Navigation – Plan du site
2017

Réponse de quatre variétés de Anacardium occidentale L. aux techniques de greffage horticole en pépinière

Response from four varieties of Anacardium occidentale L. to horticultural grafting techniques in nursery
Touré Mamoudou Abdoul, Faye Elhadji et Goudiaby Ramatoulaye

Résumés

La production de noix de Anacardium occidentale L. au Sénégal est faible et de qualité médiocre par rapport à ses concurrents directs (Guinée Bissau, Côte d’Ivoire, etc.). Cette situation s’explique par l’absence d’utilisation de variétés sélectionnées et améliorées, le vieillissement des plantations, le manque de formation des producteurs entre autres. Peu d’études ont été effectuées sur le greffage de l’espèce en utilisant différents morphotypes et techniques de greffage. L’objectif de l’étude était de contribuer à améliorer la multiplication efficace des meilleures variétés de Anacardium occidentale L. Pour ce faire, un test de greffage du matériel juvénile et adulte en utilisant quatre (4) porte-greffes correspondant aux « variétés » de Anacardium occidentale L. Costa Rica, Henry, James et Bénin jaune et deux techniques de greffage (fente terminale et anglaise simple) a été réalisé. Les résultats obtenus montrent que le taux de survie des greffons juvéniles a atteint 95,83 % indifféremment de la technique de greffage. Le taux de survie a été aussi fonction de la technique de greffage (p < 0,001) et du type de greffons (p < 0,001). Les variétés porte-greffes n’ont pas d’influence sur le taux de survie (p = 0,49) des greffons et sur les techniques de greffage (p = 0,07). La croissance en hauteur, le nombre de feuilles et le nombre de bourgeons des plants de Anacardium occidentale L. sont plus élevés avec les plants juvéniles qu’avec les plants adultes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La production de noix de Anacardium occidentale L. est une activité économique pour beaucoup de pays tropicaux (De Figueiredo et al., 2001). La noix qui est le principal produit commercial (Martinez et al., 2011) est utilisée dans plusieurs domaines, dont l’agroalimentaire, le cosmétique, la médecine et l’industrie automobile (Aliyu, 2007). Au Sénégal, les conditions pédoclimatiques sont généralement favorables à la culture de l’anacardier dans une bonne partie du pays (régions de Ziguinchor, Sédhiou, Kolda et Factick). Cependant, la production actuelle de noix de A. occidentale L. est faible. En effet, les rendements par pied sont très faibles et vont de 3 à 5 kg/pied contre 15 kg/pied en Guinée Bissau, 20 kg/pied au Bénin et 70 kg/pied au Viêt Nam. Les rendements à l’hectare sont également faibles (275 kg/ha) au Sénégal contre 450 kg/ha pour la Côte d’Ivoire et 1 200 kg/ha pour la Guinée Bissau, avec un rendement moyen mondial de 1000 t/ha (Usaid, 2006). Cette baisse peut s'expliquer entre autres par l’absence d’utilisation de variétés sélectionnées, le vieillissement des plantations, l’exploitation abusive et incontrôlée des plantations, l'absence de soins sylvicoles appropriés (écartement, fertilisation, lutte phytoparasitaire, etc.), l’absence de protection des plantations contre la divagation des animaux et de lutte contre les feux de brousse, la non-utilisation de bonnes pratiques de récolte des noix, l’absence de structures de crédit qui laissent les producteurs seuls face aux intermédiaires, etc. La relance de la production passera nécessairement par l’utilisation par les producteurs sénégalais de variétés sélectionnées, améliorées et performantes. La multiplication végétative constitue dans ce cas un outil incontournable. Pour une multiplication conforme, les semences (noix) ne conviennent pas à une production commerciale optimale de noix d’anacarde à cause de leur hétérogénéité. La multiplication végétative doit donc aller de pair avec la sélection afin que les individus sélectionnés puissent être copiés de façon conforme. Diverses méthodes de multiplications par clones ont été expérimentées en ce qui concerne A. occidentale L., avec beaucoup de succès (Khumbanyiwa et al., 2000). Cependant, pour le greffage, très peu de résultats ont été obtenus sur l'âge des greffons concomitamment avec les variétés de porte-greffes et les techniques. L’objectif de cette étude est de tester les variétés de porte-greffes, le meilleur âge de greffon et la technique de greffage la plus efficace pour la multiplication de A. occidentale L.

Matériel et méthodes

Présentation des « variétés »

2Les variétés étudiées ne présentent pas de différences du point de vue de leurs feuilles et fleurs. La différence réside dans les caractéristiques phénotypiques (tableau 1).

Tableau 1. Caractéristiques des 4 quatre variétés de Anacarde occidentale utilisées.

Variétés

Arbre

Phénologie

Pomme

Noix

Couleur

Taille

Couleur

Taille

Henry

Bas branchu multicaule

stade de nouaison : la pomme a une taille 3 à 4 fois inférieures à la noix

Jaune nété

Petite

Gris-claire émaillée de taches violettes

Petite

Bénin jaune

Bas branchu avec une ramification multicaule et de base

Stade de nouaison : la pomme et la noix sont relativement de même longueur

Jaune

Grosse

Verdâtre tachetée de violet sur le menton

Grande

Costa Rica

Multicaule bas branchu, houppier étalé en parasol

Stade de nouaison : la pomme et la noix sont relativement équilibrées

Jaunâtre

Grosse

Gris claire tachetée de noir

Grande

James

Multicaule bas branchu à port étalé

Stade de nouaison : la pomme est plus petite que la noix

Rouge à rouge vif

Petite

Gris, menton tacheté de noir

Moyenne à petite

Techniques de greffage et matériel végétal

3Fente terminale et anglaise simple sont les deux (2) techniques de greffage utilisées (Figures 1 et 2) dans cette étude (Niang et al., 2010 ; Touré, 2009 ; Touré et al., 2009). Les porte-greffes utilisés étaient âgés de sept (7) mois et sont issus de semis de graines de A. occidentale L. en pépinière. C’est sur ces jeunes plants que les greffons juvéniles ont également été prélevés pour effectuer le greffage juvénile/juvénile. Les greffons adultes ont été, par contre, issus de jeunes pousses lignifiées et annuelles prélevées sur des arbres adultes sélectionnés (vigoureux, sains et productifs) dans la forêt de Mbao à Dakar. Après leurs prélèvements, ces greffons adultes ont été humidifiés dans du papier avant d'être mis dans des sachets plastiques. Les greffons adultes ont été ensuite conservés dans une glacière.

Figure 1. Technique de greffage par fente terminale.

Figure 1. Technique de greffage par fente terminale.

Figure 2. Technique de greffage à l’anglaise simple.

Figure 2. Technique de greffage à l’anglaise simple.

Étude du greffage en fonction de la « variété » d’anacardes, de la technique de greffage et du type de greffons

4Trois (3) facteurs ont été étudiés pour tester le greffage de Anacardium occidentale L. :

  • facteur 1 : variété de porte-greffes avec quatre variantes : Costa Rica, Henry, James et Bénin jaune ;

  • facteur 2 : type de greffons avec deux variantes : juvénile et adulte ;

  • facteur 3 : technique de greffage avec deux variantes : fente terminale et anglaise simple.

5Un dispositif complètement aléatoire a été réalisé sous ombrière et dans une miniserre (2,5 m x 1 m x 1 m) en toile plastique afin de réduire au maximum les facteurs susceptibles d'influencer la réussite du greffage (température, vent, dessiccation, etc.).

6Seize (16 = 4 x 2 x 2) traitements ont été étudiés et chaque traitement a été répété trois fois. L’unité expérimentale représentant chaque traitement, a été constituée de quatre plants, soit cent quatre-vingt-douze (192) plants au total. La miniserre a été divisée en quarante-huit (48) parcelles. Les parcelles ont été numérotées de 1 à 48 et les plants de 1 à 4.

7Pour l’ensemble de l’essai, quatre-vingt-seize (96) plants ont été utilisés pour chaque type de greffons (juvéniles et adultes, mesurant chacun 15 cm de long) et chaque technique de greffage, et quarante-huit (48) plants pour chaque variété de porte-greffe. Au moment du greffage, les greffons juvéniles ont été mélangés puis ils ont été choisis au hasard. Après juste le greffage, le diamètre des plants à la base a été mesuré à l’aide d’un pied à coulisse. La longueur des plants a aussi été mesurée avec une règle graduée.

8D'une périodicité (P) de dix jours (P1 = 10, P2 = 20 et P3 = 30), le suivi a consisté à mesurer les variables suivantes : le taux de survie des plants greffés, la croissance en hauteur des plants greffés, le nombre de bourgeons et de feuilles des plants greffés.

Traitement des données

9Les données collectées ont été saisies dans Excel puis dépouillées avant d'être analysées sous Statistix. Après analyse, les résultats ont été copiés sur Excel pour les représentations graphiques.

Résultats

Taux de survie des types de greffons en fonction de la période et des techniques de greffage

10Au cours de la 1re période de greffage, aucune mortalité n’est enregistrée indifféremment de la technique de greffage et du type de greffon (Figure 3). Pendant la 2e période de greffage, pour les greffons, la différence est hautement significative (p < 0,001). L’anglaise simple avec 97,91 % (juvéniles) et 70,83 % (adultes) de taux de survie est supérieure à la fente terminale avec 95,83 % (juvéniles) et 37,5 % (adultes) (Figure 4). A la fin de la 3e période (p < 0,001), le taux de survie des greffons juvéniles s'est stabilisé à 95,83 % indifféremment de la technique de greffage. Dans la même période, le taux de survie des greffons adultes est passé à 25 % quelle que soit la technique de greffage (Figure 5).

Figure 3. Taux de survie des greffons en fonction de la technique de greffage après 10 jours.

Figure 3. Taux de survie des greffons en fonction de la technique de greffage après 10 jours.

Figure 4. Taux de survie des greffons en fonction de la technique de greffage après 20 jours.

Figure 4. Taux de survie des greffons en fonction de la technique de greffage après 20 jours.

Figure 5. Taux de survie des greffons en fonction de la technique de greffage après 30 jours.

Figure 5. Taux de survie des greffons en fonction de la technique de greffage après 30 jours.

Influence de la technique de greffage et du type de greffon sur le taux de survie

11Le taux de survie est fortement influencé par la technique de greffage (p< 0,001). Le taux de survie le plus important est obtenu avec la technique anglaise (84,4±3,4 %) et le taux le plus faible est par contre obtenu avec la technique fente terminale (66,66±3,4 % ; figure 6).

Figure 6. Influence de la technique de greffage sur le taux de survie après 30 jours de greffage.

Figure 6. Influence de la technique de greffage sur le taux de survie après 30 jours de greffage.

12Le taux de survie était aussi fonction du type de greffons (p < 0,001). Le taux de survie le plus important est obtenu avec les greffons juvéniles (97±3,4 %) et par contre le plus faible taux est obtenu avec les greffons adultes (54±3,4 % ; figure 7).

Figure 7. Influence du type de greffon sur le taux de survie 30 jours après greffage.

Figure 7. Influence du type de greffon sur le taux de survie 30 jours après greffage.

Influence du type de greffons sur la croissance en hauteur, le nombre de bourgeons et feuilles 

13Les types de greffons (p < 0,01) ont eu des effets significatifs sur la croissance en hauteur des plants greffés. La hauteur des plants est plus significative avec les greffons juvéniles qu’avec les greffons adultes (Figure 8).

Figure 8. Hauteur moyenne des plants greffés en fonction des types de greffons (juvénile et adulte) au cours des trois périodes de greffage (10 jours, 20 et 30 jours).

Figure 8. Hauteur moyenne des plants greffés en fonction des types de greffons (juvénile et adulte) au cours des trois périodes de greffage (10 jours, 20 et 30 jours).

14La même tendance est observée pour le nombre de bourgeons des plants greffés (p < 0,01). En effet, les greffons juvéniles permettent d’obtenir plus de bourgeons que les greffons adultes (Figure 9).

Figure 9. Nombre de bourgeons des plants greffés en fonction du type de greffons (juvénile et adulte) durant les trois périodes de greffage (P1 = 10, P = 20 et P = 30 jours)

Figure 9. Nombre de bourgeons des plants greffés en fonction du type de greffons (juvénile et adulte) durant les trois périodes de greffage (P1 = 10, P = 20 et P = 30 jours)

15Le nombre de feuilles obtenues à partir des plants greffés est aussi fonction du type de greffons (p < 0,01). Il est plus élevé avec les greffons juvéniles et plus faible avec les greffons adultes (Figure 10).

Figure 10. Nombre de feuilles des plants greffés en fonction des types de greffons (juvénile et adulte) durant les trois périodes (P1 = 10, P = 20 et P = 30 jours).

Figure 10. Nombre de feuilles des plants greffés en fonction des types de greffons (juvénile et adulte) durant les trois périodes (P1 = 10, P = 20 et P = 30 jours).

Influence de la technique de greffage sur la croissance en hauteur des plants greffés

16La figure 11 montre que les techniques de greffage ont eu des effets hautement significatifs (p < 0,01) sur la croissance en hauteur des plants greffés. La hauteur moyenne est plus significative avec la technique de greffage « anglaise simple » qu’avec la technique de greffage « fente terminale ».

Figure 11. Hauteur des plants greffés en fonction de deux techniques de greffage (anglaise simple et fente terminale) durant les trois périodes (P1 = 10, P = 20 et P = 30 jours)

Figure 11. Hauteur des plants greffés en fonction de deux techniques de greffage (anglaise simple et fente terminale) durant les trois périodes (P1 = 10, P = 20 et P = 30 jours)

Discussion

17Les résultats obtenus montrent que Anacardium occidentale L. s’adapte bien aux techniques de greffage horticoles telles que « anglaise simple » et « fente terminale ». En effet, le taux de survie des greffons juvéniles a atteint 95,83 % indifféremment de la technique de greffage. La même tendance a été observée avec du matériel adulte avec 25 % de taux de survie. Le faible taux de survie du matériel adulte obtenu peut être expliqué par leur vieillissement. En effet, le processus de vieillissement est un phénomène naturel qui affecte les végétaux ligneux au cours du temps, à travers les phases successives de leur développement ontogénétique à partir de la graine (Monteuuis, 1988). Une de ses conséquences majeures est la diminution, voire la perte de l'aptitude au clonage lorsque les arbres vieillissent. Donc les greffons adultes utilisés sont moins aptes que les greffons juvéniles à cause de leur vieillissement. La connaissance et la maîtrise des différentes modalités de vieillissement sont donc un préalable aux études concernant la multiplication végétative des arbres adultes d’anacardiers.

18Les taux de survie des greffons obtenus dans cette étude sont supérieurs à ceux obtenus par Soloviev et Gaye (2004). Ces derniers avaient obtenu (matériel juvénile) sur le greffage en fente terminale, des taux de survie de 69 % et 73 % respectivement pour Balanites aegyptiaca et Tamarindus indica. Quant à la greffe anglaise simple, ils avaient obtenu des taux de survie de 57 %, 52 % et 71 % respectivement pour B. aegyptiaca, T. indica et Detarium senegalensis.

19Dans la même période, le taux de survie des greffons adultes de A. occidentale L. est passé en moyenne à 25 % quelle que soit la technique de greffage. Ces taux sont supérieurs également à ceux notés par Soloviev et Gaye (2004) sur le greffage du matériel adulte. Ces auteurs avaient obtenu des taux de survie de 18 % avec B. aegyptiaca et 24 % avec T. indica en utilisant la technique de greffage en fente terminale. Un taux de survie de 14 % a également été obtenu sur T. indica avec la technique de greffage à l’anglaise simple. Par contre, le taux de survie de 25 % obtenu dans cette étude avec du matériel adulte est inférieur à ceux enregistrés par ces mêmes auteurs sur la greffe anglaise simple de B. aegyptiaca (32 %) et D. senegalensise (43 %).

20Les résultats obtenus montrent aussi que les variétés porte-greffes n’ont pas d’influence sur le taux de survie (p = 0,49) des greffons et sur les techniques de greffage (p = 0,07). Cependant, la technique anglaise simple donne des résultats (84,37 %) significativement supérieurs à ceux obtenus avec la technique fente terminale (66,66 %).

21Les résultats ont montré que les types (juvénile et adulte) de greffons ont des influences positives sur la croissance en hauteur des plants. Les meilleurs résultats ont été obtenus avec les greffons juvéniles. La hauteur moyenne des plants a été plus importante avec la technique de greffage « anglaise simple » et plus faible avec la technique de greffage « fente terminale ». Des résultats similaires ont été obtenus chez Ziziphus mauritiana (Danthu et al., 2002) et chez Sterculia setigera (Touré et al., 2009). La même tendance a aussi été observée avec le nombre de bourgeons et le nombre de feuilles. Il ressort de cette étude que les greffons juvéniles supportent mieux le greffage que les greffons adultes. Des résultats semblables ont été obtenus chez S. setigera. (Toure et al., 2009). En effet, ces auteurs ont observé que pour les variables « nombre de rejets », « longueur des rejets », « nombre de feuilles des greffons » et « biomasse anhydre », la tendance est plus élevée chez les juvéniles que chez les adultes. Chez la même espèce, Niang et al. (2010) ont obtenu une longueur de rejets plus importante avec le matériel juvénile qu’adulte.

Conclusion

22Au Sénégal, la filière anacarde joue un rôle économique très important dans les zones de production comme les régions Ziguinchor, Sédhiou, Kolda et Fatick en terme de génération de revenus et de création d’emplois notamment pour les femmes en milieu rural. Il convient donc de l'accompagner pour pérenniser son rôle économique. La reproduction par voie végétative répond à l’aptitude de multiplier fidèlement les caractéristiques des variétés améliorées introduites et prometteuses. Le comportement de quatre variétés de porte-greffes jugées performantes (Costa Rica, Bénin jaune, Henry et James) et deux types de greffons (greffons juvéniles et greffons adultes) a été évalué face à deux techniques de greffage (fente terminale et anglaise simple).

23Les résultats obtenus permettent d’apporter un début de réponse par rapport aux objectifs spécifiques de recherche qui font l’objet de la présente étude. Du point de vue des variétés de porte-greffes, les résultats obtenus ont permis de montrer qu’elles n’ont pas d’effets significatifs sur le taux de survie quels que soient la technique de greffage et le type de greffon utilisés. Les techniques de greffage anglaise simple et fente terminale restent adaptées pour le greffage du matériel juvénile. Pour ce qui est de l’influence des types de greffons sur la croissance en hauteur ainsi que la production de bourgeons et de feuilles, les résultats ont permis de tirer une conclusion satisfaisante et d’affirmer que les greffons juvéniles sont ceux qui se sont déclarés plus opérants dans ce domaine. En ce qui concerne l’effet des techniques de greffage sur la croissance en hauteur et le nombre de bourgeons et de feuilles enregistrés, la technique « anglaise simple » s’est révélée plus efficace dans ce sens.

24Vu les enjeux socio-économiques et environnementaux liés à la filière anacarde, il serait intéressant de :

  • suivre le comportement des plants greffés en milieu naturel en vue de déterminer la variété de porte-greffe la plus résistante aux aléas édaphoclimatiques et d’évaluer leur rendement ;

  • mettre en place des vergers de conservation et/ou à clone en vue de faire face aux aléas climatique et pour faciliter le prélèvement du matériel sélectionné et performant ;

  • faire le greffage sur pieds.

Remerciements

25Les auteurs remercient l’International Relief & Development The Gambia (IRD) et l’Institut sénégalais de recherches agricoles/Centre national de recherches forestières (ISRA/CNRF).

Haut de page

Bibliographie

Aliyu, O.M. et J.A. Awopetu, 2007, Assessment of genetic diversity in three population of cashew (Anacardium occidentale L.) using protein-isoenzyme electrophoretic analysis. Genet-Resour-Crop. Evol, 54, pp. 1489-1497.

Badiane, S., E. Mansal, B. Koita, B. et S. Djiba, .2011. Cashew varieties’characterization in the gambia river bassin : Gambia and Senegal, (IRD) International Relief & Development The Gambia, Final report, p. 71.

Badiane, S. et P.B.A Sy, 2005, Manuel de sylviculture de l’anacardier, 30 p.

Danthu, P., A. Gueye., A. Boye., D. Bauwens et A. Sarr, 2000, Seed storage behaviour of four Sahelian and Sudanian tree species (Boscia senegalensis, Butyrospermum parkii, Cordyla pinnata and Saba senegalensis), Seed Science Research, pp. 183-187.

Danthu P., P. Soloviev, M.A. Touré, A. Gaye, 2002, Propagation végétative d’une variété améliorée de jujubier introduite au Sénégal, Bois et Forêts des Trophiques, 272 , pp. 93-96.

De Figueiredo, R.W., F.M. Lajolo, R.E. Alves et H.A.C. Filgueiras, 2001, Physical chemical changes in early dwarf cashew pseudo fruits dwing development and maturation, Food chemistry, 77, pp. 343-347.

Giffard, P.L., 1969, L’enquête sur les peuplements de Anacardium occidentale du Sénégal, 22 p.

Khumbanyiwa, A.G., H. Dosso et E. Kasalu-coffin, 2000, Rapport d’évaluation. Projet de développement de la production d’anacarde, 38 p.

Martinez A.R., M.A. Penarredona, B. Pheng, D.E. Hoyos, J.C.H. Ting et N.E.P. Alvarez, 2011, Global Enterprise Experience, INDICASHEW, TEAM, 58 p.

Monteuuis, O., 1988. Méristèmes vieillissement et clonage d’arbres forestiers. Annales Afocel 1988, pp. 174-177.

Niang, D., Y. K. Gassama, A. Ndiaye, M. Sagna, S. A. N. Samba et M. A. Toure, 2010, In vitro micrografting of Sterculia setigera Del. African Journal of Biotechnology vol. 9(50), pp. 8613-8618, 13 December, 2010 Available online at http://www.academicjournals.org/AJBISSN 1684–5315 ©2010 Academic Journals.

Soloviev, P. et A. Gaye, 2004. Optimisation du greffage pour trois espèces fruitières de cueillette des zones sahélo-soudaniennes : Balanites aegyptiaca, Detarium senegalense et Tamarindus indica. Tropicultura, 22, pp. 199-203.

Touré, M.A., A.N.S. Samba, A. Dramé, M. Wade, A. Gaye, D. Niang et Y.K. Gassama, 2009, Sterculia setigera Del. : germination et propagation végétative. Journals des sciences et technologies, 1, pp. 35-44.

United States Agency for International Development (USAID), 2006, Analysis and strategic framework for sub-sector growth initiatives, 78 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Technique de greffage par fente terminale.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 2. Technique de greffage à l’anglaise simple.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 3. Taux de survie des greffons en fonction de la technique de greffage après 10 jours.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18861/img-3.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 4. Taux de survie des greffons en fonction de la technique de greffage après 20 jours.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18861/img-4.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 5. Taux de survie des greffons en fonction de la technique de greffage après 30 jours.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18861/img-5.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 6. Influence de la technique de greffage sur le taux de survie après 30 jours de greffage.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18861/img-6.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 7. Influence du type de greffon sur le taux de survie 30 jours après greffage.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18861/img-7.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 8. Hauteur moyenne des plants greffés en fonction des types de greffons (juvénile et adulte) au cours des trois périodes de greffage (10 jours, 20 et 30 jours).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18861/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 9. Nombre de bourgeons des plants greffés en fonction du type de greffons (juvénile et adulte) durant les trois périodes de greffage (P1 = 10, P = 20 et P = 30 jours)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18861/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 10. Nombre de feuilles des plants greffés en fonction des types de greffons (juvénile et adulte) durant les trois périodes (P1 = 10, P = 20 et P = 30 jours).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18861/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 11. Hauteur des plants greffés en fonction de deux techniques de greffage (anglaise simple et fente terminale) durant les trois périodes (P1 = 10, P = 20 et P = 30 jours)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18861/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Touré Mamoudou Abdoul, Faye Elhadji et Goudiaby Ramatoulaye, « Réponse de quatre variétés de Anacardium occidentale L. aux techniques de greffage horticole en pépinière  », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/18861 ; DOI : 10.4000/vertigo.18861

Haut de page

Auteurs

Touré Mamoudou Abdoul

Chargé de recherches et Coordonnateur du programme amélioration et valorisation des produits forestiers, Institut sénégalais de recherches agricoles/Centre national de recherches forestière (ISRA/CNRF), BP : 2312, courriel : moustoure@yahoo.fr

Faye Elhadji

Directeur, Institut supérieur de formation agricole et rurale (ISFAR), Sénégal

Goudiaby Ramatoulaye

Ingénieure des travaux des eaux et forêts, Institut supérieur de formation agricole et rurale (ISFAR), Sénégal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page