Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 21EnjeuxEntre perceptions, publicisation ...

Enjeux

Entre perceptions, publicisation et stratégies d’acteurs, la difficile inscription des risques littoraux dans l’action publique : focus camarguais

Aurélien Allouche et Laurence Nicolas

Résumés

Les risques littoraux suscitent des oppositions remarquables à bien des égards : au niveau de l’existence qu’on leur prête et de l’attention qu’on leur porte, à la façon que l’on a de les porter sur la place publique et enfin à leur inscription dans les modes de gestion et d’adaptation du territoire. Nous tentons de comprendre quelques facteurs pouvant expliquer le maintien d’une dissension à chacun de ces trois niveaux d’appréhension sociale des risques littoraux. Pour cela, nous nous appuyons sur une étude de cas, le littoral camarguais, qui fournit à la fois un « cas d’école » et une situation suffisamment commune pour que chacun perçoive aisément ce qu’il y a de général en lui. Notre propos consiste ici à développer des aspects moins fréquemment traités dans l’étude des perceptions sociales du risque et des actions publiques d’atténuation de la vulnérabilité sociale à ce type d’aléas. Il s’agit de compléter l’approche qui se limite à la sphère exclusivement centrée sur l’individu et ses représentations personnelles. On étudiera le contexte social et physique où s’insèrent ces représentations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les Directives « Oiseaux » de 1979 et « Habitats » de 1992 qui concernent 62 % des communes littora (...)

1La création du Conservatoire du Littoral en 1975, établissement public chargé de la protection des côtes et des rivages lacustres, et la promulgation de la loi littoral en 1986 constituent les deux premiers jalons institutionnels qui témoignent d’un début de renversement de politique du littoral (Merckelbagh, 2009). Les décennies qui ont précédé, notamment durant la période dite des trente glorieuses, ont donné lieu à une importante politique d’aménagement portuaire, industriel et urbain pendant lesquels les littoraux ont subi une forte artificialisation. Cette nouvelle sensibilité au littoral, qui émerge dans les années 1980, met l’accent sur son caractère d’espace public inaliénable et sur l’importance de cette entité physique dans sa dimension naturelle et dynamique devant être désormais prise en compte dans les projets d’aménagement. Les échelons européen et international interviennent également dans cette nouvelle mise en perspective du littoral concerné au premier chef par les directives européennes de Natura 20001, largement évoqué lors des conférences internationales de Rio (1992) et Johannesburg (2002)… Par ailleurs, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) donne naissance, dès 1995, au Plan Bleu pour la Méditerranée, lors de la Convention de Barcelone qui met en place sept protocoles dédiés aux aspects spécifiques de la conservation de l’environnement littoral, dont celui relatif à la Gestion intégrée des zones côtières (GIZC) adopté le 21 janvier 2008 à Madrid.

  • 2 Le cinquième rapport du GIEC a été produit en 2014.

2Mais ce n’est pas seulement la dimension environnementale de l’espace littoral qui est mise à l’index, dans un contexte de préoccupation internationale grandissante à l’égard des changements climatiques, un Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), créé en 1988 par le PNUE, produit régulièrement2 des rapports détaillés rassemblant l’état des connaissances scientifiques, techniques et socio-économiques sur les changements climatiques, leurs causes, leurs répercussions potentielles et les stratégies de parade qu’il convient de déployer pour y faire face. L’une des répercussions soulignées par le GIEC concerne précisément l’accélération de l’élévation du niveau marin et partant, les problématiques de submersion marine et d’érosion côtières qui lui sont associées. C’est alors une dimension « risque » qui s’impose dans toute perspective de gestion de la bande côtière. Un risque concernant aussi bien les populations et les biens pouvant être menacés par ces changements globaux, que les espèces naturelles et les écosystèmes des différents milieux littoraux.

  • 3 Cf p 26 du protocole GIZC 2009

3Le protocole GIZC restitue cette double préoccupation en préalable aux différentes dispositions du texte, arguant que les parties contractantes sont, non seulement, « préoccupées par l’accroissement de la pression anthropique sur les zones côtières de la mer Méditerranée menaçant leur fragilité et désireuses de stopper et d’inverser le processus de dégradation de ces zones et de réduire, de façon significative, la perte de biodiversité des écosystèmes côtiers », mais sont également « inquiètes des risques qui pèsent sur les zones côtières du fait des changements climatiques susceptibles d’entraîner, entre autres, une élévation du niveau des mers »3. L’une des stratégies de parade, préconisée par le document pour contrer le phénomène de l’érosion marine, consiste à joindre ces deux préoccupations en une seule en incitant à « restaurer la capacité naturelle de la côte à s’adapter aux changements » et à prendre en compte les « effets négatifs » sur l’érosion littorale des activités, aménagements et ouvrages réalisés dans la zone côtière, y compris ceux destinés, et perçus jusqu’alors plutôt pour s’en défendre ou à tout le moins limiter son action. L’analyse qui suit propose donc d’examiner, dans le cadre d’une gestion localisée de l’espace littoral, cette mise en tension entre protection de la nature et gestion des risques littoraux du point de vue de la sécurité des biens et des personnes.

  • 4 Pour une typologie fine distinguant démocratie participative et démocratie délibérative, ainsi que (...)
  • 5 Voir le hors-série n°5 de VertigO (2009) Quelle stratégie européenne pour la gestion intégrée des z (...)

4En effet, les changements globaux posent un enjeu majeur d’adaptation aux risques littoraux (élévation du niveau marin, submersion marine, accroissement de la vitesse d’érosion), et ce, d’autant plus que la population vivant sur la façade littorale est en constante augmentation (Merckelbagh, 2009). Ces risques affectant directement le bien public et nécessitant un niveau d’action dépassant l’échelle strictement individuelle, la gouvernance participative apparait comme une dimension essentielle de l’adaptation des sociétés. La concertation environnementale favoriserait une adaptation collective aux risques littoraux grâce à la confrontation des points de vue et des logiques individuelles et institutionnelles dans un débat argumenté et à la recherche du consensus et du compromis. La concertation favoriserait ainsi une intelligence collective et une appropriation des décisions par l’ensemble des acteurs. Cette lecture s’est très largement construite à partir des travaux s’inscrivant dans l’étude de la démocratie délibérative (Bohman, 2008)4 et de l’agir communicationnel dans l’espace public (Habermas, 1989). De nombreuses contributions montrent que les procédures de concertation peuvent effectivement approcher de tels objectifs dans le cadre de l’adaptation aux risques littoraux5.

5Pour autant, si l’approche participative apparait résolument indispensable dans ce cadre, les limites de sa capacité « intégrative » sont soulevées par de nombreuses recherches (Cleaver, 2001 ; Hillier, 2000 ; Kothari, 2001). Parmi les nombreux facteurs mis en avant par ces recherches, deux dimensions nous paraissent essentielles; notre contribution vise à lier ces dimensions dans le cadre de la problématique de l’adaptation aux risques littoraux en contexte de changements globaux.

6Une première dimension tient à ce que l’espace public pertinent pour la décision collective dépasse celui des procédures participatives. Les espaces de concertation, par exemple, ne sont qu’un espace-temps particulier du vaste processus par lequel une société locale constitue une définition partagée de la situation qu’elle a à gérer et s’achemine vers un mode d’adaptation (Fourniau, 2007). De ce fait, une frange importante des usagers échappe à ces concertations alors même qu’une certaine « fatigue participative » (Pellizzoni, 2003) atteint les acteurs les plus volontaires. Les participants aux concertations ne sont pas toujours représentatifs de l’ensemble des usagers, car rassemblant un public militant ou des groupes de pression. De même, les dispositifs institutionnels tendent à recadrer la participation des acteurs dans des termes qui ne font pas toujours justice à leurs motivations, à leurs engagements, ni à leurs conceptions du bien public (Blatrix, 1997, 2002). Dans ces conditions, il est difficile pour certains acteurs de se reconnaître dans ces procédures ou de se sentir concernés. De plus, l’attitude proactive des usagers au cours des procédures participatives ne perdure pas nécessairement une fois quittées les instances de concertation, leurs actions quotidiennes obéissant à d’autres motivations ou d’autres dispositions. De plus, les acteurs publics suivent eux-mêmes un agenda politique (Cobb et Elder, 1972) dont la logique et la chronologie ne s’intègrent pas nécessairement aux procédures participatives, cet état de fait étant renforcé par le chevauchement complexe des différentes échelles de gouvernance du territoire. De surcroit, certaines de ces logiques ne peuvent pas même être rendues explicites ni publiques, soit parce qu’elles entrent dans des stratégies d’acteurs (par exemple, logiques électoralistes) soit qu’elles offrent un degré de complexité trop important pour être discutées dans le temps d’une concertation, soit encore que le secret est rendu nécessaire par l’action publique (par exemple, en taisant un risque pour éviter un mouvement de panique). En somme, une cause des dysfonctionnements des procédures participatives n’est paradoxalement pas à chercher dans le fonctionnement interne de ces procédures, mais dans l’espace public, plus large, au sein duquel elles s’inscrivent.

7Une seconde dimension, régulièrement traitée dans la littérature scientifique, tient à l’intégration des connaissances, qu’elles soient scientifiques ou profanes, à la prise de décision collective. Les théorisations de la démocratie participative s’inscrivant dans la lignée de Jürgen Habermas supposent que les acteurs peuvent toujours parvenir à une décision partagée pour peu qu’ils disposent des connaissances suffisantes et que le débat soit correctement mené à travers des procédures discursives rationnelles. Bien qu’heuristique, cette conception montre des limites en surévaluant la capacité des acteurs et des procédures discursives à faire reposer une décision consensuelle sur le partage des connaissances (Honneth, 2000). En particulier, l’intégration des connaissances vernaculaires aux processus de prise de décision est un facteur essentiel des dispositifs institutionnels d’adaptation collective à une contrainte environnementale, tant du point de vue de leur effectivité que de la reconnaissance de leur légitimité (Jasanoff, 2005; Curry et Kirwan, 2014). De même que le déroulement des procédures participatives est conditionné par des processus extérieurs à ces procédures, situés dans d’autres arènes publiques, les connaissances utiles à la décision collective ne se forment ni ne se diffusent qu’au sein des instances participatives. Par exemple, la valeur reconnue par les usagers à une connaissance scientifique au sein d’une concertation dépend en grande partie de la façon dont cette connaissance fait écho aux pratiques de ces usagers et s’inscrit dans des données déjà médiatisées.

  • 6 Sur la notion de culture publique nous renvoyons à Gusfield (1981)

8Ce dernier point conduit à lier au sein d’une même problématique les deux dimensions évoquées. Analyser les modalités d’adaptation collective aux risques littoraux implique de décrire la place des connaissances, scientifiques ou profanes, dans la constitution d’une culture publique6intégrant ces risques, au-delà des instances de concertation.

  • 7 Pour la tangibilité des risques, notamment, nous renvoyons à Bessy et Chateauraynaud (1995). Tricot (...)

9Pour cela, la sociologie et l’ethnologie nous invitent à nous concentrer sur trois facteurs essentiels, autour desquels nous organiserons notre analyse. En premier lieu, il convient de porter notre attention sur les modes non réflexifs et non délibératifs de perception des risques littoraux. Deux processus se dégagent dans ce cadre. Intervient, d’une part, la constitution intergénérationnelle d’une mémoire collective qui, dépendante de l’événementiel, se convoque plutôt qu’elle se décide ou se choisit (elle est en ce sens non-réflexive et non-délibérative). D’autre part, la perception du risque émerge de la pratique du territoire, ce qui inclut une phénoménologie de l’espace à travers laquelle le risque devient tangible pour les acteurs7.

10En deuxième lieu, les connaissances, spécialement les connaissances scientifiques, deviennent accessibles et appropriables à travers différents processus de publicisation. Ces processus se comprennent, le plus souvent, comme l’utilisation stratégique des connaissances dans la construction des risques littoraux en un problème public (Gusfield, 1981 ; Cefaï et Trom, 2001). Le « devenir » public d’une donnée scientifique (par exemple) dépendra de son utilisation par différentes catégories d’acteurs pour imposer (arrêter?) une définition de la situation, des actions que celle-ci appelle et d’un réseau de relations, moralement qualifiées (?), entre les acteurs (quel acteur est légitime pour résoudre le problème, lequel est responsable de la situation, etc.). Dans ce cas, les acteurs peuvent se servir de la communication de données et de connaissances pour « cadrer » la définition du problème public, en accentuant certaines de ses dimensions ou en le dotant de valeurs symboliques, afin de lancer une micro-mobilisation ou de rallier le plus grand nombre de personnes à leur cause. Les processus de publicisation et de cadrage (Benford et Snow, 2000 ; Cefaï et Trom, op. cit .) apparaissent ainsi comme des phénomènes importants dans la construction d’une culture publique relative aux risques littoraux.

11Néanmoins, cette dimension ne suffit pas à elle seule pour étudier le lien entre l’état des connaissances disponibles et les actions menées par les acteurs publics en dehors des instances de concertation (des actions de protection contre les risques littoraux s’inscrivent elles-mêmes dans une culture gestionnaire, culture à laquelle la concertation n’apparait pas toujours nécessaire. En particulier, l’aménagement de protections lourdes contre les risques littoraux s’inscrit dans une tradition antérieure à l’émergence du paradigme participatif (lequel émerge dans les années 1980), puisque s’affirmant dès la fin du XIXe siècle, ainsi que dans un rapport à l’expertise scientifique spécifique et ancien.

12À partir de ces trois axes de réflexion, nous proposons, à travers une étude de cas, une contribution à ce questionnement. Nous prendrons pour cadre empirique celui de la perception et de la gestion des risques littoraux, en contexte de changements globaux, dans la Camargue dite insulaire (France, Bouches-du-Rhône). Ce terrain d’étude s’avère particulièrement pertinent pour notre questionnement. En effet, la gestion des risques littoraux se confronte au débordement du principal cadre institutionnel environnemental de gestion du territoire.

Figure 1. Érosion et accrétion sur le littoral camarguais /Erosion and accretion on the Camargue coast.

Figure 1. Érosion et accrétion sur le littoral camarguais /Erosion and accretion on the Camargue coast.

13La plaine deltaïque du Rhône présente un littoral naturellement instable, soumis à l’érosion en certains points de son linéaire et à l’accrétion à d’autres (figure 1), il a ainsi connu d’importantes variations au cours du temps (Bertrand, L’Homer, 1975). Mais depuis le milieu du XIXe siècle, différents aménagements dont l’endiguement du fleuve, l’établissement de barrages, l’édification d’une digue à la mer, d’épis transversaux et longitudinaux, « fixent » pour un temps la dynamique géographique du delta. Dans les années 1980-90, les travaux du géographe Roland Paskoff (Paskoff, 1985, 1995) sur le fonctionnement de différents systèmes littoraux (dont celui du delta rhodanien) mettent en avant la théorie de la pénurie sédimentaire (Paskoff, 2004) et l’importance des échanges entre plage et dunes dans le maintien du trait de côte que viennent justement perturber ou entraver les aménagements de la protection dite « lourde ». Pionnier dans la critique à l’encontre de ce type de protection sur les littoraux soumis à l’érosion (Duvat et al., 2010) Roland Paskoff les considère de piètre intégration paysagère, couteux, produisant souvent un fallacieux sentiment de sécurité qui ne dure pas, pire, aggravant le processus érosif en d’autres points situés en aval. Il n’hésite pas à se faire ainsi le chantre de nouveaux principes d’aménagement et de gestion du littoral, suivant des techniques aussi diverses que le rechargement en sable, les palissades brise-vent, les géotextiles, les drains, les algues, les récifs, etc., suivant le type de littoral concerné, mais qui toutes ont en commun d’être des techniques dites « douces » par opposition aux techniques « lourdes » et parfois pernicieuses. Préconisant parfois le démantèlement de ces ouvrages de protection (Paskoff, 1995) pour redonner au système littoral toute sa liberté de mouvement et d’échange, il sera aussi l’un des premiers à prôner le recul stratégique comme une des stratégies face au phénomène d’érosion littorale (Paskoff, 1985).

  • 8 À la suite d'un recours administratif auprès du Conseil d'État, le 17 février 2007, le PNRC fait l' (...)

14C’est précisément cette dynamique naturelle que la charte du Parc naturel régional de Camargue (PNRC) place au centre de son action depuis que l’organisme a changé son statut administratif. D’abord fondation privée (1970-2004) aux mains des grands propriétaires terriens (Picon 1988) le PNRC s’institutionnalise péniblement, dans un climat houleux entre anciens et nouveaux gestionnaires et en ne recourant pas moins qu’à la promulgation d’une loi8. Durant cette étape de son histoire, un clivage de territoire, qui peinera à se dissiper et dont subsistent encore des traces dans les relations entre acteurs, s’institue entre la localité des Saintes-Maries-de-la-Mer ayant pris fait et cause pour l’ancien statut de fondation et la nouvelle structure du Parc. Les dissensions portant notamment sur la politique de gestion du trait de côte et plus largement sur la réintroduction d’une dynamique naturelle dans le delta. Par ailleurs, suite à la déprise industrielle de l’activité salicole présente dans le sud-est du delta, le Conservatoire du littoral acquiert près de la moitié d’un territoire salicole endigué et fortement soumis à l’érosion où un démantèlement des protections lourdes s’effectue inexorablement sous l’effet de la pression marine, ré-ouvrant progressivement les lagunes du sud du delta à la mer. Point d’entrée de cette dynamique naturelle prônée par la nouvelle charte d’orientation de gestion du PNRC, cette partie de la Camargue fait actuellement l’objet d’une mutation foncière, écologique et paysagère qui est loin de faire l’unanimité au sein des populations locales et notamment à Salin de Giraud, cité ouvrière née de l’industrie du sel, où cette nouvelle gestion de l’espace coïncide avec la fin d’un monde économique et social. De fait, dans sa volonté d’instiller une nouvelle politique de gestion du littoral, le Parc se heurte, de part et d’autre de son territoire littoral, à des dissensions politiques locales et à un fort sentiment d’inquiétude et de confusion, provoqué par une importante mutation foncière dont font l’objet les anciens salins, qui brouillent la communication de l’organisme à l’adresse des populations concernées.

15En effet, la situation qui prévaut à cette enquête est ainsi marquée par ce blocage. Le jeu d’acteurs dans l’espace politique local s’est alors constitué autour de ces différentes options de gestion et d’adaptation. L’entremise de scientifique dans le débat local a notoirement posé la reconnaissance des différentes formes de savoirs et de perception comme un enjeu majeur du jeu d’acteur. Comment s’articule alors la perception des usagers et des habitants à cette connaissance et dans quelles mesures sont-elles aussi subjectives que le sens commun tend à le présupposer? Comment les connaissances scientifiques sont-elles mobilisées dans le jeu d’acteurs et l’espace public, suivant qu’elles traitent de la protection de l’environnement ou de la protection des biens et des personnes? Enfin, dans quelle mesure une culture publique construite autour de la protection lourde du littoral parvient-elle à aménager une place, ou non, à ces connaissances scientifiques, bien plus récentes qu’elle?

16Le littoral du delta du Rhône est ainsi l’objet d’une attention publique particulière, car soumis à un fort risque d’érosion et de submersion marine. Totalement endigué depuis le milieu du XIXe siècle, privé des apports sédimentaires du fleuve et soumis à l’élévation du niveau marin, il est de plus en plus violemment soumis aux assauts des tempêtes marines. Deux politiques de gestion coexistent sur ce littoral : aux Saintes-Maries-de-la-Mer, les travaux d’entretien des digues mobilisent d’importants et incessants investissements, tandis qu’à l’autre bout du littoral, la déprise industrielle de l’exploitation salinière permet aujourd’hui au Conservatoire du littoral, nouveau propriétaire, de réintroduire sur ce delta une part de variabilité naturelle dans le trait de côte en abandonnant sur ses espaces l’entretien couteux des digues frontales à la mer. Une partie de l’enjeu de préservation de ce littoral face à l’élévation du niveau de la mer et au problème d’érosion semble résider dans la complémentarité de ces différentes politiques de gestion. Les résistances sociales qui leur sont opposées résultent-elles d’une différence de perception des risques, d’une pluralité des modes de construction de ces perceptions ou encore de l’inadéquation perçue de ces mesures? Comment perçoit-on les risques littoraux et notre vulnérabilité à ceux-ci? La mémoire s’inscrit-elle dans des traces?

17La perception des risques y est cependant ancienne, elle s’inscrit notamment dans les paysages via les différents aménagements qui se sont succédé. Les acteurs publics assènent cependant souvent que les « gens » n’ont pas conscience de la hausse du niveau marin, du risque de submersion et d’érosion. Pourtant une brève analyse de l’espace public (presse, réunions publiques, forums, etc.) montre au contraire une réelle présence de ces problématiques. Il serait surprenant qu’un constat différent s’impose compte tenu de l’ancrage historique de cette problématique. En effet, la perception des risques littoraux est très ancienne sur l’espace camarguais. La protection contre les invasions marines est un des projets les plus importants de l’aménagement de la Camargue au cours du XIXe siècle. En 1850 est décidé son achèvement :

  • 9 Bouches-du-Rhône. Conseil général. Rapports et délibérations - Conseil général du département des B (...)

« Il n'existe aucune défense semblable [à celle du Rhône] du côté de la mer qui peut, dans ses intumescences, envahir 40 000 hectares de terres inférieures à la cote de la haute mer. À la vérité, la plage est bordée par un cordon littoral qui forme une sorte de digue naturelle en sable, mais outre qu'elle ne s'élève guère qu'à un mètre au-dessus du zéro, tandis que la mer monte jusqu'à la cote de 1 m. 42 c, elle est encore percée par diverses ouvertures nommées graus ou trabas […] Il faut, avant tout, défendre l'île contre les invasions de la mer, et, pour cela, établir une digue sur son littoral »9

  • 10 Borel L. (2012), Histoire des Saintes-Maries-de-la-Mer, Ed. Errance, Paris, p.200

18Plus spécifiquement, et en dépit des enrochements érigés en front de mer dès le milieu du XIXe siècle, le problème de l’érosion marine et le risque, redouté entre tous, de voir disparaître le village de Saintes-Maries-de-la-Mer demeure, voire se fait plus prégnant. En effet, comme le rappelle Louis Borel (2012), le conseil municipal du 30 octobre 1898 décide d’engager des actions à la hauteur des évènements et s’en remet aux services des Ponts et Chaussées en arguant que : « Considérant que, depuis 28 ans [la mer] s’est avancée de plus de cinq cent mètres […], que le danger est imminent en face de cet avancement régulier de la mer, et qu’on peut fixer la date rapprochée où les derniers obstacles seront emportés et où la mer pénètrera dans l’île détruisant notre antique cité et ruinant le pays tout entier, qu’il y a un intérêt général à prémunir et à éviter si possible un tel désastre ».10

  • 11 Bouches-du-Rhône. Conseil général. Rapports et délibérations - Conseil général du département des B (...)

19De nouveau, à la fin des années 1920, la protection de la côte inquiète et les mesures s’accélèrent sous la pression des évènements critiques. L’inefficacité des protections à enrayer définitivement le processus apparaît cependant rapidement aux acteurs publics associée au financement récurrent de leur entretien (financement assuré par la municipalité, le conseil général et l’État français). À titre d’exemple, après plusieurs grands travaux de protection en 1928 et 1929, il est décidé par le Conseil Général11 en 1931 la subvention d’un projet de « protection de la digue de défense contre la mer par un revêtement en blocs naturels et artificiels » associés au  prolongement de la digue en béton à l’Est du village des Saintes qui l’oblige à contracter un emprunt sur 28 ans à taux de 5,05 %, mais auquel il consent « en raison de l'urgence qu'il y a à exécuter lesdits travaux ».

  • 12 Les villes mortes du golfe du Lyon, Jean de Bonnot éditeur, (pp257-259), 1876, réédition de 1989

20Si on peut ne pas être surpris par la connaissance déjà ancienne du risque de submersion, il est également notable que la connaissance de l’érosion et de l’accrétion du littoral camarguais était également disponible à la fin du XIXe siècle, ainsi Charles Lenthéric12 observe-t-il le phénomène de l’érosion sur le littoral du grand delta du Rhône :

« La plage des Saintes-Maries suit donc depuis plusieurs siècles une marche rétrograde assez prononcée. Plus loin, les mêmes phénomènes se reproduisent, et la pointe de l'Espiguette […] s'avance d'une dizaine de mètres par an. Par contre, le golfe d'Aigues-Mortes a une tendance à se creuser tout comme celui des Saintes Maries; affouillement lent, mais continu, et qui commence à menacer sérieusement le petit hameau de grau du Roi »

  • 13 Les bancs de sable bordant le littoral camarguais recèlent un gisement de tellines (Donax trunculus(...)

21Dans les années 1930 sont installés les premiers épis en bois pour expérimenter d’autres types de protection comme cela a été réalisé sur la côte de Sangatte dans le Pas de Calais (Borel, 2012). La mémoire de ces épis se retrouve encore parmi les anciens Saintois comme ce pêcheur qui évoque leur efficacité supérieure selon lui à celle des épis en enrochements : « Quand ils avaient fait les épis en bois - en 1933, j’étais grand déjà en 33 [le pêcheur était alors âgé de 12 ans] que l’eau passait à travers. Ça avait fait la plage, mais avec les épis en pierre le coup de mer tape dans la pierre, il bouge le sable qui est au fond et les courants du Levant [vent de sud-est] le prenne et l’emmènent ». Malheureusement, cette expérimentation se solde par un échec. Ces épis en bois sont peu à peu détruits par les tarets, mollusques bivalves, qui s’attaquent aux bois immergés dans l’eau de mer. Mais les effets trompeurs de la protection lourde qui va succéder à ces premiers épis en bois sont rapidement observés, notamment par ceux qui pratiquent quotidiennement le littoral comme nous l’explique ce pêcheur professionnel à pied13 :

« Quand ils ont mis les rochers, la plage est revenue au début parce que les grands bancs de sable au large ont bougé et avec les courants ce sable est rentré en bord de plage et s’est mis de part et d’autre de ces épis. Mais avec les années qu’est-ce qu’elle a fait la mer? Elle a continué à évoluer, à venir chercher ce sable en bord de plage, elle a commencé à créer des haut-fond et ce sable il est parti au large, dans les fosses, il n’est plus revenu, y’a plus d’échange. S’ils avaient arrêté de mettre des cailloux, la mer aurait continué à grignoter je dis pas qu’elle se serait arrêtée, parce que ça monte, il faut pas se leurrer la mer monte, mais j’ai l’impression que le phénomène s’est accéléré avec ces épis qu’ils ont crée. »

22On voit par ce bref descriptif les traces matérielles sur lesquelles s’appuie une mémoire partagée de la présence du risque. La succession des actions visant à s’en prémunir au cours du temps agit comme autant de marques pour rappeler la présence de ces risques. L’affirmation, à la suite d’une catastrophe, par des acteurs-clefs d’une non-perception des risques par « les gens », paraît donc ne pas suffire à rendre compte de ce qui est en jeu. Il semble que la perception ne s’identifie pas à l’attention portée aux risques. Nous pouvons percevoir l’existence (passée ou présente) d’un risque sans nécessairement se sentir immédiatement en danger ou sans prolonger cette représentation dans l’ensemble des sphères de la vie quotidienne. Si ce n’est la perception qui joue quels sont alors les facteurs intervenant dans la sensibilité à ces risques?

Sensibilité à l’évènementiel de la mémoire et de l’attention portée aux risques

23Le degré d’attention apportée à ces risques, qui doit être distingué de la perception, est très fortement dépendant de la proximité d’événements critiques. Les tempêtes de sud-est, surtout celle de novembre 1982, mais aussi celle de 1985 et 1997, restent également des marqueurs très nets des risques littoraux dans la perception et la mémoire des habitants.

24Les tempêtes de novembre et décembre 1997 ont ainsi été un événement important pour la sensibilisation à ces risques et pour le renforcement d’une demande sociale d’action. Une association locale diffusa une pétition pour la mise en place d’actions contre l’érosion du littoral. La pétition reçut 1200 signatures, dont près de 1000 sur la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer, ce qui représente près du tiers de la population que comptait alors le village. Si ces événements commencent à s’éloigner dans la mémoire, ils laissent derrière eux l’inscription dans les esprits (l’ancrage) de l’essentiel des raisonnements et des arguments dont hérite aujourd’hui la Camargue dans sa gestion du littoral. Mais si l’attention au risque s’étiole avec le temps, chaque événement marque néanmoins une avancée dans les débats et permet l’affirmation de positions plus radicalisées.

25Sept mois après la tempête de décembre 1997, Olivier Hertel, pour Le Point, était dépêché en Camargue. Dans l’article qu’il produit, les éléments les plus saillants du débat public y sont déjà formulés, ils nourriront jusqu’à ce jour les principaux cadres du problème public, à commencer par la hausse du niveau marin, parfaitement connue et mesurée et largement réaffirmée devant le grand public : 1,3 mm/an. Se faisant l’écho des arènes publiques locales, le journaliste donne la parole au maire des Saintes-Maries-de-la-Mer, alors dans la troisième année de son premier mandat, qui dénonce l’immobilisme du mandat précédent et affirme la nécessité d’un vrai plan de construction et de rénovation d’épis et de brise-lame. Face à quoi la géomorphologue, Mireille Provensal, pointe les limites de ces aménagements : les réensablements partiels, mais trompeurs qu’ils produisent, avant de s’avérer inefficaces à stopper l’érosion. Cette critique, nous l’avons vu plus haut, était déjà formulée en particulier par les professionnels de la mer. Le journaliste complète par la propension des enrochements à l’affouillement, au déchaussement et finalement à l’effondrement des épis sous la répétition des coups de mer. Deux éléments supplémentaires préfigurent ce qui fera l’actualité la plus récente et les prolongements d’un proche avenir. D’une part, le géographe Roland Paskoff propose « d'indemniser les propriétaires lésés par la réduction de leur domaine grignoté par la mer [...]ces indemnisations revenant moins cher à la collectivité que la défense obstinée du trait de côte actuel ». Proposition qui préfigure celle du repli stratégique alors que sa présentation brutale et imprécise, suivant immédiatement la déqualification par le journaliste des propos de l’élu des Saintes-Maries-de-la-Mer, augure pour sa part du mode de cadrage et d’opposition entre ces deux catégories d’acteurs auquel contribueront les médias, ainsi que la polémisation des débats publics qui en naîtront par la suite. D’autre part, devant les coûts d’entretien de ces digues marines, la Compagnie des Salins menaçait de ne pouvoir longtemps soutenir seule cette décharge, et le risque d’une vente de l’entreprise au plus offrant se faisait jour, laissant poindre la crainte d’imposants complexes touristiques sur les anciennes terres des Salins. Aujourd’hui, les Salins ont effectivement vendu, de 2009 à aujourd’hui 6000 ha et il se pourrait qu’il s’y trouve non pas un complexe hôtelier, mais paradoxalement des éléments d’adaptations aux changements globaux du littoral. Il convient de noter enfin que la mémoire construite par ancrage évènementiel rencontre pour principale limite celle de la stabilité de la population potentiellement exposée. Ainsi pour les Saintes-Maries-de-la-Mer les résidences secondaires et logements occasionnels représentaient 60,2 % des logements (au recensement de l’INSEE RGP 2007) contre 26,7 % pour la moyenne nationale. Il apparaît ainsi pertinent de questionner la propension des ouvrages de protection à créer et à manifester une perception des aléas d’érosion et de submersion marines, et plus largement à la possibilité d’une lecture spatiale de ces aléas.

Du visuel à la perception : marcher sur les traces du risque

26Que l’on se promène le long d’une digue, que l’on s’accoude à un enrochement ou que l’on s’en serve de promontoire pour pêcher, c’est un tableau surprenant où l’on s’appuie, littéralement, à ce qui matérialise le plus ce risque, sans que l’on ne se soit plus attentif à celui-ci.

27L’inscription paysagère des ouvrages de protection paradoxalement ne rend pas nécessairement plus présent à l’esprit les risques littoraux, ni l’évolution du trait de côte. Elle entretient une mémoire, mais ne rend pas celle-ci plus impérieuse, ne lui offre pas l’urgente nécessité de renouer avec l’impératif qui prévalut à l’édification de ces protections. Cela dépend essentiellement de la place que prend l’ouvrage dans une phénoménologie de l’espace et un mode de parcours et d’appropriation de celui-ci.

28L’exemple le plus notable sur le territoire Camarguais est la « digue à la mer » (figure 2), dont la végétalisation et la faible hauteur en font un espace de fréquentation prisé, laissant penser davantage à un parcours naturel plutôt qu’à un cheminement sur un ouvrage de protection.

Figure 2. Promeneurs et cyclistes sur la digue à la mer /Walkers and cyclists on the sea-dike.

Figure 2. Promeneurs et cyclistes sur la digue à la mer /Walkers and cyclists on the sea-dike.

29En revanche, la digue de front de mer qui protège le village des Saintes-Maries-de-la-Mer s’aborde explicitement comme un ouvrage de protection. Dans quelle mesure les modes d’accès au lieu rendent-ils de ce fait plus présent ou non un lien plus direct à la mer et aux risques qu’elles soulèvent? En premier lieu, la digue frontale conduit à l’absence de vue sur la mer depuis la chaussée (voir figure3). Cette privation de visibilité sur la mer – laquelle est faiblement ressentie comme une gêne en raison de l’appel en direction inverse vers le village et ses monuments qui orientent la fréquentation – pousse le visiteur à emprunter une allée, sorte de promenade (ou passeggiata), aménagée le long de la digue, la soustrayant ainsi partiellement de sa vue en même temps qu’elle le place hors de la circulation urbaine.

Figure 3. Promenade aménagée le long de la digue de front de mer (Saintes-Maries-de-la-Mer) /Promenade on the seafront dike.

Figure 3. Promenade aménagée le long de la digue de front de mer (Saintes-Maries-de-la-Mer) /Promenade on the seafront dike.

30C’est alors l’entrée dans un second espace public dont les modes d’appropriation et de fréquentation tendent à marquer une rupture nette avec le village. L’espace n’est plus celui d’une ville butant contre une digue qui la soustrait partiellement de la vue sur la mer, mais celui d’une perspective, support d’un temps et d’un mode de fréquentation particuliers. La digue est plus faiblement perçue, car immédiatement longée et se situant à une hauteur inférieure à celle du regard. Les modes d’usages de la digue elle-même, son inscription dans des modes d’accès à un espace public que chacun tente d’habiter, estompent dans les esprits sa nature d’ouvrage de protection – donc d’indicateur d’un risque naturel – pour en faire une sorte de mobilier urbain, d’autant plus aisé à confondre avec un aménagement de cette sorte qu’elle prend place dans un espace urbanisé. Nous avons ainsi recensé différents usages spontanés des digues qui tendent précisément à faire oublier ce statut d’ouvrage de protection.

Figure 4. Usages spontanés sur la digue /Spontaneous usages upon the dike.

Figure 4. Usages spontanés sur la digue /Spontaneous usages upon the dike.

31La figure 4 ci-dessus en montrent quelques-uns auxquels s’ajoutent ceux décrits par un professionnel du tourisme dans les propos suivants : « C’est familial, c’est très écolo les digues parce que ça amène plein de choses : on vient pêcher, ça amène des poulpes, les pêcheurs viennent, les enfants qui viennent chercher les moules, les crabes, c’est super les digues, ça a beaucoup d’attrait les digues pour les pêcheurs, les familles. » 

32De la même façon, la perception du recul du trait de côte est souvent inscrite dans une pratique du territoire de même qu’elle est dépendante de la reconnaissance de repères fixes, qui accrochent le regard. Ce témoignage d’un habitant saintois l’illustre parfaitement :

« Nous [c.-à-d. aux Saintes-Maries-de-la-Mer] la mer elle gagne, y aurait pas les épis, ça fait longtemps qu’on serait dans l’eau. Je vois devant Crin-Blanc, je vois, il y a un gros blockhaus. Quand j’étais petit la mer elle était à 30-40 mètres du blockhaus. Maintenant la mer elle est devant le blockhaus, faut aller dans l’eau pour aller au blockhaus. »

33La configuration du territoire côtier associée à des modes de fréquentation et de jouissance de cet espace peut conduire à des perceptions socialement clivées. L’engraissement entre les épis peut amener à une perception partielle prise comme valant pour l’ensemble. Un responsable de camping confirme que les touristes vont prioritairement à la plage constituée par l’accumulation de sable entre les protections littorales, les brise-lames donnant l’impression d’une crique privée et protégée : « Côté Clos du Rhône c’est résolu, c’est nickel avec les digues qu’ils ont faites, ils ont fait une digue en amont, en aval ils ont fait un épi, ça fait des criques, c’est joli hein? Les clients ils apprécient vraiment la sécurité en plus. »

34Les usagers de cette plage, qui reviendront régulièrement ou par intervalle, si leur fréquentation se limite à cet espace, auront l’impression très nette d’une situation stable du littoral, voire en nette amélioration.

L’entrée des risques littoraux dans l’espace public

35Une perception largement partagée ou une attention commune ne suffisent pas à faire d’une problématique un « problème public » ni à faire naître une mobilisation collective pour exiger une prise en charge efficace du problème (Dewey, 2010 - Gusfield, 1981). L’entrée dans l’espace public suppose également l’établissement de connaissances publiques qui feront autorité, permettant ainsi d’établir des étapes dans le débat qui permettront de ne plus revenir sur les fondements de la discussion. Ces connaissances partagées doivent encore être introduites dans un schéma d’action qui pose des conséquences, un sacrifice pour y répondre et des personnes prétendant être aptes à apporter une réponse réduisant celui-ci et en évitant celles-là.

Établir publiquement le risque

  • 14 Différentes enquêtes ethnographiques ont été menées dans le cadre de plusieurs programmes de recher (...)

36Les différentes enquêtes menées sur le terrain14 laissent entrevoir que les perceptions des acteurs, habitants, élus, administratifs, techniciens ou a fortiori gestionnaires de nature, sont loin d'être simplistes. En effet, sont avancées le plus souvent des hypothèses soumises à de nombreux paramètres, soulignant ainsi complexité et incertitudes liées au changement global. À l'échelle locale aussi, les variations climatiques sont saisies dans leurs dimensions multiples. En revanche, les moyens mobilisés pour saisir cette complexité sont largement puisés dans le registre des sensations et des impressions. Aux mesures scientifiques aboutissant aux bases de données, aux analyses et à la modélisation s'oppose ainsi un cortège de sensations provoquant différentes impressions dont toutes ne concluent pas forcément au risque ou plus simplement au changement. Ainsi en va-t-il du niveau de la mer que l'on ne voit pas monter. L'importante redondance de cette observation dans la population indique peut-être là une des pistes à suivre pour comprendre le non-partage du constat d'élévation du niveau marin. Sa progression lente et continue ne permet pas à l'œil humain de saisir directement le phénomène et d'y croire pleinement. Surtout lorsque ce dernier fait l'objet de variations régulières (mini-marées appelées localement empleins, très sensibles sur ces littoraux plats) qui viennent troubler une observation continue au profit d'une vision cyclique ponctuée de va-et-vient sur des plages disposant de peu de repères fixes. L'érosion côtière semble en revanche pouvoir être mieux saisie par les capacités oculaires humaines en ce qu’elle est souvent reliée aux coups de mer, aux tempêtes, aux empleins, mais comment conclure à une montée de la mer lorsqu'à l'inverse la plage s'engraisse et éloigne le rivage comme sur la Pointe de Beauduc ou celle de l'Espiguette? La « prise » par laquelle pourrait s’effectuer une attention au risque de submersion marine ne peut à l’évidence passer par le constat visuel de l’élévation marine.

  • 15 La pêche au bourgin correspond à une technique de senne de plage qui se pratiquait alors sur le lit (...)

37Lorsqu’en revanche l’œil dispose d’un repère fixe, comme en ce qui concerne l’exemple de blockhaus dans le secteur du Grand Radeau à l’ouest du Petit Rhône, l’érosion, mais aussi l’élévation du niveau marin fait évidence, provoquant des réactions chargées d’affect d’un ancien pêcheur des Saintes qui se souvient de périodes d’attente lors de pêches nocturnes au bourgin15 dans ce secteur à la fin des années 1950 :

« Moi je suis meurtri quand je vois ce que je vois, au Grand Radeau lorsqu’on allait travailler de ce côté-là, on faisait le bourgin l’été et je me souviens que des nuits ça marchait pas trop bien, le poisson était pas là quoi, on attendait. Les vieux se mettaient à blaguer et les quelques jeunes que nous étions on partait, on se mettait sur le blockhaus et on dormait. Plus tard en travaillant j’ai été amené à y poser mes filets dessus, je veux dire que c’est quelque chose d’atroce! J’ai dormi là et je ne suis pas un vieillard nom de Dieu! »

38Mais sur l’ensemble du littoral cependant, cette hausse du niveau marin ne se saisit pas aussi aisément que lorsqu’elle peut disposer d’un point fixe et visible tels ces blockhaus peu à peu engloutis. Dans la zone de la Pointe de Beauduc par exemple, partie du littoral camarguais en accrétion, la sensibilité à l’évolution du niveau marin est fortement contrecarrée par un éloignement de la mer par rapport aux installations humaines que représentent les cabanes de Beauduc (Nicolas, 2008). En effet, le littoral dans cette zone s’est éloigné des cabanes depuis leur période d’édification à la faveur de cet engraissement de la Pointe.

  • 16 Selon Lucien Sfez et Anne Cauquelin (2006). Ces derniers, après avoir réalisé une enquête sur les a (...)

39La conscience de la vulnérabilité face à un risque naturel se décompose en trois étapes16 : la première consiste à accéder à une connaissance objective, scientifique du risque en tant que phénomène naturel, la seconde vise à mesurer et prendre conscience des conséquences ou menaces effectives corrélées à ce risque et enfin la troisième à consentir à un sacrifice face à ce risque ou à s'adapter à celui-ci en acceptant de vivre avec.

40Un élément apparait comme devant être abordé plus en détail : la difficulté d’établir la preuve objective de l’ampleur des risques littoraux et de la tendance qu’ils accusent. Le contexte local des Saintes-Maries-de-la-Mer est marqué par une vive défiance ouvertement affichée par certains acteurs locaux envers les scientifiques. L’évaluation scientifique de l’érosion est jugée fantasque. Une polémique nait également lorsque des études scientifiques (Sabatier et al. 2006, Maillet et al. 2006) questionnent les possibles effets induits des protections lourdes (digues, épis, brise-lames). Les scientifiques sont accusés de prendre parti pour le repli stratégique. Ce défaut de confiance et d’autorité épistémiques accordées aux champs de la recherche et de l’expertise conduit à placer la constitution d’un consensus social dans l’espace de la perception visuelle et du témoignage. Pour ces acteurs refusant les dires de scientifiques, l’induction du phénomène d’érosion se fait alors sur des bases subjectives, dépendant grandement d’observations partielles et localisées qui prennent le statut d’évidence pour ceux qui s’y réfèrent. Cartes postales anciennes et tableaux de Van Gogh sont tours à tours exhibés pour arguer qu’à cet endroit, jadis cette plage n’existait même pas, à quoi est répondu qu’à cet autre endroit Van Gogh peignait des vignes où il n’y a aujourd’hui plus que la mer.

  • 17 Cette dimension est très largement attestée par une abondante littérature depuis la sociologie cogn (...)

41Or, lorsqu’il est question de données techniques et d’interprétation scientifique, pouvoir se remettre à un tiers acteur, qui ne soit pas partie prenante de l’action et dont l’autorité épistémique (le crédit) est reconnue de tous, prend une dimension cruciale dans le débat social, dans la mesure où toute controverse appelle un élément extérieur, référent, reconnu par chacun et auquel il est possible de se remettre pour arbitrer un conflit d’interprétations17. Le témoignage social vient alors remplir cette fonction dans l’espace public, suppléant aux « scientifiques ». En voici quelques exemples parmi d’autres : « Le doyen des Saintes, Mr Louis Ayme, est né en 1910, au Poste de Douane du Grau d'Orgon, situé à l'embouchure du Petit Rhône. Côté Ouest, ce lieu à l'abri des mauvais temps à cette époque, est maintenant à des centaines de mètres du rivage, dans la mer » (L’Espero, bulletin de l’Association de défense du patrimoine Culturel et Naturel Camarguais, n° 10, 1999)

42Le « vu » et le personnellement « connu » font office de preuve sociale du phénomène d’érosion. Pourtant la principale critique adressée à la viabilité des épis réside dans l’érosion sous-marine (donc non visible) de ces ouvrages qui conduit à leur effondrement à moyen terme. Cette limite, en raison de son caractère sous-marin, est difficilement attestable par leur visibilité auprès du commun des mortels qui ne porte pas d’attention spécifique à cette question. Cette problématique prend alors place dans un débat, sinon de spécialistes, du moins de personnes intéressées et habituées à ces problématiques. D’où une réelle dépendance des perceptions aux effets de cadrages de l’espace public abordés dans la partie suivante. Il ne faut pas en déduire pour autant que le problème en serait rendu absent de l’espace public. Certaines associations le rappellent et l’objet est discuté en conseil municipal : « L’abrasion des anciens deltas sous l’influence des courants marins, provoque un creusement des profils de la plage avec risque de déchaussement de la digue à la mer, notamment dans la zone urbanisée des Saintes-Maries-de-la-Mer, dans le secteur situé entre le Petit Rhône et le Grau de la Fourcade vers l’Est. » (Conseil municipal des Saintes-Maries-de-la-Mer du 27 janvier 2009). C’est de plus un élément qui a jalonné l’histoire de l’aménagement des ouvrages de protection marine (comme vu précédemment) et peut, de ce fait, connaître quelques réminiscences culturelles

43Si la connaissance scientifique du risque repose bien évidemment sur des études disciplinaires différentes (géomorphologie, hydrologie, sociologie, anthropologie...) en revanche, l'accès et la lisibilité de cette connaissance ne sont pas acquis à tout un chacun. Bien plus souvent, sa diffusion et sa communication reposent sur des qualités pédagogiques et didactiques qui doivent composer avec des « susceptibilités » locales et se confronter aux savoirs vernaculaires. Ce sont souvent des ratages qui semblent ponctuer ces opérations de diffusion du savoir scientifique (en dépit de leurs louables intentions) interprété parfois comme des « lubies scientifiques » ou des « propos alarmistes » et la plupart du temps vécu comme une stigmatisation des habitants et de leur territoire. En dépit de cette inévitable inégalité sociale face au savoir scientifique que seule une communication plus appropriée pourrait compenser, il est toutefois des constats objectifs de plus en plus partagés. Par exemple, en ce qui concerne le fleuve, ceux touchant au rôle impactant des aménagements effectués par l'homme sur le déficit de sédiments aggravant l'érosion marine. Cela peut laisser augurer de la possibilité de futures bases de travail en commun à partir de ces constats partagés entre savoirs savant et populaire sur la connaissance scientifique du risque, qu'il soit lié au fleuve ou à la mer. Une catégorie d’acteurs plus sensible aux changements de régime marin et côtier est représentée par les pêcheurs. Ces observateurs au quotidien du milieu marin livrent des informations précises sur les zones d’érosion, les imputant souvent aux aménagements de protection réalisés sur le rivage, et constatent aussi les variations de saison, de fréquence et d’intensité des tempêtes. Concernant par exemple les effets des aménagements de protection (ici des épis) effectués par la Compagnie des Salins sur la partie est du littoral, un pêcheur professionnel en mer nous décrit les modifications qu’il observe peu après leur mise en place :

  • 18 Notons ici pour information que l’implantation des épis a également abouti à une réduction des terr (...)

« Dès qu’il y a un coup de mer de sud-est, sud-ouest la plage passe sous l’eau complètement, elle disparaît, elle est rongée, tandis qu’avant ça n’existait pas, il y avait des gros coups, des grosses tempêtes et la plage disparaissait mais doucement. Tandis que là une simple tempête d’une nuit et la mer est tout le long contre la digue, les dégâts sont beaucoup plus puissants. Ça nous arrange18 pas ces épis, c’est pas un cadeau, les courants sont cent fois plus forts ».

Quelques effets de « cadrage » de l’espace public

44L’établissement d’un constat partagé sur l’objectivité, l’ampleur et le fonctionnement de ces risques littoraux rencontrent quelques difficultés à aboutir comme on l’a vu. Manque de communication, canaux de communication insuffisamment diversifiés? Ce sont intuitivement les interprétations qui viennent à l’esprit. Mais est-ce si assuré que cela le paraît? Il semble que lorsque l’on considère plus largement l’espace public, des effets communicationnels, dits de cadrage, s’exercent, orientant (cadrant) l’attitude des acteurs envers ces problèmes et la compréhension qu’ils en ont. Nous avons de ce point de vue identifié plusieurs « effets de cadrage » (Benford & Snow 2000) qui tendent soit à faire sortir de l’attention publique la problématique de l’adaptation aux changements littoraux, notamment en provoquant une démobilisation, voire une réactance, du public face à ces problèmes, soit à performer un état bipolarisé du débat par la création artificielle d’une opposition binaire, voire caricaturale, entre les différents points de vue ou par la mobilisation de données et de raisonnements incohérents, hyperboliques, approximatifs. Par exemple, le catastrophisme et la dramatisation sont très présents dans l’information écrite et télévisuelle lorsqu’il s’agit des changements littoraux, ainsi qu’en témoigne avec agacement un Saintois : « J’ai entendu oui dans 50-60 ans il n’y aura plus les Saintes Maries mais une fois qu’on a dit ça qu’est-ce qu’on a dit? Est-ce qu’on a résolu quelque chose? C’est absurde ça! Nicolas Hulot vient ici avec Drucker et après? Qu’est-ce qu’ils proposent? Pourquoi prendre en point de mire les Saintes? Il y a d’autres lieux! »

45C’est ainsi que des cadrages communicationnels peuvent parfois conduire à l’effet rigoureusement inverse à celui recherché. Pour une partie de la population, loin de provoquer une sensibilisation et une mobilisation accrues, ce mode de communication conduit à une résignation et à une démobilisation. Pourquoi chercher à agir lorsqu’il est dit que le phénomène est inévitable et d’une ampleur telle que l’action humaine semble dérisoire?

  • 19 Site « firetree.net » reposant sur un module utilisant Googlemaps.

46Raisonnement plus pernicieux, l’inéluctabilité des risques liés à une dynamique deltaïque conduit parfois à une perte générale de sens quant à la préservation du territoire : pourquoi chercher à protéger la Camargue si tout ce territoire est naturellement voué à disparaitre dans quelques années? Or ce dernier point se heurte à la diffusion de données erronées à travers la presse écrite et audiovisuelle. Lors d’un entretien collectif réalisé dans une classe de 4e d’un collège arlésien, plus des 2/3 des enfants nous affirmaient qu’en 2020 la mer arriverait au centre-ville d’Arles (environ 45 km du rivage) et que les flamants roses n’auraient d’autres recours que d’investir les piscines des particuliers. Par delà le caractère attendrissant d’une perception encore en maturation, le caractère massif de cette réaction pointait un mode de diffusion particulier de cette croyance. Il apparut que ces élèves avaient été très marqués par un « docu-fiction » diffusé sur le service public et qui fit, effectivement grand bruit en Camargue, où précisément se déroulait ladite docu-fiction : « 2025 le futur en face », produit par Jean-Luc Delarue. Le scénario de la fiction, programmée en première partie de soirée, connut une diffusion nettement plus large que ne peuvent espérer les communications scientifiques. Mêlant submersion marine et inondation par le Rhône, c’était toute la Camargue qui se retrouvait sous l’eau, puis sous une tempête qui finit par arracher le dernier arbre restant dans le mas d’une famille d’agriculteurs. Le spectateur est pris dans un récit à l’intensification émotionnelle ininterrompue et se présentant sous l’apparence d’un discours factuel et objectif. Si le téléspectateur peut demeurer conscient des logiques d’audimat devant cette fiction qui ne dit pas son nom, il n’est pas certain que son sens critique soit à ce même niveau lorsque, sans préciser aucunement la méthodologie d’établissement de la carte ni le cadre épistémique de son utilisation, la presse donne à voir un territoire entièrement sous l’eau, utilisant des cartes mises en ligne sur internet19. Ces cartes se contentent en effet de calculer les pixels situés à une altitude inférieure à celui du niveau de la mer augmenté d’un mètre (valeur par défaut de l’élévation du niveau marin due au changement climatique). De fait, la topographie réelle, les ouvrages de protection, les différents effets de rétention des milieux, tout cela n’est pas intégré dans la fabrication des cartes.

47D’autre part, on observe également qu’un cadrage « environnementaliste » du repli stratégique et des solutions dites douces peut conduire à un blocage très net du débat. En réaction à cette interprétation, refuser le repli stratégique devient un enjeu, celui de défendre la conception d’une nature aménagée pour l’homme et pour le maintien d’un territoire dans son fonctionnement et sa configuration traditionnelle. Cela conduit à ce que le niveau strictement technique des propositions de défenses douces ne soit pas pris en compte pour lui-même. L’intention « verte » prosélyte imputée à la communication sur le repli stratégique prend le pas sur l’évaluation du contenu propositionnel du discours et surdétermine l’interprétation du message.

48Un effet similaire s’observe lorsque les locuteurs font de l’élévation du niveau marin, dans le cadre d’une discussion portant sur la protection littorale, un enjeu de reconnaissance du réchauffement climatique. En effet, la hausse du niveau marin est connue par la partie la plus informée du public comme continue depuis plusieurs siècles, alors que le réchauffement climatique accuse une augmentation brutale. L’incompatibilité apparente de ces données conduit certains individus à y voir l’effet d’une exagération et d’une mauvaise foi de locuteurs catastrophistes enclins à exagérer les impacts du réchauffement climatique. Ce raisonnement conduit parfois à relativiser l’impact de cette élévation. À cet égard le titre d’un article de l’AFP, largement relayé par la presse locale, faisant des habitants des Saintes-Maries-de-la-Mer les futurs premiers « réfugiés climatiques » de France, a déclenché des réactions de cet ordre, considérant un rapprochement excessif de phénomènes d’ampleurs et de logiques différentes de celui des actuels réfugiés climatiques.

Les risques littoraux dans la culture publique de l’action. De la difficulté de ne pas aménager

Jeux d’acteurs et adaptation

49Les travaux de Jean Piaget (1965) puis d’Edgard Morin (1985) ont montré plusieurs caractéristiques du processus d’adaptation dont nous retiendrons essentiellement les deux modalités de l’adaptation de soi ou à soi, l’articulation entre adaptation et connaissance, et enfin le rôle majeur du tiers dans ce processus. L’adaptation de soi requiert l’adaptabilité de l’individu au milieu, c’est l’exemple de l’ours qui hiberne, des oiseaux qui migrent, ou encore la capacité de l’homme à vivre dans un milieu répulsif ou extrême, en s’accommodant et en intégrant l’aléa. L’édification des mas sur les points hauts du delta du Rhône peut ainsi être considérée comme une adaptation de soi. En revanche, l’adaptation à soi implique « l’asservissement » du territoire au moyen d’actions transformatrices qui le façonnent et là encore des images telles que le nid pour les oiseaux ou les barrages de castors ou encore les digues protectrices érigées par les hommes illustrent cette autre modalité de l’adaptation.

  • 20 Taché, 2003, p133.

50Concernant le passage de la connaissance à l’adaptation effective, nous avons vu plus haut comment des données objectives pouvaient être traitées par les acteurs lorsque la réception était brouillée par le sentiment de stigmatisation que pouvait provoquer l’information sur l’aléa. Ainsi le déni du risque pourrait partiellement être lu comme le déni de l’image du territoire que véhicule ce risque. C’est donc précisément ici qu’intervient le rôle du tiers dans l’adaptation. « L’adaptation est un processus toujours retravaillé, toujours transformé, déformé, reconstitué dans lequel la place de l’Autre est primordiale » (Taché, 2003)20. En effet, la focalisation médiatique via des émissions à forte audience a, en quelque sorte, crispé la perception du risque auprès des populations. L’attention portée par l’Autre, médias, scientifiques, sociologue comme géomorphologue, aux problèmes d’érosion et de risque de submersion marine pourrait ainsi aboutir à un blocage du processus d’adaptation en son exact opposé : la dénégation. Cette attention assimilée à une « stigmatisation » vient troubler la perception de l’image locale, comme celle de l’image stéréotypée et idyllique de la Camargue remplacée par l’évocation d’une terre sinistrée, vouée à la catastrophe voire la disparition (« Saintes-Maries-sous-la-Mer »). Plus que du déni du risque ne s’agit-il pas du refus de ce regard perçu comme négatif et porté sur un territoire plus volontiers objet de fierté et de vif attachement de la part de ses habitants?

51Qu’elles soient provoquées par les médias ou les scientifiques, ces sollicitations externes peuvent également devenir des ressources de l’adaptation, en dépit des perturbations ou des problèmes qu’elles génèrent par exemple une image publicitaire peu attractive pour les touristes. En 2009, une « mission littoral » a été confiée au maire des Saintes-Maries-de-la-Mer par le ministère de l’Environnement. Cette habile sollicitation externe au système local est en train d’opérer une assimilation/accommodation des données objectives relatives au risque d’érosion et à l’aléa de submersion marine, provoquant peu à peu la modification du système vers plus d’adaptation. Une zone située à l’est du Petit Rhône est ainsi désormais considérée comme une partie du littoral où les protections lourdes ne constituent plus la solution au bénéfice du repli stratégique.

L’aménagement lourd, démonstration de force?

  • 21 « Pour un plan de gestion du littoral camarguais » p 5, août 2010

52L’analyse suggère que le niveau strictement technique et matériel du débat portant sur les options de gestion de l’érosion et du risque de submersion est surdéterminé par un contexte d’énonciation, plus large, renvoyant à une succession de problèmes publics constitués sur des dossiers environnementaux. Le jeu d’acteurs conduit en sus à ce que la controverse publique ne permette pas l’explicitation des raisonnements qui nourrissent les prises de position des différents acteurs et qui de fait ne peuvent que difficilement être partagés ou modifiés. Plusieurs conflits liés à la préservation de l’environnement interfèrent sur les conditions d’expression des représentants actuels de la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer. Plus exactement, on observe un effet de halo entre problèmes publics, installant la prise de parole des représentants de cette commune dans une posture de défiance, voire dans une posture offensive, en se prémunissant d’« attaques », émanant d’acteurs se réclamant de la défense de l’environnement, rencontrées sur d’autres problèmes. On le perçoit très nettement dès l’introduction du rapport de mission confiée au premier magistrat de la ville21:

« Résidant aux Saintes-Maries-de-la-Mer depuis plus de 40 ans, Conseiller Général depuis 1994, Maire depuis 1995 et Député de 2002 à 2007, j’ai pu moi-même observer l’évolution du trait de côte, qui est indiscutable et certainement cyclique. Néanmoins, je ne peux pas être aussi pessimiste que certains écologistes intégristes, relayés par une presse à sensation, qui évoquent la disparition de la Camargue dans les années à venir, se basant sur des études multiples et sans cohérence qui remplissent des placards. »

53Il n’est pas exagéré de parler d’une « culture publique » construite autour de la protection lourde du littoral sur les Saintes-Maries-de-la-Mer. Par delà la mise en avant d’un paradigme techniciste, l’aménagement lourd du littoral peut être mobilisé comme une figure démonstrative d’une action publique et volontariste. Elle rend cette action visible, matérialisable, impressionnante et permet de dresser un bilan fait d’une succession de chantiers d’aménagement, de kilomètres de linéaires, de millions d’euros investis, etc. (voir figure5)

Figure 5. Mise en page démonstrative de travaux de protection dans un courrier municipal / Demonstrative layout of protection works in a municipal bulletin.

Figure 5. Mise en page démonstrative de travaux de protection dans un courrier municipal / Demonstrative layout of protection works in a municipal bulletin.

54L’effet clivant des grands travaux contribue à constituer ces politiques d’aménagement en véritables leviers de contrôle de l’espace public pour celui qui les défend, voire les entreprend. Une stratégie de communication évidente s’impose à ce dernier : s’inscrire dans une stratégie de narrativisation de son action (communication de type « story telling »), apparaissant non plus simplement comme défendant le territoire, mais comme le défendant aussi contre ceux qui voudraient le passer en pertes et profits au nom d’idéologies environnementalistes. La mise en image dualisée qui en résulte amène une adhésion du public d’autant plus forte qu’il n’apparait pas de position de compromis entre les deux thèses en présence (protection dure vs protection douce).

55D’autre part, la mise en équivalence dans l’espace public des méthodes « douces » de protection, avec un « laisser-faire » accordé à la nature, a très fortement orienté le débat collectif, et ce, tout spécialement avec l’acquisition récente des territoires de la Compagnie des Salins par le Conservatoire du littoral, qui a agi comme un véritable centre de gravité de l’attention publique. Cette problématique assimile de manière très critique la question de la protection du littoral et celle de l’avenir économique de certaines portions du littoral camarguais et entre pleinement dans un jeu d’acteurs très localisé. Une association locale de Salin-de-Giraud connue pour être porteuse d’un mouvement de revendication pour la constitution du hameau en une commune indépendante d’Arles, se saisit systématiquement de la question de l’érosion marine en faisant de « l’abandon du trait de côte » l’abandon de Salin-de-Giraud à son triste déclin économique et social, aujourd’hui que l’activité salicole se retire. Ainsi, du président de l’association qui, en réunion publique de la mission « littoral », agite le risque de voir le hameau transformé en une île par défaut de protection suffisante contre le Rhône et contre la mer, et en l’absence d’un pont reliant Salin-de-Giraud à Port-Saint-Louis. L’association développa son argumentaire lors de l’enquête publique relative à l’adoption de la charte 2011-2022 du PNRC :

« Le projet de charte évoque aussi tout au long du texte le recul inéluctable du cordon littoral camarguais doit être géré en fonction des enjeux humains économiques et environnementaux. En clair pour les non initiés à la dialectique du PNRC, on parle de l’abandon du cordon littoral au sud de l’étang de Beauduc sur le territoire de Salin de Giraud. Nous soutenons que cet abandon volontaire du cordon littoral pose d’immenses risques d’envahissement par l’eau de mer des surfaces encore utilisées pour la production de sel de mer et posera à terme la question du maintien de l’activité salinière sur Salin de Giraud. Cet abandon volontaire du trait de côte constitue une perte immense de territoire national qui condamne sans appel tous les projets en cours de maturation pour une réutilisation industrielle à des fins conchylicoles et halieutiques des étangs salés laissés en friche par la compagnie des Salins du Midi depuis 2006 ».

56Le jeu d’acteurs se complexifie quand la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer porte par ailleurs son soutien plein et entier à cette association lorsqu’elle s’oppose (avec véhémence) à la municipalité d’Arles pour porter sa revendication principale. L’élu des Saintes-Maries-de-la-Mer, alors député, essaya de relayer à l’Assemblée nationale la revendication de l’association, dressant pour ce faire un réquisitoire contre la commune d’Arles :

« La commune d'Arles, hautement endettée, ne parvient pas à gérer son territoire. Une consultation populaire locale a démontré que 70 % de la population était favorable à l'érection d'une commune indépendante. Enfin, l'enquêteur public, ancien président de section honoraire de la chambre régionale des comptes de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, a rendu un avis favorable à la création de la commune, précisant que cette décision serait sans conséquence pour Arles. Il lui demande donc s'il compte répondre positivement à cette demande d'érection en commune indépendante. » (Question publiée au JO le 21/11/2006, p.12044).

57Mais c’est davantage avec l’entremise du groupe de la Compagnie des Salins que le jeu d’acteurs prend une efficience notable. Celui-ci argumente offensivement contre le PNRC lors de l’enquête publique relative à l’adoption de la charte 2011-2022.

« Nous regrettons que l’ensemble du littoral des salins ne soit pas concerné par l’organisation de la défense et que la seule solution préconisée sur ce littoral envisage la restauration d’un fonctionnement prétendument naturel ou le repli stratégique dans des secteurs affectés par l’érosion. Sur l’ensemble de nos terrains, nous n’avons pas l’intention de laisser faire la nature et de réaliser des expérimentations de renaturation ou de repli stratégique. […] Pour le maintien de l’activité salinière et de la biodiversité exceptionnelle qui lui est associée, il est absolument nécessaire de conserver la position de défense du trait de côte actuel et qu’en complément des aménagements déjà existants, des solutions techniques de type rechargement en sable […] peuvent et doivent être envisagées pour renforcer les ouvrages de protection existants (épis et digues) »

58De fait, la Compagnie des Salins adopte le statut de propriétaire pour diffuser l’idée de l’impossibilité radicale d’une expérimentation de renaturation sur ses terrains. Moins d’un mois après la clôture du cahier d’enquête publique (le 15 octobre 2009) où l’industriel consigne ces propos, il est annoncé par voie de presse que celui-ci vient de vendre, pour 45 millions d'euros, 4 500 hectares de zone humide au Conservatoire du Littoral (La Provence, 2 novembre 2009). C’est la deuxième phase d’un processus de vente lancé par la Compagnie (2300 ha avaient déjà été vendus en 2008) et toujours en cours. L’attitude propositionnelle et prescriptive qu’adopte la Compagnie des Salins sur un territoire qu’elle sait engagé dans un processus de vente peut donc surprendre à propos d’un espace dont le groupe industriel sait qu’il ne sera plus le gestionnaire à court terme. Le groupe avait de longue date annoncé un tassement de son activité, constitué et animé des groupes de travail et de réflexion pour la valorisation économique du lieu et l’avenir du hameau de Salin-de-Giraud. Il était donc inscrit dans une démarche locale et sociale visant à infléchir un développement territorial. C’est de cette posture qu’il nourrit ses interventions, telle que ci-dessous :

« Le management environnemental est un principe recommandable ou même une technique appréciable, mais il ne dispense pas de se préoccuper d’abord du contenu d’un projet et de son impact réel sur l’économie et l’amélioration de la fréquentation touristique. Pour le cas précis de Salin de Giraud, qui n’est pas cité ici une seule fois, ce n’est pas une expérience certifiée et lourdement subventionnée comme les marais du Vigueirat, qui peut constituer une solution au problème posé. Si la préoccupation environnementale et la logique de tourisme durable doivent incontestablement prévaloir, il ne faut pas perdre de vue qu’un vrai tourisme durable doit pouvoir créer les richesses nécessaires à sa pérennité. » (ibidem)

59Ce faisant, le locuteur renforce l’idée d’une opposition entre gestion environnementale et valorisation économique du territoire. Il cadre également la perception des populations de saliniers qui expriment régulièrement un sentiment d’abandon de la part des pouvoirs publics, renforçant l’impression d’une discrimination sociale en affirmant une discrimination (argumentée par aucun critère éthique ni factuel, par ailleurs) : « Nous regrettons de constater qu’aucune action ne soit prévue pour soutenir la saliculture qui contribue fortement à l’activité économique locale. Il y a là une incohérence ou une discrimination difficile à comprendre. » (ibid.)

En guise de conclusion, des acteurs publics pouvant intervenir

60On a pu voir précédemment combien la présence d’un tiers acteur pouvait être cruciale dans le processus d’adaptation et, en conséquence, dans l’abandon de l’occupation du littoral au sein de ce processus. La situation camarguaise illustre ainsi parfaitement l’interaction entre les différents niveaux d’administration du territoire et ses effets sur la diversification des modes de gestion du linéaire côtier. Les avatars de la mise en application de la loi littorale avaient déjà montré un net dysfonctionnement dans l’application de l’orientation nationale au niveau de l’échelon local en l’espèce de prises d’initiatives de nombres d’élus municipaux visant non pas tant à contourner la loi qu’à répondre à son caractère jugé trop décontextualisé. De même, les politiques de protection lourde (enrochements) contre l’érosion sont connues pour faire le plus souvent l’objet d’un « fort soutien politique local » (Marini, 1998), répondant à une demande sociale plus « directement » formulée.

61La question de savoir qui devrait prendre sous sa responsabilité la mise en application d’un dispositif d’expropriation peut se traiter « facilement » d’un point de vue législatif. Mais du point de vue de l’acceptation sociale, cette question parait se complexifier. Aussi, face à un tel contexte décisionnel, est née une attente réelle à l’adresse du Conservatoire des Espaces Littoraux et des Rivages Lacustres pour que cet organisme se fasse le porteur et l’expérimentateur de solutions de gestion par repli stratégique ou par l’usage de techniques dites douces. Ainsi le Grenelle de la mer PACA a-t-il conclu :

  • 22 Grenelle de la mer Régional, tenu à Marseille le 16 juin 2009

« Les stratégies de gestion du DPM doivent intégrer la notion de “recul stratégique” et prendre en compte le changement climatique. La diffusion de pratiques de gestion qui peuvent être différentes de celles du passé doit être encouragée. Les nouvelles compétences du Conservatoire du littoral vont permettre d'aller plus loin dans ce sens ».22

62La délégation PACA du Conservatoire du Littoral développe une réflexion sur le fait d’assumer un rôle de courroie pour accompagner le repli stratégique. Ainsi, se poursuit la réflexion du Conservatoire quant à ce rôle d’« aiguillon » de diffusion de modes de gestion alternative aux protections lourdes là où les enjeux le permettent, que Bernard Gérard, Directeur adjoint du Conservatoire du Littoral, exprimait en 2006 dans les termes suivants : « On nous dit aujourd’hui, vous devez être des acteurs privilégiés sur ces questions. Grâce à votre savoir-faire appuyé sur la négociation de terrain, vous ne devez pas vous limiter à être un acteur foncier. Ouvrez votre savoir-faire à la gouvernance générale au sein de territoires plus vastes. Faites évoluer votre métier. Devons-nous aller vers ce nouveau rôle plus ambitieux, au risque de nous perdre… ou de gagner…? » (ANEL, 2006)

63S’il est vrai que le Conservatoire voit son action limitée aux terrains dont il est propriétaire –12 % du linéaire côtier national (cf. Basilico et al. 2011) - il est, inversement, déjà engagé dans une stratégie d’acquisitions visant à intégrer les scénarios d’évolution du niveau de la mer à partir d’un diagnostic prospectif global de vulnérabilité. Il est donc amené à devenir un acteur de poids croissant alors même que l’élévation du niveau marin pourrait à terme conduire à la disparition de plus de 20 % de son territoire à horizon 2100 (Clus-Auby et al., 2006). Le Conservatoire du Littoral se retrouve donc dans la position d’un acteur privilégié pour la diffusion de ferments d’adaptabilité au sein de la population civile autant que de la sphère gestionnaire. Les conditions de gestion de ses sites lui permettent de développer des expériences avec une assez grande liberté. De plus, les actions de gestion qu’entreprend le Conservatoire l’amènent à communiquer à destination d’un public assez large et parfois à destination de populations qui ont longtemps pratiqué les lieux, bien avant l’arrivée du Conservatoire et qui peuvent exprimer une certaine réticence devant de nouveaux modes de gestion.

64L’importance de la communication au sein de l’adaptation est également de permettre l’expression de conflits en vue de leur éventuel dépassement. Le Conservatoire de ce point de vue peut affronter les conflits sans subir une pression aussi forte que celle rencontrée par les collectivités territoriales. Le Conservatoire n’est pas pour autant complètement « immunisé » aux conflits, et certaines opérations d’expropriation, fortement médiatisées, telles celles nécessitées par l’acquisition des anciens salins d’Hyères ont laissé des traces dans la mémoire des acteurs impliqués. Aujourd’hui, le Conservatoire du Littoral, nouveau propriétaire à Salin de Giraud d’espaces autrefois affectés à la production de sel, se confronte à population qui accepte mal l’abandon de l’entretien des digues par le nouveau propriétaire. Au cours d’une réunion publique, le délégué régional tente une explication de ces choix de gestion face à une assemblée inquiète de voir mise en péril l’intégrité de son territoire :

  • 23 Réunion publique tenue à Salin de Giraud le 18.03.2013.

« Si je bloque l’érosion au niveau de Beauduc, au niveau de l’ensemble de nos terrains, ce sable va être cherché ailleurs, il va y avoir une érosion plus forte et on va se retrouver avec une gravité supplémentaire au droit des villages et de la commune des Saintes. […] Ce n’est pas laisser faire, c’est au contraire donner ces espaces de respiration nécessaire à la nature permettant de pouvoir les durcir ailleurs pour un enjeu qui préservera des biens et des personnes. Prenons un peu de hauteur par rapport à ça, regardons ce qui est primordial. […] Je suis persuadé que dans cinquante ans ces espaces de marais et d’étangs, y compris le Vaccarès, vont être des espaces qui vont permettre d’atténuer le risque au niveau des lieux habités que ce soit les crues du Rhône ou que ce soit les submersions marines… Ne vous souciez pas s’il y a cinquante hectares qui vont disparaître ou évoluer à tel endroit et cinquante hectares qui vont être gagnés d’un autre côté. »23

65L’idée que la renaturation des anciens salins vers des lagunes ré-ouvertes à la mer puisse être envisagée comme une stratégie d’adaptation du delta au changement global est loin de remporter l’adhésion des populations locales. Au-delà du sentiment de déliquescence du territoire, le fait de perdre du terrain face à la mer apparaît comme le reflet de leur propre condition socio-économique du fait de la déprise industrielle. Cela renvoie aussi les usagers locaux de ce territoire au sentiment de perte ou de restriction des pratiques sociales et culturelles attachées à ces espaces laissant ainsi une fois de plus « émerger des enjeux insoupçonnés par les opérateurs de dépoldérisations défensives » (Goeldner-Gianella, 2009) qui appelle un important travail d’accompagnement social de la part de ces opérateurs.

66Les dynamiques géomorphologiques ont ainsi pris le pas sur les dynamiques gestionnaires et participatives, prises en quelque sorte de court, rendant d’autant plus nécessaire d’élargir l’analyse sociologique et ethnologique au-delà de ses dernières.

Remerciements

67Cette recherche a été possible grâce aux financements du Programme interdisciplinaire de recherche ville et environnement (PIRVE, 2008-2011), co-financé par le CNRS et le ministère de l'Écologie. Elle a également bénéficié du soutien du programme de recherche LITEAU III (2009-2013) du ministère de l’Écologie.

Haut de page

Bibliographie

Association nationale des élus du littoral (ANEL), 2006, De la défense contre la mer à la gestion durable du système côtier, Actes des Journées d’Études ANEL 27 et 28 avril 2006, Torreilles

Basilico, L, N. Massu et D. Martin, 2011, Synthèse des actes séminaire du programme de recherche MEDDM « LITEAU », 18 et 19 octobre 2010, Fréjus

Benford, R.D. et D. A. Snow, 2000, Framing Processes and Social Movements: An Overview and Assessment, Annual Review of Sociology, Vol. 26, pp. 611-639

Benford, R.D. et D. A. Snow, 2000, Framing Processes and Social Movements: An Overview and Assessment, Annual Review of Sociology, Vol. 26, pp. 611-639

Bertrand J-P. et A. L’Homer, 1975, Les deltas de la Méditerranée du Nord, IXe congrès international de sédimentologie, rapport SEDIM, Nice.

Bessy, C. et F. Chateauraynaud, 1995, Experts et faussaires : pour une sociologie de la perception, Paris, Éditions Métailié,

Blatrix, C., 1997, La loi Barnier et le débat public : quelle place pour les associations ?, Écologie et politique, n° 21

Blatrix, C., 2002, Devoir débattre. Les effets de l'institutionnalisation de la participation sur les formes de l'action collective, Politix, vol. 15, n° 57

Bohman, J., 2008, « Réaliser la démocratie délibérative comme mode d’enquête : le pragmatisme, les faits sociaux et la théorie normative », Tracés, vol. 15, no 2, 2008, p. 1-29, (traduction Charles Girard)

Borel, L., 2012, Histoire des Saintes-Maries de la Mer, Éditions Errance, Paris,

Bouvier, A., 2007, « La dynamique des relations de confiance et d’autorité au sein de la démocratie dite “participative” et “délibérative” », Revue européenne des sciences sociales, vol. XLV, no 136, p. 181-230

Bouvier A. et B. Conein (eds), 2007, L’Épistémologie Sociale : une théorie sociale de la connaissance, Paris, Éditions de l’E.H.E.S.S

Cefaï D. et D. Trom (eds.), 2001, Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, éditions EHESS, coll. Raisons Pratiques

Cleaver, F., 2001, « Institutions, agency and the limitations of participatory approaches to development » in B. Cooke and U. Kothari (eds), Participation: The New Tyranny?, Londres, Zed Books, pp. 36–55

Clus-Auby, C., R., Paskoff et F. Verger, 2006, Le patrimoine foncier du Conservatoire du littoral et le changement climatique : scénarios d'évolution par érosion et submersion, Annales de géographie, vol. 2, n° 648

Cobb R. et C. Elder,1972, Participation in American Politics : The Dynamics of Agenda-Building, Boston, Allyn and Bacon.

Curry N. et J. Kirwan,2014, The Role of Tacit Knowledge in Developing Networks for Sustainable Agriculture, Sociologia Ruralis, vol. 54, No 3, pp. 341-361

Dewey J., 2010, Le Public et ses problèmes, Gallimard, coll. "Folio Essais"

Duvat, V., Y. Battiau-Queney, C. Clus-Auby et M-C. Prat, 2010, Roland Paskoff et les littoraux : regards de chercheurs, Paris, L’Harmattan.

Fourniau, J.-M., 2007, L’expérience démocratique des « citoyens en tant que riverains » dans les conflits d’aménagement », Revue européenne des sciences sociales, XLV-136

Goeldner-Gianella L., 2009, Changement climatique et dépoldérisation : le rôle des acteurs et le poids des représentations sociales sur les côtes d’Europe atlantique, Quaderni 71, pp. 41-60

Gusfield, J-R., 1981, The Culture of Public Problems. Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, The University of Chicago Press,

Gusfield J. R.,1981, The Culture of Public Problems: Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, The University of Chicago Press

Habermas, J., 1987, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard

Hillier, J., 2000, Going round the back? Complex networks and informal action in local planning processes, Environment and Planning A, vol. 32, n°1, pp. 33–54

Honneth, A., 2000, La lutte pour la reconnaissance, Paris, éd. du Cerf

Jasanoff, S., 2005, Design on Nature. Science and Democracy in Europe and the United States, Princeton/Oxford, Princeton University Press

Kothari, U., 2001, Power, knowledge, and social control in participatory development, dans: B. Cooke and U. Kothari (eds), Participation: The New Tyranny?, Londres, Zed Books, pp. 139-152

Maillet G. M., F. Sabatier, D. Rousseau, M. Provansal et T. J. Fleury, 2006, Connexions entre le Rhône et son delta (partie 1) : évolution du trait de côte du delta du Rhône depuis le milieu du XIXe siècle, Géomorphologie : relief, processus, environnement, n° 2, p. 111-124

Maillet, G. M., C. Vella, M. Provansal et F. Sabatier, 2006, Connexions entre le Rhône et son delta (partie 2) : évolution du trait de côte du delta du Rhône depuis le début du XVIIIe siècle, Géomorphologie : relief, processus, environnement, n° 2, p. 125-140

Marini, P., 1998, Les actions menées en faveur de la politique maritime et littorale de la France, Rapport d'information au Sénat n° 345 de M. Philippe MARINI, déposé le 6 mars 1998

Merckelbagh, A., 2009, Et si le littoral allait jusqu'à la mer! la politique du littoral sous la Ve République, éd. QUAE

Morin, E., 1985, La méthode : la vie de la vie, tome 2, Paris, éd. Seuil

Nicolas, L., 2008, Beauduc, l’utopie des gratte-plage – Ethnographie d’une communauté de cabaniers sur le littoral camarguais, Marseille, Images En Manœuvre Editions

Paskoff, R., 1985, Les littoraux, impact des aménagements sur leur évolution, Masson, Paris. (réédité en 1994 et en 2010)

Paskoff, R., 1985, L’Homme et l’érosion des plages, une nouvelle réponse : le recul stratégique, Actes du Colloque Océanologie Côtière, Aderma, Bordomer, 8-11 octobre 1985, pp. 163-171 

Paskoff, R., 1995, Le Conservatoire du littoral confronté au problème de l’érosion marine, Cahiers du Conservatoire du Littoral, 7, pp. 65-74

Paskoff, R., 2004, Les littoraux sableux et dunaires : de l’abondance à la pénurie en sédiments, Bulletin de l’Association de Géographes français, No.3, pp. 373-382

Pellizzoni, L., 2003, Uncertainty and participatory democracy, Environmental Values, n° 12, pp. 195–224.

Piaget, J., 1965, Etudes sociologiques, Genève, Librairie Droz

Picon, B., 1988, L’espace et le temps en Camargue, Arles, Actes Sud.

Sfez, L. et A. Cauquelin, 2006, Attitudes face à l’adaptation au changement climatique, le cas de la Camargue, rapport pour l’ADEME, CREDAP-CREDATIC

Taché, A., 2003, L’adaptation : un concept sociologique systémique, Paris, L’Harmattan

Tricot, A., 2014, L’habitant, un "amateur" d'espace? Réflexions théoriques et méthodologiques pour une analyse de la perception sensible de l'environnement et du risque, Dans : J.-N. Ferrié, V. Tournay et J. Weisbein (eds.), La consistance des êtres collectifs. Echanges pragmatiques et enjeux épistémologiques, Paris, Herman

Haut de page

Notes

1 Les Directives « Oiseaux » de 1979 et « Habitats » de 1992 qui concernent 62 % des communes littorales en France à partir de 2005, obligent à effectuer des études d’impact relatives aux deux directives dans tout projet de développement économique des territoires concernés par le réseau Natura 2000.

2 Le cinquième rapport du GIEC a été produit en 2014.

3 Cf p 26 du protocole GIZC 2009

4 Pour une typologie fine distinguant démocratie participative et démocratie délibérative, ainsi que les différentes formes intermédiaires, nous renvoyant à Bouvier (2007)

5 Voir le hors-série n°5 de VertigO (2009) Quelle stratégie européenne pour la gestion intégrée des zones côtières ?

6 Sur la notion de culture publique nous renvoyons à Gusfield (1981)

7 Pour la tangibilité des risques, notamment, nous renvoyons à Bessy et Chateauraynaud (1995). Tricot (2014) établit également un lien entre la tangibilité des risques littoraux et la pratique de l’espace par les usagers et les habitants.

8 À la suite d'un recours administratif auprès du Conseil d'État, le 17 février 2007, le PNRC fait l'objet de la loi n° 2007-1773 du 17 décembre 2007 autorisant et instituant son label mis en péril par l’impossibilité d’un accord entre les différentes parties.

9 Bouches-du-Rhône. Conseil général. Rapports et délibérations - Conseil général du département des Bouches-du-Rhône. 1850.

10 Borel L. (2012), Histoire des Saintes-Maries-de-la-Mer, Ed. Errance, Paris, p.200

11 Bouches-du-Rhône. Conseil général. Rapports et délibérations - Conseil général du département des Bouches-du-Rhône, 1931

12 Les villes mortes du golfe du Lyon, Jean de Bonnot éditeur, (pp257-259), 1876, réédition de 1989

13 Les bancs de sable bordant le littoral camarguais recèlent un gisement de tellines (Donax trunculus), petits coquillages bivalves, dont l’exploitation à pied emploie plus de 75 pêcheurs professionnels

14 Différentes enquêtes ethnographiques ont été menées dans le cadre de plusieurs programmes de recherche du ministère de l’Écologie (PIRVE-Vuligam, LITEAU-Camadapt).

15 La pêche au bourgin correspond à une technique de senne de plage qui se pratiquait alors sur le littoral

16 Selon Lucien Sfez et Anne Cauquelin (2006). Ces derniers, après avoir réalisé une enquête sur les attitudes et les perceptions face au changement climatique dans les Alpes de Haute Provence Lucien Sfez commandité par l’ADEME se livre à une enquête similaire en Camargue

17 Cette dimension est très largement attestée par une abondante littérature depuis la sociologie cognitive et sociologie de l’argumentation, cf. Bouvier & Conein, 2007.

18 Notons ici pour information que l’implantation des épis a également abouti à une réduction des territoires de pêche en particulier suite à l’incidence sur la courantologie occasionnée par ces ouvrages qui ne permet plus de poser les filets de pêche là où ils risqueraient d’être emportés par un trop fort courant.

19 Site « firetree.net » reposant sur un module utilisant Googlemaps.

20 Taché, 2003, p133.

21 « Pour un plan de gestion du littoral camarguais » p 5, août 2010

22 Grenelle de la mer Régional, tenu à Marseille le 16 juin 2009

23 Réunion publique tenue à Salin de Giraud le 18.03.2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Érosion et accrétion sur le littoral camarguais /Erosion and accretion on the Camargue coast.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/15766/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 2. Promeneurs et cyclistes sur la digue à la mer /Walkers and cyclists on the sea-dike.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/15766/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 3. Promenade aménagée le long de la digue de front de mer (Saintes-Maries-de-la-Mer) /Promenade on the seafront dike.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/15766/img-3.png
Fichier image/png, 983k
Titre Figure 4. Usages spontanés sur la digue /Spontaneous usages upon the dike.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/15766/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 5. Mise en page démonstrative de travaux de protection dans un courrier municipal / Demonstrative layout of protection works in a municipal bulletin.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/15766/img-5.png
Fichier image/png, 373k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Allouche et Laurence Nicolas, « Entre perceptions, publicisation et stratégies d’acteurs, la difficile inscription des risques littoraux dans l’action publique : focus camarguais », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 21 | avril 2015, mis en ligne le 20 février 2015, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/15766 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.15766

Haut de page

Auteurs

Aurélien Allouche

Sociologue, RESSOURCE, 3095 route de Boulbon 13570 Barbentane, chercheur associé au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES-UMR 7305), France, courriel : aurelien.allouche@orange.fr

Articles du même auteur

Laurence Nicolas

Ethnologue, RESSOURCE, 3095 route de Boulbon 13570 Barbentane, France, courriel : laurence.b.nicolas@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search