Skip to navigation – Site map
Les projets d’agricultures urbaines : des vecteurs de transitions

Analyse socio-scientifique de la qualité agro-environnementale et sanitaire des sols urbains pour promouvoir la transition agro-écologique

Roxanne Calais, Camille Dumat, Rémi Quinet, Marc Miette and Eva Schreck

Abstracts

The (peri)urban market gardening areas are developing globally to meet the objectives of the food security of cities. In Toulouse (France), a booming metropolis, the market gardening plain at Blagnac (31) called "15 Sols" is the subject of an interdisciplinary and multi-stakeholder research project to investigate the following socio-scientific question : "What is the efficient way to take into account the soil quality in a context of agroecological transition with the farmers ? ". Typologies of cultivated plots are defined on the basis of their history, farmer surveys, observations and field measurements, and laboratory analyses of soil bio-physico-chemical properties. Are carried out : the interpretation of the state of the environments and a reflection on the metabolism of the zone in connection with the biogeochemical cycles. Nutrients and pollutants are relatively seldom retained by silty-textured carbonate fluviosol, depleted in organic matter and clay : they migrate deeply, or are exported by erosion, a phenomenon amplified by a superficial crust. Cultivated soils have low levels of (eco)toxic metals, unlike park soils (old dump). This study creates the opportunity to discuss with farmers the agri-environmental and sanitary management of soils and food production in this hybrid zone that participates in the ecological transition. A participatory science project with stakeholders in the area aims to improve the organic status to promote soil fertility and reduce health risks by limiting the transfer of pollutants with erosion.

Top of page

Full text

Introduction : contexte socio-scientifique et objectif de l’étude

1Plus de la moitié de l'humanité (soit environ 3,9 milliards de personnes) réside aujourd'hui dans les villes, soit cinq fois plus qu'en 1950, et selon les prédictions, la population urbaine mondiale devrait continuer à augmenter : en 2050, il est estimé que deux personnes sur trois vivront en zones urbaines (Nations Unies, 2018). Par ailleurs, les zones urbaines produisent aujourd’hui 70 pour cent du produit intérieur brut mondial et constituent l’un des moteurs principaux d’épanouissement économique, social et culturel (Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable « Habitat III », Quito, 17-20 octobre 2016). Cependant, cette croissance urbaine accélérée fait également peser à l’échelle globale de fortes pressions sur l'environnement naturel et la santé publique, et contribue à accroître la pauvreté et l’exclusion sociale (Michel et Ribardière, 2017). La vulnérabilité des villes va croître dans le futur, avec une possible aggravation des impacts sur le confort thermique des habitants, leur santé et la sécurité alimentaire (Bandara et Cai, 2014 ; Yang et al. 2014 ; Chatterjee et al., 2016).

2Or, selon Tsolakis et Anthopoulos (2015), le développement d'une ville plus écologique (éco-cité) est un moyen d’assurer le bien-être et la santé de ses citoyens par une approche holistique de la planification et de la gestion urbaines dans le but de réduire les déchets et les émissions (Register, 1987), d’organiser la dématérialisation (Arnsperger et Bourg, 2016) et de favoriser une alimentation plus durable (Ackerman et al., 2014). D'un point de vue systémique, une éco-cité peut aussi être décrite comme un ensemble de différents sous-systèmes complexes (Diemer et Morales, 2016). C’est pourquoi, à l’échelle globale, l'UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, les sciences et la culture) utilise une approche multidisciplinaire pour promouvoir le développement urbain durable à l’horizon 2030 (Conférence internationale sur « La culture pour des villes durables », Hangzhou 10-12 décembre 2015) et de nombreuses actions sont menées : création d’un réseau mondial de villes volontaires pour mener des actions favorisant leur résilience « 100 Resilient Cities », colloques scientifiques tels que : « Nourrir les villes : L'agriculture urbaine, une solution pour augmenter la résilience des villes africaines (Madagascar, 23-25 mars 2017), etc.

3En réponse à ces objectifs de villes durables et résilientes face au changement climatique, l’agriculture urbaine (AU) se développe à l’échelle globale : aujourd’hui pratiquée par 800 millions de personnes dans le monde, elle fournit des aliments frais, génère des emplois, recycle les déchets urbains, crée des ceintures vertes, favorise l’utilisation optimisée des terres urbaines dans une stratégie de développement agricole, de programmes alimentaires et nutritionnels, et de planification urbaine (Antonelli et Lamberti, 2011 ; Duchemin, 2013 ; Ackerman et al., 2014 ; Dumat et al., 2016). Cependant, en zones urbaines, une forte pression existe quant à l’usage des sols (Guigou, 1982 ; Decoupigny et Passel, 2014). Les gestionnaires des villes doivent en effet le plus souvent concilier : (1) la construction de logements et infrastructures pour accueillir les nouveaux citadins, (2) les aménagements qui favorisent le bien-être et la santé des citadins (parcs, marchés de plein vent, etc.) et (3) les zones de productions alimentaires professionnelles (ex. zones de maraichage) ou non (ex. jardins collectifs).

4Or, le sol est un écosystème naturel complexe très dynamique et hétérogène à plusieurs échelles, plus ou moins anthropisé, et en interface avec la lithosphère, l'hydrosphère, l'atmosphère et la biosphère (Gobat et al., 2010 ; Dumat et Schreck, 2017 ; Pierart et al., 2018). Il est caractérisé par des réactions bio-géo-physico-chimiques : adsorption/désorption, (dé)complexation, précipitation/solubilisation, redox, absorption/excrétion, etc., grâce auxquelles il assure de nombreux services écosystémiques tels que la production alimentaire ou l’épuration et le stockage de l’eau et il est impliqué dans les cycles biogéochimiques des éléments : C, N, métaux, etc. (Shahid et al., 2017a et b ; Mombo et al., 2016 ; Lévêque et al., 2015). Comme en santé humaine, diverses approches interdisciplinaires, basées sur des observations et mesures de terrain, des interviews et des tests en laboratoire, sont développées par les chercheurs et les usagers/gestionnaires des sols afin de proposer des grandes typologies en lien avec des fonctionnements, réactivités et usages adéquats. Les enjeux sanitaires, agro-environnementaux et financiers liés à la qualité des sols sont multiples et importants et expliquent l’intérêt des agriculteurs, jardiniers, chercheurs, industriels et de l’espace public pour mieux comprendre et gérer durablement cet écosystème complexe.

5La question scientifique explorée est la suivante : quelles caractérisation et prise en compte efficientes de la qualité globale du sol (écosystème complexe, vivant et dynamique) adopter pour les projets d’agriculture urbaine ? Le site d’étude est la plaine de maraichage urbain professionnel à Blagnac (31) dite « des Quinze Sols » : objet convergeant d’un projet de recherche interdisciplinaire impliquant des agriculteurs, des laboratoires universitaires, des associations et des élus. Ce site hybride, multifonction, présente en effet une grande diversité d’activités anthropiques (présentes et passées) susceptibles de modifier la qualité agro-environnementale et sanitaire des sols. Une première étape du projet de recherche a consisté à déterminer les typologies des parcelles sur la base de leur historique, d’enquêtes auprès des agriculteurs (certains présents sur la zone depuis des décennies), d’observations et de mesures des caractéristiques physico-chimiques des sols : pH, Capacité d’échange cationique (CEC), teneurs en matières organiques (C organique), éléments nutritifs échangeables (P et K notamment) et polluants inorganiques liés aux activités passées et présentes (métaux lourds potentiellement toxiques). Des mesures en spectrométrie de fluorescence X de terrain ont également été réalisées : elles permettent de comparer (en relatif) les différents sites étudiés sur des critères de fertilité (présence des éléments nutritifs) et de qualité environnementale (métaux et métalloïdes). Une seconde étape a été l’interprétation de l’état des milieux (IEM), selon la méthodologie nationale de gestion des sites et sols pollués (DGPR, 2017), afin de vérifier l’adéquation entre les caractéristiques des parcelles et leurs usages. Finalement, une réflexion sur le métabolisme de la zone de maraichage (entrées, sorties des diverses matières) en lien avec les cycles biogéochimiques est menée, avec un focus sur les matières organiques des sols (MOS) en relation avec l’accompagnement aux changements de pratiques, puisque la conversion à l’agriculture biologique est proposée aux agriculteurs du site dans le cadre du projet de recherche en cours.

6Le projet et la démarche d'expérimentation socio-scientifique proposés constituent un modèle d’agriculture urbaine, dont les approches de conduite de projet pourront être (dans des contextes de similarités) reproduites sur les territoires. Il s’agit par ce projet de cibler les conditions de réussite de la production durable en maraichage urbain et de définir un cadre méthodologique de référence transposable à d'autres projets agricoles de territoire, participant de la construction d'un système alimentaire local métropolitain.

Mise en œuvre de l’étude : contexte régional, spécificité du site étudié et méthodologie

Contexte agricole de la ville de Toulouse et de la métropole

7Selon le recensement annuel de l’Insee, Toulouse est parmi les 10 grandes villes de France, celle qui a la plus forte croissance démographique : encore plus de 8000 nouveaux habitants sur la ville pour l’année 2016, et plus de 12.000 sur la métropole. L’agriculture urbaine est donc au cœur des préoccupations de Toulouse Métropole (Susset, 2017). À Toulouse Métropole, 25 % des surfaces sont exploitées et cultivées et Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse, s’est engagé à ce que « d’ici 2020, 10 % d’espaces végétalisés supplémentaires (soit 85 hectares de plus) soient présents dans la métropole. Les enjeux agricoles ont été élaborés et priorisés par le Conseil de la Métropole (délibération du 9 avril 2015) dans le plan local d'urbanisme intercommunal et habitat (PLUi-H Toulouse Métropole, 2016) qui ambitionne de concilier durablement croissance démographique, qualité de vie, développement et alimentation. Le PLUi-H a permis : (i) de localiser les espaces de production agricole à préserver, (ii) de donner des orientations conciliant à la fois développement urbain, agriculture et espaces de nature ; (iii) de statuer sur un scénario de modération de la consommation foncière, inscrit dans le projet d'aménagement et de développement durable (PADD).

8Dans la métropole toulousaine où un réchauffement de +3° est prévu d’ici à 2100, le « plan 2020 » regroupe 130 actions, dont 20 actions phares et 20 éco-gestes citoyens, regroupés en sept cibles : limiter les consommations et booster les énergies renouvelables ; privilégier l’éco-mobilité ; développer la solidarité énergétique ; construire et rénover durablement ; contribuer à un urbanisme à taille humaine en gardant le meilleur du passé ; impliquer tous les acteurs du territoire et mobiliser tous les moyens d’action nécessaires ; préserver les ressources naturelles et agricoles et promouvoir l’agriculture (péri)urbaine, car en plus de la production alimentaire, les surfaces agricoles urbaines peuvent remplir des services au cœur des villes : de la sociabilité, de la solidarité, de lien au vivant, de lutte contre l’obésité, d’éducation environnementale, de sauvegarde de la biodiversité et de gestion des déchets.

9Le domaine agricole municipal de la ville de Toulouse (quartiers de Ginestous, Pech David et Gabardie et 25 hectares de vignes sur le domaine de Candie) avec 180 hectares de surface cultivée en agriculture biologique (blé, orge, soja, sorgho, vigne…) est le plus grand domaine de la région Occitanie. La production de vigne et de céréales est certifiée Agriculture biologique (AB) depuis 2014. La production annuelle du domaine est de l’ordre de 500 tonnes et chaque année 6 tonnes de lentilles destinées à la consommation des 33 000 enfants qui fréquentent les cantines scolaires toulousaines sont produites sur une dizaine d’hectares. Toulouse possède en effet la plus grande cuisine centrale de France, qui s’agrandit et se modernise avec plus de 3 millions d’euros jusqu’en 2018, en promouvant les circuits courts et les producteurs locaux. Par ailleurs, le succès des AMAP (association pour le maintien de l’agriculture paysanne), le retour conséquent des marchés de plein vent (grands moments citoyens) et l’essor des jardins potagers, qui selon le projet de recherche ANR ville durable « Jassur » (2014-2016) peuvent être très productifs sur de petites surfaces (environ 50m2), ont été observés dans la Région Occitanie et démontrent en particulier le dynamisme des associations du domaine « Agronomie-Environnement-Santé ». Aujourd’hui, la demande de nature en ville des urbains ne se limite plus à une nature paysagère et esthétique, mais aussi nourricière. Pour exemple, la ville d’Albi (préfecture du Tarn) s’est fixée en janvier 2016 l’objectif d’atteindre l’autosuffisance alimentaire d’ici 2020, avec la possibilité de se nourrir dans un rayon de 60 km autour de chez soi (18 000 hectares sont nécessaires pour nourrir les 51 000 habitants d’Albi et pour l’instant la ville a acquis 73 hectares). Cette volonté proactive de préserver des terres agricoles est nouvelle, même si aucune métropole n’a jamais été auto-suffisante ; selon Aubry (2017), l’être à 100 % n’est d’ailleurs pas souhaitable, ne serait-ce qu’en cas de catastrophe climatique. L’important pour les villes est avant tout de tendre vers une reconquête des espaces fertiles pour développer des paysages comestibles. Cependant, l'accroissement des agglomérations tend à diminuer les surfaces agricoles, en périphérie et dans des villes. À Toulouse, notamment entre 2000 et 2010, 8 % de la surface agricole a été perdue, et n'assure plus que 20 % des besoins alimentaires de l'aire urbaine.

Projet de recherche « Développer le maraîchage dans la métropole toulousaine : l’expérience de la plaine des Quinze Sols à Blagnac »

10Dans ce contexte, l’objectif du projet de recherche « Développer le maraîchage dans la Métropole toulousaine : l’expérience de la plaine des Quinze Sols à Blagnac » est d’accompagner les différents acteurs de ce territoire (maraîchers, jardiniers amateurs, habitants, élus locaux et services techniques) vers un nouveau paradigme, celui d’une zone hybride, partagée sereinement par les divers usagers. Une plaine agricole, tout à la fois productive, convertie à l’agriculture biologique, ancrée dans l’alimentation des habitants au travers de circuits courts et dans leur cadre de vie au travers d’un espace de loisir de qualité. Ce projet de recherche est financé par la Fondation de France et porté par Toulouse Métropole, trois associations : Érables 31, Solagro et Réseau-Agriville, et des laboratoires de recherche : le Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir (CERTOP), le Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST) et le laboratoire AGroécologie, Innovations et teRritoires (AGIR).

11Selon un article paru dans La Dépêche (2017) basé sur un entretien avec M. Boureau P., adjoint délégué au cadre de vie de la ville de Blagnac, la zone des Quinze-Sols est régulièrement évoquée lors des séances du conseil municipal, au gré des achats de parcelles effectuées par la ville. Dans l'immédiat, avec l'aide du conseil départemental, maître d'ouvrage avec la Safer (société d'aménagement foncier et d'établissement rural), seront organisés le regroupement, les échanges et cessions à l'amiable entre propriétaires, des surfaces cultivables (30 ha à disposition de la mairie). Afin de renforcer l'attractivité du secteur et l'installation de jeunes exploitants, au moment où la pyramide des âges laisse apparaître un arrêt d'activité parmi les actuels exploitants, le PLUi-H va être revu d'ici 2018 pour autoriser l'implantation de serres sur la zone la plus haute géographiquement du site (pour faire face aux éventuelles inondations et sous certaines conditions administratives). Un projet d’aménagement d’un lieu de stockage collectif du matériel agricole est également en cours de montage (entre les terres de B. Moya et de l’Arche en Pays toulousain). Enfin, des plantations de haies, et l'aménagement de pistes cyclables compléteront la configuration des lieux. Puis, au-delà de 2020, les axes traversant seront renforcés pour favoriser la découverte et l’usage (production et loisir) serein de la zone par divers acteurs et assurer le lien entre les terrasses supérieures et le parc Garonne, le programme de plantations sera poursuivi.

12Sur la base d’un diagnostic partagé, le projet va permettre d’accompagner les agriculteurs existants et des maraîchers en recherche d’installation pour préparer une transition vers un maraîchage biologique diversifié. Il comprend une partie d'accompagnement des agriculteurs vers des pratiques agro-écologiques et nécessite donc l'apport de connaissances préliminaires aux agriculteurs sur la qualité agro-environnementale du sol de la zone : pH, texture, teneurs en matières organiques, éléments nutritifs et polluants inorganiques persistants (car les activités passées peuvent être à l'origine de contaminations). Il s’agira aussi d’établir un plan de paysage dans la poursuite des actions déjà engagées pour conjointement maintenir l’activité productive du maraîchage tout en préservant et améliorant la valeur biologique et paysagère de ce site. Ce projet de paysage hybride devra être partagé par tous les acteurs de cet espace, intégrer la multifonctionnalité et répondre aux diverses demandes de la société civile sur les services adossés à une agriculture durable et incarnant un projet local de développement de territoire : espaces « ouverts » de pleine nature, cheminements et loisirs agricoles (dégustation...), support d'une trame écologique verte et bleue...

13La voie de l’alimentation durable en est un enjeu majeur et y occupe une place prépondérante comme vecteur de liens, de valeurs, de qualité environnementale et sanitaire... Ainsi les questions des débouchés et des filières locales de proximité constituent un axe structurant du projet de valorisation maraîchère des Quinze Sols : une action spécifique sera menée avec la régie municipale qui gère la cuisine municipale, équipée d’une légumerie, pour valoriser les légumes produits sur la plaine et aussi rapprocher les consommateurs des producteurs. Un tel projet ne peut réussir sans une forte sensibilisation et mobilisation des consommateurs de Blagnac qui peuvent doublement s’approprier cet espace à travers leur alimentation, mais aussi en profitant d’un espace agricole de qualité.

Zone de maraîchage professionnel urbain dite « des Quinze sols » à Blagnac

14La plaine dite « des Quinze Sols » s'étend sur 250 ha dont 135 sont cultivables (actuellement selon une répartition de 1/3 en grandes cultures et 2/3 en maraîchage). Elle tient son nom de l'après-Révolution française : on pouvait y acheter un petit terrain agricole bon marché (Quinze sols) dans un souci de redistribution des terres. Ces champs étaient alors considérés comme assez fertiles, car situés en bordure de la Garonne, sur la zone d'inondation. Depuis le XIXe siècle, ils ont été le théâtre de différents types d'agriculture (vignes, maraîchage et cultures céréalières). Par ailleurs, des années 1965 à 1979, une décharge a accueilli les ordures ménagères des environs sur une partie du site. Une gravière est également présente en bordure du fleuve, une partie a été réhabilitée, et un lac a été aménagé pour les promeneurs. Ce site multifonction présente une grande diversité d’activités anthropiques (présentes et passées) susceptibles de modifier la qualité des sols (Association Blagnac, 2014) : (i) zone de maraichage (salades, choux, carottes, etc., produits sur plusieurs hectares et commercialisés) ; (ii) décharge d'ordures ménagères ; (iii) carrière d’extraction de graviers réaménagée pour partie aujourd'hui en lac et parc de loisir (forte fréquentation par des promeneurs, écoliers en sortie pédagogique, etc.) ; (iv) jardins collectifs ; (v) site de ball-trap.

15La plaine des Quinze sols est l’une des dernières zones maraîchères de la métropole toulousaine. Ces exploitations livrent 80 % de leur production sur le marché de gros de Toulouse (Marché d’intérêt national, M.I.N.), sauf une exploitation biologique de réinsertion (Arche en pays Toulousain) qui a développé la commercialisation en vente directe en particulier à Blagnac (marché, cantine collective, etc.). Cet espace encore préservé qui borde des jardins familiaux et une ripisylve est un lieu privilégié et unique sur une commune densément peuplée et dans une métropole vouée à grandir rapidement. La Figure 1 présente une vue aérienne de cette zone des Quinze Sols. Cet espace de maraichage a été préservé grâce à une volonté communale qui s’accompagne d’une stratégie d’acquisition foncière. Mais, son avenir n’est pas encore assuré. Un des signes avant-coureurs de cette fragilisation étant la mutation observée depuis plusieurs années vers la production céréalière qui aujourd'hui représente environ 25 % de la surface agricole du site. Une autre caractéristique de la zone de maraichage professionnel est l'âge relativement élevé des exploitants (60 ans pour la majorité) et l’absence de projet de transmission. Des interviews individuelles des agriculteurs et réunions d’échanges sur le sujet de la qualité des sols et de l’accompagnement au changement de pratiques sont réalisées en collaboration avec l’association Erables 31 (4 par an). Le Tableau 1 présente les exploitations en maraichage de cette zone (18 temps plein en pleine saison).

Figure 1a. Vue aérienne de la zone des Quinze Sols. Emplacement des analyses de terrain (profils de sol et mesures des teneurs en éléments par spectroscopie de fluorescence X) en fonction du découpage en différentes activités réalisées sur la Zone des Quinze Sols.

Figure 1a. Vue aérienne de la zone des Quinze Sols. Emplacement des analyses de terrain (profils de sol et mesures des teneurs en éléments par spectroscopie de fluorescence X) en fonction du découpage en différentes activités réalisées sur la Zone des Quinze Sols.

Source : d'après la base de données Basias GéoRisques, mai 2017.

Figure 1 b. Vue aérienne de la zone des Quinze Sols. Photographie aérienne des jardins familiaux et de la zone de maraîchage professionnelle.

Figure 1 b. Vue aérienne de la zone des Quinze Sols. Photographie aérienne des jardins familiaux et de la zone de maraîchage professionnelle.

Tableau 1. Exploitations agricoles et association des jardins collectifs de la zone des Quinze Sols de Blagnac (31).

Usage du sol et exploitant

Taille de l’exploitation

Cultures

Pratique d’agriculture

Spécificités

Maraichage

- M. Caterina J.

Environ 10 ha

Choux, salades,

Environ 60 tonnes/an

Conventionnelle

Environ 1,5 tonnes de MO /ha.an.

Maraichage

En cours d’installation sur la zone ; déjà producteur à Montaigut/Save.

- M. Moya B.

1,6 ha, parcelle en commodat avec la mairie de Blagnac.

Souhaite cultiver des légumes variés de saison et des légumes d’hiver.

Biologique

Demande d’accès à l’eau (ASA), actuellement refusée.

Pompage dans le puit qui est sur la parcelle.

Parcelle de M. Cassajus : ce futur producteur va s’installer durant l’hiver 2017-2018. Selon les observations de terrain, du maïs était précédemment cultivé (2016).

En cours de négociation

Encore salarié et travail toute la semaine. Il a installé son camion pour habiter sur place.

Maraichage

Association Arche en pays Toulousain

- M. Bertolin G.

1,5 ha

Salades, choux, fèves… Légumes variés de saison

Biologique

Couverts végétaux, engrais verts.

Animation, insertion professionnelle de personne avec un handicap

Maraichage

- M. Taleb A.

Ch. des Clauzures,

31 700 Blagnac.

16 ha (dont 4 ha acquis auprès de la mairie)

Salades de nombreuses variétés différentes.

Raisonnée

Environ 1,5 tonnes MO /ha et par an.

Intéressé pour une conversion AB d’une partie de sa surface.

Maraichage

- Mme Panozzo MC.,

M. Lacoste B.

Ch. du Tiers État,

31 700 Blagnac

8 ha en tout

choux, poireaux, carottes

Conventionnelle

Ancien producteur de la « carotte de Blagnac »

Association des jardins familiaux

Environ 1 ha

Cultures alimentaires et décoratives très variées.

Biologique

Des jardins très bien entretenus et productifs.

16Des jardins familiaux gérés par la Fédération Midi-Pyrénées des Jardins familiaux, avec une antenne blagnacaise, sont présents depuis environ 10 ans sur la zone (Jammet, 2006). C'est la société Air France qui, au moment de quitter la zone de Montaudran à Toulouse (où plusieurs employés exploitaient des parcelles) pour Blagnac, avait souhaité (par l'intermédiaire du comité d'entreprise) retrouver des jardins familiaux, en bordure de Garonne. Depuis, Air France a déménagé et les jardins n'étaient plus d'actualité… Jusqu'à ce que l'idée soit reprise par l’adjoint chargé de l'environnement, sur la zone des Quinze Sols, à hauteur du Chemin des Maraîchers. Soixante-dix lopins de 150 m2 ont été délimités et la mairie a financé les aménagements, les locataires en habitat collectif sont accueillis et une certaine mixité sociale est créée. L'arrosage est assuré par un linéaire à partir de la Garonne (et non par un puits dans la nappe phréatique). Un stationnement a été conçu à proximité des jardins de l’association « Blagnac jardine » en respectant des critères environnementaux : le stationnement n'est pas goudronné, mais recouvert d'un revêtement stabilisé afin de permettre l'évacuation des eaux de pluie, le cadre champêtre des lieux préserve la tranquillité des riverains. L'avenue Jules Michelet ainsi que la rue Théophile Gauthier ont été revues (la chaussée) et divers raccordements (le pluvial) ont été effectués. Des canalisations de récupération des eaux de pluie dirigées vers les vannes de protection en cas de crue et vers la Garonne ont été aménagées pour contribuer à une meilleure protection de la zone contre les risques d'inondation et des lampadaires photovoltaïques sont prévus.

Mesures de terrain

17Profil pédologique : Un profil pédologique type a été réalisé dans un champ agricole de l'association de l'Arche (Figure 1), et sera utilisé comme profil général de la zone. Un second profil a été mis en œuvre au niveau des jardins partagés, car le sol y a été fortement remanié. Les différents paramètres morphologiques (couleur, texture, structure, épaisseur, effervescence à HCl) des horizons du sol ont été étudiés en fonction de la profondeur, après extraction à la tarière Edelman. La succession des horizons et l'environnement local permettent ensuite de déterminer le nom du sol dans le référentiel pédologique (RP) français (AFES, 2008).

18Spectrométrie de fluorescence des rayons X : Les concentrations en éléments majeurs et en traces ont été mesurées par spectrométrie de fluorescence à X (SFX) à l’aide d’un appareil portatif Titan S1 de Bruker® sur les différentes zones d'activités (parcelles agricoles et jardins partagés cultivés, parc et ancienne décharge) afin d’établir une première cartographie des données de concentrations des divers éléments et mieux définir nos lieux de prélèvements réalisés par la suite (Figure 1). Différents éléments inorganiques polluants (Pb, Cu, Zn, Ni, As, Ag et Ba) et fertilisants des cultures (P2O5 et K2O) ont été ciblés. Les concentrations sont ensuite comparées entre elles (analyse relative) ainsi qu’à des valeurs de référence (de la région et du même type de sol) afin d’évaluer la qualité des sols sur des aspects fertilité et contamination des sols. Des cartes ont ensuite été réalisées via un système d’information géographique SIG avec le logiciel de modélisation numérique de terrain Qgis®.

19Tests agronomiques simples : Sur 3 parcelles (Arche en pays Toulousain, projet arboriculture de la ville et parcelle de M. Cassajus), une analyse visuelle du sol et selon les principes de la méthode Hérody (2000) qui promeut l’autonomie de l’agriculteur dans la perception de l’état de son sol a été effectuée. La méthode vise à comprendre le fonctionnement du sol, pour agir favorablement sur son évolution en adaptant les techniques culturales (chaulage, fertilisation, travail du sol) en tenant compte de la circulation de l'eau dans la parcelle. Selon Siron (Chambre d’agriculture de la Mayenne, 2004), l'association des constituants organiques et minéraux actifs du sol est réalisée par des liens minéraux (Fe et métaux alcalino-terreux : Ca, Mg). Cette association dénommée « complexe organo-minéral », est constituée par les complexes argilo et limono-humique, où les limons fins ont une certaine capacité de fixation grâce au fer amorphe qui forme des « spots de colle » à la surface des particules de limon. La liaison entre la matière organique et l'argile se fait grâce à la présence de fer, stabilisé par le calcium et le magnésium.

20Prélèvements de sols : Des prélèvements ont été réalisés pour les sols dont les usages (passés et présents) sont très différents. Les sols cultivés (exploitations agricoles et plusieurs jardins de l’association des jardins collectifs) ainsi que ceux de l’ancienne décharge ont été échantillonnés. Les deux parcelles de l’exploitation de l'Arche en pays Toulousain cultivées en AB (conversion en 2014), une parcelle cultivée en salades de l'EARL du Casac et un champ labouré de Caterina J., maraicher professionnel à Blagnac, ont été étudiées. Pour chaque point, deux prélèvements ont été réalisés, un premier dans les 20 premiers centimètres du sol (sol de surface), puis un second correspondant à l’horizon 20-40cm. La Figure 2 présente la localisation de ces différents échantillonnages.

Figure 2. Emplacement des prélèvements de sols réalisés en fonction du découpage en diverses activités.

Figure 2. Emplacement des prélèvements de sols réalisés en fonction du découpage en diverses activités.

Source : d’après le schéma directeur d’aménagement agro-paysager, 2017.

Evaluation des propriétés physico-chimiques des sols en laboratoire

21Mesure du pH : Le pH de la solution de sol (pHeau) influence la solubilité et la réactivité des éléments, leur lessivage et phytodisponibilité (Mathieu et Pieltain, 2003 ; Ström et al, 2005). Il a été mesuré à l'aide d'une électrode (Eutech instruments 5+) dans une solution de sol reconstituée par un rapport sol/eau distillée de 1/5 et agitée pendant deux heures à 350 tours/minute, après décantation.

22Capacité d’échange cationique (CEC) : La CEC correspond à la capacité maximale de cations qu'un sol peut fixer sur son complexe argilo-humique à un pH donné, exprimée en centimoles de charges positives par kg de sol sec. Elle permet d’avoir une approche de la fertilité d’un sol. La CEC a été déterminée par dosage colorimétrique en utilisant une solution de cobaltihexamine à 0,017 mol L-1 mélangée à 1 g de sol. Après agitation 120 minutes à 350 tours/minutes, puis 1 h de décantation, le surnageant prélevé et filtré à 0,22 µm à l'aide d'une seringue. Le filtrat est analysé par spectrophotométrie (Carry 500 Scan®) à 475 nm.

23Teneurs en carbone total (Ctot) et organique (Corg) : Le taux de carbone organique est souvent utilisé dans les études de fertilité afin d'évaluer le stock de ressources organiques présentes (Baize, 1988). Les mesures ont été effectuées grâce à un analyseur Carbone/Azote EMIA-320V de Horiba® sur 0,4 g de sol. La validation des analyses est passée par l’analyse de blancs et de matériaux de référence certifiés (CRM Cast Iron NCS HC 16024).

24Biodisponibilité des éléments dans les sols : Après estimation des teneurs totales en éléments par les mesures sur site en SFX, les fractions phytodisponibles ont été évaluées pour certains échantillons judicieusement choisis. En effet, la concentration totale des polluants permet de vérifier qu'ils ne dépassent pas les valeurs de référence du fond géochimique local (Darmendrail et al., 2000) ou de gestion sanitaire (Mathieu et al., 2008), mais ne permet toutefois pas de déduire leur phytodisponibilité (Cajuste et Laird, 2001). C’est pourquoi des extractions chimiques sont couramment utilisées pour évaluer la phytodisponibilité ou la compartimentation des éléments du sol, les solutions miment en effet l'action des plantes sur le sol rhizosphérique ou extraits des constituants ciblés du sol (Takeda et al, 2006 ; Meers et al, 2007). L’extraction chimique au CaCl2 (0,1 mol L-1 ; 10 mL de solution sont ajoutés à 1 g de sol) permet une approximation de la fraction phytodisponible des éléments des sols (solubles et échangeables sur le complexe argilo-humique) (Takeda et al, 2006, Meers et al., 2007). Après 2 h d’agitation à 100 oscillations par minute, la solution est centrifugée 5 minutes à une vitesse de 9000 tours par minute. Le surnageant est alors filtré à 0,45 µm et acidifié à 2 % de son poids : 2,5 µL d'HNO3 15N ont été ajoutés à chaque échantillon (Takeda et al, 2006). Les échantillons sont stockés à 4 °C et à l'abri de la lumière avant leur analyse. L'extraction chimique au citrate d’ammonium (1M) permet d’estimer la fraction des éléments complexée par la matière organique des sols (ligands organiques). Le citrate joue un rôle de complexant, créant en solution des composés chélatés (d’hydroxyphosphate ferrique). Le citrate est de plus un acide organique excrété dans la rhizosphère de certaines plantes en milieu carbonaté afin de pouvoir extraire des éléments du sol (Lipton et al., 1987). Les éléments ainsi ciblés sont : le fer, le phosphore, le potassium, et le manganèse (Labanovski et al., 2008). L'agitation dure 6 h à 300 tours par minute, puis 0,5 mL de surnageant est filtré. Ce protocole doit être réalisé peu de temps avant l'analyse pour éviter toute évolution de la solution. Les solutions d’extraction ont ensuite été analysées par spectrométrie de masse à plasma à couplage inductif (ICP-MS) afin de déterminer les concentrations biodisponibles pour les éléments d’intérêt (Ag, As, Cd, Cu K, Na, Ni, P, Pb et Zn), après dilution dans HNO3 0,37N. Les analyses ont été réalisées en triplicat. L’étude des blancs analytiques et des matériels certifiés permet d’assurer un contrôle qualité de nos mesures. Des rendements compris entre 85 et 100 % selon les éléments ont été obtenus en comparaison avec les géo-standards utilisés. Les limites de détection et de quantification ont également été déterminées.

Indicateurs calculés de fertilité des sols

25Comme les sols sont des écosystèmes naturels complexes très hétérogènes et réactifs, de grandes typologies ont été définies à partir de critères définis par les scientifiques (renseignés par enquête, mesurés, estimés, observés et/ou calculés), afin d’éviter la gestion au cas par cas, et aussi de prévoir leur réactivité. Ceci est illustré par la Figure 3 qui regroupe les principaux points à questionner pour la mise en œuvre d’une fertilisation raisonnée des sols : exigence de la culture, objectifs de rendement, richesse relative mesurée du sol en éléments chimiques, caractéristiques physico-chimiques du sol, quantités exportées à la récolte, passé de fertilisation et pratiques agricoles. Dans le contexte urbain de la zone des Quinze sols, promouvoir des pratiques agricoles sobres en intrants chimiques et eau (dématérialisation) et favorisant la gestion des déchets organiques produits dans la zone et aux abords est un enjeu crucial en termes de durabilité. Or, les matières organiques des sols (MOS) ont des rôles importants sur la fertilité des sols : forte capacité de fixation des éléments chimiques en lien avec la CEC, avec des conséquences sur la disponibilité des nutriments et polluants (Quenea et al., 2009) ; amélioration de la structure et vie biologique du sol (Leveque et al., 2015) en lien avec les effets d’engrais et amendements des MOS, avec des conséquences sur la réduction de croûte de battance et d’érosion ; (iii) amélioration de la rétention en eau du sol (Mombo et al., 2018).

Figure 3. Points à questionner pour la mise en œuvre d’une fertilisation raisonnée des sols : enquêtes auprès des agriculteurs, analyses de terrain et mesures au laboratoire.

Figure 3. Points à questionner pour la mise en œuvre d’une fertilisation raisonnée des sols : enquêtes auprès des agriculteurs, analyses de terrain et mesures au laboratoire.

26Le bilan humique permet d’évaluer l’impact des systèmes de culture et des pratiques agricoles (gestion des amendements organiques, résidus de culture, engrais verts, etc.) sur l’évolution dans le temps du stock de carbone organique du sol. Il consiste à comparer pour le sol étudié, sur une période donnée correspondant en général à la rotation, les « entrées » (humification dans le sol des matières organiques apportées ou restituées) et les « sorties » d’humus (minéralisation réalisée par les microorganismes du sol, particulièrement efficaces lorsque les conditions de pH, humidité, température et aération du sol sont propices). Différents modèles sont disponibles pour réaliser le bilan humique d’un sol, les paramètres d’entrée indispensables sont les quantités et nature des MOS et la connaissance de constantes empiriques d’humification et minéralisation des MOS.

27Le phénomène de battance est caractérisé par la destruction des agrégats en surface de certains sols, sous l’impact des gouttes de pluie. Si la texture du sol est fragile, un éclatement des agrégats se produit lors des précipitations, avec détachement de la surface de ces agrégats des particules de terre fine enrichies en nutriments et polluants, suivie de la formation d’une croûte superficielle qui réduit la pénétration d’eau dans le sol et favorise en conséquence le ruissellement et l’érosion (Le Bissonnais et Le Souder, 1995 ; Schvartz et al., 2005). Comme explicité juste après, à partir des résultats de l’analyse de sol, un indice dit « indice de battance » (IB) peut être calculé afin de caractériser la sensibilité d’un sol étudié vis-à-vis de ce phénomène de battance (Rémy et Marin-Laflèche, 1974).

28avec C = 0 si pH < 7 et C = 0,2×(pH – 7) si pH > 7, limons fins = Lf et limons grossiers = Lg

29et pour interprétation : IB > 2 très battant ; IB = 1,8 –2 battant ; IB = 1,6 –1,8 assez battant ; IB = 1,4 – 1,6 peu battant ; IB < 1,4 non battant.

30Pour un sol de texture donnée, l’IB diminue lorsque la teneur en matière organique de la couche de sol travaillée augmente. Or, l’adoption de techniques sans labour et/ou le maintien des résidus de cultures en surface conduisent à un enrichissement relatif de la couche superficielle du sol en MOS et peuvent ainsi contribuer à limiter la sensibilité du sol à la battance.

Résultats et discussion

Typologie des parcelles : description morphologique et physico-chimique des sols

31Facteurs de pédogénèse identifiés : La ville de Blagnac possède un climat tempéré, la pluviométrie y est relativement élevée (>700 mm par an) et les températures restent clémentes, car l'altitude est faible. Le relief est en effet peu prononcé dans cette région qui se situe dans un grand bassin sédimentaire au nord des Pyrénées. La zone des Quinze Sols étant située dans la plaine d'inondation de la Garonne, les sols s’y développent sur des alluvions limoneux : ceux du lit principal pour les zones du parc et de l'ancienne décharge ; des alluvions quaternaires pour les champs cultivés. La Garonne et le ruisseau du Riou apportent également des dépôts sédimentaires qui rajeunissent régulièrement les horizons du sol.

32Étude morphologique des sols : le solum étudié est décrit sur la Figure 4, il s’agit d’un fluviosol carbonaté d’après la classification du Référentiel Pédologique français (AFES, 2008). La majorité des sols observés présente une texture très limoneuse (de l’ordre de 80 % environ) avec peu de MOS : entre 0,5 % pour une exploitation en agriculture conventionnelle et 1,8 % pour l’exploitation de l’Arche, en agriculture biologique (AB) depuis 2014. Les horizons les plus profonds (J) montrent les signes d’un rajeunissement constant du fait des dépôts alluviaux. Par ailleurs, cette zone de maraichage étant régulièrement labourée, l’horizon de surface est mélangé et aéré, il s’agit d’un horizon organo-minéral labouré (L). Ce facteur anthropique est encore plus marqué pour les sols très remaniés des jardins (régulièrement labourés) : anthroposols remaniés d’après le Référentiel Pédologique français (AFES, 2008), ils contiennent des teneurs en argiles plus élevées (20-35 %, d’après le test dit « du boudin »).

Figure 4. Profil du sol étudié décrit sur le champ de l'Arche en pays Toulousain.

Figure 4. Profil du sol étudié décrit sur le champ de l'Arche en pays Toulousain.

33Caractérisation bio-physico-chimique des sols : Comme cela a été suggéré par le test d’effervescence à l’HCl sur toute la profondeur du profil, les sols étudiés sont fortement carbonatés, possédant des pH basiques oscillant entre 7,8 et 8,85 (Tableau 2). De manière générale, le pH reste stable ou augmente avec la profondeur : du fait de la proximité de la roche mère carbonatée à partir de laquelle ces sols se développent et sont par ailleurs constamment remaniés par les crues et les dépôts alluvionnaires, mais aussi par l’activité anthropique. Pour la parcelle de l’Arche (AB), une forte effervescence à HCl a été observée pour le sol de surface de couleur brun/noir sans odeur particulière, qui présente une structure grumeleuse et une texture moyennement collante. La vie du sol et l’enracinement sont très bons. Sur les 20 premiers centimètres, une texture plutôt sablo-limono-argileuse est observée puis le sable s’estompe. Une zone indurée a été mise en évidence à 0,7 m de profondeur (avec une tige en métal de 1m de longueur) sans doute une semelle de « labour » induite par des pratiques culturales anciennes. Pour la parcelle de M. Cassajus, précédemment cultivée en maïs (2016), l’installation d’un nouveau maraicher est prévue durant l’hiver 2017-2018, le sol de couleur marron claire, carbonaté (bonne effervescente observée) est aussi plus argileux, meuble et relativement profond. Pour la parcelle à côté du site de Balltrap, en friche depuis quelques années (observations de petits arbres colonisant et refermant le milieu), un projet d’implantation de verger est prévu. Cette parcelle est caractérisée par un sol brun avec une odeur de renfermé, sablo-limoneux avec un peu d’argiles, carbonaté, à structure grumeleuse friable. C’est un sol peu tassé. Cette parcelle pauvre en argiles et localisée à basse altitude ne présente donc pas toutes les caractéristiques propices à l’implantation d’un verger.

Tableau 2. Propriétés physico-chimiques (pH, CEC et teneur en carbone organique) des sols classés par horizon et par origine, de la zone des Quinze Sols (Blagnac).

Propriété du sol

pH

CEC (cmol+ kg-1)

Carbone Organique (g kg-1)

Point de prélèvement

Horizon A

Horizon J

Horizon A

Horizon J

Horizon A

Horizon J

Sols agricoles de L'Arche

P1

8,4

8,7 (J1) et (J2)

10,9

9,3 (J1)

et 8,3 (J2)

18,1

8,25 (J1)

et 6 (J2)

P2

8,5

8,7

9,6

7,9

7,9

3,4

P3

8,7

8,8

8,1

8,3

5,9

4,1

P4

7,8

8,7

12,6

11,7

15,5

6,5

P5

7,9

8,3

11,8

12,1

14,6

8,6

Culture de salades

P12

8,8

8,8

10,7

10,7

6,0

4,0

P14

8,1

8,6

8,6

8,5

5,1

5,0

P15

8,8

8,9

ND

9,2

6,7

6,2

P16

8,8

8,8

10,4

9,5

7,0

6,0

Agriculture conventionnelle

P17

8,7

8,5

8,7

9,0

7,0

3,7

P18

8,4

8,7

9,5

10,6

7,0

5,9

P19

8,7

8,8

9,7

10,0

5,8

3,6

Jardins collectifs

P20

8,7

8,7

11,2

10,3

8,1

4,8

P21

8,5

8,7

11,5

11,0

13,0

4,1

Sols de la Décharge

P6

8,2

8,6

12,3

13,0

14,4

12,4

P7

8,7

8,7

14,4

10,4

12,1

9,2

P8

8,3

8,8

17,2

6,4

15,6

3,4

Sols de l'aire de jeux

P10

8,2

8,5

14,8

10,6

14,3

6,5

P11

8,4

8,9

11,8

8,7

10,2

6,3

ND : non déterminé.

Les valeurs minimum et maximum sont mises en évidence pour les deux horizons de sol (A et J).

34La CEC des sols étudiés est relativement faible, de l’ordre de 10 cmol kg-1. Elle est en effet généralement comprise entre 10 et 60 cmol kg-1 en moyenne dans les sols français (Baize, 1988). Dans les sols du parc, le CEC diminue avec la profondeur (sauf pour P6). En revanche, dans les sols cultivés, cette diminution est moins marquée. La teneur en argile est relativement stable sur la zone (exception des jardins), les variations de CEC sont essentiellement attribuées aux variations des teneurs en matières organiques. Généralement, les teneurs en Corg mesurées (et donc en MOS) sont relativement faibles par rapport aux taux moyens mondiaux (Gis Sol, 2011), mais du même ordre de grandeur que la teneur moyenne (6.4 ± 4.4) mg de carbone par kg de sol indiquée pour l'horizon de surface des sols du canton de Blagnac par le programme GEOSOL. Cependant, les sols non cultivés présentent des valeurs significativement plus élevées en carbone (végétation spontanée et permanente), exemple de la parcelle « peupliers » de l'Arche conduite en AB, pour laquelle 15 tonnes/hectare de compost de déchet vert ont été apportés en mars 2016, avec une seule culture par an pour éviter « la fatigue sol » et l’utilisation de plantes engrais vert ; et deux sols des jardins partagés (apports fréquents de matières organiques). Les sols cultivés de l'EARL du Casac et M. Catérina avec travail du sol, contiennent des taux de MOS inférieurs dans leur horizon de surface par rapport aux autres sols (parc, forêt et Arche). Ces champs possèdent également une plus faible diminution entre l'horizon de surface et celui juste sous-jacent. L’appauvrissement en MOS des sols agricoles menés en technique conventionnelle, s’explique par l’export des récoltes, l’absence de couvert végétal, et le labour important sur certaines parcelles favorisant la minéralisation rapide des matières organiques par les microorganismes du sol (Archambaud et Thomas, 2015) (Figure 3). À noter qu’un temps de conversion (24 mois) est nécessaire pour obtenir le label AB : il permet en effet la biodégradation des éventuels résidus de pesticides présents dans les sols (Agence Bio, 2017). Le prélèvement P21 des jardins partagés présente une teneur en MOS relativement élevée, par rapport aux sols cultivés en conventionnel. Ceci s’explique par des apports réguliers de composts (d’après les interviews d’employés municipaux). En valeur absolue, la teneur en MOS du sol P21 reste faible. Une hypothèse proposée par les jardiniers est l’excavation des sols de surface pour créer la digue, induisant in fine une concentration relativement faible en MOS dans les sols de jardins.

Interprétation de l’état des milieux (IEM)

35Une seconde étape du projet de recherche est l’interprétation de l’état des milieux (IEM), dont l’objectif est de vérifier l’adéquation entre les caractéristiques des parcelles et leurs usages.

36Qualité agronomique de la zone des Quinze Sols : Les concentrations totales en éléments nutritifs majeurs (P, K) en surface sont différentes dans les parties cultivées et du parc (Figure 5).

Figure 5. Variation spatiale des concentrations totales en P2O5 et K2O (en mg kg-1) mesurées par spectrométrie de fluorescence X.

Figure 5. Variation spatiale des concentrations totales en P2O5 et K2O (en mg kg-1) mesurées par spectrométrie de fluorescence X.

37On observe en particulier sur la zone de l'Arche que les teneurs en P2O5 et K2O sont supérieures au reste de la zone, en relation avec les pratiques d’AB, et la mise en place de couverts végétaux telle la phacélie (plante engrais vert). Les indices de battance calculés (à partir des valeurs mesurées de pH, C organique et des pourcentages estimés de limons et argiles) sont compris entre 1,66 (si % MO = 3,1) et 3,5 (si % MO = 0,86), ils mettent donc en évidence la sensibilité des sols de la zone à la battance. Une teneur en MO d’environ 3,5 % permettrait d’éviter la formation de croûte de battance en surface des sols de la zone et donc de réduire les transferts non souhaités des nutriments et éventuels polluants : ceci est un point clef de la gestion différenciée des parcelles (certaines en AB et d’autres en agriculture conventionnelle). Les fractions phytodisponibles (après extraction au citrate et CaCl2) des nutriments sont faibles dans les sols de notre étude : seulement 5,6 ± 1,4 % du phosphore et 2,0 ± 0,7 % du potassium ont été extraits par le citrate d’ammonium en moyenne. Par ailleurs, ces fractions diminuent avec la profondeur (Figure 6).

Figure 6a. Teneurs en phosphore (P) phytodisponible dans le sol (ppb) et obtenues grâce à l'extraction chimique au citrate d’ammonium.

Figure 6a. Teneurs en phosphore (P) phytodisponible dans le sol (ppb) et obtenues grâce à l'extraction chimique au citrate d’ammonium.

Figure 6 b. Teneurs en potassium (K) phytodisponible dans le sol (en ppb), obtenues grâce à l'extraction chimique au citrate d’ammonium.

Figure 6 b. Teneurs en potassium (K) phytodisponible dans le sol (en ppb), obtenues grâce à l'extraction chimique au citrate d’ammonium.

38Le phosphore phytodisponible est tout de même plus élevé sous les cultures de salades, et dans une moindre mesure dans les champs de M. Catérina (respectivement P12 à P16 et P17 à P19). Les champs de l'Arche conservent une variabilité plus forte selon les prélèvements ainsi qu'un plus grand écart entre les teneurs en surface et profondeur (P1 à P5), ceci peut s’expliquer par la biodiversité végétale importante qui crée des modifications du sol par des réactions rhizosphériques (exsudats organiques, modifications de pH et potentiel redox, etc.) et une vie biologique du sol stimulée par les pratiques agro-écologiques développées depuis plusieurs années avec le passage en AB. En effet, la minéralisation des matières organiques dépend directement de l’activité biologique du sol (microorganismes, vers de terre, etc.) et donc en particulier des pratiques agricoles (par exemple le travail du sol en cassant les agrégats accélère ce phénomène en augmentant l’accessibilité des MOS aux microorganismes) et de l’ambiance globale du sol : pH, température, humidité, disponibilité des nutriments et des éventuels polluants qui induisent de l’écotoxicité (Quenea et al., 2009 ; Foucault et al., 2013). Des pratiques respectueuses de l’activité biologique du sol, telles que : le travail superficiel du sol, un labour raisonné, l’implantation de couverts végétaux (qui stabilisent le sol et améliorent sa fertilité globale dans le cas de plantes engrais verts) et l’absence de substances chimiques (éco)toxiques, participent donc directement à la santé du sol et aux services écosystémiques qui en découlent. Les teneurs mesurées au niveau du parc ainsi que dans les jardins partagés sont globalement plus faibles que celles des sols sous forêt (P7 et P8), sauf pour les horizons de surface. Les tendances concernant les teneurs en potassium phytodisponible dans les sols suivent globalement celles du phosphore. Qualité environnementale de la zone des Quinze Sols : Les teneurs en éléments traces métalliques (ETM), permettant d'évaluer l'impact des différentes activités passées et présentes sur la qualité environnementale des sols, sont comparées aux valeurs des normes françaises (norme AFNOR) qui n'existent cependant que pour certains métaux. Le programme de recherche ASPITET (Baize, 1997) a été lancé dans le but de fournir des références sur les teneurs totales en éléments traces métalliques dans les sols français, et après une étude statistique propose des seuils d'investigation afin de détecter d'éventuelles anomalies géochimiques (Baize, 1997). Les teneurs totales en cadmium, cuivre et nickel ne sont pas détaillées ici, car elles sont inférieures au fond géochimique de la région, ou à la limite de détection de l’appareil sur l’ensemble de la zone. On s’intéresse par contre aux éléments chimiques : Ag, As, Pb et Zn pour lesquels de faibles pollutions ont été détectées. L'argent (Ag), naturellement présent dans les sols à des concentrations généralement de l’ordre de 0,02 à 1 ppm (Purcell et Peters, 1998) a montré des valeurs estimées (par SFX) relativement élevées sur la zone des Quinze sols (avec cependant une forte incertitude) : 240 ppm d'argent comme valeur maximale (Figure 7). L’origine de cet élément serait imputable à d’anciens dépôts d’ordures ménagères (Purcell et Peters, 1998). Selon L’US-EPA, l’argent n’a pas d’impact cancérigène ou mutagène connu ; une limite journalière maximale d’ingestion de 350 microgrammes d’argent (personne de 70kg), qui prend en compte l’hypothèse d’une consommation quotidienne sur une durée de 70 ans, est fixée. Par ailleurs, selon Kabata-Pendias et Mukherjee (2007) un impact écotoxique est observable sur des vers de terre pour une concentration de 62 ppm d'argent dans le sol. Le pH basique des sols limite la biodisponibilité de l’argent, cependant par principe de précaution cet élément pourrait être mesuré dans les végétaux produits sur la zone afin de calculer la masse de végétaux et/ou sol (ingestion involontaire) à ingérer par jour pour atteindre la quantité seuil de 350 microgrammes d’argent.

Figure 7a. Variation spatiale des concentrations en argent (Ag) dans l’horizon de surface des sols (mg kg-1).

Figure 7a. Variation spatiale des concentrations en argent (Ag) dans l’horizon de surface des sols (mg kg-1).

Figure 7 b. Concentrations en Pb et Zn (en mg kg-1) obtenues par spectrométrie de fluorescence X.

Figure 7 b. Concentrations en Pb et Zn (en mg kg-1) obtenues par spectrométrie de fluorescence X.

39L’arsenic (As) est couramment présent dans les sols à l’échelle globale, généralement entre 0,1 et 30 mg kg-1 dans les sols des régions tempérées (Kabata-Pendias et Mukherjee, 2007). Les teneurs en arsenic mesurées sont globalement comprises dans cette gamme et atteignent au maximum 60 ± 20 mg kg-1 (Annexe 1), avec une variation spatiale très hétérogène. On peut cependant noter que les concentrations en As diminuent avec la profondeur (sauf pour les sols des jardins partagés), ceci pourrait être expliqué par des apports atmosphériques urbains diffus ou par l'application de pesticides et engrais agricoles. L’arsenic est toxique même à faible dose, cependant le transfert sol-plante étant souvent limité, cet élément n’est pas obligatoirement mesuré dans les végétaux commercialisés (selon le règlement européen CE-1881/2006) contrairement au plomb, cadmium et mercure.

40La teneur maximale en plomb (Pb) estimée par SFX est 116 ± 34 ppm, donc supérieure au fond géochimique naturel local de l’ordre de 50 ppm. La distribution spatiale des concentrations en Pb estimées, indique que cette faible pollution en plomb est localisée dans la zone de loisir au Nord-Ouest de la carte (Figure 7). Le plomb est connu pour sa toxicité (HCSP, 2014), cependant le seuil d’intervention fixé pour éviter un impact sanitaire est de 300 ppm valeur bien plus élevée que celles observées sur la zone. Un pH basique et la présence de MOS réduisent la phyto-disponibilité du plomb, c’est pourquoi accroitre la teneur en MOS des sols limitera in fine la possible exposition humaine au plomb (élément toxique même à faible dose) en réduisant les transferts dans la zone. Par ailleurs, la teneur en MOS favorise l’implantation d’un couvert végétal en dehors des périodes de production (sol au repos) ce qui réduit les transferts de sol entre les parcelles et vers les eaux de la zone.

41Les concentrations en zinc (Zn) détectées dans les zones cultivées ainsi qu'au niveau de l'ancienne décharge restent acceptables (<100 ppm). En effet, la norme AFNOR propose une concentration limite de 300 ppm et le programme ASPITET suggère de fixer le seuil d'investigation à 150 ppm. Toutefois la concentration en Zn augmente progressivement vers le nord-ouest de la zone et à l'approche de la ville de Beauzelle. Le zinc anthropique trouve souvent son origine dans les sites industriels ainsi que dans l'épandage de boues ou de la proximité d'aires urbaines : trafic routier, toitures et zingueries et usure pneumatique (Baize, 1997).

42Par ailleurs, les fractions phytodisponibles des ETM (Figure 8 et Annexe 2) présentent des efficacités plus élevées avec l’extraction au citrate en comparaison avec le sel de CaCl2, suggérant ainsi que les éléments sont ici particulièrement complexés par la matière organique. Cette observation est souvent réalisée dans les sols calcaires, car le Ca augmente la stabilité du complexe argilo-humique via la formation de ponts cationiques (Gupta et al., 1984). Les fractions en éléments traces phytodisponibles sont faibles (valeurs moyennes ± écart type), en lien avec le pH basique du sol qui réduit la solubilité des éléments : 1 ± 0,7 % (plomb), 0,2 ± 0,2 % (zinc), 3,3 ± 1,1 % (cuivre), 1,9 ± 0,7 % (arsenic) et 1,1 ± 0,6 (nickel). Pour le Zn, élément relativement soluble dans la solution du sol, les teneurs phytodisponibles extraites par le CaCl2 sont assez variables, et ne sont pas significativement plus élevées dans le parc même si on y retrouve de fortes concentrations (P7 et P11, figure 8).

Figure 8a. Teneurs en Pb phytodisponible dans le sol (en ppb), obtenues grâce à l'extraction chimique au citrate d’ammonium.

Figure 8a. Teneurs en Pb phytodisponible dans le sol (en ppb), obtenues grâce à l'extraction chimique au citrate d’ammonium.

Figure 8 b. Teneurs en zinc phytodisponible dans le sol (en ppb), obtenues grâce à l'extraction au CaCl2

Figure 8 b. Teneurs en zinc phytodisponible dans le sol (en ppb), obtenues grâce à l'extraction au CaCl2

(ND = non déterminé)

43Métabolisme de la zone de maraichage : Finalement, une réflexion sur le métabolisme de la zone de maraichage en lien avec les cycles biogéochimiques est menée, avec un focus sur les matières organiques des sols en relation avec l’accompagnement aux changements de pratique, puisque la conversion à l’agriculture biologique est proposée aux agriculteurs du site dans le cadre du projet de recherche en cours. La forte teneur en limons des sols étudiés est une caractéristique intéressante pour l'agriculture puisqu'elle est à l'origine d'une plus grande réserve utile des sols, présentant ainsi une meilleure capacité de rétention de l’eau pour la nutrition minérale des cultures. Cependant les faibles teneurs en argiles et matières organiques induisent une CEC faible, les éléments nutritifs sont donc peu retenus sur le complexe argilo-humique et peuvent migrer en profondeur. De plus, le pH basique du sol (provenant de la lithologie du site) crée une difficulté supplémentaire pour l'extraction d'éléments nutritifs par les plantes (Ström et al., 2005 et Mathieu et Pieltain 2003). D'un point de vue agronomique, il est donc nécessaire d'amender ces sols avec des matières organiques qui favoriseront aussi la capacité d'échange cationique du sol (Gupta et al., 1984), une meilleure structure avec une réduction de la croûte de battance observée (texture limoneuse).

44Les sols maraîchers de la zone ont été amendés avec des MOS, cependant les effets sont différents selon le type d'agriculture mise en place. Les sols plus homogènes (pour lesquels le pH, la CEC et le carbone organique ne varient que peu avec la profondeur) des cultures de l'EARL du Casac, et de M. Catérina sont certainement labourés plus profondément. Ces mêmes sols contiennent peu de phosphore et de potassium total, mais plus de nutriments phytodisponibles que les autres sols (particulièrement pour le champ de l'EARL du Casac). En revanche, leur horizon de surface organo-minéral demeure pauvre en matières organiques, avec en conséquence peu d’apports à la plante d’élément nutritifs essentiels. Les sols de l'Arche en pays Toulousain (culture de pommes de terre) et des jardins partagés conservent en revanche un horizon de surface avec un pH plus faible et une teneur en matières organiques plus élevée que dans l'horizon de profondeur, ce qui est dû à des amendements organiques (de type compost, fumier, terreau…) qui, par minéralisation, libèrent des nutriments disponibles pour les plantes. Les teneurs en phosphore et potassium phytodisponibles restent cependant plus faibles dans le cas des jardins partagés en comparaison avec les parcelles de l’Arche et celles de M. Catérina (pour le P2O5 notamment). Dans ces champs, la matière organique présente en surface permet d'empêcher la migration (par lixiviation) en profondeur des nutriments. Il faut noter que les propriétés agronomiques de l'autre champ de l'Arche sont variables (P1 à P3). D'un point de vue environnemental, ces sols agricoles ne sont pas pollués en comparaison avec les valeurs du fond géochimique.

45La zone ouest du parc montre une contamination en plomb et en zinc, qui s’étend progressivement vers Beauzelle. Ces éléments sont potentiellement apportés par voie atmosphérique, et la proximité de la ville de Beauzelle pourrait être à l'origine de cette observation (trafic, activités industrielles…). Cependant, la proximité de la Garonne et ses apports fluviaux sont à considérer également, car ils pourraient être à l'origine de dépôts d’alluvions enrichis en ces éléments. De plus, la distribution de la contamination au plomb s'étend vers l'est au nord de la carte, et les teneurs en argent sont également élevées à cet endroit. Le remaniement de ces sols et l'enfouissement éventuel de matériaux (ancienne décharge) précédant la construction du parc sont également possibles. Une quantification plus systématique des divers intrants (engrais, amendements, etc.) et une meilleure connaissance des phénomènes de transferts sur la zone permettraient une gestion raisonnée de la fertilité des sols et des transferts de polluants.

Vers un accompagnement aux changements de pratiques agricoles des agriculteurs

46L’agriculture biologique (chambre d’agriculture 82, 2017, plaquette de conversion AB ; INRA, 2016) se définit par une gestion rationnelle, globale et durable des agrosystèmes dans le respect des cycles et équilibres biogéochimiques naturels et de la biodiversité en vue d'une production de qualité, respectueuse de l'environnement et de la santé des hommes. Elle repose sur les principes suivants : (i) maintien et développement de la fertilité naturelle des sols et de leur activité biologique, (ii) non recours à des produits issus de la chimie de synthèse, (iii) diversité des assolements et allongement des rotations culturales, (iv) respect des besoins et du bien-être des animaux, (v) non utilisation d'OGM (Organismes génétiquement modifiés). L'AB est encadrée pour les productions végétales et animales, pour la préparation de denrées et la fabrication d'aliments pour animaux par le règlement européen RCE - 834/2007 et son règlement d'application RCE - 889/2008. Ces textes et cahiers des charges sont consultables sur le site internet du ministère de l'Agriculture : URL : http://agriculture.gouv.fr/​Reglementation,2325. Cette forme d’agriculture fait l’objet de contrôles très rigoureux en particulier sur la qualité des intrants. Cette certification permet au producteur d'afficher la mention « produit issu de l'agriculture biologique ». La gestion des matières organiques avec l’objectif d’enrichir les sols de la zone et atteindre de l’ordre de 3,5 % de MOS permettrait une amélioration de la fertilité des sols, et une réduction des transferts de substances chimiques entre les parcelles : point crucial pour une cohabitation sereine entre des agriculteurs AB et des agriculteurs conventionnels.

47Or, les matières organiques apportées au sol ont des rôles qui sont fonction de leur nature biochimique. Ceci est illustré par la Figure 9 qui regroupe les différents types de matières organiques et leurs rôles (éliciteur, engrais ou amendement) dans les sols qu’il est indispensable d’intégrer pour un meilleur métabolisme des zones de cultures.

Figure 9. Les diverses typologies de MOS sur les critères de stabilité et leurs rôles dans les sols, pour un métabolisme optimisé des zones cultivées.

Figure 9. Les diverses typologies de MOS sur les critères de stabilité et leurs rôles dans les sols, pour un métabolisme optimisé des zones cultivées.

48La création d’une filière d’apport de matières organiques judicieusement choisies est donc un levier important pour améliorer la fertilité des sols. En effet, la nature biochimique de la matière organique apportée au sol influence sa capacité à principalement fournir des nutriments pour les plantes (par minéralisation) et donc à jouer un rôle d’engrais, ou à enrichir le sol en MO (par humification et stockage du C dans le sol sous une forme stabilisée) et donc à jouer un rôle d’amendement qui améliore la structure du sol et réduit les phénomènes de battance et d’érosion. De façon opérationnelle, chaque matière organique est caractérisée par un coefficient d’humification, souvent noté K1 (exprimé en pourcentage de MOS humifiée par hectare et par an) qui concerne la transformation des matières organiques brutes (résidus culturaux, engrais de ferme, etc.) en matières organiques évoluées et humifiées dans la couche arable du sol. L’apport de MO présentant des coefficients d’humification élevés favorise l’enrichissement du sol : c’est le cas des composts de fumiers (K1 de l’ordre de 50 %), contrairement aux fientes de volailles (K1 de l’ordre de 5 %). Par ailleurs, chaque année une partie des matières organiques humifiées est naturellement minéralisée selon un coefficient généralement noté K2 (exprimé en pourcentage de MOS minéralisée par hectare et par an et de l’ordre de 1,5 % en France) : la teneur en MOS doit donc être entretenue par des apports. L’intensité de la minéralisation dépend de la typologie du sol (pH, texture) et du travail du sol. Une estimation annuelle de la variation de la teneur en MOS (bilan humique) peut être faite selon un calcul qui prend en compte la minéralisation de l’humus de la couche arable du sol (environ 25 cm d’épaisseur) et l’humification des MO apportées. Pour ce calcul, la masse volumique apparente du sol est fixée à 1,5 tonne de sol/m3. La masse de sol est donc de 2812 tonnes de sol par hectare (avec un refus de 25 %, pour une épaisseur de 25 cm). Les teneurs en MOS ( %) sont ensuite calculés en multipliant par 1,724 les teneurs en C organique mesurées pour les horizons A des sols de la zone : entre 0,51 et 1,81 %. Ces teneurs en MOS calculées sont donc comprises entre 0,88 et 3,12 %. Les stocks de MOS sont donc compris entre (2812×0,88/100) =24,7 et (2812×3,12/100) =87,7 t/hectare (pour une épaisseur de 25 cm). Puis, les quantités annuelles d’humus minéralisé (t/hectare) sont calculées en utilisant le coefficient de minéralisation (estimé ici à 1,5 %, pour un sol calcaire à texture limoneuse) et donnent des valeurs comprises entre (24,7×1,5/100) =0,37 et (87,7×1,5/100) =1,21 (t. ha-1 an-1). Par ailleurs, l’enrichissement annuel du sol en MO (t/ha) peut être estimé selon le calcul suivant : (Dose de produit appliqué par hectare × Teneur en MO du produit brut × K1). Dans le cas de fumiers de bovins : Dose de produit appliqué (t/ha) × 0,25 ( % MO dans le produit brut) × 0,4. Pour compenser la minéralisation des MOS, les quantités suivantes sont nécessaires :

49-Si MOS =0,88 %, 0,37 t/ha = Dose de produit appliqué (t/ha) × 0,25 × 0,4. Donc la dose de fumiers à apporter pour compenser la minéralisation est : 3,7 t/ha/an.

50-Si MOS =3,12 %, 1,21 t/ha = Dose de produit appliqué (t/ha) × 0,25 × 0,4 donc la dose de fumiers à apporter pour compenser la minéralisation est : 12,1 t/ha/an.

51Ces quantités de matières organiques à apporter pour compenser la minéralisation naturelle (des MOS par les microorganismes) sont élevées, il apparait donc indispensable de choisir un amendement riche en matière organique (50 %), avec un coefficient d’humification élevé : composts d’origine animale et/ou fumier animal frais (compostage entre 6 et 9 mois). Selon les professionnels, les apports de granulés organiques commerciaux sont plus onéreux et moins efficaces pour enrichir les sols en matières organiques. L’utilisation des couverts végétaux est également intéressante, car multifonction. L’espèce semée conditionne l’impact ; le choix est donc à discuter selon l’objectif du producteur : apport de matière organique, fertilisation, réduction de l’érosion, développement de la faune auxiliaire… L’ajout de matières organiques doit aussi être fractionné pour éviter le phénomène de « faim d’azote » (observé lors d’apports massifs). Le labour profond est à éviter, car il déstructure le sol et provoque la création d’une « semelle de labour » qui perturbe l’enracinement et la pénétration de l’eau dans le sol. L’utilisation de désherbant chimique étant proscrite en AB, la réussite du désherbage mécanique devient alors essentielle. Il est même parfois nécessaire de travailler le sol manuellement (surtout en maraîchage). La technique « des faux semis », qui consiste à préparer le sol comme pour semer (pour lever la dormance des graines) et ensuite passer un outil de travail superficiel du sol et répéter cela plusieurs fois, permet d’avoir des cultures « propres » et d’éviter la concurrence pour les nutriments. Cette technique requiert cependant un sol relativement humide. Le binage permet de maintenir cet équilibre entre concurrence et nutrition facilitée et limite aussi le développement de certains ravageurs, comme l’altise ou le thrips.

52Finalement six enquêtes auprès des producteurs de la zone des Quinze sols ont été réalisées pour renseigner leurs pratiques culturales, leurs problématiques récurrentes, leurs modes de commercialisation et leurs ressentis vis-à-vis du futur de cette zone des Quinze sols. Ces enquêtes ont également permis de constater que seulement un producteur conventionnel envisage de convertir une partie de sa production à l’AB, car environ 70 % des producteurs enquêtés sont proches de la retraite et ne souhaite pas changer leurs pratiques pour les quelques années d’activité restantes. Pour la partie agronomique, il ressort de ces enquêtes que des amendements organiques sont utilisés depuis au moins 3 ans par la majorité des exploitants, et que les insecticides ou fongicides ne sont plus systématiquement utilisés, mais plutôt en cas d’attaques par des bio-agresseurs (pathologies des plantes et ravageurs). On peut conclure que l’accompagnement aux changements de pratiques pourra se faire si le producteur le souhaite et/ou si les « voisins » participent et ont des résultats probants. Par exemple, l’utilisation de couverts végétaux, pratique courante en AB (et déjà en place sur les parcelles de l’arche) pourrait être rapidement étendue sur des parcelles de producteurs conventionnels de la zone : par exemple, M. Taleb producteur actuellement en conventionnel, met en place des plantes engrais vert adaptées aux cultures de salades cet hiver 2017-18.

Conclusions et perspectives

53À travers l’étude des sols de la zone des Quinze Sols, la question de la complexité des sols et des moyens pragmatiques d'y faire face avec les différents acteurs a donc été abordée. Cultivée depuis plusieurs décennies, la zone agricole des Quinze Sols possède un sol globalement appauvri en matières organiques et nutriments accessibles pour les plantes. Pour renforcer la fertilité des sols, l'apport d'amendements organiques est ici indispensable. Même si la texture du sol semble favorable au premier abord (réserve utile et maniabilité du sol), la faible teneur en matières organiques et argiles de ce sol ne permet pas une bonne rétention des nutriments qui migrent en profondeur ou sont exportés par érosion (texture limoneuse à structure sujette à formation d’une croûte de battance). De plus, le pH alcalin de ces sols rend difficile l'absorption racinaire des nutriments. Cependant avec un enrichissement en matière organique, la CEC peut augmenter, et réduire les apports sur le long terme. Du fait de sa situation dans l'aire urbaine de Toulouse et suite aux différentes activités anthropiques sur la zone au cours de l'histoire, la problématique de qualité agro-environnementale et sanitaire du sol se pose. Les teneurs en éléments métalliques mesurées sont relativement faibles pour les sols cultivés. Cependant, une faible contamination en plomb, zinc, argent et arsenic des sols du parc de loisir a été mise en évidence, en particulier au nord-ouest de la zone, à l'approche de Beauzelle.

54En perspectives, une connaissance plus précise des flux et de la qualité des matières organiques permettait d’optimiser les apports, pour promouvoir la qualité globale des sols de la zone. Une gestion globale de la zone (eaux, qualité des sols, usages) est cruciale ; elle implique d’organiser le design territorial et les filières (matières organiques, semences, etc.). Pour faire face à la gestion complexe des sols urbains, l’association Réseau-Agriville (http://reseau-agriville.com/​) propose des ressources pédagogiques interdisciplinaires et co-construites. Dans le cadre du plan EcoPhyto, il est en effet apparu que la communication et la dynamique de groupe ont des rôles cruciaux pour promouvoir les changements de pratiques, car elles permettent de développer des synergies entre les acteurs : construction collective des « normes » en termes de pratiques, de perception des risques... Les couverts végétaux (engrais-verts, cipan, etc.) sont particulièrement mis en place pour leurs rôles multiples : favoriser la fertilité du sol, réduire les transferts de polluants et l’érosion. Par ailleurs, des mesures précises de la texture des sols permettraient d’affiner les calculs d’indices de battance effectués, et des mesures de concentrations en métaux en profondeur des sols permettraient de préciser l'origine des contaminations. Cette étude crée surtout l’opportunité de raisonner avec les agriculteurs la gestion agro-environnementale et sanitaire des sols et productions alimentaires de cette zone hybride qui participe à une transition écologique.

Remerciements

55Pour leur intérêt et/ou soutien financier, participation au projet de recherche développé dans la zone des quinze sols, sont remerciés les maraichers et la Fondation de France.

Top of page

Bibliography

Ackerman, K., M. Conard, P. Culligan, R. Plunz, M.P. Sutto et L. Whittinghill, 2014, Sustainable Food Systems for Future Cities : The Potential of Urban Agriculture, The Economic and Social Review, 45, 2, Summer, pp. 189–206.

Aubry, C., 2017, Journal Toulousain (JT). [Dossier] Demain, tous locavores ? [En ligne] URL : https://www.lejournaltoulousain.fr/societe/demain-tous-locavores-51233. Consulté le 24 juin 2018.

Michel, A. et Ribardière A., 2017, « Identifier les ressources urbaines pour lire les inégalités socio-spatiales », EchoGéo, 39, [En ligne] URL : http://echogeo.revues.org/14925; DOI : 10.4000/echogeo.14925. Consulté le 24 juin 2018.

Arrêté du 8 janvier 1998 fixant les prescriptions techniques applicables aux épandages de boues sur les sols agricoles pris en application du décret n° 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l'épandage des boues issues du traitement des eaux usées.

Association Blagnac histoire et mémoire, 2014, Histoire des Caouecs, Forum Blagnac, magazine d'information municipale, 140, 25 p.

Association française pour l’étude des sols, 2008, Référentiel Pédologique, Quae.

Arnsperger, C. et D. Bourg, 2016, « Vers une économie authentiquement circulaire. Réflexions sur les fondements d’un indicateur de circularité », Revue de l'OFCE 2016/1, 145, pp. 91-125. DOI 10.3917/reof.145.0091

Baize, D., 1997, Teneurs en éléments traces métalliques dans les sols, INRA éditions.

Baize, D., 1988, guide des analyses courantes en pédologie, INRA éditions.

Base de données GéoRisques (Basias), 2017, [En ligne] URL : http://www.georisques.gouv.fr/dossiers/inventaire-historique-des-sites-industriels-et-activites-en-service-basias#/. Consulté le 24 juin 2018.

Bandara, J. S. et Y. Cai, 2014, The Impact of Climate Change on Food Crop Productivity, Food Prices and Food Security in South Asia, Economic Analysis and Policy, 44, 4, pp. 451–465.

Cajuste, L.J. et R.J. Laird, 2001, Chapter 9. The Relationships between the Phytoavailability and the Extractability of Heavy Metals in Contaminated Soils dans Environmental Restoration of Metals-Contaminated Soils - Edited by I. K. Iskandar, CRC Press 2000, pp. 189–198.

CE-1881, 2006, Règlement (CE) portant fixation de teneurs maximales pour certains contaminants dans les denrées alimentaires commercialisées.

Chatterjee, R., T. Atta-ur-Rahman, T. Tran and R. Shaw, 2016, Urban Food Security in Asia : a Growing Threat, In R. Shaw et al., eds. Urban Disasters and Resilience in Asia, Oxford Elsevier, 368 pages.

Darmendrail, D., D. Baize, J. Barbier, P. Freyssinet, C. Mouvet, I. Salpéteur et P.Wavrer, 2000, Fonds géochimique naturel : État des connaissances à l'échelle nationale, BRGM/RP-50158-FR, 93 pages.

Decoupigny, F. et S. Passel, 2014, Réseaux de villes et détermination des pressions urbaines, Cybergeo : European J. of Geography, Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, [En ligne] URL : http://cybergeo.revues.org/26410. Consulté le 24 juin 2018.

Direction générale de la Prévention des Risques (DGPR), Bureau du Sol et du Sous-Sol, ministère de l’Environnement de l’Énergie et de la Mer, 2017, Méthodologie nationale de gestion des sites et sols pollués.

Duchemin, E., 2013, Multifonctionalité de l’agriculture urbaine ; perspective de chercheurs et de jardiniers, Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville, laboratoire sur l’agriculture urbaine, p. 95-107.

Dumat, C. et E. Schreck, 2017, La complexité des sols et les moyens pragmatiques d'y faire face entre savoirs scientifiques, savoir-faire des professionnels et flou artistique, Séminaire de l’Institut d’Etudes des Systèmes Complexes de Toulouse XSYS « Complexité ».

Dumat, C., T. Xiong, M. Shahid, 2016, Introduction, 88 pages, coodination par Dumat Camille, Agriculture urbaine durable : opportunité pour la transition écologique, Presses Universitaires Européennes, Saarbrücken, DE. ISBN 978-3-639-69662-2, page 9.

Dumat, C., 2016, Matières organiques des sols de vigne : complexes, réactives et multifacettes… Enjeux de l’articulation savoir & savoir-faire, Favoriser les pratiques de viticulture durable par une articulation optimisée des savoirs et savoir-faire partagés entre les différents acteurs, Journée d’Étude Œnologie – Site INRA Auzeville.

Diemer, A. et M. Morales, 2016, L’écologie industrielle et territoriale peut-elle s’affirmer comme un véritable modèle de développement durable pour les pays du Sud, Revue Francophone du développement durable, HS 4, pp. 52-71.

Foucault, Y., T. Lévêque, T. Xiong, E. Schreck, A. Austruy, A. Shahid et C. Dumat, 2013, Green manure plants for remediation of soils polluted by metals and metalloids : Ecotoxicity and human bioavailability assessment, Chemosphere, 93, pp. 1430–1435.

Gis Sol, 2011, L’état des sols de France. Groupe d’intérêt scientifique sur les sols, 188 p.

Gobat, J.M., M. Aragno et W. Matthey, 2010, Le sol vivant, Lausanne, Editions Presses polytechniques et universitaires romandes, Manuel de pédologie et de biologie des sols, 844 pages.

Guigou, J.L., 1982, La Rente Foncière les théories et leur évolution depuis 1650, Paris, Economica, 954 p.

Gupta, R.K., D.K. Bhumbla et I.P. Abrol, 1984, Effect of sodicity, pH, organic matter and calcium carbonate on the dispersion behavior of soils, Soil Science, 137, pp. 245-251.

Haut conseil de la santé publique (HCSP), 2014, Expositions au plomb : détermination de nouveaux objectifs de gestion.

Hérody, Y., 2000, Bases de la méthode HERODY, BRDA Editions, 36 pages.

Jammet, M., 2006, Feu vert pour 70 jardins familiaux à Blagnac (31). La Dépêche. [En ligne] URL : https://www.ladepeche.fr/article/2006/09/08/59601-feu-vert-pour-soixante-dix-jardins-familiaux.html. Consulté le 24 juin 2018.

Kabata-Pendias, A. and A.B. Mukherjee, 2007, Trace elements : from soil to human, Springer-Verlag Berlin Heidelberg, 550 pages.

La Dépêche, 2017, La vocation économique et paysagère des Quinze-Sols confirmée. [En ligne] URL : https://www.ladepeche.fr/article/2017/02/19/2519970-la-vocation-economique-et-paysagere-des-quinze-sols-confirmee.html. Consulté le 24 juin 2018.

Lévêque, T., Y. Capowiez, S. E. chreck, S. Mombo, C. Mazzia, Y. Foucault et C. Dumat, 2015, Effects of historic metal(loid) pollution on earthworm communities, Science of The Total Environment, 511, pp. 738-746, https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2014.11.101

Le Bissonnais, Y. et C. Le Souder, 1995, Mesurer la stabilité structurale des sols pour évaluer leur sensibilité à la battance et à l’érosion, Étude et gestion des sols, 2, 1, pp. 43-56.

Lipton, D.S., R.W. Blanchar et D.G. Blevins, 1987, Citrate, Malate, and Succinate Concentration in Exudates from P-Sufficient and P-Stressed Medicago sativa L. Seedlings, Plant Physiology, 85, pp. 315-317.

Mathieu A., F. Pieltain, 2003, Analyse chimique des sols Méthodes choisies ; Inventaire détaillé et raisonné des analyses chimiques des sols réalisées en laboratoire, 408 pages, Éditeur Lavoisier, TEC ET DOC, ISBN 10 : 274300620x.

Mathieu C., F. Baize, C. Raoul et C. Daniau, 2008, Eléments traces métalliques dans les sols et évaluation des risques sanitaires : élaboration et utilisation de référentiels régionaux, Environnement, Risques et Santé, 7, 2, pp. 112-122.

Meers, E., R. Samson, F.M.G. Tack, A. Ruttens, M. Vandegehuchte, J. Vangronsveld et M.G. Verloo, 2007, Phytoavailability assessment of heavy metals in soils by single extractions and accumulation by Phaseolus vulgaris, Environmental and Experimental Botany, 60, 3, pp. 385-396.

Mombo, S., Y. Foucault, F. Deola, S. Goix, M. Shahid, E. Schreck, A. Pierart et C. Dumat, 2016, Management of human health risk in the context of kitchen gardens polluted by Pb and Cd near a lead recycling company, Journal of Soils and Sediments, 16, 4, pp. 1214–1224.

Mombo, S., C. Laplanche, P. Besson, E. Schreck, C. Dumat et Y. Capowiez, 2018, Metal(loid) soil pollution differentially affects both the behaviour and exposure of A. caliginosa and L. terrestris, Biology and Fertility of Soils, 54, 3, pp. 319-328.

Nations Unies, 2018, Actualités : 2,5 milliards de personnes de plus habiteront dans les villes d’ici 2050, [En ligne] URL : https://www.un.org/development/desa/fr/news/population/2018-world-urbanization-prospects.html. Consulté le 24 juin 2018.

Pierart, A., C. Dumat, A. Quy, M. Maes et N. Sejalon-Delmas, 2018, Influence of arbuscular mycorrhizal fungi on antimony phyto-uptake and compartmentation in vegetables cultivated in urban gardens, Chemosphere, 191, pp. 272-279., https://doi.org/10.1016/j.chemosphere.2017.10.058

Pourias, J., 2014, Production alimentaire et pratiques culturales en agriculture urbaine. Analyse agronomique de la fonction alimentaire des jardins associatifs urbains à Paris et Montréal, Thèse AgroParitech.

Purcell, T.W. et J. Peters, 1998, Sources of silver in the environment, Environmental Toxicology and Chemistry, 17, 4, pp. 539–546.

Quenea, K., I. Lamy, P. Winterton, A. Bermond and C. Dumat, 2009, Interactions between metals and soil organic matter in various particle size fractions of soil contaminated with waste water, Geoderma, 1, pp. 217-223, 10.1016/j.geoderma.2008.11.037

Shahid, M., S. Shamshad, M. Rafiq, S. Khalid, I. Bibi, N. Nabeel Khan, C. Dumat and M.I. Rashida, 2017a, Chromium speciation, bioavailability, uptake, toxicity and detoxification in soil-plant system : A review, Chemosphere, 178, pp. 513-533, URL : https://doi.org/10.1016/j.chemosphere.2017.03.074

Shahid, M., M. Rafiq, N. Khan Niazi, C. Dumat, S. Shamshad, S. Khalid et I. Bibi, 2017b, Arsenic accumulation and physiological attributes of spinach in the presence of amendments : an implication to reduce health risk, Environmental Science and Pollution Research, 24, 19, pp. 16097–16106.

Schvartz, C., C. Decroux et J.C. Muller, 2005, Guide de la fertilisation raisonnée : grandes cultures et prairies, Editions France Agricole.

Ström, L., A. G. Owen, D. L. Godbold et D. L. Jones, 2005, Organic acid behaviour in a calcareous soil implications for rhizosphere nutrient cycling, Soil Biology & Biochemistry, 37, pp. 2046-2054.

Takeda, A., H. Tsukada, Y. Takaku, S.Hisamatsu, J. Inaba et M. Nanzyo, 2006, Extractability of major and trace elements from agricultural soils using chemical extraction methods : Application for phytoavailability assessment, Soil Science and Plant Nutrition, 52, pp. 406-417.

Tsolakis, N. et L. Anthopoulos, 2015, Eco-cities : An integrated system dynamics framework and a concise research taxonomy, Sustainable Cities and Society, 17, pp. 1-14. ISSN 2210-6707.

Yang, L., J. Scheffran, H. Qin, Q. You, 2014, Climate-Related Flood Risks and Urban Responses in the Pearl River Delta, China, Regional Environmental Change, 15, 2, pp. 379–391.

Top of page

Annex

Annexe 1. Concentrations en éléments majeurs, ETM mesurées sur le terrain par SFX et gamme d’incertitudes globales associées aux mesures (dernière ligne du tableau).

Annexe 2. Concentrations en éléments phytodisponibles (extractions au CaCl2 et citrate).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1a. Vue aérienne de la zone des Quinze Sols. Emplacement des analyses de terrain (profils de sol et mesures des teneurs en éléments par spectroscopie de fluorescence X) en fonction du découpage en différentes activités réalisées sur la Zone des Quinze Sols.
Caption Source : d'après la base de données Basias GéoRisques, mai 2017.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-1.png
File image/png, 343k
Title Figure 1 b. Vue aérienne de la zone des Quinze Sols. Photographie aérienne des jardins familiaux et de la zone de maraîchage professionnelle.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-2.png
File image/png, 728k
Title Figure 2. Emplacement des prélèvements de sols réalisés en fonction du découpage en diverses activités.
Caption Source : d’après le schéma directeur d’aménagement agro-paysager, 2017.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-3.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Figure 3. Points à questionner pour la mise en œuvre d’une fertilisation raisonnée des sols : enquêtes auprès des agriculteurs, analyses de terrain et mesures au laboratoire.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-4.png
File image/png, 146k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-5.png
File image/png, 5.3k
Title Figure 4. Profil du sol étudié décrit sur le champ de l'Arche en pays Toulousain.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-6.jpg
File image/jpeg, 224k
Title Figure 5. Variation spatiale des concentrations totales en P2O5 et K2O (en mg kg-1) mesurées par spectrométrie de fluorescence X.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-7.png
File image/png, 1.3M
Title Figure 6a. Teneurs en phosphore (P) phytodisponible dans le sol (ppb) et obtenues grâce à l'extraction chimique au citrate d’ammonium.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-8.png
File image/png, 69k
Title Figure 6 b. Teneurs en potassium (K) phytodisponible dans le sol (en ppb), obtenues grâce à l'extraction chimique au citrate d’ammonium.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-9.png
File image/png, 75k
Title Figure 7a. Variation spatiale des concentrations en argent (Ag) dans l’horizon de surface des sols (mg kg-1).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-10.png
File image/png, 564k
Title Figure 7 b. Concentrations en Pb et Zn (en mg kg-1) obtenues par spectrométrie de fluorescence X.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-11.png
File image/png, 1.6M
Title Figure 8a. Teneurs en Pb phytodisponible dans le sol (en ppb), obtenues grâce à l'extraction chimique au citrate d’ammonium.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-12.png
File image/png, 60k
Title Figure 8 b. Teneurs en zinc phytodisponible dans le sol (en ppb), obtenues grâce à l'extraction au CaCl2
Caption (ND = non déterminé)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-13.png
File image/png, 68k
Title Figure 9. Les diverses typologies de MOS sur les critères de stabilité et leurs rôles dans les sols, pour un métabolisme optimisé des zones cultivées.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-14.png
File image/png, 201k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-15.png
File image/png, 224k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21002/img-16.png
File image/png, 338k
Top of page

References

Electronic reference

Roxanne Calais, Camille Dumat, Rémi Quinet, Marc Miette and Eva Schreck, « Analyse socio-scientifique de la qualité agro-environnementale et sanitaire des sols urbains pour promouvoir la transition agro-écologique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [Online], Hors-série 31 | septembre 2018, Online since 05 September 2018, connection on 07 April 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/21002 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.21002

Top of page

About the authors

Roxanne Calais

CERTOP - UMR 5044 – CNRS/Géosciences Environnement Toulouse (GET), Observatoire Midi Pyrénées, Université de Toulouse, CNRS, IRD, France

Camille Dumat

CERTOP - UMR 5044 – CNRS / Toulouse INP/Association Réseau, France, courriel : Agriville.camille.dumat@ensat.fr

By this author

Rémi Quinet

CERTOP - UMR 5044 – CNRS/Géosciences Environnement Toulouse (GET), Observatoire Midi Pyrénées, Université de Toulouse, CNRS, IRD, France

Marc Miette

Association Erables 31, groupement des agriculteurs bio du 31/BIO 82, groupement des agriculteurs bio du 82, France

Eva Schreck

Géosciences Environnement Toulouse (GET), Observatoire Midi Pyrénées, Université de Toulouse, CNRS, IRD, France

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page