Navigation – Plan du site
Dossier : Les littoraux et la gestion intégrée des zones côtières

Gestion intégrée des zones côtières: quatre illusions bien ancrées

Raphaël Billé

Résumés

Les efforts considérables qui ont été déployés sur tous les continents pour approfondir la compréhension du concept de Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) et mener des expériences de terrain, ont abouti à son adoption comme paradigme central du développement durable des littoraux. Ayant ainsi atteint une première phase de maturité, la GIZC doit maintenant, pour progresser tant sur le plan théorique qu’opérationnel, être soumise à des bilans critiques indispensables à la consolidation et à l’assainissement de ses fondations. Cet article s’atèle à cette tâche en mettant en discussion plus particulièrement quatre illusions tenaces qui toutes relèvent d’une conception naïve de l'action et portent préjudice à la mise en œuvre de la GIZC : l’illusion du tour de table comme solution à tous les problèmes, le mythe du coastal manager, l’illusion communautaire et l’illusion positiviste.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Atelier ayant réuni durant cinq jours 28 des plus éminents spécialistes de gestion du littoral, ve (...)

1Née au sein de la communauté scientifique dans les années 1970, développée dans les années 1980 jusqu’à son « acte de naissance » symbolique lors de l’atelier de Charleston1 (1989), la Gestion Intégrée des Zones côtières (GIZC) est entrée dans la sphère politique internationale avec la Conférence de Rio en 1992, et se décline depuis à toutes les échelles géographiques. Des efforts considérables ont été déployés sur tous les continents pour approfondir la compréhension de ce concept complexe, et mener des expériences de terrain. Des centaines d’articles scientifiques et de guides de bonnes pratiques, souvent basés sur des études de cas, explorent ce que signifie la GIZC, comment elle doit être mise en œuvre, par qui, avec quels moyens, etc.

2La GIZC a probablement atteint ces dernières années une première phase de maturité. Si beaucoup reste évidemment à faire pour sa mise en œuvre, son adoption comme paradigme central du développement durable des littoraux à travers le monde est acquise. Elle est portée par une communauté de scientifiques et de praticiens organisée, et dispose de moyens importants tant pour la recherche que pour la mise en œuvre. Elle s’est désormais imposée même dans les pays qui lui sont longtemps restés réticents, tels que la France qui fournit aujourd’hui des efforts importants pour combler un retard pris essentiellement dans les années 1990.

  • 2  Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts, Paris.

3Par conséquent, comme tout corpus établi, la GIZC peut être mise à l’épreuve, questionnée, voire remise en cause, en théorie et en pratique. Elle le doit même sans doute pour progresser : à la suite d’Olivier de Sardan (1995), nous pensons que dans un domaine où abondent les points de vue normatifs, les idées reçues, les bonnes intentions, les a priori moraux, les rhétoriques idéologiques et les proclamations quelque peu tapageuses, la compréhension des mécanismes réels à l’œuvre et l’analyse des processus sociaux en jeu font autant sinon plus défaut que les bons conseils et les idées « nouvelles ». Nous assumons donc la fonction critique plus que de proposition de cet article. Nous nous basons pour cela autant sur nos expériences en conception, mise en œuvre et évaluation de projets opérationnels, dans des pays développés et en développement, que sur un ensemble de recherches fondamentales développées au sein ou en partenariat avec l’Engref2. Le projet collectif qui y a été mené de 1998 à 2003 sur l’Analyse Stratégique de la Gestion de l’Environnement (ASGE, voir notamment Mermet et al., 2005) nous a permis de nourrir la réflexion sur la GIZC de perspectives nouvelles, mobilisant des ressources théoriques à notre avis sous-utilisées.

  • 3  Le terme « illusion » est ici entendu dans son sens de « opinion fausse, croyance erronée qui abus (...)

4Le corpus de référence de la GIZC s’est développé au carrefour de recherches interdisciplinaires, mêlant sciences sociales et de la nature, et d’expertises provenant de différentes ONG, organisations internationales, etc. (Billé, 2007a). C’est une des raisons qui explique sa richesse, sa variété, mais aussi certains de ses travers se manifestant notamment sous la forme de simplifications abusives menant à une série d’illusions3 récurrentes. Dans l’objectif de mise à l’épreuve théorique qui est le nôtre, nous nous proposons ici de faire la critique de quatre de ces illusions tenaces, qui pour n’être pas généralisées n’en sont pas moins structurantes : l’illusion du tour de table comme solution à tous les problèmes, le mythe du coastal manager, l’illusion communautaire et l’illusion positiviste. Toutes relèvent à nos yeux de simplifications conceptuelles injustifiées, aboutissant à une conception naïve de l'action qui porte souvent préjudice à la mise en œuvre de la GIZC. Notre propos étant de critiquer certaines « croyances », nous mobiliserons des exemples et références les illustrant : cette démonstration à sens unique ne vise donc pas la GIZC dans son ensemble, et nous laissons le lecteur juger de l’importance de tel ou tel biais – et donc de la pertinence de notre approche – dans son propre environnement professionnel.

L’illusion du tour de table comme solution à tous les problèmes

Une croyance largement répandue

  • 4  Nous utilisons ici la notion de concertation dans son sens le plus large, pour désigner l’ensemble (...)

5« Gérer les problèmes environnementaux, c’est amener tout le monde autour d’une table ». Cette phrase, que l’on peut régulièrement entendre dans de nombreux contextes, est à nos yeux emblématique d’une croyance simpliste extrêmement répandue dans le contexte de la GIZC, et au-delà dans tout le champ de la gestion de l’environnement. Elle repose sur un glissement en trois temps : d’abord, la gestion de l’environnement est définie comme un problème de coordination entre acteurs ; ensuite, la solution au manque de coordination est présentée comme étant la concertation4 ; enfin, la concertation est considérée comme indissociable du consensus. S’il n’est pas question ici de remettre en cause les apports réels des démarches de concertation et de construction de consensus, nous souhaitons mettre en évidence les inconvénients majeurs du triple glissement ci-dessus.

La gestion de l’environnement comme problème de coordination

6La notion de gestion (intégrée) de l’environnement peut être analysée comme une réponse à un manque de coordination entre acteurs et usages (Babin, Bertrand, Weber et Antona, 1999), que ce soit par simple manque de communication ou parce que les acteurs agissent en fonction de logiques divergentes reposant sur des antagonismes réels. Dans cette optique, c’est le manque de coordination qui génère les problèmes environnementaux, les conflits, et/ou limite l'efficacité des actions entreprises en faveur de la protection de l'environnement.

  • 5  Selon la définition du Petit Robert.
  • 6  La coordination n’est-elle pas elle-même une « boîte noire » ? Poser la totalité du problème de la (...)

7Si l’on comprend la notion de coordination comme « l’agencement des parties d'un tout selon un plan logique, pour une fin déterminée5 » – en l'occurrence la protection de l'environnement – cette approche de la gestion environnementale est tout à fait acceptable, même si elle véhicule certains biais6. Nous prenons en tous cas le parti de l’accepter ici afin de mieux comprendre le glissement menant à « l’illusion du tour de table ».

La concertation comme solution au manque de coordination

8Parmi les moyens mobilisables pour améliorer la coordination, la concertation apparaît désormais comme celui à privilégier, au point d’être devenue la référence principale de l’action pour la gestion intégrée du littoral. On parle dans ce cadre presque indifféremment de gestion concertée ou de gestion intégrée (voir par exemple Pennanguer, 2005). Il est dès lors fréquent de procéder par « moulage » du problème : « si les acteurs ne sont pas coordonnés, offrons-leur l’arène qui leur permettra de le devenir », ou encore « les acteurs ne se parlent pas, mettons-les autour d’une table ». On considère dans ce cas que « le simple fait de parler améliore les comportements », on suppose que discuter va libérer les imaginations et ouvrir la voie à des solutions innovantes. Si de telles hypothèses se vérifient en pratique dans certains cas, notre expérience nous incite à la prudence quant à leur généralisation : des études de cas menées notamment en France (Billé, 2001) et à Madagascar (Billé, Mermet, 2002a) nous ont offert des résultats extrêmement variables dans ce domaine.

9Il apparaît notamment que chaque fois que le problème d’environnement à gérer n’est pas trivial, les dysfonctionnements du système de gestion, considérés comme relevant d’un manque de coordination, ne peuvent être résolus par la simple création d’une arène de discussion à laquelle les parties prenantes sont conviées. Dans certains cas, ils ne peuvent pas non plus l’être par des processus de concertation plus sophistiqués. C’est que le lien entre coordination et concertation n’a rien d’évident. Comme l’intégration, la coordination, si elle est bien un moyen de mieux gérer l’environnement, ne se décrète pas (Billé, 2004) : elle n’est pas un mécanisme qu’on choisit de mettre en œuvre. Elle relève de l’organisation effective du système d’acteurs, au sens de March et Simon (1969), et non de son organisation formelle.

La construction de consensus comme paradigme de la concertation

10Le glissement qui permet à l’illusion du tour de table d’avoir tant de succès repose donc d’abord sur la conception de la gestion de l’environnement comme problème de coordination, puis sur la domination de la concertation comme moyen d’améliorer la coordination. Le dernier mouvement est celui qui pose le consensus comme indissociable de la concertation.

11Dans les cas que nous avons étudiés, les résultats des approches concertées consensuelles ont été généralement peu convaincants. Peu de solutions innovantes, issues d’imaginations supposées libérées, sont en réalité apparues. Pourquoi alors une telle propagation ? Il n’est pas forcément étonnant que de telles approches tendent à satisfaire – à court terme – la plupart des acteurs engagés. Par exemple, les acteurs d’environnement, généralement en « rapport de faiblesse » avec les autres (Mermet, 1998), pensent arriver plus efficacement à leurs fins ainsi qu’à travers des conflits ouverts. Au contraire, les acteurs dont l’activité mal régulée tend à dégrader l’environnement apprécient les approches consensuelles puisqu’elles sont en quelque sorte l’assurance qu’on ne leur impose aucun changement qu’ils ne soient prêts à opérer (éventuellement après négociation et ajustement des positions). Dans les pays développés, ils ont d’abord connu, symétriquement aux acteurs d’environnement, une période où les conflits se sont multipliés (Dziedzicki, 2001), menant à des contentieux et procès extrêmement longs et coûteux ainsi qu’à la dégradation de leur image. Toute approche les instituant comme partenaires plutôt que comme adversaires est donc bienvenue. Enfin, les responsables politiques ont pour leur part souvent intérêt à éviter ou minimiser les conflits.

12La recherche consensuelle de coordination par la concertation sous-estime en fait les antagonismes bien réels entre acteurs et usages « non coordonnés », les différences d'intérêts et de représentations. Cela mène souvent à les évacuer plutôt qu’à les reconnaître et à les gérer. Le problème est double : d’une part, placer un problème dans un cadre collectif ne suffit pas à en faire une préoccupation de tous (Mermet, 1992) ; d’autre part, les modes consensuels (i.e. faire d’un problème une préoccupation de tous) ne sont pas les seuls disponibles pour placer un problème dans un cadre collectif.

Intégration et distribution

  • 7  En langage économique, améliorations du système de gestion dans lesquelles personne n’est perdant.

13On ne saurait donc prévoir ou décider a priori, dès le début d’un processus de gestion de conflit d’usage, de procéder seulement par consensus puisqu’il faut généralement parvenir à pousser plusieurs acteurs à faire ce qu’ils ne feraient pas volontiers. Si l’on se limite (1) à inciter à des changements des comportements par sensibilisation, et (2) à obtenir des « Pareto améliorations7 », on ne peut espérer apporter des modifications significatives à des systèmes de gestion de l’environnement que dans des cas très simples et guère représentatifs des situations de gestion auxquelles les acteurs sont le plus souvent confrontés. Il est donc inévitable que certains acteurs, dont la logique d’action est opposée à une gestion durable des systèmes naturels, entrent et sortent des processus de gestion intégrée, soient consultés puis se sentent perdants, floués, et clament leur mécontentement.

14Si la gestion intégrée n’est pas forcément un jeu à somme nulle, il n’y en a pas moins bien souvent un « gâteau à partager », des arbitrages à rendre contre certaines logiques et en faveur d’autres. De la même façon que Walton et McKersie (1965) soulignent que toute négociation a, outre une dimension intégrative, une dimension distributive, il nous semble que la gestion intégrée est aussi, malgré son nom, une « gestion distribuée » consistant à distribuer des désagréments entre les protagonistes. Une approche purement consensuelle et coopérative n’est donc envisageable que si pour une raison particulière il n’y a pas de dimension distributive dans une situation de gestion donnée.

15Dépasser l’illusion du tour de table comme solution à tous les problèmes nécessite alors de réintroduire le conflit en tant que phénomène fondamental des situations de gestion de l’environnement : c’est la fracture qu’il institue, à un moment donné, entre la façon dont l’environnement est géré et les objectifs collectifs en la matière, « qui ouvre l’espace où la collectivité peut traiter ces questions où elle fait figure à la fois de maladie et de docteur » (Mermet, 1992). En poussant au bout ce constat, on peut affirmer qu’il est à peu près indispensable, pour qu’un problème d’environnement soit effectivement pris en charge, que les différentes parties impliquées vivent une situation de blocage, d’impasse, faisant suite à une période conflictuelle. On en vient ainsi à prendre en compte de façon plus consciente les rapports de force entre acteurs, et donc les rapports de pouvoir. Conflits, rapports de force et de pouvoir : autant de notions que nous invitons les acteurs engagés dans des processus de gestion intégrée des zones côtières à mieux intégrer à leur vision stratégique.

Entre intégration formelle et intégration effective

16Finalement, ce dont la gestion de l’environnement a besoin, c’est d'intégration effective (c’est-à-dire que « tout se passe comme si » les acteurs étaient coordonnés). L’intégration formelle (institutionnelle ou procédurale) n’est qu’une façon d’y parvenir. Or, la coordination peut être atteinte par des moyens extrêmement divers, depuis la discussion informelle et consensuelle jusqu’à la prise de décision centrale par un décideur unique, en passant par la négociation. En fait, les moyens permettant d’aller vers une gestion plus intégrée sont de deux ordres (Mermet, 1998) : d’une part, les instruments qui permettent de réguler les activités humaines (taxes, lois, accords, normes, décrets, etc.), d’autre part les processus à mettre en œuvre pour aboutir à ces régulations (arbitrages, négociations, concertation, communication, sensibilisation, etc.). Tout l’enjeu est de mobiliser ces deux types de moyens à bon escient de façon à atteindre un « agencement » des acteurs du socio-écosystème (les « parties du tout » selon la définition de la coordination par le Petit Robert) permettant la préservation et/ou la restauration de qualités désirables des systèmes naturels (la « fin » de cette même définition).

« Coastal manager8 » et structure unique de gestion : le littoral géré par un gestionnaire du littoral ?

Le coastal manager, figure emblématique d’une partie de la littérature

  • 9  United States Agency for International Development.

17En 1995, le Coastal Resources Center de l’Université de Rhode Island et l’USAID9 organisent un atelier international d’une semaine intitulé « Formation des gestionnaires du littoral » (Crawford, Cobb et Ming, 1995). Olsen y décrit notamment les « compétences, connaissances et attitudes d’un gestionnaire du littoral idéal » (Olsen, 1995). Cicin-Sain et Knecht (1998), dans leur ouvrage de référence, affirment de leur côté que « par-dessus tout, le gestionnaire du littoral doit être réaliste et éviter de faire de la gestion intégrée du littoral une sorte de croisade ».

18Qui est donc ce gestionnaire du littoral auquel la littérature fait régulièrement référence ?

Le gestionnaire du littoral, personne physique ou morale

19Notre analyse des nombreux travaux sur la GIZC qui y font référence révèle qu’au-delà de cette figure de l’individu « gestionnaire du littoral » se trouve en fait l’idée qu’il est possible, et souhaitable, de confier la gestion d’un littoral donné à une structure unique – structure qui peut ensuite être incarnée par un ou plusieurs « gestionnaires du littoral ». Les exemples sont extrêmement répandus d'auteurs regrettant l'absence d’une telle structure, et préconisant sa création. On peut en fournir deux illustrations, provenant l’une d’un rapport d’expert et l’autre d’une publication scientifique :

  • « A ce jour, il n’existe pas d’institut qui ait à lui seul l’entière responsabilité et autorité de la gestion des ressources côtières et marines en Indonésie. L’absence d’une telle institution fait que la mer est gérée par des institutions sectorielles ayant des intérêts variés. Cela provoque fréquemment des conflits d’intérêts dans l’utilisation des ressources » (Dahuri, 1999).

  • Et à propos de la Région Métropolitaine de Bombay en Inde : « Il y a plusieurs institutions et agences (…) qui fonctionnent séparément et sont responsables d’activités diverses et de l’application des lois dans la (…) région côtière. (…) Un établissement centralisé qui se spécialiserait dans les affaires côtières et marines et dont la fonction serait de superviser les activités côtières en cours et de coordonner ces agences, est nécessaire » (Murthy, Rao et Inamdar, 2001).

20La notion de « gestionnaire du littoral » telle qu’elle est utilisée dans ces exemples ou ailleurs relève d’une certaine vision de la gestion environnementale : comme un jardin est géré par un jardinier, « l’idée de gestion est souvent prise dans le sens d’une maîtrise directe où le gestionnaire conduit la société et son environnement à l’état désiré, comme l’automobiliste mène son véhicule où il veut » (Mermet, 1992). Or, si cette conception peut avoir un sens dans certains cas très particuliers d’aires protégées (privées notamment), voire de forêts (certaines forêts sont effectivement gérées par un forestier), il est clair qu’en règle générale un écosystème aux usages multiples n’est pas – et ne peut pas être – géré par un « écosystémier », pas plus qu’un littoral n’est géré par un gestionnaire du littoral. A un littoral donné correspond bien une « gestion du littoral » (la façon dont il est géré, sa gestion de fait), mais aussi de multiples gestionnaires dont aucun n’exerce ni ne peut exercer a priori de leadership sur l’ensemble des autres acteurs. En d’autres termes, on peut dire que la gestion du littoral est un processus sans pilote, une gestion sans gestionnaire.

Les raisons d’une illusion bien ancrée

21Nous proposons trois distinctions pour éclairer les mécanismes à l’œuvre derrière cette vision simplifiée du coastal manager, et ses conséquences.

La GIZC et les projets de GIZC

22En termes d’action tout d’abord, le glissement fréquent entre GIZC et projet de GIZC, que nous avons décrit et analysé par ailleurs (Billé, 2007b), est certainement l’une des raisons pour lesquelles apparaît la figure du « coastal manager ». Comme on le voit par exemple chez Burbridge (1997), la GIZC ne s’envisage que par des projets, dont chacun est piloté par un gestionnaire de projet : par approximation, le gestionnaire du littoral est le gestionnaire du projet de gestion du littoral (qu’il s’agisse d’une personne physique ou morale). Or, il faut souligner un paradoxe apparent dont la non prise en compte semble constituer un des fondements de nombreux travaux sur la GIZC : un projet de gestion du littoral ne gère pas le littoral ! Il ne représente qu’une des interventions qui concourent à sa gestion de fait, si bien que le gestionnaire du projet ne devrait pas être appelé le gestionnaire du littoral.

23Mais cette approximation conceptuelle a des avantages pratiques qui expliquent sans doute une part de son succès :

  • D’abord, elle permet en quelque sorte de construire la réalité que l'on prétend étudier. La primauté non fondée de l’approche projet autorise la référence à un coastal manager, aux qualités et compétences dont il doit être doté.

  • Ensuite, cette simplification évite de se poser certaines questions importantes (qui fait quoi exactement ? avec quel mandat ? au nom de qui ? dans quel but ?) mais qui peuvent générer des dissensions. En parlant d’un gestionnaire du littoral qui en réalité n’existe pas, chacun peut s’approprier ses succès proclamés tout en ne se sentant pas concerné par ses échecs.

  • Enfin, l’idée d’une maîtrise directe d’un système naturel par un gestionnaire unique est d’autant plus répandue qu’elle paraît simple, et qu’elle plaît à certains responsables qui n’aiment pas donner à penser qu’un problème quel qu’il soit échappe à leur contrôle.

24La littérature GIZC dans sa grande diversité fournit d’ailleurs d’autres notions qui à nos yeux sont nettement plus pertinentes, générales et en prise avec la réalité : « praticiens de la GIZC » (Olsen, 1996), « professionnels de la GIZC » (Crawford, Cobb et Ming, 1995), ou encore « facilitateurs de GIZC » (Hénocque, communication personnelle), cette dernière étant selon nous celle qui rend le mieux compte de la réalité, que ce soit dans sa dimension humaine et individuelle, ou organisationnelle.

L’intégration institutionnelle : organisation formelle ou effective ?

25En termes d’organisation à présent, la distinction opérée par March et Simon (1969) entre organisation formelle et effective, que nous avons déjà mobilisé précédemment, s’avère ici encore particulièrement éclairante. En effet, l’illusion d’une structure unique de gestion pour le littoral prend ses racines dans la base même de la GIZC, que l’OCDE (1993) traduit bien en recommandant « un dispositif institutionnel intégré » pour la gestion du littoral. Si ce dispositif institutionnel peut a priori être compris dans un sens informel d’organisation effective, on constate qu’il est fréquemment pris dans son sens formel : plus d’intégration (c’est-à-dire une meilleure organisation effective), n’est alors réalisable que par le biais d’une institution ad hoc (c’est-à-dire une organisation formelle).

26Les deux exemples fournis ci-dessus pour la structure unique de gestion illustrent bien ce point de vue. Miossec (1998) nous en fournit des illustrations encore plus explicites. Ainsi, il analyse l’absence de ministère de la mer en France comme un refus « d’intégrer les différentes administrations en relation avec la mer », par opposition à « la Corée du Sud (…) qui a choisi (…) d’intégrer toutes les administrations ayant pouvoir sur la mer et les côtes ». Les verbes utilisés, tels que « refuser » ou « choisir », sont révélateurs de l’idée selon laquelle l’intégration se décrète, quand nous pensons au contraire que l’intégration réelle d’un système de gestion ne se conquiert que progressivement, de façon incrémentielle (Hénocque, Billé, 2005), sans jamais être atteinte. L’intégration que l’on peut qualifier de formelle (par la création d’une organisation ad hoc) n’est au mieux qu’une façon parmi d’autres de tendre vers une gestion de fait plus intégrée. Au pire, c’est une option qui présente deux inconvénients majeurs :

  • Lorsqu’il s’agit de réunir sous une seule entité organisationnelle « toutes les administrations ayant pouvoir sur la mer et les côtes », elle est illusoire puisque toutes les administrations sont susceptibles d’être concernées (y compris certaines aussi importantes et elles-mêmes intégratrices que l’Economie et les Finances, l’Agriculture ou l’Equipement).

  • Lorsque ce type d’intégration est « décidé », il peut s’avérer contre-productif dans la mesure où les rapports de force entre secteurs et groupes d’intérêts ne s’en trouvent nullement atténués a priori mais jouent en interne au lieu de s’exercer en externe, entre administrations. Cela peut nuire à la lisibilité du système de gestion, et donc à des pratiques de débat pluraliste sur des bases claires qui sont à nos yeux un des éléments fondamentaux pouvant contribuer à une gestion plus durable des littoraux.

Un biais de spécialistes du littoral

27 Enfin, d’un point de vue culturel, l’idée d’intégrer formellement les organisations exerçant un pouvoir sur les côtes et la mer, l’idée que c’est possible et souhaitable, est un point de vue de spécialistes du littoral. Le simple fait de traiter une portion de territoire et ses ressources comme un littoral est un regard particulier porté sur lui : pour les spécialistes de la gestion de l’eau, telle partie de ce que nous qualifions de littoral sera plutôt vue comme un bassin versant – nécessitant pourquoi pas une intégration institutionnelle à son échelle ; pour les aménageurs, telle autre partie sera avant tout un nœud de réseau de transport devant être traité comme tel, etc.

  • 10  Selon l’expression de Jacques Weber (communication personnelle), c’est-à-dire la préoccupation pri (...)
  • 11  Et les structures interministérielles ont bien sûr de toutes façons un rôle à jouer (cf. exemples (...)

28Même si la notion de littoral a fait les preuves de ses vertus heuristiques et opérationnelles, on ne peut ignorer qu’elle n’est pas nécessairement la seule pertinente, y compris à l’interface terre-mer, et que d’autres cercles utilisent d’autres « variables d’intégration10 » que l’environnement littoral (qui est de fait la raison d’être de la GIZC). Ce n’est donc pas l’intégration formelle qui doit être recherchée, même si l’on peut y avoir recours au cas par cas11.

Accepter le mille-feuilles politico-administratif caractéristique d’une répartition complexe des rôles

29Selon nous, la notion de gestionnaire du littoral jette un voile convenable sur une réalité dont elle contribue à effacer rapports de force et conflits. Son extension la plus répandue, selon laquelle il est possible et souhaitable de confier la gestion d’un littoral donné à une institution unique, s’avère souvent contre-productive en ce qu’elle n’aboutit qu’à la constitution d’entités hybrides « monstrueuses » qui échappent rarement à la sectorialisation ou à l’autonomisation qui les menacent (Billé, Mermet, 2002b).

30Certes, des simplifications ponctuelles des dispositifs de gestion des zones côtières, conçues au cas par cas et justifiées stratégiquement, sont souhaitables. Elles peuvent toutefois concerner bien d’autres objets que les institutions, par exemple des textes de loi à harmoniser ou à regrouper dans un code ad hoc. En fait, regrouper deux entités ou sous-entités en une seule simplifie l’organigramme, mais pas le système de gestion dans son fonctionnement (c’est-à-dire pas le « fonctiogramme »). Cela ne résout en rien, par rapport à un objectif de gestion intégrée, les conflits basés sur des logiques divergentes qui pouvaient opposer les deux entités avant leur fusion. Typiquement, la fusion entre administrations de l’agriculture et de l’environnement ne peut pas être considérée a priori comme un pas en avant vers une agriculture plus durable, pas plus que vers l’aplanissement des conflits entre ces deux secteurs.

31La gestion de l’environnement, en particulier du littoral, est irrémédiablement complexe. Il s’agit moins d’essayer de la simplifier pour mieux la piloter, que de l’influencer, d’insuffler progressivement aux systèmes de gestion tels qu’ils fonctionnent des changements qui soient favorables à l’atteinte d’objectifs donnés. En d’autres termes, nous pensons que le fameux « mille-feuilles politico-administratif » tant décrié dans la littérature sur la GIZC, et auquel est souvent opposée l’idée d’une structure unique de gestion (gestionnaire du littoral), ne peut être simplifié que de façon marginale. Il ne constitue pas un défaut passager du système, une aberration administrative conjoncturelle : il est structurellement inévitable. Les acteurs engagés dans la gestion des zones côtières, autant que les chercheurs concernés, n’ont d’autre choix que d’accepter que la répartition des rôles soit complexe, et de développer des stratégies d’action et de recherche adaptées.

L’illusion communautaire

32Moins spécifique que le mythe du gestionnaire du littoral, l’illusion liée à la gestion du littoral par les « communautés locales » relève de croyances qui traversent les champs de la gestion de l’environnement et de l’aide au développement dans leur ensemble, et sont particulièrement tenaces à l’interface entre les deux. Notre objectif dans cette section n’est bien sûr pas de nier les possibilités offertes par une gestion de l’environnement décentralisée jusqu’au niveau local/villageois – niveau tout aussi incontournable pour la GIZC que les niveaux régional, national et international, mais de tenter de souligner et d’expliquer les différentes dimensions de cette « illusion communautaire » dont les conséquences pratiques sont significatives et parfois désastreuses. Nous commencerons par élaborer notre propos sur le cas des pays en développement car il s’agit de l’espace privilégié des simplifications communautaristes, avant d’étendre nos réflexions aux pays du Nord. Nous nous appuierons en particulier sur une littérature anthropologique qui n’a de cesse de dénoncer l’illusion communautaire depuis des décennies – tout en étant à son origine.

L’illusion communautaire et la gestion de l’environnement dans les pays en développement

33Les « communautés locales » occupent une place telle dans les champs de l’environnement et de la gestion du littoral dans les pays en développement qu’il serait sans doute difficile de trouver une seule publication internationale de ces quinze dernières années qui ne leur fasse pas référence. Différentes dimensions de l’illusion associée à ce que l’on peut nommer « gestion locale communautaire de l’environnement », « gestion par les communautés locales », etc., ont été décrites par Michon (2002) :

  • La première dimension de cette illusion concerne l’aide au développement dans son ensemble : il s’agit de l’existence postulée de communautés villageoises cohérentes, égalitaires et consensuelles. Olivier de Sardan (1995) décrit « ce mythe tenace et largement répandu du "collectivisme traditionnel", qui perdurerait encore aujourd’hui et sur lequel les actions de développement devraient prendre appui. (…) L’Afrique des villages serait le continent du collectif, le royaume du consensus ». En outre, les droits coutumiers ou traditionnels seraient égalitaires.

  • Cette illusion d’homogénéité et de consensus a pour corollaire l’hypothèse forte que les « communautés villageoises » seraient dotées de leaders légitimes (les chefs traditionnels) et respectés de tous, a priori moins corrompus que les fonctionnaires et les élus des différents échelons de gouvernement. Il serait donc possible et souhaitable de faire reposer sur eux la plupart des interventions.

  • Une troisième dimension de l’illusion communautaire est, elle, plus spécifique au champ de la gestion de l’environnement : les « communautés locales » auraient une connaissance fine (même si non cartésienne) de leur environnement, auraient hérité d’une tradition écologique ancestrale (consciente ou non), et auraient un intérêt objectif à la gestion durable des ressources naturelles sur lesquelles repose leur subsistance. Ensemble, ces trois éléments représenteraient la garantie que des ressources naturelles confiées à des « communautés locales » seraient gérées de façon « sage » et durable.

  • Enfin, à une « communauté locale » correspondrait un territoire identifiable et définissable.

  • 12  Hypothèses qui peuvent bien sûr être vérifiées dans des cas bien précis, quoique sans doute jamais (...)

34Nous ne reprendrons pas ici la démonstration de la lourdeur de ces hypothèses12, au sujet desquelles nous nous contenterons de renvoyer aux travaux d’Olivier de Sardan et Bierschenk (Olivier de Sardan, 1995 ; Bierschenk et Olivier de Sardan, 1998), de Michon (2002), et enfin de Smith (2001) sur le supposé conservationnisme des « peuples indigènes ».

Les racines de l’illusion communautaire

Une assimilation abusive entre communauté et échelle locale

35L’une des bases les plus solides de l’illusion décrite ci-dessus est sans aucun doute la confusion entre la notion de « communauté » et celle de niveau local. Nombreux sont les chercheurs et praticiens qui n’hésitent pas à parler du « niveau communautaire » pour désigner l’échelon local. La littérature sur la GIZC en fournit des exemples frappants : ainsi par exemple, Burbridge (1997) emploie l’expression « au niveau local / communautaire », Olsen (1993) parle indifféremment du « small-scale community-level » ou simplement du « community level ». Le niveau local serait donc par définition communautaire, et inversement la communauté serait intrinsèquement locale.

36La première de ces deux propositions est largement réfutée par les travaux des anthropologues. Pour résumer, à l’hypothèse que plus l’échelle est petite plus les groupes humains sont consensuels, Douglas (1999) oppose que « ce n’est pas une question d’échelle ». Pour elle, il n’y a pas de raison d’appliquer un principe d’explication différent pour les petits groupes ou pour les grands.

  • 13  Douglas (1999) souligne que d’après Taylor (1982) « la communauté est par définition petite ».

37Inversement, la notion de communauté n’est employée que pour désigner le niveau local13 dans la mesure où l’on associe la notion de communauté à celle de consensus et où, dit-on, le consensus est plus facilement atteint dans les petits groupes. Or, il convient de resituer la notion de communauté par rapport à deux concepts qui lui sont consubstantiels (Narcy, 2000) : le patrimoine commun (ou propriété commune) et la subsidiarité.

Une communauté est définie autour de son objet d’action collective

38Toute communauté est en réalité définie comme communauté d’usage ou de gestion, et non a priori par des caractéristiques géographiques ou sociales. Comme le montre très bien l’exemple des communautés rurales se créant pour gérer les « communaux » (certains champs en propriété et/ou usage communs) en France au Moyen-Age (Bourgoin, 1991), les communautés locales existent par ce « communal » qu’elles gèrent intentionnellement et collectivement. Ainsi que l’explique Narcy (2000) : « Le regroupement des individus (…) permet l’élaboration d’une sorte de "conscience collective" leur permettant de se dégager de leurs seuls intérêts particuliers. Cependant, l’élaboration de cette "conscience collective" au sein d’une communauté n’est pas, comme chez Durkheim, la concrétisation de la volonté générale conforme à l’intérêt général des citoyens, mais seulement celle d’une volonté commune conforme à l’intérêt commun des usagers d’un patrimoine ». Contrairement à une idée répandue, ce n’est donc pas le consensus qui caractérise la communauté, mais l’objet d’action collective autour duquel des individus décident de se rassembler.

Entre subsidiarité et gestion locale

39La confusion régnant autour du principe de subsidiarité – principe largement revendiqué en théorie – joue également un rôle majeur dans l’illusion communautaire. Ce principe est en effet souvent compris, dans le champ de l’environnement, comme consistant à déléguer la gestion au niveau local. Il s’agit d’une simplification tout à fait révélatrice du tropisme vers le niveau local qui semble si profondément ancré dans la recherche et les projets d’aide publique au développement à travers cette notion de « communauté locale ». Pourtant, loin de consister à déléguer (entre autre la gestion de l’environnement) au niveau local, « dans la subsidiarité, on part de la personne, à laquelle on laisse son autonomie tant qu’elle peut l’assumer. Si elle ne le peut pas, on cherche à responsabiliser le niveau supérieur, la famille. La famille à son tour s’emboîte dans un niveau corporatif / coopératif supérieur, et l’on remonte ainsi progressivement, en cas de besoin, jusqu’à l’Etat » (Barraqué, 1997). Il ne s’agit donc pas de déléguer au niveau local, mais de laisser à l’échelle la plus petite souhaitable la gestion d’un problème donné – la différence est essentielle.

Un peu d’histoire

  • 14  Mais aussi bien sûr par des projets de développement (barrages, etc.).

40Parmi tous les concepts liés à la problématique de « participation » où « d’implication », celui de « gestion communautaire » est probablement le plus structurant, et constitue un paradigme central du champ de recherche et d’action à l’interface entre environnement et développement. Anthropologues et sociologues ont joué un rôle déterminant dans son irruption sur la scène mondiale, à une époque où prévalait une vision technocratique du développement et de l’environnement. Leur propos était, très schématiquement, que (i) dans ou autour des systèmes naturels à protéger vivaient des populations, que ces populations (ii) d’une part dépendaient largement de l’exploitation des ressources naturelles pour leur subsistance, (iii) d’autre part étaient régulièrement spoliées de leurs droits d’usage par la mise en place de réserves naturelles ou par la désignation d’espèces protégées14, et qu’enfin (iv) ces populations avaient dans certains cas des connaissances et des pratiques qui pouvaient s’avérer des leviers efficaces de gestion durable des ressources naturelles. Aux variantes près, c’est sur ces quatre piliers que la « gestion locale communautaire » a bâti sa rationalité. Or, il est frappant de constater que ce sont encore des anthropologues qui, sans rien renier de ce quadruple constat élémentaire, s’attaquent avec le plus de virulence à l’illusion communautaire (Olivier de Sardan, 1995 ; Douglas, 1999 ; Bako-Arifari et Le Meur, 2001) et à ses avatars environnementaux (Smith, 2001 ; Michon, 2002).

41Des notions maniées avec prudence par des anthropologues ont donc été appropriées, déformées, caricaturées voire détournées aussi bien par les institutions qui étaient les cibles des critiques initiales que par de nombreux contre-pouvoirs (ONG et centres de recherche notamment). Pourquoi a-t-il pu en être ainsi ? Comment des notions telles que le « niveau communautaire » ont-elles pu être reprises par des institutions et acteurs aussi nombreux et variés ?

L’illusion communautaire, carrefour idéologique

  • 15  Pelletier (1996) illustre ce constat à travers l’étude de l’histoire de l’association Economie et (...)

42Qu’ont en commun, à travers les ans et dans le désordre : anarchistes, néo-libéraux, idéologues du régime de Vichy, tiers-mondistes hippies et catholiques engagés ? Une foi inébranlable dans les communautés locales et leurs capacités à gérer bien plus d’affaires publiques qu’elles ne le font15. Si cela ne doit en aucun cas conduire à un amalgame injustifié, cela montre simplement l’étonnante universalité de « l’utopie communautaire », explique le consensus qui l’entoure et la difficulté de la remettre en cause.

43Vu sous un autre angle, se reposer sur les « communautés locales » comme paradigme de la participation de la « société civile » peut être à la fois une justification du désengagement de l'Etat, du cantonnement de la société civile au rôle de « pompier social » ou environnemental laissant les secteurs solvables aux investissements privés (Lévy, 2000), une consolidation de l’ordre social existant ou au contraire sa remise en cause radicale. L’illusion communautaire permet donc les alliances les plus improbables entre multinationales et tiers-mondistes, entre économistes orthodoxes et partisans de la décroissance économique. De manière encore plus frontale, on peut dire que les écologistes les plus exigeants voient dans la gestion locale communautaire un moyen de contourner des pouvoirs en place généralement perçus comme défavorables à leurs vues et/ou inefficaces ; tandis que leurs adversaires y trouvent une occasion d’ériger les populations locales en victimes de l’Etat régulateur, des urbains et/ou de « l’ingérence écologique » des occidentaux (Rossi, 2000).

44Le « communautarisme » comme paradigme de la participation des populations s’avère donc une redoutable machine à dépolitiser des domaines pourtant essentiellement politiques comme le développement et la gestion de l’environnement. Son pouvoir de séduction pour une grande diversité d’acteurs est une source fondamentale de son succès sémantique y compris dans la GIZC.

Les « communautés locales » dans la gestion de l’environnement au Nord

45Comme annoncé, nous nous sommes focalisés sur un contexte de pays en développement. Dans les pays développés, l’utilisation des différentes dimensions de l’illusion communautaire est beaucoup plus hétérogène. Nous distinguerons trois positions caractéristiques :

  • En Amérique du Nord, la notion de communauté est extrêmement utilisée dans la vie socio-politique, avec dans de nombreux cas à la fois l’illusion de cohérence du groupe, d’homogénéité, de consensus, et l’assimilation entre communauté et niveau local. Si elles semblent s’apparenter à des quartiers, les communities ont probablement des inspirations religieuses (ensemble des personnes se retrouvant autour d’un même lieu de culte), historiques (remontant à l’époque des pionniers) et ethnologiques (populations autochtones).

  • Au sein des organisations internationales, la notion de communauté locale a vite trouvé sa place dans la rhétorique sur la gestion de l’environnement, pas seulement concernant les pays en développement : on la trouve ainsi à plusieurs reprises dans l’Agenda 21 de Rio (United Nations, 1992), y compris dans son Chapitre 17 relatif aux océans et aux zones côtières. En revanche, il est intéressant de noter que les organisations spécifiquement « Nord » semblent l’ignorer : elle n’apparaît par exemple ni dans les guides de bonnes pratiques de l’OCDE (1993), ni dans la plupart des publications européennes (Humphrey et Burbridge, 1999 ; King, 1999 ; Commission Européenne, 2001) où l’on rencontre plutôt des citoyens, des acteurs locaux ou concernés, des parties prenantes, des populations locales, voire des « gens », et sur le littoral des pêcheurs, des agriculteurs, etc. Pour faire référence à un territoire local, on y parle de villages, de communes rurales, de cantons.

    • 16  Yoko Hagiwara, communication personnelle.

    En France ou au Japon16 enfin, tout comme dans d’autres pays dépourvus d’une culture politique anglo-saxonne, la notion de « communauté locale » demeure à peu près inusitée, inaudible dans le vocabulaire des responsables politiques et rare chez les chercheurs.

  • 17  Et le reste du monde en développement.

46Il est donc intéressant de noter que dès lors qu’il s’agit des pays en développement, et de l’Afrique en particulier, chercheurs et décideurs européens hésitent peu à recourir aux « communautés locales » comme concept structurant de leurs discours et actions. Cela montre que l’illusion communautaire imprègne le regard particulier porté sur ces pays, alors que dans une très large mesure « l’Afrique17 doit être analysée comme le reste du monde, débarrassée de toute illusion communautariste » (Olivier de Sardan, 1995).

L’illusion positiviste

La connaissance scientifique, condition nécessaire et suffisante à une bonne gestion des zones côtières ?

47L’hypothèse selon laquelle « d’une meilleure connaissance découlera une meilleure gestion » (Miossec, 1998) est répandue. Littéralement, elle implique que la connaissance est une condition suffisante à une meilleure gestion de l’environnement. Le caractère général de cette proposition peut être rejeté rapidement du fait des cohortes de contre-exemples qui viennent immédiatement à l’esprit – voir par exemple le cas français du Marais Poitevin (Billé, 2004), ou celui du thon rouge en Méditerranée. Au mieux, on peut donc affirmer qu’une meilleure connaissance est susceptible de favoriser une meilleure gestion.

48Inversement, il est souvent affirmé qu’« on ne peut sérieusement traiter un problème que si l’on en maîtrise toutes les données » (Miossec, 1993).Une connaissance complète est-elle vraiment une condition nécessaire à une prise en charge sérieuse et efficace d’un problème ? Répondre à cette question est plus complexe et nécessite en particulier de bien cerner la place des approches scientifiques et techniques dans la gestion de l’environnement. Nous n’aborderons ici que quelques points saillants permettant, nous l’espérons, de mettre en évidence les enjeux de cette double illusion positiviste dans le champ de recherche et d’action qui est le nôtre.

Des connaissances scientifiques forcément lacunaires et controversées

49Tout d’abord, il est clair que l’on ne saura jamais tout sur tout, c’est-à-dire que la connaissance scientifique nécessaire à la prise de décisions parfaitement informées ne sera jamais disponible pour une grande majorité des systèmes naturels – côtiers en particulier – qu’il est envisagé de gérer de manière plus durable. La nature est bien trop variable dans le temps et dans l’espace. Ainsi, comme s’amuse à le calculer Johannes (1998), la conception – purement théorique – d’une gestion rationnelle des récifs coralliens de la seule Indonésie nécessiterait 400 hommes par années de collecte d’informations – informations qui devraient ensuite être réactualisées continuellement. On peut dire en fait que, de façon générale, un certain niveau d’incertitude scientifique est une caractéristique des situations de gestion environnementale.

50En outre, il n’y a pas de raison de supposer a priori que les informations collectées seront exactes, ni consensuelles parmi la communauté scientifique et les acteurs impliqués. Contentieux et débats sont aussi intrinsèques – et bénéfiques – aux sciences que l’incertitude est inhérente à la gestion.

Le manque de connaissances justifie l’inaction

51Se demander quelles connaissances scientifiques sont nécessaires à la prise de décisions parfaitement informées n’est d’ailleurs sans doute pas la question la plus pertinente, en tous cas ce n’est pas la seule. On remarque en effet que le manque et la contradiction des connaissances scientifiques sont abondamment utilisés d’une part pour retarder des décisions et arbitrages douloureux pour certains acteurs, d’autre part pour promouvoir ou justifier des décisions ou non-décisions défavorables à l’environnement. Récuser les constats scientifiques, déconsidérer les experts qui les produisent et en promouvoir d’autres plus favorables à une certaine cause, font partie du schéma type de la rhétorique anti-environnementale (Rowell, 1996), du niveau global au niveau local. On peut résumer cette relation entre science et action en constatant que quel que soit le problème d’environnement considéré, il existe toujours une façon de le formuler telle que les connaissances scientifiques soient insuffisantes pour l’action. Les exemples de la surpêche en Europe, ou du changement climatique jusque récemment aux Etats-Unis, en sont de bonnes illustrations.

La connaissance, enjeu stratégique et levier d’action

52Il apparaît donc clairement – et ce n’est certes pas un constat nouveau dans les sciences de l’action – que la connaissance scientifique n’est pas seulement un levier d’action possible. Elle est aussi – nous serions tentés de dire surtout – un objet stratégique que les acteurs utilisent normalement pour atteindre des objectifs en partie divergents. Comme le soulignent Crozier et Friedberg (1992), « l’incertitude en général ou des incertitudes spécifiques (…) constituent la ressource fondamentale dans toute négociation. (…) Ce qui est incertitude du point de vue des problèmes est pouvoir du point de vue des acteurs ». Enjeu stratégique, la connaissance est donc aussi un enjeu de pouvoir. Or, une des caractéristiques du pouvoir est justement « la capacité de parler au lieu d’écouter, la capacité de se permettre de ne pas apprendre » (Deutsch, 1963), et l’on pourrait ajouter la capacité de prendre des décisions controversées dans lesquelles les préoccupations scientifiques ne sont qu’un élément de réflexion parmi d’autres. Dans une certaine mesure, rassembler des connaissances et prendre des décisions sont deux activités qui sont déconnectées. Elles ne relèvent ni des mêmes logiques, ni du même pas de temps.

Gestion adaptative et « data-less management »

53La gestion des zones côtières se construit donc autant sur des rapports de force, des enjeux de pouvoir, des négociations, que sur des connaissances scientifiques par essence lacunaires et controversées. Dans ce contexte il est nécessaire de remarquer de façon très générale que les zones côtières sont rarement gérées de façon directement liée à la connaissance disponible : elles sont très souvent plus mal gérées que les connaissances scientifiques ne pourraient le permettre, mais parfois aussi mieux gérées que ces connaissances scientifiques ne pourraient le laisser présager. Ces deux aspects montrent qu’il y a des marges de manœuvre importantes, à connaissance égale, pour l’amélioration des systèmes de gestion des littoraux.

54Si l’application du principe de précaution peut constituer un axe fructueux de réflexion, il ne saurait prétendre au statut de mode de gestion de l’environnement. En revanche, la gestion adaptative (Walters, 1986), ou gestion par essai/erreur, recèle un potentiel largement sous-utilisé. Dans la même logique, le « data-less » ou « data-poor management » de Johannes (1998) se définit comme un mode de gestion mis en œuvre en l’absence des données nécessaires à la paramétrisation et à la vérification des modèles qui prédisent les effets de diverses actions de gestion, aux marges d’erreur statistiques près. Finalement, « une fois que l’on se libère de l’illusion que la science ou la technologie, avec des moyens abondants, peuvent fournir une solution aux problèmes de ressources ou de conservation, une action appropriée devient possible » (Ludwig, Hilborn et Walters, 1993). Dès lors, la question clé du point de vue de l’action (Johannes, 1998) n’est plus de savoir de quelles données on a besoin pour prendre des décisions appropriées, mais quelles sont les meilleures décisions que l’on puisse prendre étant donné les connaissances (lacunaires et controversées) dont on dispose. Ce qui bien sûr ne signifie pas que les études scientifiques, notamment quantitatives, ne sont pas utiles et souhaitables dans de nombreux cas : elles doivent être développées, constituent souvent une étape nécessaire, mais ne décident pas des actions menées à un moment donné.

Conclusion

55Les quatre illusions que nous avons décrites revêtent une importance variable au sein de la GIZC selon les contextes, les pays, etc. : comme nous le disions en introduction, cet article vise donc seulement certains travaux et exemples – à nos yeux importants – et laisse volontairement de côté ceux qui n’illustrent pas les illusions qui sont son objet. Celles-ci reposent sur des glissements progressifs, implicites et généralement non assumés. Elles ne constituent donc pas à proprement parler des théories, ni même vraiment des opinions : la plupart d’entre nous sommes relativement conscients de leurs travers, et cédons malgré tout à l’occasion aux sirènes de l’une ou l’autre de ces illusions par réflexe, facilité ou confusion. L’intérêt de les énoncer et d’en démonter les mécanismes est donc moins de convaincre de leurs faiblesses que de les expliciter suffisamment pour attirer l’attention sur elles, pour rendre plus visible et donc plus difficile leur utilisation, et pour contribuer à clarifier les discussions sur des sujets proches (participation, intégration science-gestion, etc.).

56En outre, nous nous sommes efforcés non seulement de mettre en lumière comment ces illusions se déclinent, mais aussi de proposer des concepts et pistes de réflexion qui, nous l’espérons, peuvent aider à les contrer plus durablement.

57Ainsi, nous avons montré que l’illusion du tour de table reposait sur trois assimilations successives entre gestion de l’environnement et coordination, entre coordination et concertation, puis entre concertation et consensus. Ce glissement est en partie responsable, en pratique, de l’incapacité de trop nombreux processus participatifs à aboutir à une prise en charge concrète des problèmes environnementaux qui sont à leur origine. Nous avons proposé à l’inverse (i) de ne pas sous-estimer la dimension distributive de tout processus d’intégration, (ii) de différencier l’intégration formelle (institutionnelle ou procédurale) et l’intégration effective, dans laquelle on distingue les instruments qui permettent de réguler les activités humaines et ceux qui permettent de mettre en place ces régulations.

58Nous avons ensuite mis en évidence le mythe que représente le coastal manager, associé à l’idée qu’il est possible et souhaitable de confier la gestion d’une zone côtière donnée à une structure unique de gestion. Là encore, la distinction entre organisation formelle et effective nous a permis de suggérer une approche plus processuelle et moins procédurale de l’intégration, qui mène à accepter la répartition fondamentalement complexe des compétences de gestion des zones côtières, et à s’y adapter.

59Dans un troisième temps, nous avons souligné l’illusion communautaire, maintes fois décrite dans la littérature sur le développement. En distinguant ses déclinaisons « Nord » et « Sud » et en remontant à ses racines, nous avons tenté de recadrer la gestion communautaire sur des bases que nous pensons devoir être la gestion d’un patrimoine commun selon un principe de subsidiarité clarifié. Nous avons également appelé à ne pas projeter sur les sociétés des pays en développement des principes analytiques et prescriptifs (tels que l’illusion communautaire) fondamentalement différents de ceux en usage dans les pays développés.

60Enfin, nous avons montré que l’illusion positiviste, très présente dans la gestion des zones côtières, se heurtait d’une part au fait que l’abondance de connaissances scientifiques ne garantissait en rien une meilleure gestion, et inversement que le caractère lacunaire et controversé des connaissances scientifiques était rarement le facteur réellement limitant de l’action. En rappelant l’utilisation stratégique de l’incertitude et de la connaissance, nous avons orienté le lecteur vers des ressources telles que la gestion adaptative ou le data-less/data-poor management.

61Le travail de questionnement critique des fondations de la GIZC autant que de ses dérives éventuelles n’en est encore qu’à ses débuts. Nous espérons que cet article y contribue et souhaitons qu’il soit lui-même âprement discuté.

Biographie

62Raphaël Billé est responsable du projet « gestion intégrée de la vulnérabilité au changement climatique dans les zones côtières méditerranéennes » à l’Iddri. Titulaire d’un doctorat de gestion de l’environnement (spécialisé en sciences de l’action et des organisations), il s’intéresse particulièrement à la gestion intégrée des zones côtières ainsi qu’aux problématiques d’évaluation des politiques publiques et de participation dans les processus de décision. Publications récentes : 2007. A dual-level framework for evaluating Integrated Coastal Management beyond labels. Ocean and Coastal Management, doi:10.1016/j.ocecoaman.2007.01.002 ; (dir.) 2007. Concertation, décision et environnement : regards croisés. Vol. 4, La Documentation Française, Paris.

Haut de page

Bibliographie

Babin, D., Bertrand, A., Weber, J., Antona, M. 1999. Patrimonial mediation and management subsidiarity: managing pluralism for sustainable forestry and rural development. FAO-IUFRO-CIRAD, Rome:277-303.

Bako-Arifari, N., Le Meur, P.-Y. 2001. Une anthropologie sociale des dispositifs du développement. In J.-F. Baré (dir.) L'évaluation des politiques de développement. Approches pluridisciplinaires. L'Harmattan, Paris :121-173.

Barraqué, B. 1997. Subsidiarité et politique de l'eau. In A. Faure (dir.) Territoires et subsidiarité : l'action publique locale à la lumière d'un principe controversé. L'Harmattan, Paris :165-201.

Bierschenk, T., Olivier de Sardan, J.-P. 1998. Les pouvoirs au village. Le Bénin rural entre démocratisation et décentralisation. Karthala, Paris.

Billé, R. 2001. How necessary are ICM-labelled organisational tools in addressing integration issues? Case study on the Bay of Brest and its catchment area (France). Conférence internationale People and the sea : maritime research in the social sciences, Netherlands Institute for the Social Sciences, Amsterdam.http://www.iddri.org/L'iddri/Equipe/article_Bay_of_Brest.pdf

Billé, R. 2004. La Gestion Intégrée du Littoral se décrète-t-elle ? Une analyse stratégique de la mise en œuvre, entre approche programme et cadre normatif. Thèse de Doctorat en Sciences de l’Environnement (Gestion), ENGREF, Paris. http://pastel.paristech.org/985/

Billé, R. 2007a. Vers une GIL à la Française ? Place de la France dans le (tout petit) monde de la Gestion Intégrée du Littoral, entre acculturation et adaptation. Colloque international Prospective du littoral – Prospective pour le littoral. Un littoral pour les générations futures, ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, Paris, 1-2 mars. http://www.iddri.org/L'iddri/Equipe/versuneGIL.pdf

Billé, R. 2007b. A dual-level framework for evaluating Integrated Coastal Management beyond labels. Ocean and Coastal Management, doi:10.1016/j.ocecoaman.2007.01.002.

Billé, R., Mermet, L. 2002a. Integrated coastal management at the regional level: Lessons from Toliary, Madagascar. Ocean and Coastal Management 45(1): 41-58.

Billé, R., Mermet, L. 2002b. Sectoralization of an integrated coastal management programme: A case study in Madagascar. Journal of Environmental Planning and Management 45(6): 913-926.

Bourgoin, P. 1991. Sud vendéen, espace né de la mer. Edition par l'auteur, Luçon.

Burbridge, P.R. 1997. A generic framework for measuring success in integrated coastal management. Ocean and Coastal Management 37(2) : 175-189.

Cicin-Sain, B., Knecht, R.W. 1998. Integrated Coastal and Ocean Management, Concepts and Practises. Island Press, Washington, D.C.

Commission Européenne. 2001. Qualité des zones côtières : une priorité pour l'Union européenne.

Crawford, B.R., Cobb, J.S., Ming, C.L. (dir.) 1995. Educating coastal managers. Proceedings of the Rhode Island workshop. Coastal Resources Center / USAID, W. Alton Jones Campus, University of Rhode Island.

Crozier, M., Friedberg, E. 1992. L'acteur et le système. Seuil (1ère édition : 1977), Points-Essais, Paris.

Deutsch, K. 1963. The nerves of government. Free Press, New York.

Douglas, M. 1999. Comment pensent les institutions. Bibliothèque du MAUSS, Paris.

Dahuri, R. 1999. Governance and the marine environment. BAPPENAS-UNDP, Study on Environmental Governance, Jakarta.

Dziedzicki, J.-M. 2001. Gestion des conflits d’aménagement de l’espace. Quelle place pour les processus de mediation ? Thèse de doctorat en Aménagement, Université de Tours.

Hénocque, Y., Billé, R. 2005. Gestion Intégrée du Littoral : analyse des processus à l’œuvre et mesure des progrès accomplis dans le cadre d’une approche incrémentielle de l’intégration. Colloque international Prospective du littoral – Prospective pour le littoral. Un littoral pour les générations futures, ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, Paris, 1-2 mars. http://www.iddri.org/L'iddri/Equipe/gestionint-gr-eRB.pdf

Humphrey, S., Burbridge, P. 1999. Planning and management processes: sectoral and territorial cooperation. European demonstration programme on integrated coastal zone management, University of Newcastle.

Johannes, R.E. 1998. The case for data-less marine resource management: examples from tropical nearshore finfisheries. Trends in Ecology and Evolution 13(6): 243-246.

King, G. 1999. Participation in the ICZM processes: mechanisms and procedures needed.European demonstration programme on integrated coastal zone management, Hyder Consulting, Swansea.

Lévy, M. 2000. Comment renouveler les politiques de "coopération au développement" ? Esprit, juin : 79-100.

Ludwig, D., Hilborn, R., Walters, C.J. 1993. Uncertainty, resource exploitation, and conservation: lessons from history. Science 260(2) : 17-36.

March, J.G., Simon, H.A. 1969. Les organisations. Dunod, Paris.

Mermet, L. 1992. Stratégies pour la gestion de l'environnement. La nature comme jeu de société ? L'Harmattan, Collection Environnement, Paris.

Mermet, L. 1998. L'analyse stratégique de la gestion environnementale, illustrée par les tribulations d'un noyau relictuel de population d'ours brun dans les Pyrénées occidentales françaises. ENGREF, Paris. http://www.engref.fr/coursenligne/Ours/ours.pdf

Mermet, L. (dir.) 2005. Concertation orchestrées ou négociations décisives ? Rapport final, programme Concertation, décision et environnement, ENGREF - ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, Paris, vol. 1. http://www.rgte.centre-cired.fr/rgte/IMG/pdf/MermetBarragesFinalTomeI.pdf

Mermet, L., Billé, R., Leroy, M., Narcy, J.-B., Poux, X. 2005. Analyse stratégique de la gestion environnementale : un cadre théorique pour penser l’efficacité en matière d’environnement. Natures Sciences Sociétés 13(2) : 127-137. http://www.rgte.centre-cired.fr/rgte/IMG/pdf/nss52021tire_a_part.pdf

Michon, G. 2002. L'environnement, du discours global aux pratiques locales - ou comment les conventions sur l'environnement affectent la gestion de la forêt tropicale. Séminaire ENGREF-LAMETA, Montpellier, 12-13 septembre.

Miossec, A. 1993. La gestion de la nature littorale en France Atlantique. Etude comparative (Royaume-Uni, Pays-Bas, Espagne, Etats-Unis). Thèse de Doctorat en Géographie, Université de Bretagne Occidentale, Brest, Tome 1.

Miossec, A. 1998. De l'aménagement des littoraux à la gestion intégrée des zones côtières. In A. Miossec (dir.) Géographie humaine des littoraux maritimes, SEDES-CNED :413-466.

Murthy, R.C., Rao, Y.R., Inamdar, A.B. 2001. Integrated coastal management of Mumbai metropolitan region. Ocean and Coastal Management 44(5-6) : 355-369.

Narcy, J.-B. 2000. Les conditions d'une gestion spatiale de l'eau. Le monde de l'eau face aux filières de gestion des espaces. Thèse de doctorat en Sciences de l’Environnement (Gestion), ENGREF, Paris.

OCDE. 1993. Gestion des zones côtières - Politiques intégrées. OCDE, Paris.

Olivier de Sardan, J.-P. 1995. Anthropologie et développement. Essai en socio-anthropologie du changement social. Karthala, Paris.

Olsen, S. 1993. Will integrated coastal management programs be sustainable: the constituency problem. Ocean and Coastal Management 21(1-3): 201-225.

Olsen, S. 1995. The skills, knowledge, and attitudes of an ideal coastal manager. In B.R. Crawford, J.S. Cobb, C.L. Ming (ed.) Educating coastal managers. Proceedings of the Rhode Island workshop, Coastal Resources Center / USAID, W. Alton Jones Campus, University of Rhode Island:3-7.

Olsen, S. 1996. Increasing the efficiency of integrated coastal management. The World Conservation Union (IUCN) annual meeting, Montréal, Canada.

Pelletier, D. 1996. Economie et Humanisme. De l'utopie communautaire au combat pour le Tiers-Monde, 1941-1966. Le Cerf, Paris.

Pennanguer, S. 2005. Incertitude et concertation dans la gestion de la zone côtière. Thèse de doctorat en halieutique, ENSAR, Rennes.

Rossi, G. 2000. L'ingérence écologique. Environnement et développement rural du Nord au Sud. CNRS Editions, Espaces et Milieux, Paris.

Rowell, A. 1996. Green backlash - Global subversion of the environmental movement. Routledge, Londres.

Smith, N. 2001. Are indigenous people conservationists? Preliminary results from the Machiguenga of the Peruvian Amazon. Rationality and Society 13(4): 429-461.

Taylor, M. 1982. Community, anarchy and liberty. Cambridge University Press.

United Nations. 1992. Agenda 21: The United Nations Programme of Action from Rio. United Nations, New York.

Walters, C.J. 1986. Adaptive management of renewable resources. McMillan, New York.

Walton, R.E., McKersie, R.B. 1965. A behavioral theory of labor negotiations. An analysis of a social interaction system. ILR Press, Ithaca, New York, 2nd éd. 1993.

Haut de page

Notes

1  Atelier ayant réuni durant cinq jours 28 des plus éminents spécialistes de gestion du littoral, venus de 13 pays différents, afin de stabiliser un vocabulaire commun sur la GIZC et de se mettre d’accord sur une brève définition – sans doute la première : « processus dynamique par lequel une stratégie coordonnée est développée et mise en œuvre pour l’allocation des ressources environnementales, socioculturelles et institutionnelles afin d’assurer la conservation et l’usage multiple et durable de la zone côtière » (voir Billé, 2004).

2  Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts, Paris.

3  Le terme « illusion » est ici entendu dans son sens de « opinion fausse, croyance erronée qui abuse l’esprit par son caractère séduisant » (Petit Robert).

4  Nous utilisons ici la notion de concertation dans son sens le plus large, pour désigner l’ensemble des pratiques d’action publique favorisant échanges de vues et recherches d’accords et non pour définir un type donné de pratiques opposable, par exemple, au débat publique, à la négociation, à la participation ou à la consultation (Mermet, 2005).

5  Selon la définition du Petit Robert.

6  La coordination n’est-elle pas elle-même une « boîte noire » ? Poser la totalité du problème de la gestion de l’environnement en terme de coordination ne suppose-t-il pas implicitement l’existence d’un intérêt général unique, d’objectifs communs à toute la société ?

7  En langage économique, améliorations du système de gestion dans lesquelles personne n’est perdant.

8  L’expression est volontairement laissée en Anglais pour rappeler qu’elle relève d’une littérature essentiellement anglo-saxonne, qui n’est pas neutre culturellement.

9  United States Agency for International Development.

10  Selon l’expression de Jacques Weber (communication personnelle), c’est-à-dire la préoccupation principale par rapport à laquelle on intègre.

11  Et les structures interministérielles ont bien sûr de toutes façons un rôle à jouer (cf. exemples de la DIACT ou du Secrétariat Général de la Mer en Fance).

12  Hypothèses qui peuvent bien sûr être vérifiées dans des cas bien précis, quoique sans doute jamais toutes en même temps.

13  Douglas (1999) souligne que d’après Taylor (1982) « la communauté est par définition petite ».

14  Mais aussi bien sûr par des projets de développement (barrages, etc.).

15  Pelletier (1996) illustre ce constat à travers l’étude de l’histoire de l’association Economie et Humanisme et de son fondateur dominicain Louis-Joseph Lebret, qui exemplifient le type de ponts que l’utopie communautaire jette entre discours social catholique et démocrate chrétien, marxisme, idéologie du régime de Vichy (à travers l’illusion corporatiste notamment), tiers-mondisme et – dès les années 1950 – discours développementiste des grandes organisations internationales. L’histoire de cette association centrée sur l’utopie communautaire montre des interactions successives ou concomitantes, sans aucun revirement ou reniement brutal, avec tous ces courants de pensée en seulement 25 ans (1941-1966).

16  Yoko Hagiwara, communication personnelle.

17  Et le reste du monde en développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Billé, « Gestion intégrée des zones côtières: quatre illusions bien ancrées », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 7 Numéro 3 | décembre 2006, mis en ligne le 08 septembre 2006, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/1555 ; DOI : 10.4000/vertigo.1555

Haut de page

Auteur

Raphaël Billé

Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (Iddri), 6 rue du Général Clergerie, 75116 Paris, France, Tel : +33 (0)1 53 70 22 74, raphael.bille@iddri.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page