Navigation – Plan du site

Potentialités et limites de la notion de capital environnemental au regard de la crise environnementale contemporaine

Josselin Guyot-Téphany et Jacques-Aristide Perrin

Résumés

L'introduction du concept de capital environnemental par l'équipe Géolab témoigne de la volonté des chercheurs en géographie humaine de se réapproprier les questions environnementales et de produire de nouvelles grilles de lecture permettant d'analyser les dynamiques socio-environnementales dans toute leur complexité. En transposant les outils de la sociologie de Pierre Bourdieu au domaine de l'environnement, cet objet est appréhendé comme une ressource sociale et politique utilisée et mobilisée par les acteurs, contribuant ainsi à la structuration des sociétés contemporaines. Cet article théorique propose de réfléchir autour du concept de capital environnemental afin d'en identifier les potentialités, mais également les limites dans le cadre d'une réflexion générale sur la crise environnementale. Dans un premier temps, nous reviendrons sur les origines et l'itinéraire de la notion de capital au sein des sciences sociales pour en comprendre la charge théorique. Ensuite, nous porterons une attention particulière aux modalités de la transposition de la notion bourdieusienne de capital aux ressources environnementales pour nous intéresser aux problèmes théoriques qu'elle soulève. Nous discuterons notamment des postulats de l'universalité et de la cohérence des valeurs environnementalistes à l'origine des discours et des pratiques ou encore de la prépondérance de logiques dominants - dominés et de situations conflictuelles dans le champ de l'environnement. Enfin, après avoir pointé les limites de l'approche constructiviste associée au concept de capital environnemental, nous proposerons d'intégrer cette grille de lecture à une orientation épistémologique alternative permettant de dépasser en géographie de l'environnement le dualisme moderne entre Nature et Culture.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Terme polysémique, nous l’entendons ici comme un ensemble de thèses fondées sur l'explication des p (...)
  • 2 Flipo F., En quoi la crise environnementale contribue-telle à renouveler la question de la justice (...)

1Jusqu'à une période récente, les sciences sociales se sont tenues à distance des questions liées à l'environnement. Même si le moment où les chercheurs ont commencé à s'intéresser à ces dernières est très variable selon les disciplines et les pays considérés, cela ne fait qu'une vingtaine d'années qu'elles ont réellement trouvé leur place dans le champ des sciences sociales. Cela tient en partie au fait que les problématiques environnementales renvoient, directement ou indirectement, à l'objet « Nature », lequel a souvent posé problème pour cet ensemble de disciplines construites en opposition aux sciences naturelles et contre toute forme de naturalisme1. Mais l'avènement de la crise environnementale contemporaine, au sens d’une « l’histoire de la collision entre environnement et développement2 » suffisamment discordante pour questionner le rôle des dynamiques socio-économiques en rapport avec les dynamiques biophysiques dites naturelles, a amené les chercheurs en sciences sociales à se confronter à la « Nature ». L’exemple de la géographie est caractéristique de cet enjeu. Instituée comme la discipline ayant pour objet d’étude les relations entre les sociétés et leurs milieux naturels, elle s'est scindée en deux branches, la géographie physique et la géographie humaine. Cette dernière s'est récemment réapproprié les questions environnementales en adoptant une approche majoritairement constructiviste consistant en une analyse critique des représentations associées à l'environnement pour en dévoiler les implications socio-spatiales.

  • 3 Auquel nous appartenons en notre qualité de doctorants.

2La tenue du colloque « Capital environnemental : représentations, pratiques, dominations, appropriations spatiales » s'inscrit pleinement dans cette démarche. À travers cette notion proposée par le laboratoire GEOLAB3, il s'agit de montrer que l'environnement est devenu une ressource que les acteurs utilisent et mobilisent dans l'espace social, participant ainsi aux rapports de domination. Cette transposition de l'acception bourdieusienne du capital au domaine de l'environnement ouvre tout autant des perspectives de recherche encourageantes qu’elle ne soulève des questions théoriques auxquelles cette communication propose de réfléchir. Par une rapide mise en perspective de la genèse et de la charge théorique du concept de capital environnemental, notre propos s’attachera à présenter les potentialités et les éventuelles limites de cette grille de lecture dans le cadre d'une réflexion générale sur la crise environnementale.

De la « nouvelle géographie de l'environnement » au capital environnemental

  • 4 Notamment l'analyse de son efficacité et de son rapport conflictuel avec le développement.
  • 5 Défini comme l'« appropriation "écologisante" d’espaces, réels ou imaginaires, dont la valeur écolo (...)

3La géographie française accusait, jusqu'au tournant du XXe siècle, un certain retard dans le traitement des questions environnementales (Rodary 2003, Chartier et Rodary 2007). Celui-ci a été en partie comblé par l’apport des sciences sociales anglo-saxonnes, ouvrant la voie à un renouvellement de ce champ de recherche par l'analyse critique des conditions sociales et politiques de la production de la « Nature ». Cette « nouvelle géographie de l'environnement », qui s'est imposée comme l'une des branches principales de la discipline (Lévy et Lussault 2003), témoigne de l'importance de cette évolution. Malgré des positionnements théoriques parfois divergents, une série de caractéristiques communes peut être dégagée des différents courants structurant cette branche. Cette dernière cette dernière opte tout d’abord pour une approche constructiviste visant à remettre en perspective les représentations, les discours, les valeurs et les politiques (données, indicateurs, politiques publiques…) associés à l'environnement, pour comprendre leur utilisation et leur instrumentalisation au bénéfice des acteurs. Cette préférence méthodologique correspond à une contestation des approches positivistes relevant des domaines de la science et de la technique (Linton 2010). À ce titre, une partie des chercheurs de la « nouvelle géographie de l’environnement » s'inscrit dans la pratique de la Political ecology. Davantage présente dans le monde anglo-saxon, cette dernière s’avère proche des points précédemment cités, mais diffère toutefois de la géographie de l'environnement par son engagement politique et ses procédés de recherche spécifiques (Denis et Benjaminsen 2012). L'objet privilégié de la géographie de l'environnement a, jusqu'à présent, été la conservation de la nature, dont les espaces protégés, en constante augmentation à travers le monde (Juffe-Bignoli et al. 2014) ont constitué le principal terrain d'étude. En somme, il existe une volonté de capitaliser sur ces recherches et de dépasser les débats liés à la conservation de la nature4 pour fournir un cadre théorique général permettant d'appréhender, sous un angle socio-spatial et dans toute leur complexité, les questions environnementales. L’exemple de la notion de front écologique5 illustre bien cette démarche. Celle-ci ambitionne de comprendre les mécanismes et les conséquences socio-territoriales la diffusion de la vision occidentale de l'environnement, laquelle s'est imposé comme la forme hégémonique de concevoir des rapports entre les humains et les « non-humains ».

  • 6 Définition issue de l'appel à communication proposée par Géolab pour le colloque éponyme.
  • 7 Étymologie du mot provenant du vieux verbe français « resourdre » signifiant relever, ressusciter.

4La grille de lecture associée à la notion de capital environnemental, définie comme l’ « ensemble des investissements (socio-économiques, idéologiques, émotionnels, politiques, artistiques...) dans l'environnement réalisés par des acteurs en fonction de leurs représentations, intérêts et systèmes de valeurs spécifiques »6, est ambitieuse en accordant à l’environnement un rôle structurant des rapports sociaux. Elle propose de réfléchir sur les manières plurielles dont les acteurs s’investissent activement (discours revendicatif ou critique, mouvement social…) ou passivement (représentations non confrontées à la contradiction) dans l’espace public ou privé, puis utilise leurs ressources diverses (spatiales, matérielles, symboliques, sociales) dans une intention à visée environnementale ou du moins dans laquelle l’environnement constituerait un moyen pour atteindre une fin déterminée. La notion présuppose que l’environnement, ou plus précisément une certaine vision de l’environnement, puisse être une ressource7 avec laquelle un individu ou un groupe d’individus compose pour revendiquer, s’arroger ou s’attribuer un avantage comparatif ou une forme de pouvoir. Cela s’explique par le fait que l’environnement est envisagé par les tenants de la grille de lecture du capital environnemental comme une forme de connaissance (faire naître une idée selon la représentation construite que l’on a du monde) nécessaire pour se légitimer socialement et accéder à la prise de décision. Cette grille de lecture permet d'allier les analyses allant de l'échelle micro (dimension individuelle ou locale) à l'échelle méso (dimension collective associée à des enjeux territoriaux) et porte une attention aussi bien aux actes et discours qu’aux représentations des acteurs.

Étymologie et usages en sciences sociales

  • 8 Il existe le capital infrastructurel, le capital intellectuel et cognitif. Mais c'est sans conteste (...)

5Pour comprendre la portée théorique de l’acception bourdieusienne du capital en géographie de l’environnement, il convient de revenir dans un premier temps sur la genèse et les usages de ce terme en sciences sociales. Le terme de « capital » est ancien (apparu dès le XIIIe siècle) et dérive de la langue latine. Son étymologie proviendrait d’une pluralité de famille de mots dont les plus importantes sont chef, chape et savant (Rolland 2012). Le premier sens attribué à ce mot est « ce qui se rapporte à la tête » avant que par extension, il vienne à signifier quelque chose de « principal ». À la Renaissance, ce mot acquit une acception économique, désignant alors la partie principale d'une richesse en rapport aux intérêts qu'elle produit. Considérant cette nouvelle signification, les économistes du XVIIe et XVIIIe siècle employèrent dès lors ce terme pour qualifier les moyens de production (fonciers, financiers et techniques). Karl Marx en fit, ensuite, la pierre angulaire de sa théorie de l'histoire économique des sociétés industrielles et du capitalisme. Cherchant à comprendre l'origine et les mécanismes de la création de la plus-value (Marx 1867), il démontra que le capital n’était pas seulement réductible aux moyens de production, mais relevait davantage d'un rapport social entre les différentes classes qui composaient la société de son époque. Par la suite, le concept de capital fut l’objet, en sciences humaines, de plusieurs tentatives de transpositions à d’autres types de ressources.8. Il convient de revenir brièvement sur deux d’entre elles afin d'éclairer et d’éviter toute confusion quant à leurs significations différentes malgré la proximité des champs d’analyse qu’elles couvrent.

  • 9 Voir notamment les travaux pionniers d'Arthur Cecil Pigou et, plus particulièrement, son ouvrage «  (...)
  • 10 Cela a, notamment, permis le développement de tout un champ d’étude consacré aux services écosystém (...)

6En premier lieu, le capital environnemental est à distinguer du concept de capital naturel, appelé aussi parfois en anglais environmental capital, issu de l'économie écologique. Cette branche de l'économie propose, depuis les années 1980, de refonder la discipline en étudiant la coévolution des systèmes économiques et des écosystèmes. L’économie écologique s’oppose ainsi à la fois à l'économie dite traditionnelle, laquelle est marquée par une dichotomie entre les dimensions économique et écologique, et à l'économie de l'environnement, qui se contente d’intégrer la dimension environnementale aux modèles de l'économie néoclassique. Ainsi, l’approche néoclassique utilise le terme d’ « externalités environnementales » pour montrer que la dimension écologique reste une externalité9, tandis qu’à l’inverse l’économie écologique s'est fixé comme objectif de réfléchir aux interdépendances des systèmes économiques et des écosystèmes. Cette tentative d’unifier les préoccupations économiques et écologiques (Laurent et Le Cacheux, 2012) favorisa l’apparition du concept de capital naturel défini comme « un stock qui produit un flux de biens et de services valorisables dans le futur » (Costanza et Daly 1992, p. 38). Dans cette perspective, les ressources naturelles, les écosystèmes, ainsi que les services qu'ils fournissent (fond ou stock) sont considérés comme des moyens de production à part entière (soit des flux de biens ou de services), au même titre que les traditionnels capitaux manufacturés et humains10. Compte tenu de sa vision positiviste de la nature et de l’absence de prise en compte des conditions sociales et politiques de la production de l’environnement, ce concept de capital naturel est nettement distinct du capital environnemental, proposé par Géolab.

7En second lieu, la notion de capital environnemental fait implicitement référence aux travaux du sociologue Pierre Bourdieu. Ce dernier, influencé par K. Marx et M. Weber, proposa dans les années 1970 et 1980 une théorie générale des rapports de pouvoir des sociétés capitalistes fondée sur la transposition de la notion de capital au domaine de la culture. Il fit la démonstration que les ressources culturelles constituaient une forme de capital analogue au capital économique et formaient avec celui-ci, un élément structurant de l'espace social. Selon Bourdieu, le capital culturel est d’abord incorporé et matérialisé physiquement par l’habitus (manière de se mouvoir, de s'exprimer ou encore de réagir en public), puis objectivé par la possession de biens culturels et enfin institutionnalisé par l'obtention de diplômes et de titres conférant à un individu une reconnaissance sociale (Bourdieu 1979). Bourdieu identifia également un autre type de capital, qu'il nomma capital social, correspondant à « l'ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d'un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d'interconnaissance et d'inter-reconnaissance » (Bourdieu 1980, p. 2-3). L'accumulation des trois formes de capital permet de dégager des profits qui se concrétisent par la reconnaissance sociale, constituant une forme ultime de capital : le capital symbolique. Ainsi, la hiérarchie sociale et les mécanismes de domination sont à comprendre, selon Bourdieu, par l'inégale répartition des capitaux au sein de la société pensée comme une imbrication d'espaces restreints appelés « champs ». Une attention particulière est accordée par le sociologue aux stratégies d'investissement des acteurs pour acquérir de nouveaux capitaux, parvenir à les convertir entre eux ou encore à les transmettre.

8La notion de capital environnemental semble s’inscrire, du moins en partie, dans la théorie des capitaux de Bourdieu et sa vision du fonctionnement de la société. L'appel à communication recourt au vocabulaire de la sociologie bourdieusienne tels que « jeu social » et « logique dominant/dominé ». Cette grille de lecture a pour objectif de comprendre la manière dont le système de valeurs appelé « environnementaliste » par les promoteurs de cette notion, est construit et participe aux rapports de domination entre les différents acteurs sociaux. À cet égard, elle s'inscrit dans la lignée de la démarche scientifique bourdieusienne, que lui-même nommait « structuralisme constructiviste » (Bourdieu 1987). Par structuralisme, il affirmait qu'il existait « dans le monde social lui-même […] des structures objectives indépendantes de la conscience et de la volonté des agents, qui sont capables d'orienter ou de contraindre leurs pratiques et leurs représentations » (cité dans Corcuff 1995, p. 30-31). Par constructivisme, il se référait à la « genèse sociale d'une part des schèmes de perception, de pensée et d'action qui sont constitutifs de […] l'habitus, et d'autre part des structures sociales, en particulier des […] champs » (Ibid). L’intérêt de son approche est de proposer une analyse combinant le rôle de l’individu dans la construction des savoirs et l’influence des structures. Ainsi, la posture du chercheur consiste à révéler le sens caché des actions en vue d’une sociologie du dévoilement des relations de dominations.

  • 11 En effet Bourdieu n’a jamais fait référence à l’espace géographique dans ses travaux.

9L’idée du laboratoire GEOLAB est donc d'étendre la théorie bourdieusienne des capitaux aux ressources environnementales. À la manière de la Political Ecology, elle invite à étudier les relations de pouvoir liées à l'environnement à travers notamment le rôle du discours et de l’action politique dans l’établissement de définitions acceptées de l’environnement (Peet et Watts 1996, Watts 1983). En outre, la portée de cette approche peut favoriser la convergence des pratiques de recherche de la géographie et de la sociologie. Ce n’est d’ailleurs pas la première manifestation d’un rapprochement de la géographie avec les outils de la sociologie de Bourdieu. En effet, dans les années 1990, certains auteurs appartenant à la géographie sociale proposèrent de considérer l'espace comme une ressource à part entière et non pas comme une simple projection des positions sociales des individus. Ainsi, Jacques Lévy proposa le concept de capital spatial (Lévy 1994), qu'il caractérisa comme un « ensemble des ressources, accumulées par un acteur, lui permettant de tirer avantage, en fonction de sa stratégie, de l'usage de la dimension spatiale de la société » (Lévy et Lussault 2003, p. 124). Celui-ci est venu enrichir l'outillage conceptuel de la géographie sociale, mais reste encore débattu au sein de la communauté scientifique. Il est possible de dégager deux formes de critiques. D'une part, les sociologues les plus orthodoxes de la pensée de Bourdieu distinguent l’espace physique11 (structure matérielle de l’espace) de l’espace « social » (le champ des positions sociales), lesquels forment l'espace « social réifié » (espace symbolique produit par les représentations collectives associées au champ des positions sociales et à la matérialité des lieux). D'autre part, certains géographes soutiennent que l'espace est indissociable de la société et qu'il constitue une dimension de celle-ci. Par conséquent, il conviendrait plutôt de parler de dimension spatiale des capitaux en lieu et place de capital spatial (Veschambre 2006 ; Ripoll 2012). Ces controverses mettent en lumière les difficultés qui surgissent lors de la transposition d'un appareil théorique vers d'autres domaines et/ou d'autres disciplines, sujet que nous allons aborder dans la suite de l’argumentation.

10Toutefois, certains auteurs semblent d’ores et déjà explorer la voie d'une application de la théorie bourdieusienne aux questions environnementales. C'est notamment le cas de la sociologue C. Waldvogel qui, dans une étude portant sur les associations environnementales en Alsace, a proposé le concept d' « habitus environnemental » pour caractériser le « système de dispositions à penser, agir et percevoir « l'environnement » d'une certaine façon » des agents sociaux (Waldvogel 2016, p. 460). Elle en a distingué trois archétypes correspondant à « trois grandes modes d'appropriation de la nature » : le type « naturaliste », le type « gestionnaire » et le type « environnementaliste ». Si son analyse est restreinte au champ de la protection de l'environnement, elle invite à réfléchir sur la possibilité de la généraliser à l'ensemble de l'espace social.

Les modalités de transposition de la notion de capital aux ressources environnementales

  • 12 Tim Ingold, Marcher avec les dragons, traduit de l’anglais par Pierre Madelin. Zones Sensibles, 201
  • 13 Voir notamment la floraison de travaux récents à la suite du livre fondateur de Philippe Descola (D (...)

11Plusieurs points méritent d’être identifiés et soulevés pour saisir l’enjeu de cette transposition. Le premier, et le plus évident, a trait à la considération de l’environnement comme un capital. À la différence d'autres capitaux, spécifiques à un champ particulier, le capital environnemental concernerait une multitude de champs, voire l'espace social dans son ensemble. En effet, l'environnement est une ressource mobilisée dans de nombreux champs, comme celui de la politique (vision de la place des natures dans les sociétés pour faire valoir des orientations) et de l’économie (demande de recourir aux services écosystémiques pour statuer sur un sujet), mais aussi au-delà par les acteurs sociaux qui privilégient l’espace public pour mieux faire valoir leur vision de ce que doit être l’environnement. Pour autant, il apparaît difficile d'en faire un élément structurant de l'ensemble de la société et de l'ensemble des sociétés de la planète. D'une part, l'environnement ne semble pas détenir la même signification pour tous les acteurs sociaux : pour beaucoup, il reste une abstraction éloignée des réalités quotidiennes. Si l'histoire de l'écologie a fait apparaître les origines « bourgeoises » des mouvements en faveur de la protection de la nature, il serait intéressant de connaître le niveau d'acuité de ces préoccupations parmi les différents acteurs de l’espace social, notamment au sein des catégories populaires. D'autre part, si la vision occidentale de l'environnement est actuellement hégémonique, elle coexiste – bien que difficilement – avec d’autres formes d’agir12, relativement isolées, et de conceptions des relations entre humains et non humains13. Leurs confrontations semblent néanmoins renforcer cette hégémonie à la vue des rapports de force (Bellier 2010).

  • 14 Nous entendons ici par représentation sociale « une image représentée qui, au cours de son évolutio (...)
  • 15 Mais non exclusivement comme en témoigne la naissance des problèmes de justice environnementale aux (...)
  • 16 Il faut noter qu’apparaît depuis quelques années un phénomène de gentrification verte aux conséquen (...)

12Le capital environnemental suppose que l’environnement soit sujet à des tentatives d’acquisition (hégémonique), de possession voire d’appropriation par différents acteurs autant d’un point de vue pratique que de l’ordre idéel par l’intermédiaire de la représentation sociale14. Or, il s’avère que les préoccupations environnementales sont principalement le fait de catégories sociales aisées15, soustraites aux problèmes du quotidien et de la survie, se sont saisies précocement des problématiques environnementales. Leurs objectifs ont été soit d’atteindre un lieu de vie agréable connoté positivement (en lien souvent avec un phénomène de gentrification16), soit de disposer d’une Nature sauvage dans laquelle il s’agit de se ressourcer (Larrère et Larrère, 2015) au détriment parfois de groupes autochtones déplacés et/ou de la destruction d’habitats de non-humains. L’idée de capital environnemental semble de fait exploitable pour traiter de la condition des individus en mesure d’agir et de se défendre (cadre de la justice environnementale par exemple) pour gagner en pouvoir et en capitaux, mais pose question quant à sa capacité à prendre en compte les plus passifs et silencieux.

  • 17 Cette démarche comprend le risque d’utiliser des catégories vastes et figées. L’introduction de var (...)

13Afin de minimiser les risques de biais méthodologiques dans l'application de la grille de lecture associée au capital environnemental, il convient de porter une attention particulière quant aux choix des acteurs et des types de relations qu'ils entretiennent. Il semble important de ne pas uniquement se focaliser sur les acteurs dominants, pour également prendre en compte les capacités d’action des groupes sociaux dominés afin de mieux rendre compte de leurs réflexions (Latour 2007) au sein de leurs arènes de déploiement. Dans la continuité de cette idée sur l’attention accordée aux types d’acteurs, penser les conflits en distinguant nettement deux catégories que seraient les dominants et les dominés constitue une démarche analytique a priori qui demande à être justifiée17. Il ne faudrait en effet pas exclure de l'étude de la production de valeurs et de normes environnementales d’autres démarches explicatives, mais aussi la possibilité de collaborations (temporaires ou non) entre acteurs, ainsi que les situations non-conflictuelles ayant lieu sur certains territoires.

14Le deuxième point méritant d'être examiné est celui du cumul et de la convertibilité des capitaux. Si le rapprochement entre le capital environnemental et le capital économique paraît le plus évident, il semble nécessaire d’apporter des précisions sur les autres formes de capitaux. Un simple exemple témoigne de la proximité entre les deux premiers capitaux énoncés. Les couches sociales les plus aisées sont en effet en mesure de s’offrir, si la loi le permet, tout élément à connotation environnementale positive, comme en témoigne l’achat de biens immobiliers suffisamment éloignés des lieux de production pour être épargnés de l'intensité de certaines formes de pollution ou d’une trop grande proximité avec certaines catégories sociales. Le capital symbolique est utile dans le cadre d’une analyse des rivalités environnementales, notamment pour son caractère complémentaire : cette forme de capital (distinction, poste, visibilité…) peut tout à fait intervenir afin de renforcer le poids, légitimer l’action voire servir de symbole d’unicité pour un agent social (un expert par exemple) reconnu socialement et supposé plus légitime que d’autres pour intervenir, directement ou indirectement, dans une situation donnée (Lascoumes, 1994). Si l’accumulation des capitaux favorise la conquête de nouveaux pouvoirs, la question de la conversion est moins évidente à propos du capital environnemental. Représentant a priori un potentiel moins important que d’autres capitaux en termes de domination, il est probable que le capital environnemental procède d’autres capitaux. En cela, si les futures études sur le sujet le confirment, cette forme de capital se rapproche davantage du capital symbolique en raison de son caractère complémentaire à d’autres formes de capitaux. Dès lors, le capital environnemental pourrait trouver sa place avec les autres capitaux en accordant une attention toute particulière dans les rapports sociaux à l’environnement : l’enjeu serait alors de penser ces capitaux conformément à l’analyse d’un système socio-écologique (Lagadeuc 2009), au sein de laquelle la convertibilité des capitaux serait tout à fait envisageable bien qu’il soit encore difficile de dire si des situations satisferont cette exigence.

15Donnons une illustration théorique, aussi proche de la géographie sociale que de la géographie politique de l'environnement, pour illustrer notre propos. Des individus bénéficiaires d’un legs familial, aux revenus économiques faibles et peu intégrés à la vie sociale de la communauté, habitent dans un quartier calme et situé loin des lieux de production et des pollutions. Si un phénomène de gentrification verte survient un jour, l’inflation du coût de la vie dans ce secteur les marginalisera progressivement, les incitant alors à vendre leur bien immobilier. Cette transaction correspondrait à l'échange d'une certaine forme de capital environnemental contre du capital économique pour les vendeurs du bien et inversement pour les acquéreurs. Si les propriétaires de départ choisissent cette fois de se défendre pour conserver leur bien immobilier, ils devront s’investir pour se défendre auprès des autorités publiques au nom de leur qualité de vie symbolisée par leur capital environnemental. Toutefois, leur carence en capital social et symbolique risque de fortement réduire leurs chances de succès. Cet exemple à fonction didactique explique la possibilité d'échange, voire de convertibilité, en quantité et qualité d’une forme de capital. Néanmoins, il pose également des questions auxquelles il importe de répondre pour consolider la grille de lecture dérivée de cette nouvelle forme de capital : comment évaluer - voire hiérarchiser- les capitaux entre eux d’un point de vue quantitatif, qualitatif ou relationnel ; existe-t-il une réversibilité lors de la convertibilité des capitaux ? Seules des enquêtes de terrain permettront d’apporter des éléments de réponse et de valider la pertinence, sur le plan scientifique, de l'usage de la grille de lecture du capital environnemental.

Pour un dépassement de l'opposition entre naturalisme et constructivisme

16Au-delà des limites relevées à propos des modalités de transposition du capital aux ressources environnementales, il nous semble important de mettre en perspective l'orientation épistémologique actuelle de la géographie de l'environnement. Il est indéniable que le point de vue constructiviste qui sous-tend l’approche par le capital environnemental offre aux géographes l'opportunité d'investir pleinement les dimensions sociales et politiques de l'environnement en cherchant à dévoiler la constitution des idées, des structures, des discours invisibles de nos sociétés. En outre, l'approche géographique a pour intérêt de mettre en lumière les logiques spatiales et territoriales associées à la construction de l'environnement. Toutefois, si le constructivisme est majoritaire au sein des sciences sociales, il n'en reste pas moins débattu (Caillé et al., 2001). Comme tout cadre conceptuel, il présente des potentialités, mais aussi des limites, notamment en ce qui concerne la prise en compte de la crise environnementale contemporaine.

  • 18 Appel à communication du colloque « Capital environnemental ».
  • 19 Ibid.
  • 20 Pour ce qui est des publications en langue française, voir notamment les travaux cités précédemment (...)
  • 21 « la mission du sociologue est […] d'analyser les problèmes d'environnement en tant que constructio (...)
  • 22 « s'agissant des problèmes relatifs à l'environnement, le sociocentrisme revient à prendre les moye (...)

17La grille de lecture proposée s'inscrit dans le cadre d'un constructivisme modéré : elle postule l'existence de la « Nature », nommée « matérialité biophysique », mais la subordonne aux « représentations dont celle-là fait l'objet et dont elle peut être la projection »18. L'environnement est appréhendé comme une « construction sociale et politique » et la focale est placée sur les acteurs, « leurs représentations, intérêts et systèmes de valeurs spécifiques »19. Cette approche résolument sociale se place en « aval » de toute considération d'ordre écologique, ce qui représente une rupture définitive avec la géographie physique. Or, il convient de questionner cette orientation épistémologique à l'heure où un certain nombre d'auteurs pointe les limites de l'approche constructiviste pour rendre compte, dans toute leur complexité, des rapports entre humains et non-humains20. Appréhender les questions environnementales par le prisme des représentations présente en effet le risque d'évacuer les problèmes écologiques, pour ne voir dans l'environnement qu'une forme de distinction sociale ou de domination. Ce problème se pose notamment en sociologie de l'environnement, discipline vers laquelle la géographie de l'environnement opère un rapprochement avec la notion de capital environnemental, où la posture constructiviste conduit parfois à une « dérive sociocentriste »21. Cette dernière est caractérisée par la déconnexion des stratégies sociales et politiques des acteurs des problèmes auxquels ils sont supposés répondre22. Or, c'est précisément le danger que présente la transposition de la notion bourdieusienne de capital aux ressources environnementales : les investissements dans l'environnement sont considérés comme des moyens de générer des profits au sein de l'espace social et non plus comme des réponses, certes intéressées et inscrites dans des stratégies sociales, pour remédier à la dégradation écologique. Étudier les discours, les représentations et les valeurs associées à l'environnement sans se référer, en amont, à la réalité et aux causes multiples de la crise environnementale contemporaine est un projet scientifique légitime, qui néanmoins est loin d'être évident et mérite une justification. De plus, la déconstruction des idées et des valeurs environnementalistes conjuguée à l'absence de prise en compte des enjeux environnementaux pourrait conduire à un « déconstructionnisme », caractérisé par un relativisme généralisé légitimant les causes et les responsables de la crise environnementale.

  • 23 En effet, il serait assez paradoxal de parler de capital sans faire référence au capitalisme. Les t (...)

18Il serait possible de dépasser les problèmes mentionnés en articulant les dimensions sociales et politiques de l'environnement avec ses dimensions écologiques et économiques pour envisager cet objet de manière systémique, notamment dans le cadre d'une critique du système capitaliste23. Si les théories marxiste et bourdieusienne étaient fondées sur un idéal émancipateur vis-à-vis des structures socio-économiques du système capitaliste, la notion de capital environnemental, de par son itinéraire et sa charge théorique, pourrait être un puissant outil pour révéler les rapports de domination non seulement au sein de la société, mais également entre les humains et les non-humains.

Conclusion

  • 24 Branche de l'anthropologie apparue à la suite des travaux de Philippe Descola, situant historiqueme (...)
  • 25 La crise écologique a en effet conduit à questionner l'un des fondements même du droit moderne, à s (...)
  • 26 Discipline apparue aux États-Unis au cours des années 1970 et au cours des années 1990 en France. E (...)

19Si l'approche constructiviste de l'environnement s'oppose à l'approche naturaliste, toutes deux s'inscrivent pourtant dans le même cadre : celui du dualisme moderne entre Nature et Culture. Or, l'ampleur de la crise environnementale, ainsi que son caractère hybride (objet se situant à l'interface de la Nature et de la Culture), a amené de nombreux auteurs à dépasser ce dualisme. Nous avons précédemment évoqué la tentative de fusionner économie et écologie propre à l'économie écologique, mais cette démarche touche actuellement l'ensemble des sciences sociales : citons par exemple l'anthropologie avec l'émergence de l'anthropologie de la nature24, la philosophie et le droit avec celle des éthiques environnementales25, ou encore l'histoire avec celle de l'histoire environnementale26. Ce mouvement, certes minoritaire, traduit la construction progressive des « humanités environnementales » ( Choné et al., 2016 ; Blanc et al., 2017).

  • 27 A l'exception notable d'Augustin Berque, dont les travaux s'inscrivent dans une démarche analogue. (...)

20Pour l'instant, la géographie semble se maintenir à distance de ce mouvement27 et peine à étudier de manière conjointe les aspects physiques et humains de l'environnement. Ceci est d'autant plus surprenant que son histoire, à la charnière entre sciences sociales et sciences naturelles, lui permettrait d'y jouer un rôle important. En dépassant l'opposition entre naturalisme et constructivisme, elle pourrait capitaliser sur la diversité de son outillage méthodologique, de ses champs de recherche et de ses liens avec les autres sciences, sociales et naturelles, pour développer une approche originale des problématiques environnementales. Il serait possible d'articuler la construction sociale de l'environnement aux profondes transformations des modes de vie des sociétés modernes.

21Pour conclure, il serait intéressant de puiser dans les différentes significations qu'a recouvrées le concept de capital pour compléter et enrichir la grille de lecture associée à la notion de capital environnemental. Dès lors, cet outil serait à même de dénouer certains fils entre Nature et Culture pour une analyse conjointe des dimensions sociale, politique, économique et écologique de l'objet environnement.

Remerciements

22Cet article est le fruit d’un ensemble de réflexions issues du colloque Capital Environnemental : représentations, pratiques, dominations, appropriations spatiales. Nous tenons à remercier à la fois les organisateurs pour l’opportunité offerte de nous exprimer et nos relecteurs pour la pertinence et la qualité de leurs remarques.

Haut de page

Bibliographie

Afeissa, H. S.(dir), 2007, Ethique de l'environnement : Nature, valeur, respect. Paris : Librairie philosophique Vrin, 384 p.

Bellier, I., 2010, Les Peuples Autochtones et la crise mondiale, Multitudes, 41, 2, pp. 129-136.

Berque, A., 2014, La mésologie : pourquoi et pour quoi faire ? Paris, Presses Universitaires de Paris 10, 200 p.

Berque, A. 2000, Ecoumène : introduction à l'étude des milieux humains, Paris, Belin, 272 p.

Blanc, G., E. Demeulenaere et W. Feuerhahn, 2017, Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Publications de la Sorbonne, 348 p.

Bourdieu, P., 1979, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Les Editions de Minuit, 672 p.

Bourdieu, P., 1980, Le sens pratique, Paris, Les Editions de Minuit, 475 p.

Bourdieu, P., 1987, Choses dites, Paris, Les Editions de Minuit, 229 p.

Burkett, P., 2009, Marxism and Ecological Economics : Toward a Red and Green Political Economy, Chicago, Haymarket Books, 355 p.

Caillé, A., P. Chanial et F. Vandenberghe, 2001, Présentation, Revue du Mauss. Chassez le naturel... Ecologisme, naturalisme et constructivisme, 17, 1, pp. 5-21.

Chartier, D. et E. Rodary (dir), 2016, Manifeste pour une géographie environnementale. Paris, Presses de Sciences Po, 439 p.

Chartier, D. et E. Rodary, 2007, Géographie de l'environnement, écologie politique et cosmopolitiques, L'espace politique, 1, 1, [En Ligne] URL : https://espacepolitique.revues.org/284

Choné, A., I. Hajek et P. Hamman (dir), 2016, Guide des Humanités environnementales, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 630 p.

Coleman, J. S., 1988, Social Capital in the Creation of Human Capital, 36 p. Lesser E. L. (dir), Knowledge and Social Capital, University of Chicago Press, Chicago, pp. 95-120.

Corcuff, P., 1995, Les nouvelles sociologies, Paris, Armand Colin, 1995, 128 p.

Costanza, R. et H. E. Daly, 1992, Natural capital and sustainable development, Conservation Biology, 6, 1, pp. 37-46.

Descola, P., 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 640 p.

Foster, J. B., 2010, Marx's Ecology : Materialism and Nature, New-York, Monthly Review Press 310 p.

Fressoz, J-B., F. Graber, F. Locher et G. Quenet, 2014, Introduction à l'histoire environnementale, Paris, La Découverte, 125 p.

Gautier D. et T. A. Benjaminsen (dir), 2012, Environnement, discours et pouvoir : l'approche Political ecology, Versailles, Quae, 256 p.

Guyot S. et F. Richard, 2009, Les fronts écologiques : une clef de lecture socio-territoriale des enjeux environnementaux ? L'espace politique, 9, 3, [En Ligne] URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/1422

Hess, G., 2013, Ethiques de la nature : éthique et philosophie morale, Paris, Presses Universitaires de France, 400 p.

Ingold, T., 2013, Marcher avec les dragons, Paris, Zones sensibles, 384 p.

Juffe-Bignoli, D., N. D. Burgess, H. Bingham, E. M. S. Belle, M. G. de Lima, M. Deguignet, B. Bertzky, A. N. Milam, J. Martinez-Lopez, E. Lewis, A. Eassom, S. Wicander, J. Geldmann, A. van Soesbergen, A. P. Arnell, B. O’Connor, S. Park, Y. N. Shi, F. S. Danks, B. MacSharry et N. Kingston, 2014, Protected Planet Report, Cambridge, UNEP-WCMC, 69 p.

Larrère C. et R. Larrère, 2015, Penser et agir avec la nature, Paris, La Découverte, 374 p.

Larrère C. et R. Larrère, 2012, Hypermodernité et sociocentrisme, 7 p., Lewis N., R. Barbier, P. Boudes, J-P. Bozonnet, J. Candau Bozonnet, M. Dobré, F. Rudolf (dir) Manuel de sociologie de l'environnement, Laval, Presses de l'Université de Laval, pp. 53 -61.

Lascoumes, P., 1994, L’éco-pouvoir, Paris, La Découverte, 318 p.

Latour, B., 2007, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 406 p.

Latour, B., 1999, Politiques de la nature : comment faire entrer les sciences en démocratie ? Paris, La Découverte, 383 p.

Laurent E. et J. Le Cacheux, 2012, Économie de l'environnement et économie écologique, Paris, Armand Colin, 214 p.

Lévy J. et M. Lussault (dir), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Paris, Belin, 1128 p.

Lévy, J., 1994, L'espace légitime : sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, Les presses de Sciences Po, 448 p.

Linton, J., 2010, What is water ? The history of a modern abstraction, Vancouver, University of British Columbia Press, 352 p.

Marx, K., 1867, Le Capital. Critique de l'économie politique. Livre I, 318 p.

Mannoni, P., 1996, Les représentations sociales, Paris, Presses Universitaires de France, 126 p.

O’Connor J., 1998, Natural Causes : Essays in Ecological Marxism, New-York, Guilford Press, 350 p.

Peet, R. et M. Watts, 1996, Liberation ecologies : environment, development, social movements, London, Routledge, 273 p.

Pigou, A. C., 1920, The Economics of Welfare, London, MacMilan, 876 p.

Portes, A., 1998, Social Capital : Its Origins and Applications in Modern Sociology, Annual Review of Sociology, 24, pp. 1-24.

Putnam, R. D., 2000, Bowling Alone : The Collapse and Revival of American Community, New-York, Simon & Schuster, 541 p.

Quenet, G., 2014, Qu'est-ce que l'histoire environnementale ? Paris, Editions du Champ Vallon, 304 p.

Richard, F., 2009, La gentrification des « espaces naturels » en Angleterre : après le front écologique, l'occupation ? L'espace politique, 9, 3, [En Ligne] URL : https://espacepolitique.revues.org/1478

Ripoll, F., 2013, Quelle dimension spatiale des structures sociales chez Bourdieu ? Localisations résidentielles et jeux d'échelle, pp. 365-377, Coulangeon, P., P. Duval (dir), La distinction : Trente ans après, Paris, La Découverte, 272 p.

Rodary, E., 2003, Pour une géographie politique de l'environnement, Ecologie & politique, 27, 1, pp. 91-111.

Rolland, J-C., 2012, Les grandes familles de mots, Paris, Lulu Editions, 275 p.

Veschambre, V., 2006, Penser l'espace comme dimension de la société : pour une géographie de plain-pied avec les sciences sociales, pp. 221-227, Séchet R., V. Veschambre (dir), Penser et faire de la géographie sociale : contribution à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 397 p.

Watts, M., 1983, Silent violence : food, famine and peasantry in Northern Nigeria, Berkeley, University of California Press, 687 p.

Waldvogel, C., 2016, Protection de la nature, pp. 459-468, Choné, A., I. Hajek, P. Hamman (dir), Guide des Humanités environnementales, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 630 p.

Haut de page

Notes

1 Terme polysémique, nous l’entendons ici comme un ensemble de thèses fondées sur l'explication des phénomènes sociaux par des facteurs physiques ou biologiques.

2 Flipo F., En quoi la crise environnementale contribue-telle à renouveler la question de la justice ? Le cas du changement climatique. Histoire, Philosophie et Sociologie des sciences. Université de Technologie de Compiègne, 2002

3 Auquel nous appartenons en notre qualité de doctorants.

4 Notamment l'analyse de son efficacité et de son rapport conflictuel avec le développement.

5 Défini comme l'« appropriation "écologisante" d’espaces, réels ou imaginaires, dont la valeur écologique et esthétique est très forte » (Guyot et Richard 2009, p.2).

6 Définition issue de l'appel à communication proposée par Géolab pour le colloque éponyme.

7 Étymologie du mot provenant du vieux verbe français « resourdre » signifiant relever, ressusciter.

8 Il existe le capital infrastructurel, le capital intellectuel et cognitif. Mais c'est sans conteste la notion de capital social qui a le plus été travaillée en sociologie. Voir les travaux de Robert Putnam, James Coleman et Alejandro Portes en bibliographie.

9 Voir notamment les travaux pionniers d'Arthur Cecil Pigou et, plus particulièrement, son ouvrage « The Economics of Welfare » (Pigou 1920), dans lequel il définit le concept d'externalité et ouvra la voie à une intégration de la dimension environnementale aux études économiques.

10 Cela a, notamment, permis le développement de tout un champ d’étude consacré aux services écosystémiques consistant à la comptabilisation des capitaux naturels, consacré lors du Millenium Ecosystem Assesment en 2000.

11 En effet Bourdieu n’a jamais fait référence à l’espace géographique dans ses travaux.

12 Tim Ingold, Marcher avec les dragons, traduit de l’anglais par Pierre Madelin. Zones Sensibles, 2013

13 Voir notamment la floraison de travaux récents à la suite du livre fondateur de Philippe Descola (Descola, 2005).

14 Nous entendons ici par représentation sociale « une image représentée qui, au cours de son évolution, aurait acquis une valeur socialisée (partagée en grand nombre) et une fonction socialisante (participant à l’élaboration d’une interprétation du réel valide pour un groupe donné à un moment donné de son histoire) » (Mannoni 1998, p. 16)

15 Mais non exclusivement comme en témoigne la naissance des problèmes de justice environnementale aux États-Unis d’Amérique dans les années 80 en raison de dénonciations des effets des pollutions et des risques industriels.

16 Il faut noter qu’apparaît depuis quelques années un phénomène de gentrification verte aux conséquences sociales importantes dans la mesure où le retour de la nature en ville peut amener à voir les catégories sociales les plus fragiles à partir de cette zone « naturalisante » en raison notamment du coût de l’immobilier (Richard, 2009).

17 Cette démarche comprend le risque d’utiliser des catégories vastes et figées. L’introduction de variables telles que les questions temporelles, contextuelles permettra de mettre en évidence le fait que les dits dominés et les dits dominants ne le sont pas tout le temps et dans toutes les circonstances.

18 Appel à communication du colloque « Capital environnemental ».

19 Ibid.

20 Pour ce qui est des publications en langue française, voir notamment les travaux cités précédemment de P. Descola en anthropologie ou ceux des époux Larrère en philosophie. Paradoxalement, c'est en sociologie que l'on retrouve les débats les plus vifs autour de la posture constructiviste pour appréhender les questions environnementales (Caillé 2001).

21 « la mission du sociologue est […] d'analyser les problèmes d'environnement en tant que constructions sociales. Le sociocentrisme intervient quand le sociologue lui-même considère qu'ils ne sont que cela. Il en vient alors à oublier la menace, ou la situation problématique, pour ne se préoccuper que des enjeux sociaux, politiques et économiques » (Larrère et Larrère 2012, p 54).

22 « s'agissant des problèmes relatifs à l'environnement, le sociocentrisme revient à prendre les moyens pour les fins, voire, dans certains cas, à inverser fins et moyens et donc à introduire un problème environnemental dans l'unique objectif de le mettre au service d'une stratégie politique ou sociale » (Ibid, p 57).

23 En effet, il serait assez paradoxal de parler de capital sans faire référence au capitalisme. Les travaux s'intéressant aux relations entre le capitalisme et la crise écologique sont aussi divers que nombreux. Cette dernière a permis de renouveler les critiques du capitalisme, comme l'illustre, entre autres, l'émergence du marxisme écologique (O'Connor 1998, Foster 2000, Burkett 2009).

24 Branche de l'anthropologie apparue à la suite des travaux de Philippe Descola, situant historiquement le dualisme entre nature et culture comme l'une des manières de concevoir, parmi trois autres, les discontinuités entre humains (Descola 2005). On pourrait y associer les travaux de Bruno Latour en anthropologie des sciences dénonçant l'illusion philosophique du dualisme entre nature et culture et par là même la modernité (Latour 1999).

25 La crise écologique a en effet conduit à questionner l'un des fondements même du droit moderne, à savoir que seuls les humains étaient sujets de droits, pour l'étendre aux non-humains (Hess 2013, Afeissa 2007).

26 Discipline apparue aux États-Unis au cours des années 1970 et au cours des années 1990 en France. Elle est née de l'élargissement du champ historiographique à l'environnement et s'est donné pour objectif de retracer l'histoire des interactions entre les sociétés et leur milieu naturel (Fressoz et al. 2014, Quenet 2014).

27 A l'exception notable d'Augustin Berque, dont les travaux s'inscrivent dans une démarche analogue. En essayant de dépasser un autre dualisme de la modernité, celui entre sujet et objet, il a réhabilité la notion de milieu (Berque 2012) et ainsi fondé la « mésologie » (Berque 2014), approche consistant en une analyse phénoménologique des relations entre les sociétés humaines et la Terre. La publication récente de l'ouvrage collectif « Manifeste pour une géographie environnementale » (Chartier et Rodary dir. 2015) semble traduire une évolution de la géographie en la matière. Malgré la pluralité des points de vue, les auteurs militent pour la construction d'une « géographie environnementale » ; c'est-à-dire une géographie ne se contentant pas seulement d'étudier l'environnement mais une discipline rénovée par les questions environnementales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josselin Guyot-Téphany et Jacques-Aristide Perrin, « Potentialités et limites de la notion de capital environnemental au regard de la crise environnementale contemporaine », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 29 | mars 2018, mis en ligne le 15 mars 2018, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/19050 ; DOI : 10.4000/vertigo.19050

Haut de page

Auteurs

Josselin Guyot-Téphany

Doctorant en géographie, Université de Limoges, UMR 6042 CNRS Géolab, 39E Rue Camille-Guérin, 87036 Limoges Cedex, France, courriel : josselin.guyot@etu.unilim.fr

Jacques-Aristide Perrin

Doctorant en géographie, Université de Limoges, UMR 6042 CNRS Géolab, 39E Rue Camille-Guérin, 87036 Limoges Cedex, France, courriel : jacques-aristide.perrin@etu.unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page