Navigation – Plan du site
2018

Évolution des caractéristiques pluviométriques et recrudescence des inondations dans les localités riveraines du fleuve Niger

Ibrahim Mahamadou Bahari, Ibrahim Bouzou Moussa et Oumarou Faran Maiga

Résumés

Dans le moyen Niger, les inondations sont de plus en plus fréquentes et dramatiques. Ces dernières années, les principales villes riveraines du fleuve Niger ont connu des inondations historiques, avec d’importants dégâts matériels et humains. Parmi les facteurs mis en cause figurent les changements d’usage des sols ayant entrainé la modification des états de surface et l’augmentation du ruissellement. À ceux-là s’ajoute l’évolution du régime pluviométrique. Cet article propose une analyse des précipitations de la région sur la période 1950-2013. Les indices pluviométriques, calculés à travers l’application RClimdex ont permis de mettre en évidence l’évolution des caractéristiques et les tendances pluviométriques qui sont à l’origine de l’aggravation des inondations dans ces localités.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le contexte actuel du changement climatique dans la région sahélienne se manifeste par une exacerbation des aléas naturels tels que les sécheresses et les inondations. À titre illustratif, de 1900 à nos jours, le Niger a connu 35 évènements hydrométéorologiques extrêmes, dont 18 inondations (CRED-EM-DAT, 2014). Depuis 1994, ces inondations sont devenues plus fréquentes, plus intenses et dramatiques. Des changements dans de nombreux phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes ont été observés depuis 1950 (IPCC, 2014). Parmi ces changements, on note une augmentation du nombre d'événements de fortes précipitations dans un certain nombre de régions. Augmentation qui a probablement joué un rôle dans la hausse récente des inondations (Harding et al., 2014 cités par La jeunesse et Quevauviller, 2015).

2Au Niger, de nombreuses études relatives aux inondations ont été réalisées. Les différentes composantes du risque d’inondation ont été analysées. Les pluies comme facteurs déclenchants ont été étudiées (ABN, 2013 ; Sighomnou et al., 2012 ; Descroix et al., 2012 ; Sighomnou et al., 2010 ; Mahé et Paturel, 2009 ; Tarhule, 2005). Il s’agit de fortes précipitations liées au changement climatique qui ont conduit à l’augmentation des écoulements depuis les années 1990 ; même si la moyenne de ces pluies reste aussi basse que celle des années 1970 (Mahé et Paturel, 2009). Selon Sighomnou et al. (2010), l’inondation de 2010 s’expliquerait par des pluies exceptionnelles enregistrées en amont de Niamey ; notamment par le débordement des barrages au Burkina suite à des pluies enregistrées entre le 20 et le 23 juillet. Le PRESAO avait déjà prévu une pluviométrie normale à tendance humide en région sahélienne de l’Afrique de l’Ouest. L’année 2010 a été aussi une année exceptionnelle du fait de l’ampleur des dégâts enregistrés. Pourtant, Descroix et al. (2012) considèrent, en analysant les causes de l’inondation de 2010, que « l’augmentation du ruissellement et la tardive occurrence de l’inondation annuelle ne peuvent être expliquées par l’évolution de l’intensité de la pluie ou le temps de distribution à l’échelle de l’événement ou à l’échelle annuelle ». La hauteur de pluie enregistrée en 2010 est même considérée comme une hauteur moyenne. Ils mettent en cause « l’augmentation des surfaces occupées par les sols nus encroûtés, liés à la pression humaine ». L’inondation de 2012 qui a été un phénomène régional est due à la concentration des pluies en un laps de temps très court dans la région. De fortes pluies enregistrées en amont au Burkina Faso et au Niger : une hauteur de 327 mm de pluie tombée au mois d’août (pour une moyenne mensuelle de 160 mm) dont la quasi-totalité est tombée dans les deux premières décades ; une hauteur de 119 mm de pluie tombée le 18 août dans la région. Dans la portion burkinabée du bassin du fleuve, des cumuls de précipitations de 100 à 160 mm ont été enregistrés en 1 à 5 jours (deux fois en un mois dans certaines localités (du mois d’août jusqu’à la deuxième décade du mois de septembre 2012) (Sighomnou et al., 2012).

3Cette étude, conduite dans le cadre du réseau « Gestion du risque hydrométéorologique dans les villes africaines » (RHYVA), a pour objectif de mieux comprendre le rôle des pluies en n jours consécutifs tombées dans les stations de l’Ouest nigérien. L’approche consiste à évaluer l’évolution des caractéristiques pluviométriques (quantité, répartition spatiale) à travers des indices pluviométriques.

Matériel et méthode

La zone d’étude

4D’une longueur totale de 4200 km, le fleuve Niger, traverse sur son cours moyen, le territoire nigérien sur une longueur de 550 km (figure 1). Dans la région de Tillabéri où il coule sur 420 km, il a un apport annuel moyen de 30 milliards de m3 ; un débit moyen de 2365 m3/s et 5m3/s respectivement pendant la crue et l’étiage (Daouda et al., 2016). Il est la principale artère hydrologique vitale (Mamadou, 2012) des localités riveraines. Le fleuve Niger constitue avec ses principaux affluents (Goroual, Sirba, Dargol) et plusieurs koris dans l’ouest du Niger, l’essentiel du réseau hydrographique de la région. Le kori désigne un cours d’eau à écoulement spasmodique et/ou temporaire (Bouzou et al., 2009). Il appartient géographiquement aux régions subsahariennes plus particulièrement sahéliennes caractérisées par une saison des pluies pendant laquelle il coule.

5Sur la rive droite du fleuve Niger (région du Liptako-Gourma), les affluents sont exoréiques, tandis que l’endoréisme est prédominant sur la rive gauche. Toutefois, des cas de rupture d’endoréisme ont été récemment observés (Mamadou, 2012). Cette structure hydrographique s’explique par les deux formations géologiques qui recouvrent ces territoires de l'Ouest nigérien. Sur la rive droite du fleuve Niger, on observe les formations du socle précambrien ouest-africain ; alors que la rive gauche est constituée des formations paléozoïques, mésozoïques et tertiaires du bassin sédimentaire des Iullemeden (Greigert, 1966). Cette région se caractérise par un climat contrasté, de type sahélien, agressif, marqué par des pluies torrentielles et irrégulières. La pluviométrie annuelle moyenne est comprise entre 250 et 700 mm. Les pluies surviennent avec l’arrivée de la mousson issue de l’atlantique subéquatoriale.

6D’Ayorou à Gaya en passant par Tillabéri et Niamey, le fleuve Niger traverse plusieurs localités ayant connu les récentes inondations. Ces localités ont un poids démographique important. Les dix (10) principales villes (à l’exception de la communauté urbaine de Niamey) (tableau 1) comptaient en 2012 une population rurale de 28 143 habitants. Celle-ci serait de 72 156 habitants à l’horizon 2030 (AGRHYMET, 2016).

Tableau 1. Effectifs des populations dans les grandes localités riveraines du fleuve Niger d’Ayorou à Kollo et projection pour 2030.

Localités

POP2012

POP2014

POP2030

Firgoune

895

1365

2295

Ayorou

5702

8696

14 619

Kandadji

1135

1731

2910

Gothèye

4802

7324

12 312

N'Dounga

1627

2481

4171

Karma

5524

8425

14 163

Kollo Zarma

1224

1867

3138

Tillabéri

1934

2950

4959

Boubon

5300

8083

13 589

Source : AGRHYMET, 2016.

7La densité de la population dans cette région tourne autour de 28 habitants/km2, à laquelle il faut ajouter le million d’habitants de la capitale nationale (Niamey), concentré sur quelques centaines de km2 (Daouda et al., 2016).

Données pluviométriques

8Les séries pluviométriques continues et longues (1950-2013) de 6 stations (Ayérou, Niamey, Tillabéri, Téra, Gothèye et Ouallam) (Figure 1) dans l’ouest nigérien, obtenues auprès du Système de gestion de Base de données relationnelle (SGBDR) de l’AGRHYMET ont été analysées (AGRHYMET, 2016).

Figure 1. Localisation de la zone et des stations d'études.

Figure 1. Localisation de la zone et des stations d'études.

Méthode d’analyse des données

Le test de rupture

9Les données pluviométriques collectées ont subi le test de la non-stationnarité des séries à travers l’application Khronostat. Le test non paramétrique de Pettitt (1979), capable d’estimer la position d’un changement de moyenne (point de rupture) dans une série, a été appliqué aux séries des 6 stations de la zone d’étude. Ce test a permis de mettre en évidence que toutes les séries suivent une loi normale. Cependant, plusieurs ruptures (variables d’une station à l’autre) ont été observées.

10Des modules de krigeage et de spatialisation des données sous environnement Arc Map 10.1, ont été ensuite utilisés pour produire des cartes de répartition des indices pluviométriques. En effet, l’indice de 5 jours de pluie consécutifs (5xdays) du mois d’août 2012 a été spatialisé dans toute la zone d’étude. Le choix de cette année ainsi que du mois a été motivé par l’ampleur et la gravité de la crue observée, ayant occasionné l’inondation historique dans les principales villes riveraines du fleuve Niger. Par ailleurs, le complément hydrolab (macro-complémentaire) a été utilisé pour calculer la fréquence ainsi que les périodes de retour des événements caractéristiques considérés.

Les indices pluviométriques

11Ces indices ont été calculés grâce à RClimDex qui est une console, conçue pour fournir une interface conviviale aux utilisateurs afin de calculer les indices climatiques extrêmes (Zhang et Yang, 2004). Au total, RClimdex calcule 27 indices (précipitations et températures) de base recommandés par l'équipe CCl/CLIVAR d'experts pour la surveillance et la détection des indices du changement climatique (ETCCDI/ETCCDMI). Dix (10) indices (Tableau 2) de pluie ont été sélectionnés. Ces derniers sont jugés significatifs dans l’évolution des caractéristiques des précipitations d’une région.

Tableau 2. Caractéristiques des indices pluviométriques calculés à travers RclimDex.

Acronymes

Noms de l’indice

Description

Unités

Rx1day

Maximum de précipitation journalière

Maximum de précipitation journalière dans un mois

mm

Rx5day

Maximum de précipitation en 5 jours consécutifs

Maximum de précipitation en 5 jours consécutifs dans un mois

mm

SDII

Indice de pluie journalière

Lame d’eau moyenne précipitée par jour de pluie (PRCP> =1.0 mm) par an

mm/jour

R10

Nombre de jours de pluie intense

Nombre total annuel de jours de PRCP> =10 mm

Jours

R20

Nombre de jours de pluie très intense

Nombre total annuel de jours de PRCP> =20 mm

Jours

CDD

Nombre de jours consécutifs sans pluie

Nombre maximum de jours sans pluie où RR<1 mm

Jours

CWD

Nombre de jours humides consécutifs

Nombre maximum de jours humides avec RR> =1 mm

Jours

R95p

Jours très humides

Total de pluie annuel atteignant le 95e percentile (RR>95 th percentile)

mm

R99p

Jours extrêmement humides

Total de pluie annuel atteignant le 99e percentile (RR>99 th percentile)

mm

PRCPTOT

Précipitations annuelles

Précipitations totales annuelles (RR> =1 mm)

mm

12Grâce aux indices de jours de pluies consécutives, de nombre de jours humides consécutifs ou de lame d’eau journalière, il a été possible de caractériser les précipitations et leurs influences sur l’augmentation des écoulements et l’occurrence des inondations.

Résultats et discussion

Analyse des ruptures pluviométriques

13Plusieurs travaux (Descroix et al., 2012 ; Ali et Lebel, 2009 ; Mahé et Paturel, 2009) ont été consacrés à l’évolution des pluies et leurs caractéristiques au Sahel. Dans cette région, les précipitations sont au cœur des préoccupations environnementales et sociétales (Vischel et al., 2015). L’analyse des séries pluviométriques (1950-2013) de la zone d’étude révèle une diminution des précipitations, marquée par une forte variabilité spatio-temporelle. Parmi les séries de ruptures observées, deux ont été retenues (figure 2a, 2b). En effet, la fin des années 1960 marque le début d’une baisse drastique des cumuls pluviométriques (Le barbé et lebel, 2007 cités par Vichel et al., 2015). Ces derniers ont évoqué que la sécheresse qui en résulte a eu un caractère régional à l’échelle du Sahel. Dans les stations situées plus au Nord (Ayorou, Tillabéri), la rupture est apparue en 1965. Néanmoins plus au Sud celle-ci apparait en 1967 (Ouallam, Téra et Gothèye) et 1969 à la station de Niamey. Par ailleurs, le début des années 1990 pose la question d’une augmentation des volumes des précipitations au Sahel. Celle-ci reste au centre des débats scientifiques, car la problématique de la reprise des précipitations au Sahel est sous régionaux, mais aussi et surtout une question d’échelle (Vichel et al., 2015). Malgré la baisse du volume des précipitations durant les décennies 1970-1990, la pluviométrie au Sahel (Descroix et al., 2012 ; Ali et Lebel, 2009) et dans l’Ouest nigérien en particulier, connaît actuellement une tendance à l’amélioration (à l’augmentation), mais elle reste inférieure par rapport aux décennies 1950-1970.

Figure 2a. Évolution spatiale des cumuls pluviométriques dans la zone d'étude : période 1950-1968.

Figure 2a. Évolution spatiale des cumuls pluviométriques dans la zone d'étude : période 1950-1968.

Figure 2 b. Évolution spatiale des cumuls pluviométriques dans la zone d'étude : période 1990-2013.

Figure 2 b. Évolution spatiale des cumuls pluviométriques dans la zone d'étude : période 1990-2013.

Les précipitations maximales journalières

14L’évolution des précipitations maximales journalières a été évaluée à travers les indices Rx1day et SDII. Il ressort de l’analyse qu’une augmentation de la hauteur de pluie moyenne journalière après les années 2000 s’observe avec les enregistrements des stations de l’Ouest nigérien. Toutefois, cette augmentation est plus remarquable dans la station de Gothèye et Tillabéri (figure 3). En effet, cette tendance a été aussi soulignée par Le Barbé et al. (2002) et Ozer et al. (2015) dans le moyen Niger. Selon ces auteurs, la pluviométrie moyenne annuelle a baissé fortement durant les décennies 1970 et 1980, en relation avec une diminution du nombre de jours de pluie. Ils évoquent une faible évolution de la hauteur moyenne de pluie tombée par événement ; elle a pratiquement rattrapé son niveau des décennies humides 1950-1970 : elle était alors de 13 mm.j-1 puis de 11,5 mm.j-1 entre 1971 et 1990 ; et à nouveau 13 mm.j-1 dans la dernière décennie 2000-2010. Depuis 2010, la hauteur moyenne journalière se situe entre 13,06 et 15,73 mm dans la zone d’étude. Les années des inondations ont connu les valeurs extrêmes de ces indices cités ci-haut. À titre illustratif, en 2012, la hauteur moyenne journalière varie de 16,2 à 22,1mm.j-1 (Gothèye). Ces valeurs ont été exceptionnelles de toute la série (1950-2013).

Figure 3. Évolution des hauteurs moyennes journalières de 1950-2013 dans les stations de Tillabéri et Gothèye.

Figure 3. Évolution des hauteurs moyennes journalières de 1950-2013 dans les stations de Tillabéri et Gothèye.

15Par ailleurs, les maxima pluviométriques journaliers (Rx1day) sont en nette augmentation, mais toujours variables d’une station à une autre dans la région. Au Sahel, de récents travaux ont souligné aussi une augmentation de l’intensité et de la fréquence des événements plus intenses ces dernières décennies (Bontogho et al., 2015), en dépit du rôle potentiel de l’évolution des précipitations dans l’augmentation des inondations (Panthou et al., 2013). Dans le moyen Niger, Descroix et al. (2013) ont aussi constaté que, les pluies de plus forts cumuls (plus de 40 et 50 mm respectivement) ont atteint durant la décennie 2000-2010 les plus hauts niveaux qu’elles avaient dans les années 1950-1970, tant en nombre d’événements qu’en cumul des précipitations correspondant à ces évènements. Sighomnou et al. (2013) ajoutent ainsi que de fortes pluies se sont ajoutées pour donner aux récentes inondations (cas de l’inondation de 2012) une ampleur remarquable dans la région. Ces deux indices (SDII et Rx1day) illustrent que le moyen Niger enregistre des pluies journalières de plus en plus agressives. Cette agressivité des précipitations semble renforcer l’augmentation du nombre des jours de précipitations intenses.

Les jours de précipitations intenses

16Les indices R10, R20 évaluent le nombre de jours de pluie ayant atteint le seuil de pluie de 10 et 20 mm. Ces hauteurs de pluies figurent parmi les pluies intenses. En effet, le nombre de jours de pluie très intense (pluie >20 mm) connait une amélioration perceptible dans toutes les stations de l’Ouest nigérien après les années 2000. Les stations de Tillabéri et Téra affichent une augmentation assez remarquable (figure 4).

Figure 4. Évolution du nombre de jours de pluie intense (R20) de 1950-2013 dans les stations de Tillabéri, Ayorou et Téra.

Figure 4. Évolution du nombre de jours de pluie intense (R20) de 1950-2013 dans les stations de Tillabéri, Ayorou et Téra.

17Le nombre de jours moyens de pluie intense est de 5,4 à Ayorou, 7,6 à Téra et 7 à Tillabéri au cours de la période analysée. Les années ayant connu des inondations ont enregistré le nombre de jours >20 mm nettement au-dessus de la moyenne. Gaptia Lawan et al. (2014) soulignent une augmentation croissante des jours avec des pluies au-dessus des différents seuils (1 ; 10 ; 20) traduisant celle des jours humides de la décennie 80 à la dernière décennie de la période 1981-2010.

Les jours humides et précipitations en n jours consécutifs

18Le nombre des jours humides ainsi que les pluies en n jours consécutifs ont connu une nette augmentation depuis les années 2000 dans toutes les stations analysées ; avec comme corollaire une abondance des pluies de 95e percentile dans les stations de Gothèye, Ayorou, Tillabéri (figure 5).

Figure 5. Évolution du nombre de jours humides (95e percentile) de 1950-2013 dans les stations de Tillabéri, Gothèye et Téra.

Figure 5. Évolution du nombre de jours humides (95e percentile) de 1950-2013 dans les stations de Tillabéri, Gothèye et Téra.

19On note également, une abondance des jours de pluie de 99e percentile dans les stations de Niamey, Gothèye, Tillabéri et Téra depuis les années 2000. Le même constat a été fait par Gaptia Lawan et al. (2014) dans la région de Tillabéri, où les jours avec des pluies extrêmes aussi bien pour le 95e percentile que pour le 99e percentile augmentent avec un écart assez important entre la décennie 80 et les deux dernières décennies. Au Niger, Ozer et al. (2015) rapportent une augmentation décennale de 4 % et 1,6 respectivement pour les pluies de 95e percentile que pour le 99e percentile. De même, Bontogho et al. (2015) dans le Sahel burkinabé soulignent des caractéristiques similaires des précipitations. Par ailleurs, des hauteurs de pluies intenses (nettement > 50 mm) cumulées en trois jours ont été mises en évidence par Sarr et Lona (2009) dans plusieurs stations du Sahel, dont celles de l’Ouest nigérien.

20Les cumuls pluviométriques en cinq (5) jours de pluies consécutives évalués à travers l’indice Rx5days sont en nette augmentation au cours des années 2000, mais toujours variable d’une station à une autre dans la région d’étude. La figure 6 illustre la répartition spatiale moyenne des cumuls en cinq jours consécutifs enregistrés pendant le mois d’août 2012 dans les stations de l’Ouest nigérien. Au cours de ce mois, des hauteurs de pluie considérable (nettement > 50 mm) cumulées en cinq (5) jours de pluies consécutives ont été enregistrées. Celles-ci étaient comprises entre 100 et 140 mm dans la région.

Figure 6. Répartition spatiale des pluies en cinq jours consécutifs durant le mois d'août 2012.

Figure 6. Répartition spatiale des pluies en cinq jours consécutifs durant le mois d'août 2012.

21L’importance des quantités des pluies enregistrées de manière consécutive, à laquelle s’ajoutent l’encroûtement des sols et la forte dégradation du couvert végétal dans les bassins versants, sont autant des facteurs à l’origine du fort taux d’écoulement et des inondations précoces et répétitives.

22L’indice de pluies consécutives (Rx5days) est assez pertinent et à mettre en relation avec la fréquence des inondations dans la région. Par ailleurs, Nka et al. (2015) soulignent que cet indice semble suivre la tendance des inondations dans la région soudano-sahélienne.

23La ville de Niamey et ses environs sont drainés par 18 koris de tailles variables. En effet, des travaux ont mis en évidence une augmentation des coefficients d’écoulement sur la plupart des bassins versants de l’ouest nigérien tant en zone de socle (Malam Abdou, 2014) qu’en zone sédimentaire (Mamadou, 2012). Cet accroissement des coefficients d’écoulement, attribué au changement d’usage des sols a entrainé une augmentation des débits (Descroix et al., 2015) ayant conduit à l’augmentation de la fréquence des crues et du risque d’inondation. Amogu et al. (2010) ont montré que l’augmentation des débits était le cas sur l’ensemble du Sahel. Ces auteurs, ont montré ainsi que depuis la fin des années 1990, les débits ré-augmentaient dès en amont de Niamey ; comparativement aux autres stations situées sur le fleuve Niger.

Analyse des tendances et des périodes de retour

24L’évolution de tous les indices calculés suit les différentes ruptures pluviométriques de la série analysée dans l’Ouest nigérien. En effet, la première période humide (le début des années 1950 à la fin des années 1960) est caractérisée par des indices pluviométriques moyens et élevés dans toutes les séries analysées. La rupture pluviométrique des années 1970-1980, marquée par les sécheresses dramatiques (1973-1974 ; 1983-1984) a connu aussi une baisse des indices climatiques. Les figures III ; IV et V illustrent cet état de fait dans les séries. La période récente (1990-2013) se caractérise par une amélioration de tous les indices climatiques calculés à travers l’application RClimdex.

25Il ressort de cette analyse que l’Ouest nigérien, est soumis à un régime pluviométrique agressif, marqué d’une part par des pluies journalières maximales, un nombre de jours de pluies intenses ; et d’autre part, à des pluies consécutives remarquables tendant à augmenter le nombre de jours humides. Ces caractéristiques pluviométriques actuelles se conjuguent à la forte dégradation des bassins versants locaux pour amorcer les conditions optimales d’augmentation du ruissellement et d’écoulement sur les versants.

26À l’échelle journalière ou des évènements successifs, l’augmentation des indices Rx5days et Rx1Day semble prépondérante quant à la recrudescence des inondations dans les localités de l’Ouest nigérien. Ces évènements figurent parmi des événements extrêmes à l’origine des inondations. Des périodes de retour de l’indice Rx5days ont été calculées dans les trois stations où l’augmentation des indices est assez remarquable (Tableau 3). Ces stations sont aussi celles dans lesquelles se situent la plupart des bassins versants locaux, tributaires du fleuve Niger.

27Les années ayant connu les inondations ont été retenues sur la période 1990-2013. Les événements pluviométriques de récurrence annuelle ou biannuelle sont assez importants. Ils sont compris entre 70 et 90 mm dans toutes les stations. Ceux compris entre 100 à près de 140 mm ont une période de retour estimée respectivement de 3 à 10 ans dans la série pluviométrique analysée. En outre, les événements extrêmes de plus de 140 mm en cinq jours consécutifs ont une période de retour autour de 15 à 20 ans. Toutefois, en raison du comportement non stationnaire dans la survenue et l'ampleur des événements extrêmes, les localités riveraines du fleuve Niger sont vulnérables au risque d’inondation.

Tableau 3. Caractéristiques des pluies Rx5Days dans quelques stations et leur temps de retour.

Stations

Années

Rx5days

fréquence

T/retour

Niamey

 

 

1994

150,2

0,93

14,33

1998

158,1

0,95

18,2

2007

137,4

0,89

9,2

2010

101,7

0,66

2,91

2012

149,8

0,93

14,13

2013

83,9

0,45

1,81

Tillabéri

 

 

 

 

 

 

 

1994

89,1

0,59

2,45

1998

147,8

0,95

19,67

2007

103,2

0,74

3,84

2010

72,1

0,36

1,56

2012

109,4

0,79

4,75

2013

121,5

0,86

7,33

Gothèye

 

 

 

 

 

 

 

 

1994

89,1

0,57

2,32

1998

147

0,95

21,33

2007

142

0,94

17,34

2010

107,5

0,77

4,4

2012

79,1

0,42

1,73

2013

131,4

0,91

11,24

Conclusion

28La zone d’étude a connu plusieurs ruptures pluviométriques au cours de la période 1950-2013. Il ressort de l’analyse que la période récente (1990-2013) est marquée par une baisse des cumuls pluviométriques dans les stations de l’Ouest nigérien par rapport aux décennies 1950-1960.

29Les indices pluviométriques calculés à travers RClimdex ont permis de bien caractériser le régime pluviométrique de la zone d’étude. L’Ouest nigérien enregistre ainsi des pluies avec des hauteurs moyennes considérables, et de plus en plus intenses. L’évolution et la tendance actuelle de chaque indice permettent d’expliquer la recrudescence et l’ampleur des inondations récentes.

30L’analyse des séries pluviométriques (1950-2013) de six stations de l’Ouest nigérien montre aussi que les inondations dans cette région sont certes liées aux fortes pluies enregistrées, néanmoins, les dernières inondations sont aussi amplifiées par l’effet des pluies consécutives et qui sont plus agressives.

31Les dernières inondations enregistrées dans la région ont eu un cumul de pluies consécutives supérieur à 140 mm. Ainsi, l’indice de cinq jours de pluies consécutives (RX5 days) apporte un plus dans le suivi des maximums pluviométriques. Ces derniers sont certes aléatoires, néanmoins, ils assurent un paramètre important dans la prévision des inondations.

Remerciements

32Ce travail a été rendu possible grâce à l’appui du programme « Gestion du risque hydrométéorologique dans les villes africaines » (RHYVA) de PARRAF (^En ligne] URL : http://www.rhyva.org/​cmsrhyva/​), à travers l’octroi d’une bourse de mobilité scientifique à l’Université Peleforo Gon Coulibaly de Korhogo (Côte d’Ivoire).

Haut de page

Bibliographie

AGRHYMET, 2016, Base de données répertoire national des localités, document numérique de travail, non publié.

Autorité du Bassin du Niger (ABN), 2013, Note sur la situation hydrologique dans le bassin du Niger : Les crues d’août-septembre 2013. Niamey, 5 p.

Ali A. et T. Lebel, 2009, The Sahelian standardized rainfall index revisited, Int. J. Climatol., 29, pp. 1705-1714, doi : 10.1002/joc.1832.

Amogu O., Descroix L., Souley Yero K.S., Le Breton E., Mamadou I., Ali A., Vischel T., Bader J.-C., Moussa I.B., Gautier E., Boubkraoui S., Belleudy P., 2010 : Increasing River Flows in the Sahel ? Water, 2(2), 170-199.

Bontogho K.T.P.E, Boubacar I., Babacar B., Joerg H., 2015, Intra-Seasonal Variability of Climate Change in Central Burkina Faso. International Journal of Current Engineering and Technology. Available at http://inpressco.com/category/ijcet

Bouzou Moussa I. ; Faran Maiga O. ; Ambouta J-M. K. ; Benoit S. ; Luc Descroix ; Mahaman Moustapha A. (2009) : Les conséquences géomorphologiques de l’occupation du sol et des changements climatiques dans un bassin versant rural sahélien. Sécheresse, Volume 20, Numéro 1, pp145-152.

Centre for Research on the Epidemiology of Disasters-Emergency Events Database (CRED-EM-DAT), 2014, The International Disaster database ; [en ligne] URL : http://www.emdat.be

Descroix L., Diedhiou A., Vischel T., Nadine D., Malam Abdou M., Souley Yero K., Hiernaux P., 2012, Scénarios de changements climatiques et de leur impact sur l’hydrosystème et la végétation. Projet de recherche : ‘Elevage Climat et Société’, ANR ; 50p.

Descroix L., Diongue Niang A., Dacosta H., Panthou G., Quantin G., Diedhiou A.,2013, « Évolution des pluies de cumul élevé et recrudescence des crues depuis 1951 dans le bassin du Niger moyen (Sahel) », Climatologie [En ligne], mis à jour le : 07/07/2015, URL : http://lodel.irevues.inist.fr/climatologie/index.php ?id =78, doi :10.4267/climatologie.78

Descroix L., Mahé G., Olivry JC., Albergel J.,Tanimoum B., Amadou I., Coulibaly B., Bouzou Moussa I., Faran Maiga O., Malam Abdou M., Souley Yero K., Mamadou I., Vandervaere J-P., Gautier E., Diongue-Niang A., Dacosta H., Diedhiou A.,2015, Facteurs anthropiques et environnementaux de la recrudescence des inondations au Sahel. Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’Ouest. Edition IRD Marseille 2015 pp153-170.

Daouda A., Tachiani V., Tiepolo M., 2016, Milieu physique, peuplement et exposition aux aléas hydro-climatiques dans la région deTillabéri ; Niger. Risque et adaptation climatique dans la région de Tillabéri ; Niger. Harmattan ; pp 27-57.

Gaptia Lawan K., Bacci M., Mouhaimini M., 2014, Caractérisation climatique de la région de Tillabéri. ANADIA-Niger ; Rapport N° 1 ; 36p.

Greigert J., 1966, Description des formations crétacées et tertiaires du bassin des Iullimenden. Publi-Direction des mines et géol. N° 2, Niger.

Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), 2014, Climate Change 2014 : Synthesis Report Summary for Policymakers, 32 p.

La Jeunesse I. et Ph. Quevauviller, 2015, Changement climatique et cycle de l'eau Impacts, adaptation, législation et avancées scientifiques, 325p

Le Barbé L., Lebel T, Tapsoba D., 2002, Rainfall variability in west Africa during the year 1950-1990. Journal of Clmatology ; pp. 187-202.

Mahé G. et J-E. Paturel 2009, 1896-2006 sahelian annual rainfall variability and runoff increase of Sahelian Rivers. C.R. Geosciences 341, pp. 538-546

Mamadou, I., 2012, La dynamique accélérée des koris dans la région de Niamey : conséquences sur l’ensablement du fleuve Niger, Thèse de Doctorat, Université de Niamey, 311p.

Malam Abdou, M., 2014, Etats de surface et fonctionnement hydrodynamique multi- échelles des bassins sahéliens ; études expérimentales en zones cristalline et sédimentaire, Thèse de Doctorat, Université de Grenoble et Université de Niamey, 302 p.

Nka, B. N., L. Oudin, H. Karambiri, J. E. Paturel et P. Ribstein, 2015, Trends in West African floods : a comparative analysis with rainfall and vegetation indices. Hydrology and Earth System Sciences Discussions, Volume 12, Issue, pp. 5083-5121

Ozer P., B. Djaby et F. De Longueville, 2015, Evolution récente des extrêmes pluviométriques au Niger (1950-2014), Communication, Workshop « Coopération Universitaire au Développement avec le Niger » Université de Liège, Arlon Campus Environnement.

Panthou, G., T. Vischel et T. Lebel, 2013, Évolution récente des précipitations extrêmes au Sahel. Poster INSU, Prospectives Surfaces et Interfaces Continentales, 22 mai 2013.

Pettitt, A. N., 1979, A non-parametric approch to the change-point problem, Applied statistics, 28, numéro 2, pp. 126-135

Sarr, B. et I. Lona, 2009, Les fortes pluies enregistrées au Sahel au cours de l’hivernage 2007 : variabilité et/ou changement climatique. Communication 14ème Colloque International, SIFEE « Changement climatique et évaluation Environnementale » Outils et enjeux pour l’évaluation des impacts et l’élaboration des plans d’adaptation, Niamey

Sighomnou, D., A. Ilia et B. Tanimoun, 2010, Evénements de crues de juillet à septembre 2010 dans le Niger Moyen, ABN, 8 p.

Sighomnou, D., B. Tanimoun, A. Alio, L. Zomodo, A. Ilia, I. Olomoda, B. Coulibaly, S. Koné, D. Zinsou et R. Dessouassi, 2012, Crue exceptionnelle et inondations au cours des mois d’août et septembre 2012 dans le Niger Moyen et Inférieur, ABN, 11 p.

Sighomnou, D., L. Descroix, P. Genthon, G. Mahé, I. Bouzou Moussa, E. Gautier, I. Mamadou, J. P. Vandervaere, T. Bachir, B. Coulibaly, J. L. Rajot, O. Malam Issa, M. Malam Abdou, N. Dessay, E. Delaitre, O. Faran Maiga, A. Diedhiou, G. Panthou, T. Vischel, H. Yacouba, H. Karambiri, J. E. Paturel, P. Diello, E. Mougin, L. Kergoat et P. Hiernaux, 2013, La crue de 2012 à Niamey : un paroxysme du paradoxe du Sahel ? Sècheresse vol. 24, n 8, janvier-février-mars 2013, pp. 3-13

Tarhule, A., 2005, Damaging rainfall and flooding : the other sahel hazards. Climatic Change (2005) 72, pp. 355-377.

Vichel, T., T. Lebel, G. Penthou, G. Quantin, A. Rossi et M. Martinet, 2015, Le retour d’une période humide au Sahel ? Observations et perspectives. Les sociétés rurales face aux changements climatiques et environnementaux en Afrique de l’ouest, Edition IRD Marseille 2015, pp. 43-60

Zhang X. et F. Yang, 2004, RClimDex (1.0) User Manual, Climate Research Branch Environment Canada, 23 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la zone et des stations d'études.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Figure 2a. Évolution spatiale des cumuls pluviométriques dans la zone d'étude : période 1950-1968.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 2 b. Évolution spatiale des cumuls pluviométriques dans la zone d'étude : période 1990-2013.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19891/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Figure 3. Évolution des hauteurs moyennes journalières de 1950-2013 dans les stations de Tillabéri et Gothèye.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19891/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 4. Évolution du nombre de jours de pluie intense (R20) de 1950-2013 dans les stations de Tillabéri, Ayorou et Téra.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19891/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 5. Évolution du nombre de jours humides (95e percentile) de 1950-2013 dans les stations de Tillabéri, Gothèye et Téra.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19891/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 6. Répartition spatiale des pluies en cinq jours consécutifs durant le mois d'août 2012.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/19891/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ibrahim Mahamadou Bahari, Ibrahim Bouzou Moussa et Oumarou Faran Maiga, « Évolution des caractéristiques pluviométriques et recrudescence des inondations dans les localités riveraines du fleuve Niger », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 25 mai 2018, consulté le 22 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/19891 ; DOI : 10.4000/vertigo.19891

Haut de page

Auteurs

Ibrahim Mahamadou Bahari

Département de géographie, Faculté des lettres et sciences humaines, Université Abdou Moumouni, BP : 418 Niamey, Niger, courriel : ibbahari52@gmail.com

Ibrahim Bouzou Moussa

Département de géographie, Faculté des lettres et sciences humaines, Université Abdou Moumouni, BP : 418 Niamey, Niger, courriel : ibrahimbm1958@gmail.com

Oumarou Faran Maiga

Département de géographie, Faculté des lettres et sciences humaines, Université Abdou Moumouni, BP : 418 Niamey, Niger, courriel : faranmaigaoumarou@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page