Navigation – Plan du site
Section courante

Étude ethnotaxonomique des espèces fruitières spontanées comestibles chez l’ethnie Diola d’Oussouye (Sénégal)

Contribution to the ethnotaxonomic study of edible spontaneous fruit species in the ethnic Diola of Oussouye (Senegal)
Yves Djihounouck, Doudou Diop, César Bassène, Mame Samba Mbaye, Richard Demba Diop, Babacar Faye et Kandioura Noba

Résumés

Les produits naturels végétaux connaissent un regain d’intérêt depuis des décennies. Toutefois, les changements climatiques et l’action humaine entrainent une dégradation des écosystèmes naturels et la disparition de certaines plantes. Cette étude contribue à une meilleure connaissance des systèmes de classification populaire des végétaux spontanés. Des enquêtes ethnobotaniques basées sur un guide d’entretien ouvert semi-structuré, des échanges oraux et des observations directes faites sur le terrain ont été menées. Elles se sont déroulées dans 33 villages du département d’Oussouye, fief des Diola. Elles ont mobilisé 82 informateurs dont 30 groupes et 52 individus avec une prédominance masculine de 80,77 % contre 19,23 % pour les femmes. Nos résultats ont montré que parmi les 62 espèces végétales, seules 4 sont domestiquées. Ces espèces sont en majorité des arbres et des arbustes et sont plus présentes dans les milieux potagers. Les familles dominantes sont les Annonaceae et Apocynaceae et les valeurs d’usage les plus importantes sont notées chez les Arecaceae avec 10,52 et les Anacardiaceae avec 8 ; la diversité générique est plus marquée chez les Anacardiaceae. La population utilise 17 classificateurs pour nommer les plantes. Le classificateur bu est majoritairement employé dans les localités An Alufay, Esulalu, Ejamat, Her et ceux de ni, nu dans Dyiwat. De plus 7 référentiels mentionnés et par ordre d’importance sont : usage, animal, propriété, morphologie, écologie, onomatopée et métaphore. Les résultats font ressortir différentes espèces fruitières comestibles, la tranche d’âge qui maitrise mieux les savoirs liés à ces plantes et les différents modes de classification populaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les produits forestiers non ligneux connaissent un regain d’intérêt ces derniers décennies au vu du grand nombre d’études et des rencontres scientifiques qui leur sont consacrés (Lougbegnon et al., 2011 ; Ambé, 2001). Toutefois, ces espèces végétales exploitées sont menacées par des processus physiques de dégradation des sols. Ceux-ci sont amplifiés par les pressions anthropiques incluant les pratiques agricoles non durables, le surpâturage, les feux de brousse, les besoins croissants en combustibles domestiques et la croissance démographique (Guiro, 2013 ; Mbow, 2009). Les changements climatiques contribuent également à la perte des plantes indigènes (Assogbadjo et al., 2011). Or les espèces végétales fournissent des produits divers pour les besoins humains.

2En dépit de l’intérêt accru des populations pour ces produits végétaux, on remarque une diminution progressive des connaissances liées aux espèces végétales. Les changements rapides dans les comportements sociaux et culturels, la réduction des contacts avec la nature et la disparition des écosystèmes naturels en sont les causes (Ramirez, 2007 ; Louv, 2006). Or les connaissances endogènes sont une composante essentielle à la conservation de la biodiversité locale (Pilgrim et al., 2007). La dégradation des écosystèmes naturels induit la disparition progressive d’une bonne partie de la diversité végétale notamment les espèces d’intérêt économique moins connues y compris les connaissances liées à ces espèces. Si les espèces les plus connues sont exploitées par les populations pour des raisons économiques (plantation, jardinage, culture, etc.) par compte les espèces fruitières spontanées à faible valeur marchande sont fréquemment abattues pour faire place aux cultures de rentes. Cela constitue un problème pour la conservation de la diversité biologique et des savoirs traditionnels liés à ces espèces, car ceux-ci constituent également un moyen de subsistance à la population locale.

3Les ressources végétales naturelles jouent un rôle fondamental dans le développement de la population en milieu rural. Pour cela, la communauté internationale ne cesse de tirer sur sonnette d’alerte pour signaler le rythme effréné de la dégradation des forêts, les menaces d’extinction des espèces ainsi que les savoirs qui leur sont associés. Certains scientifiques suggèrent une intégration des communautés rurales dans la gestion durable et la conservation des ressources forestières (Nguenang et Feteke, 2000). Selon Kilahama (1998), les connaissances traditionnelles constituent un outil indispensable aux différentes stratégies de vulgarisation et de sauvegarde des ressources naturelles. En effet, l’étude des systèmes de classification populaires ou ethnotaxonomie est un outil important qui permet de comprendre le mode de perception des espèces végétales par les populations locales (Spichiger et al., 2000). Sur cette base, on peut comprendre que les membres d’une communauté linguistico-culturelle parviennent à faire un inventaire floristique exhaustif de leur environnement et à dresser la structure de leur flore. Toutefois, la dénomination courante des espèces végétales permet souvent de mettre en évidence certains caractères liés à la morphologie, à l’usage, à l’environnement, aux contextes socioculturels, etc. Des auteurs ont montré l’apport mutuel entre études ethnolinguistiques et celles des ethnobotanistes dans la compréhension des noms affectés aux plantes par les populations locales (Diop et al., 2011 ; De Caluwé et al., 2009 ; Maamouri, 2005). Toutefois, plusieurs auteurs ont signalé que la signification des noms locaux des espèces végétales est très peu exploitée par les ethnologues qui se limitent le plus souvent à les recueillir textuellement en faisant fi de leur étymologie et du contexte socioculturel de leur apparition (Diatta, 2016, Mokoso, 2015 ; Guèye, 2012 ; Lefèvre, 2009). Cette étude que nous avons menée chez l’ethnie Diola du département d’Oussouye vise en partie à combler ce déficit d’informations sur sa flore qui permettent de mieux cerner la valeur culturelle et économique des espèces végétales utilisées. Son objectif est de contribuer à une meilleure connaissance des systèmes de classification populaire des espèces fruitières spontanées comestibles. Pour ce faire, nous avons procédé à un :

  • inventaire de toutes les espèces fruitières spontanées à usage alimentaire, d’une part ;

  • recueil de tous les noms locaux des espèces ainsi que leurs significations étymologiques afin de mieux comprendre le système de classification appliqué par les autochtones, d’autre part.

Méthodologie

Zone d’étude

4L’étude a été réalisée dans le département d’Oussouye situé à l’extrême Sud-ouest du Sénégal et couvre 891 km² soit 12,14 % de la superficie de la région de Ziguinchor. Il est limité à l’Est par le Kamobeul bolong, au Nord par le fleuve Casamance, à l’Ouest par l’Océan Atlantique et le Cap Roxo, au Sud par la Guinée Bissau. Il comprend deux arrondissements à savoir de Kabrousse avec ses deux communes, Djembéring et Santhiaba Manjacque et de Loudia Ouolof avec ses deux communes, Mlomp et Oukout et la commune d’Oussouye. Les résultats du RGPHAE (Recensement général de la population et de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage) ont estimé la population du département à 48.331 habitants en 2013 (ANSD, 2015) (Figure 1).

Figure 1. Carte du découpage administratif, du réseau hydrographique et des zones forestières du département d’Oussouye/ Map of the administrative division, river network and forest areas of the department of Oussouye.

Figure 1. Carte du découpage administratif, du réseau hydrographique et des zones forestières du département d’Oussouye/ Map of the administrative division, river network and forest areas of the department of Oussouye.

Source : ANAT, 2008. WGS84 UTM Zone 28N. Réalisation : N. Sagna Ifan Ch. A. Diop. Févr. 2018.

Échantillonnage

5La méthode d’enquête suivie pour la réalisation de ce travail est de type qualitatif. Elle a été effectuée en 2014 et était structurée en deux étapes.

6La première étape consiste à faire une visite préliminaire ou visite de 1er contact et d’information à l’issue de laquelle nous avons décidé de travailler sur l’ethnie Diola. Elle nous a permis de préparer le travail sur le terrain et d’obtenir une base de données sur les espèces fruitières les plus communes. Ces données sont complétées par des études bibliographiques, des informations tirées dans les collections d’herbiers. À l’issu de cette visite, un questionnaire a été administré auprès de personnes choisies de manière aléatoire dans des villages. Ce qui nous a permis d’avoir une idée de la contribution des espèces dans la vie de la population et de choisir les zones d’activités selon l’existence d’une zone forestière villageoise. Les villages d’occupation récente appelés batogat ne sont pas concernés, car n’ayant pas une originalité culturelle en raison de la perte des valeurs ancestrales. Les villages touchés par le conflit casamançais et les villages dépourvus de forêt sont aussi exclus de l’enquête. Sur la base de ces critères, 34 villages ont été choisis et visités parmi les 75 villages qui composent le département d’Oussouye. Ces villages sont répartis dans cinq (5) communautés traditionnelles (An Alufay, Esulalu, Ejamat, Dyiwat et Her ou Haer). Chaque communauté est considérée comme une zone d’étude à cause de la ressemblance coutumière des villages les compose.

7Pour des raisons pratiques, la méthode non probabiliste par convenance a été utilisée comme méthode d’échantillonnage. À cet effet, le choix des personnes est basé sur des critères précis. Il s’agit de rencontrer le chef du village qui est la personne morale de sa communauté. Après explication de l’objectif de notre visite, il nous établissait une liste exhaustive des personnes à interroger. À cela, on reconnaitra les personnes ressources dont l’activité, l’expérience ou le statut est en rapport avec la thématique. Il s’agira de commerçants, de bergers, de cueilleurs, de tradipraticiens et d’agriculteurs. Ces entrevues ont été appliquées majoritairement auprès de personnes majeures autochtones et de préférence des hommes, et ce pour leurs connaissances en lien avec les espèces sauvages. Dans les villages, parmi les populations interrogées, la priorité a été donnée aux sages (personnes du troisième âge) qui en principe sont les gardiens des valeurs ancestrales. Leurs connaissances de l'histoire, du sacré, des valeurs traditionnelles, de la protection des forêts et des interdits qui s'y rattachent, nous ont permis de recueillir des informations qui sont les plus proches possible des usages empiriques des végétaux. Le choix de ces personnes a obéi au souci d'amoindrir les risques de réponses incertaines ou vierges. Le nombre de personnes interrogées par zone d’étude ou même par village dépendait de la pertinence de leur réponse, mais aussi, et avant tout de leur disponibilité. Suivant les cinq secteurs, le nombre d’enquêtés variait de 4 à 38 informateurs et dans les villages de 2 à 6. L’âge minimum est de 15 ans. Enfin, le nombre de personnes par groupe variait entre deux (2) et dix (10).

8La seconde étape constitue les travaux de terrain pendant lesquels des enquêtes ethnobotaniques ont été réalisées afin de recueillir le maximum de données. Celles-ci ont été obtenues en appliquant la technique des entrevues ouvertes semi-structurées qui sont par la suite complétées par des informations tirées des conversations anodines et des observations directes faites sur le terrain comme le suggère Martin (1995). Les entrevues semi-directes ont été effectuées à l’aide d’un guide d’entretien. Les personnes âgées, en particulier les hommes ont été ciblés au cours des enquêtes afin de recueillir le maximum d’informations sur les espèces étudiées. Toutefois, les autres classes d’âge et de sexe ne sont pas exclues de l’enquête si elles satisfont aux questions du thème. Les répondants ont été questionnés soit individuellement soit en groupe sur la base d’une fiche d’enquête en combinant la méthode rétrospective avec des observations directes. Les principales données collectées lors des enquêtes portent sur : les espèces fruitières spontanées comestibles, le nom vernaculaire (en langue diola) de la plante, la localisation de l’espèce et son statut. Les conversations informelles permettent à la fois d’estimer les connaissances et de solliciter les réponses. Pour toutes les espèces inventoriées, on a fait correspondre le type morphologique (arbre, arbuste, herbe, liane, palmier), ce qui nous a permis d’établir le spectre morphologique.

9Les noms vernaculaires ont été recueillis auprès de la population selon le type de taxon (Ehya, 1996). Il s’effectue grâce à l’ensemble des informations reçues par une personne ou un groupe social considérés. Ces informations ont été transmises par les anciens et concernent la signification littérale et l’étymologie des dénominations locales de la plante.

Analyse et traitement des données

10Le dépouillement des données a été effectué avec le logiciel d’analyse statistique Epi Info. Par la suite, les données collectées ont été traitées et représentées graphiquement grâce au tableur Excel.

11Le nom local de chaque plante étudiée a été transcrit en langue locale à l’aide des documents spécialisés (Adam, 1970 ; Berhaut, 1967) ou en utilisant l’alphabet diola codifié en référence à la langue locale.

12L’identification des plantes fruitières a été faite soit sur place, soit au laboratoire de botanique de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN) et du laboratoire de botanique et biodiversité du département de biologie végétale à l’aide des flores illustrées de Berhaut (1995 ; 1979 ; 1976 ; 1975a ; 1975 b ; 1974 ; 1971 ; 1967), et des travaux de Hawthorne et Jongkind (2006), d’Arbonnier, (2002) et de Hutchinson et Dalziel (1954) et des collections d’herbiers de Dakar et de l’IFAN. La nomenclature adoptée est celle de la base de données du Conservatoire et Jardin Botanique (C.J.B) de la ville de Genève (Lebrun et Stork, 1997 ; 1995 ; 1992 ; 1991). Les informations ainsi recueillies ont été analysées sur la base d’indicateurs ethnobotaniques.

13L’indice de fidélité (IF) est le pourcentage d’informateurs ayant cité l’usage d’une espèce dans une catégorie donnée. Cet indice donne des informations sur les espèces les plus utilisées dans un milieu et varie de 0 à 100. La valeur 0 indique que l’espèce n’est pas utilisée et 100 lorsqu’elle est utilisée par tous les enquêtés. Il est calculé suivant la formule (Begossi, 1996 ; Trotter et Logan, 1986) :

14IF ( %) = (Ip/Iu) x 100 où

  • -Ip est le nombre d’informateurs ayant affirmé l’utilisation d’une espèce dans une catégorie ;

  • -Iu est le nombre total d’informateurs.

15La valeur d’usage (VU) des espèces est une manière d’exprimer l’importance de chaque famille pour la population interrogée. Elle a été calculée selon la méthode utilisée par Philips et Gentry (1993) et Camou- Guerrero et son équipe (2008) selon la formule :

  • VU(K) est la valeur d’usage ethnobotanique de la famille,

  • si est le nombre d’utilisation attribué par le répondant i au sein de cette famille,

  • n est le nombre de répondants.

Résultats

Les sites et les informateurs

16Le département d’Oussouye compte soixante-quinze (75) villages, dont trente-quatre (34) visités, lors de nos enquêtes. Il est majoritairement occupé par l’ethnie Diola. Les villages visités sont regroupés dans 5 communautés traditionnelles que sont : An Alufay, Esulalu, Ejamat, Dyiwat et Her ou Haer (tableau 1). Nos enquêtes ont mobilisé 30 groupes informateurs et 52 individus avec le ratio homme/femme qui indique une prédominance masculine, 80,77 % contre 19,23 % pour les femmes. Nos enquêtes se sont déroulées majoritairement dans le secteur de An Alufay avec 38 informateurs soit 46,34 %, dans Ejamat avec 18 informateurs soit 21,95 %, dans Esulalu avec 12 soit 14,63 %, dans Dyiwat avec 10 informateurs soit 12,20 % et dans Her avec 4 soit 4,88 %. Cette répartition de répondants tient compte de l’étendue de la zone d’étude, des vastes forêts peu anthropisées et des savoirs traditionnels liés aux ressources végétales (tableau 1). En ce qui concerne la religion, 61,54 % des informateurs sont animistes, 30,77 % sont chrétiens et 7,69 % sont musulmans. Le niveau d’instruction est très faible dans le département d’Oussouye : 53,85 % sont analphabètes, 28,85 % fréquentés l’école primaire et 17,31 % ont fait le secondaire. Le taux élevé d’analphabètes est une conséquence du boycottage des écoles par les populations pour lutter contre l’occupation coloniale. La classe d’âge la plus représentative chez nos informateurs est celle du troisième âge (60 ans et plus) avec 51,92 %, les adultes (25-59) avec 44,23 % et les jeunes (15-24) avec 3,85 %.

Tableau 1. Nombre de villages et la proportion des informateurs selon la subdivision administrative et leur communauté traditionnelle / Number of villages and informants proportion depending on administrative subdivision and their traditional community.

Arrondissement

Commune

Nombre de villages

Nombre de villages visité

Communautés traditionnelles

Nombre d'informateurs

Proportion

 

Oussoye

2

1

An alufay

38

46,34 %

Loudia Ouolof

Oukout

19

12

Mlomp

19

6

Esulalu

12

14,63 %

Kabrousse

Santhiaba Manjacque

15

10

Ejamat

18

21,95 %

Diembéring

20

5

Dyiwat

10

12,20 %

Her ou Haer

4

4,88 %

Espèces inventoriées et valeur d’usage

17Les résultats obtenus ont permis d’inventorier 62 espèces fruitières spontanées (Tableau 2). Ces espèces sont réparties dans 31 familles dont les plus importantes sont :

  • les familles des Annonaceae et Apocynaceae représentées chacune par 6 espèces ;

  • la famille des Anacardiaceae avec 5 espèces ;

  • les familles des Arecaceae, Chrysobalanaceae, et Rubiaceae représentées chacune par 4 espèces ;

  • les familles des Sapindaceae, Celastraceae, Caesalpiniaceae, Moraceae représentées chacune par 3 espèces ;

  • les familles des Bombacaceae et Zingiberaceae par 2 espèces chacune.

18Les 19 familles restantes sont représentées chacune par 1 espèce. La diversité générique est également importante avec 54 genres identifiés. La famille des Anacardiaceae est la plus diversifiée avec 5 genres, suivie de celles des Annonaceae, Arecaceae, Rubiaceae avec 4 genres chacune, des Apocynaceae, Chrysobalanaceae, Sapindaceae, Celastraceae, Caesalpiniaceae avec 3 genres et des Moraceae, Bombacaceae avec 2 genres. Le reste des familles est monospécifique. La domestication est faible et concerne principalement 4 espèces : Mangifera indica, Anacardium occidentale, Tamarindus indica, et Borassus aethiopum. Les résultats obtenus montrent que les espèces les mieux réparties dans la zone sont au nombre de sept (7) : Annona senegalensis (Annonaceae), Saba senegalensis (Apocynaceae), Elaeis guineensis (Arecaceae), Parinari excelsa (Chrysobalanaceae), Adansonia digitata (Bombacaceae), Azadirachta Indica, (Meliaceae), Parkia biglobosa (Mimosaceae), Vitex doniana (Verbenaceae). Les autres espèces inventoriées sont notées uniquement dans la forêt et/ou dans le potager (Tableau 2). Le tableau 2 relate également l’indice de fidélité (IF) ou fréquence de citation des espèces fruitières comestibles. Il indique que 21 espèces ont un indice égal à 100 %, reconnues comme comestible par toute la population interrogée, 17 espèces ont un indice compris entre 50 % et 100 % exclu, 12 espèces ont un indice compris entre 10 % et 50 % exclu, 12 espèces ont un indice de fidélité inférieur à 10 % (Tableau 2).

Tableau 2. Répartition des espèces selon le type morphologique, leur statut, leur localisation et l’indice de fidélité (IF) / Species distribution depending on morphological type, status, location and loyalty index (IF).

Familles

Nom scientifique

Type morphologique

Statut espèce

Localisation espèce

IF en %

Annonaceae (D)

Xylopia aethiopica (Dunal) A. Rich.

arbre

Sauv.

Forest.

94

Uvaria chamae P. Beauv.

arbuste

Sauv.

Jach., pota.

100

Annona senegalensis Pers.

arbuste

Sauv.

Jach., forest., pota.

100

Monanthotaxis barteri (Baill.) Verdc.

arbuste

Sauv.

Forest.

13

Uvaria thomassi Sprag. Et Hutch.

arbuste

Sauv.

Pota., fora.

7

Annona glauca Schumach. & Thonn.

arbuste

Sauv.

Jach.

4

Apocynaceae (D)

Landolphia dulcis (Sabine) Pichon

arbuste

Sauv.

Jach., forest.

100

Landolphia heudelotii A. DC.

liane

Sauv.

Jach., forest.

100

Saba senegalensis (A. DC.) Pichon

liane

Sauv.

Jach., forest., pota.

100

Landolphia hirsuta (Hua) Pichon

liane

Sauv.

Pota., forest.

73

Voacanga africana Stapf.

arbuste

Sauv.

Pota.

52

Landolphia owariensis P. Beauv.

liane

Sauv.

Forest.

13

Anacardiaceae (D)

Anacardium occidentale L.

arbre

Sauv., Domes.

Jach., pota.

100

Spondias mombin L.

arbre

Sauv.

Pota.

88

Mangifera indica L. « Perse »

arbre

Sauv., domes.

Pota.

100

Sorindeia juglandifolia (A. Rich.) Planch.

arbuste

Sauv.

Jach., forest.

91

Pseudospondias microcarpa (A. Rich.) Engl.

arbre

Sauv.

Forest.

2

Arecaceae (M)

Borassus aethiopum (L.) Mart.

palmier

Sauv., domes.

Jach., pota.

100

Elaeis guineensis Jacq.

palmier

Sauv.

Jach., pota., forest.

100

Phoenix reclinata Jacq.

palmier

Sauv.

Forest.

96

Calamus deerratus G. Mann & H. Wendl.

palmier

Sauv.

Forest.

2

Chrysobalanaceae (D)

Parinari excelsa Sabine

arbre

Sauv.

Jach., forest., pota.

100

Neocarya macrophylla (Sabine) Prance

arbuste

Sauv.

Jach.

100

Chrysobalanus ellipticus Sol. ex Sabine

arbuste

Sauv.

Forest.

46

Chrysobalanus orbicularis Schumach.

arbuste

Sauv.

Forest.

2

Rubiaceae (D)

Macrosphyra longistyla (DC.) Hiern.

arbuste

Sauv.

Forest., pota.

93

Sarcocephalus latifolius (Sm.) E.A.Bruce

arbuste

Sauv.

Jach., forest.

100

Gardenia erubescens Stapf. & Hutch.

arbuste

Sauv.

Forest.

78

Psychotria peduncularis (Salisb.) Styerm.

arbuste

Sauv.

Jach., forest.

48

Moraceae (D)

Treculia africana Decne.

arbre

Sauv.

Jach., forest.

63

Ficus elasticoides De Wild.

arbre

Sauv.

Pota., forest.

57

Ficus capensis Thunb.

arbre

Sauv.

Pota.

6

Sapindaceae (D)

Aphania senegalensis (Juss. Ex Poir.) Radlk.

arbuste

Sauv.

Pota.

100

Allophyllus africanus P. Beauv.

arbuste

Sauv.

Jach.

98

Pancovia bijuga Willd.

arbuste

Sauv.

Pota.

23

Caesalpiniaceae (D)

Dialium guineense Willd.

arbuste

Sauv.

Jach., forest.

100

Detarium senegalense J.F. Gmel.

arbre

Sauv.

Forest., pota.

29

Tamarindus indica L.

arbre

Sauv., domes.

Pota.

21

Bombacaceae (D)

Adansonia digitata L.

arbre

Sauv.

Jach., forest., pota.

100

Ceiba pentandra (L.) Gaertn

arbre

Sauv.

Pota.

100

Zingiberaceae (D)

Aframomum cereum (Hook. f.) K. Schum.

herbe

Sauv.

Forest.

100

Aframomum elliotii (Bak.) K. Schum.

herbe

Sauv.

Forest.

12

Rutaceae (D)

Zanthoxylum zanthoxyloides (Lam.) Zepern. & Timler

arbuste

Sauv.

Jach., forest.

6

Avicenniaceae (D)

Avicennia germinans (L.) L.

arbuste

Sauv.

Forest.

73

Capparidaceae (D)

Ritchiea capparoides (Andr.) Britt.

arbuste

Sauv.

Forest., pota.

37

Celastraceae (D)

Salacia senegalensis (Lam.) D.C.

arbuste

Sauv.

Jach., forest.

100

Clusiaceae (D)

Mammea africana Sabine

arbre

Sauv.

Pota., forest.

30

Cucurbitaceae (D)

Cucumis meteluliferus E. Mey. ex Naudin

liane

Sauv.

Pota.

61

Ebenaceae (D)

Diospyros ferrea (Willd.) Bakh.

arbuste

Sauv.

Jach., forest.

13

Euphorbiaceae (D)

Drypetes floribunda (Müll. Arg.) Hutch.

arbuste

Sauv.

Pota.

12

Icacinaceae (D)

Icacina oliviformis (Poir.) J. Raynal var. oliviformis

arbuste

Sauv.

Pota., jach.

87

Meliaceae (D)

Azadirachta Indica A. Juss.

arbre

Sauv.

Pota., jach., forest.

6

Mimosaceae (D)

Parkia biglobosa (Jaq.) Benth.

arbre

Sauv.

Jach., forest., pota.

100

Nympheaceae (D)

Nymphaea spp

herbe

Sauv.

Jach.

100

Passifloraceae (D)

Passiflora foetida L.

liane

Sauv.

Pota.

80

Polygalaceae (D)

Atroxima afzeliana (Oliv.) Stapf.

liane

Sauv.

Pota., forest.

89

Rhamnaceae (D)

Ziziphus mauritiana Lam.

arbuste

Sauv.

 

7

Sapotaceae (D)

Synsepalum brevipes (Baker) T. D. Penn.

arbuste

Sauv.

Pota.

7

Sterculiaceae (D)

Cola cordifolia (Cav.) R. Br.

arbre

Sauv.

Pota., forest.

82

Ulmaceae (D)

Celtis toka (Forssk.) Hepper & J.R.I. Wood

arbre

Sauv.

Pota.

6

Verbenaceae (D)

Vitex doniana Sw.

arbre

Sauv.

Jach., forest., pota.

100

Zygophyllaceae (D)

Balanites aegyptiaca (L.) Del.

arbuste

Sauv.

 

2

D = dicotylédone ; M = monocotylédone ; Sauv. : sauvage ; Pota. : Potagère ; Forest : forestière ; Jach. : jachère ; Domes : domestiqué.

19En outre, les résultats indiquent 5 types biologiques chez les 62 espèces fruitières comestibles : 45 % sont des arbustes, 30 % des arbres, 11 % des lianes, 6 % des palmiers et 5 % des herbacées (Figure 2).

Figure 2. Types morphologiques des espèces fruitières comestibles dans la zone / Morphological types of the edible fruit species in the zone.

Figure 2. Types morphologiques des espèces fruitières comestibles dans la zone / Morphological types of the edible fruit species in the zone.

20La figure 3 donne la répartition des espèces fruitières dans les formations végétales rencontrées. Elle indique 20 % des espèces présentent en milieu potager, 19 % dans la forêt, 6 % dans les jachères, 16 % en forêt et en jachère, 14 % dans la forêt et les potagers, 13 % ubiquistes (forêt, jachère, potager), 6 % en jachère et en potager. Les valeurs d’usage les plus importantes sont notées chez les Arecaceae avec 10,52 et les Anacardiaceae avec 8. Elles sont suivies de celles des Apocynaceae (6,94), des Chrysobalanaceae (5,71), Annonaceae (4,78), Bombacaceae (4,71), Sapindaceae (3,67), les Caesalpiniaceae (2,84), et les Mimosaceae (2,77). Le reste des familles a des valeurs d’usage inférieures à 2 (tableau 3). Les valeurs obtenues chez les Arecaceae et les Anacardiaceae sont dues à la très forte exploitation des espèces telles que Elaeis guineensis, Borassus aethiopum, Mangifera indica et Anacardium occidentale.

Figure 3. Localisation des espèces fruitières comestibles / Importance of the location of the edible fruit species.

Figure 3. Localisation des espèces fruitières comestibles / Importance of the location of the edible fruit species.

Tableau 3. Diversité spécifique et générique des différentes familles et leur valeur d’usage / Specific and generic diversity of the various families and their use value.

Familles

Nombre d'espèces

Nombre de genre

VU(K)

 

Familles

Nombre d'espèces

Nombre de genre

VU(K)

Annonaceae

6

4

4,78

Sterculiaceae

1

1

1,27

Apocynaceae

6

3

6,94

Icacinaceae

1

1

1,13

Anacardiaceae

5

5

8,53

Nympheaceae

1

1

1,02

Arecaceae

4

4

10,52

Polygalaceae

1

1

0,90

Rubiaceae

4

4

4,94

Passifloraceae

1

1

0,85

Chrysobalanaceae

4

3

5,71

Meliaceae

1

1

0,77

Sapindaceae

3

3

3,67

Capparidaceae

1

1

0,62

Celastraceae

3

3

2,84

Cucurbitaceae

1

1

0,62

Caesalpiniaceae

3

3

2,84

Ebenaceae

1

1

0,34

Moraceae

3

2

1,72

Clusiaceae

1

1

0,32

Bombacaceae

2

2

4,71

Euphorbiaceae

1

1

0,15

Zingiberaceae

2

1

1,22

Rhamnaceae

1

1

0,07

Rutaceae

1

2

1,12

Sapotaceae

1

1

0,07

Mimosaceae

1

1

2,77

Ulmaceae

1

1

0,06

Verbenaceae

1

1

1,40

Zygophyllaceae

1

1

0,02

Avicenniaceae

1

1

1,32

Ethnotaxonomie des espèces fruitières spontanées comestibles

21Pour toutes les espèces étudiées, nous avons recueilli les noms en diola qui peuvent varier d’une communauté à une autre.

22Il ressort des résultats, exceptée Balanites aegyptiaca, toutes les autres espèces rencontrées lors de nos enquêtes portent un nom local ; Balanites aegyptiaca introduite tardivement dans le Kasa échappe à cette règle. Par compte, chez les autres espèces, la prononciation d’un nom peut varier d’une personne à l’autre au sein d’un même village ou de villages différents. Toutefois, des interférences nominales entre les communautés traditionnelles existent. Ainsi, sont considérés comme noms communs, ceux qui reviennent fréquemment ou dont la racine se répète : Mangu (Mangifera indica), ḷew (Uvaria chamae). D’une manière générale, nous constatons une variété de nomination des espèces suivant les secteurs. Les résultats indiquent 23 noms vernaculaires dont les taux de citation sont supérieurs à 50 %. Le nom de Mangu (Mangifera indica) est le mieux partagé chez les personnes interrogées du fait de la valeur nutritionnelle importante du fruit de l’espèce et s’est très bien adapté aux conditions écologiques du milieu (Tableau 4a et 4b).

Tableau 4a. Les noms locaux et leur signification dans les secteurs communautaires traditionnels / Local names and their meaning in the traditional community sectors.

Nom scientifique

An Alufay

Ejamat

Esulalu

Nom local

Signification du nom local

Nom local

Signification du nom local

Nom local

Signification du nom local

Mangifera indica

bu mangali bu jóoluay, bu mangu bu jóoluay

le manguier traditionnel

bu mangua bu jóoluay

le manguier traditionnel

bu mangu bu jóoluay

le manguier traditionnel

Ceiba pentandra

bu sana

la pirogue

bu enumabu, bu sana

la pagaie, la pirogue,

bu sana

la pirogue

Elaeis guineensis

ka bekel, ka hiit

 

e fuuḷ, ka bekel

 

ka hiit

 

Adansonia digitata

bu koŋa, bu baak

démangeaison « ka kooŋ », géant « baak »

bu koŋa, bu baak

démangeaison « ka kooŋ », géant « baak »

bu baak

géant

Parkia biglobosa

bu nalay, bu níók

pulpe du fruit jaune « níoket »

bu nóók, bu neekabu, bu níók

pulpe du fruit jaune « níoket »

bu nóók

pulpe du fruit jaune « níoket »

Saba senegalensis

bu híndik, bundok

 

bundókorabu, bundókor

 

bu gisay

fendre « u gis »

Landolphia heudelotii

bu hemb

espèce de savane « e hemba »

bu ḷakan, bu hilay

goût acide « ka hi ʔ »

bu hilay, bu hemb

gout acide « ka hiʔ », espèce de savane « e hemba »

Salacia senegalensis

bu fumb, bu lál

le raisonnement du bruit en le cassant « fumb »

bu fumb

le raisonnement du fruit en le cassant « fumb »

bu fumb

le raisonnement en cassant le fruit « fumb »

Spondias mombin

bu ḷeḷu, bu ḷiḷu

goût acide « ḷ i »

bu ḷiḷabu, bu ḷiḷa

goût acide « ḷ i »

bu ḷeḷu

 

Annona senegalensis

bu lálóf

tige molle « lál »

bu lolonkabu

 

bu lálof

tige molle « lál »

Icacina oliviformis var. oliviformis

bu tima, buntima

petite taille « titi »

bu jajiyenorabu, akandayufum

 

bu bumbáláf

gros en parlant du tubercule « bumbálonŋ »

Sarcocephalus latifolius

bundufáy, buntunfáy, bu kundufáy

 

bu mundiuluk

 

bundufáy, bu gundu, bu janay

 

Neocarya macrophylla

bu bita, bu ŋafay, beel

mordre en parlant du fruit « ka ŋaf »

baawabu

 

beel

séparer les herbes en cherchant le fruit « u beel »

Parinari excelsa

bu wel, bu fujay, e liik

bruit produit par le fruit qui tombe « hu wele », sucer « ka fuj », nom d'un fétiche « é liik »,

bu wutut

 

bu wel

bruit fait par le fruit en tombant « hu wele »

Aframomum cereum

bu humay, bu hefay

casser (fruit) « ka hum », vent « e hefa »

bunkem, bu humay

casser (fruit) « ka hum »

bu humay

casser (fruit) « ka hum »

Aframomum elliotii

bu humay e kobol, bu hefay e kobol

espèce du singe (« humay » = espèce (casser pour fruit), kobol = singe)

bu humay

casser « ka hum »

bu lefejay

 

Dialium guineense

bu fulan, bu foyitay

enlever facilement l'épicarpe « ka foy »

bu frang, bumpring

 

bu fulan

 

Anacardium occidentale

bu talakasa, bu bisa

 

bu jarakasa

vite cassant (tronc) « jas »

bu lulumay

espèce occidentale « lulum »

Borassus aethiopum

ka lahaay

 

baḷabu

 

ka lahaay

 

Landolphia hirsuta

bu gisay

fendre « u gis »

bu muk, bu meyin

tue « muk » (parlant des oiseaux)

bu muk

tue « muk » (parlant des oiseaux)

Aphania senegalensis

bu uḷ

 

bu uḷ

 

bu uḷ

 

Gardenia erubescens

bu kookay

racler « ka kook »

bu foƒ, bu totook

taille courte « totog »

bu kookay

racler « ka kook »

Allophyllus africanus

bu singilit, bu huḷ a mata, bu fankahen

inflorescence en panicule « segel », espèce du berger (« huḷ » = espèce, « mata » = berger)

a sum muria, bu singilit

Délicieux à manger (« sum sum » = délicieux, muri = le manger)

bu singilit ba mise

fruit mince

Landolphia dulcis

bu bot, bu ñohol, bu ñohon

 

bu ñoh, bu bot

 

bu ñot

replis (fruit) « ñoto »

Macrosphyra longistyla

bu juḷ e jaamen, bu kokoḷ, bu giḷ e jaamen

mouche de la chèvre (« juḷ » = mouche, « jaamen » = chèvre)

ja juḷum ja jaamen, anakafau

mouche de la chèvre (« juḷ » = mouche, « jaamen » = chèvre)

bu naanaa e kobol, bu muƒa muƒa

banane du singe (« naanaa » = banane, « kobol » = singe), kaka en petite quantité « muƒ »

Psychotria peduncularis

bu gílen, bu lel e haƒ

Purification (« gílen »)

bu lelimp, bu táḷém

amer « táli »

bu nandeek e kobol, bu gílen, bu limbanana

espèce du singe (bu « nandeek » = espèce, « kobol » = singe), purification (« ka gílen »)

Cola cordifolia

bu gítin, bu jíkin

eau abondante parlant du tronc « gi gih »

bu fok, bu bumb

 

bu bumb

grosseur parlant du tronc (« bumbálonŋ »)

Drypetes floribunda

bu huuta, bunkóḷ

 

 

 

 

 

Mammea africana

báál

 

báál

 

báál e ñaab

fruit de l'éléphant (« báál » = fruit, « ñaab » = éléphant)

Synsepalum brevipes

bundukul

 

 

 

 

 

Uvaria chamae

bu ḷew

 

bu ḷewabu

 

bu ḷew

 

Atroxima afzeliana

bu miiton

 

bu gelembun

 

bu muƒ, bu miƒelolon

caca en petite quantité (« muƒ »), nom d'un oiseau (« miƒelolon »)

Chrysobalanus ellipticus

bu ŋoñ, bu sima, bu uḷ e jakaḷ

espèce de la chauve-souris (« bu uḷ » = espèce, « e jakaḷ » = chauve-souris)

bunkuḷa

 

 

 

Phoenix reclinata.

bu ƒaba ƒaba, bu sanjab, bu juka, bu jak

regarder « u juk », jolie parlant de l’inflorescence « jak »

banjukabu, bu jak

jolie parlant de l’inflorescence « jak »

 

 

Ritchiea capparoides

bu naanaa a mata, bu lulumay a mata, bu saḷ a mata, e toj e heeji

banane du berger (« naanaa » ou « lulumay » ou « bu saḷ » = banane, « mata » = berger), trois feuilles (e « toj » = feuille, « heeji » = trois)

a ta mahaaji

qui a trois parlant des feuilles (« haaji » = trois)

 

 

Passiflora foetida

mu teñay, bu kuma kuma, bu ƒobek, bu ting, bu sikín

nourriture (« teñay »), sucer (« ƒob »), nom d'un piège de poisson « hu ting »

 

 

mu teñ a lulum

nourriture de l'occident (« mu teñ » = nourriture, « lulum » = occident)

Zanthoxylum zanthoxyloides

hu ŋuna, bu joginam, bu kosindal

 

bu rifiña, bu haak ba yine

espèce mâle (« bu haak » = espèce, « yine » = mâle)

 

 

Voacanga africana

bu ḷefukál, bu ḷenf e jaamen, bu hiƒan hiƒ, buntiñ, bungóḷ

barbe de la chèvre (« lenf » = barbe, « e jaamen » = chèvre), écorcer « hiƒul », nom d'une décoration culturelle « intiñ »

buntiñabu, bu hiƒa

nom d'une décoration culturelle (« intiñ »), écorcer « hiƒul »

bu nandeek

 

Ficus elasticoides

bu fok (bu kunƒul), bu kunƒun, bu fok (bu ganƒul)

 

bundukul

 

bundukul, bu fok

 

Treculia africana

buitók

bruit fait par le fruit en tombant « tók »

bu loon, buitók

bruit fait par le fruit en tombant « tók »

buitók

bruit fait par le fruit en tombant « tók »

Sorindeia juglandifolia

bu totol, bu totol e kaw, bu lalalen, bu foot, bu singilit

l'espèce de l'hippopotame (« bu totol » = espèce, « e kaw » = hippopotame), gratte le palais par consommation (lalalen)

bu fofonj

 

bu singilit ba luke

espèce à fruit gros

Vitex doniana

bu jink, bu kuƒ

 

bu jink

 

bu jink

 

Nymphaea spp

bu kikif, e bahál

trier « gif »

bu ƒuƒund

 

bu kikif, e tewul, e lifinding

trier « gif », grande feuille, feuille longue

Ziziphus mauritiana.

sidem

 

 

 

sidem

 

Detarium senegalense

bu gawuj, bu bunkut ba teñey

espèce comestible (« bu bunkut » = espèce, « ba teñey » = comestible)

 

 

bu gawuj, bu ditah

 

Avicennia germinans

bu bej

 

bu bej, ka mank

 

bu bej

 

Xylopia aethiopica

bu ḷew ba ƒiŋoe

espèce qui a de l'encens

bu réw

 

bu ḷew ba ƒiŋoe

espèce qui a de l'encens

Cucumis metuliferus

bu konkombra e firika, bu konkombura, e giḷ e jaamen

espèce du porc (« bu konkombra » = espèce, « e firika » = porc), mouche de la chèvre (« e giḷ » = mouche, « jaamen » = chèvre)

bu nokoliya

 

bu juḷ e jaamen, bu muƒa muƒa

mouche de la chèvre (« e giḷ » = mouche, « jaamen » = chèvre), caca à petite quantité (« muƒ »)

Pancovia bijuga

 

 

 

 

buntañ, bu luñay

nom d'une marmite artisanale de terre (« e tañ » = marmite, « luñay » = sexe mâle)

Uvaria thomasii

bu ḷew bu jal

espèce de la forêt

 

 

 

 

Tamarindus indica

bu dahar

 

bu dahar

 

bu dahar

 

Landolphia owariensis

bu tiyok, bu tik

 

bu homat

 

 

 

Azadirachta Indica

bu niwakin

nom d'un médicament amer

bu niwakin

nom d'un médicament amer

bu niwakin

nom d'un médicamen amer

Annona glauca

 

 

 

 

bu lala

 

Diospyros ferrea

bu wing a ligen, lalalen

cercueil de la biche cochon (« bu wing » = cercueil, « a liguen » = biche cochon)

hu bun a suwa

médicament de l'oiseau (« hu bun » = médicament, « a suwa » = oiseau)

 

 

Celtis toka

 

 

 

 

buwintol

chasse les enfants, car lieu de rassemblement des anciens « ka yintol »

Calamus deerratus

ka hihá, ka ḷiyá

 

 

 

ka ket

pour attacher « ka keken »

Ficus capensis

bu fok

 

 

 

 

 

Monanthotaxis barteri

bu ḷew ba yine

espèce mâle (« bu ḷew » = espèce, « ba yine » = mâle)

 

 

 

 

Balanites aegyptiaca

 

 

 

 

 

 

Pseudospondias microcarpa

 

 

 

 

bu nunu

 

Chrysobalanus orbicularis

 

 

 

 

 

 

Transcription : ñ : gn ; ḷ : ; ó : au ; ŋ : ; á : eu ; ƒ : ch ; í : entre i et u ; j : dj ; u : ou ; e : é ; é : œ.

Tableau 4b. Les noms locaux et leur signification dans les secteurs communautaires traditionnels / Local names and their meaning in the traditional community sectors

Nom scientifique

Dyiwat

Her ou Haer

Nom local

Signification du nom local

Nom local

Signification du nom local

Mangifera indica

ni mangara ni jóoluay

le manguier traditionnel

bu mingua bu jóoluay

le manguier traditionnel

Ceiba pentandra

ni jufeyi

monter dans une pirogue ( juf = monter, yi = dans)

bu sanabu

la pirogue

Elaeis guineensis

ka fuuḷ

 

e fuuḷá

 

Adansonia digitata

ni bisau

 

bu baakabu

géant

Parkia biglobosa

ni rombay

 

bu nónkabu

pulpe du fruit jaune « níoket »

Saba senegalensis

nindííf

 

bundífabu

 

Landolphia heudelotii

ni hemb

espèce de savane « e hemba »

hu hembahu

espèce de savane « e hemba »

Salacia senegalensis

nu fuf

 

bu lálabu

 

Spondias mombin

nu jujuḷ

sucer « ju »

bu ḷiḷabu

goût acide « ḷ i »

Annona senegalensis

nu lálók

 

bu totokabu

 

Icacina oliviformis var. oliviformis

 

 

bu ḷoḷabu

 

Sarcocephalus latifolius

sukusukund

 

bu mulunkuñ

 

Neocarya macrophylla

ni hundan

odeur forte du fruit « hund »

baawabu

 

Parinari excelsa

ninihá

donner à garder l'animal « ka nihá »

bu nihábu

 

Aframomum cereum

nu woomay

 

bu woomayabu

 

Aframomum elliotii

ba homal

 

 

 

Dialium guineense

nitakaliá

amer parlant du fruit non mature « tálí »

bu frandabu

 

Anacardium occidentale

ni tarakasa

 

bu sumayabu

fruit délicieux « sum sum »

Borassus aethiopum

ni kakay

 

baḷabu

 

Landolphia hirsuta

 

 

 

 

Aphania senegalensis

ni jusin, nu tusa

fruit en grappe « hu tus »

bu uḷabu

 

Gardenia erubescens

e mitol, a sosoyot

 

hundiligaaga

 

Allophyllus africanus

ni singilimit

inflorescence en panicule « segel »

bu fafayabu

 

Landolphia dulcis

nu ñot

 

bu ñotabu

 

Macrosphyra longistyla

ni ger

mouche

kunkuru ja jaamen

muche de la chèvre ( « kunk » = mouche, « jaamen » = chèvre

Psychotria peduncularis

 

 

 

 

Cola cordifolia

 

 

 

 

Drypetes floribunda

 

 

 

 

Mammea africana

 

 

 

 

Synsepalum brevipes

 

 

 

 

Uvaria chamae

ni leñan

nom d'une période de l'année

bu ḷewabu

 

Atroxima afzeliana

soklondon

 

bu lálákabu

 

Chrysobalanus ellipticus

ni gatay

 

bu muñabu

 

Phoenix reclinata.

nu jukay

regarder « nu juk »

bu jakabu

jolie « jak »

Ritchiea capparoides

hu halusamay

cure dent de la panthère (« halu » = cure dent, samay = panthère)

bu samayabu

panthère

Passiflora foetida

e lagis

 

bu fafay

 

Zanthoxylum zanthoxyloides

ni sejend

 

hu sanjab

 

Voacanga africana

nu hor

 

bumpañabu

 

Ficus elasticoides

nu fufin e frika

espèce du porc (« nu fufin » = espèce, « e frika » = porc)

bunkulhabu

lieu de cérémonie mortière (« ka kul »)

Treculia africana

 

 

 

 

Sorindeia juglandifolia

jangurumuja

 

bu singilit

 

Vitex doniana

ni jink

 

bu jinkabu

 

Nymphaea spp

hi lil

 

ba lilenabu

 

Ziziphus mauritiana.

 

 

 

 

Detarium senegalense

ni ditah, ni gawuj

 

bu mekorabu

 

Avicennia germinans

ni baja

richesse « e baj »

bu soḷabu

 

Xylopia aethiopica

ni aga

 

burew

 

Cucumis metuliferus

hu muna, ku sosob

taureau (« hu muna »)

hu bankaŋiŋ

qui a des dents (« ka ŋiŋ » = dent)

Pancovia bijuga

ni talay

 

bunteñabu

 

Uvaria thomasii

 

 

 

 

Tamarindus indica

ni dahar

 

 

 

Landolphia owariensis

 

 

 

 

Azadirachta Indica

bu niwakin

nom d'un médicamen amer

niwakin

 

Annona glauca

nu lálók

 

 

 

Diospyros ferrea

 

 

hu sol bayasa

 

Celtis toka

 

 

 

 

Calamus deerratus

nu ruy

 

 

 

Ficus capensis

 

 

 

 

Monanthotaxis barteri

 

 

 

 

Balanites aegyptiaca

 

 

 

 

Pseudospondias microcarpa

 

 

 

 

Chrysobalanus orbicularis

nu loña

 

 

 

Transcription : ñ : gn ; ḷ : ; ó : au ; ŋ : ; á : eu ; ƒ : ch ; í : entre i et u ; j : dj ; u : ou ; e : é ; é : œ.

23En ce qui concerne le système de classification, 17 classificateurs (bu, hu, ka, ba, be, e, la, a, mu, si, hi, ku, ja, ni, nu, so, su) ont été utilisés pour déterminer les espèces végétales. Parmi les 62 espèces fruitières inventoriées, le classificateur « bu », bien qu’il soit mentionné dans tous les secteurs, est majoritairement utilisé dans le secteur de An Alufay (81 %), Esulalu (68 %), Ejamat (61 %), Her ou Haer (50 %). Ceux de « ni » et « nu » sont employés uniquement dans le secteur de Dyiwat avec respectivement 37 % et 19 %. Le classificateur « hu » est assez utilisé dans le secteur de Her (ou Haer) et absent dans Esulalu. Les treize (13) autres classificateurs sont faiblement employés (figure 4). Dans nos secteurs d’étude, toutes les espèces étudiées ne sont pas nommées. Ainsi, nous pouvons noter des taux de nomination de 90 % dans le secteur de An Alufay, de 79 % dans Esulalu, 76 % dans Ejamat, 72 % dans Dyiwat et 66 % dans Her. Les noms locaux de beaucoup d’espèces ne présentent pas une signification étymologique dans les secteurs visités. Pour cette raison ils ont été classés dans le groupe des imprécis.

Figure 4. Les classificateurs utilisés dans la détermination des espèces végétales comestibles dans les groupes communautaires / Classifiers used in the determination of the edible botanical species in the community groups.

Figure 4. Les classificateurs utilisés dans la détermination des espèces végétales comestibles dans les groupes communautaires / Classifiers used in the determination of the edible botanical species in the community groups.

24Les référentiels les plus fréquents sont l’usage et la propriété. Ils ont des proportions plus importantes dans le secteur de An Alufay avec respectivement 22 % et 11 %, Esulalu avec respectivement 11 % et 13 % et Ejamat avec respectivement 10 % et 13 %. Les référentiels moyennement employés sont les animaux, la morphologie et l’écologique avec des proportions variables. Ces cinq (5) référentiels précédemment énumérés sont employés dans tous les secteurs d’étude. Les référentiels faiblement évoqués sont des onomatopées et des métaphores qui sont absentes dans le secteur de Her. En somme les secteurs de An Alufay, Ejamat, Esulalu et Dyiwat présentent une diversité étymologique la plus importante, car les sept (7) référentiels mentionnés sont représentés. Cela explique les synonymes attribués souvent à une seule espèce dans ces secteurs (Figure 5).

Figure 5. Fréquence des référentiels attribués aux plantes au niveau des groupes communautaires / Frequency of reference tables attributed to plants to the community groups.

Figure 5. Fréquence des référentiels attribués aux plantes au niveau des groupes communautaires / Frequency of reference tables attributed to plants to the community groups.

25Le référentiel à l’usage est souvent associé à l’utilisation de l’espèce dans la confection des services et des moyens des populations de la zone. Comme référence à la confection de moyens, nous pouvons citer le nom de bu sana de Ceiba pentandra car utilisé pour la fabrication de pirogue et comme service le nom de bu gílen de Psychotria peduncularis car utilisé dans la bénédiction (aspect culturel).

26Pour les services d’ordre alimentaire nous avons par rapport :

  • au goût, le nom bu ḷiḷu de Spondias mombin qui signifie acide, bu sumayabu de Anacardium occidentale pour designer délicieux en parlant du fruit ;

  • à la manière de consommation, bu ŋafay de Neocarya macrophylla qui signifie mordre s’agissant du fruit, bu humay de Aframomum cereum pour dire fendre le fruit ; bu muk de Landolphia hirsuta qui signifie tuer, car l’exsudat est utilisé pour attraper des oiseaux.

27Le référentiel peut renvoyer à une caractéristique de la plante. Certaines plantes ont des noms locaux rapportés :

  • à la couleur, comme par exemple Parkia biglobosa dont le nom bu níók indique la couleur jaune du fruit ;

  • à la beauté, Phoenix reclinata dont le nom bu jak fait allusion à la beauté de l’inflorescence ;

  • à l’odeur de Neocarya macrophylla et de Xylopia aethiopica avec respectivement ni hundan et bu ḷew ba ƒiŋoe.

28Le référentiel à l’écologie renvoie à la localité ou à un animal. Par exemple bu ḷew bu jal de Uvaria thomassi qui signifie espèce forestière ou bu hemb de Landolphia heudelotii pour indiquer la savane, hu muna de Cucumis meteluliferus désignant le taureau. Les autres référentiels tels que :

  • la morphologie renvoie à la taille, exemple Adansonia digitata du nom bu baak signifie géant ;

  • l’onomatopée renvoie au bruit, exemple Treculia africana appelé buitók qui signifie bruit fait par le fruit en tombant ;

  • la métaphore de Avicennia germinans du nom ni baja qui signifie richesse en comparaison avec l’abondance des fruits que l’espèce produit.

29En plus de cette classification, la population locale utilise certains compléments pour qualifier certaines espèces. Le complément femelle est souvent utilisé pour indiquer la comestibilité d’une espèce et le complément mâle pour signifier que l’espèce est peu appréciée ou pas comestible. Bu kokay ba nale, ka lahaay ka nale noms locaux attribués aux espèces comestibles respectives Gardenia erubescens et Borassus aethiopum ; bu ḷew ba yine de Monanthotaxis barteri car peu apprécier.

Discussion

30Les populations de la zone d’étude sont en général constituées de cultivateurs qui ont hérité des terres de leurs ancêtres. L’élevage, une seconde activité dans la communauté diola, est confié aux enfants n’ayant pas encore l’âge de cultiver. Cette activité d’éleveur est une occasion qui permet aux enfants d’explorer la forêt et de se familiariser avec les espèces fruitières.

31Ces enquêtes ont été menées majoritairement chez les hommes du fait du mode d’organisation de la communauté diola pour le travail. Les hommes s’occupent des travaux forestiers (récolte du vin de palme, défrichage des champs, etc.) alors que les femmes sont surtout préoccupées par les travaux ménagers et des rizières. Cette répartition des tâches sociétales s’opère depuis l’enfance, avec les garçons qui accompagnent leurs pères dans les champs et forêts alors que les jeunes filles s’initient aux travaux de femmes (ménagère, repiquage du riz… etc.). Cette organisation communautaire a été notée par Diatta (2016) chez les Baïnounk de Djibonker. Elle explique en partie la faible connaissance des ressources forestières par les jeunes et les femmes qui n’ont pas fait les cérémonies rituelles traditionnelles. Car d’après les informateurs, l’accès à l’information de l’usage des plantes dans les pratiques rituelles nécessite une initiation.

32De même, nos résultats ont montré un taux élevé d’analphabètes chez les Diola du département d’Oussouye. Ce taux élevé est un obstacle au développement local et à la création de sa propre élite. Il peut être néfaste pour la gestion et le sauvegarde des ressources naturelles comme l’ont confirmé certains auteurs (Amorozo, 2004 ; Begossi et al., 2002 ; Hanazaki et al., 2000 ; Matavele et Habib, 2000). Nos résultats indiquent 62 espèces fruitières comestibles recensées dans le département d’Oussouye. Ce nombre peut paraitre très faible (18 %) par rapport au nombre d’espèces comestibles signalées en Afrique occidentale (environ 350) (Baumer, 1995). Toutefois, Becker(1983) estime que dans le Ferlo et le reste du Sénégal, 50 % des espèces sont peu comestibles. Ces espèces fruitières du Kasa sont réparties dans 54 genres et 31 familles. Elles présentent une bonne diversité générique et spécifique comparée à celle des 75 espèces fruitières appartenant à 35 familles de la région de Séguéla (Ambé, 2001). Les résultats montrent une dominance des Apocynaceae et des Annonaceae, et confirment ceux obtenus par (Ambé, 2001) et (Ouattara et al., 2016). Parmi les espèces étudiées, 21 espèces sont communes à la région de Séguéla (Ambé, 2001), 20 sont présentent au Nord Est de la Côte d’Ivoire (Ouattara et al., 2016) et au Togo (Atato et al., 2010). Cette richesse floristique notée dans la zone d’étude est due à la position géographique sub-guinéenne de la zone de la basse Casamance

33La flore fruitière spontanée comestible du département d’Oussouye est caractérisée par une dominance des arbres et des arbustes. Ces espèces ligneuses sont bien adaptées au climat sub-guinéen et forment les forêts claires de cette région (Berghen et al., 1999). Les espèces étudiées sont plus présentes en milieu potager. La diversité spécifique de ce milieu s’explique par la présence d’espèces rares (Monanthotaxis barteri,….) qui sont en général rencontrées dans des milieux protégés comme les bois sacrés et qui sont épargnées des actions anthropiques liées à l’aménagement des terroirs et aux besoins de subsistance. Certaines espèces sont communes à tous les villages. Toutefois, des espèces importantes économiquement comme Elaeis guineensis, Borassus aethiopum, etc. ont une valeur culturelle confirmée (Mokoso et al., 2015) et sont de ce fait protégées par les populations. Elles sont spontanées et doivent être protégées des défrichements au bénéfice des cultures de rente comme les plantations d’anacardier (Anacardium occidentale) qui sont de véritables obstacles pour la conservation de la diversité végétale (Noumi, 1984).

34La population diola d’Oussouye gère minutieusement depuis fort longtemps ses ressources naturelles notamment les espèces fruitières spontanées comestibles. Elle en tire une connaissance parfaite de ces espèces et transmet ce savoir de génération en génération aux fins d’exploiter durablement ces ressources. Les familles des Annonaceae et des Apocynaceae sont plus diversifiées que les Arecaceae, mais présentent une valeur d’usage inférieure. Elle est de 4,78 pour Annonaceae, 6,94 pour Apocynaceae contre 10,52 pour les Arecaceae. De même les Mimosaceae representées par 1 espèce, ont une valeur d’usage (2,77) supérieure à celles des Moraceae (1,74) avec 4 espèces, des Zingiberaceae (2,22) et des Rutaceae (1,17) représentées chacune par deux espèces. Ce qui montre qu’il n’y a pas une proportionnalité entre la diversité spécifique et la valeur d’usage. Ces résultats confirment ceux de (Guèye, 2012) qui ont montré l’absence de proportionnalité entre la valeur d’usage et la diversité spécifique. Les familles à valeur d’usage importante relèvent d’un taux de citation élevé des espèces.

35Nos enquêtes ont révélé que les espèces ne sont pas nommées partout et qu’il existe des villages où la population ignore certaines d’entre elles. Ainsi, nous pouvons dire que les plantes nommées sont celles utilisées par les populations. Ce résultat est confirmé par ceux d’autres chercheurs ayant travaillés dans d’autres écorégions (Thornell, 2004 ; 2005 ; Legère et al., 2004 ; Legère, 2003 ; Ngila, 2000). D’une manière générale, les populations locales n’attribuent pas de nom aux espèces qu’elles n’utilisent pas. Toutefois, l’absence de nom local pour certaines plantes pourrait être considérée comme un témoin de la perte d’identité culturelle, car de nos jours, avec l’influence de la modernisation, peu de villageois s’intéressent à la connaissance de leur flore locale. Ce constat justifie le nombre limité d’informateurs lors de nos enquêtes. La variabilité des noms attribués à une espèce peut être perçue dans une localité ou dans un même village. En effet, le nom d’espèce est transmis oralement d’une génération à l’autre, cela provoque souvent des consonances différentes qui s’accentuent dans le temps et l’espace de la communauté et donnent ainsi naissance à plusieurs synonymes. Pour certaines espèces, leurs noms locaux révèlent une certaine pratique ou un rôle attribué à la plante par les populations (Friedberg, 1968). En milieu rural, la nomination d’une espèce dépend de son intérêt dans la société. Ainsi, les espèces d’intérêt économique auront des noms dans les localités où elles existent. Par exemple, Eleais guinnensis est nommée partout dans la zone contrairement au Diospyros ferrea qui existe à Dyiwat et à Esulalu, mais ne porte aucun nom, car elle n’est pas exploitée.

36Dans chaque groupe communautaire ou même villageois, le nom de chaque espèce fruitière est attribué en tenant compte un ensemble de critères. Ceux-ci font généralement appel à des organes de sens (le goût, l’odorat et la vue), à la morphologie, à la taille, à une comparaison, à l’écologie, au bruit et à un être vivant. Ces critères font référence à des vocables ou classificateurs pour désigner une plante ou une partie d’elle. Le classificateur « bu » est utilisé pour désigner les espèces végétales dans les secteurs de An Alufay, Esulalu, Ejamat et Her ou Haer. Dans le secteur de Dyiwat, on n’utilise « ni » et « nu ». Dans la Flore du Sénégal, Berhaut (1979) a utilisé le classificateur « bu » pour recueillir 39 % des 395 noms de plantes en diola. Bien que moins employé, le classificateur « hu » fait souvent référence au fruit. Par exemple, hu mangu de Mangifera indica pour désigner la mangue, hu bisa de Anacardium occidentale qui fait allusion à la pomme, etc.

37L’éducation chez les Diola est à la base de l’organisation de la communauté. Elle couvre tous les domaines d’activités et prend en compte l’ensemble des aspects environnementaux culturels et religieux nécessaires à la formation de l’individu. Cela fait dire à Girard (1969) que « la société diola forme un tout en même temps, une combinaison fonctionnelle et articulée de groupes sociaux responsables qui se définissent comme autant de totalités ». Cette entité fonctionnelle observée au niveau social est remarquable dans le domaine linguistique avec une homogénéité nominale de certaines espèces dans ce milieu. C’est ainsi que les espèces Mangifera indica, Vitex doniana, Allophyllus africanus, Aframomum cereum connues sous les noms locaux respectivement bu mangu, bu jink, bu singilimit, bu humay (homay) sont communs dans toutes les communautés (An Alufay, Ejamat, Esulalu, Dyiwat, Her). D’autres espèces ont une valeur nominale moyennement élevée dans les différentes communautés. Les espèces exotiques au secteur ont des noms importés ou n’en possèdent même pas. C’est le cas de Ziziphus mauritiana, Tamarindus indica, Azadirachta Indica, Balanites aegyptiaca.

Conclusion

38Ce travail avait pour objectif de contribuer à une meilleure connaissance des systèmes de classification populaire des espèces fruitières spontanées comestibles. Cette présente étude s’est déroulée dans quatre communautés traditionnelles à savoir An Alufay, Esulalu, Ejamat, Djiwat et Her. Lors de cette étude, 82 informateurs sont recensés. Tous les répondants, sans distinction de sexe, ont été interrogés individuellement ou par groupe.

39L’analyse des résultats a montré que : i) les connaissances liées aux espèces végétales sont plus prolifiques chez les personnes âgées et en particulier chez les hommes. Cela confirme le rôle de gardien du savoir traditionnel attribué aux anciens ; ii) qu’une hiérarchisation sociétale diola par le biais de l’éducation assigne aux femmes et aux hommes des responsabilités différentes dans les domaines socioculturels et économiques ; iii) et enfin qu’il existe un nombre important d’espèces spontanées utilisées par la population diola d’Oussouye et qu’un effort de conservation est consenti pour les cultiver dans les potagers. Toutefois, la domestication des espèces étudiées reste faible et constitue un handicap pour de la filière horticole dont le développement peut servir de rempart contre la paupérisation des populations, mais aussi comme moyen de conservation de la biodiversité.

40En ce qui concerne la dénomination des espèces végétales, les classificateurs chez les Diola d’Oussouye montrent que les moyens mnémotechniques utilisés pour nommer les plantes sont libres. Ils présentent en commun l’usage de plusieurs phonétiques et de multiples pratiques épistémologiques. Malgré leur diversité, les classificateurs peuvent servir de marqueurs de zone ethnolinguistique. L’analyse linguistique des résultats a permis de comprendre les stratégies lexicales dont l’ethnie Diola du département d’Oussouye s’est servie pour dénommer ces plantes. Les noms peuvent être des descriptions, des usages, des propriétés de la plante ou d’une localité. Il ressort de ces résultats que l’ethnonyme le plus utilisé relève de la subsistance.

Remerciements

41Nous sommes reconnaissants envers les chefs de village et les guides pour leur entière collaboration dans le recueil des données.

Haut de page

Bibliographie

Adam, J.G., 1970, Noms vernaculaires des plantes du Sénégal, Journal d'Agriculture Tropicale et de Botanique Appliquée, T. 17, 7-8-9, 112 p.

Ambé, G.A., 2001, Les fruits sauvages comestibles des savanes guinéennes de la Côte d’Ivoire : état de la connaissance par une population locale, les Malinké, Biotechnologie, Agronomie, Société & Environnement, 5, 1, pp. 43-58.

Amorozo, M.C.M., 2004, Pluralistic medical settings and medicinal plant use in rural communities, Mato Grosso. Brazil, Journal of Ethnobiology, 24, pp. 139-161.

Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), 2015, Situation économique et sociale régionale 2013, Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor. Sénégal, 126 p.

Arbonnier, M., 2002, Arbres, arbuste et lianes des zones sèches d’Afrique de l’Ouest, Deuxième édition, CIRAD, MNHN-UICN, Paris 541 p.

Assogbadjo, A.E., R. Glèlè Kakaï, F. Houtoutou Adjallala, A.F. Azihou, G.F. Vodouhê, T. Kyndt et J.T.K. Codjia, 2011, Ethnic differences in use value and use patterns of the threatened multipurpose scrambling shrub (Caesalpinia bonduc L.) in Benin ; Journal of Medecinal Plants Research, 5 ; 9, pp. 1549-1557.

Atato, A., K. Wala, K. Batawila, A.Y. Woegan et K. Akpagan, 2010, Diversité des fruitiers ligneux spontanés du Togo, Vegetable and Cereal Science and Biotechnology, Global Science Books, 4, pp. 1-9.

Baumer, M., 1995, Arbres, arbustes et arbrisseaux nourriciers en Afrique occidentale, Dakar : Enda Tiers-Monde, 260 p.

Becker, B., 1983, The contribution of wild plants to human nutrition in the Ferlo (Northern Senegal), Agroforestry Systems, 1, 3, pp. 257-267.

Begossi, A., 1996, Use of ecological methods in ethnobotany : Diversity indices, Economic botany, 50, 3, pp. 280-289.

Begossi, A., N. Hanazaki et J.Y. Tamashiro, 2002, Medicinal plants in the Atlantic Forest (Brasil) : knowledge, use and conservation. Human Ecology, 30, 3, pp. 281–299.

Berghen, C.V. et A. Manga, 1999, Introduction à un voyage en Casamance. Enampor, un village de riziculteurs en Casamance, au Sénégal, Paris, L’Harmattan, 22 p.

Berhaut, J., 1967, Flore du Sénégal plus complète avec les forêts humides de la Casamance, Ed. Claire Afrique, Dakar, 485 p.

Berhaut, J., 1971, Flore illustrée du Sénégal. Dicotylédones. Tome 1 Acanthacées à Avicenniacées, gouvernement du Sénégal, ministère du Développement rural et de l’Hydraulique, Direction des Eaux et Forêts, Dakar, 626 p.

Berhaut, J., 1974, Flore illustrée du Sénégal. Dicotylédones. Tome 2 Balanophoracées à Composées, gouvernement du Sénégal, ministère du Développement rural et de l’Hydraulique, Direction des Eaux et Forêts, Dakar, 695 p.

Berhaut, J., 1975a, Flore illustrée du Sénégal. Dicotylédones. Tome 3 Connaracées à Euphorbiacées, gouvernement du Sénégal, ministère du Développement rural et de l’Hydraulique, Direction des Eaux et Forêts, Dakar, 634 p.

Berhaut, J., 1975 b, Flore illustrée du Sénégal. Dicotylédones. Tome 4 Ficoidées à Légumineuses, gouvernement du Sénégal, ministère du Développement rural et de l’Hydraulique, Direction des Eaux et Forêts, Dakar, 625 p.

Berhaut, J., 1976, Flore illustrée du Sénégal. Dicotylédones. Tome 5 Légumineuses Papilionacées, Gouvernement du Sénégal, Ministère du développement Rural et de l’Hydraulique, Direction des Eaux et Forêts, Dakar, 658 p.

Berhaut, J., 1979, Flore illustrée du Sénégal. Dicotylédones. Tome 6 Linaceae à Nyphéaceae, Gouvernement du Sénégal, ministère du Développement rural et de l’Hydraulique, Direction des Eaux et Forêts, Dakar, 636 p.

Berhaut, J., 1995, Nouvelle Flore illustrée du Sénégal. Monocotylédones. Tome 9 et 10, gouvernement du Sénégal, ministère du Développement rural et de l’Hydraulique, Direction des Eaux et Forêts, Dakar, 788 p.

Camou-Guerrero, A., V. Reyes-García, M. Martínez-Ramos et A. Casas, 2008, Knowledge and use value of plant species in a Rarámuri community : a gender perspective for conservation. Human Ecology, 36, 2, pp. 259-272.

De Caluwé, E., S. De Smedt, A.E. Assogbadjo, R. Samson, B. Sinsin et P. Van Damme, 2009, Ethnic differences in use value and use patterns of baobab (Adansonia digitata L.) in northern Benin. Afr. J. Ec., 47, pp. 433-440.

Diatta, C.D., 2016, Les Plantes Utilisées Par Les Baïnounk De Djibonker, Région De Ziguinchor (Sénégal) : Diversité Et Savoirs Traditionnels, Thèse doctorat d’État n° 198, FST, UCAD, 116 p.

Diop, M., B. Sambou, A. Goudiaby, I. Guiro et F. Niang-Diop, 2011, Ressources végétales et préférences sociales en milieu rural sénégalais, Bois et Forêts des Tropiques, 310, 4, pp. 57-68.

Ehya, A. S., 1996, Des arbres et des arbustes spontanés de l'Adrar des Iforas, MaliFriedberg C., 1968, Les méthodes d’enquêtes en ethnobotanique : comment mettre en évidence les taxonomies indigènes, Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 15, 7, pp. 297-324.

Girard, J., 1969, Genèse du pouvoir charismatique en basse Casamance (Sénégal), Initiation et étude Africaine, IFAN/UCAD, n° 27, 372 p.

Guèye, M., 2012, Contribution à l’étude ethnobotanique chez les Malinké de la communauté rurale de Tomboronkoto (région de Kédougou) et valorisation des collections historiques de l’Herbier de l’Institut fondamental d’Afrique noire Cheikh Anta Diop (IFAN Ch. A. Diop)/UCAD. Thèse doctorat d’État, FST, UCAD, 18, 142 p.

Guiro, I., 2013. Incidences des changements d'occupation du sol sur la vulnérabilité des écosystèmes de la Forêt Classée de Patako et de sa périphérie (Delta du Saloum, Sénégal), Thèse de Doctorat Unique, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, 209 p.

Hanazaki, N., J.Y. Tamashiro, H.F. Leitão-Filho, A. Begossi, 2000, Diversity of plant uses in two Caiçara communities from Atlantic Forest coast, Brazil, Biodiversity and Conservation, 9, 5, pp. 597-615.

Hawthorne, W., C. Jongkind, 2006, Woody plants of western African forests : a guide to the forest trees, shrubs and lianes from Senegal to Ghana, Ed. Royal Botanic Gardens, Kew, 1023 p.

Hutchinson, J., J.M. Dalziel, 1954, Flora of West Tropical Africa, 2nd ed. Revised by R. W.J. Keay. et al., Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London ; vol. I. part I. 295 p.

Kilahama, F.B., 1998, Connaissances écologiques des populations autochtones : outil essentiel des stratégies de vulgarisation rurale. Echos Du Cota, 78, pp. 14-19.

Lebrun, J.P., A.L. Stork, 1991, 1992, 1995, 1997, Énumération des plantes à fleurs d’Afrique tropicale, Genève : Conservatoire et Jardin botanique de Genève, pp. 1-4.

Lefèvre, G., 2009, Sur la classification vernaculaire des plantes dans le sud-ouest de Madagascar, Étude Océan Indien, 42-43, pp. 175-197.

Legère, K. 2003, Plant names from North Zanzibar, Africa & Asia : Göteborg working papers on Asian and African languages and literatures, 3, pp. 123-146.

Legère, K., S. Maganga et P. Mkwan' Hembo, 2004, Vidunda people and their plant names, Africa & Asia : Göteborg working papers on Asian and African languages and literatures, 4, pp. 115-141.

Lougbegnon, T.O., B.A.H. Tente, M. Amontcha et J.T.C. Codjia, 2011, Importance culturelle et valeur d’usage des ressources végétales de la réserve forestière marécageuse de la vallée de Sitatunga et zones connexes, Bulletin de la Recherche Agronomique du Bénin70, pp. 35-46.

Louv, R., 2006, Last Child in the Woolds : Saving our childrenfrom nature-Deficit Disorder, Algonquin Books, Chapel Hill. NC, in Atato A., Wala K., Batawila K., Woegan A. Y., Akpagan K., 2010, Diversité des fruitiers ligneux spontanés du Togo, Vegetable and Cereal Science and Biotechnology, Global Science Books, pp. 1-9.

Martin, G.J., 1995, Ethnobotany, A method manual. London, Chapman & Hall, 268 p.

Matavele, J. et M. Habib, 2000, Ethnobotany in Cabo Delgado, Mozambique : use of medicinal plants, Environment, Development and Sustainability, 2, pp. 227-234.

Mbow, C., 2009, Potentiel et dynamique des stocks de carbone des savanes soudaniennes et soudano-guinéennes du Sénégal, Thèse de Doctorat d’État Es Sciences, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, 319 p.

Mokoso, M., de Dieu, J., J.Y. Aluma Kabika, R. van Diggelen, R.B. Runiga, A. de Dieu et E. Robbrecht, 2015, Études ethnobotanique et ethnolinguistique des ressources forestières ligneuses utilisées par la population du couloir écologique du parc national de Kahuzi-Biega (RD Congo), European scientific journal, 11, 11, pp. 135-162.

Ngila, B.P., 2000, Expérience végétale bolia (République Démocratique du Congo), Catégorisation, utilisation et dénomination des plantes, Köln : Rüdiger Köppe : Grammatische Analysen Afrikanischer Sprache Band 14 p.

Nguenang, G.M. et F. Feteke, 2000, Une meilleure exploitation des ressources des forêts communautaires au Cameroun : Quelle option choisir ? In : Arbres, forêts et communautés rurales. Bulletin FTPP, 19, pp. 36-39.

Noumi, E., 1984, Les plantes à épices, à condiments et à aromates du Cameroun. Thèse de troisième cycle, Université de Yaoundé, Cameroun in Eyog Matig, O., Ndoye, O., Kengue, J. et Awono, A. Editeurs, 2006, Les Fruitiers forestiers comestibles du Cameroun, International Plant Genetic Resources Institute, 224 p.

Ouattara, N.D., E. Gaille, F.W. Stauffer et A. Bakayoko, 2016, Diversité floristique et ethnobotanique des plantes sauvages comestibles dans le Département de Bondoukou (Nord- Est de la Côte d’Ivoire), Journal of Applied Biosciences, 98, pp. 9284-9300.

Philips, O. et A.H. Gentry, 1993, The useful plants of Tambopata, Peru. II Statistical hypothesis tests with a new quantitative technique. Economic Botany, 47, 1, pp. 33-43.

Pilgrim, S., D. Smith et J. Pretty, 2007, A cross-regional assessment of the factors affecting ecoliteracy : implications for policy and practice, Ecological applications, 17, 6, pp. 1742-1751.

Ramirez, C. R., 2007, Ethnobotany and the loss traditional knowledge in 21st century, Ethnobotany Research and Applications, 5, pp. 245-247.

Spichiger, R.E., V.V. Savolanen et M. Figeat, 2000, Botanique systématique des plantes à fleurs. Une approche phylogénétique nouvelle des angiospermes des régions tempérées et tropicales. Lausanne (Suisse), Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, xii + 372 p.

Thornell, C., 2004, Wild plant names in the Mpiemo language, Africa & Asia : Göteborg working papers on Asian and African languages and literatures, 4, pp. 57-89.

Thornell C., 2005, Des plantes à l’état sauvage chez le peuple mpiemo : leurs noms et leurs usages, Göteborg : Institutionen för orientaliska och afrikanska språk, Göteborg Africana Informal Series, 5, 99 p.

Trotter, R.T. et M.H. Logan, 1986, Informant census : A new approach for identifying potentially effective medicinal plants, In : Etkin, L.N. (Ed.), Plants in indigenous medicine and diet. Redgrave, Bedford Hill, New York, pp. 91-112

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte du découpage administratif, du réseau hydrographique et des zones forestières du département d’Oussouye/ Map of the administrative division, river network and forest areas of the department of Oussouye.
Crédits Source : ANAT, 2008. WGS84 UTM Zone 28N. Réalisation : N. Sagna Ifan Ch. A. Diop. Févr. 2018.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/24518/img-1.png
Fichier image/, 266k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/24518/img-2.png
Fichier image/, 1,2k
Titre Figure 2. Types morphologiques des espèces fruitières comestibles dans la zone / Morphological types of the edible fruit species in the zone.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/24518/img-3.png
Fichier image/, 241k
Titre Figure 3. Localisation des espèces fruitières comestibles / Importance of the location of the edible fruit species.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/24518/img-4.png
Fichier image/, 246k
Titre Figure 4. Les classificateurs utilisés dans la détermination des espèces végétales comestibles dans les groupes communautaires / Classifiers used in the determination of the edible botanical species in the community groups.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/24518/img-5.png
Fichier image/, 348k
Titre Figure 5. Fréquence des référentiels attribués aux plantes au niveau des groupes communautaires / Frequency of reference tables attributed to plants to the community groups.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/24518/img-6.png
Fichier image/, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Djihounouck, Doudou Diop, César Bassène, Mame Samba Mbaye, Richard Demba Diop, Babacar Faye et Kandioura Noba, « Étude ethnotaxonomique des espèces fruitières spontanées comestibles chez l’ethnie Diola d’Oussouye (Sénégal)  », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 19 Numéro 1 | mars 2019, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/24518 ; DOI : 10.4000/vertigo.24518

Haut de page

Auteurs

Yves Djihounouck

Doctorant, Laboratoire de Botanique et Biodiversité, Département de Biologie Végétale, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, BP 5005 Dakar-Fann, Sénégal, téléphone : 772096605, courriel : djihounouck01@yahoo.fr

Doudou Diop

Docteur, Laboratoire de Botanique, Institut Fondamentale d’Afrique Noire (IFAN), Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, BP 206 Dakar-Fann, Téléphone : 775716672, courriel : doudou.diop@ucad.edu.sn

César Bassène

Docteur, Section Productions Végétales et Agronomie, UFR des Sciences Agronomiques, de l’Aquaculture et des Technologies Alimentaires, Université Gaston Berger de Saint Louis, BP 234 Saint-Louis, Sénégal, téléphone : 775567279, courriel : cesar.bassene@yahoo.fr

Mame Samba Mbaye

Professeur, Laboratoire de Botanique et Biodiversité, Département de Biologie Végétale, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, BP 5005 Dakar-Fann, Sénégal, téléphone : 776431851, courriel : msmbaye@yahoo.fr

Richard Demba Diop

Doctorant, Laboratoire de Botanique et Biodiversité, Département de Biologie Végétale, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, BP 5005 Dakar-Fann, Sénégal, téléphone : 774378034, courriel : richarddiop2004@yahoo.fr

Babacar Faye

Doctorant, Laboratoire de Botanique et Biodiversité, Département de Biologie Végétale, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, BP 5005 Dakar-Fann, Sénégal, téléphone : 774515026, courriel : fayebab@live.fr

Kandioura Noba

Professeur, Laboratoire de Botanique et Biodiversité, Département de Biologie Végétale, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, BP 5005 Dakar-Fann, Sénégal, téléphone : 776351981, courriel : kandioura.noba@ucad.edu.sn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page