Navigation – Plan du site
2015

La lisière des espaces ouverts : support de densification qualitative des métropoles

Edge of open spaces: a qualitative way for urban densification
Séréna Vanbutsele et Bernard Decleve

Résumés

Les bords des espaces ouverts ont été reconnus dans plusieurs territoires comme des espaces stratégiques. Ils se trouvent à l’intersection entre les problématiques de développements urbains, de gestion de l’augmentation démographique et les impératifs de valorisation et de protection des espaces de nature. Le concept de lisière urbaine traite les bords en tant qu’éléments complexes, d’épaisseurs variables et porteurs de projets. Si ces espaces sont associés à l’idée d’articulation entre la ville et la nature, ils sont aussi conjointement présentés comme des supports de densification. Or, la mise en avant des bords soulève plusieurs questions. Premièrement, sur la transformation des espaces ouverts induite par une nouvelle pression urbaine. Deuxièmement, sur la requalification de zones jusque-là sous valorisées. Et troisièmement, sur le lieu même d’implantation de la lisière. L’impératif est de traiter avec attention égale tant les éléments bâtis que non bâtis pour qu’ils forment une lisière urbaine, celle-ci marquant d’une part la limite à l’urbanisation et articulant et favorisant, d’autre part, les échanges entre ville et nature. L’implantation de la lisière s’opérerait tant par l’aménagement d’espaces ouverts en bordure de sites naturels ou agricoles (pomerio) que par une densité perméable à trouver dans la partie bâtie de la lisière (ante parc).

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour réagir à ce texte, visitez le carnet de recherche de [VertigO] en cliquant ici : http://vertigo.hypotheses.org/1844

Texte intégral

L’émergence de la question des bords

1De nombreuses métropoles européennes sont aujourd’hui confrontées à un double défi. D’une part, elles ont un intérêt à assoir leur développement urbain et économique en confortant et en organisant l’augmentation démographique constatée dans de nombreuses villes. D’autre part, dans un contexte de préoccupations environnementales grandissant, les métropoles développent des politiques de protection de la nature et de valorisation des espaces ouverts. Leurs priorités : la lutte contre l’étalement urbain et la préservation et valorisation des espaces de nature. Combiner les objectifs de diminution du rythme de consommation du sol tout en assumant un développement et une croissance démographique importante a amené de nombreuses métropoles européennes à réfléchir à des solutions de densification et de reconstruction de la ville sur elle-même (Da Cunha et Kaiser, 2009; Declève et al., 2009; Ananian, 2010). Ces politiques de développements urbains ont eu tendance à être séparées des politiques en matière d’espaces verts. Aujourd’hui, ces stratégies sont appelées à se rejoindre et à être intégrées l’une à l’autre. Or c’est à l’endroit crucial du bord – à l’interface entre espace bâti et espace non bâti – que ces politiques se rencontrent. Plusieurs propositions émises ces dernières années présentent les bords des espaces ouverts comme des espaces stratégiques. Leur densification permettrait de réunir les impératifs de développement urbain avec ceux de la valorisation des espaces ouverts.

Stratégies liées aux bords : limites, zones tampons et lisières urbaines

2Trois types de stratégies liées aux bords se distinguent.

3Le premier correspond à l’instauration d’une limite à l’extension urbaine à l’échelle métropolitaine ou intercommunale. Une ligne sépare le milieu bâti (la ville) du milieu non bâti (la nature ou l’agriculture). Elle régit la valeur foncière des terrains et les règles en vigueur de part et d’autre. Telle une frontière administrative, cette ligne est tracée sur des documents réglementaires ou des plans stratégiques d’aménagement sans pour autant qu’elle soit perceptible sur le terrain. Plusieurs territoires ont appliqué ce principe avec des résultats mitigés, par exemple à Paris, dans les années 1960 avec le plan d’aménagement et d’organisation général de l’agglomération parisienne (IAU idF, 2010) ou aux Etats-Unis avec le concept d’Urban Growth Boundaries (Ding et al., 1999 ; Abbott et Margheim, 2008), et encore aux Pays-Bas pour tracer les contours du Green Heart dans la Randstad (Tjallingii, 2000).

4Un second type de stratégie détermine le bord non pas en tant que ligne mais bien en tant que zone tampon de plusieurs dizaines voire centaines de mètres de large. La reconnaissance de tels périmètres est liée à la présence de milieux boisés et forestiers comme la zone de lisières forestières inscrite dès 1994 dans le Schéma Directeur de la Région Ile-de-France (SDRIF) (Sainsaulieu et Charré, 2008), ou les zones de servitudes au pourtour des bois et forêts à Bruxelles (Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, 2001). En Angleterre, ces zones tampons sont liées à la question des franges urbaines. Des bandes de 500 mètres de zones rurales sont reconnues autour des zones métropolitaines et zones bâties comme Urban Fringe (Gallent, 2006).

5Mais face à la complexité des bords, plusieurs auteurs appellent à faire évoluer les méthodes de zonage telles que décrites ci-dessus (Tjallingii, 2000 ; Gallent, 2006 ; Follea et Gautier, 2008 ; Follea et Gautier, 2009 ; Salat, 2011). Dessiner une ligne ou une zone de largeur uniforme sur un plan général donne bien un cadre réglementaire mais ne propose aucune clé quant aux projets à développer sur les bords.

6Une troisième optique considère les bords comme des espaces d’articulation souvent qualifiés de lisière en référence aux lisières agro-forestiers (Sainsaulieu et Charré, 2008 ; Crémer et al., 2010). Cet espace de lisière est d’épaisseur variable et est porteur de projet. Son aménagement vise deux objectifs majeurs :

  • Donner forme à la ligne qui sépare les espaces bâtis des espaces ouverts pour que la limite entre ville et nature arrête d’avancer sans cesse et de grignoter le non bâti.

  • Articuler, concilier et mutualiser deux milieux distincts pour qu’ils profitent l’un de l’autre. Autrement dit, il s’agit, d’ajuster voire de retourner le tissu urbain afin qu’il reconnaisse l’existence et la valeur de l’espace ouvert qui le borde.

7Ces concepts se retrouvent sous de nombreux vocables : lisières épaissies (Desvigne, 2009), interface ville/nature (a'urba et LACUB, 2013 ; LACUB, 2013), lisières urbaines ou lisières agro-urbaines (Follea et Gautier, 2008 ; Follea et Gautier, 2009 ; Follea et Gautier, 2009), paysage de pomerio (Colarossi, 2011), ante parc (Studio 09 et al., 2009), limites déterminées ou à constituer (Schéma de Cohérence Territoriale de Montpellier) (Follea et Gautier, 2009 ; IAU idF et al., 2010 ; ADEUS, 2013), de fronts urbains (IAU idF, 2010). Certains concepts mettent davantage en avant le caractère non bâti, planté et aménagé de la lisière (Follea et Gautier, 2008 ; Colarossi, 2011). Dans d’autres cas, le projet sur les bords a davantage trait à la réorganisation des marges urbanisées (Studio 09 et al., 2009). Généralement, les lisières sont associés à des possibilités de densification mettant en valeur l’espace ouvert qu’elles bordent (Nouvel et al., 2008 ; Studio 09 et al., 2009 ; 51N4E et al., 2011).

Figure 1. Trois stratégies liées aux bords. 

Figure 1. Trois stratégies liées aux bords. 

Légende : (1) Le bord en tant que limite entre un milieu A et B; (2) Le bord en tant que zone tampon; (3) Le bord en tant que lisière.

Les défis liés à l’implantation des lisières urbaines

8La mise en avant des bords comme zones stratégiques soulève des questions quant à la pression induite sur les espaces ouverts et à leur transformation, à la requalification de zones jusque-là sous valorisées et enfin quant au lieu d’implantation même de la lisière.

9L’augmentation d’habitants autour d’un espace ouvert augmente sa fréquentation supposée et le met sous pression remettant en question l’aspect quelque peu délaissé des espaces en bordure de ville. Pourtant ce caractère peu aménagé offre un refuge important pour la faune et la flore. Il permet également une série d’usages et de pratiques informelles et spontanées propre à des espaces en attente (De Smet, 2013). Une densification autour de ces espaces appelle à reconsidérer la gestion à minima qui était généralement suffisante pour administrer ces sites. Comment cadrer l’usage d’espaces dont la singularité réside justement dans un caractère peu aménagé ? Transformer des espaces périphériques en parcs à vocations récréative et écologique répondrait probablement à une demande grandissante en espaces publics verts à proximité de la ville. Mais comme le suggère plusieurs auteurs, ne faut-il pas se méfier d’une tendance au propre et nette où un environnement bien rangé et assaini remplacerait un espace laissé à lui-même (Shoard, 2002 ; Gallent, 2006).

10Une autre interrogation concerne la transformation d’espaces délaissés en espaces prisés comparables à des fronts de mer ou à des fronts de parcs urbains. Cette évolution consolide l’espace non bâti en lui conférant une certaine valeur et par là même, une certaine sécurité foncière. Néanmoins projeter à l’avant-scène des espaces qui jusque-là étaient généralement sous exposés pose la question des plus-values que cette transformation induit et de son éventuelle captation par l’autorité qui les a permises. Sans poser la régulation et les cadres adéquats pour développer un projet urbain qualitatif, la densification des bords risque de dériver vers des projets à unique vocation de promotion immobilière et de rentabilisation maximale du foncier sans pour autant rencontrer les impératifs de protection et de valorisation des espaces non bâtis.

11Enfin, dans une logique d’extension urbaine du centre vers la périphérie, les espaces non bâtis implantés en bordure ont souvent eu tendance à être considérés comme une réserve foncière. Dans cette logique de grignotage, le bâti ne s’ajuste pas à l’espace ouvert qu’il borde. Au contraire, il lui tourne le dos en lui présentant des arrières de jardins, des rues en cul de sacs, des dépôts en tout genre, … Une solution consiste à amputer l’espace ouvert sur ses bords pour y implanter une façade urbaine digne de ce nom qui forme un signal fort. L’objectif est de stopper le mitage progressif de l’espace ouvert d’une part et de favoriser l’intégration de l’espace ouvert dans le tissu urbain d’autre part. Cette posture est quelque peu paradoxale, elle revient à grignoter une partie de l’espace ouvert pour que celui-ci arrête justement de se faire manger par l’urbanisation. Ce point soulève la difficulté d’implanter la zone de lisière. S’implante-t-elle au sein du tissu urbanisé ou au sein de l’espace ouvert ? Il faudra toujours tracer une ligne au moins juridique. Où pose-t-on ce trait? Quelle épaisseur lui donner? Comme pour la lisière agro-forestière, même s’il y a consensus quant aux bienfaits d’une zone de recul, ni l’agriculteur, ni le forestier ne sont enclins à perdre une partie de leur terrain pour y aménager une lisière. Il en est de même pour les lisières urbaines. Les développeurs et propriétaires de parcelles urbanisables ne se voient pas remettre en question leur droit à urbaniser et à rentabiliser leur bien. Et les gestionnaires et défenseurs des espaces ouverts ne sont pas prêts à accepter d’urbaniser les bords d’un espace ouvert afin de lui constituer une façade urbaine et de valoriser ce qui reste de ce même espace ouvert.

Le pomerio et l’ante parc comme pistes d’actions

12Face à cette complexité, l’implantation de la zone de recul nécessaire à la fabrication de la lisière pourrait être envisagée de deux façons complémentaires.

13Premièrement par un recul de l’espace ouvert pour y aménager des espaces non-bâtis qui fabriquent la lisière. Cette logique suppose que l’espace ouvert soit privé d’une certaine marge sur ses bords non pas pour y construire un nouveau bord bâti, mais plutôt pour y implanter des espaces non bâtis mais néanmoins aménagés. Cette partie non bâtie de la lisière serait qualifiée de pomerio en référence aux travaux de Paolo Colarossi qui reprend la terminologie latine (Colarossi, 2011). Le pomerio y est qualifié comme : « l’espace de terrain consacré et libre de constructions qui courait le long des murs de Rome et des colonies romaines, (…) » (Colarossi, 2011). Les questions sur ce bord non bâti se portent sur la nature des aménagements et de la programmation à y apporter. Jusqu’à quel point le pomerio peut-il accueillir des éléments construits ? Quelles sont les conditions pour implanter des aires de jeux, de loisirs, des jardins familiaux, collectifs, partagés, des points de vente ou d’échange des productions alimentaires, des circulations douces, des promenades plantées, voire des équipements collectifs ou techniques tels des systèmes de gestion des eaux, des terrains de sports, des espaces éducatifs, …

14Deuxièmement et conjointement à l’aménagement des espaces ouverts du pomerio, la fabrication de la lisière urbaine demande une réorganisation des tissus bâtis qui bordent l’espace ouvert existant. Cette restructuration vise une densification de ces tissus tout en y instaurant une forte perméabilité. Cette zone bâtie de la lisière serait qualifiée d’ante parc en référence à la proposition de Bernardo Secchi qui suggère « d’utiliser les nouveaux développements pour définir la marge de certains espaces ouverts. L’ante parc est un périmètre habité conçu comme un espace équipé qui, non seulement laisse libre accès au parc, mais l’organise » (Studio 09 et al., 2009). Se posent alors les questions qui portent sur le bâti, sa densification, sa volumétrie, sa transparence, son implantation sur les parcelles, son orientation en rapport avec le paysage, la largeur des rues, les espaces entre bâtiments, les percées visuelles,...

15La mise en place conjointe de ces deux espaces, le pomerio et l’ante parc, contribue tant aux objectifs de consolidation des espaces ouverts que de développement et densification de la métropole. Le travail sur la lisibilité de la limite et sur la densification est couplé aux stratégies d’articulation et de connexions qui renforcent les continuités écologiques, visuelles, et fonctionnelles (continuité des chemins, alignement d’arbres, percées visuelles, …). Ce n’est qu’à ces conditions que l’intégration de l’espace ouvert dans le tissu urbain est effective. Le défi est de trouver les conditions auxquelles la limite peut être lisible tout en jouant un rôle de couture plutôt que de séparation (Lynch, 1960).

Discussion

16Constituer une lisière urbaine avec une densité perméable dans l’ante parc et des espaces ouverts accessibles dans le pomerio offre plusieurs avantages.

17L’hypothèse d’une zone bâtie (ante parc) intimement liée à une zone non bâtie (pomerio) appelle à une concertation importante entre acteurs des développements urbains et acteurs de l’aménagement et de la gestion des espaces verts. Cette mise en commun pourrait faciliter le transfert de plus-values permises par la densification de l’ante parc au bénéfice de la gestion des espaces ouverts du pomerio. De plus, focaliser l’attention et les efforts uniquement sur les bords permet un investissement limité mais qui impacte néanmoins l’entièreté du site. En ce sens, le concept de lisière urbaine pourrait apporter une réponse face aux faibles budgets des autorités publiques qui transforment souvent l’acquisition de terrains, leurs aménagements et leurs gestions en espaces verts en véritables défis.

18Ensuite, le pomerio s’implante sur l’espace ouvert et le transforme en espaces accessibles mais il ne le bâti pas pour autant. La conformation des bords s’opère par une mobilisation limitée de l’espace ouvert et non dans une logique de « grignotage pour stopper le grignotage ».

19Enfin, la logique de lisière urbaine tient également compte du caractère peu aménagé des espaces ouverts traités. Elle propose de les valoriser en y aménageant uniquement leurs bords. La zone publique, programmée et aménagée de l’espace ouvert se concentre sur sa périphérie. Ainsi le site est valorisé par ses bords sans pour autant dénaturer le cœur de l’espace qui continue à se développer plus ou moins spontanément.

20D’autres éléments apparaissent également comme cruciaux dans la question des bords. Parmi ceux-ci, l’échelle à laquelle la lisière est définie ainsi que la taille minimale requise des espaces ouverts pour que le concept de lisière urbaine soit opérant.

Penser par les bords pour inverser le regard

21Aborder le lien ville-nature par la question des limites, des bords et des lisières est une démarche en cours dans plusieurs territoires. Elle alimente les débats sur la densification des villes et rejoint plus généralement la problématique de la maîtrise de l’étalement urbain. Les bords constituent un lieu stratégique pour la valorisation, la gestion et l’intégration des éléments de nature dans la fabrique urbaine. Les formes urbaines et la densité qui s’y implante, les connexions physiques, visuelles et écologiques sont autant d'éléments qui incitent à la reconnaissance des espaces ouverts et qui participent à la couture entre la ville et la nature. Pourtant à l’heure actuelle, ces bords sont souvent de piètre qualité et sans matérialité alors que cette situation pourrait se révéler exceptionnelle (Desvigne, 2009). La conception des bords en tant que lisières urbaines devrait permettre à la fois de marquer la limite de l’étalement urbain en figeant la forme des espaces ouverts et de construire une transition appropriée entre la ville et la nature. Les concepts de lisières urbaines, d’ante parc et de pomerio ne sont pas synonymes de ceintures vertes ou de zones tampons dans le sens où ils chercheraient à isoler un milieu par rapport à un autre. Ils entraînent plutôt une nouvelle définition des relations entre des quartiers et des morceaux de campagne ou de nature pour que ces milieux se complètent et cessent de se tourner le dos. La condition est de traiter la partie non bâtie de la lisière avec autant d’intérêt que sa partie bâtie.

22Enfin, voir le développement urbain par les bords, c’est participer à une démarche d’inversion du regard. Au lieu de voir les bords comme des morceaux de territoires délaissés, ils deviennent des lieux stratégiques qui enrichissent et qualifient l’espace urbain en lui offrant un rapport à la nature. L’urbain en est renforcé car plus attractif et l’espace de nature est valorisé. Ce raisonnement inverse la logique de développement radioconcentrique de la ville qui voudrait que le centre soit plus prisé que la périphérie, que les terrains en bordure aient moins de valeur que les terrains centraux. Dans cette optique, les bords seraient relégués en tant que morceaux délaissés du territoire. Au contraire si les lisières sont considérées comme des lieux stratégiques alors le regard s’inverse (Cogato, 2005). Le développement urbain est pensé depuis l’extérieur de la ville vers l’intérieur. Autrement dit, penser la limite, le bord, la lisière,… incite à penser le développement de la ville non pas comme une tache urbaine qui s’étale, mais au contraire, à partir de la nature pénétrant dans le tissu urbain pour le structurer.

Notes de l’auteur / remerciements

23Le contenu de cet article est nourri par une recherche doctorale en art de bâtir et urbanisme sur les espaces de nature comme structure de densification qualitative de la ville compacte. La recherche traite le cas de sites semi-naturels répartis sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. Elle a été financée par Innoviris, Prospective Research for Brussels et bénéficie d'un soutien FSR de l'UCLouvain.

Haut de page

Bibliographie

51N4E, l’AUC, Bureau Bas Smets, Mint, Chôros , Urban Solutions, 2011, Double Brussels small metropolis global metropolis. Elaboration d’une vision territoriale métropolitaine à l’horizon 2040 pour Bruxelles dans le cadre du Plan Régional de Développement Durable. 2010/2012, 267 p.

Abbott C. et J. Margheim, 2008, Imagining Portland's Urban Growth Boundary: Planning Regulation as Cultural Icon, Journal of the American Planning Association, 74: 2, pp. 196-208, DOI : 10.1080/01944360801944997.

Agence d'urbanisme Bordeaux métropole Aquitaine (a'urba) , Communauté urbaine de Bordeaux (LACUB), 2013, Glossaire ville-nature vocabulaire partagé, [En ligne] URL : http://bit.ly/1I0zmOV , Consulté le 06 janvier 2015.

Ananian, P., 2010, La production résidentielle comme levier de la régénération urbaine à Bruxelles Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, pp. 318.

Cogato, L.E., 2005, Le territoire inversé, Versteegh P., Méandres. Penser le paysage urbain, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, pp. 117-141.

Colarossi, P., 2011, Scenari futuri per il paesaggio urbano in italia, Convegno nazionale : Paesaggio 150 - Sguardi sul paesagiio italiano tra conservazione, trasformazione e progetto in 150 anni di stori, Reggio Calabria, 5, 6, 7 octobre 2011, pp. 383 - 390.

Communauté urbaine de Bordeaux (LACUB), 2013, 55000 hectares pour la nature, [En ligne] URL : http://www.lacub.fr/nature-cadre-de-vie/55-000-hectares-pour-la-nature, Consulté le 06 janvier 2015.

Crémer, S., E. Branquart, J.-P. Ledant et P. Luxen, 2010, Les lisières agroforestières, Direction générale operationnelle de l'agriculture des ressources naturelles et de l'environnement, Namur, 206 p.

Da Cunha, A. et C. Kaiser, 2009, Densité, centralité et qualité urbaine : la notion d’intensité, outil pour une gestion adaptative des formes urbaines ?, Da Cunha A., Intensités urbaines, Institut de Géographie, Université de Lausanne, n°9, pp. 13-56.

De Smet, A., 2013, Le rôle de l'usage temporaire dans le (re)développement urbain : exemples bruxellois, Brussels Studies, Numéro 72 [En ligne] URL : http://www.brusselsstudies.be, Consulté le 06 janvier 2015.

Declève, B., P. Ananian, M. Anaya et A. Lescieux, 2009, Densités bruxelloises et formes d'habiter, Direction Etudes et Planification - Administration de l'Aménagement du territoire et du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles, 308 p.

Desvigne, M., 2009, Epaissir les lisières, Livret de chantier 2 : Naissances et renaissance de mille et un bonheurs parisiens, Paris, Consultation internationale de recherche et de développement sur le grand pari de l'agglomération parisienne. Equipe : AJN - Jean Nouvel & AREP - Jean-Marie Duthilleul & Michel Cantal-Dupart, pp. 17-34, [En ligne] URL : http://www.legrandparis.culture.gouv.fr/documents/NOUVEL-AREP-MCD_Livret_chantier_2.pdf, Consulté le 06 janvier 2015.

Ding, C., G. J. Knaap et L.D. Hopkins, 1999, Managing Urban Growth with Urban Growth Boundaries: A Theoretical Analysis, Journal of Urban Economics, 46: 1, pp. 53-68, http://dx.doi.org/10.1006/juec.1998.2111.

Follea, B. et C. Gautier, 2008, A l'articulation de la ville et de la nature : le paysage comme mode d'aménagement durable du territoire, Les espaces naturels agricoles et forestiers dans les projets d'aménagement durable du territoire aquitain, Agen, [En ligne] URL : http://www.aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/21textefollea_cle07347d.pdf, Consulté le 06 janvier 2015.

Follea, B. et C. Gautier, 2009, Schéma intercommunal d'aménagement des lisières URL : urbaines, Partie 2 : préconisations d'aménagement par types de lisières, Communauté d'agglomération du Territoire de la Côte Ouest (TCO) de l'Ile de la Réunion, [En ligne] URL : http://tco.re/wp-content/uploads/2014/07/Sch%C3%A9ma-Intercommunal-d%E2%80%99am%C3%A9nagement-des-lisi%C3%A8res-urbaines-Partie-II-Pr%C3%A9conisations-d%E2%80%99am%C3%A9nagement-par-types-de-lisi%C3%A8res-%E2%80%93-mai-2009.pdf, Consulté le 06 janvier 2015.

Follea, B. et C. Gautier, 2009, Schéma intercommunal d'aménagement des lisières urbaines, Partie 1 : diagnostic, Communauté d'agglomération du Territoire de la Côte Ouest (TCO) de l'Ile de la Réunion, [En ligne] URL : http://tco.re/wp-content/uploads/2014/07/Sch%C3%A9ma-Intercommunal-d%E2%80%99am%C3%A9nagement-des-lisi%C3%A8res-urbaines-Partie-I-Diagnostic-%E2%80%93-avril-2009.pdf, Consulté le 06 janvier 2015.

Gallent, N., 2006, The Rural-Urban Fringe : a new priority for planning policy?, Planning, Practice & Research, Vol. 21, No. 3, pp. 383 – 393, DOI: 10.1080/02697450601090872.

Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région d'Ile-de-France (IAU idF), C. Legenne, L. L. Arbelbide, C. Thibault, P.-M. Tricaud , J.-F. Vivien, 2010, Comment traiter les fronts urbains?, Les carnets pratiques, Paris, Institut d'Aménagement et d'Urbanisme Ile-de-France, [En ligne] URL : http://www.iau-idf.fr/fileadmin/NewEtudes/Etude_681/cp3_web_01.pdf, Consulté le 07 janvier 2015.

Lynch, K., 1960, L'image de la Cité, Dunod, Paris, 222 p.

Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, 2001, Plan Régional d'Affectation du Sol (PRAS), Les prescriptions littérales légales, [En ligne] URL : http://urbanisme.irisnet.be/lesreglesdujeu/les-plans-daffectation-du-sol/le-plan-regional-daffectation-du-sol-pras/prescriptions, Consulté le 07 janvier 2015.

Nouvel, J., AREP et M. Cantal-Dupart, 2008, Un diagnostic prospectif de l’agglomération capitale, métropole du xxie siècle de l’après kyoto, Paris, Le Grand Pari de l'Agglomération Parisienne, Livret de chantier 1, 461 p.

Sainsaulieu, S. et L. Charré, 2008, Guide des bonnes pratiques pour la protection et la gestion des lisières en milieu urbanisé, L'arc boisé, charte forestière, Conseil général du Val-de-Marne Direction des Espaces verts et du Paysage, Nature et ville : le défi du Val-de-Marne, [En ligne] URL : http://www.reseaurural.fr/files/contenus/7691/guide_-gestion_lisieres_espaces_boises.pdf, Consulté le 07 janvier 2015.

Salat, S., 2011, Les villes et les formes: Sur l'urbanisme durable, Editions Hermann, 544 p.

Shoard, M., 2002, Edgelands, in Remaking the Landscape: The Changing Face of Britain, J. Jenkins (ed.), London, Profile Books, pp. 117 – 146

Studio 09, B. Secchi et P. Vigano, 2009, Le diagnostic prospectif de l’agglomération parisienne : la ville “poreuse”: chantier 2, Paris, Le Grand Pari de l'Agglomération Parisienne, Livret de chantier 2, 164 p.

Tjallingii, S.P., 2000, Ecology on the edge : Landscape and ecology between town and country, Landscape and Urban Planning, 48: 3-4, pp. 103-119, DOI: 10.1016/S0169-2046(00)00035-9.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Trois stratégies liées aux bords. 
Légende Légende : (1) Le bord en tant que limite entre un milieu A et B; (2) Le bord en tant que zone tampon; (3) Le bord en tant que lisière.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/15700/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séréna Vanbutsele et Bernard Decleve, « La lisière des espaces ouverts : support de densification qualitative des métropoles », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 28 mars 2015, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/15700 ; DOI : 10.4000/vertigo.15700

Haut de page

Auteurs

Séréna Vanbutsele

Architecte-urbaniste, doctorante, Université catholique de Louvain (UCL), Faculté d'architecture, d'ingénierie architecturale, d'urbanisme (LOCI), entre de Recherche et d’Étude pour l’Action Territoriale (CREAT), Belgique, courriel : Serena.vanbutsele@uclouvain.be

Bernard Decleve

Professeur ordinaire, Université catholique de Louvain (UCL), président École d’urbanisme UCL, chercheur au Centre de Recherche et d’Étude pour l’Action Territoriale (CREAT), Belgique, courriel : bernard.decleve@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page