Navigation – Plan du site
La résilience à l’épreuve du terrain

Les capabilités à faire face ou comment repenser la résilience des individus

Fanny Benitez et Magali Reghezza

Résumés

Cet article interroge, dans une perspective critique, les liens existant entre capacités à faire face, vulnérabilité et résilience afin de contribuer à la prévention des catastrophes naturelles. Il s’appuie sur une enquête réalisée en 2016 à Port-au-Prince sur le séisme de janvier 2010. Si la notion de capacité à faire face est largement utilisée dans la littérature et chez les professionnels, elle est rarement définie et n’est pas formalisée. Elle est en revanche associée à la réduction de la vulnérabilité et à l’amélioration de la résilience. Au-delà du problème théorique, on se heurte à un problème opérationnel avec l’impossibilité de définir des actions permettant de développer les capacités à faire face à un risque et/ou une catastrophe. Il faut plus largement se demander comment peuvent naître, exister, et de facto s’exprimer ces capacités, et a fortiori, les conditions nécessaires à leur expression. L’hypothèse principale est que ces capacités à faire face peuvent être définies et développées en s’appuyant sur la notion de capabilités définie par A. Sen et M. Nussbaum. Appliquées à la résilience, les capabilités vont désigner non seulement les capacités à faire face individuelles qui permettent à chacun de s’en sortir, de se relever, de se construire, mais aussi les ressources qui permettent d’activer ces capacités ou, le cas échéant, de pallier leur absence. Il est ainsi nécessaire de prendre en compte ce que nous appelons le « contexte capabilitaire » pour comprendre (et augmenter) la résilience des vulnérables.

Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de cet article est d’examiner dans une perspective critique, l’utilisation de la notion de capacité à faire face dans l’explication des vulnérabilités et la compréhension des processus de relèvement post-catastrophe qui conduisent à la résilience.

  • 1 United Nations Office for Disaster Risk Reduction
  • 2 [en ligne] URL : www.unisdr.org

2La résilience est un concept « à la mode » qui s’est diffusé dans les politiques internationales de gestion des catastrophes et de prévention des risques au début des années 2000 (Revet, 2009a; 2009 b; 2011a), suite à l’adoption du cadre d’action de Hyogo (2005-2015) intitulé « Pour des nations et des communautés résilientes face aux catastrophes » (UNISDR1, 2005). Il existe désormais une véritable « injonction » internationale à la résilience (Revet, 2011 b; Quenault, 2015; Rufat, 2012 et 2015), confirmée par la troisième conférence mondiale sur la réduction des risques et des catastrophes qui a eu lieu à Sendaï en mars 2015, et dont l’une des quatre priorités est « d’agir d’urgence pour atténuer les risques de catastrophe et accroître la résilience »2.

3Provenant de différentes disciplines et utilisée dans de multiples champs opérationnels, la résilience reçoit de nombreuses acceptions (Reghezza et Rufat, 2015). La polysémie du terme fait écho à celle d’un autre concept, la vulnérabilité. Vulnérabilité et résilience sont étroitement liées, bien que la nature de ces liens ne fasse pas consensus dans la littérature (Provitolo et Reghezza, 2015). Réduction de la vulnérabilité et augmentation de la résilience sont devenues des objectifs-clés des politiques de prévention des catastrophes et de gestion des risques et des crises.

4Pour les sciences sociales, la vulnérabilité est définie comme une fragilité existant a priori, qui est à l’origine de l’endommagement des éléments exposés à l’aléa. La notion permet de s’éloigner d’une explication purement aléa-centrée des catastrophes (Theys et Fabiani, 1987; Pigeon, 2005 et 2012; Becerra et Peltier, 2009; Becerra, 2012). De nombreux travaux montrent en effet que l’endommagement dépend autant (sinon plus) de la réponse ou des réponses que les sociétés, groupes ou individus, mettent en œuvre face à l’événement perturbateur. Cette réponse (ou ces réponses) résulte d’une combinaison complexe de facteurs politiques, économiques, sociaux, institutionnels, religieux, spirituels, psychologiques, spatiaux, etc. (Blaikie et al., 1994; Cutter 1996; Cutter et al. 2003; Brooks, 2003; Wisner et al, 2012).

5Les sciences sociales identifient par conséquent les mécanismes qui conduisent à fabriquer la vulnérabilité, en amont des crises (approche par les causes), vulnérabilité qui se traduira ensuite dans les dommages effectivement constatés (approche par les impacts). Il existe par conséquent d’emblée une ambiguïté entre la vulnérabilité comme propriété a priori, et la vulnérabilité comme endommagement constaté a posteriori (D'Ercole et al., 1994) : un enjeu a priori vulnérable ne sera pas forcément endommagé suite à l’occurrence de l’aléa. Pour comprendre ce paradoxe, il convient de considérer la vulnérabilité, non pas comme un état, mais comme une construction dynamique. Le passage de la vulnérabilité a priori à l’endommagement effectif dépend de la façon dont les individus, groupes, sociétés, font face (ou pas) à l’occurrence d’un aléa et minimisent ainsi les dommages subis. Les catastrophes résultent donc in fine de l’incapacité à faire face structurelle ou conjoncturelle des sociétés, en réponse à un événement dommageable et/ou à ses conséquences. La capacité à faire face d’une société découle notamment de l’activation des capacités (au pluriel) à faire face des individus qui la composent, sans s’y réduire. Ces capacités recouvrent l’ensemble des aptitudes, facultés, compétences qu’une personne peut mobiliser pour répondre à un choc, une pression lente, une perturbation.

6La notion de capacité(s) à faire face est désormais remobilisée pour penser la résilience des vulnérables. Par résilience, on peut entendre en première approche le fait qu’un individu, un groupe, une communauté, absorbe et dépasse un choc ou une perturbation consécutifs à l’occurrence d’un aléa (Manaya, 2006; Comfort et al., 2010; Reghezza et al., 2012; Cutter et al., 2014). Cette définition peut être reformulée ainsi : est résilient tout enjeu qui a été capable de faire face à une situation d’endommagement, de crise, de déstabilisation, de désorganisation. Dès lors, il suffirait de créer ou de renforcer les capacités à faire face des individus pour améliorer la résilience des territoires et de leurs populations. C’est pourquoi le développement des capacités à faire face est présenté dans les référentiels gestionnaires comme une façon d’opérationnaliser la résilience.

7Nous proposons de montrer les contradictions et les faiblesses de cette approche. Développer les capacités à faire face des individus se heurte d’abord à la difficulté de définir clairement les actions produisant cette (ou ces) capacité(s) à faire face. En outre, le passage de l’individu au collectif et du collectif au territoire reste hautement problématique. Mais, même en laissant de côté ces deux points, la question de savoir comment ces capacités qui sont censées favoriser la résilience peuvent naître, exister, et de facto s’exprimer (ou non) n’est pas posée, pas plus que celle des conditions nécessaires à leur expression et du contexte social (entendu au sens large) dans lequel elles s’activent. Parler de résilience implique en effet de déplacer la focale de l’identification des facteurs qui conduisent à la situation de risque en amont des crises, à la réponse des sociétés, individus et territoires à la survenue de ces crises. Le discours sur les capacités s’inscrit d’emblée dans une approche réactive et individuelle des processus de relèvement post-crise, qui isole les capacités à faire face des contextes socio-politiques dans lesquels elles se construisent, s’activent, s’expriment.

8Afin de pouvoir répondre à ces interrogations, nous avons choisi de nous appuyer sur le cas de la résilience post-séisme à Haïti. Ce tremblement de terre de magnitude 7.0 sur l’échelle de Richter a causé la mort de plus de 220 000 personnes et en a blessé environ 300 000. Il a détruit à plus de 80 % la capitale Port-au-Prince. Nous avons mené une série d’enquêtes en avril 2016 auprès des populations pour comprendre quelles étaient leurs capacités à faire face, comment ces capacités s’étaient exprimées (ou pas) après le séisme de 2010 et si elles étaient reproductibles ou transférables. Nous avons retenu parmi les entretiens plusieurs récits qui nous ont semblé pertinents pour illustrer des trajectoires individuelles. Ces récits montrent la difficulté à établir le rôle des capacités à faire face dans la production de la résilience des individus vulnérables, qu’il s’agisse d’une vulnérabilité présente a priori ou constatée a posteriori. Les exemples choisis nous permettent de poser l’hypothèse suivante : les capacité(s) à faire face sont insuffisantes pour décrire la vulnérabilité et comprendre la résilience des individus. L’activation des capacités à faire face dépend d’un contexte particulier, partiellement extra-individuel, que nous proposons d’étudier à partir de la notion de capabilité.

9Dans un premier temps, nous reviendrons sur les liens existant entre vulnérabilité, résilience et capacités à faire face. Puis, dans un second temps, nous introduirons les capabilités pour montrer comment elles permettent de repolitiser la résilience en soulignant le poids des contextes extra-individuels, et de rendre plus opérationnelles les capacités à faire face.

Vulnérabilité, résilience et capacités à faire face : l’exemple haïtien

10L’objet principal de cette partie consiste à démontrer que les notions de vulnérabilité, résilience et capacités à faire face sont étroitement liées les unes aux autres, mais pas de façon aussi évidente et mécanique qu’on pourrait le penser a priori. Pour cela, nous avons choisi de nous appuyer sur le terrain haïtien.

Haïti, l’archétype d’un territoire vulnérable

11Haïti est un état insulaire de la Caraïbe qui se situe dans l’arc des Grandes Antilles. Il occupe le tiers nord occidental de l’île de Quisqueya (également appelé Hispaniola), soit 27 750 km2, qu’il partage avec la République Dominicaine (Théodat, 2003). Le pays est marqué par d’importantes inégalités de développement : il occupe le 163e rang sur une liste établie de 187 pays selon l’indice de développement humain (IDH) d’après un rapport du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD, 2015). Il a traversé, depuis son indépendance en 1804, de nombreuses crises. Si l’on se concentre sur une période plus récente, le pays a été victime d’une série de catastrophes naturelles majeures au cours des vingt dernières années : le passage des cyclones Georges en 1998, Jeanne en 2004, Isaac et Sandy en 2012, Matthew en 2016, etc. ; les tremblements de terre des 12 et 20 janvier 2010 (Desse et al., 2012). L’ensemble de ces événements a provoqué de nombreux décès (plusieurs milliers de personnes) et des millions de dollars de dégâts matériels. Haïti a également connu des crises internes liées au contexte socio-économique et politique du pays. Après avoir vécu sous un régime politique dictatorial durant plusieurs décennies sous l’ère des Duvalier père et fils (« Papa Doc » et « Baby Doc ») (Barthélémy, 1992 ; Florival, 2007 ; Podur, 2016) et après avoir subi plusieurs coups d’État notamment en 1991 et 2004 (Otr-Uci, 2005; Podur, 2016), le pays reste une démocratie fragile. Haïti a d’ailleurs subi une crise socio-politique sévère entre octobre 2015 et novembre 2016, au moment des élections présidentielles. Actuellement, le pays est toujours marqué par une instabilité politique chronique et structurelle. Enfin, les crises économiques et alimentaires se sont succédé durant ces périodes de catastrophes naturelles et de tensions politiques, affaiblissant les populations déjà durement éprouvées (Desse et al., 2012).

12L’enchaînement de catastrophes consécutives à des perturbations de toute nature éprouve le territoire et ses habitants, alimentant la fragilité et la précarité des organisations politiques et des systèmes sociaux et économiques. Haïti est de fait considéré comme un territoire très vulnérable (Montas, 2005; Smucker et al., 2006; Roc, 2011; PNUD, 2016). Cette vulnérabilité territoriale reflète, en partie du moins, celle des individus qui y vivent. La vulnérabilité des populations dans les pays des Suds est généralement expliquée par des facteurs sociaux (âge, sexe, ethnie, structures sociales), cognitifs (connaissance et représentation du risque) et politiques (régime politique établi, choix de politiques gouvernementales, la mise en œuvre de programmes de réduction des risques et des catastrophes, etc.). Plusieurs travaux montrent que l’exposition au risque est par exemple liée à l’absence de choix des populations, contraintes de vivre en zone dangereuse par un contexte politique, économique, juridique, etc. (Gaillard, 2010; Hernandez, 2010; Rebotier, 2011). Plus largement, un lien très fort est établi entre vulnérabilité et pauvreté par la littérature scientifique (Hewitt, 1983; Cutter et al. 2003; Metzger et al. 2010). Si l’on admet cette analyse, il apparaît que les personnes interrogées lors de notre étude à Port-au-Prince font partie des personnes a priori les plus vulnérables au sein de l’espace Caraïbe.

13Les Haïtiens constituent en effet l’une des populations les plus pauvres de la zone Antilles. 78 % des habitants de l’île vivent sous le seuil de pauvreté absolue (soit 2,42 $ par jour), dont 56 % dans une pauvreté extrême (soit moins de 1 $ par jour)3. Le revenu mensuel moyen par habitant en Haïti s’élève à 63 $ soit 760 $ par habitant et par an. En comparaison, le salaire moyen mensuel dans le monde est de 850 $ (voir tableau 1). Les conditions de vie sont très rudes pour la majorité des personnes, ce qui les fragilise physiquement et socialement. Au-delà de la pauvreté, le mal-développement est à l’origine d’une vulnérabilité accrue. En 2012, l’espérance de vie des Haïtiens à la naissance était de 62,7 ans contre 82,57 ans pour la France4 : l’accès aux soins, aux médicaments, aux services de secours est très difficile et est encore plus compliqué en cas de crise. Le taux d’alphabétisation des adultes entre 2008 et 2013 était de 48,7 %5 ce qui limite immédiatement l’accès à l’information préventive.

Tableau 1. Comparaison du revenu moyen par habitant en Haïti.

Données 2012

Haïti

Moyenne USA

Moyenne Monde

Revenu mensuel brut/habitant

63 $

2 090 $

850 $

Revenu annuel brut/habitant

760 $

25 081 $

10 199 $

Source : Banque mondiale, 2012.

14Toutes les conditions sont donc réunies pour affirmer que la population présente un profil de vulnérabilité sociale extrême, liée à des facteurs structurels, économiques, sociaux et politiques (Robert et D’Ercole, 2014; PNUD, 2016). Nos entretiens confirment d’ailleurs l’idée d’une corrélation entre la fragilité des personnes et leur condition sociale qui les empêche de faire face aux chocs et aux crises qui en résultent. Cette analyse demande pourtant des nuances qui apparaissent rapidement lorsque l’on interroge les individus.

De la vulnérabilité aux capacités à faire face : l’exemple d’É.

  • 6 Entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours). Les en (...)

15Si nous prenons l’exemple d’É.6, interrogé au cours de notre enquête, on peut affirmer qu’il a été vulnérable au tremblement de terre de 2010. É. est un homme de 47 ans, originaire du Cap Haïtien au nord de l’île. Il est venu à Port-au-Prince à l’âge de 17 ans afin de travailler. Il a arrêté ses études avant l’âge de quinze ans, car sa famille ne pouvait pas payer les frais de scolarité. En 2016, É. est marié et père d’une jeune fille de 15 ans. Il travaille comme serveur dans un hôtel de Port-au-Prince. Sa femme ne travaille pas. Ils habitent dans une maison en location à Pacot, l’un des quartiers de la capitale, à 25 minutes du travail d’É. Pour ces raisons, É. présente a priori un profil de vulnérabilité élevé.

16Si l’on évalue a posteriori la vulnérabilité d’É. au séisme de 2010, en examinant les impacts de ce dernier, on peut considérer qu’il a été vulnérable. S’il n’a subi aucune atteinte à son intégrité physique, sa maison s’est effondrée tuant son fils âgé de cinq ans et blessant légèrement sa femme à la jambe. Il a également perdu un frère et une sœur. Lui et sa famille ont vécu ensuite plus d’un an dans leur jardin ou dans la rue, sous un tapis accroché avec quatre branches de bambous en attendant de pouvoir déménager.

  • 7 Propos d’É. durant l’entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (trav (...)
  • 8 Entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours).

17À y regarder de plus près, É. a bien été vulnérable au choc de la secousse initiale. En revanche, il a su faire face aux perturbations qui ont suivi le tremblement de terre et n’a donc pas été vulnérable à ces perturbations secondaires. Il a été d’abord invulnérable aux répliques de ce séisme, puisqu’il n’a subi ni dommages physiques ni dommages matériels supplémentaires. É. a aussi su adopter les bons comportements pour se mettre en sécurité, lui et sa famille. Par exemple, les premières nuits qui ont suivi le tremblement de terre, lui et sa famille ont dormi dehors, dans la rue, loin des immeubles ou autres maisons pouvant encore s’effondrer, car É. s’attendait à des répliques. Il a également préféré rester sur les hauteurs de Port-au-Prince plutôt que d’aller chercher de la nourriture au niveau du port et du marché central de la ville, car il avait entendu parler « d’un risque de grosse vague »7. Malgré les pénuries alimentaires sévissant dans la capitale, É. a su trouver de quoi nourrir sa famille. Il a également su faire face aux conséquences du séisme à plus long terme : il a ainsi construit un abri temporaire pour répondre à la destruction de sa maison, ce qui lui a permis de ne pas rejoindre les camps de réfugiés et de demeurer dans son quartier en préservant ainsi l’accès à son emploi, les solidarités qu’il avait construites avec son voisinage, les ressources locales (école pour sa fille, etc.) 8.

18Nous pouvons donc observer qu’É. a été initialement victime du séisme du 12 janvier 2010, mais qu’il n’a pas été vulnérable aux événements potentiellement dommageables qui sont survenus au sein de la crise qui a suivi. Il a pu mobiliser ses capacités à faire face qui l’ont rendu invulnérable (a posteriori) aux différentes perturbations.

19L’exemple d’É. montre que la vulnérabilité n’est pas un état figé, mais qu’elle varie au cours du temps. Ses capacités à faire face ne s’expriment pas systématiquement. É. est vulnérable à un moment donné, lorsqu’il n’est pas capable de faire face à une perturbation donnée. Il est donc indispensable de regarder « qui » est vulnérable « à quoi » et à quel moment. La vulnérabilité est moins une propriété absolue qu’un attribut dynamique des individus, qui dépend effectivement de l’activation de leurs capacités à faire face. Il n’y a pas de vulnérabilité en soi, mais une vulnérabilité qui se construit dans le temps, non seulement en amont, mais aussi pendant la crise, de façon dynamique, en fonction des (in)capacités qui s’expriment (ou non), à des degrés différents.

Repenser le lien entre vulnérabilité, résilience et capacités à faire face des individus

20Si l’on regarde maintenant la résilience d’É., on peut considérer qu’il a globalement été résilient au tremblement de terre et à ses conséquences. En effet, la résilience pouvant être définie comme la capacité d’un individu à se remettre du choc initial de la catastrophe et de ses conséquences, de pouvoir se maintenir et « rebondir » en mettant en œuvre un certain nombre de capacités à faire face, É. a bien été résilient au tremblement de terre du 12 janvier 2010. Il ne s’est pas effondré, il a survécu, il s’est relevé, a su mettre en place des actions lui permettant de reconstruire sa vie. Par exemple, il s’est rendu à son travail pour demander qu’on lui donne un des tapis en réserve pour pouvoir construire un abri temporaire et faire face à la perte de sa maison. É. s’est aussi appuyé sur sa foi pour dépasser le décès de ses proches.

21Le témoignage d’É. permet alors de penser les liens complexes entre vulnérabilité et résilience. Contrairement à ce qu’affirment par exemple les définitions de la Resilience alliance (Gallopin, 2006 ; Folke et al., 2002), vulnérabilité et résilience ne s’opposent pas « comme les deux faces d’une même médaille » (flip-side). É. a été vulnérable et résilient.

22É. a été résilient parce qu’au départ il a été vulnérable à ce tremblement de terre : il n’y aurait eu aucun sens à parler de sa résilience s’il n’avait pas subi de dommages. C’est précisément sa capacité à surmonter les conséquences de sa vulnérabilité initiale, c’est-à-dire à faire face aux dommages qu’il a subis suite au séisme, qui définit sa résilience.

23Mais plus largement, l’exemple d’É. montre un « continuum » entre vulnérabilité et résilience (Lhomme, 2012 ; Provitolo et Reghezza, 2015). La trajectoire de résilience d’É. face au séisme est complexe. Comprendre la résilience d’É., c’est constater a posteriori sa capacité à faire face aux dommages qu’il a subi suite au séisme de 2010 et aux perturbations qui ont suivi (répliques, perte d’une partie de sa famille, perte de sa maison, pénuries alimentaires, épidémies, etc.) C’est donc d’emblée prendre en compte non pas un événement isolé, mais une chaîne d’impacts (Duvat, 2015).

24Dire qu’É. a été résilient au tremblement de terre de 2010, c’est qualifier une situation, un état, envisagé dans sa globalité. Mais cet état final se décompose en réalité en de multiples états intermédiaires qui correspondent aux réponses qu’il met ou non en œuvre face aux différents événements, chocs, perturbations qui résultent à la fois du séisme initial, mais aussi des vulnérabilités qui se révèlent consécutivement à ce dernier et qui s’actualisent en dommages qui deviennent à leur tour des perturbations. É. est vulnérable lorsqu’il n’est pas capable de faire face à une perturbation donnée et qu’il subit un dommage. Il est résilient à partir du moment où il est capable de faire face à ce dommage pour le dépasser.

25Au moment du choc initial, É. active un ensemble de capacités à faire face qui lui permettent de survivre et de protéger ce qui reste de sa famille. Par la suite, il met en place des réponses efficaces pour se relever de ce choc, mais aussi pour faire face aux chaînes d’impacts qui en découlent. Ces capacités à faire face s’activent d’ailleurs parfois indépendamment de ses choix ou de ses désirs. Ainsi, il retourne très vite au travail malgré sa peur des répliques parce qu’« [il] n’avait pas le choix, [il] devait payer l’enterrement de [son] fils ». Ce que d’aucuns considéreront comme une extraordinaire capacité à se prendre en charge et à rebondir n’est en réalité ici que le fruit d’une absence de choix découlant très directement de la condition de vulnérable initiale.

26Au fil de la crise, la résilience d’É. se construit par réaction, mais aussi par « apprentissage », dans le temps moyen et long qui s’écoule après le choc de départ. Par exemple, il cherche au départ de quoi nourrir sa famille dans son quartier. Mais au fil de la crise, ses voisins lui indiquent qu’il peut tenter de s’approvisionner à la campagne. Il utilise donc son jour de congé pour aller chercher de la nourriture hors de la ville en utilisant les taxis collectifs, ce qui représente six heures de route par jour. Il apprend donc peu à peu comment dépasser les pénuries alimentaires.

27En conclusion de cette première partie, on voit qu’il existe un ensemble de capacités à faire face, inhérentes aux individus, qui vont leur permettre d’être résilients malgré leur vulnérabilité initiale. Ces capacités à faire face ne sont pas activées automatiquement. Elles sont mises en œuvre par chaque personne en fonction des circonstances, mais aussi au fil du temps. L’activation des capacités à faire face s’appuie en particulier sur des compétences, des savoirs, des ressources qui sont acquis en amont des crises, mais aussi construites au fil des réponses aux perturbations qui suivent le choc initial.

Introduire les capabilités pour repolitiser la résilience

28Si cette analyse permet de nuancer les prémices sur lesquelles repose l’injonction actuelle à la résilience, elle ne remet pas fondamentalement en cause les objectifs des politiques de prévention des catastrophes actuellement dominantes selon lesquelles il suffit de développer les capacités à faire face individuelles pour favoriser la résilience des vulnérables. Dans cette logique, identifier ces capacités et comprendre leur origine permettrait de dégager un modèle normatif que l’on pourrait ensuite reproduire et à terme généraliser à travers l’éducation des populations.

29Le problème d’un tel discours, c’est qu’il implique qu’il est possible de dépasser le problème de vulnérabilité sans avoir à en traiter les causes structurelles, en particulier les causes sociales, politiques et économiques. Plutôt que de réduire la vulnérabilité des personnes en agissant sur leur exposition ou sur la fragilité induite par leur condition sociale, il suffirait de développer leur résilience en induisant chez elles des capacités à faire face ou en renforçant celles qu’elles possèdent déjà. Ces nouvelles orientations des référentiels gestionnaires, qui font reposer la résilience sur les facultés des individus et non plus sur la transformation du contexte social qui crée les vulnérabilités, sont une forme de dépolitisation des catastrophes naturelles, à l’opposé de la dimension critique qu’avait introduite la vulnérabilité sociale (Rufat, 2015 ; Reghezza, 2015 ; Felli, 2016).

Utiliser (ou non) ses capacités à faire face : trois témoignages haïtiens

30L’assimilation de la résilience à la mise en œuvre de capacités individuelles pose problème parce qu’elle occulte les conditions qui permettent aux capacités à faire face de s’exprimer. Cette idée a d’ailleurs été clairement exposée par É. lors de notre entretien. Selon lui, il ne s’agit pas seulement d’un problème de capacités, mais également un problème de liberté et de moyens :

« Moi :… Et aujourd’hui vous faites comment pour vous protéger ou vous préparer à d’éventuelles catastrophes ?

Lui : Ben on ne peut pas faire différemment parce qu’on n’a pas les moyens…

Moi : Mais à votre avis, c’est un problème d’argent ou un peu plus large de possibilités d’accès à des services ?

  • 9 Entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours).

Lui : Non on a la liberté, mais on n’a pas de moyens… On ne peut accéder à rien…9 »

31Dans cet extrait, É. n’exprime pas une incapacité à faire face aux événements dommageables, mais un manque de « possibilité » et de « liberté ». Son cas n’est pas isolé. Lors de nos entretiens à Port-au-Prince, nous avons pu obtenir des témoignages convergents qui montrent que les capacités à faire face ne s’expriment pas de façon mécanique, même lorsqu’elles sont présentes (elles se sont exprimées par le passé) ou qu’inversement, des personnes très vulnérables, possédant a priori de faibles capacités à faire face, peuvent se révéler particulièrement résilientes.

32M., 36 ans employé d’hôtel, nous a par exemple exposé le cas de D., sa mère. D. vit dans un quartier pauvre de Pétionville. C’est une personne âgée, dont les conditions d’habitat sont précaires. Compte tenu des facteurs précédemment évoqués, elle présentait au moment du séisme de 2010 un profil de vulnérabilité élevée.

33Effectivement, D. a été très vulnérable au tremblement de terre. Lors de la première secousse, elle a été ensevelie avec le fils de M. sous sa maison, qui s’est entièrement effondrée. En l’absence d’intervention des secours institutionnels, elle n’a pu être aidée que par ses enfants et les voisins qui les ont dégagés, elle et son petit-fils, des décombres. Elle a été blessée à la jambe. Ses proches ont dû la transporter eux-mêmes dans plusieurs hôpitaux. L’ensemble des services étant débordé, aucun centre de soins n’a pu la prendre en charge. À la fin, c’est un médecin de famille qui l’a soignée. D. et ses enfants ont ensuite décidé de quitter Port-au-Prince durant plusieurs semaines afin de pouvoir trouver de la nourriture : ils ont trouvé refuge dans une autre région d’Haïti d’où ils sont originaires. Traumatisée, D. a finalement décidé de partir s’installer à Boston, chez l’une de ses filles vivant là-bas.

34Le cas de D. illustre par conséquent celui d’une personne très vulnérable dont les capacités à faire face individuelles sont extrêmement limitées a priori. Pourtant, elle a pu être résiliente au tremblement de terre, car elle a eu la chance de bénéficier de ressources familiales importantes.

35De même, ses enfants ont été très résilients aux perturbations provoquées par le séisme et la blessure de leur mère. Leur forte capacité à faire face peut s’expliquer par un état de vulnérabilité initial moindre. M., par exemple, n’a pas subi de dommages directement : il vivait dans la partie plus aisée de Pétionville. Sa maison, même si elle n’est pas construite aux normes antisismiques, était résistante et ne s’est pas effondrée. Il était au travail au moment de la secousse, dans un hôtel qui a lui aussi résisté au tremblement de terre. Jeune et en bonne santé, il a pu rejoindre, de nuit, sa maison, même s’il a dû rentrer à pied (soit plus de deux heures de marche). Si M. a pu manifester d’importantes capacités à faire face au cours des épreuves qu’il a traversées, c’est aussi parce qu’il disposait de ressources importantes, notamment d’un fort capital familial. Il a appris dès le soir la situation de sa mère et de son fils grâce à ses frères et sœurs : il a ainsi pu agir rapidement. Il était mobile, ce qui lui a permis de trouver un médecin et de faire soigner sa mère malgré la défaillance des hôpitaux. Il a bénéficié des liens avec sa famille élargie habitant au sein de régions moins touchées : il a, par sa décision de partir les rejoindre, pu échapper aux pénuries alimentaires et se mettre en sécurité, lui et ses proches. Quand M. est revenu après plusieurs semaines, il a trouvé immédiatement du travail dans l’hôtel où il était employé. L’arrivée à Port-au-Prince de beaucoup d’ONG (organisation non gouvernementale) et d’organisations internationales, suite au tremblement de terre, avait en effet fortement sollicité les structures d’hébergement encore intactes. M. n’a donc pas connu de chômage et a pu reprendre quasiment tout de suite son activité.

36Il apparaît par conséquent que, si une faible vulnérabilité individuelle permet une résilience forte (cas de M.), la mise en œuvre des capacités à faire face n’est pas totalement dépendante de l’état de vulnérabilité initial. L’exemple de D. montre ainsi que l’on peut être résilient malgré de faibles capacités à faire face a priori. D. et ses enfants, qui présentent au départ une vulnérabilité très différente, ont été résilients soit parce que des effets de contextes ont permis à leurs capacités à faire face de s’exprimer, soit parce qu’ils ont pu compenser leur déficit de capacités à faire face à l’échelle individuelle par le recours à des ressources externes. Le cas de M. rappelle également que les capacités à faire face s’expriment à condition que les individus aient les moyens et la liberté d’agir. M. a pu par exemple opérer un certain nombre de choix qui se sont révélés opportuns. Ces choix n’ont toutefois été permis que par l’existence d’un certain nombre de ressources externes, qui lui ont donné des possibilités dont il a su tirer profit.

37Inversement, le discours d’É. rappelle qu’un individu qui possède de fortes capacités à faire face, capacités dont on pourrait en outre penser qu’elles seront accrues par l’expérience qu’il vient de vivre, ne peut être sûr de pouvoir à nouveau les mobiliser pour une crise analogue. Les capacités à faire face ne s’activent donc pas mécaniquement et ne sont pas systématiquement reproductibles dans le temps.

Des capacités à faire face aux capabilités

38Pour expliquer ce constat, nous proposons d’introduire une nouvelle notion, celle de capabilité, que nous tirons des travaux d’Amartya Sen et de Martha Nussbaum et que nous adaptons au champ de la vulnérabilité, de la résilience et des capacités à faire face.

39Le terme de capabilité a été formalisé par A. Sen en 1979 pour pallier les insuffisances qu’il décèle dans les travaux de certains de ses collègues (Rawls, 1987 ; 2005) sur l’idée d’égalité en économie (Sen, 1979 ; 198 8; 2008). La notion a été développée par la suite par la philosophe Martha Nussbaum (Nussbaum, 2008 ; 2012). Pour Sophie Rousseau, « en termes courants, la capabilité d’une personne traduit son aptitude à utiliser ses ressources (à travers ses caractéristiques personnelles et face aux contraintes sociales) pour accomplir les fonctionnements qu’elle souhaite réaliser (Sen, 1992) » (Rousseau 2007, p.27), le terme de fonctionnement renvoyant à « tout ce qu’il est possible de faire dans la vie, toutes les façons d’être et d’agir des individus » (Rousseau 2005). Chez A. Sen, les capabilités dépendent à la fois des capacités individuelles, c’est-à-dire de la faculté de faire ou de ne pas faire quelque chose grâce à ses qualités personnelles, mais aussi des opportunités offertes par la société, et des potentialités, c’est-à-dire des moyens dont est doté l’individu (capital financier, physique, humain, social, dont il dispose). Sans cette combinaison entre capacités et potentialités, entre aptitudes et ressources, l’individu n’a ni la possibilité, ni la liberté de satisfaire ses besoins vitaux, pour accomplir ses désirs, pour mener à bien ses projets, pour atteindre les objectifs qu’il se fixe.

  • 10 Entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours).
  • 11 Entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours).

40La notion de capabilité permet finalement d’associer les caractéristiques propres à chaque individu, sa dotation de départ en quelque sorte, aux facultés et aux ressources qui se développent au sein d’un environnement politique, social et économique, institutionnel, etc. particulier (Nussbaum, 2012). Appliquées à la résilience aux catastrophes naturelles, les capabilités vont alors désigner non seulement les capacités à faire face qui permettent à chacun de s’en sortir, de se relever, de se construire, mais aussi les ressources qui permettent d’activer ces capacités ou le cas échéant, de pallier leur absence. Si l’on reprend l’exemple d’É., il a montré sa capacité à faire face à un séisme (il connaît les bons comportements et les met en œuvre) et à la situation de crise majeure qui en découle. Il reconnaît aussi qu’il a la liberté de mettre en place diverses actions qui lui permettent de se préparer à des crises futures et de faire face (cette liberté n’a pas toujours été possible en Haïti durant la période de dictature des Duvalier10). En revanche, il doute de la possibilité à mettre en place ces actions, car il « n’a pas les moyens »11 du fait de sa situation économique et plus largement du contexte politique et socio-économique haïtien. Il a donc a priori des capacités à faire face importantes, mais ses capacités sont limitées par la faiblesse de ses capabilités. À l’inverse, D. ne possède pas de capacités à faire face, d’aptitudes individuelles a priori, mais elle dispose d’un capital social et familial important qui va lui donner les moyens de s’en sortir. Ses capabilités viennent combler son déficit de capacités.

Repolitiser la résilience par les capabilités

41Le concept de capabilité appliqué à la question de la gestion des risques naturels permet en outre de rattacher la résilience aux causes structurelles de vulnérabilité, sans en faire pour autant des déterminants absolus. L’approche par les capabilités demande de ne plus s’arrêter aux seules capacités (ou incapacités) d’un individu à agir ou à réaliser une action, mais de contextualiser également la mise en œuvre de ces capacités.

42Les capacités à faire face des individus leur permettant de devenir résilients à telle ou telle perturbation ou menace ne peuvent être mises en œuvre qu’à partir de ce que nous nommons contexte capabilitaire de chaque individu (figure 1). Ce contexte capabilitaire comprend l’ensemble des ressources individuelles, collectives, communautaires, nationales et internationales, formelles, informelles, etc., sur lesquelles une personne va pouvoir s’appuyer pour activer ses propres capacités à faire face. Il n’y a donc pas de capacités à faire face en soi : elles vont toujours s’exprimer en fonction d’un contexte capabilitaire donné, à un moment donné.

Figure 1. Les conditions d’activation d’une capabilité.

Figure 1. Les conditions d’activation d’une capabilité.

Réalisation : F. Benitez

  • 12 Propos de C. durant l’entretien du 6 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (tra (...)

43Pour illustrer cette idée, on peut prendre l’exemple de C., interrogé à Port-au-Prince en 2016. C. habite Cazo un lieu-dit situé à deux heures de voiture de Port-au-Prince. En 2010, il rentrait chez lui au moment où la première secousse a été ressentie. Personne n’a été blessé parmi ses quatre enfants et sa femme, mais il a perdu une nièce dans l’effondrement de sa maison. Comparé à É. ou à D., C. a été moins vulnérable au séisme. Pourtant, il a rencontré de nombreuses difficultés matérielles et économiques les jours et les semaines qui ont suivi. Habitant loin de la capitale, il n’a pas pu aller travailler durant dix jours alors que l’hôtel où il était serveur était intact, parce que les routes étaient coupées. Ne pouvant se rendre à Port-au-Prince, il n’a pas pu obtenir d’aide ni des ONG et organisations internationales ni du gouvernement haïtien, aucune de ces institutions ne s’étant déplacées jusqu’à chez lui. Dans son cas, les opportunités offertes par la société existaient (travail rémunéré, aide internationale) et le capital économique, social, familial de C. était intact. Mais l’éloignement physique par rapport à ces ressources a empêché C. de les utiliser. Les ressources existent, mais il n’a pas l’aptitude à les exploiter. Il devient donc vulnérable. Dans cette nouvelle situation où ses capabilités sont altérées, C. a dû « se débrouiller seul12 » face à une situation qui devenait de plus en plus critique. Il raconte alors avoir survécu grâce à 800 dollars américains qu’il avait mis de côté pour payer l’école de son fils et qu’il aurait dû lui envoyer le lendemain du tremblement de terre. Il y a fort à parier que l’interprétation de la résilience de C., dans le schéma dominant, mettrait l’accent sur ses facultés exceptionnelles, son fort degré d’autonomie, ses capacités d’auto-organisation (Felli, 2014). Pourtant, sa résilience est moins liée à une capacité intrinsèque à faire face qu’à l’existence de ces 800 dollars qui restaurent ses capabilités.

44Le développement des capacités à faire face individuelles n’est donc pas suffisant pour permettre la résilience, pas plus d’ailleurs que la mise à disposition de ressources extérieures (aides internationales dans le cas de C.). Pour que ces capacités à faire face s’expriment et conduisent à la résilience des vulnérables, il faut un contexte capabilitaire particulier qui articule le niveau individuel (aptitudes et moyens dont dispose une personne) et des niveaux collectifs (ressources mises à disposition par la famille, la société, l’État, les institutions internationales, les ONG et opportunités d’exploiter ces ressources). En outre, le contexte capabilitaire implique à la fois des choix individuels (utiliser ou non telle ressource) et des contraintes sociales qui limitent les moyens à disposition des individus, entravent leur liberté de les utiliser et réduisent leur champ d’action. En associant capabilités et résilience, on questionne donc les conditions d’exercice des capacités à faire face, qu’il s’agisse des opportunités offertes (possibilités) par son environnement familial, social, territorial, ou du choix (liberté) qu’a chacun d’utiliser ou non ses aptitudes et les moyens à sa disposition. En ce sens, on repolitise la résilience : la résilience n’est pas une propriété intrinsèque, naturelle, quasi biologique, pas plus qu’une faculté qu’on inculquerait aux individus. C’est une construction dynamique qui, comme la vulnérabilité, s’inscrit dans des contextes socio-territoriaux singuliers et mouvants. L’expression des capacités à faire face qui conduisent à l’état de résilience n’est pas automatique : elle suppose des choix individuels et collectifs, qui questionnent le rôle des inégalités de toute nature et des asymétries de pouvoir.

Conclusion

45Si l’on veut comprendre et améliorer la résilience des personnes dites « vulnérables » à une perturbation donnée, il est nécessaire de prendre en compte leurs capabilités et non simplement leurs capacités à faire face. C’est seulement en fonction d’un contexte capabilitaire que peuvent s’activer les capacités à faire face.

46Cette approche par les capabilités, transposée à la gestion des risques naturels, permet de réintroduire une perspective critique dans l’approche par les capacités à faire face et de repolitiser la résilience. Résilience et capacités à faire face n’ont de sens qu’exclusivement comprises dans un contexte sociétal particulier. Leur activation dépend du contexte politique, social, économique, institutionnel, spirituel, religieux, géographique, etc. dans lequel vit l’individu.

47L’approche par les capabilités pose alors la question de la reproductibilité des capacités à faire face. Le développement de capacités à faire face est-il généralisable à d’autres individus vivant sur des territoires différents du contexte haïtien ? Peut-il être transposable à d’autres situations, mais à des échelles géographiques différentes ? Si, oui, sous quelles conditions ?

Remerciements 

48Nous souhaitons remercier ici l’ensemble des personnes haïtiennes qui ont accepté de répondre à nos questions et ainsi de nous faire partager leurs expériences personnelles.

Notes biographiques des auteures :

49Magali Reghezza maître de conférences habilitée à diriger des recherches en géographie à l’École normale supérieure, membre du laboratoire de géographie physique de Meudon (LGP - UMR8591). Magali Reghezza est spécialiste de géographie de l’environnement, des risques et des crises. Elle travaille en particulier sur les questions de vulnérabilité, résilience et adaptation.

50Fanny Benitez est actuellement doctorante (2015-2018) à l’UMR-GRED de Montpellier. Elle travaille sur les « capacités à faire face » et d’adaptation des individus au sein de la prévention des catastrophes naturelles sur l’ensemble de l’espace Caraïbe (Martinique, Guadeloupe et Haïti).

Haut de page

Bibliographie

Barthélemy, G., 1992, Les Duvalieristes après Duvalier, Éditions L'Harmattan, 144 p.

Becerra, S. et A. Peltier, 2009, Risques et environnement, recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité des sociétés, Éditions L'Harmattan, 578 p.

Becerra, S., 2012, Vulnérabilité, risques et environnement : l’itinéraire chaotique d’un paradigme sociologique contemporain, VertigO-la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], vol. 12, no 1, URL :  https://vertigo.revues.org/11988 , Consulté le 26 février 2017.

Benitez, F., 2018, Faire face ou vivre avec les catastrophes ? Capacités d’adaptation et capabilités dans les trajectoires de résilience individuelles et territoriales au sein de l’espace Caraïbe, Thèse de doctorat (travaux en cours), Université Montpellier 3, UMR GRED.

Blaikie, P., T. Cannon, I. Davis et B. Wisner, 1994, At Risk : Natural hazards, people’s vulnerability and disasters, London, Routledge, 284 p.

Brooks, N., 2003, Vulnerability, Risk and Adaptation : A Conceptual Framework, Tyndall Centre for Climate Change Research Working Paper, n°38, pp.1‑16.

Comfort,L. K., A. Boin et C.C. Demchak, 2010, Designing Resilience. Preparing for Extrem Events, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 363 p.

Cutter, S. L., 1996, Vulnerability to environmental hazards, Progress in human geography, vol. 20, n°4, pp. 529-539.

Cutter, S. L., B. J. Boruff et L. W Shirley, 2003, Social Vulnerability to Environmental Hazards, Social Science Quarterly, vol. 84, n° 1, pp. 242-261.

Cutter, S. L., K. D. Ash et C. T. Emrich, 2014, The geographies of community disaster resilience, Global environmental change, vol. 29, pp. 65-77.

D’ercole, R., J.-C. Thouret, O. Dollfus et J.-P. Asté, 1994, Les vulnérabilités des sociétés et des espaces urbanisés : concepts, typologie, mode d’analyse, Revue de Géographie Alpine, vol. 82, n°4, pp. 87-96.

Desse, M., J.-P. Pierre et G. E. Lucien, 2012, Trajectoires et adaptations à une crise multiple : Port-au-Prince depuis le séisme du 12 janvier 2010 au travers des concepts d’exit, voice, loyalty et apathie, VertigO-la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], vol. 12, n°3, URL : http://vertigo.revues.org/13006, consulté le 26 février 2017.

Duvat, V., 2015, Changement climatique et risques côtiers dans les îles tropicales, Annales de géographie, 5/705, p. 541-566.

Felli, R., 2014, Adaptation et résilience : critique de la nouvelle éthique de la politique environnementale internationale, Éthique publique, n°16, pp. 101‑19.

Felli, R., 2016, La grande adaptation : climat, capitalisme et catastrophe, Paris, Éditions du Seuil, collection Anthropocène, 234 p.

Florival, J., 2007, Duvalier : la face cachée de Papa Doc. Mémoire d'encrier, 293 p.

Folke, C., S. Carpenter, T. Elmqvist, L. Gunderson, C.S. Holling et B. Walker, 2002, Resilience and Sustainable Development: Building Adaptive Capacity in a World of Transformations, Environmental Advisory Council to the Swedish Government, Stockholm, Sweden, pp. 437-440.

Gaillard, J. C., 2010, Vulnerability, capacity and resilience: perspectives for climate and development policy, Journal of International Development, vol. 22, n°2, pp.218-232.

Gallopin, G. C., 2006, Linkages between vulnerability, resilience and adaptive capacity, Global Environmental Change, vol. 16, n°3, pp. 293-303.

Hernandez, J., 2010, ReNew Orleans ? Résilience urbaine, mobilisation civique et création d’un « capital de reconstruction » à la Nouvelle Orléans après Katrina, Thèse de doctorat, Université Paris X – Nanterre.

Hewitt, K. (Ed), 1983, Interpretation of Calamity from the Viewpoint of Human Ecology, Allen and Unwin, Londres, 304 p.

Lhomme, S., 2012, Les réseaux techniques comme vecteur de propagation des risques en milieu urbain-Une contribution théorique et pratique à l'analyse de la résilience urbaine, Thèse de doctorat, Université Paris-Diderot-Paris VII.

Manyena, S. B., 2006, The concept of resilience revisited, Disasters, vol. 30, n°4, pp. 434-450

Metzger, P. et D. Courret, 2010, Vulnérabilité et pauvreté en milieu urbain. Réflexions à partir des villes du sud, In COUTARD O. et LÉVY J.-P. (dir), Écologies Urbaines, Éditions Economica, Anthropos, Collection Villes, pp. 239-257.

Montas, R., 2005, La pauvreté en Haïti : Situation, causes et politiques de sortie, 62 p.

Nussbaum, M. C., 2008, Femmes et développement humain. L’approche des capabilités, Paris, Édition des Femmes, 444 p.

Nussbaum, M. C., 2012, Capabilités - Comment créer les conditions d'un monde plus juste ?, Paris, Éditions Climats, 300 p.

Organisation des travailleurs révolutionnaires-union communiste internationaliste (OTR-UCI), 2005, Haïti 1986-2004, de la chute de Duvalier à l’éviction d’Aristide, Les Bons Caractères, 525 p.

Pigeon, P., 2005, Géographie critique des risques, Paris, Economica, 217 p.

Pigeon, P., 2012, Paradoxes de l'urbanisation. Pourquoi les catastrophes n'empêchent-elles pas l'urbanisation ?, Paris, L’Harmatthan, Itinéraires géographiques, 278 p.

Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), 2015, Human Development reports, http://hdr.undp.org/fr/data , consulté le 15 janvier 2017.

Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), 2016, Lancement du projet « Appui à la résilience aux désastres naturels », http://www.ht.undp.org/content/haiti/fr/home/presscenter/articles/2016/12/19/lancement-du-projet-appui-la-resilience-aux-d-eastres-naturels, consulté le 26 février 2017.

Podur, J., 2016, La nouvelle dictature d’Haïti, Coup d'Etat, séisme et occupation onusienne, Ecosociete Eds, 244 p.

Provitolo, D. et M. Reghezza-Zitt, 2015, « Résilience et vulnérabilité : de l'opposition au continuum », in REGHEZZA M. et S. RUFAT (sous dir.), 2015, Résiliences : Sociétés et territoires face à l’incertitude, aux risques et aux catastrophes, ISTE éditions, pp. 43-60.

Quenault, B., 2015, De Hyōgo à Sendai, la résilience comme impératif d’adaptation aux risques de catastrophe : nouvelle valeur universelle ou gouvernement par la catastrophe ?, Développement durable et territoires, vol. 6, n°3, [En ligne] URL : http://developpementdurable.revues.org/11010, consulté le 26 février 2017.

Rawls, J., 1987, Théorie de la justice, trad. C. Audard, Paris, Seuil, 282 p.

Rawls, J., 2005, A theory of justice, Cambridge (Mass.) : The Belknap Press Harvard University, 607 p.

Rebotier, J., 2011, Les territorialités du risque urbain à Caracas. Les implications d'un construit socio-spatial dans une métropole d'Amérique latine, Thèse de doctorat en géographie, IHEAL Paris 3.

Reghezza, M., 2015, De l’avènement du Monde à celui de la planète : le basculement de la société du risque à la société de l’incertitude, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne.

Reghezza, M. et S. Rufat (sous dir.), 2015, Résiliences : Sociétés et territoires face à l’incertitude, aux risques et aux catastrophes, ISTE éditions, 226 p.

Reghezza, M., S. Rufat, G. Djament, A. Leblanc et S. Lhomme, 2012, What Resilience Is Not : Uses and Abuses, en collaboration avec Cybergeo : European Journal of Geograph [En ligne], URL: https://journals.openedition.org/cybergeo/25554, consulté le 26 février 2017.

Revet, S., 2009a, Les organisations internationales et la gestion des risques et des catastrophes « naturels », Études du CERI, 2009, n°157, pp. 1-30.

Revet, S., 2009 b, Vivre dans un monde plus sûr. Catastrophes « naturelles » et sécurité « globale », Culture et conflits, Vol. 75, n°3, pp.33-51.

Revet, S., 2011a, Penser et affronter les désastres : un panorama des recherches en sciences sociales et des politiques internationales, Critique internationale, n 52, pp.157-173.

Revet, S., 2011 b, Injonctions contradictoires. La gestion internationale des catastrophes naturelles : entre vulnérabilité et résilience, Séminaire Résilience Urbaine, ENS Ulm, février.

Robert, J. et R. D’ercole, 2014, L’occupation et l’utilisation du sol en période de crise. Le cas de la commune de Tabarre (Port-au-Prince, Haïti) suite au séisme du 12 janvier 2010, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], URL : http://cybergeo.revues.org/26587, consulté le 26 février 2017

Roc, N., 2011, Haïti-Environnement : de la « Perle des Antilles » à la désolation, Madrid : Fundación para las Relaciones Internacionales y el Diálogo Exterior (FRIDE).

Rousseau, S., 2005, L’analyse des vulnérabilités par l’approche des capabilités : le cas des villages ruraux de Madagascar, Thèse de doctorat, Université Versailles-Saint-Quentin.

Rousseau. S., 2007, Vulnérabilité et résilience, analyse des entrées et sorties de la pauvreté : le cas de Manjakandriana à Madagascar, Mondes en développement, vol. 4, n° 140, pp. 25-44.

Rufat, S., 2012, Existe-t-il une « mauvaise » résilience?, In Djament G., Reghezza M. (dir.), Résiliences urbaines, les villes face aux catastrophes. Éditions du manuscrit, pp. 158-203.

Rufat, S., 2015, Critique de la résilience pure, in REGHEZZA M. et S. RUFAT (sous dir.), 2015, Résiliences : Sociétés et territoires face à l’incertitude, aux risques et aux catastrophes, ISTE éditions, pp. 187-210.

Sen, A. K., 1979, « Equality for What ? » in Choice Welfare, and Measurement, Oxford, Basil Blackwell, pp. 353-369.

Sen, A. K., 1988, The concept of development, in SEN A. K., Handbook of Development Economics, Amsterdam, Elsevier Science Publishers, pp. 10-26.

Sen, A. K., 2008, Éthique et économie, Paris, Puf, 372 p.

Smucker, G. R., M. Bannister, H. d’Agnes, M. Portnoff, J. Timyan, S. Tobias, J. R. Toussaint, 2006, Vulnérabilité Environnementale en Haïti Conclusions & recommandations, US Agency for International Development U.S. Forest Service, [En ligne], pdf.usaid.gov/pdf_docs/Pnadr457.pdf, consulté le 26 février 2017.

Théodat, J-M., 2003, Haïti et la République Dominicaine, Une île pour deux. Karthala, Paris, 377 p.

Theys, J. et J.-L. FABIANI (dir), 1987, La Société Vulnérable. Évaluer et maîtriser les risques, Paris, Presses de l’ENS, 688 p.

United Nations Office for Disaster Risk Reduction (UNISDR), 2005, Hyogo Framework for Action 2005-2015: Building the Resilience of Nations and Communities to Disasters, New York and Geneva : United Nations publication.

Wisner, B., J.C. Gaillard et I. Kelman, I., 2012, Handbook of Hazards and Disaster Risk Reduction, Routledge, Abingdon, Oxfordshire, U.K, 912 p.

Haut de page

Notes

1 United Nations Office for Disaster Risk Reduction

2 [en ligne] URL : www.unisdr.org

3 [en ligne] URL : https://www.unicef.org/haiti/

4 [en ligne] URL : www.unicef.org

5 [en ligne] URL : www.unicef.org

6 Entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours). Les entretiens ont été rendus anonymes.

7 Propos d’É. durant l’entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours).

8 Entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours).

9 Entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours).

10 Entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours).

11 Entretien du 4 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours).

12 Propos de C. durant l’entretien du 6 avril 2016 à Port-au-Prince, Haïti réalisé par F. Benitez (travaux en cours).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les conditions d’activation d’une capabilité.
Crédits Réalisation : F. Benitez
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19116/img-1.png
Fichier image/png, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Benitez et Magali Reghezza, « Les capabilités à faire face ou comment repenser la résilience des individus », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 30 | mai 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/19116 ; DOI : 10.4000/vertigo.19116

Haut de page

Auteurs

Fanny Benitez

UMR-GRED de Montpellier, 39 rue Gay Lussac, 75 005 PARIS, France, courriel : fanny.tez@gmail.com

Magali Reghezza

Maître de conférences, habilitée à diriger des recherches en géographie, École normale supérieure-PSL, laboratoire de géographie physique de Meudon (LGP – UMR 8591), LabEx DynamiTe, courriel : magali.reghezza@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page