Navigation – Plan du site
2019

Les combats pour la nature, de la protection de la nature au progrès social

Sophie Bonin
Référence(s) :

Valérie Chansigaud, 2018, Les combats pour la nature, de la protection de la nature au progrès social, éd. Buchet-Chastel, Libella, 256 p.

Texte intégral

1À l’heure où nos sociétés modernes se divisent sur les moyens de réagir aux crises écologiques annoncées, où les difficultés de faire émerger des solutions à la fois sociales et écologiques sont criantes jusqu’au conflit social, cet ouvrage de mise en perspective historique offre une lecture salutaire. Il passe en revue de façon érudite mais synthétique les théorisations variées du rapport de l’homme à la nature, à la Terre, à son environnement – théorisations qui ont bien souvent influencés durablement l’action publique, en inspirant de véritables courants de pensée des décideurs des politiques publiques. Le champ de références couvre surtout la période du XVIIIe siècle au XXe siècle, il donne aussi une large place aux intellectuels anglais et d’Amérique du Nord, mais l’auteur s’appuie parfois sur des références bien plus anciennes pour illustrer des généalogies d’idées, des permanences, au-delà des contextes socio-économiques. Le fil directeur de cet état de l’art est d’examiner dans chacun de ces courants de pensée la vision sociale et politique sous-jacente, et en particulier le rapport de ces théorisations avec la critique du progrès social. Cela permet de « ranger » les différentes références et écoles, mais surtout cela donne au lecteur l’impression de suivre une enquête passionnante, de voir les pièces d’un puzzle s’assembler, alors que l’ouvrage pourrait tout aussi bien servir de manuel à des étudiants en géographie ou sciences politiques sur cette question des combats pour la nature. Il s’adresse donc à un public très varié. Les spécialistes y trouveront un angle de lecture original et matière à réflexion, ainsi que des références moins connues dont la pensée est expliquée de façon synthétique (Osborn Jr et Vogt aux best-sellers pessimistes prédisant en 1948 la fin de l’humanité). Les moins avertis découvriront l’ampleur, la diversité et l’ancienneté des débats autour du sujet de fond qu’est la maitrise, la protection, la responsabilité de l’homme par rapport à une nature considérée comme création ou comme ressource : de Malthus et Rousseau, à Elisée Reclus et Henry George, de Godwin à Aldo Leopold, de Marsh à Veblen. Ce dernier avec sa sociologie des loisirs, ainsi que la "Fable des abeilles" de Mandeville, font l’objet d’un développement et d’une récurrence particulières au long de l’ouvrage : leur cynisme permet en effet à l’auteure de prendre du recul sur l’idéalisation des mouvements écologiques, surtout sur leurs solutions qui font justement abstraction des aspects psycho-sociologiques. Valérie Chansigaud rappelle à chaque fois l’essentiel des positions, en les remettant dans leur contexte et surtout en évoquant leur influence, théorique ou politique, et les liens qui sont tissés entre ces courants, dans la petite et grande histoire.

2L’ouvrage est ainsi organisé à partir des grandes thématiques de l’histoire des idées politiques qui ont mis en relation vision de la nature et de la société. Il commence par aborder les tensions entre populations et ressources, avec le malthusianisme, et ses avatars : l’auteure démontre – et démonte –, dans le premier chapitre, cette accusation de la démographie d’être à l’origine de tous les maux environnementaux. Cette pensée est particulièrement emblématique du message du livre, qui cherche à déconstruire les tensions entre questions sociales et questions écologiques. Dans le deuxième chapitre, l’investigation porte sur les liens que les premiers mouvements écologiques, américains notamment, ont avec cette critique de fond des effets négatifs des activités humaines – et sur les différentes solutions socio-politiques qui sont envisagées. Puis le lecteur passe en revue la grande diversité des pensées et mouvements rejetant le progrès, la technique, ou le matérialisme, qui constituent autant de positionnements différents, commentés rapidement. Cela révèle l’ancienneté de ces points de vue, que l’on croise bien avant l’avènement des grandes industries, de la mécanisation ou de la chimie. Des thématiques comme l’attention au caractère indigène des plantes, l’importance de l’adaptation aux milieux, l’idéalisation de l’autarcie s’exprimaient déjà au milieu du XVIIe siècle. On suit alors cette idée forte que la perte du lien avec la nature est cause de « dégénérescence » de l’homme, à travers des voix aussi différentes que Rousseau, Lamarck, Morel et le mouvement hygiéniste, jusqu’au nationalisme allemand, dont on sait le rôle précurseur pour l’écologie, y compris scientifique, mais aussi à travers les mouvements primitivistes.

3Le quatrième chapitre revient sur les différentes critiques de la société de consommation, du gaspillage à la société des loisirs, avec en particulier les idées de Veblen sur la consommation ostentatoire, justification sociale de la consommation souvent oubliée, d’après l’auteur, par les militants de la décroissance ( « on voit là l’une des grandes faiblesses de l’environnementalisme qui rêve de voir disparaître la consommation, mais sans formuler pour autant un véritable projet politique conduisant à la diminution ou la suppression de la stratification sociale, or l’un ne va pas sans l’autre » p. 108). Un autre thème abordé est celui de la pollution invisible : poussières, gaz, ondes, pesticides, constituent les sujets de préoccupation d’un « environnementalisme marron » comme le désignent deux sociologues australiens Pakulski et Crook (p. 133), par distinction de l’environnementalisme vert. Ce chapitre sur les pollutions invisibles inclut aussi la problématique des déchets, du coût de leur gestion, écologique et social, en particulier du fait de leur transfert vers les pays pauvres. Déchets, pollutions, risques pour la santé sont liés dans la démonstration par Karl Willian Kapp que « la prospérité économique du capitalisme repose sur le transfert de couts sociaux et environnementaux sur la société entière » (p. 147).

4Au fil de l’ouvrage, on se rapproche ainsi temporellement des situations de crises écologiques actuelles. Dans les derniers chapitres, l’auteure ne part plus de références théoriques mais livre de plus en plus sa propre analyse, en partant de situations concrètes historiques, d’évènements majeurs de pollution qui ont marqué le XXe siècle. Le rôle des citoyens, celui des élites aussi, les choix collectifs dans des jeux entre local et global qui sont solidaires, sont mis en évidence dans ces situations de pollution grave : « les crises environnementales ne sont pas des accidents inévitables résultant des modes de vie, elles mettent en lumière la fragilité du fonctionnement social qui minimise les conséquences de certains comportements ou qui épargne les acteurs les plus puissants » (p. 152). L’émission de mercure dans l’environnement pendant des décennies à Minamata, au Japon, fait l’objet d’un développement détaillé, tant des évènements que des mobilisations intellectuelles et artistiques qui ont accompagné la reconnaissance du mal et la prise de mesures politiques, tardives mais définitives.

5Le dernier phénomène répertorié dans l’ouvrage est la mobilisation de communautés aux objectifs et au recrutement social très variés, mais qui ont en commun une volonté de changement radical : véganisme, mouvement(s) punk, écologie profonde. C’est une approche du sujet encore différente, et force est de reconnaître que c’est la moins convaincante : le lecteur se perd dans ces mouvements que l’auteure essaye d’unifier (y compris en associant des collectifs qui se sont opposés politiquement), mais c’est certainement lié à la plus grande proximité temporelle, qui rend plus difficile le recul analytique. Pour autant, les références de théoriciens, sociologues ou économistes, continuent d’enrichir le lecteur en lui faisant découvrir des pépites : autour de l’origine du fameux « Small is beautiful » par exemple, de l’économiste Schumacher, inspiré des éloges de la petitesse de Leopold Kohr (p. 204). Non sans un certain humour enfin, l’ouvrage se termine avec le récit de la montée du conservatisme américain dans ses « combats contre la nature », et une conclusion négative quant au bilan de ces luttes pour une gestion plus vertueuse, mais pas désabusée. Les défis sociologiques et politiques semblent insurmontables, ils ont en tous cas été insurmontés jusqu’à présent. Mais peut-être que l’ouvrage aurait pu aller jusqu’à évoquer le renversement de perspective qui attend les nouveaux penseurs de la nature : l’épuisement des ressources fossiles, les changements climatiques, les crises écologiques industrielles ou armées, pourraient bien ne plus laisser beaucoup de choix et donner raison à tous les Cassandre. Ce changement de perspective n’est-il pas d’ailleurs celui de la gestion en biens communs, modèle proposé par Elinor Ostrom – et que curieusement l’ouvrage n’évoque pas ?

6C’est un ouvrage non militant, même si par la position même qui est adoptée, de mettre en rapport pensée de la nature et pensée de la société et de l’humanité, il offre un point de vue critique. Mais cette mise en regard ouvre l’intelligence sur les débats actuels sur l’écologie politique, aide à comprendre les défis qui l’attendent, et pourrait même utilement éclairer l’action de ceux qui s’en revendiquent. Derrière ce voyage dans le temps des idées, et dans le récit de quelques désastres emblématiques, la lecture de l’ouvrage apporte une démonstration roborative que la sauvegarde de l’environnement ne pourra se faire sans remettre en cause, et en projet politique, la répartition des richesses, la modification des modes de vie, l’égalité sociale de la répartition des bienfaits des technologies modernes.

7À noter enfin que le livre, de 243 pages, comporte un index utile étant donnée la profusion de références manipulées, ainsi que pour tous les « -ismes » qui sont discutés (hygiénisme, progressisme et primitivisme, anarchisme et libéralisme, marxisme et malthusianisme…), un glossaire des concepts-clefs (nature, milieu, environnement, justice environnementale, biens communs) et 15 pages de bibliographie, avec beaucoup de titres anglosaxons, qui donne une belle place aux penseurs américains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Bonin, « Les combats pour la nature, de la protection de la nature au progrès social », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 16 septembre 2019, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/25309

Haut de page

Auteur

Sophie Bonin

Maître de conférences, École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles, LAREP, ENSP, 10 rue Maréchal Joffre, 78000 Versailles, France , courriel : s.bonin@ecole-paysage.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page