Navigation – Plan du site
Section courante

Réseaux et gestion intégrée des zones côtières : un regard de géographes

Valérie Morel, Aude Körfer et Philippe Deboudt

Résumés

Cet article propose une réflexion théorique et exploratoire sur les relations entre GIZC, réseaux, acteurs et territoires. L’étude des réseaux d’acteurs associés à la mise en œuvre d’une Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) est une approche originale de la gouvernance des territoires littoraux. D’un point de vue théorique, cette analyse permet un croisement des approches sociologiques et géographiques. Il s’agit non seulement d’analyser la structuration des acteurs, les niveaux territoriaux de leur action, de montrer comment les acteurs se mobilisent à l’échelle politique européenne et aux échelles nationales, mais également de considérer ce qu’apporte le processus de mise en réseau à la GIZC pour l’évolution des territoires. Pour comprendre la structuration et la complexité de fonctionnement des réseaux, il convient de les caractériser en s’intéressant à leur nature, leur dynamique, leur place et leur rôle dans l’élaboration de la GIZC. Les réseaux liés à la GIZC participent activement aux recompositions territoriales en cours des territoires littoraux à différentes échelles géographiques. Des exemples sont choisis dans l’Union européenne et en France à différentes échelles territoriales (régions, intercommunalités).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La gestion intégrée des zones côtières (GIZC) s’est imposée devant le constat d’une incapacité des dispositifs traditionnels (réglementation, planification spatiale…) à prendre en compte, en suivant une analyse transversale, les enjeux des territoires littoraux. La mise en œuvre de la GIZC sous l’impulsion des réseaux d’acteurs permet d’élaborer de nouveaux modes de « gouvernance » du littoral. La gouvernance renvoie à l’ensemble d’institutions, de réseaux, de directives, de réglementations, de normes, d’usages politiques et sociaux, d’acteurs publics et privés qui contribuent à la stabilité d’une société et d’un régime politique, à son orientation, à la capacité de diriger, de fournir des services et d’assurer sa légitimité (Unesco, 2001). D’après G. Stocker (1998, in Unesco, 2001), la gouvernance fait intervenir un ensemble d’institutions et d’acteurs qui n’appartiennent pas tous à la sphère du gouvernement : en situation de gouvernance, les frontières et les responsabilités sont moins nettes dans le domaine de l’action sociale et économique ; la gouvernance traduit une interdépendance entre les pouvoirs des institutions associées à l’action collective. La gouvernance relève d’un processus d’intégration des enjeux, des acteurs et des territoires. La GIZC ne doit pas être considérée comme un programme ou une politique qui vient s’ajouter aux autres. Il s’agit d’un processus qui tend à renforcer la coordination entre les acteurs, les actions et les instruments qui s’appliquent sur le territoire littoral. D’où l’importance de la concertation et de la négociation.

  • 1  CNUED : Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement.

2Depuis la CNUED1 de 1992 et l’adoption d’une recommandation du Parlement Européen et du Conseil du 30 mai 2002 « relative à la mise en œuvre d’une stratégie de GIZC en Europe », la GIZC est aujourd’hui le processus auquel font référence les politiques publiques d’aménagement du territoire relatives au littoral.

3La GIZC est un processus évolutif dans lequel l’intégration est essentielle. Celle-ci doit être spatiale, administrative, environnementale, et temporelle comme le précise O. Lozachmeur (2005). L’intégration passe par la mise en relation d’acteurs du territoire, que ces derniers vivent sur le territoire ou qu’ils lui soient liés par un processus décisionnel, politique, économique ou scientifique. Ces acteurs jouent un rôle important en apportant non seulement leur savoir mais aussi leur vision prospective pour le territoire. Une question se pose : comment faire participer ces acteurs, comment les faire se rencontrer dans des processus collectifs, comment impulser des synergies autour de la GIZC que chacun aborde de façon différente ? Mobiliser les acteurs autour d’un projet de territoire est une tâche difficile : comment en effet après l’avoir initiée, entretenir la mobilisation sous peine de la voir s’effondrer ? Comment articuler leur participation dans le processus de gestion ?

4L’approche des réseaux de GIZC en Europe est une façon d’aborder la GIZC sous un angle nouveau. Il s’agit de voir comment les acteurs s’organisent et à quel niveau territorial, de montrer comment les communautés scientifiques s’organisent en Europe (échelle politique européenne et échelles nationales), mais également de considérer les apports de la mise en réseau au processus de GIZC. La réflexion proposée dans cet article relève d’une démarche exploratoire et ne présente pas de caractère d’exhaustivité (notamment sur l’ensemble des réseaux d’acteurs en lien avec un processus de GIZC).

5La première partie de ce texte présente les éléments théoriques relatifs aux réseaux d’acteurs et aux territoires en lien avec la mise en œuvre d’un processus de GIZC. Avant d’analyser les fondements de la mise en réseau et les moteurs de l’évolution des réseaux de la GIZC, une méthodologie exploratoire, issue du travail de recherche de A. Körfer (2006), est proposée pour identifier et caractériser les réseaux. Nous proposons dans une troisième partie d’analyser certains apports des réseaux par une lecture croisée des échelles de fonctionnement des réseaux et des motifs de la mise en réseau des acteurs.

Des réseaux d’acteurs autour de la GIZC : approches théoriques

6Quelques travaux ont déjà analysé les relations entre les réseaux d’acteurs et la GIZC à partir d’approches sociologiques et socio-économiques, notamment à partir des fondements théoriques de la sociologie des organisations, de la sociologie de la régulation, de la sociologie de l’innovation, de la coordination collective en économie ou de l’économie des conventions (Pennanguer, 2005 ; Raymond et al. 2005 ; Beuret et al., 2006). Un récent rapport met en évidence la complexité des réseaux d’acteurs en GIZC au travers de l’exemple de la baie du Mont-Saint-Michel et d’une nouvelle démarche de gestion portée par l’association interdépartementale de la Manche et de l’Ille-et-Vilaine (Raymond, Tartarin et Pennanguer, 2005). Une réflexion sur les liens entre réseaux et GIZC mobilise l’approche des réseaux sociaux qui permet d’analyser les réseaux d’acteurs. Ces derniers s’appuient sur des territoires définis ou créent de nouveaux territoires.

7Au regard de la diversité sémantique qui caractérise la notion réseau (cf. infra), il paraît important d’en discuter la définition, d’identifier les éléments constitutifs et de cerner le rôle des réseaux pour la GIZC. Il existe plusieurs acceptions de la notion de réseau : les réseaux techniques, les réseaux d’entreprises, les réseaux territoriaux, les réseaux sociaux… Cette notion de réseau recouvre des sens variés et possède un contenu épistémologique partagé entre différentes disciplines en sciences humaines et sociales. En géographie, le passage d’une analyse des formes à celle des réseaux marque une étape majeure dans le développement de la discipline (essor de la « nouvelle géographie » des années 1960). Au cours des années 1980, un autre tournant culturel conduit à interroger les réseaux selon des perspectives nouvelles, à y voir non seulement des objets géographiques (villes, infrastructures) et des supports de flux, mais aussi des éléments-clefs dans les systèmes de communication et de relations institutionnalisées. Ce changement conduit à s'interroger sur les stratégies de ceux qui les dessinent, les entretiennent et les font fonctionner, ainsi que sur leur incidence sur les manières de vivre, de sentir et de penser (Claval, 2005). Les réseaux, objets géographiques (réseaux de villes, de transport, Internet…) contribuent à restructurer les territoires. Les géographes montrent, dans leurs travaux, comment la part croissante des réseaux dans la vie économique et sociale bouleverse non seulement le fonctionnement des firmes mais également l’organisation de l’espace et le fondement du pouvoir local. Ces mutations impulsées par les réseaux méritent analyses et interprétations qui seront à l’origine de la création de la revue Flux, créée en 1990 et portée par Gabriel Dupuy2. De la même manière, les sociologues se sont intéressés aux réseaux qui structurent la vie sociale, réseaux sociaux, devenus un mode d’approche nouveau dans cette discipline (Degenne et Forse, 2004) : prendre pour objets d’étude non pas les attributs des individus (âge, profession etc...) mais les relations entre les individus (ou les groupes) et les régularités qu’elles présentent pour les décrire, rendre compte de leurs formations et de leurs transformations (Mercklé, 2004). C’est la référence au concept de territoire qui permet un croisement entre les approches géographique et sociologique pour l’étude des réseaux sociaux. De nombreux géographes ont défini le concept de territoire, qu’il s’agisse de A. Bailly, R. Ferras et D. Pumain, (1995), R. Brunet, R. Ferras, H. Théry (1998), G. Di Méo (1998), B. Debarbieux & M. Vanier (2002) ou bien encore J. Lévy & M. Lussault (2003). Le territoire est un espace, dénommé, délimité, identitaire, perçu et approprié compte tenu qu’il s’agit d’une surface ou maille gérée soumise à l’exercice d’un pouvoir, d’une administration, d’un groupe d’individus. « Le territoire est avant tout une construction sociale » (Di Méo, 1998). « Le territoire est souvent abstrait, idéel, vécu et ressenti plus que visuellement repéré » (Di Méo, 1998). Le territoire est un espace en mouvement qui se transforme et se recompose sous l’impulsion des acteurs (Debarbieux, Vanier, 2002). Un territoire peut être une surface ou une construction mentale sur laquelle un pouvoir applique une politique donnée. Le territoire est en quelque sorte une maille construite autour des caractères suivants :

  • Un espace localisé aux contours mobiles et perméables à l’extérieur, approprié et aménagé ;

  • Un espace de représentations ;

  • Un espace des acteurs organisés en réseaux.

8Les réseaux remplissent une fonction d’intermédiaire : ils mettent en relation projets, acteurs et territoires. Le nombre de réseaux se multiplie et permet de rassembler un nombre considérable et une diversité d’acteurs à des fins de mobilisation, de sensibilisation et d’action pour la mise en œuvre d’un processus de GIZC. Dès lors, l’étude des réseaux sociaux renouvelle celle des territoires. Afin de comprendre la complexité de fonctionnement des réseaux, il convient de caractériser les réseaux en s’intéressant à leur nature, leur dynamique, leur place et leur rôle dans l’élaboration de la GIZC.

Définition et éléments constitutifs du réseau

9Un réseau est « un ensemble de lignes ou de relations aux connexions plus ou moins complexes » (Brunet et al., 1998). Pour B. Mérenne-Schoumaker (2002), un réseau est « un ensemble de lieux liés entre eux ; les liens peuvent être matériels (voies ou ensemble de voies [ex. : réseau autoroutier]) ou immatériels s’exprimant par des relations, des flux de services, d’informations [ex : réseaux Internet]». Les réseaux peuvent être techniques (routes, chemins de fer…), de flux, de relations, d’échanges, urbains, etc. Pour J. Lévy et M. Lussault (2003), le réseau est « un espace à métrique topologique ». Le réseau n’est pas posé sur un espace ou contenu dans un territoire. Le réseau peut être traité comme un espace de référence. Le réseau devient alors l’étendue. L’analyse des réseaux repose non seulement sur l’étude de leur structure (sommets, nœuds, arêtes, …) mais doit associer celle des relations d’un réseau à d’autres espaces, voire d’autres réseaux. « Les réseaux ne sont ni seulement matériels, ni seulement immatériels. Il sont le fait autant des individus que des organisations. Les identités en réseaux existent et ne cessent de se renforcer en relation avec la croissance de la mobilité » (Lévy et Lussault, 2003). Tout réseau consomme, génère, partage, protège des ressources, que ce soit de l’argent, de l’information, ou des matières premières,… nécessaires à la mobilisation des parties prenantes. Les réseaux sont développés sur le principe de l’intérêt mutuel. Pour cette raison, les relations sont davantage polycentriques que hiérarchiques. La théorie des réseaux conçoit les relations sociales en termes de nœuds et de liens. « Tout réseau est fait d’arcs et de sommets, ou de lignes et de nœuds ce qui est la même chose ; c’est-à-dire de trajets, de relais et de carrefours » (Brunet, 1994). Dans un réseau, les nœuds sont les acteurs et les liens les relations entre ces acteurs. Ressources, acteurs, liens sont donc les éléments constitutifs du réseau d’acteurs.

La ressource : des informations partagées

  • 3  V. Lémieux les ressources peuvent être matérielles, normatives, statutaires, actionneuses, humaine (...)

10V. Lémieux (1999) distingue sept catégories3 de ressources potentiellement échangeables au sein d’un réseau. Dans le cadre de la GIZC, les ressources échangées sont « informationnelles » ; elles prennent des formes très variables (écrite, orale, audio, visuelle, cartographique…) et proviennent d’émetteurs divers. Deux des difficultés de la GIZC résident dans le croisement des différents points de vue et dans le partage de connaissances communes relatives à la zone côtière. Le réseau constitue l’outil permettant d’organiser le dialogue autour des informations disponibles. Collectées et partagées, ces informations constituent le corps des données mobilisables facilitant la compréhension et l’appropriation réciproque des cadres analytiques de la GIZC. Les informations nourrissent les échanges nécessaires pour construire un travail et une analyse collective allant au-delà de la juxtaposition des différentes informations.

11Dans un réseau, les ressources informationnelles ne sont pas hiérarchisées selon l’organisation pyramidale des émetteurs. Le réseau se conceptualise dans une dimension horizontale où tous les acteurs et donc toutes les informations sont, en théorie, de poids équivalent. C’est l’échange entre les acteurs qui fera que l’information sera conservée et jugée prioritaire ou secondaire. Le réseau est une scène de concertation, un lieu de dialogue dans lequel les acteurs échangent autour d’informations partagées. Qui sont les acteurs qui émettent et reçoivent les ressources informationnelles de la GIZC ?

Les nœuds : les acteurs de la GIZC

12L’unité de base du réseau d’acteurs est l’individu, et ce, même si souvent, les membres d’un réseau sont une organisation ou une institution ; ces dernières sont toujours représentées par des personnes physiques, donc un individu (Fig. 1). Selon S. Pennanguer (2005) « tout individu traitant, utilisant, intervenant directement ou indirectement en zone côtière peut être considéré comme un acteur de la zone côtière ». Trois familles d’acteurs peuvent être individualisées selon leur implication sur le territoire : les décideurs, les usagers et les scientifiques.

13Un décideur, désigné couramment par les termes d’élus et de gestionnaire, agit dans une démarche de gestion sur un territoire considéré. Il est souvent représentant d’un groupe d’acteurs, d’un service public ou de la population locale lorsqu’il s’agit d’élus. Un usager utilise potentiellement les zones côtières pour y résider, y exploiter des ressources ou y pratiquer des loisirs. Les usagers sont couramment associés en groupes plus ou moins construits et officiels. Un scientifique agit dans une démarche d’expert apportant une connaissance, un avis sur une question. Cette structuration des acteurs n’est pas propre aux zones côtières mais elle se retrouve sur tout territoire. Les réseaux peuvent s’organiser autour d’acteurs appartenant à une même famille d’acteurs ou au contraire rassembler des acteurs de différentes familles. Ainsi certains réseaux peuvent être uniquement composés d’acteurs institutionnels, de chercheurs ou d’usagers. Cet aspect est important car il influence non seulement le degré d’intégration entre les acteurs mais également l’intégration des différentes problématiques concernées par le processus de GIZC. Une relation théorique laisse à penser qu’un réseau rassemblant des acteurs variés peut mieux répondre aux attentes de la GIZC. Ce postulat doit être nuancé dans la mesure où l’efficacité d’un réseau et sa pérennité apparaissent étroitement liées aux habitudes de travail en commun. Le choix des acteurs apparaît stratégique et oriente la manière dont le processus de GIZC sera abordé au sein du réseau (Raymond et al., 2005). Les acteurs déterminent le maillage du réseau. Ce dernier n’est effectif que si des connexions lient les acteurs entre eux (figure 1).

Figure 1. Acteurs potentiels d’un réseau de GIZC.

Figure 1. Acteurs potentiels d’un réseau de GIZC.

Les liens : des relations dynamiques

  • 4  Traduction A. Körfer (2006) : « Le networking est considéré comme un processus par lequel les indi (...)

14S’intéresser aux relations créées entre les acteurs apparaît fondamental dans l’analyse des réseaux et de leur action. Un réseau s’analyse davantage par la dynamique de ses relations que par son type d’organisation. Les travaux de J. Taussik (2004) qui portent sur la GIZC confirment cette vision dynamique en donnant non une définition du « réseau » (network) mais de la « mise en réseau » et du « travail en réseau » (networking)4.

15Chaque réseau se construit autour de liens dits « forts » et de liens dits « faibles » (Granovetter, 1973). Le temps passé en commun par les acteurs est un paramètre pour mesurer l’opérationnalité du réseau, et se traduit par des services et des intérêts communs. Un réseau d’acteurs construit autour de liens forts demande aux participants d’investir beaucoup de temps pour entretenir ces connexions et est en général assez fermé sur l’extérieur. En théorie, un groupe d’acteurs, reposant sur des liens forts, forme un réseau homogène. Il existe des réseaux dont la composition est hétérogène et dans lesquels tous les membres ou seulement une partie d’entre eux sont liés par des liens forts. Néanmoins, les liens faibles sont indispensables dans un réseau. Ils permettent d’établir des connexions avec d’autres réseaux et participent à l’élargissement du réseau.

16Afin de rendre compte au mieux du fonctionnement et de la finalité d’un réseau, il est fondamental de s’intéresser au « contrôle », que peut avoir l’acteur à la tête du réseau (chef de file) sur le reste du réseau. Ce contrôle commande la capacité de l’acteur à rendre soit ses attentes premières, soit à construire un échange conjoint ; en d’autres termes le service peut être unilatéral ou partagé (Raymond et al., 2005).

17La formation d’un réseau d’acteurs repose sur des choix stratégiques. Les acteurs porteurs du réseau identifient et sélectionnent les membres potentiels en fonction de leur aptitude, voire de leur habitude à travailler ensemble, de l’intérêt et de la motivation des acteurs à s’associer pour servir les attentes du réseau.

Rôles des réseaux d’acteurs pour la GIZC

18Les réseaux d’acteurs constituent un moyen de mobiliser la société civile dans l’élaboration du processus de GIZC. La concertation, principe moteur de la GIZC et engagée par la mise en réseau, permet d’aboutir à des projets partagés par une majorité d’acteurs. De plus, la GIZC faisant référence au territoire, il est fondamental de s’interroger sur le lien entre réseau et territoire.

Le réseau : porteur de concertation

19La concertation ne peut se construire sans partage de références communes entre les participants. La mise en réseau des acteurs en vue de leur participation à un projet commun, répondant aux attentes de la GIZC, demande que les échanges entre les membres du réseau constitué soient organisés. La confrontation des vues, la construction de valeurs partagées entre participants et l'appropriation réciproque des cadres analytiques mobilisés et leur articulation sont des étapes importantes pour la mise en œuvre de la concertation (Beuret et al., 2006). Les réseaux sont des assemblées au sein desquelles tout ce travail de mise en commun indispensable à la GIZC peut s’opérer. Rappelons comme avancé plus haut (voir paragraphe : La ressource : des informations partagées) que dans un réseau tout participant et toute information sont, en théorie, de poids équivalent. La concertation est un exercice plus ou moins aisé en fonction du statut, de la diversité et du nombre de participants. Les réseaux sont donc indispensables au processus de concertation car ils se construisent pour promouvoir la GIZC et véhiculent des intérêts mutuels.

Le réseau : révélateur et créateur de territoire

20Selon J.-M. Offner et D. Pumain (1996) « le territoire est donc espace…en même temps qu’identité collective : c’est sous deux aspects qu’il peut être mis en rapport avec les réseaux ». Le territoire agit sur le réseau et réciproquement. En effet, le territoire peut donner une logique à l’union en réseau des acteurs mais le réseau peut également agir en soudant le territoire par l’intermédiaire de ses acteurs. Les réseaux peuvent s’organiser autour d’une identité territoriale ou participer à la recomposition territoriale.

21Un réseau peut-il créer un territoire ? Les réflexions de J.-M. Offner et de D. Pumain (1996) montrent que le territoire est plus qu’un simple support physique des réseaux. En effet, le territoire favorise non seulement la proximité géographique mais également la proximité sociale en ce sens qu’« il y a socialisation de l’individu vis-à-vis des différents territoires où il a vécu, c’est-à-dire construction de repères et de liens relatifs au territoire ». L’utilisation d’un territoire implique le partage des mêmes espaces, des mêmes ressources, créateur de liens sociaux. De cette réciprocité naît un territoire fonctionnel dont les limites ne recouvrent pas systématiquement les limites des territoires administratifs. « De la superposition des expériences socio-spatiales individuelles des acteurs du réseau, naît une image commune, un véritable territoire : le territoire de leurs échanges […]. En conséquence, tout réseau construit son territoire au gré de la nature des échanges et du type d’acteurs composant cette organisation réticulée » (Barnèche-Miqueu et Lahaye, 2001) » (Raymond et al., 2005). Le réseau est donc source de territoire et participe selon l’expression de B. Debarbieux et M. Vanier (2002) à la « complexité territoriale », expression désignant l’ensemble des processus participant à la construction de nouvelles territorialités. Les réseaux reflètent les identités géographiques (Lévy et Lussault, 2003). Les réseaux participent de ces nouvelles territorialités. En d’autres termes, l’hypothèse de la complexité territoriale portée par les réseaux désigne les réseaux comme outils opératoires d’analyse du rapport entre territoire et GIZC. Or, le territoire et les liens qui l’animent ne sont-ils pas l’ossature d’un réseau porteur de la GIZC ?

22Aborder les réseaux à l’échelle de l’Union européenne s’impose par l’encouragement des politiques européennes à la mise en œuvre de stratégies nationales de GIZC (Recommandation du Parlement européen et du conseil du 30 mai 2002). Différentes sous-échelles géographiques et politiques doivent également être prises en compte : l’échelle des mers régionales, des Etats avec leurs propres échelles infra-nationales. A ces échelles s’ajoutent des échelles définies par les programmes de fonds structurels (échelles correspondant à une organisation administrative de gestion des fonds structurels et pouvant être modifiées pour des motifs géopolitiques – stratégies territoriales et politiques budgétaires). La logique de ce dernier type d’échelle est parfois contestée comme ont pu le montrer les remises en cause répétées de l’espace Atlantique (défini dans le cadre du programme INTERREG III B). La prise en compte de ces différentes échelles est imposée par la manière dont les réseaux sont eux-mêmes structurés (cf. les acteurs peuvent dans un même réseau représenter différentes échelles de gestion du littoral). Un réseau peut aussi se former dans le cadre d’une nouvelle « zone » de développement définie par l’Union européenne. La continuité territoriale entre les acteurs n’est pas nécessaire à la constitution d’un réseau. Certains réseaux européens sont même construits sur le sentiment de périphérie des acteurs. Le vrai défi de la GIZC ne serait-il pas d’organiser cette concomitance des échelles et leur interaction ?

23Après une présentation théorique des réseaux d’acteurs appliquée à la GIZC, il convient de proposer une approche expérimentale d’observation de réseaux d’acteurs agissant sur la zone côtière. Aborder les réseaux d’acteurs de la GIZC par les acteurs et les pratiques qu'ils recouvrent, par la présentation de mises en réseau effectives s’impose comme une étape fructueuse pour contribuer aux débats sur les apports et limites des réseaux dans le processus de GIZC.

Naissance et croissance des réseaux d’acteurs de la GIZC

24Comprendre la formation des réseaux et la manière, dont ils évoluent exige une bonne connaissance de leur configuration. Les réseaux engagés dans le domaine de la GIZC constituent une organisation complexe, et ce, par leur nombre croissant, la manière dont ils se superposent et agissent, mais fondamentalement d’abord par la diversité de leurs motifs de constitution, soit par ce qui fait la raison d’être du réseau.

25La présentation de la méthode d’analyse et des outils de lecture utilisés précède l’analyse des logiques de mise en réseau, correspondant à ce moment de la naissance du réseau. Les réseaux n’étant pas des structures définies une fois pour toutes, leur caractérisation l’est toujours à un moment donné. En permanence, l’étude des réseaux demande qu’ils soient observés individuellement mais aussi dans leur ensemble.

Lire les réseaux

26Il est en premier lieu nécessaire de recenser et d’identifier les réseaux intervenant dans le champ de la GIZC. Ce travail implique la mise en place de méthodes de recensement et d’outils de lecture.

Méthodologie d’analyse

27Un préalable à l’analyse des réseaux est leur identification. Une recherche sur Internet (http://www.google.fr) mentionnant l’association des termes de « réseau » et de « GIZC » a révélé 13 100 réponses. Une recherche identique avec la traduction en anglais « network » et « ICZM » propose 70 200 réponses. Google est certes l’un des moteurs les plus utilisés mais il n’est pas l’unique. De grandes différences existent déjà dans les résultats, si l’on se positionne sur google.fr, .uk, .de et selon la langue de la requête et les associations de termes. Une grande partie de la recherche sur les réseaux repose sur les liens existant entre les réseaux eux-mêmes (ex : tel réseau est associé à tels autres, eux-mêmes…), ainsi que sur les sites plate-forme (ex : plate-forme pour les réseaux baltiques). La recherche est fréquemment appuyée sur la recherche spécifiée de réseaux dont le nom est apparu au moins une fois antérieurement dans les liens avec d’autres réseaux, comme partenaire, dans le cadre de conférences ou de publications, etc. Cette étape d’identification a été également nourrie par de nombreux témoignages notamment des têtes de réseaux. Ces rencontres peuvent être considérées comme des entretiens non-directifs. Ces derniers visaient à bien saisir les éléments qui structurent les réseaux. Il s’agissait ainsi de repérer des éléments clés du fonctionnement des réseaux. L’un des problèmes rencontrés lors de ces entretiens est celui de la « confidentialité », notamment en ce qui concerne les stratégies d’acteurs que l’on ne peut « répéter » en raison des concurrences entre réseaux.

28Après identification des réseaux, la deuxième étape a été l’élaboration d’un outil de lecture des réseaux. Il s’agit de trouver, grâce à cet outil, des réponses ou le cas échéant des méthodes d’approche pour un certain nombre de questions. Les interrogations de départ portent sur des aspects quantitatifs (densité des réseaux, phénomène de multiplication des réseaux), mais aussi sur les relations entre réseaux, soit sur les situations de superposition, de monopole, de complémentarité et de concurrence qui peuvent exister entre les réseaux. Le fonctionnement des réseaux et notamment leur financement font partie des questions qui se posent. Qu’apportent réellement les réseaux à la GIZC, sont-ils porteurs d’une approche véritablement intégrée ou bien ont-ils au contraire tendance à privilégier un seul aspect du développement des zones côtières (économique, environnemental ou social) ?

Outils de lecture

29Face à ces interrogations nombreuses, les outils requis sont des outils d’identification et d’organisation. L’utilisation des termes de « classification » et de « typologie » renvoie à une mise en ordre des éléments, prenant difficilement en compte le caractère dynamique des réseaux. L’élaboration d’une typologie permet de cerner les morphologies des réseaux.

30Un réseau peut en effet être abordé sous différents angles tels celui de ses acteurs, de la thématique qu’il aborde, de son territoire, etc. Neuf aspects ont été ainsi définis : géographie, acteurs, temporalité, cadre (politique, programme…), objet (finalités), financement, organisation du réseau, thématiques abordées, objectifs concrets (action effective) : ils correspondent à la première colonne du tableau (Tableau 1). Chacun de ces aspects a été précisé par un certain nombre de descripteurs (colonnes suivantes). Les angles d’approche et les caractéristiques pouvant être utilisés pour définir un réseau ont été réunis pour former une grille d’analyse. L’utilisation de cette grille est simple et permet de dresser rapidement le portrait d’un réseau. Le réseau est alors caractérisé et facilement identifiable.

31La grille d’analyse, ici présentée, résulte de l’analyse du Réseau Français de Recherche Côtière (RFRC). Celle-ci fait ressortir la présence de l’Etat et de l’Union européenne comme organisateurs et financeurs de ce réseau, devenu branche française du réseau ENCORA. Si la grille d’analyse individuelle des réseaux est un outil mis en place afin de permettre l’identification des réseaux, elle permet également la mise en perspective des réseaux les uns par rapport aux autres, et notamment l’étude des superpositions de réseaux, des concurrences entre réseaux agissant sur un même territoire et/ou dans un même domaine. La grille d’analyse permet d’identifier les réseaux à un certain moment et de suivre l’évolution des réseaux dans le temps (ex : nombre croissant ou décroissant de partenaires, modification de l’échelle géographique d’intervention). Ainsi, plus qu’un outil d’identification, elle est aussi un outil de suivi de l’évolution des réseaux. La grille doit elle aussi être pensée comme un outil modulable. Des caractéristiques peuvent en effet être ajoutées, modifiées, et ce non seulement en fonction de l’évolution du contexte politique de la GIZC, mais également en fonction de la stratégie de lecture que l’on adopte (il peut être ainsi choisi de développer davantage un angle d’approche en détaillant ses caractéristiques).

32Si la grille d’analyse est un outil simple, la principale difficulté d’utilisation concerne la collecte de l’information, essentiellement effectuée sur Internet, devenu outil de communication essentiel parfois exclusif des réseaux (pour des raisons de coûts). Il est en effet difficile de parvenir à un recensement exhaustif des réseaux et d’accéder à une information transparente sur les réseaux. A ces difficultés s’ajoutent celles d’évaluer l’implication réelle de certains réseaux dans le champ de la GIZC et de réussir à prendre en compte les réseaux informels.

Tableau 1. Grille de lecture appliquée au Réseau Français de Recherche Côtière (RFRC) (Source : A. Körfer, 2006).

Tableau 1. Grille de lecture appliquée au Réseau Français de Recherche Côtière (RFRC) (Source : A. Körfer, 2006).

33Les caractéristiques retenues pour la réalisation de la grille d’analyse peuvent être utilisées comme critères permettant d’apprécier la morphologie des réseaux. En effet, les réseaux peuvent être organisés en fonction de leur mode de financement, de leur implantation géographique, de leur type d’acteurs, etc. (figure 2). La morphologie du réseau repose alors sur l’utilisation de caractéristiques de convergence.

Figure 2. Organisation des réseaux dans l’Union européenne.

Figure 2. Organisation des réseaux dans l’Union européenne.

34Les caractéristiques de la grille elle-même, définies préalablement, peuvent également, après mise en perspective des réseaux, être utilisées comme indicateurs de l’efficacité d’un réseau.

Formation des réseaux

35L’élaboration d’un réseau est intentionnelle. Un réseau relie des acteurs en les associant dans une dynamique commune. Pour qu’un réseau se mette en place, la condition sine qua non est une volonté commune ou une finalité partagée des acteurs. Les motifs et les objectifs de la mise en réseau peuvent être de nature différente. Il peut s’agir de s’interroger sur les problèmes rencontrés sur des espaces physiques définis (une île, une rade, un estuaire…), de faire face à un même enjeu environnemental (pollution des eaux côtières, maintien d’une ressource…) ou encore de s’interroger sur la vulnérabilité d’un territoire face à un risque (érosion, submersion…), etc. La mise en réseau suppose un intérêt commun des acteurs et répond généralement à un besoin. Ce besoin peut être la recherche de plus de communication entre les acteurs, de mise en commun de leurs connaissances et de leurs expériences, de meilleure coordination de leurs compétences respectives. Le réseau peut aussi répondre à la nécessité de faire face, de façon unie, à un problème et de définir collectivement des solutions.

Initiative de la mise en réseau

36Un réseau peut se constituer à l’initiative d’acteurs qui se connaissent et souhaitent s’organiser en réseau pour donner une lisibilité plus nette à leur intérêt : le réseau devient alors un porte-voix. Etre intégré à un réseau permet de ne plus être un acteur isolé, et ce, grâce à la complémentarité des moyens et des compétences de chacun. Dans ce contexte de motivation commune à la mise en relation, certains réseaux peuvent avoir pendant un temps plus ou moins long le statut de réseaux informels. Le travail en réseau repose sur l’adhésion personnelle et le réseau s’appuie sur un tissu relationnel. Il peut s’agir par exemple d’un réseau de scientifiques souhaitant mettre en commun leur connaissance d’un territoire ou d’une problématique. Ce type de réseau vise à introduire une approche pluridisciplinaire de l’objet d’étude. Le travail réalisé sur la zone côtière par les scientifiques de trois universités du nord de la France (Université d’Artois, Université du Littoral Côte d’Opale, Université de Lille 1) est un travail transdisciplinaire en réseau. Informel, le réseau n’a pas de nom, mais existe par l’association récurrente de ses acteurs dans des projets communs5. La mise en réseau interroge en ce cas aussi l’organisation de la recherche scientifique et universitaire elle-même. Elle peut en effet correspondre outre la volonté de plus d’interdisciplinarité à une volonté de décloisonnement administratif et territorial. Un réseau comme celui présenté ci-dessus peut-il rester indéfiniment informel ? Un réseau a-t-il besoin d’un nom pour exister ? Il est possible que pour un réseau de ce type la pérennisation ou du moins la reconnaissance du réseau (et du travail effectué par le réseau) par des tiers suppose à moyen ou long terme sa nomination. Le réseau peut également être le résultat d’une incitation par certaines institutions à la mise en réseau. Ces institutions ont une implication particulière dans le processus de la GIZC et initient la mise en relation non seulement en définissant l’intérêt du réseau mais également en le finançant. Bien souvent, ce type de réseau est porté par une institution initiatrice de la GIZC, il peut s’agir de l’Union européenne comme d’un Etat. A l’échelle européenne, la mise en place dans le cadre du 6e PCRD6 d’un réseau de recherche spécifique à la GIZC, ENCORA, illustre le soutien exprimé par les institutions européennes à la mise en réseau. Le réseau est constitué sur le volontariat de chercheurs entrant en relation les uns avec les autres dans un cadre donné. A l’échelle nationale, il est possible de se référer à la stratégie de GIZC développée par l’Etat français. Elle implique d’une part la mise en réseau des acteurs dans le cadre d’un Conseil national du littoral, dont les membres ont été proposés et nommés par les ministères compétents. D’autre part, le gouvernement français a mis en réseau les 25 projets pilotes de GIZC développés dans le cadre de la stratégie nationale.

Les fondements de la mise en réseau

37Les motifs de la mise en réseau fournissent des informations essentielles sur la nature et le fonctionnement d’un réseau. Ce motif constitue le point de convergence initial du réseau. Ce point de convergence peut être thématique, les acteurs d’un même secteur d’activité du littoral pouvant se regrouper. La mise en réseau correspond alors à une approche sectorielle de la GIZC. Pour J. Taussik (2004) (figure 3), un réseau d’acteurs de GIZC se conçoit au contraire autour de la mise en relation des différents domaines d’activités du littoral. Ce type de réseau permet de mettre en avant non seulement les thématiques liées au littoral, mais aussi la diversité des intérêts particuliers. L’approche thématique du réseau interroge sur les fondements de la mise en réseau. Correspond-elle à une volonté des acteurs de plus d’interdisciplinarité ou au contraire à une volonté de voir leurs intérêts individuels mieux représentés ? Dans ce dernier cas, l’adhésion au réseau peut correspondre à une attitude défensive. Un acteur peut en effet adhérer à un réseau par souci de non-exclusion. Si cette démarche est manifestement individuelle, elle montre aussi que les acteurs sont conscients du fait que la GIZC est un processus collectif.

38Ces réseaux se construisent souvent autour d’enjeux économiques à l’origine de conflits d’usage de la zone côtière, dont ils peuvent devenir des mécanismes de régulation : « […] le conflit, bien qu’étant une forme du désaccord, est aussi une forme de socialisation qui unit les parties rivales » (Hahn, 1990). Les acteurs partagent un même référentiel et une même finalité. Les acteurs agissant en réseau partagent des valeurs semblables mais pas nécessairement le même ancrage territorial. Dans d’autres contextes, le réseau s’organise autour d’une unité physique. Les territoires situés autour de l’espace commun sont mis en relation autour d’un intérêt commun. L’élément révélateur est souvent l’impact des dégradations environnementales : impacts sur la pêche, impacts sur le tourisme, impact sur la biodiversité, etc. Les mers telles la Méditerranée ou la Baltique sont le cadre de plusieurs réseaux d’acteurs de GIZC mettant en relation les pays riverains des mers s’interrogeant et agissant pour leur protection. Ce sont, en ces cas, sur des territoires affaiblis (fragilité économique, politique ou environnementale) que les réseaux se constituent (Körfer et Morel, 2007). Mis en réseau autour d’une thématique, dans un objectif de meilleure communication entre les acteurs, un réseau peut aussi s’organiser autour d’un projet. Les acteurs deviennent alors partenaires. Le projet introduit une dynamique ou permet de la maintenir. Il apporte, par ailleurs, une source de financement vitale ou seulement complémentaire. Cet aspect financier rappelle qu’un réseau a des coûts de fonctionnement : coordination, communication (maintenance d’un site Internet, recours à des services de traduction…), etc. L’analyse des financements peut aussi expliquer ses équilibres internes : la domination d’un des partenaires peut être avant tout financière.

39L’analyse des réseaux comporte ainsi celle des réseaux de projets de GIZC, notamment financés par les fonds structurels européens. Ce cadre implique l’inscription des réseaux dans la temporalité de la programmation européenne des fonds structurels. Le passage d’une période d’une programmation à la suivante a un impact sur le paysage des réseaux, les uns disparaissant, les autres étant parvenus à se pérenniser - parfois en se restructurant-. La grille d’analyse (présentée précédemment) peut être utilisée pour organiser le paysage de ces réseaux nombreux et dont la lecture est parfois rendue difficile par la manière dont ils évoluent : renommés, perdant ou gagnant des partenaires, disparaissant après la période de financement, etc. En ce sens, les nouvelles programmations sont des mises à l’épreuve des organisations existantes et une opportunité pour des réseaux cherchant un cadre pour se développer ou se renforcer. Une fois en place, un réseau n’est jamais une structure stable et figée mais bien une organisation qui évolue dès sa création.

Evolution des réseaux

40Un réseau est une structure vivante dans la mesure où il est créé, se développe, évolue et peut disparaître. Un réseau d’acteurs est en perpétuel équilibre et chaque échange, confrontation ou opinion interne ou externe peut le déstabiliser. Pour rester stable, chaque réseau adopte un comportement dynamique qui se manifeste par des créations et ruptures de liens entre acteurs. Des branches de réseau disparaissent, d’autres branches ou réseaux apparaissent au gré des alliances, des désunions et des enjeux qui animent le réseau. Mais outre l’évolution individuelle des réseaux, c’est l’évolution globale de l’organisation des réseaux qui est en jeu. Entrent en ligne de compte non seulement des éléments endogènes aux réseaux mais aussi des éléments exogènes.

Figure 3. Les réseaux d’acteurs dans la zone côtière selon J. Taussik (1996).

Figure 3. Les réseaux d’acteurs dans la zone côtière selon J. Taussik (1996).
  • 7  L’Agenda 21 (Conférence de Rio, 1992) constitue l’un des textes de référence en matière de dévelop (...)
  • 8  La Convention d’Aarhus (signée au Danemark, le 25 juin 1998 par 39 Etats) constitue un texte fonda (...)

41Le contexte politique dans lequel se développent les réseaux joue ici un rôle essentiel. Un suivi de près de vingt ans sur la formation des réseaux aboutit au constat de leur multiplication. Cette augmentation résulte à la fois de l’évolution des premiers réseaux qui ont donné naissance à des branches secondaires et d’une sollicitation plus active du public dans les démarches de développement durable, et par ricochet dans le processus de GIZC. Cette participation active des acteurs est impulsée par des accords internationaux retranscrits dans le droit européen. Des programmes d’action comme l’Agenda 217 ou la Convention d’Aarhus8 modifient les législations nationales en faveur des organisations non gouvernementales suivant le principe d’une plus grande participation du public au processus décisionnel. Le réseau est un outil de mise en œuvre de la participation du public. La participation du public signifie la préférence d’un processus bottom-up à un processus top-down. Cette dynamique doit contribuer à développer le caractère intégré de la GIZC. La reconnaissance grandissante du rôle du public favorise l’organisation de réseaux qui interviennent comme des espaces de dialogue et d’échange de l’information. La participation du public ne doit pas signifier la rédaction d’un cahier de doléances mettant en avant des intérêts particuliers mais doit idéalement signifier un projet de territoire. L’objectif de la participation est ainsi de faire du public un acteur à part entière du territoire. Dans cette perspective, le réseau est la forme organisationnelle la plus adaptée car elle permet le développement d’un intérêt commun entre les différents acteurs. L’approche bottom-up est atteinte lorsque les acteurs sont à l’initiative de leur mise en réseau. Dans le cas de réseaux mis en place par des institutions, la question reste ouverte. L’évolution des réseaux est dépendante de l’évolution de leur propre fonctionnement et de l’adhésion des acteurs. L’activité d’un réseau peut être modifiée par l’affaiblissement ou au contraire le renforcement de l’adhésion de ses membres. Cela montre qu’un réseau repose essentiellement sur la motivation des individus qui le composent et que sa dynamique repose sur la volonté commune. L’évolution d’un réseau peut aussi être liée à l’évolution de ses activités (diversification, accroissement, restriction). L’activité est souvent un corollaire du financement. Le changement du mode de financement ou du montant des financements dont bénéficie le réseau est à l’origine d’une modification de ses activités. La modification d’un réseau peut avoir un impact sur son rayonnement. Un réseau actif peut attirer à lui de nouveaux acteurs et inversement, un réseau perçu par ses membres comme passif perdre l’adhésion des acteurs qui le constituent. La situation extrême est alors la dissolution du réseau. La dissolution n’est pas forcément négative. Elle peut signifier pour un réseau la recherche d’une nouvelle organisation et d’une nouvelle dynamique. Les modifications d’un réseau liées à la restriction ou au contraire à l’élargissement de son nombre de partenaires ont un impact sur la géographie du réseau. Ce dernier peut soit se concentrer davantage sur un territoire, soit s’étirer spatialement, ou bien encore devenir lacunaire et perdre de ce fait de sa cohérence. Les modifications internes aux réseaux peuvent aussi avoir un impact sur l’organisation globale des réseaux. L’affaiblissement d’un réseau ou au contraire sa volonté d’accroître son activité ou son rayonnement peut donner lieu à des fusions entre réseaux. En réalité, le phénomène de fusion reste mineur par rapport à celui de multiplication des réseaux, signifiant la naissance de nouveaux réseaux. La multiplication des réseaux implique un meilleur maillage du territoire mais également leur superposition. Lorsque ces réseaux abordent des aspects différents ou représentent des acteurs différents, ils peuvent agir soit en concurrence, soit en complémentarité et constituer, en ce cas, la base d’un réseau commun. Mais lorsque deux réseaux mènent en parallèle une action comparable, il est possible de s’interroger sur leur efficacité : n’y a-t-il pas double usage ?

Apports des réseaux à la GIZC

42L’association entre un réseau d’acteurs et un processus de GIZC est relativement récente. Ces réseaux ont cherché et cherchent à s’organiser en prenant en compte les différentes composantes de la GIZC. Les apports varient selon l’échelle géographique que l’on considère, mais surtout selon les motifs de la mise en réseau. Dans quel but les acteurs se sont-ils mis en réseau ? Pourquoi la création d’un réseau leur est-elle apparue nécessaire ? Quelques éléments de réponse sont apportés par une présentation de certains réseaux clés de la GIZC. Ce panorama n’est pas exhaustif : il fait uniquement référence à des réseaux clairement identifiés comme réseaux de la GIZC.

43Deux types de démarches permettent d’analyser les liens entre réseaux d’acteurs et GIZC :

  • une analyse centrée sur un lieu où des réseaux d’acteurs sont engagés dans la construction d’un projet de territoire en lien avec la mise en œuvre d’une gestion intégrée des zones côtière. Dans cette approche, les réseaux sociaux sont le principal objet de la recherche pour comprendre le rôle d’un « chef de file » dans la mobilisation et la structuration des acteurs concernés par le projet et le territoire (par exemple, Raymond et al., 2005) ;

  • une analyse qui privilégie différents types de réseaux d’acteurs, impliqués à différentes échelles territoriales (Union européenne, France, Région, Intercommunalité) dans la mise en œuvre d’une gestion intégrée des zones côtières. Ces réseaux peuvent contribuer à informer, mobiliser et accompagner les acteurs engagés dans un processus de GIZC. A la différence de la première approche, si ces réseaux d’acteurs ont tous un lien direct avec la GIZC, ils ne participent pas tous à un processus de construction ou de recomposition territoriale. Nous nous intéressons dans ce texte à cette seconde approche.

44Il est possible de différencier d’une part, des réseaux d’acteurs constitués à partir de la mise en œuvre d’un programme scientifique spécifique à la GIZC, et d’autre part des réseaux d’acteurs engagés dans un projet de territoire dans le cadre d’un processus de GIZC (figure 4). Deux lectures sont possibles : nous proposons dans un premier temps une analyse typologique de ces réseaux d’acteurs en fonction de leur inscription territoriale et dans un second temps une analyse de la complémentarité de ces différents types de réseaux.

Figure 4. Réseaux, acteurs et GIZC : typologie.

Figure 4. Réseaux, acteurs et GIZC : typologie.

Typologie des réseaux d’acteurs associés à la GIZC

Réseaux d’acteurs transnationaux (Europe) à l’échelle d’une unité physique

  • 9  HELCOM (Helsinki Commission) désigne la commission qui gère la Convention d’Helsinki, visant à la (...)
  • 10 CCB (Coalition Clean Baltic) : http://www.ccb.se

45Comme mentionné plus haut, l’urgence d’intervenir a été dans l’espace baltique comme en Méditerranée, le moteur de la mise en réseau des acteurs et ce, dès le début des années 70 à l’instar de la commission intergouvernementale HELCOM9 pour l’espace baltique (Körfer et Morel, 2007). L’effondrement du bloc de l’Est a déterminé pour l’espace baltique l’émergence de nouveaux cadres pour la coopération régionale. De nombreuses ONG environnementales se sont ainsi développées au début des années 1990, comme CCB10 (ONG créée en 1990 et basée en Suède). Constituée aujourd’hui d’environ 25 organisations nationales, elle intervient pour la protection et la valorisation de l’environnement et des ressources de la Baltique. La GIZC est une des thématiques centrales du travail de CCB. Le réseau de CCB constitue un support essentiel au développement de réseaux nationaux, notamment dans les Etats baltes.

Réseaux d’acteurs transnationaux pour une mise en commun d’expériences à l’échelle européenne

  • 11  CoPraNet (Coastal Practice Network): http://www.coastalpractice.net. Les partenaires de ce réseau (...)
  • 12  SPICOSA (Science and Policy Integration for Coastal System Assessment): http://www.spicosa.eu

46Les coopérations interrégionales entre acteurs variés (acteurs locaux, experts, organismes de recherche, etc.) peuvent faciliter la mise en commun d’expériences et les échanges de bonnes pratiques en matière de gestion intégrée des zones côtières. Les Réseaux CoPraNet11, SPICOSA12, respectivement inscrits dans le cadre C du programme INTERREG (coopération interrégionale) et du PCRD en sont des exemples.

47CoPraNet a pour but de mettre en place une coopération sur les pratiques côtières. Il s’agit d’un réseau d’échange d’expérience entre décideurs, gestionnaires et scientifiques. Son objectif général est la promotion de la GIZC avec une attention plus particulière portée à trois problématiques que sont le tourisme durable, l’érosion et la sécurité. L’un des résultats de ce projet est la constitution d’une base de données disponible en dix langues, diversité linguistique qui permet aux acteurs et notamment aux gestionnaires, pouvant avoir recours à leur langue maternelle, d’être davantage intégrés dans le réseau.

  • 13  http://www.univ-brest.fr/gdr-amure

48Le réseau SPICOSA est issu du projet SPICES qui n’avait pas pu voir le jour faute de financements. L’objectif essentiel de SPICOSA est de créer des outils de représentation des processus économiques, environnementaux et sociaux du littoral. Les réflexions menées dans le cadre de SPICOSA reposent sur 18 « sites ateliers ». Ces sites constituent dans le processus de travail en réseau une étape intermédiaire entre la mise en place d’outils méthodologiques et le bilan de leur application. Les « sites ateliers » sont répartis de façon à être les plus représentatifs du littoral européen. Le second objectif de SPICOSA est de soutenir la formation et la diffusion de l’information : « centre de gestion des données, dissémination et revues internationales sur les alternatives technologiques ou les enjeux et instruments des politiques, développement de cursus européens de formation initiale ou continue »13.

Réseaux d’acteurs nationaux pour une mutualisation des expériences à l’échelle française.

  • 14  http://www.territoires-littoraux.com
  • 15  DIACT : la Délégation Interministérielle à l’aménagement et à la Compétitivité des Territoires est (...)
  • 16  http://www.territoires-littoraux.com
  • 17  http://www.baiedesomme.org
  • 18  http://www.labretagneetlamer.fr/

49La variété des situations, des enjeux et des intérêts justifie l’autonomie de gestion des projets intégrés ; mais les similitudes partielles et la complexité justifient une certaine mutualisation des expériences. Cette mutualisation doit rester souple, sur une base d’intérêts partagés ; celle-ci peut se faire dans le cadre de réseaux de gestion intégrée. C’est autour de cette idée de mutualisation des idées et des expériences que le réseau français des acteurs impliqués dans l’appel à projets « Pour un développement équilibré des territoires côtiers par une GIZC »14 (2005-2007), coordonné par la DIACT15 et le Secrétariat Général à la Mer (SG Mer), s’est organisé16. Le principal objectif de ce réseau est d’impulser au niveau national une véritable synergie des idées grâce à un échange permanent d'expériences entre les acteurs des différents sites participant à l’expérimentation. L’expérimentation devrait conduire à la constitution d'un réseau de professionnels qualifiés. La DIACT et le SG Mer ont mis en place un dispositif de suivi de ces projets, qui a notamment pour vocation celle de mutualiser les expériences (Meur-Férec, 2006). L’architecture du réseau des projets GIZC pourra comprendre plusieurs niveaux ; ce devrait en particulier être le cas des réseaux territoriaux. Le développement de réseaux à l’échelle régionale est ainsi envisagé dans plusieurs régions notamment en Picardie (le Syndicat Mixte Baie de Somme Grand Littoral Picard-SMACOPI17) et en Bretagne (Charte des espaces côtiers bretons18), (Pennanguer, 2006 ; Région Bretagne, 2007)). Le réseau des projets retenus à la suite de l’appel à projets DATAR-SG mer de 2005 sera le premier de ces réseaux.

Mise en réseau d’acteurs par les collectivités territoriales à l’échelle régionale en France

  • 19  http://www.nordpasdecalais.fr/territoires/

50Les régions françaises sont conscientes de la nécessité de dépasser les limites administratives infrarégionales afin de mettre en œuvre des démarches régionales et globales du littoral. Depuis 2003, le Conseil Régional du Nord/Pas-de-Calais a initié une démarche novatrice sur son espace littoral infrarégional en mettant en place un Service Environnement Littoral et Marin19 et en favorisant ainsi la mise en réseau des acteurs littoraux. Les missions confiées au Service Environnement Littoral et Marin, de la Direction des Territoires, sont les suivantes : contribuer à la conception, à l'animation et la coordination des programmes dans les domaines de l'aménagement et de l'environnement en favorisant la mise en réseau des acteurs ; et assurer le rôle d'interface technique confié par la Région sur le territoire infrarégional dans les domaines de l'expertise technique, de l'animation territoriale, de la capitalisation et de l'amélioration des connaissances, en articulation avec les politiques régionales.

Réseaux d’acteurs créés à partir de projets territoriaux de stratégie française de GIZC à l’échelle locale

  • 20  SMACOPI (Syndicat Mixte d’Aménagement de la Côte Picarde) : http://www.baiedesomme.org. Le Syndica (...)

51Autour de quelques projets lauréats de l’appel à projet « Pour un développement équilibré des territoires côtiers par une GIZC » (2005), des réseaux locaux de GIZC se sont constitués. Le projet porté par le Syndicat Mixte Baie de Somme-Grand Littoral Picard (SMBSGL se substituant au SMACOPI)20 a pour but d’aller au-delà de l’analyse théorique pour s’engager dans une démarche pragmatique reposant sur des expérimentations de terrain. Il apparaît que ce réseau local correspond à la mise en relation des acteurs concernés par le devenir de la baie de Somme et sa région. Les projets supports des études de cas ont été sélectionnés sur un périmètre d’étude volontairement restreint aux trois communes de Mers-les-Bains, Le Hourdel et Saint-Valery-sur-Somme. L’évolution du projet SMACOPI, initialement centré sur des études plus «thématiques », tient à la découverte de modèles anglo-saxons de GIZC. Les outils proposés pour mettre en oeuvre la démarche, sont :

  • la création d’une base de données permettant la capitalisation ;

  • la mise en oeuvre de moyens de communication pour aboutir à des projets partagés et équitables ;

  • l’édition d’une lettre d’information trimestrielle ;

  • la mise en place de débats publics dans les communes ;

  • la mise en réseau des acteurs à travers notamment le site Internet.

52La constitution de ce réseau répond à un besoin concret de s’organiser pour défendre des intérêts et parvenir à améliorer la gestion locale.

Réseau de réseaux ou réseau transdisciplinaire à l’échelle européenne ou nationale

  • 21  ENCORA (European Network for Coastal Research) : http://www.encora.org/

53L’intégration passe notamment par la coopération entre acteurs scientifiques dans des réseaux thématiques ou régionaux, mais aussi par les échanges entre ces réseaux. L’action de coordination ENCORA21 du 6e PCRD lancée au début de l’année 2006 préfigure ce type de coopération, et vise à mettre en place un « réseau de réseaux ». Sa singularité est de croiser deux types de réseaux : treize réseaux nationaux et dix réseaux thématiques. La combinaison de ces deux types de réseaux permet une multiplication des relations tant au niveau national des Etats partenaires qu’au niveau transnational. Les dix réseaux thématiques permettent d’aborder les thèmes suivants : l’aspect social et économique de la GIZC, l’implication participative à la GIZC, la planification spatiale des espaces côtiers et marins, la prévention et la réduction des pollution, l’évolution géomorphologique à long terme et impact des changements climatiques, les effets du développement et des usages sur les habitats côtiers, l’évolution de la biodiversité et l’évaluation, le développement des techniques en ingénierie côtière, les outils et techniques d’observation, la formation et l’éducation.

54Les membres du réseau sont regroupés en fonction de leurs compétences et de leurs domaines d’intervention. L’objectif est notamment de répondre à la demande des gestionnaires en orientant les programmes de recherche. Le développement d’outils d’aide à la décision fait également partie des actions d’ENCORA.

  • 22  RFRC (Réseau Français de Recherche Côtière) : http://www.cetmef.equipement.gouv.fr/projets/transve (...)

55La France est représentée dans ce réseau par le RFRC22, lancé officiellement en 2005. Celui-ci regroupe des acteurs issus d’universités, d’établissements publics de recherche (CNRS, IFREMER, BRGM), de bureaux d’études, ainsi que des services de l’Etat. Les objectifs du RFRC sont d’établir un réseau de scientifiques, de mettre en place un système de recherche de partenaires et d’échanges d’information, d’organiser des programmes d’échanges pour jeunes chercheurs et praticiens, de diffuser des annonces de stages ou post-doctorants, de jumeler des projets, d’harmoniser les programmes nationaux avec les programmes internationaux, les systèmes d’information et les pratiques, de disséminer les connaissances vers les groupes utilisateurs et de faciliter l’accès aux capacités de recherche, infrastructures, données et sources d’information (Goudedranche, 2006).

56Cet aperçu des réseaux de GIZC témoigne de la complexité des réseaux. Celle-ci pose des problèmes en terme de lisibilité de l’action et de la pérennité des réseaux. Dans cette « jungle » des réseaux de la GIZC, le parcours du gestionnaire à la recherche d’informations, de bonnes pratiques et d’experts est loin d’être aisé. On est en droit de se demander si la multiplication des réseaux n’est pas le signe d’un phénomène de saturation. On peut également s’interroger sur leur fonction. Existent-ils pour alimenter le processus de GIZC ou constituent-ils un carnet d’adresses européen des scientifiques impliqués dans la recherche sur la zone côtière ? Ce carnet d’adresses permet de mobiliser rapidement des partenaires pour répondre à des appels à recherche financés par différents fonds.

Complémentarité entre les réseaux de programme scientifique et les réseaux de projet de territoire

57L’exemple du Syndicat Mixte Baie de Somme-Grand Littoral Picard (SMBSGL) permet d’illustrer cette complémentarité. Les deux types de réseaux évoqués précédemment (voir chapitre : Apports des réseaux à la GIZC) participent de manière complémentaire à un processus de construction territoriale dans le cadre de la mise en œuvre d’une GIZC. Le projet de territoire constitué en baie de Somme et animé par le Syndicat Mixte Baie de Somme –Grand Littoral a été soutenu et accompagné par deux types différents de réseaux mais néanmoins complémentaires pour la mise en œuvre d’un processus de GIZC sur ce territoire. L’Etat, représenté par la DIACT et le Secrétariat Général à la Mer, a labellisé ce projet de territoire en 2005 comme l’un des 25 projets français engagés dans un processus de GIZC. Le SMBSGL s’est intégré au réseau rassemblant ces 25 projets. Dans le même temps, la constitution d’un réseau pluridisciplinaire d’organismes de recherche français engagés dans des projets scientifiques relevant de la GIZC (notamment l’IFREMER, le BRGM, le CETMEF et les laboratoires de recherche du CNRS et des universités rassemblés dans le RFRC) a permis d’apporter un potentiel d’expertise intégré au réseau des 25 projets, et notamment au SMBSGL.

Conclusion

58Les réseaux servent par plusieurs aspects les intérêts de la Gestion Intégrée des Zones Côtières. Le premier apport semble être naturellement la reconnaissance du concept de GIZC et son partage par l’ensemble des usagers du littoral. La mise en réseau est également le moteur de la transdisciplinarité et de la transversalité. Les réseaux contribuent à mettre en place des conditions de dialogue entre les acteurs, quel que soit le lien qui les unit à la zone côtière. Les réseaux favorisent aussi la transférabilité des informations entre acteurs et entre territoires. L’évaluation des réseaux de GIZC représente un enjeu pour les années à venir, notamment à partir de la définition d’indicateurs d’efficacité. Plusieurs problèmes restent à surmonter, en particulier la diversité des critères de lecture des réseaux qui sont étroitement liés à la subjectivité de l’opérateur qui construit ces indicateurs.

Haut de page

Bibliographie

Barnèche-Miqueu et Lahaye, 2001, Stratégies d’acteurs et dynamique territoriale. 3e Journées de la proximité « Nouvelles Croissances et Territoires », Paris, Université de Paris Sud et Institut national de la recherche agronomique.

Beuret J.-E., 2006, La conduite de la concertation : pour la gestion de l’environnement et le partage des ressources. Paris, éd. L’Harmattan, 340 p.

Beuret J.-E., Pennanguer S., Tartarin F., 2006, D'une scène à l'autre, la concertation comme itinéraire. Natures Sciences Sociétés, 14, pp. 30-42

Brunet R., 1994, Réseaux et organisation sociale. Problèmes politiques et sociaux, déc. n°740.

Brunet R., Ferras R., Théry H., 1998, Les mots de la Géographie – Dictionnaire critique. Coll. Dynamiques du territoire, Montpellier, Reclus, 1992, 470 p.

Claval P., 2005, l'étude géographique des réseaux au croisement des théories de la communication et des relations institutionnalisées, Actes du Festival International de Géographie « Le monde en réseaux. Lieux visibles, liens invisibles » [en ligne: http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2005/claval/article.htm, consulté en février 2008]

Degenne A., Forse M., 2004, Les réseaux sociaux. Une approche structurale en sociologie, Paris, Armand Colin, 2e ed., 295 p.

Debarbieux B. et M. Vanier (dir), 2002, Ces territorialités qui se dessinent. Paris, éd. De L’Aube, Datar, 270 p.

Di Méo G., 1998, Géographie sociale et territoires. Paris, Nathan Université, Coll. Fac géographie, 317 p.

Goudedranche L., 2006, Les réseaux, soutien au développement de la GIZC. Quel intérêt et quels apports : l’exemple du RFRC/ENCORA. Actes du Congrès « Les environnements côtiers », Vannes, 6-7 septembre 2006, p. 39.

Granovetter M., 1973, The Strenght of Weak Ties. American Journal of Sociology, vol. 78, n°6, pp.1360-1380.

Hahn A., La sociologie du conflit. Sociologie du travail, n°3, 1990, pp. 375-385.

Körfer A., 2006, Le rôle des ONG et des réseaux dans le développement d’une politique européenne de Gestion Intégrée des Zones Côtières. Master 2 Développement Intégré des Territoires et des Littoraux, Université du Littoral Côte d’Opale, 163 p. + annexes.

Körfer A., Morel V., 2007, ICZM networks in the Baltic Sea Region. In G. Schernewski, B. Glaeser, R. Scheibe, A. Sekścińska & R. Thamm (Eds) Coastal Development: The Oder estuary and beyond, Coastline Reports, 8. pp. 225-235.[en ligne: http://www.eucc-d.de/plugins/coastline_reports/coastline_reports8.php, consulté en février 2008]

Lemieux V., 1999, Les réseaux d’acteurs sociaux. Paris, coll. Sociologies, PUF, 146 p.

Le Berre M., 1995, Territoires. In Bailly A., Ferras R., Pumain D. (dir.), Encyclopédie de la géographie. Paris, éd. Economica, pp. 601-622.

Lévy J., et Lussault M., 2003, Dictionnaire de géographie et de l’espace des sociétés. Paris Belin, 1 034 p.

Lozachmeur O., 2005, Le concept de « Gestion Intégrée des Zones Côtières » en droit international, communautaire et national. Droit Maritime Français, n° 657 mars 2005, pp. 259-277.

Meur-Férec C., 2006, De la Dynamique naturelle à la gestion intégrée de l’espace littoral : un itinéraire de géographe. Habilitation à Diriger des Recherches, Géographie, Université de Nantes, 247 p. .[en ligne: http://www.ifresi.univ-lille1.fr/site/4_Actualite/46_Soutenances/HDRMeur_FEREC.pdf, consulté en février 2008]

Mercklé P., 2004, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, Repères, 121 p.

Mérenne-Schoumaker B., 2002, Analyser les territoires, savoirs et outils. DIDACT Géographie, Rennes, PUR, pp. 25-29.

Offner J.-M., Pumain D. (dir) 1996, Réseaux et territoires, significations croisées. Paris, éd. de L’Aube, 281 p.

Pennanguer S., 2005, Incertitude et concertation dans la gestion de la zone côtière. Thèse de doctorat Halieutique : Ensa-Rennes, Brest, 372 p. [en ligne: http://www.agrocampus-rennes.fr/halieutique//publi/648/these.pdf, consulté en février 2008]

Pennanguer S., 2006, La charte des espaces côtiers bretons : un exemple de gestion intégrée à l’échelle d’une région. Colloque : Interactions Nature-Société, analyse et modèle, UMR 6554 LETG, La Baule 2006, 5 p. URL : http://letg.univ-nantes.fr/colloque/pdf/C1_0305_PENNANGUER.pdf

Plassard F., 1995, Les réseaux de transport et de communication. In Bailly A., Ferras R., Pumain D. (dir.), Encyclopédie de la géographie. Paris, éd. Economica, pp. 515-538.

Raymond Y., Tartarin F. et Pennanguer S., 2005, De l’intérêt des réseaux d’acteurs en gestion intégrée de la zone côtière : l’exemple de la Baie du Mont-Saint-Michel. PNEC, Rennes, Agrocampus, 88 p. [en ligne: http://www.agrocampus-rennes.fr/halieutique/pdf/904.pdf, consulté en février 2008]

Région Bretagne, 2007, Projet de charte des espaces côtiers bretons - Pour une gestion intégrée de la zone côtière bretonne, juillet, 57 p.

Taussik J., 1996, Networks in integrated Coastal Management, Eurocoast, Littoral’96 The international Conference of the European Association for Sciences and Technology (Portsmouth), Power Point, 20 p.

Taussik J., 2004, Developping and sustaining coastal networks. Report of the Coastnet workshop at Littoral 2004. 14 p.

UNESCO, 2001, Des hommes et des outils pour une gestion intégrée de la zone côtière. Manuel et guides de l’UNESCO, n° 42, 1-64.Image6

Haut de page

Notes

1  CNUED : Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement.

2   Revue Flux : http://olgek.free.dr/flux/homefl1.html

3  V. Lémieux les ressources peuvent être matérielles, normatives, statutaires, actionneuses, humaines, informationnelles et relationnelles. L’auteur admet que les ressources sont des enjeux et des atouts de contrôle.

4  Traduction A. Körfer (2006) : « Le networking est considéré comme un processus par lequel les individus et les organisations deviennent de plus en plus conscients des autres et des organisations, dont les activités les affectent,  deviennent capables d’échanger de l’information entre eux et parviennent ensemble à résoudre les problèmes bien que les problèmes puissent normalement trouver une solution hors du réseau. Le réseau procure le service et facilite les activités. »

5  http://www.ifresi.univ-lille1.fr/littoral2008.htm;http://d2rt-gizc.univ-lille1.fr/

6  PCRD : Programme Cadre de Recherche et de Développement de l’Union européenne.

7  L’Agenda 21 (Conférence de Rio, 1992) constitue l’un des textes de référence en matière de développement durable. Deux chapitres de cet agenda concernent directement notre propos. D’un côté le chapitre 17 traite du développement durable des zones marines et côtières, de l’autre le chapitre 27 est consacré au renforcement du rôle des organisation non gouvernementales comme partenaire d’un développement durable. L’article 5 du chapitre 27 précise les conditions de participation des organisations non gouvernementales dans le processus du développement durable « 27.5 La société, les gouvernements et les organismes internationaux devraient mettre au point des mécanismes permettant aux organisations non gouvernementales de jouer effectivement leur rôle de partenaires responsables dans la mise en œuvre d’un développement écologiquement rationnel et durable ».

8  La Convention d’Aarhus (signée au Danemark, le 25 juin 1998 par 39 Etats) constitue un texte fondamental en matière de développement de la participation du public dans les projets en relation avec l’environnement. En effet, la convention introduit non seulement l’obligation d’information mais aussi l’obligation de mettre en œuvre les mécanismes nécessaires à la participation de public. L’application de la Convention d’Aarhus dans le droit européen date de 2005. L’article 2 de la décision européenne d’application rappelle les enjeux de la convention : « Il est essentiel d’améliorer l’accès au public de l’information et d’accroître sa participation au processus décisionnels ainsi que de faciliter l’accès à la justice de manière à sensibiliser le public aux questions environnementales et à améliorer le mise en œuvre de l’application effective de la législation en matière d’environnement. On contribuera de la sorte à renforcer les politiques de protection de l’environnement et à en accroître l’efficacité ».

9  HELCOM (Helsinki Commission) désigne la commission qui gère la Convention d’Helsinki, visant à la protection de l’Environnement pour la zone de la mer Baltique, associant les pays baltes.

10 CCB (Coalition Clean Baltic) : http://www.ccb.se

11  CoPraNet (Coastal Practice Network): http://www.coastalpractice.net. Les partenaires de ce réseau sont 11 Etats membres de l’Union européenne : Allemagne, Danemark, Espagne, France, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède.  

12  SPICOSA (Science and Policy Integration for Coastal System Assessment): http://www.spicosa.eu

13  http://www.univ-brest.fr/gdr-amure

14  http://www.territoires-littoraux.com

15  DIACT : la Délégation Interministérielle à l’aménagement et à la Compétitivité des Territoires est depuis le 1er janvier 2006 l’héritière de la Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’action Régionale (DATAR) créée en 1963. http://www.diact.gouv.fr

16  http://www.territoires-littoraux.com

17  http://www.baiedesomme.org

18  http://www.labretagneetlamer.fr/

19  http://www.nordpasdecalais.fr/territoires/

20  SMACOPI (Syndicat Mixte d’Aménagement de la Côte Picarde) : http://www.baiedesomme.org. Le Syndicat mixte pour l’aménagement de la Côte Picarde (SMACOPI) créé en 1974 prend la dénomination de Syndicat Mixte Baie de Somme-Grand Littoral Picard (SMBSGLP) en 2007.

21  ENCORA (European Network for Coastal Research) : http://www.encora.org/

22  RFRC (Réseau Français de Recherche Côtière) : http://www.cetmef.equipement.gouv.fr/projets/transversaux/rfrc/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Acteurs potentiels d’un réseau de GIZC.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/1922/img-1.png
Fichier image/png, 51k
Titre Tableau 1. Grille de lecture appliquée au Réseau Français de Recherche Côtière (RFRC) (Source : A. Körfer, 2006).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/1922/img-2.png
Fichier image/png, 83k
Titre Figure 2. Organisation des réseaux dans l’Union européenne.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/1922/img-3.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 3. Les réseaux d’acteurs dans la zone côtière selon J. Taussik (1996).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/1922/img-4.png
Fichier image/png, 261k
Titre Figure 4. Réseaux, acteurs et GIZC : typologie.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/1922/img-5.png
Fichier image/png, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Morel, Aude Körfer et Philippe Deboudt, « Réseaux et gestion intégrée des zones côtières : un regard de géographes », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 8 Numéro 1 | avril 2008, mis en ligne le 12 avril 2008, consulté le 20 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/1922 ; DOI : 10.4000/vertigo.1922

Haut de page

Auteurs

Valérie Morel

Université d’Artois, EA 2468 « Dynamiques des réseaux et des territoires », 9 rue du Temple, BP 665, F 62 030 Arras Cedex et EUCC – France, valerie.morel@univ-artois.fr
Valérie Morel est Maître de conférences en Géographie à l’Université d’Artois. Elle travaille sur la dynamique et la gestion des littoraux. Ses derniers travaux portent notamment sur la question des risques sur les territoires côtiers et sur l’approche pluridisciplinaire en environnement.

Articles du même auteur

Aude Körfer

Leibniz Institut für Ostseeforschung (Institut de recherche pour la mer Baltique) / EUCC-The Coastal Union Germany, Seestrasse 15, D-18 119 Warnemünde, Allemagne ; audekorfer@wanadoo.fr
Aude Körfer est Titulaire d’un diplôme de Master « Développement intégré des territoires et des littoraux », obtenu en 2006 à l’Université du Littoral – Côte d’Opale de Dunkerque. Elle travaille actuellement pour l’EUCC-The Coastal Union Germany à l’Institut pour la mer Baltique de Warnemünde (Allemagne). Son mémoire de Master est consacré à l’étude du rôle des ONG et des réseaux dans le développement d’une politique européenne de GIZC.

Philippe Deboudt

Université des Sciences et Technologies de Lille, EA 4019 «Territoires, Villes, Environnement, Société», UFR de Géographie et Aménagement, Avenue Paul Langevin, F 59 655 Villeneuve d’Ascq cedex, philippe.deboudt@univ-lille1.fr
Philippe Deboudt est Maître de conférences en Géographie à l’Université des Sciences et Technologies de Lille. Il travaille sur les espaces de nature et la gestion des littoraux. Ces derniers travaux concernent l’évaluation de la vulnérabilité et les inégalités écologiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page