Navigation – Plan du site
2015

Oscillation : bioadéquation et bien-être sont-ils l'avenir d'un progrès durable pour nos enfants ?

Franck Raffegeau et Eric Tromeur

Résumés

Dans les décennies à venir, l'adaptation au changement climatique est une question vitale pour la perpétuation des espèces végétales et animales, dont l’espèce humaine. Alors vers quel type d'adaptation souhaitons-nous aller ? L’usage du mot « adaptation » est aujourd'hui confus. Les notions « d’adaptation », de dynamiques de développement des espèces, dont celle de l’humain et de leurs « relations de dépendances » semblent mal comprises par les leaders d’opinion, les décideurs publics et les profanes. La question de l’adaptation au réchauffement climatique est-elle bien posée en termes de bien-être d’humanité et de progrès sociétal ? Les auteurs s’interrogent sur la hauteur de vue que l'humain doit atteindre pour une meilleure vision de son devenir dans et sur la nature, mais aussi de son épanouissement relationnel et comportemental avec les autres espèces pour un mieux-être comme source de bien-être et indicateur de progrès. Trois perspectives différentes de la conception commune de l'adaptation dans la société occidentale sont proposées : la bioadéquation, la compensation et l'adaptation. Ces trois sens contribuent à replacer l'humain comme être biologique et espèce animale vivant en relation avec d’autres espèces domestiques et sauvages. Aussi dans le contexte de notre dynamique de développement en zones urbaines et périurbaines, ce discernement participe à ouvrir le débat sur les aptitudes réelles de réponses des espèces face aux aléas du changement climatique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour réagir à ce texte, visitez le carnet de recherche de [VertigO] en cliquant ici : http://vertigo.hypotheses.org/1878

Texte intégral

Introduction

  • 1 +0,75°C au cours des cent dernières années allant de 1906 à 2005 selon le Groupe d'Experts Intergou (...)
  • 2 La phénologie est l'étude de l'occurrence d'événements périodiques de la vie animale et végétale en (...)

1L’adaptation des nations et de leur population à l’augmentation moyenne de la température planétaire1 et à l’accroissement potentiel de l’intensité et/ou de la fréquence de certains aléas climatiques (sécheresse, ouragans, inondations, effet d'îlot de chaleur…) constitue un enjeu vital pour l'avenir de tous les organismes biologiques dont l'humain et ses sociétés. Les effets directs du réchauffement climatique tels que les changements dans la phénologie2 et la distribution des espèces, se croisent avec les impacts sur l'habitat, l'invasion d'espèces étrangères et les interactions écologiques entre espèces. Les relations de dépendances (notamment trophiques) entre espèces sont donc sensibles et vulnérables selon l'évolution de l'environnement.

  • 3 On préférerait utiliser les mots « diversité biologique » pour parler de la biodiversité. Plus expl (...)

2La mesure des impacts du changement climatique sur la biodiversité3 est un défi considérable, mais la mise en évidence de changements observés reste difficile du fait de l'importance de la multiplicité des paramètres. Cependant, plusieurs études ont permis d'identifier le changement climatique comme la principale cause des modifications de la phénologie et de la distribution des espèces végétales et animales à travers le monde (Mantyka-Pringle et al., 2012 ; Chen et al., 2011 ; Amano et al., 2010 ; Singer et Parmesan, 2010 ; Parmesan, 2006 ; Root et al., 2003). Deux variables majeures permettent d’apprécier la diversité biologique : l’abondance et la variabilité. L’abondance détermine directement la quantité de services produits au bénéfice de l’humain et la probabilité de leur maintien. Dans la crise climatique actuelle, au-delà de l’extinction des espèces, c’est la raréfaction quantitative et qualitative qui pose un problème considérable. La variabilité est un facteur majeur du potentiel d’adaptation de la biodiversité et donc de sa survie (Centre d'analyse stratégique, 2011).

3L'augmentation conjointe de la prise de conscience des enjeux de la diversité biologique avec la loi de 2008 sur la Responsabilité environnementale, la Conférence internationale de Nagoya en 2010, ou encore l'application en France de la Stratégie nationale pour la Biodiversité (SNB) de 2011 a eu pour conséquence de mettre en avant la nécessité de répondre aux enjeux de préservation. Un pas supplémentaire en faveur de la préservation et du développement des habitats naturels a été franchi en novembre 2012 via la mise en place de la norme AFNOR NF X10-900 «Génie écologique - Méthodologie de conduite de projet appliqué à la préservation et au développement des habitats naturels - Zones humides et cours d'eau », aidant à répondre aux enjeux fixés par des actions réglementaires et politiques sur la diversité biologique tant en France que dans le monde (Ecollectivité Magazine, 2012).

  • 4 En toute logique, il devrait être préférer le mot « soutenable » proposé en 1987 dans le rapport « (...)

4Cependant, depuis les années 1990, les approches environnementales mettent plutôt l’accent sur la protection du milieu que sur le bien-être des habitants (Le Goff, 2012). L’humain axe ses projets urbains actuels sur le développement durable4 en intégrant qu’indirectement les enjeux de santé. Les villes et leurs environnements immédiats où plus de la moitié de la population mondiale (plus de 75% en France) se trouve concentrée, présentent pourtant des vulnérabilités particulières sur les plans biologiques, sociaux, économiques, énergétiques et climatiques. Une des vulnérabilités énergétiques bien connue est celle due aux disponibilités en combustibles fossiles indispensables aujourd'hui au confort physiologique des communautés humaines et à leurs moyens de transports, de productions de biens matériels et d’infrastructures. Par ailleurs, la surface territoriale des zones urbanisées, leur démographie, ou encore leur densité peuvent par exemple accentuer parfois des effets d'îlots de chaleur. A titre d’exemple, un événement caniculaire peut impacter les quantités et qualités disponibles d'eau et de « combustibles alimentaires » (aliments) nécessaires aux besoins physiologiques des individus de chaque espèce (dont l’humain).

5Bien que l’adaptation au changement climatique ait d’abord été mise au second rang derrière l’enjeu d’atténuation (c'est-à-dire la réduction de l'émission des gaz à effet de serre), celle-ci n'est plus considérée comme une option (Garnaud, 2009) depuis les Conférences des Parties de 2005 (Montréal), 2006 (Nairobi) et surtout 2007 (Bali). En France, les lois issues du « Grenelle environnement », prévoyant un plan national d’adaptation5 (juillet 2011) et les Schémas régionaux du Climat, de l’Air et de l’Energie et les Plans Climat-Energie Territoriaux pour les collectivités de plus de 50 000 habitants (Ministère de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, 2011) offrent aujourd'hui un cadre permettant d’accélérer la mise en place de l’adaptation des villes et des agglomérations au changement climatique et d'aller au-delà de la protection des milieux. Ce cadre devrait aider à planifier des modifications importantes dans divers secteurs de la société française comme la santé publique, l'énergie, l’économie, les finances, les assurances, etc. L’adaptation aux évènements naturels catastrophiques est en outre aussi à considérer afin d'aller au-delà des approches qui se limitent aux réformes des infrastructures matérielles et sociales concernées (Heyd et Dupuis, 2012).

  • 6 Entrepreneurs, élus, journalistes, enseignants, médiateurs scientifiques, parents …

6Reste cependant à savoir vers quel type d'adaptation nous souhaitons aller ? En effet, l’usage du mot « adaptation » constitue aujourd'hui d'une grande source de confusions (Colombert et Boudes, 2012) et de malentendus chez nos leaders d’opinion6, décideurs publics et profanes (Raffegeau, 2009). A la table des négociations, l'adaptation est quasi-exclusivement traitée sous l’angle du financement : qui donne ? Combien ? A qui et pourquoi ? Les approches économiques dominent donc en pratique, certainement parce qu’elles sont les plus directement à même de produire des résultats chiffrés (Magnan, 2012 ; Hinkel, 2009). La définition d'indicateurs de vulnérabilité et de capacité d’adaptation pourrait alors potentiellement être fort utile à une distribution rationnelle des fonds pour l’adaptation. Mais l’identification de ces critères concrets et mesurables sur le terrain reste aujourd’hui un exercice très difficile (Mauchamp, 2012).

  • 7 Notre « anthropo-sommisme » (gr.antrhôpos, homme- lat.summum, point le plus élevé) nous aura instal (...)

7Ainsi, une vue d'ensemble du concept d'adaptation est tout d'abord dépeinte avant de proposer une perspective différente de la vision commune d'adaptation de l’écosystème urbain et périurbain, espace territorial choisi ici comme suffisamment représentatif des enjeux d’usages à venir quant aux dynamiques démographiques et de développement de l’humanité. Trois sens du mot « adaptation » véhiculés dans notre société sont proposés, chacun prenant en compte une échelle de temps différente. La dissociation de ces échelles permettrait de mieux appréhender l'enjeu final des ajustements de notre société au changement climatique, en replaçant l'humain comme espèce animale évoluant dans le temps et vivant au cœur d'une nature dans et autour des agglomérations. Ainsi, nous nous interrogeons sur la hauteur de vue que l’humanité doit atteindre pour une meilleure perception de son devenir avec les autres espèces dans et sur l’environnement, et de l’épanouissement relationnel et comportementale des individus comme source de bien-être et indicateur de progrès. L’humain continuant à se penser en dehors de la nature ou à son sommet 7, en dehors « du temps », en oublie en effet trop souvent sa propre réalité biologique d’espèce animale, et les relations de dépendances qu’il entretient directement ou indirectement avec les autres espèces (réalité du monde urbain où l'humain né en ville méconnaît de plus en plus les interrelations du vivant au sein des espaces ruraux et naturels). Les conséquences de ces adaptations sur la dynamique adaptative de la vie, le bien-être et le progrès évolutif de l'humain dans la nature sont alors discutées.

Le concept d'adaptation

8Le terme « adaptation », utilisé aujourd'hui dans le domaine du changement climatique, est utilisé à l'origine dans les sciences naturelles, en particulier en biologie évolutive via le concept de sélection naturelle, proposée par Charles Darwin (1859) au milieu du XIXe siècle. Bien que la définition de l'adaptation dans le domaine des sciences naturelles soit encore discutée, celle-ci se réfère globalement au développement d’innovations avantageuses (caractéristiques biologiques : génétiques, anatomiques, physiologiques ou comportementales) retenues par voie de sélection naturelle permettant aux organismes vivants ou à d’autres systèmes de faire face aux changements environnementaux afin de survivre et de se reproduire (Kitano, 2002 ; Winterhalder, 1980).

9De la même manière, l’analyse des déterminants, formes et modalités de la mise en œuvre de l’adaptation au changement climatique, a fait l’objet de divers travaux depuis près de deux décennies. Il existe aujourd'hui plusieurs définitions du concept d'adaptation (Smit et Wandel, 2006 ; Smit et al., 2000). Certaines des définitions les plus simples décrivent l'adaptation comme impliquant des changements d'un système en réponse à une perturbation, dans ce cas relative au climat (Smithers et Smit, 1997) ou encore comme l'ajustement du comportement d'un individu, d'un groupe ou d'une institution afin de réduire les vulnérabilités de la société au climat (Pielke, 1998).

10Dans le cadre du Troisième Rapport d’Évaluation du GIEC (GIEC, 2001), le concept d’adaptation est défini comme « l’ajustement des systèmes naturels ou humains en réponse à des stimuli climatiques actuels ou attendus et à leurs effets ou impacts, afin d’atténuer les effets néfastes ou d’exploiter des opportunités bénéfiques ». L'adaptation implique donc des ajustements afin de diminuer la vulnérabilité des communautés, des régions et des nations aux variations induites par le changement climatique en assurant le développement durable des territoires. Smit et Pilifosova (2001) ont mis en avant diverses catégories d’adaptations et des procédures opérationnelles en s’intéressant aux indicateurs de vulnérabilités et de capacités d’adaptation. Les besoins d'adaptation peuvent varier selon des échelles spatiales localisées ou étendues (locales, régionales, nationales ou globales) et temporelles (à court, moyen ou long terme,). Dans le cas de systèmes naturels non contrôlés, l'adaptation est spontanée et réactive, et correspond aux moyens par lesquels les espèces répondent à un changement de conditions environnementales. En revanche, les adaptations entreprises par les individus/communautés sont classifiées par Smit et Philifosova (2001) comme suit :

  • réactive ou anticipée : l'adaptation réactive a lieu une fois que les impacts au changement climatique apparaissent, tandis que l'adaptation anticipée vise à agir avant que ces impacts ne deviennent visibles. Dans les systèmes naturels, il n'il y a pas d'adaptation anticipée ;

  • publique ou privée : la distinction est basée sur les motivations de l'adaptation selon qu'elle s'adresse aux foyers et aux entreprises (privée) ou aux gouvernements (publique) ;

  • spontanée ou planifiée : l'adaptation spontanée est une adaptation à une contrainte climatique par une réponse immédiate et non réfléchie d’un point de vue stratégique, alors que l'adaptation planifiée résulte de décisions stratégiques délibérées, fondées sur une perception éclairée des conditions qui ont changé - ou qui sont sur le point de changer - et sur les mesures qu’il convient de prendre pour revenir, s’en tenir ou parvenir à la situation souhaitée.

11En pratique, la notion d’adaptation spontanée n’est pas toujours simple à isoler : pour définir de manière pragmatique les actions d’adaptation spontanée, on peut considérer qu’elles correspondent à une adaptation réalisée par les acteurs socio-économiques (sans intervention publique en référence au changement climatique) de manière indépendante sans que cela entraîne de changements radicaux (suppression d’activité, déplacement de population, etc.).

12La notion d’adaptation planifiée, quant à elle, suppose la réactivité des instances publiques face aux menaces d’aléas climatiques et de vulnérabilités potentielles à inventorier. Cette réactivité est fondée sur leur capacité à définir : des seuils et des degrés de vulnérabilité, des procédures opérationnelles, des étapes graduelles d’actions avec la mise en place de systèmes de veilles et de prévention, des accords de partenariat, des programmes de recherches et d’investissements pour réduire dans les temps à venir la vulnérabilité des populations. Elle repose enfin sur leur capacité de mise au point d’exercices de simulation mettant en œuvre les procédures opérationnelles de promulgation de décrets activant les moyens de distribution et de contrôle : par exemple la restriction d’usage de l’eau aux seuls besoins domestiques des particuliers et de l’agriculture en cas de période de forte chaleur.

13L’intérêt d’une telle typologie est de montrer la diversité des mesures et la complémentarité à rechercher, notamment entre des mesures proactives menées par l’action publique et la capacité des agents privés à s’adapter de façon réactive (via par exemple la mise en place de réseaux de surveillance climatique). La compréhension des différents types d’adaptation est également essentielle pour une évaluation des coûts et la définition de plans d’actions dans les perspectives de pertes de bénéfices liés à une érosion de la diversité du vivant ou l’appréciation de coûts de maintien et de restauration des potentialités écologiques pour compenser cette érosion. Néanmoins, cette classification de l’adaptation est-elle suffisamment claire ?

  • 8 Lorsqu’on parle de canicule, il est nécessaire de distinguer pour les plantes les effets directs ou (...)

14En outre, l'adaptation va de pair avec la prise en compte d'un terme clé, celui de « la vulnérabilité ». Car si l'on conçoit un dommage causé par un changement naturel drastique en fonction de sa sévérité, il est tout aussi important de prendre en compte la vulnérabilité spécifique des populations affectées par exemple lors de canicule8 . Selon le troisième rapport du GIEC, la vulnérabilité au changement climatique est identifiée comme étant le degré auquel un système risque d’être négativement affecté par les effets des changements climatiques sans pouvoir y faire face. Smit (2005), parmi d’autres, a montré que la vulnérabilité est le produit de deux facteurs distincts : l'exposition ou la sensibilité et la capacité d’adaptation ou résilience. Adger et Brooks (2003) proposent également que « la vulnérabilité n'est pas simplement une fonction d'exposition, mais aussi une capacité des personnes à s’adapter aux changements. Si cette capacité pour l’adaptation reste inchangée, l'augmentation à l’exposition mènera à la croissance de la vulnérabilité ». Donc, on pourrait dire que l’action humaine est tout aussi importante que la nature.

Agglomérations et périphéries urbaines : laboratoires d’adaptation au changement climatique

Les prémices de l’adaptation

15Contrairement à ce que l’opinion internationale peut faire penser, l’adaptation des villes au changement climatique et sa mise en pratique – en particulier l’élaboration de stratégies d’adaptation – sont relativement récentes et encore à un stade exploratoire (ONERC, 2010), et la prise en compte de l’artificialisation de leur territoire immédiat (espaces ruraux et naturels) par la pression de leur urbanisation reste encore peu renseignée. L’analyse de la mise en œuvre de l’adaptation est à l’heure actuelle soit trop générale, soit trop particulière (échelle, contexte, etc.) pour en tirer des enseignements à la fois génériques et opérationnels. Les villes françaises ne font pas exception et on peut même considérer qu’une poignée d’initiatives mises à part, l’adaptation urbaine et péri urbaine y demeure embryonnaire. Certains programmes de recherche comme celui de RESILIS (Tromeur et al, 2012)9 vise à développer des solutions innovantes pour l'amélioration de la résilience ou capacité d'adaptation de la ville par une meilleure gouvernance multi-échelles et multi-acteurs, via une action sur les populations et une gestion optimisée des réseaux techniques structurant les villes. Cependant, les stratégies d'adaptation sont principalement au stade du diagnostic identifiant les aléas climatiques qui auront des conséquences sur les différents secteurs de la ville et de sa périphérie. Le développement des connaissances sur les risques et la manière de se préparer au changement climatique et d’y faire face débutent à peine. Certes, peuvent être mises en œuvre certaines actions identifiées comme pouvant concourir à l’adaptation. Citons comme exemples :le choix de matériaux de construction de fort albédo et de faible émissivité pour limiter les effets d'îlot de chaleur urbain (Colombert, 2008, Colombert et Boudes, 2012), la récupération d'eaux pluviales (Montginoul, 2006), le verdissement et l’utilisation de matériaux perméables pour faciliter l’infiltration plutôt que le ruissellement des eaux pluviales pouvant entraîner le départ des terres par érosion (Buissière, 1996 ; Auzet, 1990), la maîtrise du foncier et sa gestion (voir section « Deux vitesses d’un progrès évolutif dans la nature »). Mais il ne s’agit pas encore de stratégies globales et transversales d’adaptation, le changement climatique lui-même n’étant pas toujours pris en compte. Les actions proposées sont par ailleurs très ciblées et plutôt intégrées dans des plans qui leur sont propres ; rien n’est encore développé à grande échelle. On sent cependant une volonté de progresser, et les différentes initiatives qui naissent dans les agglomérations françaises sont à considérer comme le début d’un travail de long terme.

Stratégies politiques d’adaptation dans le temps

16Le changement climatique agit en grande partie en amplifiant des problèmes déjà existants. Sur le court et moyen terme, mis à part les répétitions d'événements extrêmes les plus marquants, il est rarement le principal facteur de pression environnementale. De nombreuses mesures visant à réduire la vulnérabilité au changement climatique cherchent en fait d’abord à réduire la vulnérabilité au climat actuel et à sa variabilité : être adapté au changement climatique, c’est d’abord être adapté à la situation présente. La mise en place de mesures d’adaptation sans regret serait donc à envisager afin d’améliorer la situation existante des villes et de leur périphérie, tout en réduisant la vulnérabilité future au changement climatique.

17Aujourd’hui, les politiques urbaines d’adaptation s’organisent principalement en quatre grandes catégories: les modifications de l’occupation des sols et la planification urbaine (par exemple pour éviter les développements nouveaux dans les zones inondables, la préservation de ceintures vertes) ; les investissements directs et notamment dans les ouvrages de protection et les infrastructures de gestion de l’eau; l’adaptation du cadre bâti, par action directe (investissement) ou indirecte (incitation fiscale et réglementaire) ; l’augmentation de la résilience de la zone (par la diversification économique ou des outils d’aide aux ménages et aux entreprises en cas d’impacts).

18Par ailleurs, à l'heure du débat sur la transition énergétique, Jean-Pierre Bompard (2012), économiste, souligne que celle-ci ne se résume pas seulement à la place que peuvent prendre les diverses énergies renouvelables (ENR) dans le mix-énergétiques et à la gestion des déchets nucléaires (Bompard, 2012). Selon lui, il serait nécessaire d'y faire apparaître la dimension « diversité biologique », l'impact sur l'environnement étant dépendant de multiples secteurs. En effet, on ne fait pas de centrales solaires sans « manger » des terres agricoles ou de vieilles friches. Si des terres polluées sont utilisées, il devient possible de faire ces centrales, sinon, il faut des compensations et voir s’il est judicieux de le faire. Les partisans des énergies dites non polluantes ne doivent pas consommer des terres arables agricoles. L’artificialisation des sols est trop avancée et il faut arrêter cela selon lui. Dés lors, le coût d’une centrale ENR, éolienne ou solaire n’est pas neutre pour la diversité biologique. Nous devons en tenir compte comme on doit le faire pour une Ligne à Grande Vitesse (LGV) ou encore toute consommation d’espaces pour l’habitat, ou toute infrastructure d’activités économiques. Les trames vertes et bleues doivent être intégrées dans le plan d’implantation des ENR, (y compris pour les centrales à biomasses et leurs rejets). Ces nouvelles formes d’énergie devraient s’intégrer dans les PLU, largement débattus au sein des populations.

  • 10 Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique, Service de l'Observation et des S (...)

19Dernièrement, le projet d'Observatoire National de la Biodiversité (ONB) a développé des indicateurs prenant en compte les préoccupations quotidiennes des citoyens et de la société (Mauchamp, 2012). Il vise à informer le grand public et les décideurs, ainsi qu'à renseigner sur les orientations prises en termes de politiques publiques et de comportements individuels des citoyens. A titre d'exemple, des indicateurs existants mixant le changement climatique et la diversité biologique peuvent être les dates de vendanges, les dates de floraison, l'évolution des populations de certaines espèces ou encore le déplacement des espèces selon leurs préférences physiologiques et comportementales. La production d'indicateurs en matière de diversité biologique et de changement climatique n'est cependant pas très riche et les sources sont limitées10.

20Ce développement de jeux d'indicateurs permet-il d'orienter les politiques d'adaptation de ces lieux de vies que sont les agglomérations et leur périphérie? Ces politiques s'accordent-elles sur la définition du terme « adaptation », en particulier lorsqu'il s'agit de diversité biologique ou d'adaptation du vivant dans une nature toujours changeante (y compris en zone urbaine et périurbaine) ?

Adaptation du vivant : une notion correctement posée ?

21En zones urbaines et périurbaines, la spécificité la plus marquante des impacts du changement climatique est leur interdépendance dans différents secteurs d’activité du vivant (ex : santé, agriculture, sylviculture, aquaculture, pêche, chasse …). Parce que les agglomérations et leurs périphéries sont des systèmes vivants très intégrés concentrant une densité de vies importantes sur des aires restreintes, ces impacts doivent être considérés d’une manière holistique. Tout impact touchant ces aires touchera potentiellement indirectement l’ensemble des secteurs d'un territoire. Ainsi, les impacts sectoriels du changement climatique ne peuvent être pris en compte séparément. Dans de multiples secteurs, la combinaison de leurs impacts pourrait « amplifier » un phénomène en particulier. Cela participe pour une part à une difficulté d’appréciation et de discernement de la notion d'adaptation du vivant, aujourd’hui mal comprise par les décideurs des collectivités, les leaders d’opinion et les profanes.

  • 11 Ils regroupent les services de support (fonctions écologiques de base ex : Production primaire (de (...)

22D’autres part, face au changement climatique, le bien-être de notre espèce devrait être réfléchi en amont des projets avec une vision sur le long terme. Les politiques et les stratégies d'adaptation engagées aujourd'hui ont cependant une vision à court terme trop spécifiques et sectorielles, les moyens financiers faisant souvent défaut. Si chaque impact sectoriel peut être géré et contrôlé individuellement, la gestion d’une combinaison d’impacts simultanés dans de multiples secteurs peut s’avérer plus onéreuse, nettement plus difficile à mettre en œuvre, et buter sur les limites des capacités des collectivités (en termes de capacité d’investissement financier, de technique, de compétences ou d’attractivité). Cependant, selon Pavan Sukhdev le coût de la dégradation des services écologiques11 et de l’inaction représenterait jusqu’à 7% du PIB mondial par an en 2050 (UICN France, 2012).

23Quelle pourrait-être alors l'approche à considérer pour gérer une combinaison d'impacts ? L'approche participative (« bottom-up ») basée sur une évaluation des conditions de vulnérabilité de la communauté par elle-même ne devrait-elle pas être plus souvent envisagée ? Par une reconnaissance de stimuli multiples liés aux forces politiques, culturelles, économiques, institutionnelles et technologiques, cette approche permettrait de relever les enjeux posés aux villes et à leur périphérie, à savoir le progrès, le bien-être, les relations de dépendances vitales des espèces entre elles (dont la nôtre) et le développement durable de nos sociétés pour les générations futures (toutes espèces confondues).

24Par ailleurs, si tous les dirigeants politiques et d’entreprises, les scientifiques, les journalistes, les enseignants, les médiateurs scientifiques, les citoyens, etc., devraient être des acteurs du pilotage ou de l’accompagnement du volet « adaptation » des programmes internationaux (votés et financés) pour anticiper les impacts du changement climatique, force est de constater que l’usage du mot « adaptation » pour le vivant reste un « nœud de malentendus puissant » dans le bagage culturel de la société. Il génère des incompréhensions qui ne permettent pas de poser correctement la problématique qui s’impose.

25Devant l’enjeu crucial de l’adaptation du vivant au changement climatique et de sa vulnérabilité, le cadre fournit par le GIEC n'amène pas les acteurs à positionner l'individu et les espèces animales et végétales (domestiques et sauvages) au cœur de la problématique.

26Si l'intérêt récent pour la diversité biologique (« biodiversité ») et de son adaptation est encourageant, la prise en compte préalable d’un ensemble de principes généraux animant les êtres ; ou la compréhension de ce qu’est la vie des individus dans la nature et des temporalités du vivant, est-elle bien appréciée et partagées par tous dans nos sociétés ?

L’adaptation du vivant dans la nature : une donnée culturelle clé à partager !

Qu’est ce que la vie des individus dans la nature ?

  • 12 Homo sapiens est une espèce biologique animale en relations avec une multitude d’espèces dont il dé (...)
  • 13 Seuls les animaux dotés d'un système cérébral peuvent être aptes à éprouver la souffrance. Si les v (...)
  • 14 « [...] Tout organisme vivant, même unicellulaire, doit pour survivre être capable de percevoir un (...)
  • 15 Gaz à effet de serre (GES) naturels ex : Dioxyde de Carbone (CO2) et Méthane (CH4).

27Les êtres vivants dans la nature (plantes, animaux dont l’humain12) en constante transformation et évolution sont mus dans l’environnement où ils vivent par un mouvement ordinaire et impérieux : celui de l’évitement de souffrances13 (Raffegeau, 2009) ou d’éléments nocifs. Vulnérables, ils cherchent à protéger 14 (Nouët, 2008) leur intégrité biologique et physiologique selon les circonstances, mais également chez un grand nombre d'espèces animales, à protéger l’intégrité biologique de leurs parents et de leurs congénères (jeunes, compagnes, compagnons...) ou individus socialement liés. Les individus déploient des réponses comportementales (intentionnelles ou non pour le monde animal et des tropismes pour le monde végétal) leur permettant de pourvoir à leurs nécessites vitales (se nourrir, boire, dormir, ...) « en gérant » physiologiquement sans conscience via la respiration et la digestion, les besoins énergétiques indispensables à leur vie par oxydation puis émissions de gaz 15.

  • 16 Ce qui peut être impossible pour un animal sauvage vivant en liberté lorsqu'il est atteint d’une ma (...)
  • 17 En définissant la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental, social », l’Organisa (...)
  • 18 « Nouveau » est ici proposé au sens où les parents apportant chacun la moitié de leur patrimoine gé (...)

28Comblé momentanément parce qu’ayant esquivé l'élément nocif16 ou satisfait des nécessités vitales, l'animal bénéficie d’un état de bien-être, de santé17, de plénitude et de quiétude que l’on pourrait qualifier de façon anthropocentrique « d’état de bonheur ». Pour beaucoup d’espèces du monde animal, la sieste, la curiosité, le consentement aux jeux, la séduction, la copulation, peuvent dans cet état se manifester, la procréation s'exprimant et engendrant de nouveaux18 individus.

  • 19 « La quête du bien-être » et en particulier « l’évitement de la souffrance » ne seraient-ils pas un (...)
  • 20 Dont l’apport de combustibles alimentaires susceptibles de couvrir ses besoins énergétiques indispe (...)

29L'animal libre (par opposition à l'animal domestique ou sauvage captif) tend19 donc à prolonger ou non (conscience individuelle ou collective … de prévoyance ?) ce temps de bien-être en choisissant seul ou en groupe un lieu de résidence adéquat. Ce lieu, territoire providentiel, doit lui proposer la meilleure offre d’équilibre susceptible de pourvoir à ses nécessités vitales20 , permettre de protéger son intégrité et celle de ses proches.

30Notre individu « s’adapte » constamment et au mieux aux contraintes changeantes de son environnement (saisons, relations inter et intra spécifiques avec d’autres êtres vivants …) et ce, dans les limites de sa vigueur, de son potentiel biologique, fonctionnel et comportemental acquis au cours de l’évolution de son espèce à travers les générations et au cours de son existence.

  • 21 Identification de la causalité des circonstances, de leurs impacts sur la vulnérabilité et la souff (...)

31Tel peuvent ainsi être présenté l’ensemble des principaux éléments régissant dans la nature (y compris dans et aux pourtours de nos agglomérations) les vies de tous les animaux (dont l’humain) et leur quête sensible d’équilibre et d’adaptation avec leur environnement. A cet ensemble s'ajoute aussi l’abandon de la vigueur de l’organisme, de sa maladie ou de sa mort. Ces moments particuliers de l’existence des êtres vivants interviennent lors d’une fragilisation de l’équilibre sensible via diverses perturbations exogènes (diminution des ressources en eau, en nourriture, épidémie, aléa climatique) ou endogènes (vieillesse, malnutrition, maladies, faiblesses de la réponse du patrimoine biologique de leur organisme vis-à-vis d’une cause exogène …). Ces perturbations soumettant l’organisme à un état de vulnérabilité plus ou moins long, peuvent lui être irrémédiablement fatales si elles ne changent pas ou si une résistance ne lui pas offerte artificiellement (assistance sanitaire de l’humain 21) ou naturellement (assistance du hasard et de plusieurs caractères salutaires existants dans le patrimoine hériditaire de l’individu).

32Aussi après ce rappel très exhaustif de « ce qu'est la vie de l’individu dans la nature »  et devant l'enjeu de l'adaptation du vivant au changement climatique, les sens du mot « adaptation » » utilisés et perçus par notre société doivent être revisités et clarifiés afin de créer les conditions du débat et redéfinir un socle culturel commun.

Adaptation : trois sens, trois temporalités

33Nous proposons trois sens que véhicule le mot « adaptation » dans notre société, caractérisés chacun par des spécificités propres qui leur sont étroitement associées. Cette réflexion sur le sens de ce terme nous pousse par ailleurs à proposer deux mots synonymes : le mot « compensation et un mot nouveau « bioadéquation ». En effet, il semble important d’opérer une distinction entre l’adaptation de l’humain et les adaptations du vivant (dont l’humain fait parti) qui ne peuvent être confondues. Ces dernières sont des mécanismes de réponses de la nature d’ordre biologique, fonctionnel ou comportemental. Les adaptations de l’humain quand à elles sont des mécanismes de réponses d’ordre comportemental et culturel/ou technologique.

Bioadéquation (sens 1)

  • 22 « Voir » est ici utilisé au sens figuré car il nous est difficile à l’échelle de notre vie d’homme (...)
  • 23 Cadre ne prenant pas en compte l'impact de molécules chimiques qui entrainent des mutations génétiq (...)
  • 24 Les innovations comportementales ici ne sont pas développées et ne font pas l'objet de cet article.
  • 25 Si certaines d’entres elles ne sont pas viables d’autres sont conservées. Ces dernières peuvent êtr (...)
  • 26 Transmises puis conserver par la reproduction d’êtres vivants interféconds, ces successions de répo (...)
  • 27 Autrement dit de caractères présents

34Le premier sens identifié concernant « l’adaptation » concerne « l'adaptation  génétique » des espèces ou leur évolution à travers les âges via une succession de générations d’individus qui voit22 les organismes se transformer. Dans ce contexte, le terme « adapter » est employé par les biologistes dans le cadre classique de la théorie de l'évolution23. Son usage se rattache nécessairement au hasard, et à une succession de générations sur un temps plus ou moins long durant lequel se sera opéré un tri important d’innovations24 biologiques aléatoires retenues comme « viables »25. Mobilisables à tout instant comme réponses26 adéquates face aux perturbations environnementales (eg : variations du milieu…), ces innovations issues de la sélection naturelle impactent et signent les organismes des espèces sur les plans anatomiques et/ou fonctionnels. Elles sont transmises biologiquement lentement par l’individu, de son vivant, à son espèce via sa seule progéniture par la mémoire génétique. Il aura donc fallu des dizaines, des centaines, des milliers ou des millions de générations. Les espèces conservent et partagent durablement l’ensemble de ces innovations. La généralisation et la conservation des innovations retenues27 pourra donc demander, selon la « prolificité », la fécondité, et la maturité sexuelle des espèces, des dizaines, des centaines, des milliers ou des millions d’années.

35Dans ce cadre, les mots « bioadéquation » et « bioadéquater » (Raffegeau 2009) sont proposés aux côtés des mots « adaptation » et « adapter » pour attirer l’attention sur le temps long de sélection et de conservation des innovations, nécessaire à l’élaboration des espèces. Elles sont bioadéquatées aujourd’hui à leur environnement. (sens 1 dans la Figure 1).

Figure 1. Adaptations : trois sens, trois temporalités / Adaptations: three meanings, three temporalities

Figure 1. Adaptations : trois sens, trois temporalités / Adaptations: three meanings, three temporalities
  • 28 Du point de vue visuel à l’échelle d’une vie d’individu humain
  • 29 Si le classement de ces entités regroupe de fait des caractères bioadéquatés, il permet par le disc (...)

36Ce temps long, inévitable , « sorte de laboratoire passif » a contribué à l’offre dans la nature de « résultats biologiques » variés et relativement stables28. Sans conscience des accumulations et des conservations de multiples bioadéquations, les espèces toujours en devenir (temps 1 dans la Figure 1) dans des environnements aux équilibres sensibles sont des combinaisons patrimoniales inestimables de caractères issues d’un processus d’innovations constamment soumis à validation lors de la « compensation ». Aussi en ordonnançant et classant29 le vivant, l’humain a de fait discerner, identifier et nommer des joyaux de bioadéquations du vivant : les espèces, dont Homo sapiens et ses individus font partie.

Compensation (sens 2)

  • 30 L'homéostasie désigne la capacité d'un système à conserver son milieu intérieur en équilibre malgré (...)

37Le second sens du mot « adaptation » désigne ici usuellement une réponse physiologique et/ou comportementale réussie d’un individu ou d’un groupe d’individus face à une ou plusieurs perturbations de son environnement. Cette réactivité ne s’applique ici qu’à l’issue d’un instant « T » de test ou durant le temps d’existence de cet individu ou de ce groupe d’individus et de leur état de vigueur et d’homéostasie30.

  • 31 Les êtres vivants n’ont pas une capacité illimitée de s’adapter au changement de leur environnement (...)

38Cette adaptation se déroulant sur une période de très courte durée (quelques secondes, minutes, heures, jours, mois), au plus égale à la durée de vie de l'organisme (temps 2 dans la Figure 1), permet une réponse physiologique et/ou comportementale salvatrice (évitant ou minimisant la souffrance) ou létale31 qui s'impose alors à l'individu face à l’épreuve perturbante.

  • 32 Capacité d’ajustement de réponses réversible ; eg « On a observé par exemple que pour s’adapter à u (...)
  • 33 Dans les comptes rendus des journées de prospective l’Institut écologie & environnement du CNRS d’A (...)

39Ce temps contribue au tamisage sélectif de l'évolution lors duquel chaque organisme mobilise immédiatement et sans conscience son bagage biologique acquis. Ce laps de temps révèle ou non la capacité de l'organisme à surmonter l'épreuve qui lui est soumise puis à transmettre ultérieurement à sa descendance cette capacité de résistance ancienne ou récemment acquise. Cette compensation sensible élastique 32ou « plastique »33 chez ces individus induit possiblement un changement de leur comportement et de leur mode de vie (eg : phénomène migratoire) si les limites de compensation physiologique ne pouvaient sursoir à la gêne ou la souffrance vécues par les organismes.

Adaptation (sens 3)

40L’usage du terme « adaptation » concerne ici spécifiquement l’humain (voire quelques espèces de mammifères et d’oiseaux). Celui-ci est capable de s’adapter rapidement grâce à des innovations techniques, en s’aidant volontairement d’outils (objets, créations techniques produites collectivement ou seul) qui prolongent ou même surpassent (telles « des greffes temporaires » ou sortes de « mutations artificielles ») les limites corporelles et intellectuelles de sa propre enveloppe matérielle et intellectuelle (sens 3 dans la Figure 1). Ces innovations technologiques permettent d’atteindre assez rapidement un objectif et de répondre à un défi. Par exemple, si l’humain souhaite effectuer des plongées sous-marines, il utilise des outils adéquats qu’il a su mettre au point, comme des scaphandres, des bouteilles d'air comprimé et des masques, pour passer du milieu terrestre au milieu subaquatique. Il s’adapte durant plusieurs dizaines de minutes aux contraintes d’un milieu qui lui est naturellement hostile.

  • 34 Les innovations techniques peuvent avoir des impacts durables sur la nature de part l'usage d'énerg (...)

41L’humain a donc prodigieusement testé, trié par expérimentation et mis au point des innovations34 transmises de son vivant à son espèce via ses congénères par la mémoire neurologique et les mémoires artificielles qu’il a su créer et développer , en s’appuyant sur différentes formes apprentissage. Il faut quelques années seulement pour que son savoir et sa trouvaille soient reproduits à l’envi en millions ou milliards d’exemplaires. Cet exemple du scaphandre aurait pu être remplacé par la greffe temporaire d’un objet technique offrant mobilité et vitesse à l’humain : la voiture.

42Les mots « adaptation » et « adapter » sont donc ici utilisés pour spécifiquement tenir compte du temps à « moyen terme » (quelques heures, années, décennies) validé par la communauté humaine dans un environnement à façonner (temps 3 dans la Figure 1). Ce temps d'adaptation est donc celui lors duquel une ou des réponses ont été élaborées consciemment et réfléchies volontairement pour faire face à des inaptitudes biologiques, à des difficultés rencontrées et/ou à des défis à relever dans un futur proche ou lointain.

43Ce temps court à l’échelle d’une vie humaine (ainsi que de très rares espèces précédemment évoquées) contribue à l’effervescence volontaire et productive d’innovations scientifiques et technologiques ainsi qu’à l’acquisition d’un bagage culturel de production et d’usages nouveaux. Ce temps aura permis à l’humain de s’offrir (tout particulièrement depuis deux siècles) pour ses intérêts immédiats une somme d’adaptations colossales pour son espèce toujours en devenir.

Ré-apprivoisé les sens du mot « adaptation »

  • 35 Toutes les espèces sont le produit gagnant d’une multitude de tests de compensation issus de tris t (...)

44Ainsi face à l'importance de l’enjeu de l’adaptation au changement, par exemple, climatique, les sens du mot « adaptation » et de ses temps incontournables d’innovations devraient donc être ré-apprivoisé. Bien que l'humain ait la capacité de s'adapter technologiquement et rapidement, ce dernier est aujourd’hui avec l’ensemble des espèces, un des lauréats vivants35 dotés d’un bagage biologique et comportemental fragile, totalement dépendants originellement d’un temps d’évolution biologique difficilement compressible à l’immédiateté de nos sociétés.

45Si les espèces dont dépend l'humain sont dans l’incapacité de « s’adapter » comme lui, elles n’ont pour elles, tout comme son organisme, que la seule nécessité d’« être bioadéquatées» à leur environnement. Dès lors, comment demain les individus « Homo sapiens » et les individus des autres espèces dont ils dépendent vont-ils compenser face aux épreuves tests d’aléas climatiques ? Les humains vont-ils tous intégrer puis acquérir à leur dépend une culture nouvelle de leur relation au vivant avec les aléas climatiques parce que n’ayant pas levé les malentendus sur les sens du mot « adaptation » ?

46Enfin cette première réflexion et ces questions mettent en évidence la nécessité de se rappeler ce qu’est la vie : ses dynamiques de progrès évolutif et de développement, ses temporalités adaptatives, ses espaces d’expression vitale, et ses vulnérabilités dans la nature.

Dynamique adaptative du développement de la vie

  • 36 Poids total des individus de la population
  • 37 « Formule » proposée ici qui se trouverait spécifique de par ses valeurs pour chaque espèce.

47Le développement de la vie est-il un processus d'innovations biologiques et comportementales ou le progrès évolutif de la nature ? Pour parler de progrès évolutif des espèces, il est important de prendre en compte quelques points de leur dynamique adaptative. En effet, le devenir des populations vivantes sur des territoires dépend dans le temps de leurs âges, de leur vitalité démographique corrélée respectivement à leur consommation alimentaire (ressources naturelles : végétales ou animales), à la célérité de production de leur biomasse36 (selon des facteurs de transformation spécifiques), de la vigueur de leurs individus, de leur compensation et enfin de l'importance de leur bioadéquation. Cette dynamique adaptative du vivant dans la nature, « innovations biologiques- consommations - productions - des espèces… sur un territoire »37, fonctionne sur un rythme variable depuis des milliards d'années avec parfois ici et là, des seuils conduisant simultanément à l’épuisement de ressources, puis la réduction ou l’extinction de populations devenues vulnérables.

Anticipation et création : un progrès de l'humain parmi les espèces vivantes ?

  • 38 […/...] une génération humaine, 25 ans correspond à 400 000 générations d’une bactérie qui se repro (...)

48Homo sapiens est une espèce animale composée d’individus à la prolificité faible et à la maturité sexuelle tardive. Toutes les innovations biologiques naturelles retenues et issues de tests de compensation validés ne peuvent être généralisables à l’ensemble de l’humanité que sur un temps long au regard d’autres espèces 38. Aussi, tout « supérieur » qu’il pense être, l’humain ne se distingue donc pas sur ce point des autres espèces. L’humain ne peut donc s’affranchir de la nature et de sa parenté biologique avec les autres espèces animales. Il doit regarder les choses en face et ne peut se mentir. Ses capacités d’adaptation technologiques (sens 3) et les capacités des autres espèces à s’adapter (sens 2) ont à tenir compte des enjeux du changement climatique pour les générations futures.

  • 39 Réalités énoncées relatives à l'évitement des souffrances, aux réponses comportementales permettant (...)

49En admettant que, dans la dynamique constante de la nature (vitesse de consommation des ressources naturelles et de production), les réalités énoncées précédemment39 soient ici pertinentes pour toutes les espèces confondues, disparues ou présentes, y compris pour Homo sapiens (espèce animale faisant partie des 1,8 millions d’espèces inventoriées à ce jour sur notre planète), il peut être attribué à l’espèce humaine deux caractéristiques spécifiques dont il est passé maître : l'anticipation et la création. En lien avec son aptitude d'adaptation (sens 3) et la célérité de sa mise en œuvre, ces deux capacités le distinguent véritablement de ses cousines dans le progrès évolutif de la nature.

50Ces capacités hors pair d’anticipation volontaire (consciente) et de création permettent à notre espèce (douée, anxieuse, utopiste et volontaire) de s’affranchir, de réduire ou de repousser les souffrances de nos vies rencontrées dans la nature pour gagner en confort et de tendre vers un bonheur. Elles se manifestent avec une puissance qui confinerait presque à la volonté d’atteindre l’immortalité dans un état de bonheur permanent. Une quête propice au progrès de l’esprit humain depuis des millénaires ! Cet « esprit » d’une espèce consciente de sa vulnérabilité et sans doute de son anxiété vis-à-vis du lendemain, a été mis en avant, déjà au XVIIIe par un homme de grande clairvoyance œuvrant à la liberté et à l'amélioration de la vie de ses semblables : Jean-Antoine-Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet (1743-1794).

  • 40 pp. 355-357.

51Dans la dernière des dix époques suggérées dans son ouvrage, nommé « Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain » (1794). Monsieur de Condorcet montre pourtant que l’humain doit s’interroger sur son avenir et qu’une contradiction est possible entre accroissement du progrès industriel, accroissement démographique et bien-être. « [...] Alors, un espace de terrain de plus en plus resserré pourra produire une masse de denrées d'une plus grande utilité ou d'une valeur plus haute; des jouissances plus étendues pourront être obtenues avec une moindre consommation; le même produit de l'industrie répondra à une moindre destruction de matières premières, ou deviendra d'un usage plus durable. (.../...) mais dans ces progrès de l’industrie et du bien-être, dont il résulte une proportion plus avantageuse entre les facultés, et l’humain, et ses besoins; chaque génération, soit par ces progrès, soit par la conservation des produits d’une industrie antérieure, est appelée à des jouissances plus étendues et dès lors, par une suite de la constitution physique de l’espèce humaine, à un accroissement dans le nombre des individus; alors ne doit-il pas arriver un terme où ces lois, également nécessaires, viendront à se contrarier ? L’augmentation du nombre des hommes surpassant celle de leurs moyens résultera-t-elle nécessairement d'une diminution continue de bien-être et de population, comme une marche vraiment rétrograde, du moins une sorte d’oscillation entre le bien et le mal? […]» (De Caritat, 179440).

  • 41 « L’opulence, Cette grande multiplication dans les produits de tous les différents arts et métiers, (...)
  • 42 « Nous ne pouvons aborder aucune discussion sur l'accroissement relatif de la richesse chez les dif (...)

52On y découvre déjà l’esprit régnant en cette fin de XVIIIe siècle où la quête du bonheur est à portée de mains si l’on fait attention. Ce qui semblait être une utopie pourrait remplacer la triste providence des hommes ; si les hommes sont malotrus, c’est qu’ils sont malheureux, s’ils sont malheureux, c’est qu’ils sont misérables ! Alors en supprimant les souffrances, la misère et en offrant l’abondance, le bonheur s’échangera au malheur et le bien régnera dans le monde. Ainsi, en ce début de la révolution industrielle, les deux capacités hors pair d’Homo Sapiens mises en œuvre dans diverses activités se libèrent et s’ébrouent, motivées à l’unisson par cette espérance du bonheur et de son corollaire : l’affranchissement des souffrances dans la nature. Elles se conjuguent avec la soif de connaissances, l'avènement des sciences et techniques. Elles participent à une dynamique de croissance globale qui ne se démentira jamais jusqu’à nos jours. A cette époque, circule dans les esprits l’idée que, si la plus grosse production possible caractérise la dimension principale du progrès, l’opulence41 (Smith, 1776) devrait entraîner dans toute la population plus de civilité et de richesses pour chacun. Par ailleurs, elle devrait sociabiliser la production commune en nourrissant et contraignant des liens de coopération entre individus. Elle donnerait de plus aux nations (Malthus, 1820 42) la possibilité de se mesurer entre elles et nourrirait l’esprit de compétition.

53Plus tard, au XIXe siècle, le progrès consista à s’affranchir de la nature et à transformer le monde pour l'aménager aux désirs de l’humain. Comme l’écrivent Hegel et Goethe (Meda, 2009), [...] « à travers la production, je m’oppose au monde, je m’oppose au donné naturel, je le mets en forme, je le transforme, je le spiritualise, je mets de l’humain à la place  Il s’agit bien de « détruire » le naturel pour y substituer de l’humain. La production est d’une certaine manière sanctifiée, car elle contribue au cheminement vers l’Esprit absolu, et vers sa totale coïncidence à soi. [...]».

54Pourtant, après la publication en 1859 par Charles Darwin (1809-1882) de « L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie », l’économie s’inspirera d’un principe qui existerait dans la nature, à savoir l’idée manichéenne de « la lutte pour l’existence » ! « Bien manager », cette nouvelle fausse « loi de la nature », prise au premier sens du terme, s’avérera une puissante accélératrice du progrès et une démultiplicatrice du développement, fondée qu’elle est sur la motivation de ne plus être vulnérable (ne pas souffrir, ne pas disparaître) et la perspective de profits susceptibles de monnayer les nécessités vitales des ménages, contribuant ainsi un peu au bien-être et au bonheur. Cette idée fut détournée de l’idée originelle de Charles Darwin (1859) qui écrivait dans son livre [...] « Je dois faire remarquer que j'emploie le terme de lutte pour l'existence dans un sens large et métaphorique qui englobe les relations mutuelles de dépendance des êtres vivants, [...].

55Cela ne signifie nullement qu'il s'agit d’un dogme du rapport de triomphe « des plus aptes » et par opposition de l’élimination corrélative des « moins aptes » comme l’a laissé entendre le darwinisme social et certains économistes. Beaucoup ont pu le comprendre par la mise en pratique d’une compétition « guerrière ». Il y a donc là, encore un fossé d’incompréhensions s’élargissant ! Aussi sans aller ici sur le terrain vaste de la coopération au sein des espèces et entre les espèces, retenons simplement que les espèces dépendent les unes des autres. Cela leur permet de répondre naturellement et sans cruauté (valeur totalement anthropocentrique) aux simples besoins propres de leurs nécessités vitales.

56Dès lors, ces deux capacités d’Homo sapiens « managées » au stress des dogmes « de la lutte pour l’existence » puis de la compétition, participent au XXe siècle au progrès et au développement intensif de l’Occident pourvoyant ainsi amplement aux nécessités vitales des populations dont la démographie ne cesse d’augmenter. Le tout s’accompagne d’un pouvoir accru de créations d’outils tous plus extraordinaires les uns que les autres, capables de « produire plus ». En revanche, ces dernières participent à l’émission massive de matières premières (déchets - solides : organiques, minéraux, métalliques ;- gazeux et liquides,  artificiels ou naturels) en générant des flux de plus en plus massifs d’importations de ressources naturelles (ayant principalement une fonction énergétique : d’alimentation, de transport et de confort thermique), et d’exportations de produits manufacturés pour satisfaire les besoins de consommateurs plus importants. Souvent abandonnées par leurs producteurs-« propriétaires », elles modifient peu à peu les équilibres connus en polluants l’air, la terre et l’eau.

Deux vitesses d'un progrès évolutif dans la nature ?

57Ainsi depuis le Siècle des Lumières, un schisme dans la dynamique adaptative de développement du vivant est véritablement apparu dans le monde, laissant entrevoir entre Homo sapiens et les autres espèces deux vitesses de progrès évolutif se distinguant franchement l’une de l’autre.

  • 43 Une sorte de « formule » ou « d’équation » de la dynamique adaptative de développement du vivant !
  • 44 A l'échelle d'une vie d'Humain !
  • 45 Sauf incident et introduction d'espèces dites « invasives » dans un écosystème.
  • 46 De même, depuis le premier rapport du GIEC, les changements observés et projetés et de leurs impact (...)
  • 47 Nos aïeux fondateurs pourraient être heureux de ce constat, eux qui ont espéré ce destin pour leur (...)

58Coexistent actuellement sur Terre, une dynamique adaptative43 de développement d’innovations dans les populations d’espèces animales et végétales caractérisée par une vitesse évolutive de consommation et de production lente44 en bioadéquation avec leurs environnements45, et une dynamique « logarithmique » d’innovations, de consommations et de productions rapide de l’espèce humaine, qui, en s’éloignant volontairement de la nature, se met silencieusement et progressivement en état de rendre les hommes biologiquement vulnérables (inacclimatation et abioadéquation) et finalement en état de souffrances, puis de « mal-être » (ONERC, 2011)46 sur leurs territoires. Cette dernière dynamique de développement, mesurable et extraordinairement puissante, impulsée par des dogmes faisant partie du bagage culturel de nos sociétés, depuis le XIXe siècle, bénéficie d’une indéfectible confiance quant à ses bienfaits. Les résultats sont là ; en effet, à la fin du XXe siècle, les sociétés occidentales sont dans l’opulence pour tout et pour le plus grand nombre47. Sans pour autant se questionner sur un sens partagé, le concept d’adaptation dans une nature sauvage prend alors toute sa dimension culturelle. Dans le mode de vie occidental, il devient un leitmotiv évident pour le progrès.

  • 48 En 2012, c’est plus de la moitié de la population mondiale qui vivait dans les villes.

59Aujourd’hui, avec cette réelle prise de conscience de limites dans la nature, l’humain continue paradoxalement à se penser hors de celle-ci et continue culturellement et à animer sans modération sa dynamique adaptative de développement pour suppléer aux besoins induits par sa démographie croissante et un mode de vie chèrement acquis par ses ancêtres. Par exemple, s'il consomme goulument toutes les ressources minérales et énergétiques (alimentaires et fossiles), il continue également l’artificialisation d’importantes surfaces de territoires. En France, l’artificialisation des sols s’est portée à un rythme de 75 000 ha par an (soit le double des surfaces concernées en Allemagne, selon la Chambre de l'Agriculture, novembre 2011). Sa boulimie insatiable de terres arables, présentes dans ou aux périphéries d’agglomérations peuplées d'une grande diversité d’espèces domestiques et sauvages, se réalise en hypothéquant complètement une autosuffisance alimentaire partielle de proximité pour sa population. En 2050 près de 70% 48 de ses enfants dans le monde vivront dans et au pourtour de ses agglomérations.

  • 49 On considère que la limite qu'il ne faudrait pas dépasser devrait être 350 ppm ; mais ce niveau a c (...)

60Aussi, tel un gros navire qui, sur sa lancée, a du mal à changer de cap, l’élan pris depuis René Descartes par nos sociétés est puissant. « Borgne» et amnésique, car oubliant l’avertissement du marquis de Condorcet, « […] l’augmentation du nombre des hommes surpassant celle de leurs moyens résultera-t-elle nécessairement d'une diminution continue de bien- être et de population, comme une marche vraiment rétrograde, du moins une sorte d’oscillation entre le bien et le mal ? […] » l’humain continue à réchauffer l’atmosphère en polluant l’air (au XVIIIe siècle la concentration naturelle de CO2 dans l'atmosphère était de 280 ppm. En 2012 elle fut de 390 ppm)49 et l’eau, persistant ainsi à impacter des identités biologiques interdépendantes vitales à nos existences.

Conséquences du changement climatique sur la compensation et la bioadéquation d’espèces sauvages

61La dynamique adaptative de développement humain impulsée depuis deux siècles génère une combustion asymptotique des énergies fossiles avec en proportion une production de gaz impactant directement l’effet de serre naturel de l’atmosphère. Cette dynamique anthropique provoque un changement climatique aux incidences imprévisibles sur les territoires et impacte sournoisement le bien-être des êtres vivants « sauvages » ou « domestiques » qui sont « bioadéquatés ».

62La dynamique adaptative des populations animales et végétales de cycle court quant à elle se modifie. En effet, selon deux études de chercheurs européens menées respectivement par le biologiste français Vincent Devictor du CNRS de Montpellier et Frédéric Jiguet du Muséum National d'Histoire naturelle (MNHN) de Paris, l'impact du changement climatique a été démontré sur 2130 communautés de papillons dans différents pays (France, Royaume-Uni, Espagne, Pays-Bas, Suède, Finlande et République tchèque) et 9490 communautés d'oiseaux. Idem pour une troisième étude menée par des botanistes de 13 pays qui ont analysé 867 échantillons de végétation en 2001 puis en 2008, provenant de 60 grands sommets européens (lieux sentinelles fragiles de l’état de la biodiversité).

63Que disent ces études : [...] Si les oiseaux et les papillons européens s'adaptent au réchauffement climatique en remontant vers le Nord, leur progression n’est pas suffisamment rapide pour compenser l'augmentation des températures moyennes. Les plantes n'ont pas le temps de s'adapter50. (.../...) ceci entrainant (.../...) d'inquiétants décalages dans la réponse des différents groupes d'espèces qui pourraient profondément modifier les interactions entre ces espèces [...] En ce qui concerne la flore [...] la tendance est la même si ce n’est que les végétaux ne sont pas en mesure de s'adapter aussi bien et aussi vite que les animaux (.../...) les plantes traditionnelles des climats alpins froids sont en train d'être évincées par des plantes adaptées aux régions plus chaudes (.../...) on pourrait voir disparaitre dans les prochaines décennies les prairies alpines au profit d'arbustes nains [...]51 (Devictor et Jiguet, 2012)

64Ces études ont en effet montré que les papillons ont migré vers le Nord avec un retard de près de 135 kilomètres sur les températures et que les oiseaux, accusent un décalage de 212 kilomètres. Par extension, on pourra ajouter sans difficulté que si rien n’est fait, des quantités importantes d’espèces sauvages présentes naturellement en « bioadéquation » avec leurs territoires, disparaîtront par non acclimatation, tout comme des variétés créées spécifiquement par la recherche agronomique qui ont demandé des programmes de recherche de 10 à 20 ans pour améliorer la qualité et la quantité de productions utiles à l’alimentation animale et humaine

65Enfin, selon le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), environ 20 % à 30 % des espèces animales et végétales étudiées pourraient être exposées à un risque accru d'extinction si les températures moyennes augmentaient de 1,5 à 2,5 °C par rapport aux niveaux enregistrés à la fin du vingtième siècle. Il existe par ailleurs une probabilité d'impacts "irréversibles". Par exemple, si les températures augmentaient de 3,5 °C, entre 40 % et 70 % des espèces étudiées pourraient faire face à des risques accrus d'extinction (PNUE, 2009), car elles ne pourraient pas compenser ces augmentations malgré leur des capacités de bioadéquation substantielles.

66Si les migrations des êtres vivants s’avèrent difficiles, elles sont néanmoins possibles afin de maintenir la compensation (sens 2) puis la bioadéquation (sens 1) de leur organisme avec leur environnement, les espèces n’ayant pour limites à leur déplacement que des frontières naturelles (fronts thermiques de masses d’air ou de masses d’eau, chaînes de montagnes sous-marines, fosses marines, chaînes de montagne terrestres, fleuves, mers, océans...). L’humain quant à lui risque pour sa part de se retrouver piégé en s’étant fixé pour lui-même des frontières intangibles sous peine de conflits entre nations. Il risque alors d’être exposé à des difficultés d’adaptation (sens 2 et 3) limitant ses capacités de création de variétés nouvelles de plantes et d’animaux. Sera-t-il, en effet, suffisamment rapide et efficace pour mettre en place dans des conditions climatiques instables des programmes de recherche permettant de créer des variétés nouvelles sur 10 à 20 ans ? Sa compensation et sa bioadéquation futures seront-elles suffisantes dans et autour des agglomérations du monde ? Et si non, où ?

Qu'en est-il du bien-être et du progrès évolutif de l’humain dans la nature ?

  • 52 Claude Lévi-Strauss (1908-2009)

67Selon Claude Levi-Strauss52 (1952), l’humanité en progrès « […/…] ne ressemble guère à un personnage gravissant un escalier, ajoutant par chacun de ses mouvements une marche nouvelle à toutes celles dont la conquête lui est acquise ; elle évoque plutôt le joueur dont la chance est répartie sur plusieurs dés et qui, chaque fois qu’il les jette, les voit s’éparpiller sur le tapis, amenant autant de comptes différents. Ce que l’on gagne sur un, on est toujours exposé à le perdre sur l’autre et c’est seulement de temps à autre que l’histoire est cumulative, c'est-à-dire que les comptes s’additionnent pour former une combinaison favorable […/…] » au sens d’un classement entre civilisations ayant cumulé les meilleurs caractères de développements (bien évidemment les nôtres ; ceux de la civilisation occidentale, car dotée pour nous de significations).

  • 53 Approche intersectorielle entre la santé publique et la santé animale proposée par l’OIE (Organisat (...)

68Depuis, l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) et la commission dite Stiglitz (Stiglitz et al., 2008) semblent de nature à poursuivre le débat sur les principales questions que pose la mesure du progrès des sociétés. Elles font état d’un consensus sur la nécessité de recourir à d’autres instruments que cet indicateur qu'est le produit intérieur brut (PIB). Le progrès, le bien-être et le développement de nos sociétés peuvent-ils encore être appréciés dans la confusion à l’aune d’un PIB exprimant seul la valeur des biens et des produits d’un pays ? Si le progrès, le développement et la croissance du PIB sont des objectifs de nos sociétés industrielles qui se généralisent dans le monde, il nous appartient aujourd’hui de « revisiter » ces notions. Peut-il y avoir progrès sans développement équilibré soutenable, sans l’approche « d’une seule santé »53 pour tous les êtres vivants sensibles ?

69Dans ce contexte biologique, culturel et économique, la croissance peut-elle encore être appréciée comme une quête positive de développement et de progrès pour nos sociétés remplissant l’exigence de la satisfaction des besoins des habitants et de la qualité de leur vie ? La notion de bien-être, jugé comme ne rapportant rien, totalement exclue du calcul économique, est pourtant de nature à permettre aisément une meilleure vision du devenir de l’humain. En définissant la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental, et social » pour l’humain, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a contribué à diffuser un modèle des déterminants de la santé publique qui accorde une importance significative aux facteurs liés aux environnements physiques et sociaux. La santé sensible à toute évolution brusque de l'environnement concerne donc l'ensemble des rapports entre les individus et l’écosystème dans lequel ils vivent (écosystème artificiel, semi-naturel, ou encore naturel). Par ailleurs, comme évoqué précédemment, l’état de bien-être ne peut être atteint que si l’organisme des individus (toutes espèces confondues) peut esquiver tout élément susceptible de le faire souffrir (physiquement ou psychiquement) et satisfaire ses besoins vitaux pour ainsi compenser (sens 2) en faisant face aux nouvelles conditions environnementales qui lui sont imposées (aléas climatiques, artificialisation des terres, épidémies …).

  • 54 Partout dans la nature et ses écosystèmes, la vie de l’espèce humaine dépend de ses relations avec (...)
  • 55 Pour se ressaisir, nos sociétés doivent réussir à sensibiliser, expliquer puis convaincre dès aujou (...)
  • 56 La ville de Rennes est à ce titre membre fondateur et respectivement membre du réseau européen et m (...)

70Ainsi, si dans l’écosystème urbain et périurbain l’humain dépend54 des relations avec l’ensemble des membres de son espèce et des autres êtres vivants sur le territoire, il semble important de sensibiliser localement les leaders d’opinion 55ayant compétence à agir en tant qu’acteurs sur les aménagements des espaces de vie des populations, à travers notamment « le programme Villes-Santé » de l’OMS lancé en 198656. Par extension, on pourrait ajouter sans difficulté que si rien n’est fait, disparaîtront des quantités d’espèces présentes naturellement en « bioadéquation » avec leurs territoires disparaîtront, ainsi que des variétés créées spécifiquement par la recherche agronomique ayant nécessité des programmes de recherche de 10 – 20 ans pour améliorer la qualité et la quantité de productions utiles à l’alimentation animale et humaine. En artificialisant les terres à proximité des lieux d’habitation , en s’affranchissant culturellement de la nature, en considérant exagérément dans notre culture l’animal comme une machine à produire, et en ayant une approche sectorielle par trop économique de ses activités autour du vivant (agriculture, sylviculture, aquaculture, pêche, chasse …), l'humain se met en situation de handicap face à l’apparition d’aléas climatiques en devenir plus puissants et plus nombreux. A terme sur ses territoires urbains et périurbains, l'humain risque de rendre inexistantes ou non compensables ses activités de productions alimentaires, soumises aux aléas et générer finalement des déséquilibres par la non couverture de besoins vitaux des organismes d’espèces domestiques et sauvages.

71Face à ces enjeux de bien-être et finalement de santé s’ajoute véritablement depuis une décennie la faiblesse de la croissance ou de l’opulence économique (ou la baisse de vigueur d’une dynamique adaptative de développement). Mal anticipée, cette faiblesse offre à nos concitoyens une perspective manquant singulièrement de sens et de cohérence. Attribuée en partie à la responsabilité de marchés financiers, elle pousse exagérément les entreprises à opérer un management fortement inspiré de l’interprétation erronée de l’écrit de Darwin en valorisant outrancièrement la compétition au détriment de la reconnaissance de la dépendance à l’autre, de la coopération, de la civilité, du partage des richesses pour satisfaire les besoins de tous et permettre leur bien-être. Avec ce mode de vie complexe à l'occidental, nos sociétés « borgnes » et amnésiques commencent cependant à douter et à s’interroger sur son orientation tout comme en son temps le marquis de Condorcet quant à l’oscillation du progrès humain.

72Le bien-être reste donc une des bases fondatrices de l’épanouissement relationnel et comportemental des humains entre eux. Il est un socle paisible de cohérence sociale, propice à l’expression de motivations et d’initiatives créatrices et productrices. Féconde et pertinente, cette base devrait être prise en compte dans un nouvel indicateur du progrès humain à réorienter. Le discernement de ces points implique pour l’humain une remise en cause.

73Les exemples cités précédemment de migrations d’espèces à cycle de vie court soulignent la nécessité de préciser et de distinguer dans nos communications (écrites et orales) les sens des mots « adaptation », « adapter », « s’adapter » et de débattre de propositions de vocables complémentaires tels que « bioadéquation », « bioadéquater », « compensation », « compenser », afin de mieux poser la problématique des adaptations du vivant. Ces terminologies plus précises , après validation de leur définition, contribueraient à chasser les malentendus lorsqu’il s’agit d'impliquer des leaders d’opinion et des profanes dans l’accompagnement salutaire de programmes d’actions internationaux visant à anticiper les conséquences des impacts du changement climatique.

74Ainsi des programmes internationaux proposant, de prévenir entre autres des désastres de migrations d’espèces d’ampleurs inconnues dans l’histoire de l’humanité et de la nature devraient susciter « un discernement » de sens, particulièrement lorsque le mot « adaptation » est lu et employé. .

75La stratégie du PNUE (ONU, 2011) relative à l'adaptation au changement climatique se concentre par exemple sur cinq actions dont l’estimation des vulnérabilités des écosystèmes et des services d'adaptation, des mesures d'adaptation en vue d'augmenter la résilience des écosystèmes clés et l’intégration des changements liés à l'adaptation dans les plans nationaux.

  • 57 ENESCOM : European Network of information centres promoting Energy Sustainability and CO2 reduction (...)
  • 58 Dont un volet « atténuation » avec 3 objectifs mentionnés par les spécialistes sous l'expression «  (...)

76Le programme de l’Union européenne (ENESCOM57, 2005) avec son Plan Climat Energie Territorial a, quant à lui, comme ambition d’atteindre d’ici à 2020 des objectifs58 précis visant à anticiper des conséquences du changement climatique afin de permettre la réduction de la vulnérabilité du territoire et ainsi une adaptation de nos sociétés à l’évolution du climat. Aussi associer aux volets « innovations », « consommation » et « production », les volets « combustions » et « émissions » de gaz à effet de serre (GES), y compris ceux issus du métabolisme des organismes vivants ou de décompositions de tout ou parties d'organismes morts, pourrait permettre respectivement de dresser l’esquisse d’une formule de développement du vivant avec des indicateurs compréhensibles de tous et consolider utilement notre approche. Ces deux derniers volets ajoutés inclineraient sans doute à mieux apprécier les conséquences de la célérité de « développement anthropique glouton » d’Homo sapiens et ses répercutions sur le climat, les espèces, les espaces urbains et périurbains. Le cadrage de cette formule permettrait alors de procéder à des évaluations mesurables et d’envisager des solutions.

77La clarification de la dynamique adaptative de développement du vivant, par la proposition d’une formulation simplifiée, peut être illustrée via un concept original de maîtrise du foncier vis-à-vis de l’artificialisation et de l’aménagement constants de surfaces d'espaces vitales à l'expression biologique d’espèces domestiques et sauvages variées. Aux échelles prioritaires de nos agglomérations et de leurs périphéries, l’espace foncier est soumis aux divers usages de développement de notre espèce de part sa démographie (aires de : promenades, jardinages, cultures, élevages, habitats, activités, transports, infrastructures communes dont lieux de recyclage, ou stockage de produits organiques et minéraux). Tous les êtres vivants (y compris l’humain) risquent de s’y trouver en masse en état de vulnérabilité. En effet, compte tenu du contexte d’aléas climatiques extrêmes pouvant se conjuguer les uns aux autres et pouvant par manque de compréhension et d’anticipation devenir un jeu dangereux de développement pour les communautés d’êtres sensibles.

  • 59 En 2008 : 457 000 habitants - 388 habitants /km2 – dont 622 habitants /km2 sur Rennes Métropole, (A (...)
  • 60 […/…] le paysage est perçu comme un niveau d'organisation écologique scientifiquement pertinent, re (...)
  • 61 Les SCoT (...) déterminent en France les conditions permettant d’assurer : 1) l’équilibre entre ren (...)

78L’expérience du pays de Rennes59 (AUDIAR, 2011) en France (région Bretagne) est intéressante pour la réflexion sur le grignotement constant des surfaces naturelles et agricoles. Depuis 40 ans, en effet, cette capitale régionale qui connait une croissance continue des plus élevées en France, a opté pour la maîtrise du foncier avec ses communes voisines en faisant le choix d’une politique de croissance respectueuse de l’environnement (Guy et Givord, 2004). Elle a posé les bases d’un développement durable par le maintien à long terme de l’équilibre entre les principales fonctions du territoire et en favorisant l’accueil de 60 000 habitants par décennie. Ce choix de modèle de développement appelé « ville-archipel » veut préserver un espace agricole qui assure la production de denrées alimentaires et façonne les paysages60 (Burel, 1991) entre les espaces naturels, les bourgs et l’agglomération. Les thèmes de travail de l’accord cadre (Programme local de l'agriculture, 2010) sont les suivants : (1)les échanges autour d’un observatoire de l’agriculture ; (2) la conciliation entre urbanisme, foncier et agriculture ; (3) le soutien du bocage et des haies dans ses multiples rôles (hydraulique, hygrométrique, écologique en tant qu'écosystèmes abritant de multiples espèces animales en interrelations, agronomique puisque les haies en tant qu'ombrage et brise-vent offrent bien-être aux troupeaux et protection des cultures face aux aléas climatiques, énergétiques …) ; (4) l’adaptation au nouveau contexte énergétique et climatique ; et enfin (5) le renforcement des relations entre citadins et agriculteurs avec notamment le développement de circuits courts de distribution des produits de consommation et une identité locale des produits. Cette dynamique prenant en compte l’artificialisation du territoire par la pression de l’urbanisation a conduit ainsi à réduire les pertes de terres et gérer l’usage des terres agricoles (AUDIAR, 2011). Ainsi, le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT)61 du pays de Rennes encadre-t-il depuis 2007 et jusqu’en 2027, la consommation d’espace à hauteur de 3,9% du territoire pour l’habitat et 1,2% pour les activités.

  • 62 Réalité de l'humain qui dans sa grande proportion, né en ville, méconnaît de plus en plus les vies (...)

79Malgré nos connaissances scientifiques, l’humain « urbain » impacte les organismes et leur bien-être. Il continue à s’extraire paradoxalement du temps et de la nature ou à se penser à son sommet de par sa dynamique adaptative de développement, en oubliant très souvent sa propre réalité biologique d’espèce animale, sa démographie galopante et sa densité (accentuant les effets dans et autour des agglomérations des ilots de chaleur urbain), ses relations de dépendances qu’il entretient directement ou indirectement avec les autres espèces dans l'équilibre sensible des territoires62. Si rien n’est entrepris, le découplage de la dynamique adaptative de développement de notre système pourrait desservir à terme une humanité minimalisant ses possibilités de compensation et de bioadéquation face aux nouveaux équilibres environnementaux engendrés, faisant alors fi du bien-être individuel ou collectif des êtres vivants.

Perspectives

Quelle adaptation pour quelles actions ?

80De la tendance de notre dynamique anthropique « gloutonne » vis-à-vis du vivant, aux aléas climatiques puissants à venir et à l’enjeu d'un progrès attendu « durable » pour l'humanité, notre contribution se veut participer à l’ouverture du débat autour de l’adaptation et à un réexamen par notre société de sa dynamique de développement (innovations, consommations - en eau, air, « combustibles alimentaires », « combustibles fossiles » , productions, combustions et émissions), de ses modes de vie.

81A la table des négociations de la communauté internationale, l'adaptation est souvent traitée sous l’angle du financement ; qui donne ? Combien ? A qui ? Et pourquoi ? L'approche participative et transversale, basée sur une évaluation des conditions de vulnérabilité par les acteurs eux-mêmes ne devrait-elle pas être de plus en plus envisagée ? Elle permettrait l'identification et la production d’indicateurs de vulnérabilité et/ou de capacité d’adaptation, utiles à la communauté pour une distribution de fonds. Aussi chacun des citoyens pourrait ainsi devenir un acteur du pilotage ou de l’accompagnement du volet « adaptation » de certains programmes internationaux. Il s’agit de ceux votés et financés pour influencer et réorienter légèrement les politiques publiques d’adaptation en anticipant et discernant posément les problèmes et les mesures à prendre pour préserver un bien-être pour tous. Ne l’oublions pas comme l’aura évoqué en son temps Baba Dioum lors de l’Assemblée générale de New Delhi de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature en 1968 : « En définitive, nous ne conservons que ce que nous aimons. Nous n'aimons que ce que nous comprenons. Nous ne comprenons que ce qui nous est enseigné.».

82Avec les confusions de sens et les malentendus non clarifiés dans les usages du mot « adaptation » ou de la place culturelle de l’humain dans et sur la Nature, pouvons-nous faire l’économie de revisiter notre culture commune pour l’enrichir ?

83Aussi au regard de notre contribution, certes lacunaire, mais ouverte, sollicitant les avis constructifs, les priorités d’engagements de moyens humains et financiers ne pourraient-elles pas être revisitées? Mieux sensibiliser et informer les publics et les décideurs sur les « adaptations du vivant » ne constituerait-elle pas la priorité des actions préalables pour faciliter la responsabilisation et la prise de décision d'actions locales d’innovations à mettre en œuvre sur les courts, moyens et longs termes ?

84Dès lors, afin de pouvoir animer, motiver, mobiliser, accompagner rapidement et positivement des plans d’actions stratégiques en cours ou à mettre en œuvre, financer plus encore la création et la production de médias d’information et de sensibilisation (conférences-débats, expositions itinérantes, modules de formation et d’animations, publications diverses, site internet …) ne serait elle pas la priorité ?

  • 63 60% de la diversité biologique se trouvent dans et sur les sols terrestres, et les fonds aquatiques (...)
  • 64 Le Groupe d’Etude et de contrôle des Variétés Et des Semences (GEVES) est sans doute un vivier d’in (...)

85En prenant en compte toute la diversité biologique (même la plus ordinaire63)des écosystèmes des territoires nationaux (jardins, cultures, forêts, rivières, étangs, littoral), les programmes de recherche aidant les producteurs agricoles à la mise en place de pratiques d’élevages et de cultures qui testent et évaluent la résistance et la productivité qualitative de variétés végétales et races animales , ne devraient-ils pas intégrer une quote-part constituée exclusivement d’espèces rustiques inféodées au territoire depuis des siècles et les mettre en élevage ou en culture selon un maillage territorial stratégique de stations64? Il s'agirait là de privilégier partout où c’est possible l’établissement d’un réseau de lieux d’essais d’implantations d’échantillons d’espèces rustiques issues de latitudes plus basses ou de longitudes plus ou moins continentales, capables de se développer sur des sols aux caractéristiques physico-chimiques et biologiques analogues. De telles « pépinières » réalisées en milieux forestiers, en milieux aquatiques, en milieux cultivés découverts, à proximité ou non des agglomérations, pourraient servir ainsi de futurs réservoirs biologiques stratégiques en cas d’aléas sérieux (canicule, gel …) ? Ils pourraient sans doute offrir la possibilité de multiplier rapidement (après ces rudes aléas) les variétés rustiques ayant bien résisté pour tendre à garantir en qualité et quantité la production d’aliments par exemple ?

86La sensibilisation de tous les acteurs, le développement, l'accompagnement et la protection des producteurs (jardiniers, agriculteurs, sylviculteurs, aquaculteurs …) et leurs filières ne s'avéraient-elles pas des étapes prioritaires pour un bien-être public face aux enjeux d'adaptation aux changements climatiques ?

Quelles orientations pour quel bien-être ?

87La posture ancienne issue de la philosophie de René Descartes (1596-1650), faisant de l'animal une machine et de l’humain la sommité de l’échelle des êtres vivants, « maître et possesseur » de la nature, est donc à reconsidérer profondément.

88Une telle réflexion permettrait de fixer des objectifs stratégiques visant à offrir une ligne de conduite via une charte éthique d’engagements philosophiques, scientifiques et techniques sans utopie, mais volontaire, et destinée au bien-être de tous. Cette charte fournirait, comme en son temps «la charte universelle des droits de l’humain », un cadre permettant à tous de « […/…] respecter à égalité les droits de la personne humaine et les droits de la nature […/…]» (Hessel, 2011), mais aussi de prendre en compte le temps de biodéquation des espèces. Cette spécificité permettrait alors de prendre soin avec bienveillance des éléments sur Terre abritant la vie (eau, air, terre) et devrait préserver de toutes atteintes la santé des enfants, des femmes, des hommes, des animaux, et des plantes.

89Si pour certains les choses semblent véritablement inéluctables, pour d’autres, il n’est pas trop tard pour « anthropiquement » s’adapter et atténuer considérablement les impacts négatifs de notre espèce.

90Remettre l'humain à sa place dans la nature pour mieux respecter l'humain et ses compagnons de route évolutive (toutes espèces vivantes confondues y compris les plus banales) serait une solution d’un engagement « doux ». Cohérent avec les valeurs d’un humanisme à repenser vis à vis d’un progrès à réorienter pour la communauté humaine, cet engagement serait capable de s’inspirer de la richesse des points de vue des cultures des sociétés anciennes et actuelles. Ainsi, des éclaireurs de l’histoire tels que Jean-Antoine-Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet (1743-1794), Claude Levi-Strauss (1908-2009) ou Stéphane Hessel (1917-2013) ont apporté des réflexions intéressantes à revisiter pour concevoir un projet d'une démocratie participative ambitieuse. Elle ouvrirait le débat à une sensibilisation locale, puis régionale, nationale et internationale, permettant de dépasser les rivalités pour un intérêt commun, universel, et généreux.

91L’interrogation de Monsieur de Condorcet déjà bien posée en 1794 sur le progrès et le bien-être pourrait encore être enrichie de l’éclairage de Claude Levi-Strauss (1952), à propos notamment du trajet évolutif des progrès des sociétés humaines. « Le progrès n’est ni nécessaire, ni continu », nous dit-il dans son livre « Race et Histoire ». Les civilisations seraient nourries, structurées, construites et plus ou moins affirmées dans le temps, selon leurs capacités d’adaptation. Elles seraient également dépendantes de contingences, de rencontres, d’innovations biologiques et du hasard tout comme dans l’histoire de l’évolution des espèces ! « […/…] Il (le progrès) procède par sauts, par bonds, ou, comme diraient les biologistes, par mutations (…/…) avec des changements d’orientation, un peu à la manière d’un cavalier d’échecs. […/…]». Si Claude Levi-Strauss explique en effet que les civilisations ont indirectement joué la partie de ce jeu, les poussant ou non vers un degré de progrès, la valeur de ce dernier, désigné et apprécié de façon factuelle, tient aussi compte, à ne pas s'y méprendre, du registre de valeurs de la position de l’observateur qui jauge ces civilisations. Un indicateur comme « la quantité d’énergie disponible par habitant » aurait pu être apprécié, selon lui, comme un degré de développement des sociétés humaines ». A contrario nous dit-il, « […/…] si le critère retenu avait été le degré d’aptitude à triompher des milieux géographiques les plus hostiles, il n’y a guère de doute que les Eskimos d’une part, les Bédouins de l’autre emporteraient la palme. […/…] ». Cette démonstration soulève alors une question : quelle valeur apposons-nous au progrès ?

  • 65 Toutes les espèces sauvages ne connaissent pas les frontières des Etats!

92Si aujourd’hui, il ne s’agit plus de savoir qui remportera la palme, tant le changement climatique planétaire avec ses incidences sanitaires et écologiques identifiées touchera toutes les espèces65 de toutes les nations, il nous faut nous réconcilier avec la nature et nous-mêmes, inventer une autre qualité de relations. Nous devrions penser, au-delà de la sobriété énergétique, à une sobriété d’épargne de la nature pour un progrès en bien-être c’est à dire en bien-vivre. Il nous faudrait définir un nouvel indicateur s’appuyant pourquoi pas sur une valeur fédératrice « pivot » : « l’évitement de la souffrance par bienveillance » ! Cette valeur serait structurante et cohérente face à l’enjeu universel de santé qui se pose, pour peu qu’elle soit accompagné des soutiens de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) via son réseau « Villes-Santé » et de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) pour avoir une ascendance forte sur les indicateurs de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) par exemple.

93Dès lors, conscient d’une destinée climatique commune et de sa part de responsabilité, conscient de sa réalité biologique, ancrée spatialement et temporellement aux territoires urbains et périurbains en particulier, la problématique du bien-être et des enjeux sanitaires nouvellement posés, l'humain doit-il continuer cette compétition entre nations sur fond d'histoires cumulatives pour décrocher la palme d'un progrès aux seules valeurs de sa culture ? Les cultures de l’humanité passées et actuelles ne sont-elles pas à réinviter ? Leur sagesse distanciante et leurs savoirs ne sont-ils pas d’une grande maturité et d’une grande richesse ? Avec bienveillance, la mobilisation de tous est vitale pour espérer se déjouer tant que faire se peut du hasard et de l’inconnu, et ainsi tenter de réorienter posément et intelligemment la vitesse de développement, le cap et le sens du progrès de notre bateau ivre. Prenons de la hauteur pour un jeu collectif et sobre. Donnons-nous un jeu de dés dont les règles seraient posées et réfléchies pour une humanité planétaire bienveillante à l’égard de tous selon une stratégie globale et pacifique.

94Enfin, avec la réalité de l’union des nations et compte tenu de l’analyse logique et admirable de Monsieur de Condorcet, laissant déjà entrevoir la sagesse d’un progrès soutenable au fragile équilibre, car « oscillant », ne devrions-nous pas, en pensant aux papillons, aux abeilles, aux oiseaux, à nos enfants, retrousser nos manches et tous agir ? Il nous appartient de nous poser la question : la participation et l’acceptation de tous à la conception d’un nouvel humanisme en bioadéquation avec la nature ne serait-elle pas une clé pour mieux respecter l'humain, les générations futures et réorienter « durablement » le progrès ?

Biographie

95Médiateur scientifique, accrédité Bilans Carbone®, titulaire de diplômes universitaires en communication scientifique, médiation scientifique, biologie marine et de formations agricole, Franck Raffegeau, conçoit et développe pour les publics des médias de sensibilisation en science de la vie et de la Terre.

96Climatologue, Dr. Eric Tromeur développe des projets d'adaptation et de résilience au changement climatique tout en poursuivant ses recherches et ses enseignements sur la ville durable.

Haut de page

Bibliographie

Sorry! Internal error. Please contact the webmaster and try reloading the page. 
Haut de page

Notes

1 +0,75°C au cours des cent dernières années allant de 1906 à 2005 selon le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat ou GIEC (GIEC, 2007)

2 La phénologie est l'étude de l'occurrence d'événements périodiques de la vie animale et végétale en relation avec le climat.

3 On préférerait utiliser les mots « diversité biologique » pour parler de la biodiversité. Plus explicite, elle désigne la diversité de toutes les formes du vivant et de leurs interactions. On peut y distinguer 3 unités de diversités. Les gènes au sein d’une même espèce ou d’une population, les espèces au sein de groupes dans la classification du vivant, les écosystèmes présents sur Terre.

4 En toute logique, il devrait être préférer le mot « soutenable » proposé en 1987 dans le rapport « Our Common Future » rédigé sous la présidence de madame Gro Harlem Brundtland pour la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l'Organisation des Nations unies. Si dans ce rapport, la définition classique du développement durable (sustainable development) semble dépassée pour beaucoup par le flou qui l’entoure, « durable » est et reste toujours de référence internationale pour qualifier un développement attendu. Sans pousser ici l’analyse, le mot « durable » semble suffisamment motivant pour toute action car rassurant les esprits pour affronter les défis de changements à venir. Aussi, à notre sens, il serait sans doute plus approprié d’évoquer une recherche constante et durable de développements de nos sociétés qui soient pour l’avenir respectueux des équilibres subtiles de la nature. En effet, ceci aurait pour avantage de mieux faire apprécier les variations d’équilibres sensibles d’une nature toujours en remodelage évolutif, où l’Humain (composante biologique majeure) ne peut s’extraire (y compris culturellement) pour relever les défis présents et à venir qu’il a initiés avec son développement.

5 [En ligne] URL : http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Plan-national-d-adaptation-2011-.html, Consulté le 17 décembre 2013.

6 Entrepreneurs, élus, journalistes, enseignants, médiateurs scientifiques, parents …

7 Notre « anthropo-sommisme » (gr.antrhôpos, homme- lat.summum, point le plus élevé) nous aura installé en occident depuis « SOMMITE DU MONDE» et « isolé » de l’animal puis de la nature.

8 Lorsqu’on parle de canicule, il est nécessaire de distinguer pour les plantes les effets directs ou immédiats, liés aux températures élevées elles-mêmes, de ses effets indirects liés à la sécheresse s’inscrivant dans la durée. Aussi, les conséquences physiologiques de canicules pour les plantes peuvent être une augmentation trop importante de leur température interne lorsqu'elles limitent leur transpiration pour ne pas perdre trop d’eau,. par la fermeture de leurs stomates Cela peut provoquer des brûlures du feuillage et une chute précoce des feuilles, entrainant selon des équipes de l'INRA et de l'INRA-ENSAM ayant travaillé sur les impacts de la canicule sur la vigne, une réduction de l'activité des feuilles adultes les plus exposées (potentiellement les plus « photosynthétisantes ») et le blocage de certains métabolismes du raisin (ex : coloration) voire l'altération de la structure des baies (INRA, 2004). Lors de la canicule de l’été 2003 en France, une élévation majeure et brutale de la surmortalité pour les populations humaines est intervenue où un accroissement de 60 % de victimes fut constaté sur le court terme. La surmortalité a été particulièrement élevée (+ 70%) chez les sujets âgés de 75 ans et plus, et très importante également (+ 30%) dans toutes les classes d'âges comprises entre 45 et 74 ans. L'augmentation de la mortalité a été de 40 % chez les hommes et de 60 % chez les femmes. La surmortalité a été très prononcée en milieu urbain en Ile-de-France (+130 %). Les causes de mortalité directement liées à la chaleur sont les coups de chaleur, les déshydratations, les hyperthermies et l’aggravation de maladies. Elles représentent 28,9 % des décès, les maladies cardio-vasculaires 20,6 % et les maladies de l'appareil respiratoire 7,7 %. Source : Selon les résultats provenant de l'Inserm, de l'Insee (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques), de l'InVS (Institut de Veille Sanitaire) et de Météo France (Inserm, 2003).

9 Source : Programme ANR Bâtiment & Villes Durables RESILIS : http://www.resilis.fr/

10 Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique, Service de l'Observation et des Statistiques, Agence européenne pour l'Environnement.

11 Ils regroupent les services de support (fonctions écologiques de base ex : Production primaire (de biomasse) / Photosynthèse), de régulation (services directs des fonctions Ecologiques ex : Production secondaire de biomasse), d’approvisionnement (services indirects des fonctions écologiques, ex : Alimentation, Plantes, animaux, pêche, aquaculture..) et culturels (ex : Savoirs : Recherche, éducation).

12 Homo sapiens est une espèce biologique animale en relations avec une multitude d’espèces dont il dépend fondamentalement pour vivre.

13 Seuls les animaux dotés d'un système cérébral peuvent être aptes à éprouver la souffrance. Si les végétaux ou les micro-organismes peuvent avoir certaines formes de sensibilité que l'on préfère appeler excitabilité, tactisme, ils n'ont pas de système nerveux, mais peuvent réagir à des facteurs nocifs de leur environnement par des mouvements de feuilles ou de croissance orientée ou par l'émission de substances chimiques. La plupart des animaux invertébrés comme les éponges ou les vers peuvent réagir par un mouvement réflexe d'évitement (sensibilité nociceptive) sans pour autant éprouver d'émotions (souffrance).

14 « [...] Tout organisme vivant, même unicellulaire, doit pour survivre être capable de percevoir un signal d'alarme l'informant d'un danger afin de réagir pour protéger sa vie. Il y a tout lieu de penser que cette capacité est universellement répandue dans le monde vivant, parce qu'elle est nécessairement indispensable à la vie même [...] »Préface in , Homme et animal : de la douleur à la cruauté, p.17, sous la direction de Thierry Auffret Van Der Kemp et Jean-Claude Nouët (2008). NB : la négation de la souffrance du monde animale est un « [...] héritage des préjugés archaïques de Descartes et de Mallebranche [...] », ibid p.16.

15 Gaz à effet de serre (GES) naturels ex : Dioxyde de Carbone (CO2) et Méthane (CH4).

16 Ce qui peut être impossible pour un animal sauvage vivant en liberté lorsqu'il est atteint d’une maladie ou affecté par des blessures causes de douleurs physiques et/ou psychiques.

17 En définissant la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental, social », l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a contribué à diffuser un modèle des déterminants de la santé qui accorde une importance significative aux facteurs liés aux environnements physiques et sociaux.

18 « Nouveau » est ici proposé au sens où les parents apportant chacun la moitié de leur patrimoine génétique lors de la procréation confère la naissance d’un individu nouveau et unique à la saga de la vie.

19 « La quête du bien-être » et en particulier « l’évitement de la souffrance » ne seraient-ils pas un moteur déterminant dans la dynamique évolutive des espèces où leurs représentants tendent individuellement dans leur existence à développer au mieux tous leurs potentiels ?

20 Dont l’apport de combustibles alimentaires susceptibles de couvrir ses besoins énergétiques indispensables à l’existence.

21 Identification de la causalité des circonstances, de leurs impacts sur la vulnérabilité et la souffrance des organismes, développement de procédures de traitement, mise en œuvre et suivi … le tout avec humilité (l’humain ne connait pas tout !) .

22 « Voir » est ici utilisé au sens figuré car il nous est difficile à l’échelle de notre vie d’homme de « voir » la transformation des êtres. Des stades fossiles d’individus retrouvés nous donnent, en revanche, une vision d’étapes des transformations évolutives du vivant.

23 Cadre ne prenant pas en compte l'impact de molécules chimiques qui entrainent des mutations génétiques se transmettant sur deux générations et plus.

24 Les innovations comportementales ici ne sont pas développées et ne font pas l'objet de cet article.

25 Si certaines d’entres elles ne sont pas viables d’autres sont conservées. Ces dernières peuvent être handicapantes, anodines (à priori sans intérêt particulier) jusqu’au jour ou elles peuvent se révéler un avantage dans un environnement changeant. Alors en parfaite adéquation car apportant ponctuellement ou de façon régulière une ou des réponse(s) décisive(s), elles permettent utilement aux organismes de faire face aux épreuves de perturbations environnementales.

26 Transmises puis conserver par la reproduction d’êtres vivants interféconds, ces successions de réponses biologiques, puis leur sommation avec ce temps long proposent alors à notre vision l’existence d’organismes que nous avons pu regrouper selon la parenté de caractères partagés, puis ordonnancés dans une classification phylogénétique.

27 Autrement dit de caractères présents

28 Du point de vue visuel à l’échelle d’une vie d’individu humain

29 Si le classement de ces entités regroupe de fait des caractères bioadéquatés, il permet par le discernement de constituer à l’évidence des regroupements permettant également d’apprécier les parentés et de construire ainsi la phylogénie du vivant. Aussi, par commodité de compréhension collective d’ordonnancement de la nature et de référentiel commun, la dénomination « espèces » nous facilite la compréhension du monde vivant et nous révèle, à un instant de l'histoire de la diversité de la vie, l’émergence dans des populations, d'organismes, d’entités qui, si elles semblent de fait fixes à notre vision, sont bioadéquatées dans des systèmes locaux ou régionaux toujours en équilibres évolutif.

30 L'homéostasie désigne la capacité d'un système à conserver son milieu intérieur en équilibre malgré les contraintes extérieures. Tous les mécanismes corporels entrent dans l'homéostasie : le rythme cardiaque, la respiration, la miction, la sudation, la digestion, la température corporelle, la composition du sang... Tous ces phénomènes naturels permettent l'équilibre de l'ensemble de l'organisme et son fonctionnement normal. Les hormones sécrétées par les différentes glandes du corps humain ainsi qu'une partie du système nerveux appelé système nerveux végétatif ou autonome sont les éléments majeurs de ces phénomènes de régulation.

31 Les êtres vivants n’ont pas une capacité illimitée de s’adapter au changement de leur environnement. Les limites de leur adaptation physiologique à une perturbation de leur environnement se définissent par leur degré de tolérance à son égard ou de la situation de leur gradient de préférence. Les marges de tolérances sont constituées par la bioadéquation de l’organisme, de son espèce et de ses innovations passées et conservées en son sein.

32 Capacité d’ajustement de réponses réversible ; eg « On a observé par exemple que pour s’adapter à une haute altitude, la première réponse de notre organisme est d’augmenter le rythme respiratoire. « [… /:…] Après 40 heures environ, des changements sont intervenus dans la capacité du sang à se charger d’oxygène : le sang parvient à extraire beaucoup plus d’oxygène de l’air raréfié. Aussitôt le rythme respiratoire redevient normal. Cette adaptation n’est pas complète avant deux semaines ; durant cette période on constate une augmentation des globules rouges dans le sang [… /:…] » et inversement si notre organisme est amené à redescendre en altitude (extrait de la définition du mot « acclimatation » dans le dictionnaire du comportement animal, 1990).

33 Dans les comptes rendus des journées de prospective l’Institut écologie & environnement du CNRS d’Avignon, il apparaît page 65 cette appellation intéressante de « Compensation plastique ». « [… /:…] les populations animales parvenant à répondre aux nouvelles pressions de sélection causées par les changements environnementaux globaux le feraient soit en évoluant, soit par compensation plastique (comportement, migration) [… /:…] ».

34 Les innovations techniques peuvent avoir des impacts durables sur la nature de part l'usage d'énergie fossile qu'il faut extraire pour permettre la fabrication des outils, mais également les déchets issus de leur délabrement et de leur abandon dans l'air, les océans et les terres.

35 Toutes les espèces sont le produit gagnant d’une multitude de tests de compensation issus de tris transformés au cours de l’évolution. Elles sont aujourd’hui bioadéquatées à leur environnement.

36 Poids total des individus de la population

37 « Formule » proposée ici qui se trouverait spécifique de par ses valeurs pour chaque espèce.

38 […/...] une génération humaine, 25 ans correspond à 400 000 générations d’une bactérie qui se reproduit toutes les 30 minutes. A l’échelle humaine, 400 000 générations correspondent à 9 000 000 d’années, la durée qui nous sépare des derniers ancêtres communs que nous partageons avec les primates non humains. Nous nous situons donc entre des rythmes, des temps très différents de l’évolution […/…] qu’il ne nous faut pas perdre de vue quant aux capacités de célérité d’innovations et de résistances biologiques des espèces entre elles. Source : Jean-Claude Ameisen, président de la conférence Française sur la biodiversité, 2010) lors de conférence « Quelle gouvernance pour réussir ensemble ? » organisée du 10 au 12 mai 2010 à Chamonix-Mont-Blanc.

39 Réalités énoncées relatives à l'évitement des souffrances, aux réponses comportementales permettant de pourvoir aux nécessités vitales et besoins énergétiques, à « l'état de bien-être » pour les individus, aux adéquations biologiques retenues au cours de l'évolution sur un territoire.

40 pp. 355-357.

41 « L’opulence, Cette grande multiplication dans les produits de tous les différents arts et métiers, résultant de la division du travail, est ce qui, dans une société bien gouvernée, donne lieu à cette opulence générale qui se répand jusque dans les dernières classes du peuple . »Adam Smith (1723–1790).

42 « Nous ne pouvons aborder aucune discussion sur l'accroissement relatif de la richesse chez les différentes nations, si nous n'avons un moyen quelconque, aussi imparfait qu'il soit, d'évaluer la somme de cet accroissement ». Thomas Robert Malthus, (1766-1834) . Il faut donc l'apprécier scientifiquement par un indicateur. Ce dernier se révèlera finalement au monde en 1934 sous l'appellation PIB ou Produit Intérieur Brut.

43 Une sorte de « formule » ou « d’équation » de la dynamique adaptative de développement du vivant !

44 A l'échelle d'une vie d'Humain !

45 Sauf incident et introduction d'espèces dites « invasives » dans un écosystème.

46 De même, depuis le premier rapport du GIEC, les changements observés et projetés et de leurs impacts sur l’environnement et la société : […/…] plusieurs risques sanitaires et évènements environnementaux susceptibles d’être exacerbés par le changement climatique sont classiquement identifiés dans les rapports français, européens et internationaux : émergence ou ré-émergence de maladies infectieuses, augmentation en fréquence et en intensité des évènements extrêmes, modifications profondes de l’environnement. […/…]. (ONERC, 2011).

47 Nos aïeux fondateurs pourraient être heureux de ce constat, eux qui ont espéré ce destin pour leur progéniture et les générations futures.

48 En 2012, c’est plus de la moitié de la population mondiale qui vivait dans les villes.

49 On considère que la limite qu'il ne faudrait pas dépasser devrait être 350 ppm ; mais ce niveau a constamment été dépassé depuis 1988

50 On pourrait dire ici que « les plantes n’ont pas le temps de « compenser » plutôt que « s'adapter » !

51 Source : http://www.maxisciences.com/faune/la-faune-et-la-flore-n-ont-pas-le-temps-de-s-adapter-au-rechauffement-climatique_art20369.html ou http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2407.htm

52 Claude Lévi-Strauss (1908-2009)

53 Approche intersectorielle entre la santé publique et la santé animale proposée par l’OIE (Organisation mondiale de la santé Animale anciennement dénommée « Organisation Intergouvernementale des Epizooties »).

54 Partout dans la nature et ses écosystèmes, la vie de l’espèce humaine dépend de ses relations avec les autres êtres vivants y compris trophique !

55 Pour se ressaisir, nos sociétés doivent réussir à sensibiliser, expliquer puis convaincre dès aujourd’hui, les publics citoyens et particulièrement les seniors âgés et les leaders d’opinion de plus de 40 ans susceptibles d’agir encore 20, 30, 40 ans et plus pour que ces derniers soient en mesure dès demain de mieux appréhender et agir pour notre bien commun.

56 La ville de Rennes est à ce titre membre fondateur et respectivement membre du réseau européen et membre du réseau français, réseau d’importance qui comptait quatre-vingts membres en 2012 en rassemblant par cette importance près d’un Français sur huit.

57 ENESCOM : European Network of information centres promoting Energy Sustainability and CO2 reduction among local COMmunities

58 Dont un volet « atténuation » avec 3 objectifs mentionnés par les spécialistes sous l'expression « les 3x20 ». Ils sont décrits ci-après : 1) Réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre (GES) (sobriété énergétique) ; 2) Améliorer et diminuer de 20% la consommation énergétique (l'efficacité énergétique) ; 3) Porter à 20% la production d'énergies renouvelables ou le développement d'énergies renouvelables !

59 En 2008 : 457 000 habitants - 388 habitants /km2 – dont 622 habitants /km2 sur Rennes Métropole, (AUDIAR, 2011).

60 […/…] le paysage est perçu comme un niveau d'organisation écologique scientifiquement pertinent, reliant de façon étroite les écosystèmes. Il représente un système complexe, hétérogène et structuré spatialement qui possède pour l'écologue un caractère fonctionnel dans la conservation de la biodiversité (1). Il s’inscrit dans une démarche nationale et européenne, déclinée à l’échelle nationale dans les Schémas de Services Collectifs des Espaces Naturels et Ruraux (SSCENR) […/…]. (Burel, 1991).

61 Les SCoT (...) déterminent en France les conditions permettant d’assurer : 1) l’équilibre entre renouvellement et développement urbain maîtrisé, la restructuration des espaces urbanisés, la revitalisation des centres, le développement de l’espace rural; l’utilisation économe des espaces naturels, la préservation des espaces agricoles, forestiers, naturels et des paysages ; la sauvegarde des ensembles urbains et du patrimoine bâti remarquables ; 2) la diversité des fonctions urbaines et la mixité sociale dans l’habitat ; 3) la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la maîtrise de l’énergie et la production énergétique à partir de sources renouvelables, la préservation des ressources naturelles (air, eau, sol et sous-sol...), la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques, et la prévention des risques, pollutions et nuisances. [En ligne] URL : http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019295069&cidTexte=LEGITEXT000006074075, Consulté le 4 février 2013

62 Réalité de l'humain qui dans sa grande proportion, né en ville, méconnaît de plus en plus les vies de la campagne, de la forêt, de la montagne, du littoral … de la nature.

63 60% de la diversité biologique se trouvent dans et sur les sols terrestres, et les fonds aquatiques, d’où l’importance protectrice des trames vertes et bleues et de la microbiologie des sols et des fonds subaquatiques.

64 Le Groupe d’Etude et de contrôle des Variétés Et des Semences (GEVES) est sans doute un vivier d’inspirations méthodologiques ?

65 Toutes les espèces sauvages ne connaissent pas les frontières des Etats!

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Adaptations : trois sens, trois temporalités / Adaptations: three meanings, three temporalities
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/16393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Raffegeau et Eric Tromeur, « Oscillation : bioadéquation et bien-être sont-ils l'avenir d'un progrès durable pour nos enfants ? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 28 septembre 2015, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/16393 ; DOI : 10.4000/vertigo.16393

Haut de page

Auteurs

Franck Raffegeau

Expert en Bilan Carbone® et conception de médias scientifique en Sciences de la Vie et de la Terre, 67 Boulevard de la Tour d'Auvergne, 35000, Rennes, France, courriel : franck.raffegeau@wanadoo.fr

Eric Tromeur

Expert en gestion des Risques de l’évolution climatique, Eric Tromeur Energy and Climate Consulting (ETEC2), 26, La Fontaine, 35250, Chasné sur Illet, France, courriel : eric.tromeur@etec2.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page