres bidonvilles des pays en développement (Fewtrell et al, 2005 ; Bartram et al, 2010). Cet écosystème offre ainsi une intéressante grille de lecture des interactions entre santé et environnement urbain à travers l’étude de questions relatives à l’accès à des services vitaux comme l’eau potable, l’assainissement et les ordures ménagères en rapport avec le développement de certaines pathologies exposant les occupants à de multiples risques sanitaires (Carr et Neary, 2008). Ainsi, la mise en perspective de variables environnementales avec des données épidémiologiques permettant d’appréhender les interactions entre maladie et milieu serait une approche très intéressante dans cet écosystème urbain.

La mise en œuvre d’une approche écosanté pour un diagnostic territorial des risques environnementaux et sanitaires à l’échelle fine

6Le quartier de Hay Saken est caractéristique des problèmes d’eau, d’assainissement et d’hygiène de base rencontrés dans la ville alors que les incidences sanitaires n’y sont pas encore mises en évidence par des études environnementales et épidémiologiques combinées. Dès lors, il est intéressant de développer une approche écosystémique à la santé humaine sur la base d’une étude centrée sur les maladies diarrhéiques chez les enfants de moins de 5 ans et les facteurs socio-environnementaux tels que le niveau de revenu, les conditions de logement, l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène de base. En se fondant sur l’idée selon laquelle la qualité de l’environnement influe significativement sur l’occurrence des diarrhées, il est possible d’utiliser ce syndrome comme indicateur de risques sanitaires capables de déterminer les relations entre les services écosystémiques et la santé humaine.

7En effet, chacun des éléments relatifs à l’eau, l’assainissement et la santé met en jeu des facteurs économiques, sociaux, politiques et environnementaux susceptibles de se moduler les uns les autres et d'influencer des aspects d'autres éléments (Forget et Lebel, 2001). En ce sens, l'étude de ces questions dans le contexte du développement suggère que l’écosystème ne soit pas considéré isolément mais comme un système hiérarchiquement lié allant de l'environnement local vers le niveau global. La dégradation de l'environnement est le résultat de l’interaction complexe de comportements et de choix sociaux, politiques et économiques. Cette complexité demande une approche holistique pour aborder les domaines multiples qui influencent l'état de santé, le mieux-être et la maladie. Les divers éléments qui s’imbriquent et s’influencent les uns les autres peuvent avoir des impacts sur la santé à différents niveaux : l’environnement familial, le voisinage, le milieu de vie communautaire (Forget et Lebel, 2001). En tant que cadre de recherche fécond, les approches écosystémiques à la santé humaine mettent en œuvre un système de base analytique impliquant des interactions du milieu humain. La conceptualisation de la santé humaine dans une perspective écosanté va alors au-delà de la dimension biophysique de la santé au plan individuel et reconnaît que la santé et le bien-être humain dépendent du fonctionnement sain des écosystèmes.

8L’approche écosystémique à la santé humaine développée dans le cadre de l’étude réalisée à Hay Saken s’inscrit dans une démarche transdisciplinaire, participative et de respect de la question du genre et de l’équité du fait du caractère multidimensionnel des questions à traiter et la diversité des activités de recherche à mener pour construire une réflexion sur un objet scientifique commun. La démarche de recherche se voulait également participative en ce sens qu’elle a impliqué dès sa conception les bénéficiaires et les acteurs clés au niveau local (décideurs politiques et acteurs à la base) avec une prise en compte de la dimension « genre et équité » (enfants de moins de 5 ans plus vulnérables aux maladies diarrhéiques, femmes plus affectées par les problèmes d’eau, d’assainissement et d’hygiène de base). Durant toute la période de la recherche, l’information, la communication et la sensibilisation ont été les principaux outils de concertation et de participation qui cimentent l’approche éécosanté développée dans le quartier de Hay Saken.

9Ce présent article propose ainsi une analyse de l’expérience menée sur l’approche écosanté à Hay Saken dont l’objectif était de contribuer à la réduction des risques sanitaires liés à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène de base à travers une étude centrée sur les maladies diarrhéiques chez les enfants de moins de 5 ans. Il s’agit concrètement d’identifier les pratiques à risques sanitaires chez les populations locales afin d’élaborer une stratégie d’éducation sur l’hygiène de base pour entraîner un changement de comportements. Pour ce faire, l’approche écosystémique à la santé humaine tente de répondre à ces principales questions de recherche : quelle est la situation épidémiologique des diarrhées dans le quartier de Hay Saken? Quels sont les différents facteurs explicatifs de l’occurrence de cette pathologie dans ce milieu? Quelles sont les pratiques qui exposent les populations à des risques sanitaires? Quelles sont les solutions les plus appropriées à mettre en œuvre pour améliorer l’hygiène et la santé des populations de ce quartier?

Une démarche méthodologique basée sur une approche multidimensionnelle

10La méthodologie adoptée est multidisciplinaire, participative et orientée vers l’action avec une approche interdisciplinaire combinant la cartographie (positionnement spatial des phénomènes environnementaux), l’hygiène environnementale (évaluation des conditions d’habitat), la socio-économie (évaluation de l’incidence de la pauvreté), l’épidémiologie (évaluation des risques sanitaires effectifs) et la sociologie (éclairage des facteurs de risque et évaluation des potentialités endogènes). L’approche recherche-action a été adoptée pour améliorer la situation environnementale et sanitaire du quartier avec les acteurs et les bénéficiaires eux-mêmes. La démarche de recherche a été déclinée en plusieurs phases dont chacune mobilise des méthodes de collecte propres et implique divers acteurs.

Description du site d’étude

11Le quartier spontané et précaire de Hay Saken qui compte au maximum 1 500 ménages est un écosystème situé dans la commune de Dar Naim au nord de la ville de Nouakchott occupé depuis 1978 (figure 1). Il est peuplé d’environ 8 000 habitants pour une superficie de 45 hectares et se caractérise d’un habitat disparate à large prédominance de constructions précaires à partir de matériaux hétéroclites. Avec une densité moyenne d’environ 180 habitants à l’hectare, ce quartier est un bidonville qui concentre de nombreux syndromes de l’urbanisation dans un contexte de pauvreté et de précarité économique et sociale (Choplin, 2009). L’absence de services urbains de base dans le domaine de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène se traduit par la présence de nombreuses sources de pollution environnementale qui rendent la population vulnérable aux risques sanitaires (Sy et al., 2011).

Figure 1. Localisation de l'écosystème étudié (Hay Saken) à Nouakchott (Mauritanie)

Figure 1. Localisation de l'écosystème étudié (Hay Saken) à Nouakchott (Mauritanie)

Phase exploratoire et préparatoire

12La phase exploratoire a débuté en janvier 2010 avec la recherche de documents qui traitent des interactions entre eau, assainissement et santé humaine. Elle a permis de collecter les données d’enquêtes (MICS « Enquête à Indicateurs Multiples » 2007 et EPCV « Enquête Permanente sur les Conditions de Vie » 2008) réalisées par l’Office National de la Statistique (ONS), les données des registres de consultation de 2009 dans les centres de santé auprès de la Direction Régionale de l’Action Sanitaire (DRAS) ainsi qu'un fond cartographique sur la ville de Nouakchott et le quartier de Hay Saken de 2007 obtenu auprès de l’Agence de Développement Urbain (ADU). Ces différentes données recueillies ont été complétées par des informations provenant d’études menées ces dernières années sur la question de l’écologie et de la santé.

13Après cette première étape, une série de rencontres organisées avec les notables et élus locaux de Hay Saken a permis d’obtenir l’adhésion des populations locales au projet de recherche écosanté mais également de s’imprégner des réalités de terrain (écosystème) surtout d’un point de vue environnemental et sanitaire. Les observations de terrain ont été réalisées à l’aide d’un guide contenant un ensemble d’indicateurs à recenser et à étudier selon différentes périodes de la recherche. Le suivi de l’évolution d’un certain nombre d’indicateurs surtout spatiaux s’est avéré nécessaire pour vérifier si ceux-ci s’inscrivent dans une dynamique conjoncturelle ou structurelle.

14Cette phase s’est poursuivie avec les entretiens avec les divers acteurs impliqués afin de s'informer sur les enjeux politiques, sociaux, environnementaux et sanitaires que pose la gestion de l’eau et de l’assainissement dans la ville. Après ce processus de documentation et d’exploration du terrain, un atelier de formation a été organisé en février 2010 entre les chercheurs (environnementaliste, géographe, épidémiologiste, statisticien et sociologue), les acteurs institutionnels (Hydraulique et Santé publique), les représentants de la population désignés par les bénéficiaires (chef et notables du quartier de Hay Saken). Ce premier atelier a été consacré aux informations et échanges entre les différents membres de l’équipe sur l’approche écosystémique à la santé humaine mais également à la planification des activités sur le terrain. Pour le lancement définitif des activités du projet écosanté, un deuxième atelier consacré aux populations de Hay Saken (Commune de Dar-Naim) a été organisé en mai 2010 pour susciter une adhésion massive et participative des bénéficiaires mais aussi de partager les objectifs de l’approche écosanté à Hay Saken, la démarche du projet, les outils d’investigation mis en œuvre et les résultats attendus.

Cartographie de facteurs environnementaux

15Avant le lancement de l’enquête transversale sur les problèmes environnementaux et sanitaires, l’approche écosanté développée sur l’écosystème de Hay Saken a fait appel à une cartographie des facteurs environnementaux susceptibles d’influer sur la santé humaine réalisée dans le courant de septembre 2010. Celle-ci a consisté à faire un relevé de points GPS qui a permis de localiser sur un support numérique tiré de Google Earth les services et équipements publics existants, les voies de communication, les points d’eau, les dépôts d’ordures, les rejets d’eaux usées, les zones inondables, les lieux de défécation, etc., dans une perspective de caractériser l’environnement du quartier de Hay Saken.

Collecte de données quantitatives : l’enquête transversale multidisciplinaire

16Après la phase de cartographie des facteurs environnementaux de l’écosystème, l’enquête transversale sur les conditions sanitaires dans le quartier menée auprès des ménages a été lancée fin octobre 2010. Le questionnaire conçu à cet effet comprend cinq grandes rubriques : caractéristiques socio-démographiques, caractéristiques socio-économiques, conditions d’habitat, d’hygiène et d’environnement, aspects relatifs à l’épidémiologie et à la santé publique, aspects relatifs à la promotion de l’hygiène publique et à la dynamique communautaire. La taille de l’échantillon à enquêter est de 221 ménages qui sont répartis entre dix îlots du quartier choisi permettant ainsi de couvrir un large spectre spatial. Dans les différents îlots ou unités spatiales identifiés, un même nombre de ménages est sélectionné selon une méthode aléatoire. La méthode d’enquête choisie est l’échantillonnage aléatoire simple. Dans chaque concession visitée, un seul ménage a été retenu. Si dans la concession existaient plusieurs ménages, celui disposant d’enfants de 0 à 5 ans a été retenu. De manière générale, la personne interrogée était le chef de famille ou le mandataire de celui-ci comme cela se fait habituellement avec les enquêtes nationales en Mauritanie. Souvent, les chefs de ménage ne comprenant pas très bien les enjeux des enquêtes préfèrent déléguer une personne de la famille pour répondre aux questions.

17Cette enquête transversale multidisciplinaire a permis une évaluation des conditions socio-économiques des habitants (analyse des facteurs de pauvreté, de précarité, de vulnérabilité et de résilience face à une situation de crise), une caractérisation des conditions de l’hygiène du milieu (évaluation des conditions d’habitat et des modes d’approvisionnement en eau potable, des systèmes d’assainissement, des dispositifs de gestion des ordures ménagères), une identification des pratiques à risques sanitaires (impact des représentations sociales et comportements d’hygiène sur bien-être et la santé humaine) et une réalisation du profil épidémiologique (connaissance des pathologies les plus fréquentes dans la zone, évaluation de la charge de la morbidité diarrhéique, identification des facteurs de risques associés, etc.) afin de comprendre de manière globale l’influence des facteurs socio-écologiques sur l’exposition aux risques sanitaires

Collecte de données qualitatives : entretiens semi-structurés et groupes de consultation (focus group)

18Les données issues de l’enquête transversale ont aidé à situer l’écosystème étudié par rapport à des indicateurs globaux existant à l’échelle de la ville mais également de mieux orienter la collecte de données qualitatives réalisée entre février et avril 2011. Les entretiens ou les entrevues semi-structurées ont été effectués à l’aide de guides d’entretien conçus par l’équipe de recherche comportant un ensemble de questions que soulèvent la recherche et les résultats des différentes investigations. Ces entretiens ont été menés de manière spontanée ou guidée, avec les acteurs en charge des questions environnementales et sanitaires mais également avec les élus locaux, les notables, les associations de quartier et les bénéficiaires. De même, les groupes de consultation réalisés en reprenant à peu près les mêmes questions que les entretiens ont cherché à confronter les points de vue au sein de ces différents types d’acteurs. Il s’agit de méthodes de recherche couramment utilisées en sciences sociales appliquées dans le quartier de Hay Saken pour le recueil de données qualitatives auprès d’acteurs assez représentatifs de la dynamique locale et communautaire.

Analyse des données recueillies, restitution des résultats et validation de l’étude

19L’exploitation des données collectées a été réalisée pour l’essentiel grâce à un traitement statistique descriptif effectué à l’aide des logiciels Epi-data et SPSS qui ont permis essentiellement la production de tableaux de fréquence et de graphiques sur les principales caractéristiques concernant l’écosystème analysé. Le traitement cartographique a été réalisé à l’aide du logiciel Arc Gis 9.3 qui a permis de spatialiser les informations géographiques et produire une carte environnementale. Dans une optique de mise en perspective des données médicales avec des données environnementales, sociales et économiques, les données de morbidité diarrhéique ont été croisées avec les facteurs environnementaux pour déboucher sur une approche en termes de gestion durable de ces questions.

20Après cette phase d’analyse des données, un atelier de restitution a été organisé en mai 2011 entre les chercheurs (environnementaliste, géographe, épidémiologiste, statisticien et sociologue), les acteurs institutionnels (Hydraulique et Santé publique), les représentants de la population désignés par les bénéficiaires (chef et notables du quartier de Hay Saken) pour une présentation générale des résultats obtenus. À la suite de ce partage d’information, de commentaires, de remarques et de contributions, l’étude réalisée à travers l’approche écosanté a été validée et appropriée par les participants en attendant sa dissémination.

Résultats de l’approche écosanté : une dynamique d’un espace à risques sanitaires

21La mise en perspective des corpus d’informations mobilisés offre une grille de lecture de l’espace épidémiogène du quartier de Hay Saken en montrant comment les facteurs comme l’eau, l’assainissement et l’hygiène de base influent sur la santé de la population in situ.

Une population très pauvre vulnérable aux risques sanitaires

22La vulnérabilité de la population de Hay Saken aux risques sanitaires s’appréhende à deux niveaux selon une loi de la double peine : non seulement elle est à niveau socio-économique extrêmement bas mais également elle est plus exposée aux risques de maladies. En effet, les ménages sont considérés comme pauvres puisque 33% des enquêtés sont sans activité tandis que 40,3% occupent des emplois précaires (manœuvres, maraîchers, marchands ambulants, menuisiers, maçons, etc.) (figure 2). Cette situation se traduit sur le revenu moyen mensuel de 46 804 UM (173,3 euros) qui varie de 3 000 UM (8,1 euros) à 105 000 UM (283,7 euros) selon les ménages. La précarité socio-économique serait sans doute la résultante du faible niveau d’instruction des habitants. Plus de 90% des chefs de ménage n’atteignent pas le niveau secondaire (figure 3) alors que les chefs de ménage sont majoritairement composés de femmes (71%).

Figure 2. Principale activité exercée par le chef de ménage.

Figure 2. Principale activité exercée par le chef de ménage.

Source: enquête 2010

Figure 3. Niveau d'instruction le plus élevé atteint dans le ménage.

Figure 3. Niveau d'instruction le plus élevé atteint dans le ménage.

Source: enquête 2010

23D’un point de vue sanitaire, 59,7% des ménages enquêtés associent leurs problèmes de santé à la pollution de leur cadre de vie. Le paysage épidémiologique qui se dessine dans cet écosystème se caractérise par une diarrhée déclarée chez 10,4% (23/221) des ménages et chez 13,5% (42/311) des enfants de moins de 5 ans. Les facteurs de risque associés à la survenue des diarrhées sont les intoxications alimentaires (62,5%), la qualité de l’eau de boisson (29,1%) et la mauvaise hygiène domestique (8,3%). Il faut noter que la quantité d’eau disponible par jour dans ce quartier est en moyenne de 164 litres par ménage avec une variation de 40 à 400 litres, soit une ration de 32,8 litres/personne/jour. La faiblesse des quantités disponibles explique les pratiques de stockage de l’eau de 48 heures en moyenne qui concerne 65,2% des ménages dont seuls 32,6% réalisent un traitement par eau de javel avant la consommation. La défécation d’enfants de moins de 5 ans dans des latrines souvent mal entretenues (12,3%), dans un coin de la maison (34,6%) et dans la nature (18,5%) est un autre fait épidémiologique attestant de la vulnérabilité infantile aux risques sanitaires. La comparaison des moyennes montre une évolution de la morbidité diarrhéique en fonction des conditions socio-économiques et environnementales des ménages (tableau 1). Même si le nombre moyen de cas est plus important au niveau des ménages à niveau socio-économique plus élevé (2,2 épisodes), la morbidité peut être 2 à 3 fois plus élevée au sein des ménages sans aucun niveau d’instruction (2,2 épisodes) ou de niveau coranique (3 épisodes). Sans être aussi totalement symétrique, cette tendance reste aussi observable pour les facteurs socio-environnementaux. Par exemple, la moyenne de la morbidité demeure plus élevée au sein des ménages avec latrines traditionnelles (3,0 épisodes) que ceux disposant de WC modernes avec eau courante (0,0 épisodes) alors que les familles sans latrines enregistrent une incidence plus faible que celles possédant de WC modernes sans eau courante. La morbidité diarrhéique est plus élevée au niveau des ménages s’alimentant auprès des charretiers-revendeurs (2 épisodes) qu’au niveau des familles s’approvisionnant à la borne fontaine (1,5 épisodes) tandis que les foyers avec branchement à domicile et ceux recourant aux camions citernes se situent à un même seuil épidémiologique (tableau 1). Parmi les personnes affectées par la diarrhée, 62,5% ont eu recours à un traitement lors de l’épisode : 40% ont consulté dans un hôpital, 26,7% dans un centre de santé alors que 26,7 ont effectué une thérapie traditionnelle et 6,7% une automédication.

Tableau 1. Morbidité diarrhéique selon les conditions socio-économiques et environnementales

Conditions socio-économiques et morbidité diarrhéique

Niveau d'instruction

Survenue de diarrhée

Nombre d'épisodes

Moyenne/Ratio

Aucun

11

24

2,2

Coranique

3

9

3,0

Primaire

7

7

1,0

Secondaire

2

2

1,0

Supérieur

0

0

0,0

Total

23

42

1,8

Statut socio-économique

Survenue de diarrhée

Nombre d'épisodes

Moyenne/Ratio

Revenu inférieur à 50 000 UM

13

20

1,5

Revenu supérieur à 50 000 UM

10

22

2,2

Total

23

42

1,8

Conditions socio-environnementales et morbidité diarrhéique

Latrine

Survenue de diarrhée

Nombre d'épisodes

Moyenne/Ratio

Latrine traditionnelle ou sèche

4

12

3,0

WC moderne avec eau courante

0

0

0,0

WC moderne sans eau courante

9

16

1,8

Absence de latrine

10

14

1,4

Total

23

42

1,8

Evacuation des matières fécales

Survenue de diarrhée

Nombre d'épisodes

Moyenne/Ratio

Vidance mécanique-Camion citerne

2

2

1,0

Vidance manuelle-tâcherons

11

26

2,4

Total

13

28

2,2

Approvisionnement en eau potable

Survenue de diarrhée

Nombre d'épisodes

Moyenne/Ratio

Branchement à domicile

0

0

0,0

Borne fontaine

2

3

1,5

Charretiers revendeurs

17

34

2,0

Revendeurs sur place

3

4

1,3

Camion citerne

0

0

0,0

Chez les voisins

1

1

1,0

Total

23

42

1,8

Pratiques liées à l'eau

Survenue de diarrhée

Nombre d'épisodes

Moyenne/Ratio

Stockage de l'eau

14

29

2,1

Non stockage de l'eau

9

13

1,4

Total

23

42

1,8

Traitement de l'eau stockée

6

10

1,7

Non traitement de l'eau stockée

8

19

2,4

Total

14

29

2,1

Evacuation des eaux usées ménagères

Survenue de diarrhée

Nombre d'épisodes

Moyenne/Ratio

Fosse septique

0

0

0,0

Fosse à fond perdu

3

7

2,3

Sur les voies publiques

16

30

1,9

Sur les terrains vagues

4

5

1,3

Total

23

42

1,8

Evacuation des ordures ménagères

Survenue de diarrhée

Nombre d'épisodes

Moyenne/Ratio

Camion de collecte

14

30

2,1

Charrette

3

4

1,3

Dépotoirs sauvages

5

7

1,4

Enfouissement dans un trou

1

1

1,0

Total

23

42

1,8

Source: Enquête transversale multidisciplinaire, 2010

24Toutes les causes associées à la survenue de la diarrhée au sein de certains ménages pourraient être liées à la carence en services sociaux de base ou services écosystémiques mais également à une précarité presque généralisée des logements et de l’habitat.

Un habitat majoritairement précaire dans un milieu exposé aux risques environnementaux

25Les résultats de l’enquête transversale montrent que Hay Saken est faiblement pourvu en services de base dans un contexte d’habitat composé d’un nombre important (40%°) de logements précaires (baraques, tentes, etc.). Les occupants de ce quartier qui sont pourtant majoritairement propriétaires de leurs logements (90%) sont très faiblement branchés au réseau d’eau de la ville (0,9%) faisant que 94,5% des ménages recourent à l’eau vendue (charretiers, revendeurs sur place) et aux bornes fontaines publiques (27,9%) (tableau 2). Concernant les autres commodités de l’habitat, environ 29,4% des ménages disposent de cuisine dont seul 7,7% sont avec eau courante, 55,2% possèdent des latrines souvent situées dans la cour (77,9%) dont seul 2,5% ont de l’eau courante, 45,6% sont branchés au réseau électrique et 60,6% utilisent le charbon de bois comme principal combustible pour la cuisine. Si les ménages sans local cuisine préparent leurs aliments en plein air, les familles sans toilette font leurs besoins chez les voisins (86,8%), dans des latrines publiques (7,5%) ou dans la nature (5,7%) et les habitants sans branchement électrique recourent aux bougies (48,4%) comme mode d’éclairage.

Tableau 2. Conditions socio-économiques et environnementales des ménages.

Modalités

Quartier Hay-Saken

Statut socio-économique

Effectif

%

Ménages pauvres

143

64,7

Ménages non pauvres

78

35,3

Total

221

100

Conditions d'habitat et pratiques d'hygiène

Equipement du ménage et types d'aisance

Effectif

%

Ménages disposant d’une cuisine

65

29,3

Cuisine avec eau courante

5

7,7

Cuisine sans eau courante

60

92,3

Total

65

100

Ménages possédant une latrine

122

55,2

Latrine traditionnelle ou sèche

39

32,0

WC moderne avec eau courante

3

2,5

WC moderne sans eau courante

80

65,5

Total

122

100

Accès à l'eau potable et pratiques

Effectif

%

Branchement à domicile

2

0,9

Borne fontaine publique

33

14,9

Achat à un charretier revendeur

153

69,2

Achat à un revendeur sur place

28

12,7

Camion citerne

2

0,9

Robinet des voisins

3

1,4

Total

221

100

Stockage de l'eau de boisson

144

65,2

Traitement de l'eau de boison

47

32,8

Systèmes d'assainissement

Mode de collecte des excréta

Effectif

%

Fosse septique

53

43,4

Fosse à fond perdu

69

56,6

Total

122

100

Mode d'évacuation des matières fécales

Effectif

%

Vidange manuelle par manoeuvre

108

88,5

Vidange mécanique par camion citerne

14

11,5

Total

122

100

Evacuation des eaux usées ménagères

Effectif

%

Fosse septique

18

8,1

Fosse à fond perdu

29

13,1

Sur les voies publiques

136

61,5

Sur les terrains vagues

38

17,2

Total

221

100

Evacuation des ordures ménagères

Effectif

%

Conteneur

3

1,4

Camion de collecte

127

57,5

Charretiers privés

36

16,3

Dépôts sauvages d'ordures

44

19,9

Enfouissement dans un trou

9

4,1

Incinération dans un coin de la concession

2

0,9

Total

221

100

Source: Enquête transversale multidisciplinaire, 2010

26Concernant la gestion des déchets liquides et solides (tableau 2), 43,4% des ménages disposant de latrines sont équipés en fosse septique pour la collecte des excréta (matières fécales) dont la majeure partie des familles (88,5%) effectue une vidange manuelle avec une périodicité d’une à deux années pour environ 98,4% des ménages. En l’absence d’un réseau d’assainissement, une bonne partie des ménages (78,7%) évacue directement leurs eaux usées sur les voies publiques ou terrains vagues. Malgré une desserte acceptable en services de collecte des ordures ménagères que 58,5% des ménages utilisent pour l’évacuation des déchets solides, une partie des habitants (42,5%) continue toujours à déverser ses ordures sur des dépotoirs sauvages (tableau 2). Même si une majeure des ménages ne dispose pas de corbeille faute de moyens (90,5%), ces comportements pourraient s’expliquer par le fait que 66,1% des ménages stockent leurs ordures dans un sac et 19,5% dans des seaux qui sont souvent des contenants usagés ne garantissant pas une bonne conservation des déchets pour une longue durée.

27La présence de tels faits spatiaux dans l’écosystème de Hay Saken a été observée à l’aide d’une cartographie des facteurs environnementaux susceptibles d’influer sur la santé humaine à travers un relevé de points GPS. Dans l’ensemble, 11 points d’eau, 15 édifices publics (écoles, services de santé, mosquées), 9 zones inondables, 15 dépotoirs d’ordures et rejets d’eaux usées et 6 lieux de défécation recensés ont été précisément localisés dans l’écosystème (figure 4). Il faut noter la proximité entre édifices publics, points d’eau et dépotoirs sauvages de déchets. De même, les lieux de défécation se situent à proximité des zones inondables, du cimetière des enfants et de l’abattoir. Ces différents éléments inscrits dans l’espace de Hay Saken permettent de caractériser l’environnement de cet écosystème selon les facteurs de pollution afin de révéler la nature des aspects sanitaires (figure 5).

Figure 4. Cartographie environnementale de l'écosystème de Hay Saken (Nouakchott, Mauritanie)

Figure 4. Cartographie environnementale de l'écosystème de Hay Saken (Nouakchott, Mauritanie)

Figure 5. a) et b) Aperçu sur les conditions d’approvisionnement en eau potable à Hay-Saken / c) et d) Aperçu sur les conditions environnementales à Hay-Saken.

Figure 5. a) et b) Aperçu sur les conditions d’approvisionnement en eau potable à Hay-Saken / c) et d) Aperçu sur les conditions environnementales à Hay-Saken.

28Malgré toutes ces sources de pollution environnementale, la population considère dans sa grande majorité (84,5%) que c’est la fréquence des vents de sable qui constitue le principal facteur de nuisance, plus que les dépotoirs sauvages d’ordures (13,6%) et les rejets d’eaux usées (9,5%) (figure 6). La population affirme même à 80,1% que la propreté du quartier est acceptable.

Figure 6. Principales sources de nuisances citées par les ménages (%)

Figure 6. Principales sources de nuisances citées par les ménages (%)

Source: enquête 2010

Émergence d’une conscience environnementale collective et stratégie de réduction des risques sanitaires

29La promotion de l’hygiène publique et de l’éducation à la santé pour un cadre de vie sain et le bien-être requiert l’existence d’une dynamique participative active basée sur une forte structuration sociale du quartier. Il ressort de l’enquête auprès des ménages que 80,8% connaissent les risques sanitaires liés à la qualité de l’eau, à l’hygiène de base et à l’assainissement. Ils les associent d’abord aux problèmes résultant du manque d’eau potable, de la faible protection des puits et bassins, de la contamination de l’eau de boisson stockée et non traitée avant consommation et de l’absence de moyens adéquats pour traiter l’eau de boisson. Les ménages évoquent ensuite la faiblesse de la desserte en services de collecte des ordures, la pullulation de dépotoirs sauvages réceptacles de matières fécales, l’utilisation de dépotoirs de déchets comme aires de jeu des enfants, à l’absence de dispositifs d’évacuation des eaux usées, au manque d’entretien des latrines surtout publiques, aux rejets d’eaux usées dans les espaces publics, à la stagnation des eaux pluviales, etc. confirmés lors de l’atelier de formation et des groupes de consultation. Parallèlement à cette prise de conscience face aux dangers, une majeure partie des ménages (86,4%) affirme connaître les bonnes pratiques en matière d’hygiène pour la promotion de la santé et du bien-être social mais, malheureusement. l’absence d’organisations communautaires de base dans le domaine de l’environnement fait que seule une faible proportion de la population (14,9%) déclare participer à des opérations de nettoyage du quartier lors de journées de mobilisation communautaire (45,5%) ou d’interventions de la municipalité (42,4%). Pourtant, une bonne partie des ménages enquêtés (91,4%) se dit disposée à participer ou soutenir des initiatives pour la promotion de l’hygiène de base et de la santé, surtout par un investissement physique (81,7%). Il importe dès lors comme le soulignent certains ménages (43,8%) de pallier au manque d’informations par rapport aux initiatives développées par des mouvements associatifs de base.

30Selon l’enquête transversale multidisciplinaire, parmi les actions prioritaires à entreprendre localement pour l’amélioration des conditions de vie dans le quartier, l’approvisionnement en eau potable en quantité suffisante figure en première place (96,8%) suivi de la réduction des prix des denrées de première nécessité (48,2%), de la promotion de latrines adéquates (45,9%) et de la réduction de la pauvreté (24,5 %) (figure 7). Ces priorités ainsi soulevées corroborent avec les informations recueillies lors des différents ateliers (formation et restitution), groupes de consultation et entretiens. Les résultats de l’approche écosanté partagés et validés, les bénéficiaires du projet préconisent que les autorités locales aident à l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable, la mise en œuvre d’investissements dans le domaine de l’assainissement, le changement de comportements par la promotion de bonnes pratiques, le développement de l’éducation à l’hygiène, à l’environnement et à la santé ainsi que la création d’emplois pour lutter contre la pauvreté et le sous-développement économique du quartier.

Figure 7. Besoins prioritaires cités par les ménages pour l'amélioration des conditions de vie dans le quartier.

Figure 7. Besoins prioritaires cités par les ménages pour l'amélioration des conditions de vie dans le quartier.

Source: enquête 2010

31Pour une concrétisation des conclusions tirées de l’approche écosanté, l’assistance a proposé la mise en œuvre d’un comité restreint (2 chercheurs, 2 acteurs étatiques et 3 acteurs communautaires) qui a été chargé de réfléchir sur les actions à mener et la conception d’une stratégie de réduction des risques sanitaires. Parmi les recommandations proposées de manière systémique par le groupe de réflexion, une partie est à la portée du projet écosanté et de la population bénéficiaire alors que l’autre partie incombe plutôt aux pouvoirs publics (État et municipalité). Ainsi, le guide élaboré dans le cadre du projet pour la réduction des risques sanitaires a proposé la mise en place d’une commission locale de surveillance de la qualité de l’eau, l’observance de règles d’hygiène individuelles et collectives (lavage systématique des mains avant les repas et après les toilettes, diminution de la durée de stockage de l’eau, traitement systématique de l’eau avant consommation, nettoyage et entretien régulier des latrines dans les ménages, édicules publics et écoles, surveillance accrue des enfants de 3 à 5 ans déféquant dans la nature ou dans les toilettes), l’amélioration des conditions de conservation des ordures, la réalisation d’opérations de nettoyage régulières du quartier, la promotion de la vidange mécanique des fosses septiques, la mise en place d’une micro-finance locale sous forme d’une mutuelle solidaire de crédits pour la construction de latrines avec l’appui de bâilleurs de fonds, etc. Ces différentes actions proposées ont été accompagnées par des séances d’animation (Information, Éducation et Communication) pour mieux disséminer la stratégie élaborée et favoriser l’appropriation de l’approche écosystémique à la santé humaine. Par contre, la mise en place d’un réseau d’adduction d’eau, la création de systèmes d’évacuation des eaux usées collectifs, la mise en œuvre d’un programme de création d’emplois et de lutte contre la pauvreté ou l’intégration de l’éducation environnementale et sanitaire dans les manuels scolaires sont autant de doléances qui ne pourront être satisfaites que par les autorités compétentes (État et municipalité).

Discussion : un écosystème à cumul de facteurs pathogènes mais une expression faible des maladies

32L’approche écosystémique à la santé humaine préconisée par la Communauté des Pratiques en écosanté (COPES) consiste à montrer comment une démarche fondée sur la transdisciplinarité, la participation et l’intégration du genre et de l’équité peut contribuer à améliorer les conditions environnementales et sanitaires à travers un diagnostic exhaustif des relations entre maladies hygiéniques et le couple eau-assainissement. Elle montre comment il est possible d’améliorer efficacement la santé humaine grâce à une meilleure gestion de l’écosystème qui passe par une stratégie itérative de recherche ainsi qu' une approche participative et transdisciplinaire avec comme finalité la promotion de la santé (Forget et Lebel, 2001).

33D’un point de vue épidémiologique, les conclusions de l’approche écosanté développée à Hay Saken révèlent un paradoxe entre un espace potentiellement épidémiogène et une prévalence diarrhéique relativement faible même si elle est légèrement plus élevée que la morbidité diagnostiquée dans la commune de Dar-Naim (10,2%) et dans la ville de Nouakchott (9,3%) (DRAS, 2009). Cette comparaison avec ces deux entités à échelles spatiales plus grandes donne une idée de la situation épidémiologique dans ce quartier par rapport aux indicateurs sanitaires à l’échelle urbaine. Certes l’espace épidémiogène de l’écosystème de Hay Saken est un indicateur géographique du risque sanitaire mais la faible prévalence collectée n’illustre que partiellement ce fait. Ainsi, les risques sanitaires indiqués par la morbidité diarrhéique semblent un peu anachroniques par rapport à l’ampleur de l’exposition aux sources pathogènes. En effet, les facteurs environnementaux peuvent être des indicateurs permettant de lire la vulnérabilité sanitaire de l’espace sans que celle-ci ne se traduise dans la réalité si la population à la base est bien consciente des enjeux liés à l’hygiène et se protège à la suite d’actions de sensibilisation (Dos Santos et Legrand, 2007 ; Fewtrell et al, 2005). De ce fait, les fondements d’un tel paradoxe pourraient être liésavec l’action formatrice voire éducatrice de la démarche écosanté qui a introduit une prise de conscience collective facilitée par une lecture de l’espace visant à prévenir les risques sanitaires face aux facteurs environnementaux d’exposition aux maladies grâce à l’organisation d’ateliers de formation préalables.

34La comparaison des résultats de l’enquête socio-économique avec les données collectées au niveau de l’Enquête Permanente sur les Conditions de Vie (EPCV, ONS, 2009) fixant les seuils de pauvreté et d’extrême pauvreté urbaine (moins de 190 euros/mois) confirme la situation de vulnérabilité des ménages établis dans le quartier de Hay Saken. Sur ce plan, il est important de souligner la relation entre le niveau d’instruction faible du chef de ménage et la prépondérance des femmes chefs de ménage à Hay Saken. En effet, il est démontré à travers différentes enquêtes nationales (MICS, 2007; EPCV, 2009) que la précarité sociale affecte plus les femmes chefs de ménage qui ont en général un niveau d’instruction relativement bas.

35Même si les causes de la morbidité diarrhéique peuvent être multifactorielles, l’accès à l’eau et à l’assainissement ne constitue qu’un facteur dont il n’est pas aisé de dégager l’effet réel, surtout dans le cas de corrélation avec d’autres facteurs qui peuvent totalement neutraliser l’effet de l’accès à l’eau et l’assainissement, comme le statut socio-économique des ménages ou les variables comportementales à travers les pratiques d’hygiène individuelles et collectives (Dos Santos et Legrand, 2007 ; Ngwe et Banza-Nsungu, 2007). Cependant, la différence faible ou nulle entre les facteurs explorés pourrait s’expliquer par diverses raisons. Par exemple, les enfants des ménages sans latrines ont l’habitude de déféquer dans la nature sur les dunes de sable tandis que ceux des ménages avec WC moderne sans eau courante peuvent être plus en contact permanent avec des germes pathogènes à causes d’une évacuation non sécuritaire des matières fécales. Les camions citernes qui s’approvisionnent directement au niveau des potences peuvent offrir une eau de qualité semblable que celle provenant des robinets à domicile. D’ailleurs, une étude réalisée sur la qualité de l’eau à Nouakchott révèle l’absence de contamination de l’eau transportée par les camions citernes (CUN-INRSP, 2009).

36La vulnérabilité aux risques environnementaux et sanitaires liés à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène de base s’appréhende en tant qu’un résultatde la précarité des logements en particulier et de l’habitat en général (Salem, 1998 ; Obrist et al, 2006). En effet, il est souvent admis que les investissements sociaux dans le domaine de l’eau et de l’assainissement qui coûtent cher pour les ménages ne soient pas une priorité pour les occupants de logements précaires dans des quartiers défavorisés (OMS-UN Habitat, 2010). L’amélioration des conditions de vie se fait de manière progressive et intégrative, le changement de statut du ménage s’accompagnant d’un investissement dans un type de logement de construction durable disposant de l’essentiel des commodités (cuisine, latrines, robinets, électricité, etc.). A l’image des quartiers défavorisés appelés « Gazra ou Kebba », Hay Saken concentre un nombre important de logements précaires dépourvus de cuisine, de latrines, de systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement adéquats. Les ménages font la cuisine souvent en plein air avec les risques de contamination liés aux vents de sables fréquents qui charrient des pathogènes provenant probablement de zones de défécation, à une élimination non sécuritaire des matières fécales de toilettes mal entretenues et à des pratiques qui polluent l’eau consommée par les habitants (Gagneux et al, 1999). L’accès à l’eau courante est une condition nécessaire à des usages qui permettent de prévenir les maladies liées à l’eau. Mais pour être une condition suffisante, celle-ci doit être accompagnée par des pratiques d’hygiène (CUN-INRSP, 2009). L’eau courante permet notamment d’augmenter les quantités d’eau disponible au sein des ménages et de diminuer les risques de contamination de l’eau de boisson, ce qui constitue deux des éléments prépondérants d’une meilleure prévention du péril fécal (Carr et Neary, 2008).

37Au terme de l’évaluation de l’approche écosanté à Hay Saken par les chercheurs, les acteurs institutionnels locaux et les populations bénéficiaires, il s’est dégagé plusieurs constats forts de la réflexion entâmée dans une perspective sanitaire pouvant guider l’intervention sur le terrain : les facteurs de contamination de l’eau sont connus, les pratiques d’hygiène à risques sanitaires sont identifiées et l’offre de services de proximité (eau, cuisine, latrines, assainissement liquide et solide) semblent être une piste importante pour améliorer le niveau de vie des habitants dans le quartier difficile de Hay Saken. Il ressort de l’approche développée que la connaissance des comportements exposant aux risques sanitaires aide à mieux observer les principales règles d’hygiène consignées dans un guide des bonnes pratiques : laver les mains avant de manger et après les selles, laver les aliments avant la consommation, couvrir les récipients contenant l’eau, ne pas consommer l’eau de puits, conserver les ordures dans une poubelle. Les actions préconisées pour améliorer le cadre de vie du quartier portent essentiellement sur l’équipement en de petites infrastructures de proximité dans le domaine de l’eau (conception de récipients de conservation équipés de couvercle et de robinet), de l’assainissement (latrines accompagnées de fosse ventilée, poubelle avec couvercle). Ces initiatives seront accompagnées par des actions de formation, d’éducation et de sensibilisation des populations à travers des séances d’explication avec les ménages (femmes et aînés de famille surtout) sur les modes de contamination des maladies à potentiel épidémique pour impulser les changements de comportements attendus.

38Cependant, la réussite d’une bonne sensibilisation est liée aux mesures d’accompagnement qu’on peut mettre à la disposition de l’habitant pour l’encourager dans ses efforts de changement. Dans le cadre des actions planifiées dans les quartiers précaires d’El Mina et de Riyad par la CUN en partenariat avec l’EPFL (École Polytechnique Fédérale de Lausanne) et l’EAWAG (Water and Sanitation in Developing Countries), les communes peuvent se servir de ces résultats comme outils de sensibilisation des populations et de diffusion des techniques de conservation de l’eau à faible coût pouvant permettre de réduire le phénomène et d’améliorer la santé des populations pauvres. En effet, ce projet vise à élaborer d’un guide des bonnes pratiques et des solutions appropriées d’accès à l’eau et à l’assainissement en appliquant des technologies socialement, économiquement, culturellement, environnementalement et techniquement adaptées aux quartiers précaires de Nouakchott. Il s’agit concrètement de réaliser des ouvrages d’eau à faible diamètre pour promouvoir les branchements individuels et collectifs et de construire des prototypes de latrines en s’appuyant sur la faisabilité d’un micro-crédit ou d'une micro-finance pour l’accès à l’eau et à l’assainissement (construction de latrines et gestion des eaux usées et eaux grises). De cette manière, les pouvoirs publics pourraient aider à la prise en charge de la demande en services sociaux qui dépasse les compétences et les moyens aussi bien du projet écosanté que des populations bénéficiaires.

Conclusion : enseignements et recommandations

39L’introduction de l’approche écosystémique à la santé humaine dans le quartier urbain défavorisé de Hay Saken à Nouakchott est une expérience très enrichissante de par l’adhésion des populations bénéficiaires, de la communauté scientifique et des décideurs publics. Ce processus enclenché a permis l’apprentissage de l’approche transdisciplinaire et participative intégrant la dimension « genre et équité ». Toutefois, la démarche est souvent lourde à mettre en œuvre compte tenu du nombre d’acteurs impliqués, des attentes et espérances des bénéficiaires et de la modestie des moyens financiers mis à disposition.

40Malgré ces contraintes, l’approche écosanté a permis de montrer l’ampleur de l’exposition des populations aux risques environnementaux à travers les modes d’approvisionnement en eau inadéquats, l’absence de systèmes d’assainissement et le manque d’hygiène de base qui traduit en réalité la précarité des conditions d’habitat et le niveau socio-économique très bas des habitants. La dégradation de l’environnement et du cadre de vie expose certes aux risques sanitaires mais cela ne s’est pas traduit dans la morbidité diarrhéique qui reste à un niveau relativement faible par rapport au contexte. Avec la dynamique d’observation des règles d’hygiène et d’action éducative de l’approche écosanté, il se peut que la morbidité diarrhéique soit neutralisée pour demeurer à un niveau faible. De ce fait, il importe de mener d’autres études épidémiologiques afin de confirmer la relation dissymétrique entre la faible prévalence de la diarrhée et l’ampleur de l’exposition à la pollution environnementale et ainsi vérifier l’impact de l’action formatrice et éducatrice de la démarche écosanté et connaître les leviers du changement de comportements à Hay Saken.

41De manière générale, les enseignements intéressants à tirer sont que les populations locales sont conscientes que les conditions environnementales et sanitaires ne pourraient s’améliorer sans leur implication effective et constante, que des approches innovantes à faible coût existent pour une gestion durable de l’eau de boisson et des eaux usées, qu’il est important de changer de comportement vis-à-vis de l’environnement et de promouvoir la santé par une éducation aux bonnes pratiques d’hygiène ciblant prioritairement les écoles afin de susciter une conscience environnementale tant au niveau individuel que collectif. Pour ce faire, les populations préconisent qu’un véritable plaidoyer soit mené auprès des autorités administratives et des bâilleurs de fonds pour aider à asseoir un processus de changement de comportements par la mise en œuvre de projets de gestion communautaire.

42Enfin, l’approche écosanté a facilité la construction de partenariats entre divers corps institutionnels : les élus locaux, les chercheurs (épidémiologiste, environnementaliste, géographe, sociologue, etc.), les organisations communautaires de base, les bénéficiaires, etc., mobilisés pour trouver des solutions réalistes aux problèmes auxquels cet écosystème est confronté. Les résultats de cette recherche pourront jouer un rôle de catalyseur dans le processus de changement de comportements par l’observation de règles d’hygiène de base nécessaires à la réduction des risques sanitaires liés à l’eau et l’assainissement par la mise à disposition d’un guide des bonnes pratiques à l’attention des bénéficiaires.

Remerciements au programme de la COPES

43Tous nos sincères remerciements s’adressent au Programme de la COPES (Communauté de Pratique en écosanté en Afrique de l’Ouest et du Centre) et au CRDI (Centre de Recherche pour le Développement International) qui ont principalement financé la promotion de l’approche écosystémique à la santé humaine de janvier 2010 à décembre 2011 à Nouakchott (Quartier de Hay Saken) en Mauritanie par l’octroi d’une bourse de recherche après un cours de formation d’une semaine (9 au 13 février 2009) à Cotonou, au Bénin.

Haut de page

Bibliographie

Bartram, J et S. Cairncross, 2010, Hygiene, sanitation, and water: forgotten foundations of health. PLoS Medecine, November, Volume 7, Issue 11, 9p.

Briscoe, J., R.G. Feachem et M. Mujibur Rahaman, 1987, Évaluation de l’effet sur la santé : approvisionnement en eau, assainissement et hygiène. UNICEF, ICDDR_B, CRDI (Centre de Recherche pour le Développement International), Ottawa, Canada, 86p.

Carr G M. et J.P. Neary, 2008, Water Quality for Ecosystem and Human Health. United Nations Environment Programme (UNEP), Global Environment Monitoring System/Water Programme, 2nd Edition, 130p.

Château B., N Perrin, D Ould Samba et T Diarra, 2007, La distribution d’eau potable dans la ville de Nouakchott, Mauritanie. Rapport thématique GRET, CUN, Île de France, Nouakchott, octobre, 26p.

CUN-INRSP, 2009, Évaluation de la qualité physico-chimique et bactériologique de l’eau des différents circuits d’approvisionnement à Nouakchott (Mauritanie). Rapport d’étude, Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN) et Institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP), Nouakchott, novembre, 25p.

Choplin, A., 2009, Nouakchott. Au carrefour de la Mauritanie et du monde, Karthala, 366p.

Diagana, I., 2001, Régularisation et intégration des quartiers précaires et « irréguliers » de Nouakchott. Communication à la conférence N-AERUS « Quelles réponses à l’informalité et à l’illégalité des établissements humains dans les villes en développement ? », Louvain, Belgique, 22-26 mai, 13p.

Dorier-Apprill, E., 2006, La gestion de l’eau et des déchets dans les villes des PVD, entre modèles exogènes et pratiques populaires. In Ville et environnement sous la direction d’Elisabeth Dorier-Apprill, SEDES, Paris, pp. 385-408.

Dos Santos, S. et Th. K Legrand, 2007, Accès à l’eau et mortalité des enfants à Ouagadougou (Burkina Faso). Environnement, Risques & Santé − Vol. 6, n° 5, septembre-octobre, pp. 365-371.

DRAS, 2009, Rapports annuels des registres de consultations dans les structures de santé à Nouakchott, Mauritanie. Délégation Régionale à l’Action Sanitaire (DRAS) de Nouakchott, 78p.

Fewtrell, L., R.B Kaufmann., D. Kay., W. Enanoria., L. Haller et al., 2005, Water, sanitation and hygiene interventions to reduce diarrhea in less developed countries: a systematic review and meta-analysis. Lancet Infect Dis 5: 42-52.

Forget, G. et J. Lebel, 2001, « Une approche d’écosystème à la santé humaine ». In Journal of International de la Santé Professionnelle et Environnementale (JISPE), Supplément au Volume 7, n° 2, p 537-538.

Gagneux, S, C. Schneider, P. Odermatt, G. Cissé et M. Tanner, 1999, La diarrhée chez les agriculteurs urbains de Nouakchott en Mauritanie. Médecine. Tropicale No 59. pp 253-259p.

Guène, O. et al., 2003, Stratégie de gestion des déchets solides à Nouakchott (Mauritanie), ADU, 72p.

MSAS, 2005, L’épidémie de choléra à Nouakchott. Annuaire Statistiques Sanitaires de Mauritanie, Direction Régionale de la Promotion Sanitaire et Sociale, Nouakchott, Mauritanie.

Ngwe, E. et AB. Banza-Nsungu. 2007. Les déterminants socio-environnementaux de la morbidité diarrhéique des enfants de moins de 5 ans en milieu urbain au Cameroun : les villes de d’Ebolowa et Maroua. Rapport final de recherche, Institut de Formation et de Recherche Démographiques (IFORD), Yaoundé, 61p.

Obrist, B., G. Cissé, B. Koné, K. Dongo, S. Granado et M. Tanner. 2006. «Interconnected Slums: Water, Sanitation and Health in Abidjan, Côte d’Ivoire ». The European Journal of Development Research, Vol.18, No.2, pp.319–336.

OMS-UN-Habitat, 2010, La face cachée des villes : mettre au jour et vaincre les inégalités de santé en milieu urbain. Rapport UN-Habitat-OMS, Genève, 145p.

ONS, 2001, Enquête démographique et de santé auprès des ménages. Office National de la Statistique, Nouakchott, Mauritanie, 277p.

ONS, 2007. Enquête Nationale à Indicateurs Multiples (MICS). Rapport final, Office National de la Statistique (ONS), Nouakchott, Mauritanie, 61p.

ONS, 2009. Profil de la pauvreté en Mauritanie. Rapport final de l’Enquête Permanente sur les Conditions de Vie (EPVC), Office National de la Statistique (ONS), Nouakchott, Mauritanie, 173p.

Salem, G., 1998, La santé dans la ville. Géographie d’un espace dense : Pikine (Sénégal). Editions Karthala-ORSTOM, Paris, 360p.

Sy, I., M. Keita., B. Lô., M. Tanner et G. Cissé, 2010, Gestion des déchets urbains et risques sanitaires : approche comparative entre deux communes de Nouakchott (Mauritanie). Actes du Colloque Eau, Déchets et Développement Durable, 28 – 31 mars 2010, Alexandrie, Egypte, 12p.

Sy, I., M. Koita, D. Traoré, M. Keita, B. Lô, M. Tanner et G Cissé, 2011, Vulnérabilité sanitaire et environnementale dans les quartiers défavorisés de Nouakchott (Mauritanie) : analyse des conditions d’émergence et de développement de maladies en milieu urbain sahélien. VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 11, No 2, 17p. URL : http://vertigo.revues.org/11174 ; DOI : 10.4000/vertigo.11174

Wyss, K., N.D. Yemadji, G. Cissé et M Tanner, 2001, Gestion par leurs occupants d’environnements défavorisés au Sahel, SEMPERVIRA numéro 10, pages 50-95.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de l'écosystème étudié (Hay Saken) à Nouakchott (Mauritanie)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/14999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 2. Principale activité exercée par le chef de ménage.
Crédits Source: enquête 2010
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/14999/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 3. Niveau d'instruction le plus élevé atteint dans le ménage.
Crédits Source: enquête 2010
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/14999/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 4. Cartographie environnementale de l'écosystème de Hay Saken (Nouakchott, Mauritanie)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/14999/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 5. a) et b) Aperçu sur les conditions d’approvisionnement en eau potable à Hay-Saken / c) et d) Aperçu sur les conditions environnementales à Hay-Saken.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/14999/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 6. Principales sources de nuisances citées par les ménages (%)
Crédits Source: enquête 2010
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/14999/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 7. Besoins prioritaires cités par les ménages pour l'amélioration des conditions de vie dans le quartier.
Crédits Source: enquête 2010
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/14999/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ibrahim Sy, Moussa Keita, Doulo Traoré, Brama Koné, Khadijatou , Ould Boilil Wedadi, Benjamin Fayomi, Bassirou Bonfoh, Marcel Tanner et Guéladio Cissé, « Eau, hygiène, assainissement et santé dans les quartiers précaires à Nouakchott (Mauritanie) : contribution à l’approche écosanté à Hay Saken », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 19 | août 2014, mis en ligne le 11 août 2014, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/14999 ; DOI : 10.4000/vertigo.14999

Haut de page

Auteurs

Ibrahim Sy

Swiss Tropical and Public Health Institute, Bâle, Suisse / Institut National de Recherche en Santé Publique, Nouakchott, Mauritanie, Courriel : ibrahima.sy@unistra.fr ou

Moussa Keita

Institut National de Recherche en Santé Publique, Nouakchott, Mauritanie / Centre Suisse de Recherche Scientifique (CSRS), Abidjan, Côte d’Ivoire

Articles du même auteur

Doulo Traoré

Institut National de Recherche en Santé Publique, Nouakchott, Mauritanie / Centre Suisse de Recherche Scientifique (CSRS), Abidjan, Côte d’Ivoire

Articles du même auteur

Brama Koné

Centre Suisse de Recherche Scientifique (CSRS), Abidjan, Côte d’Ivoire

Articles du même auteur

Khadijatou

Institut National de Recherche en Santé Publique, Nouakchott, Mauritanie

Ould Boilil Wedadi

Direction Nationale de l’Assainissement (DNA), Nouakchott, Mauritanie

Benjamin Fayomi

Faculté des sciences de la santé (FSS), Université d’Abomey-Calavi, Cotonou, Bénin

Articles du même auteur

Bassirou Bonfoh

Centre Suisse de Recherche Scientifique (CSRS), Abidjan, Côte d’Ivoire

Articles du même auteur

Marcel Tanner

Swiss Tropical and Public Health Institute, Bâle, Suisse

Articles du même auteur

Guéladio Cissé

Swiss Tropical and Public Health Institute, Bâle, Suisse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page