Navigation – Plan du site

Perception locale de la dynamique du peuplement ligneux des vingt dernières années au Sahel burkinabé

Pounyala Awa Ouoba, Evariste Constant Da Dapola et Souleymane Pare

Résumés

Le Sahel ouest-africain a longtemps souffert de narrations négatives sur les tendances de son environnement depuis les sévères sécheresses des années 1970. Beaucoup de travaux antérieurs ont porté principalement sur les causes et les conséquences de la dégradation des écosystèmes. Au Burkina Faso, malgré l’existence de quelques études ethnobotaniques sur la dynamique de l’environnement au Sahel, la recherche sur la vision locale dans l’analyse de l’évolution de la végétation reste insuffisante. À travers des entretiens individuels menés auprès des populations locales, cette étude évalue leur perception de la dynamique du peuplement ligneux. Cent quatre-vingt-quatorze questionnaires ont été administrés dans trois villages situés au nord du pays. Les résultats montrent que dans l’ensemble, la majorité des enquêtés sont conscients et ont une très forte perception de l’évolution négative du couvert végétal de leur milieu. Quelques interviewés perçoivent une amélioration de la végétation avec une différence significative entre les trois villages sites. Il est donc nécessaire de prendre en compte ces diverses visions individuelles dans l’établissement des modes de gestion et pour la conservation durable des ressources naturelles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Situé au sud du Sahara, le Sahel est une entité biogéographique définie en première instance par son climat tropical aride à semi-aride, contrôlé par la mousson du golfe de Guinée et l’Harmattan (alizé) saharien (Hiernaux et al., 2009). Cette zone qui s’étend sur près de 6000 km d’est en ouest est caractérisée par des sécheresses récurrentes, dont les plus sévères de 1972-1973 et 1984-1985 ont entrainé des crises écologiques catastrophiques, caractérisées par une mortalité des animaux et des plantes ligneuses et donc une menace par la diversité biologique (Corillon et Gritzner, 1984).

2L’économie de la plupart des pays sahéliens est basée sur l’exploitation des ressources naturelles, en particulier la végétation. Celle-ci fournit le pâturage naturel pour l’alimentation du bétail et permet aux populations rurales de subvenir à leurs besoins par l’exploitation de divers produits ligneux et non ligneux (Krohmer et al., 2006; Ganaba et al., 2005; Lykke, 2000). Ainsi la dégradation de la végétation peut constituer une menace pour l’équilibre écologique sahélien et pour les activités économiques telles que l’élevage encore fortement dépendant de la végétation naturelle. Le suivi de l’évolution de la végétation devient de ce fait une nécessité pour la gestion durable de cette ressource.

3Au cours des dernières décennies, des études récentes sur l’évolution de la végétation sahélienne font état d’une dégradation continue surtout due aux méthodes de production inappropriées et aussi à l’influence des aléas climatiques (Gonzalez et al., 2011; Haglund et al., 2011; Mbow et al., 2008; Geist et Lambin, 2004). Cependant, certaines études récentes affirment un retour à une situation favorable du couvert végétal ou phénomène de « reverdissement » (Anyamba et Tucker, 2005; Herrmann et al., 2005; Olsson et al., 2005). La plupart des études récentes sur l’évolution de la végétation au Sahel sont basées sur l’approche spatiale à travers l’utilisation des images satellites et sur les études botaniques de terrain. Il est cependant reconnu que les observations des populations locales sont centrales dans l’appréhension des changements à long terme, en matière de densité et de diversité des espèces végétales, difficile à analyser par les deux précédentes approches (Berkes et al., 2000; Lykke, 2000; Wezel et Haigis, 2000).

4Au Burkina Faso, malgré l’existence de quelques études sur la dynamique de la végétation, il y a une insuffisance d’études sur la perception locale dans la partie sahélienne du pays. Sachant que la perception et les rapports à la nature diffèrent d’une société humaine à l’autre, les représentations qu'ont les sociétés de leur nature vont favoriser ou au contraire exercer un effet limitant sur les prélèvements opérés sur les ressources naturelles. Ainsi, pour mieux comprendre l’évolution récente de la végétation au Sahel burkinabé, il est important de prendre en compte les connaissances et les perceptions locales qui, selon West et al. (2008), constituent un complément indispensable à la science. Cette approche est aussi une source d’information fiable et a l’avantage de fournir des informations sur chaque espèce végétale (Wezel et Lykke, 2006).

5Le but de la présente étude est de contribuer à l’appréhension de la dynamique de la végétation au Sahel. L’objectif est d’évaluer la perception locale de l’évolution de la végétation ligneuse au niveau de trois terroirs villageois au nord du Burkina Faso, ayant des caractéristiques morpho-pédologiques et socioprofessionnelles différentes. Cet objectif est poursuivi à travers les questions de recherche suivantes : a) Comment les populations appréhendent-elles la dynamique de la végétation ligneuse des vingt dernières années? b) Existe-t-il une diversité de perception à l’échelle locale dans le Sahel burkinabè?

6Nos hypothèses de recherche sont que : 1) les populations locales possèdent des connaissances endogènes sur l’évolution des plantes ligneuses de leurs terroirs; 2) il y a une différence de perception selon les terroirs étudiés.

7L’étude est focalisée sur la perception de l’évolution de la superficie du couvert végétal et des zones nues, de la densité et de la diversité floristique des ligneux.

Matériels et Méthodes

Présentation de la zone d’étude

8L’étude a été menée dans trois villages de la région du Sahel, située au nord du Burkina Faso (Figure 1). Les villages de Kékénéné et de Dampela sont situés dans la province du Soum et le village de Gandafabou est situé dans la province de l’Oudalan (Gorom Gorom). Les trois sites d’étude font partie de la zone climatique sahélienne caractérisée par une alternance de saison sèche allant de novembre à avril et d’une saison des pluies de mai à octobre. La moyenne des précipitations annuelles de Gorom Gorom est de 418 mm/an pour la période de 1981-2010 et celle d'Aribinda est de 436 mm/an pour la même période. Ces deux dernières décennies, la tendance de la pluviométrie est à la hausse dans la zone (Lebel et Ali, 2009).

Figure 1. Situation géographique et administrative des trois villages étudiés / Geographical location of Study Area.

Figure 1. Situation géographique et administrative des trois villages étudiés / Geographical location of Study Area.

9Le paysage des trois villages est constitué d’une diversité d’unités géomorphologiques, allant des buttes et massifs cuirassés ou rocheux aux bas-fonds et talwegs en passant par de vastes glacis cuirassés par endroits et recouverts de sable surtout à Dampela et à Gandafabou. Le terroir de Dampela est surtout situé sur un erg ancien. Gandafabou est sur une dune récente orientée est-ouest avec une grande dépression inter dunaire.

10Les trois villages sont situés dans le secteur phytogéographique sahélien (Fontès et Guinko, 1995). La végétation de type steppe est caractérisée par un tapis herbacé discontinu et de strates arbustive et arborée clairsemées. Dans les trois villages, les sommets et flancs des buttes et massifs cuirassés sont colonisés par une formation arbustive à Combretum micranthum et Pterocarpus lucens. Les glacis supportent une strate arbustive dominée par Balanites aegyptiaca, Acacia raddianna, Pterocarpus lucens, Combretum glutinosum, Combretum micranthum, et Anogeisus leiocarpus. Les zones inondables et bas-fonds sont colonisés par Combretum micranthum, Combretum glutinosum, Mitragina inermis et Anogeisus leiocarpus. Les édifices sableux (dunes, placages sableux) sont piquetés d’arbustes tels, Guiera senegalensis, Acacia senegal, Acacia raddiana et Leptadenia pyrotechnica. La culture du mil (Pennisetum glaucum) est généralement pratiquée sur ces édifices. Le tapis herbacé est composé de Aristida mutabilis, Schoenefeldia gracilis, Leptadenia astata et Cenchrus biflorus.

11La population du village de Kékénéné et de Dampela est surtout constituée des autochtones appelés Fulcé, des migrants Mossi, de Peul, de Bella et de Benda. La population de ces deux villages majoritairement agricole est en 2006 selon le recensement général de l’Institut National de Statistique et de Démographie-INSD- (2009) de 1665 habitants à Kékénéné et de 1426 habitants à Dampela. Le terroir de Gandafabou est surtout un terroir d’éleveurs, convertis partiellement à l’agriculture il ya peu de décennies. Les ethnies présentent sont les Tamacheks, les Peuls, les Sonraï et les Bella. Sa population en 2006 est de 1178 habitants.

12Les activités principales sont l’agriculture pour Kékénéné et Dampela et l’élevage pour Gandafabou. Il y a aussi l’artisanat, le commerce et surtout l’orpaillage pour Kékénéné et Dampela. Les principales cultures dans les trois villages sont le mil et le sorgho. Le bétail est surtout constitué de bovins, ovins, et caprins ainsi que de volaille.

Outils et Méthodes

13Pour réaliser les enquêtes, des entretiens individuels semi-structurés ont été menés en mars 2011 dans les trois villages sites qui sont Kékénéné, Dampela et Gandafabou. L’objectif était de savoir comment la population de ces trois villages perçoit l’évolution du couvert végétal au cours des 20 dernières années. Ces trois villages ont été sélectionnés en se basant sur une stratification de la carte d’évolution de la biomasse (NDVI) sur la période 1990-2010. Les terroirs de Kékénéné et de Gandafabou sont dans la zone à tendance régressive du couvert végétal et le village de Dampela se situe dans la zone à tendance progressive du recouvrement végétal (Ouoba, 2013).

14Les personnes d’âge moyen compris entre 30 et 70 ans ont été sélectionnées au hasard pour les entretiens. Le ménage a été sélectionné comme unité d’analyse et le chef de ménage a été choisi pour l’interview. Les enquêtés devraient habiter dans le village au moins 20 ans pour être à mesure de connaître le paysage, et de mieux indiquer les changements survenus. Au cas où un chef de ménage sélectionné était non éligible ou trop jeune pour se rappeler des conditions environnementales des deux dernières décennies, il a été remplacé au hasard par une autre personne.

15Les entretiens individuels ont été facilités par l’aide des interprètes parlant le dialecte local Fulcé et Tamatchek. Les noms des espèces ligneuses ont été notés dans les langues locales et la traduction s’est faite à l’aide de personnes ressources des services décentralisés du département d'Aribinda dans la province du Soum.

16Les questions posées portaient sur la perception de l’évolution de la superficie du couvert végétal, de celle des zones nues, et de la densité et diversité des plantes ligneuses. Une zone nue est une zone marquée par une absence de végétation. La densité se réfère au nombre d’individus par unité de surface d’une espèce donnée tandis que la diversité est liée au nombre d’espèces d’une formation végétale.

17Les informations obtenues ont été traitées et analysées à l’aide des logiciels SPSS 16.0, et MS EXCEL. Des statistiques descriptives et de tableaux croisés ont été utilisées pour l’analyse des données, et le test du χ² avec pour test spécifique LSD (least significant differences) a été utilisé pour tester la signification statistique des variations entre les trois sites d’études. La moyenne entre les paramètres est significative si le niveau de probabilité p <0,05.

Résultats de l’étude

Caractéristiques de la population enquêtée

18Un total de 194 chefs de ménages de trois villages sélectionnés a été interviewé durant l’administration des questionnaires (Tableau 1). L’âge moyen est de 50 ans pour les trois villages. Soixante-sept (67 %) et 61 % des répondants respectivement à Dampela et Kékénéné sont des agriculteurs et 81 % sont éleveurs à Gandafabou. Les groupes ethniques dominants sont les Fulcé (73 %) à Dampela, les Tamatchek (59 %) à Gandafabou et les Mossis (59 %) à Kékénéné.

Tableau 1. Caractéristiques de la population enquêtée / Household surveyed characteristics.

Paramètre

Dampela

Gandafabou

Kékénéné

(N=66)

%

(N=54)

%

(N=74)

%

Âge moyen

62

-

47

-

54

-

Agriculteur

44

67

8

14

45

61

Éleveur

8

12

44

81

10

14

Ethnie dominante

Fulcé (48)

73

Tamachek (32)

59

Mossi (44)

59

N= nombre de ménages enquêtés

19Les résultats des entretiens semi-structurés ont permis de mettre en lumière les perceptions des populations locales des trois villages sahéliens. En général, les enquêtés ont une bonne perception de l’évolution de leur milieu ces 20 dernières années. De nombreux changements dans le peuplement ligneux ont été répertoriés par les répondants.

Perceptions de l’accroissement de la végétation ligneuse

20Dans l’ensemble des trois villages, les entretiens individuels révèlent que 9 % de la population mentionne une augmentation de la superficie du couvert végétal et 24 % note une baisse de la superficie des zones nues. Une particularité s’observe à Gandafabou où 16 % des répondants relate un accroissement de la superficie du couvert végétal et 37 % perçoit une diminution de la superficie des zones nues. Il y a une différence significative des perceptions de l’évolution de la superficie du couvert végétal et des zones nues entre les trois villages (Tableau 2).

21Onze pour cent (11 %) des interviewés des trois villages déclarent une augmentation de la densité des arbres et arbustes, et exceptionnellement, le taux de réponse est plus élevé à Gandafabou (22 %) que dans les autres villages sites. Les espèces ligneuses pour lesquelles les populations observent une augmentation sont Balanites aegyptiaca dans les trois villages; Faidherbia albida à Dampela et à Kékénéné; Acacia raddiana à Gandafabou ; et Piliostigma reticulatum et l’arbuste Guiera senegalensis à Dampela (Tableau 3). En ce qui concerne l’augmentation de la diversité floristique, seul 1 % de la population de l’ensemble des villages sites s’est prononcé. Le taux de réponse de ce paramètre n’est pas significatif, cependant il y a eu l’introduction de nouvelles espèces telles que Azadirachata indica, Eucalyptus camaldulensis, Mangifera Indica à Dampela, Prosopis juliflora à Gandafabou, Azadirachata indica à Kékénéné.

Perceptions de la stabilité de la végétation ligneuse

22Des cas de stabilité de l’évolution de la superficie du couvert végétal sont notés dans les trois villages à travers les interviews individuels. Pour l’ensemble des différents paramètres d’évolution de la végétation, à savoir la superficie du couvert végétal et des zones nues, la densité des arbres et arbustes, et la diversité floristique, les perceptions sont faibles à Kékénéné. Cependant, à Dampela 16 % de la population note une absence de variation de la superficie des zones nues et 22 % des répondants à Gandafabou affirme une stabilité de la diversité floristique (Tableau 2).

Tableau 2. Perception locale de l’évolution de la végétation de la zone d’étude des 20 dernières années (% des répondants) / Local Perception of vegetation cover change by households in the study area during the last 20 years (% respondents).

Paramètre de changement

Indicateur

Dampela (%)

Gandafabou (%)

Kékénéné (%)

Total (%)

Valeur du χ²

Superficie du couvert végétal

Augmenté

8

16

5

9

2,47*

Stable

9

4

1

3

1,06

Diminué

77

74

89

81

2,62

Ne sait pas

-

2

2

-

Pas de réponse

6

4

3

7

Densité des ligneux

Augmenté

11

22

3

11

1,03

Stable

4

9

3

1

0,09

Diminué

82

65

86

79

4,6

Ne sait pas

-

-

3

9

Pas de réponse

3

4

5

-

Diversité floristique

Augmenté

1

1

1

1

-

Stable

8

22

3

13

1,11

Diminué

83

70

93

84

1,09

Ne sait pas

3

1

-

2

Pas de réponse

5

6

3

-

Superficie des zones nues

Augmenté

68

57

64

63

0,62

Stable

16

1

4

12

0,75

Diminué

12

37

26

24

2,89*

Ne sait pas

2

-

2

1

Pas de réponse

2

5

4

-

Note : *signification < 0.05. Augmenté (Increase); Stable (No change); Diminué (Decrease); Ne Sait pas (Do not know); Pas de Réponse (No answer).

23Il n’y a pas de différence statistique significative (test de LSD) entre les perceptions des populations des trois villages en matière de stabilité des différents paramètres de la végétation (Tableau 2). Les espèces ligneuses restées stables selon les populations sont Combretum micranthum à Dampela, Combretum glutinosum surtout sur la dune à Gandafabou et Piliostigma reticulatum à Kékénéné (Tableau 3).

Perceptions de la diminution de la végétation ligneuse

24Plus de 80 % des enquêtés des trois villages sites mentionne une tendance régressive de la superficie du couvert végétal (Tableau 2). La majorité des interviewés (63 %) perçoit une augmentation des zones nues dans les trois villages. Soixante-dix-neuf pour cent (79 %) des répondants des trois villages perçoivent une diminution de la densité des arbres. Il n’y a pas de différences significatives sur la perception de la régression de la végétation dans les trois villages (Tableau 2). Les espèces végétales Anogeissus leiocarpus et Pterocarpus lucens sont en baisse dans les trois villages selon les populations locales. Les espèces ligneuses telles que Acacia Laeta, Acacia raddiana, Boscia angustifolia, Combretum glutinosum, Diospyros mespiliformis, Mitragyna inermis, Sclerocarya birrea, sont en diminution à Dampela et à Kékénéné. Acacia senegal, Acacia seyal, Combretum micranthum, Ziziphus mauritiana sont en baisse à Gandafabou et à Kékénéné. Les espèces comme Acacia nilotica, Daniella oliveri, Grewia bicolor, sont en baisse à Dampela. Faidherbia albida et Prosopis juliflora sont en baisse à Gandafabou. Acacia pennata, Bauhinia rufescens, Combretum aculeatum sont en diminution à Kékénéné (Tableau 3).

Tableau 3. Dynamique du peuplement ligneux selon les populations locales / Local perception of woody vegetation dynamic.

Tableau 3. Dynamique du peuplement ligneux selon les populations locales / Local perception of woody vegetation dynamic.

25Une baisse de la diversité floristique est perçue par 84 % des enquêtés dans les trois villages. Les espèces en voie de disparition selon les populations sont Celtis integrifolia et Ziziphus mauritiana à Dampela, et Faidherbia albida à Gandafabou. Pour le cas des espèces disparues, les populations ont cité Adansonia digitata dans les trois villages et Kaya senegalensis, Lannea spp, Nauclea spp, Oncoba spp, Vitex doniana à Dampela (Tableau 3).

Discussion

Perception de l’évolution de la végétation ligneuse

26Dans l’objectif de l’appréhension de la perception locale de l’évolution de la végétation naturelle, les résultats d’enquête sont obtenus au niveau des trois sites sur 194 personnes; les résultats montrent des diversités de perceptions sur l’évolution des ligneux.

27Une faible proportion des résultats des entretiens individuels (9 %) révèle que l’ensemble des populations des trois villages mentionne une amélioration de l’état du couvert végétal ces vingt dernières années (Tableau 2). Ce constat est aussi observé dans les études ethnobotaniques réalisées dans les mêmes zones écologiques par Wezel et Haigis (2000) et Sop et al. (2011). Cependant dans le village de Gandafabou, les répondants perçoivent plus une évolution positive de la végétation ligneuse que dans les deux autres villages sites (Tableau 3). La croissance de la végétation dans ce village peut s’expliquer par la présence de la dune (Niang, 2006; Kumar et al., 2002). La spécificité de la perception sur les arbustes régénérés à Gandafabou est liée à la prédominance de l’activité d’élevage; et donc l’importance que la population accorde à l’évolution de la végétation influe leur perception par rapport aux autres villages sites. Les espèces ligneuses en croissance, observées par les populations dans les trois villages sont Balanites aegyptiaca, Faidherbia albida à Dampela et à Kékénéné. L’espèce ligneuse Acacia raddiana est en expansion seulement à Gandafabou. L’accroissement de ces trois espèces s’explique par leur adaptation aux conditions climatiques arides de la zone d’étude et est favorisé par la zoochorie qui est le transport des graines des espèces végétales par les animaux. La différence des espèces en croissance dans les trois villages peut aussi s’expliquer par les particularités morpho-pédologiques. Piliostigma reticulatum et l’arbuste Guiera senegalensis (Tableau 3) sont en croissance à Dampela surtout dans les zones de cultures. Leur augmentation est due à la facilité de régénération des souches annuellement coupées pour les défrichements agricoles. L’accroissement de ces espèces ligneuses est aussi perçu ailleurs au Sahel burkinabé par les populations locales (Sop et al., 2011; Maranz, 2009; Müller et Wittig, 2002). Cependant, dans l’étude réalisée par Lykke et al. (2004) dans la même zone du Sahel burkinabé, les populations révèlent plutôt une réduction de ces espèces. Cette divergence de perception de l’évolution des espèces pourrait s’expliquer par leur utilisation différente selon les ethnies que Ganaba et al. (2005) ont mentionné dans leur étude menée dans la zone sahélienne burkinabé.

28L’augmentation de la diversité floristique est perçue par seulement 1 % de la population de l’ensemble des villages sites. Une différence de perception n’est pas constatée entre villages sur l’accroissement de la diversité floristique. Les espèces nouvellement introduites sont Azadirachata indica, Eucalyptus camaldulensis, Mangifera indica à Dampela, Prosopis spp à Gandafabou, Azadirachta indica, Ziziphus spp à Kékénéné. Ce même constat est confirmé dans une étude de perception locale réalisée au Niger (Wezel et Haigis, 2000).

29La stabilité de l’évolution du couvert végétal est mentionnée dans les trois villages à travers les interviews individuels. Les perceptions sont faibles à Kékénéné. Cependant, à Dampela 16 % de la population note une absence de variation de la superficie des zones nues et 22 % des répondants à Gandafabou affirme une stabilité de la diversité floristique (Tableau 2). Selon les populations de Gandafabou, la diversité n’a pas évolué au cours des 20 dernières années. Ces résultats prouvent que la population a été sensible aux variations sur les 20 dernières années. Les espèces ligneuses restées stables dans les trois villages sont selon les populations Combretum micranthum à Dampela, Combretum glutinosum surtout sur la dune à Gandafabou et Piliostigma reticulatum à Kékénéné (Tableau 3). Cette stabilité pourrait être liée à la faible exploitation du fait de l’absence de valeur socio-économique de ces espèces ligneuses dans la zone d’étude.

30La majorité des enquêtés (81 %) des trois villages sites mentionne une tendance régressive du couvert végétal (Tableau 2). Ce qui prouve qu’ils sont tous du même avis sur la dégradation de la végétation. Il y a une variation particulière, mais non significative de perception dans les trois villages; comme à Gandafabou où les taux de réponse sont relativement bas (Tableau 2). Cela signifie que la végétation est moins dégradée à Gandafabou que dans les deux autres villages d’étude sujets à une forte pression agricole. Soixante-dix-neuf pour cent (79 %) des répondants des trois villages perçoivent une diminution de la densité des arbres. Ce constat est souligné par des études phytosociologiques réalisées dans la même zone écologique au Burkina Faso et au Sénégal (Sop et al., 2011; Mbow et al., 2008; Lykke et al., 2004). De même, une étude basée sur l’analyse spatiale par utilisation des images satellites dans la même zone d’étude confirme la tendance générale de la dégradation de la végétation (Ouoba, 2013). Acacia raddiana qui est en augmentation à Gandafabou est cependant en baisse selon les populations de Dampela et Kékénéné. Aussi, Faidherbia albida en baisse à Gandafabou, est en croissance dans les deux autres villages de l’avis des enquêtés. La baisse de la densité spécifique des ligneux telles que Anogeissus leiocarpus, Pterocarpus lucens, Mitragyna inermis, Grewia bicolor, Sclerocarya birrea, Combretum aculeatum et, Combretum micranthum, sont aussi observées par les populations dans les études phytosociologiques réalisées dans la zone sahélienne au Burkina Faso (Sop et al., 2011; Wezel et Lykke, 2006). La diminution de la densité des autres espèces perçues dans les trois villages étudiés est ailleurs, soit disparues, ou soit en croissance. C’est le cas de Acacia senegal qui a localement disparu dans la même zone sahélienne (village de Tintaboora et Kollangal Alyaakum) du Burkina Faso (Müller et Wittig, 2002); et des espèces végétales telles que Acacia Laeta, Acacia seyal, Acacia nilotica et Ziziphus mauritiana qui sont en croissance dans le village de Oursi et dans d’autres sites de Gorom-Gorom (Maranz, 2009; Lykke et al., 2004; Müller et Wittig, 2002). Ce phénomène de disparition s’observe aussi au Niger (Wezel et al., 2000). Cette évolution différentielle de la dynamique des espèces ligneuses peut s’expliquer par les variations des conditions écologiques et d’exploitations culturelles locales du milieu.

31Environ 84 % des enquêtés dans les trois villages note une baisse de la diversité floristique. Les espèces en voie de disparition selon les populations sont Celtis integrifolia et Ziziphus mauritiana à Dampela, et Faidherbia albida à Gandafabou. Pour le cas des espèces disparues, les populations ont cité Adansonia digitata dans les trois villages. Kaya senegalensis, Lannea spp, Sarcocephallus latifolius (précédemment Nauclea latifolius), Oncoba spp, Vitex doniana ont disparu à Dampela. Similairement au Sahel burkinabé, des disparitions de ces espèces sont constatées (Müller et Wittig, 2002).

Implications de l’évolution de la végétation sur le développement et la biodiversité

32Les espèces ligneuses occupent une place très importante dans les moyens de subsistance des populations locales sahéliennes. Elles fournissent la grande majorité de l’énergie domestique, de l’artisanat, des matériaux de construction et de la pharmacopée (Sop et al., 2011; Ganaba et al., 2005). Beaucoup d’espèces ligneuses contribuent à l’alimentation du bétail par leurs feuilles et fruits en particulier les gousses d’Acacia (Hiernaux and Houérou, 2006). Il y a aussi des espèces ligneuses très importantes dans l’alimentation des populations par leurs fruits et feuilles (Lykke et al., 2004).

33L’évolution négative de la végétation ligneuse perçue par la population dans la zone d’étude pose le problème de durabilité de cette ressource naturelle. Le nombre très important des espèces en diminution et en voie d’extinction et l’envahissement des espèces ligneuses telles que Balanites aegyptiaca constituent une menace pour le maintien de l’équilibre écologique et de la diversité biologique dans la zone d’étude. La dégradation continue de la végétation ligneuse pourrait aussi avoir des conséquences économiques sur des populations du fait de leur forte dépendance à l’exploitation de cette ressource. Cette situation fait appel au développement de meilleures stratégies de conservation et gestion durable des espèces menacées.

Conclusion

34Les trois études de cas réalisées dans cet article montrent que les populations locales ont une bonne perception de l’évolution du couvert végétal. Ce résultat confirme totalement l’hypothèse sur les connaissances endogènes de l’évolution des plantes ligneuses dans les trois terroirs étudiés. Excepté la différence de perception concernant l’accroissement de la superficie du couvert végétal et la baisse de la superficie des zones nues, il n’y a pas de divergences remarquables entre les visions dans les trois villages. Cela montre que l’hypothèse sur l’existence d’une différence de perception n’est que partiellement attestée, en dépit de la diversité ethnique et culturelle des populations interviewées; d’où l’importance de mener davantage de recherches sur les facteurs plausibles influençant les perceptions locales dans cette zone du Sahel. En général, les résultats de l’étude mettent en évidence à travers la vision locale une dégradation de la végétation avec la disparition de certaines espèces ligneuses. Il y a une nécessité de prendre en compte la perception et les savoirs locaux pour une mise en œuvre efficace des programmes de gestion et de conservation des ressources naturelles.

Remerciements

35Cet article a été réalisé dans le cadre du projet LaSyRe-Sahel (A region wide assessment of land system resilience and climate robustness in the agricultural frontline of Sahel) financé par FFU DANIDA. Une gratitude va à l’endroit des étudiants du Laboratoire « Dynamique des espaces et sociétés » du Département de géographie de l'Université de Ouagadougou pour leur assistance sur le terrain et à la population des trois villages enquêtés pour leur hospitalité.

Biographie

36Pounyala Awa Ouoba est géographe au Département de Géographie à l’Université de Ouagadougou. Elle travaille sur la dynamique des écosystèmes et de l’utilisation des terres, sur la biodiversité, sur les changements climatiques, leurs impacts sur l’environnement et les stratégies d’adaptation. Elle vient de soutenir sa thèse de doctorat unique sur ces différents thèmes de recherche au Sahel.

Haut de page

Bibliographie

Anyamba, A. et C.J. Tucker, 2005, Analysis of Sahelian vegetation dynamics using NOAA-AVHRR NDVI data from 1981-2003, Journal of Arid Environments, 63, 3, p. 596-614

Berkes, F., J. Colding et C. Folke, 2000, Rediscovery of traditional ecological knowledge as adaptive management, Ecological Applications, 10, 5, p. 1251-1262

Corillon, C. et J.A. Gritzner, 1984, Environmental Change in the West African Sahel, Advisory Committee on the Sahel, Board on Science and Technology for International Development, Office of International Affairs, National Research Council, 74 p.

Fontès, J. et S. Guinko, 1995, Carte de la végétation et de l’occupation du sol au Burkina Faso (Notice explicative). Ouagadougou : Institut du Développement Rural (IDR), Université de Ouagadougou.

Ganaba, S., J.M. Ouadba et O. Bognounou, 2005, Exploitation traditionnelle des végétaux spontanés en région sahélienne du Burkina Faso, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 6 Numéro 2 [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/2783; DOI : 10.4000/vertigo.2783

Geist, H.J. et E.F. Lambin, 2004, Dynamic Causal Patterns of Desertification. BioScience, Vol. 54 No. 9, p. 817-830.

Gonzalez, P., C.J. Tucker et H. Sy, 2011, Tree density and species decline in the African Sahel attributable to climate, Journal of Arid Environments, article in press, p. 10.

Haglund, E., J. Ndjeunga, L. Snook et D. Pasternak, 2011, Dry land tree management for improved household livelihoods: Farmer managed natural regeneration in Niger. Journal of Environmental Management, In Press, Corrected Proof.

Herrmann, S.M., A. Anyamba et C.J. Tucker, 2005, Recent trends in vegetation dynamics in the African Sahel and their relationship to climate, Global Environmental Change Part A, 15, 4, p. 394-404.

Hiernaux, P., L. Diarra, V. Trichon, E. Mougin, N. Soumaguel et F. Baup, 2009, Woody plant population dynamics in response to climate changes from 1984 to 2006 in Sahel (Gourma, Mali). Journal of Hydrology, 375, 1-2, p. 103-113.

Hiernaux, P. et H.N.L. Houérou, 2006, Les parcours du Sahel, Sécheresse, 17 (1-2), p. 51-71.

INSD, 2009, Recensement General de La Population et de l’Habitation (RGPH) de 2006 analyse des resultats definitifs; theme 2 :etat et structure de la population, Ouagadougou, Burkina Faso, 181 p.

Krohmer, J., K. Hahn-Hadjali et R. Wittig, 2006 Utilisation de la flore sauvage par des populations peules au Burkina Faso et Bénin, Etudes flor. vég. Burkina Faso, 10, p. 33-48

Kumar, L., M. Rietkerk, F.v. Langevelde, J.v. de Koppel, J.v. Andel, J. Hearne, N. de Ridder, L. Stroosnijder, A. K. Skidmore et H. H.T. Prins, 2002, Relationship between vegetation growth rates at the onset of the wet season and soil type in the Sahel of Burkina Faso: implications for resource utilisation at large scales, Ecological Modelling, 149, 1-2, p. 143-152

Lebel, T. et A. Ali, 2009, Recent trends in the Central and Western Sahel rainfall regime (1990-2007), Journal of Hydrology, 375, 1-2, p. 52-64.

Lykke, A.M., 2000, Local perceptions of vegetation change and priorities for conservation of woody-savanna vegetation in Senegal, Journal of Environmental Management, 59, p. 107-120

Lykke, A.M., M.K. Kristensen et S. Ganaba, 2004, Valuation of local use and dynamics of 56 woody species in the Sahel. Biodiversity and Conservation, 13, 10, p. 1961-1990

Maranz, S., 2009, Tree mortality in the African Sahel indicates an anthropogenic ecosystem displaced by climate change, Journal of Biogeography, 36, 6, p. 1181-1193

Mbow, C., O. Mertz, A. Diouf, K. Rasmussen et A. Reenberg, 2008, The history of environmental change and adaptation in eastern Saloum-Senegal--Driving forces and perceptions, Global and Planetary Change, 64, 3-4, p. 210-221

Müller, J. et R. Wittig, 2002, L'état actuel du peuplement ligneux et la perception de sa dynamique par la population dans le Sahel burkinabé - présenté à l'exemple de Tintaboora et de Kollangal Alyaakum, Etudes flor. vég. Burkina Faso, 6, p. 19-30.

Niang, D., 2006, Fonctionnement hydrique de différents types de placages sableux dans le sahel burkinabè, Thèse, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, 167 p.

Olsson, L., L. Eklundh et J. Ardö, 2005, A recent greening of the Sahel--trends, patterns and potential causes, Journal of Arid Environments, 63, 3, p. 556-566

Ouoba, P.A, 2013, Changements climatiques, dynamique de la végétation et perception paysanne dans le Sahel burkinabè, Thèse de doctorat unique, département de géographie, Université de Ouagadougou, Burkina Faso, 305 p.

Sop, T.K., J. Oldeland, U. Schmiedel, I. Ouedraogo et A. Thiombiano, 2011, Population structure of three woody species in four ethnic domains of the sub-sahel of Burkina Faso, Land Degradation & Development, 22, p: 519–529

West, C.T., C. Roncoli et F. Ouattara, 2008, Local perceptions and regional climate trends on the Central Plateau of Burkina Faso, Land Degradation & Development, 19, 3, p. 289-304

Wezel, A. et J. Haigis, 2000, Farmers' perception of vegetation changes in semi-arid Niger, Land Degradation & Development, 11, 6, p. 523-534

Wezel, A. et A.M. Lykke, 2006, Woody vegetation change in Sahelian West Africa: evidence from local knowledge, Environ Dev Sustain 8, p. 553-567

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Situation géographique et administrative des trois villages étudiés / Geographical location of Study Area.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/15131/img-1.png
Fichier image/png, 166k
Titre Tableau 3. Dynamique du peuplement ligneux selon les populations locales / Local perception of woody vegetation dynamic.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/15131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pounyala Awa Ouoba, Evariste Constant Da Dapola et Souleymane Pare, « Perception locale de la dynamique du peuplement ligneux des vingt dernières années au Sahel burkinabé », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 14 Numéro 2 | septembre 2014, mis en ligne le 10 septembre 2014, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/15131 ; DOI : 10.4000/vertigo.15131

Haut de page

Auteurs

Pounyala Awa Ouoba

Géographe, Département de Géographie, Université de Ouagadougou, 03 BP 7021 Ouagadougou 03, Burkina Faso, courriel : mar.ouobaawa@yahoo.fr

Evariste Constant Da Dapola

Maître de recherche et enseignant chercheur, Département de Géographie, Université de Ouagadougou, courriel : evaristeda@gmail.com

Souleymane Pare

Département Productions Forestières, Institut National d’Environnement et de Recherches Agricoles, Centre National de Recherches Scientifiques et Technologiques, 03 BP 7047 Ouagadougou 03, Burkina Faso, courriel : soulemanepare62@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page