Navigation – Plan du site

Multiplication végétative par bouturage et marcottage aérien de trois espèces agroforestières au Burkina Faso

Vegetative propagation by cutting and air layering of three agroforestry species in Burkina Faso
Wendpouire Arnaud Zida, Babou Andre Bationo, Antoine Namwinyoh Some et Ronald Bellefontaine

Résumés

L’insuffisance de connaissances sur la régénération des ligneux fruitiers sauvages est une contrainte majeure à la domestication de ceux-ci dans les pays sahéliens soumis à une longue saison sèche. Des essais de marcottage aérien et de bouturage racinaire et caulinaire, suivis de transplantation ont été conduits sur Balanites aegyptiaca, Sclerocarya birrea et Diospyros mespiliformis. Les résultats montrent, après 4 mois d’essais, que l’essai de bouturage de segments de racine de S. birrea donne des taux d’enracinement de 12 % pour les boutures disposées verticalement contre 8 % pour les boutures horizontales. Cependant les différences observées entre traitements ne sont pas significatives (P< 0,05). Le marcottage aérien a été positif pour les trois espèces, principalement pour B. aegyptiaca avec 65 % et 72 % de réussite respectivement pour les marcottes médianes et basales. Les différences observées entre les traitements sont significatives (P< 0,05). Les taux moyens de réussite de S. birrea sont de 48 % et 45 % respectivement pour les marcottes médianes et basales. Aucune différence significative n’a été observée (P< 0,05). D. mespiliformis enregistre des taux de réussite de 28 % pour les parties basales contre 12 % pour les parties médianes. Les différences d’enracinement entre les traitements sont hautement significatives (P< 0,001). À deux ans, le taux moyen de survie en station des plants issus des marcottes est de 52,5 % pour B. aegyptiaca, 92 % pour S. birrea.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La plupart des espèces des zones tropicales sèches connaissent de plus en plus de difficultés de régénération liées aux contraintes environnementales et anthropiques (Akpavi et al., 2012 ; Ouédraogo et al., 2006 ; Wezel et Lykke, 2006). Au Burkina Faso et au Togo, des problèmes d’établissement et de développement des jeunes plants du secteur sahélo-soudanien et soudanien (Arbonnier, 2009) sont observés pour Balanites aegyptiaca (L.) Del., Diospyros mespiliformis Hochst. ex A. Rich. et Sclerocarya birrea (A. Rich.) Hochst. (Agbogan et al., 2015 ; Zida et al., 2014 ; Zida, 2011). L’efficacité de la régénération séminale est limitée à cause des conditions climatiques de plus en plus rudes et des pressions anthropiques qui détériorent les habitats (Masse et al., 2015 ; Ouédraogo et al., 2006 ; Bellefontaine et al., 2000). La régénération naturelle en forêt, dans les jachères ou les parcs agroforestiers de ces trois espèces très importantes sur le plan socio-économique, est donc confrontée à de multiples contraintes environnementales, notamment les sécheresses récurrentes et les pressions anthropiques (feux de brousse, agriculture sur brûlis, surexploitation des produits forestiers non ligneux, surexploitation du bois, surpâturage, etc.). Il s’avère donc nécessaire d’explorer d’autres techniques, notamment celles de la multiplication végétative à faible coût (Bellefontaine et al., 2016 ; Bellefontaine et al., 2015-a ; Bellefontaine et al., 2015-b ; Meunier et al., 2006 ; Bellefontaine, 2005) afin de contribuer au maintien et à la pré-domestication de ces espèces à usages multiples que les populations rurales apprécient.

2On sait depuis quelques années que la multiplication végétative joue un rôle important dans le maintien de la composante arbustive et arborée des forêts sèches (Meunier et al., 2006 ; Bationo et al., 2005-a ; Bationo et al., 2005-b ; Bellefontaine, 2005 ; Bationo et al., 2001 ; Bellefontaine, 1997). Cependant, le potentiel de régénération végétative de nombreuses espèces ligneuses sahéliennes et soudaniennes est insuffisamment connu (Bellefontaine et al., 2015-a ; Meunier et al., 2008 ; Bellefontaine, 1997). Des formes de multiplication végétative comme le marcottage (Bellefontaine et al., 2016 ; Chavan et al., 2015 ; Bellefontaine et al., 2013 ; Mishra et Devendra, 2013 ; Moupela et al., 2013 ; Meunier et al., 2006 ; Anegbeh et al., 2005 ; Bationo et al., 2005-a ; Tchio et Kengué, 1998 ; Belem, 1993), l’induction du drageonnage (Noubissié-Tchiagam et al., 2011 ; Belem et al., 2008 ; Meunier et al., 2008 ; Meunier et al., 2006) ou le bouturage de segments de racines (Bellefontaine et al., 2015-a ; Harivel et al., 2006 ; Meunier et al., 2006 ; Bellefontaine, 2005) sont faiblement valorisées par les sylviculteurs (Belem et al., 2008). Pourtant, ces techniques sont très peu coûteuses et facilement assimilables par les paysans (Bellefontaine et al., 2015-a ; Meunier et al., 2008 ; Meunier et al., 2006). La régénération végétative est plus accessible aux petits producteurs, s’ils ont la connaissance, que la régénération séminale confrontée à la faible disponibilité des semences forestières de qualité et aux coûts élevés de celles-ci (Traoré, 2015).

3L’objet de cette étude est de tester la multiplication par marcottage et bouturage de ces trois espèces surexploitées et localement menacées, afin de favoriser dans un futur proche leur domestication à moindre coût par les communautés rurales. De cet objectif, nous formulons l’hypothèse que les trois espèces étudiées (Balanites aegyptiaca, Diospyros mespiliformis et Sclerocarya birrea) réagissent favorablement à des degrés divers à la multiplication par marcottage et bouturage.

Matériel et méthodes

Essais de bouturage

4Les tests de bouturage ont été conduits sous serre ombragée (Harivel et al., 2006) en février, en saison sèche, dans des sacs en polyéthylène dans la pépinière de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) à Ouagadougou. Deux types de boutures ont été testés : des boutures de fragments aériens (BFA) et des boutures de segments de racine (BSR). Les BFA et les BSR ont été récoltées dans la forêt de Gaongo, à 70 km au sud-est de Ouagadougou, sur vingt arbres sains de chaque espèce, dont le diamètre à 1,30 m variait entre 15 à 35 cm. Les boutures ont été prélevées le matin avant les périodes de fortes chaleurs pour limiter la déshydratation de celles-ci. Les BFA ont été prélevées à trois niveaux sur de jeunes branches : basal (BFAB), médian (BFAM) et apical (BFAA). Elles avaient une longueur de 20 cm et un diamètre médian compris entre 1 et 3 cm. Les BSR de 10 cm de long ont été collectées sur des racines traçantes de 1 à 3 cm de diamètre, sur les mêmes arbres que les BFA. Les BSR et BFA ont été conservées au frais dans une boite frigorifique avant d’être transportées à la pépinière pour être plantées immédiatement (Harivel et al., 2006). Les boutures ont été préalablement désinfectées avant qu’elles ne soient mises en terre (Bellefontaine et al., 2011).

5Les BFA ont été enterrées verticalement aux deux tiers (soit environ 13-14 cm), avec au moins deux bourgeons visibles. Les BSR ont été disposées horizontalement (BSRH) et verticalement (BSRV) dans le substrat des sacs de 14 cm de diamètre pour vérifier l’effet du positionnement sur les boutures (Bellefontaine et al., 2011). Les BSRH ont été recouvertes totalement d’une couche de terre de 1 cm environ, tandis que les verticales ont été enterrées aux deux tiers (soit 6 à 7 cm). Le substrat de bouturage, composé d’un mélange de sable (1/4), de fumier (1/4) et de terreau (1/2), a été préalablement arrosé chaque jour pendant une semaine avant la mise en place des boutures. L’hygrométrie a été maintenue en recouvrant les boutures d’une feuille de plastique blanc jusqu’à l’apparition des premiers bourgeons. Les apports en eau ont été à chaque fois ajustés afin d’éviter tout excès ou stress hydrique.

6Le dispositif expérimental était composé de 180 BFA à raison de soixante pour chacune des trois répétitions (blocs) dans lesquels les trois niveaux de prélèvement ont été distribués de manière aléatoire (20 BFAB, 20 BFAM, 20 BFAA). Le même jour, 60 BSRH et 60 BSRV ont été réparties au hasard dans quatre blocs de trente sacs par bloc (15 BSRH et 15 BSRV par bloc). Chaque traitement (niveaux de prélèvement ou positions) a été répété soixante fois pour les BFA et les BSR. L’emplacement des différents traitements de BFA et BSR dans le dispositif expérimental a été schématisé sur un support papier pour faciliter le suivi et le repérage de la nature de chaque bouture. Le taux de reprise des boutures et le nombre de boutures toujours vivantes ont été relevés après 75 jours pour B. aegyptiaca et 206 jours pour D. mespiliformis et S. birrea. L’essai sur B. aegyptiaca a été arrêté après constatation de la mort de toutes les boutures. Une analyse de variance (ANOVA) au seuil de 5 % a été réalisée avec le logiciel Genstat 9.2.

Essais de marcottage aérien

7Le marcottage aérien a été réalisé en février dans la forêt de Gaongo sur D. mespiliformis et B. aegyptiaca sur des jeunes ligneux, francs de pied (monocaules), de hauteur variante entre 1,30 à 2,5 m. Par contre, vu la rareté de jeunes pieds de S. birrea dans cette forêt, les essais de marcottage aérien ont été réalisés dans la pépinière de la station de l’INERA à Saria à 80 km de Ouagadougou, sur des plants de hauteur variant entre 1,20 à 2,10 m, âgés de 4 ans et issus de semis direct.

8Le marcottage aérien a d’abord consisté à faire des incisions annulaires complètes de 3 à 4 cm sur la tige (Meunier et al., 2006) pour enlever l’écorce. Un sac en polyéthylène transparent a été placé autour de l’anneau (Bellefontaine et al., 2016 ; Moupela et al., 2013), débordant de 5 cm de chaque extrémité pour recevoir le substrat, composé de 3/5 de sciure et de 2/5 de terre, légèrement humidifiés. Les bords supérieur et inférieur du sac contenant le substrat sont attachés avec du scotch (Moupela et al., 2013). Chaque fois que l’humidité du substrat semblait faible, celui-ci était humidifié à l’aide d’une seringue de 60 ml.

9Deux types de traitement ont été effectués : le marcottage de la partie basale (MAB à 10 cm du sol) et de la partie médiane (MAM à mi-hauteur de la tige) afin de déterminer la partie la plus favorable de la tige au marcottage. Au total, 320 MA ont été posées : soixante marcottes de chaque partie (MAB et MAM) ont été réalisées sur 120 individus de D. mespiliformis et de B. aegyptiaca. Quarante marcottes de chaque partie (MAB et MAM) ont été réalisées sur 80 pieds de S. birrea. Pendant toute la durée du suivi, à l’extrémité distale de chaque marcotte, une étiquette indiquait le niveau de marcottage (basal ou médian), un numéro correspondant à l’arbre et la date de mise en place.

10La durée de l’essai a été de 98, 196 et 318 jours respectivement pour B. aegyptiaca, S. birrea et D. mespiliformis, en fonction de la vitesse d’apparition des racines, observables à travers le sac plastique. À la fin de l’essai, le taux de marcottes enracinées, vivantes et mortes par traitement a été relevé. Une analyse de variance (ANOVA) au seuil de 5 % a été réalisée avec le logiciel Genstat 9.2.

Plantation de marcottes aériennes enracinées

11Des marcottes saines et bien enracinées ont été sélectionnées, sevrées par sectionnement à la base de la partie enracinée (Moupela et al., 2013), puis plantées le même jour, dans le mois d’août, en saison pluvieuse, dans une parcelle protégée de la station de l’INERA à Saria. Cette station de recherche est dans une zone caractérisée par un climat nord-soudanien avec une pluviométrie annuelle moyenne de 800 mm. La température moyenne annuelle est de 28 °C avec des maximas mensuels de 40 °C entre mars et avril (Yélémou et al., 2013). Les sols sont de type ferrugineux tropical lessivé, pauvres en phosphore, en bases échangeables et en matières organiques (Yélémou et al., 2013). La plantation a concerné S. birrea et B. aegyptiaca pour lesquelles le test de marcottage a donné un nombre de marcottes enracinées permettant une réplicabilité acceptable statistiquement (3 au moins dans chaque sous-groupe de marcottes). La plantation a été réalisée dans des trous de 60 cm de diamètre et de profondeur, en enlevant très délicatement le sac sans abimer les racines néoformées.

12Vingt-quatre (24) et quarante (40) marcottes respectivement de S. birrea et B. aegyptiaca ont été plantées. Le lot de chaque espèce est composé pour moitié de marcottes aériennes de la partie médiane (MAM) et l’autre moitié de marcottes de la partie basale de la tige (MAB) : douze MAM et douze MAB de S. birrea et vingt MAM et vingt MAB de B. aegyptiaca. Dans chacun de ces sous-groupes, six MAM et six MAB de S. birrea, ainsi que dix MAM et dix MAB de B. aegyptiaca ont été défoliées pour ne laisser que les bourgeons terminaux. Pour l’autre moitié, toutes les feuilles ont été conservées. Toutes ces marcottes ont été distribuées de façon complètement aléatoire dans les trous de plantation. Un plan détaillé a été dessiné pour éviter la confusion durant le suivi. Pendant les deux années de suivi de la croissance, aucun entretien (désherbage, arrosage, traitement phytosanitaire, etc.) n’a été apporté aux plants.

13Le taux de survie et le taux d’accroissement annuel moyen en hauteur des plants vivants ont été évalués deux ans après la plantation. Une ANOVA a été réalisée avec le logiciel Genstat 9.2 et le test de Student-Newman-Keuls a permis de comparer les moyennes.

Résultats

Essais de bouturage

14Les boutures de fragments aériens (BFA) de S. birrea, D. mespiliformis et B. aegyptiaca ne se sont pas enracinées, quel que soit le niveau de prélèvement (apical, médian, et basal). Après 75 jours, les boutures de B. aegyptiaca s’étaient complètement asséchées. Pour S. birrea, quelques boutures vivantes, mais non enracinées (3 sur 60, soit 5 %) sont observées pour les BFA basales après 206 jours d’essai. Des boutures vivantes, mais non enracinées, ont été également notées pour D. mespiliformis à raison de de 7 %, 8 % et 25 % respectivement pour les parties médianes, apicales et basales, après 206 jours d’essai.

15Seules les boutures de segments de racine (BSR) de S. birrea ont développé des axes feuillés et de nouvelles racines : 11,7 % des BSRV et 8,3 % des BSRH après 206 jours de suivi (Tableau 1). Cependant les différences observées ne sont pas significatives (P< 0,05) entre les traitements (BSRV et BSRH). Le développement racinaire observé sur les BSR enracinées est cependant faible (Figure 1). Une proportion de 48,3 % et 41,7 % de BSR toujours vivantes respectivement pour les BSRV et BSRH a été observée au bout des 206 jours de suivi.

Tableau 1. Essais de bouturage de segments de racine de B. aegyptiaca, S. birrea et D. mespiliformis./Table 1. Root cuttings tests of B. aegyptiaca, S. birrea and D. mespiliformis.

Espèces et type des boutures

Nombre de boutures installées

Durée du test (jours)

Boutures enracinées avec axes feuillés

Boutures vivantes

Boutures mortes

Nombre

Proportion

Nombre

Proportion

Nombre

Proportion

B. aegyptiaca

BSRV

60

75

0

0 %

0

0 %

60

100 %

BSRH

60

75

0

0 %

0

0 %

60

100 %

 LSD

 -

 -

NS

-

-

S. birrea

BSRV

60

206

7

11,7 %

29

48,3 %

24

40 %

BSRH

60

206

5

8,3 %

25

41,7 %

30

50 %

 LSD

 

 

 

 NS 

D. mespiliformis

BSRV

60

206

0

0 %

35

58 %

25

41,7 %

BSRH

60

206

0

0 %

9

15 %

51

85 %

 LSD

NS

-

NS : différence non significative au seuil de 5 % ; BSRH : boutures de segments de racine disposées horizontalement ; BSRV : boutures de segments de racine disposées verticalement ; LSD : test de la plus petite différence significative.

Figure 1. S. birrea - boutures de segment de racine faiblement enracinées : en position horizontale (à gauche) et verticale (à droite), 7 mois environ. /Figure 1. S. birrea - root cutting weakly rooted : horizontal position (left) and vertical position (right), about 7 months.

Figure 1. S. birrea - boutures de segment de racine faiblement enracinées : en position horizontale (à gauche) et verticale (à droite), 7 mois environ. /Figure 1. S. birrea - root cutting weakly rooted : horizontal position (left) and vertical position (right), about 7 months.

16La totalité des BSR de B. aegyptiaca sont mortes 75 jours après la mise en place de l’essai. Les BSR de D. mespiliformis ne se sont pas enracinées, mais présentaient 58,3 % de BSRV et 15 % de BSRH vivantes après les 206 jours de suivi.

Essais de marcottage aérien

17Les essais de marcottage aérien sur les trois espèces étudiées ont montré à des degrés divers, des résultats concluants (Figure 2). Les résultats sont plus intéressants pour B. aegyptiaca avec un taux d’enracinement de 71,7 % pour les MAB et 65 % pour les MAM, 98 jours après l’installation de l’essai (Tableau 2). Les différences observées entre les traitements MAB et MAM sont significatives à P< 0,05 avec des taux de mortalité respectifs de 20 % et 21,7 %. Les taux de marcottes vivantes, mais non enracinées étaient de 8,3 % et 13,3 % respectivement pour les MAB et MAM.

Figure 2. Marcottes aériennes médianes de S. birrea (à gauche) enracinée après 6 mois et de B. aegyptiaca (à droite) enracinée après 3 mois./Figure 2. Median air layering of S. birrea (left) rooted after 6 months and B. aegyptiaca (right) rooted after 3 months.

Figure 2. Marcottes aériennes médianes de S. birrea (à gauche) enracinée après 6 mois et de B. aegyptiaca (à droite) enracinée après 3 mois./Figure 2. Median air layering of S. birrea (left) rooted after 6 months and B. aegyptiaca (right) rooted after 3 months.

Tableau 2. Essais de marcottage aérien de B.aegyptiaca, S. birrea et D.mespiliformis./Table 2. Air layering tests of B.aegyptiaca, S. birrea and D.mespiliformis.

Espèces et type de marcottes

Nombre de marcottes posées

Durée du test (en jours)

Marcottes enracinées

Marcottes vivantes non enracinées

Marcottes mortes

Nombre

Proportion

Nombre

Proportion

Nombre

Proportion

B. aegyptiaca

MAM

60

98

39

65 %

8

13,3 %

13

21,7 %

MAB

60

98

43

71,7 %

5

8,3 %

12

20 %

LSD

-

P< 0,05 

-

-

S. birrea

MAM

40

196

19

47,5 %

16

40 %

5

12,5 %

MAB

40

196

18

45 %

17

42,5 %

5

12,5 %

LSD

-

NS 

-

-

D. mespiliformis

MAM

60

318

7

11,7 %

33

55 %

20

33,3 %

MAB

60

318

17

28,3 %

39

65 %

4

6,7 %

LSD

-

-

-

P< 0,001 

-

-

NS : différence non significative au seuil de 5 % ; MAM : marcottes aériennes de la partie médiane ; MAB : marcottes aériennes de la partie basale ; LSD : test de la plus petite différence significative.

18Les taux d’enracinement des MA de S. birrea étaient de 45 % et 47,8 % respectivement pour les MAB et MAM, 196 jours après la mise en place de l’essai (Tableau 2). Les différences d’enracinement des marcottes observées entre les traitements MAB et MAM ne sont pas significatives (P< 0,05). Les mortalités sont de l’ordre de 12,5 % quel que soit le niveau de marcottage (MAB et MAM). La proportion des MA vivantes non enracinées reste élevée pour les MAB (42,5 %) et les MAM (40 %). Au regard des durés de l’essai, les MA de S. birrea ont mis t plus de temps à s’enraciner que celles de B. aegyptiaca.

19L’enracinement des MA de D. mespiliformis a nécessité encore plus de temps (plus de 10 mois). Parmi les trois espèces étudiées, les résultats D. mespiliformis ont été les plus faibles. Après 318 jours, les MAB avaient un taux d’enracinement de 28,3 % et les MAM de 11,7 % (Tableau 2). Les différences d’enracinement des marcottes observées entre les traitements MAB et MAM sont significatives (P< 0,001). Le taux de mortalité est très élevé pour les MAM (33,3 %), alors qu’il n’est que de 6,7 % pour les MAB. Les MA vivantes non enracinées après 318 jours représentent plus de la moitié des MA posées : 65 et 55 % pour les MAB et MAM respectivement.

Taux de survie des marcottes transplantées

20Le taux moyen de survie des marcottes de S. birrea après deux ans de plantation est de 91,5 %. Il n’est pas influencé par l’origine médiane ou basale des marcottes. Les différences observées en ce qui concerne la défoliaison des plants ne sont pas significatives (P< 0.05) (Tableau 3).

Tableau 3. S. birrea - taux de survie en fonction de la défoliation ou non des plants issus des marcottes./Table 3. S. birrea - survival rate according to the complete defoliation or not of the plants coming from the marcots.

Traitement

Nombre de marcottes plantées

Survie Année 1

Survie Année 2

Taux moyen de survie à 2 ans

Taux

LSD

Taux

LSD

Taux

LSD

MAM

défoliées

6

83 %

N.S.

83 %

N.S.

91,5 %

NS

non défoliées

6

100 %

100 %

MAB

défoliées

6

100 %

N.S.

100 %

N.S.

91,5 %

non défoliées

6

83 %

83 %

NS : différence non significative au seuil de 5 % ; MAM : marcottes aériennes de la partie médiane ; MAB : marcottes aériennes de la partie basale ; LSD : test de la plus petite différence significative.

21La plantation de B. aegyptiaca a eu moins de succès que celle de S. birrea. Le taux moyen de survie général deux ans après la plantation est de 52,5 %. Les plants issus des MAM ont le meilleur taux de survie avec 55 % contre 50 % pour les MAB (Tableau 4). Cependant, aucune différence significative (P< 0.05) n’a été observée entre ces deux taux de survie. Mais pour cette espèce, la défoliaison des plants semble réduire considérablement la mortalité des plants. À la fin de la deuxième année, le taux de survie est de 80 % pour les plants défoliés issus des MAM et 30 % pour les plants non défoliés et de 70 % pour les plants défoliés issus des MAB contre 30 % pour les plants non défoliés. Des différences hautement significative (P< 0.001) ont été observées entre les plants défoliés et non défoliés issus des MAM et MAB en première et deuxième année (Tableau 4).

Tableau 4. B. aegyptiaca - taux de survie en fonction de la défoliation ou non des plants issus des marcottes. /Table 4. B. aegyptiaca - survival rate according to the complete defoliation or not of the plants coming from the marcots.

Traitement

Nombre de marcottes plantées

Survie Année 1

Survie Année 2

Taux moyen de survie à 2 ans

Taux

LSD

Taux

LSD

Taux

LSD

MAM

défoliées

10

90 %

P< 0,001

80 %

P< 0,001

55 %

NS

non défoliées

10

40 %

30 %

MAB

défoliées

10

90 %

P< 0,001

70 %

P< 0,001

50 %

non défoliées

10

30 %

30 %

NS : différence non significative au seuil de 5 % ; MAM : marcottes aériennes de la partie médiane ; MAB : marcottes aériennes de la partie basale. LSD : test de la plus petite différence significative.

Croissance initiale des plants issus de marcottes aériennes (MA)

22Les plants issus du MA de S. birrea avaient à la plantation une hauteur comprise entre 1,06 et 1,35 m et ceux de B. aegyptiaca une hauteur comprise entre 1,86 et 2,30 m. La croissance en hauteur mesurée durant les deux ans d'observation est régulière pour S. birrea (Figure 3). Pour B. aegyptiaca, les plants issus du marcottage connaissent une régression. Les branches supérieures de certains plants se sont nécrosées, d’où les croissances négatives enregistrées (Figure 3).

Figure 3. Croissance en hauteur des S. birrea (à gauche) et B. aegyptiaca (à droite) issus des marcottes./Figure 3. Growth in height of S. birrea (left) and B. aegyptiaca (right) coming from the marcots.

Figure 3. Croissance en hauteur des S. birrea (à gauche) et B. aegyptiaca (à droite) issus des marcottes./Figure 3. Growth in height of S. birrea (left) and B. aegyptiaca (right) coming from the marcots.

Légende : MAM : marcottes aériennes de la partie médiane ; MAB : marcottes aériennes de la partie basale.

23Le taux d'accroissement moyen annuel (TAMA) en hauteur de l'ensemble des plants de S. birrea est de 21 % ; il varie de 17 % à 24 % en fonction des traitements (Tableau 5). Le TAMA en hauteur de B. aegyptiaca est négatif. Il est de -18 % pour l'ensemble des plants et varie entre -22 % et -16 % en fonction des traitements (Tableau 5).

Tableau 5. Taux d'accroissement moyen annuel en hauteur des plants issus des marcottes de B. aegyptiaca et S. birrea./Table 5. Annual average height increase of plants coming from the marcots of B. aegyptiaca and S. birrea.

Espèces

Traitements

Total général

MAM défoliées

MAM non défoliées

MAB défoliées

MAB non défoliées

S. birrea

22 %

24 %

21 %

17 %

21 %

B. aegyptiaca

-22 %

-16 %

-18 %

-17 %

-18 %

MAM : marcottes aériennes de la partie médiane ; MAB : marcottes aériennes de la partie basale.

Discussion

24Les résultats obtenus de cette étude confirment notre hypothèse de départ. Les trois espèces étudiées réagissent favorablement à au moins une des techniques de multiplication végétative à faible coût expérimentées à des degrés divers.

25Les essais de bouturage montrent que seules les boutures de S. birrea ont développé des racines. Beaucoup de boutures ont développé des tiges feuillées, mais sans un système racinaire. Des résultats similaires ont été obtenus sur des boutures caulinaires de Guiera senegalensis au Burkina Faso (Bationo, 1994). Cet auteur rapporte que les boutures sans système racinaire se maintiennent en vie grâce aux réserves accumulées, mais finissent par dépérir progressivement au fur et mesure que ces réserves s’épuisent. La période de l’année (mois de février) dans laquelle les essais ont été conduits pourrait justifier les résultats médiocres obtenus. S. birrea donne de maigres résultats tandis que B. aegyptiaca et D. mespiliformis ne semblent pas pouvoir à cette époque-ci de l’année néoformer des racines adventives, alors que ce sont des espèces qui drageonnent (Bellefontaine, 2005). Des essais installés juste avant le retour des pluies auraient vraisemblablement eu des résultats différents (Noubissié-Tchiagam et al., 2011 ; Ricez, 2008 ; Zouggari, 2008 ; Ouédraogo, 2007 ; Harivel et al., 2006 ; Harivel, 2004).

26Les résultats de nos essais de marcottage confirment ceux de Noubissié-Tchiagam et al. (2011), effectué en fin de saison des pluies (octobre), et qui noté également une forte aptitude du B. aegyptiaca au marcottage aérien avec un taux de succès de l’ordre de 95 %. Leurs résultats diffèrent cependant des nôtres en ce qui concerne S. birrea et D. mespiliformis sur lesquelles ils n’ont observé aucune marcotte enracinée après cinq mois d’observation. Au vu de nos résultats, la période de l’année et le facteur temps semblent influer sur la capacité des marcottes de S. birrea et D. mespiliformis à émettre des racines. Le long temps de suivi (6,5 mois pour S. birrea et 10,5 pour D. mespiliformis) pourrait cependant être un facteur de découragement à l’adoption de cette technique sur ces espèces. Au Burkina Faso, il est préconisé d’initier le marcottage aérien au début de la saison des pluies (de juin à août-septembre) et de les sevrer fin août, début septembre après une pluie (Belem, 1993). De nombreuses études montrent que la réussite du marcottage dépend de la saison suggérant des tests étalés dans l’année pour identifier les périodes les plus favorables. Au Bénin, à Ewè à 140 km à l’est de Cotonou, c’est la première quinzaine d’avril qui semble être la plus propice au marcottage aérien d’Englerophytum oblanceolatum (Hougnon, 2014), alors que pour le safoutier (Dacryodes edulis) au Cameroun, la meilleure période est fin novembre lorsqu’il est au stade de préfloraison (Tchio et Kengué, 1998). Au Nigeria, la saison des pluies - de juin à octobre - coïncide avec la période de marcottage de Irvingia gabonensis et Dacryodes edulis (Anegbeh et al., 2005). Au sud-est du Gabon, en climat équatorial, les marcottes aériennes de Coula edulis donnent de bons résultats si elles sont posées en novembre (Moupela et al., 2013 ;) pendant la grande saison des pluies (septembre à décembre).

27Les résultats des plantations ont été bien plus intéressants pour S. birrea que pour B. aegyptiaca. Le taux de survie de S. birrea est de 92 % à deux ans et le taux d’accroissement moyen annuel en hauteur de 21 %. Les plants de B. aegyptiaca quant à eux éprouvent des difficultés de développement se traduisant par des mortalités plus élevées et des croissances négatives, dont les causes pourraient être liées à la qualité du système racinaire néoformé, à des attaques de termites, à la qualité physico-chimique du sol de la station d’essais. Bien que B. aegyptiaca serait indifférente au type de sol (Sagna et al., 2014), son taux de survie de 53 % est jugé faible et des études complémentaires sur l’enracinement et l’influence de la qualité du sol sur le développement des marcottes de cette espèce permettraient de mieux comprendre ces résultats. En Australie, les marcottes aériennes de Litchi sinensis ont un enracinement plus développé que celui des boutures de fragments aériens et une croissance plus rapide (Menzel, 1988). Pour le Commiphora wightii en Inde (Mishra et Devendra, 2013), la survie après dix-huit mois des boutures de fragments aériens (70 %) est plus faible que que celle des marcottes aériennes (83,3 %). Dans le centre de l’Inde (Chavan et al., 2015), les marcottes aériennes de Madhuca latifolia qui avaient été plantées quatre mois après leur initialisation, avaient douze ans plus tard une hauteur moyenne de 7,6 m et un diamètre moyen 57 cm et leur survie et leur croissance étaient supérieures aux plantations de semis.

Conclusions

28Les résultats montrent une grande aptitude au marcottage aérien de B. aegyptiaca et de S. birrea et éventuellement des BSR de cette dernière espèce. Cependant, des essais complémentaires en fonction des saisons sont nécessaires pour mieux identifier les périodes les plus favorables au marcottage et bouturage de ces espèces. De même, il serait nécessaire d’étudier l’enracinement des marcottes et des boutures transplantées en fonction des types de sol et de suivre leur développement en milieu réel sur plusieurs années dans différentes zones agroclimatiques afin de mieux intégrer ces techniques dans les efforts de régénération des espèces locales.

Remerciements

29Les auteurs remercient le projet Sud Expert Plante (SEP) pour son soutien financier à l’étude.

Haut de page

Bibliographie

Agbogan A., K. Tozo, K. Wala, R. Bellefontaine, M. Dourma, S. Akpavi, Y.A. Woegan, K. Dimobe et K. Akpagana, 2015, Structure des populations de Sclerocarya birrea, Lannea microcarpa et Haematostaphis barteri au nord du Togo, Journal of Animal & Plant Sciences [en ligne], 25 (2), pp. 3871-3886, URL : http://www.m.elewa.org/JAPS.

Akpavi S., K. Wala, K.A. Gbogbo, K. Odah, Y.A Woegan., K. Batawila, M. Dourma, H. Pereki, I. Butare, B. De-Foucault et K. Akpagana, 2012, Distribution spatiale des plantes alimentaires mineures ou menacées de disparition au Togo : un indicateur de l’ampleur de leur menace, Acta Botanica Gallica, 159, pp. 411-432.

Anegbeh P.O., Z. Tchoundjeu, C.G. Iruka et C.N. Nkirika, 2005, Vegetative propagation of indigenous fruit trees : influence of defoliation on survival of rooted marcots (air-layered plants) of Irvingia gabonensis and Dacryodes edulis in Onne, Niger Delta, Region of Nigeria, International Journal of Agriculture and Rural Development, 6, pp. 119-125.

Arbonnier M., 2009. Arbres, arbustes et lianes des zones sèches d’Afrique de l’Ouest, MNHN, éd. QUAE, Paris, France, 574 p.

Bationo B.A., 1994, Étude des potentialités agroforestières, de la multiplication et des usages de Guiera senegalensis, Mémoire d’ingénieur, Institut du Développement Rural, Université de Ouagadougou, 67 p.

Bationo B.A., S.J. Ouedraogo et S. Guinko, 2001, Stratégies de régénération naturelle de Detarium microcarpum Guill. et Perr. dans la forêt classée de Nazinon (Burkina Faso), Fruits 56 (4), pp. 271-285.

Bationo B.A., S. Karim, R. Bellefontaine, M. Saadou, S. Guinko, A. Ichaou et A. Bouhari, 2005-a, Le marcottage terrestre : une technique économique pour la régénération de certains ligneux tropicaux, Sécheresse, revue électronique [en ligne], n. 3E, URL : http://www.secheresse.info/article.php3?id_article=2342

Bationo B.A., S.J. Ouedraogo, N.A. Somé, F. Pallo et I.J. Boussim, 2005-b, Régénération naturelle d’Isoberlinia doka Craib. et Stapf. dans la forêt classée du Nazinon (Burkina Faso), Cahiers Agricultures 14 (3), pp. 297-304.

Belem B., 1993, La multiplication végétative : le marcottage, Arbre et Développement, 4, pp. 14-16.

Belem B., J.I. Boussim, R. Bellefontaine et S. Guinko, 2008, Stimulation du drageonnage de Bombax costatum Pelegr. et Vuillet par blessures de racines au Burkina Faso. Bois et Forêts des Tropiques, 295 (1), pp. 71-79.

Bellefontaine R., 1997, Synthèse des espèces des domaines sahélien et soudanien qui se multiplient naturellement par voie végétative, pp. 95-104 In : Actes de l’Atelier “ Fonctionnement et gestion des écosystèmes forestiers contractés sahéliens, Orstom – Cirad - Min. Agr. Niamey, Ed. John Libbey Eurotext, 274 p.

Bellefontaine R., 2005, Pour de nombreux ligneux, la reproduction sexuée n’est pas la seule voie : analyse de 875 cas – Texte introductif, tableau et bibliographie, Sécheresse, revue électronique [en ligne], n. 3E, 75 p., URL : http://www.secheresse.info/article.php3?id_article=2344

Bellefontaine R., A. Gaston et Y. Petrucci, 2000, Management of natural forests of dry tropical zones, FAO Conservation Guide n° 32, FAO Rome, 318 p., [en ligne], URL : http://www.fao.org/docrep/005/w4442e/w4442e00.htm

Bellefontaine R., Ferradous A., Alifriqui M., Bouzoubâa Z., Ky-Dembélé C., Nsibi R., Le Bouler H., Meunier Q., 2011. Multiplication végétative d’arganiers par greffes, drageons et boutures de segments racinaires. Actes du Premier Congrès International de l’Arganier, Agadir, 15 - 17 Décembre 2011, pp. 379-388.

Bellefontaine R., A. Ferradous, M. Mokhtari, L. Bouiche, L. Saibi, L. Kenny, M. Alifriqui et Q. Meunier, 2013, Mobilisation ex situ de vieux arganiers par marcottage aérien. In : Actes du premier congrès international de l'arganier. Rabat, Maroc : INRA-Maroc Ed., p. 368-378. Congrès International de l'Arganier, Agadir, Maroc, 516 p., [en ligne] URL : http://www.inra.ma/Docs/actesarganier/arganier368378.pdf

Bellefontaine R., Q. Meunier, A. Ichaou et H. Le-Bouler, 2015-a, Multiplication végétative à faible coût au profit des paysans et éleveurs des zones tropicales et méditerranénnes, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, 2015, mis en ligne le 05 octobre 2015, URL : http://journals.openedition.org/vertigo/16516

Bellefontaine R., M.S.A. Kechebar et C. Rahmoune, 2015-b, Démarche à adopter pour sauvegarder le patrimoine génétique de l’arganeraie de Tindouf, Revue Agro-Ecologie [En ligne], 1, pp. 5-21, URL : http://www.revue-agroecologie.com/wp-content/uploads/2015/08/Sans-titre1.jpg

Bellefontaine R., Q. Meunier, P.M. Mapongmetsem, A. Morin, S. Karim et A. Houngnon, 2016, Plaidoyer en faveur du marcottage pour domestiquer les principales espèces ligneuses africaines, Cirad Montpellier, France, 204 p., [En ligne] URL : http://agritrop.cirad.fr/580936/

Chavan S.B., A. Keerthika, J. Ankur, A.K. Handa, R. Newaj et S.K. Dhyani, 2015, Growth performance of 12 year old air layered Madhuca latifolia, Lifesciences Leaflets, 60, pp. 152-155.

Harivel A., 2004, Étude préalable à l’aménagement de la forêt villageoise de Dioroum. Évaluation de la régénération de huit espèces ligneuses en région sahélo-soudanienne : induction du drageonnage, bouturage de segments de racine, marcottage aérien (Burkina Faso), Mémoire de DESS, Paris XII, 74 p. + ann.

Harivel A., R. Bellefontaine et O. Boly, 2006, Aptitude à la multiplication végétative de huit espèces forestières d’intérêt au Burkina Faso, Bois et Forêts des Tropiques, 288, pp. 39-50.

Hougnon A., 2014, Community based actions to benefit a threatened plant species : Case study of Bequaertiodendron oblanceolatum in Ewe-Adapklamey Remnant Forests in Benin, Rufford Foundation, 6 p., [En ligne], URL : http://www.rufford.org/files/14542-1%20Dec%20update.pdf

Masse D., J.-L. Chotte et E. Scopel, 2015, L’ingénierie écologique pour une agriculture durable dans les zones arides et semi-arides d’Afrique de l’Ouest. Les dossiers thématiques du CSFD. N° 11, CSFD/Agropolis International, Montpellier, France, 60 p., [En ligne] URL http://www.csf-desertification.org/combattre-la-desertification/item/ingenierie-ecologique

Menzel C.M., 1988, Propagation of lychee : a review. Report 1986-87, Maroochy Horticultural Research Station, Dpt of Primary Industries Queensland Governement, Brisbane, Scientia Horticulturae, 25, 1, pp. 31-48.

Meunier Q., R. Bellefontaine, J. M. Boffa et N. Bitahwa, 2006, Low-cost vegetative propagation of trees and shrubs. Technical handbook for Ugandan rural communities, Editeur Angel Agency, Kampala, Ouganda et CIRAD, Montpellier, France, 67 p.

Meunier Q., M. Arbonnier, A. Morin et R. Bellefontaine, 2008, Trees, shrubs and climbers valued by rural communities in Western Uganda. Utilisation and propagation potential. French Embassy in Uganda ; Cirad, Montpellier, France, 106 p.

Mishra D.K. et K. Devendra, 2013, Vegetative propagation of Commiphora wightii (Arnott) Bhandari through air layering, International Journal of Forest Usufructs Management, 14, 2, pp. 3-9.

Moupela C., J.L. Doucet, K. Daïnou, Q. Meunier et C. Vermeulen, 2013, Essais de propagation par semis et marcottage aérien de Coula edulis Baill. et perspectives pour sa domestication. Bois et Forêts des Tropiques, 318, 4, pp. 3-13.

Noubissié-Tchiagam J.-B., J.-P. Ndzié, R. Bellefontaine et P.-M. Mapongmetsem, 2011, Multiplication végétative de Balanites aegyptiaca (L.) Del., Diospyros mespiliformis Hochst. ex. A. Rich. et Sclerocarya birrea (A. Rich.) Hochst. au nord du Cameroun, Fruits [En ligne], vol. 66, 327–341, URL : http://dx.doi.org/10.1051/fruits/2011047

Ouédraogo A., A. Thiombiano, K. Hahn-Hadjali et S. Guinko, 2006. Diagnostic de l’état de dégradation des peuplements de quatre espèces ligneuses en zone soudanienne du Burkina Faso, Sécheresse, 17 (4), pp. 485-91.

Ouédraogo H., 2007, Structure démographique et modes de régénération de Pterocarpus erinaceus Poir. et autres espèces prioritaires utilisées dans l’artisanat à l’ouest du Burkina Faso, Mém. Ing., Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (IDR), 77 p + ann.

Ricez T., 2008, Etudes des modes de régénération à faible coût de Prosopis africana et Detarium microcarpum en forêt classée de Dinderesso, Master II “Bioressources en régions tropicales et méditerranéennes”, Université Paris XII, 60 p.

Sagna M.B., K.S. Niang, A. Guisse et D. Goffner, 2014, Balanites aegyptiaca (L.) Delile : distribution géographique et connaissances ethnobotaniques des populations locales du Ferlo (nord Sénégal), Base, vol. 18, 4, pp. 503-511, [en ligne] URL : http://popups.ulg.ac.be/1780-4507/index.php?id=11647.

Tchio F. et J. Kengué, 1998, Influence de la période de marcottage sur l’enracinement chez le safoutier (Dacryodes edulis H.J.Lam) à Njombe (Cameroun), pp. 137-146, dans C. Kapseu et G.J. Kayem Ed., “2e séminaire international sur la valorisation du safoutier et autres oléagineux non-conventionnels”, Yaoundé, Cameroun, ministère de l'Enseignement supérieur, Université de Ngaoundéré, Cameroun, 444 p.

Traoré A. A., 2016, Analyse de la filière des semences et des plants d’espèces ligneuses agroforestières au Burkina Faso. Mémoire d’Ingénieur. Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso, Bobo-Dioulasso, 89 p.

Wezel A. et A.M. Lykke, 2006, Woody vegetation change in Sahelian West Africa : evidence from local knowledge. Environment, Develop. Sustain, 8, pp. 553-567.

Yélémou B., G. Yaméogo, A. Barro, S.J. Taonda et V. Hien, 2013, La production de sorgho dans un parc à Piliostigma reticulatum en zone nord-soudanienne du Burkina Faso, Tropicultura, 31 (3), pp. 154-162.

Zida W. A., 2011, Caractérisation de la biodiversité ligneuse et dynamique des populations de Balanites aegyptiaca (L.) Del., Sclerocarya birrea (A. Rich.) Hochst. et de Diospyros mespiliformis Hochst. ex A. Rich. du chantier d’aménagement forestier de Gaongo au Centre-Sud du Burkina Faso, Mémoire DEA, Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso, 48 p.

Zida W. A., B.A. Bationo, A.N. Somé et R. Bellefontaine, 2014. Architecture racinaire et aptitude au drageonnage de Balanites aegyptiaca, Sclerocarya birrea et Diospyros mespiliformis. Int. J. Biol. Chem. Sci. 8 (3), pp. 903-915.

Zouggari A., 2008, État de la régénération et domestication des espèces ligneuses utilisées dans l’artisanat d’art dans l’Ouest et le Sud-Ouest du Burkina Faso, Master II “Bioressources en régions tropicales et méditerranéennes”, Université Paris XII, 60 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. S. birrea - boutures de segment de racine faiblement enracinées : en position horizontale (à gauche) et verticale (à droite), 7 mois environ. /Figure 1. S. birrea - root cutting weakly rooted : horizontal position (left) and vertical position (right), about 7 months.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/20921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 2. Marcottes aériennes médianes de S. birrea (à gauche) enracinée après 6 mois et de B. aegyptiaca (à droite) enracinée après 3 mois./Figure 2. Median air layering of S. birrea (left) rooted after 6 months and B. aegyptiaca (right) rooted after 3 months.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/20921/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 3. Croissance en hauteur des S. birrea (à gauche) et B. aegyptiaca (à droite) issus des marcottes./Figure 3. Growth in height of S. birrea (left) and B. aegyptiaca (right) coming from the marcots.
Légende Légende : MAM : marcottes aériennes de la partie médiane ; MAB : marcottes aériennes de la partie basale.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/20921/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wendpouire Arnaud Zida, Babou Andre Bationo, Antoine Namwinyoh Some et Ronald Bellefontaine, « Multiplication végétative par bouturage et marcottage aérien de trois espèces agroforestières au Burkina Faso », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 18 numéro 2 | septembre 2018, mis en ligne le 05 septembre 2018, consulté le 25 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/20921 ; DOI : 10.4000/vertigo.20921

Haut de page

Auteurs

Wendpouire Arnaud Zida

Ingénieur de Recherche, Écologie forestière - Agroforesterie, Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles (INERA), DPF, 04 BP 8645 Ouagadougou 04, Burkina Faso, Burkina Faso et doctorant en sciences de l’environnement, Université de Québec à Montréal, Canada, Téléphone : +226 76751139 ou +1 514 224-7948, courriel : arnaud_zida@yahoo.fr,

Babou Andre Bationo

Maître de recherche, Écologie forestière - Agroforesterie, Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles (INERA), Burkina Faso, INERA, DPF, 04 BP 8645 Ouagadougou 04, Burkina Faso, courriel : babou.bationo@gmail.com

Antoine Namwinyoh Some

Professeur titulaire, Écologie Générale - Production végétale, Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso, Burkina Faso, UPB, IDR, 01 BP 1091 Bobo-Dioulasso 01, Burkina Faso, courriel : ansome30@hotmail.com

Ronald Bellefontaine

Chercheur senior au CIRAD-Bios à Montpellier dans l’UMR « AGAP » (Amélioration génétique et adaptation des plantes méditerranéennes et tropicales), CIRAD, UMR AGAP, F-34398 Montpellier, France, courriel : ronald.bellefontaine@cirad.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page