Navigation – Plan du site
2018

Guide des Humanités Environnementales

Marc Mormont
Référence(s) :

Aurélie Choné, Isabelle Hajek, Philippe Hamman (dir), 2016, Guide des Humanités Environnementales, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 630p.

Texte intégral

1Le concept des Humanités Environnementales désigne un courant ou des courants multiples qui, depuis moins d'une décennie, tentent de constituer un espace de recherche et de débats interdisciplinaires sur l'environnement et la nature. L'ambition de ce mouvement est fondamentalement de dépasser les cloisonnements disciplinaires non seulement entre les sciences sociales au sens strict, mais aussi entre approches scientifiques et approches philosophiques et esthétiques, voire spirituelles. Il s'agit de repenser les rapports à la nature et à l'environnement en en questionnant toutes les dimensions et pas seulement les concepts scientifiques. Ce mouvement a émergé aux États-Unis, mais aussi en Europe du Nord et en Australie. Une revue en ligne – Environmental Humanities -leur est consacrée depuis 2012.

2Ce Guide des Humanités Environnementales est, à ma connaissance le premier ouvrage en français à s'inscrire dans cette perspective. Comme les directeurs de cette publication collective le précisent, ce n'est ni un dictionnaire, ni un text-book, ni une anthologie. Il se présente comme une série de contributions très équilibrées (une dizaine de pages chacune) qui portent dans une première partie sur la production des savoirs sur la nature, et dans une deuxième partie sur les usages et imaginaires de la nature en ce compris les concepts gestionnaires comme le développement durable. Cet ouvrage est bien un guide en effet, qui présente sans exhaustivité un large panorama des questions que pose la nature. Et il le fait à partir des points saillants, des monuments et des abimes qui forment le paysage intellectuel de cette question. Comme tel il n'impose aucun ordre de lecture, aucun plan de voyage et le lecteur peut le parcourir à sa guise, y faire des aller et retour, choisir librement son parcours.

3C'est l'ambition même de l'ouvrage que de convoquer aussi bien l'histoire que la géographie, les sciences sociales que le droit et l'éthique, l'économie ou l'histoire aussi bien que l'esthétique pour traiter des natures que l'Occident s'est données comme objet depuis quelques siècles. Mais cette approche critique de la vision occidentale s'enrichit utilement de retour à l'Antiquité aussi bien que de regards sur les visions non occidentales de la nature, ce qui donne au voyage une profondeur historique et une largeur géographique. La rubrique « Feu » par exemple évoque la symbolique forte de cet élément depuis l'Antiquité jusqu'au romantisme et elle contraste fortement avec la rubrique sur « l'Eau » telle qu'abordée par les Modernes comme une ressource objectivable, gérable et finalement rationalisée. De tels contrastes sont très pertinents pour penser l'hétérogénéité de nos rapports à la nature. Et ce n'est certainement pas la volonté des rédacteurs que de vouloir réaligner tous les savoirs et tous les usages sur une vision commune.

4Au coeur de la problématique, les dualismes typiques (nature/culture, sujet/objet, etc.) forment l'espace de questionnements proposés au lecteur. Ces dualismes ne sont pas seulement le fruit des Lumières et du cartésianisme selon lesquels l'homme moderne s'émancipe de la nature. Ils résultent peut-être plus profondément d'une anthropologie qui autonomise les relations entre humains des relations aux autres êtres. Ce Guide documente abondamment ces questions. Une ligne de force sous-jacente me paraît se trouver dans ce qu'on pourrait appeler une critique de la critique écologique : la reconnaissance des dégâts et menaces que le progrès inflige au monde peut conduire à une sorte de réification de la nature qui s'appuie sur le même dualisme au risque de faire de sa protection une forme d'imposition de notre propre conception de ce qui compte, de ce qui importe.

5La notice dédiée à la nature des Nordiques souligne clairement l'importance de ce qu'elle désigne comme le sens du lieu (genius loci) comme paradigme à savoir que l'homme doit se penser comme appartenant à des lieux, comme situé dans un réseau de relations avec des éléments, bref comme habitant et coexistant. Les éditeurs indiquent en introduction qu'ils souhaitent repenser les rapports entre nature et culture non comme une opposition, mais comme un champ de tensions, comme une double polarité qui situe l'homme à la fois dans la nature et hors d'elle. De ce point de vue une notice remarquable consacrée au concept de milieu suggère utilement que c'est ce concept qui, à condition d'introduire le troisième terme – la technique – comme médiation permet de penser ces tensions. C'est que la technique n'est pas le seul produit de l'inventivité ou de la raison, mais une manière d'entrer en relation, de relier des mondes : la technique émerge de ces relations autant qu'elle les façonne. En retournant aux sources du pragmatisme philosophique, on dirait volontiers que le concept de milieu est ce qui ouvre la pensée sur les transactions entre l'homme et la nature, chacun de ces deux pôles n'étant que des moments de cette action réciproque et toujours située. Il permet en toit cas de penser l'homme comme une forme, certes originale, mais aussi toujours reliée au monde, de nature.

6On regrettera peut-être certaines absences comme par exemple la question des biotechnologies et de la génomique qui n’est abordée qu'incidemment. Mais une rubrique intitulée « Le Vivant » permet de bien retracer l'histoire d'une notion qui pour être discutable scientifiquement n'en reste pas moins un ressort de la pensée environnementale contemporaine. Un tel ouvrage, déjà imposant par son volume (630 pages) et la diversité des 54 contributions, ne peut être complet, mais c'est réellement une mine d'informations, de points de vue qui ne peuvent qu'éclairer l'élaboration d'une nouvelle culture intellectuelle. L'ouvrage – et c'est devenu assez rare pour être souligné – est complété d'un index des noms et d'un index des thèmes qui permet de naviguer dans cet archipel des savoirs. Les références bibliographiques accompagnent chaque notice et permettent au lecteur d'aller plus loin s'il le souhaite.

7Il n'est peut-être pas étonnant qu'il soit publié par des chercheurs de l'Université de Strasbourg et par un éditeur des universités du Nord de la France, comme si les périphéries les plus proches des cultures du Nord européen en étaient le vecteur naturel. C'est un des grands atouts de cet ouvrage que son ouverture particulièrement à la culture allemande (mais aussi aux cultures nordiques) plus même qu'aux sciences sociales germaniques. Trois notices importantes sont consacrées aux sources de l'écologie politique en France, en Allemagne et en région nordique et elles illustrent chacune la diversité des regards qui ont tenté, chacun à leur manière et chacun avec leurs ambiguïtés, de dépasser le dualisme qui oppose, nature et culture. Elles convainquent aussi de l'idée que les questions que nous traitons sous la rubrique « environnement » sont bien anciennes et ont toujours accompagné la modernisation des sociétés occidentales.

8En conclusion cet ouvrage est un outil précieux pour tout qui s'intéresse à repenser la question de l'environnement. Il a le grand mérite de sa diversité, et il ne peut qu'aiguiser le sens critique des étudiants, des chercheurs, et même des militants. Son atout est de ne pas traiter les frontières (entre cultures, entre disciplines) comme des limites, mais comme des points de passage, d'échange entre elles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Mormont, « Guide des Humanités Environnementales », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 10 août 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/20364

Haut de page

Auteur

Marc Mormont

Professeur honoraire de sociologie de l'environnement, Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page