Navigation – Plan du site
2019

Étude des lichens saxicoles de la steppe semi-aride de Djebel Zdimm (Nord-Est de l’Algérie)

Sabah Chermat

Résumés

Dans les hautes plaines setifiennes, la roche calcaire, composante principale de Djebel Zdimm, a contribué à l’installation d’une végétation lichénique saxicole très diversifiée et qui présente un très grand intérêt biologique et phytogéographique, en raison de sa présence dans une steppe semi-aride avec une saison sèche prolongée sur plus de cinq mois. L’élaboration d’une première liste de lichens pour Djebel Zdimm nous a permis de recenser 55 espèces saxicoles identifiées et signalées pour la première fois dans un écosystème steppique dont 5 sont nouveaux pour l’Algérie : Acarospora nitrophila H. Magn., Myriolecis invadens (H. Magn.) Śliwa, Zhao Xin et Lumbsch, Melanelia stygia (L.) Essl, Squamarina concrescens (Müll. Arg.) Poelt et Verrucaria sphaerospora Anzi. Cette étude participe non seulement à compléter les connaissances lacunaires sur la flore lichénique de l’Algérie, mais aussi à la conservation et la protection de la diversité biologique de cet écosystème steppique face aux changements climatiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les lichens sont des organismes symbiotiques aux capacités très importantes de colonisations et très exigeants en terme d’écologie ; ils tiennent un rôle majeur et indispensable au fonctionnement d’un écosystème si bien qu’ils sont d’excellents indicateurs de caractérisation écologique d’un milieu naturel (Coste, 2016). Dans les Steppes et le Sahara, les lichens sont l’une des rares espèces à survivre dans ces milieux extrêmes. Sachant que les lichens sont issus d’une association symbiotique stable, reproductible et indépendante entre un phytobionte et un mycobionte, cette symbiose leur donne une grande autonomie écologique (Agnan et al., 2014). Par leur amplitude écologique, les lichens ont pu coloniser tous les milieux et tous les substrats. Ils ont la capacité de survivre en milieux extrêmes grâce à leurs physiologies particulières et grâce à leurs métabolites secondaires. Ils constituent d’excellents indicateurs de la pollution atmosphérique (Boltersdorf et al., 2014 ; Agnan, 2013). Actuellement les lichens ont un autre attrait celui de leurs usages en médecine (Stanly et al., 2011 ; Tahereh et Minoo, 2015).

2L’étude de la végétation lichénique en Algérie reste encore très superficielle. En effet, la plupart des ouvrages existants sont anciens, nous citons à titre d'exemple ceux de Faurel et al. (1951 ; 1952) et Werner (1939 ; 1955). Par ailleurs, les travaux récents se subdivisent en deux axes, le premier concerne la bioindication lichénique de la pollution atmosphérique, à ce titre nous citons les études de Semadi (1989), Alioua (2001) et Rahali (2003), le second axe relatif à la taxonomie connaît plusieurs publications telles que celle de Rebbas et al. (2011) ayant étudié les lichens du Parc National de Gouraya de la région de Béjaïa, celles de Serradj et al. (2013), Slimani et al. (2013), Boutabia et al. (2015 et 2018) qui ont étudié les lichens épiphytes de différents phorophytes de la région d'El Kala, celle de Bendaikha et Hadjadj-Aoul (2016) avec une contribution à l'inventaire des lichens de l'Oranie et Khedim et al. (2018) qui ont étudié les macrolichens du Parc National de Theniet - el Had.

3Actuellement, une des priorités en termes de diversité floristique, écologique, mais aussi ethnobotanique est de compléter ces études par l’inventaire des lichens dans les hautes plaines sétifiennes. Nous proposons dans ce travail d’approfondir les connaissances sur la lichénoflore du Djebel Zdimm, un écosystème steppique où les lichens sont des espèces saxicoles exposées aux rayonnements solaires et résistantes à des conditions extrêmes de climat. Dans cette steppe, le rôle du substrat et du climat local s’avérant déterminant de l’originalité et de la distribution de ses espèces. En tenant compte du manque de la présente étude dans les zones steppiques algériennes, nos objectifs visent à élaborer une première liste de lichens pour les steppes des hautes plaines sétifiènnes et ainsi permettre pour l’Algérie leur intégration dans l’élaboration de plans de conservation.

Matériel et méthodes

Présentation du site d’étude

4Située au Nord-est de l’Algérie, Djebel Zdimm est représentatif des steppes semi-arides sétifiennes, il s’étend d’Est en Ouest sur 30 km entre 5°25'44.77 de longitude Est et 36° 0'26.23 de latitude Nord (Figure 1).

Figure 1. Localisation du site d’étude en Algérie Nord-orientale / Study area location in North-east Algeria.

Figure 1. Localisation du site d’étude en Algérie Nord-orientale / Study area location in North-east Algeria.

5De par sa situation géographique entre l’Atlas tellien au Nord et l’influence Saharienne des Mont du Hodna au Sud, ce massif est limité au Nord par la plaine de Hammam Ouled Yles et l’oued Bousselam, à l’Est par le chott El Mallah et sebkhet Melloul, au Sud par Djebel Hassane et Kef el Rhoab et à l’Ouest il est bordé par le djebel Laknef. Djebel Zdimm est caractérisé par un relief assez perturbé avec des pentes variables (de 15° à 80° de dénivelé) et un ravinement important, conséquence d’une érosion hydrique intense (Chermat et al., 2016). Il culmine à 1258 m avec un piémont avoisinant les 900 m d’altitude. Formé au cours du tertiaire, il est caractérisé par une homogénéité de substrats géologiques et couvert en grande partie par des sols peu profonds caillouteux, calcaires dolomitiques et des marneux calcaires (Lahmar, 1992 ; Glaçon, 1967).

6Djebel Zdimm appartient au domaine Nord-Africain steppique (Quézel, 1978 ; Barry et al., 1974 ; Maire, 1926) au secteur des hauts plateaux et sous-secteur des hauts plateaux constantinois (Quézel et Santa, 1962). Selon Chermat et al. (2016), Djebel Zdimm se trouve dans un bioclimat semi-aride inférieur à hiver frais, avec des précipitations moyennes estimées à 440,60 mm/an et des amplitudes thermiques variant entre 1,94 °C et 37,7 °C avec une saison sèche relativement longue de 5 mois et demi. Appartenant à l’étage de végétation méso-méditerranéen semi-aride, la flore de cet écosystème est remarquable avec notamment des steppes chamaephytiques à Artemisia herba alba et Launaea acanthoclada, typique de Djebel Zdimm (Chermat et al., 2013).

Méthodes

7La topographie de Djebel Zdimm escarpé et ses deux versants abrupts ont dirigé le mode de prospection des lieux et le tracé de notre itinéraire (Figure 2).

Figure 2. Emplacement des stations inventoriées sur djebel Zdimm / Location of inventoried stations on djebel Zdimm.

Figure 2. Emplacement des stations inventoriées sur djebel Zdimm / Location of inventoried stations on djebel Zdimm.

Carte réalisée en utilisant google map.

8Ainsi 32 relevés stationnels ont été effectués dans les différents biotopes dès qu’apparaissaient des éléments de végétation lichénique. Cette exploration floristique est réalisée au cours des compagnes de terrain des années 2014-2015-2016. Compte tenu de l’orientation, l’escarpement des versants et la nature de la roche, les relevés ont été réalisés par la méthode de prélèvement partiel préconisée dans les lichens saxicoles (Roux, 1990). Dans chaque lieu prospecté en utilisant une loupe de terrain grossissement (8 fois), nous avons noté les noms des espèces aisément reconnaissables sur le terrain. Pour les espèces non identifiables sur place et qui présentent un problème de confusion avec d’autres taxons et plus spécifiquement pour les thalles crustacés. Les prélèvements des échantillons ont été effectués à l’aide d’un couteau et ceux de la roche avec thalles sont prélevés à l’aide un marteau et de burin. Ces échantillons ont été mis dans des enveloppes en papier sur lesquelles ont été notées toutes les informations écologiques utiles : numéro de relevé, date précise de récolte, type de substrat, l’exposition de versant, l’altitude, la pente et les formations végétales.

Description des relevés

9Relevé R1 : type de substrat : clairière dans la steppe chamaephytique; exposition de versant : sud-est; altitude : 1000 m; pente : 15°; coordonnées géographiques : 36°01'23.2"N et 5°13'34.0"E; date précise de récolte : 17 avril 2014.

10Relevé R2 : type de substrat : roches calcaires pierre, rocher; exposition de versant : sud-est; altitude 1060 m, la pente : 45°; coordonnées géographiques : 36°01'31.3"N et 5°13'40.0"E; date précise de récolte : 17 avril 2014.

11Relevé R3 : type de substrat : rocher et pierres; exposition de versant : nord; l’altitude : 1040 m; pente : 50°; coordonnées géographiques : 36°01'28.6"N et 5°13'15.9"E; date précise de récolte : 17 avril 2014.

12Relevé R4 : type de substrat : rocher et pierres; exposition de versant : sud; altitude : 1000 m; pente : 40°; coordonnées géographiques : 36°01'14.1"N et 5°12'41.6"E; date précise de récolte : 17 avril 2014.

13Relevé R5 : type de substrat : affleurements rocheux entre la végétation steppique clairsemée; exposition de versant : sud; altitude : 1075 m; pente : 60°; coordonnées géographiques :36°01'13.5"N et 5°12'26.6"E; date précise de récolte : 17 avril 2014

14Relevé R6 : type de substrat : clairière dans la steppe chamaephytique; exposition de versant : nord-est; altitude : 1010 m; pente : 55°; coordonnées géographiques : 36°01'23.2"N et 5°12'05.0"E; date précise de récolte : 24 avril 2014.

15Relevé R7 : type de substrat : bloc rocheux; exposition de versant : sud; altitude : 1040 m; pente : 30; coordonnées géographiques : 36°01'15.5"N et 5°11'53.5"E; date précise de récolte : 24 avril 2014.

16Relevé R8 : type de substrat : bloc rocheux; exposition de versant : sud; altitude : 1050 m; pente : 60°; coordonnées géographiques : 36°01'14.4"N et 5°11'54.5"E; date précise de récolte : 24 avril 2014.

17Relevé R9 : type de substrat : roches et pierres; exposition de versant : nord; altitude : 1100 m; pente : 45°; coordonnées géographiques : 36°01'34.4"N et 5°11'48.6"E; date précise de récolte : 19 mars 2015.

18Relevé R10 : type de substrat : affleurements rocheux qui apparaissent entre la végétation à Erme; exposition de versant : nord; altitude : 1000 m; pente : 20°; coordonnées géographiques : 36°01'42.2"N et 5°11'30.1"E; date précise de récolte : 26 mars 2015

19Relevé R11 : type de substrat : affleurements rocheux entre la végétation à Erme; exposition de versant : Nord; altitude : 1030 m; pente : 40°; coordonnées géographiques : 36°01'34.3"N et 5°11'26.7"E; date précise de récolte : 26 mars 2015.

20Relevé R12 : type de substrat : affleurements rocheux entre la végétation à Erme; exposition de versant : nord; altitude : 1015 m; pente : 35°; coordonnées géographiques : 36°01'40.1"N et 5°11'18.3"E; date précise de récolte : 26 mars 2015.

21Relevé R13 : type de substrat : blocs rocheux; exposition de versant : nord-est; altitude : 1005 m; pente : 15°; coordonnées géographiques : 36°01'47.1"N et 5°11'08.4"E; date précise de récolte : 26 mars 2015.

22Relevé R14 : type de substrat : blocs rocheux; exposition de versant : nord; altitude : 1060 m; pente : 60°; coordonnées géographiques : 36°01'41.6"N et 5°11'02.1"E; date précise de récolte : 26 mars 2015.

23Relevé R15 : type de substrat : affleurements rocheux entre la végétation steppique clairsemée; exposition de versant : sud; altitude : 1040 m; pente : 25°; coordonnées géographiques : 36°01'20.1"N et 5°11'20.9"E; date précise de récolte : 28 avril 2016.

24Relevé R16 : type de substrat : affleurements rocheux entre la végétation steppique clairsemée; exposition de versant : nord; altitude : 1030 m; pente : 42°; coordonnées géographiques : 36°01'29.1"N et 5°10'39.8"E; date précise de récolte : 28 avril 2016.

25Relevé R17 : type de substrat : affleurements rocheux entre la végétation steppique clairsemée; exposition de versant : nord; altitude : 1210 m; pente : 70°; coordonnées géographiques : 36°01'21.6"N et 5°10'40.0"E; date précise de récolte : 28 avril 2016.

26Relevé R18 : type de substrat : rocher ensoleillé, blocs rocheux; exposition de versant : sud; altitude : 1050 m; pente : 30°; coordonnées géographiques : 36°01'16.0"N et 5°10'45.5"E; date précise de récolte : 28 avril 2016.

27Relevé R19 : type de substrat : parois rocheuses horizontales; exposition de versant : sud; altitude : 1100 m; pente : 45°; coordonnées géographiques : 36°01'14.6"et 5°10'36.4"E; date précise de récolte : 28 avril 2016.

28Relevé R20 : type de substrat : rocher ensoleillé, blocs rocheux; exposition de versant : sud; altitude : 1010 m; pente : 15°; coordonnées géographiques : 36°01'10.0"N et 5°10'26.7"E; date précise de récolte : 28 avril 2016.

29Relevé R21 : type de substrat : parois verticales de falaises; exposition de versant : sud; altitude : 1250 m; pente : 45°; coordonnées géographiques : 36°01'21.2"N et 5°10'12.8"E; date précise de récolte : 28 avril 2016.

30Relevé R22 : type de substrat : parois verticales de falaises; exposition de versant : nord; altitude : 1230 m; pente : 80°; coordonnées géographiques : 36°01'31.4"N et 5°10'05.8"E; date précise de récolte : 28 avril 2016.

31Relevé R23 : type de substrat : parois rocheuses horizontales; exposition de versant : nord; altitude : 1185 m; pente : 45°; coordonnées géographiques : 36°01'42.7"N et 5°10'02.7"E; date précise de récolte : 28 avril 2016.

32Relevé R24 : type de substrat : barres rocheuses fortement inclinés; exposition de versant : sud; altitude : 1200 m; pente : 50°; coordonnées géographiques : 36°01'20.6"N et 5°09'58.0"E; date précise de récolte : 28 avril 2016.

33Relevé R25 : type de substrat : parois verticales de falaises; exposition de versant : sud; altitude : 1150 m; pente : 25°; coordonnées géographiques : 36°01'26.2"N et 5°09'53.6"E; date précise de récolte : 28 avril 2016.

34Relevé R26 : type de substrat : clairière dans la steppe chamaephytique; exposition de versant : sud; altitude : 1050 m; pente : 60°; coordonnées géographiques : 36°01'03.6"N et 5°09'56.9"E; date précise de récolte : 28 avril 2016

35Relevé R27 : type de substrat : parois verticales de falaises; exposition de versant : sud-ouest; altitude : 1080 m; pente : 25°; coordonnées géographiques : 36°01'23.2"N et 5°09'25.7"E; date précise de récolte : 5 mai 2016.

36Relevé R28 : type de substrat : parois verticales de falaises; exposition de versant : nord; altitude : 1185 m; pente : 45°; coordonnées géographiques : 36°01'35.6"N et 5°09'29.0"E; date précise de récolte : 5 mai 2016.

37Relevé R29 : type de substrat : fentes de rochers ombragés; exposition de versant : nord; altitude : 1210 m; pente : 70°; coordonnées géographiques : 36°01'49.8"N et 5°09'17.1"E; date précise de récolte : 5 mai 2016.

38Relevé R30 : type de substrat : fentes des falaises non ensoleillées; exposition de versant : sud-ouest; altitude : 1080 m; pente : 60°; coordonnées géographiques : 36°01'48.2"N et 5°09'00.7"E; date précise de récolte : 5 mai 2016.

39Relevé R31 : type de substrat : rocher incliné; exposition de versant : nord; altitude : 1060 m; pente : 50°; coordonnées géographiques : 36°01'55.6"N et 5°09'06.1"E; date précise de récolte : 5 mai 2016.

40Relevé R32 : type de substrat : blocs rocheux ombragés; exposition de versant : nord; altitude : 1110 m; pente : 40°; coordonnées géographiques : 36°02'04.7"N et 5°08'53.9"E; date précise de récolte : 5 mai 2016.

41Pour les déterminations d’espèces, dans le laboratoire, nous avons utilisé un stéréomicroscope (grossissement 6 à 50 fois), un microscope photonique (40 à x 1000) ainsi que les réactifs chimiques utilisés en lichénologie (Khedim, 2018, Coste, 2011) : solution de potassium à 10 % (K), solution aqueuse d’acide nitrique à 50 % (N), solution iodo–iodurée (I), paraphénylène diamine (P) et solution aqueuse d’hypochlorite de sodium (NaClO). Les réactions thallines vis-à-vis de ces réactifs apportent des informations indispensables pour progresser dans les clés de détermination des espèces utilisées (Tiévant, 2001).

42Pour la nomenclature des taxons nous avons eu recours aux flores de Roux et coll. 2017, Nimis 2016, Clauzade et Roux (1985), Ozenda et Clauzade (1970). Les spécimens récoltés ont été déposés dans un herbier dans le laboratoire projet urbain ville et territoire (LPUVT) de l’université Ferhat Abbas de Sétif 1.

43Les différents statuts de rareté attribués aux taxons selon nos relevés dans la zone prospectée sont estimés et identifiés comme suit : CC : Très commun et très fréquent dans la zone d’étude ; C : fréquent ; R : Rare, trouvé dans une seule station de notre site ; V : Vulnérable, trouvé dans des stations restreintes et recherché pour ses vertus thérapeutiques.

Résultats et Discussion

44Au total, 32 relevés stationnels ont fait l’objet de prélèvements lichéniques suffisamment importants et qui permettent d’établir la première liste de lichens composée de 55 espèces, réparties sur 27 genres et 17 familles pour cet écosystème steppique. Les lichens inventoriés sont classés selon leur écologie : caractères plus ou moins nitrophile, humidité, luminosité et leurs substrats (Tableau 1). Dans cette steppe, la roche calcaire avec le bioclimat semi-aride inferieur représentent le milieu idéal pour le développement de lichens saxicoles qui s’associent et se concurrencent entre eux, supportent bien la sécheresse qui peut durer plus de 5 mois et demi et résistent mieux au vent du Sud « Sirocco » chaud et sec qui souffle surtout en été, en moyenne 200 fois par an et dure plus de 45 jours, en accentuant la saison sèche, en diminuant le taux d’humidité atmosphérique et en provoquant le dessèchement des sols surtout sur le flanc sud (Chermat et al., 2013). Les stations les plus fraiches sont observées sur le versant nord de Djebel Zdimm.

Diversité des lichens selon un gradient altitudinal

45Les relevés lichéniques ont été soigneusement réalisés dans les stations choisies de façon à couvrir tous types de biotope hébergeant des lichens. Selon un ordre altitudinal, trois types de biotopes peuvent être distingués sur Djebel Zdimm. Toutes les falaises se trouvant au-dessus de 1210 m d’altitudes portent une végétation lichénique homogène. Ce type de biotope correspond aux parois rocheuses verticales et horizontales qui hébergent principalement les lichens foliacés : Melanelia stygia (L.) Essl., Parmelia saxatilis (L.) Ach. s.l., Xanthoparmelia conspersa (Ach.) Hale et Xanthoria elegans (Link) Th. Fr. Les lichens squamuleux se manifestent principalement par Rhizoplaca melanophthalma (DC.) Leuckert et par Lichinella cribellifera (Nyl.) Moreno & Egea. Parmi les crustacées nous citons Aspicilia cheresina (Müll. Arg.) Hue et Placynthium nigrum (Huds.) Gray. Ces stations sont relativement peu riches en diversités spécifiques.

46Sur les moyennes altitudes entre 1150 et 1210 m, les habitats lichéneux correspondent aux affleurements rocheux qui apparaissent entre la végétation steppique clairsemée. Elle représente un important intérêt paysager écologique pour les lichens à la fois crustacés et foliacés avec une biodiversité spécifique très significative à savoir Acarospora sinopica (Wahlernb.) Körb. ; Arthonia apotheciorum (A. Massal.) Almq. ; Arthonia varians (Davies) Nyl. ; Myriolecis albescens (Hoffm.) Śliwa, Zhao Xin et Lumbsch ; Myriolecis invadens (H. Magn.) Śliwa, Zhao Xin et Lumbsch ; Protoparmeliopsis muralis (Schreb.) M. Choisy ; Lecanora rupicola (L.) Zahlbr. ; Aspicilia calcarea (L.) Mudd ; Xanthoparmelia pulla (Ach.) O. Blanco, A. Crespo, Elix, D. Hawksw. et Lumbsch ; Caloplaca arenaria (Pers.) Müll. Arg. ; Bagliettoa marmorea (Scop.) Gueidan et Cl. Roux ; Caloplaca oasis (A. Massal.) Szatala et Staurothele areolata (Ach.) Lettau.

47Sur les piémonts entre 900 et 1000 m d’altitude de ce massif et par opposition aux falaises, les stations prospectées en basses altitudes correspondent aux lichens incrustants représentés principalement par : Lecanora campestris (Schaer.) Hue ; Verrucaria nigrescens Pers. ; Caloplaca citrina (Hoffm.) Th. Fr. ; Lobothallia radiosa (Hoffm.) Hafellner, auxquels s’ajoutent Xanthoria calcicola Oxner et Acarospora nitrophila H. Magn. à thalle epilithique qui est lié aux milieux suffisamment riches en eau et en nitrate (Roux, 1978).

48Certaines espèces se trouvent indifféremment en basses qu’en moyenne et hautes altitudes : aussi bien sur les petites roches, sur les éboulis rocheux et entre les fissures des falaises, ce qui semble prouver une grande plasticité écologique de ces espèces telles que : Rhizocarpon geographicum (L.) DC. et Rhizocarpon umbilicatum (Ramond) Flagey. Ces taxons de la famille des Rhizocarpaceae sont des cosmopolites et communs sur tous types de substrats depuis les piémonts jusqu’au sommet du versant nord.

Interaction lichens-substrats

49La présence des deux grandes catégories de lichens saxicoles, calcicoles et calcifuges, est due à la composition chimique du substrat et aux paramètres climatiques et géographiques. Se trouvant dans une nuance bioclimatique sèche et en contact avec deux ensembles structuraux, la plateforme des plaines sétifiènnes au Nord et les dépressions salines (chotts et sebkha) au Sud, Djebel Zdimm offre de très vastes surfaces rocheuses nues dominées par la roche calcaire. Selon Roux (1991), il est bien connu que les roches calcaires, surtout lorsqu’elles sont très cohérentes et compactes, déterminent un microclimat plus sec et plus chaud. Dans cette steppe, nous avons distingué deux types de lichens selon la nature du substrat : les calcicoles considérés comme les plus importants en tenant compte de leur grande diversité (36 espèces et 17 genres) et les calcifuges moins diversifiés avec 16 espèces réparties sur 12 genres. Notons que les genres les mieux représentés dans la catégorie des calcicoles sont : Aspicilia, Verrucaria et Myriolecis avec 4 espèces pour chacun. Dans cet écosystème, la plupart des espèces spécifiques au calcaire sont des crustacés. Bien que ces deux catégories puissent présenter une certaine plasticité écologique et apparaître sur les deux versants, elles reflètent une préférence optimale des espèces décrites vis-à-vis des besoins écologiques stricts : type de parois, pentes, exposition et substrat nitrophile.

Diversité floristique

50En analysant notre liste floristique, la première constatation importante a trait au nombre élevé de lichens dans un écosystème steppique soit 55 taxons répartis dans des catégories bien définies (Figure 3). Au total 17 familles botaniques sont déterminées. Le plus grand nombre d’espèces appartient aux Lecanoraceae avec 9 espèces soit un taux de 16 % de la totalité des taxons, les Parmeliaceae 8 espèces (15 %), les Verrucariaceae 6 espèces (11 %), les Acarosporaceae, les Rhizocarpaceae, les Megasporaceae et les Teloschistaceae se manifestent par les mêmes taux (9 %) soit 5 espèces pour chaque famille. Les Arthoniaceae et les Lichinaceae avec un taux de 4 % (deux espèces pour chacune d’elles). Le reste des familles avec des taux très faibles et similaires de 2 % (une seule espèce pour chaque famille). Du point de vue diversité générique, les familles les mieux représentées sont les Parmeliaceae avec 5 genres, les Lecanoraceae avec 4 genres et les Verrucariaceae avec 3 genres. Les Acarosporaceae, les Lichinaceae et les Megasporaceae se manifestent par 2 genres. Cependant, les autres familles sont moins diversifiées (avec un seul genre).

Figure 3. Répartition numérique des espèces déterminées dans les genres et les familles de lichens / Numerical distribution of determined species in the genera and families of lichen.

Figure 3. Répartition numérique des espèces déterminées dans les genres et les familles de lichens / Numerical distribution of determined species in the genera and families of lichen.

51D’après cet inventaire réalisé sur divers biotopes du versant sud et du versant nord, nous remarquons une spécificité notable sur la répartition des lichens. 26 espèces sont spécifiques pour le versant nord et 19 espèces caractéristiques du versant sud. On note seulement 9 espèces communes et qui sont présentes à des altitudes différentes sur les deux versants. Cette dissymétrie du massif se retrouve dans les caractères opposés de l’orientation de ses versants.

52Le versant nord, plus adouci abrite 35 taxons représentant toutes les catégories de thalles. En bas de ce versant et précisément sur la plateforme dite « Terre des Nomades », nous avons pu délimiter un ensemble de stations (S1) (Figure 2) composé de blocs calcaires ombragés. C’est un lieu plutôt perturbé et pollué par les pratiques des nomades et de leurs bétails venant des régions du Sud. Ces stations se trouvent à proximité des formations à Ermes issues de la forte anthropisation et représentées par une végétation rudérale, à caractère nitrophile et thermophile (Chermat, 2013). Elles sont colonisées par 15 espèces de lichens nitrophiles parmi lesquelles les plus abondantes sont : Caloplaca citrina, Caloplaca rubelliana, Myriolecis crenulata, Protoparmeliopsis muralis, Verrucaria muralis, Xanthoria calcicola et Xanthoria parietina. Ces espèces nitrophiles abondent sur les substrats riches en produits azotés (biotopes riches en déjections d'oiseaux et en poussières provenant notamment des excréments que les animaux déposent sur le substrat). L’espèce Xanthoria parietina est un exemple type de lichen nitrophile (NO2) et toxitolérant au soufre (SO2). C’est une espèce qui préfère ou exige des teneurs en azote très importantes, des nitrates généralement dont l’origine est souvent humaine (Massé, 1966).

53Le versant sud bien exposé au bioclimat aride offre un relief pentu et très accidenté, la roche calcaire affleure et les espèces de lichens sont nettement calcicoles. Les pentes inférieures sont parsemées de blocs rocheux hébergeant des espèces surtout héliophiles des genres Lecanora, Acarospora et Rhizocarpon qui sont très communes sur les roches bien ensoleillées. La plupart de ces lichens sont des espèces nettement héliophiles et thermophiles (Bricaud et Bauvet, 2006), elles tolèrent des températures très élevées et une saison sèche plus accentuée de 5 mois et demi. L’originalité de ce versant est observée au niveau de ces points les plus élevés où nous avons signalé un ensemble de stations (S2) (Figure 2) remarquable par la présence de Rhizoplaca melanophthalma et Lecanora esculenta. Ces deux taxons sont distingués par leurs usages médicinaux traditionnels, ils sont récoltés et utilisés dans le traitement de la leishmaniose cutanée (une maladie très fréquente dans cette région du sud de Sétif).

Typologie de Djebel Zdimm

54Cette typologie se traduit essentiellement par les 5 nouveaux taxons qu’on signale pour la première fois pour l’Algérie et pour les hautes plaines sétifiennes : Acarospora nitrophila H. Magn., Myriolecis invadens (H. Magn.) Śliwa, Zhao Xin et Lumbsch, Melanelia stygia (L.) Essl, Squamarina concrescens (Müll. Arg.) Poelt et Verrucaria sphaerospora Anzi (Tableau 1).

Ecologie et statut des espèces vulnérables

55Melanelia stygia (L.) Essl., une espèce à thalle foliacé, calcicole se développe sur rochers inclinés de haute altitude à 1220 m, formant des peuplements bien développés au nord-ouest de Djebel Zdimm. Cette station est unique sur ce versant, ceci permet d’attribuer à l’espèce Melanelia stygia (L.) Essl. le statut de rareté (RR) en Algérie (Figure 4-a).

56Rhizoplaca melanophthalma (DC.) Leuckert, une espèce à thalle squamuleux bien développé. Cette espèce est calcicole spécifique du versant sud, colonisant les fissures horizontales des falaises sommitales (1230 m) où la pente atteint son maximum de 85° de dénivelé. Cette espèce est très recherchée pour ses vertus thérapeutiques, ce qui permet de considérer Rhizoplaca melanophthalma (DC.) Leuckert comme vulnérable (V) dans les hautes plaines sétifiennes (Figure 4-c).

57Lecanora esculenta Evernsmann, une espèce à thalle squamuleux signalée sur le versant sud-ouest sur les rochers calcaires fortement inclinés à 1230 m d’altitude. Cette espèce est très recherchée par les villageois pour ces vertus réputées thérapeutiques, nous pouvons donc lui attribuer le statut de vulnérabilité (V).

58Acarospora nitrophila H. Magn., lichen crustacé, calcifuge signalé comme commun sur les parois subverticales à 1155 m d’orientation nord-ouest et sur les rochers ensoleillés à 1010 m nord-est. Cette espèce trouve son maximum de développement en bas versant. Il s’agit d’une espèce patrimoniale d’intérêt mondial : espèce rare (Roux et al., 2014 ; Clauzade et Roux, 1985).

59Rhizocarpon umbilicatum (Ramond) Flagey, une espèce calcicole récoltée sur les rochers calcaires. Cette espèce héliophile est très commune (CC) dans de nombreuses stations bien éclairées et ensoleillées en exposition Sud entre 1060 et 1080 m d’altitude sur Djebel Zdimm. Elle est signalée très récemment par Rebbas et al., (2011) dans le Parc national de Gouraya. Cette espèce, se trouvant dans deux bioclimats différents, l’humide à Gouraya et le semi-aride inférieur dans notre zone d’étude, montre sa grande plasticité écologique en Algérie (Figure 5-f).

Figure 4. Quelques lichens foliacés de djebel Zdimm (Nord- Est de l’Algérie) / Some foliose lichens from djebel Zdimm, (North -East of Algeria).

Figure 4. Quelques lichens foliacés de djebel Zdimm (Nord- Est de l’Algérie) / Some foliose lichens from djebel Zdimm, (North -East of Algeria).

Figure 5. Quelques lichens crustacés de djebel Zdimm (nord-est de l’Algérie) / Some Crustose lichens from djebel Zdimm, North-East of Algeria.

Figure 5. Quelques lichens crustacés de djebel Zdimm (nord-est de l’Algérie) / Some Crustose lichens from djebel Zdimm, North-East of Algeria.

a. Myriolecis hagenii (Ach.) Śliwa, Zhao Xin et Lumbsch, b. Acarospora glaucocarpa var. cervina (A. Massal.) Cl. Roux, c. Lecanora muralis (Schreb.) Rabenh., d. Lecanora invadens H. Magn, e. Caloplaca erythrocarpa (Pers.) Zwackh, f. Rhizocarpon umbilicatum (Ram.) Jatta., g. Acarospora contigua H. Magn., h. Lecanora rupicola (L.) Zahlbr., i. Aspicilia contorta (Hoffm.) Kremp.

Conclusion

60La flore lichénique de Djebel Zdimm, avec 55 espèces saxicoles, constitue un nouveau record pour la diversité taxonomique de l’Algérie. La typologie de cette steppe est mise en évidence par les 5 nouveaux taxons signalés pour l’Algérie et la présence des espèces à vertus thérapeutiques dont elles sont vulnérables et à statut rare. Actuellement, la flore lichénique en Algérie n’est connue que dans les zones humides notamment en milieu forestier. Ce travail permet de comprendre à quel point les données sur les lichens algériens peuvent être encore lacunaires et combien il serait prématuré de tirer des conclusions quant à la répartition des lichens et l’établissement d’une liste floristique exhaustive pour l’Algérie. Les recherches sur les lichens devraient élargir et approfondir le spectre des enquêtes de prospection territoriale aux milieux steppiques qui offrent de vastes champs aux lichénologues et aux spécialistes dans la systématique.

Remerciements

61Je tiens à remercier vivement monsieur Rabah Khedim, enseignant chercheur en sciences de l’environnement et spécialiste en lichenologie (Université Amar Telidji de Lagouat-Algérie) pour sa collaboration et son aide précieuse dans l’identification des espèces de lichens étudiées.

Haut de page

Bibliographie

Agnan, Y., 2013, Bioaccumulation et bioindication par les lichens de la pollution atmosphérique actuelle et passée en métaux et en azote en France : sources, mécanismes et facteurs d'influence, thèse de doctorat, Institut National Polytechnique de Toulouse (INP Toulouse), 306 p.

Agnan, Y., N. Séjalon-Delmas et A. Probst, 2014, Origin and distribution of rare earth elements in various lichen and moss species

over the last century in France, Science of the Total Environment, Elsevier, 487, pp. 1-12.

Alioua, A., 2001, Détection de la pollution plombique d'origine automobile à l'aide de bio-accumulateurs végétaux dans l'agglomération de Skikda (N. E. Algérie), Thèse de Doctorat de l’université Joseph Fourier, Grenoble, 136 p.

Barry, J. P., Celles, J.C. et L. Faurel, 1974, Notice de la carte internationale du tapis végétal et des conditions écologiques. Feuille d’Alger au 1/1 000 000. CRBT, Alger, 42 p.

Bendaikha, Y. et S., Hadjadj-Aoul, 2016, Diversity of Lichens Flora in Oran Area (North-Western Algeria). Adv. Environ. Biol. 10, 7, pp. 180-191

Boutabia, L., S. Telailia et G. de Bélair, 2015, Corticolous Lichen Flora on Quercus suber L. in the wetlands of El Kala National Park (North-Eastern Algeria). Adv. Environ. Biol.9, 4, pp. 360-372

Boutabia, L., S. Telailia, A. Slimani et R. El Mokni, 2018, Diversité de la flore lichénique épiphyte des formations à chêne kermès (Quercus coccifera) du littoral d'El Kala (extrême Nord-Est algérien), Journal of New Sciences, Agriculture and Biotechnology, CIRS, 7, pp. 3299-3307

Boltersdorf, S. H., R. Pesch, et W. Werner, 2014, Comparative use of lichens, mosses and tree barkto evaluate nitrogen deposition in Germany. Environmental Pollution 189, pp. 43-53

Chermat, S., Y. Djellouli et R. Gharzouli, 2013, Dynamique régressive de la végétation des Hautes Plaines Sétifiènnes : érosion de la diversité floristique du Djebel Youssef, Algérie, Revue d'écologie (Terre et Vie), 68, 1, pp. 85-100

Chermat, S., Y. Djellouli, et R. Gharzouli, 2016, Phytodynamique des groupements steppiques de Djebel Zdimm en Algérie nord-orientale, Revue Internationale d’Ecologie Méditerranéenne International Journal of Mediterranean Ecology 42, 1, pp. 51-63

Clauzade, G. et C. Roux, 1985, Likenoj de Okcidenta Eŭropo. Illustrita determinlibro, Bulletin de la Société Botanique du Centre-Ouest, 7, (Édit.) BCO St-Sulpice-de-Royan. 893 p.

Coste, C., 2011, Aperçu de la flore et de la végétation lichéniques de la réserve biologique intégrale du cirque de Madasse (forêt domaniale du causse Noir, Aveyron). Bulletin de la société d'histoire naturelle de Toulouse, 25 p.

Coste, C., 2016, Introduction à la biologie et l’écologie des lichens. Un exemple de diversité lichénique : la Corse, conférence au Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, 26 oct. 2016, Bull. Soc. Hist. Nat. Toulouse, 152, pp. 96-100

Faurel, L., P. Ozenda et G. Schotter, 1951, Matériaux pour la flore lichénologique d’Algérie et de Tunisie. I – Caliciaceae, Cyphelaiceae, Peltigeraceae et Pertusariaceae. Bull. Soc. Hist. Nat. Afr. Nord, 42, pp. 62-112

Faurel, L., P. Ozenda, et G. Schotter, 1952, Notes lichénologiques Nord Africaines. II. Quelques lichens inédits pour l'Algérie. Bull. Soc. Hist. Nat. Afr. Nord, 43, pp. 137-145

Glaçon, J., 1967, Recherche sur la géologie et les gîtes métallifères du Tell Sétifien (Algérie). Bull de géol., 32. O.T.I.

Khedim, R., M. Maatoug, H. Benhassaini, et M. Ait Hammou, 2018, Macrolichens new to Algeria and other interesting species from Theniet-El-Had National Park, Herzogia, 31, pp. 252–267

Lahmar, R., 1992, Intensification céréalière dans les hautes plaines Sétifiènnes : quelques résultats. CIAHEAM – Option Méditerranéenne, 2, 1, pp. 93-97

Maire, R., 1926, Carte géographique de l’Algérie et la Tunisie-Gouv. Algérie.1 carte h.t. Alger, vol 1, 78 p.

Massé L. J. C. ,1966, Flore et. Végétation lichéniques des îles. Glénan (Finistère). Revue bryologique et lichénologique, 34, 3-4, pp. 854-927

Bricaud, O. et C. Bauvet, 2006, Aperçu de la végétation lichénique du bois de Païolive (Ardèche), Association Française de Lichénologie, 48p.

Nimis, P. L., 2016, The Lichens of Italy, A second annotated catalogue, EUT - Edizioni Universita di Trieste, 739 p.

Ozenda, P. et G., Clauzarde, 1970, Les lichens. Etude biologique et flore illustrée. Masson, Paris, 801 p.

Quézel, P. et S. Santa, 1962, Nouvelle Flore de l'Algérie et des régions désertiques méridionales, vol. 1-2. Paris, CNRS, 1170 p.

Quézel, P., 1978, Analysis of the Flora of Mediterranean and Saharan Africa. Annals of the Missouri Botanical Garden, 65, pp. 479-534

Rahali, M., 2003, Etude de la pollution plombique et globale dans la région d’Alger, en utilisant les lichens comme indicateur biologiques. Thèse de doct Institut National d’Agronomie (Alger), 302 p.

Rebbas, K., L. Boutabia, Y. Touazi, R. Gharzouli, Y. Djellouli et D. Alatou, 2011, Inventaire des lichens du Parc national de Gouraya (Béjaïa, Algérie). Phytothérapie, 9, 4, pp. 225-233

Roux, C., 1978, Complément à l’étude écologique et phytosociologique des peuplements lichéniques saxicoles-calcicoles du SE de la France. Bull. Mus. Hist. nat. Marseille, 38, pp. 65-185

Roux, C., 1990, Echantillonnage de la végétation lichénique et approche critique des méthodes de relevés. Cryptogamie, Bryol., Lichenol., 11, 2, pp. 95-108

Roux, C., 1991, Phytogéographie des lichens saxicoles-calcicoles d’Europe Méditerranéenne. Bot. Chron, 10, pp. 163-178.

Roux C., J.-Y. Monnat, C. Van Haluwyn et 63 autres, 2014, Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine, Fougères : Éditions d’art, Henry des Abbayes, 1525 p.

Roux C., J.-Y. Monnat, D. Gonnet et 63 autres, 2017, Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine, 2e édition revue et augmentée, Édit. Association française de lichénologie (AFL), Fontainebleau, 1581 p., [ en ligne] URL : https://www.afl-lichenologie.fr/telecharger/Doc/2017CLF_Tome1_Texte.pdf

Semadi, A., 1989, Effet de la pollution atmosphérique (pollution globale, fluorée et plombique) sur la végétation dans la région d’Annaba. Thèse de Doctorat d’Etat ès Sciences Naturelles, Université P. et M. Curie (Paris 6), 339 p.

Serradj, A. A. M., J. El Oualidi, A. Slimani et Z. Boumedris, 2013, Contribution to the lichens inventory hens from the Oubeira lake (NE Algeria). Bulletin de l'Institut Scientifique, Rabat, Section Sciences de la Vie, 35, pp. 15-17

Slimani, A., A. A. M. Serradj, T. Hamel et C. Coste, 2013, Contribution à l'étude de la flore lichénique dans la zéenaie de Bougous (forêt de Ramel Toual) au niveau du Parc National d'El Kala Nord Est algérien. Rev. Sci. Technol. Synthèse, 27, pp. 22–29.

Stanly, C., M.H.A. Dafaalla, L.K. Chan, B. Peng-Lim et B. Arvind, 2011, Comparative evaluation of antioxidant activity and total phenolic content of selected lichen species from Malaysia. J. Pharm. Res. 4(8), pp. 24-27.

Tahereh, V. et S. Minoo, 2015, Antibacterial and Antifungal Activities of Gelatinose and non-Gelatinose Lichen Species, J. Arch. Mil. Med. 3,4, pp. 1- 4

Tiévant, P., 2001, Guide des lichens : 350 espèces de lichens d'Europe, Lausanne, Édit. Delachaux et Niestlé. 304 p.

Werner, R.G., 1939, Aperçu phytogéographique sur la flore cryptogamique méditerranéenne de l’Afrique du Nord. L’endémisme et les caractères propres au Maroc, à l’Algérie et à la Tunisie. IV Congrès Fed Soc. Sav. Afr. Nord, 1, pp. 219-244

Werner, R.G., 1955, Synthèse phytogéographique de la flore lichénique de l’Afrique du Nord Française d’après les données récentes et essai de paléogéographie lichénique. Bull. Soc. Bot. de Fr., 102, pp. 35-50

Haut de page

Annexe

Annexe

Tableau 1. Liste floristique des lichens inventoriés dans Djebel Zdimm au nord-est de l’Algérie / Floristic list of lichens inventoried in Djebel Zdimm in North-East of Algeria.

Taxons

Type de Thalle

Habitat

Autécologie Synécologie

Exposition Versant

Alt.(m)Pente

Acarosporaceae

Acarospora contigua H. Magn.

crustacé

rochers non calcaire, riches en azote

CC

calcifuge nitrophile

Nord -Est

1030 m

30°

Acarospora glaucocarpa var. cervina (A. Massal.) Cl. Roux

crustacé

roches calcaires bien ensoleillés et secs.

C

calcicole

Sud

1140 m

55°

* Acarospora nitrophila H. Magn.

crustacé

rochers ensoleillés et petites pierres

V

calcifuge

Nord-ouest

1155 m

30°

Acarospora sinopica

(Wahlenb.) Körber

crustacé

rochers ensoleillés,

blocs rocheux

C

calcifuge

Sud- Est

1200 m

60°

Pleopsidium flavum (Bellardi) Körb.

crustacé

parois verticales non calcaires

V

calcifuge

Sud- Est

1210 m

50°

Arthoniaceae

Arthonia apotheciorum (A. Massal.) Almq.

pas de thalle

distinctif

se développe dans l'hyménium de l'hôte

CC

espèce parasite

de Lecanora albescens

Nord

1140 m

50°

Arthonia varians (Davies) Nyl.

pas de thalle

distinctif

se développant dans l'hyménium de l'hôte

C

espèce parasite de Lecanora rupicola

Nord-Ouest

1160 m

20°

Graphidaceae

Diplochistes scruposus (Schreber) Norman

crustacé

roches calcaires

CC

calcicole

nitrophile

Sud

1100 m

30°

Lecanoraceae

Myriolecis albescens (Hoffm.) Śliwa, Zhao Xin et Lumbsch

crustacé

ubiquiste - commune sur les blocs rocheux calcaires ensoleillés

CC

calcicole,

nitrophile

Nord

Sud

1140 m

50°

1100 m

30°

Lecanora campestris (Schaer.) Hue

crustacé

ubiquiste sur blocs rocheux et rochers calcaires.

CC

calcicole

Nord

Sud

1030 Nm

40°

1100 m

30°

* Myriolecis invadens (H. Magn.) Śliwa, Zhao Xin et Lumbsch

crustacé

roches calcaires

R

calcicole

Nord-Ouest

1180 m

75°

lecanora esculenta Evernsmann

squamuleux

rochers calcaires

R

calcicole

Sud- ouest

1230 m

65°

Protoparmeliopsis muralis (Schreb.) M. Choisy

crustacé

roches calcaires

V

calcicole,

nitrophile

Sud-Est

Nord

1185 m

45°

1000 m

56°

Myriolecis hagenii (Ach.) Śliwa, Zhao Xin et Lumbsch

crustacé

rochers calcaires

R

calcicole,

nitrophile.

Nord

1125 m

55°

Lecanora rupicola (L.) Zahlbr.

crustacé - mal développe due au parasitisme

roches calcaires

CC

calcicole et

nitrophile

à apothécies parasitées par Arthonia varians

Nord -Ouest

1160 m

20°

Myriolecis crenulata (Hook) Śliwa, Zhao Xin et Lumbsch.

crustacé

rochers calcaires

C

calcicole,

nitrophile

Sud

1100 m

45°

Rhizoplaca melanophthalma

(DC.) Leuckert & Poelt

squamuleux, bien développé

parois rocheuses calcaires ombragés

V

calcicole

Nord

1210 m

70°

Lecideaceae

Lecidea fuscoatra (L.) Ach.

crustacé

rochers non calcaire

C

calcifuge,

nitrophile

Nord

1000 m

20°

Lichinaceae

Psorotichia schaereri (A.Massal.) Arnold

crustacé

roches calcaires

C

calcicole

Nord

1150 m

65°

Lichinella cribellifera (Nyl.) Moreno & Egea

squamuleux

parois rocheuses calcaires

V

calcicole

Nord

1250 m

75°

Megasporaceae

Aspicilia calcarea (L.) Mudd

crustacé

roches et

blocs calcaires

CC

calcicole

Sud- Est

Nord

1150 m

50°

1185 m

45°

Aspicilia cheresina (Müll. Arg.) Hue

crustacé

rochers et

blocs calcaires

V

calcicole

Nord

1230 m

35°

Aspicilia contorta (Hoffm.) Kremp.

squamuleux

roches et pierres calcaires

C

calcicole

Nord -Ouest

1120 m

75°

Aspicilia farinosa Nyl.

crustacé épilithique

calcaire

CC

calcicole

Sud

1050 m

30°

Lobothallia radiosa (Hoffm.) Hafellner

crustacé

roches calcaires

V

calcicole,

nitrophile

Sud-Est

1100 m

70°

Physiaceae

Buellia spuria (Schaer.) Anzi

crustacé, épilithique

rochers peu inclinés

C

calcifuge, héliophile

Sud

1150 m

30°

Placynthiaceae

Placynthium nigrum (Huds.) Gray

crustacé

roches calcaires

C

calcicole

Sud

1250 m

40°

Parmeliaceae

* Melanelia stygia (L.) Essl. = Parmelia stygia (L.) Ach.

foliacé

roches fortement inclinés

V

calcifuge

Nord

1210 m

70°

Parmelia saxatilis (L.) Ach.

foliacé

rochers non ensoleillés

V

calcifuge

Sud

1200 m

75°

Xanthoparmelia conspersa (Ach.) Hale

foliacé

barres rocheuses non calcaires, fortement inclinés

C

calcifuge

Sud

1210 m

80°

Xanthoparmelia pulla (Ach.) O. Blanco

foliacé

rochers ensoleillés non calcaires

V

calcifuge nitrophile

Nord-Ouest

1180 m

75°

Xanthoria calcicola Oksner

foliacé

rochers ensoleillés calcaires

CC

calcicole,

nitrophile

Nord-Est

1070 m

30°

Xanthoria elegans (Link) Th.Fr.

foliacé

roches calcaires

CC

calcicole nitrophile

Sud-Est

Nord

1160 m

25°

Xanthoria parietina (L.) Th. Fr.

foliacé

roches calcaires

CC

calcicole, nitrophile très fréquente

Sud

Nord

1000 m

10°

1150 m

20°

Pertusariaceae

Pertusaria rupicola (Fr.) Harm.

crustacé

rochers inclinés, fentes des falaises ensoleillées

V

calcicole

Sud

1200 m

75°

Rhizocarpaceae

Rhizocarpon geographicum (L.) DC.

crustacé

rochers et pierres

CC

calcifuge

Sud

Nord

1010 m

45°

1100

30°

Rhizocarpon concentricum (Davies ) Beltr .

crustacé

roches calcaires

CC

calcicole,

Sud- Ouest

1080 m

25°

Rhizocarpon distinctum Th. Fr.

crustacé

parois rocheuses

V

calcifuge

Nord

1110 m

60°

Rhizocarpon umbilicatum (Ramond) Flagey.

crustacé

rochers calcaires

C

calcicole

Nord-Est

1100 m

60°

Rhizocarpon petraeum (Davies) Beltr.

crustacé

rochers calcaires

C

calcicole

Sud

1050 m

60°

Stereocaulaceae

Lepraria sp.

lépreux

parois rocheuses horizontales

C

calcifuge

Nord

1110m60°

Squamarinaceae

* Squamarina concrescens (Müll. Arg) Poelt

squamuleux

parois verticales de falaises

C

calcifuge, nitrophile

Nord

1210 m

80°

<p class="annex
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation du site d’étude en Algérie Nord-orientale / Study area location in North-east Algeria.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/25404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 2. Emplacement des stations inventoriées sur djebel Zdimm / Location of inventoried stations on djebel Zdimm.
Crédits Carte réalisée en utilisant google map.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/25404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 3. Répartition numérique des espèces déterminées dans les genres et les familles de lichens / Numerical distribution of determined species in the genera and families of lichen.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/25404/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4. Quelques lichens foliacés de djebel Zdimm (Nord- Est de l’Algérie) / Some foliose lichens from djebel Zdimm, (North -East of Algeria).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/25404/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Figure 5. Quelques lichens crustacés de djebel Zdimm (nord-est de l’Algérie) / Some Crustose lichens from djebel Zdimm, North-East of Algeria.
Légende a. Myriolecis hagenii (Ach.) Śliwa, Zhao Xin et Lumbsch, b. Acarospora glaucocarpa var. cervina (A. Massal.) Cl. Roux, c. Lecanora muralis (Schreb.) Rabenh., d. Lecanora invadens H. Magn, e. Caloplaca erythrocarpa (Pers.) Zwackh, f. Rhizocarpon umbilicatum (Ram.) Jatta., g. Acarospora contigua H. Magn., h. Lecanora rupicola (L.) Zahlbr., i. Aspicilia contorta (Hoffm.) Kremp.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/25404/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabah Chermat, « Étude des lichens saxicoles de la steppe semi-aride de Djebel Zdimm (Nord-Est de l’Algérie) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 05 octobre 2019, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/25404 ; DOI : 10.4000/vertigo.25404

Haut de page

Auteur

Sabah Chermat

Enseignant chercheur, laboratoire projet urbain ville et territoire (LPUVT), Université Ferhat Abbas Sétif Algérie (UFAS1), Algérie, courriel : sabahchermat@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page