Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVolume 7 Numéro 2Dossier : L'Afrique face au dével...Des stratégies intégrées durables...

Dossier : L'Afrique face au développement durable

Des stratégies intégrées durables : savoir écologique traditionnel et gestion adaptative des espaces et des ressources

Mireia Boya Busquet

Résumés

Depuis les années 90, les Projets Intégrées de Conservation et Développement ont été présentés comme des modèles fonctionnels de développement durable pour un site spécifique dans une perspective de projet. Ils veulent intégrer les objectifs biologiques de la conservation aux objectifs sociaux et économiques du développement. Le bilan des résultats pratiques de ces stratégies montre qu’elles n’ont pas toujours été capables d’intégrer la conservation et le développement.

Dans des contextes naturellement hétérogènes et dynamiques, la planification ne peut plus être un outil statique mais doit évoluer au rythme de la nature et des sociétés. Dans ce sens, l’approche de gestion adaptative, basée sur les conditions spécifiques locales et sur la dynamique de la communauté, intègre alors le design, la gestion et le suivi constant des projets afin de les re-designer pour mieux les adapter au contexte et aux besoins de la population. La prise en compte du savoir écologique traditionnel des communautés locales est d’une importance vitale pour assurer le bon fonctionnement des stratégies voulant intégrer cet outil de gestion adaptative. Dans le contexte africain, cette approche pourrait aussi permettre d’obtenir l’engagement des acteurs locaux, à travers leur participation à des projets précis et ce, dans une perspective d’apprentissage et de bonne gouvernance environnementale à long terme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les experts de la conservation reconnaissent que plusieurs aires protégées ont des perspectives futures limitées sans la collaboration et le support de la population locale, tout spécialement dans les pays en développement. En Afrique, les conflits armés, les pratiques agricoles intensives, les conditions et le difficile accès aux services de santé et d’éducation ou encore les répercussions locales des changements climatiques (sécheresse) accentuent la dégradation de l’environnement; elles compliquent aussi encore plus la mise en place de politiques environnementales durables (UICN-BRAO, 2005; UNEP, 2006).

2Dans ce contexte, la stratégie à adopter est un des enjeux les plus importants pour assurer l’intégration de la conservation de la biodiversité aux besoins en développement des populations locales et ce, surtout pour réduire de manière effective la pauvreté généralisée sur ce continent. La participation, la bonne gouvernance locale et la satisfaction des besoins de la population deviennent aujourd’hui des priorités majeures et, au même temps, des nouvelles perspectives pour la gestion durable et pour la conservation des ressources et des espaces.

3Depuis les années 1980, les projets intégrés de conservation et de développement (PICD) ont essayé de réconcilier, souvent avec des résultats décevants, la gestion des aires protégées avec les besoins et les intérêts locaux.. Malgré ces résultats, la conservation intégrée est toujours la tendance dominante en matière d’aménagement de la biodiversité (à l’intérieur comme  à l’extérieur des aires protégées) dans les pays en développement (PED) depuis les années 90 (Hughes, Flintan, 2001; Fisher, Maginnis et al., 2005). Elle considère non seulement la valeur écologique des espèces, mais aussi leur valeur culturelle et spirituelle, sociale, économique et paysagère. De plus, elle envisage de contribuer au développement des populations locales avec des revenus provenant de l’exploitation durable des ressources naturelles (agriculture, tourisme, etc.).

4Les PICD ont été présentés comme des modèles fonctionnels de développement durable, pour un site spécifique dans une perspective de projet. Sur le plan théorique, ils veulent intégrer les objectifs biologiques de la conservation aux objectifs sociaux et économiques du développement (Sanderson, Redford, 2003; Roe, Elliott, 2004). Sur le plan pratique, ces objectifs tournent autour de cinq points : la réduction de la pauvreté, le renforcement des capacités locales, la participation, la protection et la gestion d’aires protégées et la gestion des ressources naturelles. Les trois premiers vont du côté du développement, les deux autres sont axées sur des objectifs plutôt de conservation. Ces points permettent de faire le lien entre la mise en place de ces projets intégrés et l’atteinte des objectifs du millénaire (OMD).

5La matérialisation de ces objectifs sous forme de projet nous montre un éventail d’initiatives, de stratégies et de politiques qui mettent l’emphase sur différents aspects (gestion des ressources, atténuation de la pauvreté…), secteurs (tourisme, agriculture, santé…) ou groupes sociaux (femmes, habitants des bidonvilles…). Nous trouvons ainsi plusieurs types de PICD. Certains sont axés sur les défis de la conservation, d’autres travaillent plutôt du côté du développement mais parmi ces projets, très peu arrivent à intégrer de façon efficace les deux aspects (Rodary et al., 2003). La plupart montrent la volonté existante d’impliquer la population locale dans leur mise en œuvre. Ils se présentent sous différentes dénominations, répondant à diverses stratégies de planification (co-management, comunity-based conservation, collaborative management, ecodeveloppement, écotourisme, adaptive management, etc.).

6Au niveau local, l’application spécifique des PICD sur un territoire donné précise une connaissance approfondie du milieu et des habitants afin d’élaborer un plan d’action et une mise en application adaptée à leurs problèmes et à leurs besoins en matière de développement. L’objectif est de conjuguer le bien-être des locaux avec des modèles fonctionnels de développement durable, c’est-à-dire avec une vision à long terme de l’utilisation des ressources naturelles et du territoire (Wells, McShane, 2004).

7Cependant, le bilan des résultats pratiques de ces stratégies montre qu’elles n’ont pas toujours été capables d’intégrer la conservation et le développement dans la perspective du long terme (Wells, Brandon, 1993; Barrett, Arcese, 1995; Hulme, Murphree, 1997; Rodary et al., 2003; Wells, McShane, 2004). Les questions restent donc les mêmes.

Intégrer conservation et développement, est-ce possible ?

8Certains auteurs affirment que l’intégration des défis de la conservation avec les besoins du développement local n’est qu’un idéal théorique. Ainsi, cette intégration, complète et égalitaire, semblerait être impossible du côté pratique (Sayer, Campbell, 2004).

9Bien que cette affirmation soit véridique, il est aujourd’hui impossible de séparer la gestion des ressources naturelles des enjeux du développement. La réduction de la pauvreté, l’éducation, l’amélioration des conditions de vie et de santé des populations, le bien-être culturel et spirituel et la croissance économique sont intimement liés à la préservation de l’environnement (Posey, 1999). Ces aspects vont certainement influencer la tendance de la biodiversité dans les prochaines décennies (Sanderson, Redford, 2003). L’intégration de ces différents éléments est un enjeu majeur qui appelle à une approche transdisciplinaire, des sciences sociales aux naturelles et de la théorie à la pratique. Cette complexité des synergies entre conservation et développement nous oblige à avoir une approche qui considère les différents niveaux institutionnels (du local au global, de la tradition à la formalité) ainsi que les différentes échelles géographiques (Fisher, Maginnis et al., 2005).

10En Afrique, les ressources environnementales représentent un énorme potentiel pour le développement et pour l’amélioration du bien-être des populations. Pour que ces options demeurent ouvertes, il est toutefois impératif que l’Afrique agisse pour protéger ses ressources environnementales. La perte grandissante de biodiversité et la situation alarmante des populations des pays en développement, nous obligent à agir immédiatement et ce, malgré les risques inhérents aux incertitudes quant à la meilleure façon de procéder. On s’interroge toujours sur ce qui marche et ce qu’il faudrait changer. Apprendre des erreurs du passé est évidemment un signe de sagesse; c’est aussi un impératif pour le futur.

11L’analyse de plusieurs de ces projets intégrés nous permet d’identifier plusieurs causes, au niveau de la planification, de la mise en oeuvre des objectifs attendus, du financement ou de l’adaptabilité au contexte d’application, qui pourraient expliquer une partie des échecs. Cette analyse est aussi la porte d’entrée vers des nouvelles perspectives qui pourraient, finalement, améliorer la durabilité des PICD.

12Bien que les faiblesses identifiées au niveau de la planification et de l’implémentation puissent expliquer une partie des causes d’échec pour certains projets, d’autres facteurs, plus profonds et fondamentaux, devraient être mis de l’avant afin de mieux comprendre la situation. Nous pourrons alors identifier des nouvelles perspectives et ensuite agir.

13Il ne faudrait pas oublier que la conservation et le développement agissent sur des systèmes sociaux-écologiques complexes, naturellement dynamiques, localisés dans l’espace et dans le temps et irrémédiablement imprévisibles. Les contextes où les PICD doivent être appliqués sont de nature hétérogènes : il y a différents besoins (santé, éducation, environnement…), diverses visions du monde et systèmes de valeurs, de multiples échelles géographiques et de niveaux institutionnels et plusieurs acteurs et intervenants qui sont tous sur le même territoire au même moment.

14L’incertitude inhérente à la dynamique de ces systèmes sociaux-écologiques et les jeux d’échelles et d’acteurs, avec leurs visions, leurs besoins et leurs intérêts différenciés, sembleraient être donc les pierres angulaires du souhait d’intégration effective entre conservation et développement.

Planification et mise en œuvre des PICD

15Un des principaux problèmes des PICD est qu’ils essayent d’encadrer la réalité complexe et dynamique d’un territoire avec les limitations temporelles et spatiales, la planification détaillée et la haute prédictibilité des effets sur le milieu et les ressources qui caractérisent tout projet de conservation classique (Sayer, Campbell, 2004). Les actions entreprises et les activités proposées doivent toujours être justifiées auprès des bailleurs de fonds. La planification détaillée, pour réduire le plus possible les surprises, est synonyme non seulement de dépense d’argent, mais aussi de rigidité et de perte d’intérêt pour le côté pratique du projet. Le suivi de ce dernier par les populations locales, après la fin du financement, demeure toujours un des points faibles de plusieurs projets (McShane, Wells, 2004). L’identification, l’appropriation et la sensibilisation aux objectifs du projet par les locaux sont des enjeux majeurs pour assurer la durabilité des initiatives mises en place. Ces tentatives de réduction de l’incertitude limitent donc énormément les chances de réussite pour la plupart des PICD.

16Dans ce sens, les efforts vont souvent du côté de la planification de l’intervention, quand en réalité le contexte spatial d’application de ces stratégies est d’égale importance que l’intervention proposée en elle-même (Wells, McShane, 2004). La réalité socioculturelle locale, le rapport à la nature ou la vision du monde ont une influence majeure sur la gestion des espaces et des ressources. Or, toute intervention devrait être adaptée au contexte (espace-temps). Nous trouvons ainsi des projets de conservation qui ont exclu les populations locales bénéficiaire de la conservation de la biodiversité et, au contraire, des projets de développement socio-économique local qui ne prennent pas assez en compte la protection de l’environnement.

17De plus, un accent excessif sur les détails de planification plutôt que sur la mise en œuvre des projets provoque l’abandon à cause du manque de financement pour le suivi et du peu de temps pour sensibiliser la population aux objectifs du projet. Dans ce sens, les efforts mis sur le processus de design devraient être aussi importants que ceux mis sur le design lui-même. La reconnaissance et l’appropriation locale des projets sont des atouts pour la durabilité de ces derniers, surtout quand les bailleurs de fonds arrêtent le financement.

18La conséquence directe de ces constats est l’existence de nombreux projets qui n’ont pas réussi à combiner de façon pratique la conservation et le développement (notamment l’enjeu de la réduction de la pauvreté des communautés locales). Ces échecs ont contribué à créer un climat de méfiance autour de ces stratégies et, de façon plus large, ils ont questionné la faisabilité pratique de cette idée intégratrice entre biodiversité et société. Il ne faudrait pas oublier non plus tous les projets qui ont seulement eu un succès partiel (ils ont réussi à améliorer les conditions de vie de seulement une petite partie de la population locale, ceux bénéficiant directement des emplois et revenus issus du projet).

19Mais ce n’est pas seulement une question d’approche stratégique. Ce n’est pas non plus uniquement un choix à faire entre les impératifs économiques et temporels des projets et les besoins de continuité et de durabilité de ces derniers. Il s’agit aussi d’une question épistémologique à la base de la conception que nous avons du temps, du long terme ou des générations futures, en comparaison à celle d’autres populations.

Une question de perception ?

20De nombreuses communautés traditionnelles africaines, par exemple, ont encore aujourd’hui une vision holistique du monde, différente de la vision dualiste de la science classique issue de la pensée cartésienne, sur laquelle sont justifiées les stratégies de gestion des espaces et des ressources mises en place par les gouvernements et les organisations internationales. Comprendre ce que le temps signifie pour ces communautés détermine notre compréhension du sens donné au long terme, ainsi que l’importance accordée aux générations futures.

21Dans ces sociétés traditionnelles, la perspective holistique, directement reliée à la cosmogonie, représente une vision du monde en tant que « être vivant », incluant non seulement les éléments naturels comme les animaux, les plantes ou les humains, mais aussi les éléments spirituels comme les ancêtres, les esprits ou les générations futures. Dans cette vision, la nature n’appartient pas aux humains; ce sont les humains qui appartiennent à la nature (Föllmi, 2005).

22En effet, la perception de la nature que nous avons joue un rôle crucial pour sa conservation. Différentes cultures, nations et secteurs sociaux ont diverses opinions, perceptions et attentes de l’environnement qui les entoure. Ce rapport à la nature peut aussi varier individuellement dans un même groupe social. Or, les pratiques de conservation dépendent directement de nos systèmes de valeurs, c’est-à-dire de la façon qu’on a de concevoir et de se représenter la nature. Évidemment ces représentations dépendent de multiples facteurs et changent selon les sociétés et les environnements.

23De son côté, les besoins en développement peuvent être aussi perçus différemment. Un besoin, en tant que construit social,  émerge et  peut devenir légitime selon le rapport entre un sujet et un objet dans un espace et un temps donnés (Nuttin, 1980). Le besoin prend alors forme, en positif ou en négatif, à partir d’une situation où le rapport à Soi, à l’Autre et à l’environnement détermine leur nature. L’existence de besoins indépendants des pratiques des acteurs, parce que existants en soi comme des objets abstraits, indépendants des conditions sociales et historiques de leur constitution, semblerait être réductrice dans un contexte social donné. Au contraire, il y a intérêt à lire les uns et les autres sinon en complémentarité, du moins en parallèle, mais sans doute pas en opposition.

24Dans ce sens, parler de besoins en conservation ou en développement, matérialisés sous forme de PICD, devrait nous amener à nous demander, tout d’abord, qui doit déterminer les besoins de qui; ensuite, conséquence directe de la question précédente, quelle légitimité pour quel projet.

25N’oublions pas que pour la population rurale des pays en développement, la conservation n’est pas encore une priorité. Bien que le besoin de conservation soit évident au niveau international, les PED ne sont pas toujours prêts à laisser de côté les priorités du développement (santé, éducation, pauvreté, etc.) en bénéfice de la biodiversité, car la plupart croient que ce sont des champs d’action opposés et que la conservation empêche toujours le développement. Cette position, d’origine historique, est basée sur deux constats. D’un côté, certains projets de conservation ont eu des impacts négatifs sur le développement des populations locales (Fisher, Maginnis et al., 2005) et d’un autre côté, les pays aujourd’hui riches ont atteint ce statut a travers l’exploitation abusive de leurs ressources naturelles. Par conséquent, la question de la légitimité de choisir son propre développement se pose et est souvent soutenue et justifiée par l’existence, encore aujourd’hui, d’une méfiance évidente entre le Sud et le Nord. Nous trouvons un décalage entre la volonté d’adoption des grands principes de la conservation et du développement durable et les conséquences directes sur la population locale des actions ou des politiques adoptées.

26Ce n’est pas étonnant, car les enjeux de la conservation de la biodiversité sont souvent situés à un niveau global, planétaire; Par contre, les besoins en développement se trouvent plutôt au niveau local, du site et de la population spécifiques. Une vision globale et systémique de la réalité est nécessaire afin d’être en mesure de passer d’un niveau à l’autre et de, finalement, intégrer de façon durable la conservation et le développement dans un contexte déterminé (avec des stratégies et/ou des projets précis axés sur cette démarche théorique). De plus, si nous voulons bien connaître les causes profondes de la perte de biodiversité ou de la situation de pauvreté, il convient de mettre en évidence les synergies existantes entre les deux, pour aussi sortir des analyses thématiques sectorielles et partielles. L’analyse systémique est alors inévitable.

27Si les besoins des habitants doivent être satisfaits, la science et les experts doivent comprendre et respecter les systèmes endogènes de gestion des ressources naturelles, desquels la population locale dépend jour après jour. Comprendre, s’adapter et intégrer les visions du monde, les croyances, les systèmes de représentation, les besoins, les intérêts, les pratiques traditionnelles ou les significations des espaces et des ressources appartenant à la population locale sont aussi des conditions pour la réussite du projet. Évidemment les jeux d’acteurs et d’échelles (local, régional, national ou global) entre ces différents acteurs, font de la concertation un outil indispensable pour les PICD.

Nouvelles perspectives

28De nouvelles approches afin d’améliorer les PICD sont de plus en plus populaires. Elles se concentrent sur trois aspects : les approches à l’échelle du paysage, avec une vision systémique des problématiques (Dicaire, 1999; Feinman, 1999; Redford, Coppolillo et al., 2003; Roy, 2003; Velazquez, Bocco et al., 2003; Fisher, Maginnis et al., 2005); l’instauration d’une bonne gouvernance, à tous les niveaux institutionnels mais surtout localement, afin de permettre une planification participative et décentralisée du territoire (Noss, 1997; Gjertsen, Barrett, 2004; McShane, Wells, 2004; Wells, McShane, 2004; Fisher, Maginnis et al., 2005); et la mise en œuvre et le suivi des projets à travers des approches de gestion adaptative (Agrawal, 2000; Berkes, Colding et al., 2000; Dallmeier, Alonso et al., 2002; Berkes, 2004; Wells, McShane, 2004; Mbile, Vabi et al., 2005).

29Nous allons développer davantage cette dernière perspective, sans pour autant oublier les autres, tout en considérant aussi le savoir écologique local, qui lui est naturellement adaptatif. Ce savoir pourrait jouer un rôle principal dans la mise en place de stratégies intégrées et durables dans des contextes hétérogènes, où les valeurs culturelles et spirituelles des espaces et des ressources ne peuvent pas être séparées ni des stratégies de planification ni du mode de vie de la population locale.

30Dans ce sens, la perspective paysagère, par exemple, envisage l’intégration verticale des PICD dans un ensemble de politiques et de programmes, pour des contextes spécifiques ce qui permettra de considérer les problèmes à multiple échelle et d’aller au-delà de proposer uniquement des solutions locales. Elle poursuit une vision à long terme de l’intégration entre conservation et développement.

31La valeur réelle de cette perspective est qu’elle amène un groupe d’acteurs à percevoir comment un autre groupe regarde l’espace où tous vivent et travaillent (son paysage spécifique). Nous comprenons ainsi les fonctions du paysage qui concernent chaque groupe. Le concept de paysage propose un cadre afin d’aider les différents groupes d’acteurs à s’entendre sur « comment » équilibrer les « échanges » à faire au niveau de l’utilisation du sol pour bien intégrer la conservation et le développement. Or, quand on planifie à l’échelle paysagère nous sommes en train de suggérer implicitement que l’aire concernée est physique et socialement hétérogène. Elle a aussi une qualité d’ensemble plus complexe que la somme des différentes parties (Fisher, Maginnis et al., 2005).

32Les multiples usages du territoire sont à la base de l’idée de les utiliser pour atteindre différents objectifs (production alimentaire, génération de revenus, conservation de la couverture forestière, etc.) et ainsi pouvoir intégrer la conservation de la biodiversité aux besoins en développement (Hughes, Flintan, 2001). Cette approche nous permet aussi de sortir des projets spécifiques pour un site et d’avoir une vision de planification plus large, institutionnellement ainsi que géographiquement.

33Cependant, reconnaître les acteurs et les intégrer dans le processus participatif à une échelle si large est un défi pour ceux qui travaillent pour la conservation ainsi que pour les agences de développement. Les différents groupes d’acteurs à considérer ne sont pas toujours facilement identifiables. Ils ne sont pas non plus homogènes, c’est-à-dire que dans un même groupe (p.ex. les femmes) il peut y avoir des intérêts différents. Il faut donc éviter ces pièges réductionnistes.

34Sur le plan opérationnel, la gestion décentralisée est aujourd’hui perçue comme la clé pour amener une stratégie globale à l’échelle locale (Bonfiglioli, 2005). Ces approches encouragent aussi l’intégration du savoir traditionnel, car elles poursuivent la prise en compte des diverses visions du territoire, dont celle de la population locale.

35L’existence d’un cadre institutionnel et politique pour équilibrer ces échanges entre les intérêts sociaux, environnementaux et économiques est indispensable. Or, une bonne gouvernance, axée sur la concertation des différents acteurs, est la clé pour que l’approche paysagère soit effective et pour qu’elle intègre les intérêts, les visions et les besoins de tous les acteurs.

36Mais les temps changent et les visions et les intérêts évoluent. La planification ne peut plus être un outil statique, elle doit évoluer au rythme de la nature et des sociétés. Dans ce sens, l’approche de gestion adaptative, basée sur les conditions spécifiques locales et sur la dynamique de la communauté, intègre le design, la gestion et le suivi constant des projets afin de les re-designer pour mieux les adapter au contexte et aux besoins de la population (Wells, McShane, 2004; Mbile, Vabi et al., 2005). Cette approche réussit à obtenir l’engagement des acteurs locaux à travers la participation dans des projets précis et dans une perspective d’apprentissage et de bonne gouvernance environnementale à long terme.

Gestion adaptative, entre science et pratique

37La gestion adaptative défend l’apprentissage et la révision continuelle des projets comme stratégie pour qu’ils fonctionnent vraiment sur le plan pratique et à long terme (Berkes, 2004). Elle incorpore ainsi la recherche aux pratiques de conservation. L’action est donc une composante fondamentale de cette approche. Il s’agit de l’intégration continuelle entre design, gestion et suivi, afin de tester systématiquement les suppositions pour s’adapter et apprendre.

38La gestion adaptative se trouve, d’un côté, entre la science et la pratique; d’un autre côté, entre les experts et la population locale. Dans ce sens, l’intégration d’une part, de la conservation et du développement et d’autre part, de la collaboration et de la concertation entre les acteurs, est une nécessité majeure pour les pays en développement et ce, surtout par rapport aux questions environnementales.

39Soulignons deux caractéristiques principales de la gestion adaptative, qui font la différence avec les approches classiques de gestion. D’un côté, dans cette perspective on assume que la nature ne peut pas être contrôlée, que les effets ne peuvent pas être complètement prévus et que les conditions environnementales peuvent toujours changer. L’incertitude et l’imprévision sont les caractéristiques de tous les écosystèmes. Les sociétés doivent répondre à ces changements en s’adaptant et en évoluant à travers un processus d’apprentissage, qui dépasse l’individu en devenant social. Au niveau du projet, nous devons adapter continuellement les objectifs et les activités aux changements de conditions et aux imprévus qui peuvent apparaître (Agrawal, 2000; Dallmeier, Alonso et al., 2002).

40D’un autre côté, la gestion adaptative, met l’accent sur les processus, plutôt que sur les éléments isolés. Ces processus sont vus comme le résultat de dynamiques et de synergies complexes concernant des éléments composant les systèmes sociaux-écologiques (Berkes, Colding et al., 2000; Wells, McShane, 2004). Sous cette approche, les pratiques de gestion des espaces et des ressources naturelles sont axées sur la capacité de résilience des écosystèmes, plutôt que sur leur conservation stricte. On considère les conditions écologiques, mais aussi les dynamiques sociales, comme étant des facteurs qui peuvent influencer ces processus et, par conséquent, la stratégie de gestion à suivre.

41Ces deux caractéristiques, en plus des composantes pratiques et épistémiques de la gestion adaptative, nous font parler de cette approche comme une re-découverte des systèmes traditionnels de gestion et d’acquisition de connaissances sur le milieu naturel.

Le rôle du savoir écologique traditionnel

42Tout d’abord, il ne faudrait pas oublier que le développement durable n’est pas obligatoirement relié à l’idée de modernité ou de changement de pratiques. Au contraire, les systèmes et les techniques d’appropriation des ressources naturelles de certaines communautés traditionnelles peuvent être considérées aussi comme du « développement durable », tant que ces pratiques sont respectueuses de l’environnement et assurent la conservation des ressources pour les générations futures (Thrupp, 1998).

43Dans ce sens, la prise en compte du savoir écologique traditionnel (SET) des communautés locales semble être d’une importance vitale pour un bon fonctionnement des stratégies voulant intégrer l’outil de gestion adaptative (Laird, 2002).

44Le SET est défini comme « l’ensemble des connaissances et des idées que possède un groupe humain sur son environnement du fait d’avoir occupé une région donné pendant de nombreuses générations » (Mailhot, 1994). Il n’est pas restreint aux connaissances empiriques (aspect pragmatique), il inclut aussi la somme des idées et des conceptions que possède le groupe concernant le milieu naturel, c’est-à-dire son système de représentations. Le SET est cumulatif (construit et transmis sur diverses générations) et dynamique (il s’adapte aux changements technologiques et socioéconomiques). Le langage est le principal outil pour élaborer, maintenir et transmettre ce savoir. Le langage est aussi extrêmement important dans la découverte de ce savoir (Maffi, 2001).

45Pour les PICD, la compréhension et la mise en valeur du savoir endogène d’une communauté semblent être des éléments principaux dans un processus participatif de gestion des ressources naturelles qui envisage de répondre aux besoins locaux en matière de développement et de réduction de la pauvreté, tout en s’adaptant au contexte spatio-temporel et tout en évoluant au rythme de la nature et des sociétés.

46L’analyse de plusieurs SET nous montre que ces savoirs possèdent tout d’abord une composante épistémique, issue des observations locales des espèces et des phénomènes environnementaux. Ensuite, une composante pratique, sur la façon dont les populations utilisent les ressources. Finalement, une composante spirituelle, sur la façon dont les populations regardent, se situent ou se relient aux écosystèmes (Berkes, Colding et al., 2000). Le SET inclut donc le contexte socioculturel « invisible » des systèmes de connaissance, notamment sous trois dimensions (Berkes, 1999; Posey, 1999) : les significations symboliques, à travers des récits oraux, noms de sites et relations spirituelles; les différentes cosmogonies ou visions du monde, en tant que conceptualisations de l’environnement; les relations basées sur la réciprocité et les obligations envers les membres de la communauté et les autres êtres, ainsi que les institutions de gestion des ressources basées sur les connaissances partagées et les significations.

47Les aspects spirituels de la gestion des espaces et des ressources, les croyances ou la cosmogonie nous montrent que, pour de nombreuses populations traditionnelles, toutes les parties du monde naturel (qu’il s’agisse d’êtres vivants ou non) sont imprégnés d’un force vitale qui agit sur leur comportement (Föllmi, 2005). Cela a des répercussions directes sur la conservation des espaces et des ressources.

48Ces dimensions symboliques et spirituelles, à la base de ce savoir holistique, constituent le principal point de discussion sur la reconnaissance du SET en tant que forme de connaissance valable et objective, aux yeux de la science (Huntington, 2005). Cependant, l’ensemble des composantes constituant le SET font de leur prise en compte une condition indispensable non seulement pour la mise en place des stratégies de gestion adaptative, mais surtout pour la durabilité et l’acceptabilité de tout PICD.

49Par conséquent, la considération de ce savoir endogène ainsi que de tous les pouvoirs et de tous les rapports institutionnels et traditionnels ont plusieurs objectifs. Premièrement, il y a une logique d’intégration et de bonne gouvernance, c’est-à-dire qu’on considère toutes les visions du monde ainsi que tous les acteurs potentiellement impliqués dans le processus de planification, même ceux socialement désavantagés. Deuxièmement, il y a une logique de communication qui est de connaître et comprendre ce que les locaux disent et qu’à leur tour ils comprennent ce que les autres acteurs proposent. Au bout du compte, nous pouvons affirmer que c’est une question de langage, d’emploi et de signification des termes. Troisièmement, l’équité entre en jeu, non seulement celle Nord-Sud, mais aussi à l’échelle interne, tout en considérant les rapports de pouvoir dans une même communauté, entre riches et pauvres, hommes et femmes et diverses générations. Quatrièmement, il s’agit d’une question de performance et d’acceptabilité du projet, au sens large du terme, dans la communauté. L’ensemble de ces objectifs pourrait amener aux PICD vers la souhaitable durabilité et l’adaptabilité au contexte.

Conclusion

50L’intérêt pour le SET est en croissance depuis quelques années, en partie grâce à la reconnaissance du rôle de ce savoir dans la contribution à la conservation de la biodiversité (Gadgil, F. Berkes et al., 1993), des espèces rares (Colding, Folke, 1997), des aires protégées (Johannes, 1998), des processus écologiques (Alcorn, 1993) et de l’utilisation durable des ressources en général (Schmink, Redford et al., 1992; Berkes, 1999). Les biologistes, les écologues, les anthropologues environnementaux, les ethnobiologistes et l’industrie pharmaceutique, entre autres, ont montré un intérêt vers le SET pour des raisons scientifiques, sociales et économiques.

51Dans les pays en développement, les agriculteurs ont toujours été des « gestionnaires adaptatifs » à cause de leurs habilités pour effectuer des bons jugements en réponse aux imprévus quotidiens. Cette capacité est à la base du savoir écologique traditionnel qu’ils détiennent. Elle est aussi un des principes de base de la gestion adaptative, présentée comme stratégie intégrée de conservation et développement adaptée à un contexte spécifique et visant la durabilité à long terme.

52Dans ce sens, il est essentiel de tenir compte de tous les facteurs de la connexion entre les humains et l’environnement (avec ses relations complexes au sein des écosystèmes et entre eux, mais aussi au sein des systèmes humains et entre eux) pour que les solutions politiques et les mesures prises contribuent aux objectifs d’un développement durable.

53Les peuples, au coeur du développement, ne doivent pas être considérés comme une masse homogène mais comme des groupes et des individus spécifiques. Les politiques doivent tenir compte de leurs besoins particuliers.

54Les principales applications pratiques du SET (les projets de développement, la gestion et la conservation des ressources naturelles et les études d’impact) tiennent compte de ces aspects.

  • 1  De l’anglais « bottom-up », par opposition au « développement par le haut », selon lequel des plan (...)

55Dans les projets de développement, par exemple, le modèle en vogue du «développement par le bas1» considère que les populations locales détiennent une expérience et un savoir unique dont la contribution est essentielle à leur propre développement (Brokensha, Warren et al., 1980). Dans le même sens, la gestion intégrée des ressources, produit des nouvelles stratégies où la population locale participe activement à la mise en place et au suivi.

56En somme, la mise en place d’une bonne gouvernance (Shepherd, 2004; Bonfiglioli, 2005), de mécanismes de participation effectifs (Fisher, Maginnis et al., 2005) et de stratégies de gestion adaptative qui puissent rendre compte des erreurs de planification ainsi que réadapter les stratégies et les projets pour satisfaire les besoins et les intérêts locaux  constituent les principales approches actuelles en matière de gestion des espaces et des ressources naturelles. Ces approches sont d’autant plus importantes dans les pays en développement où, d’un côté,  la réduction de la pauvreté, l’éducation, l’amélioration des conditions de vie et de santé des populations, le bien-être culturel et spirituel et la croissance économique, sont intimement reliés à la préservation de l’environnement (Sanderson, Redford, 2003; Adams, Aveling et al., 2004; Roe, Elliott, 2004). D’un autre côté, l’instabilité politique et sociale ou les perspectives économiques incertaines peuvent avoir un impact sur la mise en place des stratégies intégrées et, par conséquent, les faire échouer si elles ne sont pas capables de s’adapter aux conditions contextuelles changeantes.

57Respecter les croyances, les savoirs et les pratiques de gestion traditionnelles d’une population peut être une approche durable pour la conservation de la biodiversité intégrée au développement local. N’oublions pas qu’il s’agit aussi d’un impératif éthique.

Haut de page

Notes

1  De l’anglais « bottom-up », par opposition au « développement par le haut », selon lequel des planificateurs et des gestionnaires conçoivent et implantent des projets au sein desquels les populations locales se voient conférer un rôle passif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireia Boya Busquet, « Des stratégies intégrées durables : savoir écologique traditionnel et gestion adaptative des espaces et des ressources », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 7 Numéro 2 | septembre 2006, mis en ligne le 08 septembre 2006, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/2279 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.2279

Haut de page

Auteur

Mireia Boya Busquet

Doctorante en Aménagement, Faculté de l’Aménagement, Université de Montréal.  C.P. 6128 succursale Centre-ville, Montréal (Québec) Canada. H3C 3J7. Local 4175. mireia.boya@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search