Navigation – Plan du site
La résilience à l’épreuve du terrain

Des indicateurs au concept « couteau-suisse », la résilience au prisme d’une géographie du post-conflit

Mathilde Joncheray

Résumés

Le concept de résilience est récemment entré dans le champ du développement, notamment en géographie. Dans le cadre de nos recherches, nous l’avons utilisé en tant qu’outil scientifique de mesure de l’évolution des territoires et des dynamiques de la population dans le cadre de situations post-conflictuelles. La résilience permet en effet de disposer d’un panel d’indicateurs qualitatifs et territorialisés aptes à « mesurer » l’efficacité et la réalité de la reconstruction après des conflits et d’en proposer une cartographie. Mais le concept de résilience, depuis le début des années 2010 et surtout après la Conférence de Sendai (2015), a été transféré, avec un succès mitigé, du champ environnemental vers le champ humanitaire, devenant pour les institutions internationales et les ONG une sorte de « couteau-suisse » conceptuel et opérationnel commun aux différents acteurs, regroupant l’ensemble des actions à réaliser dans la période post-conflit. Il constitue dès lors un nouveau paradigme d’intervention sur les territoires en crise, et, tout comme le concept de post-conflit, il doit être analysé en tant qu’instrument de gestion ayant des répercussions sur les territoires et la population. Nous montrerons donc comment la résilience peut être utilisée en géographie du post-conflit, et ferons émerger des pistes d’analyse territoriale et les enjeux du concept.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

  • 1 Cet article s’appuie sur un travail de thèse effectué entre 2008 et 2013 en République du Congo (Jo (...)

1La recherche1 en géographie des conflits et du post-conflit nous a conduits à déconstruire le terme de « post-conflit », terme normatif proposé par les institutions internationales au cours des années 2000 et encadrant les interventions internationales dans les pays en sortie de crises violentes (ex-Yougoslavie, Afrique des Grands Lacs). Ainsi nous avons proposé une définition du post-conflit en géographie : « le post-conflit est l’ensemble du système formé par les actions territorialisées des acteurs en période de post-conflit ou se réclamant du post-conflit » (Joncheray, 2013 b, p. 47). Dans le cadre d’une géographie de terrain prônant une approche « par le bas », à l’écoute de la population, mais également contrainte par l’absence ou le manque de données statistiques fiables, la nécessité s’est fait jour de mettre en place un outil de mesure de ce post-conflit, afin d’évaluer au mieux l’efficience du système, autrement dit la réalité de la reconstruction dans les territoires étudiés, ainsi que le retour à une vie « normale » de la population. Le terme de « résilience » semblait répondre à cette nécessité.

  • 2 Voir l’étude des « bassins d’attraction » dans Walker et al, 2004.

2Si l’on s’en tient à sa définition mécanique, la résilience est la capacité de retour à l’équilibre d’un système après une perturbation, « sans pour autant changer de structure qualitative » (Aschan-Leygonie, 2000). L’idée est donc celle d’un retour à l’état initial du système. C.S Holling (1973, p. 14), à propos des écosystèmes, réserve cette première définition au concept de stabilité, introduisant dans la définition de la résilience l’idée d’une capacité du système à intégrer des changements, sans pour autant changer de trajectoire. Dans le cas de territoires et de populations soumis à des conflits armés, étudiés en géographie du développement, nous nous sommes appuyés sur une troisième définition, celle d’une résilience constituant un « changement de comportement du système qui bifurque, et franchit la limite qui sépare deux bassins d’attraction2 » (Dauphiné et Provitolo, 2007). La résilience est alors un nouvel équilibre qui diffère du précédent. On peut la mesurer, et c’est ce que nous nous sommes efforcés de faire, par l’ampleur maximale de l’aléa à ne pas dépasser pour que le système ne disparaisse pas, par le temps de retour à un équilibre du système, et par des indicateurs adaptés (Holling et Gunderson, 2002, p. 28; Dauphiné et Provitolo, 2007, p. 118). La résilience est donc bien un concept permettant de mesurer la capacité des territoires (utilisé surtout en géographie économique et en géographie des risques) ou de la population, des communautés, des États (utilisé dans l’humanitaire) à « absorber les chocs et à s’en remettre, tout en adaptant et en transformant de façon positive leurs structures et moyens de subsistance face à des changements à long terme et à l’incertitude » (CAD/OCDE, 2013).

3Si aujourd’hui il est courant d’utiliser la résilience comme concept et comme outil de mesure, ce n’était pas le cas lors du commencement de nos enquêtes en 2008. En effet, cette notion n’est pleinement entrée dans le champ de l’humanitaire puis du développement que dans les années 2014-2015, passage concrétisé par la conférence de Sendai (2015) qui met le concept de résilience au cœur de la réduction des risques de catastrophes naturelles. Le transfert des modalités d’intervention en vue d’une résilience des territoires et de la population vers des situations de catastrophes anthropiques, au premier titre desquelles figurent les conflits armés, est devenu alors une évidence. Mais ce transfert a impliqué un changement de paradigme, et une modification des modalités de l’aide et de la reconstruction post-conflit, qu’il conviendra également de questionner.

4Nous montrerons donc comment le concept de résilience peut être utilisé en géographie du post-conflit, et, face aux mutations sémantiques présentes dans le champ du développement (comme de l’aménagement), ferons émerger des pistes d’analyse territoriale et les enjeux de la notion en vue de mesurer son efficience par rapport à la réalité de la résilience des territoires et des sociétés sur le terrain.

5Nous évoquerons dans un premier temps le cas des « Pays du Niari », la région congolaise qui sert de socle à notre travail, avant de détailler plus précisément la façon dont ont été construits les indicateurs de résilience de cette région. Cette étude permettra de mettre en avant quelques facteurs permettant une certaine résilience des territoires et de la population, tout en faisant émerger un certain nombre de questionnements. Nous terminerons en montrant comment ce champ conceptuel a évolué dans le contexte du post-conflit, et la façon dont il peut s’appliquer à l’étude de cas qui nous intéresse – non sans révéler quelques nouveaux enjeux.

Un laboratoire d’analyses territoriales de la résilience

Une région d’opposition marginalisée

  • 3 Nous utilisons ici le terme de région dans son sens strictement géographique, il n’y a pas de régio (...)
  • 4 Pour une analyse plus fine des conflits et de leurs causes, voir Yengo P., 2006, La Guerre civile d (...)
  • 5 Inspiré du Gabon et lancé deux ans auparavant à Pointe-Noire, ce concept n’est pas destiné à donner (...)

6La région3 congolaise appelée « Pays du Niari » (départements du Niari, de la Bouenza et de la Lékoumou; Figure 1) a été au cœur des conflits de la décennie 1990 (1993, 1997 et 1998-2000). Région d’origine du précédent président, P. Lissouba, démocratiquement élu en 1992, elle est également la région d’origine des milices « Cocoyes » qui ont lutté contre le retour au pouvoir par un coup d’État en 1997 de D. Sassou N’Guesso4. Catalogués région d’opposition, les Pays du Niari ont été longtemps mis à l’écart des interventions du nouvel État. Ce n’est que vers 2006 que ce dernier s’est enfin penché sur la région, mais de manière très ponctuelle, dans le temps et dans l’espace. Les deux éléments phares du retour de l’État dans les Pays du Niari sont la « Municipalisation accélérée5 » à Dolisie (préfecture du Niari et troisième ville du pays) en 2006, une intervention symbolique et très médiatisée d’affirmation du pouvoir du président de la République, et la construction, après l’échéance de l’élection présidentielle de 2009, de la Route Nationale 1 (RN1) qui relie Brazzaville à Pointe-Noire en passant par Dolisie, un aménagement indispensable pour l’ensemble du pays et attendu depuis des décennies.

Figure 1. Le Sud Congo, réseau de villes et de transports (en 2011) et ONG d’urgence (2000-2004).

Figure 1. Le Sud Congo, réseau de villes et de transports (en 2011) et ONG d’urgence (2000-2004).

Note : Cette carte montre la place des départements du Niari dans l’armature des communications congolaises et leur impact sur le peuplement. Les interventions des ONG d’urgence pendant la période post-conflit ont privilégié les grandes villes et les zones les plus accessibles, au détriment des zones de refuge des déplacés, dans les forêts du nord de la région.

7Des acteurs de l’urgence et du développement, tels l’International Partnership for Human Development (IPHD) ou les agences des Nations-Unies, sont intervenues rarement et très ponctuellement (dans le temps comme dans l’espace, Figure 1) selon des principes et une chronologie différenciés, dictés par les cadres institutionnels du moment (Dorier et Joncheray, 2013). C’était alors la grande époque du concept de post-conflit, qui venait de supplanter celui de reconstruction. L’utilisation des concepts de « post-conflit » et de « reconstruction post-conflit » a cohabité un certain temps; le terme de « reconstruction », toujours utilisé, désigne désormais l’attribut opérationnel du post-conflit. Servant de cadre d’analyse et d’intervention aux acteurs internationaux et locaux afin de répondre aux cahiers des charges des bailleurs internationaux, un « bon » post-conflit (NEPAD, 2005; Figure 2) devait comprendre, successivement, des accords de cessez-le-feu, un plan de paix et des aides d’urgence, des programmes de DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion des ex-combattants), le retour des réfugiés, des élections réalisées sous contrôle international et des aides à la reconstruction. C’est ainsi qu’aux programmes d’urgence du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ou d’Action contre la faim (ACF) ont succédé des programmes de transition, menés par les institutions internationales tel le Programme des Nation-Unies pour le Développement (PNUD). Ces derniers ont à leur tour été suivis par des programmes de développement plus classiques, notamment tournés vers le secteur agricole, bien que marqués du label post-conflit : Projet de développement agricole et de réhabilitation des pistes rurales - PDARP - financé par la banque mondiale, Programme d’appui à l’éducation de base - PRAEBASE - financé par le PNUD (voir Figure 3).

Figure . Les phases d’une « bonne » évolution post-conflit.

Figure . Les phases d’une « bonne » évolution post-conflit.

Crédit : selon NEPAD (2005, p. 10)

Figure 3. Évolution comparée des différents territoires des Pays du Niari pendant la période post-conflit.

Figure 3. Évolution comparée des différents territoires des Pays du Niari pendant la période post-conflit.

Crédit : Frise issue de Joncheray, 2013 b, p. 436

8La situation socio-politique spécifique de cette région, la variété des territoires qui la composent, la durée de la période post-conflit, le faible nombre relatif des organismes d’intervention et le retour tardif de l’État vainqueur dans ces territoires ostracisés font des Pays du Niari un bon laboratoire de l’étude du post-conflit - et de sa résilience. La décennie de conflits suivie d’une seconde décennie de post-conflit ont donné lieu à une reconstruction qui semble évitée ou partielle, malgré de fortes spécificités locales. Les habitants des Pays du Niari en sortent aujourd’hui avec une identité commune renforcée par leur sentiment d’abandon. Cependant, ils ont su montrer et mettre en œuvre une grande capacité d’adaptation individuelle face aux évènements subis, conflits ou absences de reconstruction après les conflits. L’utilisation de divers indicateurs qualitatifs permet, au-delà des premières impressions et des discours, d’évaluer de manière fine et différenciée la réalité et les modalités de la résilience de ces territoires et de la population.

Mesure et indicateurs de la résilience post-conflit

9Afin d’analyser le post-conflit dans les pays du Niari, nous avons réalisé plusieurs enquêtes de terrain (en 2009, 2010 et 2011) qui nous ont amenés à choisir la notion de résilience, permettant l’utilisation d’indicateurs, comme révélatrice des dynamiques post-conflit à l’œuvre dans le territoire étudié. Ces enquêtes qualitatives, non exhaustives sur les territoires (certaines zones étant difficiles d’accès), nous ont permis de relayer la parole d’une population peu entendue, et de donner un point de vue inédit sur une situation originale et un terrain peu renseigné.

10Outre une revue bibliographique très large et une revue de presse, nous avons réalisé 72 fiches d’observation sur des lieux répartis dans l’ensemble de la région, ainsi qu’un total de 414 entretiens semi-directifs, basés sur deux guides d’entretiens distincts (administrations, institutions et programmes de développement locaux, environ la moitié des entretiens; population), passant au crible la présence, l’état, le fonctionnement et/ou les perspectives d’un ensemble de secteurs significatifs (Tableau 1). Dans chaque secteur, certaines données récurrentes ont pu être comparées, territoire par territoire et à différentes échelles, permettant un classement qualitatif de ces indicateurs, selon qu’ils soient le signe d’une résilience, d’un début de résilience, d’une absence de résilience ou d’une aggravation des difficultés. D’autres données permettent de caractériser des situations favorables – ou non – à la résilience, telles que l’état des routes ou la présence de relais de téléphonie mobile. Nos « mesures » sont donc essentiellement qualitatives, bien que s’appuyant parfois sur des données quantitatives, du fait de la nature des données dont nous avons disposé. En outre, l’idée même de chercher à tout quantifier, tel que le fait le Resilience Capacity Index ([en ligne] URL : http://brr.berkeley.edu/​rci/​) ou tels les modèles de mesure présentés par Hervé et Rivière (2014), ne nous semble pas pertinente dans un domaine aussi complexe que la résilience de populations traumatisées par des conflits violents. Notre approche se rapproche plus de celle proposée peu de temps après par le Groupe URD (Gbétoho Sokpoh et Léon, 2014), à la suite des travaux de Community Based Resilience Analysis (CoBRA) menés par le PNUD, qui montrent l’importance d’utiliser des indicateurs contextualisés, adaptés aux situations locales, et le rôle de certains « facteurs clefs » (UNDP et ECHO, 2013). Ainsi, notre méthodologie a permis une souplesse d’utilisation et de création d’indicateurs avant et pendant nos entretiens, en fonction de nos découvertes. Nous avons trouvé, par exemple, que le prix des bières ou du carburant était révélateur de l’enclavement (voir Figure 4). Ces découvertes se sont avérées indispensables à la réalisation d’enquêtes adaptées à un territoire et des populations données, à un moment donné.

11Suite à ces collectes de données ont émergé, de par leur mention récurrente dans les entretiens, des éléments clefs de la reconstruction (l’état des routes, la présence d’aides internationales) et les principaux facteurs de blocage (l’enclavement, les difficultés d’accès au crédit, la peur d’un retour des conflits). Nous avons donc vérifié le lien entre leur présence et un dynamisme local révélant la résilience des territoires et de la population. D’autres éléments, qui n’avaient pas été prévus, ont été soulignés par les personnes interrogées, permettant d’ajouter de nouveaux indicateurs, tel le rôle des marchés frontaliers, ou du bénévolat dans les structures sociales.

12Ces éléments ont été pris en compte dans deux échelles complémentaires, de temps et d’espace. En effet, les entretiens ont rapidement fait émerger trois temporalités : pendant les guerres (1993-2000), l’immédiat post-conflit (2000-2009), l’après élections présidentielles de 2009, elles-mêmes fractionnées en de multiples temporalités dépendantes des lieux concernés. Les informations recueillies ont été intégrées à un Système d’Information Géographique (SIG), permettant de visualiser la très grande hétérogénéité spatiale de la reconstruction et de la résilience. Plus de 120 couches d’informations inédites ont été créées et intégrées à un SIG initié par le Laboratoire population environnement développement (LPED), permettant de cartographier finement les différents indicateurs collectés au cours des entretiens, mais également lors d’enquêtes annexes, telles que le recensement des prix dans les magasins visités lors de nos enquêtes. Loin de vouloir proposer une méthode de traitement unique, chaque indicateur a été associé à un type de valorisation cartographique. Lorsqu’il s’agissait de restitution de données précises, quantifiables et localisées, une cartographie classique a été utilisée : zones tampons pour traiter la question des accès aux services de santé, emplacement des écoles fonctionnelles ou non, cercles proportionnels au nombre d’enseignants et d’infirmiers actifs ou, pour la mesure de l’enclavement, au prix de denrées de base (Figure 4), etc. Lorsqu’il s’agissait de cartographier des données interprétées, c’est-à-dire de tirer de données qualitatives et/ou non exhaustives une analyse spatiale localisée, nous avons opté pour l’utilisation de croquis. Dans l’exemple des croquis ci-dessous (Figure 5), les différentes classes des zones de projets ont été définies au regard du nombre de projets présents sur le territoire (entre 0 et 4). Les territoires indiqués comme « résilients » sont ceux où s’observe un plus faible temps de retour à des processus de développement, ce qui se traduit par des dynamiques positives (4e colonne de la Tableau 1), alors que les territoires non résilients sont ceux où l’on relève surtout l’absence de ces dynamiques ou au contraire la présence de facteurs de blocage (ponts détruits, violences sporadiques…)

Tableau 1. Tableau général des informations recueillies dans le cadre des entretiens et exemples d’indicateurs de la résilience.

Secteur

Types d’informations collectées

Reconstruction/facteurs favorables à la résilience (quelques exemples)

Indicateurs de la résilience (quelques exemples) [++; +;// ;-]

Démographie

Répartition de la population, évolution de la population, mobilités, habitat

Résilience dans les secteurs suivants (lignes suivantes)

Territoire qui gagne de la population (solde migratoire)

/territoire qui en perd

Rénovation des maisons individuelles, achat de mobilier

Structures sociales

Santé, éducation, services sociaux Présence/absence de structures, présence de personnels, de matériel, type de fonctionnement…

Rénovation des structures, dotation de matériel et de personnel. Présence d’un « projet ».

Réouverture des structures, retour du personnel. % des territoires couverts (zones tampons en cartographie)

Structures économiques

Activités principales de la population; entreprises (forestiers, mines, agro-alimentaire…); marchés, commerces, banques/systèmes de crédit; freins et contraintes au développement économique; Diversification

Présence de travail salarié

Ouverture et maintien de petits commerces ou de petites entreprises

Transports

État du chemin de fer, réouverture des gares, état des trains, nombre de trains et fréquence

Présence de transporteurs et prix du transport

État des pistes, routes, bacs et ponts, entretien, réhabilitations prévues

Enclavement

Désenclavement

Réhabilitation et construction des routes (bitumage)/du CF

Gares ouvertes/fermées

Surcoût des denrées par rapport à Dolisie

Amélioration de la voirie secondaire/détérioration

Habitat

Habitat permanent ou provisoire

Rénové -réhabilité/abandonné, détruit

Eau et électricité

Présence – absence; réhabilitation

Présence/construction de réseaux.

Amélioration par rapport à avant les guerres – pas de changement – dégradation

Communications

Radio et télévision; antennes et réseau de téléphonie mobile

Implantation des antennes relais et extension des zones de couverture (zones tampons)

Projets

Projets post-conflit, programmes DDR, Municipalisation accélérée, projets de développement.

Arrivée de fonds + salariat local

Superposition de projets/acteurs sur un même territoire

Figure 4. Trajectoires de ravitaillement en sel pendant la guerre et l’enclavement perçu à travers le prix du carburant en 2009-2011.

Figure 4. Trajectoires de ravitaillement en sel pendant la guerre et l’enclavement perçu à travers le prix du carburant en 2009-2011.

13Le résultat final révèle une très grande complexité spatiale et temporelle des dynamiques à l’œuvre, que la schématisation et le nécessaire retour vers le général ne doivent pas faire oublier.

Une résilience inégale des territoires et de la population

Aléa et temps de retour

  • 6 D’après A. Sen (1999), l’ensemble des modes de fonctionnement humain qui sont potentiellement acces (...)

14A. Dauphiné et D. Provitolo (2007) proposent de mesurer la résilience par l’ampleur de l’aléa, le temps de retour à un équilibre du système, et des indicateurs adaptés. Dans le cas de conflits armés, l’aléa est important : les guerres déstructurent les territoires et les sociétés. Face à cet aléa, la vulnérabilité de la population est également grande : nous sommes dans un pays dans lequel les ressources des populations, ou leurs capabilités6 (Sen, 1999) sont très faibles; elles reposent pour l’essentiel sur les réseaux communautaires et familiaux ainsi que sur des réseaux de socialisation. Or ces derniers ont été très éprouvés pendant les conflits, du fait de la disparition de nombreuses personnes, tuées ou ayant fui à l’étranger, et des tensions nées des conflits (règlements de compte individuels, « jeunes » engagés dans les milices contre leurs ainés; Joncheray, 2013 b).

15L’analyse des temporalités du post-conflit permet d’évaluer la longueur du temps de retour, c’est-à-dire le temps nécessaire pour que le système revienne à l’équilibre. Cela correspond en réalité à la durée de la période de post-conflit, l’équilibre étant dans ce cas-là le retour à une situation de paix, qui se caractérise notamment par une normalisation administrative, des élections démocratiques, le départ des projets d’urgence et de post-conflit au profit de projets de développement, le retour des populations et le redémarrage des activités économiques. La frise (Figure 3) montre que les pays du Niari ont eu un temps de retour très long, voire que celui-ci n’est pas encore atteint. En effet, ce temps de retour est très différent selon les échelles et les territoires concernés. Ainsi Dolisie et Nkayi, la quatrième ville du pays, ont eu un retour à une situation de développement relativement rapide par rapport au reste des Pays du Niari (moins de dix ans). Ce n’est pas leur caractère urbain qui a favorisé la résilience, puisque Mossendjo, la 5e ville du pays avant les guerres, située au nord du Niari, n’a pas connu les mêmes évolutions. Ces deux villes ont comme point commun d’être situées dans la vallée du Niari, sur l’axe de la RN1 et du Chemin de fer Congo-Océan (CFCO), ce qui a facilité le contrôle de ces villes par le pouvoir central; en outre, Dolisie a été bénéficiaire de la « Municipalisation accélérée ». Quant à Nkayi, il s’agit d’une ville dotée d’un complexe agro-industriel sucrier; sa sucrerie, la SARIS, n’a quasiment jamais cessé de fonctionner pendant la guerre, attirant dès la fin des conflits une nombreuse population en quête d’emplois. À l’inverse, la partie nord du Niari, ou certaines zones de la Lékoumou restées à l’écart du développement minier des années 2010, ne sont toujours pas sorties du marasme lié aux conflits et à l’enclavement né ou renforcé pendant les conflits.

Des acteurs indissociables de la résilience des territoires

16Le temps de retour est donc très étroitement lié à l’influence des acteurs qui interviennent ou non sur les territoires, facilitant de nouveaux équilibres. Ces acteurs sont de différentes natures. Les acteurs internationaux ont eu des impacts différenciés, mais parfois intéressants. Par exemple, la mise en place de cantines scolaires par l’IPHD (financées par l’United States Agency for International Development - USAID), ont permis la rescolarisation des enfants, grâce à l’attractivité de la sécurité d’un repas quotidien. Mais ces interventions ont été peu nombreuses, limitées dans le temps à la période de l’urgence, limitées dans l’espace à l’axe RN1 et autour de Sibiti (Figure 1), et soumises aux carences de l’État. En effet, les cantines de l’IPHD ont fonctionné dans des écoles sans matériel, parfois même sans toits, et surtout sans enseignants (Joncheray et Dorier, 2010). Les ONG internationales de l’urgence n’ont ainsi eu que des impacts très ponctuels sur la résilience, et essentiellement à l’échelle des individus qu’elles ont contribué à soulager, mais pas à relancer. En outre, à l’échelle régionale, elles ont au contraire contribué à renforcer les inégalités territoriales au profit de la vallée du fleuve Niari /axe de la RN1.

  • 7 La notion de « failed states », apparue dans les années 1990 dans le contexte de la guerre du Rwand (...)
  • 8 Pour le FMI, un État « fragile » est un État dans lequel « les pouvoirs publics ne sont pas en mesu (...)

17L’acteur qui a eu (et a toujours) le plus d’impact sur la résilience territoriale est l’État, incluant ses institutions déconcentrées. Son absence même, à l’inverse des acteurs internationaux, a un impact négatif sur les territoires (maintien de zones grises, de milices, impossibilité d’accéder à des services de base…) et freine la résilience. L’allégeance politique de la région au parti historique de P. Lissouba, (l’Union Panafricaine pour la Démocratie Sociale - UPADS, parti d’opposition, qui est toujours en 2017 le second parti représenté à l’Assemblée nationale) semble être un facteur ayant, dans un premier temps, découragé l’État d’investir dans la zone. L’État a d’ailleurs toujours évité de parler de conflit - et de post-conflit - dans les Pays du Niari, et n’a été présent au sortir des guerres que dans certaines fonctions liées aux questions d’autorité (armée) et de prestige (« Municipalisation accélérée »). Même la présence armée a parfois été limitée aux secteurs clefs, notamment autour de la sécurisation de l’axe de la RN1 et des infrastructures sensibles (centrale hydroélectrique de Moukoukoulou). Pourtant, ce sont ses interventions, notamment autour de la construction d’infrastructures de transport, permettant un désenclavement de certaines zones, qui sont systématiquement signalées par les habitants comme permettant un retour de la confiance (si l’État investit, ce n’est pas pour refaire la guerre et détruire!), et qui ont facilité la relance économique individuelle. C’est donc un acteur qui joue un rôle très important pour la construction d’une résilience rapide et de qualité, alors même que, et c’est la spécificité du travail sur les États en situation de post-conflit, nous sommes dans le cas d’États à la fois faillis7 et fragiles8 (FMI, 2015), à l’origine des crises qui ont bouleversé les territoires, sans être en capacité de les résoudre. La résilience de territoires en situation de post-conflit est donc soumise à ce paradoxe d’un État à la fois à l’origine de l’aléa, élément de la vulnérabilité et acteur clef de la résilience.

  • 9 Outre Brazzaville qui est divisée en 9 communes, il y a 5 communes au Congo, dont 3 dans les Pays d (...)

18Les acteurs décentralisés sont arrivés tardivement dans le champ du post-conflit au Congo. Créés en 2003, les conseils départementaux sont effectifs seulement depuis 2009-2010, tout comme les communes9. La décentralisation fait pourtant partie des outils du développement prônés depuis près de trente ans par les institutions internationales. Ce nouveau « fétichisme » du monde du développement (Dubresson et Fauré, 2005), qui fait rimer décentralisation et développement local, a été incorporé dans le package du changement permis par le post-conflit, et a été utilisé par l’État congolais pour se décharger du processus de reconstruction, puisque les départements sont devenus les responsables de leur propre développement et par là même de leur propre reconstruction. Or les conseils départementaux manquent de ressources propres, et les dotations de l’État sont insuffisantes. En outre, les projets réalisés sont soumis à l’approbation du Ministère du Plan. Néanmoins, ce retour de l’action publique via des collectivités territoriales élues ayant une marge d’autonomie pour définir des priorités en matière d’équipements, de voirie, etc. est radicalement nouveau au Congo et semble capable de renouveler les pratiques politiques, non pas dans le sens de moins de népotisme ou de conflits d’intérêts, mais au moins dans le sens d’un clientélisme territorial qui s’exerce désormais pacifiquement. Cela va également dans le sens d’une hybridation de la vie politique soutenue par J.-P. Elong Mbassi (2007), qui permettrait l’association du système de gouvernance de l’État moderne d’une part, et d’une légitimité par le bas d’autre part, via un clientélisme local.

  • 10 Le plus important d’entre eux, le projet Zanaga Iron Ore, a obtenu son permis de recherches en 2007 (...)

19La réalisation de nouveaux codes forestiers et miniers (2000 et 2002) a permis d’attirer plusieurs entreprises et consortiums internationaux dans l’immédiat après-guerre (Joncheray, 2013a). Ces acteurs économiques étrangers remplacent parfois l’État dans ses fonctions d’aménageur, et sont pour beaucoup dans la reconstruction actuelle des Pays du Niari, bien que cette reconstruction ne s’opère pas sous ce label. La première raison de cette implication non-institutionnalisée est que ces entreprises minières et forestières sont souvent mises à contribution, par la population ou les autorités locales, pour rouvrir une piste, construire une école, un centre de santé ou les doter en matériel de fonctionnement. Cela tient à la fois d’une habitude d’un certain paternalisme entrepreneurial qui était celui des entreprises européennes d’avant les guerres, et des inégalités criantes entre la richesse affichée par ces entreprises et l’aspect démuni de populations qui n’hésitent pas à réclamer, parfois violemment, plus de redistribution. La seconde raison est que la population salariée par ces entreprises est la seule à disposer de ressources financières dans des périodes où l’emploi est rare et où même les fonctionnaires ne sont pas (ou sont mal) payés. Ceci explique l’inversion de l’attractivité territoriale entre les villes de Nkayi (usine SARIS) et de Dolisie dans la période de post-conflit. On observe également un retournement territorial en faveur du Nord de la Lékoumou, où d’importantes recherches minières ont été effectuées depuis 200910. La présence de recherches minières dans le Nord de la Lékoumou semble avoir été un facteur motivant une plus grande implication de l’État dans la construction de la voirie (rénovation et bitumage du tronçon Loudima-Sibiti-Zanaga), dans un contexte où, depuis 2009, les politiques publiques nationales insistent sur « l’émergence économique » du pays à l’horizon 2025 (Dorier et Mazurek, 2015). La présence de ressources minières était déjà à l’origine de la construction des rares routes bitumées avant les guerres, telle celle reliant les mines de Mfouati (Bouenza) au CFCO, alors même que la RN1 n’était qu’un chemin de terre.

Des indicateurs sectoriels qui pointent les lacunes de la résilience territoriale

20L’implication différenciée de ces acteurs permet une certaine mesure qualitative de la résilience en distinguant territoires et populations bénéficiaires; l’analyse de l’évolution des secteurs sociaux, économiques, des transports ou de l’urbanisation permet d’affiner cette mesure et d’en cartographier les éléments saillants (Figure 5). Dans chacun de ces secteurs (dont nous ne donnerons ici que quelques exemples), il s’agit de vérifier si l’on observe un retour à une efficacité optimale, ou au moins équivalente à ce qu’elle était avant les conflits.

  • 11 Il faut rappeler que hormis quelques axes goudronnés, l’essentiel de la voirie congolaise est const (...)

21L’État, en charge de la reconstruction des infrastructures publiques urbaines, n’est intervenu que tardivement, via la « Municipalisation accélérée ». Celle-ci s’est déroulée en 2006 dans le Niari; la Lékoumou en a bénéficié en 2014 et la Bouenza fut le dernier département à en bénéficier, en 2016. C’est ainsi qu’en 2011, plus de 10 ans après la fin des conflits, les services déconcentrés de la Bouenza et de la Lékoumou étaient toujours hébergés à Madingou ou Sibiti (préfectures de ces deux départements) dans des bâtiments en partie détruits. La réhabilitation des infrastructures de transport, qu’il s’agisse du train ou de la voirie11, est toujours en cours. Celle-ci n’a démarré que tardivement (après 2006), et pose des problèmes de financement et de gestion de l’entretien. Au vu des besoins et pour réduire l’enclavement, qui freine la relance économique, ce sont les conseils départementaux qui sont les plus actifs dans l’entretien actuel de la voirie secondaire.

  • 12 Le Congo, ancien pays marxiste-léniniste, a longtemps affiché des taux de scolarisation très import (...)

22La plupart des services publics sont toujours défaillants, par manque d’infrastructures, de moyens et de personnels. Dans le domaine social, la reconstruction est loin d’être réalisée, et vient nuancer l’idée d’une résilience de cette région. La situation des secteurs sociaux aujourd’hui est celle d’un sous-équipement généralisé, en terme d’infrastructures, mais surtout de matériel, et d’un énorme manque de personnel qualifié, et ce malgré des interventions internationales dispersées. En ce qui concerne le secteur éducatif, les écoles, fermées ou détruites pendant les conflits, ont rouvert peu à peu, grâce à des initiatives privées et au soutien de quelques agences internationales, mais surtout grâce aux personnels locaux, souvent bénévoles (Joncheray et Dorier, 2010). L’État congolais a peu investi dans le secteur éducatif, et les écoles ont continué à se délabrer, l’enseignement à se détériorer12. Quant aux interventions internationales, elles sont restées dans un premier temps assez sporadiques et peu orientées vers ce secteur; aujourd’hui les programmes du PNUD constituent l’essentiel du cadre de la politique éducative du pays, sans prise en compte des spécificités locales liées aux conflits. Le domaine de la santé présente les mêmes résultats peu encourageants, malgré des modalités différentes : on assiste en effet à un saupoudrage de projets en « sous-traitance », tel celui mené par le pétrolier ENI dans le département du Niari, ou les interventions ponctuelles d’ONG médicales, qui contribuent à renforcer les inégalités de prise en charge médicale entre les territoires. On assiste alors à une archipellisation des territoires de projets (figure 5). Si l’on peut critiquer les interventions internationales pour avoir participé à une certaine territorialisation des politiques sanitaires et éducatives, la période de post-conflit a néanmoins permis une prise de conscience dans ce dernier secteur : les interventions des acteurs internationaux ont poussé l’État à se ré-impliquer dans des plans d’action conformes aux directives mondiales pour l’éducation.

Figure 5. Exemple de cartographie des indicateurs de résilience et construction d’une typologie des territoires.

Figure 5. Exemple de cartographie des indicateurs de résilience et construction d’une typologie des territoires.

Source : M. Joncheray©, 2013-2017.

23Ainsi apparaissent des territoires extrêmement divers selon qu’ils apparaissent attirants pour la population au niveau social (les villes dans lesquelles se trouvent les infrastructures, et les personnels), économique (les « enclaves » minières, les zones forestières ou les entreprises agro-alimentaires; Joncheray, 2013a), ou sécuritaire (les villes bien contrôlées, les forêts).

Une résilience spontanée - mais mesurée - de la population

24La résilience territoriale et sociale s’accomplit alors avec ou malgré les actions entreprises par « le haut ». En l’absence d’une reconstruction effective, les projets d’ONG, d’entreprises ou de l’État n’ont d’impacts concrets qu’à travers les salaires versés et les processus d’enclavement/désenclavement induits par les percées de pistes. La confiance en l’avenir est également un facteur important de la résilience. Qu’elle soit énoncée dans les entretiens ou mesurée par les investissements privés, celle-ci a nettement progressé après les élections présidentielles de 2009, qui se sont déroulées sans incident majeur. Cette confiance en l’avenir reste cependant mesurée, chaque période électorale constituant un moment de tension renouvelée.

25Les signes les plus évidents d’une résilience de la population sont donc notamment la reprise des investissements, visibles à travers la reconstruction des infrastructures privées et l’activité économique individuelle (Figure 6). Dans ce dernier cas, la nature de l’activité (agricole, tertiaire…) et sa localisation (en zone rurale, urbaine, frontalière…) constituent également des éléments de catégorisation intéressants, qui permettent de comprendre les mécanismes à l’œuvre. Enfin, les mobilités, c’est-à-dire la possibilité pour chacun de pouvoir se déplacer, se sont révélées être primordiales dans ce processus de résilience.

Figure 6. Trois types de résilience individuelle. Chez Gina à Sibiti en 2010 : en attendant de pouvoir reconstruire sa maison (à l’arrière-plan), elle vit au fond de sa cour avec trois familles locataires. Au centre, un instituteur de Madingou vend du savon artisanal réalisé selon une technique apprise pendant la guerre (2009). Photo de droite : relance d’une ferme industrielle de poulets en 2010 à Bouansa.

Figure 6. Trois types de résilience individuelle. Chez Gina à Sibiti en 2010 : en attendant de pouvoir reconstruire sa maison (à l’arrière-plan), elle vit au fond de sa cour avec trois familles locataires. Au centre, un instituteur de Madingou vend du savon artisanal réalisé selon une technique apprise pendant la guerre (2009). Photo de droite : relance d’une ferme industrielle de poulets en 2010 à Bouansa.

26Si la résilience territoriale doit beaucoup aux actions des différents acteurs impliqués dans la période post-conflit, la résilience de la population a essentiellement été une affaire individuelle, bien qu’influencée par le contexte territorial à différentes échelles. Les guerres ont obligé la population à mettre en œuvre des stratégies économiques parfois complexes. Les déplacements de population fuyant l’armée et les milices ont permis la redécouverte de zones de forêts autrefois délaissées, et d’un certain nombre de pratiques et d’activités spécifiques, tant au niveau agricole qu’artisanal (confection de nattes, de savons…). Ces activités perdurent depuis lors et permettent de renforcer des stratégies économiques individuelles, qui font la part-belle à la pluriactivité. De même, les mobilités, les liaisons entre des zones rurales complémentaires, des petites et moyennes villes, permettent aux individus de mettre en œuvre des réseaux territoriaux et sociaux complexes. Ce renforcement des mobilités, destiné à tirer parti du moindre avantage familial, relationnel ou territorial, permet d’effectuer des évitements, des contournements de territoires jugés répulsifs, au profit de territoires plus attractifs, notamment les villes moyennes, mais également les zones et les marchés frontaliers. La complémentarité entre territoires touchés par les conflits ou non, entre villes et campagnes, a ainsi été renforcée. Dans tous les cas, ce sont des activités individuelles de survie qui ont permis à la population de s’en sortir.

27Dans la période qui a suivi, si l’on a pu montrer les limites des projets post-conflit, il faut tout de même signaler l’ingéniosité de la population pour capter une (faible) part de ces aides, quitte à les détourner. Ainsi, alors que les seules aides significatives ont été proposées aux ex-miliciens dans le cadre des programmes de DDR (contribuant par ailleurs à alimenter la rancune des civils envers eux), les nombreux détournements signalés à la base, ou la captation de ces aides par des non-combattants, ont pu alimenter des formes de résilience individuelles. Même au sein des institutions nationales, mais le plus souvent au sein des collectivités déconcentrées ou décentralisées, ce sont encore des individus qui sont au cœur de la reconstruction. Par leur investissement personnel en dehors de toute considération politique, par l’exemple qu’ils montrent, ils peuvent être des vecteurs plus ou moins favorables de la reconstruction.

28L’importance des mobilités dans les stratégies de résilience individuelle montre également l’impact démultiplié que peut avoir la concrétisation de la construction d’une route comme la RN1 – tout comme, à l’inverse, la non réhabilitation du CFCO.

29André Dauphiné et Damienne Provitolo (Dauphiné et Provitolo, 2007) citent trois facteurs qui augmentent la résilience d’un système soumis à une perturbation : la diversité, l’auto-organisation et l’apprentissage. Il n’y a aucun doute que l’auto-organisation et l’apprentissage ont progressé après les conflits, augmentant ainsi la capacité d’adaptation de la population face à d’autres crises qui pourraient désormais advenir.

Un « couteau-suisse » conceptuel et opérationnel qui pose la question de son efficacité

Reconstruction, post-conflit et résilience 

30Comme on l’a vu, le concept de résilience peut servir de cadre d’analyse au post-conflit en géographie, notamment grâce à la mise en place d’indicateurs, certes qualitatifs, mais pouvant donner lieu à une cartographie précise des territoires à une échelle régionale et locale. Porté dans le domaine de la réduction des risques de catastrophe par le Cadre d’actions de Hyogo pour 2005-2015, il est également devenu un concept théorique et opérationnel pour les institutions internationales, en parallèle au concept de post-conflit, adapté, lui, aux situations de crises politiques. Puis, transférant ce cadre de réflexion du champ environnemental au champ du développement, les institutions internationales puis les scientifiques sont passés de recherches sur le post-conflit (les journées d'études de la commission de géographie politique et de géopolitique du CNFG de 2014 portaient sur les « Territoires du “post-conflit” ») à des recherches sur la résilience (journées du développement ATM 2016 portant sur les « Catastrophes, vulnérabilités et résiliences dans les pays en développement »). La résilience constitue donc un nouveau paradigme d’intervention sur les territoires en crise, et, tout comme pour le post-conflit, elle doit être analysée comme un instrument de gestion et d’expertise (Revet, 2009) ayant des répercussions sur les territoires et les populations.

  • 13 Rappelons que celle-ci dit également que les militaires sont les plus aptes à gérer l’après-catastr (...)

31Déjà utilisé en 2013 par le PNUD (UNDP et ECHO, 2013), le concept s’est diffusé depuis à tous les secteurs de l’aide, opérant un transfert des boites à outils utilisées pour les catastrophes naturelles vers les situations de crises et de conflits violents. En 2014, le Groupe de travail technique sur la mesure de la résilience du Food Security Information Network (FSIN) vulgarise le concept dans le champ humanitaire. La résilience est définie comme étant « la capacité qui garantit que des facteurs de stress et des chocs adverses n’aient pas de conséquences négatives durables sur le développement » (FSIN, 2014, p. 6). Ce concept a semblé devoir remplacer le post-conflit comme outil opérationnel de la part des institutions internationales après la conférence de Sendai (United Nations, 2015). Le rapport du Fonds monétaire international (FMI, 2015) Accroître la résilience dans les États fragiles d’Afrique Subsaharienne associe conflits, post-conflit et résilience, faisant le constat de l’imbrication nécessaire des politiques de « stabilisation post-conflit » (comprenant politiques de DDR et construction d’un consensus politique), stabilité économique, réformes de gestion des finances publiques et des institutions (FMI, 2015). Il propose en outre une mesure de la fragilité des États d’Afrique subsaharienne, permettant de définir des pays devenus résilients ou non entre les années 1990 et 2013 (attribution d’une note EPIN : Évaluation de la Politique et des Institutions Nationales). À ce titre, le Congo est un pays resté « fragile, mais en progrès », alors que des pays tels que l’Éthiopie ou le Niger sont devenus « résilients ». C’est donc la stabilité politique de ces pays, voire parfois des gouvernants forts (le rapport parle de « dirigeants engagés ») permettant de mettre en œuvre les réformes structurelles portées par les institutions internationales, qui permettent, selon ce document, la résilience. D’ailleurs, les sept pays devenus « résilients » servent ensuite de cadre à l’établissement d’une nouvelle chronologie de mise en œuvre des réformes, notamment financières. Ce rapport extrêmement intéressant réussit la gageure d’analyser pertinemment l’aspect multidimensionnel de la résilience post-conflit, de fournir un indicateur quantitatif de la résilience à une échelle nationale (ce qui nous parait plus contestable), pour conclure sur la nécessité d’appliquer fermement la doxa13 financière internationale afin de réussir cette résilience. Quoi qu’il en soit, il met en avant le rôle de l’État dans les processus de résilience, qui passe notamment par la mise en place de services publics efficaces dans un contexte de paix et de stabilité politique. Ce qui est loin de correspondre, dans le cas du Congo, avec la situation réelle, et permet de mettre en avant les défaillances de l’État dans les processus de résilience.

32La résilience est donc passée en quelques années d’un terme confus emprunté par les sciences humaines aux sciences mécaniques, à un nouveau paradigme de l’aménagement et du développement. Pourquoi ce succès? Succédant aux concepts de réhabilitation, de reconstruction (Pirotte et al, 2000) puis de post-conflit (Joncheray, 2013), ce concept permet d’éviter un certain nombre d’écueils des précédentes de par sa pluridisciplinarité, l’intégration des interactions entre les niveaux macro et micro-économiques, l’approche multi-acteurs, la prise en compte de l’environnement (et donc du développement durable), et la place (enfin!) accordée aux populations dans ce système de pensée. L’approche de la résilience renouvelle ainsi sur le fond les outils et les modalités de l’aide au développement, tout en légitimant le besoin d’une action politique coordonnée pour faire face aux crises et agir en amont pour les prévenir (Châtaigner, 2014). Elle est sensée favoriser le dialogue entre des acteurs pas toujours coordonnés, et elle permet surtout la prise en compte de la complexité et de la multiplicité des échelles d’intervention, d’action et d’analyse. En outre, alors qu’une période post-conflit peut être marquée par de l’immobilisme, le concept de résilience, bien plus positif, insiste sur les dynamiques (Reghezza-Zitt et al., 2012). Concept polymorphe qui sert à des acteurs multiples et à différents niveaux scalaires, sorte de couteau-suisse du développement réunissant dans un seul terme l’ensemble des credo précédemment contenus dans les anciens paradigmes de l’intervention post-crise (urgence, réhabilitation, reconstruction, post-conflit…), la résilience constitue donc désormais le nouveau paradigme des institutions du développement et permet de proposer aux acteurs impliqués dans les périodes post-conflit des boites à outils toutes prêtes, inspirées de la gestion des catastrophes naturelles (ces dernières sont passées au premier plan dans les années 2000, mettant au second plan les crises violentes des années 1990). Cet outil « couteau-suisse », devant être le même pour tous les acteurs, et assemblant dans un seul terme l’ensemble des outils précédemment contenus dans les anciens paradigmes de l’intervention post-crise (urgence, réhabilitation, reconstruction, post-conflit…), vient pourtant complexifier le mille-feuille interventionniste des situations de conflit et post-conflit et contribue à brouiller d’autant plus un discours et des interventions déjà fragmentées et souvent obscures pour la population.

Concept de résilience et résilience effective : le hiatus?

  • 14 « Ne pas nuire ». Précepte qui stipule qu’un projet ne doit pas entrainer de dommages lorsqu’il est (...)

33On peut se demander si ce changement de paradigme a concrètement des impacts sur les territoires et la population. Le concept de post-conflit, qui a été relégué par la montée en grade de la résilience, était de la même façon utilisé par les acteurs nationaux et internationaux aux moyens de « boites à outils », proposant des échéanciers (urgence, transition, développement) et des modalités d’intervention (outils économiques : réforme des codes forestiers, miniers... ; décentralisation; outils sécuritaires : DDR, …). La vision systémique permise par le concept de résilience pourrait théoriquement permettre d’éviter la fragmentation et la dispersion des actions liées aux nombreux intervenants, et faire contrepoids à la « bureaucratisation du monde » humanitaire (Hibou, 2012). Mais ce dernier reste malgré tout tributaire de ses financements et de ses calendriers. La principale différence réside surtout dans la non prise en compte du concept de résilience par la population. En effet, si cette dernière ne faisait pas partie intégrante du concept de post-conflit, elle était impliquée via la cohabitation de ce concept avec d’autres paradigmes du développement tels que l’approche participative (prônée dès la fin des années 1990) ou le do no harm14. Mais la population locale s’était vite approprié le concept dans son sens le plus simple : la période d’après la guerre, qui pouvait s’étendre indéfiniment du fait de l’absence de reconstruction effective localement. Ainsi, par un effet de percolation, le post-conflit était devenu un outil opérationnel pour la population également, dans l’optique de capter un peu de la manne financière (toute relative) attribuée par les institutions internationales. Dans le cas des Pays du Niari et dans la période étudiée, les interventions post-conflit n’ont guère été efficientes (Joncheray, 2013b; Dorier et Mazurek, 2015), mais la population a tiré parti de cette catégorisation normative de sa situation pour effectuer sa propre résilience, de manière totalement individuelle.

34Le passage au concept de résilience, s’il est avantageux en vue d’interventions top-down, n’a pas le même impact sur la population, dans cette dynamique de captation des ressources que possédait le label de post-conflit. En effet, ce qui émerge des travaux effectués sur la résilience (Rebotier, 2016, Châtaigner, 2014; Hamdouch et al., 2012), c’est la difficulté de l’acceptation et de la réutilisation de ce terme par les maillons intermédiaires des institutions, et donc la non percolation de ce vocabulaire vers la population, qui perd ici un de ses principaux leviers de captation de ressources.

35En outre, après une période de diffusion très large du concept de résilience, celle-ci reste aujourd’hui, dans le cadre des crises violentes, globalement cantonnée au niveau des institutions internationales (Nations-Unies, FMI, OCDE). La portée très générale du cadre de Sendai (United Nations, 2015), se contentant de définir des objectifs et des priorités sans établir de contraintes juridiques ou d’indicateurs quantitatifs, est très intéressante pour les scientifiques, mais freine son utilisation par les acteurs d’échelon intermédiaire (États, ONG, acteurs locaux), qui l’utilisent avec parcimonie, et de manière très sectorisée : résilience économique, financière ou environnementale essentiellement. Au Congo, le terme de résilience n’a pas vraiment émergé dans le champ du développement et de l’aide. La résilience institutionnelle post-conflit au Congo n’existe qu’à travers une ONG internationale humanitaire, l’agence d'Aide à la coopération technique et au développement (ACTED), qui a intitulé un de ses axes d’action (international) « répondre aux urgences et construire la résilience », et dans le programme pays de l’UNICEF (pour 2014-2018). Mais pour la banque africaine de développement (BAD), il s’agit d’« appuyer le Congo à réussir sa transition pour sortir de la fragilité et se transformer en une économie résiliente, diversifiée et intégrée à la sous-région » ou d’accorder son attention à « la croissance verte et la résilience au changement climatique conformément aux orientations de la Stratégie à long terme de la banque et à son Plan d’action sur le changement climatique 2011-2015 » (BAD-FAD, 2015, p. 10). Un usage limité à la sphère économique ou aux effets des changements climatiques est contradictoire avec la portée globale du concept de résilience et laisse dans le champ de la « reconstruction post-conflit » un vide sémantique qui contribue à brouiller les discours des acteurs du développement.

36Si au Congo, la non reconnaissance de la portée des conflits passés peut expliquer le peu d’utilisation du concept dans le domaine social, est-ce, au niveau international, la croissance des conflits liés au terrorisme et la difficulté de penser une fin pour ces derniers qui est à l’origine de l’éviction de ce vocabulaire des situations de post-conflit ? En outre, et paradoxalement, l’accent est porté depuis Sendai sur la prévention et la gestion de la vulnérabilité ou de la fragilité, ce qui doit permettre à chacun, individuellement, en cas de crise, d’être plus résilient : les actions s’effectuent en amont de la crise et non plus en aval. On assiste donc à la mise en place de stratégies de réduction du risque social (selon le vocabulaire de la Banque Mondiale) mesuré par des indicateurs de « performance sociale » (FMI, 2015), qui reviennent, sous couvert de résilience, à mettre en place des politiques plus classiques de développement, sans prise en compte spécifique de la dimension post-conflit. Or les conflits sont loin d’avoir disparu, et avec eux la nécessité d’une prise en charge du caractère « incertain et turbulent » (Reghezza et al., 2012) de la période post-conflit.

37Enfin, dans ce cas des situations post-conflit, la dimension politique de l’aléa empêche que ce dernier soit pris en compte dans les programmes internationaux d’aide, comme il peut l’être dans les situations de réduction des risques de désastre environnementaux. Or, la persistance de cet aléa (les tensions politiques récurrentes et conflictuelles) ne permet qu’une résilience mitigée de la population et des territoires. Au Congo, la période post-conflit ne semble pas être totalement achevée, notamment en l’absence de processus mémoriel ; la stabilité politique demeure conditionnée à des élections toujours sources de tensions (encore en 2016 et 2017). L’éviction du champ de l’aide des deux concepts de résilience et de post-conflit au profit de la gestion de la vulnérabilité et du renforcement des capabilités implique ainsi une dépolitisation de la question et fait porter sur la population, et non plus sur l’État, la responsabilité de son propre développement.

Conclusion

38L’exemple des Pays du Niari nous permet d’évaluer la complexité de la résilience après des guerres. Même si on note une très forte interdépendance entre les deux, il faut tout d’abord distinguer la résilience des territoires, fortement influencée par les acteurs, de celle de la population, beaucoup plus spontanée.

39Nous avons vu que les territoires et populations des Pays du Niari ont connu un aléa conséquent, celui des guerres, longues et déstructurantes. Face à un aléa de cette intensité, on a pu observer une longue et multiforme période de post-conflit. Faut-il s’étonner de la durée de ce « temps de retour » au vu de la rupture constituée par les conflits ? Certes, cela pourrait être plus rapide. Mais les nombreux indicateurs économiques, sociaux et territoriaux exposés montrent qu’il semble à l’heure actuelle y avoir un réel début de résilience, comprise en tant qu’évolution vers un nouvel équilibre (et non pas retour à l’ancien), dans la mesure où de nouvelles dynamiques se créent de manière spontanée dans les villes et les villages, profitant parfois de dynamiques économiques exogènes, et que l’on observe également au niveau local une refonte de la légitimité des systèmes de gouvernance.

40La résilience revêt également des temporalités multiples, que ce soit en termes de reconstruction des infrastructures, de la vie économique et sociale, ou de la capacité des populations. Maret et Cadoul (2008) insistent sur le fait que la reconstruction doit s’appuyer au préalable sur de nouveaux réseaux de transports. Cela a été très tardif au Congo, mais est-ce pour cela que la résilience n’a pas commencé avant? On assiste surtout à des aspects informels, beaucoup plus individuels et personnels de la résilience de la part de la population, s’appuyant sur des réseaux sociaux et des mobilités réactivées. La confiance en l’avenir, signalée par la population ou perçue dans les investissements réalisés, semble être un indicateur fondamental de cette résilience individuelle. Il est vrai par contre que la situation des secteurs sociaux et culturels semble marquer les limites de cette résilience « par le bas ».

41La résilience spontanée de la population est ainsi importante, entrainant de nombreuses reconfigurations territoriales afin de s’adapter aux contraintes et de saisir les opportunités présentes. C’est dans des interventions hors cadre du post-conflit (entreprises créatrices d’emplois, construction de la RN1) que les acteurs internationaux et l’État ont eu le plus d’impact sur la résilience de la population et des territoires. A contrario, les actions post-conflit des institutions internationales et de l’État sont parfois porteuses de blocages ou de nouveaux aléas déstabilisateurs. L’intervention des acteurs nationaux voire internationaux, de par la localisation des interventions, crée en effet de nouvelles inégalités territoriales (implantations d’entreprises étrangères ; créations de route, etc.) qui font surgir en contrepoint des zones grises du développement et des territoires non résilients. On assiste donc à une tension entre des dynamiques opposées, entre une fragmentation qui se poursuit par le morcellement territorial, l’action des interventions internationales, la concurrence sur les ressources, et des dynamiques de recomposition qui se renforcent, impulsées par l’État et les acteurs de la décentralisation. Les contradictions des politiques publiques alimentent cette tension, à l’inverse des recommandations de mise en place de politiques inclusives dictées par la communauté internationale (FMI, 2015). À une marginalisation géographique de certaines zones se surimpose par conséquent une marginalisation sociale conflictuelle.

42La principale difficulté de la transposition et de l’utilisation du concept de résilience dans ce cas des situations post-conflit est donc liée au rôle ambivalent que doit jouer l’État dans les processus de résilience. Celui-ci doit en effet jouer un rôle primordial dans les secours portés à sa population, puis dans la construction de politiques publiques inclusives, en tant qu’aménageur et comme garant de l’équité territoriale, alors même qu’il n’est parfois ni légitime, ni compétent, et qu’il est à la fois aléa, élément de la vulnérabilité et acteur clef de la résilience… On voit bien au Congo que les initiatives de l'État ont eu des effets sur les stratégies individuelles, mais qu'elles ont manqué d'inclusivité en se concentrant dans certaines zones et en renforçant les inégalités territoriales et sociales. L'État se montre incapable de fournir certains services publics essentiels, tels que ceux concernant la santé ou l’éducation, qui permettraient pourtant à leur tour de renforcer la résilience de la population.

43Dès lors, les inflexions des politiques de développement mettent l’accent sur deux points importants. Le premier est l’importance du choix de l’échelle d’intervention. Si la population est mise au cœur de la réflexion sur la résilience, les aides avantagent surtout l’État dans les faits, lui attribuant de fait une légitimité nouvelle, et renforçant encore son importance dans les processus de résilience. Se pose donc cette question : un État failli/fragile peut-il être résilient ? Comment dans ce contexte rendre plus efficaces les aides en faveur de la population ? Enfin, comment gérer la contradiction d’un concept qui prône une intervention en faveur de la population alors que cette dernière ne parvient pas à s’approprier ce concept ? Au final, il semblerait malgré tout que la résilience se fait toujours, plus ou moins vite, sur les territoires, quelles que soient les échelles concernées, et ce notamment grâce aux ressources individuelles et collectives de la population, à leurs capabilités. Cependant, la résilience de l’un n’est pas toujours la résilience de l’autre, et il convient de ne pas faire porter le poids et la responsabilité de la résilience à la seule population.

44De la même manière qu’il y a plusieurs échelles de la résilience, les temporalités multiples de la résilience se chevauchent et peuvent même entrer en conflit (par exemple un blocage de la résilience de la population lié à une situation de crise électorale). En parallèle, y a-t-il/peut-on/doit-on définir une durée à la résilience (institutionnelle), comme le propose le rapport du FMI (2015)? C’était le cas pour l’intervention post-conflit, qui devait se faire selon une chronologie bien définie. Mais combien de temps faut-il à un territoire ou une personne pour devenir résilients ? Le but des interventions des acteurs de l’aide est-t-il d’avoir une résilience rapide ? Et celle-ci est-elle forcément meilleure qu’une résilience lente ?

45En ce sens, la résilience met au cœur de son paradigme la complexité. Or, cette dernière ne permet pas toujours l’efficacité de l’action, ce qui peut poser problème dans le champ du développement. L’utilisation de ce concept de résilience constitue au moins une forme de reconnaissance des limites des notions précédentes. Mais il est lui-même limité dans le cadre du post-conflit. Le chantier de la réflexion sur la « résilience post-conflit » semble loin d’être terminé.

Haut de page

Bibliographie

Aschan-Leygonie, C., 2000, Vers une analyse de la résilience des systèmes spatiaux, Espace géographique, Tome 29 n°1, pp. 64-77.

Banque africaine de développement - Fonds africain de développement (BAD-FAD), 2012, « République du Congo », document de stratégie Pays 2013-2017, Département régional centre, 42 p.

Comité d’aide au développement/Organisation de coopération et de développement économiques (CAD/OCDE), 2013, Risque et résilience, réunion au Comité d’aide au développement, Paris, 9 juillet 2013.

Châtaigner, J.-M. (dir.), 2014, Fragilités et résilience, Les nouvelles frontières de la mondialisation, Karthala, Paris, 482 p.

Dauphiné, A. et D. Provitolo, 2007, La résilience : un concept pour la gestion des risques, Annales de géographie, 2007/2 n° 654, pp. 115-125.

Dorier, E. et M. Joncheray, 2013, Territoires fragmentés et temporalités post-conflit : décomposition et recompositions territoriales entre guerre et paix en République du Congo, in Gillet P. (dir.), Sortir de la guerre, éd. électronique, Paris, Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, pp. 113-126.

Dorier, E. et H. Mazurek, 2015, Dynamiques territoriales du postconflit et de la reconstruction au Congo-Brazzaville, Hérodote 2015/3 (n° 158), pp. 132-159.

Dubresson, A. et Y.-A. Fauré, 2005, Décentralisation et développement local : un lien à repenser, Revue Tiers Monde, 1/2005 (n° 181), pp. 7-20.

Elong Mbassi, J.-P., 2007, Reconstruction et décentralisation, in Châtaigner J.-M. et Magro H., États et sociétés fragiles : entre conflits, reconstruction et développement, Karthala, pp. 233-247.

Fonds Monétaire International (FMI), 2015, Accroître la résilience dans les États fragiles d’Afrique subsaharienne, Département Afrique, 108 p.

Food Security Information Network (FSIN), 2014, Principes de la mesure de la résilience, Série Technique n°1, Groupe de travail technique sur la mesure de la résilience, Washington, 31 p.

Gbétoho Sokpoh, B. et V. Léon, 2014, Community Resilience Performance Measurement Methodology and Standard Indicator, Final report, Groupe URD, 43 p.

Hamdouch, A., M. H. Depret et C. Tanguy (dir.), 2012, Mondialisation et résilience des territoires. Trajectoires, dynamiques d’acteurs et expériences, Presses Universitaires du Québec, Québec, 292 p.

Hervé, D. et M. Rivière, 2014, Résilience, adaptation, changement : l'interdisciplinarité questionnée, Natures Sciences Sociétés 2014/3 (Vol. 22), p. 247-253.

Hibou, B., 2012, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Éditions La Découverte, Paris, 223 p.

Holling, C. S., 1973, Resilience and Stability of Ecological Systems, Annual Review of Ecology and Systematics [en ligne], Vol. 4, pp. 1-23, URL: http://www.jstor.org/stable/2096802

Holling, C. S. et L. H. Gunderson, 2002, Resilience and adaptive cycles, in L.H. Gunderson et C. S. Holling (ed.), Panarchy:understanding transformations in human and natural systems, Island Press, Washington, D.C., USA, pp. 25-62.

Joncheray, M. et E. Dorier, 2010, L’éducation en crise au sud du Congo-Brazzaville : quel réinvestissement de l’État ?, in Éducation et conflit dans les pays du Sud : Les enjeux de l’offre de services éducatifs en situation de crise et d’après crise, revue Autrepart, n°54, pp. 97-118.

Joncheray, M., 2013a, Dynamiques globales, enjeux locaux : impacts des entreprises forestières et des multinationales minières sur des territoires en situation de post-conflit, Le cas du Congo-Brazzaville, in Charlery de la Masselière B., B. Thibaud et V. Duvat-Magnan (dir.), Dynamiques rurales dans les pays du Sud, L'enjeu territorial, Presses Universitaires du Mirail (PUM), pp. 301-315.

Joncheray, M., 2013 b, Vivre la guerre, construire la paix. Conflits et recompositions territoriales post-conflit en république du Congo, Thèse de doctorat sous la direction d’E. Dorier, Université d’Aix-Marseille, 576 p.

Maret, I. et T. Cadoul, 2008, Résilience et reconstruction durable : que nous apprend La Nouvelle-Orléans ?, Annales de géographie, 2008/5 n° 663, pp. 104-124.

Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), 2005, Cadre politique de reconstruction post-conflit en Afrique, 41 p.

Pirotte, C., B. Husson et F. Grünewald, 2000, Entre urgence et développement, Karthala, 243 p.

Rebotier, J., F. Grelot, M. Gralepois et S. Defossez. 2016, Résilience et fabrique territoriale des risques. Perspectives croisées à partir de trois programmes de recherche. CIST2016 - En quête de territoire(s) ?, Proceedings du 3e colloque international du CIST, Mars 2016, Grenoble, France, pp. 404-408, [en ligne] URL : http://www.gis-cist.fr/hcist2016-17-18-mars-2016en-quete-de-territoires, (hal-01353629)

Reghezza-Zitt, M., S. Rufat, G. Djament-Tran, A. Le Blanc et S. Lhomme, 2012, What Resilience Is Not : Uses and Abuses, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 621, mis en ligne le 18 octobre 2012, URL : http://cybergeo.revues.org/25554 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25554

Revet, S., 2009, Les organisations internationales et la gestion des risques et des catastrophes ‘naturels’, Les Études du Ceri, n° 157, CERI, Sciences Po, Paris, 30 p.

Sen, A., 1999, Development as freedom (1 st ed.), New York, Oxford University Press.

United Nations Development Programme et European Commission's Civil Protection and Humanitarian Aid Operations (UNDP et ECHO), 2013, Community Based Resilience Analysis (CoBRA): Conceptual Framework and Methodology, Drylands Development Centre 2013, April 2013, 24 p.

United Nations, 2015, Sendai Framework for Disaster Risk Reduction 2015-2030, 28 p., [en ligne] URL: http://www.wcdrr.org/preparatory/post2015

Walker, B., C. S. Holling, S. R. Carpenter et A. Kinzig, 2004, Resilience, adaptability and transformability in social–ecological systems, Ecology and Society [En ligne], 9(2) : 5, URL : http://www.ecologyandsociety.org/vol9/iss2/art5

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur un travail de thèse effectué entre 2008 et 2013 en République du Congo (Joncheray, 2013b), ainsi que sur des recherches théoriques et méthodologiques menées depuis lors.

2 Voir l’étude des « bassins d’attraction » dans Walker et al, 2004.

3 Nous utilisons ici le terme de région dans son sens strictement géographique, il n’y a pas de régions administratives au Congo. Les « Pays du Niari » constituent cependant une région identifiée par la population congolaise. Territoires construits, politisés, enseignés, ils ont été forgés petit à petit par le colonisateur puis par les autorités politiques du Congo indépendant, sur la base de l’exceptionnelle concentration des ressources et de leur facilité d’accès. Foyer agricole et industriel, lieu de passage des deux voies ferrées du pays, les pays du Niari ont longtemps été symbole de modernité et de développement (Joncheray, 2013b).

4 Pour une analyse plus fine des conflits et de leurs causes, voir Yengo P., 2006, La Guerre civile du Congo-Brazzaville 1993-2002, Paris, Karthala, 448 p. Pour les pays du Niari, voir leur géohistoire in Joncheray, 2013b.

5 Inspiré du Gabon et lancé deux ans auparavant à Pointe-Noire, ce concept n’est pas destiné à donner plus d’autonomie aux municipalités. Il s’agit d’une mesure politique qui consiste à organiser chaque année la fête nationale du 15 août (célébration de l’anniversaire de l’indépendance du pays) dans une capitale régionale, et de profiter de l’occasion pour y lancer d’importants investissements en termes d’infrastructures publiques. Ces projets renforcent encore la centralisation puisqu’ils sont gérés par la Délégation générale des grands travaux (DGGT, de 2002 à 2012), placée directement sous l’autorité du président de la République, et depuis 2012 par le Ministère de l’Aménagement des Territoires et des Grands Travaux.

La Municipalisation accélérée, fortement médiatisée, est perçue comme une occasion d’exercer et de magnifier la fonction redistributrice du chef de l’État sur l’ensemble du pays, en renforçant l’unité nationale à travers des éléments importants d’aménagement du territoire (Dorier et Joncheray, 2013). Elle n’a rien à voir avec une mesure de reconstruction, et a d’ailleurs bénéficié à des départements n’ayant pas subi de conflits avant les départements qui nous concernent.

6 D’après A. Sen (1999), l’ensemble des modes de fonctionnement humain qui sont potentiellement accessibles à une personne, qu’elle les exerce ou non.

7 La notion de « failed states », apparue dans les années 1990 dans le contexte de la guerre du Rwanda et de la dislocation de la Yougoslavie, désigne les États incapables d’assurer leurs fonctions premières, de contrôler leur territoire et de protéger leur population. Ainsi, ces États seraient des menaces pour la sécurité internationale et des facteurs de conflits. Les traductions en français de cette notion sont nombreuses : États « défaillants », « faillis », « échoués » ou « en déliquescence ».

8 Pour le FMI, un État « fragile » est un État dans lequel « les pouvoirs publics ne sont pas en mesure d’assurer les services de base et la sécurité nécessaires à la population » (FMI, 2015).

9 Outre Brazzaville qui est divisée en 9 communes, il y a 5 communes au Congo, dont 3 dans les Pays du Niari : Dolisie, Nkayi et Mossendjo. Pointe-Noire a un rang de département.

10 Le plus important d’entre eux, le projet Zanaga Iron Ore, a obtenu son permis de recherches en 2007; les recherches à grande échelle (construction d’une base-vie, d’un aérodrome, etc. ) ont débuté en 2009, et un permis de mise en exploitation a été obtenu en août 2014. En raison de la chute du prix des matières premières, l’exploitation n’a toujours pas débuté.

11 Il faut rappeler que hormis quelques axes goudronnés, l’essentiel de la voirie congolaise est constitué de pistes en terre, qui sont abimées par le passage des véhicules et dont la dégradation est accrue lors des épisodes pluvieux, très fréquents dans ce pays équatorial. En l’absence de barrières de pluie, leur entretien doit être constant.

12 Le Congo, ancien pays marxiste-léniniste, a longtemps affiché des taux de scolarisation très importants. En 2003, malgré le rétablissement officiel de la paix, le taux de scolarisation dans le primaire n’était plus que de 54 %, contre 79 % en 1990. Encore ne s’agit-il là que de chiffres nationaux qui ne reflètent pas la diversité des situations selon les régions.

13 Rappelons que celle-ci dit également que les militaires sont les plus aptes à gérer l’après-catastrophe… (Revet, 2009).

14 « Ne pas nuire ». Précepte qui stipule qu’un projet ne doit pas entrainer de dommages lorsqu’il est réalisé, et qu’il doit tenir compte du conflit…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le Sud Congo, réseau de villes et de transports (en 2011) et ONG d’urgence (2000-2004).
Légende Note : Cette carte montre la place des départements du Niari dans l’armature des communications congolaises et leur impact sur le peuplement. Les interventions des ONG d’urgence pendant la période post-conflit ont privilégié les grandes villes et les zones les plus accessibles, au détriment des zones de refuge des déplacés, dans les forêts du nord de la région.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19204/img-1.png
Fichier image/png, 590k
Titre Figure . Les phases d’une « bonne » évolution post-conflit.
Crédits Crédit : selon NEPAD (2005, p. 10)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19204/img-2.png
Fichier image/png, 141k
Titre Figure 3. Évolution comparée des différents territoires des Pays du Niari pendant la période post-conflit.
Crédits Crédit : Frise issue de Joncheray, 2013 b, p. 436
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19204/img-3.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure 4. Trajectoires de ravitaillement en sel pendant la guerre et l’enclavement perçu à travers le prix du carburant en 2009-2011.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19204/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 5. Exemple de cartographie des indicateurs de résilience et construction d’une typologie des territoires.
Crédits Source : M. Joncheray©, 2013-2017.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19204/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 6. Trois types de résilience individuelle. Chez Gina à Sibiti en 2010 : en attendant de pouvoir reconstruire sa maison (à l’arrière-plan), elle vit au fond de sa cour avec trois familles locataires. Au centre, un instituteur de Madingou vend du savon artisanal réalisé selon une technique apprise pendant la guerre (2009). Photo de droite : relance d’une ferme industrielle de poulets en 2010 à Bouansa.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19204/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Joncheray, « Des indicateurs au concept « couteau-suisse », la résilience au prisme d’une géographie du post-conflit », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 30 | mai 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/19204 ; DOI : 10.4000/vertigo.19204

Haut de page

Auteur

Mathilde Joncheray

Docteur en géographie, Laboratoire Passages (UMR 5319), Chercheur associé au Laboratoire Population Environnement Développement (UMR 151), Professeur agrégé, Université de Pau et des pays de l’Adour (UPPA), France, courriel : mathilde.joncheray@univ-pau.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page