Navigation – Plan du site
2015

Agricultures singulières

Béatrice Lefebvre
Référence(s) :

Mollard, Éric et Annie Walter (directeurs), 2008, Agricultures singulières, IRD Éditions, 343 pages, ISNB 978-2-7099-1623-3

Texte intégral

1Le voyageur routier peut certainement constater une certaine homogénéité dans le paysage agricole des pays industrialisés. À l’opposé, l’ouvrage recensé nous offre une vision inusitée de la production agricole. Les systèmes de production alimentaire évoqués dans celui-ci furent développés au cours de processus d’adaptation à l’environnement physique et social. Ils démontrent l’ingéniosité humaine déployée pour s’adapter à des conditions environnementales difficiles tout en conservant le patrimoine écologique. Les pratiques culturales mises en valeur par ce livre sont adaptées à des milieux hostiles et elles illustrent le savoir-faire des paysans. Les systèmes mis en œuvre sont intimement liés aux cultivars privilégiés par les peuples et les auteurs ont porté, généralement, une attention particulière au contexte de mise en place de ceux-ci et au mode de gestion requis. Agricultures singulières expose des résumés de recherches menées par des chercheurs associés à l’Institut de recherche sur le développement (IRD) et l’ouvrage cherche à mettre en valeur des techniques agricoles peu prises en compte par les programmes de développement et les décideurs politiques. Plusieurs de celles-ci sont menacées d’abandon au profit des techniques modernes qui visent souvent à adapter l’environnement plutôt qu’à s’adapter à celui-ci. Bien que les techniques illustrées ne pourraient pas nécessairement être transposées, telles quelles, dans d’autres contextes, leur étude est essentielle afin de proposer des recommandations appropriées pour accroitre le rendement des cultures et améliorer les conditions de vie des paysans vivants dans des conditions environnementales et sociales similaires à travers le monde.

2Le style de rédaction convenant à des lecteurs profanes rend l’ouvrage accessible tout en conservant une grande rigueur scientifique. Les explications touchent les conditions climatiques, géologiques et sociales dans lesquelles les techniques furent développées. Constitué sous forme de fiches techniques, on y retrouve des détails sur la nomenclature des diverses appellations, sur la localisation géographique, sur la conduite technique ainsi que sur l’histoire et la société. De plus, les fiches contiennent des cartes géographiques, des photos, des références et, dans plusieurs cas, des croquis. Les étudiants et chercheurs trouveront dans cet ouvrage les données essentielles pour chacune des techniques ainsi que des références pour ceux qui désirent en apprendre davantage. Par contre, les références ne sont pas incluses dans le texte, ce qui peut allonger le temps nécessaire pour retrouver la source des informations. De plus, certains termes utilisés nécessitent d’être revus tels que l’emploi du terme « Indiens » pour désigner les autochtones d’Amérique. Cette appellation inappropriée mériterait d’être changée dans une future édition. Ensuite, les impacts potentiellement négatifs sur l’environnement de certaines cultures sont manquants dans plusieurs fiches. Étant donné la fragilité de certains écosystèmes tels que les mangroves, la mention des impacts de l’aménagement de ces zones aurait été un ajout pertinent. Enfin, la provenance disciplinaire diversifiée des auteurs, tout en étant un atout, se constate dans le détail accordé à certaines sections des fiches comparativement aux autres. L’index des auteurs peut permettre de mieux comprendre l’approche ayant été privilégiée pour analyser chacune des techniques.

3Les fiches sont regroupées selon la similitude des techniques en chapitres qui, eux-mêmes, composent les trois grandes parties du livre. Ces trois sections sont : Maîtriser l’eau; Cultiver les terres arides; Irriguer, fertiliser et planter. Les deux premières parties contiennent des techniques utilisées dans des conditions environnementales semblables alors que la troisième aborde des techniques utilisées dans des conditions environnementales diverses. À la fin de l’ouvrage, on retrouve, bien entendu, une importante section bibliographique ainsi qu’un index botanique permettant de retrouver facilement les techniques utilisées pour chacune des plantes cultivées.

4Dans la première section, Maîtriser l’eau, les auteurs introduisent tout d’abord les caractéristiques des différents milieux humides (tourbières, marais, lagunes et marécages) ainsi que leurs rôles multiples dans l’écosystème et pour les civilisations humaines. Puis, les fiches techniques sont divisées en quatre chapitres démontrant un gradient du niveau d’artificialisation du milieu à l’aide des diverses techniques abordées : Suivre la décrue, Cultiver dans l’eau, Surélever les cultures, Aménager les marais et les étangs. Les techniques liées à la culture de décrue se pratiquent sur des terres humidifiées par le passage de la crue survenant en saison des pluies. Pratiquées depuis l’Antiquité sur les bords du Nil, elles conviennent aux plantes résistantes à la sècheresse. La culture dans le lit des lacs et des cours d’eau convient aux plantes aquatiques et à celles qui poussent dans les eaux peu profondes. Les pratiques visant à surélever les cultures consistent à aménager un réseau de drainage dans des zones marécageuses ou inondables. Les techniques d’aménagement des marais et des étangs transforment ces terres humides en cultures hautement productives.

5La deuxième partie Cultiver les terres arides commence par l’exposition des conditions météorologiques propres aux milieux arides qui caractérisent environ le tiers des terres émergées du globe. Les techniques exposées répondent donc à de fortes contraintes pour conserver les ressources hydriques lors des périodes de sècheresse, pour lutter contre l’érosion et la salinisation des terres, pour protéger les cultures des diminutions importantes des températures nocturnes et pour l’évacuation et la captation des eaux de pluie lors des averses diluviennes. Certains arbres fruitiers ayant un développement racinaire profond tel que le dattier sont bien adaptés à ces conditions extrêmes. Des plantes telles que le jojoba, certaines variétés de mil et de haricots ainsi que le sésame sont aussi cultivées dans ces régions. Les fiches de cette section sont divisées selon le type d’agriculture, la provenance de l’eau (pluie, brouillard et rosée, crue des eaux de surfaces ou nappe phréatique) ainsi que la façon dont celle-ci est emmagasinée. Les fiches correspondent à des techniques de collecte des eaux de pluie et de gestion des crues. Elles incluent aussi les techniques visant à freiner l’évaporation et à retenir les brouillards ainsi qu’à capter les eaux souterraines. Parmi celles-ci, une explication fascinante de l’arbre fontaine des îles Canaries nous remémore que l’adaptation de la nature qui nous entoure a permis à l’humanité de survivre aux conditions extrêmes. Enfin, la dernière section du livre est consacrée aux techniques d’irrigation, de fertilisation et de plantation. Le premier chapitre de cette section décrit des techniques très simples telles que l’arrosage au pot à Oaxaca au Mexique jusqu’aux canteros des Andes de l’Équateur. Le chapitre sur La fertilité des sols relate les techniques d’enrichissement naturel des sols par l’ajout d’engrais végétal ou de déchets organiques divers (os, restes de poissons, etc.) Finalement, le chapitre sur la plantation décrit les techniques utilisées pour aménager des espaces fertiles adaptées aux diverses plantes cultivées telles que le taro, l’oignon, le riz, la patate douce, l’igname, la coca, la vigne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Lefebvre, « Agricultures singulières », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 08 mai 2015, consulté le 31 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/15852

Haut de page

Auteur

Béatrice Lefebvre

Candidate au doctorat en sociologie, Université du Québec à Montréal, Québec, Canada, courriel : beatrice.i.lefebvre@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page