Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 7 Numéro 1Exposition humaine aux pesticides...

Exposition humaine aux pesticides : un facteur de risque pour le suicide au Brésil?

Carlos José Sousa Passos

Résumés

Depuis plusieurs décennies, des pesticides sont utilisés afin d’augmenter la production agricole ainsi que pour éradiquer des maladies tropicales. Au fil des ans, plusieurs effets toxiques menaçant la santé ont été identifiés, et aujourd’hui il est reconnu que l’exposition peut endommager plusieurs systèmes biologiques.

Cet article a pour but d’analyser les taux élevés de suicide dans certaines régions rurales au Brésil, à la lumière des hypothèses alternatives tentant d’expliquer de tels taux, en particulier l’exposition aux pesticides. À partir d’une approche écosystémique, on discute également les facteurs politiques, économiques, et culturels jouant un rôle dans cette problématique. Enfin, on présente une réflexion au sujet des répercussions du problème pour la santé publique au Brésil. La synthèse des connaissances montre un nombre raisonnable d’évidences supportant l’hypothèse d’un possible lien entre l’exposition aux pesticides et la survenue de suicides au Brésil, notamment dans l’agriculture familiale au sud du pays, et ce par l’entremise des troubles de l’humeur causés par de tels poisons.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les pesticides sont des produits chimiques utilisés en agriculture pour détruire des ravageurs, les plantes adventices et les agents phytopathogènes (OMS, 1991).  Selon la FAO (1986a), un pesticide est « une substance, ou un mélange de substances, utilisé pour empêcher d’agir, détruire ou neutraliser un ravageur, un vecteur de maladie humaine ou animale, une espèce végétale ou animale nocive ou gênante au cours de la production, de la transformation, de l’entreposage, du transport ou de la commercialisation de denrées alimentaires, de produits agricoles, de bois et de dérivés du bois, ou d’aliments pour animaux, ou encore susceptible d’être administré à des animaux pour détruire les insectes, arachnides ou autres parasites à la surface de leur corps ou à l’intérieur de leur organisme.

2Par contre, mal utilisés, les pesticides peuvent être très dangereux pour la santé humaine, suscitant de fortes préoccupations dans le domaine de la santé publique (Panisset et al., 2003).  Dans une récente revue de la littérature clinique et épidémiologique, Sanborn et al. (2004) font état d’une grande variété de problèmes de santé humaine découlant de l’exposition aux pesticides, tels que des troubles de reproduction, des problèmes génotoxiques/immunotoxiques, des problèmes dermatologiques, des problèmes neurotoxiques, et au-delà d’une dizaine de différents types de cancers.

3En Amérique du sud, les politiques des dernières décennies visant à étendre la production agricole, aussi bien pour les marchés urbains que pour l’exportation, a provoqué une augmentation importante de l’utilisation des produits agrochimiques, y compris des pesticides (Joyce, 1997).  Le Brésil est le quatrième plus grand marché de pesticides au monde, et le plus grand consommateur dans le contexte latino-américain, avec une consommation estimée à 50% de la quantité totale commercialisée dans cette région (Oliveira-Silva et al., 2001).  À la fin de l’année 1999, un total de 322 ingrédients actifs avaient leurs utilisations agricoles approuvées au pays, avec 2 000 produits enregistrés, parmi lesquels on retrouve des insecticides, fongicides, herbicides, et plusieurs autres (Caldas & Souza, 2000).  Par conséquent, on observe une utilisation répandue de ces substances dans toutes les régions du pays, couvrant aussi bien des régions de production agricole à large échelle (régions sud, sud-est et centre ouest), que des régions à vocation agricole de plus petite échelle (nord-est et Amazonie).

4Au Brésil, l’agriculture a connu un grand essor au cours des dernières années, avec l’exportation massive de plusieurs produits, tels que le café, le soya, le sucre, le tabac, le coton, entre autres (Ministère de l’agriculture, 2005).  Bien que cette croissance de production représente des gains fort importants dans la balance commerciale du pays, souvent elle n’a pas été accompagnée de politiques capables d’assurer la division équitable des revenus ainsi que de protéger la santé des travailleurs ruraux (Cordeiro, 1998; Smits, 2000; Peres et al., 2004).  Les compagnies multinationales de l’industrie agroalimentaire et chimique, quant à elles, continuent d’exercer beaucoup de pression sur le gouvernement et les associations des agriculteurs afin de légitimer l’utilisation de leurs produits dans le marché brésilien (Christian Aid, 2002; Peres et al., 2004).  L’utilisation massive des pesticides dans le milieu rural brésilien entraîne toute une série d’effets néfastes pour la santé et la qualité de vie des travailleurs ruraux (Peres et al., 2004).  Parmi ces effets, quelques études brésiliennes suggèrent que des taux élevés de suicide dans certaines régions agricoles seraient associés à l’exposition aux pesticides, plus particulièrement aux insecticides organophosphorés.  Une des hypothèses émises en vue d’expliquer cette association est que les organophosphorés auraient la capacité de provoquer des cadres d’anxiété et de dépression, tout en menant les agriculteurs à commettre le suicide.

5Le présent article a pour but d’analyser les taux élevés de suicide dans certaines régions agricoles au Brésil, à la lumière des hypothèses alternatives tentant d’expliquer de tels taux,  en particulier l’exposition aux pesticides.  À partir d’une approche interdisciplinaire et sensible aux questions de genre, on examine également les facteurs politiques, économiques, et culturels jouant un rôle dans la problématique, et on discute sur les implications du problème pour la santé publique dans ce pays.

Méthodologie

  • 1 Latin American and Caribbean Health Sciences Literaturehttp://www.bireme.br
  • 2 Scientific Electronic Library Online http://www.scielo.org

6La méthodologie retenue pour l’élaboration de cet article a été celle d’une revue systématique de la littérature scientifique, de rapports gouvernementaux ainsi que d’autres documents pertinents.  Dans une première phase, des articles scientifiques de révision avec comité de lecture traitant des effets neurologiques des pesticides ont été identifiés au moyen d’une recherche documentaire, laquelle a été réalisée sur d’importantes bases de données bibliographiques du domaine des sciences environnementales et des sciences biomédicales de langue anglaise, espagnole et portugaise (Current Contents, Environmental Abstracts, MEDLINE, LILACS1, SCIELO2).  L’analyse des documents recueillis a permis de dégager les grandes tendances des recherches examinant les liens entre l’exposition aux pesticides et les taux élevés de suicide dans plusieurs régions du monde, que ce soit par l’ingestion délibérée de ces substances ou alors par l’entremise du développement des troubles de l’humeur.

7À partir de cette première analyse documentaire, la recherche des études originales à inclure dans le rapport a été orientée sur les effets neuropsychiatriques de l’exposition aux insecticides organophosphorés, au sein de populations rurales exposées lors des activités agricoles.  Afin d’optimiser la localisation des études originales pertinentes, il a été décidé de poursuivre les recherches en langue anglaise, espagnole et surtout en langue portugaise, sur les mêmes bases de données utilisées lors de la recherche des articles de révision.  Dans ce même esprit d’optimisation, des études non publiées dans les revues avec comité de lecture ont également été considérées dans cette enquête, leurs recherches ayant été effectuées à l’aide des moteurs de recherche disponibles sur Internet (Google, Altavista).  De plus, l’enquête a été orientée vers les études de cohorte, les études cas-témoins, les études transversales, et les études écologiques, idéalement présentant des analyses multivariées avec ajustement pour d’autres facteurs de risque connus.  Enfin, des recherches manuelles sur des périodiques scientifiques clés ainsi que sur les listes de références des articles de révision ont été d’importance pour la localisation d’un certain nombre d’études originales.

8Compte tenu du caractère interdisciplinaire de cette synthèse, des analyses secondaires ont été réalisées à partir de rapports gouvernementaux, localisés sur les bases de données des ministères et des agences gouvernementales brésiliennes responsables des enjeux environnementaux et de santé entourant l’utilisation des pesticides.  Finalement, on a fait appel à des rapports de recherche d’autres institutions ayant une crédibilité scientifique assurée, telles que des universités brésiliennes et européennes, des associations professionnelles du domaine médical et des organisations non gouvernementales oeuvrant dans le domaine de la santé et de l’environnement.

Pesticides, troubles de l’humeur et suicide : Les évidences au Brésil

9L’hypothèse d’un lien possible entre l’exposition humaine aux pesticides pendant le processus productif et la présence de cadres de nervosité, d’anxiété, et surtout de dépression menant des agriculteurs à des actes suicidaires, constitue une importante préoccupation pour la santé des populations rurales au Brésil.  Cette question assez controversée a gagné les pages de plusieurs journaux et revues populaires depuis quelques années, tout en attirant de plus en plus l’attention des autorités du domaine de la santé publique ainsi que celle de chercheurs de quelques universités et centres de recherche, non seulement du Brésil mais aussi de l’étranger (Fonseca, 2002).

10Une des premières études montrant des liens entre l’exposition aux pesticides et des effets sur le système nerveux au Brésil remonte à la fin des années 1980.  Dans cette étude transversale, on compare des agriculteurs exposés à un fongicide (Maneb) à des agriculteurs non exposés, et on observe une prévalence bien plus élevée de plusieurs effets neurologiques tels que la fatigue, la nervosité, la perte de mémoire, ainsi que des troubles du sommeil chez les travailleurs exposés (Ferraz et al., 1988).  Les auteurs suggèrent que l’exposition occupationnelle à ces fongicides contenant du manganèse, est une source possible des effets observés.

Les études écologiques

Le cas de Venâncio Aires

11Ce n’est qu’en 1996 que l’on voit l’apparition du premier rapport suggérant la possibilité d’un lien entre les effets neurotoxiques des pesticides et des taux élevés de suicide dus à des troubles de l’humeur au Brésil.  Il s’agit d’un rapport de recherche élaboré par des chercheur-es liés au milieu universitaire, à un mouvement social pour les droits humains, ainsi qu’à l’agence fédérale brésilienne pour l’environnement, à la demande de la Commission des droits humains de l’Assemblée législative de l’État du Rio Grande do Sul - RS (Falk et al., 1996).  Le rapport présente des données provenant d’une enquête documentaire ainsi que d’entrevues réalisées auprès de plusieurs sources, telles que le Centre d’informations sur la santé (RS), la police de la municipalité de Venâncio Aires, l’Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE), ainsi que l’Annuaire statistique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).  On présente donc des données sur les taux de suicide et l’utilisation de pesticides pour la municipalité de Venâncio Aires (VA), pour la région de la 13ème Régie régionale de la santé, pour les 37 municipalités plus peuplées de l’État du Rio Grande do Sul, pour les 6 plus grands États du Brésil, ainsi que pour  plusieurs pays du monde.

12Parmi les principaux résultats du rapport, on observe que i) la municipalité de VA présente des taux de mortalité par suicide bien plus élevés que ceux de l’État du Rio Grande do Sul; ii) les tendances temporelles des taux de suicide à VA sont croissantes, alors que celles de l’État étaient décroissantes; iii) le taux de suicide à VA en 1995 avait pratiquement doublé par rapport aux deux années antérieures, tout en suggérant une possible relation directe entre les municipalités possédant le nombre plus élevé d’hectares de tabac cultivé et les taux de mortalité par suicide; iv) le taux de suicide à VA en 1995 était en dessous seulement de celui de la Hongrie, mais au-dessus de tous les autres pays du monde reconnus comme ayant des taux élevés de suicide, ce qui n’est pas le cas du Brésil; le taux de suicide à VA en 1979 constituait un vrai record mondial, si comparé à un niveau international (figure 1).

13De plus, on rapporte un nombre de suicides beaucoup plus élevé pour les mois d’octobre, novembre et décembre, pendant lesquels l’utilisation des pesticides est la plus élevée.  Enfin, le document présente d’autres données sur les méthodes les plus utilisées lors de l’acte suicidaire ainsi que de l’information sur l’origine ethnique des agriculteurs, toutes des variables importantes dans l’analyse des liens entre l’exposition et le comportement suicidaire, lesquelles seront discutées davantage plus loin dans cet article.

14Malgré les diverses limitations propres à une enquête écologique, le rapport a pu déclencher un débat important sur le problème ainsi qu’attirer l’attention des autorités, des chercheurs et des médias.  Tout en reconnaissant les limitations des données recueillies ainsi que l’absence de contrôle pour un certain nombre de facteurs psychosociaux pouvant influencer le taux de suicide dans une population (Bernstein et al., 1991; Hoek van der et al., 1998; Verma, 1998), on conclut que l’enquête permet la formulation d’une hypothèse pour la réalisation de recherches ultérieures, à savoir, que l’utilisation des pesticides constituerait l’un des principaux facteurs de risque pour le suicide chez les agriculteurs de la région de Venâncio Aires.  Dans cette étude, l’utilisation des pesticides a été évaluée à partir des quantités utilisées par hectare cultivé, et l’exposition a été estimée à partir de l’implication des individus dans les activités agricoles.

Figure 1. Taux de suicide à Venâncio Aires (RS, Brésil) de 1979 à 1995, comparativement aux taux de suicide de l’État du Rio Grande do Sul (RS)  (Tirée et adaptée de Falk et al., 1996).

La culture du coton dans l’État du Mato Grosso do Sul

15Une deuxième étude écologique s’intéressant au lien entre l’exposition aux pesticides et le taux de suicide vient d’être publiée au Brésil.  Il s’agit d’une enquête dont le principal objectif était de connaître le profil des intoxications en rapport avec les tentatives de suicide au sein de la population rurale de l’État du Mato Grosso do Sul (MS) pendant la période de 1992 à 2002 (Pires et al., 2005a).  Des données sur la production agricole pour les municipalités qui forment les 11 micro-régions géographiques du MS ont été obtenues auprès des registres de la production agricole municipale de 1992 à 2002.  La demande d’insecticides et d’herbicides selon la culture et la population rurale de chaque micro-région a été obtenue auprès du Syndicat national de l’industrie des produits chimiques agricoles et de l’Institut brésilien de géographie et statistique (IBGE).  Des données sur les intoxications dues aux pesticides ont été obtenues auprès du Centre intégré de surveillance toxicologique du Secrétariat de santé du MS (CIVITOX/MS).  Les données de tentatives de suicide et de décès provoqués par l’ingestion de pesticides ont été standardisées par 100 mil habitants, tout en considérant la population de la zone rurale.  Des données sur les diverses causes de suicide ont été obtenues auprès de la Division d’épidémiologie du Secrétariat de santé du MS pour la période étudiée.  Les corrélations entre les prévalences de tentatives/décès par suicide en rapport avec la culture du coton ont été obtenues au moyen d’analyses de coefficients de Pearson.

16Selon l’étude, alors qu’au Brésil la moyenne de décès par 100 mil habitants provoqués par les différentes formes de suicide a été de 3.9 1.5, dans l’État du Mato Grosso do Sul la moyenne a été de 6.5 0.9 décès.  La figure 2 présente des données de prévalence des tentatives de suicide et de décès provoqués par l’ingestion volontaire de pesticides dans la zone rurale de la micro-région de Dourados, en rapport avec la production de coton.

17Une corrélation statistiquement significative a été observée entre la production de coton et la prévalence des tentatives de suicide par intoxication aux pesticides dans cette micro-région (r = 0.83, p = 0.0030).  Par contre, la corrélation entre la production de coton et la prévalence de décès à cause d’intoxication aux pesticides a été faible (r = 0.24).  Les intoxications sont survenues principalement entre les mois d’octobre et mars, et les insecticides organophosphorés monocrotophos et methamidophos ont été les principaux pesticides impliqués (Pires et al., 2005b).   Selon les auteurs, malgré que la culture du coton ne soit peut-être pas déterminante pour la survenue de suicides dans une région, la corrélation trouvée dans ces études peut signifier un facteur de risque en ce qui concerne l’exposition humaine aux insecticides.

Figure 2. Production de coton (tonnes) et registre des tentatives de suicide et décès (par 100 mil habitants) de la zone rurale, micro-région de Dourados, 1992 à 2002 (Adaptée avec permission de Pires et al., 2005a).

Les études transversales

La culture de tomate dans la région nord-est

18À partir du rapport Falk et al. (1996), d’autres équipes de recherche se sont intéressées à étudier le lien entre l’exposition aux pesticides et des troubles de l’humeur et/ou suicide.  Une étude transversale réalisée dans l’État de Pernambuco a examiné l’utilisation de pesticides dans la culture de tomate.  Des entrevues ont été réalisées auprès de 49 femmes et 110 hommes travaillant dans les fermes, aléatoirement sélectionnés.  Les entrevues ont été basées sur un questionnaire concernant la structure agraire du travail, la qualité de vie et l’histoire médicale. Des tests standardisés pour la population brésilienne ont été utilisés pour évaluer la morbidité et pour identifier des problèmes psychiatriques mineurs (Augusto & Araújo, 1999; Araújo et al., 2000).  Parmi les divers résultats de l’étude, on rapporte la présence de troubles psychiatriques mineurs en 44% des femmes et 56% des hommes participant à l’étude, alors que la prévalence générale dans la population brésilienne varie de 5% à 15%.

Le cas de la région de Serra Gaúcha

19Une étude de considérable qualité épidémiologique a été menée dans la région de Serra Gaúcha (État du Rio Grande do Sul) dans le but d’évaluer les associations entre les caractéristiques du processus productif rural et la prévalence de morbidité psychiatrique mineure chez les agriculteurs (Faria et al., 1999, 2000).  Cette enquête transversale a étudié 1282 agriculteurs de 446 fermes, et les informations ont été collectées par entrevue directe à partir de la perception des travailleurs.  L’indice de Kappa a été adopté pour le contrôle de qualité des informations recueillies; on a caractérisé les conditions productives, recueilli des données sociodémographiques et évalué la santé mentale.  Selon les données présentées dans l’étude, l’utilisation d’au moins un type de pesticide a été observée dans environ 95% des fermes.  Parmi les personnes interviewées, 75% travaillaient avec les pesticides d’une manière ou d’une autre, dont 70% en tant qu’applicateurs de pesticides.

20Au niveau de l’évaluation psychiatrique, 38% des agriculteurs ont présenté des scores de SRC (Self-Reported Questionnaire) plus élevés ou égaux au point de coupure, tout en constituant des cas probables de troubles psychiatriques mineurs.  De plus, 19% avaient utilisé des médicaments psychiatriques et 5% avaient été hospitalisé à cause de troubles psychiatriques au moins une fois pendant la vie.  L’exposition générale aux pesticides a été analysée de façon regroupée et selon quelques catégorisations; aucune de ces analyses n’a constaté des associations entre l’exposition et les troubles psychiatriques mineurs.  Par contre, la survenue d’intoxications aiguës aux pesticides a été fortement liée aux troubles psychiatriques mineurs (Tableau 1).

21Selon les auteurs, une des principales contributions de l’investigation a été d’attirer l’attention sur les problèmes de santé des travailleurs ruraux, ainsi que sur l’importance d’approfondir les études portant sur les intoxications aiguës aux pesticides en lien avec la morbidité psychiatrique.

Tableau 1.  La prévalence et le risque de troubles psychiatriques mineurs selon la charge de travail, les accidents du travail et les intoxications aux pesticides (Tiré et adapté de Faria et al., 1999).

Variable

Prévalence (%)

OR brute

OR ajusté#

Outils manuels

*< 0.0001

*0.007

   N’utilise pas/ < 10 jours

27.4

1

1

   11-20 jours/mois

33.8

1.35

1.05 (0.72 – 1.51)

   > 20 jours/mois

44.9

2.15

1.54 (1.11 – 2.13)

Rythme accéléré

*0.01

*0.07

    3 mois/année

34.3

1

1

   4-5 mois/année

34.1

0.99

0.99 (0.71 – 1.36)

    6 mois

42.3

1.40

1.32 (0.99 – 1.75)

Intoxication aux pesticides

*<0.0001

*<0.0001

   Non

34.2

1

1

   Oui

61.6

3.08

2.65 (1.83 – 3.86)

Accident au travail

*0.02

*0.09

   Non

36.5

1

1

   Oui

46.9

1.54

1.39 (0.95 – 2.03)

* valeur de p catégorique, # Facteurs ajustés dans l’équation de régression

Outils manuels - Age, statut civil, CAGE, scolarité, moteurs, aire, pomme, fèves

Rythme accéléré - Municipalité, age, ethnie, scolarité, aire et fèves

Intoxication aiguë - Municipalité, age, statut civil, CAGE, scolarité, pomme et fèves

Accident de travail - Municipalité, age, sexe, ethnie et fèves

La culture du tabac dans la région sud

22Compte tenu de l’importance de la culture du tabac dans la problématique de santé mentale des populations rurales, une large étude a été lancée vers la fin de l’année 1999 visant à évaluer les impacts causés par cette culture sur l’environnement et la santé humaine dans la région du bassin versant de Pardinho, dans l’État du Rio Grande do Sul (Etges et al., 2001).  À partir d’une approche écosystémique couvrant les diverses dimensions du problème et leurs interactions, une équipe interdisciplinaire de trois universités brésiliennes a travaillé conjointement à la recherche d’une interprétation systémique de la problématique en question.  Ainsi, on a procédé à une analyse de la réalité de la région productrice de tabac à Santa Cruz do Sul, tout en réalisant un diagnostic intégré des enjeux économiques, culturels, environnementaux, et de santé entourant le problème, et ce dans le but de proposer des actions et des politiques concrètes pour la solution du problème.  Pour ce faire, une des hypothèses de travail de l’équipe était que plus les agriculteurs dépendent économiquement de la culture du tabac, plus élevée sera l’utilisation et l’exposition aux pesticides et, par conséquent, plus forts seront les effets néfastes sur la santé mentale des individus exposés.  Parmi les données ressortissant de cette enquête, on retrouve une liste des principaux pesticides recommandés pour l’utilisation dans la culture du tabac (Tableau 2).  En pratique, l’application de ces pesticides varie entre 30 et 100 kilogrammes par hectare, dépendamment des maladies des plantes et des conditions météorologiques (Smits, 2000).

23En ce qui concerne les études sur la santé, les résultats de l’enquête transversale de morbidité auto-référée montrent une exposition chronique aux pesticides dans 86.3% des cas étudiés, 19.4% de la population ayant déjà été victime d’épisodes d’intoxication aiguë au moins une fois dans la vie.  De plus, 6.4% des victimes d’intoxications aiguës ont dû être hospitalisées au moins une fois.  On rapporte également que sur la base des mesures de l’activité des enzymes cholinestérase érythrocytaire et plasmatique, il n’y a pas d’évidences d’intoxication aiguë aux pesticides dans la population étudiée,même si la prévalence de symptômes caractéristiques d’intoxication aiguë et d’exposition chronique aux pesticides organophosphorés est élevée etaugmente au cours des différentes étapes de la culture du tabac.  Parmi les symptômes rapportés, on retrouve l’irritabilité, les maux de tête, les étourdissements, la tristesse, les brûlures d’estomac, entre autres.  Selon les auteurs, l’augmentation des symptômes au cours des étapes de la culture peut être due à l’exposition accumulée pendant le processus productif.  La description de ces étapes n’est toutefois pas donnée dans le rapport original.  Dans le tableau 3, il est particulièrement intéressant d’observer que l’irritabilité et la nervosité constituent les symptômes les plus présents dans toutes les étapes de la culture du tabac.

Tableau 2.  Liste des principaux pesticides recommandés pour la culture du tabac (Tiré et adapté de Etges et al., 2001).

Nom du produit

Groupe chimique

Composition

Classe

toxicologique

Toxicologie*

Acefato Fersol 750 PS

Insecticide et acaricides organophosphoré

acephate

IV

Peu toxique

Orthene 750 BR

Insecticide e acaricide organophosphoré

acephate

IV

Peu toxique

Doser

Insecticide organophosphoré

chlorpiriphos

II

Hautement toxique

Confidor 700 GRDA

Insecticide nitroguanidines

imidacloprid

IV

Peu toxique

Lorsban 480 BR

Insecticide, acaricide organophosphoré

chlorpiriphos

II

Hautement toxique

Solvirex GR 100

Insecticide, acaricide organophosphoré

disulfoton

III

Moyennement toxique

Furadan 50 G

insecticide, nematicide carbamate

carbofuran

I

Extrêmement toxique

Bromex

insecticide, fongicide e nematicide fumigeant

Brometo de metila + cloropicrina

I

Extrêmement toxique

Bromo Fersol

Bromo Flora  

herbicide, insecticide, fongicide et nematicide fumigeant

herbicide, insecticide, fongicide et nematicide fumigeant

Brometo de metila + cloropicrina

Brometo de Metila + cloropicrina

I

I

Extrêmement toxique

Extrêmement toxique

Basamid G

insecticide, nematicide, herbicide tiadiazines

dazomet

III

Moyennement toxique

Carbaryl Fersol pó 75

insecticide carbamate

carbaryl

III

Moyennement toxique

Sevin 850 PM

insecticide carbamate

carbaryl

II

Hautement toxique

Dithane PM

Fongicide ditiocarbamate

mancozeb

III

Moyennement toxique

Manzate 800

Fongicide ditiocarbamate

mancozeb

III

Moyennement toxique

Tecto 600

Fongicide benzimidazol

thiabendazole

IV

Peu toxique

Rovral PM

Fongicide hidantoinas

iprodione

IV

Peu toxique

Cobre Sandoz BR

Fongicide e bactéricide cuprique

oxyde cubroso

IV

Peu toxique

Ridomil 50 GR

Fongicide alanianatos

metalaxyl

IV

Peu toxique

Primeplus BR

antibrotante dinitroanilinas

fumetralin

IV

Peu toxique

Amex

antibrotante dinitroanilinas

butralin

II

Hautement toxique

Antak BR

hntibrotante estimulante

n-decanol

III

Moyennement toxique

Devrinol 500 PM

Herbicide propionamides

napropamide

III

Moyennement toxique

Gamit

Herbicide isoxazolidinonas

clomazone

II

Hautement toxique

Herbadox 500 CE

Herbicide dinitroanilinas

pendimethalin

II

Hautement toxique

Fusilade 125

herbicide aril oxi fenoxi propionato

fluazifop-p-butil

II

Hautement toxique

Poast

Herbicide hidroxi-ciclohexeno

sethoxydim

II

Hautement toxique

Assist

insecticide, acaricide hydro carbones

huile minéral parafinico

IV

Peu toxique

Lesmix

moluscicida acetaldeído

metaldeyde

III

Moyennement toxique

Lesmicida pikapau

moluscicida acetaldeído

metaldeyde

III

Moyennement toxique

Mirex S

formicant sulfamides fluoro-alifáticas

sulfluramida

IV

Peu toxique

Roundup

Herbicides dérivé de glycine

glyphosate

IV

Peu toxique

Glifosato nortox

Herbicide dérivé de glycine

glyphosate

IV

Peu toxique

Sources : Souza Cruz (1993) & Andrei (1996), cités dans Etges et al. (2001).

* Toxicité basée sur la classification brésilienne des pesticides, laquelle correspond largement à celle de l’OMS.

Tableau 3. La prévalence des symptômes auto référés pour chaque étape de la  culture du tabac (Tiré et adapté de Etges et al., 2001).

Symptômes

Étape I

Étape II

Étape III

n

%

n

%

n

%

Irritabilité/Nervosité

100

35.0

173

54.4

194

61.6

Céphalée

92

32.2

133

41.8

169

53.7

Picotements

80

28.0

112

35.2

133

42.2

Étourdissements

64

22.4

110

34.6

126

40.0

Crampes

53

18.5

108

34.0

117

37.1

Tristesse

79

27.6

103

32.4

131

41.6

Vision trouble

37

12.9

76

23.9

60

19.0

Conjonctivite

46

16.1

74

23.3

91

28.9

Tremblement

35

12.2

71

22.3

82

26

Toux

53

18.5

68

21.4

86

27.3

Réduction de la force musculaire

35

12.2

65

20.4

97

30.8

Dyspnée

30

10.5

64

20.1

66

22.0

Irritation nasale

30

10.5

58

18.2

63

20.0

Coliques

15

5.2

53

16.7

81

25.7

Bouche sèche

45

15.7

47

14.8

57

18.1

Nausées

36

12.6

46

14.5

72

22.9

Pression artérielle élevée

37

12.9

44

13.8

44

14.0

Vomissements

24

8.4

39

12.3

55

17.5

Arythmies

25

8.7

26

8.2

24

7.6

Diarrhée

15

5.2

24

7.5

39

12.4

Dermatite irritative

11

3.9

8

2.5

2

0.6

Altération de la couleur des mains

9

3.2

5

1.6

1

0.3

24En ce qui concerne à l’enquête de santé mentale, l’évaluation a été réalisée auprès de 315 personnes en utilisant les outils de mesure suivants :

25Questionnaire d’antécédents psychiatriques (QAP);

26Questionnaire de morbidité psychiatrique pour les adultes (QMPA);

27Échelle d’anxiété et dépression (HAD);

28The alcohol use disorder identification test (AUDIT);

29Questionnaire de difficultés psychosociales (SPQ) ;

30Échelle de pensée suicidaire (BSI), Beck Scale for Suicidal Ideation.

31Selon les données présentées, 25% des participants avaient déjà utilisé des médicaments pour la nervosité, pour dormir ou pour la dépression; 23% avaient déjà été suivi par un psychologue à cause de nervosité, de tristesse ou alors dû à un autre problème mental; 1% avait déjà été hospitalisé dans une clinique psychiatrique; 2% ont déclaré déjà avoir essayé se suicider; des problèmes mentaux dans la famille, des cas d’hospitalisation psychiatrique et de suicide parmi les membres de la famille ont été rapportés par 20.3%, 21.2% et 10.8% des personnes interviewées, respectivement.

32De plus, 44% des participants ont atteint des scores compatibles avec un niveau suspect de cas de morbidité psychiatrique.  La fréquence des cas suspects a été plus élevée chez les femmes (60% de celles-ci ont été considérées comme étant des cas) que chez les hommes (31.6%); parmi les 17 personnes présentant des idées suicidaires, 18% ont des membres de la famille qui ont commis le suicide.  Parmi les 298 personnes qui n’ont pas des idées suicidaires, 21% ont des membres de la famille qui se sont suicidés, et la fréquence globale des cas d’anxiété (65%) a été plus élevée que celle observée dans d’autres études.

33Une autre information découlant du processus d’analyse toxicologique a été la constatation de niveaux importants de manganèse dans la population.  La contamination par le manganèse (au-dessus de 50 g/L mesuré dans le sérum sanguin) s’est avérée autour de 5%.  Les auteurs croient que ce niveau de contamination au manganèse pourrait avoir une grande probabilité d’être associé à l’utilisation des pesticides dithiocarbamates pendant l’aménagement de la culture du tabac.

34Donc, les principales conclusions de l’étude concernant les aspects de santé humaine sont les suivantes :

35Les pesticides sont largement utilisés dans la culture du tabac.  Les données suggèrent une association importante entre l’exposition humaine et plusieurs atteintes à la santé, notamment au niveau des troubles neurocomportementaux;

36Les résultats obtenus suite aux analyses de laboratoire et traités statistiquement par des analyses de correspondance, suggèrent que le manganèse est un élément possiblement relié à de tels troubles;

37Les données d’évaluation des organophosphorés selon la mesure de l’activité des enzymes cholinestérase (érythrocytaire et plasmatique) n’ont pas confirmé un impact important de ces insecticides au niveau de l’intoxication humaine.

38L’étude la plus récente abordant la question des troubles neuropsychiatriques en rapport avec l’exposition aux insecticides organophosphorés au Brésil est celle présentée par Salvi et al. (2003).  Dans cette étude, on réalise une évaluation clinique et neuropsychiatrique de 37 agriculteurs travaillant dans la culture du tabac dans l’État du Rio Grande do Sul.  Ces travailleurs avaient été exposés aux organophosphorés pendant une période de trois mois, et 25 de ces travailleurs ont été réévalués trois mois après l’arrêt de l’exposition.  Le but principal de l’enquête était donc d’évaluer des symptômes cliniques, psychiatriques et extrapyramidaux, ainsi que l’activité de l’acétylcholinestérase plasmatique dans ce groupe de travailleurs agricoles chroniquement exposés aux insecticides organophosphorés.  Le tableau 4 reproduit les données démographiques de la population présentées dans l’étude originale.  Tel qu’observé dans la plupart des enquêtes menées dans les pays en voie de développement, même si tous les individus présentent une exposition claire aux organophosphorés, seulement une petite minorité utilise des équipements de protection personnelle, lesquels sont habituellement considérés non importants, chers ou non confortables pour utiliser pendant plusieurs heures sous la chaleur tropicale.

39Les symptômes les plus fréquents observés lors de l’examen clinique ont été les suivants : fatigue (12), mal de tête (5), hypertension (3), et dermatite (3). Treize travailleurs (52%) présentaient une histoire de syndrome cholinergique léger, avec diarrhée et douleur abdominale, mais seulement une personne a dû être hospitalisée et traitée par voie pharmacologique.  Le nombre de diagnostics psychiatriques (36 parmi 37 individus) durant l’exposition aux organophosphorés a été plus élevé qu’attendu, particulièrement pour les désordres d’anxiété et dépression.  Parmi les 37 individus évalués lors de la première entrevue, 18 (48%) ont présenté un diagnostic psychiatrique, 13 (35%) ont présenté un diagnostic de désordre généralisé d’anxiété, et 8 (21%) ont présenté un épisode de dépression majeure.

Tableau 4. Les caractéristiques des individus évalués (Tiré et adapté de Salvi et al., 2003).

Tableau 4. Les caractéristiques des individus évalués (Tiré et adapté de Salvi et al., 2003).

* Note : Données présentées comme nombre (pourcentage) ou moyenne ± écart type (n=25)

40Parmi les 25 individus qui ont complété la deuxième évaluation, le nombre total de diagnostics psychiatriques après trois mois sans exposition a diminué de 24 pour 13, et le nombre d’individus affectés par le diagnostic psychiatrique a diminué de 11 pour 7, ce qui est déjà proche de celui attendu pour une telle population, selon des études épidémiologiques menées dans l’État du Rio Grande do Sul (Almeida-Filho et al., 1997).

41Tout comme d’autres études incluses dans cette révision, celle-ci présente aussi quelques limitations méthodologiques, comme de possibles biais de sélection ainsi que l’absence d’un groupe totalement non exposé pour des fins de comparaison.  De plus, on mentionne que les individus re-testés peuvent avoir été exposés à des niveaux résiduels d’organophosphorés présents sur les vêtements, les équipements, et/ou dans la nourriture, même après l’enlèvement de l’utilisation occupationnelle.  En dépit de ces limitations, les auteurs arrivent à la conclusion que les données présentées renforcent la nécessité d’autres paramètres biochimiques pour le suivi des conséquences chroniques d’une exposition à faibles doses aux insecticides organophosphorés, et suggèrent que les individus exposés à de tels poisons peuvent non seulement présenter des dommages psychiatriques et moteurs durant l’exposition, mais aussi ils peuvent avoir des symptômes extrapyramidaux permanents, tels que des tremblements et de l’instabilité posturale.

Le cas de l’Amazonie

42Dans une révision sur l’utilisation et la destination des pesticides dans l’État du Amazonas (région de l’Amazonie), Waichman et al. (2002) rapportent 68 cas d’intoxications humaines entre 1995 et 2000, la plupart ayant été causés par des accidents domestiques, des tentatives de suicide, et des suicides proprement dits, et ce malgré le fait que l’Amazonie constitue une région d’activité agricole moins intense que la région sud.  De plus, on souligne que le nombre réel d’intoxications doit être beaucoup plus élevé si l’on considère que la majorité des cas sont sous rapportés puisqu’ils surviennent justement dans les zones rurales éloignées des hôpitaux ou, dans les cas d’expositions chroniques, ils sont mal diagnostiqués à cause des similarités des symptômes avec quelques maladies tropicales présentes dans la région amazonienne.

Discussion

43Depuis le début de l’utilisation des pesticides dans l’agriculture et à d’autres fins, les évidences des effets néfastes sur la santé humaine se sont accumulées sans cesse.  À l’exemple d’autres contaminants présents dans l’environnement et dans le milieu de travail, les dommages causés par les pesticides affectent souvent les tranches plus vulnérables de nos sociétés, comme les populations rurales se dédiant à l’agriculture qui, dans les pays en voie de développement, vivent déjà dans des conditions extrêmement précaires au point de vue socioéconomique et sanitaire.

44La possibilité d’un lien de causalité biologiquement et toxicologiquement plausible entre l’exposition aux pesticides et la survenue de troubles de l’humeur menant des agriculteurs ainsi que leurs entourages à des pensées et comportements suicidaires, soulève de profondes questions au niveau des politiques publiques de protection à la santé.  À partir d’une approche interdisciplinaire et sensible aux questions de genre, les prochaines sections discuterons des principaux aspects impliqués dans cette problématique.

La littérature scientifique internationale

45En examinant la littérature scientifique internationale, on remarque l’existence d’un certain nombre de rapports montrant des taux élevés de suicide par ingestion de pesticides.  Par exemple, dans le continent asiatique, quelques études font état de ce scénario en Inde, au Sri Lanka, et en Chine (Batra et al., 2003; Mohanty et al., 2004; Desapriya et al., 2004; Gunnel & Eddlestone, 2003), alors qu’en Amérique du sud d’autres études confirment cela en Équateur et au Brésil (Cole et al, 2000; Pires et al, 2005a,b).

46Selon Eddleston et al. (1998), au cours des années 1995 et 1996, un total de 2559 personnes ont été admises à l’hôpital suite à une intoxication dans la province centrale du Sri Lanka, la plupart ayant utilisé des pesticides.  Pendant ces années, les patients intoxiqués aux organophosphorés ont occupé 41% des lits de l’unité de soins intensifs, tout en représentant une charge importante pour le système de soins de cette région.  Sur la base de statistiques semblables dans d’autres pays asiatiques, de même qu’africains et latino-américains, ces auteurs font souvent référence à l’ingestion délibérée de pesticides à des fins suicidaires comme une tragédie continuelle dans le monde en développement (Eddleston et al., 1998; 2002; Eddleston, 2000; Gunnel & Eddleston, 2003; Eddleston & Phillips, 2004).

47De toute évidence, l’intoxication aux pesticides influence de façon importante les taux de morbidité et de mortalité de ces populations, a tel point qu’environ 3.000.000 d’admissions à l’hôpital sont causées par ces intoxications chaque année dans le monde, 2.000.000 étant dues à l’ingestion délibérée, résultant à environ 220.000 décès (Gunnel & Eddleston, 2003).  Les impacts de ce problème majeur peuvent être aperçus au niveau des coûts qu’il représente pour le système de soins de santé, mais aussi au niveau des pertes de productivité engendrées par la morbidité et la mortalité précoce de membres économiquement actifs dans les communautés (Cole et al., 2000).

48Dans l’analyse des possibles raisons expliquant la relation entre les taux élevés de suicide et l’utilisation de pesticides, on mentionne souvent la question de la disponibilité facile de ces substances hautement toxiques dans la plupart des foyers ruraux.  Cependant, au cours des dernières années des évidences se sont accumulées sur un lien possible entre l’exposition humaine à ces poisons et le développement de cadres d’anxiété et de dépression pouvant mener l’individu à l’acte suicidaire.  Donc, pour l’analyse des liens entre l’utilisation de pesticides et les taux de suicide, une question importante s’impose : s’agit-il seulement d’une question d’accès  facile aux pesticides, ou alors s’agit-il d’une question bien plus complexe au point de vue biologique et toxicologique ?

49De différents types d’études examinant cette dernière hypothèse ont été publiés au cours des dernières années, tels que présentés ci-dessous.

Les enquêtes écologiques

50Les études écologiques considèrent des groupes plutôt que des individus comme unité d’analyse (Sanborn et al., 2004).  Selon ces auteurs, ce type d’étude peut être utile pour détecter des associations entre la distribution de l’exposition et celle des cas de maladie, en plus d’être habituellement plus facile et moins cher à mener.  Malgré leurs limitations au niveau de la validité épidémiologique à cause de leur nature écologique (London et al., 2005), ces études sont très utiles pour la génération d’hypothèses ainsi que pour la planification d’études épidémiologiques ultérieures (Sanborn et al., 2004).

51Par exemple, Crombie (1991) a identifié une corrélation entre le niveau d’utilisation des organophosphorés dans certaines régions de l’Écosse et les taux de suicide.  D’un autre côté, Kelly et al. (1995) ont rapporté des taux disproportionnément élevés de suicide chez des médecins vétérinaires exposés aux organophosphorés.  De plus, Parrón et al. (1996) ont détecté des taux de suicide plus élevés dans une région de l’Espagne présentant une utilisation considérablement élevée d’insecticides organophosphorés lorsque comparée à d’autres régions adjacentes avec une utilisation moins importante de ces pesticides.  Dans cette étude, les auteurs ont spéculé que la dépression causée par l’exposition aux organophosphorés pourrait être à l’origine des taux de suicide observés.

52Parmi les évidences présentées pour le Brésil, les rapports Falk et al. (1996) et Pires et al. (2005a,b) constituent des enquêtes écologiques qui s’ajoutent aux rapports internationaux.  En étudiant le cas de la municipalité de Venâncio Aires, une ville dont la principale activité économique est basée sur la culture du tabac avec une intense utilisation d’insecticides organophosphorés, Falk et al. (1996) ont relié une telle utilisation aux taux de suicide extrêmement élevés observés depuis quelques années.  En tant qu’étude écologique, le rapport a justement permis la formulation de l’hypothèse suggérant le lien entre l’exposition et la survenue des troubles de l’humeur menant au suicide au sud du Brésil.  De leur côté, Pires et al. (2005a,b) vérifient le même type de corrélation pour la culture du coton dans l’État du Mato Grosso do Sul, et en plus spéculent que la dépression pourrait être à l’origine de tels liens.

53De plus, des données présentées par Falk et al. (1996) permettent une remise en question du lien entre l’utilisation des pesticides et la prévalence de taux élevés de suicide comme résultat seulement d’une question d’accès facile à ces substances.  Contrairement à quelques rapports internationaux mettant l’accent sur la première hypothèse, dans le cas de Venâncio Aires la méthode la plus utilisée au moment de l’acte suicidaire est la pendaison et non pas l’ingestion délibérée des insecticides facilement disponibles dans les propriétés rurales.  La même tendance est d’ailleurs observée dans l’étude écologique réalisée en Espagne (Parrón et al., 1996).

Les études épidémiologiques

54Plusieurs articles de révision présentent un grand nombre d’études épidémiologiques menées au cours des dernières décennies et montrant de nombreuses évidences du lien entre l’exposition aux insecticides organophosphorés et les désordres neuropsychologiques et neuropsychiatriques découlant d’une telle exposition, aussi bien dans des pays développés que dans les pays en voie de développement, distribués dans plusieurs régions du monde (Mearns et al., 1994 ; Davis, 1995 ; Jamal, 1997 ; Jamal et al., 2002 ; Colosio et al., 2003 ; Sanborn et al., 2004; London et al., 2005).

55De façon générale, ces révisions analysent les diverses études selon les types d’exposition (intoxications aiguës Vs. empoisonnements chroniques en absence de crises cholinergiques initiales) et aussi selon le contexte d’exposition (exposition dans les champs agricoles, exposition pendant l’utilisation vétérinaire des pesticides,  et d’autres expositions).

56En 1994, Mearns et al. concluaient déjà que la littérature appuyait la thèse selon laquelle des intoxications aiguës modérées ou sévères pourraient bien causer des problèmes neuropsychologiques, lesquels pourraient durer plusieurs années chez les personnes exposées.  De son côté, Davis (1995) affirmait l’existence d’une ample évidence au niveau de la population, suggérant que l’exposition à long terme aux insecticides organophosphorés entraînait de profonds effets sur la santé mentale.

57Dans une révision des syndromes neurologiques causés par des composés organophosphorés, Jamal (1997) affirme que l’évidence dans la littérature concernant la survenue de désordres neuropsychiatriques suite à des épisodes d’intoxication aiguë était conclusive.  Selon l’auteur, des études bien planifiées avaient montré des évidences de désordres neuropsychiatriques impliquant tant le système nerveux central que le périphérique chez des individus ayant souffert d’un ou plusieurs épisodes d’intoxication aiguë, et ce indépendamment du degré de sévérité de ces épisodes.  De plus, en ce qui concerne les effets de l’exposition chronique à long terme en absence d’intoxications aiguës, les études neuropsychiatriques apparemment montraient des résultats moins reproductibles.  Selon l’auteur, les différences retrouvées dans les études pourraient être dues à des différences méthodologiques, de différents taux de réponse, de différents choix de contrôle, ainsi que d’autres facteurs.  Par contre, on souligne que les études montrant des résultats positifs sont quatre fois plus nombreuses que celles montrant des résultats négatifs.  Donc, en dépit des résultats apparemment contradictoires, il paraît y avoir des évidences raisonnables de l’existence de COPIND suite à une exposition chronique à faibles doses sans crises aiguës initiales (Jamal, 1997).

58Dans un autre rapport dédié spécifiquement à la révision de la neurotoxicité causée par l’exposition chronique à faibles doses, Jamal et al. (2002) arrivent aux affirmations suivantes, à propos de la relation entre l’exposition à long terme à faibles doses aux organophosphorés (sans histoire d’intoxication aiguë) et le développement de neurotoxicité chronique : i) toutes les études épidémiologiques menées sans comparaison à un groupe contrôle (7 au total) arrivent à un lien positif ; ii) environ 80% des études épidémiologiques avec un groupe contrôle (19 au total) montrent un lien positif.  De plus, parmi ces dernières études, celles présentant une haute qualité méthodologique ont toutes montré un lien positif.  Enfin, les auteurs concluent que le poids des évidences est fortement en faveur de la motion que l’exposition chronique à faibles doses aux insecticides organophosphorés entraîne en effet des troubles neurotoxicologiques (Jamal et al., 2002).

59Malgré les résultats et les conclusions présentées jusqu’ici, un consensus n’a pas encore été obtenu à l’égard des effets d’une exposition chronique à faibles doses sur le système nerveux central.  Même si les enquêtes menées jusqu’à récemment ont suggéré des dysfonctionnements neurocomportementaux subtiles en dépit de leurs différences méthodologiques, ces mêmes enquêtes ont fourni des résultats assez contradictoires et équivoques (Colosio et al., 2003).  En dépit de cette absence de consensus, dans une révision récente sur les effets toxiques des pesticides, Sanborn et al. (2004) observent une reproductibilité remarquable des résultats des recherches concernant les effets neurotoxiques des pesticides, y compris les impacts mentaux et émotionnels.  Enfin, une autre révision encore plus récente présente de nombreuses évidences indiquant que l’exposition aux organophosphorés peut en effet avoir une relation causale avec des taux élevés de suicide (London et al., 2005).

Les études expérimentales

60Un certain nombre d’investigations neurochimiques a permis la formulation d’une hypothèse en vue d’expliquer les mécanismes biochimiques causant des troubles de l’affect suite à l’exposition aux insecticides organophosphorés.  Malgré la connaissance que ces substances affectent directement le système de neurotransmission synaptique de l’acétylcholine, et que l’hypothèse impliquant un tel système dans la physiologie de la dépression ait été avancée, la plupart des études se sont intéressées plutôt au rôle d’un autre neurotransmetteur pouvant mener l’individu à des cadres dépressifs importants, soit la sérotonine (London et al., 2005).

61Déjà en 1979, Ali et al. rapportaient un certain nombre d’altérations de neurotransmetteurs dans quelques régions du cerveau de rats comme résultat d’une exposition de dix jours à un organophosphoré (Ali et al., 1979).  Dans cette étude les niveaux  de dopamine, de noradrénaline et notamment de sérotonine ont diminué de façon significative dans les hémisphères cérébraux ainsi que dans le tronc cérébral.  Sur ces bases et en accord avec la théorie monoaminergique de la dépression, l’exposition aux organophosphorés pourrait fort probablement causer une dépression majeure chez des patients vulnérables aux désordres de l’affect (Davis, 1995).

62D’autres études vérifiant l’impact de l’exposition aux organophosphorés sur le système neuroendocrinien ainsi que sur les systèmes de neurotransmission synaptique du cerveau ont été réalisées, tout en s’intéressant particulièrement à l’influence des niveaux de sérotonine (Maslinska et al., 1981; Rajendra et al., 1986; Singh & Drewes, 1987; El-Etri et al., 1992; Raines et al., 2001; Aldridge et al., 2003; cités dans London et al., 2005).  Selon ces derniers auteurs, étant donné le nombre croissant d’études vérifiant l’association entre la dépression, le suicide et de bas niveaux de sérotonine dans le système nerveux central chez l’humain (Oquendo & Mann, 2000; van Heeringen, 2001), en plus des données expérimentales montrant les impacts de l’exposition à des concentrations en dessous de celles nécessaires pour l’inhibition des cholinestérases sur les niveaux de ce neurotransmetteur (Aldridge et al., 2003), il semble y avoir une certaine plausibilité biochimique appuyant l’hypothèse que les effets des insecticides organophosphorés sur l’humeur peuvent effectivement être médiatisés par des mécanismes indépendants de l’inhibition des cholinestérases, tout en impliquant plutôt le système sérotoninergique.  De plus, l’impulsivité (un autre facteur majeur relié aux actes suicidaires) a été également associée aux bas niveaux de sérotonine chez des individus déprimés (Oquendo & Mann, 2000).

63Donc, d’un point de vue expérimental, la possibilité que des intoxications aiguës et/ou des empoisonnements chroniques à ces substances profondément neuroactives puissent produire des atteintes aux systèmes de régulation de l’humeur paraît plus que plausible.

Le rôle des conditions de vie des agriculteurs et des facteurs culturels

64Les facteurs de confusion apportés par les mauvaises conditions de vie dans lesquelles vivent la plupart des populations rurales, principalement dans les pays en voie de développement (Dinham & Malik, 2003), constituent une des difficultés à étudier le lien entre l’exposition aux pesticides et l’augmentation des taux de suicide par l’entremise des troubles de l’humeur.

65Par exemple, il existe une préoccupation croissante à propos du rôle du niveau d’endettement causé par des systèmes économiques inéquitables des pays en voie de développement, comme un facteur pouvant contribuer à des taux élevés de suicide parmi des agriculteurs (Dinham, 1999; Shiva et al., 2002;  Christian Aid, 2004; cités dans London et al., 2005).  En effet, quelques rapports font état de la condition de dépendance économique extrême vécue par les familles productrices de tabac dans la région sud du Brésil (Falk et al., 1996 ; Cordeiro et al., 1998 ; Christian Aid, 2002).

66Le « forfait technologique » des multinationales du tabac oblige les agriculteurs à utiliser des semences, des fertilisants et des pesticides fournis par la compagnie.  De plus, les agriculteurs sont soumis à la commercialisation dirigée et la classification du produit est faite selon les intérêts de la compagnie.  L’agriculteur ainsi que sa famille entière produisant le tabac sont soumis aux intérêts de ces compagnies, tout en vivant dans une situation de dépendance et manipulation totales (Falk et al., 1996).  Toutes les ressources comprises dans le « forfait technologique » sont payées avec les profits de la production agricole, mais une famille peut prendre jusqu’à cinq ans pour payer des dettes annuelles (Cordeiro et al., 1998).  Selon ces derniers auteurs, souvent les familles productrices doivent utiliser les profits d’autres cultures (maïs, haricots et oignons) pour payer les compagnies, notamment quand la production de tabac est plus faible à cause des mauvaises conditions météorologiques.  Enfin, il n’est pas surprenant de voir que, dans bien des cas, au lieu d’être payé pour la production de tabac, les agriculteurs deviennent davantage endettés après la balance des coûts engendrés par le « forfait technologique » (Cordeiro et al., 1998).

67Finalement, les agriculteurs doivent impliquer leurs femmes et leurs enfants dans la culture du tabac puisqu’ils ne sont pas payés suffisamment pour engager des travailleurs et ils ne peuvent pas non plus faire tout l’immense travail tous seuls (Christian Aid, 2002).  Ainsi, dans les périodes de récolte, les femmes et les enfants sont aussi exposés non seulement aux pesticides mais aussi à la nicotine lors du travail agricole.

68Un autre élément qui soulève beaucoup de discussion concerne la possible influence de facteurs culturels sur les taux élevés de suicide au sein de quelques populations (Schmidtke et al., 1999).  Par exemple, dans le cas de la région sud du Brésil, certains leaders religieux ainsi que des anthropologues soutiennent que la principale cause de l’épidémie de suicides n’est pas l’exposition aux pesticides, mais plutôt la culture allemande qui prédomine dans la région.  Selon Nobre (1996), les descendants d’allemands sont beaucoup plus auto-exigeants et ont une plus grande difficulté à exprimer leurs sentiments.  Ils ont appris que les germaniques sont des peuples forts et qu’ils ont toujours accepté le suicide comme une sortie devant l’échec personnel. De plus, depuis le début de l’immigration allemande vers la vallée de la rivière Pardo au siècle dernier, les taux de suicide ont toujours été relativement élevés, et non seulement à partir de l’utilisation intense des pesticides.  Enfin, les colons résistaient aux difficultés en se repliant sur eux-mêmes et en restant très attachés aux traditions familiales et religieuses (Nobre, 1996; cité dans Fonseca, 2002).

69D’un autre côté et en revanche à cette thèse, Falk et al. (1996) affirment que l’on pourrait bien croire que l’origine germanique joue un rôle important, si l’on ne savait pas que la population générale est au-delà de 80% d’origine allemande, ce qui indique qu’un taux de suicide qui tient compte d’un tel fait annulerait facilement cette hypothèse simpliste.  Enfin, une critique additionnelle à la thèse de l’origine ethnique est que dans la région productrice de soya, à Cruz Alta, les taux de suicide sont aussi bien élevés, on observe une utilisation d’organophosphorés assez intense, mais l’origine ethnique prédominante est plutôt portugaise.

Les impacts sur la santé des femmes

70La santé des femmes constitue aussi une sérieuse question dans cette problématique.  Tout au long de ce rapport, il a été très commun de faire référence aux risques d’atteintes neuropsychiatriques chez les agriculteurs travaillant directement avec les pesticides dans les champs agricoles.  Par contre, malgré le nombre très restreint  d’études s’intéressant aux risques d’atteintes à la santé des femmes vivant et travaillant dans ce milieu, ce groupe est de plus en plus exposé.  Dans une révision sur les problèmes vécus par les femmes dus à l’exposition aux pesticides dans les pays en voie de développement, London et al. (2002) soulignent les diverses façons dont les femmes peuvent être exposées.  On y rapporte également quelques constatations importantes telles que : i) l’exposition des femmes aux pesticides est bien plus élevée que celle habituellement reconnue; ii) les empoisonnements ainsi que d’autres atteintes causées par les pesticides sont grandement sous estimés chez les femmes; iii) pour un effet néfaste donné, l’ampleur d’un tel effet est discriminé selon le genre; et iv) des perceptions de risque tout à fait erronées augmentent significativement l’exposition des femmes.

71Tout en suivant les tendances internationales, parmi les études réalisées au Brésil on retrouve très peu qui abordent les questions liées au genre dans la problématique d’exposition aux pesticides.  Cela dit, en étudiant la perception des conditions de travail dans une communauté traditionnellement agricole dans l’État du Rio de Janeiro, Peres et al. (2004) observent que les femmes non seulement nient des événements d’intoxication aux pesticides en justifiant cela par le fait que leurs tâches dans le processus de production agricole sont légères et ne posent pas des risques, mais aussi elles considèrent que seuls leurs maris sont exposés aux risques liés à la pulvérisation des pesticides.  Un tel fait peut être considéré comme un aggravant de l’exposition des femmes, puisque celles-ci n’utilisent pas d’équipements de protection pendant que leurs maris pulvérisent, et en plus ce sont elles les responsables du lavage des équipements ainsi que des vêtements utilisés par leurs maris pendant le processus de pulvérisation (Peres et al., 2004).  Des évidences de ces risques accrus chez les femmes sont aperçus, par exemple, à partir de données présentées par Etges et al. (2001), où  parmi 44% des participants atteignant  des scores compatibles avec un niveau suspect de cas de morbidité psychiatrique, la fréquence des cas suspects a été plus élevée chez les femmes (60% de celles-ci ont été considérées comme étant des cas) que chez les hommes (31.6%).  Toutefois, on ne présente pas des données sur l’effet du type de travail effectué par ces femmes sur leur santé mentale, ce qui pourrait aussi jouer un rôle important.

Synthèse

72La présente synthèse s’est penchée particulièrement à l’analyse du cas brésilien.  Bien que les études réalisées à ce jour présentent des évidences appuyant l’hypothèse d’une possible relation entre l’exposition aux pesticides et les taux élevés de suicide dans quelques régions du Brésil, l’analyse d’un certain nombre de questions méthodologiques s’impose.  Si d’une part les essais randomisés constituent les enquêtes épidémiologiques plus adéquates pour l’étude d’une relation de cause à effet (Bouyer et al., 2003), pour des raisons éthiques ce type d’étude n’est pas réalisée avec des substances potentiellement néfastes à la santé, de sorte qu’on doit s’appuyer sur d’autres types d’enquêtes qui présentent d’importantes limitations, telles que les enquêtes d’observation (Sanborn et al., 2004).  En effet, la totalité des enquêtes brésiliennes sont des études d’observation, tant descriptives qu’étiologiques.

73La mise en évidence des variations géographiques et temporelles des taux de suicide en rapport avec l’utilisation des pesticides a été importante pour attirer l’attention des autorités de santé publique et des institutions de recherche pour les liens discutés ici.  Le rapport Falk et al. (1996) présente un certain nombre de lacunes méthodologiques qui rendent difficile une appréciation critique des données, notamment au niveau de la mesure de l’exposition et de l’utilisation des pesticides, ainsi que des analyses statistiques menant les auteurs aux conclusions présentées.  D’un autre côté, lors de l’étude réalisée dans la culture du coton dans la région centre-ouest, Pires et al. (2005) à leur tour présentent un rapport bien plus clair quant aux méthodes utilisées, y compris au niveau des analyses statistiques, tout en permettant une appréciation mieux fondée.  Tout en restant une étude de corrélation écologique avec ses limitations propres, ce rapport renforce de façon importante l’hypothèse émise dans le rapport précédent.

74Quatre enquêtes étiologiques transversales permettent de mieux tester l’hypothèse avancée dans les études écologiques antérieures.  Malgré que l’étude réalisée dans la culture de tomate au nord-est du Brésil ait enquêté sur un nombre important de personnes aléatoirement sélectionnées, les méthodes et les tests utilisés dans l’évaluation de la santé mentale ne sont pas suffisamment décrits pour permettre une évaluation approfondie des résultats.  D’un autre côté, l’étude sur la santé mentale dans la population rurale de la région de Serra Gaúcha constitue une très bonne enquête au point de vue méthodologique.  Avec un modèle théorique couvrant les diverses facettes du processus productif rural et une stratégie d’analyse statistique multivariée, cette étude a permis d’identifier une association importante entre la survenue d’intoxications aiguës aux pesticides et les troubles psychiatriques mineurs, dans un échantillon bien représentatif, tout en contrôlant pour d’autres facteurs de risque présents dans la population étudiée.

75Par ailleurs, l’enquête sur l’impact de la culture du tabac pour la santé humaine dans la région de Santa Cruz do Sul a utilisé une approche systémique couvrant les dimensions environnementale, humaine, socioculturelle, et économiques de la problématique.  Bien que cette étude ait permis la mise en évidence d’importants éléments favorisant une meilleure compréhension de la trame socioéconomique et politique à la base de la problématique d’exposition, un certain nombre de questions nécessaires à une meilleure compréhension des résultats demeure.  Par exemple, il est difficile de comprendre la définition d’exposition chronique, ainsi que les critères justifiant les différents effectifs présentés pour les diverses variables caractérisant la population étudiée.  Même si l’impact potentiel de la nicotine sur la santé figure parmi les hypothèses de travail, aucune donnée n’est fournie à cet égard.  Aucune description n’est également fournie sur les caractéristiques des trois étapes de la culture du tabac, ce qui rend difficile l’évaluation d’un possible lien entre l’augmentation des symptômes d’intoxication au cours de telles étapes et l’exposition accumulée aux pesticides et/ou à la nicotine.  Malgré ces lacunes, on présente clairement les instruments utilisés pour l’évaluation de la santé mentale, laquelle s’avère effectivement détériorée, notamment au niveau des fréquences globales des cas d’anxiété et de dépression.  Quant aux analyses statistiques utilisées pour l’étude de l’association entre les indicateurs de santé mentale et l’exposition aux pesticides, même si on mentionne l’utilisation d’analyses de correspondance, on ne fournit pas toutes les données nécessaires à l’évaluation des associations.  Finalement, même si les auteurs acceptent l’hypothèse de l’association entre l’utilisation des pesticides dans la culture du tabac et la survenue de troubles neurocomportementaux chez les individus étudiés, cette enquête illustre peut-être la possibilité d’interprétations erronées quant aux risques toxiques des organophosphorés lorsqu’on se base seulement sur la mesure de l’activité des enzymes cholinestérases.  En effet, des études montrent  qu’il existe une bonne corrélation entre les signes et symptômes d’intoxication aiguë aux organophosphorés et le niveau d’inhibition des enzymes cholinestérases, mais que la mesure de cet indicateur d’effet toxique aigu n’est pas aussi valide dans le cas d’une exposition  chronique à faible doses (O’Malley, 1997; Salvi et al., 2003, Pope et al., 2005).  De plus, il convient remarquer que ces symptômes d’intoxication ne sont jamais des symptômes spécifiques (sauf l’inhibition des enzymes cholinestérases) et que d’autres causes pourraient être à l’origine de l’apparition de tels symptômes.  Enfin, on peut également questionner la pertinence de la conclusion des auteurs quant à l’augmentation des symptômes due à l’exposition cumulée aux organophosphorés durant le processus productif, alors qu’en réalité ces insecticides ne s’accumulent pas dans l’organisme.  Il est important de noter, toutefois, que le document original se retrouvait encore sous forme de rapport de recherche non publié lors de la consultation, ce qui pourrait contribuer pour l’absence d’un certain nombre d’informations nécessaires à l’évaluation approfondie des résultats.

76Le choix de la population source et la représentativité de l’échantillon sont les principaux éléments qui conditionnent la qualité d’une étude transversale (Bouyer et al., 2003).  Ceci dit, la quatrième enquête étiologique réalisée au Brésil (Salvi et al., 2003) ne fournit malheureusement pas des informations concernant la méthode de recrutement des participants, ni la représentativité de l’échantillon initial de 37 agriculteurs.  Malgré cela, les résultats de l’étude pourraient possiblement constituer une bonne piste sur comment mieux interpréter les données présentées dans l’enquête précédente (Etges et al., 2001) concernant la pertinence de l’utilisation de la mesure de l’activité des enzymes cholinestérases pour le suivi des conséquences chroniques d’une exposition à faibles doses aux organophosphorés.

77Tel que mentionné antérieurement, il existe quelques facteurs psychosociaux susceptibles d’influencer l’état émotionnel de l’individu et, par conséquent, les comportements suicidaires.  En effet, les conditions de vie des populations rurales brésiliennes se dédiant à l’agriculture familiale sont assez précaires au point de vue socioéconomique, ce qui joue fort probablement un rôle important dans l’humeur des individus.  À l’exception de Faria et al. (1999) qui ont mis en évidence des liens entre la structure agraire/profil technologique des propriétés rurales, le niveau de scolarité et la charge de travail des agriculteurs Vs. le risque de troubles psychiatriques mineurs, aucune des autres études n’a examiné les possibles interactions entre des facteurs socioéconomiques et les effets toxiques de l’exposition aux organophosphorés au Brésil, et même à l’échelle internationale très peu est connu à cet égard (London et al., 2005).

78La plupart des études brésiliennes présentent un contexte d’exposition où les personnes sont assujetties à plusieurs pesticides dans leurs pratiques agricoles quotidiennes, ainsi qu’à d’autres toxines, ce qui suggère l’importance de prendre en compte l’effet d’expositions multiples lors des études à venir.

79Aucune étude de cohorte ni cas-témoins vérifiant l’hypothèse de l’exposition aux pesticides comme un facteur de risque pour le développement de troubles de l’humeur a été trouvée.  Bien que les enquêtes transversales soient des études étiologiques, ce n’est qu’à partir d’études présentant une structure longitudinale, telles que les études de cohorte et cas-témoins, que l’on pourra produire des résultats plus valides (Paddle & Harrington, 2000).  Grâce à leurs avantages méthodologiques dans l’étude des associations de cause à effet, de telles études seraient souhaitables dans le futur, en dépit des difficultés à trouver un vrai groupe contrôle à cause de l’exposition environnementale de base chez les humains (Sanborn et al., 2004).

80Pour ce qui est des critères de causalité dans l’analyse du cas brésilien, Faria et al. (1999) présentent des données indiquant une association moyennement forte entre l’intoxication aiguë aux pesticides et le risque de troubles psychiatriques mineurs (OR ajusté = 2.65; IC 1.83 – 3.86; p < 0.0001).  Malgré l’absence de détails méthodologiques importants dans certaines enquêtes, des évidences d’un lien entre l’exposition et les troubles neuropsychiatriques est observé dans toutes les études étiologiques, lesquelles ont été effectuées dans les diverses cultures agricoles distribuées dans les différentes régions du pays, tout en indiquant une certaine constance des résultats.  En considérant les types d’enquêtes menées à ce jour, la temporalité de la relation n’a pas pu être évaluée, et les études n’ont pas observé une relation dose-réponse non plus.  D’autre part, des données épidémiologiques et expérimentales à l’échelle internationale indiquent l’existence d’une bonne plausibilité biologique appuyant l’hypothèse du lien entre l’exposition aux organophosphorés et la survenue de troubles de l’humeur (London et al., 2005).  Finalement, on observe une bonne cohérence entre les résultats des études écologiques et ceux des études transversales, de même qu’entre les études brésiliennes et celles retrouvées dans la littérature internationale.

Conclusion

81L’objectif de cette recherche était d’analyser les taux élevés de suicide dans certaines régions agricoles du Brésil, à la lumière des hypothèses alternatives tentant d’expliquer de tels taux,  en particulier l’exposition aux pesticides.

82Une revue exhaustive de la littérature a été réalisée et l’analyse documentaire indique l’existence d’un nombre raisonnable d’évidences appuyant l’hypothèse d’une possible association entre l’exposition aux pesticides et la présence de cadres d’anxiété et de dépression menant à des comportements/actes suicidaires, notamment dans le contexte de l’agriculture familiale au sud du pays.  Puisque les critères de temporalité et de dose-réponse n’ont pas été satisfaits, à ce jour il est difficile de déterminer la causalité de ce lien.  Cependant, même si le nombre d’études testant cette hypothèse au Brésil est encore très restreint, les données présentées viennent appuyer la littérature internationale suggérant que l’exposition aux pesticides peut causer toute une série de dysfonctionnements neurologiques et de désordres neuropsychiatriques, lesquels à leur tour constituent d’importants facteurs de risque pour le développement de pensées suicidaires pouvant mener les personnes atteintes à l’acte suicidaire comme tel.  Donc, ces évidences portent à croire que, par l’entremise de ces troubles de l’humeur, l’exposition aux pesticides pourrait en effet constituer un facteur de risque pour le suicide au Brésil.  Quant à cette possibilité, et dans le cadre d’une approche préventive, il devient très important de demeurer prudent et de poursuivre les recherches en vue de mieux tester cette hypothèse ainsi que de comprendre les mécanismes toxicologiques impliqués.

83L’importance du suicide en tant que problème de santé publique résultant de l’utilisation de pesticides a considérablement évolué au cours des dernières décennies.  D’une situation où des taux élevés de suicide en lien avec l’utilisation des pesticides n’étaient pas considérés comme un thème important dans le domaine de la santé publique, de nos jours on assiste à la reconnaissance de ce lien comme étant un fait, et ce fortement lié à la disponibilité facile des pesticides qui finissent par être utilisés comme une méthode suicidaire (Levine & Doull, 1992; cité dans London et al., 2005).

84Par contre, le rôle des pesticides dans l’épidémiologie du suicide semble être bien plus complexe qu’une simple question de disponibilité facile favorisant l’ingestion de ces poisons comme méthode suicidaire, tel que présenté et discuté tout au long de cet article.  En fait, un lien de causalité biologiquement et toxicologiquement plausible entre l’exposition aux pesticides et les pensées/actes suicidaires, nous obligerait à revoir le concept de suicide comme une maladie non occupationnelle.  En effet, la considération du suicide comme un problème de santé environnementale/occupationnelle aurait d’importantes implications au niveau de la formulation et de la mise en œuvre de politiques en santé publique en vue de vraisemblablement assurer la protection des travailleurs et des travailleuses rurales exposés à ces substances.  De plus, un changement de la notion de suicide comme un acte de nature et de responsabilité individuelle vers l’idée de suicide comme un effet toxicologique de l’intoxication aiguë et/ou l’exposition chronique aux pesticides, suggèrerait la nécessité d’une responsabilisation plus importante des autorités sanitaires ainsi que de l’industrie agrochimique dans cette problématique.  Enfin, les implications politiques d’un tel processus de révision conceptuelle aurait des effets assez importants sur les démarches d’évaluation des risques, des décisions réglementaires, ainsi que sur les mesures de contrôle (London et al., 2005).

85Outre ces implications, les évidences brésiliennes représentent aussi une dimension très importante pour la discussion du modèle de développement agricole du pays.  Le Brésil représentant l’un des plus grands producteurs agricoles au monde avec une agriculture familiale responsable pour environ 10% du PIB national, il devient très important de prendre en compte ce type d’effet néfaste des pesticides sur la santé humaine, lors du choix des méthodes et des pratiques agricoles à adopter.

86Étant donné les multiples aspects impliqués dans cette problématique, une approche transdisciplinaire qui tient compte des aspects environnementaux, économiques, politiques, culturels, et qui soit sensible aux questions reliées à l’équité sociale et au genre, s’avère nécessaire dans la recherche de solutions au problème.  L’approche écosystémique à la santé humaine explore les relations existant entre les différentes composantes d’un écosystème donné afin de définir et d’évaluer les déterminants prioritaires de la santé humaine et de la durabilité de l’écosystème (Forget & Lebel, 2003).  Une première expérience d’approche écosystémique a déjà été réalisée, et les résultats indiquent d’importantes pistes par lesquelles on pourrait favoriser une diminution de l’exposition tout en maintenant l’activité agricole (Etges et al., 2001).  Cette première expérience a notamment mis en évidence la nécessité de diversifier les activités agricoles, tant au niveau des cultures qu’au niveau des pratiques, afin de favoriser une plus faible utilisation de pesticides ainsi qu’un meilleur revenu aux personnes travaillant dans l’agriculture familiale.  À partir de ces pistes, il serait également souhaitable d’envisager la mise en place d’un système de gestion intégrée des pesticides de même que la contribution de cultures biologiques pour la diminution des niveaux d’exposition au sein de ces populations.  Enfin, des activités permettant l’échange d’informations entre les équipes de recherche et les populations concernées à l’égard des risques toxiques des pesticides favoriserait fort probablement un plus grand engagement des populations pour l’atteinte des changements nécessaires.  Bien évidemment, l’implication des autorités du domaine agricole et sanitaire serait indispensable pour la mise en place de toutes ces mesures.

87Compte tenu du nombre restreint d’enquêtes réalisées jusqu’à maintenant au Brésil, d’autres études mieux planifiées sont nécessaires pour mieux tester l’hypothèse d’un possible lien entre l’exposition aux pesticides et le développement de pensées/actes suicidaires, ainsi que pour alimenter le processus de prise de décision concernant les mesures de protection de la santé des agriculteurs et de leur entourage, tout comme des politiques agricoles.  En particulier, ces études devraient porter une attention spéciale à la nécessité d’utiliser des paramètres biochimiques autres que l’activité des enzymes cholinestérases pour le suivi des conséquences de l’exposition chronique à faibles doses aux pesticides, tel que renforcé par quelques études inclues dans ce rapport.  Finalement, il sera très important aussi impliquer les femmes comme des actrices actives dans le processus de prise de décision afin d’assurer une meilleure protection de la santé de celles-ci.

Remerciements

88L’auteur est Boursier CAPES du ministère de l’Éducation, Brésil.  L’auteur remercie profondément Majorie Vadnais pour son aide précieuse au début des recherches bibliographiques, ainsi que Myriam Fillion pour la gentillesse et patience de révision du français. Les commentaires et critiques de Dr. Donna Mergler, Dr. Donald C. Cole, et Dr. Jean Rémy Davée Guimarães sont grandement appréciés et ont permis l’amélioration du manuscrit final.

Haut de page

Bibliographie

Ahmed, GM., & Davies, DR., 1997, Chronic Organophosphate Exposure: Towards the Definition of a Neuropsychiatric Syndrome. Journal of Nutritional and Environmental Medicine, 7: 169-176.

Aldridge, JE., Seidler, FJ., Meyer, A., Thillai, I., Slotkin, TA.,2003, Serotonergic systems targeted by developmental exposure to chlorpyrifos: effects during different critical periods. Environ Health Perspect., 111: 1736-43.

Ali, SF., Hasan, M., Tariq, M. ,1979, Levels of dopamine, norepinephrine and 5-hydroxy-tryptamine in different regions of rat brain and spinal cord following chronic administration of organophosphate pesticide dichlorvos. Indian J Exp Biol, 17, 424-426.

Almeida-Filho, N., Mari, JJ., Coutinho, E., Franca, JF., Fernandes, J., Andreoli, SB., Busnello, ED.,1997, Brazilian multicentric study of psychiatric morbidity. Methodological features and prevalence estimates. Br J Psychiatry, 171, 524-529.

Araújo, ACP. & Augusto, LGS.,1999, Tomato production in Brazil: poor working conditions and high residues threaten safety. Pesticides News 46, 12-14.

Araújo, ACP., Nogueira, DP., Augusto, LGS., 2000, Impacto dos praguicidas na saúde : estudo da cultura de tomate. Rev Saúde Pública, 34, 3, 309-313.

Bouguerra, ML. 1999, Exportation incontrôlée du risque chimique : les pays du sud rongés par les pesticides. Le monde diplomatique, avril, p. 23.

Bouyer, J., Cordier, S., Levallois, P.,2003, Épidémiologie. In : Environnement et Santé Publique : fondements et pratiques. Éditions TEC & DOC. Edisen. 1023 pp.

Caldas, ED., Souza, LCKR., 2000, Avaliação de risco crônico da ingestão de resíduos de pesticidas na dieta brasileira. Revista de Saúde Pública, 34, 5, 529-537.

Carvalho, WA.,1991, Fatores de riscos relacionados com exposição ocupacional e ambiental a inseticidas organoclorados no Estado da Bahia, Brasil, 1985. Bol Of Sanit Panam, 111,6): 512-524.

Christian Aid.,2002, Hooked on tobacco. Report by Christian Aid/ DESER on British American Tobacco subsidiary, Souza Cruz. Christian Aid, London. Consulté le 30 octobre 2004 http://www.christian-aid.org.uk/indepth/0201bat/index.htm

Christian Aid. ,2004, Behind the mask: the real face of CSR. Report by Christian Aid on British American Tobacco subsidiary in Kenya. Christian Aid, London. Consulté le 30 octobre 2004  http://www.christian-aid.org.uk/indepth/0201bat/0401update.htm

Cole, DC., Carpio, F., León, N. ,2002, Economic burden of illness from pesticide poisonings in highland Ecuador. Pan Am J Public Health 8, 3, 196-201.

Colosio, C., Tiramani, M., Maroni, M. ,2003,Neurobehavioral effects of pesticides: state of the art. Neurotoxicology, 24, 577-591.

Cordeiro, A., Marochi, F., Tardin, JM. ,1998, A poison crop : tobacco in Brazil. Global Pesticide Campaigner, 8, 1-7

Crombie, IK. ,1991,  Suicide among men in the highlands of Scotland.  British Medical Journal, 302,761-762.

Davies, DR. ,1995, Organophosphates, affective disorders and suicide. Journal of Nutritional and Environmental Medicine, 5, 367-374.

Delgado, IF., & Paumgartten, FJR., 2004, Intoxicações e uso de pesticidas por agricultures do Município de Paty do Alferes, Rio de Janeiro, Brasil. Cad. Saúde Pública, 20, 1, 180-186.

Dinham, B. ,1999,  Indian cotton farming – study identifies training needsPesticides News, 45, 12-14.

Dinham, B., Malik, S. ,2003, Pesticides and Human Rights. Int J Occup Environ Health, 9, 40-52.

Eddleston, M., Sheriff, MHR., Hawton, K.,1998, Deliberate self-harm in Sri Lanka: an overlooked tragedy in the developing world. British Medical Journal, 317, 133-135.

Eddleston, M. ,2000, Patterns and problems of deliberate self-poisoning in the developing world, Q J Med, 93, 715-731.

Eddleston, M., Karalliedde, L., Buckley, N., Fernando, R., Hutchinson,2002, Pesticide poisoning in the developing world – a minimum pesticides list. Lancet, 360, 1163-1167.

Eddleston, M., & Phillips, MR.,2004, Self poisoning with pesticides. British Medical Journal, 328, 42-44.

El-Etri, MM., Nickell, WT., Ennis, M., Skau, KA., Shipley, MT. ,1992, Brain norepinephrine reductions in soman-intoxicated rats: association with convulsions and AChE inhibition, time course, and relation to other monoamines.  Exp Neurol, 118, 2,153-63.

Etges, VE., Ferreira, M., Camargo, ME., Torres, JP., Trapé, AZ., Botega, 2001, O impacto da cultura do tabaco no ecossistema e na saúde humana na região de Santa Cruz do Sul/RS. Relatório de Pesquisa, Universidade de Santa Cruz do Sul, Santa Cruz do Sul ,RS,, Brasil. 46 p.

Falk, JW., Carvalho, LA., Silva, LR., Pinheiro, S.,1996, Suicídio e doença mental em Venâncio Aires – RS: consequência do uso de agrotóxicos organofosforados ? Relatório Preliminar de Pesquisa, Comissão de Direitos Humanos da Assembléia Legislativa do Rio Grande do Sul, RS, Brasil. 32 p.

FAO,1986a, International code of conduct on the distribution and use of pesticides. Rome, Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, 28 pp.

FAO,1986b, FAO production yearbook, vol 39, Rome. 80 p.

Faria, NMX., Facchini, LA., Fassa, AG., Tomasi, E.,1999, Estudo transversal sobre saúde mental de agricultores da Serra Gaúcha ,Brasil,. Rev. Saúde Pública, 33, 4, 391-400.

Faria, NMX., Facchini, LA., Fassa, AG., Tomasi, E. ,2000,. Processo de produção rural e saúde na serra gaúcha : um estudo descritivo. Cad. Saúde Pública, 16, 1,115-128.

Ferraz, HB., Bertolucci, PHF., Pereira, JS., Lima, JGC., Andrade, LAF., 1988,. Chronic exposure to the fungicide maneb may produce symptoms and signs of CNS manganese intoxication. Neurology, 38, 550-553.

Fonseca, D. (2002,. Uma epidemia de suicídios. Revista Galileu, édition 133, août 2002.

Forget, G. & Lebel, J.,2003, Approche écosystémique à la santé humaine. In : Environnement et Santé Publique : fondements et pratiques. Éditions TEC & DOC. Edisen. 1023 pp.

Gunnell, D. & Eddleston, M., 2003, Suicide by intentional ingestion of pesticides: a continuing tragedy in developing countries. International Journal of Epidemiology, 32, 902-909.

Hill, M K., 2004, Understanding Environmental Pollution, second edition. Cambridge University Press, 468 pp.

Jamal, GA. (1997,. Neurological syndromes of organophosphorus compounds. Adverse Drug React Toxicol Rev, 16,3,:133-70.

Jamal, GA., Hansen, S., Julu, POO. ,2002,. Low level exposures to organophosphorus esters may cause neurotoxicity. Toxicology, 181-182: 23-33.

Joyce, S. ,1997,. Growing Pains in South America. Environmental Health Perspectives, 105,8,: Focus.

Kelly, S., Charlton, J., Jenkins, R. ,1995,.  Suicide deaths in England and Wales 1982-1992: the contribution of occupation and geography.  Population Trends, 80: 16-25.

Lebel, J. ,2003,. La santé: une approche écosystémique. Collection En Focus. Centre de recherche pour le développement international. Ottawa, Canada.

Levine, RS., Doull, J. ,1992,. Global estimates of acute pesticide morbidity and mortality. Review of Environmental Contamination and Toxicology, 129: 29-50.

London, L., De Grobois, S., Wesseling, C., Kisting, S., Rother, HA., Mergler, D. ,2002,. Pesticide usage and health consequences for women in developing countries : out of sight, out of mind ? Int J Occup Environ Health, 8: 46-59.

London, L. ,2003,. Human rights, environmental justice, and the health of farm workers in South Africa. Int J Occup Environ Health, 9: 59-68.

London, L., Flisher, AJ., Wesseling, C., Mergler, D., Kromhout, H. ,2005,. Suicide and exposure to organophosphate insecticides: cause or effect? American Journal of Industrial Medicine, 47:308-321.

Maslinska, D., Lewandowska, I., Prokopczyk, J.  ,1981,. Effect of prolonged acetylcholinesterase inhibition on postnatal brain development in rabbit. I. Level of serotonin in different brain regions. Acta Neuropathol ,suppl Berl,, 7:52-5.

Mearns, J., Dunn, J., Lees-Haley, PR. ,1994,. Psychological effects of organophosphate pesticides: a review and call for research by psychologists. Journal of Clinical Psychology, 50,2,: 286-294.

Ministério da Agricultura – Brasil. ,2005,. Agronegócio Brasileiro: uma oportunidade de investimentos. Consulté en mai 2005 à http://www.agricultura.gov.br

Mohanty, MK., Dumar, V., Bastia, BK., Arun, M. ,2004,. An analysis of poisoning deaths in Manipal, India. Vet Human Toxicol, 46,4,: 208-209.

Oliveira-Silva, JJ., Alves, SR., Meyer, A., Perez, F., Sarcinelli, PN., Mattos, RCOC., Moreira, J. ,2001,. Influência de fatores socioeconômicos na contaminação por agrotóxicos, Brasil. Revista de Saúde Pública, 35,2, : 130-135.

O’Malley, M. ,1997,. Clinical evaluation of pesticide exposure and poisonings. Lancet, 349: 1161-1166.

Oquendo, MA., Mann JJ.  ,2000,. The biology of impulsivity and suicidality. Psychiatr Clin North Am, 23,1,:11-25.

Organisation Mondiale de la Santé. ,1991,. L’utilisation des pesticides en agriculture et ses conséquences pour la santé publique. Genève. 150 p.

Paddle, GM., Harrington, JM. ,2000,. Environmental epidemiology – strengths and weaknesses. Int Arch Occup Environ Health 73 : 7-14.

Panisset, J-C., Dewailly, É., Doucet-Leduc., H. ,2003,. Contamination alimentaire In : Environnement et Santé Publique : fondements et pratiques. Éditions TEC & DOC. Edisen. 1023 pp.

Parrón, T., Hernandez AF., Villanueva, E. ,1996,.  Increased risk of suicide with exposure to pesticides in an intensive agricultural area: a 12-year retrospective study.  Forensic Science International, 79: 53-63.

Paumgartten, FJR., Delgado, IF., Oliveira, ES., Alleluia, IB., Barretto, HHC., Kussumi, TA. ,1998,. Levels of organochlorine pesticides in the blood serum of agricultural workers from Rio de Janeiro State, Brazil. Cad. Saúde Pública, 14,suppl 3, 33-39.

Peres, F., Lucca, SR., Ponte, LMD., Rodrigues, KM., Rozemberg, B.,2004, Percepção das condições de trabalho em uma tradicional comunidade agrícola em Boa Esperança, Nova Friburgo, Rio de Janeiro, Brasil. Cad. Saúde Pública, 20,4, 1059-1068.

Pires, DX., Caldas, ED., Recena, MCP.,2005a, Uso de agrotóxicos e suicídios no Estado do Mato Grosso do Sul, Brasil. Cad. Saúde Pública 21,2, 598-605.

Pires, DX., Caldas, ED., Recena, MCP.,2005b, Intoxicações provocadas por agrotóxicos de uso agrícola na microrregião de Dourados, Mato Grosso do Sul, Brasil, no período de 1992 a 2002. Cad. Saúde Pública 21,3, 804-814.

Pope, C., Karanth, S., Liu, J. ,2005, Pharmacology and toxicology of cholinesterase inhibitors: uses and misuses of a common mechanism of action. Environmental Toxicology and Pharmacology 19, 433-446

Raines, KW., Seidler, FJ., Slotkin, T.A., 2001, Alterations in serotonin transporter expression in brain regions of rats exposed neonatally to chlorpyrifos. Developmental Brain Research, 130,1, 65-72.

Rajendra, W., Oloffs, PC., Banister, EW., 1986, Effects of chronic intake of diazinon on blood and brain monoamines and amino acids.  Drug Chem Toxicol, 9,2, 117-31.

Rosenthal, E.,2003, The tragedy of Tauccamarca : a human rights perspective on the pesticide poisoning deaths of 24 children in the Peruvian Andes. Int J Occup Environ Health, 9, 53-58.

Salvi, RM., Lara, DR., Ghisolfi, ES., Portela, LV., Dias, RD., Souza, DO.,2003, Neuropsychiatric evaluation in subjects chronically exposed to organophosphate pesticides. Toxicological Sciences, 72, 267-271.

Sanborn, M., Cole, D., Kerr, K., Vakil, C., Sanin, LH., Bassil, K.,2004, Pesticides Literature Review. Ontario College of Family Physicians. 186 p.

Schmidtke, B., Weinacker, B., Apter, A., Batt, A., Berman, A.,1999, Suicide rates in the world: update. Archives of Suicide Research, 5: 81-89.

Shiva, V., Jafri, A., Emani, A., Pande, M.,2002, Seeds of Suicide: The Ecological and Human Costs of Globalization of Agriculture. Research Foundation for Science, Technology and Ecology, New Delhi, India. 87 p.

Singh, AK., Drewes, LR. ,1987,. Neurotoxic effects of low-level chronic acephate exposure in rats. Environ Res,  43,2, 342-9.

Smits, N.M., 2000. Suicide and depression resulting from exposure to pesticides among tobacco farmers in Paraná, Brazil: a pilot study. Research Report 156, Wageningen University, The Netherlands. 68 p.

Soares, W., Almeida, RMVR, Moro, S. ,2003, Trabalho rural e fatores de risco associados ao regime de uso de agrotóxicos em Minais, Brasil. Cad. Saúde Pública, 19, 4, 1117-1127.

Stephens, R., Surgeon, A., et al. ,1995, Neuropsychological effects of long-term exposure to organophosphates in sheep dip. The Lancet, 345, 1135-1139.

van Heeringen, C., 2001, Suicide, serotonin and the brain. Crisis, 22, 2, 66-70.

Waichman, AV., Rombke, J., Ribeiro, M.O.A., Nina, N.C.S., 2002, Use and fate of pesticides in the Amazon State, Brazil. Environ Sci & Pollut Res, 9,6, 423-428.

Wesseling, C., Keifer, M., et al., 1997, Long-term neurological effects of mild poisoning with organophosphate and n-methyl carbamate pesticides among banana workers. In: Wesseling C. ed. Health effects from pesticide use in Costa Rica – an epidemiological approach. Gotab Tryckeri, Stockholm. 98 p.

Haut de page

Notes

1 Latin American and Caribbean Health Sciences Literaturehttp://www.bireme.br

2 Scientific Electronic Library Online http://www.scielo.org

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/2098/img-1.png
Fichier image/png, 8,7k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/2098/img-2.png
Fichier image/png, 9,7k
Titre Tableau 4. Les caractéristiques des individus évalués (Tiré et adapté de Salvi et al., 2003).
Légende * Note : Données présentées comme nombre (pourcentage) ou moyenne ± écart type (n=25)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/2098/img-3.png
Fichier image/png, 9,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlos José Sousa Passos, « Exposition humaine aux pesticides : un facteur de risque pour le suicide au Brésil? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 7 Numéro 1 | avril 2006, mis en ligne le 07 avril 2006, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/2098 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.2098

Haut de page

Auteur

Carlos José Sousa Passos

M.Sc., Doctorant en sciences de l’environnement, Institut des sciences de l’environnement / Centre de recherches interdisciplinaires sur la biologie, la santé, la société et l’environnement (CINBIOSE), Université du Québec à Montréal, Case postale 8888, Succursale Centre-ville, Montréal (Québec), Canada, H3C 3P8, sousa_passos.carlos_jose@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search