Navigation – Plan du site
Section courante

Unités paysagères fonctionnelles : outil d'aide à la planification territoriale

Application à la commune de Lama (Haute-Corse)
Functional landscape units : A tool for territorial planning. Application to the municipality of Lama (Haute-Corse)
Pauline Delbosc , Attilius Ceccaldi , Christophe Panaïotis , Frédéric Bioret  et Laëtitia Hugot 

Résumés

Dans le cadre du programme national de cartographie des végétations naturelles et semi-naturelles (CarHAB) et dans le cadre de l’agrément du CBNC portant sur la connaissance des végétations des recherches sont menées en Corse pour affiner les connaissances sur l’état et l’évolution dynamique des végétations, afin d’améliorer l’analyse et la surveillance de l’état de conservation des habitats d’intérêt communautaire pour satisfaire aux demandes de la Directive Habitat Faune Flore (DHFF), pour mieux apprécier l’impact des grands projets d’aménagement et d’analyser les continuités écologiques. Une partition hiérarchisée de la commune de Lama (Haute-Corse) a été élaborée pour mettre en relation les projets d’aménagement du territoire avec les dynamiques des végétations. Cette partition est fondée sur les définitions typologiques et cartographiques de modèles physiques et phytoécologiques de la Corse, corrélées avec des modèles d’usages (agrosylvopastoralisme, urbanisme…). Cette approche a permis de définir et de hiérarchiser les secteurs à enjeux de conservation de la commune, mais aussi de développer des outils d’aide à la décision pour la planification territoriale, notamment pour l’élaboration du futur Plan local d’urbanisme.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Contexte du projet

1Le programme national de cartographie des végétations naturelles et semi-naturelles de la France (CarHAB) a été lancé en 2010 à l’initiative du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (MEDDE). Il a pour objectif d’établir un Système d’Information sur les végétations naturelles et semi-naturelles de France, dans une optique de développement d’outils d’aide à l’aménagement du territoire, aux politiques nationales de protection de la nature (stratégie de création d’aires protégées…) et aux obligations européennes (évaluation de l'état de conservation des habitats d'intérêt communautaire...).

2Dans le cadre de ce programme, la Corse a été retenue comme région pilote, d’une part pour les particularités de ses végétations méditerranéennes et alticoles, et d’autre part du fait qu’elle représente un « hot spot de biodiversité » à l’échelle du bassin méditerranéen (Médail et Quézel, 1999). Pour cette région, une méthodologie a été élaborée, en partenariat avec l’Université de Bretagne occidentale et le Conservatoire botanique national de Corse, afin de typifier et cartographier le paysage végétal de la Corse (Delbosc, 2015). Au-delà de l’amélioration des connaissances phytocœnotiques, ce travail a permis de mieux prendre en compte les végétations dans un contexte dynamique et paysager, en suivant l’approche phytosociologique paysagère ou dynamico-caténale (Géhu et Rivas-Martínez, 1981), fondée sur une double approche, floristico-phytosociologique et écologique des systèmes de végétation de la Corse.

3Ces travaux ont suscité des réflexions quant aux applications de ces outils dans les domaines de la conservation, de la gestion du patrimoine naturel et de l’aménagement du territoire. La commune de Lama (Région de la Balagnà) a été retenue pour mener ces réflexions. Le Plan local d’urbanisme étant en cours d’élaboration, des données écologiques, phytosociologiques et dynamiques du paysage étaient nécessaires pour orienter la gestion et les projets d’aménagement de la commune.

4L’objectif de cet article est de comprendre et d’expliquer les unités paysagères végétales de la commune de Lama et de les relier aux usages et aux enjeux socio-économiques. Il s’agit ensuite de mettre en évidence des unités fonctionnelles de gestion, en montrant comment se répartissent les modes d’occupation du sol sur la commune, et comment les végétations répondent aux fonctions que l’homme leur a données (Sordello et al. 2014). Enfin, une cartographie des incompatibilités environnementales est présentée comme un outil d’aide à la décision pour concilier les projets d’aménagement et les secteurs à enjeux de conservation du patrimoine végétal.

Prise en compte des dimensions écologique et dynamique du paysage végétal

5Le paysage végétal est la combinaison paysagère des divers éléments de la végétation naturelle ou façonnée par l’homme (Rivas-Martínez, 1976 ; Tüxen, 1979). Ces éléments et les caractéristiques physiques, dont ils dépendent, forment l’essentiel du paysage d’une région, et lui confèrent un aspect et un caractère propre. L’analyse paysagère se situe à l’interface de la géographie physique et de la phytocoenologie. Le paysage végétal est l'objet d'étude de la phytosociologie paysagère ou phytosociologie dynamico-caténale (figure 1) qui analyse les complexes de végétation à différentes échelles (Géhu, 2006).

6La phytosociologie dynamique, ou symphytosociologie, a pour objet d’étude les relations dynamiques entre associations végétales, au sein d’unités spatiales écologiques homogènes (Géhu, 1986, 1988a). Elle se fonde sur l’analyse du paysage végétal en identifiant des végétations matures, de substitution, pionnières et anthropiques, susceptibles de s’exprimer au sein d’une enveloppe écologique homogène (tessella). Ces différents stades dynamiques caractérisent « la série de végétation » (sigmetum ou synassociation), unité fondamentale de la symphytosociologie (Géhu, 2006 ; Biondi, 2011). La phytosociologie dynamico-caténale permet une approche systématique et intégrée de l’ensemble des composantes biotiques et abiotiques et de la complexité des systèmes écologiques du paysage végétal (Tüxen, 1973 ; Béguin et al., 1979 ; Tüxen, 1979 ; Géhu et Rivas-Martínez, 1981). Cette approche conceptuelle et perceptive (Géhu, 1986 ; Rivas-Martínez, 1987a, 1987 b) intègre une analyse écologique fine (géologie, géomorphologie, pédologie et bioclimatologie) des phytocœnoses (Mériaux et Géhu, 1977 ; Géhu, 1991 b). Elle repose sur une analyse spatio-temporelle du paysage végétal, depuis l’association végétale à la série de végétation et jusqu’à la géosérie de végétation (Rivas-Martínez, 2005 ; Lazare, 2009 ; Boullet, 2013).

Figure 1. Concept de série de végétation : exemple de la série du chêne vert (d’après Rivas-Martínez 2007) / Vegetation series concept: example of the green oak series (after Rivas-Martínez 2007).

Figure 1. Concept de série de végétation : exemple de la série du chêne vert (d’après Rivas-Martínez 2007) / Vegetation series concept: example of the green oak series (after Rivas-Martínez 2007).

1 : Végétation pelousaire à hélianthème taché et plantain de Bellardii. 2 : fruticée à immortelle d’Italie et ciste de Crète. 3 : Maquis à bruyère arborescente et arbousier. 4 : Forêt de chêne vert / 1: Mediterranean therophytic siliceous grassland at Tuberaria guttata and Plantago bellardii. 2. Thickets at Helichysum italicum and Cistus creticus. 3: heather and cane-apple bush maquis. 4: Green oak forest.

7La méthode symphytosociologique est fondée sur l’étude des complexes de groupements végétaux au sein d’unités spatiales écologiques homogènes (ou tesselas) (Tüxen 1979, Géhu 1986, Lazare 2009), dans lesquelles ont été réalisés des synrelevés. Un premier travail de cartographie, consiste à identifier plusieurs informations écologiques propres à la zone à partir des orthophotographies et des cartes de l’Institut Géographique National (IGN), ce qui permet de délimiter les enveloppes spatiales des tesselas, avant de les confirmer lors de la phase de terrain. Parallèlement et à l’aide de la bibliographie, des liens dynamiques entre les associations végétales d’une même série sont mis en évidence selon le prodrome de végétations de Corse (Reymann et al. 2016). Pour chaque série de végétation, la dynamique progressive (sans intervention humaine) ainsi que les stades régressifs liés aux facteurs anthropiques (incendies, pâturage…) sont définis (figure 2). Après avoir procédé à la délimitation spatiale des enveloppes écologiques homogènes, des relevés symphytosociologiques sont réalisés selon la méthode de la phytosociologie dynamico-caténale sigmatiste (Mériaux et Géhu 1977 ; Béguin et al. 1979 ; Géhu et Rivas-Martínez 1981 ; Rivas-Martínez 1987a, 1987b ; Géhu 1991a ; Theurillat 1992).

8Les conditions écologiques, parfois extrêmement contraignantes (salinité, cryoturbation, substrat superficiel…), impliquent un blocage dans la dynamique des végétations. Deux types de séries particulières peuvent être distingués (Rivas-Martínez, 2007 ; Lazare, 2018) :

  • les permaséries sont constituées de groupements permanents, stables, vivaces, monostratifiés, au sein de permatessellas ; elles sont généralement situées au sein de zones subissant de fortes contraintes écologiques comme les régions polaires, les crêtes de hautes montagnes, les zones côtières…

  • les minoriséries (synonyme sensu lato de curtasérie) sont des séries tronquées à deux ou trois stades dynamiques n’atteignant pas le stade forestier. Elles sont soumises à des conditions écologiques particulières permanentes (gradient d’halophilie, hygrophilie…).

Figure 2. Paysage végétal de la commune de Lama / Plant landscape of municipality of Lama.

Figure 2. Paysage végétal de la commune de Lama / Plant landscape of municipality of Lama.

A : Village de Lama. B : Série mésoméditerranéenne du chêne vert (Quercus ilex L.). C : Curtasérie à genévrier oxycèdre (Juniperus oxycedrus subsp. oxycedrus L.). D : Permasérie à nombril de venus (Umbilicus rupestris (Salisb.) Dandy) et asplénie des ânes (Asplenium trichomanes L.) / A : Village of Lama. B : Mesomediterranean series at green oak (Quercus ilex L.). C : Curtaseries at Juniperus oxycedrus subsp. oxycedrus. D : Permaseries at Umbilicus rupestris and Asplenium trichomanes.

La partition hiérarchisée du territoire, outil de synthèse et d’aide à la planification territoriale

9La partition hiérarchisée d’un territoire occupe une place centrale dans la réflexion des politiques territoriales (Guilleux, 2015). Selon les territoires, les stratégies diffèrent et évoluent selon une échelle spatio-temporelle. Cette partition territoriale repose sur une approche fonctionnelle géographique, écologique et socio-économique nécessaire à la compréhension des mécanismes dynamiques naturels et anthropiques. Cette partition renvoie au concept de cellule paysagère isofonctionnelle de Bolós (1963) repris par Géhu et ses collaborateurs (Géhu, 1988b, 1988c ; Géhu et Wattez, 1988 ; Géhu, 1991b), ou rappelant le concept des unités environnementales développé par Ozenda (1974, 1975), et amendé par Pedrotti (2013), puis par Cristea et al. (2015). Ces deux types d'unités (cellule paysagère isofonctionnelle ; unités environnementales) s'appuient sur une vision territoriale dans un objectif de définir des unités fonctionnelles de gestion. Cette approche transposée de la phytosociologie paysagère, présente un réel intérêt pour la définition des éléments constitutifs du paysage végétal, en lien avec l’histoire géographique et écologique des terroirs et leurs usages (Cristea et al., 2015).

10À l'échelle de la commune de Lama, cette typologie apparaît pertinente pour :

  • aborder la fonctionnalité écologique et anthropique des végétations et des séries de végétation ;

  • intégrer une dimension historique et géographique nécessaire à la compréhension des patrons structurels et dynamiques de la commune ;

  • définir des espaces stratégiques (enjeux économiques, urbains, agricoles et liés à la conservation) et élaborer des plans spécifiques de développement et de mise en valeur de la commune.

La commune de Lama

Contexte géographique et socio-économique

11Située au nord-ouest de la Corse, la commune de Lama (19,96 km2) fait partie intégrante de la micro-région du Canale (avec les deux communes limitrophes d'Urtaca et de Pietralba) et plus largement de la vallée de l'Ostriconi (nord de la Balagnà). Elle s’étire de 120 m d’altitude (rivière Ostriconi) à 1 546 m (sommet du Monte Astu) (figure 3).

Figure 3. Localisation géographique de la commune de Lama / Location of the municipality of Lama.

Figure 3. Localisation géographique de la commune de Lama / Location of the municipality of Lama.

12La commune de Lama occupe une section méridionale de la vallée de l'Ostriconi (Durand-Delga et al., 1978). Au nord, se situe le massif de Tenda (Corse schisteuse), et au sud le massif du Cinto (Corse granitique). Les formations géologiques de la commune se composent pour l'essentiel de granodiorite et monzogranite. On rencontre également des alluvions fluviatiles des basses terrasses au niveau de la rivière Ostriconi, des pillow-lavas et des séries détritiques du Crétacé sur sa partie ouest. Plus ponctuellement, on retrouve des substrats du Jurassique supérieur (Rossi et Rouire, 1980a, 1980b).

13Le relief escarpé de cette commune sépare les versants nord et sud, et se traduit par une dichotomie des végétations entre ubacs et adrets (figure 4). Son originalité est liée à sa large amplitude altitudinale (depuis l'étage mésoméditerranéen à l'étage montagnard) (figures 5 et 6) et le complexe géomorphologique (thalwegs, plaine alluvionnaire, torrents, versants, affleurements rocheux, éboulis), qui induisent une diversité des espèces, des communautés végétales et du paysage. Lama est composée d’un réseau de cours d'eau plus ou moins important, dont le principal est la rivière Ostriconi.

Figure 4. Pentes de la commune de Lama / Slopes of the municipality of Lama

Figure 4. Pentes de la commune de Lama / Slopes of the municipality of Lama

Source : laboratoire ISTHME, 2015.

Figure 5. Étages de végétation de la commune de Lama (D'après Gamisans, 1991, Paradis, 2004) / Vegetation belts in the municipality of Lama (after Gamisans, 1991, Paradis, 2004)

Figure 5. Étages de végétation de la commune de Lama (D'après Gamisans, 1991, Paradis, 2004) / Vegetation belts in the municipality of Lama (after Gamisans, 1991, Paradis, 2004)

Source : Conservatoire botanique national de Corse / National Botanical Conservatory of Corsica.

Figure 6. Etage de végétation de la commune de Lama / Vegetation belts of Lama.

Figure 6. Etage de végétation de la commune de Lama / Vegetation belts of Lama.

A : étage mésoméditerranéen. B : étage supraméditerranéen. C : étage montagnard-oroméditerranéen / A: mesomediterranean belt. B: supramediterranean belt. C: mountainous-oromediterranean belt.

14Le paysage végétal de Lama intègre l'histoire ancienne et récente de la société pastorale corse (Ravel, 1911 ; Simi, 1964 ; Ravis-Giordani, 1983). Entre le XVe et XVIe siècle (époque génoise), le paysage a été façonné par l'activité oléicole. À compter de cette date, et durant plus de trois siècles, Lama va vivre au rythme des récoltes d’olives et de la fabrication de l'huile d'olive (Meistersheimet Olivesi, 1997 ; Panaïotis et al., 2017). Cette prospérité a permis aux riches propriétaires de construire d’importantes bâtisses ou Palazzi sur plusieurs niveaux. Ce territoire dispose, par ailleurs, d'un riche patrimoine bâti (architecture corse d'intégration et architecture italienne d'affirmation). La vie agropastorale a également généré un bâti traditionnel d’une grande diversité (paillers, bergeries, aires à blé, sentiers muletiers…), et le paysage présente encore de nombreux jardins en terrasses, des fontaines... (Péri-Emmanuelli, 2013) La disparition des structures agropastorales et la désertification des campagnes durant les deux Guerres mondiales ont provoqué le déclin de ces activités. Le 27 août 1971, un incendie remonte la vallée de l'Ostriconi et ravage l'ensemble de la commune, détruisant la quasi-totalité de l’oliveraie (figure 7) (PROMÉTHÉE, 2015). Ce feu annihile le labeur de trois siècles d'oliveraie et bouleverse de manière irréversible le contexte socio-économique oléicole (Amandier et al., 1984 ; INIGF, 2014 ; DHC, 2016). Cet incendie a joué un rôle majeur dans la restructuration socio-économique. En 1989, le village s’engage dans une importante opération touristique (Commune de Lama, 2012a). Sous la conduite de la commune, presque toutes les familles s’impliquent dans la construction de gîtes ruraux, dans du bâti neuf et du bâti ancien restauré. Cette offre d’hébergement s’accompagne d’une salle d’exposition, d’un centre de loisirs avec piscine (Commune de Lama, 2012b).

Figure 7. Fréquence des feux de la commune de Lama / Fire frequency of the municipality of Lama.

Figure 7. Fréquence des feux de la commune de Lama / Fire frequency of the municipality of Lama.

Source : Office de l’Environnement de la Corse, 2009 / Office of the Environment of Corsica, 2009.

15La population, localisée principalement dans le village de Lama, varie de 166 habitants en hiver, jusqu’à 600-700 habitants durant la période estivale. Cette variation saisonnière s'explique par les nombreuses activités éco-touristiques proposées : randonnées pédestres, visites du patrimoine bâti, développement du festival du film... À ce titre, Lama a reçu plusieurs distinctions : Grand Prix national de l'innovation touristique en 1989, Bravos de l'Accueil en 1995, Médaille d'Argent du Tourisme en 1996.

16Plusieurs actions réalisées ou en cours contribuent d'une part à conforter la connaissance historique (identification, fonction, utilisation…), et d'autre part à la protection et la valorisation architecturale du patrimoine de la commune (DHC, 2016 ; Sélection village préféré des Français 2018, Atlas de la biodiversité 2016, village fleuri 4 fleurs).

Fonctions de la commune de Lama : démarche de planification territoriale

17Trois fonctions territoriales peuvent être attribuées à la commune de Lama (Commune de Lama, 2011, 2012a, 2012b) (figure 8) :

  • une fonction de mise en valeur de ses terres agricoles : les pratiques agricoles (oléiculture, maraîchage), ainsi que la conduite extensive des troupeaux (bovin, caprin et ovin) permettent d'inscrire la commune dans une logique de développement durable. L'entretien d'espaces naturels particuliers (parcours) renforce le pilier écologique. L’équipe municipale souhaite relancer la production agricole locale, notamment la production oléicole. Elle a notamment engagé une procédure de groupement foncier au travers de l’Association foncière autorisée (AFA). Par ce biais, les propriétaires regroupent leurs terres et signent des conventions pluriannuelles du pâturage avec les agriculteurs. Par ailleurs, la commune connaît une problématique liée à la ressource en eau pour l’exploitation agricole. Dans le cadre de l’AFA, un projet de mise en place d’un réservoir sur les Crêtes ouest est en cours, afin de permettre l’irrigation du versant jusqu’à l’Ostriconi.

  • une fonction de valorisation du patrimoine bâti : la commune est très impliquée dans la vie associative et la transmission de son patrimoine historique et bâti (Église Notre-Dame, Palazzi Bertola, sentiers du patrimoine...).

  • une fonction de tourisme et de terre d'accueil : la commune accueille depuis plus de 25 ans le Festival du Cinéma et propose une découverte des espaces publics, avec des séminaires, des projections et des animations. Depuis le village, un sentier de randonnée permet l'accès au Monte Astu, avec un dénivelé de 1 000 m ; ce sentier permet l'ascension de Bocca di San Pancraziu et de Cima a Muzzelli.

Figure 8. Schéma des objectifs et fonctions attendues par la commune de Lama / Scheme of aim and functions expected by the municipality of Lama.

Figure 8. Schéma des objectifs et fonctions attendues par la commune de Lama / Scheme of aim and functions expected by the municipality of Lama.

Données disponibles

18Les données disponibles sur la commune de Lama sont présentées dans le tableau 1.

Tableau 1. Données disponibles sur la commune de Lama / Typological and map data available on the municipality of Lama.

Types de données

Données sources

Données spatialisées ou cartographiques

Données historiques

· Plan Terrier (1765) (Meistersheim et Olivesi, 1997)

· Cartes d’État-major (1865) (Vallauri et al., 2012, Panaïotis et al., 2017)

· Zonage agrosylvopastoral (1984) (Amandier et al., 1984)

· Feux (1955-2007) (PPFENI, 2014)

· CORINE Land Cover (2006)

· Photo aériennes (1937 – 2013)

Données actuelles

· Végétations (Gamisans, 1991, CBNC, 2015, 2016, 2017)

· Séries de végétation (CBNC, 2015, 2016, 2017)

· Unités écologiques (Etlicher et al. 2013)

· Patrimoine bâti (Mairie de Lama)

Données non spatialisées

Plan Local d’Urbanisme

Orientations d’Aménagement et de programmation

Diagnostic territorial

Mémoires de Lama (Péri-Emmanuelli, 2013)

Méthodologie

19Les modalités techniques de la méthodologie employée sont présentées dans la figure 9.

Figure 9. Étapes méthodologiques pour l’élaboration de la partition hiérarchisée de la commune de Lama / Methodological steps for the elaboration of the hierarchical partition of the municipality of Lama.

Figure 9. Étapes méthodologiques pour l’élaboration de la partition hiérarchisée de la commune de Lama / Methodological steps for the elaboration of the hierarchical partition of the municipality of Lama.

Étape 1 : Caractérisation du paysage végétal

20La typologie et la cartographie des unités écologiques reposent sur le croisement des données cartographiques des descripteurs écologiques (bioclimatologie, géomorphologie, géologie et pédologie) (figure 9 - 1a). Pour la caractérisation de la végétation potentielle (figure 9 – 1b), l’approche utilisée pour délimiter et spatialiser les séries de végétation s’est inspirée de la démarche de Blasi et al. (2000). Cette méthode s’est bien développée (Delbosc et al., 2017) au cours de ces dernières années. Elle permet d’avoir une approche basée sur la potentialité abiotique de chaque entité : géomorphologie, pédologie, bioclimatologie et analyse du bassin versant et d’y placer les végétations et leur potentialité dynamique.

21Une base de données cartographique des végétations et des séries de végétation est produite et incrémentée sur l'ensemble de la Corse par le Conservatoire botanique national de Corse (CBNC) depuis 2012 (CBNC, 2015, 2016, 2017) selon la méthode d’investigation phytosociologique sigmatiste (Braun-Blanquet, 1928), qui s’attache à décrire des communautés végétales définies par une combinaison originale et répétitive d’espèces végétales (Guinochet, 1973). La synomenclature et la synsystématique suivent le Prodrome des végétations de Corse (Reymann et al., 2016).

Étape 2 : Définition des fonctions socio-économiques du territoire

22Cette fonction a nécessité une recherche bibliographique et d'une enquête auprès des services de la commune et de son maire pour comprendre et spatialiser les orientations socio-économiques du territoire. Les fonctions socio-économiques (zones urbanisées, secteurs à vocation agricoles et/ou à vocation touristique) ont été typifiées et cartographiées à partir des orientations d’aménagement et de diagnostic territorial établi par la commune de Lama (Commune de Lama, 2011, 2012a, 2012b) et du Pan local d'urbanisme en cours d'élaboration. Chaque fonction socio-économique est définie par un type de territoire (agricole, touristique, urbain…), par un patrimoine bâti et par des voies de communication (chemins, sentiers…).

Étape 3 : Définition des unités fonctionnelles de gestion

23Pour déterminer ces unités, un croisement des données écologiques (géologie, géomorphologie, bioclimatologie, pédologie...), du paysage végétal (séries de végétation, végétation), d'occupation des sols (Corine Land Cover 2006) et des fonctions socio-économiques caractérisées précédemment, a été effectué sous le logiciel QGIS (version 2.18.14). Nous avons utilisé l'outil de géotraitement « intersection » pour croiser les différentes couches d'informations. Le résultat obtenu correspond une couche d'information shapefile de type géométrique « polygone » dont chaque polygone correspond à une unité fonctionnelle de gestion. Chaque unité a fait l'objet d'un relevé paysager : la délimitation de ces unités à partir des différentes cartes thématiques (écologiques, végétation, série de végétation et d'occupation du sol) permet également de mieux visualiser les combinaisons répétitives et homogènes dans le paysage étudié et dans un second temps d’obtenir des relevés paysagers sous SIG avec une remarquable précision.

24À noter que ces relevés diffèrent des relevés paysagers effectués dans l'étape 1 : ils consistent à recenser l’ensemble des composantes de l’unité identifiée (patrimoine bâti, accès routiers, végétations naturelles et semi-naturelles…) à l’intérieur d’un polygone.

Étape 4 : Définition des fonctions attendues des entités paysagères végétales (séries de végétation)

25La couche d'information des séries de végétation a été intersectée, sous SIG, avec la couche d'information liée aux unités fonctionnelles de gestion définies dans l'étape précédente. Ainsi, il a été possible d'attribuer à l'ensemble des polygones (correspondant aux séries de végétation), les fonctions (agricoles, urbaines et/ou touristiques) qui leur sont conférées par les acteurs du territoire.

Étape 5 : définition des incompatibilités environnementales

26Il s’agit d’identifier les pressions anthropiques (pastorales, urbaines, touristiques…), les enjeux en termes de conservation du patrimoine floristique (taxons protégés, rares, présence d’espèces exotiques envahissantes), de la végétation (habitats Natura 2000, végétations rares (à l’échelle de la commune de Lama, de la Corse et plus largement en méditerranée, végétations emblématiques, synendémisme) et des séries de végétation (sensibilité dynamique, pourcentage surfacique des communautés anthropiques versus communautés naturelles/semi-naturelles, intérêt paysager, artificialisation). À partir du croisement de ces couches d'information, il est possible de dégager des gradients de pression et de caractériser les zones à enjeux de conservation. Un indice de sensibilité aux pressions anthropiques a été attribué à chaque polygone :

27Indice 1- Sensibilité forte : communautés végétales soumises à une forte influence humaine. Il s’agit pour l’essentiel des végétations anthropiques (cultures, hameaux, villages…) où la pression est importante.

28Indice 2- Sensibilité moyenne : communautés végétales soumises à une faible pression humaine. Il s'agit de végétations forestières clairsemées ou pré-forestières par des coupes, des incendies ou du pâturage, avec modification du cortège floristique.

29Indice 2- Sensibilité forte : communautés végétales ne subissant pas ou peu d’influence anthropique. Il peut s’agir de forêts avec une composition floristique et structurelle non modifiée ou de végétations chasmophytiques des falaises rocheuses difficiles d'accès et donc peu influencées par les activités anthropiques.

Résultats

Unités fonctionnelles de gestion de la commune de Lama

Fonctions agricole et pastorale

30Cette fonction est attribuée aux secteurs de la commune ayant pour objectif une production agricole ou pastorale. La figure 10 montre que, selon la production, la commune est scindée en deux ensembles : un ensemble de basse altitude lié aux oliveraies et aux vergers ; un ensemble d'altitude caractérisé par des territoires d'estives pour les caprins, les ovins et les ovins. À basse altitude, le patrimoine bâti est constitué de moulins et d'exploitations agricoles. Vers 1000 m d'altitude, il se traduit par des bergeries auxquelles sont associées des anciennes terrasses agricoles. Le patrimoine bâti a été intégré dans cette fonction agro-pastorale dans la mesure où les bergeries et les exploitations agricoles sont étroitement liées au paysage végétal environnant : il existe un gradient de pression anthropique (passage régulier, entretien et pression pastorale) depuis les abords des bergeries jusqu'à une vingtaine de mètres environnant la bergerie. Par exemple, il est possible d'observer des pelouses aux abords des bergeries de Prunincu (végétations à Chénopode bon-Henri - Chenopodium bonus-henricus L.), ces dernières sont remplacées par des fruticées à une dizaine de mètres, puis des maquis constituent la dernière ceinture aux alentours des bergeries.

Figure 10. Fonction agricole et pastorale (synthèse cartographique d’après le PLU) / Agricultural and pastoral function (map synthesis after the PLU).

Figure 10. Fonction agricole et pastorale (synthèse cartographique d’après le PLU) / Agricultural and pastoral function (map synthesis after the PLU).

Fonctions urbaines et périurbaines

31Les fonctions urbaines et péri-urbaines se concentrent autour du village de Lama (figure 11). Ce village est entouré de jardins privés et communaux (anciennes terrasses). Le patrimoine bâti est marqué par des chapelles, des refuges de montagne, des fontaines et des réservoirs, qui ont été mis en valeur par le sentier du patrimoine. Ces fonctions urbaines et péri-urbaines comprennent également un territoire de "sécurité-incendie" sur la partie ouest de la commune. Cette zone de sécurité fait suite à l'incendie de 1971, afin de limiter l'impact de potentiels incendies en provenance de la Balagne.

Figure 11. Fonctions urbaines et péri-urbaines (synthèse cartographique d’après le PLU) / Urban and peri-urban functions (map synthesis after the PLU).

Figure 11. Fonctions urbaines et péri-urbaines (synthèse cartographique d’après le PLU) / Urban and peri-urban functions (map synthesis after the PLU).

Fonction touristique (synthèse cartographique d’après le PLU)

32La fonction touristique se répartit en trois secteurs (figure 12) :

  • un secteur de basse altitude marqué par l'oléiculture et un patrimoine bâti varié (Chapelle, exploitation agricole, moulins, fontaines) ;

  • le village de Lama, les jardins privés et communaux, le sentier du patrimoine, sentier intervillage ;

  • un secteur alticole lié aux randonnées (sentier des bergers, bergeries, anciennes terrasses...).

Figure 12. Fonction touristique (synthèse cartographique d’après le PLU) / Tourism functions (map synthesis after the PLU).

Figure 12. Fonction touristique (synthèse cartographique d’après le PLU) / Tourism functions (map synthesis after the PLU).

Unités de gestion de la commune de Lama

Typologie des unités de gestion

33L'analyse des relevés (tableau 2) et les croisements des données cartographiques ont permis de mettre en évidence cinq unités paysagères :

34A - unité paysagère agrosylvopastorale ;

35B - unité paysagère rocheuse ;

36C - unité paysagère ripicole ;

37D - unité paysagère "sécurité-incendie" ;

38E - unité paysagère "zones urbanisées".

39Les unités D et E n'ont pas fait l'objet de relevés paysagers, compte tenu de l'absence de données de végétations.

Tableau 2. Relevés paysagers réalisés sur la commune de Lama / Plant landscape relevés realized on the municipality of Lama.

Tableau 2. Relevés paysagers réalisés sur la commune de Lama / Plant landscape relevés realized on the municipality of Lama.

A - Unité paysagère agro-sylvo-pastorale

40Cette unité est caractérisée par un paysage agricole et pastoral de basse et haute altitude. Elle constitue l'unité paysagère dominante sur la commune de Lama. Les caractéristiques écologiques (géomorphologique et bioclimatologique) et les végétations présentes permettent de distinguer deux sous-unités de gestion :

  • une unité mésoméditerranéenne (ombrotype : subhumide inférieur à subhumide supérieur), de basse altitude (200-500 m d'altitude) sur substrat géologique « pillow-lavas ». Cette unité de gestion est très aménagée (routes, chemins de terres et des exploitations agricoles), marquée par des activités principalement oléicoles. La tête de série correspondant à la forêt de chêne vert (Galio scabri-Quercetum illicis Gamisans 1988), est peu recouvrante. Le paysage végétal est principalement caractérisé par des fruticées à immortelle d’Italie et ciste de Crète (Helichryso italici-Cistetum cretici Allier et Lacoste 1980) et des maquis à bruyère arborescente et arbousier (Pulicario odorae-Arbutetum unedonis Allier et Lacoste 1980).

  • une unité supraméditerranéenne (ombrotype : humide inférieur), de haute altitude (950-1 400 m d'altitude) sur substrat granitique (granodiorite et monzogranite). Cette unité peu aménagée (sentiers des bergers, bergeries) est marquée par des activités principalement pastorale et touristique (randonnées au Monte Astu). La tête de série correspondant à la chênaie verte supraméditerranéenne à houx (Ilici aquifoliae-Quercetum illicis Gamisans 1975), qui reste peu recouvrante. Le paysage végétal est dominé par des maquis à bruyère arborescente (Rubo ulmifolii-Ericetum arboreae Aurière et Reymann 2016)

B - Unité paysagère rocheuse

41Cette unité méditerranéenne (ombrotype : subhumide inférieur à humide inférieur) de moyenne altitude (500 - 1 000 m d'altitude) se trouve sur substrat granitique (granodiorite et monzogranite). Elle est marquée par un paysage essentiellement minéral (falaises et affleurements rocheux), dans lequel se développent des végétations permanentes (permaséries) des rochers à œillet sauvage et orpins (Sedo brevifolii-Dianthetum godroniani Litard. 1928, Sedetum caerulei Brullo 1975) et des végétations à dynamiques tronquées (minoriséries) dominées par des fruticées à épiaire poisseuse et genêt de Corse (Stachydo glutinosae-Genistetum corsicae Gamisans et Muracciole 1984). Du fait des conditions écologiques contraignantes (falaises abruptes, faible profondeur du sol), cette unité paysagère ne permet pas d'activités socio-économiques particulières.

C – Unité paysagère ripicole

42Cette unité ripicole est située dans les fonds de vallons aux eaux à écoulement rapide, pouvant s’assécher en période estivale. Les caractéristiques écologiques (géomorphologie des cours d'eau) et les végétations présentes au sein de cette unité permettent de distinguer deux sous-unités de gestion :

  • une unité ripicole de plaine (à partir de 300 m d'altitude), s'exprimant sur des substrats alluvionnaires. Le contexte hydrogéomorphologique des systèmes alluvionnaires constitue l’élément prépondérant dans l’organisation et l’agencement des végétations et plus particulièrement de l’espace tessellaire des séries de végétation. Le lit majeur du fleuve Ostriconi a évolué en quelques années et a changé la trajectoire du cours d’eau. La présence de résidences à proximité de la rivière Ostriconi empiète sur l’espace tessellaire de la série. Le paysage végétal de cette unité est, par comparaison avec les autres unités de la commune, luxuriant. Cet aspect est lié aux forêts d’aulne glutineux (Eupatorio corsici-Alnetum glutinosae Dierschke 1975) et aux mégaphorbiaies (groupement à millepertuis à odeur de bouc et ronce à feuilles d’orme). Compte tenu des conditions écologiques singulières (vallon, engorgement en eau), cette unité paysagère n'est concernée par aucune activité socio-économique.

  • une unité ripicole d'altitude (à partir de 800 m) s'exprimant au sein de thalwegs. Le paysage observé y est minéral : l'accessibilité aux thalwegs étant limitée en raison de leurs caractères escarpés et enclavés, aucune végétation n'a pu être recensée. Il est probable que des végétations des Asplenietea trichomanis (Braun-Blanq. in H. Meier et Braun-Blanq. 1934) Oberd. 1977 et des Anogrammo leptophyllae-Polypodietea cambrici Rivas Mart. 1975 soient présentes sur les parois suintantes. Compte tenu des conditions écologiques singulières, cette unité paysagère n'est concernée par aucune activité socio-économique.

D - Unité paysagère « sécurité-incendie »

43Cette unité paysagère située sur la limite communale ouest, correspond à une unité du mésoméditerranéen (ombrotype : subhumide inférieur) s'exprimant sur un substrat géologique du Crétacé. L'empreinte humaine y est très forte, en lien avec la gestion régulière de la végétation dans le cadre de la lutte contre la propagation des incendies depuis la Balagne vers la commune de Lama. : cette dernière, étant fauchée à quelques centimètres du sol, permet de maintenir une barrière entre deux zones de maquis. La végétation correspond à une pelouse à hélianthème taché et plantain de Bellardii (Tuberario guttatae-Plantaginetum bellardii Aubert et Loisel, 1971), régulièrement imbriquée aux éléments de fruticée à immortelle d’Italie et ciste de Crète (Helichryso italici-Cistetum cretici Allier et Lacoste 1980). La tête de série correspond à la forêt de chêne vert et gaillet scabre (Galio scabri-Quercetum illicis Gamisans, 1988).

E – Unité paysagère « zones urbanisées »

44Cette unité correspondant au village de Lama, occupe une position centrale au sein de la commune. L'activité socio-économique est étroitement liée aux activités de la Mairie (tourisme, animations, patrimoine architectural...) et de ses habitants (habitations, jardins privés jardins communaux...). La présence de jardins permet le développement des fruticées à immortelle d’Italie et ciste de Crète (Helichryso italici-Cistetum cretici Allier et Lacoste 1980) et ponctuellement de maquis à bruyère arborescente et arbousier (Pulicario odorae-Arbutetum unedonis Allier et Lacoste 1980).

Cartographie des unités de gestion

45La figure 13 présente l'agencement et la répartition des différentes unités de gestion.

46Les unités paysagères agro-sylvo-pastorale et rocheuses sont les unités de gestion fonctionnelles dominantes de Lama (figure 13 et 14). Si l'unité agro-sylvo-pastorale est très imprégnée par la gestion agricole, l'unité rocheuse, au contraire, est une unité où il n'y a pas de gestion. L'unité paysagère agro-sylvo-pastorale est composée de deux sous-unités : une pastorale et une agricole, qui représentent respectivement 63 % et 37 % de la surface totale de l'unité.

Figures 13. Unités de gestion fonctionnelle / Functionnal management units.

Figures 13. Unités de gestion fonctionnelle / Functionnal management units.

Figure 14. Pourcentage surfacique des cellules paysagères de Lama / Percentage area of Lama landscape cells.

Figure 14. Pourcentage surfacique des cellules paysagères de Lama / Percentage area of Lama landscape cells.

Cellule paysagère agropastorale (1265 ha) ; Cellule paysagère rocheuse (597 ha) ; Cellule paysagère "sécurité-incendie" (154 ha). Cellule paysagère ripicole (92 ha) ; Cellule paysagère urbaine et péri-urbaine (41,8 ha) / Agropastoral landscape cell (1265 ha); Rock landscape cell (597 ha); Landscape unit "fire safety" (154 ha); Riparian landscape cell (92 ha); Urban and peri-urban landscape cell (41.8 ha).

Fonctionnalité du paysage végétal

47Le tableau 3 indique les unités paysagères isofonctionnelles de gestion attribuées à chaque série de végétation.

Tableau 3. Cellules paysagères isofonctionnelles des différentes séries et géoséries de végétation / Isofunctional landscape cells of different series and vegetation geoseries

Série et géoséries de végétation

Unités fonctionnelles de gestion

Étage mésoméditerranéen

Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Lathyrus venetus Delbosc 2015

Agrosylvopastorale (cellules pastorale / urbaine et péri-urbaine)

Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Fraxinus ornus Delbosc 2015

Agrosylvopastorale (cellules pastorale / Sécurité incendie)

Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Quercus pubescens Delbosc 2015

Agrosylvopastorale (cellule agricole)

Stachydo glutinosae-Genisto corsicae minorisigmetum Delbosc et al. 2015

Rocheuse

Géopermasérie des affleurements calcaires mésoméditerranéens

Rocheuse

Étage supraméditerranéen

Ilici aquifoliae-Querco ilicis sigmetum Delbosc 2015

Agrosylvopastorale

Acero monspessulani-Querco ilicis sigmetum Bacchetta et al. 2009

Agrosylvopastorale

Fraxino orni-Acero monspessulani sigmetum Delbosc 2015

Agrosylvopastorale

Helichryso italici-Genisto salzmannii minorisigmetum Delbosc 2015

Rocheuse

Arrhenathero sardoi geopermasigmetum Delbosc 2015

Rocheuse

Étage montagnard-oroméditerranéen

Asperulo odorae-Taxo baccatae sigmetum Delbosc 2015

Agrosylvopastorale

Festuco sardoae-Phyteumo serrati geopermasigmetum Delbosc 2015

Rocheuse

Unités azonales ripicoles

Carici microcarpae-Salico atrocinerea sigmetum Delbosc 2015

Ripicole

Eupatorio corsici-Alno glutinosae sigmetum Delbosc 2015

Ripicole

Fraxino angustifoliae-Ulmo minoris sigmetum Delbosc 2015

Ripicole

Fonctionnalité des séries de végétation

48Seul l'exemple de la série à gaillet scabre et chêne vert (Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Lathyrus venetus Delbosc 2015 ; Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Fraxinus ornus Delbosc 2015 ; figure 15) sera développé dans cet article pour plusieurs raisons :

  • il s'agit de la série la plus représentative de la commune (755 ha soit 38 % de la surface totale de la commune). Elle se développe principalement sur un socle cristallin siliceux (granite) et des sols peu évolués (lithosol, régosol et brunisol peu épais). Elle s'étend de 200 à 700 m voire 800 m d’altitude, sur les versants les plus ensoleillés (ombrotype : subhumide inférieur à subhumide supérieur ; thermotype : mésoméditerranéen inférieur à mésoméditerranéen supérieur).

  • la tête de série à chêne vert très peu recouvrante représente une série à forts enjeux de conservation à l'échelle communale : elle correspond à l'habitat d'intérêt communautaire 9340-11 « Yeuseraies corses à gaillet scabre ».

  • plusieurs fonctions socio-économiques lui sont attribuées et sont caractéristiques de la commune, et plus largement de la Corse.

Figure 15. Schéma de l'évolution de la série du chêne vert depuis 1607 / Diagram of the dynamic evolution of the green oak series since 1607.

Figure 15. Schéma de l'évolution de la série du chêne vert depuis 1607 / Diagram of the dynamic evolution of the green oak series since 1607.

49Le Tableau 4 présente l'évolution surfacique des stades dynamiques de la série de végétation 1865 jusqu'à 2016. Au début du XVIIe siècle, l'activité socio-économique exercée sur l'enveloppe tessellaire repose sur une activité agrosylvopastorale, qui progresse jusqu'à la Première Guerre mondiale. À partir de la Seconde Guerre mondiale, la dureté des conditions de vie et le passage à une économie de marché ont favorisé l’exode rural et entraîné une très forte déprise, comme dans toutes les régions montagnardes. L'incendie 1971 vient stopper les activités de l'ensemble de la commune. Ce n'est qu'à partir des années 1980 que les activités agricoles prennent un nouvel essor. La série à gaillet scabre et chêne vert a été très impactée par l'ensemble de ces évènements, mais sa capacité de résilience (sur une vingtaine d'années) permet aujourd'hui de répondre à la demande socio-économique passée et actuelle (oléiculture, parcours/estive...).

Tableau 4. Évolution surfacique des stades dynamiques de la série de végétation 1865 jusqu'à 2016.

Types de formations végétales

Etat-Major (1865)

Zonage agrosylvopastoral (1984)

Corine Land-Cover (2006)

Carte des végétations (2015)

Forêt

92,6

186

424,3

113

Maquis

1323,3

1090

885,9

523

Parcours

647

550,1

1332

Cultures/prairies

577,02

64

135,6

8

Village

3

8

-

19

50En 2016, l'enveloppe écologique est majoritairement représentée par des fruticées et des maquis (figure 16). La tête de série occupe de faibles superficies, représentant moins de 10 % de la surface totale.

Figure 16. État de la série du chêne vert (Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Fraxinus ornus) en 2016 / State of green oak series (Galio scabri-Querco illicis sigmetum variant at Fraxinus ornus) in 2016.

Figure 16. État de la série du chêne vert (Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Fraxinus ornus) en 2016 / State of green oak series (Galio scabri-Querco illicis sigmetum variant at Fraxinus ornus) in 2016.

1 – Galio scabri-Quercetum ilicis ; 2 – Pulicario odorae-Arbutetum unedonis ; 3 – Helichryso italici-Cistetum cretici ; 4 – Tuberario guttatae-Plantaginetum bellardii ; 5 – Communautés anthropiques / 1 - Galio scabri-Quercetum ilicis; 2 - Pulicario odorae-Arbutetum unedonis; 3 - Helichryso italici-Cistetum cretici; 4 - Tuberario guttatae-Plantaginetum bellardii; 5 - Anthropogenic communities.

Données issues de la carte des végétations / Data from the vegetation map.

51La figure 17 montre que cette série est utilisée pour les fonctions qui lui ont été attribuées : l'oléiculture (et divers vergers) et le pastoralisme (parcours et maquis). L'ensemble de ces résultats historiques et actuels montre que cette série est fonctionnelle : elle répond aux demandes sociétales et économiques.

Figure 17. Gestion agrosylvopastorale et urbaine de la série du chêne vert en 2016 / Agro-silvopastoral and urban management of the Green Oak series in 2016.

Figure 17. Gestion agrosylvopastorale et urbaine de la série du chêne vert en 2016 / Agro-silvopastoral and urban management of the Green Oak series in 2016.

Données issues des unités gestion/ Data from management units

Application à l'aménagement

52La figure 18 met en exergue les incompatibilités environnementales. Trois types de secteurs se distinguent :

  • des secteurs à sensibilité forte, prioritaires pour la conservation ; ils se caractérisent par des pentes faibles, sont accessibles (accès routiers), proches des zones urbanisées, font l'objet d'oléiculture et sont régulièrement soumis aux feux.

  • des secteurs de sensibilité moyenne, constituant des secteurs secondaires d’enjeux conservatoires, mais nécessitant un suivi phytoécologique et dynamique à court terme ; ils se caractérisent par des pentes accusées, sont difficilement accessibles (sentiers des bergers) et font l'objet d'activités pastorales.

  • des secteurs de sensibilité faible, constituant des secteurs tertiaires pour la conservation, nécessitent un suivi moins régulier que les précédents ; ils se caractérisent par des pentes très accusées, sont pas ou peu accessibles et ne font pas l'objet d'activités.

53Les secteurs à préserver (figuré hachuré) correspondent à des secteurs à enjeu de conservation. Ces secteurs comprennent des taxons endémiques de Corse (Peucedanum paniculatum Loisel, Viola corsica Nyman subsp. corsica) et corso-sarde (Santolina corsica Jord. et Fourr.), ont composés de végétations endémiques corso-sarde (Stachydo glutinosae-Genistetum corsicae Gamisans et Muracciole 1984) et corse (Berberido-Genistetum lobelioidis Gamisans 1975, Asperulo odorae-Taxetum baccatae Gamisans 1970, Ilici aquifolii-Quercetum ilicis Gamisans 1975, Festuco sardoae-Phyteumetum serrati (Litard. et Malcuit, 1926) emend. Gamisans 1975, Sagino piliferae-Caricetum caryophylleae Gamisans 1975, Helichryso italici-Genistetum salzmannii Gamisans 1975) et d'habitats d'intérêt communautaire (4090-7 – Fruticées supraméditerranéennes de Corse ; 4090-8 : Fruticées montagnardes de Corse ; 8220-11 : Falaises siliceuses supraméditerranéennes à subalpines de Corse ; 8220-20 : Falaises siliceuses thermophiles de Corse ; 92A0-4 : Aulnaies à aulne glutineux et aulne à feuilles cordées de Corse ; 9340-11 : Yeuseraies corses à Gaillet scabre). De plus, la commune comprend quelques lambeaux de forêts à Asperula odorata (L.) Scop. et Taxus baccata L., assez rare à l'échelle de l'île.

Figure 18. Incompatibilités environnementales de la commune de Lama / Environmental Incompatibilities of the municipality of Lama.

Figure 18. Incompatibilités environnementales de la commune de Lama / Environmental Incompatibilities of the municipality of Lama.

54La figure 18 permet de visualiser les secteurs fortement anthropisés (en rouge) et qui sont constitués en partie par une flore et des végétations à préserver. C'est notamment le cas près du village de Lama où il est possible d'observer quelques lambeaux de forêts de chêne vert (Habitat d'intérêt communautaire – 9340 Yeuseraies corses à Gaillet scabre). En termes d'aménagement et de conciliation "environnement/activités anthropiques", ce secteur est considéré comme prioritaire. Près du Monte Astu, il existe des secteurs à préserver situés dans une zone de sensibilité moyenne (orange) : il s'agit de fruticées oroméditerranéennes endémiques de Corse à Berberis aetnensis C. Presl. et Genista salzmanni DC. var. lobelioides (Gamisans) Gamisans et Jeanm. (4090 – Fruticées supraméditerranéennes de Corse) qui se maintiennent par les incendies et le pâturage. Lorsque la pression pastorale est trop importante, les fruticées sont remplacées par des pelouses vivaces à Carex caryophyllae Latourr. Enfin, on distingue une troisième zone de secteurs à préserver localisée dans une zone à sensibilité faible (jaune) : ces secteurs sont constitués de végétations de falaises rocheuses (8220 Pentes rocheuses siliceuses avec végétation chasmophytique. Ces végétations sont peu ou pas soumises à des activités anthropiques (passage ponctuel de bétail). En revanche elles restent vulnérables aux passages de grands incendies.

Discussion

Approche méthodologique

55Nos résultats montrent un exemple d'application de la phytosociologie dynamico-caténale à l'aménagement du territoire. À partir d'un grand nombre de données bibliographiques, typologiques et cartographiques, nous avons mis en évidence un outil de type "aménagementoscope" (Vallauri et al., 2018) afin de prioriser les enjeux de conservation d'un paysage végétal. Le croisement des couches d'informations relatives aux activités anthropiques et au patrimoine végétal (flore, végétations, habitats, séries de végétation) permet de mettre en exergue des zones de sensibilité et des secteurs représentant un fort enjeu de conservation pour le paysage végétal. Le résultat final, représenté par une carte des incompatibilités environnementales, permet de hiérarchiser et prioriser les mesures de gestion.

56Cet article a pour objectif d’illustrer la notion de fonctionnalité d'un territoire et des séries de végétation, par une première réflexion des connaissances fonctionnelles des paysages végétaux de la commune de Lama. Le concept de fonctionnalité a été abordé à différentes échelles du paysage végétal (communautés végétales, séries de végétation). La méthodologie proposée nécessite de disposer d’un grand nombre de données historiques et actuelles pour définir les unités fonctionnelles de gestion et la fonctionnalité de séries de végétation. Elle doit être affinée, notamment par rapport aux critères et aux outils d’évaluation de la fonctionnalité d'un paysage ou d'un territoire.

57Pour évaluer et rendre comparables les unités de gestion, une référence spatio-temporelle claire est nécessaire. Dans ce contexte, le concept de série de végétation peut appuyer la modélisation des trajectoires de succession dynamique de la végétation en fonction de l'intensité de l'utilisation du sol et de l'identification des repères de l'unité de gestion (par exemple, la végétation potentielle). L'utilisation des matrices de transition pourrait s'avérer être un outil pragmatique d’évaluation quantitative des évolutions qui se sont opérées dans un paysage végétal (Usher, 1981, 1992). Cet outil vise à modéliser les trajectoires dynamiques de chacune des végétations mises en exergue par la typologie phytosociologique, en y intégrant l’impact de facteurs exogènes. Les résultats permettent de définir les propriétés émergentes globales d'un territoire (Boteva et al., 2004 ; Mobaied et al., 2015 ; Delbosc et al. 2018). Tout en rapportant l'unité de gestion à différents stades dynamiques au sein d'une série de végétation, il sera possible d'identifier quels types d'utilisation des terres devraient être plus utiles pour améliorer l'efficacité d'une ou de plusieurs unités de gestion (Bagella et Caria, 2011).

58De ces unités de gestion (unités pastorales, unités urbaines...) et de leurs composantes, il est possible de mettre en exergue des unités de valeur naturelle sur le principe énoncé par Galdenzi et al. (2012) sur la définition de zones agricoles à haute valeur naturelle. La méthodologie suivie par les auteurs évalue et discrimine la présence de terres agricoles à HVN en fonction de la couverture végétale : la carte des végétations, dérivée en carte des séries et des géoséries de végétation, est utilisée pour identifier les terres agricoles à HVN. Une valeur de naturalité a été affectée à chaque unité de végétation de la carte phytosociologique sur la base des connaissances floristiques des associations végétales et des stades dynamiques au sein de chaque série de végétation (valeur 1 attribuée aux zones ayant une valeur de naturalité très faible, telles que les zones urbaines et une valeur de 32 aux zones présentant le plus haut niveau de naturalité, telles que les types de forêts). Dans un second temps, Galdenzi et al. (2012) ont élaboré une carte de la diversité paysagère, basée sur l'indice de diversité de Simpson (1949) puis ont évalué la diversité du paysage en termes de richesse en éléments de végétation et de degré d’équipartition de ces éléments. Enfin, les auteurs ont calculé le produit des deux cartes (naturalité et diversité paysagère) pour obtenir une représentation du paysage prenant en compte les différents niveaux de naturalité et la diversité du paysage de la région. La carte obtenue permet ainsi de classer et de cartographier les terres agricoles à haute valeur naturelle de la région des Marches en trois catégories : (1) les meilleures terres agricoles (part des terres agricoles inférieure à 40 % et 60 % de composante naturelle et semi-naturelle pour la partie restante) ; (2) (terres arables les terres dans chaque unité supérieure à 40 % et les valeurs de naturalité et d'indice de diversité élevées (supérieures ou égales à 2)) ; (3) une troisième classe dans lequel la portion arable est supérieure à 40 %, mais les niveaux de naturalité et de diversité sont faibles, mais même acceptables (inférieurs à 2 et supérieurs ou égaux à 1). L'utilisation de cette approche, basée sur la naturalité et la diversité paysagère, constitue un outil complémentaire pour affiner les découpages des incompatibilités environnementales définies dans la figure 18.

59Il serait par ailleurs intéressant de replacer la commune de Lama au sein d'un territoire plus large tel que la région de Balagne. Cela permettrait dans un second temps de tester l'approche multi-scalaire des enjeux de conservation du patrimoine végétal en lien avec les activités socio-économiques régionales. L'exemple du Galio scabri-Querco ilicis sigmetum Bacchetta et al., 2010, pris dans cet article illustre clairement les enjeux de conservation de cette série à différentes échelles. La tête de série (Habitat Natura 2000) étant ponctuellement présente sur la commune de Lama, elle représente un fort enjeu de conservation à l’échelle communale. Replacé dans un contexte plus large, le Galio scabri-Querco ilicis sigmetum Bacchetta et al., 2010, est fréquent en Corse et occupe la quasi-totalité de l’étage mésoméditerranéen ; sa tête de série occupe des superficies très importantes : 42 % de l’ensemble de la surface forestière régionale corse, soit un peu plus que dans les autres régions méditerranéennes (INIGF, 2014). Cet exemple montre que les priorisations de gestion conservatoire du patrimoine végétal nécessitent une bonne connaissance de l’ensemble des végétations, de leur dynamique et une approche multiscalaire.

Appréhension phénoménologique anthropique

60La fréquence et l’intensité des feux favorisent la persistance de dynamiques végétales régressives, où les essences de chênes à feuillage caduc, puis sclérophylles, sont remplacées par des espèces et communautés pyrophytiques (Barbéro, 1990). Certaines végétations répondent plus rapidement aux effets des incendies, comme les chênaies à chêne liège (Quercus suber), dont le retour à un état proche de l’état initial peut être rapide après incendie (Jacquet et Prodon, 2007). Selon leur degré de maturité, les subéraies claires se régénèrent plus rapidement que les subéraies plus denses (de l’ordre de 6 à 18 ans). Ces formations présentent une capacité de résilience structurale remarquable s’expliquant par la protection du liège et sa capacité de régénération après le feu (Pausas, 1997). La cicatrisation structurale d’autres formations, telles que les chênaies vertes, est d’autant plus lente que la végétation était proche du climax avant l’incendie (Prodon et al., 1984 ; Trabaud, 1989).

61La corrélation entre la diminution voire l’abandon total des pratiques agricoles sur certains secteurs depuis le milieu du XXe siècle, et la colonisation des essences forestières, démontre la vitesse du processus. En l’absence d’actions anthropiques, un laps de temps d’un demi-siècle est suffisant pour observer un retour aux systèmes forestiers. Dans les premiers stades d’une série (pelouse, fruticée, maquis), le passage d’un stade à l’autre peut être assez rapide (environ une décennie) (Saïd et al., 2003). En revanche, dans les stades ultimes de la série, le passage des fourrés ou maquis vers les forêts est beaucoup plus lent (Barbero et al., 1990). La dynamique progressive ne dépend pas que du facteur « temps », elle dépend aussi de l’état du sol, de la présence des semenciers et des vecteurs de dissémination (ornithochorie, anémochorie).

62Les maquis sont la résultante des passages répétés des feux et des pratiques agro-sylvo-pastorales depuis des siècles (Allier et Lacoste, 1981). Ils constituent aujourd’hui plus de 40 % du territoire de l’île (Prométhée, 2015), et est la végétation qui domine physionomiquement la série à gaillet scabre et chêne vert (Galio scabri-Querco ilicis sigmetum Bacchetta et al., 2010) dans l’étage mésoméditerranéen. La commune de Lama en est un bon exemple. Après l’incendie de 1971, la grande majorité des versants mésoméditerranéens est occupée par des fruticées à immortelle d’Italie et ciste de Crète (Helichryso italici-Cistetum cretici Allier et Lacoste 1980) et du maquis à bruyère arborescente et arbousier (Pulicario odorae-Arbutetum unedonis Allier et Lacoste 1980).

63Une application de l’approche phytosociologique dynamico-caténale pourrait être l’évaluation des risques d’incendie. Selon Boullet et Géhu (1988), qui ont mis au point une méthode d’évaluation cartographique des risques d’incendie, les facteurs prépondérants favorisant les risques d’incendie sont les conditions climatiques, la structure de la végétation et le risque éolien. Le relief joue un rôle très important dans la propagation des feux puisque la vitesse de propagation des feux augmente lorsque le relief est tourmenté (Guénon, 2010). La typologie et la cartographie des végétations pourraient permettre de mettre en évidence des secteurs propices aux risques d’incendie en identifiant les végétations les plus combustibles et les plus inflammables. Ces données, une fois intégrées sous SIG, permettraient de spatialiser les gradients potentiels de départ et de propagation des feux.

Conclusion

64Cette étude a présenté une méthode de description et d'analyse des unités fonctionnelles de gestion en corrélant les données écologiques, végétales et d'aménagement du territoire de la commune de Lama. L'ensemble des données disponibles sur la commune a permis une analyse fine des fonctions du territoire et des pressions qui s'exercent. Les analyses cartographiques ont permis d’établir les principales fonctions attendues du territoire selon la commune de Lama (PLU). Les résultats ont mis en évidence 5 unités fonctionnelles de gestion (agrosylvopastorale, rocheuses, ripicole, sécurité-incendie et urbain) qui ont ensuite été utilisées pour identifier la fonction des unités paysagères végétales (séries et géoséries de végétation). L'intersection sous SIG des données relatives aux pressions anthropiques (pastorales, urbaines et tourtistiques) et aux enjeux du patrimoine végétal (flore, végétations, séries de végétation) a permis d'aborder une carte des incompatibilités environnementales. Dans le cadre du porté à connaissance, la cartographie des incompatibilités constitue un outil de diagnostic et de communication pour les décideurs et les aménageurs, en vue de concilier la diversité phytocoenotique et le maintien des activités socio-économiques.

65La méthode proposée dans cet article peut être améliorée en y intégrant des indices de naturalité et de l’artificialisation (Westhoff, 1971 ; Lucas, 1973 ; Penas et al., 2005 ; Rossi et Vallauri, 2013 ; Da Lage et Métailié, 2015) ou des critères d'évalutaion de l'état de conservation (Bensettiti et al., 2006 ; Carnino, 2009 ; Carnino et Touroult, 2010 ; Klesczewski et al., 2010 ; Goffé, 2011 ; Maciejewski, 2012 ; Catteau et al. 2016 ; Maciejewski et al., 2016).

66Cette étude s'insère dans le cadre du programme national de Cartographie Habitats (CarHAB), qui a pour objectif de servir l’aménagement du territoire via l’évaluation de la pertinence du réseau d’aires protégées, d'analyser les continuités écologiques (Trame verte et bleue) et de guider et structurer les grands projets d’aménagement (Lalanne, 2017). Le développement d'outils d'aide à la définition de modèles physiques et écologiques de la Corse et leur corrélation avec les modèles d’usages (activités humaines et aménagements, agrosylvopastoralisme, urbanisme…) développés dans cette étude ont pour objectif de répondre à cette finalité et d'élaborer une partition hiérarchisée du territoire. C’est sur cette partition du territoire que repose un futur réseau écologique de la Corse. Ce projet aurait pour objectif la surveillance, la conservation et la gestion des sites à forts enjeux de conservation au sein d’un réseau régional. La démarche générale reposerait sur la structuration d’une base de données, typologique et cartographique, des données phytocœnotiques (flore, végétation et séries de végétation), des données zoocœnotiques et des données abiotiques. La mise à disposition de l’ensemble de ces données permettrait de mieux connaître la biodiversité régionale et de planifier la surveillance et les choix d’aménagement du territoire et de gestion. Ces données sont également nécessaires pour classer et hiérarchiser les végétations et les sites à forts enjeux de conservation. Cette partition nécessite un grand nombre de données et ne pourra être élaborée que si l'ensemble des acteurs du territoire y contribue (géographes, urbanistes, écologues, élus, historiens, ethnologue, citoyens...).

Remerciements

67Cette recherche a été réalisée avec l'aide financière du ministère français de la transition écologique et solidaire. Nous remercions en particulier Arnault Lalanne.

68Nous remercions le personnel du Conservatoire Botanique National de Corse (CBNC) : Alain Delage, Caroline Favier-Vittori, Thierry Fernez, Kévin O'Deye-Guizien, Julie Reymann, Yohan Petit, Carole Piazza et Paula Spinosi.

Haut de page

Bibliographie

Amandier, L., R. Dureau, L.-M. Joffre et J.-L.Laurent, 1984, Éléments pour un zonage agro-sylvopastoral de la Corse, SODETEG, Ajaccio, 75 p.

Allier, C. et A. Lacoste, 1981, Processus dynamiques de reconstitution dans la série du Quercus ilex en Corse, Vegetatio, 46, pp. 83-91.

Bagella, S. et M.-C. Caria, 2011, Vegetation series : a tool for the assessment of grassland ecosystem services in Mediterranean large-scale grazing systems. Fitosociologia, 48, 2, pp. 47-54.

Barbero, M., 1990, Méditerranée : bioclimatologie, sclérophyllie, sylvigénèse. Ecologia Mediterranea, XVI, pp. 1-12.

Barbero, M., G. Bonin, R. Loisel et P. Quézel, 1990, Changes and disturbances of forest ecosystems caused by human activities in the western part of the mediterranean basin, Vegetatio, 87, pp. 151-173.

Béguin, C., J.-M. Géhu et O. Hegg, 1979, La symphytosociologie : une approche nouvelle des paysages végétaux, Documents phytosociologiques, IV, pp. 49–69.

Bensettiti, F., I. Combroux et P. Daszkiewicz, 2006, Évaluation de l’état de conservation des habitats et espèces d’intérêt communautaire 2006-2007. Service du Patrimoine Naturel, Département écologie et gestion de la biodiversité, Muséum national d’histoire naturelle, 59 p.

Blasi, C., M.-L. Carranza, R. Frondoni et L. Rosati, 2000, Ecosystem classification and mapping : a proposal for Italian landscapes, Applied Vegetation Science, 3, pp. 233-242

Boteva, D., G. Griffiths et P. Dimopoulos, 2004, Evaluation and mapping of the conservation significance of habitats using GIS : an example from Crete, Greece, Journal for Nature Conservation, 12, pp. 237-250

Boullet, V. et J.-M. Géhu, 1988, L’évaluation cartographique des risques d’incendie méditerranéen, Colloques phytosociologiques, Phytosociologie et paysages, Versailles, XVII, pp. 309-322.

Boullet, V., 2013, Éléments pour une approche paysagère du tapis végétal comme bases conceptuelles de la cartographie phytosociologique et paysagère de la végétation de la France. (communication). Fédération des Conservatoires Botanique Nationaux, Conservatoire Botanique National du Massif-Central, Séminaire CarHab, 3 au 6 juin 2013, Chillac (France).

Braun-Blanquet, J., 1928, Pflanzensoziologie. Grundzüge der Vegetationskunde, Julius Springer Verlag., Berlin, 330 p.

Carnino, N., 2009, État de conservation des habitats d'intérêt communautaire à l'échelle du site - Méthode d'évaluation des habitats forestiers, Muséum national d'histoire naturelle/Office national des forêts, 76 p.

Carnino, N. et J. Touroult, 2010, Évaluation de l’état de conservation des habitats foretsiers à l’échelle d’un site Natura 2000 : du concept vers un outil pour le gestionnaire, Revue Forestière Française, LXII, pp. 127-140.

Catteau, E., O. Argagnon, G. Causse, G. Choisnet, R. Collaud, G. Corriol, L. Delassus, T. Fernez, L. Gigord, H. Guitton, F. Hendoux, P. Lafon, J. Millet, C. Panaïotis, T. Sanz et N. Simler, 2016, Evaluation patrimoniale des végétations et des séries de végétation : état des réflexions et proposition méthodologique du réseau des CBN, Botanique, 1, pp. 55-68.

Commune de Lama, 2011, Projet d'aménagement et de développement durabe (PADD) - Plan Local d'Urbanisme de la Commune de Lama (Haute-Corse), Mairie de Lama, 18 p.

Commune de Lama, 2012a, Diagnostic Territorial - Plan Local d'Urbanisme de la Commune de Lama (Haute-Corse), Mairie de Lama, 18 p.

Commune de Lama, 2012 b, Orientations d'Aménagement et de programmation de la Commune de Lama (Haute-Corse), Mairie de Lama, 58 p.

Conservatoire Botanique National de Corse (CBNC), 2015, Rapport d’activités lié à la convention MEDDE-CBNC de 2014. Programme CarHAB, CBNC-OEC, Corte, 41 p.

Conservatoire Botanique National de Corse (CBNC), 2016, Rapport d’activités lié à la convention MEDDE-CBNC de 2015. Programme CarHAB, CBNC-OEC, Corte, 38 p.

Conservatoire Botanique National de Corse (CBNC), 2017, Rapport d’activités lié à la convention MEDDE-CBNC de 2016.Programme CarHAB, CBNC-OEC, Corte, 46 p.

Cristea, V., D. Gafta et F. Pedrotti, 2015, Fitosociologia, Tipografia Editrice Temi, Trento, 405 p.

Da Lage, A. et G. Métailié, 2015, Dictionnaire de Biogéographie végétale. Nouvelle édition encyclopédique et critique. CNRS Éditions, Paris, 962 p.

Delbosc, P., 2015, Phytosociologie dynamico-caténale des végétations de la Corse : méthodologies typologique et cartographique, Thèse de Doctorat, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 638 p (2 vol. + Atlas cartographique).

Delbosc, P., Bioret F. et C. Panaïotis, 2017, Dynamico-catenal phytosociological mapping of Corsica : methodological and functional approach of plant landscape. Contributii botanice, Grădina Botanică “Alexandru Borza” LII, pp. 29-54.

Delbosc, P., M. Tanné, C. Panaïotis, F. Bioret et J. Sawtschuk, 2018, Application des approches méthodologiques de cartographie pour une approche spatio-temporelle du paysage végétal : cas du Haut-Vénacais (Haute-Corse), Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 846, mis en ligne le 07 février 2018, consulté le 07 février 2018, URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28937, DOI : 10.4000/cybergeo.28937.

Département de la Haute-Corse (DHC), 2016, Commune de Lama. Mairie de Lama, 5 p.

Durand-Delga, M., S. Amaudric Du chaffaut, B. Bonin, M. Bonnal, J.-M. Caron, O. Conchon, R.Delcey, J. Orsini, F. Orszag-Sperber, M.-D. Pilot et P. Vellutini, 1978, Corse. Guides Géologiques Régionaux, Édition Masson, Paris, 208 p.

Etlicher, B., P.-M. Mazagol, C. Sacca et F. Fayeaux, 2013, Recherches concernant la cartographie nationale des habitats naturels et semi-naturels, la construction du fond écologique, Rapport d’étape, Environnement Ville et Société, Université Jean Monnet, ministère de l’Ecologie, du Developpement durable et de l’Energie, Stratégie nationale pour la biodiversité, 77 p.

Galdenzi, D., S. Pesaresi, S. Casavecchia, L. Zivkovic et E. Biondi, 2012, The phytosociology and syndynamical mapping for the identification of High Natura Value Farmland, Plant Sociology, 49, 2, pp. 59-69.

Gamisans, J., 1991, La végétation de la Corse, Conservatoire et jardin botaniques de la ville de Genève, réédité en 1999, Édisud, Genève, 391 p.

Géhu, J.-M., 1986, Des complexes de groupements végétaux à la phytosociologie paysagère contemporaine, Informatore botanico italiano, 18 (1-2-3), pp. 53-83.

Géhu, J.-M., 1988a, Éléments pour une définition paysagère intégrée de la mosaïque des terroirs du Nord de la France, Colloques phytosociologiques, XVII, Phytosociologie et Paysages, Versailles, pp. 195-206.

Géhu, J.-M., 1988 b, Sur la notion de cellules paysagères isofonctionnelles, Colloques phytosociologiques, XVII, Phytosociologie et Paysages, Versailles, pp. 189-193.

Géhu, J.-M., 1988c, Éléments pour une définition paysagère intégrée de la mosaïque des terroirs du nord de la France, Colloques phytosociologiques, Phytosociologie et paysages, Versailles, XVII, pp. 195-206.

Géhu, J.-M., 1991a, La phytodynamique : approche phytosociologique, Colloques phytosociologiques, Phytodynamique et Biogéographie historique des forêts, Bailleul, XX, pp. 15-28.

Géhu, J.-M., 1991 b, L’analyse symphytosociologique et géosymphytosociologique de l’espace, Théorie et méthodologie, Colloques phytosociologiques, XVII, Phytosociologie et Paysages, pp. 11-46.

Géhu, J.-M., 2006, Dictionnaire de sociologie et synécologie végétales, Édition J. Cramer, Berlin, Stuttgart, 899 p.

Géhu, J.-M. et S. Rivas-Martínez, 1981, Notions fondamentales de phytosociologie, Berichte der Internationalen Symposien der Internationalen Vereinigung für Vegetationskunde. Syntaxonomie, J. Cramer Berlin.

Géhu, J.-M. et J.-R. Wattez, 1988, Paysage de Picardie Occidentale : étude symphytosociologique, Colloques phytosociologiques, XVII, Phytosociologie et Paysages, Versailles, pp. 323-333.

Goffé, L., 2011, État de conservation des habitats d’intérêt communautaire des dunes non boisées du littoral atlantique, Méthode d’évaluation à l’échelle du site Natura 2000, Version 1. Rapport SPN 2011-18, Museum National d’Histoire Naturelle/Office National des Forêts/Conservatoire Botanique National de Brest, 67 p.

Guénon, R., 2010, Vulnérabilité des sols méditerranéens aux incendies récurrents et restauration de leurs qualités chimiques et microbiologiques par l’apport de composts. Université Paul Cézanne Aix-Marseille III. Thèse de Doctorat, Marseille, 218 p.

Guilleux, C., 2015, Les découpages territoriaux, le thème du découpage territorial dans la réflexion des géographes, [En ligne] URL : https://calenda.org/334243, consulté le 4 avril 2017

Guinochet, M., 1973, Phytosociologie, Ed. Masson, Paris, 227 p.

Institut National de l’Information Géographique et Forestière (I.N.I.G.F.), 2014, La forêt en chiffres et en cartes, Le mémento : Inventaire forestier, édition 2014, 29 p.

Jacquet, K. et R. Prodon, 2007, Résilience comparée des peuplements de chêne vert et de chêne-liège après incendie. Revue Forestière Française, LIX, 1, pp. 31-44.

Klesczewski, M., J. Barret, C. Baudot et J. Fleury, 2010, Évaluer l’état de conservation des habitats naturels à l’échelle du terrain : approches dans le Languedoc-Roussillon, Revue Forestière Française, LXII, 3-4, pp. 417-427.

Lalanne, A. 2017, Le programme de cartographie nationale des végétations naturelles et semi-naturelles de France : CarHAB, Documents Phytosociologiques série 3, 6, pp. 236-244.

Lazare, J.-J., 2009, Phytosociologie dynamico-caténale et gestion de la biodiversité, Acta Botanica Gallica, 156 (1), pp. 46-61.

Lazare, J.-J. 2018, La phytosociologie paysagère : vers une gestion intégrée de la biodiversité, Documents Phytosociologiques, série 3, 9 in press.

Lucas, A., 1973, Une échelle de cotation des milieux naturels, Pen ar Bed 4, 72, pp. 1-6.

Maciejewski, L., 2012, État de conservation des habitats agropastoraux d’intérêt communautaire, Méthode d’évaluation à l’échelle du site, Rapport d’étude. Version 1 - Février 2012, Rapport SPN, 2012-21, Service du patrimoine naturel, Muséum national d'histoire naturelle, Paris, 119 p.

Maciejewski L., F. Lepareur, D. Viry, F. Bensettiti, R. Puissauve et J. Touroult, 2016, Etat de conservation des habitats : propositions de définitions et de concepts pour l’évaluation à l’échelle d’un site Natura 2000, Revue d’Ecologie (Terre et Vie), 71 (1), pp. 3-20.

Médail, F. et P. Quézel, 1999, Biodiversity hotspots in the Mediterranean Basin : setting global conservation priorities, Conservation Biology, 13 (6), pp. 1510-1513.

Meistersheim, A. et J.-M. Olivesi, 1997, Mesure de l’île : le plan terrier de la Corse (1770-1795), Éditions musée de la Corse, 259 p.

Mériaux, J.-L. et J.-M. Géhu, 1977, De l’analyse symphytosociologique des complexes de végétation à celle des végétations complexes. Exemple des groupements aquatiques et subaquatiques, dans : R. Tüxen (ed.) : Assoziationkomplexe (Sigmeten), Rinteln, J. Cramer, pp. 97-116.

Mobaied, S., N. Machon, A. Lalanne et B. Riera, 2015, The Spatiotemporal Dynamics of Forest–Heathland Communities over 60 Years in Fontainebleau, France, Journal of Geo-Information, 4, pp. 957-973.

Ozenda, P., 1974, De la carte de la végétation à une carte de l’environnement, Documents de cartographie écologique, Grenoble, XIII, pp. 1-8.

Ozenda, P., 1975, Sur les étages de végétation dans les montagnes du Bassin Méditerranéen, Documents de cartographie écologique, Grenoble, XVI, pp. 1-32.

Panaïotis, C., T. Barthet, D. Vallauri, L. Hugot, C. Gauberville, J. Reymann, K. O’Deye-Guizien et P. Delbosc, 2017, Carte d’état-major de la Corse (1864-1866), Occupation du sol et première analyse des forêts anciennes, Ecologia Mediterranea, 43, 1, pp. 49-64.

Pausas, J.-G., 1997, Resprouting of Quercus suber in NE Spain after fire, Journal of Vegetation Science, 8, pp. 703-706.

Peñas, A., S. Del Río et L. Herrero, 2005, A new methodology for the quantitative evaluation of the conservation status of vegetation : the potentiality distance index (PDI), Fitosociologia, 42 (2), pp. 23-31.

Pedrotti, F., 2013, Plant and vegetation mapping, Springer, 294 p.

Péri-Emmanuelli, J., 2013, Mémoires de Lama, Lama à passu di vistiga, ADECEM, Bastia, 158 p.

Plan de protection des forêts et des espaces naturels contre les incendies (PPFENI), 2014, Plan de Protection des Forêts et des Espaces Naturels contre les Incendies, Corse. Cahier II, Documents techniques et graphiques 2013-2022, Ajaccio, 126 p.

Prodon, R., R. Fons et A.-M. Peter, 1984, L’impact du feu sur la végétation, les oiseaux et les micromammifères dans diverses formations méditerranéennes des Pyrénées-Orientales : premiers résultats, Revue d’Ecologie (Terre Vie), 39, pp. 129-158.

PROMÉTHÉE, 2015, PROMÉTHÉE : la banque de données sur les incendies de forêts en région Méditerranéenne en France. 1973-2015 Prométhée©, version 1.0.36, [en ligne] URL : www.promethee.com, consulté le 12 avril 2017

Ravel, L., 1911, La Corse, Ressources de son sol et de son climat, Librairie des sciences agricoles Charles Amat éditeur, Paris (VIe), 442 p.

Ravis-Giordani, G., 1983, Berges corses, les communautés villageoises du Niolu, Aix-en-Provence : Édisud, 505 p.

Reymann, J., C. Panaïotis, F. Bioret, G. Bacchetta, A. Delage, P. Delbosc, J. Gamisans, C. Gauberville, L. Hugot, K. O’Deye-Guizien, C. Piazza et A. Pioli, 2016, Prodrome des végétations de Corse, Documents phytosociologiques, (3) 4, pp. 1-175.

Rivas-Martínez, S., 1987a, Memoria del mapa de series de vegetación de España, Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación, Editions I.C.O.N.A. Série Técnica, Madrid. 268 p.

Rivas-Martínez, S., 1987 b, Introduccion : Nociones sobre fitosociologia, biogeographia y bioclimatologia, in Peinado-Lorca M. et Rivas-Martínez S. (eds), La vegetacion de España, Madrid, pp. 19-45.

Rivas-Martínez, S., 1976, Sinfitosociologia, una nueva metodologia para el estudio del paisaje vegetal, Anal. Inst. Bot. Cavanilles, 33, pp. 179-188.

Rivas-Martínez, S., 2005, Notions on dynamic-caténal phytosociology as a basis of landscape science, Plant Biosystems, 139 (2), pp. 135-144.

Rivas-Martínez, S., 2007, Mapa de series, geoseries y geopermaseries de vegetación de España (Memoria del mapa de vegetacion potencial de España), Itinera geobotanica, 17, pp. 1-436.

Rossi, M. et D. Vallauri, 2013, Évaluer la naturalité, Guide pratique, version 1.2. WWF, Marseille, 154 p.

Rossi, P. et J. Rouire, 1980a, Carte géologique de la France à 1/250 000, ministère de l’Industrie, Bureau de recherches géologiques et minières, Service géologique national. Orléans.

Rossi, P. et J. Rouire, 1980 b, Notice explicative de la feuille Corse à 1 : 250 000, ministère de l’Industrie, Bureau de recherches géologiques et minières, Service géologique national, Orléans, 81 p.

Saïd, S., J.-C. Rameau et J.-J. Brun, 2003, Évolution et diversité végétales en Corse suite à la déprise agricole, Revue forestière française, 55, pp. 309-322.

Simi, P., 1964, Le Climat de la Corse, Bulletin de la Section de géographie, LXXVI, Paris, 583 p.

Sordello, R., G. Conruyt-Rogeon et J. Touroult, 2014, La fonctionnalité des continuités écologiques, Premiers éléments de compréhension. Service du patrimoine naturel, Muséum national d'histoire naturelle, Paris, 32 p.

Theurillat, J.-P., 1992, L’analyse du paysage végétal en symphytocœnologie : ses niveaux et leurs domaines spatiaux, Bull. Ecol., 23 (1-2), pp. 83-92.

Trabaud, L., 1989, Les effets du régime des feux : exemples pris dans le bassin méditerranéen. Options méditerranéennes, 3, pp. 89-94.

Tüxen, R., 1973, Vorschlag zur Aufnahme von Gesellschaftskomplexen in potentiell natürlichen Vegetationsgebieten, Acta Botanica Academia Hungarica, 19, pp. 379-384.

Tüxen, R., 1979, Sigmeten und Geosigmeten, ihre Ordnung und ihre Bedeutung für Wissenschaft. Naturschutz und Planung, Biogeographica, 16, pp. 79-92.

Usher, M.-B., 1981, Modelling approaches to ecological succession, The journal of Animal Ecology, pp. 413-426.

Usher, M.-B., 1992, Statistical models of succession, In Glenn-Lewin, D.C., Peet, R.K., Veblen, T.T. (eds), Plant succession : Theory and prediction, pp. 215-248.

Vallauri, D., M. Ferrer et R. Grandjean, 2018, Comparaisons multicritères de scénarii de gestion par la méthode de l'aménagementoscope, [en ligne] URL : https://www.foretsanciennes.fr/amenagementoscope/, consulté le 15 décembre 2016

Vallauri, D., A. Grel, E. Granier et J.-L. Dupouey, 2012, Les forêts de Cassini. Analyse quantitative et comparaison avec les forêts actuelles, Rapport WWF/INRA, Marseille, 64 p.

Westhoff, V., 1971, The dynamic structure of plant communities in relation to the objectives of conservation, pp. 3-14, dans : The Scientific Management of Animal and Plant Communities, Edited by E. Duffey and A. S. Watt. Blackwell Scientific Publication, Oxford, pp. 3-14.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Concept de série de végétation : exemple de la série du chêne vert (d’après Rivas-Martínez 2007) / Vegetation series concept: example of the green oak series (after Rivas-Martínez 2007).
Légende 1 : Végétation pelousaire à hélianthème taché et plantain de Bellardii. 2 : fruticée à immortelle d’Italie et ciste de Crète. 3 : Maquis à bruyère arborescente et arbousier. 4 : Forêt de chêne vert / 1: Mediterranean therophytic siliceous grassland at Tuberaria guttata and Plantago bellardii. 2. Thickets at Helichysum italicum and Cistus creticus. 3: heather and cane-apple bush maquis. 4: Green oak forest.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2. Paysage végétal de la commune de Lama / Plant landscape of municipality of Lama.
Légende A : Village de Lama. B : Série mésoméditerranéenne du chêne vert (Quercus ilex L.). C : Curtasérie à genévrier oxycèdre (Juniperus oxycedrus subsp. oxycedrus L.). D : Permasérie à nombril de venus (Umbilicus rupestris (Salisb.) Dandy) et asplénie des ânes (Asplenium trichomanes L.) / A : Village of Lama. B : Mesomediterranean series at green oak (Quercus ilex L.). C : Curtaseries at Juniperus oxycedrus subsp. oxycedrus. D : Permaseries at Umbilicus rupestris and Asplenium trichomanes.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 3. Localisation géographique de la commune de Lama / Location of the municipality of Lama.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 4. Pentes de la commune de Lama / Slopes of the municipality of Lama
Crédits Source : laboratoire ISTHME, 2015.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 5. Étages de végétation de la commune de Lama (D'après Gamisans, 1991, Paradis, 2004) / Vegetation belts in the municipality of Lama (after Gamisans, 1991, Paradis, 2004)
Crédits Source : Conservatoire botanique national de Corse / National Botanical Conservatory of Corsica.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 6. Etage de végétation de la commune de Lama / Vegetation belts of Lama.
Légende A : étage mésoméditerranéen. B : étage supraméditerranéen. C : étage montagnard-oroméditerranéen / A: mesomediterranean belt. B: supramediterranean belt. C: mountainous-oromediterranean belt.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 7. Fréquence des feux de la commune de Lama / Fire frequency of the municipality of Lama.
Crédits Source : Office de l’Environnement de la Corse, 2009 / Office of the Environment of Corsica, 2009.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 8. Schéma des objectifs et fonctions attendues par la commune de Lama / Scheme of aim and functions expected by the municipality of Lama.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 9. Étapes méthodologiques pour l’élaboration de la partition hiérarchisée de la commune de Lama / Methodological steps for the elaboration of the hierarchical partition of the municipality of Lama.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 10. Fonction agricole et pastorale (synthèse cartographique d’après le PLU) / Agricultural and pastoral function (map synthesis after the PLU).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 11. Fonctions urbaines et péri-urbaines (synthèse cartographique d’après le PLU) / Urban and peri-urban functions (map synthesis after the PLU).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 12. Fonction touristique (synthèse cartographique d’après le PLU) / Tourism functions (map synthesis after the PLU).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 2. Relevés paysagers réalisés sur la commune de Lama / Plant landscape relevés realized on the municipality of Lama.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figures 13. Unités de gestion fonctionnelle / Functionnal management units.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 14. Pourcentage surfacique des cellules paysagères de Lama / Percentage area of Lama landscape cells.
Légende Cellule paysagère agropastorale (1265 ha) ; Cellule paysagère rocheuse (597 ha) ; Cellule paysagère "sécurité-incendie" (154 ha). Cellule paysagère ripicole (92 ha) ; Cellule paysagère urbaine et péri-urbaine (41,8 ha) / Agropastoral landscape cell (1265 ha); Rock landscape cell (597 ha); Landscape unit "fire safety" (154 ha); Riparian landscape cell (92 ha); Urban and peri-urban landscape cell (41.8 ha).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 15. Schéma de l'évolution de la série du chêne vert depuis 1607 / Diagram of the dynamic evolution of the green oak series since 1607.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 16. État de la série du chêne vert (Galio scabri-Querco illicis sigmetum variante à Fraxinus ornus) en 2016 / State of green oak series (Galio scabri-Querco illicis sigmetum variant at Fraxinus ornus) in 2016.
Légende 1 – Galio scabri-Quercetum ilicis ; 2 – Pulicario odorae-Arbutetum unedonis ; 3 – Helichryso italici-Cistetum cretici ; 4 – Tuberario guttatae-Plantaginetum bellardii ; 5 – Communautés anthropiques / 1 - Galio scabri-Quercetum ilicis; 2 - Pulicario odorae-Arbutetum unedonis; 3 - Helichryso italici-Cistetum cretici; 4 - Tuberario guttatae-Plantaginetum bellardii; 5 - Anthropogenic communities.
Crédits Données issues de la carte des végétations / Data from the vegetation map.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 17. Gestion agrosylvopastorale et urbaine de la série du chêne vert en 2016 / Agro-silvopastoral and urban management of the Green Oak series in 2016.
Crédits Données issues des unités gestion/ Data from management units
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 18. Incompatibilités environnementales de la commune de Lama / Environmental Incompatibilities of the municipality of Lama.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/23657/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Delbosc , Attilius Ceccaldi , Christophe Panaïotis , Frédéric Bioret  et Laëtitia Hugot , « Unités paysagères fonctionnelles : outil d'aide à la planification territoriale », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 18 Numéro 3 | décembre 2018, mis en ligne le 05 décembre 2018, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/23657 ; DOI : 10.4000/vertigo.23657

Haut de page

Auteurs

Pauline Delbosc 

Postdoctorante, EA 7462 Géoarchitecture, Université de Bretagne Occidentale et Conservatoire botanique national de Corse, UFR Sciences et Techniques, Institut de Géoarchitecture, 6 avenue Victor Le Gorgeu, 29 238 Brest, France, courriel : pauline.delbosc@univ-brest.fr

Attilius Ceccaldi 

Maire de la commune de Lama, Mairie de Lama, Place commune, 20 218 Lama, France, courriel : mairie-de-lama@orange.fr

Christophe Panaïotis 

Assistant, Office de l'Environnement de la Corse, 14 avenue Jean Nicoli, 20 250 Corte, France, courriel : christophe.panaiotis@oec.fr

Frédéric Bioret 

Professeur des universités, EA 7462 Géoarchitecture, Université de Bretagne Occidentale et Conservatoire botanique national de Corse, UFR Sciences et Techniques, Institut de Géoarchitecture, 6 Avenue Victor Le Gorgeu, 29 238 Brest, France, courriel : frederic.bioret@univ-brest.fr

Laëtitia Hugot 

Directrice du Conservatoire Botanique National de Corse, Office de l'Environnement de la Corse, 14 avenue Jean Nicoli, 20 250 Corte, France, courriel : laetitia.hugot@oec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page