Navigation – Plan du site
2018

Transition énergétique et inégalités environnementales : énergies renouvelables et implications citoyennes en Alsace

Nicolas Paquet 
Référence(s) :

Guilaume Christen et Philippe Hamman, 2015, Transition énergétique et inégalités environnementales : énergies renouvelables et implications citoyennes en Alsace, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 228 p.

Texte intégral

1La transition énergétique est un des grands défis de notre époque. Elle invite à questionner les systèmes énergétiques en place et à aussi dépasser les consensus prévalant en matière environnementale.

2Mais la transition énergétique demeure un impensé. D’une part, la plupart des activités humaines supposent une consommation d’énergie qui modifie et transforme les écosystèmes ; d’autre part, le réchauffement climatique implique un horizon d’urgence avec lequel il faut composer. Alors que la transition énergétique est nécessairement territorialisée, des ouvrages comme celui de Christen et Hamman s’avèrent particulièrement importants pour en fixer les enjeux essentiels.

3L’approche retenue est sociologique, en ce sens qu’elle est tout orientée vers la recherche des significations sociales sous-jacentes et des valeurs qui orientent l’action publique. Ainsi, pour les auteurs, les instruments des politiques publiques portent certains principes de division du monde social et certains schémas d’interprétation qu’il incombe de mettre au jour.

4Le but de l’ouvrage est de préparer un état des lieux et une analyse empiriquement fondée de la transition qui puissent rendre compte des logiques de diffusion des énergies renouvelables. L’hypothèse de Christen et Hamman est qu’il existe des inégalités environnementales dans la transition énergétique ; inégalités produites par le rapport différencié des habitants au territoire, aux équipements et aux instruments. C’est de cette manière qu’il faut comprendre l’enquête de terrain réalisée par les auteurs, prenant pour cadre l’Alsace, et s’appuyant sur des entretiens semi-dirigés ainsi que l’étude de trois cas : la création d’une coopérative énergétique, les créateurs d’énergie verte et un quartier d’habitat social.

5Pour les auteurs, si l’environnement est un construit général, le développement durable se manifeste toujours, lui, comme un compromis localisé et territorialisé, qui régule et oriente les relations entre matières, activités économiques et pratiques sociales. Le développement durable se joue donc au quotidien, selon eux, dans l’interaction du global et du local, dans les tensions entre valeurs, principes et groupes d’acteurs. Notion polysémique, le développement durable autorise plusieurs interprétations rivales. Le consensus de façade l’entourant cache toutefois une mise en œuvre qui est, elle, controversée, et où chaque acteur cherche à conserver son identité et ses intérêts.

6Schématiquement, à une durabilité technico-économique, centrée sur l’innovation et la croissance, s’oppose une durabilité forte, centrée sur l’écologie, la démocratie et la solidarité. D’un côté, la centralisation, la substitution et la technologie ; de l’autre, la décentralisation, les renouvelables et la sobriété énergétique. Dans les deux cas, la question du climat et de la décarbonisation de l’économie est au centre des débats sur la transition énergétique et la durablitlé.

7Dès lors, la gestion de la transition doit aussi s’entendre comme une question de planification du changement, devant mener les systèmes non-durables vers un développement plus durable. La difficulté est que les énergies renouvelables n’ont de sens que dans le cadre d’une approche qui suppose un nouveau cadre institutionnel, favorisant la réappropriation citoyenne. Or, en ce moment, le débat et les initiatives portent plutôt sur le dégagement d’une marge de manœuvre afin de préserver le capitalisme dans le cadre de sa modernisation écologique. Autrement dit, la rupture avec le mode de production n’est pas à l’ordre du jour, mais uniquement son adaptation.

8À l’heure actuelle, les énergies renouvelables sont donc intégrées au marché et aux activités de support de la croissance. Elles s’opérationnalisent via une multitude de technologies – les écotechnologies – qui donnent une certaine légitimité aux savoirs technocentrés face aux risques environnementaux. Les réponses données aux grandes interrogations drainées par la transition énergétique tendent cependant à renforcer un écopouvoir imposant sa représentation technicienne de l’environnement. C’est pourquoi Christen et Hamman pointent aussi la dimension proprement sociale et politique de la transition énergétique ; dimension qui structure la transition tout en imposant un mode de régulation spécifique des énergies renouvelables.

9Selon les auteurs, la transition énergétique est un fait social total. Celui-ci doit s’appréhender à travers la distinction entre différents systèmes sociotechniques ; systèmes porteurs de rapports au monde distincts. Ainsi, si le choix d’un dispositif témoigne de la manière dont l’innovation énergétique est conçue et construite, alors étudier un système énergétique, comme médiation sociotechnique, revient à rendre compte des représentations des acteurs en rapport à certains artefacts matériels. Forcément, une énergie produite à partir de sources renouvelables ne renvoie pas aux mêmes imaginaires ni aux mêmes modèles de société qu’une énergie produite à partir de sources qui ne le sont pas. C’est donc dire qu’un système énergétique est aussi toujours en rapport avec un modèle technico-économique qui le suppose ainsi qu’avec un réseau d’acteurs à mobiliser ou à contrer.

10Il n’y a alors qu’un pas à faire pour démontrer que la transition énergétique est aussi associée à de nouvelles formes d’inégalités environnementales et à de nouvelles formes de luttes socioterritoriales, qui ne peuvent être réduites au seul phénomène not in my backyard (NIMBY) – toutes choses que font Christen et Hamman. En effet, la transition énergétique est aussi associée à l’émergence de nouvelles formes d’inégalités environnementales ; inégalités en rapport à l’exposition aux risques. Cette exposition peut devenir une forme de ségrégation environnementale lorsque le côtoiement des voies ferrées et des zones industrielles – pour ne citer que ces exemples – implique aussi une exposition accrue, notamment des minorités ethniques et des groupes défavorisés. Mais, comme le mentionnent les auteurs, l’inégalité n’est pas uniquement dans l’exposition ; elle l’est aussi dans la capacité à se défendre. À ce titre, les capacités économiques peuvent venir doublement limiter les possibilités d’implication et d’accès aux dispositifs de participation. Conséquence : les populations minoritaires ou défavorisées ne sont pas, comme certains le disent, insensibles à l’environnement ; elles sont plutôt moins bien dotées en moyens pour agir sur leur environnement.

11Le livre de Christen et Hamman est lucide. En plus de montrer que la participation publique peut amplifier les inégalités environnementales, il suggère que l’introduction de technologies associées aux énergies renouvelables peut aussi affecter différemment les habitants sur le territoire. Le constat est clair : en ce moment, la régulation industrielle et centralisée l’emporte largement sur la régulation coopérative et décentralisée. Dans les faits, il faut comprendre l’émergence des énergies renouvelables comme s’inscrivant dans une logique de compromis pratiques avec les logiques industrielles existantes. Nous assistons donc à la diffusion des technologies vertes dans une perspective de rationalisation de la trajectoire de l’économie.

12Au final, si les cas retenus par Christen et Hamman nous semblent quelque peu insuffisants pour asseoir une analyse empiriquement fondée de la transition, soulignons néanmoins la grande qualité de la revue de la littérature, en début d’ouvrage, ainsi que les nombreux constats éclairants qu’elle permet de dégager. En ce sens, si l’ouvrage permet de faire un état des lieux sur la transition énergique, il peine cependant à atteindre son deuxième objectif, c’est-à-dire de préparer une analyse empiriquement fondée de la transition, qui puisse rendre compte des logiques de diffusion des énergies renouvelables. D’une part, l’échantillon retenu est trop restreint pour être parlant aux chercheurs extérieurs à l’Alsace et à la France ; d’autre part, une approche comparative, incluant d’autres régions et d’autres pays, serait sans doute nécessaire pour tenter de véritablement ancrer empiriquement l’analyse de la transition dans toute sa diversité. Néanmoins, l’ouvrage de Christen et Hamman est d’un grand intérêt et pourra être repris à bon escient par les spécialistes. Il pourra également trouver un certain écho chez les décideurs, les opérateurs, les associatifs et les citoyens désireux d’approfondir leur réflexion sur la transition. En somme – et comme le disent les auteurs –, l’ouvrage est un travail préparatoire, qui implique sans doute des extensions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Paquet , « Transition énergétique et inégalités environnementales : énergies renouvelables et implications citoyennes en Alsace », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 10 août 2018, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/23797

Haut de page

Auteur

Nicolas Paquet 

Doctorant, École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional (ÉSAD), Membre étudiant du Centre de recherche en aménagement et développement (CRAD), Membre étudiant du Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG), Université Laval, Québec, Canada, courriel : nicolas_paquet@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page