Navigation – Plan du site

Les investissements dans l'environnement des acteurs des circuits courts de proximité agroalimentaires

Sophie Rétif et Marius Chevallier

Résumés

Il s'agit ici d'interroger les investissements dans l'environnement ‒ ou dans des valeurs et représentations environnementales ‒ des acteurs et actrices des circuits courts de proximité agroalimentaires (CCPA) (vente à la ferme, marchés, AMAP, magasins de producteurs...), à l’aide du concept de capital environnemental. On s'appuie pour cela en premier lieu sur un corpus de 40 entretiens réalisés avec différents acteurs de ces CCPA (producteurs, consommateurs, intermédiaires et institutionnels) en Limousin ainsi que vingt analyses d'initiatives collectives de CCPA dans la même région, afin d'analyser la place de l'environnement comme milieu, patrimoine ou encore projet politique, dans les discours, les pratiques et les échanges entre les acteurs. Alors que les agriculteurs en agriculture biologique sont sur-représenté.e.s parmi les producteurs pratiquant la vente en circuits courts de proximité, l'environnement au sens biophysique est très peu présent dans les discours des acteurs, que ce soit en termes de valeurs environnementales (respect de la nature, de la biodiversité) ou d’effets sur la santé. Producteurs et consommateurs s’accordent pour reconnaître qu’ils parlent finalement très peu des questions environnementales. Celles-ci sont en effet perçues comme des sources potentielles de clivage, car il est souvent difficile de se mettre d’accord sur ce qui est « environnemental » : le local est-il plus ou moins « environnemental » que le bio, par exemple ? Cependant, malgré la rareté des références explicites à l’environnement, nous identifions la présence de signes partagés qui confirment qu’une attention particulière est portée aux questions environnementales. Nous montrons que les échanges entre les acteurs reposent largement sur ces signes. Nous nous intéressons en outre aux efforts spécifiques réalisés par les acteurs et actrices autour des questions environnementales : ces efforts constituent des investissements qui permettent d’accumuler du capital environnemental. Nous analysons les interdépendances entre le capital environnemental et les capitaux sociaux, culturels et économiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Plan Barnier de 2009 définit les circuits courts comme des circuits de commercialisation dans lesquels intervient 0 ou 1 intermédiaire entre le producteur ou le consommateur1. Cette définition ne prend donc pas en compte la proximité géographique. Dans cet article, nous envisagerons plutôt les circuits courts de proximité (CCPA), c’est-à-dire les circuits courts dans lesquels producteurs et consommateurs sont relativement proches géographiquement. Il s’agit par exemple de la vente à la ferme ou en paniers, des marchés de plein vent, des associations pour le maintien d'une agriculture paysanne ou associations pour le maintien d'une agriculture de proximité (AMAP), des magasins de producteurs, ou encore de l’achat de produits locaux par la restauration collective. Les circuits courts de proximité agroalimentaire se voient couramment prêter certaines vertus économiques (création d'emplois en milieu rural, amélioration des revenus des agriculteurs), sociales (lutte contre l'isolement rural, liens entre territoires urbains et ruraux) et environnementales (réduction du transport, modes de production réduisant l'impact environnemental) (Chevallier et al., 2015, p. 238). Leurs supposées vertus environnementales sont opposées aux dysfonctionnements sanitaires et environnementaux de l'agro-industrie. Il existe à cet égard une certaine attente sociale, qui fait que la dimension environnementale semble constituer un enjeu important pour les CCPA. Pourtant, dans la région Limousin où nous avons mené des recherches, les producteurs qui commercialisent leurs produits via des CCPA évoquent trois fois plus souvent des motivations économiques et sociales que des motivations environnementales (Allirot et al., 2012, p. 13). On retrouve cette inégalité de préoccupation dans les travaux estimant l’impact des CCPA : ils sont moins nombreux à porter sur les dimensions environnementales que sur les dimensions sociales et économiques (voir Boutry et Ferru, 2016, pour une revue de littérature). Maréchal et Spanu (2010) analysent par exemple les effets des contacts avec les consommateurs sur le changement de pratiques agricoles et révèlent que ces changements sont mineurs. D’autres travaux, plus nombreux, ont porté sur l’impact des modes de transport (Redlingshöfer, 2008 ; Sirieix et al., 2006 ; Rizet et al., 2008 ; Ademe et al., 2011 ; Mundler et Rumpus, 2012).

2Dans cet article, nous allons aborder les questions environnementales dans une optique différente, en mobilisant la notion de capital environnemental (voir infra. pour une définition). Nous ne chercherons pas à évaluer l’impact réel des CCPA en matière d’environnement, mais à analyser la place prise par l’environnement dans les pratiques et les stratégies des acteurs. Quelles dimensions environnementales introduisent-ils dans leurs pratiques productives et commerciales et sous quelles conditions ces dimensions peuvent-elles être introduites ? Un discours environnemental peut constituer un argument de vente pour les agriculteurs, s’ils savent toucher les consommateurs qui y sont sensibles. Mais la capacité à mobiliser un tel argumentaire environnemental est inégalement répartie socialement : elle résulte d’un investissement (ici un effort d’apprentissage) et renvoie donc à la question des inégalités de détention des capitaux culturels et sociaux (accès aux réseaux qui maîtrisent ces argumentaires). De la même manière, les investissements des agriculteurs pour acquérir la capacité technique à produire selon des normes environnementales sont une condition pour exploiter cette attente sociale.

3Pour traiter ces différentes questions, nous nous appuierons sur des matériaux produits entre 2012 et 2014. Il s’agit d’abord de 40 entretiens non directifs menés auprès de différents acteurs (producteurs, consommateurs, distributeurs, institutionnels) en Limousin, et destinés à repérer ce qu’entendaient ces acteurs par « circuits courts ». Il s’est avéré, comme cela avait été montré par les enquêtes de la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF), que les préoccupations environnementales étaient très peu présentes dans les entretiens. Seuls les acteurs institutionnels (élus, techniciens) évoquaient les problématiques environnementales de manière significative. Néanmoins, une faible présence dans les discours ne doit pas nous amener à conclure trop vite à l’absence totale de ces préoccupations. Certains phénomènes se manifestent de manière relativement tacite et ne peuvent être entièrement saisis via des entretiens. Maréchal et Spanu (2010) montrent par exemple que les consommateurs parlent peu d’environnement avec les producteurs, mais que par leur simple présence, ils véhiculent des attentes sociétales en termes de changement de pratiques de production. Il semblait donc pertinent d’analyser de manière plus qualitative nos entretiens, pour repérer en creux les préoccupations environnementales. En complément de cette analyse des entretiens, nous nous sommes appuyés sur d’autres matériaux d’enquête recueillis depuis 2014 (cf. infra pour une présentation).

4Dans une première section, nous présentons les matériaux que nous avons mobilisés. Dans une deuxième section, nous précisons les notions de capital et d’investissement à partir d’exemples concernant les CCPA et interrogeons la valeur heuristique de la notion de capital environnemental pour l’étude des CCPA. Dans une section suivante, nous analysons comment des dimensions environnementales se manifestent dans les CCPA, ce qui confirme l'intérêt pour des acteurs d'investir dans du capital environnemental. Enfin, nous montrons que ces investissements environnementaux sont largement conditionnés par la détention de capitaux économiques, sociaux et culturels avant de restituer cette analyse dans la question plus générale des inégalités de capitaux dans les CCPA.

Présentation des données empiriques

5En Limousin, les circuits courts tels que définis par le Plan Barnier de 2009 adoptent, par ordre d’importance, les modes de commercialisation suivants : vente à la ferme, marché, commerçants-détaillants, tournées, points de vente collectifs, grandes et moyennes surfaces, salons et foires, restauration commerciale, paniers, restauration collective, correspondance (Alliort et al., 2012, p. 51). Il s’avère que ces circuits courts y sont en grande majorité des circuits de proximité géographique, a minima de l’ex-Région Limousin (en l’occurrence moins de 200 km) : les communes de commercialisation citées par les producteurs interrogés pour une enquête de la DRAAF en 2011 sont à plus de 90 % en Limousin et la plupart des autres lieux relèvent en fait de départements voisins. Ce résultat se retrouve dans notre échantillon de sorte qu’il est plus pertinent de parler de circuits courts de proximité, pour cumuler le critère du nombre d’intermédiaires avec celui de la distance géographique.

  • 2 Ces entretiens ont été réalisés par Gaël Plumecocq et Marius Chevallier dans le cadre d’une recherc (...)

6Comme nous l’avons précisé en introduction, nous nous appuyons d’une part sur un corpus de 40 entretiens réalisés en 2010 et 2011 avec différents acteurs de ces circuits courts de proximité, dans la région Limousin2. Ces entretiens ont été menés auprès de producteurs agricoles, de consommateurs, d’acteurs institutionnels et associatifs (collectivités locales, associations de développement rural et agricole), ainsi que d’intermédiaires (commerçants et artisans commercialisant des produits locaux). Les entretiens démarraient par une question factuelle qui n’introduisait pas de vocabulaire spécifique (« Où faites-vous vos courses ? », « Où vous approvisionnez-vous ? », Où vendez-vous vos produits ? », « Quelles initiatives accompagnez-vous ? ») puis avançaient par réactions et demandes d’explication aux réponses des interlocuteurs. Ce corpus a donné lieu à des retranscriptions intégrales constituant un volume de 303 pages. Les précédentes analyses de ce corpus avaient principalement consisté en des analyses lexicométriques (Chevallier et al., 2014 ; Richard et al., 2014). C’est pour dépasser les limites de ces analyses que nous reprenons ce corpus à travers une analyse qualitative basée sur une analyse fine des verbatims en lien avec les questions environnementales. Nous ne multiplierons cependant pas les extraits d’entretiens dans l’article, car les extraits doivent souvent être longs pour être pertinents.

  • 3 Menée dans le cadre d’un partenariat entre la fédération d’associations Inpact-Limousin et l’Univer (...)
  • 4 Ce travail a donné lieu à des synthèses disponibles sur le site www.proximites-obs.fr

7En complément de ces 40 entretiens, nous nous appuyons sur une enquête menée en 2015 auprès de 20 initiatives collectives en CCPA en Limousin3. Les initiatives étudiées consistent essentiellement en la vente collective (10 à 70 producteurs) de produits agricoles en circuits courts et locaux (l’échelle d’approvisionnement pouvant varier du département aux départements voire régions voisines). L’analyse de ces initiatives s’est concentrée sur une dizaine de questions : historique, typologie de la clientèle, typologie de producteurs, modes de commercialisation, emplacement, mode de communication, moyens matériels, fonctionnement de l’équipe, motivations, valeurs)4. Toutes ces enquêtes étaient généralistes, non focalisées sur un thème particulier. L’objectif était de donner une vision globale des dimensions des CCPA. L’environnement ne constituait pas un axe central de la recherche et lorsque les interlocuteurs ont abordé cette question, ce fut toujours à leur initiative. Des données de seconde main sont également utilisées, notamment les résultats d’une enquête menée en 2011 par la DRAAF Limousin auprès de 550 exploitants commercialisant leur production en circuits courts et 110 porteurs de projet souhaitant développer ce type de démarche (Allirot et al., 2012).

Remarques préliminaires sur le concept de capital environnemental

  • 5 Appel à communication, Colloque Capital Environnemental, Université de Limoges, 18-21 novembre 2015 (...)

8Nous allons mobiliser dans cet article le concept de capital environnemental, tel qu’il a été défini par des chercheurs de l’Université de Limoges. Ce concept repose sur une définition résolument constructiviste de l'environnement. L’environnement est alors « une construction sociale et politique, soit l'interaction entre une matérialité biophysique et les représentations dont celle-là fait l'objet et dont elle peut être la projection »5. Cette définition met l'accent sur la pluralité des représentations de l'environnement, qui peuvent être hétérogènes, contradictoires, voire sous-tendre des luttes de définition. Savoir ce qui est ou non « environnemental » n’est pas donné, mais se construit dans les discussions, les débats. Par exemple, en ce qui concerne les CCPA, on discute de l’importance du mode de production par rapport à la proximité : le produit bio d’Espagne est-il plus ou moins « environnemental » que le produit conventionnel du Limousin consommé en Limousin ?

  • 6 Appel à communication, Colloque Capital Environnemental, Université de Limoges, 18-21 novembre 2015 (...)

9Le capital environnemental est quant à lui défini comme « l’ensemble des investissements (socio-économiques, idéologiques, émotionnels, politiques, artistiques…) dans l’environnement réalisés par des acteurs selon leurs représentations, intérêts et systèmes de valeurs spécifiques »6. Pour mobiliser ce concept, il nous faut au préalable préciser les concepts connexes que sont l’investissement, la construction socio-politique de l’environnement, la différenciation sociale et les ressources.

10Concrètement, en matière de capital environnemental dans les CCPA, les investissements peuvent consister en les efforts suivants des personnes : dépenses financières pour des matériaux naturels (vieilles pierres, bois), efforts d’aménagement du site (esthétique, mise en valeur des éléments naturels plutôt que technologiques), formation aux techniques de production respectueuses de l’environnement et aux enjeux environnementaux actuels, changement d’habitudes (accepter de vendre ou consommer des produits alimentaires non conformes aux standards dominants), insertion dans des réseaux écologistes, etc.

11Par rapport à la notion de ressource, la notion de capital met classiquement plus l’accent sur les inégalités. Or, dans les CCPA, les inégalités sociales font l'objet d'une attention assez forte. Les propriétés sociales des producteurs et des consommateurs engagé.e.s dans ces échanges sont régulièrement interrogées, que ces interrogations soient formulées sur un mode informel (les AMAP rassemblent-elles avant tout des « bobos » ?) ou dans le cadre d'études et de recherches (quelles sont les caractéristiques des producteurs engagés dans les CCPA du point de vue du niveau de diplôme ?). Ces interrogations postulent l'importance du capital culturel des différents acteurs, producteurs comme consommateurs. Les capitaux économiques entrent également en jeu : il peut y avoir un enjeu pour les producteurs agricoles à disposer d'un lieu de production bien situé (paysage, voisinage agricole) qui donne une image de nature conforme aux attentes des consommateurs. Ceci peut nécessiter des investissements économiques qui, là encore, varient considérablement selon les capitaux initiaux des individus. De la même manière, l'accès à une clientèle sensible aux CCPA dépend de la détention d'un capital social (Paranthoën, 2013 ; Richard et al., 2014, p. 32).

12Si l'utilisation de la notion de capital n'implique pas nécessairement de s'inscrire dans le prolongement direct de l'approche des capitaux de Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1979 ; Bourdieu, 1980), elle engage néanmoins une discussion avec celle-ci. Cette notion invite à mettre au centre de l'analyse la distribution des ressources (économiques, culturelles, etc.), ainsi que les processus de valorisation de celles-ci. Si l'on peut valoriser ces ressources, c'est parce qu'elles sont relativement rares et que leur distribution est un facteur de différenciation sociale. Il peut donc exister une concurrence entre les acteurs sociaux pour leur détention et leur valorisation. C'est ce que souligne Fabrice Ripoll, dans le cadre d'une réflexion sur la dimension spatiale des capitaux : « on peut (et doit) qualifier une ressource de capital uniquement en tant qu'elle est à la fois valorisable et inégalement distribuée dans un champ social caractérisé par des rapports de concurrence ou de pouvoir » (Ripoll, 2010, p. 73).

13Le capital environnemental appartient à ces nouvelles espèces de capitaux apparues dans la littérature scientifique au cours des dernières décennies, en complément des trois capitaux initialement définis et étudiés par Pierre Bourdieu : le capital économique, le capital culturel (compétences culturelles attestées par des diplômes scolaires, dispositions acquises par la socialisation) et le capital social (relations personnelles qui peuvent être mobilisées). Erik Neveu rappelle que « Pierre Bourdieu lui-même eut quelques largesses en la matière, parlant parfois de capital “juridique”, “politique”, “médiatique”, “scientifique”, “linguistique”, pour n'en citer qu'une part, même si beaucoup de ces notions font plus des apparitions que des carrières dans son œuvre » (Neveu, 2013, p. 351). En dehors des travaux de Bourdieu, les capitaux se sont multipliés en sciences sociales, puisqu'on a vu apparaître notamment le capital émotionnel, le capital international ou encore le capital syndical... Ces capitaux ont connu des fortunes diverses et certains se sont plus largement diffusés que d'autres : c'est le cas notamment du capital d'autochtonie (Retière, 2003 ; Renahy, 2005) ou du capital militant (Matonti et Poupeau, 2004). Cette « inflation des capitaux » a suscité un certain nombre de critiques, qui ont pour l'essentiel pointé des faiblesses heuristiques. Plusieurs chercheurs ont ainsi considéré que la création de nouveaux capitaux conduit à donner un statut théorique trop important à des ressources qui ne sont finalement que des dérivés ou des combinaisons du capital économique, du capital culturel et du capital social. Le capital d'autochtonie, par exemple, serait une forme de capital social propre aux milieux populaires, et donc une combinaison particulière de capital social et de capital économique. Ces critiques ont été notamment formulées par Erik Neveu, qui souligne que « s'il est légitime d'explorer des combinatoires de capitaux spécialement pertinentes localement, de les nommer », il n’est aucun capital qui ne découle des capitaux économiques, sociaux et culturels (Neveu, 2013, p. 348). Fabrice Ripoll développe une analyse similaire à propos du « capital spatial » : « Mieux vaut ne pas confondre “état” et “espèce” de capital. (...) Qualifier un capital de “spatial” laisse penser que l'espace est une réalité autonome de l'économique, du culturel, du symbolique..., et réciproquement que les différentes espèces de capitaux pourraient exister en dehors de la dimension spatiale. À y réfléchir, il semble plus prudent et rigoureux de travailler cette intégration de l'espace en termes de dimension spatiale des capitaux ». (Ripoll, 2012, pp. 118-119).

14Ces critiques attirent donc notre attention sur un point : le statut spécifique du capital économique, du capital social et du capital culturel, « principes d'engendrement d'une foule de combinaisons de capitaux dont le point commun par-delà leur variété est de se révéler d'une efficacité particulière dans un sous-champ donné, une interaction organisée » (Neveu, 2013, p. 355). Cette remarque d’Erik Neveu constitue une mise en garde générale qui doit être spécifiquement testée pour ce qui concerne le capital environnemental. En effet, on peut faire l’hypothèse que dans les sociétés contemporaines, l’environnement est devenu aussi structurant que le social, l’économique et le culturel en raison de son omniprésence dans les pratiques et les discours (Richard, Saumon, Tommasi, 2015). Rappelons par exemple que l’économique n’a historiquement pas toujours été structurant (Polanyi, 1983). Dans la section suivante, nous interrogeons cette omniprésence de l’environnement dans les CCPA.

La place de l'environnement dans la construction d’une spécificité des circuits courts de proximité

15Les circuits courts de proximité sont des pratiques de commercialisation des produits agricoles auxquelles sont associées un ensemble de représentations qui les inscrivent dans un univers de sens. Cet univers de sens est construit dans une opposition à l'agro-industrie. Au cours des dernières décennies, plusieurs dimensions de cette agro-industrie ont été constituées en problèmes publics. Les pratiques de l'agriculture intensive poseraient tout d'abord des problèmes graves pour la santé des consommateurs (crises sanitaires) comme pour celle des producteurs (maladies professionnelles). Ces pratiques seraient ensuite nuisibles à l'environnement : elles appauvriraient les sols, menaceraient certaines espèces animales (comme les abeilles) et produiraient beaucoup de gaz à effet de serre. Enfin, l'organisation économique des filières agricoles et agro-alimentaires reposerait sur une forme d'exploitation des producteurs et profiterait avant tout à des intermédiaires. De nombreux agriculteurs ne parviendraient ainsi pas à vivre décemment de leur travail, tout en supportant une charge de travail très lourde.

16Or, d'après les vertus prêtées aux CCPA (notamment dans les discours institutionnels et médiatiques), ceux-ci pourraient constituer une solution à l'ensemble de ces problèmes. En ce qui concerne les dimensions environnementales, les CCPA sont identifiés à une agriculture plus « raisonnée », utilisant moins d'intrants et reposant sur des pratiques plus respectueuses de l'environnement et de la santé. On constate d'ailleurs qu'ils sont corrélés avec la pratique de l'agriculture biologique, particulièrement pour le maraîchage. En Limousin, alors que 3 % des exploitations sont labellisées en agriculture biologique, c’est le cas de 15 % des exploitations qui pratiquent les circuits courts (Chevallier, 2013). On retrouve un résultat similaire à celui de Maréchal et Spanu (2010) pour la Bretagne. Comme la part des exploitations en agriculture biologique est nettement supérieure dans les CCPA, ces derniers bénéficient d’une image environnementale renforcée alors que l’agriculture biologique y reste tout de même très minoritaire. En outre, la réduction du nombre de kilomètres parcourus par les produits agro-alimentaires permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre et les moindres manutentions limiteraient le recours aux emballages. Ces différentes vertus sont souvent rappelées par les acteurs des CCPA. Elles sont par exemple explicitées dans la charte des AMAP : « Nées en réaction aux dérives de l'agriculture productiviste et des circuits classiques de distribution, elles [les AMAP] ont pour objectif de maintenir une agriculture de proximité, (...) respectueuse des hommes, de l'environnement et de l'animal, en référence aux fondamentaux de l'agriculture biologique », et fournissant « une alimentation de bonne qualité gustative, sanitaire et environnementale ». Elles sont également mises en avant par le Ministère de l’Agriculture, comme c’est le cas dans le Plan Barnier de 2009 : « Ils contribuent au développement d'une production durable ». Elles ont néanmoins été discutées : il y a quelques années, un avis de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) a par exemple nuancé fortement l'idée selon laquelle les CCPA auraient un impact positif sur les émissions de gaz à effet de serre. Ces réserves ne sont quasiment plus exprimées aujourd'hui.

17Comme nous l’avons souligné en introduction, les enjeux environnementaux sont très peu évoqués par les 40 acteurs interrogés en 2010 et 2011. Ces enjeux sont souvent sous-jacents, mais rarement abordés en tant que tels. Lorsqu'ils sont évoqués, c'est souvent de manière précautionneuse : il est par exemple très peu fait référence à l'agriculture biologique et bien plus à « l'agriculture raisonnée », et ce dans le souci de ne pas exclure les « non-bio ». On observe ainsi une certaine prudence : les acteurs et actrices des CCPA ne souhaitent pas donner une place excessive aux questions environnementales, car ils craignent que celles-ci amorcent des logiques exclusives ‒qui amèneraient à distinguer par exemple les « bons » pratiquants des circuits courts des « mauvais ». Pour certains producteurs, il est alors parfois préférable de ne pas mobiliser leur capital environnemental. Ce capital est concurrencé par d’autres logiques : la dimension socio-économique de solidarité locale semble primer sur la dimension environnementale liée aux modes de production.

18Les valeurs et enjeux relatifs à la santé sont également très peu évoqués. Lorsqu'ils le sont, ils peuvent être fortement articulés à la question de l'environnement, mais aussi parfois lui être quasiment opposés. Une maraîchère de Haute-Corrèze parle ainsi de la santé comme d'un enjeu « individuel, égoïste », une forme de souci de soi qui ne serait pas toujours en adéquation avec les engagements collectifs en faveur de l'agriculture paysanne. Elle invoque une éthique selon laquelle les CCPA doivent renvoyer à une dynamique collective citoyenne et non à des préoccupations individuelles. Enfin, s'il peut être parfois question de sécurité, c'est principalement à propos de la viande, un produit relativement peu commercialisé en CCPA. Les 40 acteurs interrogés insistent avant tout sur la qualité des produits ‒ un terme que l'on retrouve dans 35 des 40 entretiens, avec les termes de saveur et de goût. Ils insistent également sur la confiance entre le producteur et le consommateur, sur la valorisation du travail des agriculteurs ou encore sur les relations humaines qui se nouent dans ces échanges. Ainsi, des enjeux sociaux et culturels (autour du goût et des pratiques alimentaires) concurrencent largement les enjeux relatifs à l’environnement et à la santé.

19Les thématiques environnementales sont plus présentes dans les discours institutionnels, qui mettent plus systématiquement en avant tout l'éventail des « vertus » des CCPA. Si l'on s'intéresse maintenant plus spécifiquement aux consommateurs, on constate que ceux-ci osent rarement interroger les producteurs sur leur mode de production et leurs pratiques ‒ un constat qui rejoint celui de Maréchal et Spanu (2010). Puisqu'un rapport de confiance est recherché, ces demandes de renseignement risqueraient de s'apparenter à un interrogatoire. Cette réticence est par exemple évoquée par un meunier dont les produits sont labellisés biologiques : « Privilégier le local sans entrer dans le jugement de chaque personne, juste rester sur l’approvisionnement local, sans jugement parce que souvent c’est quand même assez délicat. Je vais me dire des choses comme “Lui, je ne lui fais pas confiance, est-ce qu’il travaille bien ?”Il faut essayer de rester dans le neutre dans une production. Le local doit être le critère privilégié, systématique. Pour mes partenaires directs, le bio c’est important, mais pour les revendeurs, beaucoup moins. Ils ont beaucoup ça comme slogan, mais ils ne sont pas très regardants, en fait. Le label prend de plus en plus une forme plus vaste, de plus en plus floue ».

20Certains producteurs regrettent d'ailleurs que leur clientèle ne leur pose pas plus de questions. C’est le cas de cette productrice de framboises qui a arrêté de sulfater depuis qu’elle a quitté sa coopérative pour produire en CCPA. « Si je peux le dire, je le dis. Je ne le mets pas obligatoirement en avant, mais il y a des clients qui me posent la question “Elles ne sont pas traitées ? Je n’ai pas besoin de les laver ?” Alors je leur dis surtout pas parce que ça perd sa saveur, un fruit comme ça et c’est trop dommage parce que je vous assure… Mais ils me font confiance à fond, ils me sentent sincère, il n’y a pas de souci. Mais il n’y en a pas beaucoup qui demandent ». Néanmoins, cette absence de questionnements explicites n'est pas l'expression d'un désintérêt. Plutôt que de poser des questions, les consommateurs cherchent à identifier des signes qui pourraient signifier une proximité à la nature. Un consommateur évoque ainsi les taches sur les pommes. « Le calibrage, vous voyez, quand il y a des pommes qui ont des formes un peu déformées, des taches, vous vous dites déjà qu’il y a moins de produits que la pomme qui est toute lisse. Il y a des petites choses qui vous disent… Certes c’est sensible de demander, mais en même temps il y a aussi le visuel, bon alors on n’a pas raison sur tout, on se trompe aussi, mais déjà dans l’approche quand vous voyez un étalage tout ça déjà on se fait une petite idée, et si vous voyez que la personne elle vend des oranges en plein hiver, déjà vous savez à qui vous avez affaire quand vous avez des légumes pas de saison qui sont sur un étalage, automatiquement ça ne peut pas venir de chez lui, c’est déjà un premier tri ».

  • 7 Les signes ont potentiellement plusieurs significations et doivent être interprétés. La présence de (...)

21D’autres signes sont évoqués dans les entretiens : des limaces dans la salade pour un éventuel moindre traitement chimique (consommatrice en marchés), une salade qui reste plus longtemps fraiche qu’une salade de supermarché (consommateur de panier), des espèces animales rares pour la biodiversité (producteur d’une race de vaches rare), des légumes mal lavés comme une garantie qu'ils n'ont pas été cultivés hors sol (productrice laitière à propos de son voisin de marché maraîcher), des planches en bois pour les étagères des magasins de producteurs comme un rejet du plastique (responsable de magasin bio), etc. En retour, les producteurs s'efforcent souvent de mettre en avant ces signes, qui s'avèrent souvent plus efficaces que des explications sur leur mode de production. Il existe donc des signes partagés de ce qui fait la différence entre l'agro-industrie et les façons de produire propres aux circuits de proximité. Ces signes ne sont pas seulement la manifestation d’un capital culturel (la capacité à communiquer), mais révèlent un capital environnemental (concernant par exemple les pratiques culturales7.

22Les entretiens montrent également que l’impact du transport est peu évoqué : « ces observations empiriques conduites en Limousin s’inscrivent dans la continuité de conclusions formulées dans d’autres contextes. Elles rejoignent les résultats de Sirieix et al. (2008) pour qui la réduction du nombre de kilomètres parcourus reste secondaire dans les préoccupations des consommateurs » (Chevallier et al., 2014), mais elles conforteraient également les évaluations concluant à l’intérêt tout relatif de la démarche circuits courts en termes de coût carbone (Redlingshöfer, 2008 ; Rizet et al., 2008 ; Ademe et al., 2011 ; Mundler et Rumpus, 2012) ».

23Nos enquêtes tendent donc à montrer que les enjeux environnementaux ne structurent pas de manière centrale le secteur des CCPA. Dans ce secteur spécifique, on ne retrouve pas l'hégémonie de valeurs constatée par Richard et al (2015). Il ne semblerait alors pas nécessaire de faire du capital environnemental un capital primaire au statut équivalent à celui des capitaux économiques, sociaux et culturels. Afin d'approfondir cette réflexion, nous analysons dans la section suivante les liens entre le capital environnemental et les trois principaux capitaux : comment le capital environnemental peut combiner ces trois capitaux primaires et s'articuler avec eux, notamment par des opérations de conversion. Nous allons alors interroger les investissements dans les ressources environnementales, certains investissements étant conditionnés par la détention d’autres ressources (ressources économiques, culturelles...), qui se trouvent ainsi converties en ressources environnementales et inversement.

Conditions de mobilisation des capitaux environnementaux : investissements et inégalités

24Les caractéristiques des producteurs et des consommateurs engagés dans les CCPA font l'objet d'interrogations récurrentes, de la part des médias, des acteurs institutionnels, des chercheurs... L'une des principales critiques adressées aux CCPA postule que ceux-ci sont réservés à une élite sociale ; c'est particulièrement le cas en ce qui concerne les consommateurs. Ce questionnement rejoint de nombreuses analyses sur les liens entre pratiques alimentaires et propriétés sociales, dans le prolongement d'une réflexion sur l'alimentation comme pratique socialement distinctive que l'on trouve notamment dans La Distinction (Bourdieu, 1979). L'alimentation occupe en effet une place importante dans l'ensemble théorique construit par Pierre Bourdieu à propos des pratiques culturelles : on peut « avoir du goût » pour des produits alimentaires comme on peut « avoir du goût » pour des productions artistiques et culturelles. L'alimentation est ainsi une pratique culturelle, fonction notamment du capital économique et du capital culturel des individus. « Pierre Bourdieu considère même qu'il s'agit du domaine où s'affirme le plus explicitement et le plus efficacement le principe de dénégation des pulsions propre aux classes dominantes » (Tissot, 2013, p. 141).

25Le rapport socialement différencié aux CCPA a fait l'objet de recherches spécifiques, mais sans qu'elles aient été croisées avec la dimension environnementale des CCPA. Grâce à ces recherches, on dispose d'éléments empiriques pour mettre à l'épreuve les hypothèses citées plus haut. Dans une recherche consacrée aux AMAP, Fabrice Ripoll montre que c'est le capital culturel qui a les effets les plus puissants. « Le fait est connu : les acteurs et observateurs en parlent en toute généralité comme étant un truc de/pour “classes moyennes”, “citadins”, voire “bobos” (comme certains le disent avec un certain autodénigrement), évoquant même parfois l'exclusion des classes populaires pour des raisons de coût trop élevé des produits et/ou d'habitude culturelles. Les quelques enquêtes existantes en PACA et Rhône-Alpes et mes observations personnelles dans l'Ouest montrent que ce n'est pas tant le volume de capital économique ou la résidence citadine que l'importance relative du capital scolaire qui définit le mieux les catégories surreprésentées » (Ripoll, 2010, p. 70).

26Des travaux ont par ailleurs été menés sur les liens entre développement des CCPA et gentrification rurale, dans la région Limousin. Ceux-ci soulignent que « les échanges économiques pourraient bénéficier d'une certaine proximité entre producteurs et consommateurs, de leur appartenance à un même groupe socio-culturel, voire de leur appartenance à une même classe sociale » (Richard et al., 2014, p. 29). C'est donc ici l'appartenance des producteurs et des consommateurs aux mêmes groupes sociaux, en ce qu'elle permet la mise en relation des acteurs, qui a été au centre de l'analyse. Une enquête menée sur le territoire du PNR Millevaches a montré que les néo-Limousins sont plus nombreux que les « autochtones » à recourir aux produits agricoles locaux, et que la propension à avoir recours aux CCPA est corrélée avec le niveau de diplôme (Richard et al., 2014, p. 32). Or les producteurs engagés dans les CCPA sont également plus nombreux à être néo-Limousins, par rapport à l'ensemble des producteurs de la région, et sont plus diplômés que la moyenne (Allirot et al., 2012). Malgré l'absence de données statistiques autres que sur les diplômes et les catégories socio-professionnelles (capital culturel), l'interdépendance entre les différentes formes de capitaux laisse penser que les individus les mieux dotés en capitaux de natures diverses sont bien sur-représentés dans les CCPA. Il ne s'agit pas pour autant d'un monopole : les employés et ouvriers sont sous-représentés parmi les consommateurs en CCPA par rapport à leur poids dans la population, mais ils constituent tout de même près de la moitié des consommateurs dans les enquêtes réalisées en Limousin (Richard et al., 2014). De la même manière, les agriculteurs les moins diplômés sont loin d'être absents des CCPA (Chevallier et al., 2014).

27Une approche en termes de capital environnemental présente l'intérêt de déplacer le regard, en mettant l'accent sur les processus de conversion des capitaux. Sans utiliser le concept en lui-même, c'est ce que fait par exemple Fabrice Ripoll lorsqu'il montre que les AMAP permettent de « transformer les ressources des consommateurs en capital social au service des producteurs » (Ripoll, 2010, p. 62). Selon lui, « ce qui s'échange est avant tout une sécurisation économique contre une sécurisation alimentaire et environnementale » (ibid., p. 65), et c'est la durabilité des relations instaurées dans les AMAP qui les rapproche d'une forme de capital social.

  • 8 Une enquête par questionnaire réalisée en 2012 auprès de 200 consommateurs en milieu rural montre q (...)

28Au regard des données dont nous disposons, quelles hypothèses peut-on formuler sur les processus de conversion des capitaux à l'œuvre dans les CCPA ? Sur les articulations entre capital économique, social ou culturel, et capital environnemental ? En ce qui concerne les producteurs, le capital culturel et le capital social semblent déterminants pour valoriser le capital environnemental dans la vente en CCPA. D'une part, et c'est ce sur quoi nous insistons ci-après, il s'agit de savoir s'adresser aux consommateurs (production et valorisation d'un discours environnementaliste), et d'être capable de produire les signes de proximité à la nature dont il a été question plus haut et auxquels les consommateurs sont sensibles. Il faut également savoir s'orienter dans les débats relatifs aux valeurs et enjeux environnementaux (sur les certifications de l'agriculture biologique, par exemple), afin de pouvoir investir dans des valeurs environnementales qui seront ensuite valorisées dans les échanges avec les consommateurs. D'autre part, il s'agit d'avoir accès aux consommateurs des catégories socio-professionnelles supérieures (capital social), plus susceptibles de consommer en CCPA (Richard et al., 2014) : sur-représentés, ils comptent pour la moitié des consommateurs et ont en outre des dépenses moyennes plus élevées8. Il ne suffit donc pas d'avoir une ressource environnementale (vieille ferme, aménité du paysage, etc.) pour en faire un capital environnemental permettant le développement de certaines activités sur une exploitation : activité de gîte, de chambre d'hôtes, visites de la ferme, etc. Encore faut-il avoir accès aux réseaux de consommateurs susceptibles d'être intéressés par ces activités. Un certain volume de capitaux culturels et sociaux peut donc permettre de convertir le capital environnemental en capital économique même si on peut voir se dessiner un paradoxe dans les liens entre capital environnemental et capital économique : parmi les signes de proximité à la nature qui sont attendus par les consommateurs, on trouve la dimension « artisanale », « petite », « moins riche », des exploitations. Ainsi, du point de vue du capital environnemental, paraître moins riche semble être une ressource. Il reste cependant à évaluer de manière plus précise les éventuelles variations de cette relation : si le gros tracteur, investissement coûteux, n'est pas particulièrement valorisé par la clientèle des CCPA, qu'en est-il de la « belle pierre » et de la dimension esthétique des exploitations ? La rénovation constitue un investissement coûteux qui nécessite un capital économique important.

29Bien que l'agriculture biologique soit nettement sur-représentée dans l'agriculture en circuits courts, la grande majorité des exploitations pratiquant les CCPA en Limousin ne sont pas en agriculture certifiée biologique : en 2010, seuls 15 % le sont, contre 3 % dans l'ensemble du Limousin (respectivement 10 % et 2 % à l'échelle nationale). Mais « même si tous les producteurs [en circuits courts], loin s’en faut, ne sont pas certifiés “agriculture biologique” et ne cherchent pas nécessairement à l’être, ils décrivent fréquemment leurs pratiques comme “proches du bio” » (Aubry et Traversac, 2010). À la question concernant le mode de production, on recueille dans la totalité des 20 initiatives collectives analysées en Limousin (hors trois initiatives entièrement approvisionnées auprès d'exploitations en agriculture biologique) une réponse du type : « parmi nos producteurs, n sont labellisés agriculture biologique, mais l’ensemble des agriculteurs sont dans une logique d’agriculture durable, respectueuse de l’environnement ». Si les termes « durable », « raisonnée » et « respectueuse de l'environnement » sont les plus fréquemment utilisés, on croise également des formules telles que « attentif au bien-être animal », « économe en intrants » et « moins intensif possible ». Ces formules ont en commun de n'être pas appuyées sur des organismes certificateurs à la différence de « agriculture biologique » : à défaut de s'appuyer sur une certification, le terme « productions diversifiées » serait peut-être le plus objectivable au côté du terme « de saison », pourtant seul le second est régulièrement utilisé dans les discours environnementaux des producteurs et productrices en circuits courts. Les données recueillies lors des entretiens semblent témoigner d'une recherche partagée d'une forme d'authenticité des produits agricoles (Warnier et Rosselin, 1996). Les CCPA permettraient d'accéder à des produits agro-alimentaires « authentiques », aux antipodes des produits modifiés ou transformés des « apprentis sorciers » de l'agro-industrie. On peut formuler l'hypothèse selon laquelle l'authenticité dont il est question ici diffère de celle qui est construite par les dispositifs de patrimonialisation des produits agricoles, comme les appellations d'origine contrôlée. C'est une authenticité qui ne repose ni sur des chartes ni sur des contrôles, justement parce qu'elle ne peut pas (et ne doit pas) être standardisée. Les consommateurs recherchent des produits qui ne soient pas calibrés et se caractérisent par une forme de singularité. À l'appui de cette hypothèse, on peut rappeler que les CCPA concernent plutôt les productions minoritaires d'un territoire (Allirot et al., 2012, p. 88) et donc justement celles qui ne sont pas susceptibles de faire l'objet de labellisations. Cette recherche d'authenticité comporte une dimension environnementale, au sens où elle traduit le souhait d'accéder à une « nature » non technicisée. Elle s'adosse également aux versants culturels de l'environnement, par exemple en ce qui concerne les techniques de production.

30Les acteurs des initiatives collectives analysées en Limousin expliquent donc que leurs exploitations ne sont pas toujours certifiées bio, mais sont « fermières », « à taille humaine », « non conventionnelles », « petites » ou qu'elles pratiquent une transformation « à la ferme » et « traditionnelle ». Ces caractéristiques s'opposent à l'image d'une agriculture professionnalisée que défendent les principales organisations professionnelles agricoles. De ce point de vue, cette dernière connaît un désavantage comparatif pour pouvoir mobiliser les capitaux environnementaux comme en témoigne le responsable d'une organisation professionnelle : « d'abord, on est quand même un peu comment dire pas vexés, mais choqués par l'utilisation du terme circuit court et par certains qui l'ont pour nous kidnappé ». Ces organisations dénoncent l'amalgame qui est fait entre les caractéristiques subjectives listées ci-dessus et une qualité environnementale et sanitaire qu'elles estiment mieux garantie lorsqu'il y a des cahiers des charges précis.

31La crédibilité des avantages environnementaux, et donc la capacité des agriculteurs à tirer profit de l'image « environnementaliste » des CCPA, repose très largement sur leurs déclarations, ce qui nécessite de mobiliser du capital culturel et/ou du capital social côté production comme côté consommation. Dans certains cas, afin d'alléger ce travail côté consommation comme côté production, on retrouve un intermédiaire qui se charge d'aller sur les exploitations pour faire le lien entre ces deux univers relativement étrangers l'un à l'autre et risquant de ne pas se comprendre : « je me déplace la plupart du temps sur les fermes où je discute longuement avec les producteurs pour connaître leur mode de production » (commerçante, Haute Vienne).

  • 9 « Les fermes du réseau Bienvenue à la Ferme s’inscrivent généralement dans un cadre architectural t (...)

32Côté production, un travail d'auto-évaluation est parfois demandé, réalisé par les producteurs eux-mêmes ou par leurs pairs du même groupe, là où un prestataire extérieur réalise habituellement ce travail, ce qui demande donc des compétences supplémentaires (capital culturel). Des agriculteurs ayant des capitaux sociaux et culturels importants peuvent optimiser la rentabilité d'un faible capital environnemental (peu d'efforts réels en faveur de l'environnement), là où d'autres ne sauraient profiter d'un capital environnemental plus important faute des capitaux sociaux et culturels nécessaires à son exploitation. Ainsi certains collectifs décident de mettre l'accent sur la transparence plutôt que sur la sélection de producteurs et productrices en agriculture biologique, charge aux consommateurs de se faire leur propre jugement. Encore faut-il être capable de présenter les modes de production aux clients. En cas de visites de fermes9, il faut également être capable d'expliquer aux visiteurs les écarts entre leurs représentations et la réalité observée.

33Du capital culturel (maîtrise d'un argumentaire) est ensuite également mobilisé puisque la valorisation de ces discours ou pratiques environnementales nécessite une capacité et un intérêt à discuter avec les clients (là où le logo de certification « répondrait » directement à ces questions) et une capacité à jouer des signes évoqués plus haut, auxquels les consommateurs sont attentifs. Ici il s'agit moins de compétences techniques et pédagogiques que de relations sociales, qui sont parfois dénoncées comme de la manipulation de consommateurs incultes par certaines organisations professionnelles agricoles. Du côté des consommateurs, cela nécessite de faire confiance et/ou de pouvoir comprendre les informations données, voire de savoir quelles informations demander, comme le reconnaissent certaines initiatives qui valorisent « une agriculture transparente quant à ses modes de production pour un consommateur averti » (groupement de consommateurs Haute-Vienne) avec « la certitude de connaître la provenance de ce qu'ils mettent dans leur assiette » (Amap Haute-Vienne). Certains consommateurs aimeraient savoir, mais n'osent pas trop poser de questions de peur de déranger (« après tout, on est là pour les soutenir, pas pour les embêter ») ou se sentent trop incompétent.e.s pour les interroger. Rappelons que les CCPA proviennent également d'une volonté de redorer l'image écornée des agriculteurs qui sont passés – schématiquement – de nourriciers à empoisonneurs. C'est dire que le risque de blesser les producteurs avec des remarques maladroites est important. Il faut donc de longs et réels investissements pour construire un terrain de compréhension mutuelle entre consommateurs et producteurs, comme l'analyse Marianne Chometon (2011) à propos d'une AMAP : « quatre ou cinq personnes du groupe pilote se rendent sur l’exploitation pour comprendre quelles sont les pratiques des agriculteurs et dans quelle mesure elles rentrent en adéquation avec les attentes des “amapiens”. À ce stade, le fait que plusieurs membres possèdent des compétences en agriculture est un atout de taille. Non seulement ils sont capables de comprendre le fonctionnement des exploitations, mais ils peuvent également transmettre leurs compétences agricoles aux autres membres du groupe, qui, au fil des visites, apprennent à décrypter les pratiques des agriculteurs (...) ». Les personnes interrogées par l'auteure considèrent donc que des compétences (capital culturel) sont progressivement transmises aux autres membres pour mieux veiller à la dimension environnementale de l'Amap. Il s'agit d'une question importante, en ce qu'elle invite à nuancer les questionnements relatifs aux inégalités sociales face à l'accès aux CCPA. Dans la mesure où de nombreuses initiatives se font en collectif, il n'est pas nécessaire que tous les producteurs ou tous les consommateurs aient un volume élevé de capital social et de capital culturel. De même qu'il y a des mutualisations financières pour faire face aux besoins de capitaux économiques, des mutualisations de capitaux sont à l’œuvre. Ces mutualisations jouent un rôle important dans les processus de conversion de ces capitaux en capital environnemental.

Conclusion

34Cet article aura, nous l'espérons, mis en évidence la valeur heuristique du concept de capital environnemental. Si celui-ci ne semble pas avoir (encore ?) acquis un statut de « réalité autonome » (Ripoll, 2012), équivalent à celui du capital économique ou du capital culturel, il n’en demeure pas moins un outil précieux pour l’analyse. La réflexion sur ce concept permet en effet d'éclairer certaines dimensions des circuits courts de proximité agroalimentaires. Contrairement à ce que l'on pourrait intuitivement penser, la valorisation du capital environnemental n'est pas au cœur de ces échanges économiques. Ce capital est plutôt mobilisé de manière euphémisée, voire allusive. Les valeurs et représentations environnementales sont mises en avant dans une logique inclusive, visant à rassembler producteurs et consommateurs dans une opposition commune à l'agro-industrie. On évite d'accentuer des lignes de fracture qui pourraient entraver les échanges et les dynamiques collectives ‒ en premier lieu les lignes de fracture entre les producteurs et consommateurs de l'agriculture biologique, et les autres. D'autres vertus prêtées aux circuits courts permettent de fédérer : la valorisation du travail des agriculteurs, la dynamisation du « lien social », ou encore le goût des produits. L'environnement, quant à lui, est principalement évoqué à travers des signes qui témoignent d'une proximité à la nature et d'une authenticité des produits agricoles. C'est notamment dans la capacité à produire et à comprendre ces signes que se manifeste le capital environnemental des producteurs et des consommateurs. Si ce capital est une combinaison de capital culturel, de capital économique et de capital social, il est néanmoins tout à fait heuristique de le penser en tant que tel. Il est donc utile de disposer d'un concept spécifique pour analyser les processus sociaux qui s'articulent autour de l'objet « environnement ».

Remerciements

35Ce travail s'est appuyé sur un financement de post-doctorat par la Région Limousin, ainsi qu'un projet financé par la Fondation de France. C'est dans ce dernier cadre que Rachel Virole a réalisé, en coopération avec Marion Salaün de l'Ardear Limousin, seize des vingt fiches d'initiatives sur lesquelles s'est appuyée une partie du travail d'analyse. Les autres fiches ont été réalisées par les auteurs ainsi que Julien Dellier de l'Université de Limoges et Laurent Hollécou de la Frcivam en Limousin. Merci aux organisateurs et organisatrices du colloque « Capital environnemental : représentations, pratiques, dominations, appropriations spatiales » (Geolab, Université de Limoges, 18-20 novembre 2015) de nous avoir donné l'opportunité d'interroger sous un angle original nos travaux en cours.

Haut de page

Bibliographie

Ademe, Solagro, Tercial, 2011, Guide pour la réalisation de bilans des émissions de gaz à effet de serre d’une organisation du secteur agricole et agro-alimentaire, [en ligne] URL : www.ademe.fr

Allirot, M., M. Chevallier, D. Lagrange, C. Leyssenne et C. Zampini, 2012, Les circuits courts en Limousin en 2010 : états des lieux, facteurs de réussite et perspectives de développement, Agreste Limousin, n 74, 50 p.

Aubry, C. et J.-B. Traversac, 2010, Les circuits courts en agriculture : un modèle de distribution alimentaire à contre-courant, Inra Agriculture, mai-juin 2010, 4 p.

Bourdieu, P., 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », 670 p.

Bourdieu, P., 1980, Le capital social. Notes provisoires, Actes de la recherche en sciences sociales, 31, pp. 2-3.

Boutry, O. et M. Ferru, 2016, Apports de la méthode mixte pour une analyse globale de la durabilité des circuits courts, Développement durable et territoires, vol. 7, n 2, pp. 1-21.

Chevallier M., 2013, L’hétérogénéité des CCP : un défi pour le soutien institutionnel, Agreste Limousin n 96, 4 p.

Chevallier, M, J. Dellier, G. Plumecocq et F. Richard, 2014, Dynamiques et structuration des CCP agroalimentaires en Limousin : distance institutionnelle, proximités spatiale et relationnelle, Géographie, économie, société, 16, 3, pp. 339-362.

Chometon, M., 2011, Émergence et registre d’action des associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) en périurbain : quel lien au territoire ?, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 11 Numéro 2 | septembre 2011, mis en ligne le 07 septembre 2011, URL : http://vertigo.revues.org/11085 ; DOI : 10.4000/vertigo.11085

Maréchal, G. et A. Spanu, 2010, Les circuits courts favorisent-ils l’adoption de pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement ?, Courrier l’environnement de l’INRA, 59, pp. 33-46.

Matonti, F. et F. Poupeau, 2004, Le capital militant. Essai de définition, Actes de la recherche en sciences sociales, 155, pp. 4-11.

Mundler, P. et L. Rumpus, 2012, The Energy Efficiency of Local Food Systems : a Comparison between Different Modes of Distribution, Food Policy, 37, pp. 609-615.

Neveu, É, 2013, Les sciences sociales doivent-elles accumuler les capitaux ? À propos de Catherine Hakim, Erotic Capital, et de quelques marcottages intempestifs de la notion de capital, Revue française de science politique, 63, 2, pp. 337-358.

Paranthoën, J., 2013, Distinction d’une petite bourgeoisie rurale. Un cas d’Amap, Agone n 51, p. 117-130

Polanyi, K., 1983, La Grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, Gallimard, Paris

Redlingshöfer B., 2008, L’impact des circuits courts sur l’environnement, dans : Maréchal G. (dir.), 2008, Les circuits courts alimentaires, Educagri, Dijon, pp. 175-185.

Renahy, N., 2005, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 284 p.

Retière, J-N., 2003, Autour de l'autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire, Politix, 16, 63, pp. 121-143.

Richard, F., M. Chevallier, J. Dellier et V. Lagarde, 2014, Circuits courts agroalimentaires de proximité en Limousin ; performance économique et processus de gentrification rurale, NOROIS, 230, 1, pp. 21-39.

Richard, F., G. Saumon et G. Tommasi, 2015, De l'hégémonie des valeurs environnementales à l'affirmation d'un nouveau capital ?, communication au colloque Capital Environnemental, Limoges, 18 novembre 2015

Ripoll, F., 2010, L'économie “solidaire” et “relocalisée” comme construction d'un capital social de proximité. Le cas des Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP), Regards sociologiques, 40, pp. 59-75.

Ripoll, F., 2012, Attention, un espace peut en cacher un autre. À propos de Nikolaus Fogle, The Spatial Logic of Social Struggle, Plymouth, Lexington Books, 2011, Actes de la recherche en sciences sociales, 195, pp. 112-121.

Rizet, C., M. Browne, J. Léonardi, J. Allen, M. Piotrowska, E. Cornélis et J. Descamps, 2008, Chaînes logistiques et consommation d’énergie : cas des meubles et des fruits et légumes, Carnets INRETS ADEME, n 05 03 C 0170.

Sirieix, L., G. Grolleau et B. Schaer 2008, Do Consumers Care About Food Miles ? An Empirical Analysis in France, International Journal of Consumer Studies, n 32, p. 508-515.

Tissot, S., 2013, “Anything but Soul Food”. Goûts et dégoûts alimentaires chez les habitants d'un quartier gentrifié, dans : Coulangeon P. et J. Duval. (dir.), Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, pp. 141-152.

Warnier, J-P. et C. Rosselin (dir.), 1996, Authentifier la marchandise. Anthropologie critique de la quête d'authenticité, Paris, L'Harmattan, 259 p.

Haut de page

Notes

1 [En ligne] URL: www.agriculture.gouv.fr/organisation-economique-circuits-courts

2 Ces entretiens ont été réalisés par Gaël Plumecocq et Marius Chevallier dans le cadre d’une recherche post-doctorale menée à Geolab, Université de Limoges.

3 Menée dans le cadre d’un partenariat entre la fédération d’associations Inpact-Limousin et l’Université de Limoges, cette enquête était financée par la Fondation de France. Le travail a été réalisé par Fanny Jouitteau et Rachel Virole (Ardear Limousin), Magda Kaminska (Université de Limoges), Julien Dellier, Sophie Rétif et Marius Chevallier (Geolab, Université de Limoges), Amina Kechiche (Creop, Université de Limoges, Laurent Hollécou et Laure Crova (Frcivam en Limousin).

4 Ce travail a donné lieu à des synthèses disponibles sur le site www.proximites-obs.fr

5 Appel à communication, Colloque Capital Environnemental, Université de Limoges, 18-21 novembre 2015, [En ligne] URL: http://www.unilim.fr/geolab/colloque-capital-environnemental-pratiques-dominations-representations-appropriations-spatiales

6 Appel à communication, Colloque Capital Environnemental, Université de Limoges, 18-21 novembre 2015, [En ligne] URL: http://www.unilim.fr/geolab/colloque-capital-environnemental-pratiques-dominations-representations-appropriations-spatiales

7 Les signes ont potentiellement plusieurs significations et doivent être interprétés. La présence de tâches sur les pommes ou de limaces dans les salades peut ainsi résulter d’un échec des traitements phytosanitaires et non d’une absence de traitements.

8 Une enquête par questionnaire réalisée en 2012 auprès de 200 consommateurs en milieu rural montre que les personnes ayant coché la case « plus de 10 euros » pour chacun des 40 produits analysés vendus en circuits courts est plus importante pour la CSP « Cadres et professions supérieures » (document de travail, communauté de communes Pays de Gentioux). Par ailleurs, une enquête tous produits confondus auprès de consommateurs en milieu urbain montre que « les personnes gagnant plus de 4000 euros ont un montant moyen en dépenses alimentaires deux fois plus important que ceux qui gagnent moins de 1200 euros » (étude réalisée par des étudiants de licence de géographie de l’Université de Limoges auprès de 300 consommateurs en 2013).

9 « Les fermes du réseau Bienvenue à la Ferme s’inscrivent généralement dans un cadre architectural traditionnel et authentique, riche d’histoire, de traditions rurales et de savoir-faire architectural dans un environnement naturel et préservé » ([En ligne] URL: http://www.bienvenue-a-la-ferme.com/nos-valeurs) ou encore une « ferme isolée au sein d’un site remarquable composé d’un puy, d’une vallée dominée par une cascade et d’un maillage bois et prés harmonieux. Une source y coule en continu » (Amap Haute-Vienne) : au-delà du mode de production, la valorisation des autres dimensions du capital environnemental multiplie encore les capitaux sociaux et culturels nécessaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Rétif et Marius Chevallier, « Les investissements dans l'environnement des acteurs des circuits courts de proximité agroalimentaires », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 29 | mars 2018, mis en ligne le 15 mars 2018, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/19057 ; DOI : 10.4000/vertigo.19057

Haut de page

Auteurs

Sophie Rétif

Maître de conférences, Université Paris Nanterre, Institutions et Dynamiques Historiques de l'Economie et de la Société (IDHES) (UMR 8533), 200 avenue de la République, 92 001 Nanterre Cedex, France, courriel : retifsophie@gmail.com

Marius Chevallier

Maître de conférences en économie, IUT du Limousin/GEOLAB (UMR 6042), Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 39E rue Camille Guérin, 87036 Limoges Cedex, France, courriel : marius.chevallier@unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page