Navigation – Plan du site
Section courante

Structure, composition spécifique et diversité des ligneux dans deux zones contrastées en zone Sahélienne du Burkina Faso

Structure, specific composition and woody vegetation diversity in two contrasted zone in the Sahel of Burkina Faso
Ouango Maurice Savadogo, Korodjouma Ouattara, Souleymane Pare, Issa Ouedraogo, Séraphine Sawadogo-Kaboré, Jennie Barron et Nabsanna Prosper Zombre

Résumés

Cette étude menée au Sahel burkinabé fait l’état actuel de la végétation ligneuse de cette région afin d’établir le lien entre la réalité du terrain et les observations satellitaires dans deux sites dans chacune des deux zones contrastées, l’une présentant un certain taux de reverdissement et l’autre de dégradation. Elle analyse aussi la composition spécifique, la structure, la diversité des ligneux et les similitudes entre les quatre sites (deux sites par deux zones). L’étude a utilisé une méthode d’échantillonnage stratifiée aléatoire analysant 104 placettes de 20 x 20 m². L’analyse statistique a montré des différences significatives de la densité, du nombre d’espèces, de la classe des hauteurs, de la classe des diamètres et des indices de Simpson et Shannon entre les deux zones. Les valeurs les plus importantes ont été observées dans la zone en reverdissement. Nous avons noté aussi une différence significative de la densité, des diamètres et des hauteurs en fonction de l’occupation des terres. Les champs de la zone en reverdissement possèdent les valeurs les plus importantes de densité et des hauteurs, mais ont les diamètres les moins élevés. Le reverdissement au Sahel est donc plus apparent dans les champs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Sahel est la bande qui s’étend du Sénégal à l’Éthiopie sur 6000 km. Sa limite septentrionale est constituée de l’isohyète de 150 mm et au sud par celle de 700 mm (Ozer et al., 2010). Cette partie de l’Afrique a connu et souffert des sécheresses de 1972 - 1973 et de 1983 - 1984. Celles-ci ont été catastrophiques pour les populations, ont provoqué des migrations et ont aussi perturbé les écosystèmes (Ozer et al., 2010). La diminution des précipitations (Gonzalez et al., 2012) et les activités humaines (Lindqvist et Tengberg, 1993) ont aussi eu un impact négatif sur l’environnement, ce qui a conduit parfois à la rupture de la stabilité de certains écosystèmes, qui ont été perturbés ou qui ont disparu.

2De nos jours la dynamique de la végétation au Sahel est assez complexe. Pour certains auteurs, la désertification est en train de prendre de l’ampleur et ils trouvent qu’il existe un hiatus entre « la vérité du terrain et la littérature » (Ozer et al., 2007 ; Hountondji et al., 2006 ; Ariori et Ozer, 2005). Pour ces auteurs, malgré certaines bonnes pratiques dans les systèmes agro-pastoraux et en analysant des tendances pluviométriques actuelles, la désertification continue (Ozer et al., 2003 ; L'hôte et al., 2002).

3Mais pour d’autres auteurs, le retour des années de bonne pluviométrie (1990, 1994, 1999) (Ouedraogo et al., 2014 ; Balme et al., 2008) et l’utilisation croissante des techniques de conservation des eaux et des sols ont contribué à réduire l’érosion des sols et à améliorer leurs qualités. Ces techniques ont permis d’augmenter l’efficacité d’utilisation de l’eau de pluie (Stroosnijder et Hoogmoed, 2004). À cela s’ajoutent le reboisement et l’introduction de nouvelles espèces ligneuses qui ont favorisé l’amélioration du couvert végétal dans certaines régions du Sahel.

4En effet, des études récentes d’analyse des données et d’images satellitaires à basse résolution au niveau du Sahel montrent une augmentation des valeurs de l’indice de végétation par différence normalisée encore appelée NDVI (normalized difference vegetation index) dans certaines zones et une dégradation continuelle dans d’autres (Dardel et al., 2014 ; Giannini et al., 2008 ; Anyamba et Tucker, 2005 ; Herrmann et al., 2005 ; Olsson et al., 2005 ; Eklundh, 2003). Diello et al. (2005) ont aussi trouvé une corrélation positive entre les indices de végétation et la pluviométrie dans le bassin du Nakanbé. Pour élucider le lien entre la réalité de terrain et les observations satellitaires, une étude menée dans deux zones écologiques, différentes par les valeurs de NDVI, a permis de mieux connaitre l’état actuel de la végétation ligneuse dans ces deux zones contrastées.

5L’objectif de cette étude est de : (i) décrire d’abord la composition spécifique, la structure et la diversité des ligneux dans les sites d’étude et dans les deux zones, (ii) évaluer la diversité beta (similitude) entre les sites et aussi au niveau des deux zones afin de faire le lien entre la réalité du terrain et les observations satellitaires.

Matériel et méthodes

Description des sites d’étude

6Situés dans les régions du Nord (chef-lieu : Ouahigouya) et du Centre-Nord (chef-lieu : Kaya) du Burkina Faso, les sites de Oula et Boursouma à Ouahigouya (zone en reverdissement) et ceux de Lebda et Koalma à Kaya (zone en dégradation) sont des zones ayant traversé les épisodes de sécheresses de 1972-73 et 1983-84. Ils sont localisés dans le climat semi-aride, sont couverts d’une végétation de type savane arbustive et ont une pluviométrie annuelle variant entre 500 et 600 mm. Pendant et après ces sécheresses, les acteurs du public et du privé se sont investis dans la récupération des terres dégradées et l’amélioration des moyens d’existence des populations.

7Les études d’Anyamba et Tucker (2005) ; Olsson et al. (2005) ; Hickler et al. (2005) ; Eklundh (2003) sur les valeurs des NDVI au Sahel ont montré que les valeurs de cet indice s’améliorent dans la zone de Ouahigouya, alors que dans la zone de Kaya la dégradation persiste.

Choix des sites

8Les sites ont été choisis en utilisant la carte du Burkina avec les tendances des NDVI résiduels et des NDVI de 1982-2008 d’Hermann. Ils ont à peu près la même densité (carte de la densité de la population du Burkina de Ouedraogo, 2006), sont dans la même zone agro écologique, où l’on pratique les techniques de conservation des eaux et des sols qui ont contribué au reverdissement du Sahel et suivant le gradient de NDVI (la zone en reverdissement se trouve aux environs de Ouahigouya et celle en dégradation à Kaya).

Échantillonnage

9La collecte de données sur la végétation s’est basée sur la méthode d’échantillonnage stratifié randomisé et a été réalisée en fin de saison pluvieuse (décembre 2012). L’inventaire a été réalisé en fonction de l’occupation des terres dans 26 placettes de 20 X 20 m² par site soit 52 par zone. Au total 104 placettes ont été inventoriées dans les deux zones. Dans chaque placette, les noms de toutes les espèces ligneuses ont été enregistrés. La hauteur totale du plant, le diamètre à hauteur de poitrine (DHP = 1,30 m) ont été mesurés et le nombre de pieds de plus de 1 m de haut a été dénombré.

10La notion de régénération n’est pas toujours aisée et diffère selon les auteurs. Pour certains (Bognounou et al., 2009 ; Ky-Dembele et al., 2007), le terme rejet renvoie au groupe d’individus ayant une hauteur inférieure ou égale à 1 m alors que (Pare et al., 2009) assimilent la régénération aux individus ayant un DHP (diamètre à hauteur de poitrine) < 2,5 cm avec une hauteur < 150 cm. Dans cette étude, nous avons considéré comme faisant partie de la régénération ligneuse, tous les plants ayant une hauteur ≤ 1 m. Ces individus sont inventoriés par espèce dans toutes les 104 placettes d’échantillonnage.

11Nous avons codifié le nom des espèces pour pouvoir les utiliser plus facilement. Le code est composé des deux premières lettres du genre + les deux premières lettres de l’espèce et, est utilisé comme légende des graphiques (Tableau 1).

Tableau 1. Noms des espèces et les codes correspondants / Species names and codes.

Nom de l’espèce

Code

Nom de l’espèce

code

Nom de l’espèce

code

Acacia dudgeon

Acdu

Combretum micranthum

Comi

Lannea microcarpa

Lami

Acacia macrostacha

Acma

Combretum nigricans

Coni

Leptadenia hastata

Leha

Acacia nilotica

Acni

Diospyros mespiliformis

Dime

Mitragyna inermis

Miin

Acacia P

Acp

df*

Ddf

Piliostigma reticulatum

Pire

Acacia Senegal

Acsn

Eucalyptus camaldulensis

Euca

Pterocarpus lucens

Ptlu

Acacia seyal

Acse

Faidherbia albida

Faal

Saba senegalensis

Sase

Acacia siberiana

Acsi

Feretia apodanthera

Feap

Sclerocarya bierra

Scbi

Acacia sp*

Acsp

Gardenia erubenscus

Gaer

Espèce indéterminée*

Spin

Alibizi Chevaleri

Alch

Gardenia mespiliformis

Game

Stereospermum kunthianum

Stku

Adansonia digitata

Addi

Gardenia sokotensis

Gaso

Senna Suigueana

Sesu

Anogeissus leiocarpa

Anle

Gardenia ternifolia

Gate

Suen*

Su

Azadirachta indica

Azin

Guiera senegalensis

Guse

Tamarindus indica

Tain

Balanites eagyptiaca

Baea

Gratora Meligrosa

Grme

Terminalia macroptera

Tema

Bombax costatum

Boco

Grewia bicolor

Grbi

Vitellaria paradoxa

Vipa

Boscia augustifolia

Boau

Holarrhena Floribunda

Hofl

Zimare*

Zi

Combretum aculeatum

Coac

Jotrapha Gossifolia

Jogo

Ziziphus mauritiana

Zima

Combretum glutinosum

Cogl

Lannea acida

Laac

Ziziphus mucronata

Zimu

Analyse des données

12La composition spécifique de chaque site a été décrite en utilisant les paramètres suivants :

  1. Dominance relative = (surface terrière totale pour une espèce/surface terrière totale de toutes les espèces) × 100.

  2. Surface terrière = D130 (diamètre à 1,30 m) ₓ π/4

  3. Densité relative = (nombre d’individus de l’espèce/nombre total des individus toutes espèces confondues) × 100.

  4. Fréquence relative = (fréquence de l’espèce/somme de toutes les fréquences des autres espèces) × 100.

  5. Diversité relative = (nombre d’espèces dans la famille/nombre total des espèces présentes) × 100.

  6. L’index de la valeur d’importance (IVI : Importance Value Index) = dominance relative + densité relative + fréquence relative.

  7. La valeur d’importance de la famille (FIV : Family Importance Value) = dominance relative + densité relative + diversité relative.

13Les caractéristiques structurales (densités des arbres, classification des individus par classes de diamètres et de hauteurs) ont été calculées pour chaque placette, pour les quatre sites et pour tous les individus. Les plants ont été regroupés en sept classes de diamètre de 5 cm d’intervalle allant de la classe 1 =] 0 – 0,05] à la classe 7 =] 0,3 et +] ; et les hauteurs en six classes de 1 m d’intervalle allant de la classe 1 = [1, – 2] à la classe 6 =] 6 et +].

14Pour mieux comprendre les différences et les similitudes entre les écosystèmes, certains indices comme ceux de Shannon-Weaver, l’indice de Simpson sur la régularité, l’indice de diversité de Simpson et le coefficient de similitude de Sorensen ont été calculés. Afin de mieux comparer les communautés, nous avons utilisé ces indices qui prennent en compte la richesse spécifique et l’abondance relative des espèces. Pour mesurer la diversité biologique, ces indices sont largement utilisés (Magurran, 2004).

15Régularité de Simpson : E = D/S

16où S = le nombre total d’espèces dans la communauté (richesse)

17pi = est l’abondance relative de la nième espèce dans la placette.

18Coefficient de similitude de Sorensen : Cs = 100 [2c/(a + b)]

19où a : nombre d’espèces du milieu A ;

20b : nombre d’espèces du milieu B

21c : le nombre d’espèces communes aux deux milieux.

22Le calcul des différents indices s’est fait pour chaque placette avant d’effectuer l’analyse statistique avec GenStat Discovery edition 4. L’ANOVA (Analysis of Variance) a été utilisée pour l’analyse de la composition, de la structure et des différents indices de végétation. Les comparaisons des moyennes ont été faites au seuil de probabilité P = 0,05.

Résultats

Composition spécifique des ligneux

23Un total de 718 arbres et arbustes et 3506 régénérations réparties en 54 espèces représentées dans 19 familles ont été inventoriés avec 29, 33, 32 et 24 espèces identifiées respectivement à Oula, Boursouma, Lebda et Koalma (Tableau 2).

Tableau 2. Récapitulatif de la composition spécifique et des caractéristiques structurales des ligneux / Summary of specific composition and structural characteristics of woody species.

Zone de Ouahigouya

Zone de Kaya

Boursouma

Oula

Koalma

Lebda

Nombre de Familles

15

13

12

12

Richesse spécifique (S)

33

29

24

32

Densité ±S.E (N/ha)

218 ± 33,6

123 ± 33,6

184 ± 33,6

164 ± 33,6

DHP ±S.E (m)

0,19 ± 1,01

0,18 ± 1,35

0,10 ± 1,12

0,14 ± 1,17

Hauteur ±S.E (m)

5,52 ± 0,18

4,69 ± 0,23

3,27 ± 0,19

4,19 ± 0,20

Surface terrière ±S.E (m²/ha)

0,0491

0,0411

0,0175

0,0403

Légende : S.E : Standard error

24L’analyse de la variance révèle qu’il existe des différences significatives (p< 0,003) pour la richesse spécifique des ligneux avec une valeur plus élevée à Boursouma.

25Dans la zone en reverdissement, l’espèce Azadiratcha indica (neem) est celle qui a la plus forte densité avec 46 pieds/ha à Boursouma (Figure 1) et parmi les régénérations, on a Guiera senegalensis et Combretum micranthum avec respectivement 435 et 374 régénérations/ha à Oula (Figure 2).

Figure 1. Densité des espèces d’arbres par site / Woody species density per site.

Figure 1. Densité des espèces d’arbres par site / Woody species density per site.

Figure 2. Densité de rejets par espèces et par site / Tree regeneration species density per site.

Figure 2. Densité de rejets par espèces et par site / Tree regeneration species density per site.

26Boursouma avec 218 individus/ha a la plus forte densité.

27Les espèces qui ont une valeur importante de IVI sont Vitellaria paradoxa à Oula (IVI = 54,77), Azadirachta indica à Boursouma (IVI = 44,81), Combretum micranthum à Lebda (IVI = 36,08) et Piliostigma reticulatum à Koalma (IVI = 63,96) (Tableau 3).

Tableau 3. Liste des cinq espèces les plus importantes en fonction de leur IVI dans chaque site / List of five important species according to IVI in each site.

Site

Espèces

Fréquence relative ( %)

Densité relative ( %)

Dominance relative ( %)

IVI ( %)

Oula

Vitellaria paradoxa

5,92

1,52

47,33

54,77

Sclerocarya birrea

3,95

0,53

22,65

27,13

Piliostigma reticulatum

10,53

7,42

2,98

20,93

Diospyros mespiliformis

9,87

5,83

3,27

18,97

Balanites aegyptiaca

5,93

1,67

4,99

12,59

Total

36,2

16,97

81,22

134,39

Autres espèces

63,8

83,03

18,78

165,61

Boursouma

Azadirachta indica

9,46

28,57

6,78

44,81

Guiera senegalensis

9,46

17

5,71

32,17

Lannea microcarpa

6,76

3,86

15,12

25,74

Adansonia digitata

5,41

4

10,86

20,27

Balanites aegyptiaca

5,41

6

8,8

20,21

Total

36,5

59,43

47,27

143,2

Autres espèces

63,5

40,57

52,73

156,8

Lebda

Combretum micranthum

10,85

27,89

0,34

39,08

Guiera senegalensis

11,63

21,54

0,11

33,28

Combretum nigricans

9,31

16,02

3,5

28,83

Vitellaria paradoxa

2,33

0,33

24,36

27,02

Sclerocarya birrea

6,98

1,46

13,76

22,2

Total

41,1

67,24

42,07

150,41

Autres espèces

58,9

32,76

57,93

149,59

Koalma

Piliostigma reticulatum

18,18

25,69

20,09

63,96

Vitellaria paradoxa

6,06

0,85

34,83

41,74

Combretum micranthum

12,12

26,01

2,36

40,49

Diospyros mespiliformis

12,12

15,71

4,72

32,55

Guiera senegalensis

12,12

14,65

0,45

27,22

Total

60,6

82,91

62,45

205,96

Autres espèces

39,4

17,09

37,55

94,04

28La famille des combrétacées a une FIV importante dans tous les sites d’étude avec cinq ou six espèces par site (Tableau 4).

Tableau 4. Les cinq familles les plus importantes dans chaque site / List of five important family in each site.

Familles

Nombre espèces

Densité relative %

Dominance relative %

Diversité relative %

FIV

Oula

Combretaceae

5

72,24

0,34

17,24

89,96

Sapotaceae

1

1,51

47,33

3,45

52,30

Anacardiaceae

2

0,91

25,49

6,90

33,29

Mimosaceae

7

1,97

4,48

24,14

30,59

Caesalpinaceae

3

7,80

3,49

10,34

21,63

Boursouma

Combretaceae

5

24,42

6,85

15,15

46,43

Melinaceae

1

28,57

6,78

03,03

38,38

Mimosaceae

5

8,43

14,41

15,15

37,99

Anacardinaceae

2

8,00

21,11

06,06

35,17

Rubiaceae

5

4,86

14,82

15,15

34,83

Lebda

Combretaceae

5

79,84

17,33

15,63

112,79

Mimosaceae

6

4,47

16,26

18,75

39,48

Sapotaceae

1

0,33

24,36

3,13

27,81

Anacardinaceae

2

1,79

16,27

6,25

24,31

Caesalpinaceae

3

2,33

7,63

9,38

19,04

Koalma

Combretaceae

6

50,85

4,41

25

80,26

Caesalpinaceae

2

26,65

22,70

8,33

57,68

Sapotaceae

1

0,85

34,84

4,16

39,85

Ebenaceae

1

15,71

4,72

4,16

24,60

Rubiaceae

3

0,85

9,96

12,5

23,31

Structure de la végétation

29L’analyse des classes de hauteurs a donné des différences très significatives (p< 0,001) entre les zones et les sites. Pour les classes de DHP, l’analyse montre qu’il existe une différence hautement significative (p< 0,001) au niveau des zones et des sites avec des valeurs plus élevées des hauteurs et DHP respectivement à Boursouma et Oula, c'est-à-dire la zone en reverdissement (Figures 3 et 4).

Figure 3. Distribution des arbres par classe de diamètres (cm) / Tree diameter class distribution.

Figure 3. Distribution des arbres par classe de diamètres (cm) / Tree diameter class distribution.

Les sites avec des lettres différentes indiquent les différences significatives au seuil de 5 % / Sites with different letters indicate significant at the 5 % differences.

Figure 4. Distribution des arbres par classe de Hauteurs (m) / Tree height class distribution.

Figure 4. Distribution des arbres par classe de Hauteurs (m) / Tree height class distribution.

Les sites avec des lettres différentes indiquent les différences significatives au seuil de 5 % / Sites with different letters indicate significant at the 5 % differences.

30En considérant les sites et l’occupation des terres en fonction des zones, on a trouvé des différences très significatives (p< 0,001) pour la densité, les classes de DHP et les classes des hauteurs (Tableaux 5 et 6).

Tableau 5. Caractéristiques structurales en fonction de l’occupation des terres par site / Structural characteristic according to land use per site.

Densité ±S.E

(N/ha)

Classe de DHP

±S.E (m)

Classe de Hauteur

±S.E (m)

Boursouma

Champs

205,3 ± 18, 24

0,03 ± 0,17

3,99± 0,14

Végétation naturelle

118,7 ± 39,76

0,05± 0,48

4,48 ± 0,40

Oula

Champs

98,7 ± 18,24

0,05 ± 0,24

3,93 ± 0,20

Végétation naturelle

---

---

---

Koalma

Champs

53,1 ± 19,88

4,03 ± 0,33

3,65 ± 0,27

Végétation naturelle

200,0 ± 35,56

2,70 ± 0,33

2,56 ± 0,27

Lebda

Champs

103,6 ± 21,25

4,35 ± 0,28

4,03 ± 0,23

Végétation naturelle

---

---

---

Probabilité

< 0,001

< 0,001

< 0,001

Tableau 6. Caractéristiques structurales en fonction de l’occupation des terres par zone / Structural characteristic according to land use per zone.

Densité ±S.E (N/ha)

DHP ±S.E (m)

Hauteur (m)

Zone en reverdissement

Champs

152,0 ± 14,4

3,83± 0,14

3,97 ± 0,11

Végétation naturelle

118,8 ± 44,4

4,95± 0,49

4,47 ± 0,40

Zone en dégradation

Champs

76,70 ± 16,2

4,21± 0,22

3,88 ± 0,17

Végétation naturelle

200,0 ± 39,7

2,70 ± 0,34

2,58 ± 0,27

Probabilité

< 0,001

< 0,001

< 0,001

31La classification des ligneux en classes de diamètres a révélé à Koalma et Lebda respectivement, plus de 71 et 63 % des individus dans les deux premières classes (] 0 – 0,05] et] 0,05 – 1] en cm). Une différence de distribution s’observe aussi pour les classes de hauteur (plus de 64 et 52 % des individus respectivement à Koalma et à Lebda) dans les deux premières classes ([1 – 2] et [2 – 3] en m).

32À Oula et Boursouma pour le DHP, plus de 62 % des individus se situent dans les classes 3 à 7, 43 % des individus ont une hauteur appartenant aux deux premières classes [1 – 2] et [2 – 3] et 77 % des individus sont répartis dans les classes 3 à 6 (Figures 3 et 4). Les unités les plus exploitées par les producteurs (les champs) possèdent deux fois plus d’arbres dans la zone en reverdissement que dans l’autre zone. Dans la zone en dégradation, la présence d’une végétation naturelle a dissimulé les différences, car dans cette unité, la densité des arbres est importante. Dans cette zone, la majorité des individus est constituée de jeunes plantes.

Analyse de la diversité et des similitudes entre sites et zones

33Les coefficients de similitude des différents sites sont supérieurs à 50 %, ce qui veut dire que les similitudes sont élevées entre les quatre sites et elles sont encore fortes dans les sites de la même zone. On trouve, 58 ; 59 et 60 % de similitude respectivement entre Boursouma et Lebda, Oula et Lebda, Koalma et Oula, et aussi 60 % entre Koalma et Boursouma. Pour les sites de la même zone, on a, 61 et 71 % respectivement entre Koalma et Lebda, et Oula et Boursouma.

34Cependant, l’analyse statistique des différents indices de diversité nous donne des différences très significatives (p<0,001) pour les indices de diversité de Simpson, l’indice de diversité de Shannon et le nombre d’espèces, dans les différents sites et par occupations des terres (Tableau 7). Ces mêmes indices de diversité ont des différences très significatives (p<0,001) avec les valeurs les plus importantes dans la zone en reverdissement si l’on considère les deux zones (Tableau 8).

Tableau 7. Diversité des espèces ligneuses en fonction de l’occupation des terres / Woody species diversity according to land use.

Indice de Simpson ± S.E

Indices de Shannon ± S.E

Nombre d’espèce

± S.E

Boursouma

Champs

2,93 ± 0,24

1,10 ± 0,11

3,74 ± 0,30

Végétation naturelle

3,11 ± 0,51

1,18 ± 0,24

3,50 ± 0,66

Oula

Champs

2,21 ± 0,24

0,67 ± 0,11

2,53 ± 0,30

Végétation naturelle

---

---

---

Koalma

Champs

1,31 ± 0,27

0,21± 0,13

1,31 ± 0,33

Végétation naturelle

1,69 ± 0,46

0,50 ± 0,21

2,00 ± 0,59

Lebda

Champs

1,93 ± 0,27

0,63 ± 0,13

2,21 ± 0,35

Végétation naturelle

---

---

---

Probabilité

< 0,001

< 0,001

< 0,001

Tableau 8. Caractéristiques structurales et diversité des ligneux dans les deux zones / Structural characteristic and woody species diversity in the two zones.

Densité ±S.E (N/ha)

Hauteur ±S.E (m)

Nombre d’espèce ±S.E

Indice de Simpson ±S.E

Indice de Shannon ±S.E

Zone en reverdissement

148,8±14,31

5,61 ± 0,2

3,17±0,22

2,62± 0,16

0,91±0,079

Zone en dégradation

94,3 ± 15,68

5,27 ± 0,3

1,77± 0,24

1,63± 0,18

0,43± 0,089

Probabilité

< 0,001

< 0,001

< 0,001

< 0,001

< 0,001

35L’indice de diversité de Shannon élevé à Boursouma montre la plus grande diversité dans ce site et en général dans la zone en reverdissement en ce qui concerne les occupations des terres pour les champs et la végétation naturelle. De même, l’indice de Simpson est plus important dans la végétation naturelle et les champs de la zone en reverdissement.

Discussion

36Les sécheresses au Sahel ont permis une sélection naturelle des espèces les plus robustes à l’image de celle de la famille des combrétacées. Ce sont des espèces qui résistent notamment au manque et à l’insuffisance des pluies, mais aussi aux fortes températures. Dans les deux zones, cette famille est la plus importante et composée d’au moins cinq espèces dans chaque site, suivie de celle des Mimosacées qui possède aussi au moins cinq espèces et les caesalpinacées. (Froumsia et al., 2012 ; Bognounou et al., 2009) ont trouvé des résultats similaires respectivement dans la réserve forestière de Kalfou au Cameroun et dans les secteurs nord-sahélien, sud-sahélien, nord-soudanien et sud-soudanien du Burkina Faso occidental. En effet, dans la famille des combrétacées, on retrouve des espèces capables de résister aux perturbations. Cette famille est la plus commune et fortement représentée dans les pays tropicaux, particulièrement dans la savane d’Afrique et plus typiquement dans la zone soudano-sahélienne.

37Pour ce qui est de la structure, la majorité des individus au niveau des sites de Koalma et Lebda ont une distribution en forme de « J » caractérisée par les classes de faibles diamètres et hauteurs faisant penser à un peuplement récent et à une bonne régénération de la végétation. À Oula et Boursouma, on a une distribution un peu homogène de la diversité floristique. La présence plus importante de plants appartenant à la sixième et septième classe de diamètre montre que ce peuplement est un peu plus vieux que celui des deux autres sites. On note qu’il y a eu une mortalité des grands arbres due à l’activité anthropique et aux perturbations climatiques qu’a connues la zone. Les arbustes dominent dans chaque site. Ces résultats corroborent ceux de Herrmann et Tappan (2013) qui affirment que malgré le reverdissement, il y a un appauvrissement de la richesse, une disparition accrue des grands arbres et une dominance des arbustes dans une région centrale du Sénégal. Cette dominance des arbustes et de la régénération dans la zone en reverdissement pourrait contribuer à l’amélioration de la qualité des sols (Malagnoux et al., 2007).

38En effet, l’importance de la régénération dans les zones semi-arides est le fait qu’elle favorise la protection des terres en empêchant les eaux de pluie d’avoir un effet de battance grâce aux feuillages et aux systèmes racinaires (Malagnoux et al., 2007). Cette régénération associée aux techniques adaptées de conservation des eaux et des sols, permettent la récupération des terres dégradées, d’améliorer le statut végétal et la qualité des sols dans les champs (Conedera et al., 2010 ; Sawadogo et al., 2008).

39Certaines espèces comme Vitellaria paradoxa, Combretum micranthum, Balanites aegyptiaca, Lannea microcarpa, Sclerocarya birrea et Adansonia digitata sont très bien représentées à Boursouma, Oula et Koalma, parce qu’elles fournissent d’importants services sociaux et/ou économiques pour les populations locales (Avakoudjo et al., 2013 ; Thiombiano et al., 2006 ; Thiombiano, 2005). Ce sont des espèces dont les produits sont utilisés soit dans l’alimentation humaine ou animale, comme bois de chauffe ou dans la construction.

40Dans le domaine sahélien, les espèces épineuses sont dominantes, car elles sont plus adaptées au stress hydrique (Laminou et al., 2009 ; Enriquez-Sarano, 2000). Une réduction importante des espèces dans le Sahel ouest-africain dans les années 1960 - 2000 a été prouvée par images satellitaires (Gonzalez et al., 2012).

41On observe une similarité élevée de la composition des espèces dans les deux zones, supérieures à 58 %, due au fait que ces zones sont situées dans la même zone agroécologique. Cette similarité assez élevée signifie qu’il y a peu de différences entre les deux zones, d’où une faible diversité beta.

42Cependant les valeurs importantes des indices de diversité de Shannon et de Simpson de la végétation naturelle et des champs de la zone en reverdissement pourraient être à l’origine de la stabilité de cette zone. Ces indices ayant une relation avec le nombre d’espèces traduisent la capacité de résilience de l’écosystème. Koalma qui est le site ayant le moins de diversité floristique a aussi un faible indice d’équitabilité c'est-à-dire une répartition peu homogène de sa flore. Les faibles valeurs des indices de Shannon, inférieurs à 1,5 peuvent s’expliquer par le fait que les sites sont situés dans la même zone agroécologique et ont subi les mêmes perturbations, et cet indice augmente avec la richesse et l’équitabilité. Les résultats montrent que dans la zone en reverdissement, les champs qui sont les unités les plus vastes et les plus anthropisés, ont de fortes densités, les plus grands arbres et les meilleures diversités floristiques.

43Le reverdissement au Sahel se propagerait donc à partir des champs qui sont généralement des entités individuelles. Ses unités sont mieux gérées par le producteur parce qu’il épargne et entretient les espèces ligneuses souhaitées. Ainsi dans la zone en reverdissement, les arbres sont plus denses, plus grands et ont les plus gros diamètres. Cela corrobore les résultats des analyses d’images satellitaires indiquant l’évolution positive des NDVI dans la zone en reverdissement.

Conclusion

44Les résultats montrent que des différences existent entre les sites et les deux zones contrastées quant à la composition spécifique, la structure de la végétation et aussi par rapport à certains indices de biodiversité. Le coefficient de similitude n’est pas très différent entre la zone en reverdissement et celle en dégradation. Cependant, des différences existent au niveau de la distribution des classes de hauteur, de diamètre et de densité et la présence de certaines unités comme les forêts atténuent les disparités au niveau de l’amélioration du couvert végétal. Les deux zones sont dominées par des arbustes caractéristiques du Sahel et une dominance de la famille des combrétacées.

45Il faut cependant noter que le reverdissement au Sahel est perceptible dans les champs qui sont les unités les plus vastes et les plus anthropisés. L’amélioration de la végétation de cette unité confirme l’évolution positive des NDVI au niveau de cette zone sahélienne.

Remerciements

46Cette étude a été financée par le projet Re-greening avec le partenariat de l’Université de Stockholm. Nos remerciements vont à Line Gordon, Elin Enfors, Lowe Börjeson et nos amis doctorants de l’Université de Stockholm et Abdou Moumouni de Niamey et également aux présidents des CVD (Comité Villageois de Développement) des différents villages. Nous remercions également le PPAAO /WAAPP (West Africa Agricultural Productivity Programm) Burkina Faso pour le soutien.

Haut de page

Bibliographie

Anyamba, A. et C.J. Tucker, 2005, Analysis of Sahelian vegetation dynamics using NOAA-AVHRR NDVI data from 1981–2003, Journal of Arid Environments 63, pp. 596-614.

Ariori, S.L. et P. Ozer, 2005, Evolution des ressources forestières en Afrique de l'Ouest soudano-sahélienne au cours des 50 dernières années Trends in Soudano-Sahelian West African extent of forest during the second half of the 20th century, Geo-Eco-Trop 29, pp. 61-68.

Avakoudjo, J., V. Kindomihou, P.I. Akpoikpe, A. Thiobiano et B. Sinsin, 2013, Essences végétales et techniques de restauration des zones d'érosion (dongas) du parc W W et de sa périphérie à Karimeme (Nord-Bénin), Journal of Applied Biosciences 69, pp. 5487-5495.

Balme, M., T. Lebel et A. Amani, 2008, Années sèches et années humides au Sahel : quo vadimus ? Hydrological Sciences Journal 51, pp. 254-271.

Bognounou, F., A. Thiombiano, P. Savadogo, J.I. Boussim, P.C. Oden, S. Guinko, 2009, Woody vegetation structure and composition at four sites along a latitudinal gradient in Western Burkina Faso. Bois et Forêts des Tropiques 300, pp. 29-44.

Conedera, M., N. Bomio-Pacciorini, P. Bomio-Pacciorini, S. Sciacca, L. Grandi, A. Boureima etA.M. Vettraino, 2010, Reconstitution des écosystèmes dégradés saheliens. Bois et Forêts des Tropiques 304, pp. 61-71.

Dardel, C., I. Kergoat, P. Hiernaux, E. Mougin, M. Grippa et C.J. Tucker, 2014, Re-greening Sahel : 30 years of remote sensing data and field observations (Mali, Niger), Remote Sensing of Environment 140, pp. 350-364.

Diello, P., G. Mahe, J.-E. Paturel, A. Dezetter, F. Declaux, E. Servat et F. Ouattara, 2005, Relations indices de végétation–pluie au Burkina Faso : cas du bassin versant du Nakambé, Hydrological Sciences–Journal–des Sciences Hydrologiques 50 17.

Eklundh, L., 2003, Vegetation index trends for the African Sahel 1982–1999, Geophysical Research Letters 30, 4.

Enriquez-Sarano, F., 2000, « Les habitants du Sahel face à la déforestation,Activités quotidiennes et lutte des femmes », autres repères, autres paysages, Courrier de l'environnement de l'INRA, 41 , pp. 91-96.

Froumsia, M., L. Zapfack, P.M. Mapongmetsem et B.-A. Nkongmeneck, 2012, Woody species composition, structure and diversity of vegetation of Kalfou Forest Reserve, Cameroon, Journal of Ecology and the Natural Environment 4, pp. 333-343.

Giannini, A., M. Biasutti et M.M. Verstraete, 2008, A climate model-based review of drought in the Sahel : Desertification, the re-greening and climate change, Global and Planetary Change 64, pp. 119–128.

Gonzalez, P., C.J. Tucker et H. Sy, 2012, Tree density and species decline in the African Sahel attributable to climate, Journal of Arid Environments 78, pp. 55-64.

Herrmann, S.M. et G.G. Tappan, 2013, Vegetation impoverishment despite greening : A case study from central Senegal, Journal of Arid Environments 90, pp. 55-66.

Herrmann, S.M., A. Anyamba et C.J. Tucker, 2005, Recent trends in vegetation dynamics in the African Sahel and their relationship to climate, Global Environmental Change 15, pp. 394-404.

Hickler, T., L. Eklundh, J.W. Seaquist, B. Smith, J. Ardo, L. Olsson, M.T. Sykes et M. Sjostrom, 2005, Precipitation controls Sahel greening trend, Geophysical Research Letters 32, pp. 1-4.

Hountondji, Y.C., N. Sokpon et P. Ozer, 2006, Analysis of the vegetation trends using low resolution remote sensing data in Burkina Faso (1982–1999) for the monitoring of desertification, International Journal of Remote Sensing 27, pp. 871–884.

Ky-Dembele, C., M. Tigabu, J. Bayala, S.J. Ouedraogo et P.C. Oden, 2007, The relative importance of different regeneration mechanisms in a selectively cut savanna-woodland in Burkina Faso, West Africa, Forest Ecology and Management 243, pp. 28-38.

Laminou, M.O., B. Campanella et R. Paul, 2009, Sélection d'espèces ligneuses adaptées à la fixation biologique de dunes au Niger Selection of woody species adapted to biological sand dunes fixation in Niger, Geo-Eco-Trop. 33, pp. 99-106.

Lindqvist, S. et A. Tengberg, 1993, New Evidence of Desertification from Case Studies in Northern Burkina Faso, Geografiska Annaler 75, pp. 127-135.

L'hôte, Y., G. Mahe, B. Some et J.P. Triboulet, 2002, Analysis of a Sahelian annual rainfall index from 1896 to 2000 ; the drought continues, Hydrological Sciences Journal 47, pp. 563-572.

Olsson, L., L. Eklundh et J. Ardö, 2005, A recent greening of the Sahel-trends, patterns and potential causes. Journal of Arid Environments 63, pp. 556–566.

Ouedraogo I., J. Runge, J. Eisenberg, J. Barron et S. Sawadogo-Kabore, 2014, The Re-Greenng of the Sahel : Natural Cyclicity or Human-Induced Change ? land 3, pp. 1075-1090.

Ozer, P., Y.-C. Hountondji, A.J. Niang, S. Karimoune, O. Laminou Manzo et M. Salmon, 2010, Désertification au Sahel : Historique et perspectives, Bulletin de la Société Géographique de Liège 54, pp. 69-84.

Ozer, P., J. Gassani, Y.-C. Hountondji, A.J. Niang et A. Karimou, 2007, La désertification est-elle en recul au Sahel ? Bois et Forêts des Tropiques 293, 6.

Ozer, P., M. Erpicum, G. Demarée et M. Vandiepenbeeck, 2003, The Sahelian drought may have ended during the 1990s, Hydrological Sciences Journal 48, pp. 489-492.

Pare, S., P. Savadogo, M. Tigabu, P.C. Oden et J.M. Ouadba, 2009, Regeneration and spatial distribution of seedling populations in Sudanian dry forests in relation to conservation status and human pressure, Tropical Ecology 50, pp. 339-353.

Magurran, A.E., 2004, Measuring Biological Diversity, African Journal of Aquatic Science 29, pp. 285-286.

Malagnoux, M., E.H. Sene et N. Atzmon, 2007, Les forêts, les arbres et l’eau dans les terres arides : un équilibre précaire, Unasylva 229 58, pp. 24-29.

Sawadogo H., L. Bock, D. Lacroix et N.P. Zombre, 2008, Restauration des potentialités de sols dégradés à l'aide du zaî et du compost dans le Yatenga (Burkina Faso), Biotechnologie, Agronomie, Société et Environnement 12, pp. 279-290.

Stroosnijder, L. et W. Hoogmoed, 2004, The contribution of soil and water conservation to carbon sequestration in semi-arid Africa, Bulletin Réseau Erosion 23, pp. 523-539.

Thiombiano, A., 2005, Les Combretaceae du Burkina Faso : taxonomie, écologie et régénération des espèces Thèse d'État, département de Biologie et Écologie végétale Université de Ouagadougou, Burkina Faso 290 p.

Thiombiano, A., M. Schmidt, H. Kreft et S. Guinko, 2006, Influence du gradient climatique sur la distribution des espèces de Combretaceae au Burkina Faso (Afrique de l’Ouest), Candollea 61, pp. 189-213.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/17282/img-1.png
Fichier image/png, 1020 octets
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/17282/img-2.png
Fichier image/png, 812 octets
Titre Figure 1. Densité des espèces d’arbres par site / Woody species density per site.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/17282/img-3.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure 2. Densité de rejets par espèces et par site / Tree regeneration species density per site.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/17282/img-4.png
Fichier image/png, 80k
Titre Figure 3. Distribution des arbres par classe de diamètres (cm) / Tree diameter class distribution.
Légende Les sites avec des lettres différentes indiquent les différences significatives au seuil de 5 % / Sites with different letters indicate significant at the 5 % differences.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/17282/img-5.png
Fichier image/png, 38k
Titre Figure 4. Distribution des arbres par classe de Hauteurs (m) / Tree height class distribution.
Légende Les sites avec des lettres différentes indiquent les différences significatives au seuil de 5 % / Sites with different letters indicate significant at the 5 % differences.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/17282/img-6.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ouango Maurice Savadogo, Korodjouma Ouattara, Souleymane Pare, Issa Ouedraogo, Séraphine Sawadogo-Kaboré, Jennie Barron et Nabsanna Prosper Zombre, « Structure, composition spécifique et diversité des ligneux dans deux zones contrastées en zone Sahélienne du Burkina Faso », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 16 Numéro 1 | mai 2016, mis en ligne le 09 mai 2016, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/17282 ; DOI : 10.4000/vertigo.17282

Haut de page

Auteurs

Ouango Maurice Savadogo

Institut de l’environnement et de recherches agricoles, 04 BP 8645, Ouagadougou 04, Université de Ouagadougou, Unité de Formation et de Recherche en Sciences de la Vie et de la Terre, Laboratoire de Sciences du Sol et de l’Environnement, 03 BP 7021, Ouagadougou 03, Burkina Faso, courriel : savadogoouango@yahoo.fr

Korodjouma Ouattara

Institut de l’environnement et de recherches agricoles, 04 BP : 8645 Ouagadougou 04, Burkina Faso, courriel : Korodjouma_ouattara@hotmail.fr

Souleymane Pare

Institut de l’environnement et de recherches agricoles, 04 BP : 8645 Ouagadougou 04, Burkina Faso, courriel : souleymanepare62@yahoo.fr

Articles du même auteur

Issa Ouedraogo

Institut de l’environnement et de recherches agricoles, 04 BP : 8645 Ouagadougou 04 et World Agroforestry Centre (ICRAF), United Nations Avenue, Gigiri, PO Box 30677, 00100 Nairobi, Kenya, courriel : issadeh.ouedraogo@gmail.com

Séraphine Sawadogo-Kaboré

CAP-PPAAO/WAAPP Burkina, 01 BP 6285 Ouagadougou 01, Burkina Faso, courriel : phinekabore@yahoo.fr

Jennie Barron

Stockholm Environment Institute, University of York, York YO10 5DD, Royaume-Uni, courriel : jennie.barron@sei-international.org

Nabsanna Prosper Zombre

Université de Ouagadougou, Unité de formation et de recherche en Sciences de la vie et de la terre, Laboratoire de sciences du sol et de l’environnement, 03 BP : 7021 Ouagadougou 03, Burkina Faso, courriel : nabizom@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page