Navigation – Plan du site

À qui profite le capital environnemental ? L’environnement au service de la sélectivité territoriale

Sylvain Guyot  et Samuel Depraz

Texte intégral

Introduction

  • 1 La publication de ce numéro Hors-Série de la revue Vertigo a reçu un soutien financier total de l’U (...)

1Ce numéro thématique1 de la revue VertigO vient compléter un cycle de trois publications majeures consacrées à la question du « capital environnemental » (Beaurain et al. 2017 ; Tommasi et al. 2017) qui ont fait suite à un colloque organisé en novembre 2015 par l’équipe de recherche « Capital Environnemental » de l’UMR 6042 GEOLAB de l’Université de Limoges sur le même thème. À l’évidence, le nombre des contributeurs – principalement géographes, mais aussi économistes et sociologues – ainsi que l’intensité des échanges scientifiques générés autour de la notion a permis d’explorer un terme à forte valeur heuristique, mais aussi grandement chargé de présupposés épistémologiques, tant les deux termes qui le constituent – le capital et l’environnement – sont eux-mêmes sujet à débat.

Figure 1. Chalet d’éco-gentrifieur localisé dans la vallée de la Blackfoot (Montana, États-Unis).

Figure 1. Chalet d’éco-gentrifieur localisé dans la vallée de la Blackfoot (Montana, États-Unis).

Crédit : Sylvain Guyot (2015).

2La proposition de départ était formulée comme suit : peut-on considérer que l’environnement, entendu dans sa définition la plus large comme une « construction sociale et politique » située à « l’interaction entre une matérialité biophysique et les représentations dont celle-là fait l’objet et dont elle peut être la projection » – selon les termes du cadrage proposé par le colloque – constitue une nouvelle forme spécifique de capital ? Autrement dit, l’environnement est-il un levier particulier qui permet d’activer des mécanismes de domination et une accumulation spécifique de richesses, ensuite convertibles sous d’autres formes de capital ?

3Notion sociologique plus qu’économique, le capital environnemental serait ainsi « l’ensemble des investissements (socio-économiques, idéologiques, émotionnels, politiques, artistiques…) dans l’environnement réalisés par des acteurs selon leurs représentations, intérêts et systèmes de valeur spécifiques » (Tommasi et al., 2017). La proposition, intéressante, induit cependant le risque d’une inflation conceptuelle autour de la notion de capital, toujours plus fragmentée et décomposée en de multiples sous-dimensions matérielles et immatérielles.

4Il s’agit donc de rappeler ici précisément ce que contiennent les deux termes constitutifs du sujet afin de montrer s’ils relèvent véritablement d’une nouvelle forme de capital, ou bien s’il ne s’agit pas plus simplement d’un champ particulier d’actualisation des capitaux sociaux bourdieusiens. Cet effort préalable a été consciencieusement mené par de nombreuses contributions, dont celles qui constituent le corpus du présent numéro. Mais un consensus n’est pas encore atteint, comme l’examen détaillé des écarts et des divergences entre auteurs de ce numéro de VertigO va permettre de le démontrer.

Du capital naturel au capital environnemental

Intérêt d’un nouvel outil critique pour la géographie sociale

  • 2 Ou, de manière plus complète dans la comptabilité nationale française, par la notion de Formation b (...)

5Dès lors que l’on admet que le capital ne peut être réduit à une simple dimension monétaire, l’analyse détaillée du terme révèle une notion complexe dont il faut cerner les contours. Pour l’économie néo-classique, de Karl Marx à Irving Fischer ou Friedrich Hayek, le « capital » désigne un ensemble de ressources accumulées et mobilisées en faveur de la production, soit une somme d’investissements qui génère des profits tout en étant reproductible dans le temps. Ces investissements sont de plusieurs ordres : le « capital naturel » correspond aux ressources physiques et matérielles (terre, ressources naturelles) qui ne sont pas initialement fabriquées par la société, mais lui servent à produire des biens économiques et à entretenir ses moyens d’existence. Il s’agit, en d’autres termes, d’une externalité positive pour les chaînes de valeur de l’économie, générant des intrants qui forment un stock disponible pour la production. Le « capital humain », ensuite, se rapporte à la main d’œuvre mobilisée pour produire ; c’est une somme de travail et de savoir-faire. Enfin, le « capital financier » (et infrastructurel) désigne l’accumulation de richesses (en devises, en matériel) qui est investie dans la production ; il se mesure par un taux d’investissement2. Ces trois formes classiques du capital, introduites dès la fin du dix-neuvième siècle dans l’approche marxienne de l’économie, sont cumulatives et permettent de définir les formes successives de la production, selon que l’une ou l’autre intervient préférentiellement dans l’accumulation de richesses.

  • 3 Capital naturel que l’économie continue à envisager de manière très positiviste en appliquant essen (...)

6Pourtant, ces formes historiques du capital ne permettent guère de penser la question environnementale aujourd’hui. En effet, les critères précédemment mobilisés demeurent essentiellement matériels et supposent l’action d’agents économiques rationnels dont les ressorts psychologiques et émotionnels sont peu questionnés. Or l’environnement, tel qu’il est théorisé par les sciences sociales (Aubertin et al. 1998 ; Lévèque et al. 2003 ; Rudolf, 1998) – et tel que le conçoivent l’ensemble des contributions du présent numéro – reste un construit social qui désigne les relations qu’entretient une société avec son milieu de vie, à la fois naturel et technique, ainsi que les choix et débats qui animent l’évolution de ces relations. L’environnement repose donc tout autant sur un donné matériel, c’est-à-dire le milieu biophysique, que sur un contexte politique et social qui influe sur les conditions dudit milieu. Il se comprend comme une hybridation socio-naturelle, ou encore un « système socio-écologique » (Lagadeuc et Chenorkian, 2009) qui sélectionne et réinterprète socialement les éléments naturels constitutifs de l’environnement. Ainsi, « savoir ce qui est ou non “environnemental” n’est pas donné, mais se construit dans les discussions, le débat », rappellent Sophie Rétif et Marius Chevallier, dans le présent numéro. Faut-il le rappeler, l’environnement n’est pas la nature ; il ne se réduit pas à elle. De la même manière, comme le rappellent dans leur contribution Josselin Guyot-Téphany et Jacques-Aristide Perrin, le capital environnemental ne doit pas être confondu avec le capital naturel3 : il est bien plus que cela, et déporte l’analyse dans le champ des sciences sociales plutôt que de l’économie.

7L’entrée environnementale nécessite donc de sortir d’une approche positiviste de l’économie et de se tourner vers une étude plus détaillée de la composante humaine du capital pour comprendre les moteurs sociaux qui influent sur les processus productifs ; moteurs qui déterminent aussi la question environnementale, qu’il s’agisse des formes d’organisation du travail, des relations sociales entre acteurs économiques ou des contextes politiques locaux en particulier. L’entrée par les capitaux bourdieusiens a, par conséquent, été plébiscitée lors de la réflexion collective sur le capital environnemental, et chaque contribution s’est efforcée de réfléchir à l’articulation de cette entrée avec le capital financier, mais aussi, et surtout avec le capital culturel, le capital social et le capital symbolique, trois dimensions sociologiques qui permettent de décrire – respectivement – le poids des connaissances et des diplômes, des relations amicales et/ou professionnelles, et de la position hiérarchique ou de la domination psychologique dans l’accumulation de richesses (voir la contribution de Richard et al. à ce sujet).

8Le capital environnemental est alors bien un moyen de penser les logiques d’appropriation, de ségrégation et de domination sociale menées au nom des différentes représentations que l’on se fait de l’environnement ; c’est un outil résolument critique. De plus, comme ce capital s’appuie sur des objets matériels localisés (ex. : des ressources naturelles, des paysages), il possède également une dimension spatiale qui permet de souligner l’inscription territoriale des inégalités générées par l’appropriation différenciée de ce capital environnemental. Tels sont, à tout le moins, les deux principaux intérêts et apports de la notion identifiés par les auteurs de cette réflexion collective.

Une nouvelle forme de capital ?

9Le débat demeure pourtant quant au caractère autonome d’un tel capital et à sa convertibilité en d’autres formes de capital. Erik Neveu, cité par de nombreux contributeurs au présent numéro, se méfie à juste titre de l’inflation des capitaux dans le discours des sciences humaines et sociales (Neveu, 2013) ; et il est vrai que l’on peut constater une telle inflation en géographie, en particulier, où l’on parle bien facilement de capital « territorial », « paysager », « résidentiel » ou « spatial ». Le sociologue considère, au contraire, que le triptyque bourdieusien des capitaux suffit à expliquer les rapports sociaux et que l’introduction d’un nouveau capital ne peut « être pertinente et utile [que] s’il est considéré comme une “combinatoire” ou une variante des “espèces fondatrices” » (Tommasi et al., 2017, p. 9). Cependant, malgré cet avertissement, certains auteurs défendent tout de même le fait que des investissements dans des valeurs environnementales telles que des produits de terroir de qualité, de l’habitat écologique, des pratiques récréatives de pleine nature puisse constituer une conversion de capitaux déjà acquis (financier, sociaux, culturels et symboliques) en un capital environnemental spécifique, « cette opération de conversion venant d’ailleurs légitimer l’existence d’un capital environnemental autonome, plutôt qu’en tant que combinatoire des autres capitaux » (Tommasi et al., 2017, p. 12).

10Quelle est pourtant la nature des investissements ainsi qualifiés d’environnementaux ? Il s’agit surtout de biens tangibles, montrant que les analyses émanant des géographes privilégient souvent la dimension matérielle et visuelle du capital. Le capital environnemental se manifesterait ainsi surtout – voire préférentiellement – par des marqueurs paysagers qui rendent visible la volonté de distinction de ceux qui le possèdent. Une telle mise en visibilité du capital environnemental est inspirée par le processus de greentrification observé dans les campagnes anglaises (Richard, 2010 ; Smith et Phillips, 2001), lequel constitue effectivement un moteur puissant d’organisation et de sélection sociales. Dans ce cas, le capital environnemental semble intrinsèquement lié à la valorisation du foncier, donc à une forme de spéculation économique. D’autres auteurs étudient plutôt les jeux d’influence sur les mesures d’urbanisme, sur la labellisation des territoires et sur les projets de développement local qui œuvrent en faveur d’un paysage amène et d’un espace rural « post-productif », donc des processus plus intangibles d’activation du capital environnemental. Mais ces deux formes particulières du capital environnemental, tangibles et intangibles, sont-elles fondamentalement autre chose que du capital financier, pour les premières, et du capital culturel ou symbolique, pour les secondes ?

11La force du discours environnemental permet de penser que ce que l’on nomme ici « capital environnemental » est en réalité un champ particulier d’activation des capitaux bourdieusiens dans lequel une forte priorité est donnée au capital symbolique et culturel que procure l’écologie, tant scientifique que politique. L’environnement suscite en effet un discours expert qui constitue un véritable paradigme politique (Hall, 1993) et qui est en capacité de monopoliser la légitimité de la décision environnementale – ce que Pierre Lascoumes nomme « l’éco-pouvoir » (Lascoumes, 2010). La force symbolique du discours environnemental est redoublée par l’existence d’un vaste consensus social autour de l’impératif catégorique : « il faut protéger la nature ». Forts de cette légitimité, les acteurs dominants du champ environnemental peuvent ensuite investir leur capital culturel, au nom de la défense de l’environnement, dans des formes de capital social et construire des relations de « proximité institutionnelle » et « organisationnelle » (Beaurain et al., 2009 ; Talbot et Kirat, 2005), donc des réseaux d’acteurs locaux (associatifs, de producteurs, etc.), pour exercer une domination territoriale manifeste dans les politiques publiques. In fine, cela aboutit à la valorisation de leur capital financier, collectif et/ou individuel.

12On pourrait ainsi lire le capital environnemental non pas tant comme une forme supplémentaire de capital, que comme une notion processuelle qui correspond surtout à l’activation des capitaux bourdieusiens dans le champ environnemental, doublée d’une inscription spatiale efficace à travers un réseau de marqueurs territoriaux très signifiants à l’échelle locale ou régionale (ex : bâtiments, panneaux, marketing territorial) (Figure 2). On valide particulièrement, pour cela, la proposition faite par la contribution de Frédéric Richard et al. selon laquelle l’importance prise par l’environnement permet de l’envisager en tant que champ sociologique autonome, avec ses acteurs et ses valeurs (qualité de l’habitat, esthétique paysagère, naturalité, qualité sanitaire du milieu, importance de l’économie verte et de l’économie des loisirs). Pour autant, cela n’en fait pas nécessairement autre chose qu’une grille sociologique filtrant et/ou facilitant la conversion des formes fondatrices du capital les unes vers les autres.

13

Figure 2. Un essai d’articulation du capital environnemental avec les capitaux bourdieusiens : le capital environnemental n’est pas un capital en soi, mais un champ particulier d’activation des autres formes de capital.

Figure 2. Un essai d’articulation du capital environnemental avec les capitaux bourdieusiens : le capital environnemental n’est pas un capital en soi, mais un champ particulier d’activation des autres formes de capital.

14Camille Girault ne dit pas autre chose lorsqu’il montre que « l’inégale distribution du capital environnemental entre les individus est en grande partie le fruit d’une inégale dotation en capitaux économique, social et culturel de ces individus », donc s’explique initialement par une combinaison des trois formes canoniques du capital bourdieusien. Bruno Bouet et al. expliquent de même, dans leur contribution, que « la construction d’un capital environnemental dans les deux parcs nationaux [étudiés] suppose des ressources préalables », notamment « un capital culturel, voire scolaire, élevé, doublé d’un capital social tant il suppose la mobilisation de réseaux ». Faut-il aussi un capital économique ? « Cette dimension est importante, mais imbriquée dans les deux autres et sans être première ». Josselin Guyot-Téphany et Jacques-Aristide Perrin confirment quant à eux l’idée que, s’« il est probable que le capital environnemental procède d’autres formes de capitaux […], cette forme de capital se rapproche davantage du capital symbolique en raison de son caractère complémentaire à d’autres formes de capitaux ».

15La plupart des auteurs en reviennent finalement aux formes fondatrices du capital selon Bourdieu ; bien peu osent, au final, en faire une forme de capital autonome en soi : ainsi « la question de l’autonomie du capital environnemental ou au contraire, de son caractère combinatoire […] n’est pas tranchée » (Richard et al.). Se confirme surtout l’idée selon laquelle, en matière d’environnement, le capital symbolique et le capital culturel dominent dans l’agrégat que constitue le capital environnemental. Il en découle ensuite une plus-value foncière, donc une traduction directe en termes de capital économique.

Une mesure de l’exclusivisme environnemental

16La réserve précédente étant énoncée, le capital environnemental reste cependant un concept unificateur, pertinent et didactique pour penser la manière dont l’environnement génère des inégalités et des logiques sociales de domination inscrites dans l’espace. C’est d’ailleurs sur ce point que se retrouvent tous les auteurs, et c’est sans doute là que réside la grande force analytique du terme : si les rivalités et conflits sont si fréquents en matière d’environnement, c’est bien parce que cet ensemble de ressources est à considérer comme un capital que chaque groupe social tente de mobiliser et d’investir à son profit et qui se trouve, de ce fait, inégalement distribué dans la société comme dans l’espace. La notion même de capital, à dire vrai, n’a de sens que parce qu’elle permet de penser l’accumulation, voire l’accaparement par un individu ou un groupe social particulier : elle s’oppose à l’universalisme, puisque le capital est sélectif, socialement et spatialement. Ce dernier se concentre en certains lieux plutôt qu’en d’autres, et en certaines mains plutôt qu’en d’autres.

17Cette position de recherche est d’autant plus salutaire que la notion d’environnement, avec les objets qu’elle recouvre, est généralement considérée comme un bien public auquel un accès libre et universel doit être garanti – alors que l’idée de capital vient implicitement montrer le contraire. Le capital environnemental serait donc une sorte d’oxymore ou permettrait, a minima, d’établir le constat désabusé d’une impossible équité dans l’accès aux ressources environnementales. Il y a bien un enjeu de justice environnementale derrière l’emploi du terme (Blanchon et al., 2009 ; Larrère, 2009), le capital environnemental permettant d’« éclairer autrement les injustices environnementales », selon Frédéric Richard et al.

18Frédéric Bally annonce ainsi que le capital environnemental « doit être accessible à tous : tout habitant, passant, doit pouvoir en profiter » ; mais il constate ensuite que les lieux urbains investis au nom d’un accès public à la nature en ville sont « des lieux d’épanouissement d’une certaine élite, loin d’un modèle intégrateur et ouvert à tous ». De même, dans sa contribution, Camille Girault décrit le « droit d’accès à la nature » comme un ensemble de « services environnementaux accessibles à tous », mais mesure un écart entre la théorie et la réalité lorsque sont contestés les droits à la cueillette de fruits sauvages, ou que l’on met en évidence l’inégale capacité des individus à accéder effectivement à la nature. « Des formes de conflictualité environnementale et d’inégalités sociales sont ainsi mieux révélées au prisme du capital environnemental », si bien que « la plus-value conceptuelle du capital environnemental réside dans l’analyse des différentiels de capacité d’investissement des acteurs dans les valeurs environnementales », estime-t-il. Sophie Rétif et Marius Chevallier ne disent pas autre chose lorsqu’ils constatent que « la capacité à mobiliser un tel argumentaire environnemental est inégalement répartie socialement », et que la notion de capital « invite à mettre au centre de l’analyse la distribution des ressources » puisque, « par rapport à la notion de ressource, la notion de capital met classiquement plus l’accent sur les inégalités ». Ils concluent en citant Fabrice Ripoll pour qui « on peut (et doit) qualifier une ressource de capital en tant qu’elle est à la fois valorisable et inégalement distribuée dans un champ social caractérisé par des rapports de concurrence et de pouvoir » (Ripoll, 2010).

La dimension spatiale du capital environnemental

  • 4 À condition d’éviter d’essentialiser l’espace et d’en faire un moteur explicatif des différenciatio (...)

19Revenons à présent sur la dimension géographique du capital environnemental : il s’agit d’un concept sociologique à forte inscription spatiale. Envisager, dans le cadre d’une approche bourdieusienne, la dimension spatiale du capital n’est ni hétérodoxe, ni une simple lubie de géographes4. Bourdieu lui-même a pu considérer l’importance du facteur spatial dans la production et la reproduction des inégalités sociales (Bourdieu, 1993) ; Foucault a également insisté sur la spatialisation des dispositifs de pouvoir (Crampton et al., 2009). Ainsi, le tournant spatial des sciences sociales a permis d’articuler des concepts sociologiques avec leur traduction dans l’espace (Lévy, 1999). Le capital environnemental, à son tour, permet de manière très concrète d’éclairer des situations de différentiel social fort, mais aussi de penser de manière inédite les ségrégations et les fragmentations spatiales liées à l’environnement. En d’autres termes, il rend compte de l’inscription spatiale des logiques de domination selon des délimitations et des hiérarchies propres à l’environnement. Nous avons réalisé un schéma dédié (Figure 2) afin d’illustrer la manière dont les différents auteurs du présent numéro ont pu envisager la dimension spatiale du concept.

Figure 2. Les échelles du capital environnemental.

Figure 2. Les échelles du capital environnemental.
  • 5 Même si, de manière beaucoup plus critique, il est aussi possible d’y voir une sorte de degré « zér (...)

20L’axe des ordonnées représente l’appropriation du capital environnemental par les habitants, entre les deux extrêmes d’un capital partagé au niveau collectif et d’un capital exclusivement capté au niveau individuel. Il résume donc la dimension ségrégative du concept. L’axe des abscisses représente quant à lui l’agencement scalaire du capital environnemental entre le niveau local et l’horizon global. Le centre de gravité du schéma est matérialisé par le croisement entre les deux axes, et correspond à une forme de référence contemporaine « souhaitée » pour le capital environnemental : un partage bien dosé qui permet de valoriser la dimension individuelle en la mettant partiellement ou temporairement au service du collectif, à une échelle glocale qui permet d’associer de manière complémentaire et efficace le local et le global5. Quatre quadrants différents sont induits par le croisement entre deux axes, et correspondent chacun à des processus de territorialisation archétypiques des croisements socio-spatiaux du capital environnemental : l’universalisme environnemental, le partage environnemental, l’accaparement environnemental et l’exclusivisme environnemental.

L’utopie d’un universalisme et du partage du capital environnemental

21L’universalisme environnemental correspond au croisement entre l’échelle globale et la dimension la plus collective du capital environnemental. Il induit des processus de patrimonialisation, à l’exemple des biens environnementaux inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, et se définit par rapport à un horizon commun et partagé qui est celui du changement global. Cet universalisme semble en réalité utopique, et constitue même un horizon de dissolution du capital environnemental, dans la mesure où, comme on l’a rappelé plus haut, tout capital repose sur un processus d’accumulation voire d’accaparement et de différenciation sociale, avec l’irruption assez forte de stratégies individuelles de domination. Dans les faits, lorsqu’on observe un tel usage de la notion de capital environnemental, on tend en réalité à se rapprocher du centre de gravité du schéma, c’est-à-dire de dynamiques de territorialisation beaucoup moins collectives et beaucoup moins globales qu’annoncées – alors même que les acteurs concernés affichant des postures universalistes de façade destinées à faciliter l’acceptation sociale de discours environnementaux implicitement ségrégatifs. On peut faire référence aux exemples de Biens du patrimoine mondial de l’humanité en Afrique du Sud et en Argentine (Guyot, 2017). Ceci est également sensible dans l’article de Bruno Bouet et al., où survient l’idée « d’un capital environnemental autochtone » pour tenter de justifier, par une référence universaliste et généreuse au droit des peuples à disposer d’un accès local à la nature et à ses ressources, un usage en réalité très sélectif de l’environnement du Parc national des Calanques au profit d’une population riveraine qui ne bénéficie que d’une antériorité d’accès au lieu.

22Partout ailleurs, les prétentions à l’universalité d’un droit d’accès à la nature (article de Camille Girault) et d’une maîtrise des ressources environnementales sont concurrencées par une réalité sociale toujours plus sélective. Cet universalisme potentiel de l’environnement ne serait donc qu’une dimension tangentielle du capital environnemental qui permet surtout d’occulter les rapports de pouvoir plutôt que de les réduire.

23Le partage environnemental, quant à lui, correspond à l’application de la dimension la plus collective du capital environnemental à une échelle locale. Il induit des processus de création de communs environnementaux partagés, comme les jardins éponymes (article de Frédéric Bally) ou les systèmes de circuits courts (Article de Sophie Rétif et Marius Chevallier), concrètement réduits à une relation de proximité entre acteurs. Dans les faits, ce quadrant apparaît sans doute aujourd’hui beaucoup moins utopique que le précédent, mais de nombreuses recherches de terrain montrent la difficulté de conserver une dimension purement collective dans le partage. Là encore, la force d’attraction « nivelante » du centre de gravité du schéma semble remarquable, comme le montre bien l’article de Bailly sur la force des réseaux dans les initiatives individuelles « d’éco-pa(o)rtage » à Lyon, finalement réduits à des groupes sociaux favorisés.

Des logiques ségrégatives inscrites dans l’espace

24L’accaparement environnemental correspond quant à lui au croisement entre l’échelle locale et la dimension exclusive et individuelle du capital environnemental. Il conduit à la production de réserves privées exclusives et de véritables glacis environnementaux, en particulier dans les espaces urbains et péri-métropolitains, comme au Cap en Afrique du Sud (Guyot et al. 2014). Cependant, la figure territoriale de l’enclave ne saurait parfaitement la résumer, car en réalité, les acteurs à l’œuvre ou à la manœuvre dans de tels types de processus fonctionnent aussi en réseau et tendent, une fois encore, à orienter la dynamique vers le centre de gravité du glocal, pour rendre la restriction de l’accès à l’environnement plus acceptable. L’article de Frédéric Richard et al. tend à appuyer cette démonstration, lorsqu’il observe à la fois des logiques d’exclusion, mais aussi la constitution de conservation easements, c’est-à-dire de propriétés foncières privées dédiées à la protection de la nature. Et que dire de ces acteurs ou habitants qui utilisent ces glacis pour donner une partie de leur revenu à de grosses ONG environnementales pour ensuite mieux le valoriser en retour (notoriété, prestige) ? C’est donc bien que, là aussi, on peut débusquer un peu de partage au sein de formes pourtant radicalement individuelles ou relevant du « club ».

25L’exclusivisme environnemental, enfin, est le corolaire global du quadrant précédemment décrit. Il correspond au croisement entre l’échelle globale du registre de justification de l’action et la dimension individuelle et exclusive du capital environnemental. Il implique des formes de domination des processus de priorisation environnementale à l’échelle du globe par de grosses ONG environnementales ou des groupes sociaux favorisés, ce que rappelle l’article de Josselin Guyot-Téphany et Jacques-Aristide Perrin. L’environnement reste « sujet à des tentatives d’acquisition (hégémonique), de possession voire d’appropriation par différents acteurs […], or il s’avère que les préoccupations environnementales sont principalement le fait de catégories sociales aisées […] au détriment parfois de groupes autochtones déplacés et/ou de la destruction d’habitats de non-humains ». Les auteurs pointent ainsi le risque d’une formulation biaisée des questions environnementales, voire d’une « dérive sociocentriste » dans laquelle, sous un prétexte environnemental d’ordre mondial, on justifie des exclusions et des accaparements à l’échelle locale qui répondent en fait moins à l’urgence environnementale qu’à des logiques intéressées et des profits sociaux au bénéfice de ceux qui dépendent le moins des ressources environnementales. On démontre une fois de plus la capacité de ce schéma à repasser par son centre de gravité.

26Au total, les processus de territorialisation du capital environnemental induits par cette réflexion sur le croisement entre échelles et appropriations habitantes se définissent donc par quatre archétypes « extrêmes » qui tendent à converger vers un centre de gravité, plus souhaité que souhaitable. Ce centre de gravité, présent finalement au cœur de toutes les analyses du capital environnemental, correspond à un équilibre bien dosé entre individuel et collectif, d’une part, et à une échelle d’action « glocale » articulant subtilement des discours à prétention mondiale sur l’environnement avec leur manifestation concrète en quelques lieux choisis, qui rendent visible ce capital – mais cristallisent aussi les logiques de sélection sociale. Cette stratégie bien calculée répond ainsi à une recherche de maximisation du capital environnemental pour ceux qui sont le plus à même d’en bénéficier, et s’inscrit dans une sorte d’impératif néo-libéral à mettre en avant coûte que coûte pour écologiser les formes de dominations socio-spatiales.

Discussion conclusive

27Ces avantages de la notion de capital environnemental étant donnés, il reste cependant à envisager les limites potentielles du terme, ainsi que les voisinages scientifiques qui n’ont pas été abordés par les auteurs.

28Le premier obstacle méthodologique à l’emploi de la notion réside précisément dans le contour très malléable de ce qui fait l’environnement. Qu’est-ce qui relève fondamentalement du capital environnemental ? Quels sont, concrètement, tous les « investissements » que peut faire la société dans ce champ ? Tous les contributeurs ont posé comme préalable le fait que leur objet d’étude était un support à la construction d’un capital environnemental. Dès lors qu’il a été admis que la définition de l’environnement est construite et négociée, la position peut s’entendre. Mais la portée herméneutique de la notion dépend en réalité beaucoup du degré de rivalité (ou de soustractibilité) et d’exclusion que génère un bien environnemental. Il existe un grand écart entre la question du libre accès à la nature, en Scandinavie, où les rivalités et l’érosion potentielle de l’environnement sont largement fantasmées et manipulées, et la gentrification rurale voire la privatisation des paysages, où l’exclusion par les prix du foncier et les règles d’urbanisme est bien réelle. De même, la capitalisation que l’on peut espérer autour de biens agroalimentaires en circuit court dépend étroitement de leur degré de rareté et du caractère socialement sélectif de l’accès à ce marché. On postule donc l’hypothèse que le capital environnemental ne sera vraiment opératoire que si l’on traite de « biens publics impurs » (Boidin et al., 2008 ; Sgard, 2010), c’est-à-dire d’objets environnementaux soumis à une dégradation potentielle et/ou à une rivalité d’usage significatives.

29Une telle réflexion invite alors à confronter le capital environnemental aux théories des biens communs telles qu’elles se sont imposées dans la réflexion sur l’accès aux ressources naturelles depuis plusieurs décennies (Ostrom, 2010 ; Ostrom et al., 1999). La notion de capital environnemental n’est-elle finalement pas un moyen de dénoncer des formes de « clubbisation » de l’environnement, tandis que la plupart des discours tendent à présenter l’environnement comme un « bien commun », aisément dégradable, mais dont on souhaite préserver le partage par une gestion communautaire la plus large possible ? Pourtant, il est clair dans les travaux sur le sujet qu’une gestion communautaire des ressources n’est jamais automatiquement garante du respect d’un partage de l’accès à l’environnement. Le capital environnemental serait donc utile au sein même de la théorie des biens communs pour montrer que, même si une gestion communautaire effective des ressources environnementales est établie, il existe des logiques de sélection et d’exclusion entre acteurs d’un même territoire.

30Enfin, « à qui profite le capital environnemental ? » demande le titre volontairement provocateur de cet article introductif. Une réponse assez simple, voire simpliste, à cette question pourrait être de dire : « à ceux qui le possèdent ». Par exemple, l’accaparement foncier implique des formes de profit avérées pour les détenteurs d’un capital environnemental alors facilement convertible en capital économique. Néanmoins, la diversité des situations d’appropriation et de possession du capital environnemental est telle que la question pourrait être complétée par l’ajout suivant : « Où le capital environnemental est-il le plus profitable ? » Il faut donc réfléchir aux spatialités du capital environnemental et à la manière dont elles sont instrumentalisées pour sélectionner et hiérarchiser les territoires. En ce sens, le capital environnemental est un bel outil critique pour repenser la question de l’appropriation territoriale en lien avec un système de valeurs propres au champ environnemental. Un même type de capital environnemental (par exemple : un paysage patrimonialisé et protégé) ne va pas profiter de la même manière aux mêmes groupes d’individus selon qu’il se localise dans tel ou tel types de configuration territoriale, propice – ou non – à l’accumulation et à la valorisation du capital environnemental. De fait, pour la plupart des auteurs, les contextes favorables sont souvent ceux de grands espaces à forte naturalité (confins scandinaves, Montana, Millevaches, Calanques, volcans réunionnais). Cependant, l’exemple lyonnais montre que la construction du capital environnemental dépend aussi de la densité des acteurs et de leur capacité à investir des environnements a priori moins favorables.

31Le capital environnemental ne peut donc être pensé en dehors de sa dimension spatiale et de son contexte territorial d’appropriation. Notion très sociologique dans ses fondements théoriques, pensée comme une combinaison des capitaux bourdieusiens appliquée au champ environnemental, elle devient éminemment géographique après avoir été confrontée aux différents terrains proposés par les auteurs des contributions de ce numéro Hors-Série.

Haut de page

Bibliographie

Aubertin, C., V. Boisvert et F.-D. Vivien, 1998, La construction sociale de la question de la biodiversité (Social construction of the problem of biodiversity), Nature Sciences Sociétés, vol 6, num 1, pp. 7‑19.

Beaurain, C., J. Longuépée et S. P. Soussi, 2009, La proximité institutionnelle, condition à la reconquête de la qualité de l’environnement. L’exemple de l’agglomération dunkerquoise, Abstract, Natures Sciences Sociétés, vol 17num 4, pp. 373‑380.

Beaurain, C., R. Rouaud et P. Arnould, 2017, Le capital environnemental : esquisse d’une notion pour la compréhension des dynamiques socio-environnementales. Introduction au dossier « capital environnemental », Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie [en ligne], vol. 8, num 3, URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/11947

Blanchon, D., S. Moreau et Y. Veyret, 2009, Comprendre et construire la justice environnementale, Annales de géographie, (665‑666), pp. 35‑60, https://doi.org/10.3917/ag.665.0035

Boidin, B., D. Hiez et S. Rousseau, 2008, Biens communs, biens publics mondiaux et propriété. Introduction au dossier. Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie [en ligne], Dossier 10, URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/5153

Bourdieu, P., 1993, Effets de lieu. La misère du monde, pp. 159‑167.

Costanza, R., R. d’Arge, R. De Groot, S. Farber, M. Grasso, B. Hannon, K. Limburg, S. Naeem, R. V. O'neill, J. Paruelo, R. G. Raskin, P. Sutton, M. van den Belt, 1997, The value of the world’s ecosystem services and natural capital, nature, 387(6630), pp. 253260.

Crampton, J. W., S. Elden et M. Foucault, (Éd.), 2009, Space, knowledge and power : Foucault and geography (Reprinted), Aldershot : Ashgate.

Foucault, M., 1982, Space, knowledge and power : interview. Skyline, March.

Guyot, S., J. Dellier et F. Cerbelaud, 2014, L’environnement au profit des plus riches  ? Construction et hybridation d’un front écologique métropolitain dans la Péninsule du Cap (Afrique du Sud), VertigO-la revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], vol. 14, num 1, URL : http://journals.openedition.org/vertigo/14660

Guyot, S., 2017, La nature, l'autre frontière. Fronts écologiques au Sud (Afrique du Sud, Argentine, Chili), Peter Lang, Ecopolis num 30.

Hall, P., 1993, Policy Paradigms, Social Learning, and the State : The Case of Economic Policymaking in Britain, Comparative Politics, 25.

Kareiva, P., 2011, Natural capital : theory and practice of mapping ecosystem services, Oxford University Press.

Lagadeuc, Y. et R. Chenorkian, 2009, Les systèmes socio-écologiques : vers une approche spatiale et temporelle, Natures Sciences Sociétés, vol 17 num 2, pp. 194‑196.

Larrère, C., 2009, La justice environnementale, Multitudes [en ligne], vol 36, pp. 156‑162, URL : https://doi.org/10.3917/mult.036.0156

Lascoumes, P., 2010, L’éco-pouvoir : environnements et politiques, La découverte.

Lévèque, C., S. Van der Leeuw et I. Reynier, 2003, Quelles natures voulons-nous ? : pour une approche socio-écologique du champ de l’environnement, Paris : Elsevier, pp. 110-129

Lévy, J., 1999, Le tournant géographique : penser l’espace pour lire le monde. Belin.

Monfreda, C., M. Wackernagel et D. Deumling, 2004, Establishing national natural capital accounts based on detailed ecological footprint and biological capacity assessments, Land Use Policy, vol 21 num 3, pp. 231246.

Neveu, É., 2013, Les sciences sociales doivent-elles accumuler les capitaux ? Revue française de science politique, vol 63 num 2, pp. 337‑358.

Ostrom, E., 2010, Gouvernance des biens communs : pour une nouvelle approche des ressources naturelles. Bruxelles : de boeck.

Ostrom, E., J. Burger, C. B. Field, R. B. Norgaard et D. Policansky, 1999, Revisiting the Commons : Local Lessons, Global Challenges. Science [en ligne], 284 (5412), pp. 278 282, URL : https://doi.org/10.1126/science.284.5412.278

Richard, F., 2010, La gentrification des « espaces naturels » en Angleterre : après le front écologique, l’occupation  ?. L’exemple du Lake District et de ses environs. L’Espace Politique, Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique [en ligne], vol 9, URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/1478

Ripoll, F., 2010, L’économie « solidaire » et « relocalisée » comme construction d’un capital social de proximité, Regards sociologiques, vol 40, pp. 59–75.

Rudolf, F., 1998, L’environnement, une construction sociale : pratiques et discours sur l’environnement en Allemagne et en France, vol. 25, PU Strasbourg.

Sgard, A., 2010, Le paysage dans l’action publique : du patrimoine au bien commun, Développement durable et territoires [en ligne], vol. 1 num 2, URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/8565 ; DOI : 10.4000/developpementdurable.8565

Smith, D. P. et D. A. Phillips, 2001, Socio-cultural representations of greentrified Pennine rurality, Journal of rural studies, vol 17 num 4, pp. 457–469.

Talbot, D. et T. Kirat, 2005, Proximité et institutions : nouveaux éclairages. Présentation du numéro, Économie et institutions, (6‑7), pp. 9‑15.

Tommasi, G., F. Richard et G. Saumon, 2017, Introduction– Le capital environnemental pour penser les dynamiques socio-environnementales des espaces emblématiques, Norois, vol. 2, pp. 7‑15.

Haut de page

Notes

1 La publication de ce numéro Hors-Série de la revue Vertigo a reçu un soutien financier total de l’UMR 6042 GEOLAB (Site de Limoges).

2 Ou, de manière plus complète dans la comptabilité nationale française, par la notion de Formation brute de capital fixe, qui inclut selon l’INSEE l’amortissement des actifs fixes.

3 Capital naturel que l’économie continue à envisager de manière très positiviste en appliquant essentiellement une approche comptable aux objets de nature. Voir notamment Costanza et al., 1997; Kareiva, 2011; Monfreda et al. 2004).

4 À condition d’éviter d’essentialiser l’espace et d’en faire un moteur explicatif des différenciations sociales pour lui-même, ce que l’on nomme le « spatialisme ». C’est oublier à quel point le spatial est, lui aussi, une construction sociale répondant à des tensions politiques et des présupposés culturels forts.

5 Même si, de manière beaucoup plus critique, il est aussi possible d’y voir une sorte de degré « zéro » du capital environnemental, mal départagé socialement et mal délimité spatialement afin de mieux noyer les formes ségrégatives du discours dans les références écologiques les plus confuses.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Chalet d’éco-gentrifieur localisé dans la vallée de la Blackfoot (Montana, États-Unis).
Crédits Crédit : Sylvain Guyot (2015).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 2. Un essai d’articulation du capital environnemental avec les capitaux bourdieusiens : le capital environnemental n’est pas un capital en soi, mais un champ particulier d’activation des autres formes de capital.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19074/img-2.png
Fichier image/png, 97k
Titre Figure 2. Les échelles du capital environnemental.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19074/img-3.png
Fichier image/png, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Guyot  et Samuel Depraz, « À qui profite le capital environnemental ? L’environnement au service de la sélectivité territoriale », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 29 | mars 2018, mis en ligne le 15 mars 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/19074

Haut de page

Auteurs

Sylvain Guyot 

Professeur de géographie, Université Bordeaux-Montaigne /UMR 6042 GEOLAB & UMR 5319 Passages, France, courriel : sylvain.guyot@u-bordeaux-montaigne.fr

Samuel Depraz

Maître de conférences en géographie-aménagement, Université de Lyon (Jean Moulin-Lyon III)/UMR 5600 Environnement, Ville, Société, France, courriel : samuel.depraz@univ-lyon3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page