Navigation – Plan du site

Construire ensemble l’adaptation : la Boîte à outils pour tenir compte des changements climatiques et de la santé humaine en territoire cri

Geneviève Brisson, Martin Hébert, Pierre André, Emmanuelle Bouchard-Bastien, Anne Foro, Laure Beziers, Odile Bergeron, Samuel Yonkeu, Elizabeth Robinson, Jill Torrie, Suzanne Bruneau et Pierre Gosselin

Résumés

Les changements majeurs en territoire nordique et la nécessité d’adaptation aux changements climatiques des communautés cries obligent à mieux prendre en compte les incidences sur la santé posés par des projets de développement industriel et économique en Eeyou Istchee. Cet article présente le processus ayant mené à développer une Boîte à outils pour répondre à certaines des limites de l’évaluation environnementale (ÉE) quant à la prise en compte des changements climatiques et de la santé humaine. Après avoir posé le contexte des changements climatiques et des ÉE en territoire cri, il illustre un processus de travail encore peu usité dans les domaines de l’adaptation aux changements climatiques et de la santé, mené en collaboration avec les acteurs politico-administratifs autochtones. Il présente ensuite les outils qui en découlent, et qui ancrent l’adaptation non seulement dans le contexte environnemental propre de l’Eeyou Istchee, mais aussi dans un univers de possibilités et de contraintes concrètes et documentées (p. ex. : manque de temps, manque de ressources humaines, consultations encadrées). Enfin, le processus et sa résultante promeuvent une approche de prévention plutôt que de protection ou de réaction aux situations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’importance de l’adaptation aux changements climatiques pour les populations autochtones des régions nordiques n’est plus à démontrer (Downing et Cuerrier, 2011 ; Ford et al., 2007 ; Tremblay et al., 2008). Entre autres l’Eeyou Istchee, le territoire des Cris de la Baie-James, fait et continuera de faire l’objet de plusieurs changements en lien avec le climat. Le réchauffement des températures, l’augmentation des pluies, la diminution du couvert de neige et de glace sur les lacs et rivières ont des effets sur les Cris en matière de sécurité, d’infrastructures, d’alimentation et d’activités traditionnelles (Ford et al., 2010 ; Kwiatkowski, 2011). En matière de santé, les changements climatiques mènent à des problèmes sanitaires tels que les maladies, traumatismes et l’insécurité alimentaire (Downing et Cuerrier 2011 ; Furgal et Séguin, 2006), qui sont potentiellement accentués par l’impact cumulatif d’un nombre croissant de projets industriels. Pour ces raisons, les communautés cries constituent des populations particulièrement vulnérables aux transformations climatiques (Ettenger, 2012).

2Devant une telle situation et aux fins d’adaptation aux changements climatiques des communautés cries, il convient d’évaluer ex ante les incidences sur la santé posées par des projets susceptibles d’accentuer les effets des changements climatiques sur l’Eeyou Istchee. Cette approche proactive, plutôt que réactive, de l’adaptation demande de porter une attention particulière aux transformations de l’environnement, de l’économie, du mode de vie, des droits et des aspirations des Cris. Ces dimensions ont été abondamment documentées ces dernières années. D’une part, les études montrent bien comment le mode de vie contemporain complexifie l’adaptation (p. ex. : Adelson, 2000 ; Niezen, 2008). D’autre part, elles soulignent que la capacité d’adaptation des Cris est liée au degré d’autonomie politique et administrative pour définir leurs institutions (Scott, 2011).

3L’étape de l’évaluation environnementale (ÉE), conduite préalablement à l’autorisation des projets de développement industriel et économique, semble propice pour générer des informations pertinentes à l’adaptation. L’ÉE s’inscrit dans un processus réglementaire incontournable, auquel les principaux acteurs du territoire participent. Les Cris y jouent un rôle substantiel et ont la possibilité de questionner les impacts des projets. Cependant l’enjeu santé demeure encore peu intégré à l’ÉE, même si la pertinence de sa prise en compte explicite a été établie (Quigley et al., 2006). Pour que l’ÉE contribue plus directement à l’adaptation des Cris aux changements climatiques, un double défi se pose donc : y accroître la place qu’occupe l’évaluation des enjeux de santé en général, et ceux liés aux changements climatiques en particulier, et, pour qu’une stratégie d’adaptation efficace soit définie, donner un rôle conséquent aux savoirs et préoccupations des Cris.

4Face à ces défis, le Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie-James (CCSSSBJ) et l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) ont élaboré un projet de recherche visant à développer une Boîte à outils pour répondre à certaines des limites de l’évaluation environnementale quant à la prise en compte des changements climatiques et de la santé humaine. Cet instrument devient un levier pour faire valoir la spécificité et l’importance des Cris et de leur santé dans la planification et la mise en œuvre de toute action en Eeyou Istchee, qu’elle soit liée au développement économique ou en réponse aux changements climatiques. Cet article rend compte du processus de développement de la Boîte à outils ainsi que son utilité. Il illustre un processus de travail encore peu usité dans les domaines de l’adaptation aux changements climatiques et de la santé, mené en collaboration avec les acteurs politico-administratifs autochtones. Les outils que nous proposons ancrent l’adaptation non seulement dans le contexte environnemental propre de l’Eeyou Istchee, mais aussi dans un univers de possibilités et de contraintes concrets et documentés (p. ex. : manque de temps, manque de ressources humaines, consultations encadrées). Enfin, le processus et sa résultante promeuvent une approche de prévention plutôt que de protection ou de réaction aux situations.

Contexte

Les changements climatiques, une préoccupation croissante

5Les changements climatiques en Eeyou Istchee ont été constatés et modélisés, notamment par le consortium de recherche Ouranos (Ouranos, 2010). Pour tenter de rendre compte de la diversité des défis qu’ils posent aux habitants des régions nordiques en général, et aux peuples autochtones qui les habitent en particulier, diverses équipes ont travaillé à documenter ces impacts, à scénariser leur évolution, de même qu’à stabiliser les connaissances existantes (Downing et Cuerrier, 2011). Ces efforts répondent à la nature généralement fragmentée des données disponibles concernant les incidences des changements climatiques sur les modes de vie et la santé des Autochtones (UICN, 2008).

6Chez les Cris, la littérature sur la question est composée (1) d’inventaires généraux des effets environnementaux, sociaux et sanitaires des changements climatiques (p. ex. CCEBJ, 2007) et (2) d’études de cas quant à la diversité des incidences dans des localités précises (Cuciurean et al., 2010a, 2010b, 2010c, 2010d). D’autres études se sont penchées sur un type d’impact particulier (Ford et al., 2008a).

Les changements climatiques, une nouvelle source de risques pour la santé des Cris

7La plupart des études traitant des impacts actuels ou futurs des changements climatiques sur la santé des Cris s’intéressent, de manière assez classique, aux risques de maladies et de traumas mesurés ou perçus (Tableau 1). Les résultats donnent une approximation de la gamme des incidences potentielles des changements climatiques. Toutefois, elles ne semblent pas encore prendre suffisamment en compte les perspectives cries sur la santé, notamment le lien étroit qui est posé par les Cris entre les communautés, le territoire et les individus (Gnarowski et al., 2002 ; Adelson, 2000).

Tableau 1. Effets des changements climatiques et incidences actuelles et potentielles sur la santé.

Effets

Mécanismes

Incidences

Augmentation des précipitations et inondations

Modification de la distribution et de l’abondance d’insectes vecteurs

Nouvelles maladies

Accidents de travail

Traumatismes

Modification de la distribution végétale

Modification du mode de vie (alimentaire et médicinal)

Augmentation des vagues de chaleur et radiations solaires

Exposition directe

Coups de chaleur

Cancer de la peau et cataractes

Baisse de la réserve d’eau potable

Maladies hydriques

Arrivée de nouveaux insectes vecteurs

Nouvelles maladies

Diminution des baies sauvages

Modification du mode de vie (alimentaire et médicinal)

Difficulté de conserver la nourriture

Risque d’intoxication

Modification de la qualité et des caractéristiques de la glace et de la neige 

Modification de l’accès à la nourriture traditionnelle

Carences alimentaires, maladies chroniques, incidence sur le partage communautaire alimentaire

Accidents et noyades

Séquelles neurologiques, décès

Diminution/modification des déplacements

Carences alimentaires, maladies chroniques, incidence sur le partage communautaire

Augmentation des incendies de forêt

Évacuations

Impacts psychologiques

Brûlures

Incapacités, décès

Intoxications au monoxyde de carbone

Séquelles neurologiques, décès

Exposition aux particules fines

Problèmes respiratoires et cardiaques

Érosion (Fonte du couvert de glace, de neige et du pergélisol)

Risques d’accident

Traumatismes

Contamination du sol ou de l’eau

Intoxications, infections

Modification du comportement migratoire des animaux

Perte d’accès à la nourriture traditionnelle

Modification de la qualité de la ressource récoltée

Carences alimentaires, maladies chroniques, incidence sur le partage communautaire

Source. Hébert, Gonzalez et Bénezet, 2014.

8Les principales conséquences documentées du changement climatique sur la santé en région nordique sont les accidents lors des déplacements sur le territoire (Downing et Cuerrier 2011a ; Ford et Beaumier 2011) et les impacts sur l’alimentation (McNeeley et Shulski 2011, Sharma 2010). Les mentions des maladies infectieuses favorisées par le réchauffement climatique sont également nombreuses (Martin et al., 2007). Les membres des communautés soulignent par ailleurs les enjeux actuels et potentiels liés au bien-être communautaire, notamment les transformations dans l’accès au territoire (Cuciurean et al. 2010d ; Laidler 2012). Devant ces risques, les Cris ont pris la responsabilité de communiquer eux-mêmes leurs préoccupations aux gouvernements et aux promoteurs à travers des instances qui ont été les principaux partenaires de ce projet.

9La recherche que nous avons menée s’inscrit dans cette démarche de développement d’une capacité institutionnelle crie. Elle se veut une contribution pratique à la compréhension de l’adaptation aux changements climatiques. L’adaptation n’est pas ici considérée comme une série de mesures particulières visant à prévenir ou pallier les effets des changements climatiques. Elle est plutôt abordée de manière plus globale comme un ensemble de processus et de pratiques institutionnelles concrètes, impliquant des échanges d’informations et des négociations entre les acteurs de l’Eeyou Istchee. En ce sens, la capacité d’adaptation aux changements climatiques est vue comme étant directement liée à la capacité institutionnelle dont peuvent se doter les Cris pour recueillir des informations pertinentes et pour communiquer leurs préoccupations de manière efficace. La Boîte à outils proposée vise l’atteinte de ces objectifs. Elle contribue à développer un capital institutionnel appuyant la prise de décisions, l’agilité dans les rapports avec les autres acteurs et, ultimement, la capacité d’adaptation collective (Ostrom 1990).

Les projets de développement économique et leur encadrement réglementaire : contraintes et possibilités

10S’intéresser aux incidences immédiates et potentielles des projets de développement sur la santé et l’adaptation s’inscrit dans la perspective élargie de la santé publique ayant émergé depuis les années 1980 et la Charte d’Ottawa (Ebi, 2009 ; Frumkin et al., 2008). En lien avec cette approche, la nécessité de bien évaluer les impacts sur la santé a été mise de l’avant et suggère notamment le renforcement des méthodes d’évaluation environnementale (André et al., 2014).

  • 1 Pour un résumé de la procédure et des projets concernés, voir le site de ministère québécois respon (...)

11En Eeyou Istchee, la concomitance du développement économique et des changements climatiques impose déjà une prise en compte commune lors de l’évaluation environnementale des projets. Sur le territoire cri, tous les projets aux incidences majeures sont soumis à la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement et le milieu social prévue par la Convention de La Baie James et du Nord québécois (CBJNQ). Cet outil réglementaire de prévention, doté d’étapes bien définies1 (Tableau 2), constitue une obligation à laquelle un promoteur doit se soumettre afin d’obtenir l’autorisation de son projet lorsque ce dernier peut avoir des incidences significatives sur l’environnement biophysique, humain, culturel et économique. Il s’agit d’une procédure systématique d’examen fondée sur l’acquisition de connaissances. Elle vise à réduire les effets négatifs des projets, à en accroître les retombées positives, à assurer le respect des engagements et à apporter les modifications qui s’imposent tout au long de la mise en œuvre et des opérations d’exploitation. Par ce mécanisme, le promoteur demeure ainsi à l’écoute du milieu et des changements qu’il subit.

Tableau 2. Procédure d’évaluation environnementale et sociale en territoire Cri, incluant les acteurs responsables et les délais impartis.

Procédure nordique au sud du 55e parallèle

Responsabilité

Délai de réalisation prescrit

Évaluation préliminaire

Comité d’évaluation (COMEV)

30 jours prolongeables sur décision de l’administrateur

Élaboration des directives

Réalisation des études

Initiateur du projet

Aucun

Examen

Comité d’examen (COMEX)

45 jours prolongeables sur décision de l’administrateur

Décision

Responsable de l’administration de la CBJNQ (ministre de l’Environnement du Québec, Président de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale ou Administration régionale crie, selon le cas)

Aucun

Surveillance et suivi

Initiateur du projet et contrôle exercé par la Direction régionale du Nord-du-Québec du ministère responsable de l’Environnement

Variables selon les exigences imposées

12La procédure environnementale en territoire Cri, tout comme les autres procédures nordiques, entend se démarquer par la participation des autochtones qui habitent les territoires concernés (MDDEFP, 2012). Les types d’impacts et le contenu exigé de l’examen sont énumérés au Règlement sur l’évaluation et l’examen des impacts sur l’environnement et le milieu social dans le territoire de La Baie James et du Nord québécois (RLRQ., c. Q-2, r. 25). Les questions de santé et de changements climatiques, qui ne figurent pas explicitement au règlement, peuvent cependant faire partie de la commande du Comité d’évaluation (COMEV).

13Cette structure d’évaluation des impacts constitue une trame incontournable pour ancrer des outils favorisant la prise en compte des préoccupations des Cris et leur santé. Elle peut être un espace pour la prise en compte des incidences des changements climatiques sur la santé. Cependant, des défis de divers ordres subsistent. Participer au processus d’évaluation environnementale requiert du temps et des ressources financières et humaines. Le cadre juridique attribue aux acteurs des rôles et des responsabilités pouvant être exigeants ou limitatifs. Le processus existant fournit peu d’encadrement aux personnes consultées et à celles ayant à évaluer et à faire des recommandations sur les projets. Ces limites pèsent particulièrement sur les participants autochtones qui doivent en plus adapter leurs catégories locales à celles du langage administratif (Preston, 2011).

14De manière générale, l’enjeu de santé demeure peu visible dans ce processus. Lorsque documentée, la santé est comprise de façon limitée, en termes de maladies, d’incapacités et de décès. Cette lacune dans l’évaluation convient peu à la vision holistique qu’ont les Cris de la santé (Blue et al., 2002 ; Lester-Smith, 2012 ; Shirt et al., 2012). Ainsi, bien que le processus d’évaluation en vigueur soit innovant et englobant, son application actuelle doit être modulée afin de l’utiliser à son plein potentiel pour la prise en compte des savoirs et des préoccupations cris contribuant à l’évaluation et à la mise en place de mesures d’adaptation préventives et proactives.

Méthode

Un partenariat de recherche en santé publique

15Les constats qui précèdent nous ont motivés à développer une Boîte à outils utilisable par les acteurs cris, en tenant compte du fait qu’ils se trouvent souvent sur-sollicités et sous-équipés, confrontés à une accélération fulgurante du développement des projets et à l’accentuation de leurs incidences potentielles en contexte de changements climatiques. À cette fin, le partenariat de recherche, formé au printemps 2011, regroupe au premier chef des instances régionale et nationale de santé publique (respectivement le CCSSSBJ et l’INSPQ), auxquels des partenaires universitaires se sont greffés (Université Laval et Université de Montréal).

16Il est significatif, ici, que les partenaires de recherche soient issus du milieu de la santé et de l’évaluation environnementale. En effet, les changements climatiques touchent plusieurs aspects de la vie sociale et environnementale de l’individu et de sa communauté. Les risques sanitaires liés aux variations du climat justifient les récents efforts d’intégration de la santé publique et son rôle croissant dans les politiques d’adaptation (Ebi et al., 2005 ; Füssel, 2008). Au Québec, la question de l’adaptation se trouve d’ailleurs inscrite dans le volet santé du Plan d’action contre les changements climatiques du gouvernement du Québec (MDDEP, 2012). Par ailleurs, dans les processus d’évaluation environnementale existants, la révision des impacts humains, aussi diversifiés soient-ils, est souvent l’apanage de la Santé publique. La « santé » devient alors la clé pour exprimer une gamme de préoccupations, ouvrant la discussion sur les rapports politiques au sens large.

Collecte des données

17Le plan de travail commun, développé entre 2012 et 2014, a inclus une phase de consultation en territoire Cri, une étude des pratiques auprès du CCSSSBJ et une démarche itérative constituée de plusieurs réunions de travail.

Consultation en territoire Cri

  • 2 La durée de l’entretien était d’environ une heure, toujours précédé d’un consentement explicite pou (...)

18Menée par des professionnels du CCSSSBJ, la consultation a eu lieu de janvier à mars 2013 auprès d’organisations en lien avec l’environnement ou la santé. Elle a raffiné la connaissance des incidences des changements climatiques et a examiné la manière dont les organisations intègrent et traitent la santé et les changements climatiques. La démarche a été structurée sous la forme d’entretiens semi-dirigés2. Nous avons identifié les premiers participants sur la base d’une connaissance du terrain, c’est-à-dire en nous adressant directement aux acteurs institutionnels dont le mandat les plaçait en position de fournir de l’information pertinente à la recherche (Berg, 2001). Trois thèmes principaux ont été abordés : les changements climatiques (connaissances générales, expériences personnelles, impacts et rôle de son organisation dans la prise en compte), l’adaptation (les pratiques individuelles et communautaires, le rôle de son organisation) et les projets de développement (connaissance des effets, liens avec les changements climatiques, expérience des évaluations d’impact). Au total, nous avons mené des entrevues auprès de 40 personnes, hommes et femmes âgés de 20 à 61 ans et aux profils professionnels variés (Tableau 3).

Tableau 3. Profil professionnel des 40 participants à la consultation en territoire cri

Caractéristiques

Nombre de participants

Organisation

Membres de la communauté

14

Gouvernement local et régional

12

Niskamoon

2

Association des trappeurs Cris

5

Comité consultatif pour l'environnement de la Baie James

2

Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James

3

Bureaux d’études et d’avocats

2

Fonction

Analyse

3

Coordination ou direction

10

Leadership local

9

Travailleur/Activité personnelle

18

Étude des pratiques de santé publique

  • 3 Pour un total de quatre informateurs, soit un médecin conseil, deux professionnels en santé de l'en (...)
  • 4 Elles ont été réalisées par téléphone, et l’une en face à face.

19Avant d’entreprendre le développement de la Boîte à outils, nous avons aussi examiné les pratiques des instances de santé publique lors du processus d’évaluation environnementale, afin de dégager les manières de faire, les défis et les besoins de ces acteurs. Nous avons réalisé des entretiens semi-dirigés auprès de tous les praticiens de santé publique en charge des dossiers en changement climatique et en évaluation environnementale, ressources du CCSSSBJ et du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)34.

  • 5 Ces documents ont été portés à notre attention par le CCSSSBJ.

20Nous avons aussi analysé quatorze documents, produits pour la plupart par le CCSSSBJ dans le cadre d’évaluations environnementales5 : lettres, documents de travail, rapports, mémoires et présentations. Nous avons dégagé les cas traités, les milieux récepteurs, les types de documents, les thèmes discutés, les suggestions et recommandations faites par le CCSSSBJ, les références utilisées et le processus de confection. Nous avons ensuite regroupé l’information en trois catégories : les thèmes abordés, les préoccupations soulevées et les suggestions et recommandations émises par le CCSSSBJ.

Résultats

Les acteurs, une source de savoir et de pratiques pour le développement d’outils

21Les deux volets de la démarche de collecte de données ont permis de mettre au jour des enjeux relatifs aux changements climatiques et à l’évaluation environnementale en territoire Cri (Tableau 4). Ceux-ci sont de niveaux variés et associés autant à la compréhension des phénomènes qu’aux stratégies organisationnelles ou aux besoins concrets des ressources.

Tableau 4. Enjeux mis au jour par la collecte de données quant aux changements climatiques en territoire cri.

Consultation en territoire cri

Étude des pratiques de santé publique

État actuel de la prise en compte des changements climatiques

Prise en compte informelle. Utilisation d’outils variés (modélisations, cartes géographiques, sites web, experts-conseils, etc.).

Pas pris en compte.

Enjeux liés aux changements climatiques

Peu de connaissance empirique des gestionnaires quant aux effets des changements climatiques.

Intégrer ce thème ajoute des tâches, dans un horaire déjà chargé.

Difficulté d’identifier le rôle des organisations en regard de ce thème

Écart entre les gestionnaires et les experts dans la compréhension des enjeux, exacerbé par l’incertitude scientifique. Complexifie les stratégies d’adaptation.

Enjeux liés au développement régional

Peu mentionnés.

Méconnaissance des intentions de développement sur le territoire.
Complexifie l’anticipation des incidences.

Enjeux liés aux évaluations environnementales

Place secondaire accordée à l’adaptation aux changements climatiques, malgré une perception relativement aiguë de leurs incidences.

Peu d’éléments sur la santé dans les études d’impact.

Manque de ressources expérimentées pour les processus d’évaluation environnementale.

Inadéquation du processus à la réalité crie : délais trop courts, documents peu organisés, langue de communication peu accessible aux Cris.

Manque de lieux d’échanges et d’influence entre les partenaires.

Manque de sources directes quant aux préoccupations de la population (ex. : consultations).

Difficulté de valoriser à la fois les enjeux de la population Crie et les attentes du MSSS, dans un contexte où le MSSS n’est pas mandaté pour les communautés autochtones.

Sources. Foro et al., 2014 ; Bergeron, Brisson, Gonzalez, 2014.

22Les résultats indiquent que, pour se sentir bien équipés afin de mettre en place des stratégies d’adaptation adéquates, les répondants ont identifié quatre grands objectifs auxquels devrait répondre une Boîte à outils :

Aller chercher de l’information

23Au plan stratégique, la Boîte à outils doit permettre (1) d’anticiper les incidences en fournissant de l’information scientifique autant que de l’information sur les projets à venir, et (2) de produire de l’information générale sur les communautés, leurs perceptions. Le tout en étant attentif à la différence de conception entre les experts et les communautés au sujet des changements climatiques, cette différence conduisant à l’acquisition de données de nature scientifique et traditionnelle (perceptuelles et expérientielles). Cette différence doit être considérée autant dans l’analyse des impacts du changement climatique que dans les stratégies de mitigation et d’adaptation (Ding et al., 2011).

24Sur le plan pragmatique, la Boîte à outils doit améliorer la capacité à traiter l’information, notamment en termes de rapidité, d’efficacité et d’exhaustivité. Deux types d’informations semblent plus cruciales à traiter : celles issues de la consultation environnementale (transcriptions, consultations) et celles provenant des sources pertinentes dont disposent déjà les Cris (cartes, experts, sites internet, TEK).

Renforcer les liens entre les acteurs et établir des termes communs, notamment avec les promoteurs

25La Boîte à outils doit clarifier les rôles de chacun et augmenter la communication entre eux. Du seul fait d’exister, les outils créent des occasions de dialogue. Par ailleurs, ils doivent encourager une vision d’ensemble des changements climatiques, comme procédant « d’un même syndrome - et non un ensemble de changements indépendants […] » (McMichael, 2013, p. 1335) (traduction libre).

Rendre visible et prioriser l’enjeu des changements climatiques et de la santé environnementale pour les Cris

26Comme plusieurs études l’ont montré, les autochtones perçoivent, sur le terrain, des effets réels attribuables aux changements climatiques (CCEBJ 2007 ; Ford et al., 2007 ; Nancarrow et Chan, 2010), de même qu’ils perçoivent les lacunes des organisations pour y répondre, notamment dans le contexte des projets de développement. Nous pouvons avoir l’impression que le vocabulaire des changements climatiques a surtout une valeur stratégique, dans la mesure où, comme indiqué plus haut, il est aujourd’hui une clé pour parler d’enjeux plus larges de santé ou de rapports politiques. Mais les effets vécus deviennent une source d’inquiétude réelle pour les gens. Il est donc important que la Boîte à outils donne voix à ces expériences et aux perceptions qu’entretiennent les premiers concernés, et leur donne une légitimité.

Rendre visibles les Cris et leurs spécificités

27Le gouvernement a souvent une approche homogénéisante, et les organisations cries doivent négocier entre les règles pour tous et la réalité qu’elles perçoivent dans les communautés. En outre, peu de place est faite à l’humain cri dans les évaluations environnementales, et encore moins à sa santé.

Présentation de la Boîte à outils

28L’outil produit au terme de ces consultations a été nommé la « Boîte à outils pour les changements climatiques et la santé en Eeyou Istchee dans le contexte des évaluations environnementales ». Il a été conçu pour être entièrement applicable dans la procédure d’évaluation environnementale conventionnée (Tableau 2). Son utilisation relève cependant d’une démarche volontaire des acteurs, soucieux de bonifier les façons de faire tout en favorisant la participation des Cris dans la procédure et en stimulant la discussion sur les déterminants de la santé dès le début du projet. Destinée d’abord aux professionnels de santé publique régionaux, la Boîte à outils concerne également les leaders et professionnels régionaux et locaux, les communautés cries, les professionnels des études d’impacts, les promoteurs de projets et les décideurs. Ce faisant, les utilisateurs pourront agir en amont afin d’influer sur les projets et les politiques publiques pour mieux prendre en compte les impacts sociosanitaires qui découlent des changements.

29Le Tableau 5 présente sommairement les outils développés, organisés selon cinq phases. Alors que la première est de nature introductive, les suivantes accompagnent les intervenants dans la procédure d’évaluation environnementale. Selon la nature de l’étape, des actions sont recommandées afin de favoriser une meilleure prise en compte de l’enjeu de santé. Dans le réseau de la santé, ces étapes sont balisées par les rôles de chacun des intervenants (MSSS, CCSSSBJ), ainsi que par les stratégies développées entre eux.

Tableau 5. Outils disponibles en fonction des étapes de l’évaluation environnementale en milieu nordique et des utilisateurs

Étapes de l’évaluation environnementale

Outils pour le CCSSSBJ

Outils pour tous les utilisateurs

Introduction contextuelle

Document expliquant l’expertise et les mandats du CCSSSBJ

Définition crie de la santé

Exposé synthétique de la procédure d’ÉE

Déclaration et renseignements préliminaires

(Avis de projet)

Questionnaire pour l’évaluation préliminaire d’un projet

Listes questionnaires pour l’évaluation préliminaire d’un projet

Directive

Liste des facteurs des changements climatiques affectant la santé

Élaboration de l’étude d’impact

Grilles de classement des enjeux selon les déterminants de la santé et les variables climatiques,

Liste des impacts potentiels à la santé reliés aux changements climatiques,

Documents d’orientation, Liste des outils existants

Examen

Listes de contrôle, avis d’acceptabilité

Décision

Surveillance et suivi

30Chaque fiche vise, à sa façon, à renforcer la prise en compte de la santé par des moyens concrets et accessibles. En guise de présentation, trois documents d’introduction posent le contexte d’intervention en territoire Eeyou Istchee. La première fiche présente le CCSSSBJ, qui est l’organisme responsable de la gestion des services de santé et des services sociaux sur l’ensemble des neuf communautés du territoire d’Eeyou Istchee. La seconde expose la signification de la santé pour les Cris et les principaux enjeux qui en découlent, c’est à dire : l’eau, l’accès au territoire, l’alimentation traditionnelle, la relation entre les promoteurs et les Cris, l’emploi et l’éducation chez les jeunes, l’alcool, la toxicomanie et la violence, la gestion financière, les horaires de travail et l’augmentation de la circulation des véhicules lourds dans la région. Ces enjeux majeurs en Eeyou Istchee vont du pair avec la conception holistique du concept de santé chez les Cris, qui est basée sur les relations avec la nature et les relations interpersonnelles. Finalement, la troisième illustre à l’aide d’un schéma la procédure d’évaluation environnementale conventionnée et incluse dans la Loi québécoise sur la qualité de l’environnement ; elle énonce aussi les rôles formels et informels des différents acteurs impliqués. Ces fiches sont suivies d’autres documents, plus étroitement associés aux étapes légales de l’évaluation environnementale. Un premier type d’outils fournit des informations, sous forme de : grilles de classement du niveau d’enjeu des principales variables climatiques et des effets anticipés sur les principaux déterminants de la santé selon les étapes d’un projet type, tableau des impacts potentiels à la santé reliés aux changements climatiques, synthèses scientifiques sur différentes problématiques de santé faisant l’objet de campagne de sensibilisation en Eeyou Istchee (alimentation traditionnelle, dépendances (alcool, drogues et jeux), diabète, femmes enceintes, sécurité financière, infections transmissibles sexuellement et par le sang, santé mentale, tabagisme, traumatisme et violence), bibliographies commentées de sources d’informations existantes à propos des changements climatiques, du développement nordique et de la santé, permettant de dresser le portrait de certaines communautés cries et d’approfondir des sujets précis en santé communautaire et en santé environnementale (documents d’orientation, cartographies, sites internet, sommaires et lignes directrices, etc.), listes d’actions souhaitées, etc. Ce premier ensemble d’outils permet d’accroître la prévention des impacts sociosanitaires potentiels liés au projet et aux changements climatiques en cernant les enjeux spécifiques aux Cris de l’Eeyou Istchee. La prise en compte par le promoteur de ces informations est souhaitable lors de l’élaboration de l’avis de projet, et plus tard, lors de l’élaboration de l’étude d’impact. Ces informations sont également utiles pour le CCSSSBJ, car elles facilitent l’identification et la promotion des impacts potentiels, et ultimement, elles permettent d’influencer la directive ministérielle. Un second type d’outils, inclus à la suite a été développé pour analyser et traiter la documentation au moyen de questionnaires, de grilles de classement et de listes de contrôle. Ces outils sont davantage destinés à l’étape de l’examen ; ils exposent donc des composantes pouvant avoir un effet sur la santé, ainsi que les variables principales de ces composantes pour cinq types de projets (mine de minéraux industriels, mine de minéraux métalliques, barrages et centrales hydroélectriques, infrastructures routières et de transport et parc éolien). Les composantes et les variables sont présentées selon trois thématiques : la santé de la communauté, la santé environnementale et la santé des travailleurs. Ils contribuent à faciliter le mandat du CCSSSBJ, qui consiste à produire de la documentation (mémoires, etc.) et de documenter les impacts sociosanitaires pour chacune des phases du projet (planification, construction, opération et fermeture). Enfin, un troisième type d’outils, exclusivement développé pour optimiser l’intervention du CCSSSBJ dans le cadre de la procédure d’évaluation environnementale, favorise le positionnement à l’égard d’un projet en fournissant des modèles qui permettent de réaliser un avis de santé publique à partir des résultats de la liste de contrôle.

Discussion

31La Boîte à outils que nous venons de décrire sommairement résulte d’un double processus. D’une part, ses composantes se fondent sur la littérature pertinente pour aborder les effets des changements climatiques en Eeyou Istchee et sur les études en matière de prise en compte de la santé en évaluation environnementale. Les fiches produites visent à tenir compte des règles de l’art et des normes de réalisation des évaluations environnementales en territoire Cri. Elles reposent largement sur les résultats de consultation auprès des utilisateurs potentiels et tentent de s’arrimer à leurs manières de travailler et aux besoins qu’ils ont exprimés. D’autre part, chacun des éléments de la Boite à outils est le fruit de discussions au sein de l’équipe de recherche, et plus spécialement entre les membres du CCSSSBJ et la chargée de projet de l’INSPQ. Ces discussions cruciales à la nature partenariale de la recherche ont favorisé le transfert des connaissances, permettant l’appropriation des outils par les utilisateurs. Ce sont ces derniers qui ont permis de nuancer les composantes à la lumière de leurs réalités, de leurs besoins.

32Les résultats du présent projet découlent donc d’un processus de choix opérés tout au long de la conception de la Boite à outils, afin d’assurer la cohérence scientifique et pragmatique de l’ensemble, en regard de ses finalités particulières. La démarche a peu à peu dégagé la priorité de certains objectifs, et mis en évidence les besoins qui seraient moins facilement comblés au moyen d’une telle Boîte à outils (par ex. : accroître la place de la santé environnementale, documenter le développement territorial planifié, traduire en Cri les études d’impacts). Par ailleurs, il est évident que la constitution initiale du partenariat de recherche a accordé une place prépondérante à un type d’acteurs cris, soit le réseau de la santé publique. La collaboration étroite avec le CCSSSBJ a influencé les priorités non seulement dans le contenu de la Boîte à outils, mais aussi la manière d’en penser l’utilisation. Si nous avions travaillé avec un autre groupe d’utilisateurs, interagissant avec d’autres institutions, les priorités auraient sans doute été différentes.

Avantages de la Boîte à outils

  • 6 Le projet de recherche n’incluait pas d’évaluation après la mise en application de la Boîte à outil (...)

33Les utilisateurs en sont présentement à leurs premières expériences de travail avec la Boîte à outils. Il s’avère donc difficile de nous prononcer sur les avantages effectifs de son utilisation6. En comparaison avec d’autres initiatives visant à prendre en compte la santé et les changements climatiques (André et al., 2014), la Boîte à outils présente un avantage de taille : celui d’être pleinement harmonisée avec le processus légal d’évaluation environnementale en vigueur en Eeyou Istchee. Le souci d’arrimage au contexte et aux connaissances de différents types d’utilisateurs potentiels qui nous a guidés répond à un principe directeur en transfert des connaissances (Lemire et al., 2009) et semble promettre une certaine efficience. Le besoin de systématiser les informations reçues a été clairement exprimé par les utilisateurs dès le début du présent projet. La Boîte à outils est conçue en conséquence et devrait apporter au moins certaines améliorations à cet égard.

Défis et enjeux

34Le processus de recherche collaborative décrit ici a montré que des outils d’adaptation réalistes, pragmatiques et utilisables à court terme, deviennent modestes par la force des choses. Le besoin de le rendre utilisable dans des structures et cadres existants demande nécessairement un compromis par rapport à des outils plus ambitieux qui demanderaient, pour être mis en œuvre, d’importantes transformations politiques, règlementaires ou de mentalités. Dans un projet appliqué comme celui-ci, la production d’une ressource utilisable rapidement et concrètement afin de contribuer à l’adaptation de manière tangible était nécessaire.

35Les préoccupations actuelles liées aux changements climatiques sont une occasion pour les Cris de se rendre visibles. Des effets réels sont vécus. Les Cris sentent le besoin de se doter d’outils leur permettant de faire face à ces changements. Par ailleurs, ce besoin est aussi une occasion de rappeler des enjeux plus larges de reconnaissance territoriale. Mais ces deux objectifs ne sont pas à confondre. La réponse ponctuelle et technocratique à des enjeux d’adaptation peut éclipser des revendications liées à la transformation structurelle souhaitée à plus long terme. Ailleurs, cet enjeu se vérifie. Ainsi, dans la région de Cocagne (Nouveau-Brunswick, Canada), la mise en place d’un processus d’accompagnement en adaptation aux changements climatiques a permis d’identifier l’atteinte d’un statut de municipalité comme mesure prioritaire pour faire face aux changements climatiques (Chouinard, 2014).

36Le fait de rendre visibles les spécificités des Cris, de même que les incidences des changements climatiques pour eux, est en lien avec l’objectif d’augmenter la communication dans un but d’influence. Il faut cependant garder à l’esprit que le développement d’outils favorisant la participation aux structures existantes peut travailler à contresens. Dans le contexte où les rapports de pouvoir sont souvent inégaux au sein des processus existants, il est souhaité que la Boîte à outils rétablisse un équilibre, mais elle peut être détournée de ses fins. En tant qu’instrument facilitant la participation des Cris, l’acceptation de l’outil par les autres acteurs ne devrait pas automatiquement être interprétée comme signe d’une plus grande prise en compte des préoccupations et des perceptions des Cris. Il peut aussi être vu comme un gabarit permettant de formater de manière acceptable les vues que ces autres acteurs tentent de communiquer aux Cris. Sans être conscient aussi explicitement de cette limite, notre processus a tout de même gravité vers des mesures préventives, dont la prévision d’espaces et de documents, de sections de la Boîte à outils qui demeurent accessibles seulement aux partenaires de la santé.

Transférabilité

37La force de la Boîte à outils repose sur son ancrage dans la spécificité des Cris et du contexte propre aux projets de développement en Eeyou Istchee. Ce faisant, comment penser la transférabilité d’une telle initiative ? La question du processus et sa fine documentation revêtent alors toute leur importance, puisque c’est cette démarche qui devient transférable à d’autres contextes conjuguant changements climatiques, effets sanitaires et projets de développement. Le réseau de l’administration québécoise est ramifié en dix-neuf régions, chacune ayant un contexte propre, sans parler des spécificités locales. Cependant, une forte majorité d’entre elles partagent un contexte légal commun quant aux évaluations environnementales, celui du Québec méridional (MDDELCC, 2014a). Une adaptation de la Boîte à outils pour s’ancrer dans ce nouveau contexte est en cours, à la demande des utilisateurs de santé publique. D’ailleurs, ces derniers peuvent être considérés comme formant une communauté de pratique (Wenger, 2000), ce qui facilite la transférabilité des pratiques analysées auprès du CCSSSBJ. Enfin, la Boîte à outils a déjà fait l’objet de présentations aux autres utilisateurs potentiels, dont des promoteurs de projets de développement, des experts en environnement d’organismes cris et des analystes et gestionnaires du ministère responsable de l’Environnement. Toutes ces personnes se sont montrées vivement intéressées à consulter et à utiliser la Boîte à outils. Certains acteurs ont aussi sollicité l’équipe en vue d’adaptations éventuelles pour prendre en compte leurs contextes spécifiques d’application. La nature processuelle de la démarche paraît donc avoir été comprise à sa juste mesure, et suscite un intérêt marqué quant à la transférabilité du produit qui en a émergé et de l’expertise acquise durant son élaboration.

38Il demeure cependant, au final, une question centrale : est-ce que des outils de ce type contribuent réellement à penser l’adaptation ? Nous faisons ce pari, en estimant qu’une approche concrète de cueillette et de systématisation d’informations favorise l’apprentissage et la capacité d’être proactif. Elle maximise les occasions d’envisager les effets réels, sur la vie des gens et des communautés, d’enjeux parfois abstraits liés aux risques industriels et environnementaux en contexte de changements climatiques.

Remerciements

39Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont collaboré à ce travail et œuvrant à l’Université de Montréal, à l’Université Laval, au Conseil cri de la santé et des services sociaux et à l’Institut national de santé publique du Québec. Merci aussi à celles et ceux qui ont révisé et commenté le travail au sein des organismes liés au sujet. Enfin, un immense merci aux informateurs et informatrices des consultations menées en territoire Cri, sans qui ces résultats n’auraient jamais vu le jour ! Ce projet a été rendu possible grâce à des financements de recherche issus du Consortium sur la climatologie régionale et l’adaptation aux changements climatiques Ouranos et du Fonds vert du gouvernement du Québec - Plan d’action 2006-2012 sur les changements climatiques.

Haut de page

Bibliographie

Adelson, N., 2000, Being Alive Well, Health and Politics of Cree Well Being, University of Toronto Press, Toronto, 141 p.

André, P., S. Yonkeu, I. Tremblay-Dion, C. Coussot, G. Lanmafankpotin et G., C. Gadbois-Laurendeau, 2014, Revue systématique des écrits sur les approches d’évaluation d’impact sur la santé appropriées pour la question des changements climatiques en territoire cri, 112 p., dans Brisson, G. (dir.), Changements climatiques et santé en Eeyou Istchee dans le contexte des évaluations environnementales. Recueil d’annexes, Québec, INSPQ, pp. 3-115.

Assemblée des Premières Nations, 2006, Élaboration du cadre de rapport sur la santé des premières nations, Québec, Secrétariat à la santé et au développement social, 18 p. [En ligne] URL : http://64.26.129.156/cmslib/general/FNHRF-fr.pdf. Consulté le 4 mai 2012.

Berg, B. L., 2001, Qualitative research methods for the social sciences, Boston, Allyn and Bacon, 4e édition, 304 p.

Bergeron, O., G. Brisson et N. Gonzalez, 2014, Implication du Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie-James dans la procédure d’évaluation environnementale en milieu nordique, 21 p., dans Brisson, G. (dir.), Changements climatiques et santé en Eeyou Istchee dans le contexte des évaluations environnementales. Recueil d’annexes, Québec, INSPQ, pp. 219-236.

Biernacki, P. et D. Waldorf, 1981, Snowball sampling : Problems and techniques of chain referral sampling, Sociological Methods & Research, 10, 2, pp. 141-163.

Blue, A. W., W. G. Darou et C. Ruano, 2002, Through silence we speak : Approaches to counselling and psychotherapy with Canadian First Nation clients, Online readings in psychology and culture, 10, 3.

Booth, A. L. et N. W. Skelton, 2011, You spoil everything ! Indigenous peoples and the consequences of industrial development in British Columbia, Environment, Development andf Sustainability, 13, pp. 685-702.

Byer, P. R., P. Cestti, P. Croal, W. Fisher, S. Hazell, A. Kolhoff et L. Kørnøv, 2002, Climate Change in Impact Assessment : International Best Practice Principles, Fargo, USA, International Association for Impact Assessment, Special Publication Serie No 8, 4 p. [En ligne] URL : http://www.iaia.org/publicdocuments/special-publications/SP8%20Climate%20Change_web.pdf, Consulté le 4 mai 2012.

Conseil consultatif pour l’environnement de la Baie-James- CCEBJ, 2007, Portrait et impacts connus du changement climatique sur le territoire de la Baie James, Montréal, Comité consultatif pour l’environnement de la Baie James, [En ligne] URL : http://www.ccebj-jbace.ca/francais/publications/documents/Rapportchangementsclim_internet.pdf, Consulté le 23 mai 2014.

Cuciurean R., G. Dionne, N. Saganash, C. Lussier et T. Rodon, 2010a, Impacts and Adaptation Measures for the Hunters, Trappers and Communities of Eeyou Istchee - Mistissini Community Report. The Climate Change Project, Eastmain, Cree Trappers Association, 8 p., [En ligne] URL : http://www.creegeoportal.ca/documents/climate-change-pdfs/Climate_Change_Mistissinit.pdf, Consulté le 22 mai 2014.

Cuciurean R., G. Dionne, N. Saganash, C. Lussier et T. Rodon, 2010b, Impacts and Adaptation Measures for the Hunters, Trappers and Communities of Eeyou Istchee - Waskaganish Community Report. The Climate Change Project, Eastmain, Cree Trappers Association, 8 p. , [En ligne] URL : http://www.creegeoportal.ca/documents/climate-change-pdfs/Climate_Change_Waskaganish.pdf, Consulté le 22 mai 2014.

Cuciurean R., G. Dionne, N. Saganash, C. Lussier et T. Rodon, 2010c, Impacts and Adaptation Measures for the Hunters, Trappers and Communities of Eeyou Istchee - Whapmagoostui Community Report. The Climate Change Project, Eastmain, Cree Trappers Association, 8 p., [En ligne] URL : http://www.creegeoportal.ca/documents/climate-change-pdfs/Climate_Change_Whapmagoostui.pdf, Consulté le 22 mai 2014.

Cuciurean R., G. Dionne, N. Sagangash, C. Lussier et T. Rodon, 2010d, What the Crees from Waskaganish, Whapmagoostui and Misitssini have to say about climate change. The Climate change project, Eastmain, Cree Trappers Association, 8 p., [En ligne] URL : http://www.creegeoportal.ca/documents/climate-change-pdfs/Climate_Change_Whapmagoostui.pdf, Consulté le 22 mai 2014.

Ding D., E. W. Maibach, X. Zhao, C. Roser-Renouf et A. Leiserowitz, 2011, Support for climate policy and societal action are linked to perceptions about scientific agreement, Nature Clim. Change, 1, 9, pp. 462-466.

Downing, A. et A. Cuerrier, 2010, A Synthesis of impacts of climate change on the First Nations and Inuit of Canada, Indian Journal of Traditional Knowledge, 10, 1, pp. 57-70.

Ebi, K. L., 2009, Public Health Responses to the Risks of Climate Variability and Change in the United States, Journal of Occupational and Environmental Medicine, 51, 1, pp. 4-12.

Ebi, K. L., J. B., Smith et I. Burton, 2005, Integration of public health with adaptation to climate change : Lessons learned and new directions, British Medical Journal, 331, 7522, pp. 971.

Ford, J., T. Pearce, F. Duerden, C. Furgal et B. Smit, 2010, Climate change policy responses for Canada's Inuit population : The importance of and opportunities for adaptation, Global Environmental Change, 20, 1, pp. 177-191.

Ford, J., T. Pearce, J. Gilligan, B. Smit et J. Oakes, 2008, Climate Change and Hazards Associated with Ice Use in Northern Canada, Arctic, Antarctic, and Alpine Research, 40, 4, pp. 647-659.

Ford, J., T. Pearce, B. Smit, J. Wandel, M. Allurut, K.H. Ittusujurat et K. Qrunnut, 2007, Reducing Vulnerability to Climate Change in the Artic : The Case of Nunavut, Canada, Artic, 60, 2, pp. 150.

Foro, A., Béziers, L., Robinson, E. et J. E Torrie, 2014, Perceptions des leaders et des professionnels du Eeyou Istchee quant aux changements climatiques et à ses effets sur la santé humaine, 43 p., dans Brisson, G. (dir.), Changements climatiques et santé en Eeyou Istchee dans le contexte des évaluations environnementales. Recueil d’annexes, Québec, INSPQ, pp. 175-218.

Frumkin, H., J. Hess, G. Luber, J. Malilay et M. McGeehin, 2008, Climate change : The public health response, American Journal of Public Health, 98, 3, pp. 435-445.

Füssel H.-M., 2008, Assessing adaptation to the health risks of climate change : What guidance can existing frameworks provide ? International Journal of Environmental Health Research, 18, 1, pp. 37-63.

Furgal C. et J. Séguin, 2006, Health and Vulnerability in Canadian Aboriginal Communities, Environmental Health Perspectives, 114, 12, pp. 1964.

Gnarowski, M., 2002, I dream of yesterday and tomorrow : a celabration of the James Bay Crees, Ottawa, The Golden Dog Press, 163 p.

Hébert, M., N. Gonzalez et P. Bénezet, 2014, Évaluation des impacts des changements climatiques sur la santé humaine en territoire cri ; revue de littérature, 57 p., dans Brisson, G. (dir.), Changements climatiques et santé en Eeyou Istchee dans le contexte des évaluations environnementales. Recueil d’annexes, Québec, INSPQ, pp. 117-174.

Kwiatkowski, R. E., 2011, Indigeous community based participatory research and health impact assessment : A Canadian exemple, Environmental Impact Assessment Review, 31, pp. 445-450.

Lemire, N., K. Souffez et M.-C. Laurendeau, 2009, Animer un processus de transfert des connaissances. Connaissances et méthode. Québec, INSPQ, 69 p.

Lester-Smith, D., 2012, Eagle on a lamp post : A bird’s-eye view of Aboriginal peoples, health and well-being in Vancouver, British Columbia, Canada, 6 p., dans Bauer K., H. Ross, International Indigenous Development Research Conference 2012, New Zealand’s Indigenous Centre of Research Excellence, New Zealand, pp. 212-218.

McMichael, A. J., 2013, Globalization, Climate Change, and Human Health, New England Journal of Medicine, 368, 14, pp. 1335-1343.

Ministère du développement durable, de l’environnement et des parcs (MDDEP), 2012, Évaluation environnementale des projets en milieu nordique, Vue d’ensemble, 19 p., [En ligne] http://www.mddefp.gouv.qc.ca/evaluations/mil-nordique/index.htm, Consulté le 27 décembre 2012.

Ministère du développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC), 2013, Le Québec en action vert 2020. Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques, Québec, MDDEP, 66 p. [En ligne] URL : www.mddelcc.gouv.qc.ca/changementsclimatiques/pacc2020.htm, Consulté le 12 août 2014.

Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC), 2014, L’évaluation environnementale au Québec méridional. Vue d’ensemble, 1 p. [En ligne] URL : www.mddelcc.gouv.qc.ca/evaluations/procedure.htm, Consulté le 16 août 2014.

Niezen, R., 2008, Defending the Land. Sovereignty and Forest Life in James Bay Cree Society, Boston, Allyn and Bacon, 144 p.

Ostrom, E., 1990, Governing the Commons : The Evolution of Institutions for Collective Action. Cambridge, Cambridge University Press, 298 p.

OURANOS, 2010, Savoir s’adapter aux changements climatiques, Montréal, OURANOS, 137 p., [En ligne] URL : http://www.ouranos.ca/fr/publications/documents/sscc_francais_br-V22Dec2011.pdf, Consulté le 18 décembre 2013.

Preston, S., 2011, Lifeworlds and Property : Epistemological Challenges to Cree Concepts of Land in the Twentieth Century, 20 p.,dans W. Coleman (dir.), Property, Territory, Globalization : Struggles Over Autonomy, Vancouver, UBC Press, pp. 56-76.

Quigley, R., L. den Broeder, P. Furu, A. Bond, B. Cave et R. Bos, 2006, Health Impact Assessment International Best Practice Principles, Fargo, USA, International Association for Impact Assessment, Special Publication Serie No 5, 4 p. [En ligne] URL : http://www.iaia.org/publicdocuments/special-publications/SP5.pdf, Consulté le 4 mai 2012.

Scott, C., 2011, Aboriginal Autonomy and Development in Northern Quebec and Labrador. Vancouver, UBC Press, 448 p.

Shirt, M., K. Lewis et W. Jackson, 2012, Cree ontology, epistemology and axiology research, 6 p., dans Bauer K, H. Ross, International Indigenous Development Research Conference 2012, New Zealand’s Indigenous Centre of Research Excellence, New Zealand, pp. 205-2011.

Swain, E. B., P. M. Jakus, G. Rice, F. Lupi, P. A. Maxson, J. M. Pacyna, A. Penn, S. J. Spiegel et M. M. Veiga, 2007, Socioeconomic Consequences of Mercury Use and Pollution, Ambio A Journal for the Human Environment, 36, 1, pp. 45-61.

Tremblay, M., C. Furgal, C. Larrivée, T. Annanack, P. Tookalook, M. Qiisik, E. Angiyou, N. Swappie, J.-P. Savard et M. Barrett, 2008, Climate Change in Northern Quebec, Adaption Strategies from Community-Based Research, Artic, 61, Supplement 1 : Artic Change and Coastal Communities, pp. 27-34.

Wenger, E., R. McDermott et W. M. Snyder, 2002, Seven Principles for Cultivating Communities of Practice, 16 p., dans Cultivating Communities of Practice : a guide to managing knowledge, Harvard Business School Press, Boston. pp. 49-64.

Haut de page

Notes

1 Pour un résumé de la procédure et des projets concernés, voir le site de ministère québécois responsable de l’Environnement (MDDELCC, 2014).

2 La durée de l’entretien était d’environ une heure, toujours précédé d’un consentement explicite pour l’entretien et l’enregistrement. Les entretiens ont eu lieu en personne ou par téléphone.

3 Pour un total de quatre informateurs, soit un médecin conseil, deux professionnels en santé de l'environnement et une gestionnaire.

4 Elles ont été réalisées par téléphone, et l’une en face à face.

5 Ces documents ont été portés à notre attention par le CCSSSBJ.

6 Le projet de recherche n’incluait pas d’évaluation après la mise en application de la Boîte à outils, et une initiative de recherche à ce sujet serait à financer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Brisson, Martin Hébert, Pierre André, Emmanuelle Bouchard-Bastien, Anne Foro, Laure Beziers, Odile Bergeron, Samuel Yonkeu, Elizabeth Robinson, Jill Torrie, Suzanne Bruneau et Pierre Gosselin, « Construire ensemble l’adaptation : la Boîte à outils pour tenir compte des changements climatiques et de la santé humaine en territoire cri », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 23 | novembre 2015, mis en ligne le 25 novembre 2015, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/16583 ; DOI : 10.4000/vertigo.16583

Haut de page

Auteurs

Geneviève Brisson

Chercheure, Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), et professeure, Département Sociétés, Territoires et Développement, UQAR, 300 allée des Ursulines, Rimouski, G5L 3A1, Canada, courriel : Genevieve_brisson@uqar.ca

Articles du même auteur

Martin Hébert

Professeur, Département d’anthropologie, Université Laval, Pavillon Charles-De Koninck, 1030, avenue des Sciences-Humaines, Québec G1V 0A6 Canada, courriel : martin.hebert@ant.ulaval.ca

Pierre André

Professeur, Département de géographie, Université de Montréal, C.P. 6128, Succ. Centre-Ville, Montréal, QC, H3C 3J7, Canada, courriel : pierre.andre@umontreal.ca

Emmanuelle Bouchard-Bastien

Conseillère scientifique, Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), unité Santé et environnement, 945 ave. Wolfe, Québec G5B 1V3 Canada, courriel : Emmanuelle.bouchard-bastien@inspq.qc.ca

Anne Foro

Conseillère scientifique, Département régional de santé publique, Région 18, 203, boulevard Mistassini, Mistissini Qc G0W 1C0, Canada, courriel : Anne.foro@ssss.gouv.qc.ca

Laure Beziers

Conseillère scientifique, Département régional de santé publique, Région 18, 203, boulevard Mistassini, Mistissini Qc G0W 1C0, Canada, courriel : Laure.beziers@ssss.gouv.qc.ca

Odile Bergeron

Conseillère scientifique, Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), unité Santé et environnement, 945 ave. Wolfe, Québec G5B 1V3, Canada, courriel : Odile.bergeron@inspq.qc.ca

Samuel Yonkeu

Professeur associé, Département de géographie, Université de Montréal, C.P. 6128, Succ. Centre-Ville, Montréal, QC, H3C 3J7, Canada, courriel : samuel.yonkeu@umontreal.ca

Elizabeth Robinson

Médecin-conseil, Département régional de santé publique, Région 18, 277, rue Duke, Montréal Qc H3C 2M2 Canada, courriel : Elizabeth.robinson@ssss.gouv.qc.ca

Jill Torrie

Directrice de la recherche, Département régional de santé publique, Région 18, 203, boulevard Mistassini, Mistissini Qc G0W 1C0, Canada, courriel : Jill.torrie@ssss.gouv.qc.ca

Suzanne Bruneau

Chef d’équipe, Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), unité Santé des autochtones, 945 ave. Wolfe, Québec G5B 1V3, Canada, courriel : Suzanne.bruneau@inspq.qc.ca

Pierre Gosselin

Responsable scientifique de l’équipe Changements climatiques, Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), unité Santé et environnement, 945 ave. Wolfe, Québec G5B 1V3, Canada, courriel : Pierre.gosselin@inspq.qc.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page