Navigation – Plan du site
2018

Ressources mondialisées : Essais de géographie politique

Nicolas Paquet
Référence(s) :

Marie Redon , Géraud Magrin , Emmanuel Chauvin , Laetitia Perrier-Bruslé et Émilie Lavie (dir.), 2015, Ressources mondialisées : Essais de géographie politique, Paris, Publications de la Sorbonne, 336 p.

Texte intégral

1La mondialisation de l’économie semble affranchie de la nature : Internet, les places financières et les paradis fiscaux. L’économie globalisée semble détachée de toute contrainte physique. Pourtant, les conditions de cette dématérialisation sont elles-mêmes matérielles. Étonnant paradoxe, que nous rappellent les auteurs du livre Ressources mondialisées ; ouvrage explorant le processus de mondialisation contemporain sous l’angle des ressources naturelles qui l’alimentent.

2Livre collectif, ce dernier rassemble des contributions de professeurs, de maîtres de conférences et de doctorants français. S’inscrivant dans une approche de géopolitique critique, l’ouvrage s’intéresse aux relations de pouvoir qui entourent les ressources naturelles mondialisées. Pour ce faire, une attention particulière est donnée à leur régulation différenciée, ou encore à l’articulation spécifique entre territoires et acteurs dans leur gestion.

3Plus spécifiquement, au fil des pages, les auteurs font se rencontrer une tradition française et critique de l’analyse de l’environnement et le courant anglo-saxon de la political ecology. Les chapitres y sont articulés selon des approches « postructuralistes » ou encore d’« économie politique marxiste ». Certains accordent une grande attention à la dimension subjective des ressources naturelles – aux discours et aux représentations –, alors que d’autres se concentrent sur la dimension objective ou matérielle qui leur est associée – matières brutes et géographie physique. En définitive, des études de cas variées, sur des sujets comme la production, la transformation, la conservation, la circulation et la consommation des ressources naturelles, découlent de ce vaste tour d’horizon, couvrant plusieurs pays et continents.

4Par-delà les chapitres spécifiques, le but des auteurs est d’interroger cette notion – pour le moins polysémique – de « ressources naturelles ». Afin de cerner cette problématique, la démarche adoptée est « constructiviste ». Cela revient à dire que les auteurs considèrent moins les ressources naturelles comme des réalités données a priori que comme des réalités construites socialement, à travers notamment la coopération ou le conflit entre les protagonistes. En suivant les chercheurs, les « ressources » seraient constituées, comme telles, dans l’interaction entre les acteurs, et ne préexisteraient aucunement à leur regard. En fait, les « matières naturelles » ne deviendraient « ressources » que par la médiation des acteurs et des techniques dont ils disposent. La présence de quelque chose comme des « ressources naturelles » nous renseignerait donc davantage sur un contexte particulier, où des acteurs, dotés de moyens limités, interagiraient pour donner à des matières initialement brutes le caractère de ressources convoitées, que sur la nature, dans ses différentes variantes.

5L’ouvrage est organisé autour d’un postulat de départ, à savoir qu’il faut observer le mouvement des ressources, dans son va-et-vient constant entre zones géographiques et échelles territoriales, afin de bien comprendre la mécanique complexe de la mondialisation. Pour y arriver, le raisonnement en échelles est une méthode tout indiquée, selon les directeurs de l’ouvrage, puisqu’elle permet de déplacer, de manière ordonnée, le regard du chercheur et, par le fait même, de créer une connaissance inédite de géographie politique. Sur le terrain, les auteurs observent aussi que les échelles façonnent les imaginaires spatiaux, lient stratégiquement les acteurs ou encore les opposent, selon les types de gestion préconisés. Il convient alors, selon eux, de tenir compte du fait que les acteurs établissent des relations transcalaires, des réseaux, des coalitions, qui emboîtent les niveaux et donnent corps à cette mondialisation des ressources. C’est dire que, pour les auteurs du livre Ressources mondialisées, l’échelle porte avec elle toute une réalité épistémologique et politique, façonnant à la fois les discours et les représentations, mais aussi la façon d’organiser la production et la consommation.

6La thèse défendue, par les directeurs de l’ouvrage, est que la prétendue « malédiction des ressources naturelles », qui affecterait de nombreux États du Sud, n’a que peu à voir, dans les faits, avec le maldéveloppement souvent observé chez ceux-ci. S’il est certes primordial de trouver des explications aux tendances antidémocratiques de certains de ces États, aux dysfonctionnements en matière de gouvernance qu’il est possible d’y observer ou encore à la faible croissance économique qui y sévit, les auteurs rappellent, de manière nuancée, que la situation qui prévaut actuellement bénéficie au système en place, possède des racines historiques, sociales, économiques, politiques et culturelles profondes et que des bifurcations de trajectoires sont toujours possibles. Souvent bien pourvus en ressources, ces États, considérés comme « faibles », demeurent, quoi qu’on en dise, les acteurs privilégiés de la maîtrise du territoire, et donc, ultimement, les seuls vrais acteurs capables de réguler leur valorisation. En apportant le contre-exemple des pays riches, qui sont, eux, capables de valoriser leurs ressources, les auteurs de l’ouvrage questionnent cette croyance, fort répandue, en une « malédiction des ressources naturelles ». Pour eux, cette explication de sens commun n’a rien de scientifique. Elle cache, en réalité, une tendance de certains chercheurs, oeuvrant dans le champ des ressources naturelles, à pécher par généralisation abusive et jugements de valeur occidentalistes. Bien présents dans la littérature scientifique, ces deux réflexes de pensée tendent cependant à délégitimer les droits des pays pauvres à valoriser les ressources naturelles présentes sur leur territoire. Cette tendance, observable chez certains chercheurs, minimise la capacité de ces États à faire une utilisation raisonnée des ressources naturelles. Elle justifie enfin, de manière indirecte, la présence des multinationales étrangères, au Sud, afin d’intégrer à la mondialisation ces ressources souvent vitales pour le fonctionnement de l’économie.

7Le lecteur du livre Ressources mondialisées gagnera à lire les chapitres portant sur l’aide humanitaire au Tchad, les logiques d’adaptation des transnationales du bois en Uruguay et au Brésil, les stratégies territoriales entourant la politique énergétique de l’Union européenne, la pénurie de l’eau et la géopolitique de la régulation des ressources naturelles en Bolivie. Toutefois, si le lecteur ne devait lire qu’un seul chapitre, par manque de temps ou simple volonté d’aborder la question des ressources naturelles en la survolant, nous lui recommandons l’introduction, d’une grande qualité et donnant une vue d’ensemble du sujet et de l’ouvrage. La revue de la littérature qu’il est possible d’y retrouver mérite d’être mentionnée. De même, nous conseillons à ce lecteur de jeter un œil à la bibliographie de cette introduction, puisqu’il est possible d’y retrouver les ouvrages les plus essentiels sur la question des ressources naturelles. Au final, l’ouvrage est d’une grande qualité. Il intéressera principalement les universitaires et les étudiants, mais aussi les acteurs de la société civile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Paquet, « Ressources mondialisées : Essais de géographie politique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 10 août 2018, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/23758

Haut de page

Auteur

Nicolas Paquet

Doctorant, École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional (ÉSAD), Membre étudiant du Centre de recherche en aménagement et développement (CRAD), Membre étudiant du Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG), Université Laval, Québec, Canada, courriel : nicolas_paquet@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page