Navigation – Plan du site

Texte intégral

1À l’échelle globale, les zones urbaines concentrent la majorité des populations humaines (ONU, 2014). L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) prévoit qu'en 2050, 80 % de l'humanité vivra en ville. La Terre sera-t-elle demain en mesure de nourrir une population urbaine toujours grandissante ? Dans un tel contexte, l’agriculture urbaine (AU) est-elle la solution sanitaire, sociale et alimentaire de demain ? Développer des villes plus durables : accueillantes, nourricières, saines, accessibles, paisibles… devient un enjeu de société crucial. C’est pourquoi, de nombreux projets d’agriculture urbaine qualifiés de politiques, citoyens et/ou de recherche sont mis en œuvre depuis quelques années dans les villes du monde. Cette dynamique s’illustre de façons multiples. Voici quelques exemples de projets :

2« Top 10 des villes du monde les plus écologiques et durables » proposé en 2018 sur la plateforme « e-RSE » de l’engagement RSE (responsabilité sociétale des entreprises) et développement durable

3Programme « Villes et Bâtiments Durables (2008-2016) », centré sur la durabilité du cadre et des lieux de la vie quotidienne, depuis l’échelle du bâtiment jusqu’à la grande région urbaine, il a soutenu des projets interdisciplinaires et multi-acteurs concernant les phénomènes de concentration urbaine et de métropolisation de la croissance, la raréfaction à terme des ressources pétrolières et minérales, les impacts environnementaux des activités urbaines et des constructions, dont les émissions de gaz à effet de serre

4Et de très nombreuses initiatives citoyennes, en particulier sur le sujet des agricultures urbaines : Les 48h de l’agriculture urbaine dans toute la France, du 20 au 22 avril 2018, etc.

5Longtemps considérée comme un phénomène de mode passager, l’agriculture urbaine s’installe durablement en France et dans le monde. Elle prend de multiples formes et mobilise de plus en plus d’acteurs, de milieux sociaux variés. Aujourd’hui, bien plus qu’une simple tendance, l’agriculture urbaine devient un mode de vie, un levier pour se ré-approprier collectivement des espaces (publics ou privés) et des valeurs (autonomie, solidarité…) en renforçant en particulier les liens entre urbains et périurbains. À Toulouse par exemple, les nouveaux modes et espaces de production hybrides (jardins, microfermes urbaines…) rencontrent un succès grandissant, avec notamment l’explosion des jardins partagés (en terre ou sur les toits) et le développement de zones agricoles de proximité (telle la zone de maraichage professionnel des 15 sols à Blagnac), où des pratiques agro-écologiques sont mises en œuvre avec un objectif de design territorial favorisant en particulier le développement du « bio » dans les cantines scolaires. Les différentes actions d’AU soutiennent le projet d'autosuffisance alimentaire ou de façon plus globale une alimentation plus durable (locale, saine, équitable, sobre…). Elles réactivent l'utopie d'une ville fertile aux paysages comestibles. Elles proposent un projet de territoire où ville et agriculture se réinventent ensemble en activant des synergies.

6Cependant, le développement d'AU durables nécessite une réflexion croisée sur les questions d'agronomie, d'environnement et de santé, d'aménagement du territoire, de métabolisme urbain et d'éducation. C'est pourquoi le colloque international « Agriculture urbaine durable : vecteur de transition écologique » (noté UA&ET-2017) organisé par les laboratoires CERTOP Axe Transition Ecologique et LISST Dynamiques rurales a réuni à Toulouse en 2017 environ 300 participants (chercheurs, étudiants, professionnels, associations, élus, grand public) avec la volonté de promouvoir l’agriculture urbaine (AU), thématique scientifique émergente et innovante, terrain fertile pour le continuum « Recherche-Formation-Développement », et surtout vecteur de transition écologique en Région et à l’échelle globale, vers une réduction des inégalités écologiques. Pour présenter, discuter et questionner les différentes formes et fonctions de l'AU, 6 sessions thématiques complémentaires ont été organisées : Agriculture, Agronomie, Urbanisme, Environnement-Santé, Économie circulaire, Transition écologique et Formation (exposés, posters, tables rondes, visites de sites et événements scientifiques et sociétaux accessibles en langue des signes).

7Le colloque UA&ET-2017 s’est donc caractérisé par les échanges inter-sciences, les collaborations internationales, des approches méthodologiques favorisant le dialogue sciences et société (recherches action, recherches collaboratives ou participatives), et la forte dynamique de co-construction et partage recherche-formation-développement (de très nombreux projets de recherche sur l’AU impliquent désormais des associations, élus, citoyens, en plus des laboratoires).

Les échanges inter-sciences

8Les projets d’AU sont pluridisciplinaires et multi-acteurs. En raison de la rareté des terrains disponibles en ville pour de nouveaux projets impliquant directement les citoyens, il apparait indispensable que les usages des terrains urbains et péri-urbains soient discutés collectivement. Une cinquantaine de jeunes scientifiques de différentes filières de l’Université de Toulouse et d’ailleurs ont participé très activement au colloque. Cette intégration importante des jeunes scientifiques est une expérience réussie de formation par la recherche qui a aussi favorisé une très bonne ambiance scientifique et humaine. Les jeunes scientifiques invités ont également été encouragés à prendre la parole, et cette dynamique a aussi favorisé la prise de parole du grand public présent le 8 juin lors des activités « AU pour tous en paroles et signes ».

Les collaborations internationales

9Le colloque a bénéficié de la participation de professeurs, chercheurs, doctorants venus de différents pays du monde : France, Chine, Afrique, Canada, Pologne, Pakistan, Espagne, Italie, Brésil, Tunisie, Maroc, Hollande, États-Unis, Belgique, etc. Le Réseau-Agriville (http://reseau-agriville.com/​), plateforme internationale de ressources numériques en accès libre « Recherche-Formation-Développement » favorise les interactions entre les acteurs. Il est également un outil de diplomatie scientifique, avec par exemple le groupe de travail franco-africain sur la qualité des sols (Mombo et al., 2017), ou les très nombreux projets de recherche et formation avec le Pakistan (Shahid et al., 2017). La co-construction et la mutualisation de ressources pédagogiques accessibles (LSF) et les projets de MOOC sont autant de projets en cours de finalisation qui seront partagés sur la période 2017-2018 (Motet et al., 2017 ; Laffont et al., 2017).

Sciences et Société

10Le colloque a bénéficié de la participation d’acteurs de typologies variées (femmes et hommes, d’âges variés, chercheurs, étudiants, élus, associations, professionnels des BE, citoyens, services techniques des mairies, etc.) qui ont interagi de façon très dynamique, citoyenne et bienveillante tout au long du colloque lors des exposés, sessions posters, tables rondes, visites de sites ou le 8 juin au cours des animations « AU pour tous ». Cette forte dimension multi-acteurs, a permis de renforcer le continuum « Formation-recherche-Développement » dans le secteur des agricultures urbaines. En effet, en plus des chercheurs et étudiants, le colloque a bénéficié de la participation d’une quinzaine d’associations (Terre de Liens, FAT, Etu31, Interpretis, Jardins collectifs, Erable31, etc.), d’entreprises (Énergies nouvelles, STCM, Saluterre, etc.) et d’élus de toute la France (Toulouse, Bordeaux, Rennes, etc.). La dimension Sciences et Société, c’est aussi le partage des connaissances Universités-Laboratoires-Espace public lors des débats et échanges sur le thème de « l’agriculture urbaine pour tous ! » : des ateliers interactifs, des débats, des films, avec une partie signée (LSF) dans l’objectif de permettre au plus grand nombre de partager ses connaissances ; des discussions pour sensibiliser, faire avancer le débat, progresser et partager nos ressources accessibles ! et les chemins d’une éducation plus inclusive, éclairés grâce en particulier au réseau d’acteurs qui s’est monté dans le contexte du colloque entre l’UT2J, l’INPT, l’INSA, les laboratoires CERTOP et GET, l’INS HEA, le BE Saluterre et de nombreuses associations (Handicap31, FReDD, Interpretis, Fermes d’Avenir, INS HEA). L’intérêt de renforcer l’interface savoir et savoir-faire a également été mis en lumière tout au long du colloque par exemple lors des communications (exposés et posters) concernant les jardins collectifs urbains, sites précieux pour former le plus grand nombre aux questions d’alimentation durable ou d’interdisciplinarité (Dumat et al., 2017). Les deux tables rondes du 9 juin 2017 relatives aux « synergies entre acteurs » et « projets de recherche participatifs » ont également été l’occasion d’échanges nombreux et intéressants entre les divers acteurs des AU. En effet, la mise en œuvre des projets d’AU incite à naviguer entre analyse des systèmes complexes et création d’outils opérationnels d’aide à la décision afin de progresser concrètement et dans les temps sur le terrain. Par ailleurs, avec l’objectif d’une empreinte écologique réduite pour le colloque UA&ET-2017, les laboratoires et l’association GreenMyCity ont organisé des visites de sites d’AU de proximité (les jardins sur les toits de la clinique Pasteur, le site des jardins du monde du Muséum de Toulouse) et un dîner de gala « assiette 2050 » qui célèbre l’excellence culinaire bonne pour la planète.

Dynamiques de co-construction et partage Recherche-Formation-Développement

11Pour le colloque UA&ET-2017, le réseau des écoles d’agronomie et horticulture (Toulouse, Paris, Nancy, Montpellier, Angers, Rennes…) impliqué dans le continuum « Formation-Recherche-Développement » sur le thème des AU s’est fortement mobilisé et de nouveaux projets co-construits sont en cours, en collaboration avec Agreenium ([en ligne] URL: https://agreenium.fr/​) et UrbanGreenTrain ([en ligne] URL: http://www.urbangreentrain.eu/​fr/​). Une exposition de posters UA&ET-2017 a été réalisée avec les spécialistes d’AU présents au colloque. Elle est accessible depuis septembre 2017 pour les étudiants de l’Université de Toulouse dans leurs bibliothèques et plus largement en ligne sur HAL (archives ouvertes). Des films et exposés ont également été réalisés en collaboration avec les ingénieurs multimédias de l’université de Toulouse (UT2J, INSA, ENSFEA) et des associations (Handicap31, FReDD, Interpretis). Ils sont accessibles sur canal-U, Réseau-Agriville, etc.

12Pour conclure le colloque UA&ET-2017 a mobilisé nos compétences scientifiques au service des étudiants et de la société. Les méthodes de travail basées sur l’intelligence collective, la recherche des synergies et la bonne humeur ont permis d’optimiser l’efficience du colloque. Il nous a donné l’occasion de renforcer et d’ouvrir de nombreuses opportunités/perspectives « Recherche-Formation-Développement » tant dans nos régions qu’aux échelles nationale et internationale. Nous savons aussi que nous pouvons compter sur les nombreux jeunes scientifiques motivés par les projets d’AU durable !

13Cet ouvrage regroupe les articles des principales présentations du colloque UA&ET-2017 dans les 5 sessions : Agronomie, Urbanisme, Environnement-Santé, Économie Circulaire et Transition Ecologique. La session Formation fera prochainement l’objet d’un numéro spécial d’Educagri 2018 (Bories et Dumat, 2018).

14L’ouvrage est organisé en trois chapitres :

  • Chapitre 1: qui regroupe les sessions Agronomie, Environnement-Santé et Transition Ecologique : « Les projets d’agricultures urbaines : des vecteurs de transitions »

  • Chapitre 2 : « Expériences d’agricultures urbaines et aménagement »

  • Chapitre 3 : « Agricultures urbaines et économie circulaire »

Direction et coordination de l’ouvrage

15Olivier Bories : ENSFEA, UMR CNRS Lisst Dynamiques rurales

16Camille Dumat : INP-ENSAT, Laboratoire CERTOP

17Liliane Sochacki : IUT-UPS, Laboratoire CERTOP

18Christine Aubry : Agroparitech, SAD-APT UMR INRA

Avec la collaboration des animateurs de sessions

19S1-Agronomie urbaine : Cortet J. (Univ. de Montpellier, CEFE), Bertoni G. (Univ. de Toulouse, Dynafor) et Schwartz C. (Univ. de Lorraine, INRA).

20S2-Urbanisme : Bories O. (ENSFEA, Lisst DR), Consales JN. (Univ. Aix, Telemme), Gambino M (Univ. Toulouse, Lisst DR)

21S3-Environnement et Santé : Shahid M. (Univ. COMSAT, Pakistan), Dumat C. (Univ. de Toulouse, CERTOP) et Pelfrêne A. (ISA Lille, LGCgE).

22S4-Economie circulaire : Aubry C. (INRA, SAD-APT, Paris-France) et Adoue C. (Indiggo, France).

23S5-Transition écologique : Dumat C., Dr Sochacki L., Dr Crivellari P. (Univ. de Toulouse, CERTOP) et Mombo S. (Université de Franceville, Gabon)

24S5-Formation : Bories O. (ENSFEA, Lisst DR), Dumat C. (Univ. de Toulouse, CERTOP)

Remerciements chaleureux

25Les professeures de l’Université de Toulouse, Jaillet M.C. et Suraud M.G. pour leur soutien et précieux conseils dans l’organisation du colloque AU&ET-2017 interdisciplinaire et multi-acteurs.

26Un très grand merci également aux divers intervenants des établissements de l’Université de Toulouse qui nous ont accompagnés pour cette belle aventure :

  • À l’Université Jean-Jaurès, l’équipe très dynamique du CPRS pilotée par Mme Denuc F., la Commission Recherche, les VP Mme Jaillet MC. et M. Simoulin V., l’équipe des D-TICE : Mme Michaud N. et M. Casteix E., les services Communication et du CROUS.

  • À l’INPT, le Service Communication de l’INP-ENSAT et la Cellule Handicap.

  • À l’ENSFEA, le Service Communication et la Commission Recherche.

27Nous remercions sincèrement, la fondation Carasso, la Région Occitanie, l’Ademe, les laboratoires CERTOP et LISST Dynamiques rurales, les commissions recherche de l’UT2J et de l’ENSFEA, la cellule Handicap de l’INPT, l’Entreprise STCM pour leur soutien financier, et l’ensemble des participants qui ont permis la concrétisation du colloque UA&ET-2017 qui a obtenu le label ESOF-2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dumat, Olivier Bories et Liliane Sochaki, « Introduction », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 31 | septembre 2018, mis en ligne le 05 septembre 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/20958 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.20958

Haut de page

Auteurs

Camille Dumat

CERTOP UMR CNRS 5044, U2J, UPS-UT3 / INP-ENSAT / Association Réseau-Agriville, France, courriel : camille.dumat@ensat.fr

Articles du même auteur

Olivier Bories

Association Réseau-Agriville / UMR CNRS Lisst Dynamiques rurales / ENSFEA, France

Articles du même auteur

Liliane Sochaki

CERTOP UMR CNRS 5044, U2J, UPS-UT3 / IUT-UPS, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page