Navigation – Plan du site

Des enjeux environnementaux à l’émergence d'un capital environnemental ?

Proposition de lecture des inégalités sociales par le prisme de l’environnement
Frédéric Richard, Gabrielle Saumon et Greta Tommasi

Résumé

À partir de leurs recherches de terrain consacrées aux recompositions socio-spatiales d’espaces ruraux de forte naturalité (Montana, campagnes anglaises, Montagne limousine), les auteurs formulent l’hypothèse de l’émergence d’un capital environnemental. Inscrit dans la perspective théorique de Bourdieu, le capital environnemental viendrait compléter les espèces originelles de capitaux (économiques, culturels, sociaux) pour qualifier l’ensemble des investissements réalisés par les acteurs dans l’environnement afin de satisfaire leurs intérêts. Après être revenu sur la notion de capital telle que l’a élaborée P. Bourdieu et tel qu’elle a pu être aménagée par les géographes, l’article s’intéresse à l’environnement, aux enjeux environnementaux et par-delà à la structuration d’un champ environnemental, dont l’existence est une condition préalable à toute forme de capital. Enfin, l’objectif est de montrer qu’en tant qu’outil au service de la géographie sociale, le capital environnemental constitue une grille d’analyse très opératoire des inégalités socio-territoriales liées à l’environnement, le cas échéant, des injustices environnementales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« Le problème, dit Walter, c'est que les terres disparaissent si vite qu'il serait vain d'attendre que les gouvernements s'occupent enfin de préservation de la nature. Le souci, avec les gouvernements, c'est qu'ils sont élus par des majorités qui n'en ont rien à foutre, de la biodiversité. Alors que les milliardaires ont tendance à s'en préoccuper. C'est important pour eux que la planète ne soit pas complètement bousillée, parce que ce sont eux et leurs héritiers qui auront assez d'argent pour en profiter, de cette planète. »

J. Franzen, Freedom, p. 276

  • 1 Une approche plus empirique et donc complémentaire du capital environnemental est proposée par Rich (...)

1Au regard des indicateurs macroéconomiques, de la capitalisation boursière, du niveau d’équipement des sociétés ou de confort des populations, l’humanité n’a sans doute jamais disposé d’autant de richesses. Mais il est plus probable encore que celles-ci n’aient jamais été aussi mal réparties. Les économies et sociétés dites avancées ou post-industrielles n’échappent pas à ce constat, souvent réaffirmé et dénoncé par de multiples contributions scientifiques consacrées à la question des inégalités sociales. En l’occurrence, depuis qu’elle s’y intéresse, la communauté scientifique a eu tout le loisir de s’équiper en concepts et notions susceptibles d’éclairer ou de réinterroger différentes réalités de ces inégalités, y compris leurs dimensions spatiales ou territoriales. L’émergence de nouveaux outils méthodologiques et théoriques ou la sophistication d’outils préexistants peuvent s’expliquer par l’évolution des sciences sociales à mesure de l’accumulation des expériences et résultats scientifiques. Mais les innovations peuvent également s’expliquer par les mutations de la société elle-même, lesquelles conduisent la communauté académique à adapter et reformuler sans cesse ses diagnostics et autres propositions théoriques. À cet égard, au sein de l’unité GEOLAB, plusieurs travaux empiriques conduits ces dernières années ont amené les auteurs du présent article à considérer la place de l’environnement dans les relations sociales, tensions ou inégalités sociales, et autres rapports de domination à l’œuvre au sein de nos sociétés occidentales. Ainsi, nos approches respectives des processus de recompositions sociodémographiques et de gentrification d’espaces naturels et ruraux (Richard et al., 2017) nous ont amenés à nous interroger sur l’articulation entre environnement(s), dynamiques territoriales et inégalités sociales. Nous disposions certes d’un certain nombre de notions utiles telles que différenciation (Harvey, 1997), divisions (Roncayolo, 1972), ségrégations (Brun et Rhein, 1994), pour l’essentiel appliquées aux espaces urbains, ou d’autres telles qu’aménités (Moss, 2006), inégalités (Deldrève, 2015) ou encore justice environnementale (Blanchon et al., 2009 ; Blanchon et al., 2012). Cependant, c’est bien dans celle de capital environnemental que nous avons trouvé l’opportunité d’analyser et déconstruire de manière féconde et cohérente les processus en cours sur nos terrains. Issu de travaux à l’origine empiriques et donc d’une démarche inductive, cet article vise à formaliser une proposition de nature théorique autour de cette idée de capital environnemental1.

2En l’occurrence, le principe de suggérer ou créer un nouveau type de capital ne va pas de soi, et ce, pour plusieurs raisons. La première tient au poids de l’héritage à la fois épistémologique et symbolique laissé par P. Bourdieu (1979a et b ; 1980a et b ; etc.) Considérant la portée heuristique du cadre d’analyse qu’il a progressivement mis sur pied, nombreux sont ceux qui voient un intérêt à enrichir leurs propres approches des apports empiriques et conceptuels de P. Bourdieu et ce, y compris de manière distanciée, en les nuançant, voire en les amendant. Au contraire, d’autres s’inquiètent de ces appropriations d’un cadre de pensée qui à leurs yeux peut se suffire à lui-même et risque d’être affaibli, voire discrédité à force d’être adapté, traduit, modifié, détourné, voire dévoyé (Neveu E., 2013 ; Ripoll et Veschambre, 2005). Une deuxième raison réside dans des regards et pratiques disciplinaires différenciées. Notion éminemment sociologique, elle peut séduire d’autres sciences sociales telles que l’économie, les sciences de gestion, l’histoire ou encore la géographie. Là encore, il est inévitable que des représentants de ces disciplines se saisissent d’un cadre conceptuel aussi efficace pour lire et interpréter les divers phénomènes auxquels ils s’intéressent et qui impliquent des acteurs susceptibles de cumuler, de revendiquer ou de disposer de manière inégale de différents types d’actifs ou de ressources. Pour autant, chacune de ces disciplines mobilise un même cadre théorique initial dans une perspective qui peut lui être spécifique. Dans le cas des géographes, les propositions bourdieusiennes peuvent leur être d’une grande utilité pour améliorer leur compréhension de l’espace et des territoires : d’aucuns ont ainsi évoqué l’idée d’un capital spatial (Lévy, 2003), résidentiel (Cailly, 2010), territorial (Desponds, 2008), etc.

3Nous concernant, c’est bien en tant que géographes que l’hypothèse de l’émergence ou de l’existence d’un capital environnemental nous est progressivement apparue. Et c’est à mesure des investigations empiriques que son potentiel analytique s’est révélé, en particulier à partir de trois terrains (le Montana aux États-Unis, la Montagne limousine en France, les campagnes anglaises). D’une certaine manière, cette contribution vise donc à restituer l’ultime étape de ce cheminement, celle de la montée en généralité ou de la théorisation, qui nous a amenés à recourir au capital environnemental en tant que grille de lecture de dynamiques sociales et territoriales au cœur desquelles l’environnement joue un rôle important, pour ne pas dire fondamental. L’objectif de cette contribution est ainsi de montrer qu’en tant que moyen pour certains d’accumuler d’autres espèces de capitaux, ou qu’objectif en soi pour d’autres, le capital environnemental permettrait bel et bien d’éclairer des rapports de force à l’œuvre au moins au sein de certains espaces des sociétés occidentales. Dans un premier temps, nous reviendrons sur la notion de capital telle que l’a élaborée P. Bourdieu et sur les questions posées par les aménagements dont elle a pu faire l’objet, en particulier en géographie. Dans un deuxième temps, nous porterons notre attention sur l’environnement et par-delà sur la structuration d’un champ environnemental, dont l’existence est une condition préalable à toute forme de capital. Enfin, nous tenterons de voir en quoi le capital environnemental peut servir l’analyse des inégalités sociales et plus précisément environnementales.

Des acceptions plus ou moins libérales du capital de Bourdieu

Quand les géographes s’approprient également le concept

4Le capital tel que nous l’entendons s’inscrit, du moins en partie, dans l’héritage de P. Bourdieu : nous ne reviendrons pas ici sur l’ensemble de ses travaux, mais nous rappellerons de manière synthétique le statut des capitaux dans sa pensée avant de voir comment les géographes se les sont appropriés.

5Pour P. Bourdieu, le capital désigne des ressources ou des leviers dont les individus, les groupes, les institutions disposent et qui peuvent être mobilisés et investis afin d’atteindre des objectifs, à travers un rapport de force qui crée des dominants et des dominés au sein d’un champ social. P. Bourdieu décline trois principales formes de capital qui permettent de rendre compte des luttes sociales et des logiques de domination : le capital économique renvoie aux ressources matérielles, au patrimoine, aux revenus (Bourdieu, 1979b) ; le capital culturel fait référence à l’ensemble des qualifications intellectuelles aux savoirs et savoir-faire, et parfois à leur reconnaissance au travers des diplômes (Bourdieu, 1979a) ; le capital social désigne enfin l’ensemble des relations sociales, des contacts dont un individu dispose et qu’il peut mobiliser (Bourdieu, 1980a). Un quatrième capital, symbolique, vient compléter cette triade, afin de rendre compte de la reconnaissance et du prestige accumulés par un acteur au sein de son champ d’appartenance (Bourdieu, 1989). Ces différents capitaux peuvent être accumulés, investis, convertis, transmis, et leur inégale répartition parmi les acteurs sociaux est à la fois source et fruit de lutte(s) sociale(s). Cette approche par les capitaux offre une grille d’interprétation efficace des dynamiques sociales, ce qui explique que de nombreux chercheurs, de disciplines différentes, y aient eu recours. Ce faisant, ils ont pu rester fidèles aux capitaux proposés par P. Bourdieu ou au contraire essayer de le décliner sous de nouvelles formes. La géographie ne fait pas exception : des géographes ont puisé dans la théorie des capitaux, en l’appliquant à des thèmes d’études qui leur sont propres. Nous pouvons distinguer deux attitudes principales de la part des géographes qui ont eu recours à l’idée de capital.

  • 2 Dans un article paru en 2008 dans Vertigo, les auteurs utilisent « capital environnemental » dans u (...)

6La première associe le capital au territoire, considéré en tant qu’acteur social : le territoire est alors porteur d’un capital, qualifié de « territorial », « paysager » ou encore « rural ». Ce positionnement suppose une certaine liberté vis-à-vis de la théorie de P. Bourdieu et ferait plutôt écho à des théories économiques. C’est en effet en référence au rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) (2001) et à l’économiste R. Camagni (2009) que M. Perlik (2011) ainsi que G. Lacquement et P. Chevalier (2015) mobilisent d’idée d’un « capital territorial » dans une perspective de développement territorial. Ce capital est défini comme un « ensemble de ressources localisées – naturelles, humaines, artistiques, organisationnelles, relationnelles et cognitives – qui alimentent le potentiel de performance d’un territoire donné » (Perlik, 2011). Dans une certaine mesure, cette approche présente quelques similitudes avec le concept de « capital naturel », mobilisé plutôt par les économistes de l’environnement, qui correspond à la valeur des ressources naturelles et des services écosystémiques2.

7D’autres géographes appliquent l’idée de capital aux territoires, mais avec une approche moins liée à la dimension économique et au développement et plutôt associée aux aménités environnementales, au cadre de vie ou aux ressources sociales. Par exemple, D. Desponds évoque un capital territorial pour expliquer les stratégies résidentielles des ménages, en indiquant que « l’inégale valorisation des territoires conduit à les percevoir comme dotés d’un capital territorial, concept difficile à quantifier, mais croisant pour le moins les aspects suivants : type d’habitat, cadre de vie, accès aux aménités urbaines, perception des lieux » (Desponds, 2008, p. 62)

8Pour leur part, L. Cailly et R. Dodier (Cailly et Dodier, 2007 ; Cailly, 2010) proposent un « capital paysager », faisant référence aux aménités environnementales d’un territoire, facteur qui joue notamment dans son attractivité résidentielle. En Angleterre, B. Garrod, R. Wornell et R. Youell (Garrod et al., 2006) s’attachent à décrire le « countryside capital », dont les espaces ruraux disposent et qui devient un élément central du développement touristique. Composé de différents facteurs naturels (les paysages, la flore et la faune, la qualité de l’air....) et sociaux (spécificités culturelles, modes de vie, gastronomie...), il peut être investi par des acteurs publics et privés dans un but de développement touristique local.

  • 3 Peu de travaux semblent dédiés directement à l’espace, par exemple « L’identité et la représentatio (...)

9Parallèlement, une seconde approche a consisté plus classiquement à ne pas affecter aux territoires la faculté et la qualité qu’ont les individus et les groupes sociaux à détenir du capital. Les auteurs ayant adopté cette position s’inscrivent au plus près de la théorie sociologique des capitaux, et saisissent l’opportunité offerte par l’absence, ou quasi absence, dans les textes de P. Bourdieu, d’une composante/déclinaison spatiale3 des capitaux. Ainsi, J. Lévy, Y. Déloye, F. Haegel (Lévy et al., 1993) défendent l’idée d’un « capital spatial » constitué « des avantages qu’apporte la maîtrise d’un ensemble d’agencements géographiques » (Lévy, 2003, p. 126). Un acteur peut donc tirer avantage de la dimension spatiale de la société en mobilisant des ressources : il s’agit notamment de compétences spatiales, comme la maîtrise des distances ou des échelles, mais également d’un « patrimoine » de lieux ou de territoires « appropriés ». Les stratégies spatiales des acteurs auraient d’autant plus d’importance dans un contexte où la « lutte des places » (Lussault, 2009) se substitue à la lutte des classes.

10Le concept de capital spatial a eu un effet heuristique dans les études sur les mobilités, notamment quand celles-ci ont été interprétées en termes de potentiel et de ressources inégalement distribuées. C’est justement aux mobilités que J.-M. Fournier (2008) applique ce concept, soulignant comment les stratégies de mobilités de certains groupes sociaux leur permettent d’accroître leur capital spatial et de valoriser par conséquent les autres capitaux. Le capital spatial a également été utilisé pour la compréhension des identités et stratégies résidentielles, contexte dans lequel il est mobilisé par L. Cailly (2007). Le géographe parle plus particulièrement d’un « capital résidentiel », défini comme une composante du capital spatial de Lévy et considéré comme « un niveau de richesse (ou de pouvoir) associé aux attributs et à la position du logement » (ibid., 172). Dans l’étude des parcours résidentiels et des choix de localisation du personnel du CHU de Tours, l’auteur montre comment le capital résidentiel peut être analysé dans une perspective collective (« légitimiste »), qui confirme des conduites résidentielles influencées par la possession de ce capital. En même temps, une approche plus fine (« individualiste ») révèle la multiplicité des valeurs et des choix résidentiels, ce qui lui permet de souligner la complexité des logiques sociales présentes dans le champ résidentiel. Pour sa part, O. Lazzarotti préfère parler de « capital géographique », qui représente une « mémoire » géographique, des savoirs accumulés et est constitué de « toute l’histoire géographique d’un homme et, parfois au-delà de lui-même, celle d’un itinéraire familial » (Lazzarotti, 2006, pp. 94-95).

11En géographie, divers chercheurs ont eu recours au capital spatial, le plus souvent sans véritable démarche réflexive, mais en l’utilisant en tant que concept « prêt-à-porter », car immédiatement utile à leur propos. La notion est en effet séduisante pour la discipline : proposée initialement par un géographe reconnu, elle offre un cadre d’interprétation qui, tout en se référant à la théorie bourdieusienne, convoque la notion d’espace, « raison d’être » de la géographie. Cependant, ce positionnement n’est pas exempt de critiques, non seulement de la part de sociologues, mais aussi de géographes.

Des regards critiques sur l’inflation des capitaux

12La question spatiale n’occupe pas une grande place dans les recherches de P. Bourdieu et l’introduction d’un capital spatial pourrait d’une certaine manière combler cette « lacune ». Néanmoins, peut-on vraiment parler d’absence, P. Bourdieu aurait-il « oublié » l’espace ? Ce sont des questions auxquelles F. Ripoll a proposé des éléments de réponse, consacrant plusieurs articles à la question spatiale chez P. Bourdieu, ainsi qu’à la critique du capital spatial. Le géographe convient que l’espace, tout en étant une dimension peu considérée, voire négligée chez P. Bourdieu, n’est pour autant pas absente de son travail ; au contraire, une analyse de La Distinction lui permet de souligner deux questions principales qui concernent l’espace : la localisation dans l’espace physique, qui interroge en particulier la localisation résidentielle, et la question des échelles spatiales du monde social (Ripoll, 2013). Avec V. Veschambre (2005), ils soulignent par ailleurs que, chez P. Bourdieu, l’espace ou la dimension spatiale est intégrée à chacun des différents capitaux : autrement dit, « les différents champs sociaux se projettent dans l’espace physique, ce qui voudrait dire qu’ils concourent tous à la production de l’espace en s’y matérialisant, l’espace physique devenant ainsi un “espace social réifié” » (ibid. 477). L’espace ne représente pas un champ autonome (comme la culture, la politique ou l’économie), mais serait plutôt à considérer comme une dimension présente et incontournable dans tous les autres champs, par exemple le temps. Ainsi, si les champs ont une dimension spatiale, dimension qu’on retrouve ensuite dans les différentes espèces de capitaux, en conséquence, l’espace ne peut constituer un champ, ni un capital, à lui seul. Cela permet à F. Ripoll et V. Veschambre de montrer que la proposition d‘un capital spatial est inadéquate, car en réalité l’espace n’est pas un champ indépendant, mais une dimension à prendre en compte de manière systématique dans les analyses sociales. Le capital spatial ne serait alors qu’un « glissement conceptuel qui semble malheureusement de plus en plus fréquent » (Ripoll, 2012, p. 118).

13Le scepticisme de F. Ripoll face au capital spatial trouve un écho en sociologie : la « prolifération » des capitaux en général y est objet de critiques, notamment de la part d’E. Neveu. Dans un article publié en 2013, il réagit à cette inflation de capitaux en s’appuyant sur la critique d’un ouvrage de C. Hakim consacré au capital érotique. Pour E. Neveu, l’introduction de nouveaux capitaux révélerait un « appauvrissement conceptuel » (Neveu, 2013, p. 353), d’autant plus que les auteurs ne font pas toujours l’effort d’en donner une définition précise, ce qui peut faire penser à un « rapport contestable avec la théorie » (ibid. 352), notamment pour ce qui concerne la hiérarchisation des capitaux. En effet, E. Neveu ne voit pas la pertinence de dépasser les « tripartitions traditionnelles » proposées par P. Bourdieu : la structure en « trois plus un » capitaux (culturel, économique, social + symbolique) suffit à rendre compte de la complexité sociale, car, comme Neveu le rappelle, ces capitaux peuvent être vus comme des « cartes qui sont valables, efficientes dans tous les champs » (Bourdieu avec Wacquant 1992). Pour autant, Neveu reconnait la possibilité, voire l’intérêt de concevoir de nouveaux capitaux pour analyser les rapports sociaux, mais selon lui, à moins de démontrer leur caractère réellement autonome vis-à-vis des trois « espèces fondatrices » (Neveu, 2013 : 354), les nouveaux capitaux imaginés doivent toujours être considérés comme des [formes] « combinatoires » des capitaux originels.

14Notre réflexion relative au capital environnemental a été influencée par ces mises en gardes et préconisations, au point de nous faire hésiter à suggérer et formaliser un nouveau capital. Cependant, il nous semble que le concept bourdieusien de capital représente un outil pertinent pour analyser les dynamiques sociales contemporaines et révéler les contrastes et les rapports de force entre acteurs qui sont à l’origine de mutations éminemment géographiques. Certes, nous rejoignons F. Ripoll quand il affirme qu’« il ne faut donc pas voir du capital partout » (Ripoll, 2010, p. 74). Néanmoins, comme il le précise, « quand il y en a [du capital], il ne faut pas refuser de le voir. Et pour repérer son existence ou son absence, il faut au moins le chercher » (ibid.). C’est justement cette recherche qui motive le présent article et qui nous conduit à conceptualiser et mettre à l’épreuve le capital environnemental. Dans notre démarche, le capital environnemental s’applique aux individus et groupes sociaux, mais représente pour autant un actif territorialisé, et sa dimension spatiale peut être appréhendée à des échelles variables. Cela détermine par ailleurs la manière par laquelle ce capital se manifeste, les valeurs qui lui sont associées ainsi que les acteurs qui se trouvent au cœur des rapports de force.

15Il nous reste alors à démontrer que l’environnement peut être considéré en tant que capital. Selon Ripoll (id., p. 73), « on peut (et doit) qualifier une ressource de capital uniquement en tant qu’elle est à la fois valorisable et inégalement distribuée dans un champ social caractérisé par des rapports de concurrence ou de pouvoir » (id., p. 73).

16En l’occurrence, il nous semble que « l’environnement », au sens large, ne cesse de prendre de l’importance au sein de nos sociétés, plus encore qu’il contribue aux clivages sociaux. La sphère environnementale, avec ses acteurs, ses valeurs, ses enjeux, représente un cadre au sein duquel se jouent des tensions, des équilibres ou des inégalités. En fait, de notre point de vue, cette sphère pourrait bien correspondre à un champ au sens de P. Bourdieu. Dans l’ordre des choses, il nous faut donc en préciser les contours puisque, pour paraphraser L. Cailly (2007, p. 172), sans lui ne pourrait être conçu le capital environnemental.

Vers la constitution d'un nouveau champ : le champ environnemental

Le constat d’un « environnement » omniprésent

  • 4 Pour lui, « dans la relation écouménale, la réalité r est le sujet logique S (ce dont il s’agit) pr (...)

17Envisager l’existence d’un capital environnemental ne prend sens qu'à la condition de partager un premier constat quant à la place de l’environnement dans les sociétés d'économie postindustrielle. La notion d’environnement est entendue ici dans une acception large, très proche de celle défendue par A. Berque4 (2010), en tant que construction sociale et politique née de l’interaction entre une matérialité biophysique et les représentations dont elle fait l’objet, mais dont elle est également la projection. En d’autres termes, l’environnement est donc la combinaison de réalités naturelles (topographiques, bio-topiques éco-systémiques, etc.), des perceptions et projections individuelles ou collectives de ces mêmes réalités, ainsi que des influences mutuelles que réalités et perceptions/projections exercent les unes vis-à-vis des autres.

18Défini ainsi, l’environnement est de fait omniprésent, que ce soit dans les discours ou dans les pratiques. Quitte à recourir à quelques illustrations triviales, cette assertion mérite d’être explicitée. Aucun industriel ne peut envisager une stratégie de communication qui ne soit teintée d'une rhétorique environnementale. Aucun homme politique ne peut proposer de programme sans se référer au développement durable. Impossible désormais pour un simple citoyen de ne pas être interpelé par telle invite, tel message publicitaire, telle recommandation, interdiction, opposition à quoi que ce soit qui ne puisse d’une manière ou d’une autre être associé aux enjeux environnementaux. En quelques petites décennies, à travers la médiatisation des atteintes dont il fait l’objet, les valeurs positives qu’il sous-tend, les injonctions politiques dont il est l’alpha et l’oméga, les appétits économiques qu’il suscite, les craintes qu’il nourrit, les tensions sociales et géopolitiques qu’il provoque, etc., l’environnement semble s’être désormais imposé partout. De manière progressive, insensible, et en même temps extraordinairement rapide et puissante, il a envahi nos quotidiens, au travers des gestes les plus insignifiants (le tri sélectif, les produits vaisselle éco-label, la lessive sans phosphate, les pâtes à tartiner bio, le Nutella à l’huile de palme certifiée durable, les voitures hybrides, électriques ou… pas, etc.) Mais par delà ces petites banalités du quotidien, l’environnement a également envahi notre futur plus ou moins proche, « par le haut », par l’échelle globale à laquelle s’invitent les quelques enjeux fondamentaux que sont l’érosion de la biodiversité, le changement climatique ou la « finitude » de la planète. Le bouillonnement de l’actualité médiatique charrie sans cesse son lot de références, qui au « Rio+20 », aux dix-sept nouveaux Objectifs de développement durable de l'ONU entrés en vigueur le 1er janvier 2016, qui à la préparation et à la tenue de la COP 21, voire à son (non) application à venir…

19En tant qu’espace et/ou objet physique concret, empreint de l’histoire et des fantasmes de chacun, en tant que représentation culturellement, socialement, politiquement construite d'un état des relations homme/nature à atteindre, l’environnement est autant porteur de valeurs positives et mobilisatrices qu’il peut susciter de débats, d’oppositions, parfois de profonds clivages. Quels qu’ils soient, individus, groupes sociaux, institutions variées, entreprises, médias, États plus ou moins riches, organisations supranationales, etc., les acteurs sociaux sont désormais appelés et amenés à se positionner sur et autour de valeurs et de pratiques légitimes, légitimées et légitimantes en lien avec l’environnement dans le but d’accomplir leurs desseins respectifs (Cailly, 2007). À cet égard, il nous semble qu’un champ environnemental est désormais constitué. En l’espèce, même les positions ou stratégies de contestation ou de rejet des valeurs environnementales dominantes (avec toutes les nuances qui s’imposent), telles le climato-scepticisme, le greenbashing ou le coalrolling par exemple, pourraient être entendues comme autant de formes de reconnaissance d’un nouveau « champ environnemental ». En effet, ces formes d’hostilités ouvertes et revendiquées attestent de la pleine conscientisation et compréhension de l’importance de ces valeurs environnementales dans l’ordre social : elles pourraient alors être entendues comme la manifestation d'un rejet plus global, ce qui viendrait signifier la place du champ environnemental dans le fonctionnement de l'espace social.

Champ environnemental, sous-champs et valeurs

  • 5 Puisque nous considérons ici par acteur tout autant le groupe, l'organisation, que l'individu, il s (...)

20Dans ses Propos sur le champ politique, P. Bourdieu définit le champ comme « un microcosme autonome à l'intérieur du macrocosme social » (Bourdieu, 2000, p. 52), soit une partie de l'espace social fonctionnant de manière autonome, selon ses propres lois. Métaphore inspirée de la physique — champ magnétique —, le champ est composé d'acteurs prenant part à des luttes sociales afin de se positionner les uns par rapport aux autres : le champ peut être représenté comme un champ de forces. Cette lutte de position se joue selon des règles spécifiques et un système de valeurs spécifiques à chaque champ. Si ces valeurs peuvent être plus ou moins abstraites (par exemple la solidarité, la réussite, ou pour celles qui intéressent ici, l’esthétique paysagère, l’éthique environnementale, cf. infra), outre qu’elles ne sont pas forcément conscientisées en tant que telles par et pour les individus et autres acteurs sociaux, elles se traduisent surtout par des actes et s’incarnent concrètement dans des objets ou des biens. Dans le cas du champ environnemental, il s’agirait donc de l’espace social structuré autour de l'environnement et au sein duquel les acteurs5 se réfèrent à des valeurs environnementales selon leurs intérêts propres. S’il est délicat d’envisager une liste exhaustive de ces valeurs, celles-ci pourraient néanmoins être regroupées en sous-champs thématiques, plus ou moins poreux et partiellement superposables. Tentons donc d’en esquisser les contours, en précisant au préalable qu’ils sont sans doute influencés ici par les contextes et terrains plutôt ruraux ou « de nature » auxquels les auteurs sont confrontés dans leurs objets de recherche (Richard, 2017 ; Tommasi, 2014 ; Saumon, 2016).

21Le premier sous-champ regroupe les valeurs liées à l’habitabilité, c’est-à-dire à la qualité de l’habitat, défini comme l’ensemble des conditions de logement et d’inscription du logement dans son environnement physique. Concernant le logement, quels que soient le type et ses caractéristiques diverses (ancien, neuf, individuel, isolé ou non, qui sont autant de valeurs reconnues), une attention particulière devrait être accordée aux surfaces de terrain et de plancher en ce sens qu’elles déterminent en grande partie le (sentiment de) confort de ses occupants. De même, mais dans une perspective peut-être plus anthropologique (par exemple E.T. Hall, 1984), au-delà du logement lui-même, peuvent intervenir d’autres facteurs et atouts de nature éminemment environnementale. Le logement donne en effet accès à certaines conditions plus ou moins physiologiques de bien-être, par l’intermédiaire de l’exposition solaire, de la luminosité, de la pente et de l’orientation des parcelles, de l’altitude, de l’intimité ou de la co-visibilité, etc. Au total, chacune de ces valeurs définissant les conditions d’habitat est amplement légitimée au sein de nos sociétés et occuperait une place importante au sein du champ environnemental.

22Au-delà de l’habitat, un second sous-champ environnemental serait structuré par les valeurs liées à l’esthétique paysagère, à laquelle on pourrait adjoindre la « naturalité ». Bien qu’il puisse varier d’un territoire à l’autre, le paysage s’impose comme un élément d’aménité et de positionnement social fondamental au sein des espaces, qu’ils soient ruraux ou non. Que ce soit à l’échelle méso (régionale, infrarégionale) ou beaucoup plus locale, la variété des morphologies et identités paysagères et l’attractivité résidentielle exercée par les plus plaisantes peuvent contribuer à une forte différenciation sociale des espaces. En outre, par l’intermédiaire des vues et perspectives paysagères, ce sont le plus souvent (au moins dans les espaces faiblement artificialisés) des valeurs liées à la « naturalité » de l’environnement qui sont investies. Si dans certains contextes elle peut se décliner sous le terme de wilderness, la proximité à la « nature » et à ses composantes (végétation, grande faune plus ou moins sauvage, espèces animales emblématiques ou protégées, biodiversité, services éco-systémiques, etc.) s’impose comme une valeur forte, bien qu’inégalement investie selon les catégories et groupes socio-culturels.

23Du reste, cette notion de naturalité illustre bien la porosité évoquée plus haut entre sous-champs. En effet, si elle s’articule particulièrement bien avec les valeurs paysagères dans les espaces non urbains, elle pourrait également être intégrée au troisième sous-champ que nous proposons de structurer autour des qualités environnementales et autres valeurs écologisantes, elles aussi de plus en plus plébiscitées au sein de nos sociétés postindustrielles. Complémentaires de la valorisation de la « naturalité » de l’environnement, la qualité environnementale et les considérations écologisantes recouvrent l’ensemble de ce qui est perçu et présenté comme autant de « bonnes pratiques », de « pratiques vertueuses », « éco-responsables », « respectueuses de l’environnement », ou plus globalement peut-être, « durables ». Ces valeurs peuvent être directement investies sous forme d’actions de la part des individus eux-mêmes, mais elles peuvent l’être également par le biais de soutiens à diverses causes, associations ou ONG environnementalistes, par exemple en faveur de la protection ou de la labellisation des espaces naturels comme de la lutte contre l’effet de serre. De même, l’attention accordée par les individus aux espaces (ainsi qu’aux lieux, parfois objets localisés, cf. infra) labellisés (allant du Parc naturel régional à l’Area of Outstanding Natural Beauty en passant par l’éco-quartier voire la maison Haute qualité environnementale) va croissante. Dans certaines situations, la reconnaissance de la qualité environnementale se concrétise par une attractivité résidentielle ou touristique renforcée, donc des valeurs ajoutées majorées pour qui la mobilise comme ressource. Même si contestées par certains en fonction de leurs propres intérêts, ces valeurs écologisantes sont de plus en plus légitimées (cf. la COP 21), voire imposées par diverses institutions. Ces investissements dans la qualité environnementale sont le fait de tous types d’acteurs, moyennant la mobilisation d’autres capitaux ou, à l’inverse, dans l’objectif d’accéder à d’autres types de capitaux. En l’occurrence, les valeurs écologisantes peuvent ainsi être « dévoyées », lorsqu’elles ne sont qu’un positionnement, un affichage strictement discursif (en opposition à l’action écologisante) ou une stratégie marketing (le greenwashing par exemple). Mais même détournée ou « perverties » par certains acteurs institutionnels ou économiques, voire par certains individus, elle n’en est pas moins mobilisée, là encore, afin de « faire aboutir leurs desseins » (Neveu, 2013).

24Le quatrième sous-champ environnemental imaginé ici ferait référence aux enjeux sanitaires. Plus encore depuis l’industrialisation, la distinction entre espaces plus ou moins exposés aux nuisances (pollutions de l’air, des sols, de l’eau, sonores ou aux ondes électromagnétiques) a contribué à façonner l’image positive des espaces qui en sont préservés (Mathis, 2010). Ces dernières décennies, la prise de conscience et la dénonciation des crises environnementales et des risques sanitaires encourus par les populations ont considérablement renforcé l’attention portée à ces questions. Elle peut naturellement se traduire par des stratégies individuelles ou collectives pour ne pas détériorer ou améliorer les qualités sanitaires de certaines portions de territoire, par des opérations de dépollution par exemple, voire pour investir (par le biais de mobilités, notamment résidentielles) ou garder le contrôle de territoires supposés présenter les meilleures garanties sanitaires. Du reste, les valeurs constitutives de ce sous-champ ne sont pas systématiquement incarnées ou transcrites dans l’espace : elles peuvent également l’être dans des produits ou biens de consommation tels que l’alimentation issue de l’agriculture biologique ou raisonnée, les peintures sans solvant, etc.

25Quant aux deux derniers sous-champs environnementaux identifiés, ils sont plutôt spécifiques (même si non exclusifs) aux espaces ruraux et/ou de nature et correspondent à l’ensemble de valeurs associées aux composantes respectivement productives et post-productives des espaces en question. Concernant la dimension post-productive de l’environnement, elle s’affirme au travers de la dimension biophysique de ce dernier : l’environnement est devenu un objet de consommation, d’expérience (Hines, 2010), d’agrément, de pratique récréative, une aire de loisir, de tourisme. Au fil du temps, il est de plus en plus prétexte et support à nombre d’activités ludiques, sportives ou contemplatives. Concernant ensuite la composante productive de l’environnement, en dépit des mutations des appareils productifs des économies post-industrielles, elle reste bien établie. L’environnement constitue une ressource économique pour certaines institutions (entreprises, collectivités territoriales), mais il peut l’être également, dans une perspective plus bourdieusienne, pour les individus et groupes sociaux localisés. Il est naturel de penser en priorité aux agriculteurs, fermiers et ranchers, y compris à travers les formes marginales de « hobby farming » telles qu’elles ont pu être décrites aux États-Unis ou au Royaume-Uni (Gill et al., 2010 ; Sutherland, 2012 ; Woods, 2016), voire à travers l’auto-consommation. Mais les agriculteurs ne sont pas les seuls à valoriser fonctions et ressources productives ou extractives de l’environnement. C’est par exemple le cas de la production d’énergies (éolienne, solaire, hydraulique, bois, méthanisation, etc.), et ce à l’initiative de divers types d’acteurs (individus, collectifs, y compris de voisinage, coopératives, collectivités, entreprises, etc.). Dans une certaine mesure, la commercialisation, ponctuelle ou complémentaire de revenus, de services liés aux spécificités environnementales (les activités thermales, l’accueil agro-touristique, les activités de guide, les formations pédagogiques ou scientifiques liées à l’environnement) pourrait entrer dans cette catégorie.

26Au final, si l’ordonnancement en sous-champs visant à regrouper de multiples valeurs environnementales n’est qu’une proposition potentiellement appelée à être amendée, en l’état, il contribue néanmoins à délimiter les contours d’un ensemble cohérent, de quelque chose qui « fait sens », et dont nous considérons qu’il pourrait s’agir du champ indispensable et préalable à la reconnaissance d’un capital environnemental. En effet, contribuant tantôt à fixer, tantôt à renforcer, parfois à contester les positions sociales, les rapports de force, éventuellement de domination en place entre individus et groupes sociaux, ces valeurs sont susceptibles d’être la motivation ou le prétexte à des investissements de la part des uns et des autres, générant ainsi une forme de capital. Par ailleurs, si les valeurs et sous-champs qui viennent d’être définis l’ont été de façon relativement générique, il faut souligner qu’ils peuvent concrètement se décliner selon des modalités locales différentes d’un territoire à l’autre. En effet, le champ environnemental et les rapports sociaux qu’il sous-tend ne sont pas identiques selon les contextes nationaux, régionaux, voire locaux : le PNR de Millevaches en Limousin n’est pas le Montana qui, lui-même, ressemble peu aux campagnes anglaises. Les acteurs, les enjeux, les hiérarchies sociales n’y sont pas identiques. En fonction des contextes et des échelles auxquelles on y travaille, les inégalités sociales dont le capital environnemental est, avec les autres espèces de capital, en partie cause et conséquence, se trouvent ainsi localement réifiées dans l’espace de manière singulière à chaque territoire (Richard et al., 2017). Et pourtant, concernant nos trois terrains, cette grille du capital environnemental peut s’y appliquer tout aussi efficacement et même permettre d’identifier des processus très similaires.

Le capital environnemental, une clef de lecture des inégalités socio-spatiales ?

27Ainsi, au sein du champ environnemental, les acteurs, lorsqu’ils prennent position pour des valeurs, se positionnent aussi les uns par rapport aux autres : à cet équilibre interne entre les acteurs — entraînant coopérations, rapports de force, voire tensions selon les valeurs reconnues par chacun — s’ajoute une hiérarchie propre au champ, déterminée par la répartition du capital environnemental entre les acteurs. Nous considérons que, comme toutes les autres espèces de capitaux, le capital environnemental est inégalement distribué entre et au sein des groupes ou classes sociales, et que cette inégale répartition peut constituer une clef de lecture pertinente des inégalités socio-spatiales.

Une inégale distribution du capital environnemental entre les acteurs

28Pour comprendre les raisons pour lesquelles la répartition du capital environnemental est inégale, il faut au préalable envisager le processus d’appropriation et de contrôle du capital au sein du champ. Pour disposer de capital environnemental, les acteurs doivent convertir tout ou partie des actifs dont ils disposent déjà. Concrètement, les acteurs investissent dans des biens, du savoir-faire et du savoir-être liés à l'environnement, selon les différentes valeurs environnementales présentées précédemment, en convertissant leurs capitaux préexistants. Par là, les acteurs disposent d'une plus ou moins forte capacité d'investissement dans le capital environnemental selon l'importance des autres espèces de capitaux acquis par ailleurs. S'ensuit une accumulation de capital environnemental pour des acteurs disposant déjà de capital culturel, économique, social et/ou symbolique. La position dans le champ environnemental dépend ainsi en partie de celle occupée dans les autres champs. Ces opérations de conversion entre le capital environnemental et les autres formes de capital sont naturellement réversibles. Pour illustrer ce principe, nous proposons de nous appuyer sur nos terrains respectifs, en commençant notamment par quelques exemples d’investissements en direction du capital environnemental.

29Ainsi, dans le Montana, de nombreux néo-arrivants issus des classes supérieures convertissent leur capital économique en capital environnemental, selon différentes modalités. La luxueuse station de ski de Big Sky, aux portes du Parc national de Yellowstone, propose aux néo-arrivants un cadre exceptionnel pour leurs pratiques sportives de pleine nature et un entre-soi très recherché — puisqu’elle offre pistes d’atterrissages et domaines skiables entièrement privés. Résidences principales, secondaires ou occasionnelles le temps de quelques jours de ski, les gated communities occupent tous les sommets, et garantissent wilderness et emptyness aux élites économiques souhaitant investir dans cette nature ainsi mise à disposition (Figure 1).

Figure 1. Exemple de conversion de capital économique en capital environnemental : une propriété de la gated community « Cowboy Heaven », Big Sky, Montana.

Figure 1. Exemple de conversion de capital économique en capital environnemental : une propriété de la gated community « Cowboy Heaven », Big Sky, Montana.

30Mais le capital économique n’est pas la seule voie de conversion vers le capital environnemental. Dans la Montagne limousine, le parcours d’un groupe d’ingénieurs peut offrir un exemple parlant de conversion de capital culturel en capital environnemental : après leurs études, de jeunes urbanistes, ingénieurs en développement territorial et ingénieurs mécaniques et en recyclage, se sont installés sur le plateau de Millevaches et, après avoir réalisé des diagnostics territoriaux et des études de projets, ont créé une « ressourcerie », dont les principaux objectifs sont la récupération et valorisation des déchets ainsi que dans la sensibilisation à l’environnement (Certu et al., 2010). Il s’agit ici d’un cas de conversion de capital culturel (les diplômes, les connaissances et compétences préalablement acquises) en capital environnemental, avec la possibilité d’avoir un rôle en tant qu’acteurs locaux de l’environnement et d’influencer les pratiques individuelles et collectives (par le travail avec les collectivités et les écoles). Ce processus de conversion montre aussi la manière dont les inégalités sociales sont alimentées : en effet, les populations moins pourvues en capitaux au départ sont aussi celles qui disposent de moins de possibilités de conversion et donc d’un faible capital environnemental. Dans le contexte socio-spatial de la Montagne limousine, où l’environnement et sa gestion sont des enjeux importants d’un point de vue politique et économique, cette inégale répartition du capital peut alimenter une exclusion sociale de certaines populations. Il ne s’agit pas forcément d’une exclusion « physique », mais plutôt d’une moindre influence sur leur cadre de vie et de possibilité d’action sur le territoire.

31Mais si l'investissement dans le capital environnemental se fait par la conversion d'autres capitaux, à l'inverse il peut être envisagé dans une perspective plus ou moins conscientisée de conversion à court ou long terme sous d'autres formes de capitaux. Ainsi, dans le cas des pratiques récréatives de l'environnement, d’autres formes de capitaux peuvent être espérées en retour de l'investissement premier dans cette forme de capital environnemental, y compris d’ordre symbolique – en particulier pour les sports de nature à risque ou physiquement exigeants. De même, l’investissement dans une localisation résidentielle voire une résidence offrant un environnement paysager séduisant est aisément convertible en capital économique, mais également en capital social. Ainsi, un milliardaire à la tête d’un pool d’investisseurs dans la Silicon Valley, ayant participé au financement des plus grandes entreprises du web 2.0, a installé une de ses résidences à Whitefish dans le Montana, aux portes du Parc national de Glacier, et investi plus de dix millions de dollars dans la préservation de la vallée. En prélevant de l’argent sur ses fonds personnels pour acheter des terres immenses dans la vallée de Flathead afin de les protéger de l’exploitation forestière, en y aménageant un trail afin d’en faire un espace récréatif pour la communauté locale (entretien du 7 juin 2014, Whitefish), il a créé un espace protégé privé d’accès public, et ce faisant, converti son capital environnemental — résultat d’une conversion préalable de capital économique — en capital social. Personnage unanimement apprécié à Whitefish, son engagement pour l’environnement en a fait un mécène dont la réputation a bien évidemment franchi les frontières du Montana.

32Cette convertibilité réciproque des capitaux signifie alors de nouvelles opportunités pour les acteurs disposant de capital environnemental, quelle que soit leur dotation dans les autres espèces de capitaux. Si les exemples précédents font référence à des acteurs disposant d’un portefeuille bien garni de divers capitaux, il existe des individus ou des groupes peu dotés en capital économique, social, ou culturel, mais pour autant dotés en capital environnemental. Des ménages modestes peuvent, par héritage, antécédence ou autre, bénéficier de conditions d’habitat très enviables du point de vue des aménités paysagères et/ou de la qualité sanitaire : ils peuvent à terme convertir ce capital environnemental en capital économique, en revendant des titres de propriété par exemple.

33Dans le Montana, lorsque les ranchers signent un conservation easement avec un organisme de Land Trust, ils s'engagent à pratiquer leur activité en conservant le paysage — sans entamer de nouvelle construction notamment - et ce de manière permanente, puisque s'ils vendent leurs terres, le contrat s'appliquera au propriétaire suivant. En contrepartie de cet engagement, une somme d'argent élevée est garantie aux ranchers — financée par la population locale, à l’échelle de la ville ou du comté, qui accepte d’augmenter ses taxes en votant en faveur de ces opérations d’Open Space Bound. Cette somme reversée aux ranchers correspond au différentiel entre la valeur de leur terrain constructible et la valeur de leur terrain devenu ainsi non constructible. Peu dotés en capital économique à la base, les ranchers peuvent ainsi convertir leur capital environnemental en nouvel actif. La grille de lecture capital environnemental est d’autant plus pertinente pour analyser cette opération, que ce mécanisme de conversion repose sur la nouvelle attention portée à l’environnement, et spécifiquement sur la revalorisation des espaces productifs du Montana en espaces post-productifs, le ranch acquérant un statut de paysage à préserver (Figure 2).

Figure 2. Le rancher Jim C. sur ses terres en conservation easement, Missoula, Montana.

Figure 2. Le rancher Jim C. sur ses terres en conservation easement, Missoula, Montana.

34C’est d’ailleurs le même type de procédé qui, dans le Lake District, permet aux dernières familles locales de rester vivre dans un parc national dont les catégories populaires ont progressivement été évincées ou a minima remplacées (Richard, 2009). Classiquement, les agriculteurs peuvent aisément tirer parti de leur activité professionnelle (liées aux valeurs productives de l’environnement, cf. supra), que ce soit par le biais des activités agro-touristiques ou classiquement de la valorisation du patrimoine bâti directement lié à leur exploitation agricole (vente ou conversion des granges en gites par exemple). Mais de manière plus générale, au-delà des aménités environnementales qu’elle procure, et du fait de son image désormais très positive et qu’elle ait été peu à peu colonisée par les catégories sociales dominantes, la simple localisation résidentielle dans la campagne anglaise « assoit » la position des ruraux dans la hiérarchie sociale, et procure même dans certains secteurs géographiques particulièrement élitistes, un certain « prestige ». Pour peu qu’on en ait envie ou besoin, la localisation résidentielle donnant accès au capital environnemental peut aisément devenir une ressource qu’on peut activer pour faire fructifier ses autres capitaux, y compris symboliques et bien sûr économiques (cf. Figure 3). En l’espèce, la petite histoire de la célèbre série télévisée pour enfants Postman Pat est particulièrement édifiante. Dans l’article qu’il lui a consacré, J. Horton (2008, p. 391) explique que cette série culte ne doit rien au hasard : elle est née d’une rencontre entre John Cunliffe, écrivain de littérature jeunesse et instituteur dans une école du Lake District, et la mère d’un de ses élèves qui, connaissant ses livres, a servi d’intermédiaire avec une de ses propres connaissances, directeur des programmes de la BBC et dont elle savait qu’il était en quête d’un auteur pour créer une nouvelle série animée pour la chaine nationale.

35Par ailleurs, faire mention de cette série culte de la BBC permet incidemment de souligner l’influence des acteurs (individuels ou institutionnels) qui œuvrent en tant que producteurs symboliques des valeurs environnementales. De fait, au sein des sociétés, les valeurs évoluent dans le temps et dans l'espace, prêtant aux différents investissements réalisés une reconnaissance sociale fluctuante. Les investissements au nom de valeurs environnementales vont en effet avoir plus ou moins de poids et d’écho selon que ces valeurs sont socialement reconnues et légitimées. Et en la matière, l’équilibre interne entre les valeurs constitutives du champ est influencé par ceux qui ont le pouvoir de formaliser, de diffuser, voire d’imposer des valeurs ainsi dominantes. En effet, ces producteurs symboliques parviennent à « prescrire » de manière non coercitive, et le plus souvent de manière inconsciente, leur propre vision de l'environnement, leurs propres valeurs environnementales, renforçant ainsi leur capital associé ou en découlant.

36Au final, il résulte de cette inégale répartition du capital environnemental un rapport de force entre les acteurs du champ environnemental, dont la manifestation extrême est le rapport de domination. Nous considérons ainsi que les acteurs disposant de plus de capital environnemental sont les acteurs dominants du champ environnemental.

Un potentiel pour éclairer autrement les injustices environnementales ?

37Si les illustrations du point précédent ont permis de mentionner quelques exceptions — lorsque des individus ou ménages modestes disposent de capital environnemental, on a vu que dans la plupart des cas, ceux qui aspirent à investir dans celui-ci doivent au préalable disposer d’autres espèces de capital. Exprimées autrement, les inégalités et la hiérarchie sociales se manifestent dans le champ environnemental comme dans les autres champs. En l’occurrence, nos investigations respectives portaient précisément sur ceux qui investissaient dans le capital environnemental. Ce n’est qu’au terme des démarches de déconstruction des stratégies et moyens d’action des acteurs intéressés par l’environnement, notamment les nouveaux habitants de nos terrains, que nous avons logiquement été conduits à nous pencher sur les « autres », ceux qui n’avaient pas les moyens de s’y intéresser, ceux qui s’intéressaient à d’autres valeurs environnementales que celles promues par nos « néo-ruraux », « amenity migrants » ou « gentrifieurs ». C’est à force de travailler sur les mieux dotés que nous avons été confrontés dans un deuxième temps à la question de ceux qui l’étaient moins, à ceux qui, dans le champ environnemental, se trouvent malmenés, marginalisés, en situation de dominés et, en d’autres termes, à nous intéresser aux enjeux des inégalités et des injustices environnementales. Ces deux champs de recherche, intimement liés et dont les frontières sont parfois floues, sont particulièrement riches aux États-Unis, où ils se sont développés en lien avec les mouvements de luttes en faveur des droits des minorités raciales (Fol, 2010). En Europe et plus particulièrement en France, on observe un intérêt croissant autour de ces thématiques, de la part de géographes (Emélianoff , 2008 ; Blanchon et al., 2009 ; Blanchon et al., 2012), sociologues (Deldrève et Candau, 2014 ; Deldrève, 2015), politistes (Faburel, 2008 ; 2013), et représente un axe éditorial important de la revue Justice Spatiale. Si les définitions ne sont pas encore consensuelles et l’activisme de justice environnemental est pratiquement absent (Lejeune, 2015) (alors qu’il est une composante essentielle dans la recherche nord-américaine sur ces thématiques), les recherches françaises ont introduit les problématiques des inégalités environnementales dans des contextes académique et politique qui n’avaient que très peu considéré les liens entre social et environnemental (Lionel et al. 2007 ; Emélianoff, 2008). En ce sens, la recherche sur les inégalités environnementales, ici considérées comme « des inégalités sociales qui se caractérisent dans un rapport à l’environnement des populations et des groupes sociaux » (Deldrève, 2015, p. 207), s’articule avec la réflexion sur le capital environnemental, dans la mesure où la décomposition du champ de l’environnement permet un décryptage des mécanismes de subordination et de domination qui sont au cœur des inégalités.

38Ainsi, pour revenir à l’exemple des campagnes d’outre-Manche, une lecture de leur trajectoire sociale au cours des dernières décennies amène à faire le constat qu’une partie importante de la population britannique s’en trouve aujourd’hui absente, montrant de fait une inégalité liée à l’accès à l’environnement. En synthèse, lorsque l’on appartient à une minorité ethnique et/ou lorsque l’on est pauvre, démuni en capitaux dits « originels », le fait est que l’accès au capital environnemental que constitue aujourd’hui la campagne anglo-galloise est impossible (Figure 4).

39La géographie de la pauvreté britannique révélée par les cartes ci-dessus doit se lire de deux manières complémentaires et articulées. Les populations modestes se trouvent surreprésentées en ville parce qu’elles y disposent d’un certain nombre « d’avantages », dont le parc locatif social et parfois des réseaux institutionnels ou interpersonnels de solidarité ou d’entraide (c’est-à-dire de capitaux sociaux, notamment pour les minorités ethniques). Dans cette perspective, et en appliquant la grille de lecture bourdieusienne des capitaux, on pourrait avancer que si les pauvres sont pour l’essentiel absents des campagnes, c’est parce qu’ils sont dépourvus en capitaux économiques, culturels et le cas échéant sociaux pour s’y installer. Cependant, par le biais des gentrifieurs, une autre lecture du même phénomène pourrait être proposée. Concrètement, en ayant amplement contribué à l’inflation des prix de l’immobilier, en gelant le foncier pour des raisons (louables par ailleurs) de préservation de l’environnement ou des paysages, en ayant activement soutenu la politique publique de concentration des logements sociaux dans les pôles urbains (Cloke, 1979), etc., les populations les mieux dotées n’ont-elles pas (in)directement co-produit cette géographie de la pauvreté ? Dès lors, en considérant le fait de vivre en campagne comme la traduction d’une forme de capital environnemental, l’exclusion des pauvres pourrait-elle ne pas être qu’une question d’inégalité environnementale, mais peut-être plus encore d’injustice environnementale ?

40Cet enjeu mérite en effet d’être interrogé, l’injustice environnementale relevant, d’une part de la justice distributive relative à la distribution des maux et des avantages liés à l’environnement entre les territoires et les individus (ici l’accessibilité à un espace rural, à un environnement sain, à de beaux paysages). D’autre part, l’approche par la justice environnementale invite aussi à la prise en compte des processus de décision et de participation (Lapointe et Gagnon, 2012 ; Deldrève, 2015), donc à la possibilité, pour les populations plus modestes, d’être visibles et s’exprimer sur l’espace public. La faible participation et représentativité sont en effet non seulement une limite à l’appropriation de l’espace, mais permettent également « à certains collectifs d’entretenir une vision élitiste de la défense de l’environnement » (Deldrève, 2015, p. 205), et plus largement, de son aménagement et de son utilisation. Et c’est justement cette dernière approche, par les acteurs dominants, qu’une lecture par le capital environnemental peut aider à analyser les injustices environnementales, souvent étudiées par le prisme de ceux qui en sont victimes (Martínez-Alier, 2014). Cela ne peut probablement pas s’appliquer à tous les terrains que nous avons pris en considération : dans le cas de la Montagne Limousine, même si les valeurs environnementales plébiscitées par certaines catégories de populations s’imposent progressivement ou ponctuellement à une majorité ou à d’autres minorités sensiblement moins pourvues en capitaux (notamment culturels pour intervenir auprès des institutions publiques ou parapubliques par exemple), les mécanismes d’exclusion du capital environnemental opèrent dans des proportions beaucoup plus marginales, notamment parce que l’immobilier et le foncier restent des ressources très accessibles.

41À l’inverse, dans d’autres contextes, l’analyse des cas d’injustice environnementale peut indiscutablement être enrichie par la grille de lecture du capital environnemental. C’est le cas notamment du Montana où, par exemple, la grande crue de la Clark Fork River de 1908 a balayé les déchets miniers de la région industrielle de Butte, polluant aux métaux lourds, à l’arsenic, au cuivre et au zinc tout le bassin versant de la Clark Fork, de Butte à Missoula. Or, le barrage de Milltown (Milltown Dam), construit en 1907 à la confluence de la Clark Fork et de la Blackfoot, juste en amont de Missoula, a retenu une grande partie de ces déchets, devenant par là un site extrêmement pollué.

42Lorsqu’en 1981, on découvre que l’eau de consommation de Missoula est polluée à l’arsenic, une grande opération de décontamination est prise en main par l’Environmental Protection Agency (EPA), la rivière de la Clark Fork et la région de Butte s’ajoutant à la liste des Superfund sites américains (Figure 5). Concernant spécifiquement la décontamination du site de Milltown Dam, les délais ont été particulièrement longs : bien que dès les années 1980 la pollution de l’eau de consommation de Missoula était avérée, c’est seulement en 2008 que le Milltown Dam a été démantelé. Si ce délai s’explique en partie par le fait que la perspective de démolir ce barrage n’a, pendant longtemps, pas été envisagée — seul un réservoir chargé de filtrer l’eau de consommation avait été construit —, il doit surtout être analysé au regard de la multiplication des acteurs en jeu et de la complexité des décisions à prendre, entraînant de longues négociations entre l’EPA, orchestrant l’opération de décontamination, les compagnies privées responsables de la pollution et celles engagées pour démanteler et nettoyer le site, les ONG investies dans la protection de l’environnement, et la population locale, sur les modalités de cette opération. Les déchets miniers prélevés sur le site de Milltown Dam, dans le cadre de l’opération de décontamination, ont en réalité tous été déposés dans une décharge à ciel ouvert, dans la petite ville ouvrière d’Opportunity, à l’ouest de Butte, qui accueillait déjà les sédiments pollués de la fonderie d’Anaconda, située à quelques miles : pendant deux ans, de manière continue, les sédiments y ont été transportés par train depuis le site de Missoula, et la population y est aujourd’hui victime des nombreuses particules contaminées présentes dans l’air et dans l’eau de la petite ville. Les raisons motivant ce choix sont avant tout économiques... et scandaleuses. Dans les opérations de décontamination, l’EPA peut prendre directement en charge l’opération, ou passer un contrat avec une compagnie privée : dans le cas du Milltown Dam, c’est la compagnie EnviroCon qui a été chargée de l’opération, appuyée par son entreprise partenaire ARCO, le groupe industriel exploitant les mines à l’aval de la rivière et responsable de la contamination. Or, EnviroCon appartient au même groupe que la compagnie de chemin de fer élue pour transporter les sédiments contaminés, la Washington Corp. Mais un groupe environnementaliste basé à Missoula, la Clark Fork Coalition, a également joué un rôle important dans cette opération. Un/une des responsables explique, visiblement mal à l’aise, que le projet à l’origine était pourtant de créer un nouveau site de dépôt à Missoula. Mais cette option n’a finalement pas été retenue : selon il/elle, il était plus pertinent de stocker tous les déchets en un unique endroit, qui plus est dans une ville initialement construite pour prouver qu’il était possible de vivre à proximité d’activités industrielles, et déjà dépositaire des déchets d’Anaconda. « I think it didn't affect the people in Opportunity at all, it didn't make things worse for them, it didn't make things, you know, better necessarily but...it might make things better in the sense that it gave them some... a little bit more attention from the media » (entretien du 18 juin 2015).

43Pour cet enseignant-chercheur de l’Université de Missoula, il s’agit pourtant d’un cas d’injustice environnementale : « you know we have this legacy of this damaged environment, and we have this restoration of our environment that's going on, but who is benefiting from that ? And so to me [...] it's about where the resource is being spent in the restoration economy and... who gets that ». En effet, sur le site autrefois dévolu à accueillir les déchets miniers à Missoula, un golf et un lotissement résidentiel ont été construits, venant soutenir l’économie d’agrément que la ville tend à développer, et l’ancien site du barrage est progressivement transformé en espace récréatif. La grille de lecture capital environnemental peut alors éclairer de manière pertinente cette injustice : si à Missoula la population, appuyée par les groupes environnementalistes surreprésentés localement, dispose d’un capital culturel, économique et social lui permettant de défendre son environnement local en investissant ses actifs dans le capital environnemental, ce n’est pas le cas de la population d’Opportunity, majoritairement issue de la classe ouvrière, qui n’a ni les mots, ni le pouvoir, ni les réseaux pour avoir accès à un environnement sain. La grille de lecture capital environnemental propose ainsi de mettre en lumière un nouvel actif social, qui en étant inégalement réparti et maîtrisé concourt non seulement à distinguer les groupes sociaux et leurs pratiques, mais également à entretenir voire aggraver les inégalités entre eux, et le cas échéant, les relations de domination qui les génèrent. L'inégale capacité d’investissement des acteurs dans le capital environnemental permet d'interroger la production ou la reproduction d'une logique dominants/dominés dans l'interaction société-environnement.

Figure 5. Décontamination de la Clark Fork River : localisation du Superfund Site.

Figure 5. Décontamination de la Clark Fork River : localisation du Superfund Site.

Conclusion

44À cet égard, il est utile de préciser que cette notion de capital environnemental a été imaginée et mobilisée dans le cadre de nos terrains respectifs dans une perspective de géographie sociale : en ce sens, elle nous semble efficace pour comprendre les recompositions sociales des territoires, les dynamiques de différenciation sociale ou ethnique de l’espace, voire de ségrégation. L’idée consistant à s’approprier, ou plus précisément se réapproprier en l’adaptant, un outil conceptuel emblématique de la sociologie contemporaine n’avait pas été envisagée a priori. Au contraire, la proposition théorique d’un capital environnemental est venue très progressivement, et apparait comme le fruit d'une démarche inductive : ce sont les processus dont nous avons été témoins sur nos trois terrains respectifs qui nous ont certainement amenés à orienter notre analyse dans cette direction.

45Si le présent article consiste de fait à défendre une proposition ou une approche théorique, cela résulte du souhait de faire part de ce qui s’est imposé à nous comme une grille de lecture de phénomènes, processus et tensions empiriquement observés. Le corps théorique du capital environnemental mérite indiscutablement d’être enrichi, renforcé, éprouvé, etc. Par exemple, la question de l’autonomie du capital environnemental ou au contraire de son caractère combinatoire issu des trois autres formes originelles de capital n’est pas tranchée. De notre point de vue, l’existence et la nature fondamentalement « environnementale » de certains éléments constitutifs du champ et du capital éponymes, dont tous ceux qui ont un impact physiologique et sanitaire sur les individus et sociétés (la qualité de l’air, de l’eau, l’altitude) nous incitent bien à concevoir le capital environnemental comme complémentaire des trois autres formes de capitaux. La résonance désormais donnée à l’urgence de la crise écologique et plus largement aux enjeux environnementaux au sein des sociétés aurait tendance à conforter notre position en la matière. Quoi qu’il en soit, cette discussion reste, pour nous, très accessoire en regard des qualités opératoires et heuristiques du concept.

46Le capital environnemental s'applique en effet de manière presque surprenante à nos terrains. S’ils ont des caractéristiques similaires — des espaces ruraux de faible densité, dans des contextes de forte naturalité, de campagnes post-productives et qui connaissent des dynamiques de migrations d'aménités et de gentrification, il n’en reste pas moins qu’ils sont également très différents les uns des autres. C’est précisément parce qu’il a pu être mobilisé avec autant d’efficacité dans chacun de ces trois terrains, que nous avons souhaité formuler et soumettre une montée en généralité du capital environnemental, dont nous pensons qu’il peut vraiment constituer une clef d'interprétation des dynamiques et inégalités socio-territoriales contemporaines. Au regard des enjeux environnementaux auxquels les individus, groupes sociaux, acteurs divers et au total les sociétés sont aujourd’hui confrontées, il fait malheureusement peu de doute que la communauté scientifique devra enrichir la gamme d’outils disponibles pour déconstruire, interpréter, le cas échéant dénoncer des logiques de marginalisation, domination, spoliation dont les plus démunis pourraient être victimes en la matière.

Haut de page

Bibliographie

Blanchon, D., S. Moreau et Y. Veyret, 2009, Comprendre et construire la justice environnementale, Annales de Géographie, 1, 665-666, pp. 35-60.

Blanchon D., J. Gardin et S. Moreau (dir.), 2012, Justice et injustices environnementales, Paris, Presses universitaires de Paris Nanterre, 233 p.

Berque, A., 2010, Histoire de l’habitat idéal. De l’Orient vers l’Occident, Paris, ed. du Félin, 400 p.

Bourdieu, P., 1979a, Les trois états du capital culturel », Actes de la recherche en sciences sociales, 30/1, pp. 3-6.

Bourdieu, P., 1979b, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 672 p.

Bourdieu, P., 1980a, Le capital social, Actes de la recherche en sciences sociales, 31/1, pp. 2-3.

Bourdieu, P., 1980b, L’identité et la représentation. Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région, Actes de la recherche en sciences sociales 35, 1, pp. 63‑72.

Bourdieu, P., 1986, L’illusion biographique, Actes de la recherche en sciences sociales, 62, 1, pp. 69-72.

Bourdieu, P., 1989, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 576 p.

Bourdieu, P., 2000, Propos sur le champ politique, Paris : Presses Universitaires de Lyon, 112 p.

Bourdieu P., 1993, Effets de lieu, dans : P. Bourdieu (dir.), 1993, La misère du monde, Le Seuil, collection Points/Essais, Paris, pp. 249-250.

Bourdieu, P., avec L. J. D. Wacquant, 1992, Réponses : pour une anthropologie réflexive, Paris, Éd. du Seuil, 267 p.

Brun J. et C. Rhein (Eds.), 1994, La ségrégation dans la ville. Concepts et mesures, Collection Habitat et Société, L’Harmattan, Paris, 261 p.

Cailly, L., 2007 Capital spatial, stratégies résidentielles et processus d’individualisation, Annales de géographie 2, 654, p. 169‑87.

Cailly, L., 2010, Le Scot à l’épreuve des modes d’habiter périurbains, Journée d’étude « Scot et dynamique territoriale », Université François-Rabelais, Tours, 8 p.

Cailly, L. et R. Dodier, 2007, La diversité des modes d’habiter des espaces périurbains dans les villes intermédiaires : différenciations sociales, démographiques et de genre, Norois. Environnement, aménagement, société, 205, pp. 67‑80.

Camagni, R., 2009, Per un concetto di capital territoriale, in Borri D., Ferlaino F. (dir.), Crescita e sviluppo regionale : strumenti, sistemi, azioni, Milano, Franco Angeli, pp. 66‑90.

Certu, ENTPE, Cete Méditerranée et APEHPM, 2010, Cycle de journées d'études et d'échanges : Habitat — Territoires — Entreprises — 4ème journées. Développement économique et logement dans les territoires ruraux. Compte rendu des débats des journées des 6 et 7 mai à Eymoutiers (Haute-Vienne, Limousin), ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, 133 p.

Costanza, R., R. D’Arge, R. de Groot, S. Farber, M. Grasso et B. Hannon, 1997, The value of the world’s ecosystem services and natural capital, Nature 387, pp. 253‑60.

Cloke, P., 1979, Key Settlements in Rural Areas. Methuen, London, 259 p.

Deldrève V., 2015, Pour une sociologie des inégalités environnementales, Bruxelles, Peter Lang, 243 p.

Deldrève, V. et J. Candau, 2014, Produire des inégalités environnementales justes ?, Sociologie, vol. 5,(3), pp. 255-269

Desponds D., 2008, Contribution des démarches prospectives différenciées au renforcement des logiques ségrégatives. Exploration dans l’aire d’influence de la « Ville nouvelle » de Cergy-Pontoise, in Séchet R., Garat I., Zeneidi D. (dir.), Espaces en transaction, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 47-66.

Emelianoff, C., 2008, La problématique des inégalités écologiques, un nouveau paysage conceptuel, Ecologie & politique, 35, (1), pp. 19-31

Faburel G., 2008, Les inégalités environnementales comme inégalités de moyens des habitants et des acteurs territoriaux, Espace populations sociétés, 2008/1, pp. 111-126.

Faburel, G., 2012, La ville durable aux défis des injustices environnementales. Constats empiriques et enjeux sociopolitiques. Flux, 89-90, (3), pp. 15-29.

Fournier, J.-M., 2008, Le capital spatial : une forme de capital, un savoir être mobile socialement inégal. L’exemple de l’élite argentine de Punta del Este (Uruguay), in Séchet R., Garat I., Zeneidi D. (dir.), Espaces en transaction, Rennes : Presses universitaires de Rennes, pp. 67-82.

Gagnon C., J.-G. Simard, L.-N. Tellier et S. Gagnon, Développement territorial viable, capital social et capital environnemental : quels liens ?, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 8 Numéro 2 | octobre 2008, mis en ligne le 24 novembre 2008, URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4983 ; DOI : 10.4000/vertigo.4983

Garrod, B., R. Wornell et R. Youell, 2006, Re-conceptualising rural resources as countryside capital : The case of rural tourism, Journal of Rural Studies 22, 1, p. 117-28.

Gill, N., P. Klepeis et L. Chisholm, 2010, Stewardship among lifestyle oriented rural landowners, Journal of Environmental Planning and Management, 53,3, pp. 317-334

Hall, T.H., 1984, Le langage silencieux, Paris, Seuil, 256 p.

Harvey, D., 1997, Justice, Nature and the Geography of Difference, Oxford, Wiley-Blackwell, 480 p.

Hines, J. D., 2007, The Persistent Frontier and the Rural Gentrification of the Rocky Mountain West, Journal of the West, 46, 1, pp. 63-73,

Hines, J.D., 2010, In pursuit of experience : The postindustrial gentrification of the rural American West, Ethnography, vol 2, n° 2, pp. 285-308

Hines, J. D., 2015, The Horse Whisperer as Neoliberal Roadmap to the “New” American West, Americana : The Journal of American Popular Culture (1900-present) [En ligne], vol. 14 num 1, 2015, URL : http://www.americanpopularculture.com/journal/articles/spring_2015/hines.htm

Horton, J., 2008, Producing Postman Pat : the popular cultural construction of idyllic rurality, Journal of Rural Studies, 24, 4, pp. 389-398.

Lacquement, G. et P. Chevalier, 2015, Capital territorial et développement des territoires locaux, enjeux théoriques et méthodologiques de la transposition d’un concept de l’économie spatiale à l’analyse géographique, Communication au colloque international Construire les proximités dans un monde global. Enjeux territoriaux, organisationnels et sociétaux, Tours, 20-22 mai 2015.

Lapointe D. et C. Gagnon, A l’ombre des parcs : la conservation comme enjeu de justice environnementale pour ls communautés locales ? in Blanchon et al., Justice et injustices environnementales, Paris, Presses universitaires de Paris Nanterre, pp. 149-169.

Lazzarotti, O., 2006, Habiter, aperçus d’une science géographique, Cahiers de géographie du Québec 50, 139, pp. 85-102

Lévy, J., 2003, Capital spatial, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des société, sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault. Paris, Belin, pp. 124-126.

Lévy, J., Y. Déloye et F. Haegel, 1993, Espace intime, espace légitime ? Paris, l’urbain, l’urbanité, Politix 6, 21, pp. 52-64.

Lionel C., C. Emelianoff, C. Ghorra-Gobin, I. Roussel, F.-X. Roussel et H.-J. Scarwell, 2007 , Les multiples facettes des inégalités écologiques,

Développement durable et territoires [En ligne], Dossier 9

Lussault, M., 2009, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, 221 p.

Martínez-Alier J., 2014, L’écologisme des pauvres. Une étude des conflits environnementaux dans le monde, Paris, Les petits matins, 671 pages.

Mathis, C.-F., 2010, In Nature We Trust. Les paysages anglais à l’ère industrielle, Presses Universitaires Paris Sorbonne, Paris, 688 p.

Moss, L.A.G., 2006, The Amenity Migrants : Seeking and Sustaining Mountains and Their Cultures, Wallingford, CABI Publishing, 336 p.

Neveu, É., 2013, Les sciences sociales doivent-elles accumuler les capitaux  ?, Revue française de science politique, 63, 2, pp. 337-358.

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), 2001, Perspectives territoriales de l’OCDE, Paris : OCDE, 312 p.

Perlik, M., 2011, Gentrification alpine : lorsque le village de montagne devient un arrondissement métropolitain, Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, 99,1.

Richard, F., 2009, La gentrification des « espaces naturels » en Angleterre : après le front écologique, l’occupation ? L’espace politique [En ligne], 9, 3, URL : http://espacepolitique.revues.org/1478

Richard, F., 2017, La gentrification rurale, de l'observation du fait géographique à la circulation du concept, Habilitation à Diriger des Recherches, vol. 1., Université de Limoges, 233 p.

Richard, F., G. Tommasi et G. Saumon, 2017, Le capital environnemental, nouvelle clé d’interprétation de la gentrification rurale ?, Norois, n° 243, pp. 89-110

Ripoll, F., 2010, L’économie « solidaire » et « relocalisée » comme construction d’un capital social de proximité. Le cas des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), Regards Sociologiques, 40, 2010, pp. 59-75.

Ripoll, F., 2012, Attention, un espace peut en cacher un autre, Actes de la recherche en sciences sociales, 5, pp. 112‑21.

Ripoll, F., 2013, Quelle dimension spatiale des structures sociales chez Bourdieu ? Localisations résidentielles et jeux d’échelles dans La Distinction, in Coulangeon Ph., Duval J. (dir.), Trente ans après La Distinction, Paris, La Découverte, pp. 365‑77

Ripoll, F. et V. Veschambre, 2005, Sur la dimension spatiale des inégalités : contribution aux débats sur la « mobilité et le capital spatial », in Arlaud S., Y. Jean, D. Rououx (dir.), Rural-Urbain. Nouveaux liens, nouvelles frontières, Rennes : Presses universitaires de Rennes, pp. 467‑83.

Roncayolo, M., La division sociale de l'espace urbain : méthodes et procédés d'analyse, Bulletin de l'Association de géographes français, Volume 49, Numéro 395, 1972, pp. 5-20.

Saumon, G., 2016, « Wilderness by design. Wilderness by desire ». De l'élitisme social et spatial des dynamiques migratoires au façonnement de représentations hégémoniques de l'environnement dans l'Ouest du Montana : analyse critique des récits et pratiques de la nature pour une géographie du capital environnemental, Thèse de doctorat en cours, Université de Limoges

Sutherland, L.-A., 2012, Return of the Gentleman Farmer ? Conceptualising Gentrification in UK Agriculture, Journal of Rural Studies, 28, 4, pp. 568-576

Tommasi, G., 2014, Vivre (dans) des campagnes plurielles. Mobilités et territoires dans les espaces ruraux. L'exemple de la Sierra de Albarracin et du Limousin, Thèse de Doctorat, Université de Limoges, 457 p.

Woods, M., 2016, Reconfiguring places — wealth and the transformation of rural areas, in Hay I., Beaverstock J.V. (dir.) Handbook on Wealth and the Super-Rich. Cheltenham, UK, Northampton, USA, Edward Elgar, pp. 264-286.

Haut de page

Notes

1 Une approche plus empirique et donc complémentaire du capital environnemental est proposée par Richard et al. (2017), dans un article où le capital environnemental est mis au service de l’analyse de la gentrification rurale.

2 Dans un article paru en 2008 dans Vertigo, les auteurs utilisent « capital environnemental » dans une acception proche du « capital naturel » (Gagnon et al., 2008). Pour lever toute ambigüité, précisons que notre approche se distingue de celle du capital naturel, concept qui renvoie à la valeur économique des ressources naturelles et peut être constitué de « trees, minerals, ecosystems, the athmosphere and so on » (Costanza et al., 1997, p. 254).

3 Peu de travaux semblent dédiés directement à l’espace, par exemple « L’identité et la représentation [Eléments pour une réflexion critique sur l’idée de région] (Bourdieu 1980b), ainsi que « Effets de lieux », chapitre dans la « Misère du monde » (Bourdieu, 1993).

4 Pour lui, « dans la relation écouménale, la réalité r est le sujet logique S (ce dont il s’agit) prédiqué en tant que prédicat P par l’existence humaine (c.-à-d. que S n’existe pas en soi, mais en tant qu’il est nécessairement saisi d’une certaine manière par nos sens, notre pensée, notre langage et notre action); ce qui se représente par la formule r= S/P, laquelle se lit; la réalité, c’est S en tant que P. Par exemple, c’est l’environnement (S) en tant que paysage (P); et globalement c’est la Terre (S) en tant que notre monde (P). La relation S/P (c.-à-d.) la réalité) n’est pas propre à l’écoumène; elle apparaît avec la vie, et correspond, au niveau ontologique de la biosphère, à la relation Umgebung/Umwelt chez Uexküll; mais au niveau ontologique de l’écoumène, y interviennent les systèmes techniques et symboliques (non seulement écologiques) propres à l’humanité » (Berque, 2010, p. 93).

5 Puisque nous considérons ici par acteur tout autant le groupe, l'organisation, que l'individu, il s'agit bien de dépasser l'approche bourdieusienne qui conçoit l'acteur avant tout comme agent d'une classe sociale, pour le considérer également comme un individu. Il faudrait alors envisager, dans le positionnement au regard de l'environnement, non seulement une dynamique de classe, mais également un processus individuel, né de la trajectoire biographique de chaque acteur. Ici, l’approche du capital résidentiel par Laurent Cailly permettrait d’enrichir le débat, puisqu’elle se revendique à la fois collective et individualiste (Cailly, 2007). Et finalement, Bourdieu n’introduit-il pas lui-même ce questionnement sur la dimension individuelle dans « L’illusion biographique »? (Bourdieu, 1986).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Exemple de conversion de capital économique en capital environnemental : une propriété de la gated community « Cowboy Heaven », Big Sky, Montana.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Figure 2. Le rancher Jim C. sur ses terres en conservation easement, Missoula, Montana.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19066/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Figure 3. Valeurs environnementales et accumulation du capital : la marchandisation des aménités et fonctions productives de l’environnement (sites web de locations saisonnières, Lake District)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19066/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19066/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 4a et 4b. Les mis en marge du capital environnemental : les pauvres et minorités ethniques « de couleur » en Angleterre et au Pays de Galles.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19066/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19066/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 5. Décontamination de la Clark Fork River : localisation du Superfund Site.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19066/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Richard, Gabrielle Saumon et Greta Tommasi, « Des enjeux environnementaux à l’émergence d'un capital environnemental ?  », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 29 | mars 2018, mis en ligne le 15 mars 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/19066 ; DOI : 10.4000/vertigo.19066

Haut de page

Auteurs

Frédéric Richard

Maître de Conférence, GEOLAB UMR CNRS 6042, Université de Limoges, 39E rue Camille Guérin, 87000 Limoges, France, courriel : frederic.richard@unilim.fr

Gabrielle Saumon

PRAG, Doctorante, GEOLAB UMR CNRS 6042, Université de Limoges, 39E rue Camille Guérin, 87000 Limoges, France, courriel : gabrielle.saumon@unilim.fr

Greta Tommasi

Post-Doctorante, GEOLAB UMR CNRS 6042, Université de Limoges, 39E rue Camille Guérin, 87000 Limoges, France, courriel : greta.tommasi@unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page