Navigation – Plan du site

AccueilHors-sérieHors-série 21ProspectiveRisques littoraux : entre stratég...

Résumés

L’évolution du droit des risques littoraux fait apparaître que ce dernier a émergé dans un contexte marqué essentiellement par l’absence de stratégie. Le droit répond au coup par coup à la réalisation des divers risques. Ce d’autant que la prise en considération spécifique des risques littoraux eux-mêmes n’apparaît que dans la période la plus récente. Nous sommes bien dans la production d’un droit sans stratégie. Celle-ci va constituer une nécessité face à l’occurrence du risque marqué cette fois par un aléa relatif et ses conséquences. Il en résulte que l’intégration de cet aléa relatif dans la prévention des risques va conduire à produire un droit des risques littoraux en appui d’une stratégie et d’un droit adapté en conséquence. Cependant si le contexte est réellement en mutation sous l’impact du droit européen, sa portée reste encore limitée. L’affirmation d’un cadre d’intervention renouvelé paraît dès lors une nécessité.

Haut de page

Texte intégral

Risques littoraux entre stratégie et droit

1La prévention des risques littoraux a fait l’objet en France d’une attention spécifique après la tempête Xynthia de 2010. Au-delà de la prise de conscience au regard des effets du changement climatique, cette catastrophe a mis en exergue des risques peu traités jusqu’alors, mais aussi l’ampleur de la fragilité de certaines zones côtières. Au-delà du risque de submersion marine, sont aussi concernés l’effondrement de falaises, l’ensablement, l’érosion.

2Les rapports établis par les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) alertent depuis plusieurs années sur les évolutions en cours. Or, les concentrations humaines sont particulièrement caractérisées dans les bassins fluviaux et les zones côtières. Comme généralement en matière d’environnement, les problèmes sont à la fois globaux et locaux. Si la question des causes du changement climatique est centrale et doit être traitée en elle-même, la prévention des risques littoraux exige bien le développement d’une stratégie, mais aussi des règles et des moyens opérationnels de prévention. Force est de constater que si la prise en considération globale de la question reste en gésine, les approches régionales et nationales sont mieux caractérisées.

3De manière générale, les politiques publiques sont développées par un droit en appui d’une orientation générale structurant les objectifs et les modalités de leur réalisation, que nous dénommons « la stratégie », tandis que le droit qui en résulte apparaît comme un mode opérationnel de mise en œuvre de cette stratégie. Le droit des risques en France s’inscrit dans une logique conduisant à l’affirmation d’un droit, progressivement enrichi, mais ne reposant sur aucune stratégie globale. Sous l’impact de faits (réalisation de catastrophes), une stratégie va émerger, les pouvoirs publics européens en seront les porteurs, d’où l’affirmation d’un droit porté par une stratégie.

De l’évolution de droits sans stratégie

4L’élaboration des premières règles de protection ne caractérise pas une stratégie, mais la détermination d’un droit adapté aux circonstances. Il en résulte une protection sectorielle des biens et des personnes, puis l’affirmation d’un risque spécifique.

La protection sectorielle des biens et des personnes

  • 1 ONU GIEC Managing the Risks of Extreme Events and Disasters to Advance Climate Change Adaptation – (...)
  • 2 Institution interdépartementale des wateringues , cf. www.institution-wateringues.fr

5En considérant l’évolution des territoires littoraux, force est de constater qu’ils sont marqués par une anthropisation caractérisée1. L’assèchement de vastes zones de marais constitue l’un de ces phénomènes, l’objectif étant de disposer de terres cultivables ou d’espaces forestiers. La technique des wateringues (Nord de la France par exemple) a permis d’organiser la gestion de l’eau dans les secteurs de « bas-champs »; elle fonctionne par un réseau de canaux et de stations de pompage2. Cependant, la modification des écosystèmes ne sera pas sans conséquence sur les conditions de leur occupation et le rapport des occupants aux territoires et à la mer. Il en résulte que pour sécuriser les activités, puis pour des raisons de sécurité civile, le droit, sans réelle stratégie pose les fondements d’un système encore en vigueur aujourd’hui.

De la défense contre la mer…

6Concernant les risques littoraux, historiquement, c’est la défense contre la mer qui a fondé le dispositif en vigueur. Au 19e siècle la construction de digues va matérialiser cette exigence. Le droit en vigueur sur le littoral repose d’abord sur la définition du domaine public maritime résultant de l’édit de Moulin de 1599, confortée par l’ordonnance de 1681. En effet, si le domaine public maritime est constitué du rivage de la mer, du sol et du sous-sol de la mer jusqu’à la limite des eaux territoriales, il ne peut supporter de construction sans autorisation. En effet, l’ordonnance 1681 précise « Faisons défense à toutes personnes de bâtir sur les rivages de la mer, d’y planter aucun pieu, ni faire aucun ouvrage, qui puisse porter préjudice à la navigation à peine de démolition des ouvrages, de confiscation des matériaux et d'amende arbitraire. ». ; ce texte autorise par ailleurs les concessions d’endigage, avec un art. 33 précisant que « l’État peut concéder aux conditions qu’il aura réglé les marais, lais et relais de la mer, le droit d’endigage, les accrues, atterrissements et alluvions des fleuves, rivières et torrents, quant à ceux de ses objectifs qui forment propriété publique et domaniale ».

  • 3 Loi du 16 septembre 1807 relative au dessèchement des marais

7Nous retiendrons que la politique publique conduisant à favoriser l’assèchement des marais se conjuguait désormais avec celle d’association du secteur privé à la valorisation du domaine public maritime. Toutefois, le principe majeur posé par les textes était que les risques qui pouvaient en résulter pour les propriétaires des terrains devaient être assurés par eux-mêmes, à condition même qu’ils y fussent autorisés puisque le texte de référence, la loi de 1807, précise en son article 33 que « Lorsqu’il s’agira de construire des digues à la mer, ou contre les fleuves, rivières ou torrents navigables ou non navigables, la nécessité en sera constatée par le Gouvernement et la dépense supportée par les propriétés protégées, dans la proportion de leur intérêt aux travaux; sauf le cas où le Gouvernement croirait utile et juste d'accorder des secours sur les fonds publics »3. Nous devons observer une certaine logique déterminée à la fois par le statut et le périmètre du domaine public maritime, par les libéralités accordées pour « gagner » des terrains sur la mer au profit d’une exploitation économique, ce au bénéfice des propriétaires concernés et de la charge qui peut résulter de cette préservation. Il est alors question de défense contre la mer qu’il est nécessaire de situer dans un contexte spécifique de valorisation de terrains cultivables. Cette finalité sera peu à peu occultée et l’urbanisation massive développée dès la deuxième moitié du 20e siècle va modifier les enjeux, les effets du changement climatique ne venant que caractériser les impacts.

... à la préoccupation de sécurité civile

  • 4 Décret du 20 octobre 1937 portant règlement d'administration publique pour l'application du décret (...)
  • 5 Règles posées par l’art. 2 du décret 55-1164 du 28 août 1955 portant règlement d’administration pub (...)
  • 6 Décret 79-716 du 25 août 1979 : directive relative à la protection et à l’aménagement du littoral.- (...)
  • 7 Loi 86-2 du 3 janvier 1986 relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral (...)
  • 8 Loi 82-600 du 13 juillet 1982 relative à l’indemnisation des victimes de catastrophes naturelles (J (...)
  • 9 Art. 5 de la loi précitée
  • 10 Loi n° 87-565 du 22 juillet 1987 relative à l’organisation de la sécurité civile, à la protection d (...)
  • 11 Article L.121-12 du code de l’urbanisme créé par l’article 47 de la loi 83-8 du 7 janvier 1983 rela (...)
  • 12 CAA Marseille, 5 décembre 2011 Association Trebon Campagne req. n° 09MA01711

8Si la prévention des risques de submersion par les débordements de rivières et fleuves intervient dès le 19e siècle, reprise au 20e siècle avec les plans de surfaces submersibles4, le risque de submersion marine lui-même apparaît peu en tant que tel. Le risque est identifié dans certaines zones, mais les réseaux de digues et de canaux contribuent à préserver des activités terrestres ou littorales favorisées par les assèchements, dans la logique des règles établies et de l’exigence de « défense contre la mer » par les intéressés eux-mêmes. C’est dans le cadre du droit de l’urbanisme que les premières règles relatives à la prévention des risques apparaissent. En effet, dès le premier règlement national d’urbanisme est posée la double règle, d’une part que « la construction sur des terrains exposés à un risque naturel, telle qu’inondation, érosion, affaissement, éboulement, avalanche, peut être, si elle est autorisée, subordonnée à des conditions spéciales », et d’autre part que « ces terrains sont délimités par arrêté préfectoral »5. Les premiers textes du droit de l’urbanisme intègrent ainsi une problématique liée à une possible anthropisation du littoral. L’engouement pour ces zones conduira à l’adoption de la première directive « littoral »6, puis à la loi du même nom7. La préoccupation de sécurité civile apparaît au cours de la seconde moitié du 20e siècle. Le risque littoral, encore peu caractérisé, est intégré aux divers risques, mais les impacts sociaux et économiques conduisent à limiter les effets de ce qui est alors dénommé les risques majeurs. De ce point de vue, la loi de 19828  constitue le premier texte de référence en la matière. La problématique de l’indemnisation des victimes conduit à instaurer l’élaboration par l’État des « plans d’exposition aux risques naturels prévisibles »9. La loi de 1987 apparaît comme la première approche relative à l’identification des risques, caractéristiques de « risques majeurs », fondée sur une approche de sécurité civile10. Sans reposer sur une stratégie globale, ce texte contribue à établir des règles de prévention des risques. L’essentiel du dispositif repose sur la gestion des conséquences des catastrophes dont il pose les bases. Par ailleurs, nonobstant les pouvoirs des collectivités dans le cadre du droit de l’urbanisme, la décentralisation va conférer à l’État le rôle de prévenir les risques avec l’instauration du projet d’intérêt général11. Ainsi le préfet peut imposer un dispositif de prévention des risques d’inondations12.

L’émergence d’un droit spécifique

9La multiplication des phénomènes naturels entraînant des dommages tant aux personnes qu’aux biens va conduire à une prise en considération spécifique des risques. Si le droit des sols constitue le référence en la matière, ses insuffisances conduisent les pouvoirs publics à développer des instruments spécifiques de gestion des risques littoraux.

Les apports du droit de l’occupation des sols

10En complément des possibilités d’identifier les surfaces submersibles, le droit de l’urbanisme va contribuer à répondre, en partie aux nécessités de prévention. Au-delà de la possible définition de zones à risques par l’État (art. R111-3 c.urb.), les communes, puis leurs groupements peuvent dans le cadre des compétences décentralisées prévenir le risque d’inondations.

11Deux possibilités peuvent être développées.

    • 13 CAA Marseille 21septembre 2006 Commune de Cabries req. n°03MA00367
    • 14 Article R 123.1 du code de l’urbanisme
    • 15 Article R 123.11 du code de l’urbanisme
    • 16 Article R 123.14 1° et 7° du code de l’urbanisme

    Il s’agit d’une part de la planification. En effet, le zonage du Plan local d’urbanisme/Plan d’occupation des sols (PLU (POS)) permet avec les zones Naturelles (N du PLU ND du POS) de classer des secteurs révélant des risques. De même qu’est fondé le choix de classer en zone inconstructible des terrains identifiés par un Atlas départemental des zones inondables comme étant susceptibles d’être inondés.13 La réforme intervenue en 2000 avec la loi SRU conforte cette orientation, l’article L121-1 du c.urb. posant comme exigence l’intégration des risques naturels et technologiques. En effet, dans le cadre du PLU, les documents graphiques devenus opposables14 « font apparaître s’il y a lieu : (...) b) les secteurs où l’existence de risques naturels, tels qu’inondations (…. ) justifient que soient interdites ou soumises à des conditions spéciales les constructions et installations de toute nature, permanentes ou non, les plantations, dépôts affouillements, forages et exhaussements des sols »15. De plus, les annexes du PLU comprennent « les servitudes d’utilité publique de l’article L 126.1 du code de l’urbanisme (liste à l’article R 126.3), dont celles relatives au risque inondation, sachant que le projet de plan de prévention des risques naturels prévisibles y figure aussi16. Les documents annexés font aussi apparaître les schémas de réseaux d’eau et d’assainissement; or, le schéma d’assainissement fait apparaître « les zones où des mesures doivent être prises pour limiter l’imperméabilisation des sols et pour assurer la maîtrise des débits et de l’écoulement des eaux pluviales et de ruissellement ». Ces éléments contribuent aussi à la prévention des inondations.

    • 17 Conseil d'État 16 février 2007 Préfet de Charente Maritime req.n° 276363
    • 18 CAA de Nancy 12 mars 2009 Préfet des Ardennes req. n° 08NC00279

    D’autre part, les collectivités locales peuvent intervenir par le contrôle préalable sur les demandes de réalisation de projets. Les décisions de permis ou de déclarations préalables (de construire ou d’aménager), et autres zones d’aménagement concerté sont concernées. À ce titre l’article R111-2 du code de l’urbanisme dispose que « le projet peut être refusé ou n'être accepté que sous réserve de l'observation de prescriptions spéciales s'il est de nature à porter atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique du fait de sa situation, de ses caractéristiques, de son importance ou de son implantation à proximité d'autres installations ». Cette disposition, applicable nonobstant l’existence d’un document d’urbanisme, permet de s’opposer à une décision dès lors qu’un risque d’inondation ou de submersion est avéré17. C’est aussi le cas pour un certificat d’urbanisme qui devra être négatif en cas de risque d’inondation18. Si le contentieux développé fait apparaître l’intérêt de ces solutions, le pouvoir discrétionnaire attaché à ce contexte, comme la marginalité du contentieux réel développé à cet égard, ne permet pas de caractériser une réelle politique préventive. Force est de constater que cette voie paraît quelque peu marginale.

Le nécessaire complément du droit des risques

  • 19 Règlement n° 2012/2002 du 11 novembre 2002, instituant le Fonds de solidarité de l’Union européenne (...)
  • 20 Article 3 du règlement n° 2012/2002, précité.

12Le droit des risques a été ainsi enrichi par strates successives, même si la stratégie n’apparaît pas de manière caractérisée. Face aux coûts générés par les risques, l’Union européenne crée un fonds de solidarité19 pour faire face aux catastrophes majeures. Selon l’article 1, il doit permettre à la Communauté de répondre de façon rapide, efficace et souple à des situations d’urgence. Ce Fonds peut être sollicité dès qu’intervient une catastrophe naturelle majeure ayant des répercussions graves sur les conditions de vie, le milieu naturel ou l’économie d’une ou plusieurs régions ou d’un ou plusieurs pays. Il s’agit de compléter les financements étatiques pour le rétablissement des infrastructures et des services (santé, enseignement), de mettre en œuvre des mesures d’urgence pour les populations (secours, hébergement) et de financer les mesures destinées à réparer les dommages non assurables20.

  • 21 Pour le Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, articles L 212.1 et s. du code de l’ (...)

13Si la loi sur l’eau de 1992 reprend le dispositif des plans de surfaces submersibles, le développement du droit de l’eau intègre la problématique des risques d’inondations, l’intégration de la zone côtière avec la DCE 2000/60 constitue un enrichissement complémentaire. Ainsi dans le cadre des SDAGE et des SAGE21, où l’État et les collectivités sont associés, la place des inondations n’apparaît qu’incidemment, les mesures effectives de prévention ne sont pas précisément définies. De plus, ces documents n’imposent qu’un rapport de compatibilité ou de prise en compte dont la faiblesse est renforcée par l’absence de réelles prescriptions.

  • 22 la loi 95.101 du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement qui va (...)

14Le droit des risques va connaître une forme d’autonomisation, au moins une prise en considération spécifique avec la loi de 199522 qui pose les fondements d’une réelle politique préventive, dont l’État, a la responsabilité. Les caractéristiques de ce nouveau cadre d’intervention apparaissent avec :

    • 23 Art. 564-1 c.env.

    Le rôle de l’État comme acteur majeur, conduisant cette politique en association avec les collectivités territoriales. En effet, « L'organisation de la surveillance, de la prévision et de la transmission de l'information sur les crues est assurée par l'État »23.

    • 24 Art. L562-1 et s. c.env.
    • 25 Art L 562-‘ c. env.
    • 26  CE 4 mai 2011 Commune de Fondettes req.321357

    Une planification spécifique renforcée, avec la création des plans de prévention des risques naturels prévisibles24 définissant des zones exposées aux risques et des zones non directement exposées aux risques. Ces plans peuvent imposer aux collectivités territoriales et aux propriétaires des mesures de prévention. Le PPRNP instaure des servitudes d’utilité publique25, opposables à toute décision d’occupation du sol et de l’espace26. Ces plans sont déclinés en plans de prévention des risques littoraux et plans de surfaces submersibles.

    • 27 Art. L561-1 c.env.

    L’instauration de mesures de sauvegarde pour les populations menacées, pouvant aller jusqu’à l’expropriation dès lors que les mesures de prévention sont plus coûteuses27.

    • 28 Article L211-1é c.env. créé par l’article 48 de la loi 2003-699 du 30 juillet 2003 relative à la pr (...)

    La maîtrise foncière préventive avec les zones de mobilité des cours d’eau et les zones de rétention temporaires des eaux de crues28,

    • 29 Art. L563-5 c.env.
    • 30 Charte de l’environnement, art. 7, art. L125-2 c.env.
    • 31 Art. L 125-5 c.env.
    • 32 Art. L125-2- 2° al. C.env.

    Le développement de l’information, tant au regard des mesures de prévention pour les collectivités territoriales concernées29, pour les administrés30, que des transactions immobilières31. Dès lors que l’État a planifié la prévention, les maires doivent aussi informer le public au moins tous les deux ans32.

15Par des apports successifs, les textes confèrent aux acteurs étatiques et aux communes, la possibilité d’intervenir, sans toutefois qu’une stratégie porte ce pouvoir encore discrétionnaire. Le développement de l’urbanisation, comme l’identification plus caractérisée des risques naturels va progressivement conduire à des évolutions plus caractérisées

.... À l’affirmation d’un droit porté par une stratégie 

  • 33 Directive 2007/60 du 23 octobre 2007 relative à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondati (...)
  • 34 Art. 221 de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement (...)

16Après la création du Fonds de solidarité pour faire face aux effets des inondations, notamment en Europe centrale, l’Union européenne engage une politique de prévention reposant sur une réelle stratégie; ce processus aboutira à l’adoption de la directive 2007/6033. Ce texte majeur conduit à imposer aux États un cadre d’intervention pour la gestion des risques d’inondations et de submersion. Le texte révèle l’émergence d’une réelle stratégie. Le calendrier imposé conduit à une transposition avant juillet 2010, en France c’est la loi de 201034. Toutefois, force est de constater que nonobstant la stratégie et les règles qui en résultent, la prévention des risques repose sur un élément qui, sans être énoncé, caractérise les situations de crise. Il s’agit de l’aléa qui pèse sur l’ampleur et les conséquences du changement climatique. En effet, si l’impact du changement climatique est effectif et constaté, la portée de ses effets repose sur un ensemble de paramètres globaux et locaux qui rendent plus difficile la prévention. Il existe ici un certain aléa que nous qualifierons donc de relatif en raison de la part d’interrogation qui intervient sur les effets territorialisés d’une catastrophe. Dès lors si le contexte de la gestion préventive des risques d’inondations et de submersions est en mutation, le défi de l’aléa relatif impose un cadre d’intervention à renouveler.

Un contexte en mutation

17La politique européenne de l’eau n’intègre, dans un premier temps, que marginalement les risques. En effet, la DCE 2000/60 n’évoque qu’incidemment le risque d’inondation, d’abord comme pouvant constituer une cause exonératoire pour atteindre certains objectifs (point 32 du préambule), toutefois, l’article 1 mentionne bien que l’objet de la directive vise à « établir un cadre pour la protection des eaux intérieures de surface, des eaux de transition, des eaux côtières et des eaux souterraines, qui (...) e) contribue à atténuer les effets des inondations et des sécheresses ». La stratégie pour l’ensemble des eaux ne pose pas les conditions d’une gestion adaptée des risques naturels liés à l’eau, elle interviendra dans le cadre d’évolutions significatives marquées par l’affirmation d’une stratégie confortée par des exigences juridiques. En pratique, l’évolution des connaissances sera confortée par le contexte juridique.

Au regard des connaissances

18La question des risques est au cœur des problématiques planétaires et locales. Les rapports publiés permettent d’identifier de plus en plus précisément les évolutions, le changement climatique amplifiant les effets de manière caractérisée, avec de substantielles nuances suivant les zones de la planète. Force est de constater que les zones côtières sont et seront particulièrement affectées. Ainsi :

    • 35 ONU-GIEC Le changement climatique et l’eau – 2008 – Document technique VI du GIEC, notamment, p. 67 (...)
    • 36 ONU GIEC Managing the Risks of Extreme Events and Disasters to Advance Climate Change Adaptation – (...)
    • 37 ONU A/CONF.206/6- Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes, Rapport de la Conférence (...)
    • 38 AG des Nations Unies du 25 février 2010 réf. 64/200. Stratégie internationale de prévention des cat (...)

    au plan international, le GIEC a produit plusieurs rapports relatifs au changement climatique. Celui concernant l’eau et le changement climatique intéresse plus particulièrement les zones côtières qui seront affectées de diverses manières. Car si le risque de submersion ou d’effondrement de falaises est effectif dans de nombreuses zones, l’évolution de la salinité des eaux douces ou des zones humides sera aussi significative35. La vulnérabilité des zones côtières est particulièrement soulignée au regard des effets du changement climatique36. Après la conférence de Hyogo et la résolution et le cadre d’action qu’elle a produits37, les Nations Unies ont pris la mesure des effets des catastrophes naturelles. En 2010 est votée la résolution des Nations Unies relative à la stratégie pour les catastrophes naturelles38.

    • 39 Résolution 212-1990 du 6-8 mars 1990 du Conseil de l’Europe – Conférence des pouvoirs locaux et rég (...)

    au plan régional, outre le Conseil de l’Europe qui dès 1990 a engagé les États et les pouvoirs locaux à agir39, l’Union européenne pose, avec la directive 2007/60, les conditions d’une connaissance globale des risques d’inondation et de submersion, avec une cartographie à établir au plus tard en 2013, mais aussi un suivi. En application du droit européen, la France a engagé ce processus d’identification des zones à risques.

  • 40 Cf. rapport GIEC 2008 précité
  • 41 Cf. notamment rapport de la Cour des Comptes précité, p. 17 et s. Rapport du MEDDE Première évaluat (...)

19Au-delà des connaissances, la récurrence des catastrophes constitue désormais un élément à prendre en considération pour la gestion des territoires. Notons que parmi les évènements majeurs, si Xynthia et les inondations du Var ont marqué l’année 2010 avec plusieurs dizaines de morts, d’autres phénomènes sont intervenus au cours de ces dernières années. Les estuaires et les deltas sont particulièrement affectés par les inondations et les submersions qui bouleversent les écosystèmes côtiers souvent très anthropisés40. Il en résulte aujourd’hui une identification précise des risques intervenus avec des effets tant en termes de vies humaines que d’environnement et de patrimoine. Un constat commun, le coût pour les sociétés ne cesse de croître41. Ces divers éléments caractérisent les connaissances en termes de catastrophes réalisées et de conséquences. Les scientifiques du GIEC s’efforcent de caractériser les évolutions du changement climatique et leurs conséquences, en particulier dans les zones littorales. La question de l’aléa relatif reste posée même si, au-delà de ces connaissances, le contexte juridique a été progressivement enrichi.

Au regard du contexte

20Dans un contexte en mutation, les enjeux apparaissent aussi au niveau juridique. Nonobstant les instruments que les États doivent mettre en œuvre ou dont ils se sont dotés, les juridictions ont précisé les conditions de prise en considération des risques. Quelques évolutions caractéristiques les situent, plusieurs aspects sont à considérer :

    • 42 CEDH - Arrêt du 30 novembre 2004 - AFFAIRE ÖNERYILDIZ c. TURQUIE - (Requête no 48939/99)- arrêt déf (...)

    Les États ont l’obligation de préserver les vies et les biens des personnes relevant de leur souveraineté. Cette obligation doit se traduire aussi par une information préalable sur les risques encourus42.

    • 43 CJUE, 28 février 1991 Commission contre République fédérale allemande- Affaire C-57/89

    Lorsqu’il s’agit de concilier la protection des espaces, notamment dans le cadre du réseau Natura 2000 et la protection des personnes et des biens dans le cadre de la submersion, la conciliation permet de réaliser des ouvrages de protection dès lors que le site est globalement préservé43,

    • 44 Parmi les nombreux exemples : Conseil d'État 2 octobre 2002 METL c/Grondin req. n° 232720, Conseil (...)

    les régimes de responsabilité ont évolué, avec une extension progressive du partage des responsabilités. Les tribunaux s’attachent à prendre en considération le rôle des divers acteurs contribuant ou pouvant avoir contribué à la réalisation des risques. Il en est ainsi des obligations des pouvoirs publics au regard des mesures de prévention, mais aussi celles des propriétaires relatives à l’entretien des cours d’eau, y compris lorsqu’il s’agit de l’État ou de la détermination du rôle des aménageurs et pétitionnaires de projets, dès lors qu’ils sollicitent une autorisation dans une zone dont ils ne pouvaient ignorer le caractère inondable44.

21Force est de constater que l’aléa relatif ne constitue pas un élément caractéristique de ces évolutions, même si les comportements des divers acteurs sont pris en considération par les juridictions lors de contentieux comme le démontrent les affaires précitées. Cependant, ce sont les coûts générés par les inondations et submersions qui invitent ici à des approches renouvelées.

22Dans un rapport relatif à la prévention des risques et à ses nécessaires évolutions, la Commission européenne a bien situé les enjeux, en précisant notamment l’impact des aménageurs et constructeurs qui devaient davantage être associés aux conséquences financières de leurs opérations. Ainsi, au titre de la politique maritime et des risques côtiers (submersions, inondations notamment), la Commission européenne s’interroge sur les coûts de gestion des risques côtiers et leur affectation en soulignant que

  • 45 Initiative européenne de gestion durable de l'érosion côtière, www.eurosion.org.
  • 46 Commission des Communautés Européennes - Livre vert “Vers une politique maritime de l’Union: une vi (...)

« Les dépenses publiques consacrées dans l’Union à la protection du littoral contre les risques d’érosion et d’inondation se chiffrent, d’après les estimations, à 3,2 milliards EUR, contre 2,5 milliards EUR en 1986. Les études indiquent que le coût de l’érosion côtière atteindra en moyenne 5,4 milliards EUR par an au cours de la période 1990-202045. L’accroissement des coûts est le signe qu’il faut faire davantage pour incorporer les risques dans les décisions de planification et d’investissement. Il faut également poser la question de savoir s’il y a lieu de transférer – et si oui, comment – une partie des risques et frais financiers aux intervenants privés qui sont à l’origine de l’accroissement du risque ou qui font le choix de vivre ou d’investir dans des zones à risques. Si aucune action n’est entreprise pour atténuer les risques, on assistera à une hausse généralisée des primes d’assurance et des coûts »46.

  • 47 Cour des Comptes Rapport public juillet 2012 relatif aux enseignements des inondations de 2010 sur (...)
  • 48 Cf. notamment, p. 51 et s.
  • 49 Rapport Cousin “propositions pour une stratégie nationale de gestion du trait de côte, du recul str (...)

23Le rapport de la Cour des Comptes de 2012 établit un état des lieux des fonds publics engagés et à la charge du contribuable et de l’ensemble des assurés pour les catastrophes de 201047. Il souligne aussi les insuffisances, voire les carences en matière de politique urbaine et de prévention des risques, y compris au regard des expropriations intervenues après la catastrophe Xynthia48. Ce constat sévère intervient après la publication du rapport « Cousin » qui avait souligné la nécessité d’une stratégie et des pistes d’évolution49. La gestion des risques littoraux exige moins une production normative supplémentaire qu’une application effective des principes et des règles en vigueur. En revanche, la stratégie doit faire émerger une approche territorialisée et cohérente. Cette préconisation invite à renouveler les approches.

Des interventions à renouveler

  • 50 Précité, p. 15
  • 51 CGEDD Études et documents - Impacts à long terme du changement climatique sur le littoral métropoli (...)

24Le rapport Cousin soulignait le déficit de gouvernance des risques littoraux50. Au-delà des agitations médiatiques inhérentes à l’occurrence d’une catastrophe, il s’agit, à l’appui du développement d’une culture du risque, de poser les conditions d’une stratégie globale traduite par des mesures locales opérationnelles. Cette perspective est confortée par la nécessité d’intégrer le changement climatique qui exige à la fois des réponses de court terme, mais aussi la capacité de projection sur le long terme. Nonobstant les faits et les constats, les connaissances sont progressivement développées et précisées51.

  • 52 Cf. rapport de la Cour des Comptes 2012, rapport Cousin 2011 précités

25Compte tenu des connaissances acquises, la stratégie territorialisée de prévention des risques (PGRI) complétée par celle de l’urbanisme (SCOT) voire celle de la mer et du littoral (document stratégique de façade) reposera sur une dynamique renouvelée, confortée par un droit mieux appliqué dans ses exigences et adapté en tant que de besoin, notamment avec les plans de prévention des risques naturels prévisibles, les plans de prévention des risques d’inondations et les plans de prévention des risques littoraux (PPRNP, PPRI et PPRL). Les manquements apparaissent bien aujourd’hui dans le déficit de mise en œuvre des règles, de la difficulté dans la disponibilité des moyens de prévention ainsi qu’une gestion des ouvrages déficitaire et inadaptée52. Nonobstant les efforts engagés, nécessaires, et l’effectivité des règles en vigueur, la pertinence de la stratégie et de la mise en œuvre du droit sera déterminée par un élément central en matière de prévention des risques, l’aléa relatif. Nous en situerons les enjeux et la portée.

Les enjeux de l’aléa relatif

  • 53 NASA – Probing the impact of climate change on wildlife, Ecosystems Avril 2011 http://www.nasa.gov/ (...)
  • 54 Cf. rapport sur le bilan de la loi littoral et les mesures en faveur du littoral, notamment, p. 50 (...)
  • 55 Cf. rapports du GIEC 2008, CGEDD n° 55 - 2011, notamment p. 25 et s., précités

26Les divers rapports relatifs au changement climatique, notamment du GIEC voire de la NASA53, démontrent le caractère inéluctable de son impact sur la planète. Si la certitude du phénomène n’est pas contestable, ses conséquences effectives, en termes de bouleversements physiques et chimiques ainsi que des impacts qui en résultent pour les écosystèmes et les espèces laissent une marge d’interprétation. Concernant les zones littorales, l’élévation du niveau de la mer apparaît inéluctable, certaines zones seront particulièrement touchées. Plusieurs rapports soulignent l’ampleur du phénomène qui touche actuellement près d’un tiers du littoral français, l’érosion marine à elle seule touche au moins un quart du littoral métropolitain54, mais elle sera amplifiée avec les effets du changement climatique55.

27S’il y a une certitude sur le phénomène lui-même et l’affectation du littoral par le changement climatique, il existe un aléa sur date d’intervention des catastrophes et l’amplitude effective des effets sur les territoires. Or, l’anthropisation de ces territoires conforte la portée des futures catastrophes. L’aléa ne porte pas sur la vulnérabilité renforcée des zones côtières, mais sur cette marge entre les échelles que peut recouvrir l’ampleur des érosions ou submersions marines. Ce d’autant que ces ouvrages avaient été établis pour préserver les activités à l’origine de l’assèchement des zones concernées (en particulier l’agriculture), puis ils ont été considérés comme devant préserver les populations et leurs biens. Ce changement d’affectation entraîne des incertitudes supplémentaires.

28Nous devons observer que cet aléa est souvent exploité par les « négationnistes » du changement climatique pour le récuser. Il y a bien des certitudes sur un phénomène global avec des effets locaux sur les zones côtières, et des interprétations des effets eux-mêmes générant quelques incertitudes. Ainsi, s’il est avéré que les espaces côtières subissent les effets du changement climatique (de manière variable selon les régions de la planète), le risque existe, il est connu. Cependant son amplitude est déterminée par un ensemble de vecteurs variables dans l’espace et dans le temps : force de la houle, intensité du vent, pression atmosphérique. De plus, l’évolution de la température de certaines zones marines comme l’évolution des courants marins sont susceptibles de complexifier cette variabilité. La meilleure connaissance possible de chacun d’eux ne préjuge pas des conditions de combinaison entre eux. Le niveau d’anthropisation caractérise ensuite la catastrophe.

29Dès lors, il pourrait être vain de vouloir identifier à tout prix et précisément tous les effets du changement climatique en termes d’érosion, d’ensablement, d’effondrement de falaises et de submersion marine. Cependant, toute stratégie doit intégrer le changement climatique, elle doit viser aussi à intégrer la diversité des conséquences qui peuvent en résulter pour les personnes et les biens. Pour le droit l’objectif est de poser des règles, absolument nécessaires dans un contexte de risques affectant les biens et les personnes, mais la difficulté est d’intégrer cet aléa, cette incertitude. Toute la stratégie de la prévention repose sur cette capacité intégrative, notamment sur le moyen ou le long terme. Le droit qui en résulte conduira, au moins, à situer les conditions d’occupation du sol et de l’espace, car les enjeux sont relatifs à la vie des espèces, dont l’homme et au patrimoine naturel ou culturel.

La portée de l’aléa relatif

30La détermination des politiques doit intégrer cet aléa de manière adaptée. Il ne s’agit ni de tout interdire, ni d’autoriser sans limites. L’interdit est et restera nécessaire, le contrôle préalable des projets intervenant sur un territoire à risques constitue bien un impératif fondé sur une exigence d’intérêt général. Les diverses polices générales (salubrité, sécurité publique) sont ici confortées par les polices spéciales (risques, urbanisme). L’intégration de l’aléa relatif conduit à mesurer ces interventions, trois domaines du droit public peuvent servir d’exemple :

    • 56 CE 30 décembre 2011 Commune de Neuilly sur Seine req. n° 324310 , les obligations aux regards des p (...)

    en matière d’urbanisme. Ce sont bien les outils de planification qui doivent caractériser les stratégies et le droit en vigueur de manière conjuguée, en intégrant de manière impérative (conformité et non-compatibilité) les documents de planification des risques. Les servitudes instaurées par un PPRI s’imposent à toute décision administrative d’occupation du sol et de l’espace56. De l’interdiction d’édifier une construction à l’autorisation assortie de prescriptions, l’éventail des mesures applicables est étendu. Dans le même temps, les choix opérés doivent conduire à distinguer précisément les zones de repli stratégique des zones d’urbanisation conditionnelle. Dans les territoires littoraux concernés par les risques d’inondation et de submersion, il paraît nécessaire de dépasser les circonscriptions administratives et d’engager une approche plus globale, écosystémique. De plus, une seule autorité devrait y être compétente en matière de décisions d’urbanisme, l’État.

    • 57 Art. 2111-5 CGPPP
    • 58 CAA Nantes 10 novembre 2009 MEEDDM req. N° 09NT00379

    en matière de domanialité : les limites du domaine public maritime sont « constatées en fonction des observations sur les lieux à délimiter ou les informations fournies par des procédés scientifiques » 57. Pour les juridictions, l’autorité compétente « se borne à constater les limites du rivage de la mer, tel qu'elles résultent des phénomènes naturels observés en réservant les droits des tiers »58. Il est des zones du territoire qui vont nécessairement évoluer avec l’impact du changement climatique, y compris en prenant les hypothèses les plus basses du GIEC. Dès lors, en cas de submersion, inéluctable dans certaines zones, l’étendue du domaine public évoluera proportionnellement. Le recul stratégique s’impose, ou s’imposera au-delà des digues et autres ouvrages de protection. Ici, les politiques foncières sont essentielles (cas en France avec le Conservatoire du littoral). Ces politiques foncières peuvent aussi se développer en mer, l’implantation de récifs (et non de digues) pouvant ici ou là contribuer à prévenir les risques majeurs. D’un point de vue juridique, d’autres enjeux émergent : quelle action du Conservatoire du littoral dans les zones à risques? Quelles acquisitions pour quelles finalités?

  • en matière de construction. L’intégration de l’aléa dans la stratégie et le droit peut conduire à une évolution caractérisée du droit de la construction. Les innovations intervenues en architecture démontrent les capacités d’adaptation en la matière, certaines populations ont depuis longtemps intégré la variabilité du niveau des eaux, c’est le cas par exemple des riverains du fleuve Amazone ou des Pays-Bas. La conjugaison urbanisme/construction peut ainsi conduire à intégrer l’aléa dans le schéma urbain et les constructions elles-mêmes. Il est possible d’identifier des zones inondables, mais limitativement constructibles, sous conditions par exemple de surélévation et de moyens de secours intégrés à l’habitat. Ici, le propriétaire assume le risque qu’il prend en construisant. De ce point de vue, la question des coûts de prévention sera posée, comme celle de l’assurabilité du patrimoine.

31Ce schéma, au carrefour des stratégies et du droit, conduit à poser d’autres questionnements pour les autorités en charge de la question des risques et intégrant l’aléa relatif. À titre d’exemple, si le domaine public se constate, le basculement de territoires dans le domaine public imposera de s’interroger sur les autorités compétentes pour planifier le développement urbain, sur le statut des immeubles construits en zone devenue publique, sur la gestion des services publics urbains (eau, assainissement, déchets, énergie, etc.. ).

32In fine, l’intégration de l’aléa relatif dans la stratégie et le droit de la prévention des risques littoraux impose à la fois des obligations précises, assorties d’interdits, notamment dans les zones identifiées comme menacées directement, et une certaine adaptabilité en intégrant l’aléa lui-même, ce qui doit conduire ici moins à interdire qu’à conditionner. La responsabilisation des acteurs est au cœur du droit et de la stratégie. Les préoccupations d’intérêt général doivent constituer l’élément central de ces politiques publiques pour lesquelles il est demandé de l’efficacité tandis que les moyens sont réduits. Si le temps du risque n’est pas le même que celui des mandats électoraux, les difficultés et les insuffisances d’aujourd’hui se solderont nécessairement demain par des catastrophes aux effets inégalés. Une politique publique clairement identifiée, des objectifs précis, voilà quelques éléments incontournables que la méthode de la gestion intégrée des zones côtières pourrait favoriser.

  • 59 Art. l211-12 c.env. créant les zones de rétention temporaire et les zones de mobilité des cours d’e (...)

33Tout le territoire littoral ne pourra être protégé, il sera nécessaire d’adapter la mise en œuvre des moyens de protection (digues et autres équipements) aux objectifs généraux de la prévention des risques. Il pourra s’agir de construire ici, mais peut-être aussi démolir ailleurs. Inéluctablement, la question des moyens sera posée, celle des instruments de prévention (planification, maîtrise foncière), mais surtout le financement et la maîtrise des ouvrages. Quelles solidarités financières, pour quelles finalités, autant de questions à résoudre, sous le feu de l’urgence. À l’instar de la maîtrise foncière développée pour les cours d’eau59, pourrait être envisagée une maîtrise foncière littorale, les zones de « risques littoraux », qui conforteraient ainsi la méthode de recul stratégique. Notons aussi que l’approche anthropocentrique de la prévention des risques littoraux doit être dépassée. En effet, l’environnement, au sens écosystémique, physique, chimique ou biologique doit aussi être traité. Ces zones, comme les estuaires, sont vitales pour de nombreuses espèces, il s’agit donc de les intégrer dans la stratégie et le droit qui en résulte. La prévention des risques littoraux exige de se projeter à la fois dans l’espace et le temps, d’être en capacité de prospective, mais aussi de ferme immédiateté. L’instauration de règles adaptées nécessite des compétences, leur application impose au moins du courage.

Haut de page

Bibliographie

Drobenko, B., 2013, Droit de l’urbanisme Lextenso-Gualino, 8° ed, Paris, 320 p.

Dubois-Maury J. et C. Chaline, 2002, Les risques urbains, Armand Colin, 208 p.

Dubois-Maury, J., 2010, Documents d’urbanisme et développement durable, Ed. Puits Fleuri, 314 p.

Prieur, M. 2011, Droit de l’environnement, Dalloz 6° ed., 1151 p.

Romi, R., 2010, Droit de l’environnement, Ed. Montchrétien, 7° ed., 640 p.

Van Lang, A., 2011, Droit de l’environnement, Ed. Thémis, 544 p.

Haut de page

Notes

1 ONU GIEC Managing the Risks of Extreme Events and Disasters to Advance Climate Change Adaptation – 2011, notamment p.6 et s. 20 et s; - Rapport de l’Agence européenne de l’environnement, juillet 2006 : les zones côtières européennes, qui souligne l’impact de l’urbanisation. MEDAD Bilan de la loi littoral – Rapport septembre 2007.- CGEDD Études et documents : le littoral, chiffres clés n° 32 janvier 2011

2 Institution interdépartementale des wateringues , cf. www.institution-wateringues.fr

3 Loi du 16 septembre 1807 relative au dessèchement des marais

4 Décret du 20 octobre 1937 portant règlement d'administration publique pour l'application du décret loi du 30 octobre 1935 sur le libre écoulement des eaux JORF du 27 octobre 1937, ce texte abroge le décret du 15 août 1858 pris pour l'exécution de la loi du 28 mai 1858, sur les travaux de défense contre les inondations

5 Règles posées par l’art. 2 du décret 55-1164 du 28 août 1955 portant règlement d’administration publique pour l’application de l’article 91 du code de l’urbanisme et de l’habitation, modifié par le décret 61-1297 du 30 novembre 1961, puis le décret 77-755 du 7 juillet 1977, modifiant ces dispositions devenues R 111-3 du code de l’urbanisme

6 Décret 79-716 du 25 août 1979 : directive relative à la protection et à l’aménagement du littoral.- JO 26 août 1979

7 Loi 86-2 du 3 janvier 1986 relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral- JO du 4 janvier 1986

8 Loi 82-600 du 13 juillet 1982 relative à l’indemnisation des victimes de catastrophes naturelles (JO du 14 juillet 1982), et le décret 84-328 du 3 mai 1984 relatif à l’élaboration des plans de prévention des risques naturels prévisibles – Jo du 6 mai 1984

9 Art. 5 de la loi précitée

10 Loi n° 87-565 du 22 juillet 1987 relative à l’organisation de la sécurité civile, à la protection de la forêt contre l’incendie et à la prévention des risques majeurs. JO du 23 juillet 1987

11 Article L.121-12 du code de l’urbanisme créé par l’article 47 de la loi 83-8 du 7 janvier 1983 relative à la répartition des compétences entre les communes, départements et les régions, précisé par l’article R.121-13 c.urb. dont le 1° précisait qu’il pouvait être destiné à « la prévention des risques » (ce que reprend l’actuel R.121-3 c.urb.)

12 CAA Marseille, 5 décembre 2011 Association Trebon Campagne req. n° 09MA01711

13 CAA Marseille 21septembre 2006 Commune de Cabries req. n°03MA00367

14 Article R 123.1 du code de l’urbanisme

15 Article R 123.11 du code de l’urbanisme

16 Article R 123.14 1° et 7° du code de l’urbanisme

17 Conseil d'État 16 février 2007 Préfet de Charente Maritime req.n° 276363

18 CAA de Nancy 12 mars 2009 Préfet des Ardennes req. n° 08NC00279

19 Règlement n° 2012/2002 du 11 novembre 2002, instituant le Fonds de solidarité de l’Union européenne (JOCE n° L 311, 14 novembre 2002).

20 Article 3 du règlement n° 2012/2002, précité.

21 Pour le Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, articles L 212.1 et s. du code de l’environnement, et pour les Schémas d’aménagement et de gestion des eaux, articles L 212.3 et s. du code de l’environnement.

22 la loi 95.101 du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement qui va imposer l’intervention de l’État.

23 Art. 564-1 c.env.

24 Art. L562-1 et s. c.env.

25 Art L 562-‘ c. env.

26  CE 4 mai 2011 Commune de Fondettes req.321357

27 Art. L561-1 c.env.

28 Article L211-1é c.env. créé par l’article 48 de la loi 2003-699 du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages

29 Art. L563-5 c.env.

30 Charte de l’environnement, art. 7, art. L125-2 c.env.

31 Art. L 125-5 c.env.

32 Art. L125-2- 2° al. C.env.

33 Directive 2007/60 du 23 octobre 2007 relative à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondation JOUE L288/27 du 6 novembre 2007

34 Art. 221 de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement (1) - JORF n°0160 du 13 juillet 2010

35 ONU-GIEC Le changement climatique et l’eau – 2008 – Document technique VI du GIEC, notamment, p. 67 et s ;

36 ONU GIEC Managing the Risks of Extreme Events and Disasters to Advance Climate Change Adaptation – 2011 précité

37 ONU A/CONF.206/6- Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes, Rapport de la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes, Kobe (Hyogo, Japon), 18-22 janvier 2005

38 AG des Nations Unies du 25 février 2010 réf. 64/200. Stratégie internationale de prévention des catastrophes naturelles

39 Résolution 212-1990 du 6-8 mars 1990 du Conseil de l’Europe – Conférence des pouvoirs locaux et régionaux de l’Europe sur les grandes inondations et le rôle des pouvoirs locaux et régionaux

40 Cf. rapport GIEC 2008 précité

41 Cf. notamment rapport de la Cour des Comptes précité, p. 17 et s. Rapport du MEDDE Première évaluation nationale des risques d’inondation – 2012, qui évalue à 400 millions d’euros par an le coût moyen annuel lié aux dommages causés par les inondations en France

42 CEDH - Arrêt du 30 novembre 2004 - AFFAIRE ÖNERYILDIZ c. TURQUIE - (Requête no 48939/99)- arrêt définitif

43 CJUE, 28 février 1991 Commission contre République fédérale allemande- Affaire C-57/89

44 Parmi les nombreux exemples : Conseil d'État 2 octobre 2002 METL c/Grondin req. n° 232720, Conseil d'État 16 juin 2008 Commune de Muret req. n° 307755, CE 31 août 2009 Commune d’Arhansus req. n° 316936

45 Initiative européenne de gestion durable de l'érosion côtière, www.eurosion.org.

46 Commission des Communautés Européennes - Livre vert “Vers une politique maritime de l’Union: une vision européenne des océans et des mers” - COM(2006) 275 final du 7 juin 2006, P.30

47 Cour des Comptes Rapport public juillet 2012 relatif aux enseignements des inondations de 2010 sur le littoral (Xynthia) et dans le Var, notamment p. 17 et s.

48 Cf. notamment, p. 51 et s.

49 Rapport Cousin “propositions pour une stratégie nationale de gestion du trait de côte, du recul stratégique et de défense contre la mer, partagée entre l’État et les collectivités territoriales” novembre 2011

50 Précité, p. 15

51 CGEDD Études et documents - Impacts à long terme du changement climatique sur le littoral métropolitain – n° 55 octobre 2011

52 Cf. rapport de la Cour des Comptes 2012, rapport Cousin 2011 précités

53 NASA – Probing the impact of climate change on wildlife, Ecosystems Avril 2011 http://www.nasa.gov/topics/earth/features/climatel

54 Cf. rapport sur le bilan de la loi littoral et les mesures en faveur du littoral, notamment, p. 50 et s. rapport Cousin précité, p. 13 et s.

55 Cf. rapports du GIEC 2008, CGEDD n° 55 - 2011, notamment p. 25 et s., précités

56 CE 30 décembre 2011 Commune de Neuilly sur Seine req. n° 324310 , les obligations aux regards des plans locaux d’urbanisme reste ambigüe (cf. L126-1, R 123-14 c.urb.)

57 Art. 2111-5 CGPPP

58 CAA Nantes 10 novembre 2009 MEEDDM req. N° 09NT00379

59 Art. l211-12 c.env. créant les zones de rétention temporaire et les zones de mobilité des cours d’eau

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Drobenko, « Risques littoraux : entre stratégie et droit », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 21 | avril 2015, mis en ligne le 20 février 2015, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/15787 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.15787

Haut de page

Auteur

Bernard Drobenko

Professeur des Universités - Droit public, directeur du master « Droit de l'environnement littoral et marin », Campus international de la mer et de l'environnement littoral, Communauté universitaire Lille-Nord de France, Université du Littoral Côte d'Opale - Droit, Laboratoire territoires, villes, environnement et société (TVES-ULCO - Droit), EA 4477), membre du Centre international de droit comparé de l'environnement, Limoges, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search