Navigation – Plan du site
2014

La colonisation agricole au Viêt Nam : contribution à l’étude de la construction d’un État moderne, du bouleversement à l’intégration des Plateaux centraux

Marie-Hélène Plante
Référence(s) :

Steve Déry, La colonisation agricole au Viêt Nam : Contribution à l’étude de la construction d’un État moderne, du bouleversement à l’intégration des Plateaux centraux, Presses de l’Université du Québec, 2004, 310 p., ISBN 978-2-7605-1312-9

Texte intégral

1L’ouvrage recensé présente les fondements et les manifestations de la colonisation agricole au Viêt Nam en tant qu’un des éléments du processus de déforestation qui a contribué à la conversion des territoires forestiers vers un autre usage.

2L’expansion des terres cultivées aux dépens des forêts constitue un phénomène qui a affecté, à divers degrés, toutes les grandes régions du monde au cours de l’histoire. Depuis quelques décennies, l’Asie du Sud-Est connaît des transformations territoriales comparables aux modèles européen, états-unien, chinois, ou même à celui plus récent de l’Amazonie. Ces modèles présentent des caractéristiques similaires : une croissance accélérée de la population et, en corollaire, une augmentation de la production agricole, une intensification des échanges commerciaux et de l’utilisation d’innovations techniques ou technologiques, et, enfin, l’émergence d’une société nouvelle, transformée. Dans le cas du Viêt Nam, c’est la colonisation agricole, l’une des facettes de l’expansion agricole, qui constitue l’outil privilégié dans la conversion des territoires forestiers. C’est de ce processus dont il est question dans ce livre qui est divisé en trois parties. La première, plus globale et historique, traite des structures et dynamiques traditionnelles (milieu du XIXe siècle), des bouleversements dans la région des Plateaux centraux (1858-1941) ainsi que des transformations et des adaptations (1941-1975). La seconde présente, par l’étude du cas de la province de Lâm Dông, la progression territoriale et démographique des Viêt, l’évolution de l’utilisation des sols et les disparités ethniques. La troisième partie, plus interprétative, fait état des liens qui existent entre la colonisation agricole et l’État vietnamien.

3L’auteur illustre la dynamique de la colonisation agricole au Viêt Nam en nous présentant une trame historique où, en se préoccupant de morphologie, d’organisation politique, de répartition de la population ainsi que de relation au territoire, il témoigne de l’impact de l’époque coloniale française, des conséquences des successions de guerres et des enjeux de la constitution d’un État moderne.

4Avant l’arrivée des Français, les Viêt traditionnellement originaires des basses terres semblaient très mal à l’aise dans la forêt. Concentré sur les basses terres, les Viêt s’organisaient en une communauté plutôt tissée serrée, pratiquant la riziculture et développant des moyens technologiques. Les montagnards étaient très à l’aise dans la forêt. Souvent nomades, ils s’organisaient en communauté très lâche et vivaient des produits de la forêt ainsi que de l’agriculture sur brûlis. Ils n’employaient que très peu de moyens technologiques. Ce sont ces derniers qui peuplaient la région des Plateaux centraux qui sont l’objet de la présente étude.

5À l’époque de la colonie française, afin de sécuriser les frontières, les Français installèrent des postes militaires et administratifs sur le territoire des Plateaux centraux. S’en suit la création d’infrastructures routières et de communication permettant l’émergence d’un contrôle politique et administratif de ces territoires. L’étape suivante a été le développement de plantations de culture commerciale par les Français qui entraina l’arrivée de travailleurs Viêt dans ces territoires montagneux.

6De 1945 à 1954, durant la première guerre d’Indochine, les Montagnards pris entre deux feux sont décimés et déplacés massivement. C’est une période principalement marquée par la déprise agricole. Les campagnes, théâtre de la guérilla, ont été massivement abandonnées.

7À la fin de 1954, le Viêt Nam obtient son indépendance, mais est divisé en deux (Le Nord et le Sud). S’amorce alors un processus de vietnamisation de la région des Plateaux centraux rattachés au Sud, suivant deux axes : la vietnamisation démographique par immigration, principalement par la colonisation agricole et la vietnamisation de l’administration de ces territoires. Jusqu’en 1975, fin de la deuxième guerre d’Indochine et réunification du Viêt Nam, les programmes de colonisation agricole et de sédentarisation des populations se sont poursuivis de manière intensive. Toutefois, l’ère communiste est loin d’y avoir mis fin. Le Viêt Nam est devenu un État moderne et les territoires des Plateaux centraux y sont maintenant entièrement intégrés.

8Entre 1945 et 1975, la situation des Plateaux centraux a énormément changé. Le poids démographique des Viêt a significativement augmenté, comptant pour les deux tiers de la population de la province du Lâm Dông. La colonisation agricole a été un outil privilégié dans cette dynamique qui s’est déroulée en quatre grandes étapes : 1) décolonisation et indépendance du pays; 2) intégration officielle de la région des Plateaux centraux à l’ensemble administratif du Viêt Nam; 3) migration vers le Sud de plus de 800 000 Nord-Vietnamiens; 4) poursuite de deux processus concomitants, des projets de développement agricole reposant sur la colonisation de nouvelles terres par les Viêt (infrastructures routières et administratives), et des projets de regroupement et de sédentarisation de groupes montagnards engagés.

9La province du Lâm Dông est considérée comme une unité administrative idoine pour étudier la colonisation agricole et ces implications. Parmi les principales conséquences de cette dernière sur ce territoire, on retrouve la densification tant humaine qu’administrative, mais aussi le bouleversement de l’utilisation des sols caractérisée par une progression rapide des surfaces cultivées correspondant à un recul, tout aussi rapide, des lisières forestières provoquant en parallèle, une extension des fiches.

10La colonisation agricole a varié selon les dynamiques démographiques et les types de colons. Dans certaines régions de cette province, mais particulièrement dans le district de Lâm Hà, on peut distinguer trois types de dynamiques soit mixtes, Viêt et autochtones. Les zones mixtes se retrouvent dans les villages plus anciens où les colons Viêt ont dû composer avec les populations traditionnelles. Dans les zones Viêt, principalement les nouvelles zones économiques (NZE), les Viêt se sont installés sur des territoires très faiblement habités. Les zones autochtones se retrouvent dans des territoires reculés dont l’accès reste encore difficile, sont composées à majorité d’autochtones et où la colonisation agricole s’est principalement réalisée par des processus de sédentarisation. La colonisation agricole a permis pour bon nombre de Vietnamiens d’améliorer leur situation financière. Toutefois, cette amélioration a varié en fonction de l’ethnie et du soutien de l’État. Les premiers colons Viêt se voyaient octroyer des lots significatifs sur des terres relativement fertiles. Les Montagnards se retrouvaient souvent chassés de leur territoire traditionnel et contraints à vivoter sur des parcelles ne permettant pas d’assurer leur subsistance. Avec les années, le soutien de l’État s’est amenuisé, les terres disponibles devenant plus rares et plus chères ont contraint les nouveaux migrants, appelés migrants spontanés (sans incitatifs de l’État) à s’installer sur des terres de plus en plus petites et de moins en moins fertiles.

11Cette extension agricole n’a pas été sans conséquence. Dans le district de Lâm Hà, le recul du territoire forestier entre 1958 et 1992 a été dramatique consistant en une perte de 42 % de son couvert forestier (33 % pour la province de Lâm Dông). Les terres cultivées s’étendent au dépens des fiches qui elles précèdent l’agriculture en s’étendant aux dépens de la forêt. La densité toujours croissante de population qui utilise massivement la forêt pour des fins personnelles (construction, bois de feu, etc.) provoque également un important phénomène de dégradation des milieux forestiers.

12Le rôle de la colonisation agricole semble déterminant dans la constitution d’un état moderne vietnamien. L’État en aurait retiré plusieurs avantages dont l’extension de son contrôle du territoire et la densification de son administration, la réduction de la pression démographique dans certaines régions du pays, l’accroissement économique et de ses niveaux de revenus (taxation et ventes sur les marchés mondiaux) et finalement, le renforcement de sa position quant aux enjeux géopolitiques.

13Ce livre permet d’appréhender un phénomène complexe et de saisir les dynamiques et les principaux facteurs qui sont en œuvre dans le phénomène de la colonisation agricole. Malgré son intérêt certain, les nombreuses répétitions et le foisonnement de données dont les liens avec le propos ne sont pas toujours clairement explicités créent une certaine confusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène Plante, « La colonisation agricole au Viêt Nam : contribution à l’étude de la construction d’un État moderne, du bouleversement à l’intégration des Plateaux centraux », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 19 novembre 2014, consulté le 31 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/15209

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Plante

Maitrise en sciences de l’environnement, Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, Québec, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page