Navigation – Plan du site
Section courante

Les démarches des sociologies francophones de l’environnement : comment faire science avec la problématique environnementale ?

Philippe Boudes

Résumés

Cet article étudie la constitution de la sociologie de l’environnement comme champ scientifique autonome. En nous appuyant sur l’histoire des sociologies québécoise et française de l’environnement, nous montrons que malgré leurs différences, il existe des principes communs régissant la constitution de ce champ. En effet, on remarque que si l’environnement est un objet sociologique, c’est qu’il doit être définissable en tant qu’objet empirique et interprétable par des théories ; et si la sociologie peut étudier l’environnement, c’est qu’elle propose des démarches analytiques propres à cette étude. Nous détaillons alors ces démarches qui ont permis, selon nous, la structuration de ce champ, et concluons sur la portée conceptuelle et théorique d’un tel outil.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce travail a pour origine deux réflexions présentées lors du congrès du research comity 24 de l’In (...)
  • 2  Notons que le réseau thématique « sociologie de l’environnement et des risques » de l’association (...)

1Dans le cadre d’une étude sur la sociologie francophone de l’environnement, nous proposons une réflexion sur les modèles d’analyse en sociologie de l’environnement1. Précisément, il s’agit de tester la pertinence du champ scientifique ‘sociologie de l’environnement’, en se proposant d’analyser sa structuration. Un tel champ sociologique, c’est-à-dire un ensemble de chercheurs, de théories et d’objets, est reconnaissable dans le panorama de la sociologie internationale et régionale. Chaque grande association détient son comité ou son réseau de sociologues de l’environnement, comme l’Association Internationale de Sociologie (AIS/ISA) et son research comity 24 ou l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française (AISLF) et son comité de recherche 23 « environnement et développement durable »par exemple2.

2La sociologie a toujours rencontré des difficultés de diverses sortes dans son désir de faire science, ce qui se retrouve aujourd’hui comme hier dans ses questionnements théoriques (Revue du M.A.U.S.S, 2004). L’environnement en tant qu’objet scientifique, est un révélateur de ces difficultés : il questionne la sociologie dans sa démarche historique et épistémologique. Dans le même temps, et puisque les problématiques environnementales sont désormais inscrites au plus profond de notre rapport au monde, qu’il soit social ou non, la sociologie s’est résignée à appréhender cet objet, ni strictement naturel, ni complètement social, par toutes sortes de moyens. Ce « détour » par l’environnement permet de mettre en avant la capacité de la sociologie, de l’ensemble de sciences oserons-nous généraliser, à renouveler ses démarches analytiques.

3C’est en tout cas le point de vue que nous souhaitons discuter ici, en déroulant cette réflexion dans l’ordre ci-dessus annoncé. Nous discuterons d’abord la portée de la problématique évoquée, l’environnement comme objet sociologique et la constitution d’une sociologie de l’environnement, et ses liens avec les débats concernant les sociologie des sciences. Nous en viendrons à notre thématique, la sociologie francophone de l’environnement, et nous pourrons détailler les histoires des sociologies québécoises et françaises de l’environnement. Enfin nous préciserons nos définitions de champ scientifique et de logique scientifique, en introduisant la notion de démarche analytique, ce qui permettra, semble-t-il, de réunifier des études sociologiques sur l’environnement qui paraissaient ne refléter un champ scientifique qu’à travers un miroir brisé.

  • 3  Pour un panorama de ces idées, voir Berthelot (2000). Ce travail sera précisément réalisé, dans un (...)
  • 4  Ceci permet (et nécessite) le développement empirique, descriptif et interprétatif qui suit. Cela (...)

4Enfin, aborder le thème de la construction scientifique d’un champ, qu’il soit sociologique ou non, ne peut se faire aujourd’hui sans passer par une réflexion sur cette analyse, c’est à dire par une sociologie de sa propre sociologie. La sociologie des sciences a en effet bouleversé les approches jusqu’alors classiques de l’étude sociale des sciences. De la distinction entre contexte de découverte et contexte de justification établie par Reichenbach, on ne retient désormais que l’asymétrie qu’elle suppose dans l’élaboration des connaissances, celles-ci étant issues uniquement du contexte de justification. Néanmoins, nous reprenons cette double approche afin de marquer deux temps dans notre discussion : une histoire des sociologies québécoise et française de l’environnement, insistant sur leurs héritages intellectuels respectifs, nous permettra de contextualiser la logique de ce champ que nous approfondirons ensuite. C’est en ce sens que nous pouvons dire accorder la même importance au contexte de découverte (héritage intellectuel) qu’à celui de justification (logique de production) – et par là déjouer les pièges de la sous-détermination de la théorie par les faits ou des fonctionnements sociaux des communautés scientifiques3. En un mot, nous prendrons garde à ne faire ni une réflexion épistémologique normative, ni un exposé sociologique relativiste, et concrètement, il semble nécessaire d’en passer par une histoire des deux sociologies de l’environnement avant d’étudier leur construction en tant que champ. D’ailleurs la notion de champ aussi peut prêter à confusion : ce sera un autre apport de cet article que de la clarifier via l’exemple de la sociologie de l’environnement4.

Des caractères extérieurs de la sociologie de l’environnement

  • 5  Par publications partagées, nous entendons des ouvrages collectifs, des recueils d’article thémati (...)
  • 6  Les entretiens concernent un panel de sociologue plus ou moins proche de la problématique environn (...)
  • 7  Pour reprendre l’expression chère à Durkheim (2002 [1894] : 34 sqq.)

5Cette étude est une partie d’un travail plus général sur la sociologie de l’environnement francophone s’appuyant sur une recherche bibliographique approfondie et surtout sur un examen des productions scientifiques à travers la réalisation d’une base de données recensant les publications partagées des sociologues francophones de l’environnement5, ainsi qu’une série d’entretiens6. Une telle étude porte autant sur l’analyse des caractères extérieurs7 de la sociologie de l’environnement, que sur son contenu à proprement parler.

6Pour la réalisation de cet article, nous avons d’abord ciblé le caractère extérieur le plus frappant concernant la sociologie de l’environnement française : les travaux sur la sociologie de l’environnement. Ceux-ci contribuent à une présentation, le plus souvent analytique, de cette sociologie, en classant et en discutant un certain nombre de travaux. Mais, et ceci fut un premier résultat, si ces recensions de travaux sont nombreuses en France, elles sont inexistantes, à notre connaissance, au Québec. C’est pourquoi il fut nécessaire de définir un autre caractère extérieur propre à appréhender la sociologie québécoise de l’environnement : justement, celle-ci présente aussi une spécificité, par ailleurs faiblement visible en France, qui est de proposer régulièrement des recueils d’articles sur l’environnement à partir d’approches majoritairement sociologiques. Voici donc deux caractères extérieurs de ce champ sociologique : des travaux sur celui-ci, et des recueils d’articles en sociologie de l’environnement.

  • 8  Et par-là que des non-sociologues peuvent faire de la sociologie. Par exemple, le biogéochimiste M (...)

7Cependant, un problème surgit : la comparaison de deux caractères extérieurs différents pour chaque pays d’étude n’introduit-elle pas de biais dans les résultats ? Afin de palier à cette aporie, un troisième caractère a été pris en compte : celui des productions scientifiques des réseaux de sociologues de l’environnement. Partant du postulat que toute présentation d’une recherche dans un réseau de sociologie de l’environnement participe de cette sociologie de l’environnement8, les exposés présentés lors des dernières réunion du comité de recherche « Sociologie de l’environnement et du développement durable » de l’AISLF sont venus compléter notre objet d’étude. Non seulement ce nouvel item doit être considéré comme caractère extérieur supplémentaire de la sociologie de l’environnement francophone, mais en plus il apporte cet avantage de mettre en avant simultanément des travaux des deux pays d’étude.

  • 9  Sanders (1994) prévient de la prudence avec laquelle il faut avancer dans les comparaisons interna (...)

8Enfin, le choix d’une étude ciblée sur la sociologie francophone, notamment la France et ses proches voisins d’une part, le Québec d’autre part, est le résultat de quatre remarques principales : 1) ces régions sont deux pôles sociologiques importants, aux héritages distincts mais toujours en lien, 2) ce sont deux régions qui, malgré leurs ressemblances culturelles, se différencient par leur histoire en générale et celle de la sociologie de l’environnement en particulier, 3) leur rapport au champ de la sociologie de l’environnement, objet de cet discussion, est à première vue différent : le Québec et la France n’ont pas les mêmes rapports ni à la théorie, ni à l’objet des relations liant nature et société. 4) Par ailleurs, la communauté linguistique des analyses sociologiques étudiées ici facilite la comparaison des travaux sociologiques sur l’environnement9.

Au Québec, une sociologie davantage empirique.

9La sociologie Québécoise de l’environnement est l’aboutissement d’une quintuple influence.

10D’abord, son inspiration géographiquement déterminée dans les traditions nord-américaines, avec en particulier les courants d’écologie humaine et sociale (Vaillancourt, 1996, 2003).  Parmi ces influences nord-américaines, on peut se tourner précisément vers l’héritage étasunien des premiers développements d’une sociologie environnementale. En effet, dès les années 70 la sociologie étasunienne institutionnalise le champ sociologique de l’environnement en l’intégrant dans son association nationale. Par ailleurs, la sociologie rurale nord-américaine se tourne vers une sociologie des ressources naturelles (Catton et Dunlap, 1978, Dunlap et Catton, 1979 ; Vaillancourt, 1996, 2003 ; Buttel, 1996). Cette sociologie de l’environnement s’intégrera vite dans les cursus universitaires québécois.

11Un autre facteur est celui de l’étude des mouvements verts. Bien que ce genre d’étude fut également réalisée en France et reste reconnue (Touraine  et al, 1980), les mouvements sociaux écologistes ont fait l’objet d’une étude dans la durée au Québec, depuis le début des années 70 (avec le rapport Berger en 1971) jusqu’à nos jours (Vaillancourt, 1982, 1999 ; Prades et al., 1994 ;Vaillancourt et al., 1998 ; Perron et al, 1999), intégrant également les communautés autochtones et/ou locales comme acteurs à part entière pour donner aux études une dimension interculturelle (Tessier, 1996 ; Raymond 1999 ; Babin, 2003).

  • 10  Le Geo Yearbook 2006 (PNUE, 2006) va également dans ce sens. Cependant, le Canada, par sa récente (...)

12Enfin, la problématique des changements globaux, et notamment celle des changements climatiques, revient fréquemment dans les études québécoises. Ceci notamment car « le Canada est responsable de 3 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde » et s’est engagé, avec le protocole de Kyoto, à « réduire ses émissions d’ici à 2012 à un niveau inférieur de 6 % à ce qu’il était en 1990 » (PNUE, 2003 : 21)10. Cela se traduit par de nombreux travaux sur le programme sur les dimensions humaines des changements globaux et le programme canadien des changements à l’échelle du globe (Vaillancourt, 1996 ; Perron et Vaillancourt 1999 ; Murphy, 2003), sur les concertations au sein de ce dernier (Perron et Vaillancourt, 2003), sur le rôle des organisations non gouvernementales (Guilbeault et Vaillancourt, 2003) ou encore la place des Etats-Unis d’Amérique dans le protocole de Kyoto (Guilbeault et Vaillancourt, 2002)

13La dynamique heuristique que propose le développement durable et les réflexions concernant la gestion de l’environnement sont les dernières influences générales de la sociologie de l’environnement québécoise. Une fois mis de coté son aspect englobant des autres domaines, le développement durable est un champ d’étude propre, qui conduit à s’interroger sur les nouvelles formes de gouvernance (Gendron, 2003 ; Hamel 2003) et de gestion au sens large (Gendron, 1999 ; Chouinard et al, 2003), mais également sur les phénomènes de standardisation (Boiral, 2003) ou au contraire, et surtout, d’ouverture inter et intra-culturelle (Villeneuve, 1995 ; Barabe et al., 1995 ; Beaulieu, 2001 ; Capitaine et Martin, 2004)

14Ainsi, de ces influences, il nous faut retenir l’aisance de l’inscription de la sociologie de l’environnement au sein de la sociologie québécoise. La tradition de l’écologie humaine et sociale liée aux apports des étasuniens Buttel, Catton et Dunlap, tout cela a favorisé la constitution d’un champ de recherche propre, qu’illustrent tout à fait les recueils d’articles dirigés par Tessier (et al., 1996), Dumas (et al., 1999) et Gendron (et al., 2003) ou le parcours de Vaillancourt (2004) et ses développements sur l’écosociologie. Les principaux thèmes de recherche, ou pour le moins, les plus visibles, sont ceux des changements globaux et du changement climatique en particulier, du développement durable et de la gestion environnementale.

En France, une pluralité théorique

  • 11  Bien que dans ce cas, les auteurs soient de nationalité Belge et non plus Française.

15Comme annoncé en introduction, ce qui est remarquable pour ce pays c’est le nombre d’analyse sur la sociologie de l’environnement française. Celle de Maresca et Poquet (1996), Claeys-Mekdade (2004) ou encore Charles et Kalaora (2004), auxquelles il faut joindre le travail de Deverre (1998) qui prend non plus en compte la sociologie mais l’ensemble des sciences sociales, ou encore les rapports de Mormont (Mormont et Vour’ch, 1990; Mormont 1993)11 et celui plus récent de La Branche et Warin (2004). Cet intérêt pour les champs sociaux de l’environnement provient d’une disparité au moins aussi large d’origines intellectuelles et institutionnelles pour aborder les problématiques environnementales.

16Si la sociologie québécoise de l’environnement est l’héritière d’une trajectoire relativement ordonnée (via l’écologie humaine et l’influence de la sociologie rurale nord-américaine), la sociologie française de l’environnement, quant à elle, ressemble davantage à un point focal entre une diversité d’approches théoriques et autant d’approches empiriques.

17Nous avons pu dégager les influences suivantes:

    • 12  Lors de notre entretien, il a préféré aborder les thématiques de la modernisation technique de l’a (...)

    D’abord, l’héritage du rural. On note la prédominance du Ladyss (Laboratoire d’analyse des dynamiques sociales et de la recomposition spatiale, CNRS) qui prolonge l’aura de Henri Mendras, malgré quelques divergences avec ce dernier. On retrouve de nombreux anciens « élèves » de Mendras parmi le peloton de tête de notre base de donnée, et Marcel Jollivet en est un bon exemple, bien qu’il s’en défende12. Les travaux abordent l’environnement à travers le paysage, le territoire, les agricultures européennes, alternatives, les impacts des techniques agricoles et agronomiques, etc.

  • L’intérêt pour les processus sociaux à l’œuvre dans les transformations et consommations de « nature », avec par exemple les travaux de Kalaora (1993) sur la forêt, de Micoud (1991) sur les hauts lieux environnementaux ou de Picon (1978) sur l’exemple camarguais.

  • Les sociologies des sciences et des controverses scientifiques autour de l’environnement sont aussi des objets d’étude récurrents. On peut évoquer ici deux grands axes : les études type ANT – actor-network theorie – où l’on mêle des acteurs de toutes sortes, naturelles ou sociaux, représentées par Callon et Latour (voir par exemple Callon, 1986 ; Latour 1993). En second lieu, les études autour de la mise en directive de la nature, qui prennent leur essor avec les travaux sur Natura 2000 (Rémy (éd.) 1999 ; Pinton et al., 2003). Ces études proposent non seulement de réajuster les rapports entre expertise scientifique et participation citoyenne, mais ils sont également l’occasion de suivre l’évolution des applications de la directive Habitat en France.

    • 13  D’ailleurs, le réseau « environnement » de l’AFS s’intitule « sociologie de l’environnement et des (...)

    Dans le même ordre d’idée, la sociologie du risque développée par Beck (dont la traduction française est préfacée par Latour) et reprenant des idées de Ewald, a également beaucoup influencé la sociologie de l’environnement. On retiendra par exemple la spécificité des réflexions de Duclos sur le lien entre civilité et risque (Duclos 1993) et de Roqueplo à partir de son célèbre ouvrage sur les pluies acides et le climat (Roqueplo, 1993)13.

  • Enfin, les définitions de l’interdisciplinarité et de l’environnement occupent à elles seules une grande part de la sociologie de l’environnement. Il s’agit de la possibilité d’existence (pratique, institutionnelle et épistémologique) d’une sociologie de l’environnement en sociologie (Kalaora, 1993), des frontières des sciences sociales avec les sciences dures (Mathieu et Jollivet, 1989 ; Jollivet, 1992), de celles de la sociologie avec la géographie, (Mathieu, 1992) ou les autres sciences.

  • 14  Que l’on pense par exemple au programme de recherche interdisciplinaire sur l’environnement, le PI (...)

18On doit retenir de ce rapide panorama français qu’il reprend davantage de points de vue théoriques et historiques que de champs empiriques à part entière. L’environnement est alors la somme de différents axes de recherches, comprenant aussi bien le rural et l’interdisciplinarité que le risque et la sociologie des sciences et des techniques. Cette dispersion (ou dissolution) de l’objet dans différents champs de recherche semble caractéristique des démarches françaises14.

19Pour terminer ce premier point, nous dirons d’abord que les sociologies française et québécoise de l’environnement sont bel et bien des champs ancrés dans leur sociologie nationale, comme le prouvent leurs productions et leur reconnaissance dans les associations au sein desquelles elles participent. Il n’en faut pas moins souligner cette conclusion : leurs histoires sont différentes. Les Québécois sont davantage partis des objets nouveaux qu’a révélés la problématique environnementale, quand les Français ont cherché à élargir toute une panoplie d’héritages théoriques préexistants. Le fait d’introduire ces nouveaux objets per se et non pour servir une visée théorique a sensiblement orienté la sociologie québécoise vers une plus facile acceptation de ces objets, tandis que les sociologues français sont restés dans le domaine de la lutte entres théories, au détriment de l’objet.

20Un autre constat peut être tiré de ces informations, que nous reprenons avec La Branche (et al., 2004 : 69), à partir d’une réflexion sur la notion de gestion intégrée :

« Pour certains sociologues, politologues et philosophes québécois, l’environnement impose une remise en question du fondement même de nos sociétés occidentales contemporaines, la modernité, une question comparativement beaucoup moins abordée par la recherche française. »

Construction de la sociologie de l’environnement

21Ceci étant dit, venons en au fait : quelle est la signification de l’environnement comme objet sociologique scientifique? Nous venons de voir qu’à partir du concept et des objets empiriques, ou des théories préexistantes et de leurs déclinaisons, il a été possible d’intégrer l’environnement dans la démarche sociologique. Nous souhaitons aborder maintenant le versant épistémologique de cette appréhension de l’environnement par la sociologie, et non plus seulement l’aspect historique.

22Nous décomposerons notre réflexion sur ce point en deux temps : la première partira de l’environnement, la seconde de la sociologie.

L’environnement est-il un objet sociologique ?

23Si l’environnement est un objet sociologique, quels sont les symptômes de ce statut ? Trois éléments semblent significatifs : un groupe de sociologues travaillant sur cet objet ; des objets empiriques et sociologiques liés à ce concept ; enfin, des théories propres à rendre compte des phénomènes liés à la question environnementale.

24Des sociologues, nous en avons trouvés. L’ensemble des chercheurs cités ci-avant, l’ensemble des professeurs enseignant la sociologie de l’environnement au sein de leurs universités, et plus sûrement l’ensemble des sociologues rattachés aux groupes de recherche sur l’environnement au sein de l’ISA/AIS, l’AISLF, l’ESA, ou récemment l’AFS… Les groupes de chercheurs sont là, ils se sont mêmes affirmés face aux autres disciplines depuis les années 1990, et une nouvelle génération prend maintenant la relève (Claeys-Mekdade, 2004).

  • 15  A ce sujet cependant, notons que Spencer lui-même accepta le fait que si « l’être humain est à la (...)

25Les objets empiriques sociologiques sont nombreux, plus encore semble-t-il que les sociologues prêts à les étudier ! Ils sont remarquables en ce qu’ils sont une socialisation d’objets naturels et physiques. Il n’y a pas de sociologie de la forêt, par exemple, mais bien de la gestion de la forêt, ou des loisir en forêt ; ni de sociologie des changements climatiques mais des expertises sur le climat, ni sur la diversité biologique mais sur l’impact de la notion de biodiversité dans la gestion de la faune et la flore, ni sur l’eau mais sur la gestion de l’eau ou sur l’impact social des barrages, ni sur les plantes invasives mais sur leur gestion, etc.. En un mot, il n’y a pas de sociologie de la nature, mais bien une sociologie de la mise en question de la société par la nature, un sociologie des réactions sociales face à cette mise en question, à cette crise du lien nature société, à cet environnement (cf. Jolivet et Pavé : 1993). Néanmoins, cette apparente dépendance des objets sociologiques à l’égard des objets naturels peut être perçue comme une subordination de la sociologie de l’environnement à d’autres sciences, naturelles et physiques, comme ce fut le cas il y a plus d’un siècle lors de la naissance de la sociologie15.

26Enfin, pour les théories, il nous faut reprendre ici ce que nous avons dit plus haut : l’héritage français est plus lourd, i.e. plus varié et chargé historiquement, que son homologue québécois. On retrouve néanmoins des approches émanant des deux régions. Il s’agit, et nous les avons déjà détaillés, d’un courant issu de l’écologie humaine nord-américaine, de la sociologie des ressources et de l’agriculture étasunienne mais également française, la sociologie des processus sociaux, celle des sciences et des controverses scientifiques, et enfin une réflexion sur l’interdisciplinarité.

27Ainsi, nous trouvons bien de quoi parler d’une sociologie de l’environnement, et nous pouvons dire qu’elle est une science en tant qu’elle réunit des chercheurs, des objets et des théories (figure 1).

Figure 1. Sociologie de l’environnement « Etre science »

Figure 1. Sociologie de l’environnement « Etre science »
:

Une science éclatée

28Mais on objectera rapidement qu’il ne suffit pas de lier des chercheurs, des théories et des objets pour remplir la mission première de la science, qui est de mettre en évidence, voire expliquer, des relations entre phénomènes. Et ceci d’autant plus que nous n’avons rien dit des liens – des relations justement – qui régissent les rapports entre chercheurs, théories et objets. Si nous ne l’avons pas fait plus tôt, c’est que ces liens ne sont pas encore solides, ni complètement stabilisés. Ainsi, quand bien même des sociologues seraient inscrits dans ce champ, les théories et les objets relèvent néanmoins et davantage d’autres domaines : d’héritage différents, et par-là, de champs sociologiques divers pour les théories (n’avons-nous pas parlé de sociologie rurale, de sociologie des sciences, etc. ?) ; de la « nature » des objets empiriques et de leurs liens originels avec les sciences naturelles et physiques.

29En somme, des relations qui régissent cette science, nous ne pouvons saisir que l’effort des chercheurs pour la constituer, à travers l’usage de théories et d’objets « de proximité ». Mais ceci nous semble, de prime abord, assez peu satisfaisant, comme peut le traduire la figure 2. Cette figure met en avant l’éclatement a priori de la sociologie de l’environnement, ce à quoi nous allons ci-après opposer un champ cimenté.

Comment la sociologie peut-elle aborder l’environnement ?

30Pour résoudre ce problème, cet éclatement qui semble nuire au champ étudié, examinons la capacité de celui-ci à « faire » science Comment font, en effet, les sociologues des comités de recherche des différentes associations susnommées pour étudier l’environnement, pour produire une connaissance sociologique de la problématique environnementale ?

31Nous avons déjà évoqué cette production : elle passe par l’analyse des réactions sociales face à l’environnement. Et que peuvent faire d’autres les sociologues ? Le mot de « réaction sociale » est pourtant, à notre connaissance, peu utilisé. D’ailleurs, les sociologues de l’environnement définissent rarement leur champ d’étude, dont la validité ne semble tenir qu’à la portée sociale de la question environnementale, c’est-à-dire sa visibilité politique, économique et médiatique actuelle.

32Dans tous les cas, partir d’une telle définition de l’activité des sociologues de l’environnement, centrée sur l’analyse des réactions sociales face à l’environnement, des bouleversement que la morphologie – notre rapport au monde – a apporté à la physiologie – la vie sociale elle-même –, partir d’une telle définition apporte une solution possible au besoin de notre champ, celui d’être cimenté. En effet, la démarche d’analyse du sociologue de l’environnement permet de reprendre diverses théories pourtant chargées de sens, tout comme différents objets d’une autre nature que les objets sociaux, afin de proposer une réflexion originale sur le concept central du champ, l’environnement.

Figure 2.  Sociologie de l’environnement : une science éclatée

Figure 2.  Sociologie de l’environnement : une science éclatée

Figure 3 - Sociologie de l’environnement : un champ cimenté (« Faire » science)

Figure 3 - Sociologie de l’environnement : un champ cimenté (« Faire » science)

Une démarche analytique spécifique

33En un mot, si la sociologie peut aborder les thématiques environnementales, c’est qu’elle dispose d’une démarche analytique qui permet cette approche. Après avoir étudié de nombreuses publications se reconnaissant dans le champ de la sociologie de l’environnement, nous définissons cette démarche comme un outil, un ciment avons-nous dit, un processus qui se concentre sur les réactions sociales liées aux problématiques environnementales. Poursuivant nos schémas, la figure trois résume ces derniers propos :

Un processus protéiforme

  • 16  Il faudrait rajouter une démarche « valeur » pour les travaux portant sur les attitudes et les com (...)

34Disons d’abord que ce processus n’est pas unique : diverses formes en sont employées dans les études sociologiques de l’environnement. Nous avons, pour l’heure, distingué quatre types d’analyse de ces réactions : démarche « classique », démarche « technoscientifique », démarche « idéologique » et démarche « hybride »16. Chaque forme n’exclut pas les autres, pourtant très peu de travaux appartiennent à plusieurs catégories d’analyse. Par contre, toutes ces démarches sont valables pour les deux zones géographiques étudiées, comme cela est détaillé plus bas en intégrant des travaux québécois que français.

  • 17  Par exemple Picon (1978) lie des agriculteurs, une entreprise, des classes sociales (les promeneur (...)

35Par ailleurs, ces réactions sociales sont proches de ce que l’on nomme déjà négociation, c’est à dire des concertations autour d’enjeux, dans notre cas environnementaux, par et pour les acteurs. Ces négociations se caractérisent par une pluralité d’acteurs – et donc une grande représentativité ?- une égalité de pouvoir de décision en apparence donné à chaque acteur, et surtout le nombre croissant de ces formes de réactions (Callon et al. 2001). Elles regroupent des acteurs-types, tels les classiques politiques-scientifiques-citoyens, ou les non moins classiques grands acteurs tels qu’un Etat centralisé et son administration ou une entreprise publique, des élus locaux représentant les intérêts de leurs administrés, des associations de défenses protéiformes, auxquels nous pouvons encore ajouter des entrepreneurs17 (Lafaye et al., 1993). Néanmoins, la négociation n’est que l’aspect le plus courant de ces réactions sociales, et n’englobe pas l’ensemble des réactions possibles, qui ne sont pas toutes négociées.

Démarche « classique »

36Il s’agit de la réaction idéal-typique qui part d’un conflit opposant différents acteurs pour arriver à un compromis négocié. Lorsqu’il y a conflit autour d’une mise en question de la société par la nature, les recherches portent sur le phénomène de transformation de cet état de l’interaction, le conflit, à un autre, l’accord ou le compromis, via certaines étapes de négociation. Pour ce type d’analyse, on peut citer Billaud (1994) et son travail sur les processus de conflit, de négociation et d’accord entre les nouveaux porte-parole de l’environnement et d’anciens acteurs institutionnellement légitimés. C’est cependant plus récemment que ce thème s’est implanté, avec les questions de la participation sociale, de la coopération, de la médiation (Dziedzicki, 2003), autour de la biodiversité (Becerra, 2004), de la gestion de l’espace rural (Beuret, 1998, 2003), de celle des cours d’eau (Faure, 2003) ou des bassins versants (Chouinard et al., 2003) ou encore des contraintes environnementales en agriculture (Busca et al., 2003 ; Busca 2004).

  • 18  Si cet acteur est favorisé, cela s’explique notamment par le développement des associations enviro (...)

37Toujours dans ce cadre, l’analyse peut également prendre pour point de départ un acteur en particulier. Ce sont généralement les associations de défense de la nature ou de protection de l’environnement qui occupent le devant de la scène, qu’il s’agisse d’associations de longue date comme l’association nationale de protection des eaux et rivières (Gramaglia, 2002), ou encore de commission locales spécifiques (Le Bourhis, 2003)18. Mais ce peut être également un acteur politique, comme le gouvernement des Etats-Unis et sa place dans les négociations sur le climat (Guilbeaut et al., 2002), institutionnel comme le propose Thomas (1996) ou encore médiatique (Tessier, 1996).

Démarche « technoscientifique »

38La seconde catégorie concerne les réactions liées au risque et à l’expertise. Dans ce cadre-ci, on part du constat que la globalisation du risque a conduit à un doute généralisé envers les institutions : l’individu est le seul levier d’action possible. Il s’agit d’appliquer les idées générales de Ewald (1986), Beck (1987) et Duclos (1993) dans lesquelles on retrouve l’universalité du risque et où les seules actions ne doivent être attendues que par les individus (et non par les institutions). Or,

  • 19  Et les auteurs de cet extrait de renvoyer à Rosenvallon (1999) et Gauchet (2002) ainsi qu’à Ewald (...)

« [u]ne des spécificités françaises, notent Kalaora et Charles (2002 : 39), est la prise en charge plus importante qu’ailleurs de l’individu par le collectif, son dessaisissement politique partiel via la représentation, mais aussi dessaisissement psychologique, subjectif en ce que l’individu est comme déchargé d’avoir à assumer personnellement la confrontation du risque »19.

39C’est pourquoi ces travaux se concentrent sur la participation des associations citoyennes en général plutôt que sur celles de défenses de la nature uniquement ; et s’intéressent à l’expertise et aux connaissances mises en œuvres lors des négociations. On peut citer, dans ce cas, l’étude de Estades et Rémy (2003), qui s’intéresse aux phénomènes d’apprentissage, par un collectif de femmes (l’association « Les mères en colères »), des logiques techniques et discursives liées aux négociations autour de l’usine de traitement des déchets nucléaires de La Hague. Les recherches de Lucotte et Pinsonnault (2004) abordent sous un autre angle les formes de gestions participatives du risque vis-à-vis du mercure.

40Pour ce qui est de l’expertise, elle est surtout mise en avant pour son ambiguïté : les experts sont des révélateurs de connaissance, mais sont toujours eux-mêmes en controverse entre eux. (Mormont, 1993 : 40-47). Dans le même ordre d’idée, la notion de modernisation écologique – mise en avant par Spaargaren et Mol au début des années 90 (Spaargaren et Mol, 1992 ; Mol et Spaargaren 93) – relève également d’une approche technoscientifique en ce sens qu’elle questionne la rationalisation des productions et l’institutionnalisation de l’environnement ainsi que la gestion des risques (Guay, 1999). Gendron (1999) avance elle aussi une critique de la rationalisation scientifique en montrant d’ailleurs que « le fondement scientifique des décisions politiques est fort discutable », un peu comme le fait Boiral (2003 : 106) pour le fondement économique et non environnemental des normes ISO 9001 et surtout 14001 en rappelant que celles-ci « tendent à apparaître comme des ‘certificats commerciaux’ plutôt que comme des systèmes de gestion au service de la qualité ou de l’environnement ». Mais avec ces deux derniers travaux, nous entrons en partie dans ce que nous nommons une démarche « idéologique ».

Démarche « idéologique »

41Ce que j’appelle ensuite la réaction « idéologique » poursuit en effet la critique de l’expertise en la radicalisant, ce que Mormont (1993) explique très bien à partir des idées des historiens français de l’écologie :

  • 20  Mormont fait référence à Acot, 1988 ; Deléage, 1991 ; et Drouin, 1991.

« […], les différentes histoires de l’écologie (Acot, Deléage et surtout Drouin20) ont pour intérêt de montrer deux autres réalités : d’un côté, les modèles scientifiques que construisent les scientifiques se réfèrent généralement, au moins dans leurs premières formulations, à des représentation du social qui servent à penser la nature. D’autre part, ces modèles, à mesure qu’ils se précisent, se confrontent aux données et se construisent comme outils, délimitent progressivement leur aire de validité, leur domaine de pertinence, en même temps qu’ils peuvent toujours être ressaisis (dans le champ social) comme des arguments dans la lutte sociale, voire comme des idéologies. »

42C’est le même terme d’« idéologie » que reprennent Kalaora et Charles (2002 : 47) :

  • 21  Et les auteurs de renvoyer toujours à l’histoire, non plus celle de l’écologie mais celle de la pr (...)

« Les sociologues français éprouvent face aux problématiques de l’écologie conjuguant des interrogations inédites, un évident malaise et de profondes réticences. Connaissant assez mal les bases scientifiques ou le contexte d’élaboration de la discipline, ils voient plutôt celle-ci sous l’angle d’une idéologie ou d’un mouvement social dont les fondements et les objectifs leur apparaissent des plus flous et contestables »21.

43Dans ces travaux, les sociologues s’attachent moins à démonter spécifiquement la logique d’expertise et de rationalisation qu’à déjouer les idéologies pour montrer au grand jour les phénomènes cachés. On peut y référencer le travail de Kalaora (1993) sur les loisirs en forêt, où il est montré que l’accès idéalisé d’une nature ouverte à tous cache une domination de la nature par et pour les classes supérieures ; celui de Alphandéry (et al., 1999) sur les agriculteurs moyens ; ou celui de Boudes (2005) sur les rapports d’instrumentalisation entre sociologues français et Ministère de l’Environnement.

  • 22  Il s’agit de l’Intergovernmental Panel on Climate Change dont les travaux « servent de référence d (...)

44L’analyse de discours ou de textes peut-être également efficace dans ce type d’analyse : Boiral (2003) en fait usage, et Champion (2004) centre clairement toute son étude sur le discours, celui de Monsanto en l’occurrence, tout comme Perron et Vaillancourt (1999 : 96) le font sur « l’influence du discours de l’IPPC22 dans la société ». Lepage (1999) propose également de démonter la thèse selon laquelle les controverses scientifiques seraient d’ordre scientifique en mettant de l’avant que, lors du projet de barrage « Grande Baleine » au Québec, les controverses furent davantage d’ordre culturel, ce qui corrobore, là aussi, l’idée d’une radicalisation de la démarche.

Démarches « hybrides »

45Enfin, la dernière catégorie proposée peut s’intituler démarche « hybride ». Il s’agit dans ce cas des idées développées par les tenants de la sociologie de la traduction (Callon, 1986) et dont une explication concise est donnée par Latour (2004, 2000). Assez peu développées en France, ces idées sur les sociologies des sciences et des techniques ont un large succès outre-Atlantique. Pour ce qui nous concerne, Les politiques de la nature (Latour, 2000) propose par exemple un « nouveau bicaméralisme » lié à un changement de statut des non-humains. Si jusqu’alors nous considérions la nature comme extérieure à notre collectif, Latour propose d’agrandir ce collectif et par là de mettre en cause les limites épistémologiques des sciences. Il faut réexaminer les liens entre nature, science et politique : « Pour offrir à l’écologie politique une place légitime, il suffisait de faire entrer les sciences en démocratie » (Latour, 2003 : 291) et notamment accepter de passer d’un modèle de diffusion à un modèle d’intéressement.

46Bien que ces idées semblent influencer beaucoup de travaux, peu s’y rallient directement. Les analyses rapportent l’opportunité de créer des lieux de débat et d’échange sur les diagnostics scientifiques, de limiter la séparation entre sphères (science, politique, nature et/ou humains, non-humains), et principalement d’instituer des sortes de parlements du diagnostic environnemental. Bien qu’elle ne s’en reconnaisse pas directement, Van Tilbeurgh (1994) propose une réflexion de ce type, liant non-humains (les huîtres), scientifiques (ceux de l’Ifremer) et un groupe social (les ostréiculteur de la baie de Cancale) comme Callon (1986) associait les coquilles Saint-Jacques avec des biologistes et les marins-pêcheurs de la baie de Saint-Brieuc.

47D’une manière différente, l’article de Murphy (2003) qui se propose d’analyser d’une tempête de verglas, associe en les mettant sur un même plan, les aspects sociaux et naturels. « Cette étude, conclut Murphy (p. 152), a corroboré l’importance d’une analyse contextuelle complète, centrée sur les pratiques sociales et sur les dynamiques naturelles ». Elle a également montré que s’il y a des périodes (généralement longues dans nos sociétés occidentales) de tranquillité et de confort social, « [i]l y a aussi des périodes de vulnérabilité du corps humain » (Murphy, 2003 : 152). L’idée de vulnérabilité est plus largement détaillée par Pinsonnault (2002), et correspond toujours à ce genre hybride de démarche. Pinsonnault s’en sert pour mettre en lumière les liens qu’établissent les populations avec une maladie bien particulière, le paludisme. Elle affirme alors que « les populations confrontées à la récurrence du paludisme élaborent des repères de significations et de pratiques qui témoignent plus profondément de leurs formes d’engagement avec l’environnement. (Pinsonnault, 2002 : 92)

Un champ délimité

48Ces quatre catégories d’analyses proposent chacune un modèle théorique – un cadre de recherche – et heuristique différent. Je ne crois pas que ces catégories, malgré leur valeur conceptuelle, soient beaucoup manipulées ni confrontées entre elles : les lieux de recherches restent surdéterminés (Charles et Kalaora, 2002 : 50). Néanmoins, et bien que notre liste ne soit pas exhaustive, elles permettent de stabiliser le champ sociologique de l’environnement, et le sociologue n’a plus peur de se promener dans ce champ : il peut y cueillir ses idées, s’y perdre, tout en sachant que les limites de celui-ci sont balisées par ces démarches analytiques. Rappelons encore que notre typologie des démarches n’est pas clause, et l’on pourrait y ajouter d’autres démarches, sans pour autant mettre à mal notre conclusion. Par exemple, une démarche « valeur » portant sur les représentations et les comportements, dont les travaux de Bozonnet (2002, 2005, 2006 pour rester dans les congrès de sociologues de l’environnement) sont tout à fait représentatifs ; éventuellement une démarche « justificative », reprenant les idées avancées par Lafaye et Thévenot (1996) ; et il serait sans doute également intéressant de distinguer la modernisation écologique de la démarche « technoscientifique ».

49Quant à la notion de champ, elle doit tenir compte de l’apport épistémologique développé ici. Certes, les champs demeurent des lieux de débat propres à structurer l’ensemble de ceux qui y participent. Sur ce point, nous avons parlé des entretiens que nous menons sur les trajectoires intellectuelles et institutionnelles des sociologues – et nous ne cherchons pas à contester la théorie des champs à partir de ce simple travail. Mais il est remarquable que la sociologie de l’environnement se soit construite par l’intermédiaire d’une prise en charge de ses éléments – sociologues, objets, théories – à partir d’outils conceptuels permettant justement cette construction – les démarches d’analyse.

50Il apparaît également que les démarches analytiques proposent un ensemble d’interprétations explicatives qui non seulement « confère de l’intelligibilité à la nécessité d’un phénomène » (Cuin 2000 : 49), mais surtout propose des explications valides, au moins parce qu’elles sont exemplifiées, mais nous pourrions montrer, dans le détail, qu’elles sont aussi déduites et corroborées. Ainsi, la construction sociologique de l’environnement a favorisé l’invention d’explication, c’est à dire la proposition et l’utilisation de démarches innovantes et fiables, mais elle a su également les tester et les valider. Les exemples des sociologies françaises et québécoises de l’environnement permettent de dégager un minimum de productions scientifiques propres à ce champ, lesquelles prennent à contre pied la dissymétrie souvent dénoncée de la sociologie « entre la prolixité (et la richesse) de l’activité empirique et le relatif désintérêt des sociologues pour l’activité théorique d’interprétation et d’explication » (Cuin, 2000 : 91). En effet, les démarches analytiques étudiées ici cherchent moins à rendre opérationnel le concept d’environnement en lui trouvant des supports empiriques qu’à proposer des cadres d’analyses généraux propres à être systématisés. En ce sens d’ailleurs, on pourrait dire que la sociologie de l’environnement est bien plus une science sociologique que ne sauraient l’être d’autres champs sociologiques.

Haut de page

Bibliographie

Acot, P., 1988, Histoire de l’écologie, PUF, Paris

Alphandéry, P., P. Bitoun & Y. Dupont, 1999, L’équivoque écologique, La Découverte, Paris

Babin, R., 2003, Réappropriation communautaire de la protection de l’environnement en Acadie, in Gendron C. et al. (dir.), Développement durable et participation publique, PUM, Montréal, pp. 265-295

Barabe, A., J.-C. Bourgeois & R. Trudel,1995, L’Ecotourisme au lac Saint-Pierre, Ecodécision, n°15, pp 91-94

Beaulieu, A., 2001, L’Environnement, outil de lutte contre l’exclusion des jeunes, Possible, vol. 25, n°1, pp 56-60

Becerra, S., 2004, La question de la participation sociale et de la coopération dans le domaine de la conservation de la biodiversité, Communication présentée au XVIIéme congrès de l’AISLF, Tour

Beck, U., 2001 [1986] La société du risque, Flammarion, Paris, 521p

Beuret, J.-E., 2003, La gestion concertée de l’espace rural : médiations locales et politiques d’appui, in Billé R. et L. Mermet, Concertation, Décision et Environnement : Regards croisés vol.1, pp. 21-30

Billaud, J.-P., 1994, De la solucion negociada de los conflictos a la negociacion institutional : la agricultura busca una nueva legitimitad, Agricultura y sociedad, 71 : 209-242

Boiral, O., 2003, La norme ISO 14001 : vers une uniformisation des pratiques ? in Gendron C. et al., Développement durable et participation publique, PUM, Montréal, pp 91-107

Boudes, P., 2005, Environment in France: four examples of local interaction between the Ministry and sociology, in Osti, G. & L. Pellizzoni (eds), Local Institution Building for the environment : Perspectives from East and West', Proceedings of the International Conference of Gorizia (Italy), Instituto di Sociologia Internationale di Gorizia (ISIG), Sept. 9-10 2004 [CD-ROM]

Bozonnet, J.-P., 2003, The reasons of environmentalism, communication lors de la VIème conférence de l’Association Européenne de Sociologie (AES/ESA), Murcia, Espagne

Bozonnet, J.-P., 2005, Is institutionalisation driving away environmnentalism ?, in Osti, G. & L. Pellizzoni (eds), Local Institution Building for the environment : Perspectives from East and West', Proceedings of the International Conference of Gorizia (Italy), Instituto di Sociologia Internationale di Gorizia (ISIG), Sept. 9-10 2004 [CD-ROM]

Bozonnet, J.-P., 2006, L'environnement appartient-il à un système de valeur et lequel ?, communication au IInd congrès de l’Association Française de Sociologie, Bordeaux, 4-8 septembre

Busca, D., 2004, L'action publique agri-environnementale : de l'incitation volontaire à l'auto-reglementation négociée, Communication présentée au XVIIéme congrès de l’AISLF, Tour

Busca, D., C. Gendre, D. Salles & M.-C. Zelem, 2003, Comment intégrer les contraintes environnementales en agriculture ?, in Gendron C. et al. (dir), Développement durable et participation publique, PUM, Montréal, pp. 307-324

Buttel, F. H., 1996, Environmental and resource sociology: theoretical issues and opportunities for synthesis, Rural Sociology, 61 (1), pp 56-76

Cadoret, A. (dir.), 1985, Protection de la nature, histoire et idéologie, L’Harmattan, Paris

Callon, M., 1986, Eléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la Baie de Saint-Brieux, L’Année sociologique, 36, pp. 169-208

Callon, M., P. Lascoumes & Y. Barthe, 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Seuil, Paris, 357 p

Capitaine, B. & T. Martin, 2004, La culture comme agent de DD : perspective autochtone sur le développement, Communication présentée au XVIIéme congrès de l’AISLF, Tour

Catton, W. R. & R. E. Dunlap, 1978, Environmental sociology: a new paradigm, The American Sociologist, 13, pp 41-49

Champion, E., 2004, L'environnement et la crise écologique comme source de légitimité de l'entreprise transnationale : analyse du discours de Monsanto (1970-2002), Communication présentée au XVIIéme congrès de l’AISLF, Tour

Charles, L. & B. Kalaora, 2003, Sociologie et environnement en France : l’environnement introuvable ?, Écologie et Politique, n° 27, p. 31-57

Chouinard, O., P.-M. Desjardins, E. Forgues & J.-P. Vanderlinden, 2003, La gestion environnementale du bassin versant de la baie de Caraquet, in Gendron C. et al. (dir.), Développement durable et participation publique, PUM, Montréal, pp 287-305

Claeys-Mekdade, C., 2004, La sociologie de l’environnement d’une génération à l’autre : fidélités ou infidélités des « héritièr(e)s » ?, Communication au Colloque Sciences sociales et environnement. Perspectives franco-allemandes, Strasbourg, 15 p

Revue du Mauss, 2004, Une théorie sociologique générale est-elle pensable ?, Revue du MAUSS, n°24

Cuin, C.-H., 2000, Ce que (ne) font (pas) les sociologues. Petit essai d’épistémologie critique, Librairie Droz, Genève, 214p

Deléage, J.-P., 1991, Une histoire de l’écologie, Seuil, Paris

Deverre, C., 1998, La place des sciences sociales dans la problématique environnementale, Le courrier de l’environnement, Les dossiers de l’environnement, n°17

Drouin, J.-M., 1991, L’écologie et son histoire, Flammarion, Paris

Duclos, D., 1993, De la civilité. Ou comment les sociétés apprivoisent la puissance, La Découverte, Paris

Dumas, B., C. Raymond & J.-G. Vaillancourt, 1999, Les sciences sociales de l’environnement, Presses de l’université de Montréal, Montréal, 210p

Dunlap, R. E. & W. R. Catton, 1979, Environmental Sociology, Annual Review of Sociology, 5, pp 243-273

Durkheim, E., 2002 [1894], Les règles de la méthode sociologique, [en ligne] http://classiques.uqac.ca/classiques/Durkheim_emile/regles_methode/durkheim_regles_methode.pdf [page consultée le 1er décembre 2006]

Dziedzicki, J.-M., 2003, Médiations environnementales : des expériences internationales aux perspectives dans le contexte français, in Billé R. et Mermet L. (dir.), Concertation, Décision et Environnement : Regards croisés vol.1, pp.39-64

Estades, J. & E. Rémy, 2004, Des (é)preuves pour apprivoiser les risques, communication au 1er congrès de l’Association Française de Sociologie, Villetaneuse (France)

Ewald, F., 1986, L’Etat providence, Grasset, Paris

Faure, A., 2003, Une expérience de concertation sur l’impact des éclusées en vallée de la Dordogne, in Billé R. et Mermet L., Concertation, Décision et Environnement : Regards croisés vol.1, pp. 119-135

Gauchet, M., 2002, La démocratie contre elle-même, Gallimard, Paris

Gendron, C. & J.-G. Vaillancourt, 2003, Développement durable et participation publique. De la contestation écologiste aux défis de la gouvernance, PUM, Montréal, 398p

Gendron, C., 1999, La gestion sociale de l’environnement, in Dumas B. et al. (dir.), Les sciences sociales de l’environnement, PUM, Montréal, pp 121-131.

Gendron, C., 2003, La gouvernance du développement durable dans un contexte de mondialisation économique, in Gendron C. et al. (dir.), Développement durable et participation publique, PUM, Montréal, pp 67-77

Gramaglia, C., 2002, La dénonciation publique de la pollution industrielle. Un exemple d’actions contentieuses engagées par l’association ANPER-TOS (Association Nationale de Protection des Eaux et Rivières / Truite-Ombre-Saumon) à l’encontre de grandes entreprises, Cahier du CRISES, Hors-série n°5, pp. 186-203

Guay, L., 1999, La modernisation écologique, in B. Dumas et al. (dir.), Les sciences sociales de l’environnement, Presses de l’université de Montréal, Montréal, pp. 33-49

Guilbeault, S. & J.-G. Vaillancourt, 2002, Les impacts du retrait des Etats-Unis sur le protocole de Kyoto, Cahier du CRISES, Hors-série n°5, p. 219

Guilbeault, S. & J.-G. Vaillancourt, 2003, Les Changements climatiques et le rôle des organisations non gouvernementales, in Gendron C. et al. (dir.), Développement durable et participation publique, PUM, Montréal, pp 157-171

Hamel, P., 2003, Enjeux institutionnels et défis politiques, in Gendron C. et al. (dir.), Développement durable et participation publique, PUM, Montréal, pp 377-391

Henry, C. et M. Jollivet (dir.), 1998, La question de l'environnement dans les sciences sociales. Eléments pour un bilan, Lettre du Programme Environnement Vie et Société du CNRS, n° 17, février 1998

Jollivet, M. (dir.), 1992, Sciences de la nature, sciences de la société. Les passeurs de frontières, éd du CNRS, Paris, 589p

Jollivet, M. et Pavé A., 1993, L’environnement, un champ de recherche en formation, Natures, Sciences, Sociétés, 1, pp. 6-20

Kalaora, B., 1993 [1978], Le musée vert, radiographie du loisir en forêt, l’Harmattan, Paris

Kalaora, B., 1993, Le sociologue et l’environnement. La longue marche vers la science pragmatique : arpenteur du social ou conseiller du Prince ?, Natures, Sciences, Sociétés, 1 (4), pp. 309-315

La Branche, S. & P. Warin, avec la collaboration de M. Galliand-Seux et C. Gaufreteau, 2004, La “ concertation dans l’environnement ”, ou le besoin de recourir à la recherche en sciences sociales, Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, Programme Concertation, Décision, Environnement, INRA, rapport final, 102 p

Lafaye, C. & L. Thévenot, 1993, Les conflits dans l’aménagement de la nature, Revue française de sociologie, XXXIV-4, pp. 495-524

Latour, B., 1993, Petites leçons de sociologie des sciences, La Découverte, Point Seuil, Paris, 253p

Latour, B., 2000, Pour un  nouveau bicaméralisme, in Abelès M. et al. (dir.), L’environnement en perspective, L’Harmattan, Paris, pp. 117-130

Latour, B., 2004 [1999], Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, La Découverte, Paris, 383 p

Le Bourhis, J.-P., 2003, De la délibération à la décision : l’expérience des commissions locales de l’eau, in Billé, R. et L. Mermet (dir.), Concertation, Décision et Environnement : Regards croisés vol.1, pp. 147-159

Lepage, L., 1999, les controverses environnementales sont plutôt culturelles que scientifiques, in Dumas B. et al. (dir.), Les sciences sociales de l’environnement, PUM, Montréal, pp. 133-147

Lucotte, M. & N. Pinsonnault, 2004, La gestion participative du risque comme levier de prise de décision vis-à-vis du problème du mercure au Canada, Communication présentée au XVIIéme congrès de l’AISLF, Tour

Maresca, B. & G. Poquet, avec la collaboration de M. Fortineau et F. Le Huédé, 1996, Les priorités de la recherche en sciences sociales concernant l’environnement, Rapport au service de la recherche et des affaires économiques du Ministère de l’Environnement, Département évaluation des politiques publiques, Credoc

Mathieu, N. & M. Jollivet, 1989, De la "question de la nature" à la "question de l'environnement" ; repères anciens pour des questions nouvelles (présentation de l'ouvrage), in Mathieu N. & M. Jolivet, Du rural à l’environnement, la question de la nature aujourd’hui, L’Harmattan, Paris

Mathieu, N., 1992, Géographie et interdisciplinarité : rapport naturel ou rapport interdit ?, in Jolivet M. (dir.), Sciences de la nature, sciences de la société. Les passeurs de frontières, éditions du CNRS, Paris, pp. 129-154

Micoud, A., 2001, La nébuleuse associative, in B. Maresca et al., L’environnement, question sociale, Odile Jacob, Paris

Micoud, A. (textes rassemblés par), 1991, Des hauts lieux ; la construction sociale de l'exemplarité, éd. du CNRS, Paris, 133 p

Mol, A. P. J. et G. Spaargaren, 1993, ‘Environment, Modernity and the Risk-society : the Apocalyptic Horizon of Environmental Reform’, International sociology, vol. 8, n°4, pp. 431-459

Mormont, M. & A. Vourc’h, 1990, Recherches en sciences sociales et environnement. Etat de la question et propositions, rapport au SRETIE, Secrétariat d’Etat chargé de l’environnement, Veres Consultant, Paris.

Mormont, M. , 1993, avec la collaboration de C. Mougenot, Sciences sociales et environnement. Approches et conceptualisations, Rapport au service de la recherche du Ministère de l’Environnement, Fondation Universitaire Luxembourgeoise, Belgique

Murphy, R., 2003, Analyse sociologique d’une tempête de verglas, in Gendron C. et al. (dir), Développement durable et participation publique, PUM, Montréal, pp. 141-154

Murphy, R., 2003, Sustainability or disaster : social change and changing dynamics of nature, communication présentée à la VIèmeconférence de l’Association Européenne de Sociologie (AES/ESA), Murcia, Espagne

Perron, B. & J.-G. Vaillancourt, 1999, Les changements climatiques, in Dumas B. et al. (dir.), Les sciences sociales de l’environnement, PUM, Montréal, pp 95-119

Perron, B. & J.-G. Vaillancourt, 2003, Concertation à l’intérieur du Processus national sur les changements climatiques du Canada ?, in Gendron C. et al. (dir), Développement durable et participation publique, PUM, Montréal, pp 207-225

Perron, B., J.-G. Vaillancourt & C. Durand, 1999, Les Leaders de groupes verts et leur rapport aux institutions, Recherches sociographiques, XL, 3, p.527

Picon, B., 1978, Espace et temps en Camargue, Actes Sud, Marseille

Pinsonnault, N, 2002, La revalorisation de la perspective écologique à partir du concept de « vulnérabilité ». Un concept-clé pour comprendre l’impact des dimensions sociales et structurelles (politiques et économiques) sur les problèmes environnementaux, Cahier du CRISES, Hors-série n°5, pp. 88-99

Pinton, F., P. Alphandéry, J.-P. Billaud, C. Deverre, A. Fortier & N. Perrot, 2003, "Scènes locales" de concertation autour de la nature. La construction française du réseau Natura 2000, Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable, Paris ; IFB, Institut Français de la biodiversité, Paris. - 2003/07, 93 p. - Document de travail : Equipe GRENAT (Groupe de recherches sociologiques sur la nature)

PNUE/UNEP, 2003, Géo Annuaire 2006, Programme des Nations unis pour l’Environnment [en ligne] http://www.unep.org/geo/yearbook/yb2006/PDF/GYB06_FR.pdf [page consultée le 1 décembre 2006]

PNUE/UNEP, 2003, GéoAnnuaire 2003, Programme des Nations Unies pour l’Environement [en ligne] http://www.unep.org/geo/yearbook/yb2003/pdf.htm [page consultée le 1er décembre 2006]

Prades, J. A., R. Tessier & J.-G. Vaillancourt (dir.), 1994, Instituer le développement durable. Ethique de l’écodécision et sociologie de l’environnement, Fides, Montréal

Raymond, C., 1999, L’économie, l’éthique et la politique environnementale d’entreprise, in Dumas B. et al. (dir.), Les sciences sociales de l’environnement, PUM, Montréal, p. 69-94

Rémy, E. (éd.), P. Alphandéry, C. Deverre, B. Kalaora, N. Perrot, J.-P. Billaud, N. Bockel, A. Fortier & F. Pinton, 1999, Ministère de l'Environnement, Réseau Espaces Protégés, Paris. - La mise en directive de la nature : de la directive Habitats aux prémices du réseau Natura 2000, 280 p - (Rapport pour le ministère de l'Environnement DGAD/SRAE-Convention 97059)

Roqueplo, P., 1993, Climat sous surveillance, Economica, Paris

Rosenvallon, P., 1999, Le peuple introuvable, Gallimard, Paris

Sanders, D., 1994, Considérations méthodologiques sur les comparaisons entre pays dans la recherche en sciences sociales, Revue Internationale des Sciences Sociales, 142, pp. 607-616

Spaargaren, G. et A. P. J. Mol, 1992, ‘Sociology, Environment and Modernity : Ecological Modernization as a Theory of Social Change’, Society and Natural Ressources, vol. 5, n°4, pp. 323-344

Spencer, H., 1874, Study of Sociology, H. S. King & Co. (2ème ed.), Londre, viii + 326p

Tessier, R., 1996, Sociologie des médias et gestion de l’environnement : valeurs sociales et mise au programme politique, in R. Tessier et al. (dir), La recherche sociale en environnement, PUM, Montréal, pp. 135-148

Tessier, R. & J.-G. Vaillancourt (dir.), 1996, La Recherche sociale en environnement, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 176p

Thomas, U. P., 1996, Protection de l’&écosystème planétaire : esquisse d’une approche institutionnelle, in R. Tessier et al. (dir), La recherche sociale en environnement, PUM, Montréal, pp. 121-133

Touraine, A., Z. Hegedus, F. Dubet, M. Wieviorka, 1980, La prophétie anti-nucléaire, ed. du Seuil, Paris, 374p

Vaillancourt, J.-G., 1982, Mouvements écologistes, énergie et environnement. Essai d’écosociologie, ed. St-Martin, Montréal

Vaillancourt, J.-G., 1996, Sociologie de l’environnement : de l’écologie humaine à l’écosociologie, in R. Tessier et al. (dir), La recherche sociale en environnement, PUM, Montréal, pp. 19-47

Vaillancourt, J.-G., 1999, Pierre Dansereau, écologue, écosociologue et écologiste, Sociologie et société, n°31, vol. 2, p. 193-194

Vaillancourt, J.-G., 2003, De la sociologie environnementale à l’écosociologie, in Gendron C. et al. (dir), Développement durable et participation publique, PUM, Montréal, pp. 49-64

Vaillancourt, J.-G., 2004, Huit modèles pour mieux comprendre l’écosociologie, Communication présentée au XVIIéme congrès de l’AISLF, Tour

Vaillancourt, J.-G. & B. Perron, 1998, L’Elargissement de la question écologique au Québec, Possibles, vol. 22, n° 3-4, été/automne, p.203-217

Van Tilbeurgh, V., 1994, L’huître, le biologiste et l’ostréiculteur : lectures entrecroisées d’un milieu naturel, L’Harmattan, Paris

Villeneuve, C., 1995, Une Région laboratoire pour le développement durable, Ecodécision, n°15, hiver, p.87-90

Haut de page

Notes

1  Ce travail a pour origine deux réflexions présentées lors du congrès du research comity 24 de l’International Sociological Association (ISA), à Marseille (France, 2005), et de celui de l’ESA (European Sociological Association) à Torun (Pologne, 2005). Ces premiers essais mettaient en avant l’un une comparaison Franco-québécoise des rapports à la démocratie dans les problématiques environnementales, l’autre les démarches scientifiques de la sociologie française de l’environnement. Ce texte est donc une synthèse de ces deux aspects, comparaison francophone et démarche d’analyse. Par ailleurs, l’auteur remercie C. Darrot pour ses relectures et conseils, tout en rappelant que la responsabilité des propos développés ici n’engage que lui.

2  Notons que le réseau thématique « sociologie de l’environnement et des risques » de l’association Française de Sociologie (AFS) a créé son site web en décembre 2005 et consultable à l’adresse : http://rtf38afs.free.fr

3  Pour un panorama de ces idées, voir Berthelot (2000). Ce travail sera précisément réalisé, dans un second temps, via l’analyse des entretiens menés avec les sociologues de l’environnement rencontrés.

4  Ceci permet (et nécessite) le développement empirique, descriptif et interprétatif qui suit. Cela entraîne aussi une seconde forme de questionnement, non plus sur la pertinence de la sociologie de l’environnement, mais bien sur les mécanismes propres à la structuration (et non pas uniquement la construction) de la science et de ses champs. Néanmoins, cette réflexion-ci dépasse sensiblement les objectifs premiers de cet article : c’est pourquoi elle n’est abordée qu’en arrière plan et sert moins de référence rigoureuse que d’illustration pour nos propos. En quelques mots : un second préalable à cet article serait la définition du « faire science » et du « être science » que nous utilisons plus loin. Faire de la sociologie de l’environnement c’est d’abord lier des théories (sociologiques) et des objets (environnementaux) dans une visée explicative des phénomènes sociaux, c’est, disons-le dès à présent, étudier les réactions sociales (de la sociétés, des groupes, individus, institutions, etc.) face aux problématiques environnementales, elles mêmes résultant d’une mise en question de la société par la nature. « Etre science », au contraire, concerne moins l’activité (le « faire science ») que la structure, le corps théorique et empirique.

5  Par publications partagées, nous entendons des ouvrages collectifs, des recueils d’article thématique, des participations à des colloques et des groupes de travail, sans oublier les études déjà réalisées sur la sociologie de l’environnement.

6  Les entretiens concernent un panel de sociologue plus ou moins proche de la problématique environnementale, et s’attachent à comprendre les trajectoires intellectuelles et institutionnelles de ces sociologues.

7  Pour reprendre l’expression chère à Durkheim (2002 [1894] : 34 sqq.)

8  Et par-là que des non-sociologues peuvent faire de la sociologie. Par exemple, le biogéochimiste M. Lucotte et l’anthropologue N. Pinsonnault, ont présenté un exposé au XVIIème congrès de l’AISLF dans une des sessions du CR23 : ils sont donc considérés comme des sociologues de l’environnement. Plus précisément, ce ne sont pas eux qui sont à considérer comme sociologues, mais leur contribution comme sociologique, suggérant ainsi, pour les besoins de notre recherche, que la sociologie est la production scientifique présentée lors des congrès dits de sociologie.

9  Sanders (1994) prévient de la prudence avec laquelle il faut avancer dans les comparaisons internationales, en soulignant combien les différences linguistiques en premier lieu biaisent les analyses. Nous n’avons pas ce problème pour nos pays. Un second argument concerne les cultures des pays comparés : nous .en prenons acte en proposant tout d’abord une comparaison des histoires des deux sociologies de l’environnement nationales.

10  Le Geo Yearbook 2006 (PNUE, 2006) va également dans ce sens. Cependant, le Canada, par sa récente proposition d’un plan « vert » semble davantage désireux de ménager ses pollueurs que de respecter ses engagements définis à Kyoto (cf. Anne Pélouas, « Le Canada veut abandonner le protocole de Kyoto en ménageant ses plus gros pollueurs » Le Monde, 24 octobre 2006).

11  Bien que dans ce cas, les auteurs soient de nationalité Belge et non plus Française.

12  Lors de notre entretien, il a préféré aborder les thématiques de la modernisation technique de l’agriculture et de l’interdisciplinarité plutôt qu’une classique sociologie rurale : en un sens, il a définit une nouvelle sociologie rurale orientée vers ces thématiques.

13  D’ailleurs, le réseau « environnement » de l’AFS s’intitule « sociologie de l’environnement et des risques ».

14  Que l’on pense par exemple au programme de recherche interdisciplinaire sur l’environnement, le PIREN – PEVS du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) dont les publications s’apparentèrent plus à un collage de disciplines qu’à une recherche pluridisciplinaire. D’ailleurs, les sociologues se sont peu investis dans ce programme (entretien avec M. Jolivet, Mars 2005) Voir également Henry et Jollivet (1998) sur ce sujet.

Au contraire, mentionnons les louanges de Vaillancourt (1999) à l’égard P. Dansereau, ou les efforts d’intégration des sociologues au sein de l’Institut des Sciences de l’Environnement de l’Université du Québec à Montréal. Pour la France, et malgré quelques liens étroits entre sociologues et biologistes et /ou écologues (nous pensons à B. Picon et J.-M. Legay, ou à M.-J. Menozzi et son collègue de terrain écologue. Mais même dans ces deux cas, les relations entretenues furent délicates), c’est bien le contraire qui a lieu : on préfère ne pas trop annoncer ses liens avec les sciences dures. Les sociologues français que nous avons rencontrés annoncent davantage des souvenirs de différends que de coopération – et même de différends dans la coopération.

15  A ce sujet cependant, notons que Spencer lui-même accepta le fait que si « l’être humain est à la fois le problème ultime de la biologie et le facteur initial de la sociologie […] la sociologie ne saurait être un simple prolongement de la biologie, [notamment car] la vie de l’ensemble est tout à fait dissemblable de celle des unités, bien qu’elle soit le produit de cette dernière. » (Spencer, 1874 : 330 sq., notre trad.).

16  Il faudrait rajouter une démarche « valeur » pour les travaux portant sur les attitudes et les comportements, et nous n’avons pas pris en compte l’apport de la justification (Lafaye et Thévenot, à mi-chemin entre théorie et démarche d’analyse).

17  Par exemple Picon (1978) lie des agriculteurs, une entreprise, des classes sociales (les promeneurs bourgeois), etc. selon l’époque étudiée.

18  Si cet acteur est favorisé, cela s’explique notamment par le développement des associations environnementales depuis les années 1970 et l’importance qui leur est accordée depuis une dizaine d’année (Micoud, 2001).

19  Et les auteurs de cet extrait de renvoyer à Rosenvallon (1999) et Gauchet (2002) ainsi qu’à Ewald (1987).

20  Mormont fait référence à Acot, 1988 ; Deléage, 1991 ; et Drouin, 1991.

21  Et les auteurs de renvoyer toujours à l’histoire, non plus celle de l’écologie mais celle de la protection de la nature via Cadoret (1985).

22  Il s’agit de l’Intergovernmental Panel on Climate Change dont les travaux « servent de référence de base à l’élaboration du discours que portent les acteurs sociaux à propos des changements climatiques, du moins en ce qui concerne les aspects ‘scientifiques’ qui lui sont associés », précisent Perron et Vaillancourt (1999 : 95).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Sociologie de l’environnement « Etre science »
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/2269/img-1.png
Fichier image/png, 2,6k
Titre Figure 2.  Sociologie de l’environnement : une science éclatée
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/2269/img-2.png
Fichier image/png, 3,8k
Titre Figure 3 - Sociologie de l’environnement : un champ cimenté (« Faire » science)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/2269/img-3.png
Fichier image/png, 3,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Boudes, « Les démarches des sociologies francophones de l’environnement : comment faire science avec la problématique environnementale ? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 7 Numéro 2 | septembre 2006, mis en ligne le 08 septembre 2006, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/2269 ; DOI : 10.4000/vertigo.2269

Haut de page

Auteur

Philippe Boudes

M. Sc. en sociologie, doctorant au LAPSAC (université de Bordeaux II), ATER au Ladyss, université Paris X – Nanterre philippeboudes@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page