Navegação – Mapa do site
Expériences d'agricultures urbaines et aménagement

Penser l’agriculture dans le projet de territoire d’une ville moyenne : l’exemple de l’agglomération de Pau

Hélène Douence  e Danièle Laplace-Treyture 

Resumos

Cet article s’inscrit dans le renouveau des études sur les systèmes spatiaux propres aux villes moyennes, ici envisagées du point de vue de leurs relations à l’agriculture dite urbaine. L’objectif principal de cet article est d’apprécier la sensibilité agricole de la ville institutionnelle dans un contexte de transition territoriale et agricole plus ou moins marqué selon les villes appartenant à ce niveau de la hiérarchie urbaine. Cette évaluation repose sur une enquête menée en 2014 auprès de 15 agents et techniciens de l’Agglomération. Décrivant le paysage agri-urbain ambiant, une première partie souligne la diversité des formes d’agriculture présentes à Pau puis la gamme riche des interactions concrètes entre monde urbain et rural-agricole générées par certains lieux et impliquant certains réseaux sociaux. La seconde partie rend compte d’un décalage existant entre un déficit de discours sur l’agriculture urbaine et une implication réelle, mais peu structurée, des services dans des actions touchant à l’agriculture. La troisième partie interroge l’agenda politique local (au travers des « grands » documents d’urbanisme) au regard d’une participation encore balbutiante de la Collectivité à une gouvernance agricole urbaine déjà bien en marche dans la société civile.

Topo da página

Texto integral

Introduction

1Maillon fondamental de l’armature urbaine française, les villes moyennes françaises accueillent près d’un quart de la population du pays (CGET, 2017). Le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires en identifie 203 (dont 191 en métropole) sur la base d’une définition croisant leur taille (poids démographique) et leurs fonctions de centralité : une ville moyenne appartient ainsi à une unité urbaine de plus de 20 000 habitants et intègre la catégorie des « grands pôles urbains du zonage en aire urbaine de l’INSEE, si elle offre plus de 10 000 emplois, tout en n’étant pas l’une des 22 métropoles institutionnelles (cf. figure 1).

Figure 1. Les villes moyennes en France.

Figure 1. Les villes moyennes en France.

Source : CGET, 2017.

  • 1 Dans le cadre de la 2e Conférence nationale des Territoires qui s’est tenue à Cahors en décembre 20 (...)

2Longtemps éclipsées par les métropoles perçues comme les seules à pouvoir être attractives et source d’innovations (Authier et Bidou-Zachariasen, 2017), ces villes moyennes bénéficient aujourd’hui d’un regain d’intérêt : presse spécialisée, instances gouvernementales et milieux scientifiques s’intéressent à cet ensemble hétérogène pour en souligner tantôt les difficultés, tantôt le potentiel, contribuant ainsi à construire une image ambivalente de cette catégorie de ville. À l’instar du New York Times (Nossiter, 2017) prenant l’exemple de la ville d’Albi pour illustrer le déclin des centres des petites villes et du magazine Alternatives Economiques (Cayeux et Estèbe, 2018) pointant également la dépendance à l’économie publique, les conséquences d’un long désintérêt de la part de l’État… et constatant que “les villes moyennes doivent se réinventer” les médias mettent en avant leurs fragilités et leurs vulnérabilités. Dans ce contexte, l’État a annoncé, fin 2017, un plan de soutien aux petites et moyennes villes, essentiellement pour des actions de revitalisation des centres-ville1. Du côté de la recherche, “ces villes dont on ne parle pas” (selon l’expression de JY Authier et C Bidou-Zachariasen dans leur numéro spécial de 2017 pour Espaces et Sociétés) ont donné lieu à différentes contributions, notamment un numéro spécial de Métropolitiques en 2014 ou encore, dans la revue Sciences humaines, toujours en 2017, l’article de Julien Damon, “quel avenir pour les villes moyennes ?”.

  • 2 Inspiré du phénomène nord-américain, où la fuite des ménages les plus riches en périphérie des vill (...)
  • 3 Pour une mise au point récente sur la question des définitions et approches possibles des villes pe (...)

3Ce renouvellement de la réflexion tire parti de travaux visant à reconsidérer les interactions entre les systèmes spatiaux, citons par exemple Territoire frugal : la France des campagnes à l’heure des métropoles » (Brès et al., 2017) et Comment la France a tué ces villes ? (Razemon, 2017), expliquant la crise des centres-ville et ses manifestations (baisse démographique, vacance commerciale, faiblesse des revenus de leurs habitants) par la domination du modèle de l’étalement urbain et le phénomène de « white flight »2 (lié au développement de l’habitat individuel, de la mobilité automobile, des centres commerciaux et zones d’activités) qui a bien plus affaibli les villes moyennes que les grandes métropoles. D’autres chercheurs déconstruisent un certain nombre d’idées reçues (Charmes, 2017) en pointant les atouts et ressources que possèdent ces villes à taille humaine, offrant une véritable qualité de cadre de vie, ou encore soulignent des biais conceptuels et méthodologiques pouvant en masquer certaines réalités (Demazière, 2017)3.

4Très directement en lien avec l’objet de cet article, Philippe Estèbe (Cayeux et Estèbe, 2018) pose la question de ces villes moyennes qui « coincées entre métropoles et rural » en subissent peut-être les désavantages cumulés, mais opèrent tout autant un lien entre des réalités territoriales différentes. En les qualifiant de « villes intermédiaires » la Datar, dans ses travaux prospectifs, territoires 2040 (Aubert, 2011 ; Blanc, 2012) insiste sur leurs capacités à construire des ponts et tisser des liens entre les métropoles régionales et les espaces ruraux, assurant alors la cohésion du territoire par leur rôle de « trait d’union ».

5De nombreux travaux explorent les relations villes-campagnes, notamment par le prisme de la question alimentaire et de l’approvisionnement des villes ou la montée en puissance d’une demande des consommateurs de « manger local » (Poulot, 2016), mais aussi à travers les questions de gestion du foncier et de territorialisation de l’agriculture (Bertrand, 2014). Plusieurs auteurs, notamment Arnal (2012), Monbureau (2007), mais aussi Duvernoy (2002), s'attachent plus particulièrement à caractériser les liens que la ville moyenne entretient avec son agriculture, dans un mouvement récent de redécouverte de cette relation privilégiée, bien que jamais disparue, avec cette campagne proche. Si ces villes moyennes ont, comme le souligne aussi la Datar, une réelle capacité à articuler aménités urbaines et aménités rurales, quelle part la dimension agricole peut-elle y prendre ?

  • 4 Pau est une ville de moins de 80 000 habitants et s’inscrit dans une aire urbaine d’une population (...)

6Dans ce contexte d’émergence de la figure de la ville moyenne du 21e siècle inscrite dans la transition agricole, nos propos porteront plus spécifiquement sur la place de l’agriculture dans la « culture » d’une ville moyenne. Quelle place pour l’agriculture dans le projet urbain de ces villes ? Comment la notion récente d’agriculture urbaine y est-elle entendue ? Y a-t-il une spécificité liée à la taille de ces villes ? Nous souhaitons explorer ce champ de questionnements en focalisant notre attention sur le rôle des collectivités territoriales dans l’accompagnement de ce mouvement de transition, notamment en évaluant ce que l’on pourrait nommer une sensibilité agricole institutionnelle des collectivités territoriales de villes moyennes. Centrés sur l’exemple de Pau, ville moyenne du sud-ouest de la France4, nos propos s’attacheront à comprendre les représentations des acteurs de la collectivité (élus et agents) vis-à-vis de la problématique agricole ainsi que les actions impliquant la collectivité publique sur ces questions.

7D’un point de vue méthodologique, nos propos s’appuient sur une connaissance approfondie de la situation paloise (enquête auprès des acteurs, suivi de stages d'étudiants de master effectués au sein de ces structures, implication en tant qu’expert dans plusieurs ateliers de travail des collectivités, analyse de documents d'urbanisme et de planification…) permettant une mise en regard avec une littérature scientifique traitant de contextes identiques.

8Après avoir caractérisé les formes d’agriculture urbaine présentes dans et autour de Pau, nous complèterons ce premier point par une analyse des réseaux socio-spatiaux au travers desquels s’opèrent une interaction forte entre mondes urbain et rural-agricole. Dans une seconde partie, nous rendrons compte d’une enquête menée auprès des agents et techniciens de la collectivité territoriale pour saisir comment cette dernière s’insère dans ces dynamiques spatiales et sociales autour de l’agriculture urbaine. Au vu des résultats des deux premières parties, nous tenterons d’apprécier la place donnée à l’agriculture dans la construction d’un projet commun à l’échelle du territoire. Au fil de l’article, nous chercherons à dégager les freins et leviers d’un processus de transition agricole à l’œuvre dans une ville moyenne telle que Pau.

Signaux faibles et forts d’une présence agricole polymorphe dans l’agglomération paloise

9La dimension agricole, prégnante dans l'organisation paysagère et fonctionnelle des villes moyennes (Arnal, 2012) est une donnée essentielle du contexte palois. Cette première partie amènera donc à constater d’une part la diversité des formes agricoles présentes à l’échelle du territoire de l’aire urbaine paloise, et d’autre part cherchera à apprécier le degré d’interaction effective entre mondes urbain et rural-agricole, en centrant le propos sur les acteurs médiateurs et les lieux d’interface entre ville et campagne, à travers deux exemples : le vignoble de Jurançon situé en périurbain et les jardins collectifs intra-urbains.

Des relations agriculture-ville entre continuité et recomposition

10De la ville dense aux espaces périurbains éloignés en passant par les franges urbaines aux morphologies de bâtis très variables, la diversité des espaces cultivés est grande, dans et aux abords de la ville de Pau.

11On peut citer tout d’abord une agriculture péri-urbaine, qualifiée de passive, car sans lien fort avec la ville, par Clément Arnal (2012), ou plutôt en compétition avec la ville, ce qui impose aujourd'hui une maîtrise complexe de la pression foncière dans le contexte réglementaire de réduction de la consommation des espaces agricoles. Une cartographie des espaces agricoles de ce territoire permet d’en brosser à grand trait le zonage structuré par les potentialités pédo-morphologiques d’un territoire de coteaux traversé par plusieurs plaines alluviales plus ou moins importantes (cf figure 2).

Figure 2. La description des espaces agricoles en périphérie paloise : une approche zonale.

Figure 2. La description des espaces agricoles en périphérie paloise : une approche zonale.

Source : SCOT du Grand Pau, 2015.

12Les trois systèmes de production aujourd’hui majoritaires que sont l’élevage, les grandes cultures et la polyculture se combinent avec la présence d’exploitations équestres, caractéristiques d’une proximité urbaine et liée la présence d’un hippodrome à Pau et d’exploitations viticoles de l’AOC Jurançon, jouissant d’une certaine notoriété aux échelles nationale et internationale. Quelques exploitations spécialisées en maraichage, horticulture, voire en arboriculture et apiculture complète cette diversité (Chambre d’Agriculture des Pyrénées Atlantiques, 2017). (cf Tableau 1)

Tableau 1. Typologie des exploitations de la communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées par système de production.

Tableau 1. Typologie des exploitations de la communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées par système de production.

Source : Chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques, 2017.

13Cette agriculture, héritée d'une tradition polyculturale qui s’est modernisée au milieu du 20e siècle vers une monoculture de maïs dans les plaines et coteaux, et vers un élevage (bovin, mais aussi ovins et palmipèdes) en coteaux, est actuellement repoussée toujours plus loin hors de la ville dense, occupant de manière résiduelle certaines franges urbaines, mais représentant une activité importante des communes de deuxième couronne.

14Une autre agriculture, plus discrète, mais bien réelle, résiste, voire se développe en cœur de ville et fait l’objet d’une (re)découverte par la Ville Institutionnelle. Cette agriculture urbaine présente un panel large et hybride de jardins collectifs dont le paysage s’est complexifié depuis les années 2000, bien au-delà du « modèle » des jardins familiaux restés longtemps dominants. Plusieurs nouvelles formes de jardins partagés et d'insertion, d'étendues variables, portées par des initiatives citoyennes diverses se déclinent autour de potagers, de ruchers, de vignes et de vergers, voire de bacs disposés dans des interstices disponibles, portées notamment par le mouvement des Incroyables Comestibles. À noter, l’absence d’expérimentation sur les toits ou encore de micro-fermes à finalité professionnelle.

  • 5 Avec ces 3 200 exploitants en 2008, le pays du grand Pau perd 15 % de ces exploitations en dix ans, (...)

15En dépit d’un contexte d’érosion du nombre d’exploitations, inscrit dans la tendance nationale et départementale5, le territoire palois conserve la figure d’un territoire agricole. La photographie aérienne de la figure 3 illustre bien l'expression « d'écrin vert » qu’utilise le schéma d'agglomération en référence à la situation de l’agglomération paloise marquée par une quasi-omniprésence de la nature et de l’agriculture en son sein.

Figure 3. Pau dans son « écrin » de verdure.

Figure 3. Pau dans son « écrin » de verdure.

Crédits photographiques : Marc Heller, 2014.

16Au-delà de cette empreinte paysagère, c’est aussi dans les pratiques de consommation alimentaire que citoyens, monde associatif et collectivités se trouvent de plus en plus significativement sensibilisés, et pour certains d’entre eux engagés, dans un mouvement de réactivation des liens ville-campagne. Si les marchés alimentaires sont restés vivaces sur ce territoire comme forme traditionnelle d’approvisionnement de ces villes, on note néanmoins un renouveau et un regain d’intérêt liés à la création de nouveaux types de marchés en lien avec les attentes des consommateurs selon les réalités socio-économiques des communes qui les créent : le traditionnel carreau des Halles – véritable institution urbaine à Pau, car emblématique d’un certain art de vivre du sud-ouest - est en cours de réhabilitation au centre-ville de Pau, plusieurs marchés de plein vent ont été lancés dans des quartiers populaires tandis que d’autres marchés plus typés sur des chartes de qualité (marché de producteurs ou marché bio) s’installent dans les périphéries aisées…. Le succès rapide de ces lieux atteste une demande sociale forte et le programme « 100 % producteur » accompagné par la Chambre d’Agriculture sur l’ensemble des marchés de l’agglomération témoigne de l’attention portée à la figure émergente du producteur local (cf figure 4).

Figure 4. Les marchés comme lieux de sociabilité.

Figure 4. Les marchés comme lieux de sociabilité.

Crédits photogrpahiques : H. Douence.

17En accord avec les tendances actuelles, on observe également un essor de la vente directe ou des circuits courts de proximité sous une multitude de formes issues d’initiatives de producteurs ou de consommateurs, souvent accompagnés par les structures professionnelles (Chambre d’Agriculture, CIVAM…) : vente à la ferme, drive fermier, paniers bio à domicile, magasins de producteurs… Cette dynamique n’est pas en soi originale, mais l’on peut néanmoins souligner ici le succès des AMAP du Béarn et surtout leur essaimage rapide, dès 2004, sur le territoire alentour de Pau à l’échelle de l’aire urbaine, réalité urbaine révélatrice de la reconnaissance de la figure du consommateur citoyen comme acteur légitime des politiques agricoles périurbaines et urbaines (Bonnefoy, 2014) (cf figure 5).

Figure 5. Les Associations pour le maintien de l'agriculture paysanne (AMAP) du Béarn en novembre 2009.

Figure 5. Les Associations pour le maintien de l'agriculture paysanne (AMAP) du Béarn en novembre 2009.

18Le développement de ces circuits courts s’accompagne de la construction d’un discours autour de la qualité des productions agricoles (produits locaux, de terroirs, sous signes de qualité…) qui s’appuie sur une proximité géographique et relationnelle entre producteurs locaux et consommateurs citadins. La valorisation de ces produits locaux est soutenue par certaines institutions territoriales (Pays du Grand Pau...) ou diverses structures d’accompagnement (CIVAM, Chambre d’agriculture, Route des vins de Jurançon…) qui soulignent le déficit d’image des productions du territoire palois, et plus largement béarnais et appellent à une réflexion sur des actions de valorisation et de promotion du territoire.

19Au-delà d’une démarche de création d’une marque territoriale, le champ de la restauration collective, publique notamment, n’est pas en reste pour soutenir une agriculture de territoire. Le programme « Manger Bio&Local, Labels et Terroir », piloté par le Département des Pyrénées Atlantiques, vise à développer un approvisionnement local dans l’ensemble des cantines des collèges et des maisons de retraite du département ; une convention de partenariat avec l’Association des Maires des Pyrénées atlantiques, signée en 2016, étend l’expérimentation à la restauration des écoles élémentaires sous la compétence des communes, organisant la structuration de réseaux d’échanges et les lieux de transformation (projet de création d’une légumerie sur le territoire de la communauté d’agglomération…).

Des lieux et des liens : la rencontre entre mondes urbain et rural

20Au-delà de cet inventaire rapide des espaces agricoles présents au sein et aux abords de la ville, il s’agit d’apprécier le degré d’interpénétration de deux « mondes », le rural et l’urbain : quelles interactions et collaborations structurent et animent ce rapport spécifique de la ville moyenne à ses campagnes, en particulier agricoles ? Deux exemples semblent particulièrement significatifs à cet égard : celui du vignoble urbain de Jurançon (aux portes sud de la ville de Pau) et celui des jardins nourriciers de la friche Lauga (situés dans une frange nord de la ville de Pau) :

  • 6 La gouvernance du vignoble de Jurançon est complexe, car après quasiment trois décennies d’hégémoni (...)

21Depuis maintenant plus de deux décennies et avec un succès qui ne se dément pas, les vignerons indépendants6 du vignoble de Jurançon tirent parti de cette proximité géographique urbaine pour mettre en scène et valoriser leur territoire/terroir en ouvrant leurs chais notamment aux citadins palois. Haut lieu d’une sociabilité urbaine, l’attractivité du vignoble de Jurançon est en effet orchestrée autour d’une programmation événementielle variée tout au long de l’année, favorisant ainsi cette image de campagne vivante : concerts, théâtres, lectures poétiques, expositions d’art et d’artisanat, journées portes ouvertes, fêtes du vin, route du vin, et autres dégustations gastronomiques ou parcours senteurs. Soutenant une réelle mixité sociale et géographique, ce terroir viticole s’est imposé peu à peu comme une « scène culturelle locale » (Douence, 2012) qui rassemble une clientèle urbaine fidèle et des ruraux riverains des vignerons. Loin d’une folklorisation mercantile à destination d’une clientèle en mal de campagne, la construction de ces liens de proximité s’appuie sur un tissage de relations interpersonnelles, parfois intimes, fondées sur l’ouverture de ces espaces vignerons privés, articulant un intérêt pour la culture de la vigne et la culture dans la vigne et valorisant les paysages d’une campagne vivante.

Figure 6. Les chantiers participatifs de la friche Lauga, menés par la MJC Berlioz.

Figure 6. Les chantiers participatifs de la friche Lauga, menés par la MJC Berlioz.

Source : Fly Event Productions.

22Le deuxième exemple d’interpénétration de ces mondes s’appuie sur l’expérimentation de jardins collectifs comme laboratoires d’une ville plus réflexive. C’est tout particulièrement le cas dans deux sites des quartiers de l’extension urbaine au nord de la ville, des jardins Lauga et des Parcelles Solidaires : le rachat d’une friche agricole de deux hectares par la Ville de Pau en 2000 (Douence et al, 2016) et le conventionnement avec la Maison des Jeunes et de la Culture du quartier impulse un mouvement participatif citoyen fort et l’émergence de plusieurs expressions potagères dans la ville (cf figure 7). Non loin de là, coincé entre rocade et autoroute, une autre friche agricole de près de 5 hectares est mise à disposition du CIVAM par la Ville pour une expérimentation hybride : une couveuse agricole pour la formation en maraichage de personnes non issues du milieu agricole, mais ayant un projet d’installation et l’expérimentation de « Parcelles Solidaires® », comme production agricole de plein champ à destination de citadins désireux de reconnecter avec les réalités agricoles et accompagnées par les couvées-maraichers.

Figure 7. Les formes paysagères de l’agriculture urbaine : bricole et système D.

Figure 7. Les formes paysagères de l’agriculture urbaine : bricole et système D.

Crédits photographiques : H. Douence.

23En tant que fenêtre ouverte sur l’agriculture du territoire, la diversité de ces expérimentations de jardins collectifs (cf figure 7) exprime une multifonctionnalité des espaces qui a tout lieu d’intéresser la Ville (au sens institutionnel du terme) jugée à l’aune de sa capacité à co fabriquer une ville durable et juste dans laquelle ses habitants se reconnaissent (Douence et al, 2018). Ces laboratoires d’expérimentation renvoient notamment à l’idée de démocratie participative. Par la diversité des modes opératoires que la friche Lauga permet de côtoyer : artistiques, liés aux professionnels des mondes agricole et urbain, en prise avec les pratiques habitantes et associatives et qui s’expriment dans des actions créatives qui bousculent les normes établies, le collectif qui agit sur la friche Lauga interroge les institutions locales dans leur fonctionnement. Pierre Donadieu dénonce « ce compartimentage de la pensée et de l’imaginaire urbains [qui] explique, en partie sans doute, la difficulté pour les élus et leurs conseillers à penser la région urbaine dans sa globalité évolutive par rapport à la réponse locale à donner à la question clé de la résilience urbaine » (Donadieu, 2014, p. 63). Le jardin constitue un terreau vivant, riche et exigeant pour des apprentissages multiples, fruits eux-mêmes de tâtonnements. Le plus souvent propriétaire des terrains occupés par les jardins, la Ville manifeste une bienveillance à l’égard de certaines de ces initiatives par une reconduction des conventions (quoiqu’à titre précaire). Nous verrons dans la troisième partie comment ce qui a d’abord été un intérêt un peu distant pour ces initiatives citoyennes dans les jardins s’est peu à peu mué en un souhait de les recenser et d’en comprendre les logiques, puis en une volonté de les constituer en réseau.

24Mais tout d’abord, voyons comment la Collectivité entend cette sensibilité agricole habitante ? L’enjeu est de saisir la manière dont la notion d’agriculture urbaine est entendue, interprétée et pratiquée dans une ville moyenne. L’agriculture urbaine est-elle révélatrice d’une dynamique de transition, d’une conscientisation par les services d’une collectivité urbaine de l’enjeu agricole pour le territoire ?

Les liens ville-campagne perçus par les Services de l’Agglomération

25Une enquête auprès des services de l’Agglomération de Pau a été réalisée au printemps 2014, dans le cadre d’un stage dont l’objectif était d’évaluer la sensibilité agricole de l’institution, et notamment celle des agents de la collectivité autour d’une double approche : identifier leurs connaissances et conceptions de la notion d’agriculture urbaine de manière générale, mais aussi, de manière plus ancrée à leur territoire, puis de dresser une cartographie des actions liées à l’agriculture, menées au sein de leurs services (Pommier, 2014). Impulsé par le responsable du pôle « aménagement de l’espace », récemment arrivé à Pau et doté d’une culture urbaine de type métropolitaine, ce stage avait bien, pour lui, l’enjeu d’apprécier la résonnance, au sein des Services, de la notion d’agriculture urbaine.

26Or, entrer par cette notion, suffisamment récente pour être vraisemblablement absente du bagage notionnel des professionnels interrogés, comportait un risque, celui de faire obstacle à la possibilité même d’évaluer la sensibilité de l’institution aux enjeux agricoles du territoire, au cœur de notre questionnement. Non seulement cela n’a pas fait écran à la problématique agricole locale, mais entrer par une formule quelque peu énigmatique pour les professionnels a permis de révéler le hiatus entre un discours à la fois scientifique et politique généralement adossé aux réalités des grandes villes et l’expérience territoriale d’acteurs dont les spatialités sont celles de la ville moyenne.

Points de vue sur la notion d’agriculture urbaine

  • 7 Les SAFER (Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural), créées par la loi agricole de (...)
  • 8 Les Chambres d’Agriculture, créée en 1924, sont des organismes consulaires en charge de représenter (...)
  • 9 Créé en 2002 dans le cadre de la coopération intercommunale, le Syndicat Mixte du Grand Pau a pour (...)

27Au sein des services de la communauté d’agglomération Pau Pyrénées, une quinzaine de techniciens et chargés de mission ont été sélectionnés parmi ceux dont les activités avaient un lien avec la question agricole ou alimentaire ainsi que trois personnalités extérieures (SAFER7, Chambre d’Agriculture8, Syndicat Mixte du Grand Pau9). Notez sur l’organigramme la dispersion des acteurs concernés par la thématique agricole, une question transversale et fragmentée pour une collectivité urbaine (figure 8).

Figure 8. Identification des personnes enquêtées au sein des services de la collectivité.

Figure 8. Identification des personnes enquêtées au sein des services de la collectivité.

28Quelles représentations ont-ils de l’agriculture urbaine en général ? Ce terme fait naître beaucoup de questionnements, de réserves voir des incompréhensions pour près des 2/3 des agents enquêtés, renvoyant même à un oxymore : « … pour moi, c’est deux mots qui sont trop distants l’un de l’autre » ; « L’agriculture urbaine c’est vraiment une notion qui m’est totalement inconnue…. » ou » Moi, c’est pas des choses auxquelles je réfléchis… et là comme ça, agriculture urbaine, ça me renvoie plutôt à des questionnements »

29En termes de fonctionnalités, pour plus d’un tiers d’entre eux, la différenciation faite entre agriculture et jardinage reste forte. « L’agriculture est un métier, avec des agriculteurs et le jardinage est plus fait d’une manière, on va dire de loisirs, ou par des amateurs, donc y a une dissociation à faire ». Il est alors évident pour certains de dire : « … quand on parle de jardins partagés, on ne parle pas d’agriculture ». L’agriculture représente une activité économique, marchande et exercée par des professionnels liés à l’espace rural. À l’opposé, le jardinage est associé aux loisirs et besoins du citadin. L’activité agricole elle-même reste ainsi mal connue et source d’interrogations pour beaucoup d’agents des services de la ville : « Qu’est-ce que c’est l’agriculture, une activité économique ou une activité qui gère le paysage ? » Elle est aussi jugée comme étant incompatible avec la ville, chacune apportant à l’autre son lot de nuisances : « des champs en plein milieu d’une ville, on imagine qu’il y a plein de pollution », ou encore, au sujet de l’impact paysager des productions maraîchères, « j’aime pas trop les tunnels de plastique ». Ces quelques citations montrent la difficulté de dépasser leur approche professionnelle de la fabrique de la ville.

30Il est alors difficile pour un grand nombre d’avoir une conception extensive de la notion d’agriculture urbaine. Leur vision est même contreproductive, induisant l’inverse de ce qu’elle est censée rendre possible selon les chercheurs, à savoir d’envisager toute l’épaisseur et toutes les facettes les liens qui existent entre ville et campagne : « C’est une notion un peu restrictive parce qu’elle crée une opposition entre le monde urbain et le monde rural ». Pourtant, l’évocation fréquente d’un gradient de connexion ou de lien avec la campagne environnante laisse poindre cette conscience d’un système territorial plus global identifiant un continuum ville-campagne : « … l’agriculture urbaine prend son sens, … parce qu’elle est… en lien avec la ville », ou bien, « je pense que c’est capital, de pas déconnecter l’urbain du rural, parce qu’il n’y a pas les indiens d’un côté que l’on va voir le dimanche et puis les urbains qui fourmillent dans ce milieu très dense ».

31Cependant, pour plus de la moitié des enquêtés, la notion d’agriculture urbaine, et principalement dans sa réalité locale, renvoie à l’idée de système alimentaire local. « Depuis 6-7 ans, les circuits courts ont le vent en poupe, les consommateurs sont de plus en plus à la recherche de produits locaux… » Cette dimension économique est perçue dans une grande diversité de formes : la vente directe via les marchés locaux ou les magasins de producteurs, les circuits courts soutenus notamment par la vingtaine d’AMAP présentes sur l’agglomération, ou encore le projet de création d’un abattoir ainsi que d’une légumerie associée au site de la cuisine centrale. Si les potentialités locales sont bien perçues, le lien entre approvisionnement et proximité laisse perplexe, comme l’évoque le responsable du service « agriculture de proximité et circuits courts » de la chambre d’agriculture : « si on se contentait de la production de l’agglo pour faire vivre l’agglo, il y a pas grand monde qui mangerait ». On note pourtant l’émergence d’une prise de conscience du rôle de la collectivité dans le soutien à l’installation agricole par une certaine maitrise du foncier agricole. Un exemple emblématique est l’installation d’une couveuse agricole en 2008 par le CIVAM Bio Béarn sur des terrains municipaux dans le cadre d’une convention de mise à disposition de son foncier agricole. « La collectivité soutient la couveuse agricole, mais pour le moment, les personnes qui sortent de la couveuse ne s’installent pas forcément sur l’agglomération de Pau, ils ont plutôt tendance à sortir du territoire, parce qu’ils ont du mal à trouver des terres ».

  • 10 Document de planification qui réglemente les zones urbanisables et protège la consommation excessiv (...)

32Enfin, ce qui est particulièrement notable dans ces témoignages, c’est la conviction partagée d’une spécificité paloise perçue comme une ville moyenne ayant maintenu ses liens avec sa campagne environnante. « À Pau, on est plutôt dans une agglo rurale que dans une agglo urbaine ». La proximité de l’espace rural y est vécue comme une évidence, quelque chose allant de soi, faisant partie d’un quotidien et à ce titre parfaitement intériorisée. C’est une campagne perçue sous toutes ses formes, dans sa diversité agricole, forestière, naturelle, y compris dans son prolongement au-delà vers les Pyrénées. « Surtout ici, on a vraiment la chance d’avoir à portée de main, le paysage, l’environnement, l’agriculture,… le citoyen, il n’est pas complètement déconnecté de son environnement, et là, je pense que l’on ne crée pas les mêmes modèles », évoque le responsable de la planification du Scot10. Le chargé de mission aux « projets urbains » se positionne assez clairement : « Le concept d’agriculture urbaine, ça vient de milieux urbains extrêmement denses, des grandes métropoles, … par rapport à une structuration de la vie en ville, qui cherche à la fois à trouver un souffle d’air quelque part et à trouver une opportunité de développer des choses très à la mode sur des légumes de proximité, etc.… c’est très urbain ça. Mais ici, c’est différent, on est ici dans une ville moyenne. » La chose est dite, l’agriculture urbaine est une réalité des métropoles.

Une multiplicité d’initiatives sous la bienveillance de la collectivité

33Le deuxième objectif de cette enquête était de dresser un inventaire des projets et actions en cours impliquant les Services. La figure 9 illustre cette diversité autour de quatre grands domaines qui s’organisent autour de deux grands axes : le premier oppose des actions relevant de l’agriculture de loisirs ou de l’agriculture marchande alors que le second axe distingue les enjeux de ces actions centrés soit sur la justification environnementale de la protection des milieux naturels, soit sur les perspectives d’action sociale et de bien-être des citoyens. L’inventaire montre que ces actions impliquant la collectivité sont nombreuses, mais généralement à l’initiative d’acteurs associatifs. Les agents de la collectivité accompagnent et soutiennent alors ces actions dans leur domaine de compétences, mais de manière dispersée et sans en posséder une vision globale.

34Souvent inscrites dans les grands champs des politiques nationales ; ces actions ont entraîné une forme de normalisation dans leur appropriation, induite aussi par la nécessité de « coller » aux injonctions du Grenelle de l’Environnement à partir de 2009. Ainsi l’Agenda 21 a-t-il permis la redécouverte et le soutien des jardins familiaux pour en appuyer le volet social. En impulsant la réflexion sur la restauration collective, le SCOT a dirigé l’attention vers l’agriculture locale de proximité, tandis que le Plan Climat Energie Territorial a, lui aussi, timidement identifié la place de l’agriculture, pendant que l’instauration d’un programme d’économie circulaire a lancé des démarches de lutte contre le gaspillage alimentaire et de compostage des bio-déchets.

Figure 9. Inventaire classifié des actions citées par les agents de la collectivité comme ayant un lien avec l’agriculture urbaine (enquête 2014).

Figure 9. Inventaire classifié des actions citées par les agents de la collectivité comme ayant un lien avec l’agriculture urbaine (enquête 2014).

35Au final, cette enquête fait apparaître et documente un écart – pas nécessairement surprenant en soi - entre, d’une part, un ensemble de représentations relativement floues au sujet de la notion d’agriculture urbaine et, d’autre part, la multiplicité des actions qualifiées comme telle et identifiées par les agents sur ce même territoire. Or, c’est autour de ces actions que se construit une réalité de l’agriculture en lien avec la ville notamment au travers des synergies entre professionnels des mondes agricole et urbain. Les rencontres issues de ces synergies, se font autour de quelques actions qui, prises isolément, peuvent paraître relativement anecdotiques, mais n’en sont pas moins perçues comme « emblématiques », « symboliques », voire comme des laboratoires pour des apprentissages mutuels, comme l’exemple des Parcelles solidaires du CIVAM.

Une agriculture urbaine surtout pensée sur le modèle des grandes villes

  • 11 On rappelle ici d’autres définitions « englobantes » ou « intégratives » (moins clivantes) probléma (...)

36Concevoir une place pour l'agriculture dans le projet urbain ou de territoire, dépend en partie de l'acception restrictive, ou au contraire large, que l'on donne à la notion d’agriculture urbaine. Si l’on considère l’évolution des définitions scientifiques, on constate leur propension à être de plus en plus explicitement englobantes. Avancée dès le milieu des années 90 (notamment sur la base de travaux réalisés dans les pays dits du Sud), cette courte définition qui spécifie qu’« est urbaine, l’activité agricole dont les ressources, les produits et les services sont ou peuvent faire l’objet d’une utilisation urbaine directe » (cf Moustier et Pagès, 1995 cité par Donadieu, 1998, p. 19) annonce des définitions plus élargies et très « inclusives »11 à l’instar de celle proposée par Nahmias et Le Caro (2012) : est urbaine l’« agriculture pratiquée et vécue dans une agglomération par des agriculteurs et des habitants aux échelles de la vie quotidienne et du territoire d’application de la régulation urbaine. Dans cet espace, les agricultures – professionnelles ou non, orientées vers les circuits longs, les circuits courts ou l’autoconsommation – entretiennent des liens fonctionnels réciproques avec la ville (alimentation, paysage, récréation, écologie) donnant lieu à une diversité de formes agri-urbaines observables dans le ou les noyaux urbains, les quartiers périphériques, la frange urbaine et l’espace périurbain. » (Nahmias et Le Caro, 2012).

37Si cette définition constitue, pour les chercheurs, une manière de ne pas se couper du foisonnement actuel des initiatives - celles-là même qui donnent tout son sens et sa complexité à l’actualité de l’agriculture au sein et aux abords des villes – il faut bien admettre qu’elle n’est pas suffisamment opératoire au regard des stratégies à concevoir. Plus précisément, et au regard des résultats de notre enquête, le faible écho de la notion d’agriculture urbaine auprès des Services de l’agglomération de Pau semble aussi lié au type d’actions cités, la plupart du temps en référence à des modèles urbains sans grand rapport avec ceux des villes moyennes. Dans toutes les très grandes villes du monde, le développement et la médiatisation de l’agriculture urbaine sont aujourd’hui orientés vers la diffusion de systèmes techniques adaptés aux réalités de ces mégapoles, nécessitant une adéquation des techniques de production (hydroponie, aquaponie, cultures sur les toits ou en sous-sol, hors sol…) dans des contextes de localisation contrainte (sur des sols trop pollués ou trop exigus…). Ces fortes contraintes imposent une évaluation des risques de pollutions (sol, air, eau) et la justification de leur développement repose essentiellement sur les services écosystémiques de type environnemental (biodiversité, réduction CO2 par la limitation des transports par relocalisation, captation des eaux de pluie, lutte contre le réchauffement des villes…). L’autre argument majeur relève du bien-être des citadins et de préoccupations sociales (cadre de vie et respiration des citadins, connexion à la nature, sensibilisation à l’environnement et à l’alimentation...)

38S’interrogeant sur les transitions alimentaires propres à ces mégapoles (Aubry, 2013), Christine Aubry s’appuie sur le modèle des mégapoles identifié par la DATAR au côté du modèle de Villes intermédiaires évoqué précédemment. La conception, souvent très technologique, de type agriculture urbaine 2.0 (Bories, 2017) n’est pas celle des villes moyennes. À Pau, comme dans d’autres villes moyennes, on évoque moins la technicité des systèmes de production et l’installation d’une agriculture marchande dans le cœur de ville, ce qui peut expliquer ce refus du terme et le souhait de se distinguer des systèmes métropolitains. En revanche, tout au moins dans le cas palois, la dimension économique est une priorité : il s’agit d’abord, dans le discours des élus, mais aussi des habitants, de soutenir une agriculture de territoire (et non pas dite urbaine), et des producteurs avant tout locaux (engagés ou non dans la filière bio), quitte à les accompagner dans un second temps et éventuellement dans un changement de pratiques culturales. Dans les conceptions des grandes métropoles, l’argument économique de soutien à une agriculture de territoire affleure bien moins.

39Comment expliquer cette diversité de conception et d’appréhension de la question agricole urbaine ?

  • 12 Son objectif était d’évaluer le lien entre la dégradation des milieux naturels et les conséquences (...)

40Pour ébaucher une réponse, on peut s’appuyer sur les études internationales majeures qui cherchent à outiller conceptuellement et méthodologiquement les sociétés contemporaines face aux défis de la transition socio-écologique, que l’on peut schématiquement résumer autour des trois thèmes du changement climatique, de l’érosion de la biodiversité et de la crise alimentaire (Arnauld de Sartre, 2016). La démarche prospective portée par les Nations unies dans le cadre du Millenium Ecosystem Assesment12 en 2005 propose différents scénarios permettant aux acteurs de formaliser des solutions. Nous renvoyons notamment à la traduction française de ce rapport (INRA-CIRAD, 2009, p. 10) pour de plus amples explications, mais nous souhaitons souligner la lecture des deux scénarios pro-actifs, c’est-à-dire qui institutionnalisent des solutions de sortie de crise au travers de politiques de lutte contre les causes des changements globaux. Le scénario intitulé « technogarden » (ou « monde jardiné ») relève d’une conception du monde accordant une large place à la mondialisation des échanges et aux solutions technologiques notamment dans le champ de l’écologie, et des systèmes productifs agricoles. En revanche, ce rapport propose un autre scénario dit de « mosaïque adaptative » (ou « des stratégies locales de gestion des écosystèmes ») qui se construit plutôt, à une échelle locale, sur une diversité de solutions fondées sur les initiatives locales portant attention à la bonne gestion de leurs écosystèmes. La multifonctionnalité et l’hybridation des partenariats (Grandchamp, 2017) décrits dans la première partie de cet article, renvoient à une ressource locale constituée autour de savoirs vernaculaires divers, si besoin revisités en fonction des clientèles et des attentes du moment, dont le potentiel en termes de transition territoriale est également souligné par la Datar dans son travail de prospective Territoire 2040 (2011). Parmi les quatre scénarios proposés pour penser l’avenir des villes intermédiaires, celui de « laboratoire vert » accorde une place structurante à l’agriculture urbaine et plus largement aux liens ville-agriculture décrit comme consubstantiels à ce système territorial. Ce scénario qui imagine la ville intermédiaire comme un maillon essentiel d’une transition socio-spatiale « douce », met en avant une valorisation de ressources propres et une capacité à innover dans la mise en œuvre de solutions locales s’appuyant sur l’existence d’espaces de proximité permettant le développement d’une autonomie du système territorial tant dans la gestion des déchets, la production de denrées alimentaires, l’accès aux énergies renouvelables et à la ressource en eau. Cette transition est placée sous le double signe de l’innovation et des savoir-faire locaux traditionnels redécouverts.

41Villes moyennes ou grandes métropoles, chacune dans leurs trajectoires de transition, se réfèrent à des scénarios jouant le rôle de modèles, tant pour ceux qui pensent que pour ceux qui font la ville.

42En conclusion de cette partie, on peut retenir que la sensibilité agricole des Services de l’agglomération paloise se traduit avant tout par leur implication dans un assez grand nombre d’actions en l’absence d’une vision globale sous-tendue par des principes forts et partagés de ce que pourrait être l’agriculture dans et aux abords de la ville. On peut avoir une double lecture de cette situation. Elle peut traduire le caractère émergent d’un processus qui va engager de façon croissante et plus ou moins rapidement les acteurs du territoire dans la mise en œuvre d’actions cohérentes au sein d’un projet à venir lui-même global (cf. partie ci-dessous). Mais l’on peut aussi s’interroger sur cette phase amont du processus et faire l’hypothèse que « l’évidence » évoquée plus haut, celle d’une imbrication ville-agriculture et d’une proximité perçue comme allant de soi, peut constituer un puissant frein au fait de pouvoir poser un regard réflexif sur une ressource agricole. Il s’agit là d’autant de signaux, parfois faibles parfois forts d’un continuum urbain-rural dont il faut voir maintenant comment il se traduit dans la pensée et l’action prospective urbaine. Le défi n’est pas nouveau ! Pierre Donadieu, dans Campagnes urbaines (1998, p. 19), défendait déjà l’idée d’une « utopie réaliste », d'un « projet de territoire mi-rural mi-urbain », voire la prise de conscience d'un « destin commun » pouvant conduire à une vision globale et systémique des questions urbaines et agricoles dans laquelle l'agriculture est considérée comme un « projet de société capable d'améliorer les conditions de vie urbaine ». Qu’en est-il de l’agenda proprement politique du territoire ?

L’intégration progressive d’une agriculture de territoire dans le projet urbain

43De nombreuses études sur les systèmes agricoles et alimentaires, à quelque niveau scalaire que ce soit, démontrent avec une certitude de plus en plus partagée, la nécessité de changer de pratiques en matière de consommations et de productions agricoles, et l’évolution des normes réglementaires incite explicitement les acteurs publics locaux à y participer. La transition agricole du 21e siècle s’appuie donc aussi sur la disparition du modèle européen de la ville compacte, remettant en cause l’opposition classique entre espaces ruraux et espaces urbains. La séparation entre politiques urbaines et politiques de développement rural, issue de l’évolution historique du lien physique entre ville et campagne (Poulot, 2016) est aujourd’hui réinterrogée, modifiant les jeux de cette gouvernance.

44Concernant les villes moyennes et notamment la situation paloise, nous avons posé le constat dans les deux chapitres précédents, d’une sensibilité réelle et d’une conscientisation montante du rôle de l’agriculture de proximité, et ce, autant dans les formes visibles du paysage que dans les actions et les initiatives impulsées par des citoyens ou inscrites à l’agenda de la collectivité. Dans cette dernière partie, c’est la mise en mouvement générale de la collectivité dans ce processus de transition que nous souhaitons interroger et sa capacité à mettre en cohérence ces dynamiques locales afin de faire émerger un projet politique pour l’agriculture de territoire. En observant les formes de négociation mise en œuvre dans les grands documents d’urbanisme et leur participation à la construction d’un grand récit commun du territoire, nous verrons comment l’émergence d’une intercommunalité de projet permet la reconnaissance progressive d’une place pour l’agriculture dans le discours sur la fabrique de la ville.

Le rôle des documents d’urbanisme dans l’émergence d’un récit commun

45La constitution des Pays (1995) et le renforcement des intercommunalités (1999) ont conféré aux villes petites et moyennes, au moins potentiellement, un rôle d’impulsion et de coordination des politiques locales. Mais l’activation du principe de solidarité ville-campagne de ces nouveaux découpages territoriaux se pose alors comme un défi face à des espaces de vie individuels et collectifs de plus en plus « éclatés ». L’argument alimentaire et son corollaire de reterritorialisation de l’agriculture peuvent être identifiés comme un des leviers majeurs d’un projet commun, les études sur la politisation de la question agricole périurbaine en France ayant montré le rôle déterminant de l’action publique territoriale (Bonnefoy, 2011).

46La carte suivante (figure 10) illustre, dans le cas de la situation paloise, l’émergence tardive, impulsée par le contexte réglementaire au début des années 2000, d’une coopération intercommunale, avec la création d’une communauté d’agglomération de 14 communes et près de 145 000 habitants et, mais aussi d’un Pays qui dessine à peu près le périmètre du bassin de vie du Grand Pau (soit près de 230 000 habitants). Or, le mouvement de décentralisation des années 80, dans un contexte de fragmentation du tissu communal français, avait largement favorisé le processus d’étalement urbain, comme dans de nombreuses villes françaises, par la mise en concurrence des communes pour capter les ressources fiscales notamment, via les dynamiques résidentielles et économiques engendrant alors de fortes inégalités territoriales. L’évolution progressive vers une construction politique intercommunale, deux à trois décennies plus tard, a notamment pour vocation de créer une coopération nécessitant, de fait, l’apprentissage d’un nouveau dialogue. Dans un premier temps, la place grandissante faite aux élus des communes périurbaines dans les instances aux compétences élargies des nouveaux périmètres des EPCI, soutient ce qu’Éric Charmes identifie comme une « revanche des villages » (Charmes, 2017) qui réclament une reconnaissance du périurbain comme un droit à exister de ce tiers espace (Vanier, 2000). Aujourd’hui, les coopérations se régulent dans un contexte de prise de conscience d’une territorialité complexe nécessitant une solidarité territoriale certaine : pour tous, la crise des centres-ville devient progressivement visible autant que la consommation excessive de terres agricoles en périphérie.

47

Figure 10. Les échelles de la coopération intercommunale sur le territoire palois.

Figure 10. Les échelles de la coopération intercommunale sur le territoire palois.

48C’est donc l’expérience de la rencontre difficile entre deux univers très différents : l’agriculture et la ville. Quelle est alors la capacité de l’agriculture à mobiliser à ces différentes échelles du territoire ? Longtemps, la ville, et d’autant plus la ville moyenne, avait tourné le dos à son environnement de proximité, dans le souhait d’affirmer son statut urbain (Arnal, 2012). Sous l’effet de ces nouveaux découpages territoriaux, l’agriculture, qui avait quasiment disparu des « grands » documents de planification urbaine, fait son retour et réapparait en force impulsant l’émergence d’un récit commun du territoire, articulant les registres de l’approvisionnement alimentaire des villes, du dynamisme économique de campagnes vivantes et de la protection des milieux naturels par l’écologisation des pratiques agricoles.

  • 13 Institué par la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU) du 13 décembre 2000, le Schéma de Coh (...)

49Sans tradition de coopération, c’est donc le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT)13 du grand Pau, qui est l’un des premiers outils de ce territoire à permettre un retour de la place de l’agriculture dans le projet urbain, sous l’injonction posée par le Grenelle de l’Environnement en 2010, de préservation des terres agricoles et des écosystèmes naturels : l’invention d’une « trame jaune », au côté des trames vertes et bleues, positionne explicitement l’agriculture comme levier d’un projet de territoire. Mais les enjeux de performances énergétiques pour une limitation du changement climatique continuent à donner le ton d’une planification urbaine mise en tension entre deux modèles : celui de la ville dense qui domine dans le discours de l’urbaniste comme une voie vertueuse vers un développement plus durable et celui de la ville diffuse, dont l’étalement non maitrisé, consommateur d’espace, d’énergie, de biodiversité est largement à bannir (Brès, 2017). La densification devient alors la préconisation normative proposée par les urbanistes. En spatialisant les grandes zones agricoles, le diagnostic agricole focalise aussi sur des enjeux fonciers qui limitent bien souvent le débat à une situation de concurrence plus que de complémentarité entre les usages du sol (figure 11).

Figure 11. Diagnostic agricole pour le SCOT et le PLUi CAPBP 2017 – Identifier et spatialiser les enjeux fonciers sur le territoire.

Figure 11. Diagnostic agricole pour le SCOT et le PLUi CAPBP 2017 – Identifier et spatialiser les enjeux fonciers sur le territoire.
  • 14 Stage de Master de Géographie et Aménagement en 2012 réalisé auprès du Syndicat Mixte du Grand Pau (...)
  • 15 Formule originelle du SCoT de Montpellier en 2006, cette démarche d’urbanistes a permis de construi (...)

50Une étude universitaire14 menée en 2012, à l’époque de la mise en œuvre du SCoT et ayant pour objectif d’identifier les obstacles à la préservation des terres agricoles à partir d’une analyse des discours des acteurs impliqués dans la négociation des PLU, avait avancé le constat de la faible « l’inversion du regard »15 des acteurs locaux : processus long s’il en est ! (Pachoud, 2012) La finalité de préservation des terres agricoles n’était réellement affirmée par aucune des parties, et les terres agricoles restaient perçues comme des « variables d’ajustements de l’extension urbaine » : bien faible conscience de l’évidence à agir localement en faveur de la protection des terres agricoles !

51La mise en œuvre des PLUi, à partir de 2015-16, permet de dépasser le registre de l’urbanisme communal et marque alors la phase 2 de ce chantier. Des collaborations et un récit commun commencent à faire leur chemin marqué par quelques signes d’émergence du processus d’inversion du regard. Le contexte sociétal, et notamment la préoccupation des citadins pour les questions alimentaires, contribue à dépasser le registre foncier pour s’ouvrir à d’autres thématiques (circuits de distribution et d’approvisionnement, logistique de transformation…). L’agriculture de territoire devient la figure montante dans les projets de PLUi et l’attention portée à l’agriculture sous ces multiples facettes, et dans un objectif de valorisation du territoire, au-delà d’une simple protection des terres agricoles, traduit la conscientisation que l’urgence n’est pas si lointaine.

Apprentissages mutuels et tiers réflexif

52Les signes de cette prise de conscience d’un territoire commun et de la responsabilité de chacun dans son développement s’inscrivent dans cette pluralité irréductible des modèles culturels qui marque nos sociétés, dans cette diversité des regards et des modèles interprétatifs du monde (Besse, 2013). Dans un contexte de métropolisation généralisée, la ville intermédiaire peut donc se singulariser. Or, dans le champ de la gouvernance des territoires, ce constat implique une capacité de contextualisation, et nécessite généralement de nouveaux apprentissages de négociation et, dans de nombreux cas, un accompagnement pour permettre la construction de ces coopérations (Volckrick, 2009). Une réelle coopération émerge lorsque les membres de la collectivité reconnaissent partager des biens communs. Dans sa démonstration sur l’usage du tiers dans les pratiques de négociation, Marie-Elisabeth Volckrick (2009) identifie deux manières de produire des normes communes, s’appuyant respectivement sur un modèle interprétatif du réel ou au contraire sur une créativité endogène au territoire. Dans le premier cas, l’usage d’un modèle importé de l’extérieur et inscrit dans un seul univers de sens est utilisé pour décrypter un contexte sous la direction d’un expert qui arbitre la négociation. Les quelques études que nous avons évoquées précédemment (les nouvelles ruralités de l’INRA, Territoires 2040 de DATAR, MEA de l’ONU) jouent ce rôle de modèles impulsant des réflexions prospectives sur les futurs possibles ; leurs scénarios sollicitant l’imagination et la créativité mises en contexte sont alors des outils pour susciter les débats, penser l’avenir et être le ferment d’un récit commun, premier levier pour l’action.

  • 16 À rapprocher de la notion anglo-saxonne d’empowerment et de celle de capabilité, développée par Ama (...)

53Dans une deuxième démarche, ce sont les acteurs locaux eux-mêmes qui construisent leurs propres normes, en situation et en action, à partir de leurs interactions. Cette démarche, qui s’appuie sur un processus de capacitation16 collective, implique une forte réflexivité pour explorer les mondes possibles, et s’inscrit dans cette démarche nécessitant un apprentissage de l’altérité. Au-delà de la « réflexivité en surplomb » (Volckrick, 2009) que permet l’usage de modèle proposant une pluralité de perspectives, une réflexivité en situation implique une réelle capacité des acteurs au sens d’une forte inventivité tant de leur mode d’interactions que dans leurs propositions d’actions. Chacun individuellement doit mettre en œuvre sa capacité à se décentrer, à faire un pas de côté.

54La mise en chantier des grands documents d’urbanisme (SCoT puis PLUi), évoquée plus haut, sous-tend cette capacité d’apprentissages mutuels et à la mise en synergie des acteurs oscillant entre ces pratiques de négociation. Le SCoT du Grand Pau a été un premier pas vers un projet commun de territoire, prenant modèle de situations exemplaires « importées » comme référence : le « modèle archipel » du SCoT de Rennes (2008) pour penser le vivre ensemble ou la démarche d’« inversion du regard », impulsée par le SCoT de Montpellier (2006) pour penser les espaces ouverts.

  • 17 Une Zone agricole protégée, est un outil de protection du foncier agricole créé par la loi d'orient (...)

55Aujourd’hui, l’ouverture des chantiers du PLUi de l’agglomération paloise, avec notamment un atelier « agriculture », permet d’impulser le dialogue entre élus et agents des Services sur les situations concrètes qu’ils vivent sur leurs communes, permettant des zooms sur des exemples à valeur de projet. Leurs échanges s’illustrent par des exemples situés : Comment soutenir une activité maraichère encore active en cœur de village quand le discours va à la densification ? Quels arguments prévalent à la mise en œuvre d’une ZAP17 en plaine maïsicole ?, Pourquoi un jeune sorti de la couveuse agricole trouve obstacle à son installation par les agriculteurs eux-mêmes ? Comment faire face à l’enfrichement des coteaux et la fermeture des paysages ? … Autant d’exemples qui nuancent les solutions normatives et incitent à une réflexion contextualisée. Ces échanges sont accompagnés par des médiateurs, la collectivité faisant généralement appel à des personnalités extérieures, qui, par une posture « distanciée » jouent le rôle de tiers réflexif (Volckrick, 2009), accompagnent les acteurs dans leurs capacités à expliciter et construire une conscience collective de leur territoire. Cette médiation interpelle sur la figure de l’agri-urbaniste évoquée par Pierre Donadieu (2014) pour sa capacité à hybrider les discours.

  • 18 [ en ligne] URL : http://www.pau.fr/1913-la-maison-du-jardinier.htm

56Par ailleurs, ces débats s’ouvrent dans de nouvelles arènes, dans un contexte de renforcement de la participation des citoyens à la prise de décision politique : cycles de conférences portant sur l’avenir des villes intermédiaires , la création récente d’une Maison du Jardinier18 se donne pour mission d’accompagner la création d’un réseau des jardiniers, des initiatives de sciences participatives pour favoriser la politique en faveur des corridors écologiques via les jardins privés… Au côté des lieux de sociabilité déjà évoqués en première partie, lieux de partage et d’action, on observe l’émergence de nouvelles arènes de débat, lieux expression d’une sensibilité réflexive souhaitée (figure 12).

Figure 12. Aménagement d’une friche agricole : laboratoire participatif d’un grand récit de la « ville verte ».

Figure 12. Aménagement d’une friche agricole : laboratoire participatif d’un grand récit de la « ville verte ».

57Ces signes sont-ils annonciateurs d’une ville en transition ?

Conclusion : L’agriculture de territoire témoin des paysages vernaculaires du 21e siècle

58Cet article a permis d’observer les signes d’une reconnexion de la ville de Pau avec son territoire alentour et de la recomposition d’une articulation ville-agriculture autour de l’émergence de « lieux d’interface », espaces de sociabilité entre plusieurs catégories de citoyens et d’une multiplicité, encore mal coordonnée, d’interventions des collectivités territoriales en faveur de l’agriculture. Cela interpelle alors sur la capacité de la collectivité publique à mettre en œuvre un véritable projet agri-urbain pour son territoire. En effet, les indices d’abord timides dans ce qui pouvait faire projet urbain autour des problématiques agricoles (Agenda 21, SCoT, schéma d’agglomération…) s’affinent progressivement (PLUi, …). Le positionnement de la ville de Pau la prédispose à intégrer les enjeux agricoles dans un projet de territoire qui s’appuie sur la pratique d’intermédiation.

59En s’inspirant des propos d’Alberto Magnaghi, créateur de l’école territorialiste italienne, on peut d’intéresser au processus d’évolution des relations villes-campagne et comme il le propose, « penser le territoire comme sujet » (Magnaghi, 2014), comme produit humain, vivant, constitué de lieux dotés de « personnalité » (Brès, 2017). Ces lieux et ces liens participent de la création d’une urbanité renouvelée, ni prisonnière d’un désir de campagne synonyme de regard nostalgique sur un passé rural idéalisé (Lussault, 2003), ni arcboutée sur un refus de la ville (Younès, 2008) ; ils renseignent aussi sur une gouvernance agricole et urbaine en marche, mais « par le bas ».

60Cette conception rejoint la pensée humaniste sur les paysages de JB Jackson (2003) lorsqu’il décrit les tensions qui s’exercent sur un territoire entre forces vernaculaires et politiques : tensions entre le paysage habité par des hommes en interaction avec leur milieu et un paysage conçu à la grande échelle de la planification dans un souci de cohésion et d’unité territoriale. En proposant une nouvelle approche vernaculaire des paysages du 21e siècle, il reconnait l’atout du paysage comme outil de dialogue pour penser le territoire comme bien commun.

Topo da página

Bibliografia

Arnal, C., 2012, L'agriculture, élément de la qualité de vie des villes moyennes, Revue d'économie régionale & urbaine, n° 2, p. 245-264.

Arnauld de Sartre, X., 2016, Agriculture et changements globaux : Expertises globales et situations locales. Ed Peter Lang, 205 p.

Arnauld de Sartre, X., H. Douence et C-E. Mercier, 2010, Choisir et redéfinir le local. L’exemple d’un type de filières courtes : les AMAP en Béarn, in: Circuits courts, contribution au développement régional, TRAVERSAC J-B. (dir.), Auzeville, Educagri, pp. 55-70.

Aubert, F, E. George-Marcelpoil et C. Lamagnac, 2011, La ville intermédiaire et ses espaces de proximité. État des lieux et problématiques, Territoires 2040. Revue d'études et de prospective [en ligne], Des systèmes spatiaux en prospective, 3, pp. 101-119, URL : http://territoires2040.datar.gouv.fr/IMG/pdf/territoires_2040_n_3.pdf.

Aubry, C., 2013, L’agriculture urbaine, contributrice des stratégies alimentaires des mégapoles ?, Daniel Thevenot, 24e Journées Scientifiques de l'Environnement - La transition écologique des mégapoles, Créteil, France.

Authier, JY. et C. Bidou-Zachariasen, 2017, Éditorial. Ces villes dont on ne parle pas, Espaces et sociétés, 1, 168-169, pp. 9-16.

Ba, A. et C. Aubry, C. 2011, Diversité et durabilité de l'agriculture urbaine : une nécessaire adaptation des concepts ? Norois, 221, pp. 11-24.

Bertrand N. (dir), 2014 Terres agricoles périurbaines : une gouvernance foncière en construction, Ed. Quae, 2013, 250 p.

Bertrand, N (dir), 2010, L'Agriculture dans la ville éclatée, Laboratoire du développement durable et dynamique territoriale, Montréal, Université de Montréal.

Besse, JM., 2013, Habiter. Un monde à mon image, Flammarion, 250 p.

Blanc, N., 2012, Villes et campagnes : rapports de production et d'exploitation », Territoires 2040. Revue d'études et de prospective [en ligne], Des facteurs de changement 1, 5, p. 123-131, URL : http://territoires2040.datar.gouv.fr/IMG/pdf/datar_t2040_n5_final_bdef.pdf.

Bonnefoy, S. et C. Brand, 2014, Régulation politique et territorialisation du fait alimentaire : de l’agriculture à l’agri-alimentaire, Géocarrefour [En ligne], URL : http://geocarrefour.revues.org/9424, consulté le 22 février 2017.

Bonnefoy, S., 2011, « La politisation de la question agricole périurbaine en France : points de repère », Urbia, n° 12, pp. 17-38.

Brand C., N. Bricas, D. Conaré, B. Daviron, J. Debru, L. Michel et C.T. Soulard (eds), 2017, Construire des politiques alimentaires urbaines, concepts et démarches. Ed Quae, 160 p.

Brès A., F. Beaucire et B. Mariolle, 2017, La France des campagnes à l’heure des métropoles – Territoire FRUGAL. Ed. MétisPresses, 251 p.

Cayeux C. et P. Estèbe, 2018, Les villes moyennes doivent se réinventer, Alternatives économiques [En ligne], n° 3, URL : https://www.alternatives-economiques.fr/villes-moyennes-doivent-se-reinventer/00083356, Consulté le 5 mars 2018.

Chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques, 2010, Diagnostic foncier agricole, analyse des enjeux pour le Scot du Grand Pau, 54 p.

Chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques, 2017, Diagnostic agricole de PLUI de la Communauté d’Agglomération Pau Béarn Pyrénées, 57 p.

Charmes, E., 2017, La revanche des villages, La Vie des idées [en ligne], URL : http://www.laviedesidees.fr/La-revanche-des-villages.html. Consulté le 13 février 2018.

Commissariat Général à l’Égalité des Territoires (CGET), 2017, « Villes moyennes en France : vulnérabilités, potentiels et configurations territoriales », n° 45. Ed CGET, 6 p.

Damon, J., 2017, Quel avenir pour les villes moyennes. Sciences Humaines, 294, pp. 22-27.

Datar, 2012, Territoires 2040. Revue d'études et de prospective. Des facteurs de changement 1, n° 5, Paris, La Documentation française, 131 p.

De Jarcy, X. et V. Remy, 2010, Halte à la France moche, Télérama, n° 3135, pp. 23-30.

De Roo, P., 2007, Les Villes moyennes françaises, enjeux et perspectives, Paris, Diact, La Documentation française.

Demazière, C., 2017, Le traitement des petites et moyennes villes par les études urbaines, Espaces et sociétés, vol. 168-169, no. 1, 2017, pp. 17-32.

Donadieu P., 2014, Quelles natures urbaines pour quelles politiques urbaines durables ?, dans : Chomarat-Ruys C., Nature urbaine en projets, Paris, Archibooks/Sautereau, 2014, pp. 54-71.

Donadieu, P, 1998, Campagnes urbaines, Arles et Versailles, Actes Sud et École nationale supérieure du Paysage, 200 p.

Donadieu, P. et A. Fleury, A., 2003, La construction contemporaine de la ville-campagne en Europe, Revue de géographie alpine, 99, 4, pp. 19-29.

Douence, H. et D. Laplace-Treyture, 2016, Les franges urbaines d'une ville moyenne : un paysage à cultiver ?, Projets de paysage [en ligne] URL : http://www.projetsdepaysage.fr/fr/les_franges_urbaines_d_une_ville_moyenne_un_paysage_cultiver_ Consulté le 13 février 2018.

Douence, H. et D. Laplace-Treyture, 2018, Jardins productifs en ville. Enjeux et difficultés d’une territorialisation de la critique sociale, dans ; E. Doidy (dir.), Reprendre la terre. Agriculture et critique sociale, Presses Universitaires de Rennes (à paraitre)

Douence, H., 2012, La culture de la vigne ou la culture dans les vignes ? La mise en patrimoine des vignobles du Sud-Ouest, dans : Patrimoine et valorisation des territoires, Fournier L-S., Crozat D., Bernié-Boissard C., Chastagner C. (dir.), L’Harmattan, pp. 65-76.

Duvernoy, I., 2002, Espace agricole périurbain et politiques communales d’aménagement : l’exemple de l’agglomération albigeoise, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], URL : http://cybergeo.revues.org/1965; (consulté le 10 janvier 2018).

Faure, A., 2013, Les campagnes urbaines à l'épreuve des mots, Urbanisme, hors-série, 34e rencontre des agences d'urbanisme Amiens, 47, p. 24.

Garçon L. et A. Navarro, 2012, La Société des territorialistes ou la géographie italienne en mouvement, Tracés [en ligne], n° 22, URL : http://journals.openedition.org/traces/5465, consulté le 07 février 2018

Grandchamp, L., 2017, L’agriculture est-elle rurale ou urbaine ?, dans : P. Hamman (dir.), Ruralité, nature et environnement. Entre savoirs et imaginaires, Eres, pp. 239-274 (collection Sociétés urbaines et rurales)

Hubert, B. et F. Aubert, 2008, L'agriculture dans les scénarios de Nouvelles ruralités, dans : Mora, O. (dir.), Les Nouvelles Ruralités à l'horizon 2030, Versailles, Éditions Quae, pp. 79-90.

INRA-CIRAD, 2009, Agrimonde® : Agricultures et alimentations du monde en 2050 : scénarios et défis pour un développement durable. Rapport de synthèse. 34p.

Jackson, J.B., 2003, A la découverte du paysage vernaculaire, Actes Sud/ENSP.

Le Caro, Y., V. Jousseaume, M. Poulot et N. Rouget, 2016, Agricultures et villes : Des articulations renouvelées, Annales de géographie [En ligne], 712, 6, pp. 553-563, Armand Colin, URL : http://www.revues.armand-colin.com/geographie/annales-geographie/annales-geographie-ndeg-712-62016/agricultures-villes-articulations-renouvelees. Consulté le 13 février 2018.

Levy, J. et M. Lussault, 2003. Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris. 1128 p.

Magnaghi, A. 2003, Le projet local, Liège, Mardaga,

Magnaghi, A. 2017, La conscience du lieu, Eterotopia, 176 p.

M'Baye, A. et P. Moustier, 1999, « Introduction », dans Moustier, P. (dir.), Agriculture périurbaine en Afrique subsaharienne : actes de l'atelier international du 20 au 24 avril 1998, Montpellier, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), pp. 7-16.

Monbureau, B., 2007 Vers une agriculture urbaine, l’exemple de la plaine de Beaudinard à Aubagne. Dijon, Educagri, 157 p.

Nahmias, P. et Y. Le Caro, 2012, Pour une définition de l’agriculture urbaine : réciprocité fonctionnelle et diversité des formes spatiales, Environnement urbain/Urban Environment [En ligne], vol 6, URL : http://journals.openedition.org/eue/437. Consulté le 13 février 2018.

Nossiter, A., 2017, En France, le déclin des villes de province est celui d’un marqueur de son identité, New York Times [En ligne], URL : https://www.nytimes.com/2017/03/07/world/europe/france-albi.html, Consulté le 13 février 2018.

Pachoud, M., 2012, Le processus de préservation des terres agricoles par l'urbanisme communal : l'exemple du Pays du Grand Pau, mémoire de master de géographie et aménagement, UPPA, 131 p.

Pommier, M. 2014, L’agriculture urbaine : un nouveau regard sur le projet urbain ? Dynamiques des villes moyennes, mémoire de Master de Géographie et Aménagement, UPPA.

Poulot, M., 2016, Les agricultures urbaines : alimenter ou nourrir les villes. Des systèmes agricoles entre résistances et innovations, dans : Nourriture jardinières dans les sociétés urbanisées. Coordonné par Sylvain Allemand et Edith Heurgon. Colloque de Cerisy, Ed. Hermann, pp. 115-120.

Razemon, O., 2017, Comment la France a tué ses villes, Ed. Rue de l’échiquier, 224 p.

Scheromm P., C. Perrin et C. Soulard, 2014, Cultiver en ville... Cultiver la ville ? L'agriculture urbaine à Montpellier, Espaces et sociétés, 3 n° 158, pp. 49-66.

Scot du Grand Pau, 2015, documents consultables sur le site de l'AUDAP, Agence d'urbanisme, [En ligne] URL : http://www.audap.org/?Etudes/Planification_Territoriale/SCoT_du_Grand_Pau.

Syndicat Mixte du Grand Pau, 2010, Prestation d’appui pour la définition d’une politique de valorisation d’une économie agricole de proximité pour le Pays du Grand Pau, Conception MC2 Consultant et Midi Marketing, 147 p.

Syndicat Mixte du Grand Pau, 2017, Guide méthodologique pour appréhender les conditions d’aménagement en milieu rural sur le territoire du Grand Pau. Phase 1 : paysage et formes bâties sur le territoire rural du Grand Pau, Conception : Nechtan, OOK et Trait Clair, 80 p.

Vanier, M, 2000, Qu'est-ce que le tiers espace ? Territorialités complexes et construction politique, Revue de géographie alpine. n° 88-1, pp. 105-113.

Volckrick, M.E., 2009, Les usages du tiers dans la négociation, Négociations, n° 12, pp. 131-146.

Topo da página

Notas

1 Dans le cadre de la 2e Conférence nationale des Territoires qui s’est tenue à Cahors en décembre 2017, le ministère de la Cohésion des territoires a annoncé une enveloppe de 5 milliards d’euros sur 5 ans pour inciter des plans d’aide au retour des habitants en cœur de ville.

2 Inspiré du phénomène nord-américain, où la fuite des ménages les plus riches en périphérie des villes laisse les plus pauvres au centre

3 Pour une mise au point récente sur la question des définitions et approches possibles des villes petites et moyennes, voir Demazière, Christophe. « Le traitement des petites et moyennes villes par les études urbaines », Espaces et sociétés, vol. 168-169, no. 1, 2017, pp. 17-32.

4 Pau est une ville de moins de 80 000 habitants et s’inscrit dans une aire urbaine d’une population d’environ 240 000 habitants (INSEE, 2012).

5 Avec ces 3 200 exploitants en 2008, le pays du grand Pau perd 15 % de ces exploitations en dix ans, essentiellement sur les communes périurbaines du fait de la concurrence de l’urbanisation, mais aussi dans les communes les plus éloignées du territoire par manque de successeurs. Les 31 communes de la communauté d’agglomération accueillent encore près de 421 exploitations en 2015 sur 41 % de SAU (Chambre d’Agriculture des Pyrénées Atlantiques, 2015).

6 La gouvernance du vignoble de Jurançon est complexe, car après quasiment trois décennies d’hégémonie de la Cave coopérative fondée en 1949, un groupe de vignerons indépendants fait scission pour se structurer en 1986 au sein d’un collectif baptisé « route des vins de Jurançon » dont l’objectif est de mettre en valeur l’appellation en œuvrant pour sa promotion et son rayonnement sur l’ensemble du territoire et au-delà.

7 Les SAFER (Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural), créées par la loi agricole de 1960, ont une mission d'intérêt général, d’aide à l’installation agricole et à la gestion du foncier agricole.

8 Les Chambres d’Agriculture, créée en 1924, sont des organismes consulaires en charge de représenter les différents agents économiques de l’agriculture. Elles participent aux politiques d’aménagement du territoire par leurs missions d’accompagnement des collectivités territoriales

9 Créé en 2002 dans le cadre de la coopération intercommunale, le Syndicat Mixte du Grand Pau a pour vocation de coordonner les actions publiques à l'échelle d'un territoire homogène (Schéma de Cohérence territoriale…)

10 Document de planification qui réglemente les zones urbanisables et protège la consommation excessive des terres agricoles, le Schéma de Cohérence Territorial du Grand Pau a été approuvé par le Syndicat mixte du Grand Pau en 2015.

11 On rappelle ici d’autres définitions « englobantes » ou « intégratives » (moins clivantes) problématisant les enjeux et conditions de pérennisation de l'agriculture dans la ville au sens large : « L’agriculture urbaine et périurbaine peut se définir par la double proximité qu’elle entretient avec la ville : la proximité géographique liée à une distance réduite ou à un accès rapide à la ville, et la proximité organisationnelle liée aux autres modes de connexion de l’agriculture avec l’environnement urbain comme les liens commerciaux aux marchés urbains, les doubles emplois agricoles et urbains, les services urbains assurés par l’agriculture, les citadins qui exploitent des terres agricoles, l’appartenance territoriale à une collectivité urbaine, etc. » (Christophe-Toussaint Soulard et Christine Aubry (2011, p. 89). Dans cet esprit, on retiendra aussi Ba et Aubry (2011, p. 12) s'appuyant d'ailleurs sur Mbaye A., Moustier P., 1999. L’agriculture urbaine dakaroise. : « L’agriculture urbaine est considérée comme l’agriculture localisée dans la ville et à sa périphérie, dont les produits sont destinés à la ville et pour laquelle il existe une alternative entre usage agricole et urbain non agricole des ressources […] une alternative qui ouvre sur des concurrences, mais aussi des complémentarités (entre agriculture et ville) ».

12 Son objectif était d’évaluer le lien entre la dégradation des milieux naturels et les conséquences pour les sociétés humaines

13 Institué par la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU) du 13 décembre 2000, le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) est un document de planification qui vise principalement à harmoniser les politiques d’urbanisme à l’échelle des agglomérations, en définissant, pour 10 à 20 ans, les grandes orientations d’aménagement notamment en fixant les limites entre les espaces urbains ou voués à l’urbanisation et les espaces naturels et agricoles.

14 Stage de Master de Géographie et Aménagement en 2012 réalisé auprès du Syndicat Mixte du Grand Pau en charge de l’élaboration du SCoT. Voir aussi d’autres documents d’études locales : Chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques, 2010; Syndicat Mixte du Grand Pau, 2010; Syndicat Mixte du Grand Pau, 2017.

15 Formule originelle du SCoT de Montpellier en 2006, cette démarche d’urbanistes a permis de construire le projet urbain à partir de la trame des espaces ouverts, tant naturels qu’agricoles. Elle a ensuite fait école dans d’autres SCoT en France.

16 À rapprocher de la notion anglo-saxonne d’empowerment et de celle de capabilité, développée par Amartya Sen, prix Nobel d’économie, dans ces travaux sur la justice sociale et le care.

17 Une Zone agricole protégée, est un outil de protection du foncier agricole créé par la loi d'orientation agricole de 1999, notamment pour faire face à la périurbanisation.

18 [ en ligne] URL : http://www.pau.fr/1913-la-maison-du-jardinier.htm

Topo da página

Índice das ilustrações

Título Figure 1. Les villes moyennes en France.
Créditos Source : CGET, 2017.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-1.jpg
Ficheiros image/jpeg, 328k
Título Figure 2. La description des espaces agricoles en périphérie paloise : une approche zonale.
Créditos Source : SCOT du Grand Pau, 2015.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-2.jpg
Ficheiros image/jpeg, 272k
Título Tableau 1. Typologie des exploitations de la communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées par système de production.
Créditos Source : Chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques, 2017.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-3.jpg
Ficheiros image/jpeg, 288k
Título Figure 3. Pau dans son « écrin » de verdure.
Créditos Crédits photographiques : Marc Heller, 2014.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-4.jpg
Ficheiros image/jpeg, 140k
Título Figure 4. Les marchés comme lieux de sociabilité.
Créditos Crédits photogrpahiques : H. Douence.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-5.jpg
Ficheiros image/jpeg, 272k
Título Figure 5. Les Associations pour le maintien de l'agriculture paysanne (AMAP) du Béarn en novembre 2009.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-6.jpg
Ficheiros image/jpeg, 264k
Título Figure 6. Les chantiers participatifs de la friche Lauga, menés par la MJC Berlioz.
Créditos Source : Fly Event Productions.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-7.jpg
Ficheiros image/jpeg, 300k
Título Figure 7. Les formes paysagères de l’agriculture urbaine : bricole et système D.
Créditos Crédits photographiques : H. Douence.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-8.jpg
Ficheiros image/jpeg, 628k
Título Figure 8. Identification des personnes enquêtées au sein des services de la collectivité.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-9.jpg
Ficheiros image/jpeg, 376k
Título Figure 9. Inventaire classifié des actions citées par les agents de la collectivité comme ayant un lien avec l’agriculture urbaine (enquête 2014).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-10.jpg
Ficheiros image/jpeg, 252k
Título Figure 10. Les échelles de la coopération intercommunale sur le territoire palois.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-11.jpg
Ficheiros image/jpeg, 176k
Título Figure 11. Diagnostic agricole pour le SCOT et le PLUi CAPBP 2017 – Identifier et spatialiser les enjeux fonciers sur le territoire.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-12.jpg
Ficheiros image/jpeg, 372k
Título Figure 12. Aménagement d’une friche agricole : laboratoire participatif d’un grand récit de la « ville verte ».
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/21529/img-13.jpg
Ficheiros image/jpeg, 254k
Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Hélène Douence  e Danièle Laplace-Treyture , « Penser l’agriculture dans le projet de territoire d’une ville moyenne : l’exemple de l’agglomération de Pau », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [Online], Hors-série 31 | septembre 2018, posto online no dia 05 setembro 2018, consultado o 05 abril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/21529 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.21529

Topo da página

Autores

Hélène Douence 

Maîtres de Conférences en Géographie, Laboratoire PASSAGES UMR CNRS-UPPA 5319, Université de Pau et de Pays de l'Adour, France, courriel : helene.douence@univ-pau.fr

Danièle Laplace-Treyture 

Maîtres de Conférences en Géographie, Laboratoire PASSAGES UMR CNRS-UPPA 5319, Université de Pau et de Pays de l'Adour, France

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página