Navigation – Plan du site
Les projets d’agricultures urbaines : des vecteurs de transitions

Les poulaillers familiaux urbains : opportunités et limites de la convergence des usages dans un contexte interdisciplinaire de transition écologique

Camille Dumat, Agnès Fournier, Marie Souvestre, Jean-Luc Guerin, Dominique Dupouy, Cyril Feidt et Ariane Mélazzini-Déjean

Résumés

La grande majorité des populations humaines réside dans les villes en 2018 et cette tendance s’intensifie. Pour répondre aux enjeux de bien-être et santé de ces populations, des projets d’alimentation durable se développent et concernent en particulier les productions de proximité, la reconnexion des consommateurs avec la production des denrées, ainsi que les considérations environnementales. C’est ainsi que des élevages non commerciaux de poules apparaissent en ville, souvent encouragés par les élus ou agences gouvernementales pour réduire aussi les quantités de déchets organiques des ménages. Afin d’inscrire dans une démarche d’amélioration continue ces nouvelles pratiques urbaines qui se démarquent des élevages traditionnels, il convient de les décrire (typologies, pratiques et règlements associés aux poulaillers urbains), puis de cerner les opportunités et les risques environnement-santé liés à ces élevages. C’est l’objectif de cette publication co-écrite par des chercheurs et associations, qui aborde de façon interdisciplinaire (environnement-santé, société, risques et réglementation) les diverses facettes des poulaillers urbains, pour éclairer les différents acteurs concernés et souligner également les lacunes de connaissances à combler.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Intérêt des élevages familiaux de poules en ville

1La majorité des populations humaines réside dans les villes en 2018 et cette tendance s’intensifie : 70 % de la population mondiale vivra dans les villes d’ici 2050 selon l’Organisation des Nations Unies (ONU, 2017). Le Nouveau programme pour les villes et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 soulignent tous deux l’importance de créer des villes « intelligentes et accessibles » bénéficiant à tous les citoyens, et conduisant à des avancées dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’énergie. Pour répondre aux enjeux de bien-être et de santé des populations urbaines, des projets d’alimentation durable se développent donc et concernent en particulier les productions de proximité, la reconnexion des consommateurs avec la production des denrées alimentaires ainsi que des considérations environnement-santé. À l’échelle globale ces dernières décennies, l’industrie alimentaire et la grande distribution se sont en effet progressivement substituées en grande partie à l’agriculture paysanne régionale, éloignant les consommateurs des producteurs (Bonny, 2005). En France, où 12 % des foyers sont en situation d'insécurité alimentaire, des actions se développent : le syndicat pour une agriculture paysanne et la défense de ses travailleurs ([en ligne] URL: http://confederationpaysanne.fr/​) a par exemple lancé en 2017 une campagne « Agriculture et Alimentation - Produire et manger à quels prix ? » pour interpeller l’opinion sur le thème de l’alimentation durable.

2Cependant, les pratiques alimentaires changent depuis peu comme en témoigne le développement d’élevages non commerciaux urbains de poules. Pourquoi adopter une poule en ville ? Plusieurs raisons sont spontanément évoquées par les propriétaires : ces volailles sont autonomes et de bonne compagnie (appréciées des enfants), leur entretien est peu contraignant et économique, elles fournissent quotidiennement des œufs frais, participent au recyclage des déchets alimentaires (les poules permettent aux collectivités locales de réduire les coûts de traitement des ordures) et fournissent un engrais naturel (Mouterde & El Hadj, 2015). Né aux États-Unis, l’élevage de poules urbaines a de plus en plus d’adeptes dans le monde depuis une décennie. En France, l’envol de la poule urbaine est attesté par les ventes en hausse de poules pondeuses aux abords des grandes villes (Duretz, 2015). Les petits élevages urbains de poules sont souvent encouragés par les élus, associations et agences gouvernementales, qui y voient le moyen de réduire les quantités de déchets organiques des ménages. De plus, les poules sont des animaux attachants et peu contraignants selon les responsable oiseaux de grandes enseignes d’animalerie et de jardinage (Truffaut ou Jardiland) qui ont observé en 2014 une croissance annuelle de 50 % des ventes de poules pondeuses (40 000 volailles vendues en 2013 en France par l’enseigne Truffaut).

3En 2017, les assises nationales de l’alimentation ont en particulier mis en évidence les préoccupations éthiques des consommateurs sur la manière dont les animaux sont nourris, élevés, soignés (usage des antibiotiques) et abattus. L’extrême productivité des souches sélectionnées ces dernières années (au détriment de la biodiversité animale domestique des gallinacés), combinée aux méthodes de l’élevage industriel des poules en cages ou des poulets en milieu confiné ont fait chuter les prix des œufs et des poulets. Cette intense concurrence a conduit à la réduction de l’élevage en Europe et à une modification de la génétique des races de poules dans les élevages. Source de protéines, la poule était pourtant présente autrefois dans toutes les fermes, maisons ouvrières et jardins familiaux. Facile à élever sur des surfaces modestes (4 à 10 m2 pour deux individus) la poule permet actuellement aux consommateurs de garder un lien avec l’élevage. Certaines précautions (réglementation, voisinage, alimentation, etc.) doivent cependant être respectées pour accroitre les avantages des poulaillers urbains tout en favorisant le bien-être des poules et en limitant les potentielles nuisances (Terraeco, 2017).

4Selon la Fondation Nature-Homme (2017), construire une alimentation durable est un véritable projet de société avec des enjeux cruciaux pour la santé, les écosystèmes, la biodiversité, les paysages, le terroir, la culture, l’emploi, etc. Pour conclure les états généraux de l’alimentation, le premier ministre français (Philippe, 2017) a affirmé l’importance de la confiance des consommateurs en illustrant ses propos avec la récente crise sanitaire du Fipronil dans les œufs : « Qu’a-t-elle montré ? Eh bien que l’opinion a réagi avec vivacité. Avec inquiétude même. Mais cette séquence a aussi montré qu’avec de la transparence, de la pédagogie et des preuves de traçabilité, la profession a su rassurer et renforcer la confiance du consommateur ». Les Français connaissent en effet une véritable histoire d’amour avec les œufs selon l’enquête menée en 2017 par CSA pour le Comité national pour la promotion de l’oeuf (CNPO) : 96 % des Français consomment des œufs, et 98 % des consommateurs disent vouloir maintenir ou augmenter leur consommation d’œufs.

5« Manger mieux, local, sainement et mieux connaître la composition des denrées consommées » sont des objectifs énoncés comme prioritaires lors des états généraux de l’alimentation. L’objectif de 50 % de produits issus d’agriculture biologique, locaux ou écologiques dans la restauration collective d’ici la fin du quinquennat (sous la présidence de Macron E.) est inscrit dans la loi, et le Gouvernement français vise l’objectif de 15 % de surface agricole utile française en agriculture biologique pour 2022, contre 6 % aujourd’hui. Ont également été énoncés comme des priorités, la lutte contre le gaspillage alimentaire et le renforcement des sanctions pour le non-respect des règles de bien-être animal, qui sont actuellement de 6 mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende et passeront bientôt à un an et 15 000 euros d’amende. Les ONG pourront se porter partie civile en cas de procédure à la suite de mauvais traitements, au titre du Code rural et de la pêche maritime.

6Dans ce contexte très favorable au développement des agricultures urbaines durables à l’échelle globale, les gallinacés ont le vent en poupe dans les villes ! Pour inscrire dans une démarche d’amélioration continue ces nouveaux élevages urbains (qui se démarquent des élevages traditionnels productifs et impliquant des races de poules issues des schémas intensifs), il est donc pertinent, de cerner leurs typologies, la réglementation en vigueur, les opportunités et les risques environnement-santé à éviter. C’est l’objectif de cette publication co-écrite par des chercheurs et associations qui abordent de façon interdisciplinaire (agroécologie, santés humaine et animale, sciences humaines et sociales, risques et réglementation) les diverses facettes de ces poulaillers urbains afin d’éclairer les acteurs impliqués. Les enjeux et les lacunes de connaissances à combler pour consolider l’expertise et améliorer ainsi raisonnablement les pratiques sont discutés dans un esprit d’ouverture et de transition : l’industrie agro-alimentaire ainsi que la production de proximité ont actuellement leur place dans la société pour assurer une diversité de denrées accessibles à tous. 

Les poules urbaines : des vecteurs de transition écologique ?

La poule urbaine mobilisée pour des projets concrets d’alimentation durable

7Une publication du Centre d’Observation de la Société intitulée « Quelle insécurité alimentaire aujourd’hui en France ? » et datée du 20 février 2016, conclue sur le manque de données disponibles pour répondre à cette question ! Cependant, 3,9 millions de personnes (soit environ 6 % de la population totale) utilisent les services de l’aide alimentaire, 3,3 % de la population n’avait pas pris de repas durant une journée entière au cours des deux dernières semaines et 7,5 % n’avaient pas les moyens de manger de la viande tous les deux jours (enquête sur les conditions de vie des ménages de l’Insee, 2012). Une étude plus ancienne (2005-2007), menée par l’Agence nationale de la sécurité alimentaire (Anses, étude Inca2) évaluait à 12,2 % la part de la population en situation « d’insécurité alimentaire », définie comme la population qui déclare ne pas avoir assez à manger, « souvent » ou « parfois », ou « ne pas pouvoir manger tous les aliments qu’elle souhaite pour des raisons financières ».

8Pour promouvoir une alimentation plus juste et durable, la confédération paysanne propose d’accroitre l’implication de la société civile dans les politiques alimentaires. L'idée de démocratie alimentaire, propose de dépasser le statut de consommateur pour le remplacer par celui de citoyen, qui a un poids politique sur les décisions prises, et qui concerne l'ensemble des habitants des territoires. Les enjeux de l'alimentation structurent aussi l'environnement, le bien-être animal, etc. Des politiques d'éducation à la démocratie alimentaire doivent accompagner les citoyens pour qu’ils maîtrisent les enjeux et le fonctionnement des instances pour connaître leurs droits, prendre conscience de leur poids politique dans le cadre du Programme national nutrition santé (PNNS). C’est également la posture du Professeur De Schutter (2017) président de l’International Panel of Experts on Sustainable Food Systems (IPES-Food). Il décrit un système agricole mondial caractérisé par 800 millions de personnes qui souffrent de la faim, et conclue à l’urgence de changer de mode de décision pour viser la démocratie participative dans le monde agricole et vaincre les freins à la transition. Ces freins à la transition sont les suivants : la pensée en silos et à court terme qui rendent la réflexion globale difficile ; l’idée que certaines nations doivent « nourrir le monde » alors qu’une consommation plus locale de produits frais, relocalisée est plus durable ; la concentration des pouvoirs entre les mains de grandes compagnies ; une dépendance au chemin de développement des dernières décennies ; un système qui privilégie les exportations ; l’attente du prix bas ; des indicateurs de mesure des rendements erronés. Les freins à la transition agroécologique ont été décrits par Magrini et al. (2016) dans le cas des cultures de légumineuses : une situation de blocage technologique résulte de la coévolution des systèmes de culture, basée sur un paradigme agrochimique, des politiques publiques et une dynamique de marché favorisant les céréales. Ce processus a commencé avec le choix historique des institutions publiques européennes et françaises de reléguer les légumineuses en concurrence directe avec le soja importé. En outre, des facteurs interdépendants, tels que la sélection des races, les subventions publiques et les systèmes alimentaires, ont favorisé des rendements d'adoption croissants pour les céréales au détriment des légumineuses. Dans ce contexte de réflexions sur une transition vers une alimentation plus juste, saine et durable, comme illustré par la figure-1, les poulaillers urbains participent pleinement à la formation de l’espace public sur ce thème polysémique.

Figure 1. Analyse du cycle de vie (ACV) de la poule depuis l’origine à la fin de vie, avec les grandes étapes pour lesquelles des transferts de matières, polluants, maladies peuvent se produire : origine de la poule, influence de l’environnement sur la poule, influence de la poule sur on milieu, santé et mort de la poule.

Figure 1. Analyse du cycle de vie (ACV) de la poule depuis l’origine à la fin de vie, avec les grandes étapes pour lesquelles des transferts de matières, polluants, maladies peuvent se produire : origine de la poule, influence de l’environnement sur la poule, influence de la poule sur on milieu, santé et mort de la poule.

Source : Dumat et Souvestre, 2018.

9Des interactions avec les cycles biogéochimiques (C, N, P, métaux, polluants organiques) se produisent à l’interface poule/environnement. Ce schéma global fait écho aux chapitres développés dans le présent article. En effet, sur l’ensemble du cycle de vie de la poule plusieurs étapes nécessitent de se poser des questions environnement-santé. En conclusion de son discours aux États généraux de l’alimentation (2017), le premier ministre français insistait d’ailleurs sur la dimension progressive du changement en citant Antoine de Saint-Exupéry : « Ce qui sauve, c’est de faire un pas. Encore un pas ». Les poulaillers urbains répondent en effet directement à deux grands enjeux concrets et cruciaux pour des villes durables : la sécurité alimentaire et la réduction des quantités de déchets, et ils favorisent aussi la mobilisation des acteurs intéressés par la démocratie participative essentielle pour légitimer les réformes. Dans le cadre de son programme général « Nourrir la ville », le Service Agenda 21 –Ville durable de la ville de Genève travaille sur trois axes principaux : (i) promotion des produits agricoles locaux ; (ii) sensibilisation au « bien manger » et (iii) agriculture urbaine (Genève, ville durable, 2016). Le projet « Cocorico » propose ainsi aux citoyens de réintroduire les poules dans les quartiers et les jardins grâce à l’installation de petits poulaillers qui animent les espaces urbains et fournissent des œufs et poulets de proximité « produits de manière durable ». En effet, dans une perspective de « souveraineté alimentaire », la ville de Genève estime fondamental d’impliquer les citadins dans la réflexion. Les poules sont ainsi présentées comme un moyen concret, ludique, simple et pédagogique pour ouvrir le débat global sur ce que l’on mange et aussi sur la place des animaux dans notre société. Une brochure « Cocorico, ramenez les poules dans vos quartiers ! » est distribuée aux habitants de la ville (Genève, ville durable, 2016), elle décrit pour les particuliers les nombreuses raisons de créer leur propre poulailler et aussi des indications techniques de base pour le réaliser. Par ailleurs, la fondation Bill et Melinda Gates s'associe avec l'ONG Heifer International pour donner 100.000 poules à des familles démunies d'Afrique subsaharienne (Lascar, 2016). Gates développe son argumentaire sur son blog : « Il est très clair pour moi que quiconque vivant dans une extrême pauvreté ira mieux avec des poulets ». C'est à l'issu de ce constat que Bill Gates a décidé, avec l'aide de différents partenaires, de créer des « systèmes durables pour le marché des volailles », avec l'objectif d'aider 30 % des familles rurales en Afrique subsaharienne.

La poule au service de l’économie circulaire urbaine

10En Europe, les poules domestiques font l’objet d’un véritable engouement depuis 2010 et dans le cadre de leurs programmes de gestion des déchets, de nombreuses communes tentent l’expérience. En France, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'energie (Ademe) développe des actions pour réduire les déchets à la source (dématérialisation) telle « OPTIGEDE », plate-forme d'échanges et de diffusion d'outils et de retours d'expérience sur la prévention et la gestion des déchets ([en ligne] URL: http://www.optigede.ademe.fr/) destinée aux collectivités et aux entreprises. La poule est une des pistes soutenues par l’Ademe pour réduire la fraction organique des déchets ménagers. Une émission sur ce sujet est d’ailleurs disponible sur France Inter (2017) : « Des poules municipales en cadeau pour réduire nos poubelles ». Sur OPTIGEDE, un espace dédié concerne le partage d'expériences de l’opération « Adopte une poule » ([en ligne] URL: http://optigede.ademe.fr/​fiche/​adopte-une-poule) qui devenue populaire par son côté insolite : bien que les animaux de bassecour se nourrissent de nos déchets depuis toujours, l’utilisation des poules pour réduire les déchets est « une nouveauté » en passe de devenir un outil complémentaire au compostage et lombricompostage. Les opérations de distribution de poules créent souvent le « buzz » et un effet boule-de-neige (ainsi des écoles ou des mairies se lancent dans l’aventure).

11Dans le cadre de son programme local de prévention des déchets, le Trigone, syndicat mixte de production d’eau potable et de traitement des déchets du Gers, a été soutenu par l’Ademe (2013-2015) pour développer une expérimentation qui consistait à utiliser des poules afin de réduire les déchets des ménages et collecter des chiffres fiables sur la consommation des biodéchets par les poules et la production d’œufs ([en ligne] URL: http://www.optigede.ademe.fr/​fiche/​experimentation-des-poules-pour-valoriser-les-biodechets). Quatre-vingts foyers témoins gersois se sont portés candidats pour accueillir chez eux deux poules ainsi qu’un kit pour mener à bien cette opération. Les objectifs concrets de ce projet étaient : (i) quantifier puis valoriser les biodéchets des ordures ménagères des foyers témoins ; (ii) proposer des œufs « en circuit court » pour les foyers volontaires ; (iii) accompagner des ménages vers une pratique pédagogique (enfants) et sociale ; (iv) économiser les frais liés à la collecte, au transport et traitement pour les 16 tonnes estimées de biodéchets éliminés par les poules. Dans une démarche d’alimentation durable, les urbains sont incités par diverses collectivités et organismes publics à mettre en place un poulailler dans leurs jardins. Tel le couteau suisse (Figure-2), la poule apparait en effet comme un « outil multifonction de développement durable » : (i) réduction du contenu des poubelles urbaines par un recyclage et une valorisation biologique des déchets (qui sont transformés en œufs) ; (ii) production locale des œufs qui représentent ainsi une source de protéines à faible coût et une empreinte écologique réduite pour les foyers ; (iii) sensibilisation du grand public à la qualité de l’environnement et de l’alimentation comme bases de la santé.

Figure 2. La poule, un « outil multifonction de développement durable » : (i) réduction du contenu des poubelles urbaines par un recyclage et une valorisation biologique des déchets ; (ii) production locale des œufs qui représentent ainsi une source de protéines à faibles coût et empreinte écologique pour les foyers ; (iii) sensibilisation du grand public à la qualité de l’environnement et de l’alimentation comme bases de la santé.

Figure 2. La poule, un « outil multifonction de développement durable » : (i) réduction du contenu des poubelles urbaines par un recyclage et une valorisation biologique des déchets ; (ii) production locale des œufs qui représentent ainsi une source de protéines à faibles coût et empreinte écologique pour les foyers ; (iii) sensibilisation du grand public à la qualité de l’environnement et de l’alimentation comme bases de la santé.

Source : Dumat, 2018.

12La poule gasconne, race autochtone élevée par une poignée de passionnés a été sélectionnée par les élus du syndicat mixte pour affirmer leur soutien à la filière agricole du département. Les résultats quantitatifs obtenus (Ademe, 2015) sont les suivants : en moyenne par mois, 1 poule consomme 6 kg de biodéchets et produit 16 œufs ; soit environ en moyenne pour une année et deux poules 150 kg de biodéchets consommés et presque 400 œufs produits. Par ailleurs, cette action inédite a été très appréciée du grand public. Les retours des foyers témoins ont été très positifs, car cette expérimentation a permis de réunir la famille autour d'une thématique : responsabilisation des enfants sur l'alimentation des poules, transformation des œufs, suivi des quantités de déchets, nettoyage et entretien du poulailler.... L'action s’est également révélée intéressante pour l'image du syndicat, car le traitement des déchets n'est pas un sujet « glamour », alors que cette opération avec des poules permet de parler des bio-déchets et aussi de gaspillage alimentaire ou de compostage...

13Selon les calculs réalisés par l’Ademe en 2015 à partir des tonnages des poubelles des ménages (hors déchets verts) collectées par les collectivités locales, un habitant produit en moyenne 300 kg d’ordures ménagères par an ([en ligne] URL: http://www.cniid.org/Les-dechets-en-France-quelques-chiffres) et une poule peut annuellement ingérer jusqu’à environ de 75 kg de déchets organiques (restes de nourriture, épluchures, pain dur, etc.) et produire 200 œufs. En complément d'une ration de céréales, deux poules peuvent ingurgiter jusqu'à 100 kg de déchets organiques par an. Si 100 familles adoptent deux poules, c'est jusqu'à 10 tonnes de déchets organiques qui peuvent être détournés de la collecte des ordures ménagères résiduelles annuellement. Soit une économie potentielle de 1745 € par an pour la collectivité (prix moyen de la tonne collectée et traitée : 174.52 € en 2015). La poule présente donc plusieurs avantages : elle consomme les déchets et pond des œufs (récompense plus « ludique » que le compostage qui reste cependant incontournable pour certains déchets organiques tels que les broyats de branches, feuilles, etc.) et elle amène également de la compagnie (dans le foyer et aussi entre foyers avec les poulaillers partagés entre voisins). D'abord initiée par la Belgique puis l'Alsace, la Sarthe, le Val de Marne, etc. La distribution de poules aux habitants contre bons soins prend donc de l'ampleur. C’est en effet un investissement rentable à moyen terme pour les communes, en plus d’être une initiative positive pour le développement durable. Des sites internet proposent ou communiquent sur des opérations de poulaillers urbains dans toute la France, avec pour but de sensibiliser et former le grand public à la gestion autonome des bio-déchets : « adopteunepoule.fr » ou [en ligne] URL: http://fermedubonheur.forumactif.org/​. De nombreux projets décrits sur ces sites illustrent la dynamique à l’œuvre autour des poulaillers urbains. Le tableau-1 présente un récapitulatif non exhaustif d’initiatives pour réduire les quantités de déchets organiques.

Tableau 1. Récapitulatif non exhaustif d’initiatives de poulaillers urbains développés pour réduire les quantités de déchets organiques mis en décharge.

Projet

Objectifs

Organisation

Poulaillers familiaux proposés par la municipalité de Châtillon (Hauts-de-Seine).

Tester une piste en matière de réduction des déchets : sensibiliser au gaspillage alimentaire et au tri, les enfants et adultes.

Deux poules et un poulailler fournis en 2014 à 20 foyers sélectionnés. En échange, chaque foyer pèse ses déchets pendant six mois.

Poulailler communal proposé par la commune de Viller les Pots (Côte d’or).

Mesurer l’impact effectif de cette méthode originale et peu onéreuse de réduction des déchets, tout en sensibilisant les citoyens à cette problématique.

En mai 2013, un poulailler communal d’une dizaine d’occupantes pour les 1050 habitants de la commune a été inauguré. Les enfants s’occupent de son entretien et les parents apportent leurs déchets aux gallinacés.

Poulaillers familiaux proposés par la Commune de région de Blain.

« J’adopte une poule, je réduis mes déchets ».

Mise en place chez les habitants en 2016 de 100 poulaillers fabriqués par un ESAT à Lannion avec 2 poules traditionnelles (soit 200 en tout). Deux réunions publiques ont été organisées avec remise d’un guide d’élevage aux foyers participants.

Poulaillers pédagogiques proposés par le syndicat de valorisation des déchets de la zone centrale Côtes d’Armor (SKerval Centre Armor).

Démarche « Territoire Zéro Déchet, Zéro Gaspillage » : réduire et/ou détourner un maximum de déchets organiques des ordures ménagères.

Programme suivi par le Ministère de l’Environnement et financé par l’Ademe. Implantation en 2016 de 5 poulaillers pédagogiques, à vocation expérimentale, puis d’autres poulaillers sont installées jusqu’en 2018 en fonction des demandes.

Distribution de poules pondeuses aux habitants par le syndicat inter-départemental mixte pour l'équipement rural (SIMER) de Montmorillon (86 500).

Atteindre en 5 ans une baisse de 7 % de la quantité de déchets produits sur le territoire.

Le SIMER s’est engagé avec l’ADEME en 2012 dans un programme de réduction des déchets. Au regard de l’engouement que présente les poules sur le territoire français, l’opération « R’œuf’cyclage » a été lancée en 2014 avec d’une part, le test auprès de 10 foyers témoin de l’impact de la poule pondeuse sur la production de déchets et d’autre part une distribution à grande échelle de poules à la population.

14Cette réduction des quantités de déchets organiques et le plaisir d’avoir des animaux sont deux moteurs importants qui incitent les citoyens à créer des poulaillers familiaux urbains. L'acquisition et l'élevage d'un petit parterre de poules pondeuses exercent un attrait renouvelé dans les familles urbaines. Le plaisir des yeux, le plaisir enfantin de ramasser un œuf encore chaud, de le manger en famille ou de l'offrir à son(a) voisin(e), tout comme la volonté de recycler une part de ses déchets organiques, justifient cet intérêt. Sous réserve de certaines précautions présentées juste après, le développement des poulaillers urbains apparait donc comme un vecteur efficace de transition écologique et d’alimentation durable.

Prise en compte des considérations environnementales, sanitaires et réglementaires pour des poulaillers urbains durables

Aspects environnementaux des poulaillers urbains

15L’élevage de poules en ville s’est développé aux États-Unis au début des années 2000, où la majorité des agglomérations l’a progressivement légalisé. Par exemple, l’association new-yorkaise Just Food aide des groupes d’habitants du Bronx, du Queens ou de Brooklyn à doter leur jardin communautaire d’un poulailler. C’est aussi dans cet objectif que la ferme pédagogique de Paris ([en ligne] URL: http://equipement.paris.fr/​ferme-de-paris-6597) a organisé en février 2015 sur son site du bois de Vincennes (1, route du Pesage - Bois de Vincennes 75012 Paris) une réunion d’information publique intitulée « Comment faire un poulailler en ville ? » animée par un vétérinaire avicole (Boukaiba A.) et un formateur en prévention des déchets (Fasquel J.J) qui a réuni 60 personnes (femmes et hommes de 20 à 70 ans). Cette réunion a parfaitement illustré la variabilité des projets portés par les citoyens : Guylaine songe à ouvrir une cafétéria autonome, deux poules capables d’engloutir 150 kg de déchets par an (données Ademe, 2015) seraient des alliées ; Gérard, retraité du XIXe arrondissement de Paris, voit dans le poulailler un moyen d’animer son jardin partagé ; Frédéric tente de transformer un terrain abandonné dans le XVIIIe arrondissement de Paris, en un lieu de vie du quartier, un poulailler attirera le voisinage ; Des professionnels de l’agriculture urbaine, permaculteurs passionnés et membres de jardins partagés complètent l’assemblée : Le Pouce vert, Vergers urbains, le jardin des Deux Lauriers, etc. L’espace est le premier défi d’un poulailler urbain selon Fasquel J.J. qui, avec quinze autres familles, a accueilli six poules au jardin Santerre, dans son immeuble du XIIe arrondissement de Paris ; terrains vagues, cours d’immeubles et toits peuvent faire l’affaire pour installer un poulailler (Terraeco, 2017). Dans une démarche de développement durable, il est cependant indispensable de prendre en compte pour un élevage sur sol, les quantités de déjections riches en azote produites par les poules. Le calcul suivant est proposé (Terraeco, 2017) : sachant qu’une poule produit environ 90 grammes de fiente par jour, qu’il y a 26 kg d’azote organique par tonne de fiente et que le sol est capable d’en absorber 170 kg par hectare, 340 m2 sont requis pour quatre poules, juste pour l’épandage (qui peut se faire par le biais du compost et sur différents terrains), ce à quoi il faut ajouter le terrain, sur lequel les gallinacés pourront gambader soit 4 mètres carrés par poule en bio.

16Par ailleurs, l'environnement urbain est souvent marqué par les activités anthropiques (industries, chauffage urbain, trafic routier, etc.), à la fois passées et actuelles, comme illustré par les bases de données BASOL (sur les sites et sols pollués ou potentiellement pollués appelant une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif) et BASIAS (Inventaire historique des sites industriels et activités de service). Ainsi, la présence de contaminants de natures diverses dans l’environnement urbain (Pierart et al., 2018 ; Dumat et al., 2016 ; Clark et al., 2008) et/ou parfois les déchets consommés par les poules peuvent affecter la qualité sanitaire des œufs : par exemple, la teneur en plomb dans les pommes de terre peut passer de 0,2 mg/kg MF sans épluchage à 0,01 après épluchage (Samsøe-Peterson et al., 2002). Les sols urbains sont essentiellement pollués par des métaux (Chenot et al., 2013) et/ou par des composés organiques, tels les hydrocarbures et les HAP (OSUNA, 2017). Il est donc important d'attirer l’attention des différents acteurs impliqués dans le développement durable des poulaillers urbains sur les facteurs environnementaux à maitriser afin d’optimiser la qualité sanitaire des œufs et sur l'importance d'une démarche d'anticipation et de prévention des risques chimiques. Selon Travel et al. (2008), les polluants organiques persistants (POP), bioaccumulables et lipophiles, sont actuellement les plus pertinents à contrôler dans le cas des élevages familiaux.

17Quel que soit l’initiative développée mettant en scène des poules en élevage familial urbain, il est donc nécessaire de tenir compte de la qualité de l’environnement de celles-ci, que cela concerne les matrices environnementales (air, sol, eau, végétaux, pédofaune) ou encore les matrices mises à disposition des poules de façon volontaire (épluchures de légumes, cendres) ou situées à proximité de celles-ci : matériaux divers : plastiques, bois traités. Les poules ont en effet un comportement naturel exploratoire de picage qui se trouve être exacerbé par certains facteurs pouvant être présents en élevage familial : petit effectif (Sørensen et al., 2014 ; Kijlstra et al., 2007), faible couvert végétal, ration alimentaire déséquilibrée… Ce comportement favorise donc l’ingestion par les poules de matrices issues de leur environnement. Or ces matrices peuvent être une source d’exposition à différents polluants organiques persistants et aux éléments traces métalliques (ETM), comme l’ont montrées différentes études de corrélation entre le niveau de contaminants présents dans les œufs et dans le sol du parcours des poules (Windal et al., 2009 ; Pirard et al., 2005). C’est une des raisons qui expliquent que des œufs de poules issues d’élevage plein air et notamment de petits élevages familiaux sont parfois plus contaminés que les œufs de poules d’élevage conventionnel (Travel et al., 2008 ; CONTEGG, 2008).

18Certaines pratiques d’élevage sont donc plus à risque que d’autres en termes d’exposition de la poule. D’autres éléments sont également à considérer pour comprendre pourquoi la poule des élevages familiaux peut être plus sensible à la contamination. En effet, elle peut être de race moins productive que les races classiquement utilisées en élevage commercial, qui sont sélectionnées pour avoir une intensité de ponte élevée. Cela a un impact sur le niveau de contamination des œufs, car une fois ingéré le polluant est absorbé, distribué et/ou stocké dans les tissus, et/ou métabolisé et enfin il peut être éliminé via l’œuf. L'œuf est alors un produit qui reflète la qualité de son environnement. Ce transfert vers l’œuf s’effectue via un dépôt de polluants en même temps que le dépôt de lipides du jaune d’œuf lors de la formation de ce dernier. Plus la charge de l’organisme en polluant est importante plus la concentration de polluants dans l’œuf est élevée. Ainsi, dans le cas d’une intensité de ponte moindre (en comparaison avec une poule très productrice), la charge de polluant dans l’organisme de la poule augmente (car la sortie est moindre) et avec elle la charge en polluant dans les œufs pondus (Fournier et al., 2015). De même, la poule de particulier, contrairement à la poule d’élevage conventionnel, est généralement gardée plusieurs saisons de suite et subit donc plusieurs cycles de ponte, qui sont intercalées de périodes de mues durant lesquelles la ponte s’arrête (Sauveur, 1988). Là encore, l’effet de l’arrêt de la sortie du polluant via les œufs, est visible sur la concentration de polluants dans les œufs lors de la reprise de ponte comme illustré par la figure 3. De même, l’état d’engraissement de la poule peut aussi avoir une influence sur la dynamique des polluants (Fournier et al., 2015).

Figure 3. Cinétiques des concentrations de polychlorobiphényls indicateurs (PCB-I) dans le tissu adipeux de la poule et dans le jaune d’œuf, simulées durant les 800 premiers jours de vie de la poule pondeuse, avec un niveau d’engraissement de 18 % et un taux de ponte maximal de 99 %. La poule subit une exposition chronique.

Figure 3. Cinétiques des concentrations de polychlorobiphényls indicateurs (PCB-I) dans le tissu adipeux de la poule et dans le jaune d’œuf, simulées durant les 800 premiers jours de vie de la poule pondeuse, avec un niveau d’engraissement de 18 % et un taux de ponte maximal de 99 %. La poule subit une exposition chronique.

Source : d’après Fournier et al., 2015.

19Réduire les risques d’exposition à la source est donc la démarche la plus efficace et qui est préconisée dans plusieurs règlements (REACH en Europe, ICPE et gestion des sites et sols pollués en France). Par exemple, après le 31 mai 2018, il ne sera plus possible aux entreprises de fabriquer ou importer des substances chimiques à plus d'une tonne par an, si elles n'ont pas été enregistrées selon le règlement européen n° 1907/2006 REACH (EnRegistrement, Evaluation, Autorisation, Restrictions des substances CHimiques) entré en vigueur en 2007 pour sécuriser la fabrication et l’utilisation des substances chimiques dans l’industrie européenne ([en ligne] URL: https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/​reglementation-reach, 2017). Il s’agit de recenser, d’évaluer et de contrôler les substances chimiques fabriquées, importées, mises sur le marché européen. D’ici 2018, plus de 30 000 substances chimiques seront connues et leurs risques potentiels établis ; l’Europe disposera ainsi des moyens juridiques et techniques pour garantir à tous un haut niveau de protection contre les risques liés aux substances chimiques. Pour toutes les substances chimiques (surtout celles qui sont extrêmement préoccupantes), y compris les substances naturelles, les substances organiques et les métaux : celles utilisées dans des procédés industriels et celles rencontrées dans des mélanges, comme dans les produits de nettoyage, les peintures ; les substances contenues dans des articles comme les textiles, les meubles, les équipements informatiques ou les composés électroniques, les objectifs de REACH sont en particulier : protéger la santé humaine et l'environnement face aux risques potentiels des substances chimiques ; instaurer une information identique et transparente sur la nature et les risques des substances, telles quelles ou dans un mélange, du fournisseur jusqu’au client final ; sécuriser la manipulation des substances chimiques par les salariés. Des points mis en exergue clairement dans REACH en lien avec les élevages familiaux urbains de poules sont en particulier : (i) le bien-être animal ; (ii) la dimension participative et l’information de l’espace public sur l’utilisation durable des substances chimiques ; (iii) le fort intérêt pour les scénarios d’exposition (« Tout savoir sur les scénarios d'exposition » document pdf).

20En parallèle, il est crucial d’expliciter les différents scénarios d’exposition humaine aux polluants tels que ceux liés à la consommation d’œufs issus des poulaillers urbains. Viser des conditions d’élevage qui permettent de réduire la charge en polluants des œufs produits par les poules et si possible de mettre en place les conditions d’obtention d’œufs sains. Il convient dans un premier temps de limiter l’accès aux matrices polluées d’origine anthropique. Une analyse de sol peut permettre d’évaluer dans un premier temps le niveau d’exposition qu’il représente pour les poules, les œufs et in fine l’humain. Si le sol est contaminé, certaines précautions permettront de limiter l’exposition des poules aux polluants : éviter la distribution de la ration au sol, parcours avec un sol nu, ration déséquilibrée… L’addition de matières séquestrantes telles que des biochars représente une piste de recherche actuellement explorée pour piéger les polluants au niveau des sols et éviter leur absorption en cas d’ingestion (Yehya et al., 2017). Différentes combinaisons de ces facteurs permettant de moduler le transfert de polluants organiques persistants vers l’œuf de poule peuvent être testées via l’utilisation d’un modèle à compartiments (Fournier et al., 2015). Ce type de projets est crucial, car dans certaines zones polluées (par exemple les abords du site de l’ancienne fonderie MétalEurope dans le nord de la France) et en absence de réglementation sur les denrées alimentaires non commercialisées, une exposition humaine peut découler de la consommation des œufs produits sans précaution dans certains poulaillers familiaux urbains.

21Les aspects environnementaux et sanitaires sont étroitement liés, même si ce lien est très souvent difficile à expliciter simplement et directement, d’où les nombreuses controverses médiatisées actuellement sur l’utilisation des substances chimiques dans le secteur agroalimentaire en particulier. Par exemple, certaines enseignes communiquent sur leur politique de substitution des substances controversées dans l’offre produit ([en ligne] URL: https://www.magasins-u.com/​cooperative-u/​vision-engagements/​substances-controversees). En effet, une personne qui consomme des œufs autoproduits contaminés (sans qu’elle ne soit au courant) par divers polluants persistants couramment rencontrés en zones (péri)urbaines tels que plomb, cadmium, arsenic, HAP, etc. peut développer en conséquence de cette exposition une pathologie au bout d’un certain nombre d’années, variable selon les caractéristiques de l’exposition et de la personne, sans que le lien entre exposition et pathologie développée soit identifié. Par exemple, pour éradiquer les poux rouges qui parasitent fréquemment les poules, les propriétaires utilisent parfois des solutions risquées comme l’antiparasite du chien qui peut se retrouver dans les œufs. Quel risque pour le consommateur ? L’œuf étant consommé au quotidien, avec plus de 200 œufs consommés en moyenne par an, l’exposition du consommateur via cette denrée alimentaire relève du risque chronique. La figure 4 présente la contribution (en %) de différents aliments à l’exposition de la population moyenne française aux PCDD/F et PCB-DL, les œufs représentent 3 %. Œufs issus de la filière agricole (ANSES, 2005). De plus, une étude de différents profils de consommateurs montre que dans les cas extrêmes (consommation d’un œuf par jour fortement contaminé), l’œuf à lui seul génère une exposition supérieure à 50 % de la dose hebdomadaire tolérable (CONTEGG, 2008).

Figure 4. Contribution (en %) de différents aliments à l’exposition de la population moyenne française aux PCDD/F et PCB-DL. Œufs issus de la filière agricole

Figure 4. Contribution (en %) de différents aliments à l’exposition de la population moyenne française aux PCDD/F et PCB-DL. Œufs issus de la filière agricole

Source : ANSES, 2005

22Dans l’idéal, des poules urbaines en bonne santé et qui ne sont pas exposées aux polluants environnementaux produiront des œufs de qualité qui participeront à la bonne santé des éleveurs consommateurs. Il se créé alors un partenariat, une symbiose qui peut être très bénéfique, sous réserve de connaitre et appliquer un certain nombre de précautions à la fois sanitaires et environnementales. Sur le site de « Bruxelles Environnement », l’administration de l’environnement et de l’énergie en Région de Bruxelles-Capitale, créé en 1989, une page est consacrée aux questions à se poser avant de s’engager dans l’élevage familial de poules ([en ligne] URL: http://www.environnement.brussels/​thematiques/​alimentation/​produire-mes-aliments/​que-produire-en-ville/​les-poules-urbaines). Des conseils pour l’élevage de poules en ville sont proposés dans le guide technique de la Commune d’Etterbeek qui s’est lancée dans l’aventure. Il est en particulier indiqué que le bien-être d’un animal passe par un environnement adapté à ses besoins : une poule a besoin d’espace, d’une nourriture adaptée, de soins, de présence dans la durée, car certaines races rustiques peuvent atteindre 12 ans.

Aspects sanitaires des poulaillers urbains

23Aujourd’hui la poule prend de plus en plus de place dans les cliniques vétérinaires (ASV, 2015). Elle est un des animaux les plus présents à la clinique des NAC (Nouveaux Animaux de compagnie) à l’ENVT (École nationale vétérinaire, Toulouse). Cela montre une population de poules grandissante dans la ville de Toulouse ainsi qu’un intérêt croissant pour leurs soins. Il est ainsi important que les propriétaires d’élevages familiaux soient accompagnés dans cette démarche afin d’assurer la santé et la sécurité alimentaire des aliments qui sont consommés.

24Le premier risque règlementé concerne la grippe aviaire, classée dans les dangers sanitaires de 1re catégorie. Selon une note de service DGAL/SDSPA/2015-1145 (23/12/2015) « La France est exposée, par sa situation par rapport aux couloirs migratoires d’oiseaux sauvages et la répartition des élevages, à l’introduction de virus d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) circulant chez les oiseaux sauvages et domestiques en dehors de l’UE, ou à l’évolution de souches faiblement pathogènes circulant en Europe. En novembre 2014, l’apparition du virus IAHP H5N8 en Europe illustre ce risque. » Si le risque épidémiologique semble être moindre en milieu urbain du fait d’une plus faible densité d’élevages commerciaux, le risque sanitaire existe sur tout élevage de volailles, incluant les non-commerciaux. On ne peut donc exclure une éventuelle circulation du virus dans ces élevages urbains non commerciaux, même s’ils joueraient un rôle à priori mineur dans la transmission de la maladie selon Bavinck et al. (2008). La surveillance concerne potentiellement toutes les populations d’oiseaux domestiques, que l’on peut répartir en trois groupes : les élevages commerciaux de volailles, les élevages non commerciaux (volailles ou autres oiseaux captifs), et les appelants (pour la chasse). L’ensemble du territoire national est sous surveillance IAHP en permanence. Des zones particulières de surveillance peuvent être définies en fonction du niveau de risque :

  • les zones prioritaires et les zones à risque particulier complémentaires définies par l’arrêté du 24/01/2008

  • les zones réglementées correspondant aux périmètres de protection (3 km) et de surveillance (10 km) mis en place autour des foyers en élevage

  • les zones réglementées correspondant aux périmètres de contrôle (3 km) et d’observation (10 km) mis en place autour des foyers dans la faune sauvage.

25La surveillance est permanente et son intensité est modulée en fonction du niveau de risque national lié aux cas dans l’avifaune, qui fait l’objet d’un arrêté du ministère de l’Agriculture en application de l’arrêté ministériel (AM) du 24/01/2008. Les dangers sanitaires sous surveillance sont les virus influenza de type A hautement pathogènes répondant à l’une des définitions règlementaires suivantes :

  • les virus du genre influenza virus A, appartenant aux sous-types H5 ou H7, avec des séquences génomiques particulières.

  • des virus de l’influenza aviaire présentant, chez les poulets âgés de six semaines, une pathogénicité importante.

26Il existe également d’autres agents pathogènes pouvant conduire à des maladies concernant les détenteurs de volailles ou les consommateurs de volailles/œufs de basse-cour, il peut être cité les agents de toxi-infections alimentaires comme les salmonelloses ([en ligne] URL: https://www.anses.fr/fr/content/campylobact %C3 %A9riose-0) ou les campylobactérioses ([en ligne] URL: https://www.anses.fr/​fr/​content/​salmonellose) pouvant conduire à des infections intestinales et gastro-entérites parfois graves. Il peut être également évoqué la chlamydiose qui est une maladie transmissible à l’homme et dont les oiseaux peuvent être le réservoir ; cette maladie peut conduire à des troubles respiratoires ou à des formes plus graves. La maladie se transmet principalement par l’inhalation de poussières ou de fientes contaminées (Léon et al., 2005 ; ministère de l'Agriculture et de la Pêche, DGFAR, DGAL, 2006).

27Il est donc nécessaire de connaître le risque associé à ces diverses maladies afin d’adopter la bonne conduite à tenir vis-à-vis des basse-cours urbaines. De nombreuses études ont été effectuées sur la santé et les maladies au sein des élevages commerciaux, mais la difficulté de recensement des basse-cours a conduit à peu d’études sur la question. Une étude canadienne décrit la répartition et les pratiques associées aux poulaillers des particuliers (Mainali et al., 2016). Aux USA, Garber et al. (2007) se sont intéressés aux élevages de poules non commerciaux, ils ont conclu que les oiseaux des élevages commerciaux de gibier étaient généralement de plus gros effectifs et faisaient l’objet de plus de soins de santé et de plus de pratiques de biosécurité. De la même façon, l’université de Guelph mène un projet « basse-cour » ([en ligne] URL: https://www.uoguelph.ca/​ahl/​submissions/​small-poultry-flock-disease-surveillance-project). La brochure synthétique de présentation du projet est disponible en ligne, elle précise que cette étude permettra de déterminer les éventuels agents infectieux (virus, bactéries et parasites) des élevages de poules des familles impliquées dans le projet, y compris ceux qui peuvent être nocifs pour les humains (par ex. Salmonella spp. , Campylobacter spp. ), et fournira des informations de base sur les principaux pathogènes présents dans des élevages non commerciaux en Ontario. Le questionnaire aidera les chercheurs à mieux comprendre les pratiques d'élevage et de biosécurité utilisées par les propriétaires d’élevages non commerciaux. Ces connaissances seront utilisées pour élaborer des outils éducatifs dans le but d'améliorer la santé et le bien-être des poules des élevages non commerciaux et non contingentés. Mainali & Houston (2016) ont également investigué la répartition, la composition et les modes de gestion des petits élevages de volailles en Alberta pour évaluer les répercussions sur la propagation des maladies aviaires et des zoonoses préoccupantes pour la santé publique. Pour obtenir un aperçu épidémiologique initial de cette population croissante et des zones potentielles de risque, une enquête a été menée pour caractériser le secteur. Des informations sur la démographie des troupeaux et la santé des oiseaux, ainsi que sur les pratiques de production et de biosécurité ont été recueillies et analysées à partir de 206 enquêtes. Une grande diversité de propriétaires et de troupeaux (grandes variations dans la taille et la composition des troupeaux) a été observée. Les poules pondeuses étaient le type d'oiseau le plus souvent signalé (93,4 %). La consommation personnelle (81,8 %) et la vente d'œufs (48,2 %) étaient les objectifs les plus fréquemment cités pour posséder un troupeau. L'utilisation inconstante d'interventions médicales telles que la vaccination, les traitements et la consultation vétérinaire a été observée. Les données sur l'approvisionnement, le logement et le déplacement des oiseaux ainsi que les mouvements de personnes et de visiteurs révèlent un potentiel de contact important entre les troupeaux et les humains. De plus, les pratiques de base en matière d'élevage et de biosécurité ont été jugées incompatibles et souvent inadéquates, soulignant les lacunes importantes et les possibilités d'améliorer la santé des petits troupeaux de volaille de l'Alberta afin de limiter les risques pour la santé publique.

28En France, la typologie des basse-cours (effectif moyen, espèces présentes) ainsi que les pratiques associées sont peu connues. De la même façon, le statut sanitaire des basse-cours dans les villes comme dans les campagnes est inconnu. Les basse-cours sont-elles plus exposées aux maladies que les élevages commerciaux ? Le risque de transmission des poules aux humains est-il important ? Pour répondre à certaines de ces questions, un projet de thèse intitulé « approche générale – santé des basse-cours » est financé par la chaire de biosécurité aviaire de l’ENVT pour recenser au mieux les élevages non commerciaux en Occitanie (Toulouse et agglomération) afin d’appréhender la typologie de ces basse-cours et de mieux comprendre les pratiques associées aux élevages non commerciaux dans nos villes. En effet, il est important de savoir comment sont soignés les animaux de basse-cours, car l’utilisation de médicaments est aujourd’hui très contrôlée de par l’apparition de résistances aux antibiotiques. De plus, son utilisation à l’interface homme-animal peut favoriser l’apparition de bactéries pathogènes transmissibles de l’animal à l’homme. Des prélèvements seront effectués sur les poules afin d’étudier le portage de certains agents pathogènes sur des poules d’apparence saines, mais pouvant contaminer l’homme par exemple les Salmonelles (Xavier et al., 2011). Il s’agit d’une démarche participative ou chaque propriétaire de poules est invité à participer à l’étude afin de s’assurer, par quelques analyses de laboratoires, que sa basse-cour est en bonne santé et qu’elle n’héberge pas d’agents pathogènes. Ce projet de sciences participatives intitulé « POC » piloté par le laboratoire de recherche LabCom VIRAL en collaboration avec le CERTOP, axe transition écologique, permettra de renseigner d’avantage les aspects liés à la prise en charge de la santé des poules urbaines et leur impact sur les autres élevages alentours. Pour le projet POC, des volontaires de Toulouse métropole/Occitanie voulant participer au projet de santé des basse-cours seront recrutés. Cela permettra également aux propriétaires des basse-cours de les sensibiliser aux bonnes pratiques d’élevage de leurs poules urbaines. En échange, cela permettra à l’équipe de recherche de décrire la typologie de ces basse-cours ainsi que leurs pratiques. Le détenteur de volailles contacte l’équipe en charge du projet, complète un questionnaire d’une 50 aine de questions concernant son poulailler et accepte de recevoir un des membres de l’équipe pour réaliser un ou plusieurs prélèvements non invasifs. Il s’agit simplement de frotter délicatement un embout coton dans la cavité buccale et dans le cloaque de l’animal. Il sera recherché plusieurs agents pathogènes pouvant conduire à de la mortalité chez les poules ou pouvant être un danger pour l’homme.

29La problématique est de savoir s’il existe un lien entre les agents pathogènes des élevages non commerciaux (basse-cours urbaines ou rurales) et les élevages commerciaux. Le projet de thèse explorera les questions suivantes : quels liens existent entre les différents compartiments ? Les risques sanitaires et l’exposition des animaux sont-ils les mêmes ? Quelles pratiques existent dans les différents secteurs ? Quelle est l’exposition des détenteurs aux maladies ?

30La figure 5 illustre les principaux risques sanitaires observés pour les volailles et le tableau 2 présente les différentes typologies des élevages.

Figure 5. Principaux risques sanitaires observés pour les volailles.

Figure 5. Principaux risques sanitaires observés pour les volailles.

Source : Souvestre et Dumat, 2018

Tableau 2. Typologies des élevages selon des critères d’origine, environnement et pratiques, exposition aux maladies.

Basse-cours rurales

Basse-cours urbaines

Élevages commerciaux

Origine

Élevages commerciaux de pondeuses voisins

Adoption de poules de réformes « locales »

Origine unique pour un lot

Souche définie

Élevage (semi)-professionnels d’ornements/races différentes

Marchés/foires/exposition

Animaleries

Environnement et pratiques

Effectifs plus grand [10-15]

Petits effectifs [2-5]

Grands effectifs

Proximité physique homme/animal ?

Règles de biosécurité strictes homme/animal

Quelles pratiques de soins ?

Absence de vaccinations

Suivi par un vétérinaire sanitaire

Vaccinations

Exposition aux maladies

Poules/faune sauvage : proximité et gestion ?

Gestion faune sauvage

Proximité élevages commerciaux

Autres animaux de compagnie

Milieu maîtrisé et suivi sanitairement

Réglementation des poulaillers familiaux urbains

31L'installation d'un poulailler par les particuliers pour l’autoconsommation (non commercial) avec quelques œufs offerts (voisins ou proches) doit répondre à des règles (différentes des professionnels), notamment en matière d'environnement, sanitaire et urbanisme. La densité de population urbaine impose des règles afin d’éviter les nuisances et épidémies (Ooreka, 2017).

Considérations sanitaires

32Réglementairement, il existe un recensement des élevages familiaux et la détention d’animaux doit être déclarée auprès de la mairie via l’arrêté du 24 février 2006 relatif au recensement des oiseaux détenus par toute personne physique ou morale en vue de la prévention et de la lutte contre l’influenza aviaire. Les épisodes de grippe aviaire ayant eu lieu en Europe et en France notamment au cours des dernières années 2016-2017 ont conduit à un renforcement de la réglementation concernant les élevages non commerciaux. Des recommandations ont été faites afin d’améliorer le dispositif de surveillance et d’augmenter la réactivité en cas d’apparition de nouveaux cas d’influenza aviaire hautement pathogène : note de service DGAL/SDSPA/2015-1145 (23/12/2015). Ainsi, le détenteur d’oiseaux est responsable de signaler les problèmes de santé qu’il détecte sur les oiseaux dont il a la charge à son vétérinaire. « Au niveau de risque IA élevé ou supérieur au sens de l’AM du 24/01/08, la surveillance des oiseaux par le détenteur est maintenue quotidiennement afin de déceler l’apparition de symptômes de maladie grave ou la présence de cadavres d’oiseaux captifs ou sauvages. Tout comportement anormal et inexpliqué des oiseaux et tout signe de maladie grave doit être obligatoirement déclaré sans délai au vétérinaire sanitaire. » À cette note de service s’ajoute l’arrêté de biosécurité du 8 février 2016 qui implique l’application de mesures de biosécurité dans les basse-cours ([en ligne] URL: http://agriculture.gouv.fr/biosecurite-les-mesures-pour-tous-les-detenteurs-de-volailles). Lors de la détection d’un foyer, les exploitations non commerciales qui sont en zone de protection doivent se déclarer auprès des mairies (Instruction technique DGAL/SDSPA/2017-636 28/07/2017) ou sur Internet via la procédure suivante : [en ligne] URL: http://mesdemarches.agriculture.gouv.fr/​. Des visites sont alors faites pour vérifier l’état de santé des animaux et pour réaliser un dépistage sur les animaux jusqu’à recouvrer le statut indemne. Les animaux sont abattus seulement si les analyses de laboratoire s’avèrent positives.

33On peut prendre l’exemple du site internet de la DDPP de la Loire-Atlantique mis à jour le 08/07/2016 qui indique les démarches administratives à effectuer lors de la possession d’une ou plusieurs volailles, avec un statut d’amateur ou de professionnel à l’échelle du département ([en ligne] URL: http://www.loire-atlantique.gouv.fr/​Politiques-publiques/​Protection-et-sante-animales/​Volailles/​Detenir-des-volailles-a-titre-amateur-ou-professionnel). Le statut d’éleveur est accordé à partir de 250 volailles, mais tout détenteur d'oiseaux, à l'exception de ceux dont les oiseaux sont détenus en permanence à l'intérieur de locaux à usage de domicile, est tenu d'en faire la déclaration auprès du maire du lieu de détention des oiseaux. De plus, la détention de moins de 250 volailles est régie par le règlement sanitaire départemental. Pour toute question, il convient de se rapprocher du maire de votre commune, chargé de l'application de ce règlement. Par ailleurs et quel que soit le nombre de volailles, un registre d'élevage doit être tenu sauf si les produits sont exclusivement destinés à de l'autoconsommation. Les volailles doivent être détenues dans des conditions compatibles avec leurs besoins et respectueuses du bien-être animal.

Plan urbain

34Ces règles dépendent en particulier du contexte (rural ou urbain, lotissement, etc.) et du type de poulailler (mobile ou dur, surface occupée au sol). Pour être en conformité avec la réglementation en vigueur, il est donc recommandé de s'informer tout d’abord en mairie des règles d'urbanisme local ; certaines mairies (plutôt en zones (péri)urbaines) ont en effet pris des arrêtés pour éviter la prolifération de poulaillers (limitation ou interdiction), alors que d’autres municipalités les préconisent, surtout si elles ont opté pour la redevance incitative. De plus, le règlement interne de certains lotissements peut spécifier des contraintes ou carrément l'interdiction d'avoir des poules dans son jardin. Selon un arrêté municipal de 1971, l’élevage et la détention d’animaux de basse-cour sont prohibés à Clermont-Ferrand, à moins de cinquante mètres des habitations, pour des raisons de salubrité publique. Cette infraction est sanctionnée par une amende (Martin, 2013).

35Installer un poulailler mobile (petite structure qui abrite 4 ou 5 poules, voire dix maximum pour les poules naines) ou un poulailler en dur dont l’emprise au sol n’excède pas les 5 m2 ne nécessite aucune autorisation préalable au service d’urbanisme de la mairie. Mais, une déclaration préalable de travaux est indispensable pour un poulailler en dur de surface ≥ 5 m². Il faut se référer en mairie au règlement urbanisme local tel que le plan local d’urbanisme (PLU). Comme pour les abris de jardin, il faut tenir compte du zonage de l’habitation : site patrimonial remarquable, site classé, zone urbaine (UB), future zone à construire (2AU), zone de lotissement (1AU), etc. Surface > 20 m² : demande de permis de construire. Cependant, s'il s'agit de travaux sur une construction existante (poulailler accolé à la maison par exemple), le seuil de 20 m² est porté à 40 m² si la construction est située dans une zone urbaine couverte par un PLU ou un plan d'occupation des sols (POS). Mais cette extension du seuil ne s’applique pas dès lors que, après réalisation des travaux, la surface ou l'emprise totale de la construction dépasse 150 m² (article R. 421-14 du Code de l'urbanisme). La figure-6 récapitule les principaux points réglementaires en vigueur pour les poulaillers urbains.

Figure 6. Principaux points réglementaires en vigueur pour les poulaillers urbains.

Figure 6. Principaux points réglementaires en vigueur pour les poulaillers urbains.

Source : Dumat, 2018

Bien-être animal

36Un particulier fait de l’« élevage familial » et les quelques poules détenues sont considérées comme des animaux d'agrément ou de compagnie (« On entend par animal de compagnie tout animal détenu ou destiné à être détenu par l'homme pour son agrément. » Code rural et de la pêche maritime, article L214-6).

37En termes de bien-être animal, le Code rural et de la pêche maritime donne les règles que tout propriétaire d'animaux doit respecter : « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce. » (article L. 214-1). « Tout homme a le droit de détenir des animaux [...] et de les utiliser [...], sous réserve des droits des tiers et des exigences de la sécurité et de l'hygiène publique et des dispositions de la loi [...] relative à la protection de la nature. » (article L. 214-2). « Il est interdit d'exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques ainsi qu'envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité. » (article L. 214-3).

Nuisances au voisinage

38Pour un élevage d'agrément, il n’y a pas de distance d'implantation du poulailler à respecter par rapport aux habitations voisines. Deux règles juridiques s'appliquent cependant, pour éviter les nuisances :

391-La responsabilité civile du propriétaire des animaux : « Le propriétaire d'un animal, ou celui qui s'en sert, pendant qu'il est à son usage, est responsable du dommage que l'animal a causé, soit que l'animal fût sous sa garde, soit qu'il fût égaré ou échappé. » (Code civil, article 1243). Un enclos évitera que les volailles vagabondent sur la voie publique ou chez le voisin, sachant que le propriétaire est responsable des dommages causés par ses poules.

402-L'interdiction des nuisances sonores : selon le Code de la santé publique, article R. 1334-31 : « Aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l'homme, dans un lieu public ou privé, qu'une personne en soit elle-même à l'origine ou que ce soit par l'intermédiaire d'une personne, d'une chose dont elle a la garde ou d'un animal placé sous sa responsabilité. ». Or, le contexte a son importance, si le chant du coq le matin et le soir, et le caquètement des poules sont considérés comme des bruits normaux de voisinage à la campagne, ce pourra ne pas être le cas en ville. De même, un coq qui chante toute la journée peut constituer une nuisance sonore.

41Enfin, certaines règles de bon voisinage et bon sens sont à respecter pour éviter les nuisances relatives au bruit et aux odeurs, mais aussi les troubles de voisinage, comme : ne pas avoir un coq à proximité de vos voisins ; entretenir et nettoyer régulièrement son poulailler pour éviter les odeurs nauséabondes ; ne pas entreposer le fumier près d'un point d'eau ou de la voie publique ; clôturer l'espace réservé aux poules dans votre jardin. Offrir des œufs frais de temps à autre adoucira aussi les relations de voisinage. Lors de la réunion d’information publique intitulée « Comment faire un poulailler en ville ? » à la ferme pédagogique de Paris (Terraeco, 2017). S. Sarmiento, conseillère environnement à la Ferme de Paris a déclaré : « En réalité, la loi, voilà la seule menace pour un poulailler urbain, en cas de nuisances et de plainte, vous tombez sous le coup des articles 22 et 126 du règlement sanitaire. Mais, le poulailler n’est ni interdit ni autorisé, on est dans un vide juridique ». Selon Boukaiba A., vétérinaire avicole, vu la densité de population à Paris, en cas de grippe aviaire, les autorités interdiront purement et simplement les poulaillers, et un autre risque, moins hypothétique, est celui du désengagement : les sessions hebdomadaires de nettoyage, le passage quotidien et les séjours ponctuels chez le vétérinaire peuvent lasser les moins déterminés. « Quand le poulailler est collectif, il faut un responsable, quelqu’un qui, si besoin, rappelle aux autres leurs obligations. » Pour Fasquel J.J., le SMS du dimanche soir est devenu rituel : « Tu te souviens que tu es de poules demain ? », envoie-t-il à l’un des coresponsables de la basse-cour. Finalement, le plaisir, le lien social et l’optimisme sont avant tout au rendez-vous pour cet éleveur qui conclue : « J’ai l’impression que prendre soin des poules, ça nous rend plus humains ! »

42Les données quantitatives fiables sont relativement peu disponibles et il est donc indispensable de tenir compte également des savoirs faires de chacun et d’être ouvert aux évolutions des connaissances et des pratiques. À l’extrême de ces petits élevages familiaux, se trouvent les exploitations d’élevage de grande envergure, classées pour la protection de l’environnement en France (ICPE) qui font l’objet de réflexions environnement-santé très poussées pour permettre une forte production tout en limitant les risques (Actualités juridiques, 2017). Il apparait intéressant dans le futur de tenir compte des bonnes pratiques développées dans ces deux catégories d’élevages dans une démarche de transition écologique.

Les urbanités et symboliques des gallinacées

43Le 15 janvier 2018 interviewée dans les jardins familiaux de Tournefeuille (Association AJT en action depuis une quinzaine d’années, France, 31, [en ligne] URL: http://www.jardiniersdetournefeuille.org/​) dont elle est la co-présidente et fondatrice, Mme Dupouy D. explique la dynamique sociale induite par le poulailler collectif en place depuis bientôt sept années. « Au départ, plusieurs jardiniers souhaitaient mettre des poules sur leurs parcelles individuelles. Mais, c’était compliqué à envisager pour des raisons pratiques : une poule lâchée dans un jardin potager gratte la terre et peut déterrer les plantes cultivées, en quelques jours la terre est à nue ! Nous avons donc rapidement opté pour un poulailler collectif qui s’est vite mis en place grâce à plusieurs opportunités : des dons de matériel pour construire l’enclos et l’abris pour les poules (des piquets en bois en acacia, du grillage, etc.) et les poules offertes par des adhérents de l’AJT, la grande motivation d’un employé de l’association pour s’occuper des poules et l’intérêt permanent des jardiniers et des visiteurs (surtout les enfants des écoles) pour venir nourrir avec leurs déchets organiques de repas et admirer les poules. Les poules participent en effet à la biodiversité des jardins, elles nous reconnectent à un passé pas si lointain où les fermes existaient dans toutes les villes ou à proximité : les habitants s’y fournissaient régulièrement en lait et œufs frais, viande, etc. La région toulousaine a de plus une tradition bien ancrée de productions agricoles variées (maraichage, grandes cultures, élevages) et de bien manger, de gourmandise et de partage. De nombreuses personnes qui viennent dans les jardins familiaux de Tournefeuille ont souvent un proche agriculteur. Avec les poules, les enfants voient en direct la production des œufs frais locaux et c’est alors facile de les sensibiliser à la notion complexe d’alimentation durable : pourquoi c’est important de savoir d’où viennent les produits consommés ; pourquoi on se pose des questions sur le bien-être et la santé des poules ; pourquoi et comment le gaspillage peut être évité... L’AJT prend au sérieux son rôle dans la transmission des connaissances et savoir-faire agro écologiques aux générations futures, nous avons par exemple créé plusieurs panneaux pédagogiques placés dans les allées avec des informations sur les plantes engrais verts, les abeilles, le compostage et bien sûr les poules. Une transition écologique s’est amorcée depuis une dizaine années, les mentalités évoluent : les personnes qui se mobilisent actuellement pour le nouveau site de jardins familiaux (près de la base de loisirs de la Ramée) sont beaucoup plus sensibilisées aux enjeux de la biodiversité, de l’alimentation durable et de l’intérêt de travailler de façon dé-compartimentée (avec les scientifiques, les élus, etc.) qu’il y a 15 ans lorsque nous avons monté ce premier site où nous discutons. »

44Ces poules multifonctions nous font donc réfléchir et prendre du recul sur nos pratiques quotidiennes et elles incitent à la décompartimentation et interdisciplinarité indispensables pour une gestion durable des écosystèmes complexes. Après avoir fait en quelque sorte table rase du passé et misé massivement sur les bienfaits de la chimie, les acteurs de l’agriculture se mobilisent désormais pour une transition agroécologique plus respectueuse de la santé, de l’environnement et de la démocratie (Zask, 2016). On a l’habitude de penser que la démocratie moderne vient des Lumières, de l’usine, du commerce, de la ville. Le paysan resterait un personnage au mieux simple et vertueux, au pire arriéré et réactionnaire, n’ayant que haine et mépris pour la ville, la société et le progrès authentique. À l’opposé de cette vision, l’ouvrage de Zask (2016) « La démocratie aux champs » examine ce qui, dans les relations entre l’agriculteur ou le jardinier et la terre cultivée, favorise la formation de la citoyenneté. L’autonomie, la solidarité et l’intelligence collective sont aussi revendiquées par les acteurs mis en scène par « Ver de terre production » qui objective de former tous les agriculteurs dans leur transition agroécologique et met à disposition des films pédagogiques tel que « Le poulet de chair et l'œuf agroforestier » de Canet A. président de l'Association Française d'AgroForesterie. La poule, le vers de terre, le hérisson, etc. sont autant de traits d’union entre l’Homme et la Nature, entre les zones rurales et les villes. Ces animaux font en effet appel à tous nos sens et à toutes nos compétences. Le plaisir est au rendez-vous et aussi la réflexion, la créativité et la prise en compte des retours d’expériences. Chaque poulailler urbain est un cas particulier, un écosystème vivant, dynamique qui favorise la réflexion encouragée par Gori (2011) comme gage de démocratie, et impose une gestion agile, pragmatique et interdisciplinaire. Avec les poulaillers urbains on reprend conscience de l’existence des prédateurs (renard, martre, etc.), des commensaux, rats, souris (voire mouches) souvent attirés par les grains, la paille ou les œufs. On se pose la question du bien-être et de la santé animale et de la fin de vie de ces animaux qui peuvent nous accompagner pendant une dizaine d’années. Sur le site de l’association « Poule's Club » il est proposé de participer à l’action : « j’adopte une poule de réforme » qui permet à des citoyens de sauver des poules réformées des poulaillers industriels. L’objectif est avant tout de comprendre pour mieux consommer ou agir, et savoir apprécier les efforts et le savoir-faire des différents producteurs et acteurs de la filière concernant les poules. C’est ainsi que de nouvelles offres sont faites aux consommateurs pour intégrer davantage ces préoccupations « environnement-santé, lien social, éthique… » : exemple de l’opération « Magalli » ([en ligne] URL: https://www.magalli.fr/poule/ajouter) qui propose à la vente des poules de variétés rustiques et dont l’origine est tracée, ou de la basse-cour du bois gourmand ([en ligne] URL: http://www.labassecourduboisgourmand.fr/​) qui concilie l’élevage et la conservation des sols.

45Actuellement, la poule a sans aucun doute une bonne image, en France en particulier, elle a souvent été utilisée pour symboliser des « qualités féminines » : très organisée, agile et fidèle amie comme dans le conte « poule rousse » (Durdikova et Morel, 1964) ou travailleuse consciencieuse dans la fable « la poule aux œufs d’or » (La Fontaine, 1668). Les hommes politiques s’intéressent aussi aux gallinacées : récemment, en date du 24/02/2018 (site internet BFM TV) il est indiqué : « Le Président de la France, Macron E. adopte une poule : alors qu’il rencontrait les agriculteurs au Salon de l’agriculture, un éleveur a offert une poule au président… ». Pour la Journée de la femme du 8 mars 2015, le sénateur écologiste Placé J.V. pose avec une poule (revue Marie Claire, [en ligne] URL: http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/​2015/​03/​05/​jean-vincent-place-la-poule-et-les-femmes/​) pour « dénoncer toute forme de sexisme et de misogynie dans les différents corps de métier, dont la politique ». La gallinacée est en effet une référence à un incident sexiste survenu le 8 octobre 2013 à l’Assemblée nationale. En pleine intervention sur l’âge de départ à la retraite, la députée Massonneau V. est interrompue par des caquètements de poule moqueurs. Elle s’insurge alors : « Arrêtez, cela suffit ! Je ne suis pas une poule ! » une suspension de séance est appliquée. Getz (2017), professeur à l’école de commerce ESCP Europe, plaide pour une gouvernance au travail basée sur la confiance dans une communication intitulée « comment protéger la poule aux œufs d’or ? ». En France, il y a 9 % de poules aux œufs d’or, soit des salariés très engagés prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes sans contrepartie particulière. Que faire ? Isaac Getz passe alors du poulailler au jardin. Pour lui, quand une fleur fane au jardin avant de fleurir, rien ne sert de lui donner de l’engrais. Il faut connaître ses besoins physiologiques et la planter au bon endroit. Là où elle pourra s’épanouir sans que l’on ait besoin d’agir sur la fleur. Commence alors le travail de jardinier qui consiste à mesurer les aspirations des salariés, à savoir leur faire confiance et à libérer ainsi les initiatives.

46Les représentations de la poule évoluent actuellement, il a fallu un siècle aux chercheurs pour comprendre ce qui se passe dans le cerveau des poules, gros comme une noisette (Smith et Zielinsky, 2015). La poule a cependant des capacités cognitives étonnantes, elle a des capacités de communication voisines de celles de certains primates. Quand elle prend des décisions, elle tient compte de son expérience et de ses connaissances sur la situation. Elle peut résoudre des problèmes complexes et se montrer compatissante envers des individus en danger. Quoi qu'il en soit, ces découvertes obligent à une réflexion éthique sur les élevages de poules commerciaux comme non-commerciaux, en intégrant la considération du bien-être physiologique et comportemental des animaux. En 1950, Nicholas et Elsie Collias, de l'université de Californie à Los Angeles, ont montré que les poules ont un répertoire d'environ 24 cris différents, souvent associés à des événements particuliers. Dans le film d’animation Chicken Run (2000), remake du film de 1963 « La grande évasion », la poule devient un symbole de l'intelligence collective ([en ligne] URL: https://www.youtube.com/​watch ?v =l6XNTXkazdw). Contrairement à ses compagnes d'infortune, résignées à leur triste condition, Ginger, poulette rebelle et ingénieuse, qui fait partie d'un élevage tenu d'une main de fer par le couple Tweedy cupide et stupide, multiplie, en vain, mais sans se décourager les tentatives d'évasion. C'est aussi toute la question de l'exploitation animale qui se pose en filigrane.

Conclusion et perspectives

47Comme la majorité des populations humaines réside dans les villes, le développement de la nature en ville est un enjeu crucial pour le bien-être, la santé des habitants et la promotion d’une alimentation durable. Sous réserve des différentes précautions explicitées dans cette communication interdisciplinaire, les poulaillers urbains rendent des services écosystémiques importants (tels que la production de protéines locales, réduction des quantités de déchets organiques, lien et dynamique sociale, reconnexion à la production alimentaire, etc.) qui favorisent la prise de conscience et la participation des citoyens aux enjeux de la transition écologique.

48Cependant la poule est un organisme vivant qui nécessite des soins en termes d’alimentation, santé et environnement. Pour obtenir des œufs sains en ville, des précautions sont indispensables en particulier si le sol contient des polluants persistants émis par des activités anthropiques présentes ou anciennes. Finalement, pour optimiser les bénéfices de ces nouveaux élevages urbains et en limiter les désagréments, le constat est aussi fait du manque de données disponibles, en particulier sur : (i) la qualité des œufs produits en lien avec les pollutions fréquemment observées en zones urbaines et (ii) la santé de ces basse-cours et leurs liens avec les élevages commerciaux. C’est pourquoi il apparait indispensable de développer des projets de recherche avec un volet de sciences participatives tel que le projet POC (des volontaires de Toulouse métropole/Occitanie voulant participer au projet de santé des basse-cours seront recrutés) et de communiquer vers l’espace public sur les projets d’agricultures urbaines comme visé par le Réseau-Agriville ([en ligne] URL: http://reseau-agriville.com/​): une ressource synthétique et grand public dédiée aux poulaillers urbains ainsi qu’une courte vidéo seront mises en ligne en libre accès en 2018.

Haut de page

Bibliographie

Actualités juridiques-Catégorie Environnement, 2017, Les seuils réglementaires d’élevage de poules assujetti à autorisation. Question écrite de Jean-Louis Masson, n° 940, publiée au JO du Sénat du 31 août 2017.

Ademe, 2015, Programme local de prévention des déchets du Trigone (syndicat mixte de production d’eau potable et de traitement des déchets du Gers) pour développer une expérimentation de poulaillers familiaux afin de réduire les quantités de déchets organiques des ménages. [en ligne] URL: http://www.optigede.ademe.fr/fiche/experimentation-des-poules-pour-valoriser-les-biodechets.

ANSES, 2005, Dioxines, furanes et PCB de type dioxine : Evaluation de l'exposition de la population française, Rapport ANSES novembre 2005, 57pp. 

ASV Supplément, 2015, Le « boom » des poules de compagnie, n°85, janvier 2015.

Bavinck, V., A. Bouma, M. van Boven, M.E. Bos, E. Stassen and J.A. Stegeman, 2009, The role of backyard poultry flocks in the epidemic of highly pathogenic avian influenza virus (H7N7) in the Netherlands in 2003, Preventive Veterinary Medicine, 88, pp. 247-254.

Bonny, S., 2005, Les systèmes de production agricole dans la chaîne agroalimentaire : position et évolution, Économie rurale, 288, pp. 91-98.

Clark, H.F., D.M. Hausladen, D.J. Brabander, 2008, Urban gardens : lead exposure, recontamination mechanisms and implications for remediation design, Environ. Res., 107, 3, pp. 312-319.

Chenot, E.D., C. Schwartz, C. Dumat, F. Douay, B. Pourrut, C. Pernin, 2013, Introduction, 344 pages, coordination par Schwartz Christophe, Jardins potagers : terres inconnues ? EDP Sciences ISBN : 978-2-7598-0723-9, page 8.

CONTEGG, Contaminatie van eieren afkomstig van kippen gehouden bij particulieren, 2008. Projet rt-06/9- CONTEGG, 196 pages.

De Schutter, O., 2017, La démocratie participative, essentielle pour changer l’agriculture, Consom'Action, CONSOGLOBE, [En ligne] URL : https://www.consoglobe.com/democratie-participative-agriculture-cg. Consulté le 24 juin 2018.

Dumat, C., T. Xiong, M. Shahid, 2016, Introduction, 88 pages, coodination par Dumat Camille, Agriculture urbaine durable : opportunité pour la transition écologique, Presses Universitaires Européennes, Saarbrücken, DE. ISBN 978-3-639-69662-2, page 9.

Durdikova, L. et E. Morel, 1964, Poule rousse, Les classiques du Père Castor (3). ISBN 9782081601116.

Duretz, M., 2015, L’envol de la poule en ville, Le Monde.fr. 14.04.2015. [En ligne] URL : https://www.lemonde.fr/m-plan-b/article/2015/04/14/l-envol-de-la-poule-en-ville_4615800_4498071.html. Consulté le 24 juin 2018.

Fondation Nature-Homme, 2017, Construire ensemble une alimentation durable. [En ligne] URL : http://www.fondation-nature-homme.org/magazine/alimentation-durable-quels-enjeux/. Consulté le 24 juin 2018.

France Inter, 2017, Des poules municipales en cadeau pour réduire nos poubelles. [En ligne] URL : https://www.franceinter.fr/emissions/l-esprit-d-initiative/l-esprit-d-initiative-04-decembre-2017. Consulté le 24 juin 2018.

Fournier, A., O. Martin, A. Travel, L. Puillet, C. Feidt and C. Jondreville, 2015, Modeling PCB transfer into hen eggs : influence of physiological characteristics of the animal, Environmental Toxicology and Chemistry, 34, 1, pp. 173-183.

Kijlstra, A., W.A. Traag and L.A.P. Hoogenboom, 2007, Effect of flock size on dioxin levels in eggs from chickens kept outside, Poultry Science, 86, 9, pp. 2042-2048.

Garber, L., G. Hill, J. Rodriguez, G. Gregory and L. Voelker, 2007, Non-commercial poultry industries : Surveys of backyard and gamefowl breeder flocks in the United States, Preventive Veterinary Medicine, 80, pp. 120-128.

Getz, I., 2017, Comment protéger la poule aux œufs d’or ? L'Est Eclair, économie. Publié le 10/04/2017. [En ligne] URL : http://www.lest-eclair.fr/20418/article/2017-04-10/comment-protegerla-poule-aux-oeufs-d-or. Consulté le 24 juin 2018.

Genève, ville durable, 2016, Projet Cocorico : ramenez les poules dans vos quartiers, 16 pages. www.ville-geneve.ch.

Gori, R., 2011, La Dignité de penser, Editeur : Les liens qui libèrent, 150 pages. ISBN-10 : 2 918 597 503

IPES, 2016, Uniformity to Diversity, a paradigm shift from industrial agriculture to diversied agroecological systems. International Panel of Experts on Sustainable Food systems. [En ligne] URL : http://www.ipes-food.org/images/Reports/IPES_ExSummary02_1606_BRweb_pages_br.pdf. Consulté le 24 juin 2018.

La Fontaine, J., 1668, La poule aux œufs d’or, Fables livre V.

Lascar, O., 2016, Bill Gates : pour lutter contre la pauvreté, mieux vaut un poulet qu'un ordinateur, Sciences et Avenir High-tech Informatique. Publié le 10/04/2017. [En ligne] URL : https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/informatique/bill-gates-pour-lutter-contre-la-pauvrete-mieux-vaut-un-poulet-qu-un-ordinateur_23375. Consulté le 24 juin 2018.

Léon, O., B. Sraka et J.L. Guérin, 2005, Les infections à Chlamydophila psittaci chez les volailles et leur impact en santé publique, Bulletin des GTV, pp. 239-244.

Magrini, M.B., M. Anton, C. Choleza, G. Corre-Hellou, G. Duc, M.H. Jeuffroy, J.M. Meynard, E. Pelzer, A.S. Voisin and S. Walrand, 2016, Why are grain-legumes rarely present in cropping systems despite their environmental and nutritional benefits ? Analyzing lock-in in the French agrifood system. Ecological Economics, 126, 1 pp. 52-162.

Mainali, C. and I. Houston, 2016, Small Poultry Flocks in Alberta : Demographics and Practices, Avian Diseases, 61, pp. 46-54. https://doi.org/10.1637/11460-062716-Reg.1

Martin, C., 2013, Les poules urbaines ne sont pas les bienvenues à Clermont-Ferrand, La Montagne. [En ligne] URL : https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/insolite/2013/08/28/les-poules-urbaines-ne-sont-pas-les-bienvenues-a-clermont-ferrand_1670055.html. Consulté le 24 juin 2018.

Ministère de l'agriculture et de la pêche, DGFAR, DGAL, 2006, Document Ornithose-Psittacose.

Mouterde, P. et K. El Hadj, 2015, Et si on adoptait des poules pour recycler nos déchets ? Le Monde. [En ligne] URL : https://www.lemonde.fr/cop21/visuel/2015/12/04/et-si-on-adoptait-des-poules-pour-recycler-nos-dechets_4824465_4527432.html. Consulté le 24 juin 2018.

OSUNA, 2017, « Qualité et usages des sols urbains : Points de vigilance ». Document de synthèse, [En ligne] URL : https://www.nature-en-ville.com/document/qualite-et-usages-des-sols-urbains-points-de-vigilance. Consulté le 24 juin 2018.

Ooreka, 2017, La législation pour le poulailler du particulier. [En ligne] URL : https://poulailler.ooreka.fr/comprendre/legislation-poulailler. Consulté le 24 juin 2018.

Organisation des nations Unies-Département des affaires économiques et sociales, 2017, Qu’est-ce-que la ville sinon les gens ? [En ligne] URL : https://www.un.org/development/desa/fr/news/social/what-is-the-city-but-the-people.html. Consulté le 24 juin 2018.

Philippe, E., 2017, Discours de conclusion du Premier ministre le 21/12/2017 pour les États généraux de l'alimentation, Site du ministère de l’agriculture et de l’alimentation, [En ligne] URL : http://agriculture.gouv.fr/egalim-discours-de-conclusion-du-premier-ministre-edouard-philippe. Consulté le 24 juin 2018.

Pierart, A., C. Dumat, A. QuyManh Maes, C. Roux and N. Sejalon-Delmas, 2018, Opportunities and risks of biofertilization for leek production in urban areas : Influence on both fungal diversity and human bioaccessibility of inorganic pollutants, Science of The Total Environment, 624, pp. 1140-1151.

Pirard, C., G. Eppe, A.C. Massart, S. Fieren, E. De Pauw and J.F. Focant, 2005, Environmental and human impact of an old-timer incinerator in terms of dioxin and PCB level : A case study, Environmental Science and Technology, 39, 13, pp. 4721-4728.

Samsøe-Petersen, L., E.H. Larsen, P.B. Larsen and P. Bruun, 2002, Uptake of Trace Elements and PAHs by Fruit and Vegetables from Contaminated Soils, Env. Sci. Technol., 36, pp. 3057-63.

Sauveur, B., 1988, Reproduction des volailles et production d’œufs, INRA Editions, pp 1-449.

Smith, C. et S. Zielinsky, 2015, L'intelligence de la poule, Pour la Science, 454 - Éthologie.

Sørensen, S., L. Krüger, R. Bossi, T.L. Cederberg and K.H. Lund, 2014, Dioxins and PCBs in hen eggs from conventional and free range farms from the danish control program in 2012-13, In Proceedings of the 34th International Symposium on Halogenated Persistent Organic Pollutants Madrid, Spain.

Terraeco, 2017, Des poules en ville, c’est possible… mais ça s’apprend. [En ligne] URL : http://www.terraeco.net/poulailler-ville-poules,58413.html. Consulté le 24 juin 2018.

Travel, A., C. Jondreville, J. Guinvarch, M. Chabault, S. Lubac, C. Feidt, P. Marchand, R. Bonnard, S. Le Bouquin-Le Neveu, V. Allain, A. Thebault, V. Gonnier et Y. Nys, 2008, La filière fait le point sur le risque de transfert de Polluants Organiques Persistants vers les œufs, Thema, 6, pp. 11-19.

Windal, I., V. Hanot, J. Marchi, G. Huysmans, I. Van Overmeire, N. Waegeneers and L. Goeyens, 2009, PCB and organochlorine pesticides in home-produced eggs in Belgium, Science of the Total Environment, 407, 15, pp. 4430-4437.

Xavier, J., D. Pascal, E. Crespo, H.L. Schell, J.A. Trinidad and D.J. Bueno, 2011, Seroprevalence of Salmonella and Mycoplasma infection in backyard chickens in the state of Entre Ríos in Argentina, Poultry Science, 90, pp. 746-751, dOI : 10.3382/ps.2010-01036.

Yehya, S., M. Delannoy, A. Fournier, M. Baroudi, G. Rychen and C. Feidt, 2017, Activated carbon, a useful medium to bind chlordecone in soil and limit its transfer to growing goat kids, Plos One, 12, 7. Published : July 19, 2017, [en ligne] URL: https://doi.org/10.1371/journal.pone.0179548

Zask, J., 2016, La démocratie aux champs. Du jardin d'Eden aux jardins partagés, comment l'agriculture cultive les valeurs démocratiques, Editeur : Empêcheurs de penser en rond, 247 pages. ISBN : 978-2-35925-101-2

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Analyse du cycle de vie (ACV) de la poule depuis l’origine à la fin de vie, avec les grandes étapes pour lesquelles des transferts de matières, polluants, maladies peuvent se produire : origine de la poule, influence de l’environnement sur la poule, influence de la poule sur on milieu, santé et mort de la poule.
Légende Source : Dumat et Souvestre, 2018.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21077/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 2. La poule, un « outil multifonction de développement durable » : (i) réduction du contenu des poubelles urbaines par un recyclage et une valorisation biologique des déchets ; (ii) production locale des œufs qui représentent ainsi une source de protéines à faibles coût et empreinte écologique pour les foyers ; (iii) sensibilisation du grand public à la qualité de l’environnement et de l’alimentation comme bases de la santé.
Légende Source : Dumat, 2018.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21077/img-2.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure 3. Cinétiques des concentrations de polychlorobiphényls indicateurs (PCB-I) dans le tissu adipeux de la poule et dans le jaune d’œuf, simulées durant les 800 premiers jours de vie de la poule pondeuse, avec un niveau d’engraissement de 18 % et un taux de ponte maximal de 99 %. La poule subit une exposition chronique.
Légende Source : d’après Fournier et al., 2015.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 4. Contribution (en %) de différents aliments à l’exposition de la population moyenne française aux PCDD/F et PCB-DL. Œufs issus de la filière agricole
Légende Source : ANSES, 2005
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21077/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 5. Principaux risques sanitaires observés pour les volailles.
Légende Source : Souvestre et Dumat, 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21077/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 6. Principaux points réglementaires en vigueur pour les poulaillers urbains.
Légende Source : Dumat, 2018
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21077/img-6.png
Fichier image/png, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dumat, Agnès Fournier, Marie Souvestre, Jean-Luc Guerin, Dominique Dupouy, Cyril Feidt et Ariane Mélazzini-Déjean, « Les poulaillers familiaux urbains : opportunités et limites de la convergence des usages dans un contexte interdisciplinaire de transition écologique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 31 | septembre 2018, mis en ligne le 05 septembre 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/21077 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.21077

Haut de page

Auteurs

Camille Dumat

CERTOP, Université Toulouse, INP-ENSAT /Association Réseau-Agriville, France, courriel : camille.dumat@ensat.fr

Articles du même auteur

Agnès Fournier

Université de Lorraine – INRA, France

Marie Souvestre

École Nationale Vétérinaire de Toulouse, France

Jean-Luc Guerin

École Nationale Vétérinaire de Toulouse, France

Dominique Dupouy

Association des Jardins familiaux de Tournefeuille, France

Cyril Feidt

URAFPA, Université de Lorraine – INRA, France

Ariane Mélazzini-Déjean

Association Parole Expression, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page