Navigation – Plan du site
2015

Diversité alimentaire et prééminence du riz dans les habitudes de consommation au Cameroun

Sariette Batibonak et Claudine Defo

Résumés

Le Cameroun dispose d’un potentiel naturel sous-exploité. Des dizaines d’aliments d’origine végétale permettent d’apprécier un pan de l’importance de ses ressources. La richesse de ses forêts et de ses terres est attestée par diverses études. Malgré cette multitude de ressources alimentaires, seule une quinzaine d’entre elles font partie des choix alimentaires des populations. Cependant, depuis des décennies, force est de constater que les populations recourent prioritairement au riz, négligeant ainsi les richesses alimentaires à disposition. Comment comprendre cet enclin à consommer principalement les produits rizicoles ? À travers cet article de réflexion, nous esquissons un paradoxe entre ce potentiel en ressources alimentaires et le choix des populations portées vers la consommation du riz dans un contexte de mutation des habitudes alimentaires. Par une approche anthropologique, la réflexion aboutit à la conclusion selon laquelle les ménages camerounais portent leur dévolu prioritairement sur les produits rizicoles.

Haut de page

Texte intégral

1Selon les constats de l’Organisation des Nations-Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO, 2014 : 8), la faim constitue l’un des problèmes les plus graves dans les pays à faibles revenus. Elle touche plus sévèrement les pays qui traversent des problèmes alimentaires. Avec 52% de la population concernés, le Cameroun ne fait pas exception (FAO, 2014 : 44). Le potentiel des ressources naturelles, la fertilité du sol, la diversité des zones agricoles entraînent nécessairement la diversité des denrées alimentaires (Kouam Netcha, 2006 : 2-6). Dans un contexte où les plantes sont la principale source de vivres, ce pays tient sa particularité du contraste entre la richesse de son potentiel de production végétale et sa dépendance à la consommation de riz et de blé (FAO, 1999 : 5). En effet, malgré ce potentiel, le riz reste l’une des denrées alimentaires les plus consommées. Comment expliquer cette surconsommation de riz ? Telle est la question principale qui guide cette réflexion, basée sur une observation des habitudes alimentaires. La diversité alimentaire tranche avec la richesse des terres dans un contexte de prééminence du riz sur la base du changement des comportements alimentaires.

2L’objectif de ce regard de terrain est de montrer comment un peuple peut faire abstraction de sa diversité en ressources naturelles au point de dépendre d’une seule denrée alimentaire. Il s’agit de présenter la diversité des produits vivriers contrastant avec la surconsommation du riz au Cameroun. Cette étude s’ancre dans l’idée selon laquelle les ressources alimentaires peuvent être délaissées par un effet de mimétisme. Une brève ethnographie basée sur un corpus de résidents à Yaoundé et à Douala entre 2014 et 2015 servira à comprendre ce phénomène.

Cadre d’observation et ancrage de la réflexion

3La présente réflexion est un regard de terrain autour de la thématique diversité alimentaire et consommation de riz au Cameroun (FAO, 1999). S’appuyant sur les questions-guides, il s’agit de comprendre la réalité de la diversité alimentaire, la surconsommation de riz ainsi que le changement d’habitudes alimentaires. Les questions ci-après ont servi à meubler cette esquisse de recherche qualitative. Avez-vous constamment le riz dans votre stock alimentaire ? Consommez-vous le riz plus de trois fois par semaine ? Quels aliments consommez-vous en famille ? Comment êtes-vous parvenu à avoir régulièrement le riz dans votre stock alimentaire ? Comment êtes-vous parvenu à consommer le riz plus de trois fois par semaine ?

  • 1 Dans le cadre de cette enquête, nous utilisons les prénoms de dix femmes interviewées : Alma, Améli (...)

4Ce questionnaire a servi de canevas d’entretien avec dix femmes âgées de 48 à 59 ans. L’entretien avec sept chefs de ménage à Yaoundé et trois à Douala a permis de comprendre les mobiles de la surconsommation de riz, puis de la mutation des comportements alimentaires. En effet, lorsque les femmes sont responsables des dépenses alimentaires, elles influencent l’accès à la nutrition de qualité (PAM, 2009 : 100). Pour qu’un répondant soit retenu, il fallait que les deux premières questions aient une réponse affirmative. Avant de retenir la dizaine de familles ethnographiées, nous avons procédé à une pré-enquête auprès de vingt-et-une femmes (quatorze à Yaoundé et sept à Douala) sur la base des deux premières questions. Ces questions préliminaires ont servi à éliminer un nombre de répondantes et de retenir la dizaine que nous avons observée durant la période de juin 2014 à janvier 20151.

5Nous partons d’un postulat sur l’Afrique attesté depuis des décennies : les régimes alimentaires des Africains en général et ceux des Camerounais en particulier, malgré leur diversité ethnique, sont caractérisés par une monotonie (Favier, 1968 : 23-24). Au Nord le mil, au sud le plantain, à l’ouest la banane ou la banane plantain, au centre et à l’est le couscous de maïs ou de manioc. Ainsi se résument les habitudes alimentaires des populations de toutes les régions. Ce constat observé dans les années 1960 est validé par les recherches de Raimond et al. (2005) des décennies plus tard. Cet ouvrage collectif exprime par ailleurs le phénomène d’acculturation et de mimétisme dans les habitus alimentaires (Raimond et al., 2005 : 14). Les comportements alimentaires ont par ailleurs varié. Pour nourrir les membres de leur famille, les responsables des ménages ont le choix entre la monotonie et la diversité.

Diversité alimentaire

  • 2 Ces aliments « restent indispensables et doivent rapporter idéalement entre 50 et 60% des calories (...)

6Diverses grilles peuvent servir à classifier les aliments. L’une considère les différentes origines. Sous cet angle, on distingue les aliments d’origine animale, halieutique et végétale (Atancho, 2013 : 154). Au Cameroun, lorsqu’on parle d’alimentation, l’élément principal est d’origine végétale. Sans négliger les autres sources de l’alimentation de l’homme, nous ne mettons l’accent que sur certains aliments d’origine végétale. Nous jetons notre dévolu sur cette catégorie dans le contexte déjà affirmé de « monotonie » (Favier, 1968 : 23-24) où « les végétaux constituent l’essentiel des aliments consommés » (Pelé et Le Berre, 1966 : 4)2 et sont considérés comme « aliment de base ou plat principal » (FAO, 1999 : 5). Le Cameroun est constitué de dix Régions. D’une Région à une autre, la consommation varie. La carte alimentaire exhaustive du pays peut faire l’objet d’une étude antérieure. Les lignes qui suivent présentent un bref aperçu des denrées alimentaires.

  • 3 En fonction des classifications, on peut mentionner aussi le cas des légumes, des légumineuses, des (...)

7Les denrées alimentaires d’origine végétale camerounaises sont diverses. Des recherches antérieures en font des états éloquents (Pelé et Le Berre, 1966 : 5-35 ; FAO, 1999 : 4-8 ; Raimond et al., 2005). Dans le cadre de cette étude, seuls seront pris en considération quelques tubercules, féculents, céréales et légumineuses3 tels que la banane, le plantain, le macabo, le taro, les ignames, le manioc, le haricot, la patate douce, la pomme de terre, le maïs, le mil, le sorgho, le blé et le riz. Cette quinzaine de produits alimentaires est citée par l’ensemble des répondantes lors de notre enquête. Les fruits, légumes, autres légumineuses et céréales mentionnés sont : la papaye, l’ananas, les agrumes (oranges, clémentines, citrons, pamplemousses), casse-mangue, mangue, corossol, les arachides, les feuilles (de manioc, de bitter, etc.). La liste n’est pas exhaustive.

  • 4 Ses ressources agricoles sont aussi exportées entre autres vers le Gabon, le Tchad, le Nigéria, la (...)

8La liste des vivres commercialisés sur les marchés de Yaoundé et de Douala est effectivement longue. En substance, les femmes interviewées penchent à l’unanimité pour la variété observée dans leur environnement commercial. Selon Rachid, « plusieurs féculents s’achètent sur nos marchés à toutes les saisons ». Amélie précise que « l’abondance des vivres sur les marchés est la norme ». Leurs propos peuvent se résumer en cette affirmation de Danièle : « Sur nos marchés, on trouve tout genre d’aliment […]. Notre sol est assez fertile pour produire tout ». Cette affirmation est certes très générale. Cependant, elle illustre en partie le potentiel camerounais en matière de denrées agricoles. L’étude menée sur la fertilité du sol nord-camerounais réfute cette généralisation en précisant la fragilité et la faiblesse du niveau de fertilité (M’Biandoun et al., 2005 : 247-248). Cette conclusion sur la fertilité vaut pour le septentrion. La partie méridionale est plus concernée par la fertilité et la productibilité des sols. « Les nuances climatiques (climats équatorial, tropical humide et tropical sec) et pédologiques que l’on rencontre du nord au sud du pays engendrent un potentiel agricole riche et très diversifié. La gamme des produits cultivés s’étend des cultures vivrières (mil sorgho, manioc, ignames) aux cultures d’exportation (banane, ananas, café, cacao, huile de palme, coton). Quelques cultures non traditionnelles sont apparues plus récemment (pomme de terre, oignon, haricot) » (Banque Mondiale, 2009 : 2). Grâce à une agriculture dynamique, le Cameroun atteint donc plus de 80% d’autosuffisance alimentaire (Ibid)4.

9L’ouest, le nord-ouest et le sud-ouest enregistrent un fort taux de denrées alimentaires d’origine végétale. Dans ces zones, les paysans cultivent diverses variétés (Kouam Netcha, 2006 : 2). Très régulièrement, on retrouve, dans leurs diverses espèces les produits vivriers tels que la banane, le plantain, le manioc, le haricot, la patate, le macabo. Le positionnement des comptoirs des marchés de Yaoundé et Douala permet de reconnaître l’emplacement des aliments selon leurs origines. « Une femme Bamiléké préfère acheter les arachides de l’ouest », précise Perside. Quant à Alma, originaire de la région du Centre, elle s’approvisionne en céréales auprès des commerçantes du département du Mbam.

10Acheter les denrées disponibles au prix abordable, se procurer principalement les aliments les plus disponibles sur le marché devient la solution idoine pour répondre aux besoins énergétiques. Considérant ce qui précède, on peut conclure que les produits de consommation ne sont pas rares sur le marché. On est dès lors en droit de questionner les mobiles de la concentration sur les produits rizicoles.

Prééminence du riz

11Matthias Halwart déclare à l’occasion de l’année internationale du riz en 2004 : « Le riz, c’est la vie » (FAO, 2003 : 14). En tant qu’aliment de base, les produits rizicoles constituent la base d’un régime alimentaire traditionnel. Le riz est le plus consommé dans le monde en général, en tant que graines entières cuisinées dans les ménages (Ibid.). Dans le cadre de cette réflexion, nous entendons par focalisation sur un aliment, le fait qu’un ménage soit en mesure d’user d’une quinzaine d’aliments. Pourtant, la priorité est donnée à un seul, car il est utilisé au moins trois fois par semaine. La consommation du riz apparaît dans tous les ménages que nous avons ciblés. En effet, selon les répondantes, une longue liste figure sur le répertoire des aliments traditionnellement consommés. Seulement, dans la réalité, « il est facile d’oublier la diversité pour se concentrer sur ce qui se trouve sur le marché ». Ces propos de Milène révèlent une des postures de négligence de la variété des aliments, fondée sur l’achat des denrées disponibles.

12Concernant la propension à utiliser du riz, les raisons données sont nombreuses : facilité de la cuisson, faculté à conserver, prix accessible, utilisation flexible avec d’autres compléments alimentaires, imitation des habitudes, abondance sur le marché, régularité sur les marchés tout au long de l’année, appréciation par toutes les catégories de personnes (enfants, jeunes, adultes). L’objectif n’est pas de classifier ces raisons ni de les hiérarchiser. Ce répertoire sert à comprendre les mobiles du glissement des habitudes alimentaires. Les autres femmes l’expriment de façon plus explicite : « Le riz se conserve facilement. C’est bon marché et accessible ». « Les autres aliments sont pour le vieux temps ». « C’est la mode et c’est plus moderne ». « C’est un aliment universel. Tout le monde préfère le riz ». « Le riz se trouve partout ». « A toutes les cérémonies, on peut servir du riz ». Nous recueillons ces affirmations respectivement de Rachid, Sandra, Anita, Catherine, Martine et Alma. Les opinions des consommateurs montrent les modalités intervenant en matière de choix dans la nutrition. La dialectique tradition-modernité est clairement mentionnée. La conservation, l’universalité, la facilité à acquérir cette denrée sont des données qui apparaissent lors des réponses. Se comporter selon la mode est l’une des raisons évoquées. Ainsi, diversifier les aliments relève du passé, tandis que se tourner vers le riz est plus moderne. Au total, le riz semble préféré « de tous », apprécié « par tous », son goût est partagé « par tous », accessible « à tous », et « surtout, bon marché ».

13En temps de crise, les populations développent le réflexe de se procurer des aliments de moindre valeur. Le contexte de pauvreté et de rareté des moyens de subsistance a été largement évoqué par les répondantes à notre enquête. Il en ressort que l’augmentation des revenus d’un ménage améliore la diversité de son alimentation. « La relation entre les revenus et la diversité alimentaire est illustrée […] par l’exemple du Cameroun » (PAM, 2009 : 99). Plus une famille a des ressources financières, plus elle diversifiera sa consommation en général et son alimentation en particulier. Les ménages pauvres sont donc les plus concernés par ce lien entre « revenus » et « diversité alimentaire ». Considérant la diversité des aliments d’origine végétale évoquée ci-dessus et la priorité donnée à la consommation du riz, on est en droit de croire que le manque de revenus peut être une cause non négligeable de l’orientation vers le riz au Cameroun. Perside pense que « toutes les femmes aimeraient varier les repas, mais lorsqu’elles voient le modeste budget alloué à l’alimentation, elles se trouvent obligées de se tourner vers l’aliment le plus accepté, le plus facile et le plus accessible sur le marché ». Le prix des aliments de base est élevé par rapport au pouvoir d’achat des consommateurs. Malgré les disponibilités alimentaires, les coûts élevés s’érigent en obstacle (Pam, 2009 : 98-99). Les budgets des ménages ne leur permettent pas d’accéder facilement à diverses formes de nutrition.

14Au total, cette observation confirme le postulat de la monotonie des régimes alimentaires dans les ménages de notre échantillon. Malgré la diversité et la disponibilité des vivres d’origine végétale, on constate la prééminence du riz parmi les produits consommés dans ces ménages. Ce changement de comportements alimentaires rime avec adaptation au contexte économique, ouverture au monde, acception des nouvelles données vers les autres cultures et influence des changements par les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Conclusion

15Au final, il est possible de se passer de la diversité alimentaire pour se focaliser principalement sur un aliment : le riz. Le constat est au passage d’une alimentation plurielle à une espèce de mono-alimentation ou encore, à la sous-consommation des produits locaux et des produits viviers disponibles. La diversité agricole est délaissée au profit des comportements uniformisés. De tout temps, les peuples sont passés par des mutations des habitudes alimentaires. Les habitus des consommateurs ont été observés à travers un micro corpus. Les postures des répondantes ont permis de constater les mobiles de la préférence du riz. Plusieurs facteurs sont à la base de ce comportement alimentaire. Dans un contexte de mondialisation où le transfert des cultures devient la norme, le transfert des habitudes alimentaires n’est pas exclu. Les produits couramment consommés dans les peuples se diffusent par effet de mode et à coup sûr par la généralisation des moyens de communication. La situation de crise économique encourage les ménages dans la consommation d’un produit vivrier, facilement accessible, pratique et de moindre coût.

Haut de page

Bibliographie

Atancho, V., 2013, Revue et analyse des stratégies nationales d’investissements et des politiques agricoles en Afrique du Centre : Cas du Cameroun, Elbehri A. (ed.), Reconstruire le potentiel alimentaire de l’Afrique de l’Ouest, Rome, FAO/FIDA, pp. 125-159.

Banque Mondiale, 2009, Les politiques agricoles à travers le monde : quelques exemples, Washington, BM, 4 p.

FAO, 1999, Données statistiques des produits forestiers non ligneux au Cameroun, Rome, FAO, 36 p.

FAO, 2003, Rapport de l’atelier de la FAO-ADRAO sur l’intégration de l’irrigation et l’aquaculture, Rome, FAO, 44 p.

FAO, 2007, Bulletin de la Commission Internationale du Riz, Vol. 56, Rome, FAO, 98 p.

FAO, 2014, L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde, Rome, FAO, 62 p.

Favier, J.-C., 1968, L’alimentation au Cameroun, Bulletin de liaison de l’Association des pharmaciens français pour la lutte contre la faim dans le monde, 5, pp. 23-26.

Kouam Netcha, R., 2008, Des bœufs pour fertiliser les sols, AGRIPADE, 24, 2, Dakar, IED, p. 2-9.

M’Biandoun, M., et al., 2006, Caractérisation de la fertilité de sol en fonction des mauvaises herbes présentes, Tropicana, 24, 4, pp. 247-252.

PAM, 2009, 214, Rome, PAM-Earthscan, p.

Pelé, J. et S. Le Berre, 1966, Les aliments d’origine végétale au Cameroun, Paris, ORSTOM, 234 p.

Raimond, C. et al., 2005, Ressources vivrières et choix alimentaires dans le Bassin du lac Tchad, Paris, IRD-Prodig, 768 p.Image 100002000000000F0000000FB2B99449.png

Haut de page

Notes

1 Dans le cadre de cette enquête, nous utilisons les prénoms de dix femmes interviewées : Alma, Amélie, Anita, Cathérine, Danièle, Martine, Milène, Perside et Rachid.

2 Ces aliments « restent indispensables et doivent rapporter idéalement entre 50 et 60% des calories de la ration sous forme de glucides » (Pelé et Le Berre, 1966 : 4).

3 En fonction des classifications, on peut mentionner aussi le cas des légumes, des légumineuses, des fruits.

4 Ses ressources agricoles sont aussi exportées entre autres vers le Gabon, le Tchad, le Nigéria, la République centrafricaine et la Guinée équatoriale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sariette Batibonak et Claudine Defo, « Diversité alimentaire et prééminence du riz dans les habitudes de consommation au Cameroun », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 18 mai 2015, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/15980 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.15980

Haut de page

Auteurs

Sariette Batibonak

Doctorante en anthropologie, Aix-Marseille Université, 29, avenue Robert Schuman 13621 Aix-en-Provence Cedex 01, France, Courriel : sbatibonak@yahoo.fr

Claudine Defo

Docteur en Géographie, Université de Yaoundé I, BP 337, Yaoundé, Cameroun, Courriel : claudinedefo@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page