Navigation – Plan du site
Théories, mesures et représentations de la résilience

Les structures évolutionnaires de la résilience

Modélisation systémique de la durabilité des systèmes territoriaux, l’exemple de la sécheresse de 2012 aux États-Unis
Philippe Woloszyn

Résumés

Le développement des approches systémiques de la résilience centrées sur les systèmes socio-écologiques complexes tente de réconcilier les dimensions physiques et sociales de ce concept. En effet, le développement durable fait appel à la coexistence non seulement des objectifs économiques et sociaux, mais encore des contraintes écologiques, mettant en jeu des échelles d'action et d’inertie spécifiques. L’analyse des échelles temporelles des manifestations de ces contraintes et objectifs nous révèle que les politiques d’actions qui satisfont toutes les propriétés de durabilité sont de ce fait soumises à plusieurs échelles d'évolution de chacun des sous-systèmes économiques, sociaux ou écologiques du développement durable. Cette constatation pose dès lors un certain nombre de questions : comment développer une analyse intégrée de la résilience des territoires en respectant la temporalité des référentiels du développement durable ? Quels dimensionnements temporels des indicateurs de la résilience ? Comment s’articulent-ils avec les modes de gouvernance et de décision ? Pour répondre à ces questions, centrales dans la problématique de la résilience, nous traitons de la question de la temporalité différentielle entre les systèmes économiques, sociaux et écologiques, par le développement d’un modèle inductif dans les trois dimensions du développement durable, appliqué à un cas d’école spécifique, la sécheresse aux États-Unis en 2012. Nous nous interrogerons alors sur la lecture de la temporalité du processus de résilience lié à cet événement au prisme de la théorie des systèmes évolutionnaires.

Haut de page

Texte intégral

La résilience, de la physique aux sciences de l’homme

Du développement durable à la résilience : pléonasme, antilogie ou injonction paradoxale ?

  • 1 Nous utilisons ce terme inspiré de Jean-Claude Lugan (2009) pour désigner la « deuxième systémique  (...)

1Pléonasme pour les uns, tout développement ayant pour vocation d'être durable, antilogie pour les autres, du fait de l’incompatibilité fondamentale entre développement et durabilité, la notion même de développement durable agit comme une injonction paradoxale, à la manière de ce qu'illustre Watzlawick (1972) ou Bateson (1984) par le concept du « double bind », la double contrainte, impliquant une résolution qui passe par un changement de niveau ou d'échelle d’appréhension du problème, son « recadrage » (Watzlawick et al., 1972, Bateson et al., 1984). Le développement durable s’affiche par là comme un nouveau paradigme qui inclut la prise en compte de l'environnement et la qualité de vie des individus en termes de développement local, social, ou encore de ce que certains appellent le post-développement (Girardot, 2012). Si l’expression développement durable est à la fois si populaire et si contestée, c’est qu’elle répond à une attente de la société post-moderne, qui à l’opposé du paradigme scientiste du XIXe siècle, propose une idée du progrès fondée sur une vision renouvelée de son avenir par la libération des contraintes idéologiques fondant la structure et l’organisation du social. Floue et polysémique, cette expression traduit une tension interne porteuse de plusieurs significations et interprétations qui sont elles-mêmes contradictoires et antagonistes. Au plus profond de ces tensions, nous posons que la volonté de croissance infinie – synonyme de progrès social illimité — profondément ancrée dans notre conscience collective doit pouvoir être accomplie sous une contrainte universelle, celle d’une écosphère finie dans une contrainte de finitude gouvernée par les idéaux du changement, voire du renouvellement. Nous visons ici à proposer une interprétation, inspirée par la systémique sociale1, de ce paradoxe du développement durable qui nous engage à opérer ce changement de paradigme.

2Le terme « Résilience » est l’un des plus polysémiques qui soient, compte tenu de son utilisation multidisciplinaire, notamment en sciences humaines et sociales, en écologie, en médecine et plus récemment par les économistes d’entreprise (Koninckx et Teneau, 2010). Partant d’une définition purement physique, à savoir la capacité d’un matériau à retrouver ses propriétés mécaniques initiales (notamment l’élasticité) après un choc ou une contrainte de pression, l’on se sert du terme résilience en psychologie pour désigner la possibilité de s'épanouir en surmontant un choc traumatique grave (Cyrulnik, 2010), la « capacité à surmonter un traumatisme et/ou de continuer à se construire dans un environnement favorable » (Tisseron, 2009). En écologie, la résilience décrit la capacité d’un écosystème ou d’une espèce à récupérer un fonctionnement ou un développement normal après avoir subi un traumatisme. D’un point de vue épistémologique, la résilience fait l’objet d’une guerre d’appropriation entre disciplines, voire entre chercheurs d’une même discipline. La conception des écologues propose un changement paradigmatique qui intègre l'exploitation des ressources naturelles et de l’environnement dans une sphère écosystémique limitée et finie (Rees, 2003). Considérant l'économie elle-même comme un système dynamique proche de l'équilibre répondant à la seconde loi de la thermodynamique, son information brute en termes de processus de circulation des capitaux, ou « flux » est directement liée aux interactions gouvernant l’équilibre « stocks-flux » de l'écosphère (Prigogine et Stengers, 1996) dans laquelle elle s'inscrit en termes de finitudes communes. En conséquence, ces nouvelles pratiques « éconologiques », terme introduit par Janicke (1998), sous-tendent des stratégies de minimisation des coûts productifs, et une forme de rationalisation écologique comme alternative à l'investissement dans le « capital travail », pour une meilleure efficacité économique et écologique des modes de production.

3Ce faisant, la notion de résilience repose sur l'idée qu'après une perturbation, le système n'est pas marqué par un simple retour à l'équilibre, expression d'un comportement de résistance qui définit la notion de résilience réactive, mais réagit souvent au contraire de manière positive, créatrice, grâce à de multiples réajustements, ce que l’on appelle la résilience proactive. La résilience réactive répond au paradigme d’un équilibre unique (Dauphiné et Provitolo, 2007), où le système met un certain temps pour retourner à son état d’équilibre après avoir été perturbé. Appliqué notamment aux sciences physiques (la mécanique notamment) et à la genèse des sciences de l’environnement, ce concept de résilience décrit l’aptitude d’un écosystème à revenir à l’état d’équilibre après une perturbation. Lallau (2009) rappelle les origines d’une interprétation écologique de la résilience, qui « du fait de la montée des périls environnementaux, […] fait l’objet d’une attention croissante dans le champ du développement. Il a d’abord été exploré dans le champ des analyses systémiques, celui des systèmes socioécologiques en particulier ».

  • 2 « Transitions catastrophiques »
  • 3 Par analogie avec le phénomène physique (observable notamment en électromagnétisme), l'hystérésis d (...)

4Dans le cas de systèmes complexes tels que les systèmes sociaux et territoriaux, le concept de résilience proactive s’inscrit dans le paradigme d’équilibres pluriels (Dauphiné et Provitolo, 2007), dans le sens où le système a un comportement dicté par plusieurs attracteurs. L’ensemble de ces attracteurs qui décrivent les trajectoires du système conduisant à la résilience constitue le « bassin d’attraction » du système. Dans ces systèmes dits « panarchiques », où le retour vers un état antérieur est exceptionnel, deux caractéristiques sont essentielles : l’importance du cycle adaptatif, et en particulier de la phase de réorganisation comme moteur de variété et comme générateur de nouvelles expériences, et la transformation des hiérarchies en structures dynamiques, qui attribuent des propriétés non-linéaires et multi-stables au travers de connections entre les différents niveaux du système. Potentiellement, de multiples connections existent entre les phases d’un niveau donné et celles d’un autre, mais au regard de la soutenabilité, les deux connections les plus significatives sont celles qualifiées de Révolte (« Revolt ») décrivant un changement brutal du processus, et de Souvenir (« Remember »), ayant pour fonction de référencer le processus dans sa logique d'origine, à l'image de l’« adaptation culturelle » dont ont fait preuve les peuples assujettis à de hautes contraintes environnementales comme les indiens NASA de Colombie (Hernandez-Woloszyn, 2013). Ces connections, prenant la forme de « boucles de rétroaction », ont également été confirmées par les travaux récents des écologues (Brooks et al., 2005) concernant la réponse des écosystèmes à des changements de pression, et en particulier l’émergence de transitions catastrophiques, en révélant des réponses abruptes à l’échelle de l’écosystème. Ces boucles de rétroaction peuvent contribuer à la stabilisation de l’un ou de l’autre des deux états alternatifs stables d’un écosystème, en fonction du sens dans lequel elles sont activées. Ces transformations brusques et inattendues, appelées « catastrophic shifts2 » par Scheffer et al. (2001), sont modélisables par le principe panarchique du phénomène d'hystérésis3, qui fait basculer le système vers un autre mode de fonctionnement (Woloszyn et Quenault, 2013).

5La notion de résilience implique donc que le système assure sa continuité non pas seulement en préservant un équilibre immuable ou en revenant au même état qu'avant la perturbation (état 1, figure 1), mais également en intégrant des transformations dans son évolution (état 2, figure 1). Dans cette dernière acception, la résilience est un concept qui s'intègre dans le cadre théorique des systèmes loin de l'équilibre (Prigogine, 1997).

Figure 1. Transition des états du système : absorption puis résilience vers un nouvel équilibre de long terme (Etat 2) / Transition of system states : absorption and resilience towards a new long-term equilibrium (State 2).

Figure 1. Transition des états du système : absorption puis résilience vers un nouvel équilibre de long terme (Etat 2) / Transition of system states : absorption and resilience towards a new long-term equilibrium (State 2).

Source : Woloszyn et Quenault, 2013.

  • 4  La contrainte de viabilité utilise la contrainte de temps minimal dans les systèmes physiques pour (...)
  • 5 Ce sont les travaux de Claude Shannon et Norbert Wiener, publiés dans le Bell System Technical Jou (...)
  • 6 Le sens donné ici à la notion d’« entropie » par Céline Pierdet dans (Reghezza-Zitt et Rufat, 2015) (...)

6La question fondamentale est de comprendre comment, avant un éventuel basculement, un système adaptatif peut réguler ses évolutions à différentes échelles de temps et à différents niveaux hiérarchiques pour s’adapter à ses contraintes de viabilité du système4. Les rétroactions (feedbacks) fournissent a posteriori les paramètres de la structure des opérateurs destinés à assurer la stabilité du système et, parmi ceux-ci, ceux qui minimisent son entropie5. En effet, comme soutenu par Pierdet (dans : Reghezza-Zitt et Rufat, 2015, p. 91), « Dans la trajectoire d’un système spatial, une perturbation joue un rôle de régulateur lors d’une phase de croissance régulière du système et permet d’éviter son entropie, son expansion indéfine6. L’apparition de perturbations favorise le renouvellement du système ». Ainsi, le fonctionnement de l’organisation hiérarchique d’une dynamique de système évolue en « cascades inertielles », c’est à dire plus lentement pour les niveaux supérieurs de l’information en fonctions de « messages » émis par les niveaux inférieurs, plus rapides dans leur déroulement, conformément au principe de « panarchie ».

7Le principe de panarchie montre comment, observée à une échelle donnée, la résilience commencerait par décroître pour augmenter ensuite, et décroître à nouveau jusqu’à l’obtention d’un nouvel équilibre entre les contraintes de viabilité du système (état). Les phases de croissance, puis de conservation sont marquées par une évolution lente suivies d’une phase chaotique de changement brutal, qui très vite conduit à une phase de réorganisation, quand des innovations transforment le système. Ainsi, par les ajustements successifs entre les différents niveaux du système lors de la phase de régulation, la panarchie transforme les organisations hiérarchiques en structures dynamiques en attribuant des propriétés non-linéaires et multi-connectés aux différents éléments et sous-éléments du système à toutes les échelles, temporelles et spatiales. Ce principe souligne ainsi comment les attributs du système résiliaire sont influencés par les états et les dynamiques des (sous-) systèmes situés à des échelles supérieures ou inférieures à l’échelle considérée en impactant le système soit directement, c’est-à-dire depuis la plus petite échelle, ou en changeant la stabilité du système depuis l’échelle supérieure.

8Les équilibres pluriels de la résilience conjuguent ainsi des niveaux rapides d’adaptation inventant expériences et tests avec des niveaux plus lents, conservant la mémoire accumulée des expériences passées ayant permis la survie du système. La Panarchie d’ensemble est donc à la fois créative et conservatrice : les interactions entre les cycles combinent apprentissage et continuité, ce qui permet de clarifier la signification d’un développement durable : en effet, la durabilité renvoie à la capacité de créer, de tester et de maintenir des capacités adaptatives, tandis que le développement est le processus de création, d’expérimentation et d’émergence des opportunités. Par conséquent, dans le paradigme d’équilibres multiples, l’association des deux termes de développement et de durabilité ne constitue ni une antilogie, ni une injonction paradoxale, mais bien une association logique.

9Ce statut polysémique du concept de résilience pose de fait un certain nombre de questions ontologiques majeures, cette notion étant intrinsèquement considérée comme contradictoire, de l’aveu même des chercheurs de la « Résilience Alliance ». Parmi eux, Holling (1973) a proposé une approche systémique de la résilience comme « une mesure de la persistance des systèmes et de leur capacité à absorber les changements et les perturbations tout en conservant les mêmes relations entre les populations ou les variables d'état ». Selon Folke et al. (2002), « la résilience fournit la capacité d’absorber les chocs tout en maintenant les fonctions. Lorsqu’un changement survient, la résilience offre les composants pour le renouveau et la réorganisation ». Dans une perspective proche, Walker et al. (2004) considère la résilience comme « la capacité d’un système à absorber les perturbations et à se réorganiser tout en opérant des changements de manière à conserver essentiellement les mêmes fonctions, structures, identité et rétroactions, — en d’autres termes, pour rester dans le même bassin d’attraction ». Dans tous les cas, plus un système est résilient, plus importante est la perturbation qu’il peut absorber sans basculer vers un état différent.

10La transposition multiéchelle des effets résiliaires du système par effet de panarchie illustre bien l’interdépendance forte des niveaux de décision et d’action dans une période d’évolution rapide, encore appelée « fenêtre d’opportunité » dans la perspective évolutionnaire (Aubin, 2010), qui fait alterner des « niveaux d’énergie », traduites par les transformations socio-éco-environnementales et les décisions afférentes des échelles locales aux échelles globales des territoires. Ainsi, la capacité de résilience d’un méta-système peut dépendre de la disparition de l’un ou de plusieurs de ses sous-systèmes défaillants, comme « Par exemple, le réseau de métro (méta-système) maintiendra son service malgré la non-reconstruction d’une station (sous-système) détruite par un attentat ou une inondation. » (Provitolo dans : Reghezza-Zitt et Rufat, 2015, p. 57)

11Ainsi, la conception systémique de la résilience proposée ici répond à la fois au principe de fonctionnement par bouclage rétroactif entre stocks et flux, comme l’avais déjà énoncé Forrester (1980), au principe évolutionnaire d’inertie différentielle des systèmes (Aubin, 2010), ainsi qu’au principe de panarchie (Gunderson et Holling, 2002) gouvernant l’émergence multiéchelle des formes de régularité temporelle (Saint Julien et al., 1989).

Le tournant paradigmatique de la territorialisation de la résilience : de la gestion du risque à l’objectif aménitaire

12Dans la littérature et les doctrines des organisations humanitaires ou supranationales d’aide au développement, la notion de résilience est souvent associée à celle de risque, étant comprise comme un mode opérationnel de contrôle managérial de la réaction à l’aléa. Cette approche pragmatique réduit de ce fait la résilience à la mise en œuvre d’un programme de prévention et de gestion des risques sans l’intégrer dans une vision globale du management écologique de l’environnement (Woloszyn et Quenault, 2013). Dans ce cadre, la résilience, en tant qu’elle participe de la préparation aux catastrophes, est devenue une nouvelle injonction, qui représente une double évolution ontologique et axiologique importante des logiques de gestion des risques (Quenault, 2014), faisant passer de l’adaptation au risque, dans une logique de protection, vers l’adaptation à la crise, la préparation à l’urgence et à la reconstruction. Cet essor s’est accompagné de l’émergence d’un corpus conceptuel largement influencé par l’approche anglo-saxonne (Birkmann, 2006) d’inspiration néolibérale, c’est à dire fondé sur une gouvernance économique étendant les mécanismes du marché à tous les piliers du développement durable. La question centrale de la résilience dans la logique adaptative se formule donc comme suit : comment les communautés ou les individus « rebondissent » ou récupèrent après un désastre, le plus vite possible, avec peu ou pas d’aide extérieure ? Il semble donc nécessaire de reformuler la notion de résilience en regard des concepts afférents de vulnérabilité et de capacités adaptatives des populations, en accordant une place centrale à la fois à la singularité des lieux et aux articulations qui les relient à l’espace global. En dépassant la notion de risque, le concept de résilience permet alors de mieux comprendre et intégrer les enjeux locaux et globaux des facteurs de vulnérabilité territoriale, en prenant en considération toute une gamme de situations. Cet élargissement justifie l’inscription du concept de résilience dans le cadre d’une réponse systémique au changement, conformément à la logique de leur évolution.

13Du caractère éminemment politique et subjectif de la résilience, nous constatons que celle-ci peut nourrir des actions et des projets radicalement différents. La résilience des territoires soumis à des risques est au centre de l’Analyse Intégrée de la Résilience des Territoires (AIRT) depuis 2012, et sa transposition renvoie à différentes conceptions suivant les soubassements théoriques ou idéologiques, selon la culture et le dessein politique des acteurs qui s’en emparent (Woloszyn et Quenault, 2013). Alors qu’avec la résilience s’opère un désengagement de l’État et un transfert de responsabilités vers les autres parties prenantes, l’on peut ainsi se demander si l’on n’assiste pas à une instrumentalisation de la notion par le pouvoir gouvernemental. Face à ce questionnement, il convient de s’interroger sur les fondements épistémologiques d’une notion qui est la plupart du temps réduite soit à un référentiel normatif d’actions permettant de devenir résilient (Quenault, 2013), soit à un « mythe d’avenir désiré et désirable par tous » (Lallau, 2011). En effet, si la « Loi de modernisation de la sécurité civile » a inauguré la mobilisation de la résilience par l’État français et ses représentants, l’on ne raisonne pas en termes de communauté, notion jugée antirépublicaine, mais de territoires et de collectivités locales. C’est pourquoi il convient toujours de se demander qui « dit » et « fait » la résilience (Reghezza-Zitt et al., 2012) et quel projet politique se profile en filigrane.

14À titre d’exemple, dans une logique de pilotage politique « direct », c’est à dire impliquant les structures de gouvernance locales, voire nationales, les mesures de protection peuvent substantiellement réduire la vulnérabilité d’un lieu, tout en augmentant l’exposition à l’aléa. L’exemple de la tempête Xynthia qui a balayé la France fin février 2010 et qui s’est muée en véritable catastrophe sur les côtes littorales des départements de Vendée et de Charente-Maritime est à ce titre particulièrement illustrative (Pigeon, 2012) : en effet, les choix politiques successifs en matière d’urbanisation et de gestion des risques ont permis une urbanisation sur des zones particulièrement vulnérables, sous prétexte d’une protection « suffisante » par les digues précédemment mises en place (Woloszyn et Quenault, 2013). Le traitement de la résilience (en fait, la résistance) de ce territoire par la construction de ces digues protectrices avait de fait pour objectif sous-jacent de permettre la viabilisation de zones constructibles supplémentaires... L’on connaît la suite de l’histoire.

  • 7 Le réseau INTI rassemble une trentaine de partenaires, dont les représentants académiques sont : Un (...)

15A contrario, le projet Drââ, dans la province de Ouarzazate (Maroc), a mis en place une coopération scientifique entre l’équipe de recherche Tourisme Mutation et Étude des Milieux de la Faculté Polydisciplinaire de Ouarzazate (FPO) de l’Université Ibn Zohr d’Agadir, et le réseau INTI7 « International Network of Territorial Intelligence ». Drââ propose de développer un observatoire territorial coopératif et participatif qui permettra de regrouper les indicateurs et les informations utiles aux acteurs au moyen de diagnostics des besoins exprimés par la population, de scénarios prospectifs, et d'agendas de transition vers le développement durable, en lien avec les principales branches d’activités de l’économie locale. Avec pour but de valoriser un territoire affecté par une distribution inéquitable des fonctions de développement comme le tourisme, le projet politique rédigé dans une logique de recherche-action centrée sur les territoires vise ici à une redéfinition des échelles de l’action publique entre local et global.

16À l’échelle communautaire, la résilience peut donc apparaître comme une condition majeure d’adaptation aux effets adverses du changement, à la fois du point de vue des écosystèmes et de celui des populations. L’intrication des conditions de la résilience étant de fait analysée comme un système socio-écologique complexe, la réponse efficace à une crise systémique doit nécessairement prendre en compte les problématiques territoriales locales sur des échelles de temps courtes jusqu'aux niveaux plus globaux, en imaginant des solutions différentielles en fonction des spécificités sociales et praxéologiques des acteurs territoriaux (Woloszyn, Quenault, Faburel, 2012).

17L’émergence d’une ingénierie éco-sociale du développement durable a dès lors cadré la résilience comme construction proactive de la capacitance territoriale, entre capacité de réponse face à l'aléa et capacité adaptative du système. Dans ce cadre, elle peut non seulement amener à investir dans une prévention intelligente, mais aussi, et surtout, participer de la capacité d'adaptation aux changements territoriaux sur des enjeux aussi bien sociétaux, économiques qu’écologiques. Le recours à l’approche systémique du concept de résilience pour analyser les trajectoires des systèmes de durabilité réagissant à un choc permet ainsi d’opérer un déplacement épistémologique en permettant de rompre avec la vision traditionnelle de la catastrophe, perçue comme un événement exceptionnel lié à un accident de parcours dans l’évolution du système (Reghezza-Zit et al., 2012).

  • 8 Concept développé par le Groupe de recherche international d’intelligence territoriale (INTI), [en (...)

18L’accent mis sur les territoires change donc la compréhension et les modalités d’opérationnalisation de la résilience. Plus que d’une « individualisation » des responsabilités risquant de faire passer les populations vulnérables du statut de victimes à celui de coupables (Quenault, 2014), elle est censée participer pour l’essentiel de la « territorialisation » des politiques publiques (Beucher, 2007). Appliquée aux territoires, la résilience est l’un des concepts clés de la transition socio-écologique, popularisé par Rob Hopkins dans le « Transition Handbook » (Hopkins, 2008), qui propose le passage « de la dépendance au pétrole à la résilience locale ». Appuyé par un succès populaire avec le mouvement des « Villes en Transition » (VeT), Hopkins (2008) se réfère à la conception de Walker (2004) qui définit la résilience comme « La capacité d’un système à absorber un changement perturbant et à se réorganiser en intégrant ce changement » (Walker et al., 2004). Corolairement, le rapport prospectif « Le monde en 2025 » de la Commission Européenne (Nicole et al., 2008) a réintroduit le terme de « transition socio-écologique » dans les milieux scientifiques et politiques en présentant les risques démographiques et énergétiques comme une opportunité pour une évolution concertée vers le développement durable. Ces concepts intéressent l’intelligence territoriale8 (Girardot, 2006) qui ambitionne d’être une alternative à la crise du développement économique uniquement guidé par la poursuite univoque du profit. La résilience d’un territoire décrit ainsi la capacité de sa communauté à assumer pacifiquement sa transition d’un développement fondé sur le critère du gain à court terme vers un développement durable, les critères associés à cette notion de résilience territoriale se trouvant donc à l’interface des piliers économiques, sociaux et environnementaux. En termes de diagnostics territoriaux, ces critères se basent nécessairement sur une combinaison linéaire entre ces objectifs : il ne peut y avoir de résilience dans le seul domaine économique s’il n’y a une prise en compte des dimensions sociales et écologiques, par exemple.

19La difficulté de résolution des enjeux de la résilience territoriale réside donc dans la prise en compte de valeurs non économiques, notamment écosystémiques, humaines, culturelles, sociales et patrimoniales dans les analyses de vulnérabilité. La constitution et la diffusion des connaissances acquises lors des retours d’expérience est alors essentielle pour répondre à la capacité d’adaptation permanente de la société, de l’économie et des systèmes écologiques à des enjeux qui eux-mêmes évoluent dans le temps. (Woloszyn, 2012).

Capacitation sociale et mobilisation identitaire : vers de nouveaux potentiels adaptatifs des territoires

20La capacité de réponse d’une communauté à une catastrophe naturelle, tant dans la réactivité de la population et des pouvoirs publics pour les plans d’évacuation et les projets de reconstruction, semble dépendre des conditions socioculturelles de la population à être affectée par la situation. En Colombie, des témoignages relatent que les communautés indigènes et paysannes ont développé plus de ressources que la population urbaine pour répondre à un éventuel désastre. Ainsi, dans la région métropolitaine de Santa Fe (Santa Fé de Bogotà Distrito Capital), un plan stratégique a été élaboré pour proposer une société différente, structurée autour d’une réserve de biosphère en milieu urbain (Mihura, 2012). Par-delà les grandes théories, pour des questions d’acceptation par la population, les équipes coordonnées entre l’université et les services de l’agglomération ont dû définir leur objet contenu initialement dans une pratique « d’ingénierie sociale » : conception, médiation, constatation, hybridation… À titre d’exemple, Woloszyn et Hernandez (2013) ont cherché à identifier les effets de l’interaction entre les risques naturels et la vulnérabilité de la population environnante. Face au risque volcanique en l'occurrence, la communauté indigène Nasa a utilisé la figure du docteur traditionnel, le « Tehuala », pour établir une médiation sur le territoire en couplant connaissances scientifiques et traditionnelles. Par une articulation intelligente entre savoir vernaculaire et savoir-faire technologique, les Tehuala ont ainsi réussi à instaurer une surveillance constante de l’activité du volcan, autorisant de fait la redéfinition du plan d’occupation du territoire et la consolidation du potentiel touristique de la région. Dans le cas de la ville de La Plata en Argentine, des pluies diluviennes dans la « Pampa » ont affecté 800.000 habitants en 2013. Avec l’appui du CONICET et de l’Université de La Plata, un projet de co-construction d’un « Agenda de Transformation avec de l’Intelligence Territoriale » a été initié en collaboration étroite avec la population touchée, pour les deux zones parmi les plus affectées : la Bassin du ruisseau Maldonado et les canaux de la Raffinerie de pétrole YPF. Une recherche-action d’ampleur qui a réuni sciences sociales, sciences naturelles et sciences exactes, de concert avec des communautés habitantes et les politiciens pour co-construire la résilience territoriale face à cet événement climatique majeur (Bozzano, 2014).

21Ainsi, face au risque naturel ou social, les populations vulnérables ne sont pas forcément des victimes, elles peuvent tout au contraire être porteuses de modèles de résilience dans la transition socio-écologique comme innovateurs sociaux et précurseurs de nouveaux préceptes de gestion environnementale des territoires. La réduction de la vulnérabilité par l'accroissement des capacités de résilience des territoires et des populations devant représenter un objectif commun entre gouvernements, associations et citoyens, l’innovation sociale se traduit souvent par l’organisation du débat public dans la perspective de la communication délibérative. Avec la prise en compte de toutes les formes de participation sur le principe d’une démocratie créative par l’organisation du débat public, le fait d’accompagner, de susciter, et d’organiser la parole citoyenne, ce type de manifestation de l’innovation sociale appelle à l’évidence un questionnement : quelle articulation avec les pouvoirs publics aujourd’hui ? Comment envisager une application des principes de la transition à l’échelle d’une région ou d’un pays ? Et quels leviers de la participation pour opérer une innovation sociale réelle de la gouvernance ?

22En termes de transition socio-écologique, nous passons dès lors d'une conception géopolitique traditionnelle de gestion des risques à une prise en compte de la vulnérabilité territoriale dans toutes ses dimensions, en remettant en question les segmentations et protections sociales traditionnelles, et ce, à toutes les échelles du territoire (Woloszyn et Faburel, 2010). À ce titre, la question égalitaire cède le pas aux principes de l’équité territoriale, basée non sur une mise à niveau des ressources en valeur absolue, mais bien sur un principe d’accessibilité socio-spatiale partagée des aménités territoriales. En effet, le processus de résilience observé sur le terrain recouvre des formes diverses, tant sociales, psychologiques, environnementales, institutionnelles ou techniques, en tenant compte de la trajectoire de chaque territoire. En ce sens, l’étude du processus de résilience nous permet d’évaluer les déficits axiologiques de nos institutions, par l’évaluation des dysfonctionnements entre théorie et praxis territoriales. Pour ce faire, le développement des approches systémiques de la résilience centrées sur les systèmes socio-écologiques complexes qui tentent d’en réconcilier les deux dimensions physiques et sociales peut nous aider à démêler l'écheveau des pratiques politiques des institutions et collectivités territoriales.

23L’exemple de la réponse à la sécheresse de 2012 aux États unis que nous développons à présent nous éclaire sur cette complexité du rôle des acteurs territoriaux vis-à-vis du changement d'état d'un système en crise.

Un cas d'école illustratif : la sécheresse historique de 2012 aux États Unis

24En 2012, les États unis ont dû faire face à la plus sévère crise climatique depuis les années 50, à tel point que le département de l'agriculture américain (USDA) a déclaré que 55 % des pâturages nord-américains étaient atteints. Le 25 juillet, une alerte de l'USDA spécifiait l'état de catastrophe naturelle pour 1369 comtés répartis dans 31 états (Figure 2).

Figure 2. Monitoring de la sécheresse aux États-Unis / Drought Monitoring in the United States.

Figure 2. Monitoring de la sécheresse aux États-Unis / Drought Monitoring in the United States.

Source : Reuters, July 20, 2012.

25Avec plus de 40 % des terres agricoles américaines en condition de sécheresse exceptionnelle, voire extrême, « Ces 4 dernières semaines, les prix du maïs et du soja ont bondi régulièrement à des niveaux de plus de 50 % supérieurs à leur cours normal, du fait de l'impact de la sécheresse sur les stocks des producteurs » (Reuters, 28 août, 2012).

Les temporalités critiques du système

  • 9 « Cela fait 31 ans que je fais ce métier, je n'ai jamais vu de telles fluctuations de prix »
  • 1 0 Mathématiquement, un flux étant la dérivée d’un stock par rapport à la variable temps, les phases (...)

26Lors de la manifestation de cet événement climatique, Bruce Williams, le directeur de la coopérative agricole de Phillipsburg au Kansas, a déclaré à propos des prix des céréales : « Since 31 years doing this business, I never saw such prices fluctuations »9 (Reuters, August 28, 2012). De fait, ce n'est pas tant le niveau brut atteint par les céréales qui a inquiété les producteurs, que leurs périodes de fluctuations, les prix étant passés d'une périodicité saisonnière « normale » (entre été et hiver, principalement) à une périodicité journalière, ce qui cause une instabilité du marché du fait de ces rapides variations de prix. Nous pouvons en déduire que cette imprédictibilité générale des prix induit un risque réel de crise globale à partir du secteur de l'agro-alimentaire10. Ce phénomène est visible figure 3, qui illustre la phase de transition temporelle entre l'événement climatique de la sécheresse aux États-Unis et ses conséquences socio-économiques.

Figure 3. Transition de la phase temporelle du système E-O par inversion de la boucle de rétroaction / Temporal phase transition of the E-O system by feedback loop reversal.

Figure 3. Transition de la phase temporelle du système E-O par inversion de la boucle de rétroaction / Temporal phase transition of the E-O system by feedback loop reversal.

Source : Woloszyn, 2012.

  • 1 1 Ces trois dimensionnements énergétiques sont proches des axes de domaine « potentialités-capacité (...)

27Cette relation entre les régimes temporels des dimensions du développement durable et leur intégration dans une vision systémique fait l’objet d’une modélisation qui s’appuie sur la métaphore des énergies potentielle, cinétique et dissipative, associées à leurs trois composantes passives, la capacitance, la conductance et l’inductance11 (Woloszyn, 2013). Ce modèle propose ainsi une analogie qui identifie le « stock » comme propriété capacitive du système pour maintenir ou développer son capital sous forme de capacitance, le « flux » comme processus de conductance du capital vers la production, et le « bénéfice » (ou la perte) de la transformation des stocks en flux, comme effet d'inductance, perspective évolutionnaire ou « moteur » du système, qui implémente la capacitance sous la forme de boucles de rétroaction entre les trois dimensions du développement durable.

Une lecture systémique du développement durable et de la résilience des territoires

  • 1 2 Les documents fondateurs de la polémique du « Silent Weapon », sont réputés avoir été trouvés le (...)

28Pour ce faire, nous nous sommes inspirés du « Modèle E » (« E-model ») issu de la polémique du « Silent Weapon for quiet Wars » (Behold, 1991), qui propose cette analogie simple des éléments conceptuels utilisés dans la mécanique et l'électronique pour en définir un modèle de gouvernance économique12. En élargissant cette proposition aux trois dimensions du développement durable, nous assumons le fait que les théories mathématiques développées dans le cadre de l'étude des systèmes énergétiques ont la faculté d'être applicables aux systèmes économiques, sociaux et écologiques (Woloszyn, 2014a). Nous proposons dès lors une transposition sur la base analogique des lois gouvernant l'énergie potentielle, l'énergie cinétique et l'énergie dissipative à ces systèmes. À chacune de ces classes d’énergie, nous identifions l'état de capacitance (associé à la notion de stock) en interaction avec les processus de conductance (notion de flux) et d’inductance (notion d'effet), pour définir les trois dynamiques de la crise environnementale, et de la résilience qui s’en suit. Les fonctions énergétiques produites en sortie du système relativement aux trois piliers du développement durable sont alors formalisées par les notions d'inductance économique, d'inductance sociale et d'inductance écologique, inductances susceptibles d’implémenter la capacitance des autres dimensions du schème de durabilité. Ainsi, si l'inductance économique décrit le processus de « valorisation » des flux économiques dans un champ de population, l'inductance sociale expose la dynamique des « processus de socialisation » produits par les populations dans leur champ environnemental, tandis que l'inductance écologique formalise les « interactions écosystémiques » dans le champ du management socioécologique de la biosphère de notre environnement (tableau 1).

Tableau 1. Représentation des principales propriétés des systèmes énergétiques dans l’espace entropique du développement durable / Representation of the main properties of energy systems in the entropic space of sustainable development.

Tableau 1. Représentation des principales propriétés des systèmes énergétiques dans l’espace entropique du développement durable / Representation of the main properties of energy systems in the entropic space of sustainable development.

Source : Woloszyn, 2014

  • 1 3 Nous mobilisons la notion d’entropie au cœur des théories de l’information dont Shannon (Shannon (...)

29Les facteurs structurels propres à chacune des dynamiques du système du développement durable admettent donc deux temporalités, inscrites dans deux dynamiques distinctes : l’une, dissipative, descriptive de l’action phénoménale directe, et l’autre, inductive, qui introduit les notions d’incertitude à chacune des échelles de la dynamique du système, quantifiable par son entropie13, sa quantité d’information (figure 4).

Figure 4. Transposition analogique des lois physiques aux trois dimensions du développement durable (modèle E-S-O « Economic-Social-Organic ») / Analog transposition of physical laws to the three dimensions of sustainable development (E-S-O model "Economic-Social-Organic").

Figure 4. Transposition analogique des lois physiques aux trois dimensions du développement durable (modèle E-S-O « Economic-Social-Organic ») / Analog transposition of physical laws to the three dimensions of sustainable development (E-S-O model "Economic-Social-Organic").

Source : Woloszyn, 2014.

Les boucles de rétroaction aux origines de la crise systémique

30Suite à la destruction de la production de maïs dans une majorité d'états du fait de la sécheresse, une flambée des prix des autres céréales a enchaîné le pas, avec d'autres impacts sur le prix de la nourriture, notamment animale. En effet, la sécheresse a immédiatement impacté les prix agricoles, avec une augmentation de 26 % du prix du maïs et de 41 % du prix du blé sur le marché international. Ce sont des valeurs de la conductance économique du système (tableau 2).

Tableau 2. Les trois composantes passives de l'événement climatique américain dans l’espace entropique du développement durable / The three passive components of the American climatic event in the entropic space of sustainable development.

Tableau 2. Les trois composantes passives de l'événement climatique américain dans l’espace entropique du développement durable / The three passive components of the American climatic event in the entropic space of sustainable development.

Source : Woloszyn, 2012.

31Les premiers effets induits, « Environnemental-Economique » (phase 1), sont alors suivis d'autres effets, « Economique-Social » (phase 2), traduisant la difficulté des agriculteurs et des éleveurs dans leur pratique productive, avant d’impacter toute la chaîne de production agroalimentaire, bouclant de ce fait l’épuisement des capacitances sur tout le spectre du développement durable (phase 3), avant de déboucher sur l'émergence d'une crise globale, comme illustré figure 5.

Figure 5. Emballement du système et crise : phase 3, effet induit E-S, « Economique-Social » / Runaway and system crisis : phase 3, induced effect E-S, "Economic-Social".

Figure 5. Emballement du système et crise : phase 3, effet induit E-S, « Economique-Social » / Runaway and system crisis : phase 3, induced effect E-S, "Economic-Social".

Source : Woloszyn, 2012.

32Si les responsabilités de la planification des mesures contre les effets de la sécheresse relèvent essentiellement des niveaux locaux, au vu des risques systémiques encourus, le gouvernement fédéral a très rapidement réagi en proposant un plan d'assistance à la sécheresse.

Une résilience face à la sécheresse ? Les réponses gouvernementales

33Lorsqu’une sécheresse est déclarée à l'échelle d'une localité ou d'une région, le secrétariat fédéral de l'agriculture déclenche une série d'alertes, de recommandations, voire de restrictions aux échelles locale, régionale ou nationale, selon la gravité de l'événement. Le Congrès américain se doit quant à lui d’évaluer comment les pratiques fédérales courantes pourraient être complémentées par des actions de coordination, de préparation et de réponse aux événements climatiques imprévisibles et inévitables comme cette sécheresse de 2012. Le congrès a de fait rédigé des propositions concernant les effets indirects de la sécheresse, notamment par la mise en place d'un réseau de secours d'alimentation en eau pour les localités, les industries et l'agriculture (Folger and al., 2012). Le département fédéral de l'agriculture (USDA) a ensuite pris une série d'initiatives administratives, comme par exemple la réduction des taux d'intérêt pour les prêts d'urgence (de 3.75 % à 2.25 %), une réduction des frais de location des terres arables (de 25 % à 10 %), ou l'achat d'animaux d'élevage ou de poissons afin de réduire les effets financiers de la sécheresse sur les éleveurs et les pêcheurs (Shields, 2012).

34Cette augmentation de la capacitance économique du secteur de production agricole avait pour but de donner les moyens au gouvernement fédéral d'assurer une résilience socio-économique par effet induit, afin d’augmenter la capacitance sociale, pour éviter les conséquences humaines et sociales dues à d'éventuelles insuffisances d'approvisionnement en denrées alimentaires. Cependant, en ignorant les problématiques locales d'usage des terres dans la pratique agricole américaine, les approches fragmentaires du gouvernement fédéral ne se sont pas donné les moyens d'une préparation suffisante face à l'aléa climatique ; pire, les investissements, pourtant importants, dans la préparation de la sécheresse se sont soldés par une inefficacité notoire du point de vue de la continuité productive, que ce soit dans les domaines de l'agriculture ou de l'élevage (Woloszyn, 2012). En effet, si cette action gouvernementale accroit le champ inductif des actions socioéconomiques — premier effet induit —, cette réponse fédérale à court terme aurait dû être complétée à long terme par l'édiction de règles environnementales d'usage des terres, concernant notamment la maîtrise des cultures à fort besoin hydrique (maïs), les émissions de polluants, et plus globalement la protection environnementale, pour permettre une résilience socio-écologique sur tout le spectre du développement durable.

35De fait, l’absence de l’engagement du gouvernement fédéral sur ces règles « à long terme » a eu pour conséquence principale de solliciter la sphère sociale qui, dans le but de résoudre les problèmes de production dus au changement climatique, agit de manière indépendante, voire « déconnectée » de l’administration — deuxième effet induit —. Par la mise en place de systèmes d'entraide et de coopération, à savoir le transport de céréales ou de fourrage au gré à gré entre les exploitations épargnées et celles qui ont été touchées, jusqu’à la mise à disposition d’alimentations en eau par les administrations locales, cette complémentation à l’effort des fermiers américains révèle une dimension essentielle pour l'accroissement de la résilience socio-écologique à long terme révélant de fait un troisième effet induit de résilience à l’échelle locale (figure 6).

Figure 6. Effets induits successifs du processus de résilience face à la sécheresse de 2012 / Successive induced effects of the 2012 drought resilience process.

Figure 6. Effets induits successifs du processus de résilience face à la sécheresse de 2012 / Successive induced effects of the 2012 drought resilience process.

Source : Woloszyn, 2012.

36L'objectif de durabilité dépend ainsi de la capacité de contribution de chacune de ces dimensions au reste du système, afin que la boucle de rétroaction puisse permettre une convergence sur tout le spectre éco-socio-environnemental et alimenter une perspective téléologique durable. La sortie en terme de modulation du système environnemental, qui se traduit par la valeur ajoutée économique, sociale, écologique, ou combinatoire du système, est alors considérée comme le résultat de l’effet d'« inductance » sur les trois dimensions du développement durable.

37En tant que principe de « réamorçage » du système, la résilience est lue ici comme un processus d’induction issu du rapport entre stock et flux qui va à nouveau implémenter la capacitance du système, c’est-à-dire son stock, sur un autre pilier du développement durable. Ce faisant, cette dernière a pour effet l'augmentation de ces stocks, eux-mêmes à l'origine de la modification des flux efférents, conformément à la logique de la boucle de rétroaction. Lors du processus de circulation des flux, l’inductance supplémente donc la capacitance et la conductance en ce sens qu’elle prend en compte le pouvoir de transformation du système par l’effet même de son fonctionnement dans le temps. C’est précisément là que s’inscrit le changement de paradigme qui nous fait passer d’une théorie thermodynamique des systèmes mécaniques fermés, les systèmes physiques, à des systèmes vivants, comme les systèmes sociaux, par définition ouverts. La rétroaction, clé de la régulation des systèmes fermés, est ainsi prise ici comme source d’évolution du système résiliaire (Dumas et Woloszyn, 2012).

38Parler de durabilité dans le cadre de ce système revient donc à évaluer puis à modéliser la capacité d’interaction d’un ensemble de procédés de production, de consommation et d'échange entre l'économie, la société et l'environnement par la mobilisation analogique de la capacitance (stocks) et de la conductance (flux) dans chacune des dimensions de la durabilité. Dans cette interaction, le maintien du stock de capital économique est le garant du renouvellement des flux de ressources et de services socio-environnementaux si et seulement si sa circulation aboutit à un « effet induit » au bout d'un temps t, sous la forme de boucles de rétroaction impactant les dimensions sociale et écologique (figure 7).

Figure 7. Schématisation de l’effet inductif de la résilience. L’échelle verticale représente le déroulement du temps, le plan horizontal est une coupe temporelle du processus, C1-C2 sont deux étapes de l’évolution des états de la capacitance. Ce modèle propose une spire comme élément cyclique de transition (phase de l’évolution) / Diagram of the inductive effect of resilience. The vertical scale represents the time course, the horizontal plane is a temporal section of the process, C1-C2 are two stages of the evolution of the states of capacitance. This model proposes a turn as a cyclic transition element (evolution phase).

Figure 7. Schématisation de l’effet inductif de la résilience. L’échelle verticale représente le déroulement du temps, le plan horizontal est une coupe temporelle du processus, C1-C2 sont deux étapes de l’évolution des états de la capacitance. Ce modèle propose une spire comme élément cyclique de transition (phase de l’évolution) / Diagram of the inductive effect of resilience. The vertical scale represents the time course, the horizontal plane is a temporal section of the process, C1-C2 are two stages of the evolution of the states of capacitance. This model proposes a turn as a cyclic transition element (evolution phase).

Source : Dumas et Woloszyn, 2012.

Le mode d’action coopératif des territoires comme moteur de la résilience

39Dans le cas d’école que venons de présenter, l’évolution du capital social et culturel traduit de nouvelles formes de relations interdépendantes à travers la mise en place d’actions collaboratives et le partage des moyens de production. Au sein de cette expérience d’échange agricole multi-acteurs, la solidarité entre fermiers, éleveurs, et tous ceux touchés par la sécheresse constitue un « powertrade », un capital social, pour l'intelligence collaborative entre producteurs. En effet, à l'échelle de l'unité de production agricole, « Le capital social se réfère aux caractéristiques de l'organisation sociale, telles que la confiance, les normes et les réseaux, qui peuvent améliorer l'efficacité de la société en facilitant les actions coordonnées » (Putnam, 1993). En échangeant des services directement entre eux, les fermiers américains ont ainsi mis à profit leur capital social dans la pratique de leur résilience, en développant la responsabilité de la citoyenneté et les capacités de gestion collective dans les situations de crise, pour in fine augmenter leur capacitance économique et sociale face au choc qu’ils ont subi.

40En développant l’analogie entre les systèmes énergétiques et les systèmes de développement, le modèle mis en oeuvre correspond à l’« extension d'un mode de signification circonstancié » selon Baudrillard (1972), plus spécifiquement à l’extension humanisée du domaine énergétique. Transposé sur des initiatives de France, de Colombie et de Roumanie aux échelles fédérale, nationale et locale, il a permis de repenser la notion d'identité en fonction du processus de résilience. Entre les pistes ouvertes sur la résilience des populations indiennes au Mercosur (Woloszyn et Hernandez, 2013 et Bozzano, 2014), et celles des effets de la sécheresse aux États-Unis, la résilience territoriale peut être alors être conçue comme un processus hybride situé à l’intersection de plusieurs trajectoires dynamiques spatio-temporelles qui interfèrent entre elles. Ces trajectoires impliquent des temps de réalisation et des espaces d'expression très inégaux entre les référentiels sociaux, économiques et écologiques du développement durable, ce qui dimensionne la dynamique du processus de résilience sur des échelles temporelles spécifiques et intriquées.

Vers une modélisation évolutionnaire du développement durable ?

  • 1 4 Les systèmes évolutionnaires sont des systèmes réglementés où l'évolution de l'état du système es (...)
  • 1 5 Les régulons décrivent l’ensemble des régularités du système, permanences temporelles ou invarian (...)
  • 1 6 Unités énergétiques infinitésimales mobilisant une énergie quasi-infinie sur un temps quasi-nul.

41Le cadre des systèmes évolutionnaires14 constitue en ce sens un paradigme de modélisation de la résilience des systèmes écologiques soumis à perturbations particulièrement fiable dans le temps, à défaut d’être prédictif. À l’instar du prix qui, en attribuant une valeur à chaque bien, permet de les comparer entre eux en constituant une sorte d’« étalon numéraire », les systèmes évolutionnaires considèrent le temps comme une sorte d’« étalon » de l’évolution, comparant une évolution de référence à l'évolution des autres variables. Les systèmes dits « déterministes » qui font correspondre une et une seule évolution à chaque état initial sont souvent décrits par des équations différentielles ou des inclusions différentielles monotones. Dans notre cas, l’on s’attache à l’étude des systèmes non déterministes, qui associent à chaque état initial plusieurs évolutions de variables d’état, encore appelées « régulons » 15 (Aubin, 2010). Ces évolutions sont définies comme des fonctions du temps, que ce temps soit discret (« étapes », les « variables d’état » sont alors représentées par des nombres entiers), continu (« instants », les « fenêtres d’opportunité », représentées par des nombres réels), ou un hybride des deux qui prennent en compte des « impulsions » (« Diracs » 16, à l’origine des processus de régulation, ou « régulons »).

42Comme les systèmes évolutionnaires intéressent autant les problématiques écologiques, que biologiques, économiques, sociologiques, que cognitives, les « états » correspondent respectivement aux phénotypes, aux biens économiques, aux comportements sociaux, ou aux états sensori-moteurs des individus. De même, les états évoluent en fonction de régulons que sont par exemple les génotypes en biologie, les prix en économie, les codes culturels en sociologie et les concepts en sciences cognitives (tableau 3).

Tableau 3. Les concepts d’état, de régulon, de viabilité dans les domaines de l’économie, de la génétique, de la sociologie et de la cognition / The concepts of state, regulon and viability in the fields of economics, genetics, sociology and cognition.

Tableau 3. Les concepts d’état, de régulon, de viabilité dans les domaines de l’économie, de la génétique, de la sociologie et de la cognition / The concepts of state, regulon and viability in the fields of economics, genetics, sociology and cognition.

Source : Aubin, 1991.

43La modélisation et la résolution de ces systèmes ne se cantonnent alors pas à une approche bien définie, mais intègrent plusieurs sous-problèmes combinant la complexité liée à la nature combinatoire des contraintes et au comportement dynamique du système. La résilience peut alors être ici comprise comme une forme de « facteur d’amortissement », variable principale de la fonction de transfert qui fait passer le système d’un état à un autre, et qui détermine à la fois l’intensité et la durée du train de fluctuations temporelles qui l’affecte lors d’une phase de transition. Ce facteur est déterminé par la « densité de probabilité » de réalisation des événements nécessaires à la convergence dimensionnelle du système de durabilité projeté, dont l’intégration temporelle est approchée par le niveau d’entropie.

Du capital social à l’intelligence des territoires

44Partant de la constatation que « des avancées récentes dans des champs s'étendant de la cosmologie à l'informatique [et les sciences humaines] ont mis en lumière une connexion profonde possible entre la maximisation de l'entropie et l'intelligence », Wissner-Gross et Freer (2013) montrent qu’une « généralisation causale de forces entropiques peut spontanément inciter des comportements remarquablement sophistiqués associés à l'homme dans sa niche cognitive, incluant l’utilisation d’outils et la coopération sociale. ». Les conséquences universelles de cette proposition, qui considère l’intelligence comme une force physique alimentée par le capital social sous la forme de communautés, par exemple numériques (réseaux sociaux), remet en question la définition du système auquel elle s’applique, d’où l’importance de la notion de territoire dans les définitions de l’intelligence et de la résilience (Dumas et Woloszyn, 2012). Cette propriété émergente qui produit le développement durable, la résilience, trouve donc un cadre d’actualisation dans la notion d’intelligence territoriale, en ce qu’il permet une lecture des fonctions interactionnelles entre les trois dimensions, sociale, économique et écologique du territoire (Woloszyn, 2014a).

45Ce faisant, cette vision de la résilience nous contraint à sortir de nos modes de représentation façonnés par les notions de capital humain par la notion de « capital social », au sens de Bourdieu (2006), considérant les actions humaines comme fondamentalement inscrites dans des logiques de fragilité et d'imprévu. La dimension collective permet ainsi de dépasser l’individualisme, en définissant le capital social comme « les réseaux qui connectent entre eux les membres d’une société et les normes de réciprocité et de confiance qui en découlent », sur deux dimensions qui en constituent ses conditions d’existence : les réseaux et la confiance (Fukuyama, 1995). En ce sens, elle constitue un révélateur de la vulnérabilité de l’homme inscrit dans son système socio-éco-environnemental. De fait, notre point de départ épistémologique est à chercher dans une vision systémique de la résilience, l’agencement des concepts relatifs au développement durable permettant le dépassement du dimensionnement économique, étayé par le concept d’« homo œconomicus ». Il s’agit dès lors de formaliser les fluctuations temporelles entre les trois capitals — social, écologique et économique — qui gouvernent la transition éco-socio-environnementale, pour y traduire la convergence ou la divergence des canaux d’interaction entre ces trois piliers du développement durable.

L’équilibre entre capitals : une mesure de la solidarité ?

  • 1 7 Ce modèle prend en compte la limitation des ressources matérielles sur une période entre 1950 et (...)

46La dynamique de ces canaux d’interaction entre objectifs du développement durable peut être simulée à l’aide d’un modèle générique ouvert nommé SDSIM17 (figure 8).

Figure 8. Boucles de rétroaction du système économico-socio-écologique du développement durable utilisé dans le modèle SDSIM / Feedback loops of the economic-social-ecological system of sustainable development used in the SDSIM model.

Figure 8. Boucles de rétroaction du système économico-socio-écologique du développement durable utilisé dans le modèle SDSIM / Feedback loops of the economic-social-ecological system of sustainable development used in the SDSIM model.

Source : Jackson et Senker, 2011.

  • 1 8 Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), 2013, Human Development reports, [en li (...)

47Ce modèle se base sur une analyse des compromis entre développement humain18 et priorités de développement économique dans un contexte écosystémique pour proposer un cadre d’évolution temporelle des principaux facteurs de résilience territoriale. Rappelons que, dans le cadre du développement durable, l’objectif est de simuler le comportement humain et les profils de prise de décision efférents en fonction du capital financier, du capital social, et du capital écologique. L’une de ces simulations est visible figure 9.

Figure 9. Simulation de l’évolution de la population mondiale (1), de la production industrielle brute (2), de la disponibilité d’énergie (3), de la consommation moyenne par habitant (4), et des tendances de la cohésion sociale ou « indice de solidarité » (5), au cours des 200 années (1900-2100), issue du modèle SDSIM / Simulation of changes in world population (1), gross industrial production (2), energy availability (3), average per capita consumption (4), and trends in Social cohesion or "solidarity index" (5), over 200 years (1900-2100), resulting from the SDSIM model.

Figure 9. Simulation de l’évolution de la population mondiale (1), de la production industrielle brute (2), de la disponibilité d’énergie (3), de la consommation moyenne par habitant (4), et des tendances de la cohésion sociale ou « indice de solidarité » (5), au cours des 200 années (1900-2100), issue du modèle SDSIM / Simulation of changes in world population (1), gross industrial production (2), energy availability (3), average per capita consumption (4), and trends in Social cohesion or "solidarity index" (5), over 200 years (1900-2100), resulting from the SDSIM model.

Source : Jackson et Senker, 2011.

48Les phases de transitions temporelles décrivent de proche en proche un système d’oscillations d’amplitude décroissante de type « sinx/x », que ce soit pour l’évolution de la croissance démographique (rapport population/PIB-consommation par habitant de biens matériels et de services), du taux de consommation de ressources (présentant un « sommet de dépendance » des énergies fossiles pour ensuite aborder un long déclin, l’« Oil Peak » décrit par Jeremy Rifkin (2013), ou de l’indice de la solidarité (défini ici comme une fonction non linéaire de la population humaine et de la consommation par rapport à la durabilité d’utilisation des ressources).

49Ces modes d’évolution alternant pics, oscillations et stabilisations révèlent un régime de turbulence propre aux périodes de transition, dont les amplitudes du signal révèlent le caractère décroissant (à long terme) du risque de bouleversements du système développement durable. Ce signal intermittent est typique des modes dynamiques du comportement des systèmes de transition (Woloszyn et Safourcade, 2017). Ces oscillations amorties sont issues des décalages de phase (temporalité) entre les évolutions panarchiques à court et à plus long terme de chacun des piliers sociaux, économiques et écologiques.

50Cette signature temporelle de la convergence des objectifs du développement durable, intégrant non seulement les objectifs, mais aussi des contraintes de « durées différentielles » économiques, sociales et écologiques, peut ainsi aider à définir les politiques d’actions durables en fournissant des solutions respectant un espace de décision multicontraint prenant en compte les comportements asymptotiques et transitoires spécifiques aux temporalités des systèmes d’interaction en jeu, qu’ils soient environnementaux ou décisionnels. Ce formalisme permet ainsi de se concentrer sur la définition des contraintes, à savoir les états désirables, en proposant des cadres temporels pour les politiques d’actions et les stratégies de gestion environnementale.

51La résilience peut alors être pensée comme un processus hybride situé à l’intersection de plusieurs trajectoires dynamiques spatio-temporelles des systèmes et sous-systèmes qui interfèrent entre elles. Ces trajectoires coexistent dans le cycle cybernétique de l'inférence communicationnelle, base ontologique du processus de décision. Formalisées par la signature temporelle d’un régulon, elles illustrent la temporalité de la transition d’un état à un autre.

Les modes de décision : les temporalités de l’inférence communicationnelle

  • 1 9 Notion développée dans la théorie des systèmes évolutionnaires (Aubin, 1991)

52Dans le but de comprendre l’impact des spécificités temporelles de l’apprentissage et de l’expérience sur le processus de décision, nous considérons ce dernier comme un mécanisme d’inférence formulant des hypothèses à comparer de proche en proche avec la perception de l’environnement : c’est ce que l’on appelle l’« intériorisation comportementale » 19.

  • 2 0 L’on définit le régulon cognitif comme un mécanisme de formulation d’hypothèses à comparer de pro (...)
  • 2 1 La correspondance vicariante intériorise les comportements en associant à tout état sensori-moteu (...)

53Utilisées dans les systèmes d’intelligence artificielle, ces règles d’inférence déterminent l’évolution du système cognitif de l’apprenant par l’adaptation permanente de son système sensori-moteur à son contexte : c’est ainsi que les lois d’action et de perception de l’acteur sont adaptées en permanence à son environnement, par des sauts successifs, constitutifs des boucles de rétroaction entre perception et action. Ces boucles de rétroaction constituent le régulon cognitif20 qui signe la temporalité du processus. En effet, lors du processus adaptatif de l’apprentissage, les mécanismes de sélection recodent les sous-ensembles précodés, c’est-à-dire « déjà appris » (l’« empreinte mnésique ») en archétypes d’ordre supérieurs, en intégrant ou en éliminant les archétypes antérieurs de manière à aboutir à une accumulation de régulons que l’on peut assimiler à des savoirs qui codent les comportements de l’apprenant dans sa correspondance vicariante21. Cette accumulation « fluctuante » constitue la signature du régulon représentatif des états réciproques entre interaction environnementale et acquisition des connaissances à un moment donné.

  • 2 2 Mathématiquement, cette double préoccupation relève des problématiques combinatoires tout en étan (...)

54L’acte de décision infère l’état présent sur l’estimation de la modification future de cet état22 : le système régulé prescrit ainsi une « correspondance de régulation », qui modélise la « règle d’apprentissage adaptatif » en opérant une construction symbolique à partir des observations de l’environnement (Moles, 1990). Cette correspondance met alors en relation les actions décidées avec les constats environnementaux, constituant de fait la boucle de rétroaction entre les processus d’abstraction et de réification de l’information en jeu dans le processus d’apprentissage et d’expérimentation, comme illustré figure 10.

Figure 10. Boucle de rétroaction de la correspondance vicariante / Vicariant correspondence feedback loop.

Figure 10. Boucle de rétroaction de la correspondance vicariante / Vicariant correspondence feedback loop.

Source : Woloszyn, 2014.

  • 2 3 Réalisée par le Centre de recherche en éducation, apprentissage et didactique de l’université Ren (...)

55L’inférence communicationnelle à l’œuvre dans les processus d’apprentissage se traduit ainsi par une phase temporelle de forte instabilité, marquée par exemple par des fluctuations importantes sur des temporalités annuelles de l’acquisition des connaissances, quantifiées sur des données issues d’un projet de recherche sur un panel d’élèves ingénieurs23 (figure 11). Nous constatons ici que le système d’inférence se stabilise progressivement dans le temps, tandis que son signal, caractéristique du régulon cognitif, donne à lire le processus de consolidation de l’information chez l’apprenant. Le niveau final d’acquisition des compétences en fin de cursus correspond dès lors à une évolution asymptotique vers la « stabilisation » de l'apprentissage sur l’axe des temps, caractérisant la fin du processus d’inférence.

Figure 11. Modes temporels de l’inférence communicationnelle : régulons d’un système d’acquisition des connaissances pour différents types de cursus sur cinq ans / Temporal Modes of Communication Inference : Regulons of a knowledge acquisition system for different types of curriculum over five years.

Figure 11. Modes temporels de l’inférence communicationnelle : régulons d’un système d’acquisition des connaissances pour différents types de cursus sur cinq ans / Temporal Modes of Communication Inference : Regulons of a knowledge acquisition system for different types of curriculum over five years.

Source : Woloszyn et Safourcade, 2016.

56Cette signature fonctionnelle de type « sinx/x », présente donc une décroissance des fluctuations dans le temps, ce qui traduit en termes mécaniques une phase d’amortissement du système par la synchronisation des sous-systèmes efférents, signature comparable au comportement temporel du complexe d’interactions socio-éco-environnemental du développement durable que nous avons observé précédemment. Ce comportement de la dynamique du processus d’apprentissage, mesurable par son niveau d’entropie compris comme la quantité d’information immédiatement disponible, nous permet de décrire la fonction adaptative temporelle dont l’asymptote correspond à l’intégration des connaissances, et donc à la réification de l’information environnementale qui amène à la prise de décision.

57En approchant un problème posé en temps continu par des problématiques posées en temps discret, nous considérons le temps comme échelle de codage des phénomènes d’interaction entre l’homme et son environnement, qui, appliqués aux interactions dimensionnelles du développement durable et aux comportements d’apprentissage à l’origine des processus de décision, répondent au principe d’inertie de la résilience au sein des systèmes évolutionnaires. La dynamique du système de durabilité est ainsi fonction des différences temporelles de réalisation des objectifs de durabilité, en termes de parcours (valeur scalaire), de vitesse (dérivée première) et d’accélération (dérivée seconde). C’est cette formulation évolutionnaire de la résilience du système, son « facteur d’amortissement », qui définira la forme que prendra le processus de transition résiliaire en fonction de l’intensité de l’interaction environnementale et de la capacité de résilience du système incriminé.

Conclusion

58Le recours à l’approche systémique évolutionnaire pour analyser les trajectoires territoriales permet ainsi d’opérer un déplacement épistémologique en pensant la résilience comme un processus complexe du fait des échelles imbriquées de son déroulement temporel et des principes d’inertie associés.

59L’exemple de la réponse à la sécheresse de 2012 aux États-Unis nous éclaire sur le changement d'état d'un système en crise aux différentes échelles de sa manifestation. En imaginant des solutions de protection de l'environnement à court, moyen et long terme, partagées entre gouvernements, associations et citoyens, la réaction à cet événement a démontré qu’il est durablement possible de réduire la vulnérabilité des populations aux événements perturbateurs, à la fois en réduisant l'incertitude et en accroissant leur résilience. Dans ces conditions, la résilience à l’échelle communautaire peut apparaître comme une condition majeure d’adaptation aux effets adverses des crises environnementales, à l’échelle des écosystèmes et des espaces de peuplement humain, analysés comme des systèmes socio-écologiques complexes dans leur évolution.

60L’objectif du modèle de convergence du développement durable présenté ici consiste donc à gérer des systèmes de valeurs pouvant connaître un grand nombre de solutions a priori incompatibles. La contrainte première de cette formalisation correspond à la capacité des processus de conductance du système « développement durable » qui convertissent les stocks socio-éco-environnementaux en boucles de rétroaction positives. Après une interrogation sur ces objectifs poursuivis par les acteurs concernés en définissant un sens commun de la notion de « futur désirable », nous pouvons les traduire en stratégies d'action par la mobilisation de l’inférence communicationnelle à l’origine du processus inductif de décision/action en œuvre dans la résilience du système. Le calage du modèle s'effectue alors par l'observation empirique, l'écoute des acteurs, l'analyse de discours et le relevé de pratiques à toutes les échelles des territoires. En identifiant la temporalité des modes de décision et d’action des politiques environnementales actionnant les processus résiliaires, nous sommes ainsi en mesure de produire des modélisations sectorielles de scénarios aboutissant à des trajectoires d’évolution qui répondent aux contraintes recherchées de durabilité territoriale.

Remerciements

61Je tiens à remercier tous les membres du réseau d’intelligence territoriale (GdRI INTI « International Network of Territorial Intelligence »), et plus particulièrement Jean-Jacques Girardot, pour m’avoir accompagné sur les chemins complexes de la résilience.

Haut de page

Bibliographie

Albero, B. et S. Safourcade, 2014, Compétences et formation à distance : des prescriptions du dispositif aux attitudes des étudiants. Enquête exploratoire en école d’ingénieur, Distances et médiations des savoirs. Distance and Mediation of Knowledge, 2(6).

Aubin, J-P., 2010, La mort du devin, l'émergence du démiurge. Essai sur la contingence, la viabilité et l'inertie des systèmes, Beauchesne, Paris, 896 p.

Aubin, J-P., 1991, Viability theory. Systems & control : Foundations & applications, Birkhäuser, Boston, 978 p.

Bateson, G., Y. Winkin, D. Bansard, A. Cardoen et R. Birdwhistell, 1984, La nouvelle communication, Ed. du Seuil, 145 p.

Baudrillard, J., 1972, Pour une critique de l'économie politique du signe (Vol. 270). Paris : Gallimard, 290 p.

Behold, A. P. H., 1991, Milton William Cooper Sedona. AR : Light Technology Publishing, 298 p.

Beucher, S, 2007, Le risque d'inondation dans le Val-de-Marne : une territorialisation impossible ?, In Annales de géographie, 5(1), pp. 470-492.

Birkmann, J., 2006, Measuring vulnerability to promote disaster-resilient societies : Conceptual frameworks and definitions, Measuring vulnerability to natural hazards : Towards disaster resilient societies, 1, pp. 7-54.

Bourdieu, P., 2006, Le capital social. Notes provisoires. In Le capital social, pp. 29-34.

Bozzano, H., 2014, La résilience territoriale face au changement climatique : l'exemple de La Plata. In Vers une intelligence durable des territoires : les échelles de la résilience, Roscoff, May 22th-23th 2014.

Brooks, N., W. N. Adger et P. M. Kelly, 2005, The determinants of vulnerability and adaptive capacity at the national level and the implications for adaptation. Global environmental change, 15(2), pp. 151-163.

Cyrulnik, B., 2010, Résilience, ERES ed., pp. 207-216.

Dauphiné, A. et D. Provitolo, 2007, La résilience : un concept pour la gestion des risques. Annales de géographie, 2, pp. 115-125.

Dumas P. et P. Woloszyn, 2012, Modèle participatif d'évaluation de la résilience, École d'été en intelligence territoriale, GDRI INTI Groupe de Recherche International International Network of Territorial Intelligence, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, 7 p.

Folger, P., B. A. Cody et N. T. Carter, 2013, Drought in the United States : causes and issues for congress, BiblioGov.

Folke, C., S. Carpenter, T. Elmqvist, L. Gunderson, C. S. Holling, et B. Walker, 2002, Resilience and sustainable development : building adaptive capacity in a world of transformations. AMBIO : A journal of the human environment, 31(5), pp. 437-440.

Forrester, J. W., 1980, Information sources for modeling the national economy. Journal of the American Statistical Association, 75(371), pp. 555-566.

Fukuyama, F., 1995, Trust : The social virtues and the creation of prosperity (No. D10 301 c. 1/c. 2), Free Press Paperbacks, 142 p.

Girardot, J. J., 2006, The editorial function of the territorial intelligence systems, International Conference of Territorial Intelligence Region, Identity and Sustainable Development, Sep 2006, Alba Iulia, Romania. pp. 255-265, [en ligne] URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01006802v1

Gunderson, L. H. et C. S. Holling, 2002, Panarchy : understanding transformations in systems of humans and nature. Island Press, Washington DC, 235 p.

Holling, C. S., 1973, Resilience and stability of ecological systems, Annual review of ecology and systematics, 4, pp. 1-23.

Hopkins, R., 2008, The transition handbook : from oil dependency to local resilience, Chelsea Green Publishing.

Jackson, T. et P. Senker, 2011, Prosperity without growth : Economics for a finite planet, Energy & Environment, 22(7), pp. 1013-1016.

Janicke, M., H. Month, T. Ranneberg et U. Simonis, 1998, Economic Structure and Environmental Impact : Empirical Evidence on Thirty-One Countries in Eus/ und West, Berlin : Wissenschaftszentrum Berlin fiir Sozialforschung gGmbH (WZB).

Koninckx, G. et G. Teneau, 2010, Résilience organisationnelle : rebondir face aux turbulences. De Boeck Supérieur, 75 p.

Kovach, D., 2014, The Computational Theory of Intelligence : Information Entropy. arXiv preprint arXiv :1412.7978, 268 p.

Lallau, B., 2009, La résilience, moyen et fin d’un développement durable ?, 210 p.

Lugan, J. C., 2009, La systémique sociale. Que sais-je ? n° 2738, Presses universitaires de France, 27 p.

Mattioli, J. et K. Artiouchine, 2003, Noyau de viabilité : une contrainte globale pour la modélisation de systèmes dynamiques, dans : JFPLC' 2003, Douzièmes Journées Francophones de Programmation Logique et Programmation par Contraintes, pp. 10-11.

Mihura, E. R., 2012, Ambiente, Sociedad y Desarrollo : Estrategias de Desarrollo Sustentable. Foro Latinoamericano de Desarrollo Sostenible, Rosario : Hacia Río, 20.

Moles, A. A., 1990, Les sciences de l'imprécis, Paris. Ed Seuil, 302 p.

Nicole, G. N. E. S. T. O. et G. Giavanni, 2008, Le monde en 2025. Indicateurs Défense et sécurité : vers d’avantage d’insécurité, 125 p.

Pigeon, P., 2012, Apports de la résilience à la géographie des risques : l’exemple de La Faute-sur-Mer (Vendée, France), VertigO — la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 12 Numéro 1 | mai 2012, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 14 Mars 2016, URL : http://journals.openedition.org/vertigo/12031 ; DOI : 10.4000/vertigo.12031

Prigogine, I., 1997, Les lois du chaos, Flammarion, Champs, Paris, 126 p.

Prigogine, I. et I. Stengers, 1996, La fin des certitudes : temps, chaos et les lois de la nature. Odile Jacob, 152 p.

Quenault, B., 2014, La résilience territoriale comme nouvelle heuristique de l'adaptation face aux menaces : de l'adaptation au risque à l'adaptation à la crise, Vers une intelligence durable des territoires : les échelles de la résilience, Roscoff, May 22th-23th 2014.

Quenault, B., 2013, Du double affrontement ontologique/axiologique autour de la résilience aux risques de catastrophe : les spécificités de l’approche française. VertigO — la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 13 Numéro 3 | décembre 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013, URL : URL : http://journals.openedition.org/vertigo/14510 ; DOI : 10.4000/vertigo.14510, Consulté le 11 Janvier 2015.

Rees, W. E., 2003, Economic Development and Environmental Protection : an Ecological Economics perspective, in : Environmental Monitoring and Assessment 86 : Kluwer Academic Pub. Netherlands, pp. 29-45.

Reghezza-Zitt, M. et S. Rufat, 2015, Résiliences : sociétés et territoires face à l'incertitude, aux risques et aux catastrophes, ISTE éd., 226 p.

Reghezza-Zitt, M., S. Rufat, G. Djament-Tran, A. Le Blanc et S. Lhomme, 2012, What Resilience Is Not : Uses and Abuses, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 621, mis en ligne le 18 octobre 2012. URL : http://cybergeo.revues.org/25554 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25554

Saint-Julien, T., L. Sanders, D. Pumain et I. P. Prigogine, 1989, Villes et auto-organisation. Economica, 187 p.

Scheffer, M., S. Carpenter, J. A. Foley, C. Folke et B. Walker, 2001, Catastrophic shifts in ecosystems, Nature, 413(6856), pp. 591-596.

Shannon, C.E. et W. Weaver, 1949, The mathematical theory of information Urbana, University of Illinois Press.

Shields, D. A., 2012, Agricultural Disaster Assistance, CRS Report RS21212.

Tisseron, S., 2009, La résilience, Presses universitaires de France.

Walker, B., C.S. Holling, S.R. Carpenter et A. Kinzig, 2004, Resilience, adaptability and transformability in socio-ecological systems, Ecology and Society, vol. 9, num 2, art.5.

Watzlawick, P., J. H. Beavin, D. D. Jackson et J. Morche, 1972, Une logique de la communication, 158 p.

Wiener, N., 1948, Cybernetics : Control and communication in the animal and the machine (p. 194), New York : Wiley, 287 p.

Wissner-Gross, A. D. et C. E. Freer, 2013, Causal entropic forces. Physical review letters, 110 (16), pp. 168702.

Woloszyn, P. et S. Safourcade, 2017, Modélisation de la perception des compétences des élèves ingénieurs dans la structure organisationnelle des pratiques apprenantes, [en ligne] URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01628987

Woloszyn, P., 2016, Faire mentir Proudhon ? La propriété privée comme antonyme de l’économie spatiale collaborative, dans : Économie sociale et solidaire dans les territoires. Initiatives, enjeux et perspectives, XVe Conférence Annuelle Internationale du Réseau International d’Intelligence Territoriale INTI, Liège, Belgique, [en ligne] URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01535809v1

Woloszyn, P., 2014a, Economic Social and Organic, le modèle inductif de la vulnérabilité, Cahiers d'Administration, Coll. Territoires pour demain. Supplément au N° 244 : L'intelligence territoriale, 25 ans déjà ! Paris, pp. 60-63.

Woloszyn, P., 2014 b, Les hyperpaysages urbains : une approche géographique, sociolangagière et communicationnelle de l’espace sonore urbain, Diasporisations sociolinguistiques et précarité(s) spatiales et langagière(s), L’Harmattan, coll. Espaces Discursifs, Paris, 187 p.

Woloszyn P., 2013, Inductive E.S.O. Model Evolution 1 – Towards a Viable Inference Model of Resilience Dynamics, Colloque Intelligence Territoriale Social Innovation and new ways of governance for the socio-ecological transition, Huelva, [en ligne] URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01545635v1

Woloszyn, P. et Y. Hernandez, 2013, Vulnerability and resilience in risk scenarii, International Conference of Territorial Intelligence Territorial Intelligence, Socio-Ecological Transition and Resilience of the Territories. 30-31 May 2013, Besançon-Dijon, France, [en ligne] URL : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00827054

Woloszyn, P. et B. Quenault, 2013, Vulnérabilité territoriale et résiliences : résistances et capacités adaptatives face aux aléas climatiques, in : International Conference of Territorial Intelligence Territorial Intelligence, Socio-Ecological Transition and Resilience of the Territories. 30-31 May 2013, Besançon-Dijon, [en ligne] URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00827374v1

Woloszyn, P., 2012, Territorial intelligence of vulnerability systems 2- Sustainable Modelling of Globalization Challenge, in : International Conference La Plata 2012 INTELIGENCIA TERRITORIAL Y GLOBALIZACIÓN 17 al 20 de octubre 2012, [en ligne] URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00941151v1

Woloszyn, P., B. Quenault et F. Faburel, 2012, Territorial intelligence of vulnerability systems — A transitional viewpoint of sustainable development, dans : Vulnerabilities and Resilience between Local and Global, International Seminar of Territorial Intelligence, Salerno 4 - 7 June 2012, [en ligne] URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01546823v1

Woloszyn P. et G. Faburel 2010, Towards an interaction evaluation between dimensions and objectives of sustainable development at territorial levels, Rencontres Grand Ouest de l’Intelligence Territoriale IT-GO 2010, 24-26 Mars, Nantes-Rennes, [en ligne] URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00781982

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons ce terme inspiré de Jean-Claude Lugan (2009) pour désigner la « deuxième systémique ».

2 « Transitions catastrophiques »

3 Par analogie avec le phénomène physique (observable notamment en électromagnétisme), l'hystérésis désigne en économie et en écologie la persistance d'un phénomène après la disparition de sa cause principale. Dans la sphère sociale, Bourdieu (2006) a introduit ce terme pour décrire l’hystérésis de l’habitus, phénomène par lequel les dispositions acquises par la socialisation d'un individu perdurent dans le temps.

4  La contrainte de viabilité utilise la contrainte de temps minimal dans les systèmes physiques pour modéliser les problèmes définis comportant des sous-problèmes dynamiques. (Mattioli et al., 2003)

5 Ce sont les travaux de Claude Shannon et Norbert Wiener, publiés dans le Bell System Technical Journal en 1948 (Shannon et Weaver, 1949) et (Wiener, 1948), qui introduisent les définitions mathématiques de la quantité d’information, mesurée par le niveau d’entropie. Elle définit la quantité moyenne d’information par symbole en théorie de l’information. La définition de l’entropie par Shannon est construite à partir du cas discret en quantifiant une suite de symboles, tandis que celle de Wiener est plutôt dans une logique continue, en étudiant la variation d’un signal. Par la synthèse qu’elle opère au sein des disciplines de l’ingénieur, ces définitions reposent sur une innovation conceptuelle majeure, le recours aux probabilités. En jetant des ponts entre physique statistique, sciences de l’ingénieur, sciences du vivant et sciences de la cognition, la notion d’entropie a permis le transfert de la notion d’information à travers tous ces champs disciplinaires.

6 Le sens donné ici à la notion d’« entropie » par Céline Pierdet dans (Reghezza-Zitt et Rufat, 2015), diffère quelque peu de celui que lui nous donnons, en ce sens que nous considérons l’entropie dans sa dimension métrologique (mesure de la quantité d’information), et non dans sa dimension phénoménale.

7 Le réseau INTI rassemble une trentaine de partenaires, dont les représentants académiques sont : Universidad de Huelva – UHU, Spain,– Centre National de la Recherche Scientifique — CNRS, France – Université de Liège – ULG, Belgium — Seinäjoki University of Applied Sciences – SEAMK, Finland - Universität Bremen – UniBR, Deutschand - Università degli Studi di Salerno – UNISA, Italy - Pécsi Tudományegyetem (Univerity of Pecs) – PTE, Hugary– Universitatea “1 Decembrie 1918” Alba Iulia – UAB, Romania– Politechnico e Universita di Torino – POLITO, Italy– National Technical University of Athens - NTUA, Greece.

8 Concept développé par le Groupe de recherche international d’intelligence territoriale (INTI), [en ligne] URL: http://inti.hypotheses.org/

9 « Cela fait 31 ans que je fais ce métier, je n'ai jamais vu de telles fluctuations de prix »

1 0 Mathématiquement, un flux étant la dérivée d’un stock par rapport à la variable temps, les phases temporelles de fluctuation dans le domaine économique signent l’instabilité systémique causée par la modification des boucles de rétroaction « stock-flux » par effet d’induction. L’effet induit fait ainsi passer d’une boucle positive à une boucle négative du sous-système économico-environnemental, et signe bien la crise qui fait bifurquer le système.

1 1 Ces trois dimensionnements énergétiques sont proches des axes de domaine « potentialités-capacités-réactions » proposés par Provitolo et Reghezza-Zitt (2015). Dans notre modèle, nous considérons potentialités et capacitances comme propriétés toutes deux constitutives de la notion de « stock ».

1 2 Les documents fondateurs de la polémique du « Silent Weapon », sont réputés avoir été trouvés le 7 Juillet 1986 dans un photocopieur IBM acheté à une vente de surplus militaire, sous le nom « Operations Research Technical Manual TW-SW7905.1 ». Ce modèle assume que les théories mathématiques développées dans le cadre de l'étude des systèmes énergétiques, mécaniques, voire quantiques, ont la faculté d'être applicables dans le cadre des systèmes économiques, voire socio-économiques. Ce modèle, encore appelé « E-model », ou « modèle E », propose une analogie simple des éléments conceptuels utilisés dans la mécanique et l'électronique au sein des systèmes sociaux, à savoir l'énergie potentielle, l'énergie cinétique et l'énergie dissipative (Behold, 1991).

1 3 Nous mobilisons la notion d’entropie au cœur des théories de l’information dont Shannon (Shannon & al., 1949) et Wiener ont introduit les définitions dans le sens relayé en France par Abraham Moles (Moles, 1990), c’est à dire se référant à la notion d’émergence interactionnelle, à savoir l’incidence sur la perception des modifications de l’environnement.

1 4 Les systèmes évolutionnaires sont des systèmes réglementés où l'évolution de l'état du système est régie par une équation différentielle qui est paramétrée par l'évolution d'une variable. Un facteur, si cette variable est une constante, une commande (contrôle), s'il existe un acteur identifié conduisant l'évolution (linéaire) de cette variable, un « régulon », lorsqu’il y a complexité des interactions constituant les moteurs d'évolution de cette variable, un « tyché », qui veut dire « chance » en grec classique, lorsqu'il n'a aucune information disponible sur cette variable, (système aléatoire). Ces fonctions associent à chaque instant un élément d’un ensemble, qui peut être un espace vectoriel de dimension finie (formé de vecteurs décrits par un nombre fini de composantes), ou infinie, traduisant un espace de fonctions de variables spatiales, ou de fonctions décrivant l’histoire passée d’évolutions, ou un espace de formes dans le cadre morphologique. Il convient dès lors d’appeler « espace d’états » un tel espace dans lequel vont évoluer les « variables d’état » (Aubin 1991).

1 5 Les régulons décrivent l’ensemble des régularités du système, permanences temporelles ou invariances d’état, qui évoluent dans le temps. Ils constituent en quelque sorte une signature des comportements émergents des systèmes incriminés, au sens de leur régularité d’occurrence temporelle, dont le niveau d’entropie en constitue une mesure.

1 6 Unités énergétiques infinitésimales mobilisant une énergie quasi-infinie sur un temps quasi-nul.

1 7 Ce modèle prend en compte la limitation des ressources matérielles sur une période entre 1950 et 2200, en assumant une transition du comportement consumérisme à un comportement plus responsable au cours du XXIe siècle. SDSIM est un projet de modélisation de données « pauvres », destiné à fournir un point focal pour les psychologues et autres experts en comportement humain pour combler les lacunes de données.

1 8 Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), 2013, Human Development reports, [en ligne] URL: http://hdr.undp.org/fr/data.

1 9 Notion développée dans la théorie des systèmes évolutionnaires (Aubin, 1991)

2 0 L’on définit le régulon cognitif comme un mécanisme de formulation d’hypothèses à comparer de proche en proche avec la perception de l’environnement, que l'on peut traduire par le processus d’intériorisation comportementale. Ce type de structure évolutionnaire est très utilisée dans les systèmes d’intelligence artificielle.

2 1 La correspondance vicariante intériorise les comportements en associant à tout état sensori-moteur un « régulon cognitif », par le processus d’abstraction qui permet l’identification d’un même objet ou d’une même situation à l’aide de perceptions sensorielles distinctes (Aubin, 1991).

2 2 Mathématiquement, cette double préoccupation relève des problématiques combinatoires tout en étant régie par un système dynamique que l’on peut définir par des équations différentielles.

2 3 Réalisée par le Centre de recherche en éducation, apprentissage et didactique de l’université Rennes 2 et le laboratoire Laplace de l’université Toulouse 3 sur 500 élèves ingénieurs, l’enquête qui a produit ces résultats visait la mesure des perceptions des compétences attendues par le référentiel de formation des ingénieurs, en mobilisant pour cela une méthodologie quantitative par questionnaire. (Albero et Safourcade, 2014)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Transition des états du système : absorption puis résilience vers un nouvel équilibre de long terme (Etat 2) / Transition of system states : absorption and resilience towards a new long-term equilibrium (State 2).
Crédits Source : Woloszyn et Quenault, 2013.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 2. Monitoring de la sécheresse aux États-Unis / Drought Monitoring in the United States.
Crédits Source : Reuters, July 20, 2012.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-2.png
Fichier image/png, 178k
Titre Figure 3. Transition de la phase temporelle du système E-O par inversion de la boucle de rétroaction / Temporal phase transition of the E-O system by feedback loop reversal.
Crédits Source : Woloszyn, 2012.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-3.png
Fichier image/png, 318k
Titre Tableau 1. Représentation des principales propriétés des systèmes énergétiques dans l’espace entropique du développement durable / Representation of the main properties of energy systems in the entropic space of sustainable development.
Crédits Source : Woloszyn, 2014
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-4.png
Fichier image/png, 55k
Titre Figure 4. Transposition analogique des lois physiques aux trois dimensions du développement durable (modèle E-S-O « Economic-Social-Organic ») / Analog transposition of physical laws to the three dimensions of sustainable development (E-S-O model "Economic-Social-Organic").
Crédits Source : Woloszyn, 2014.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-5.png
Fichier image/png, 164k
Titre Tableau 2. Les trois composantes passives de l'événement climatique américain dans l’espace entropique du développement durable / The three passive components of the American climatic event in the entropic space of sustainable development.
Crédits Source : Woloszyn, 2012.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-6.png
Fichier image/png, 78k
Titre Figure 5. Emballement du système et crise : phase 3, effet induit E-S, « Economique-Social » / Runaway and system crisis : phase 3, induced effect E-S, "Economic-Social".
Crédits Source : Woloszyn, 2012.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-7.png
Fichier image/png, 353k
Titre Figure 6. Effets induits successifs du processus de résilience face à la sécheresse de 2012 / Successive induced effects of the 2012 drought resilience process.
Crédits Source : Woloszyn, 2012.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-8.png
Fichier image/png, 320k
Titre Figure 7. Schématisation de l’effet inductif de la résilience. L’échelle verticale représente le déroulement du temps, le plan horizontal est une coupe temporelle du processus, C1-C2 sont deux étapes de l’évolution des états de la capacitance. Ce modèle propose une spire comme élément cyclique de transition (phase de l’évolution) / Diagram of the inductive effect of resilience. The vertical scale represents the time course, the horizontal plane is a temporal section of the process, C1-C2 are two stages of the evolution of the states of capacitance. This model proposes a turn as a cyclic transition element (evolution phase).
Crédits Source : Dumas et Woloszyn, 2012.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-9.png
Fichier image/png, 47k
Titre Tableau 3. Les concepts d’état, de régulon, de viabilité dans les domaines de l’économie, de la génétique, de la sociologie et de la cognition / The concepts of state, regulon and viability in the fields of economics, genetics, sociology and cognition.
Crédits Source : Aubin, 1991.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-10.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure 8. Boucles de rétroaction du système économico-socio-écologique du développement durable utilisé dans le modèle SDSIM / Feedback loops of the economic-social-ecological system of sustainable development used in the SDSIM model.
Crédits Source : Jackson et Senker, 2011.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-11.png
Fichier image/png, 398k
Titre Figure 9. Simulation de l’évolution de la population mondiale (1), de la production industrielle brute (2), de la disponibilité d’énergie (3), de la consommation moyenne par habitant (4), et des tendances de la cohésion sociale ou « indice de solidarité » (5), au cours des 200 années (1900-2100), issue du modèle SDSIM / Simulation of changes in world population (1), gross industrial production (2), energy availability (3), average per capita consumption (4), and trends in Social cohesion or "solidarity index" (5), over 200 years (1900-2100), resulting from the SDSIM model.
Crédits Source : Jackson et Senker, 2011.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-12.png
Fichier image/png, 301k
Titre Figure 10. Boucle de rétroaction de la correspondance vicariante / Vicariant correspondence feedback loop.
Crédits Source : Woloszyn, 2014.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-13.png
Fichier image/png, 115k
Titre Figure 11. Modes temporels de l’inférence communicationnelle : régulons d’un système d’acquisition des connaissances pour différents types de cursus sur cinq ans / Temporal Modes of Communication Inference : Regulons of a knowledge acquisition system for different types of curriculum over five years.
Crédits Source : Woloszyn et Safourcade, 2016.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19252/img-14.png
Fichier image/png, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Woloszyn, « Les structures évolutionnaires de la résilience », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 30 | mai 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/19252 ; DOI : 10.4000/vertigo.19252

Haut de page

Auteur

Philippe Woloszyn

Chargé de recherche CNRS, PASSAGES - UMR 5319 CNRS-Bordeaux Montaigne, Maison des Suds, 12, esplanade des Antilles, domaine universitaire, 33607 - Pessac-cedex, courriel : philippe.woloszyn@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page