Navigation – Plan du site
Expériences d'agricultures urbaines et aménagement

Les micro-fermes urbaines, de nouvelles fabriques agri-urbaines

Anne-Cécile Daniel

Résumés

L’étude porte sur l’analyse des fonctionnements de 5 micro-fermes urbaines. Nous avons observé des fonctionnements diversifiés, qui dépendent fortement de leur ancrage territorial, du système technique adopté et des ressources humaines et financières disponibles. Les fermes urbaines tirent profit de leur proximité à la ville pour obtenir des ressources indispensables à leur développement, mais font également face aux contraintes qu’impose le monde urbain. Ces nouvelles fabriques urbaines sont source d’innovations potentielles pour les filières agricoles et horticoles, à condition de formaliser des interactions avec elles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis une dizaine d’années, les micro-fermes urbaines se développent un peu partout en France, en Europe, en Asie et en Amérique du Nord (Morel, 2017). Situées en milieu urbain, sur de petites parcelles, bien souvent dans les interstices délaissés, elles génèrent une activité économique en mettant sur le marché les denrées alimentaires qu’elles produisent. La production et la vente de denrées alimentaires ne suffisent cependant pas, elles offrent donc en parallèle d’autres catégories d’activités (entre autres des activités pédagogiques, de loisirs, culturelles et d’aide à la conception des jardins) (Daniel, 2017). Elles sont qualifiées à juste titre de fermes urbaines multifonctionnelles en différenciant les fermes qui fournissent des services in situ (ex. loisir, pédagogique, etc.) des autres qui fournissent des avantages à travers les flux matériels ou environnementaux liés au métabolisme urbain (Simon-Rojo et al., 2016).

2Au vu de nombreuses contraintes que la ville impose, un partenariat entre l’exploitant et le propriétaire privé ou public du lieu d’ac­cueil, et l’implication de bénévoles sont indispensables à leur existence. Ceci les distingue des mi­cro-fermes maraichères (Morel, 2016 ; Léger, Morel, 2017) des fermes de petite taille et inscrites dans des systèmes alimentaires alternatifs. Les micro-fermes urbaines sont dès lors des formes intermédiaires entre des jardins collectifs (de type jardins familiaux ou partagés), et des fermes maraichères reconnues comme telles par la profession et les instances agricoles.

3Malgré leur essor, les micro-fermes urbaines véritablement implantées en France restent en petit nombre et leur hétérogénéité ne permet pas d’en dessiner une typologie unique. Pagès (2016) les inscrivent dans le processus de mutation agri-urbain, porteuses d’une alternative agri-culturelle d’écritures associatives et militantes d’une métropole, Paris, « qui mange ». À l’heure où opérationnellement, les décideurs politiques et planificateurs urbains prennent en compte de façon croissante l’agriculture urbaine, les micro-fermes urbaines séduisent. Elles représentent de véritables opportunités pour reconquérir les espaces délaissés des villes et redonner vie à certains espaces publics en désuétude.

4Souvent démunis en termes de concepts et d’outils, les collectivités et aménageurs inventent par conséquent de nouvelles manières de faire projet. Nous faisons l’hypothèse que comprendre les fonctionnements internes des micro-fermes urbaines, c’est commencer à appréhender les conditions de pérennité de celles-ci, et également nourrir la réflexion sur les modalités d’intégration de ces nouvelles fabriques agricoles dans la ville.

5Le présent article vise à présenter les fonctionnements de cinq micro-fermes urbaines et apporter des pistes de réflexion sur les différents impacts quant aux futurs aménagements de ces objets.

Une étude participative pour étudier les fonctionnements des microfermes urbaines

Des indicateurs de durabilité pour étudier les fonctionnements des micro-fermes urbaines

  • 1 Cette méthode était conçue par un groupe de recherche français où le comité de pilotage est composé (...)

6Par fonctionnement de l’exploitation agricole, on entend « l'enchaînement de prises de décisions de l'agriculteur et de sa famille dans un ensemble de contraintes et d'atouts, en vue d'atteindre des objectifs qui régissent des processus de production et que l'on peut caractériser par des flux divers (de monnaie, de matières, etc. » (Capillon 1993) En partant du postulat que l'ensemble des décisions de l'agriculteur est cohérent par rapport à sa vision de la situation et à ses objectifs, c’est par les processus de décision que l'on comprend le fonctionnement de l'exploitation agricole. Nous avons posé comme hypothèse de travail que les indicateurs de durabilité classiquement utilisés dans les outils d’évaluation de la durabilité des exploitations agricoles (IDEA, Indicateurs de Durabilité des Exploitations Agricoles1 et FADEAR, outil utilisé pour l’agriculture paysanne) pouvaient être réutilisés pour caractériser le fonctionnement de la micro-ferme urbaine. Ces indicateurs ont ainsi formé une grille de lecture pour répondre dans notre contexte à trois objectifs essentiels : simplifier la complexité systémique en inté­grant l’information pour décrire qualitativement et quantitativement les systèmes étudiés, afin de pouvoir communiquer des informations opérationnelles nécessaires à la prise de décisions par les acteurs du développement durable (Desbois 2007). Il est pertinent d’ajouter que se centrer sur le fonctionnement interne de l’exploitation, c’est prendre en compte progressivement les liens entre la gestion interne et les influences exogènes de l’exploitation (Ba, Aubry 2011)

7Pour faciliter et simplifier l’utilisation des indicateurs, nous les avons classés en trois catégories d’analyse, répondant chacune à des questionnements de compréhension des fonctionnements des systèmes et des choix stratégiques (Morel et Léger 2015). La première catégorie concerne l’ancrage territorial : en quoi l’agriculture urbaine favorise-t-elle les échanges à l’échelle du quartier, de la ville et en quoi contribue-t-elle au développement local ? La deuxième catégorie concerne le système technique : en quoi la diversité des projets, mais aussi la multifonctionnalité des exploitations favorise-t-elle la diversité des pratiques et vice versa ? En quoi les choix techniques et l’organisation du travail sont-ils liés au contexte urbain ? Peut-on rendre compte du système technique et l’analyser avec les mêmes outils que pour les exploitations agricoles plus traditionnelles ? La troisième catégorie concerne les ressources économiques et humaines : quelles sont les ressources financières nécessaires pour le fonctionnement des fermes urbaines ? Quelles sont les ressources humaines nécessaires à ce fonctionnement et d’où proviennent-elles (famille, salaires, bénévoles, etc.) ? À quel niveau, par qui et sous quelles modalités sont-elles aidées financièrement ?

Une étude participative pour étudier les pratiques 

8L’étude des pratiques agricoles et de leurs déterminants est une méthode agronomique qui a émergé à la fin des années 1980, dans le but d’analyser le fonctionnement technique des fermes. Il s’agissait de comprendre en quoi certaines « évolutions techniques » prônées par l’appareil de développement agricole n’étaient pas mises en œuvre, ou mal, ou différemment de ce qui était prévu dans nombre d’exploitations agricoles. Cette méthode couramment utilisée en agronomie des systèmes se décompose en trois phases : la description des pratiques, leur analyse interne permettant la mise en évidence de la rationalité des acteurs, enfin leur analyse externe correspondant à l’évaluation de leurs effets et de leurs performances » (Jouve, 1997). Ces trois étapes recouvrent trois questions que l’on doit se poser en tant qu’observateur des pratiques des agriculteurs : « que fait-il et comment fait-il ? Quels sont les résultats de son action ? pourquoi fait-il cela ? »(Landais, Deffontaines, 1988). Comprendre les pratiques, c’est déjà appréhender le fonctionnement des fermes.

Démarches de recherche

9Pour obtenir les informations concernant les pratiques agricoles et le mode fonctionnement, l’approche participative est indispensable. Une des techniques utilisées a été celle de l’observation participante « elle implique de la part du chercheur une immersion totale dans son terrain, pour tenter d’en saisir toutes les subtilités, au risque de manquer de recul et de perdre en objectivité. L’avantage est cependant clair en termes de production de données : cette méthode permet de vivre la réalité des sujets observés et de pouvoir comprendre certains mécanismes difficilement décryptables pour quiconque demeure en situation d’extériorité. En participant au même titre que les acteurs, le chercheur a un accès privilégié à des informations inaccessibles au moyen d’autres méthodes empiriques » (Soulé, 2007). Ces deux avantages induits par la méthode d’observation participante se retrouvent dans les résultats qui seront évoqués par la suite. Toutefois, contrairement à cette définition, il faut souligner que les participants au travail présenté ici ne se sont pas totalement immergés et ont fait preuve d’émancipation pour trouver « un équilibre subtil entre le détachement et la participation » comme décrit par Hughes (1996, in Soulé 2007). Afin de récolter les données permettant de mesurer les indicateurs que nous avons sélectionnés à partir des outils de la durabilité des exploitations agricoles, nous avons préfiguré des carnets de campagne correspondant aux catégories d’analyses : (i) les activités non agricoles et les liens avec le territoire, (ii) les activités agricoles, et (iii) les récoltes et ventes. Chacune de ces parties indépendantes a été soumise aux porteurs de projet ou aux personnes qui, sur le site, se sentaient l’envie ou la disponibilité d’effectuer le suivi. Des modifications ont été réalisées pour concilier les objectifs de l’étude et les possibilités de retombées positives de ces carnets dans les fermes urbaines. Les retombées positives évoquées avec les porteurs de projet sont les possibi­lités - pour ces projets en transition ou nouveaux - de prendre du recul sur leurs activités et leurs pratiques et de pointer atouts et faiblesses de leur modèle. L’équipe a aussi cherché à réduire au maximum les redondances avec des outils de suivi ou de gestion déjà existants et déjà complets.

10Le remplissage des carnets (seul ou accompagné par notre équipe) fut très variable selon les micro-fermes urbaines, mais les informations récoltées ont nourri l’étude et ce fut un outil pertinent pour communiquer à chaque visite avec les praticiens. En effet, pour comprendre le fonctionne­ment d’une exploitation agricole, il n’est pas suffisant d’obtenir une information quantitative sur une pratique, mais aussi comprendre cette pratique, ses déterminants et ses liens avec les autres, à travers ce que l’on nomme « l’étude des pratiques ».

11Pendant un an le suivi s’est organisé de la manière suivante : visite une à trois fois par mois de chaque ferme urbaine avec parfois une participation aux tâches en cours dans la ferme ; remplissage d'une fiche terrain pour chaque visite et retranscription dans un compte-rendu ; vérification des carnets de campagne mis en place pour certaines fermes urbaines ; accompagnement des projets face à certains enjeux techniques et règlementaires ; analyse de différents documents : compte de résultats, bilan moral, article de presse, réseaux sociaux, etc. De manière générale, ont été analysés : les comptes-rendus rédigés à chaque visite, les carnets de campagne, les bilans comptables des associations, les informations disponibles sur internet (Facebook, site internet, drive, etc.) et les études diverses déjà réalisées. La grille qui a été utilisée pour faire l’analyse des sources documentaires a été construite en prenant en compte les critères décrits dans le paragraphe précèdent concernant l’ancrage territorial, les systèmes techniques et ressources humaines.

12La méthodologie générale (Figure 1) a été adaptée en fonction des besoins et des fonctionne­ments internes avec un degré variable d’investissement.

Figure 1. Démarches de recherche pour comprendre les fonctionnements des micro-fermes urbaines.

Figure 1. Démarches de recherche pour comprendre les fonctionnements des micro-fermes urbaines.

Source : Daniel, 2017

Études de cas

13En novembre 2014, nous avons comptabilisé en région parisienne une douzaine de fermes intra-urbaines (étaient exclues celles à l’état de projet) mettant au moins en partie sur le marché des fruits et/ou des légumes et créant au moins un emploi. Ce constat a mis en évidence un nombre faible de fermes intra-urbaines en Île-de-France, malgré l’engouement incontesté du mouvement à travers les conférences, séminaires, articles de presse et les publications. Si les formes high-tech (type serres urbaines, indoor farming, fermes verticales) sont en particulier souvent évoquées, force est de constater que fin 2014, aucune n’avait encore vu le jour dans la région.

  • 2 Un jardin comestible entretenu par une entre­prise privée pour un restaurant (paysagisme com­estibl (...)

14Sur les douze fermes urbaines, huit ont été suivies pendant un an. Au cours de l’étude, trois sortiront du champ d’études, car leurs spécificités demandaient une étude complémen­taire étant donné qu’elles ne correspondaient pas véritablement à la définition que nous avions donnée aux micro-fermes urbaines2. Les quatre autres fermes étaient soient trop éloignées de Paris (plus d’une heure de transport), soit nous avons connu plus tard leur existence.

Les 5 micro-fermes urbaines analysées

15Les cinq fermes étudiées (tableau 1) sont toutes des associations Loi 1901, constituées entre 1992 et 2014. Elles sont localisées sur des espaces appartenant aux collectivités (ville et département), dans des parcs, délaissés urbains ou encore sur un site historiquement horticole. Les surfaces varient entre 600 m² et 2 hectares. Les 5 micro-fermes urbaines génèrent toutes au moins un emploi et mettent sur le marché des denrées alimentaires via une activité de vente ou de donation.

16Pour les différencier et les anonymiser, l’activité principale de la structure s’est avérée intéressante. Ainsi, parmi les fermes urbaines les plus répandues, on distingue la ferme « Agricole » dont la production et la vente de fruits et légumes sont majeures ; la ferme « Culturelle » dont le cœur de métier est la programmation d’évènements ; la ferme « Découverte » qui axe sa stratégie sur l’expérience, le partage et l’intelligence partagée ; la ferme « d’Éducation » dont la formation et la sensibilisation constituent les activités principales ; la ferme « d’Insertion » dont l’objectif est d’insérer des personnes dans le monde professionnel via l’activité de jardinage et de maraichage.

Tableau 1. Caractéristiques principales des microfermes étudiées.

  • 3 Etablissement Public d’Aménagement

La ferme A

Agricole

La ferme C

Culturelle

La ferme D

Découverte

La ferme E

Education

La ferme I

Insertion

Lieu d’installation

Parc agricole, espace de loisirs et de promenade

Délaissé –proche campus universitaire

Parc historique, dans un milieu boisé

Collège REP

Ancienne ferme maraichère

Propriétaire

Département

EPA3

+ commune

Commune

Département (et la région) + mairie (DASCO)

Commune

Date de création

2007

1992 

2013

2014

2011

Surface totale du site ha

4,3

2,5

0,13

1,5

2000

Surface cultivée avec allées m²

20 000

1 000

800

1650

600

Emploi

5,8 ETP

4 ETP

1 ETP en 2016

1 ETP

3 ETP+ 5ETP en insertion

Objectif principal

Produire des paniers de légumes pour les adhérents de l’association et ouvrir le projet aux urbains

Offrir des activités culturelles dans un cadre agricole en milieu urbain.

Développer une activité maraichère associative ouverte au public

Sensibiliser les urbains sur les questions autour du jardinage et de l’agriculture

Accueillir et accompagner des personnes en insertion et de les amener à l’employabilité.

17Les micro-fermes urbaines cherchent un équilibre dans les choix stratégiques des structures

18Nous présenterons les résultats selon les trois catégories d’analyse de l’étude (cf 2-1), piliers structurants qui régissent le fonctionnement d’une micro-ferme urbaine (figure 2) : (i) leur ancrage territorial analyse les interactions de l’association avec le quartier et la ville, (ii) le système technique agricole décrit les pratiques et les choix stratégiques qui en découlent, et enfin (iii) les ressources financière et humaine donnent à comprendre les choix organisationnels des structures. Pour réussir, les micro-fermes urbaines se doivent de trouver une cohérence globale entre ces choix stratégiques.

Figure 2. Fonctionnement général des micro-fermes urbaines.

Figure 2. Fonctionnement général des micro-fermes urbaines.

Source : Daniel, 2017

19Les projets doivent par conséquent intégrer une organisation du travail adaptée aux objectifs du projet, un accès continu et de qualité aux ressources et un réseau partenarial stable et solide. Aussi, c’est souvent l’agriculteur urbain lui-même, le porteur de projet, qui constitue la clef de voûte de la pérennité de la ferme urbaine au sol. Cette analyse des trois piliers qui structurent les micro-fermes urbaines et contemporaines offre un éclairage unique sur leur fonctionnement en cours dans nos cités. Ce cadre nous permettra d’alimenter la discussion et de décrypter les fonctionnements des micro-fermes urbaines et apporter des pistes de réflexion sur les différents impacts pour la profession agricole et horticole.

Des micro-fermes ancrées dans leur territoire urbain

20Les micro-fermes urbaines créent des dynamiques au sein d’un quartier et plus largement au sein de la ville, voire même de la région. Ce sont des nœuds d’échanges et de contacts très complexes dans lesquels un panel d’activités est offert aux citadins. Elles se développent en général dans les oubliés de l’urbanisme, contribuant ainsi à la singularité de chacune d’entre elles. Cependant, la sécurisation du foncier est encore très précaire, et les espaces sur lesquels elles sont implantées ne sont pas toujours favorables à leur développement. Car même si elles ont la capacité de s’adapter en permanence, trop les solliciter peut nuire à leur essor.

Le foncier et l’aménagement de l’espace : la créativité au service de la pérennité

21Accéder au foncier est le premier obstacle à franchir pour tout projet de ferme urbaine. Les micro-fermes urbaines rusent pour obtenir un lopin de terre, car le foncier urbain est rare, précieux et coûteux. Elles repèrent soit des espaces urbains qui ne sont pas encore exploités, mais adaptés à des fins productives et/ou de constructions, puis adressent des demandes aux collectivités territoriales ou aux propriétaires privés (Ferme Agricole, Culturelle, Insertion). Elles répondent autrement à des appels à projets lorsque la ville cherche à implanter de nouveaux projets (cas de la ferme Découverte et Éducation). Dans certains cas le site est identifié au préalable, et dans d’autres cas la collectivité propose un site au vu du projet présenté.

22Les micro-fermes urbaines sont localisées dans différents espaces du tissu urbain : friches, écoles, parcs, espaces verts. Les outils juridiques sur lesquelles elles peuvent s’appuyer sont peu sécurisants pour les associations, et peu adaptés à leurs activités. L’enjeu pour les agriculteurs urbains vis-à-vis des propriétaires privés et publics est d’obtenir une garantie de pouvoir exploiter sur une période suffisante, afin d’avoir le temps nécessaire de s’installer correctement et récolter le fruit de son travail. L’outil juridique le plus souvent utilisé est donc la convention d’occupation précaire, qui s’échelonne de 3 à 5 ans, généralement renouvelables (tableau 2). Les conventions sont proposées par les services juridiques des propriétaires, n’incluant pas vraiment de spécificités liées à l’activité agricole. Desrousseaux et Stahl (2014) remarquent bien que ce vent de nouveauté ne semble pas encore parvenu jusqu’au droit qui ne prévoit aujourd’hui aucune règle spécifique pour l’agriculture urbaine, la laissant évoluer au gré des volontés politiques locales. L’accès au foncier pour les micro-fermes urbaines reste aujourd’hui essentiellement tributaire de la volonté des collectivités et des aspirations des gestionnaires des organismes. Selon Benoit Grimonprez (2015), le droit en vigueur, malgré des évolutions (Loi Avenir), ne fournit pas encore le cadre idéal à l’épanouissement d’un projet global d’agriculture de proximité : trop d’incertitudes, de zones d’ombres et de contradictions demeurent au plan juridique pour que des projets agri-urbains puissent sereinement voir le jour et dépasser le stade militant et expérimental.

Tableau 2. Conventions entre les micro-fermes urbaines et les propriétaires.

  • 4 EPA : Etablissement Public d’Aménagement
  • 5 DASCO : Direction des Affaires Scolaires de la Ville de Paris

F. Agricole

F. Culturelle

F. Découverte

F. d’Education

F. d’Insertion

Convention

départementale

Convention d’occupation des sols jusqu’en 2020 avec le département, avec possibilité de reconduction

En attente d’être votée

-

Les travaux d’entretien sont financés par le département

-

Convention ville/propriétaire

Convention d’occupation des sols jusqu’en 2016 et reconductible, avec la ville

En cours (situation conflictuelle) avec la ville, mais convention signée avec l’EPA4 pour 5 ans

Convention d’occupation précaire signée pour 3 ans renouvelable 1 fois

Convention avec la DASCO5 non signée

Convention d’occupation précaire pouvant être résiliée à tout moment (préavis de 3 mois)

23Le second obstacle est de faire face aux nombreuses contraintes liées à l’environnement urbain. Entre la segmentation des espaces, les ombres portées, les reliefs ou les risques liés aux sols contaminés, l’agriculteur urbain doit faire preuve de persévérance pour mener à bien son projet. Les agriculteurs urbains travaillent tous sur différents espaces pour augmenter leur surface d’activité. Cette segmentation spatiale se situe à deux niveaux, l’intra-site (parcelles disparates, obstacles divers) (Figure 3) et l’inter-site (déplacements entre chaque site). La logistique et l’organisation sont donc des maillons clés pour optimiser le système et éviter les pertes de temps.

Figure 3. Localisation complexe des parcelles, serres, bureau et entrepôt de la ferme Agricole.

Figure 3. Localisation complexe des parcelles, serres, bureau et entrepôt de la ferme Agricole.
  • 6 [en ligne] URL :https://www6.versailles-grignon.inra.fr/ecosys/Recherche/Projets/REFUGE

24Les micro-fermes urbaines restent par ailleurs peu accessibles et peu visibles (pas de signalisation par exemple), car les lieux d’implantation sont souvent marginaux. Elles offrent l’avantage de valoriser le patrimoine urbain délaissé, les « dents creuses ». D’autres diront que les micro-fermes contribuent à diminuer les risques liés aux vols et aux dégradations en occupant les lieux et en intégrant le voisinage dans leurs activités. Au-delà de leur singularité, des difficultés sont rencontrées lors des demandes d’autorisations pour l’installation de serres, de bâtiments de stockage, de logements pour l’agriculteur urbain ou pour l’agrandissement des parcelles et l’ouverture au grand public. Une autre contrainte est rencontrée lorsque les sols se révèlent contenir des contaminants nocifs pour la santé. Des solutions peuvent exister, mais il est nécessaire de bien connaître les risques et adopter des mesures de gestion adaptées avant d’installer l’activité et de produire. Un accompagnement est indispensable comme le montre le projet REFUGE (Risque en Fermes Urbaines : Gestion et Évaluation)6, né de cette étude participative.

La commercialisation : faire de la proximité à la ville un atout commercial

25Les micro-fermes urbaines peuvent s’inscrire au sein des stratégies alimentaires de la ville en étant des relais pour l’agriculture urbaine présente en marge des villes. Car en complétant leur offre par des produits issus de l’agriculture régionale, elles participent à la promotion de la consommation de produits agricoles locaux. Toutes les micro-fermes urbaines commercialisent leurs récoltes en direct et localement. Elles valorisent ainsi la fraîcheur et le goût de leurs produits. Par souci de rentabilité et selon les saisons et le contexte, plusieurs moyens de commercialisation de la production sont mis en œuvre.

26La vente des productions est souvent un sujet de débat, car il s’agit d’une tâche chronophage pour les employés. Si pour certains salariés, la vente est vécue comme un moment convivial à la rencontre des consommateurs, pour d'autres au contraire, l’exercice est une perte de temps face aux nombreuses activités agricoles de terrain.

27Nous avons observé différentes manières d’organiser les ventes. Il y a les ventes uniques, pratiquées lors d’évènements particuliers ; les récoltes sont autrement utilisées dans la cuisine de tous les jours pour l’équipe. Certaines fermes urbaines vendent occasionnellement leur production au public pendant la belle saison. Dans ce cas, des stands dans les rues ou devant une épicerie sont mis en place. Parfois même, les produits sont transformés, ce qui évite les pertes et permet d’augmenter la valeur ajoutée. La vente en continu constitue aussi une forme plus structurée de commercialisation. Elle s’effectue via des paniers ou en direct avec les épiceries, les restaurants ou sur les marchés. Pour ce faire, des investissements plus importants sont nécessaires au moment de l’installation, car souvent une chambre froide est de rigueur pour conserver les récoltes ou les produits transformés.

Des fermes animées !

28Les fermes urbaines sont en général de véritables lieux d’animation, d’activités culturelles et de débats. Les actions menées tout au long de l’année sont des sources de revenus pour les associations et dynamisent fortement le quartier, voire même la ville. Dans notre étude seule la ferme d’insertion n’offre pas d’activités ouvertes au public puisque l’objectif est avant tout l’insertion professionnelle (nous connaissons cependant des fermes urbaines faisant de l’insertion professionnelle et des animations). En analysant les sites internet et les réseaux sociaux des 4 autres fermes, nous arrivons à un total d’environ 184 actions officielles organisées par les fermes urbaines sur un an, classés en 5 catégories (figure 4).

  • Les animations : ce sont des actions organisées ponctuellement : ateliers (cuisine des légumes de la ferme et du monde, biodiversité, architecture et construction, artisanat, compost, etc.), formations diverses autour du maraichage/jardinage, chantiers (plantation, arrosage collectif, etc.), Team building avec des salariés d’entreprises, visites guidées, aide à la création de jardins partagés, animations dans les jardineries. Ces prestations peuvent être payantes ou non.

  • Les conférences : ce sont des moments d’échanges et de débats sur des thématiques en général tournées autour de l’agriculture, de l’alimentation et de la biodiversité. Des films peuvent être également projetés.

    • 7 Les 48 h de l’agriculture Urbaine est un évènement organisé chaque année à Paris par l’association (...)

    Les évènements : ce sont des moments festifs pour les fermes urbaines : repas collectifs, fêtes (de la Saint Fiacre, d'automne, des jardins, de la nature, des moissons, etc.), participation à de grands évènements comme les 48 h de l'AU7, organisation de grands chantiers participatifs, inauguration d’une nouvelle infrastructure, rencontre d’une personnalité engagée. Les grands évènements sont en général gratuits et ouverts à un très large public.

  • Les ventes-évènements : ce sont des actions destinées à écouler les productions récoltées, ce sont des ventes flash des produits de la ferme, ou d’autres provenances (huile d’olive et citron de Grèce par exemple), dans des lieux à chaque fois spécifiés (kermesse, épicerie sociale et solidaire, etc.)

  • Les spectacles et concerts : ce sont des actions rémunératrices pour les fermes qui sont aussi soutenues par des aides liées à la culture et à l’art.

Figure 4. Les différentes actions organisées en un an dans 4 micro-fermes urbaines.

Figure 4. Les différentes actions organisées en un an dans 4 micro-fermes urbaines.

En ordonnée : le nombre d’animations enregistrées sur l’année de suivi, 2015.

29Des espaces publics quelque peu oubliés peuvent ainsi trouver de nouvelles vocations. Tout en se métamorphosant en jardin comestible, les micro-fermes deviennent alors de véritables lieux d’échange, de sensibilisation, de formation, de partage et d’éducation populaire.

Des techniques culturales adaptées au contexte urbain

30Le système de culture de chaque micro-ferme urbaine dépend très fortement des objectifs du projet, mais aussi de l’agriculteur urbain lui-même, des produits cultivés, de la localisation, des ressources disponibles et de la qualité des sols. Les règles de décision sont très peu stabilisées en raison de la jeunesse des projets. Les pratiques culturales se rapprochent très fortement de l’agriculture biologique et un potentiel fort existe quant à la valorisation des déchets organiques de la ville. Une micro-ferme urbaine a cependant des objectifs de production variés, tributaires des contraintes et des opportunités auxquelles elle fait face.

Une biodiversité cultivée : près de 300 variétés cultivées sur seulement 5 micro-fermes urbaines

31Nous avons comptabilisé 41 espèces et 285 variétés différentes sur les 5 micro-fermes (figure 5). Celles-ci cultivent seulement trois espèces communes : la tomate, la courge, l’aubergine (des légumes fruits peu accumulateurs des contaminants du sol). Les fermes cultivent une grande diversité de légumes en choisissant plusieurs variétés par espèce. Les données ne prennent cependant pas en compte les fruitiers, les petits fruitiers, les herbes aroma­tiques et médicinales et les fleurs, qui sont de plus en plus nombreux, mais diffici­lement quantifiables.

Figure 5. Nombre d’espèces et variétés cultivées dans les micro-fermes urbaines de l’étude (2015).

Figure 5. Nombre d’espèces et variétés cultivées dans les micro-fermes urbaines de l’étude (2015).

32Le choix des cultures est intrinsèquement lié aux objectifs du projet ou encore de l’association dans sa globalité. Pour les jardiniers des jardins collectifs, le choix des cultures repose sur des choix personnels (Pourias 2014), dans notre cas, il est davantage lié au projet dans sa globalité.

33Même si les choix diffèrent d’une ferme à l’autre, quelques similitudes sont observables. Ainsi, les agriculteurs urbains pratiquent une diversification maximale des cultures, une sélection de variétés qui ont du goût, anciennes et souvent reproductibles pour la souveraineté des semences, originales et qui ont une bonne tenue (taux de germination, rendement, sensibilité aux maladies). Les déterminants répondent aux attentes du public des fermes et aux contraintes environnementales du site comme la qualité du sol, les surfaces ou l’ombrage. Les décisions sont prises dans une optique « sociale » pour sensibiliser les urbains à leur alimentation, tout en s’adaptant aux contraintes spatiales de la ferme. Enfin, la sélection des variétés hâtives et tardives offre l’opportunité d’étaler les récoltes dans la saison.

34Pour illustrer le propos, prenons l’exemple de la ferme d’Insertion (Tableau 3). Elle alimente des centres d’aide alimentaire avec ses récoltes. Elle se donne donc comme objectif de produire en quantité importante (volume et poids) pour faire profiter le plus grand nombre de bénéficiaires de ses produits et offrir des aliments qui ont du goût et facilement cuisinables. Le responsable des cultures pense « que le gamin, il va sourire devant son assiette parce qu’il va manger correctement, le parfum, de la vitamine, du soleil », il faut donc proposer des légumes peu accessibles et « qui sont sains, comme le chou qui est un anti-cancer, bon pour les gens ».

35La touche exotique a aussi son importance « c’est une ferme exotique ici, les cultures exotiques rappellent aux employés en insertion leur pays ». Le chef de culture a un contact en Guadeloupe pour obtenir des semences de concombre et de chayotte, et le bureau d’études avec qui il travaille ramène des graines de ses voyages. L’association souhaite cultiver sous serre du gingembre et du gombo dans les années à venir. « J’ai privilégié des concombres venant de lointains pays pour, déjà pour leur goût, le côté gustatif, et c’est pas des petits concombres : il va proliférer, très vite et en proliférant, il va donner beaucoup de manne et au moins, t’en as dans l’assiette. T’as pas que des concombres qui font 400-500 gr. là t’as des concombres qui font 500, 600, 700 gr. voire plus, là c’est génial ! ». L’association est cependant dépendante des dons, ce qui ne lui permet pas toujours de cultiver les variétés souhaitées. Malgré la reconnaissance du chef de culture pour ces dons, il est parfois ennuyé, car ils ne correspondent pas vraiment à ce qu’il voudrait faire. Il aimerait par exemple des plantes aromatiques, médicinales et dépolluantes qui sont trop chères, et disponibles seulement que dans des pépinières spécialisées. Toutefois, grâce au soutien du bureau d’études partenaire, quelques plantes dépolluantes sont en train d’être multipliées pour faire des expérimentations in situ.

Tableau . Déterminants pour le choix des cultures de la ferme d'Insertion.

 

Déterminants

Choix des cultures

Exemple

Insertion

Donner la volonté aux salariés en insertion de travailler

Choix d'espèces exotiques

Chayotte, piments, tomates, concombre de la Réunion, concombre du soleil, du Népal

Satisfaire la clientèle de l'aide alimentaire avec des produits frais, qui ont du goût, nutritifs

Choix d'espèces de légumes fruits et feuilles (très peu de légumes racines, bulbes, graines)

Tomates, poivrions, aubergines, choux, salade, herbes

Produire de gros légumes

Choix d'espèces hybrides

Concombre, courge

Expérimenter

Essais de décontamination du sol
Culture de jeunes plants, semences, plantes rares et médicinales en hors-sol

(expériences soumises à confidentialité)

Rotations des cultures : organisation de la diversité et faire face au manque de place

36Les surfaces cultivées étant limitées, des stratégies sont mises en place pour gérer la diversité des plantes cultivées. Les rotations des cultures servent à respecter les délais de retour des cultures les plus fragiles, mais restent toutefois difficiles à mettre en place lorsque les surfaces sont trop limitées, notamment sous serre pour les légumes fruits.

37Les micro-fermes tendent également à associer de plus en plus les espèces, en alterné, en quinconce, ordonnées, mixées et aléatoires et enfin mixées en rang (Ronceray, 2016) pour faire face au manque de place. Les cultures côte à côte bénéficient par ailleurs d’un voisinage favorable en éloignant selon les cas les ravageurs, ou bien en apportant de l’azote au sol. Les plantations sont souvent très denses et des variétés à cycle court sont privilégiées.

38Organiser un plan de culture, c’est planifier ses successions culturales et garder en mémoire la localisation des cultures pour faire des rotations. En agriculture classique, maraichage compris, cette organisation est un des volets majeurs des décisions techniques reliant les exigences du « marché » dans lequel on veut s’inscrire et les contraintes agronomiques portant notamment sur le contrôle des ravageurs des cultures (Aubry 2007). Ces rotations dans les micro-fermes urbaines sont plus ou moins établies (Tableau 4). Deux fermes ont mis en place un plan de rotation strict pour des raisons principalement organisationnelles : commander les semences à temps et faciliter la communication avec les adhérents. Pour la ferme d’Insertion et d’Éducation, le plan était en cours de réflexion, le projet ne semblait pas encore assez mûr et avancé pour s’attacher à suivre un planning de culture. Dans tous les cas, les commandes de semences ont lieu en hiver ou au début de printemps pour toutes les fermes. Des dons et achats complémentaires sont nécessaires en cours d’année, ainsi que « des semis d’urgence » (radis, haricots) si un incident est survient (notamment climatique). En ce sens, les micro-fermes urbaines ont les mêmes contraintes et donc les mêmes exigences d’une planification minimale que les fermes maraichères plus classiques (Pourias, 2010 ; Petit 2013). Les fermes urbaines cherchent aussi toutes à avoir des légumes précoces, avec plus ou moins de succès, la présence de serres/tunnels devient alors un outil indispensable pour produire suffisamment toute l’année.

Tableau . Les différentes stratégies de l’occupation spatio-temporelle des micro-fermes urbaines.

Rotation formalisée

Pas de rotation formalisée

Année entière

Découverte / Agricole

Education

Belle saison

Culturelle

Insertion

39Dans les interstices et les espaces éloignés, les espèces demandant moins d’intervention comme les plantes pérennes, les courges, les pommes de terre ou les poireaux sont cultivées. Conscientes des enjeux liés à la préservation de la biodiversité en ville, les micro-fermes urbaines s’attachent à maintenir des habitats pour la préservation de la faune et de la flore sauvage. Parmi ces habitats, on trouve des prairies fleuries ou des espaces plus sauvages qui peuvent parfois accueillir des plantes invasives. L’installation de ruchers est fréquente, ainsi que des nichoirs à oiseaux, des hôtels à insectes et parfois même des mares. Comme vue dans le paragraphe précédent, la préservation des espèces et variétés se retrouve également dans le choix des semences des légumes cultivés.

Un outillage, des techniques de lutte et une gestion de l’eau pour des petites surfaces

  • 8 Fortier J.M. 2012. Le jardinier-maraîcher : manuel d’agriculture biologique sur petite surface. Ed. (...)
  • 9 Coleman E. et E. Petit, 2013. Des légumes en hiver, produire en abondance même sous la neige. Editi (...)

40Les micro-fermes urbaines choisissent un outillage spécialement étudié pour le travail manuel de petites surfaces. Les voiles de forçage, la grelinette, la binette oscillante ou sur roue, voire de petits motoculteurs sont les outils de base. Sur ce point, la ferme du québécois Jean Martin Fortier8 et le savoir-faire d’Eliot Coleman9 font figure d’exemples. Seule la ferme Agricole avec sa surface totale de 2,5 possède un tracteur pour préparer les planches de culture (rotovator, cultibutte, actisol), mais aussi pour désherber, fertiliser le sol et récolter certaines cultures comme la pomme de terre. La configuration des parcelles géographiquement dispersées et la surface relativement vaste rendent difficile le travail « tout manuel ».

41Ensuite, les serres sont indispensables pour optimiser les rendements de ces espaces contraints. Les 5 micro-fermes urbaines en sont dotées ou bien vont en acquérir en 2016. En effet, les fermes urbaines cherchent toutes à produire des légumes précoces.

  • 10 Loi Labbé : [en ligne] URL: https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT00002857 (...)

42Pour lutter contre les ravageurs, tous les moyens sont bons pourvu qu’ils respectent l’environnement et qu’ils ne soient pas très onéreux. Ainsi, les purins de consoude, d’ortie, de tanaisie et d’absinthe sont fréquemment utilisés pour traiter les végétaux. Ces plantes sont laissées dans des zones dites « de biodiversité », c’est-à-dire non cultivées par des végétaux comestibles. De par la forte co-visibilité de ces fermes depuis l’espace public, le désherbage est toutefois important pour garantir leur acceptation sociétale. La « propreté » et l’esthétisme du site constituent donc des objectifs centraux. Or, le désherbage et le nettoyage nécessitent beaucoup de temps. Sachant que ces fermes sont soumises aux réglementations urbaines concernant l’usage des produits phytopharmaceutiques10, les bénévoles ou la mise en place d’ateliers collectifs sont d’un grand secours pour les travaux de désherbage manuel. Quant à elle, la protection contre les oiseaux et autres insectes ravageurs se réalise principalement par la pose de filets de protection.

43L’accès à l’eau n’est pas une chose aisée en ville. Il est rare de disposer d’un accès à un forage ou d’un puits comme les agriculteurs peuvent l’avoir. Dans l’étude, deux pratiques ont été identifiées : l’arrosage manuel avec l’arrosoir et/ou le tuyau d’arrosage et (ii) l’arrosage automatique avec un système combiné de goutte-à-goutte et asperseurs. La récupération d’eau de pluie est faite sur un seul site, car la ferme n’a pas accès directement à un branchement et pour des raisons éthiques « ça me fait mal d’arroser à l’eau potable ». Le coût de l’eau potable est un sujet à débat dans toutes les micro-fermes urbaines.

44Les principales contraintes liées à l’arrosage en ville sont liées aux coupures d’eau l’hiver en raison de la mise en hors-gel, alors qu’à certaines périodes le besoin d’arroser sous les tunnels est indispensable. L’accès aux robinets et à l’eau potable demande aussi des travaux et des autorisations couteuses. Enfin, l’arrosage manuel demande beaucoup de temps, l’implication des bénévoles est donc souvent nécessaire, si toutefois le travail se fait correctement (arrosage des pieds et non des feuilles, éviter les éclaboussures, etc.). La programmation automatique devient indispensable dans certains projets pour économiser de l’eau et maintenir des conditions favorables à la croissance des plantes. Penser une micro-ferme urbaine avec son système d’irrigation est un facteur de réussite certain pour garantir de bons rendements, faire gagner du temps aux employés et économiser la ressource.

De la récup '

45Ayant peu de moyens, les micro-fermes urbaines valorisent au maximum les ressources de la ville. Même s’il existe des contrats de récupération et d’approvisionnement plus ou moins formalisés, ce sont les opérations ponctuelles de collecte qui prédominent. Les agriculteurs urbains sont en effet très fiers de revendiquer un large réseau de partenaires privés, associatifs et publics, avec lesquels ils interagissent. Le compostage et la récupération de fournitures, notamment les semences et les matières fertilisantes, catalysent les échanges et les achats ultra-locaux. Les micro-fermes urbaines créent aussi des cercles vertueux en récupérant des déchets, tout en produisant des légumes cultivés sur ces mêmes déchets compostés.

46Ainsi, le broyat de bois est donné à titre gratuit par les services espaces verts ou les paysagistes et les élagueurs. Il sert au paillage des allées entre les parcelles et à l’amendement du compost. Pour l’instant, cette ressource semble infinie tant les quantités sont importantes et faciles à obtenir. De même, les feuilles mortes des espaces publics font le bonheur des agriculteurs à l’automne. Le compostage des propres déchets organiques de la ferme, lui aussi, constitue une matière gratuite et accessible. Couplé à la récupération des déchets organiques comme les invendus des marchés par exemple, ces déchets compostés sont des éléments importants qui couvrent en partie les besoins de la ferme en matière fertilisante. Enfin, si un centre équestre ou bien un poulailler est proche du site, le fumier sera plébiscité.

Les ressources financières et humaines

Des projets aidés et fragiles

47L’étude analyse cinq micro-fermes urbaines, dont trois sont très récentes (les fermes Découverte, Éducation, Insertion). Les deux autres sont plus âgées et des évènements récents ont conduit à une restructuration de leur organisation (Agricole, 8 ans ; Culturelle, 23 ans). Il est difficile aujourd’hui de parler de viabilité de ces projets, car comme pour toute exploitation agricole il est nécessaire d’avoir recours à des investissements, du temps, de la main d’œuvre avant d’arriver à un rythme de croisière. Si les subventions ou les aides diverses paraissent importantes, elles sont pour autant indispensables au développement de ces projets, du moins au départ. C’est le seul moyen aujourd’hui de les rémunérer au nom des services rendus à la ville et aux urbains.

48Les recettes et dépenses des micro-fermes urbaines de l’étude sont visibles sur les figures 6 et 7. Les données proviennent des comptes de résultats des associations sur l’année 2015 et toutes les activités sont incluses notamment les évènements et les animations. Nous n’avons pas pu obtenir les résultats de la ferme d’Insertion étant donné qu’elle dépend d’une grande association nationale qui vit aux dépens des dons des citoyens et des institutions.

49La ferme Agricole a obtenu un bénéfice de 1 600 € grâce à la progression du chiffre d’affaires liée à la vente des légumes et au développement des prestations. Les charges sont principalement liées à la rémunération des 5 salariés, et les recettes proviennent de la vente des légumes et d’une subvention de la collectivité. La ferme Culturelle a quasi remboursé sa dette exceptionnelle de l’année précédente avec ses 100 000 € de bénéfices. C’est une année exceptionnelle où le personnel et les bénévoles ont énormément travaillé dans l’organisation de grands évènements. Les recettes proviennent des évènements culturels qu’elle a organisés et a perçu des aides du ministère de la Culture. Avec ses 7 500 adhérents, elle a reçu près de 15 000 € de cotisations et de dons.

50La ferme Découverte a rénové une ancienne serre et une maison grâce à une enveloppe de 50 000 euros sur trois ans accordée par une fondation privée. L’association répondait au critère « Economie circulaire » de l’axe « Alimentation Durable » d’un appel à projet. Tout l’équipement de maraîchage a été couvert avec cette aide financière. Aujourd’hui, l’association emploie un permanent et organise des animations et des repas collectifs avec les bénévoles.

51La ferme Education a réalisé un bénéfice de 13 000 € grâce à des services rémunérés (animations, ateliers, conception, accompagnement, gestion de 6 sites) qui servira en 2016 à embaucher à plein temps le personnel.

Figure 6. Recettes de 4 micro-fermes urbaines de l'étude. 2015.

Figure 6. Recettes de 4 micro-fermes urbaines de l'étude. 2015.

Figure 7. Dépenses principales de 4 micro-fermes urbaines de l'étude. 2015.

Figure 7. Dépenses principales de 4 micro-fermes urbaines de l'étude. 2015.

52La surface ne semble pas être un critère pour déterminer la viabilité d’une micro-ferme urbaine, mais plutôt sa stratégie de combinaison des activités liée au caractère multifonctionnel de ces projets. En effet, il ne semble pas envisageable que la vente des légumes couvre l’intégralité des charges salariales. Pour remédier à cela, ces fermes reçoivent des aides justifiées au regard des services apportés : création d’emplois, bienfaits sociaux, entretien des parcs et espaces verts, valorisation du patrimoine, animations culturelles, économie circulaire, etc. La structure associative facilite l’obtention de ces financements auprès des institutions publiques et des fondations privées, voire même des entreprises. Chaque micro-ferme urbaine obtient des aides par des canaux divers, au gré des rencontres et des demandes d’aides de financement. Il règne cependant un climat d’incertitude vis-à-vis des aides publiques, car leur instabilité et leur tendance à la baisse sont un frein important à la promotion de ces initiatives.

La mise sur le marché des légumes : variabilité dans les rendements et les prix fixés

53Comptabiliser le nombre d’espèces et de variétés cultivées dans les micro-fermes urbaines s’annonçait dès le départ de l’étude moins fastidieux que d’obtenir des données sur les quantités récoltées et les rendements assimilés. En effet, les micro-fermes urbaines sont moins soumises à des obligations de performance en terme de production maraichère qu’une exploitation agricole classique, car la production n’est pas le seul objectif de la structure (cf 3-3-1). Nous avons observé qu’une partie variable des récoltes échappent à la vente, car donnée à titre gracieux et/ou autoconsommée au sein de la ferme pour partager des moments de convivialité. Nous n’avons malheureusement pas pu comptabiliser ces données dans le cadre de l’étude.

54Avec le poids total des ventes et de la surface cultivée, nous avons obtenu des valeurs approximatives du rendement pour chaque ferme allant de 1,7 kg/m² à 5,6 kg/m² (Tableau 5). Cette mesure reste peu interprétable, car tous les légumes sont comptabilisés, autant les courges que les salades. Les ordres de grandeur confirment cependant les choix stratégiques de chacune des fermes :

  • La ferme Agricole (2,3 kg/m²) cultive une grande diversité de légumes sur une grande surface avec une productivité plus faible que les autres micro-fermes urbaines. Les cultures sont plantées moins densément ;

  • La ferme Découverte (3,8 kg/m²) cultive de manière intensive sur une petite surface, des légumes fruits, mais aussi beaucoup de légume-feuilles. Nous avons pu obtenir des données que sur 9 mois ;

  • La ferme d’Éducation (1,7 kg/m²) a dû pour sa première année d’exploitation faire face à un manque de temps face aux travaux d’aménagements à réaliser pour assurer le suivi des cultures. Elle a également privilégié les espèces de légumes feuilles ;

  • La ferme d’Insertion (5,6 kg/m²) produit essentiellement des légumes fruits : tomates, courges, concombres, etc. ce qui lui vaut la première place en terme de rendement ;

55On observe un gradient sur l’importance des recettes (0 € à 108 700 €)(tableau 5) liées à la production agricole dans les micro-fermes, ce gradient va de l’autoconsommation à la fourniture hebdomadaire de paniers de légumes diversifiés. Les espèces et variétés cultivées sont très diversifiées, mais aucune ferme ne fait le choix pour le moment de se spécialiser.

Tableau 5. Données générales sur la production agricole des micro-fermes urbaines.

  • 11 Pour le total de la valeur des ventes, nous nous sommes référés au compte de résultats, sauf pour l (...)
  • 12 Projet REFUGE : Risque en Fermes Urbaines : Gestion et Evaluation. AgroParisTech. 2016-2017.
  • 13 Pour celle-ci, nous avons estimé la valeur des récoltes. Si l’on prend les tarifs adoptés dans la f (...)
  • 14 Les données obtenues sur le poids total des ventes proviennent des carnets ou fichiers Excel complé (...)
  • 15 La ferme Agricole produit 32 000kg et fait de l’achat revente à hauteur de 6% (achat de 30% supplém (...)

Agricole
année 2015

Culturelle

Année 2015

Découverte
avril à déc.

Education
mai à nov.

Insertion
mai à nov.

Surface cultivée (sans allées) (m²)

13 850

550

400

300

450

ETP en 2015

5,8

4

0

1

3 + 5 eq. ETP

Total des ventes de produits agricoles (€)11

108 700 €

-12

6 000 €

1 350 €

0 €13

Poids total des ventes/dons (kg)14

32 00015

-

1 500

Env. 500

2 500

Valeur €/m²

8 €

-

15 €

5 €

24 €

Rendement kg/m²

2,3

-

3,8

1,7

5,6

56À ce stade de développement des micro-fermes étudiées, le calcul de la valeur en €/m² cultivées montre un classement identique à celui du rendement (tableau 5). Aucune micro-ferme ne se distingue par une stratégie de vente ou dans le choix d’une culture spécifique à haute valeur ajoutée. Seuls les prix diffèrent légèrement : la ferme Agricole met en place des prix plus accessibles pour atteindre une clientèle variée ; la ferme Découverte a des prix fixes et relativement élevés, car elle considère ses produits de grande fraicheur (prix proches des légumes vendus en AB) ; et la ferme d’Éducation fixe ses prix de manière très aléatoire et beaucoup de légumes sont généreusement donnés aux habitants du quartier. Nous avons observé que les agriculteurs urbains font face à un dilemme sur la fixation des prix de vente, ils souhaitent (i) vendre leurs légumes à un prix inférieur à ceux trouvés dans des magasins Bio, qu’ils jugent trop chers (ii) que les légumes soient accessibles à tous et (iii) augmenter leur marge sur la vente de leurs récoltes. L’enjeu est de trouver un compromis entre ces objectifs partiellement contradictoires et peut-être davantage se spécialiser.

Préoccupations sociales et organisationnelles 

57Les micro-fermes urbaines étant généralement constituées en association, les grandes décisions se prennent généralement au sein d’un conseil d’administration (CA). Les décisions prises doivent si possibles être en corrélation avec les grandes orientations du projet initial. Ces orientations font l’objet de débats réguliers puisque les stratégies commerciales évoluent d’année en année pour tendre vers un modèle économique équilibré. Le CA assure aussi un suivi dans la comptabilité, dans la veille et la mise en application des aspects juridiques (règlementation en vigueur, mise aux normes, statuts, etc.).

58Parmi les employés des micro-fermes urbaines se trouve généralement le créateur de la ferme urbaine. Il est le leader dans le projet, il a foi en son projet. Ses nombreuses qualités en font un personnage charismatique, il est notamment un bon jardinier, un animateur, un bon communiquant, une personne motivée, engagée et curieuse. Il est entouré de salarié(s) qu’il coordonne au quotidien. Malgré ses 50 heures de travail hebdomadaire, il reste difficile pour lui d’employer de la main-d’œuvre pour des raisons économiques. Les emplois aidés, les interventions d’équipe via le team-building, de Volontaires Internationaux, des stagiaires et apprentis sont des exemples de moyens efficaces et parfois rémunérés pour faire avancer des travaux qui demandent de la main d’œuvre.

59Tous les projets accueillent des bénévoles, des visiteurs et des habitants, ce qui leur vaut aussi le nom de « fermes urbaines participatives ». Parmi les participants, il y a ceux qui souhaitent « sortir du cadre urbain » et « rechercher une forme de bien-être », mais aussi ceux qui viennent « pour travailler, aider » et ainsi contribuer à l’évolution d’un projet qu’ils apprécient. Le projet collectif et citoyen attire de plus en plus d’urbains en recherche de rencontres et de moments de partage. Les stagiaires et les bénévoles jouent également un rôle important dans le fonctionnement global des projets. Ils apprennent et restituent à d’autres personnes l’histoire du projet et les connaissances apprises sur les techniques de production. Ceci permet de libérer du temps aux salariés. La gestion des bénévoles reste cependant une mission importante pour les micro-fermes urbaines puisqu’elles reçoivent des aides pour cette fonction pédagogique.

60Lorsque l’entente entre toutes les parties est bonne, la prise de décision se fait dans un esprit apaisé et le projet avance. Mais la vie quotidienne n’est pas toujours rose, il règne parfois un climat d’entente complexe affaiblissant la dynamique du projet. Les idéologies et les intérêts personnels en sont les causes principales. Garder en ligne de vue les objectifs du projet est primordial pour ne pas créer des divisions. Le dialogue entre le personnel, le CA, les partenaires et les adhérents est un élément important pour le bon fonctionnement d’une micro-ferme urbaine.

61Mais la gestion des ressources humaines impacte fortement l’efficacité du système, étant donné que bénévoles et stagiaires participent aux activités. C’est pourquoi la viabilité de ces structures agricoles urbaines repose sur un savant équilibre entre l’accueil des participants dans de bonnes conditions et le travail efficace et rentable des agriculteurs urbains. Car même si les micro-fermes urbaines sont souvent des projets à vocation sociale multiple, elles recherchent toutes un modèle économique pérenne.

Pour une pérennité de ces micro-fermes urbaines

62L’article vérifie l’hypothèse de départ selon laquelle la compréhension des fonctionnements internes des micro-fermes urbaines, c’est commencer à appréhender les conditions de pérennité de celles-ci. L’avenir pour les micro-fermes urbaines est prometteur, mais de nombreux défis restent encore à lever pour les années à venir. Pour réussir, les micro-fermes urbaines doivent trouver à la fois un point d’équilibre entre des choix stratégiques qui se basent sur l’ancrage territorial, les systèmes techniques et les ressources humaines et financières, mais aussi être reconnues par les politiques des villes, la profession agricole et la filière horticole. Pour cela nous voudrions apporter des pistes de réflexion sur les différents impacts quant aux futures installations de ces objets en milieu urbain.

Des projets répondant aux besoins des acteurs du territoire

63Installer une micro-ferme urbaine relève d’une démarche unique qui nécessite de réinventer à chaque fois un modèle productif innovant et exploratoire. Pour y arriver, une combinaison de solutions est à mettre en œuvre, dans laquelle les collectivités ont un rôle important à jouer. Ainsi, la diminution des investissements et des frais de fonctionnement pourrait s’accompagner d’une mise à disposition gratuite du foncier ou de certains équipements. Ensuite, un accès à des ressources gratuites comme l’eau potable, les déchets de la ville triés ou la mutualisation du matériel de la collectivité concourraient à faciliter l’installation. Démarrer une activité en identifiant bien les contreparties financières, les échanges possibles et les rémunérations possibles est gage de réussite.

  • 16 Les personnes récoltent le fruit de leur travail et la cotisation permet d’assurer la coordination (...)

64Nous avons vu que les 5 micro-fermes urbaines proposaient de nombreuses activités révélant des « traits de caractère » bien spécifiques. Ces illustrations présentent quelques possibilités parmi d’autres. Des micro-fermes urbaines « Restaurateurs » apparaissent, leur économie s’appuie sur la valorisation des récoltes et l’activité de traiteur. Il existe aussi les fermes « Pépinières » qui produisent des jeunes plants à destination des urbains. Dans d’autres cas de figure, nous avons pu remarquer des locations de parcelles aux citadins pour cultiver ou commercialiser16 des légumes, voire même du lieu pour des séminaires, anniversaires, etc. Enfin, la création et l’animation de jardins collectifs revêtent encore une fois d’une autre voie de diversification d’activités.

65Des espaces interstitiels de la ville quelque peu « oubliés » peuvent ainsi trouver de nouvelles vocations, celles d’être un jardin comestible et d’être un point d’échange, de sensibilisation, de formation, de partage et d’éducation populaire. Les micro-fermes urbaines doivent donc être reconnues comme des lieux d’animation, d’éducation et de sensibi­lisation.

Les enjeux auprès de la profession agricole

66Ensemble, ces stratégies composent une mosaïque complexe caractérisant le fonctionnement économique des micro-fermes urbaines. En mutation constante selon les dynamiques urbaines, les volontés politiques ou les désirs des porteurs, elles sont des sources d’innovations potentielles pour la filière professionnelle dans son ensemble, de la production à la commercialisation. Elles sont le reflet de la complexité du mode de vie urbain, principal bassin de consommation, et pour lequel il devient urgent de s’adapter. Même si aujourd’hui les fermes urbaines hybrides pâtissent encore de leur relative jeunesse, il n’en demeure pas moins qu’elles ont le pouvoir de s’adapter, de manière souple et rapide, aux fluctuations des villes et à la demande citadine de plus en plus exigeante.

67Les micro-fermes urbaines devraient être valorisées et reconnues pour le rôle qu’elles pourraient jouer dans les stratégies alimentaires de la ville en étant des relais pour l’agriculture régionale et périurbaine et en faisant la promotion de l’alimentation locale. La commercialisation des productions de la micro-ferme peut compléter cette offre et servir par ailleurs de vitrine du savoir-faire régional. Malheureusement le lien se fait encore trop peu (Racineux, 2017), les projets émergent (France urbaine, 2018), mais ne font pas encore système. Ils pourraient à l’avenir endosser le rôle de « hub » urbain et agricole capable de centraliser les produits locaux et de sensibiliser les citadins sur les questions touchant l’agriculture et l’alimentation, une piste qui mériterait d’être explorée.

68Sur le plan du foncier, les micro-fermes urbaines sont toutes actuellement dans des situations précaires. Le foncier reste une réserve financière pour la collectivité qu’il est difficile de figer pour une association. Le bail rural reste trop contraignant pour les villes, et les conventions d’occupation précaires insatisfaisantes pour les agriculteurs urbains. Des outils sont à inventer et à adapter pour que les propriétaires privés et publics puissent garantir un droit d’exploiter sur une période suffisante. De plus, il ne faudrait pas que les vertus de ces projets soient utilisées comme argument phare pour bâtir de nouveaux quartiers sur des terres agricoles.

69Aussi, sur le plan juridique, l’agriculteur urbain exerce à la fois des activités agricoles au sens de l’article L. 311-1 du code rural et d’autres activités civiles ou commerciales (éducation, insertion, activités commerciales, etc.). Une interrogation se pose aujourd’hui lorsque l’activité agricole n’est pas principale. Les autorités sanitaires n’ont à l’heure en effet aucun moyen de les comptabiliser dans les registres, alors les autorités agricoles les reconnaisseront-ils parmi les siens ? L’agriculture urbaine remet en question le statut même de l’agriculteur.

70Enfin, lors de leur installation, les micro-fermes urbaines demandent un investissement financier important qui nécessiterait peut-être d’être couvert par des aides agricoles. Les micro-fermes urbaines seront-elles un jour éligible à ces aides ? La question reste posée, les expériences à venir nous le diront.

Les enjeux auprès de la filière du végétal (Morel, 2017)

71Les micro-fermes urbaines entretiennent et valorisent des paysages comestibles avec des moyens modestes et une intelligence dans les partenariats créés. C’est une formidable opportunité pour les horticulteurs et maraichers de se connecter à la ville. Aujourd’hui, certaines micro-fermes se tournent vers l’achat de jeunes plants potagers et d’arbres fruitiers, mais aussi des plants spécifiques pour lutter contre les ravageurs en accueillant les auxiliaires de culture, pour attirer les pollinisateurs, mais aussi pour aider à dépolluer les sols via la phytoépuration. Or, par souci d’éthique et de cohérence, des producteurs locaux, et donc périurbains, sont souvent recherchés par les micro-fermes. Des partenariats entre les horticultures et les pépiniéristes locaux et les micro-fermes implantées en ville ne seraient-ils pas judicieux ? Tout porte à croire que les bénéfices seraient réciproques. En fournissant des végétaux adaptés au contexte climatique et pédologique tout en répondant aux fonctions urbaines, les horticulteurs offrent aux micro-fermes urbaines de meilleures chances de réussir leur production. À la fois, car les jeunes plants sélectionnés en amont par un professionnel sont souvent gages de bons rendements, mais aussi parce qu’en végétalisant rapidement l’espace, la qualité paysagère, non négligeable en ville est améliorée. A contrario, pour les horticulteurs, un partenariat avec une micro-ferme est aussi l’occasion de mieux appréhender les nouvelles demandes urbaines en matière de végétal. En effet, les micro-fermes sont souvent des lieux très connectés et ouverts à la ville et de nombreux citadins s’y rendent. Pourquoi ne pas saisir l’opportunité d’expliquer alors le savoir-faire horticole aux citadins lors d’ateliers pédagogiques ou de proposer à la vente, dans le cadre d’une micro-ferme, les végétaux produits sur l’exploitation et adaptés à une clientèle citadine ? On le voit, les projets d’agriculture urbaine sont de merveilleux exemples de stratégies commerciales de diversification.

72La mise en œuvre d’une micro-ferme urbaine peut s’apparenter sous de nombreux aspects à un projet d’aménagement paysager dans l’intra-urbain. Or, cela demande un savoir-faire technique, des outils et engins spécifiques, ainsi que du personnel formé que les entreprises de paysage possèdent. Ces entreprises ne pourraient-elles pas être mobilisées pour la création de fermes intra-urbaines ? La gestion des micro-fermes urbaines soit cependant être prise en charge par le porteur de projet lui-même. Les compétences agronomiques ou d’animations qu’elles nécessitent sont uniques, pour l’instant rares sont les entreprises de paysage ayant intégrées ces compétences en interne. À l’inverse, certaines micro-fermes participent elles même à la gestion de l’espace urbain.

73Les concepteur-paysagistes pourraient eux aussi avoir un rôle important à jouer lors des étapes préliminaires d’installation d’une micro-ferme urbaine. En effet, le choix de matériaux pérennes et adaptés au contexte, le traitement des limites, l’accessibilité du site ou la prise en compte des usages et des cônes de visibilité en milieu urbain sont autant de savoir-faire que les paysagistes maitrisent. Les micro-fermes urbaines peuvent parfois générer une ambiance paysagères contestée par certains urbains qui voient d’un œil critique la production agricole à leurs portes, notamment les serres-tunnels. Un travail d’intégration paysagère en amont serait susceptible d’améliorer leur perception par les citadins. En outre, par leur expérience de l’aménagement d’espaces publics complexes incluant la médiation auprès des habitants, le travail avec les services techniques des villes et la connaissance des mécanismes politiques, les paysagistes concepteurs seraient en mesure de tisser des liens forts entre la collectivité et la micro-ferme. C’est d’ailleurs pourquoi il n’est pas étonnant de constater que parfois le porteur de projet est lui-même issu de formation au paysage tant la porosité est forte entre ces deux mondes. Cependant, il ne faut pas oublier que les micro-fermes sont avant tout des lieux hybrides où bien souvent la production agricole est au cœur des enjeux. Ainsi, il est primordial que l’agriculteur urbain lui-même, qui gérera « sa » micro-ferme sur le long terme, soit pilote lors des phases initiales de conception. Il en va de la pérennité à ces outils de production en milieu urbain.

Conclusion

74Les micro-fermes urbaines représentent de véritables opportunités pour reconquérir les espaces délaissés des villes et pourquoi ne pas redonner vie à certains espaces publics en désuétude. Si les paysagistes concepteurs ont un rôle à jouer pour l’intégration de ces outils de production dans le tissu complexe des villes, encore faut-il qu’ils comprennent le fonctionnement de ces micro-fermes urbaines. Trouver des porteurs de projet qualifiés et motivés est également un enjeu de taille. L’étude montre que la création d’un tel outil relève parfois d’un véritable parcours du combattant et les compétences à mobiliser sont nombreuses. Mais à la clef se trouve aussi un métier pionnier vraiment innovant, à la croisée des chemins entre l’agronome, le paysagiste, l’animateur et le chef d’entreprise. Sans aucun doute, ces micro-fermes auront des chances de se développer grâce à une meilleure compréhension des services écosystémiques, sociaux et économiques qu’elles rendent à la collectivité et une reconnaissance institutionnelle de ces agricultures du milieu urbain.

Remerciements

75Cet article s’inscrit dans le cadre des travaux menés par la Chaire Ecoconception. Je tiens à remercier Maxime Trocme, Jean Roger-Estrade, Christine Aubry, Agnès Lelièvre, Simon Ronceray et Alice Bosch ainsi que toutes les micro-fermes urbaines qui ont participé à cette recherche.

Haut de page

Bibliographie

Aubry, C., 2007, La gestion technique des exploitations agricoles, composante de la théorie agronomique, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, INPT, Paris, 101 p.

Ba, A. et C. Aubry, 2011, Diversité et durabilité de l’agriculture urbaine : une nécessaire adaptation des concepts ? », Norois 221 [En ligne] URL : http://norois.revues.org/3739; DOI : 10.4000/norois.3739

Capillon, A., 1993, Typologie des exploitations agricoles, contribution à l’étude régionale des problèmes techniques, Thèse de doctorat INA-PG, Tome 1, Paris, 358 p.

Daniel, A. C., 2017, Fonctionnement et durabilité des micro-fermes urbaines. Chaire Eco-conception, AgroParisTech, Paris, 77 p.

Desbois, D., 2007, Impacts marchands, non marchands et structurels des réformes des politiques agricoles et agri-environnementales, synthèse de la mesure de la durabilité, INRA, Document de travail n° 8 du projet IMPATCS, p. 17-18-19. [EN LIGNE] URL : http://www2.toulouse.inra.fr/lerna/chercheurs/thomas/projets/ADD%20WP%208%20(DDesbois).pdf

Grimonprez, B., 2014, Vers un concept juridique d’agriculture de proximité, Ouvrage Agriculture et ville : vers de nouvelles relations juridiques, LGDJ, Collection de la faculté de droit de Poitiers, Poitiers, 207 p.

Hughes, E.C., 1996, Le regard sociologique : essais choisis, textes rassemblés et présentés par CHAPOULIE J.-M., Edition de l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Paris.

Jouve, P., 1997, Des techniques aux pratiques, conséquences méthodologiques pour l’étude des systèmes de production agricole et le développement rural. In Méthodes pour comprendre et mesurer les pratiques agraires en milieu tropical et leurs transformations. Actes du colloque SPP/E, Niamey, 10-11 décembre 1997, pp. 101-114.

France Urbaine, 2018, Villes, agriculture et alimentation : expériences françaises, 68 p. [EN LIGNE] URL : http://franceurbaine.org/villes-agriculture-alimentation-experiences-francaises-une-nouvelle-publication-france-urbaine

Landais, E., J.P. Deffontaines, 1988, Les pratiques des agriculteurs : Point de vue sur un nouveau courant de la recherche agronomique, Études rurales, (109), pp. 125–158.

Desrousseaux, M. et L. Stahl, , 2014, L’appréhension de l’agriculture urbaine par le droit français, Géocarrefour [En ligne] URL : http://geocarrefour.revues.org/9475, consulté le 17 décembre 2017

Morel-chevillet, G., 2017, Agriculteurs urbains, du balcon à la profession, TerrAgora, Editions France Agricole, 200 p.

Morel K., 2016, Viabilité des microfermes maraîchères biologiques. Une étude inductive combinant méthodes qualitatives et modélisation, Sciences agricoles Université Paris-Saclay.

Morel, K. et F. Léger, 2015, Aspirations, stratégies et compromis des microfermes maraichères biologiques. 14 p. |EN LIGNE] URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01206302/document

Morel K. et F. Léger, 2016, A conceptual framework for alternative farmers » strategic choices : the case of French organic market gardening microfarms, Agroecology and Sustainable Food Systems, Vol 40, n° 5, pp. 466-492. DOI : 10.1080/21683565.2016.1140695

Pagès D., 2016, Le Grand Paris qui mange : un projet politique culturel en émergence ? [Seconde partie] La fabrique symbolique, des processus aux écritures, Quaderni 2016/2.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Petit, C, 2013, Transitions des exploitations agricoles vers l’agriculture biologique dans un territoire : approche par les interactions entre systèmes techniques et de commercialisation, Thèse pour obtenir le grade de docteur délivré par AgroParisTech. Paris, 412p.

Pourias, J., 2014, Production alimentaire et pratiques culturales en agriculture urbaine : analyse agronomique de la fonction alimentaire des jardins associatifs urbains à Paris et Montréal, Thèse pour obtenir le grade de docteur délivré par AgroParisTech en co-tutelle avec l’université du Québec. Paris et Montréal, 292p.

Pourias, J., 2010, Approche par la gestion technique des liens entre système de culture et système de vente : exemple des exploitations maraîchères en circuits courts dans la plaine de Versailles, Mémoire présenté pour l’obtention du titre d’Ingénieur en Horticulture, Agrocampus Ouest Angers et Montpellier SupAgro.

Racineux, N. Debroise-Marti et D. Landry, 2017, L’alimentation : un nouvel enjeu de développement durable pour les territoires, Document édité par : Le Commissariat Général au développement durable/Délégation au développement durable et le Service de l’économie, de l’évaluation et de l’intégration au développement durable, 40 p.

Ronceray, S., 2015, Analyse du fonctionnement technique et des pratiques culturales de fermes urbaines de Paris et sa petite couronne, Mémoire de fin d’études présenté pour l'obtention du Diplôme Ingénieur Systèmes agricoles et agro-alimentaires durables au sud (SAADS), Option : Développement agricole et rural au sud (DARS), Spécialité : Ressources, systèmes agricoles et développement (RESAD), Montpellier SupAgro, 123 p.

Shiraishi, M., 2001, The préservation and use of scarce agricultural land in suburban areas, NLI Research Institute, N° 148.

Simon-Rojo, M., X. Recasens, S. Callau, B. Duži, S. Eiter, V. Hernándes-Jiménez, P. Kettle, R. Laviscio, F. Lohrberg, D. Pickard, Scazzosi et H. L.,Vejre, 2016, From Urban food gardening to urban farming, In : Lohrberg, F., L. Licka, L. Scazzosi, A. Timple [eds.] : Urban Agriculture Europe, Berlin.

Soulé, B., 2007, Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales, Recherches Qualitatives, vol. 27(1)(1), pp. 127–140.

Haut de page

Notes

1 Cette méthode était conçue par un groupe de recherche français où le comité de pilotage est composé par une équipe « Animation-développement » : Jean-Pierre Desbrosses, François Mathey, Kevin Boisset, Brigitte Le Houérou, et un Conseil scientifique : Philippe Girardin, Christian Mouchet, Philippe Viaux, Lionel Vilain, Frédéric Zahm, Mohamed Gafsi, Laurence Guichard, Bernard Del’Homme. La première édition du guide d’évaluation de la durabilité des exploitations agricoles est parue en 2000.

2 Un jardin comestible entretenu par une entre­prise privée pour un restaurant (paysagisme com­estible), une ferme expérimentale dont le but est de créer des fermes commerciales sur les toits (ferme urbaine productive); une ferme urbaine innovante en installation et expérimentation, mais qui aujourd’hui est considérée comme une micro-ferme urbaine.

3 Etablissement Public d’Aménagement

4 EPA : Etablissement Public d’Aménagement

5 DASCO : Direction des Affaires Scolaires de la Ville de Paris

6 [en ligne] URL :https://www6.versailles-grignon.inra.fr/ecosys/Recherche/Projets/REFUGE

7 Les 48 h de l’agriculture Urbaine est un évènement organisé chaque année à Paris par l’association La Sauge.

8 Fortier J.M. 2012. Le jardinier-maraîcher : manuel d’agriculture biologique sur petite surface. Ed. Ecocité. 200 p.

9 Coleman E. et E. Petit, 2013. Des légumes en hiver, produire en abondance même sous la neige. Editions Actes Sud. 268 p.

10 Loi Labbé : [en ligne] URL: https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000028571536&categorieLien=id. Consulté le 6 mars 2017

11 Pour le total de la valeur des ventes, nous nous sommes référés au compte de résultats, sauf pour la ferme d’Insertion qui ne vend pas ses productions, elles sont données aux centres de distribution pour les personnes accueillies dans l’association.

12 Projet REFUGE : Risque en Fermes Urbaines : Gestion et Evaluation. AgroParisTech. 2016-2017.

13 Pour celle-ci, nous avons estimé la valeur des récoltes. Si l’on prend les tarifs adoptés dans la ferme Découverte, la valeur des récoltes est estimée à 10 781 €.

14 Les données obtenues sur le poids total des ventes proviennent des carnets ou fichiers Excel complétés par les référents de l’activité agricole, sauf pour la ferme d’Education où nous avons déterminé un poids approximatif.

15 La ferme Agricole produit 32 000kg et fait de l’achat revente à hauteur de 6% (achat de 30% supplémentaire de pomme de terre, 20% de carottes, et des artichauts)

16 Les personnes récoltent le fruit de leur travail et la cotisation permet d’assurer la coordination de la structure. Cette stratégie de commercialisation est fortement pratiquée au Japon dans l’arrondissement de Nerima à Tokyo. Leur fonctionnement repose en partie sur l’aide financière apportée par l’arrondissement, mais c’est l’inscription des habitants du quartier qui permet sa viabilité. (Morel 2017)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Démarches de recherche pour comprendre les fonctionnements des micro-fermes urbaines.
Légende Source : Daniel, 2017
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2. Fonctionnement général des micro-fermes urbaines.
Légende Source : Daniel, 2017
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21447/img-2.png
Fichier image/png, 228k
Titre Figure 3. Localisation complexe des parcelles, serres, bureau et entrepôt de la ferme Agricole.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21447/img-3.png
Fichier image/png, 156k
Titre Figure 4. Les différentes actions organisées en un an dans 4 micro-fermes urbaines.
Légende En ordonnée : le nombre d’animations enregistrées sur l’année de suivi, 2015.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21447/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 5. Nombre d’espèces et variétés cultivées dans les micro-fermes urbaines de l’étude (2015).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21447/img-5.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 6. Recettes de 4 micro-fermes urbaines de l'étude. 2015.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21447/img-6.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 7. Dépenses principales de 4 micro-fermes urbaines de l'étude. 2015.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21447/img-7.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Cécile Daniel, « Les micro-fermes urbaines, de nouvelles fabriques agri-urbaines », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 31 | septembre 2018, mis en ligne le 05 septembre 2018, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/21447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.21447

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Daniel

Ingénieure en horticulture et paysage / Chargée de mission au sein de la Chaire Eco-Econception et l’équipe Agricultures Urbaines, UMR SAD-APT, INRA et AgroParisTech, France, courriel : anne.cecile.daniel@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page