Navigation – Plan du site

L’euphémisation des interdépendances entre humains et non-humains. Étude de cas à partir d’une sociologie politique écocentrée

Guimont Clémence

Résumés

À partir d’une enquête empirique des politiques du vivant menée dans le Nord-Pas de Calais, nous proposons une analyse de sociologie politique écocentrée. L’écocentrisme holiste, et plus particulièrement la notion de « communauté écouménique » définie par Gérald Hess, permet au politiste d’analyser différemment les interdépendances entre humains et non-humains. Une confrontation de cette proposition philosophique à une enquête sociologique empirique permet de mettre en avant un processus d’euphémisation des interdépendances, conséquence directe d’un cadrage politique anthropocentré et techniciste. Les dimensions holistiques, sensibles et temporelles d’une communauté politique rassemblant humains et non-humains face à la crise écologique sont ainsi réduites par l’action publique. La notion de « communauté écouménique » met en avant la portée heuristique d’une sociologie politique écocentrée dès lors que l’on intègre la gravité de la disparition des espèces. Elle démontre les angles morts induits par une approche sociologique qui serait strictement constructiviste.

Haut de page

Texte intégral

« Nous n’avons pas seulement besoin d’apprendre à penser différemment notre rapport à la Nature, mais encore d’apprendre à sentir et à agir différemment. » (Naess, 2017, p. 313)

1Les activités anthropiques sont à l’origine de la crise de biodiversité actuelle (Ceballos et al., 2015). Cette crise, notamment caractérisée par ses irréversibilités, c’est-à-dire ses seuils d’effondrement irréversibles des espèces (Barnosky et al., 2012), est une menace autant pour les humains que pour les non-humains. Elle interroge la survie des non-humains mais aussi nos paysages, nos capacités de productions agricoles et la pérennité de l’usage que nous faisons des ressources naturelles (Rockström et Steffen, 2009). La crise de biodiversité met ainsi au jour les interdépendances existantes entre les humains et les non-humains.

  • 1 Par « phénoménologie » nous désignons génériquement le courant de philosophie porté par Husserl pui (...)

2L’écocentrisme holiste, courant de pensée des éthiques environnementales, repense notre rapport éthique et politique aux non-humains dans le but d’assurer leur maintien et le nôtre. Il propose d’élargir la communauté politique aux autres êtres vivants. Il nous offre alors la possibilité de penser et d’agir différemment, par-delà le rapport instrumental et anthropocentré que nos sociétés contemporaines entretiennent avec les non-humains. La communauté écouménique proposée par Gérald Hess (2015, 2017) est un outil conceptuel de l’écocentrisme holiste. Reprenant les théories d’Aldo Léopold et de J. B Callicott, G. Hess propose d’analyser les modalités morales et politiques de l’élargissement de la communauté politique aux autres êtres vivants. Pour cela, il fait le constat que les êtres vivants sont tous membres d’une même communauté et d’un même biotope qui lie leur destin. La communauté écouménique définit ainsi une communauté politique rassemblant humains et non-humains. Cette notion acte la reconnaissance du caractère politique des interactions entre humains et non-humains et la nécessité de prescrire et de justifier une finalité éthique définissant les modalités politiques de ces interactions. De plus, Gérald Hess mobilise les fondements de la phénoménologie1 pour définir la communauté écouménique (Hess, 2016). Il met ainsi en évidence que les interactions se fondent sur des expériences vécues, qui influencent le rapport entre humains et non-humains dans le temps et l’espace.

3D’après nous, l’écocentrisme holiste améliore la compréhension des interactions entre humains et non-humains en reconnaissant que celles-ci structurent la fabrique de l’action publique. Il représente un courant important, car à notre connaissance la sociologie politique dispose de peu d’outils pour comprendre le rôle politique des interdépendances entre humains et non-humains. Nous rejoignons en cela Lionel Charles, Bernard Kalaora et Chloé Vlassopoulos (2017) qui soulignent que la sociologie de l’environnement ne bénéficie pas d’un outillage épistémologique permettant de dépasser l’autoréférentialité du social. Dans ce contexte, la communauté écouménique permet de penser que l’histoire politique est encastrée dans l’histoire du vivant, car l’ensemble des êtres appartiennent à une même communauté biotique. Elle élargit le regard du politiste à l’ensemble des êtres humains et non-humains dans l’analyse de la fabrique politique de la biodiversité. Nous faisons l’hypothèse que la notion de « communauté écouménique » représente un outil de compréhension de la relation politique au vivant. Elle offre des outils analytiques qui permettent de dépasser l’étude anthropocentrée de la fabrique des faits politiques.

  • 2 La déconcentration désigne la présence de l’État en région et la décentralisation désigne le transf (...)

4Nous souhaitons ainsi analyser la fabrique de l’action publique de biodiversité sur le territoire du Nord-Pas de Calais à partir d’une intégration des implications politiques et éthiques mises en exergue par la notion de « communauté écouménique ». Si cette perspective analytique a déjà été proposée auparavant, notamment par Caroline Lejeune (2015), elle était davantage centrée sur les dispositifs militants au regard des enjeux soulevés par les inégalités écologiques. Une enquête empirique composée de 48 entretiens semi-directifs menés entre 2014 et 2017 a permis de retracer la mise en politique de la biodiversité sur le territoire du Nord-Pas de Calais. Les entretiens ont été menés auprès des pouvoirs publics déconcentrés et décentralisés2, des sociétés savantes, des conservatoires, des usagers de la nature comme la fédération de chasse, les syndicats agricoles et des chambres consulaires notamment. Cette enquête visait à comprendre les conditions d’élaboration et de mise en œuvre des politiques de biodiversité sur le territoire.

  • 3 Depuis 2015, une réforme territoriale a fusionné plusieurs régions. La région Nord-Pas de Calais es (...)
  • 4 Ce chiffre nous a été indiqué par l’Observatoire de la biodiversité du Nord-Pas de Calais lors d’un (...)
  • 5 Voir à ce sujet les publications produites par l’Observatoire de la biodiversité du Nord-Pas de Cal (...)
  • 6 La trame verte et bleue est un plan d’aménagement du territoire visant à garantir les continuités é (...)

5À l’échelle d’un territoire comme le Nord-Pas de Calais3, située dans le Nord de la France, une espèce végétale et demie disparaît tous les ans4. La région est touchée de près par des pollutions liées à l’industrie minière, sidérurgique et textile, par l’agriculture intensive et par l’artificialisation croissante des sols5. En 1992, les Verts obtiennent la présidence du Conseil régional du Nord-Pas de Calais. Ils créent la même année une direction « environnement » et ils élaborent un plan pour 33 politiques environnementales en collaboration avec les acteurs naturalistes et les associations de protection de l’environnement. Le territoire devient moteur dans la création et la mise en œuvre de politiques de gestion du vivant, reposant sur un solide réseau de sociétés savantes et d’associations naturalistes (Alphandéry et Fortier, 2011). Depuis lors, les acteurs du territoire mènent un grand nombre de politiques de gestion du vivant. Il existe notamment des politiques d’inventaires et de connaissance du vivant (avec notamment la création d’un réseau d’informations naturalistes, d’un Observatoire de la biodiversité), des plans d’aménagement avec la trame verte et bleue6 – pionnière en la matière dès 1994 – et le développement d’aires protégées avec des réserves naturelles régionales, des réserves naturelles nationales, des zones Natura 2000, toutes gérées par des plans de gestion écologique, etc.

6Nous souhaitons dans cet article mettre au regard les politiques étudiées avec les principes qui découlent de la notion de « communauté écouménique », à savoir la dimension holiste de ces interdépendances, la dimension sensible de ces interdépendances et la convergence des temporalités politiques et biologiques. Ces trois principes majeurs révèlent les enjeux politiques inhérents aux interdépendances existantes entre les humains et les non-humains. La confrontation de politiques existantes avec la notion de « communauté écouménique » permet ainsi de comprendre les difficultés des politiques contemporaines de biodiversité pour répondre au défi urgent de la crise de biodiversité. Ces principales difficultés résident dans la gestion techniciste court-termiste du vivant, qui révèle le projet de domination politique de nos sociétés sur les non-humains par la connaissance et l’ingénierie écologiques.

7Nous démontrerons que cette confrontation révèle in fine une « euphémisation » des interdépendances existantes entre les milieux sociaux et les milieux naturels, qui est la conséquence de la gestion politique territoriale de la biodiversité. Nous entendons par là que les méthodes de fabrique de l’action publique de biodiversité contribuent à produire un cadrage politique (Gilbert et Henry, 2012) d’une gestion anthropocentrée du vivant, qui tend à réduire les interdépendances entre humains et non-humains à ce que l’action publique est en mesure de gérer sur le territoire.

Des interdépendances holistes entre humains et non-humains

8La communauté politique telle qu’elle est définie par l’écocentrisme holiste permet de comprendre la dimension holistique des interdépendances entre les humains et les non-humains. À ce titre, elle met l’accent sur une dimension politique importante pour le territoire qui tend à être négligée par les acteurs du territoire. Le cadrage anthropocentré et techniciste construit par les pouvoirs publics tend à réduire ces interdépendances à une gestion dualiste et opérationnelle.

Une communauté politique holiste

9La communauté écouménique proposée par G. Hess s’appuie sur l’éthique de la terre, initiée par Aldo Leopold (2000) et reprise par John Baird Callicott (2010). Au cœur des débats portés par les tenants de l’écocentrisme holiste, l’éthique de la terre permet de comprendre en quoi les liens existants entre les humains et les non-humains ne sont pas réductibles au strict assemblage des deux parties. Pour J. B. Callicott, l’éthique de la terre est ainsi une éthique holistique, qui repose sur deux principaux fondements scientifiques. Elle s’appuie premièrement sur la biologie de l’évolution. J. B. Callicott indique que l’histoire de l’évolution du vivant – qu’il qualifie d’« odyssée de l’évolution » (Callicott, 2010, p. 60) – fait que nous avons un lien diachronique entre humains et non-humains. Ce lien révèle nos interdépendances. Deuxièmement, l’éthique de la terre se fonde sur la biologie de l’écologie. « Les êtres humains, les plantes, les animaux, les sols et les eaux sont tous imbriqués dans une communauté bourdonnante de coopérations et de compétitions, un biote », nous dit-il (Callicott, 2010, p. 60). Ainsi, comme le définit J.B. Callicott à partir de Charles Darwin, le vivant se réalise et s’épanouit au travers de relations de coopérations ou bien de sélection entre les espèces. La force des interdépendances existantes entre les humains et les non-humains tient au fait que la communauté ne peut se réaliser qu’à travers elles. Ce sont par les interactions biologiques, physiologiques et sensibles qu’une communauté biotique émerge.

10La reconnaissance du fait que les humains et les non-humains sont interdépendants et que la communauté qui les relie n’est pas réductible à la somme des parties a des conséquences en termes politiques et éthiques. Les êtres sont considérés à partir de leur appartenance à la communauté biotique. Il leur est ainsi accordé une valeur en tant qu’ils contribuent au fonctionnement de l’écosystème. Le point de vue proposé relève de l’écocentrisme holiste, au sens où il met l’accent sur le rôle des « interdépendances des éléments et leur commune appartenance à un ensemble » (Larrère, 2010, p. 408) que l’on qualifie généralement de communauté biotique. Cette reconnaissance éthique du rôle des non-humains dans le fonctionnement de la communauté du vivant – communauté écouménique – est lourde de conséquences quant à la gestion politique du vivant. Elle met en effet en exergue le fait que la relation politique aux non-humains n’est pas uniquement réductible à un rapport anthropocentré au vivant. Si le politiste se limitait à une analyse anthropocentrée, il risquerait d’analyser seulement le point de vue des enquêtés. L’apport de la communauté écouménique pour la sociologie politique est alors majeur : il amène à comprendre le rôle politique que jouent les non-humains.

La réduction de l’holisme par une gestion politique néo-managériale

  • 7 Par « vivant », nous entendons ici « vivant non-humain ». Par souci de rendre la lecture plus fluid (...)

11Les politiques territoriales du vivant7 s’organisent principalement autour d’une collecte des connaissances acquises par le recensement du vivant (Arpin et al., 2015). Ces connaissances alimentent alors des plans d’aménagements et des dispositifs de gestions d’espaces naturels (Franchomme et al., 2013). Nous souhaitons démontrer qu’elles participent, par le cadrage qu’elles forgent, à minimiser la part d’autonomie des non-humains qui ne peut être maîtrisée par les techniques de gestion du vivant. La minimisation de l’autonomie des non-humains produit un biais dans la gestion politique des interdépendances entre humains et non-humains au sens où elle ne permet pas de saisir le processus holistique des interdépendances. Elle réduit la communauté politique au rapport anthropocentré et techniciste que nos sociétés sont susceptibles d’entretenir avec les non-humains par le biais d’opérations de mise en connaissance du vivant et d’ingénierie écologique.

  • 8 Pour plus de détails à ce sujet, un guide des plans de gestion a été mis en ligne par l’Agence fran (...)
  • 9 Pour plus d’informations, le site de l’Agence française pour la biodiversité propose une fiche sur (...)
  • 10 La DREAL représente l’antenne du Ministère de l’Écologie en région dans la logique de la déconcentr (...)

12L’idée que la connaissance naturaliste est déterminante dans le pilotage de la biodiversité apparaît dès les années 1970 avec la loi pour la protection de la nature et la mise en place des Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). Elle s’institutionnalise encore davantage avec la stratégie nationale pour la biodiversité en 2004, qui fait de la collecte de données naturalistes un impératif pour « fournir des données fiables et représentatives de l’état de la biodiversité pour le pilotage de la stratégie » (Alphandéry et Fortier, 2011, p. 22). La mise en inventaires des espèces et des milieux répond ainsi aux exigences néo-managériales de rationalisation du vivant (Arpin et al., 2015). Au niveau local, de nombreuses obligations règlementaires imposent aux gestionnaires d’espaces naturels de s’appuyer sur les inventaires naturalistes et sur les listes de classements des espèces protégées pour élaborer les diagnostics, la stratégie et l’évaluation des plans de gestion8 des espaces naturels protégés. Selon le statut juridique de l’espace naturel, le plan de gestion est obligatoire (notamment pour les zones Natura 2000) ou vivement recommandé9. Ce plan de gestion est établi par les gestionnaires des espaces naturels et il est mis à la disposition des partenaires financiers, des scientifiques, des élus et des parties prenantes vivants sur ces espaces. Ces plans font l’objet d’évaluations régulières (bilan intermédiaire tous les cinq ans et évaluation de long terme tous les quinze ans) pour évaluer la performance et le ratio coûts financiers/résultats sur le vivant pour réorienter les objectifs de gestion du vivant. Sur le territoire du Nord-Pas de Calais, l’élaboration et la mise en œuvre de ces plans de gestion sont permises par la structuration de politiques d’inventaires naturalistes. Sous l’impulsion du Conseil régional et avec le soutien financier du Conseil régional et de la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et du logement (DREAL)10, les politiques du vivant ont permis dans le Nord-Pas de Calais la structuration d’un réseau naturaliste d’informations et de collectes de données dès 2010 (nommé le RAIN), la création d’un Observatoire régional de la biodiversité en 2010 et l’animation d’un Groupement interscientifique sur la biodiversité (GIS), rassemblant une vingtaine de chercheurs et une dizaine de laboratoires de recherche régionaux autour d’environ 20 projets de recherche financés par le Conseil régional du Nord-Pas de Calais entre 2010 et 2014. Cette mise en réseau par les pouvoirs publics de sociétés savantes et d’experts contribue à légitimer un cadrage cognitif du vivant autour de l’idée que la connaissance détermine l’action. Ainsi, de plus en plus, les données produites par les experts structurent la prise de décision en matière de gestion du vivant. Malgré leurs usages différenciés, les inventaires naturalistes jouent un rôle majeur dans la gestion des espaces naturels (Vanpeene-Bruhier et al., 2013), notamment au niveau des espaces naturels protégés (zones Natura 2000, espaces naturels sensibles, réserves naturelles régionales, réserves naturelles nationales, etc.).

13Un directeur de gestion des espaces naturels d’un syndicat mixte explique :

« Les suivis ou les inventaires permettent de faire l’évaluation de la mise en œuvre des objectifs des plans de gestion puisque c’est par la présence ou l’absence d’espèces, par leur extension ou leur réduction que l’on juge le bienfondé des objectifs que l’on a mis en œuvre. (…) Et donc on s’appuie sur le travail des scientifiques quand il s’agit de définir les enjeux. C’est à partir des listes et de critères de classements des espèces et des habitats que l’on établit des enjeux et des objectifs. » (Entretien du 12 octobre 2017)

14C’est à partir de ces connaissances que sont établis les plans de gestion des espaces naturels, car elles permettent d’établir des objectifs considérés comme atteignables. Ces plans s’appuient sur les instruments de recensement du vivant pour déterminer les facteurs d’influence sur les milieux et les espèces et décider ainsi des orientations à mener concernant la préservation d’une espèce, le défrichement d’un milieu, le maintien d’une trame verte entre deux espaces, etc. Or, comme le souligne Mark Sagoff, philosophe de l’environnement, le fait que la science soit seule à répondre à la question de savoir ce qui est important de préserver pose problème. D’après lui, la science écologique impose actuellement ses propres valeurs et ses propres orientations en matière de gestion du vivant sans prendre position sur des débats éthiques et politiques ancrés dans la société. Il écrit ainsi :

« Lorsque les savants essaient de dire à la société non seulement ce qui est vrai, mais aussi ce qui est bien, ils prennent position au sein de controverses morales, esthétiques et théologiques en utilisant pour seule référence leurs constructions mathématiques. Les débats académiques portant sur ces constructions théoriques subvertissent ou corrompent les énergies morales, esthétiques et spirituelles qui poussent initialement le profane à se soucier de protection de l’environnement » (Sagoff, 2009, p. 147).

15Si Mark Sagoff tend à réduire la complexité des catégories d’experts et leur rôle dans la constitution des politiques publiques du vivant, nous le rejoignons lorsqu’il interroge le rôle de la science dans la prise de décision politique.

16Le recours à la connaissance savante appuie l’idée d’une maîtrise sur le vivant par des capacités d’anticipation et d’adaptation des gestionnaires des espaces naturels aux changements écosystémiques. Les évaluations de ces plans de gestion et leur réorientation à partir de la nécessité de répondre aux objectifs quantifiables par des indicateurs (également déterminés lors de l’élaboration du plan de gestion) renforcent également l’impression que les gestionnaires des espaces naturels sont en mesure d’agir et de quantifier les bienfaits de leurs actions sur le vivant. Ce modèle de gestion vivant correspond à un schéma néo-managérial de fabrique de l’action publique au sens où il repose sur la mise en indicateurs (Bouleau et Deuffic, 2016) et sur des réponses techniques qui s’appuient sur la culture du résultat chiffré (Guimont, 2018). Cette alliance entre les pouvoirs publics, l’expertise et le génie écologique légitime un cadrage techniciste et gestionnaire du vivant, qui tend à renforcer l’idée que le vivant peut être maîtrisé et géré par la connaissance et la technique. Nous rejoignons en cela Pierre Alphandéry et Agnès Fortier qui indiquent que :

« la conception d’une gestion écologique tournée exclusivement vers des préoccupations scientifiques et techniques (Alphandéry et al., 1991) participerait, conformément à ce qu’écrivait Lascoumes en 1994, au renforcement du pouvoir des experts, aboutissant à laisser les “écocrates” penser et gérer le vivant. » (Alphandéry et Fortier, 2011, p. 30).

  • 11 À ce propos, voir le dossier thématique coordonné par Guimont C., Petitimbert R., Villalba B., « Ne (...)

17La gestion du vivant voit converger la systématisation des réponses techniques des experts avec la montée en puissance de principes néo-managériaux tels que les tableaux de bord, la mise en place d’objectifs chiffrés, de contraintes du résultat et de procédés d’évaluation des politiques publiques11.

18Toutefois, de nombreuses situations révèlent que les gestionnaires ne sont pas en mesure d’évaluer et de gérer la totalité des processus écologiques ayant cours sur ces espaces, ce qui illustre que le vivant joue aussi un rôle dans les dispositifs de gestion. Le cas des espèces considérées comme envahissantes en est une bonne illustration. Ce même enquêté explique, suite à une question sur les difficultés de la mise en œuvre des plans de gestion qu’il peut rencontrer :

« Pour beaucoup d’espèces, en fait, c’est tellement dynamique que contenir leur importation c’est un challenge. Lutter contre, c’est impossible. Si vous prenez la balsamine, elle colonise tous les canaux, les bords de rivière, les zones humides, c’est une plante vraiment envahissante parce qu’elle arrive avec des taux de recouvrement très élevés donc elle chasse les autres espèces. » (Entretien du 12 octobre 2017)

  • 12 Le buddleia, également appelé « arbre à papillons » est un arbuste importé de Chine, très présent d (...)
  • 13 Pour plus de détails, voir la page de la DREAL des Hauts de France. [En ligne] URL : http://www.hau (...)
  • 14 Informations tirées ici du rapport d’activités 2016 du Conservatoire des espaces naturels du Nord-P (...)

19Il mentionne ensuite le cas du buddleia12 qui pose difficulté pour les gestionnaires d’espaces naturels de la Région. L’enquêté reconnaît l’impossibilité de ses équipes à lutter contre des espèces dites envahissantes. Cela est notamment lié à des raisons logistiques et techniques : les capacités de « colonisation » des espaces industriels par la plante sont plus rapides que les capacités d’endiguement des équipes mobilisées. Cela interroge les moyens financiers et matériels mis à la disposition des gestionnaires par les pouvoirs publics pour lutter contre ces espèces. En effet, la lutte contre les espèces dites « envahissantes » représente une part non négligeable des actions menées par les pouvoirs publics et leurs partenaires en Région. Ainsi, dès 2010, la DREAL du Nord-Pas de Calais sollicite le Conservatoire des Espaces Naturels et le Conservatoire botanique de Bailleul pour mettre en place un inventaire et des recommandations pour cibler et lutter contre les espèces envahissantes. Dès lors, quatre associations et sociétés savantes sont mobilisées dans leur spécialité – notamment la faune et la végétation, car les champignons et les lichens sont écartés du plan en raison de difficultés pratiques et matérielles13 – pour cartographier et recenser les espèces considérées comme envahissantes. En 2016, le Conservatoire botanique de Bailleul fait paraître une publication recensant ces espèces et le Conservatoire des Espaces Naturels du Nord-Pas de Calais établit une feuille de route régionale en proposant « dix actions à mettre en place en région sur les espèces exotiques envahissantes en termes de surveillance, de gestion et de communication14 ». Ces actions ont été établies à partir d’un principe d’efficacité, c’est-à-dire que la sélection des espèces contre lesquelles lutter s’est opérée grâce à des diagnostics de l’expertise qui garantissaient des résultats probants sur certaines espèces précises. Comme l’écrit la DREAL :

« Il a donc été judicieux d’appliquer une forte pression de lutte sur certaines espèces à enjeux afin d’obtenir des résultats probants, plutôt que de prendre en compte l’ensemble des espèces identifiées au risque de minorer l’action et les résultats menés.15 »

  • 16 C’est comme cela que la DREAL le justifie dans la présentation de son plan de lutte contre les espè (...)
  • 17 À ce propos, la constitution de la liste des espèces envahissantes publiée en 2016 par l’Union euro (...)

20L’un des principaux critères de sélection est celui qui garantit un rapport « résultats obtenus/moyens de lutte mobilisés »16. Par souci d’efficacité et de rentabilité, l’action publique fait le choix de ne pas lutter contre certaines espèces qui apparaissent pourtant comme menaçantes pour l’écologie et la santé, comme l’ambroisie17. En ce sens, les pouvoirs publics reconnaissent l’inefficacité de leur action en situation de contraintes techniques et financières. Ils admettent ainsi leurs difficultés à lutter contre certaines espèces considérées par les experts du territoire comme « envahissantes ».

L’euphémisation de la dimension holiste des interdépendances entre humains et non-humains

21L’étude de l’autonomie des non-humains comme variable explicative des politiques publiques du vivant peut être menée parce que l’analyse n’est pas cantonnée à une perspective anthropocentrée. Le recours à l’écocentrisme évite ainsi le biais anthropocentré induit par le constructivisme. Par approche constructiviste, nous entendons ce que Cyril Lemieux qualifie de

« doctrine selon laquelle les phénomènes descriptibles dans le monde, qu’ils soient réputés ordinairement sociaux ou naturels, n’existent pas antérieurement et extérieurement au travail accompli pour le catégoriser » (Lemieux, 2012, p. 172).

22Le constructivisme, cadre théorique dominant et majoritaire au sein de la sociologie politique (Keucheyan, 2007), place l’humain comme acteur dominant et déterminant des faits socio-politiques. L’approche constructiviste ne permet pas de rendre compte des effets que produisent le vivant – en tant qu’entité matérielle qui existe indépendamment de nos sociétés (Locher et Quenet, 2009) – sur sa mise en politique. À partir d’un regard anthropocentré, les politiques du vivant sont ainsi considérées comme un problème politique lié à la construction sociale de la biodiversité (Compagnon et Rodary, 2017) élaboré à partir des conflits d’intérêts et de pouvoir, des jeux d’acteurs et des choix d’experts (Chartier, 2011 ; Granjou, 2013, Granjou et Mauz, 2011 ; Micoud, 2011). La sociologie constructiviste ne propose pas d’étudier les influences et les interactions réciproques entre l’humain et le reste du vivant, car elle se concentre sur la fabrique politique de la gestion du vivant. Elle focalise sur la dimension socio-politique des politiques publiques davantage qu’elle ne permet de comprendre la complexité de ces interdépendances matérielles et sensibles existantes entre les humains et le reste du vivant.

  • 18 Nous ne souhaitons pas ici discuter des représentations socialement situées et des arbitrages polit (...)

23La mise en exergue du cadrage anthropocentré et techniciste permet de comprendre en quoi le cadrage gestionnaire du vivant tend à euphémiser les conséquences politiques de l’autonomie du vivant, notamment ici la question des moyens financiers, logistiques et humains employés dans la lutte contre les espèces considérées comme envahissantes18. Nous entendons ici par « euphémisation » le fait que les interdépendances sont réduites à ce que l’action publique est en mesure de gérer. La littérature écocentrée met en évidence que le vivant a une trajectoire écologique qui lui est propre, qui échappe aux logiques planificatrices et technicistes des politiques publiques du vivant, s’éloignant ainsi de la biopolitique du vivant (Ernwein, 2015). Il est une réalité écologique et matérielle à part entière (Callicott, 2010), qui ne peut être réduite aux ambitions gestionnaires de l’action publique. Le vivant s’accomplit par la totalité des interactions et des interdépendances qui ont cours. Les êtres sont ainsi considérés à partir de leur appartenance à la communauté biotique, en tant qu’ils y ont un rôle et une fonction biologique qui assurent

« l’intégrité, la stabilité et la beauté de la communauté biotique en soi » (Callicott, 2010, p. 62).

24L’étude des dispositifs de gestion du vivant ne saurait donc se faire sans prendre en compte la spécificité, le rôle et l’influence des espèces dans la gestion politique du vivant, au risque de réduire le rôle politique des non-humains.

Des interdépendances sensibles entre humains et non-humains

25La reconnaissance du rapport sensible que les humains entretiennent avec les non-humains joue un rôle dans la gestion politique des interdépendances. L’action publique territoriale tend à le réduire au profit de la prédominance de critères scientifiques et rationnels, ce qui contribue à une réduction des interdépendances à des motifs rationnels.

Le rôle structurant du sensible dans les interdépendances

26L’écocentrisme holiste recentre les débats éthiques et politiques autour des interdépendances par la reconnaissance de la relation sensible entretenue par les humains et les non-humains. En s’appuyant sur l’apport de la phénoménologie, Gérald Hess (2017) accorde une importance à la relation que chacun peut entretenir avec les non-humains dans les processus de décision politique. Il explique ainsi que les choix politiques en matière de gestion du vivant peuvent s’appuyer à la fois sur les connaissances scientifiques tant qu’ils restent ancrés dans l’expérience individuelle du rapport sensible aux non-humains. Il précise :

« Le savoir participatif de la perspective en première personne n’est pas seulement ce qui, avec le savoir objectif de la perspective en troisième personne, détermine l’argumentation sur le statut moral de la nature. Cette dernière doit sans cesse s’y rapporter non seulement dans son contenu, mais encore en tant que ce savoir participatif est issu de l’expérience même, sous peine de devenir un discours purement conceptuel et rationnel qui laisse de facto le point de vue en première personne de côté. » (Hess, 2017, p. 9)

27L’expérience sensible joue un rôle majeur dans la constitution des interdépendances entre humains et non-humains. De fait, elle influence et guide la décision politique. Le terme « écouménique », proposé par le philosophe Augustin Berque et repris par G. Hess, met justement en avant cette expérience sensible dans la relation des humains aux non-humains. L’écoumène désigne « la relation de l’humanité à l’étendue terrestre » (Berque cité par Hess, 2014, p. 333), c’est-à-dire à la fois la relation physique des humains aux non-humais, mais aussi la relation symbolique, immatérielle et sensible entretenue par les humains à leur milieu direct (Hess, 2015, p. 11). Ces deux dimensions sont complémentaires et constitutives des interdépendances.

La réduction du sensible à une gestion politique techniciste

28La place prédominante accordée à l’expertise dans les dispositifs de gestion du vivant contribue à réduire les relations entre nos sociétés et le vivant à une approche de gestion techniciste reposant sur la connaissance naturaliste et l’ingénierie écologique. La dimension sensible et affective unissant les sociétés aux non-humains joue pourtant un rôle dans les motivations des acteurs du territoire, bien qu’elle ne soit pas valorisée et mise en évidence par les pouvoirs publics. Autrement dit, nous souhaitons démontrer que si le sensible existe au sein des politiques territoriales (notamment par le biais des sciences participatives), il ne lui est pas accordé un rôle constituant dans la gestion par les acteurs publics.

  • 19 Entretien du 1er juin 2015 avec un élu du Conseil régional
  • 20 Entretien du 21 janvier 2016

29Le Conseil régional du Nord-Pas de Calais a créé en 2008 un service éco-citoyenneté – au sein de la direction environnement – destiné à mener des opérations de sensibilisation et d’informations auprès des citoyens pour renforcer les liens homme – nature. Ce service éco-citoyenneté s’appuie sur le principe des sciences participatives, qui ont pour visée de rétablir une connexion entre les sociétés et leur environnement grâce à la connaissance scientifique. En 2015, près de 200 évènements ont été proposés dans toute la Région19, tels que des expositions, des ballades nature, des spectacles et des plantations citoyennes. L’organisation et l’animation de ces évènements se font avec des partenaires du Conseil régional, comme les sociétés savantes (Groupe ornithologique, Société mammalogique, etc.) et avec le Conservatoire des Espaces Naturels. La priorité est donnée à la formation pour adultes et aux opérations de comptage. Les financements aux associations – renégociées tous les trois ans par des conventions pluriannuelles – sont orientés dans cette direction. Ainsi, un salarié d’une association naturaliste20 explique que son association a subi des pressions politiques et des menaces de coupes budgétaires si elle ne réorientait pas ses missions d’écocitoyenneté vers les adultes plutôt que vers les publics scolaires qu’elle privilégiait jusque-là. L’objectif est ainsi clairement de recréer du lien par le comptage d’espèces et par la participation des citoyens aux missions de recensements naturalistes. Un élu du Conseil régional nous explique ainsi :

« On ne pourra jamais subventionner les associations pour qu'elles comptent tous les écureuils du Nord-Pas de Calais. La question c'est comment on utilise les gens qui disent qu’ils sont prêts à faire quelque chose, comment on trouve les ressorts pour qu'ils viennent participer. Les sciences participatives sont le meilleur exemple, le plus facile, ou le moins difficile, mais le meilleur exemple. On arrive à trouver des gens lambda pour participer à une acquisition de connaissances. Et ça une subvention pour une association ne pourra jamais y arriver, jamais, et donc ben là on a un potentiel de quatre millions de gens qui sont prêts à ! Donc voilà, c'est comment on a cette stratégie régionale de biodiversité un peu physique et comment on a cette stratégie régionale de biodiversité tout au long de la vie pour essayer de renouer du contact et de faire en sorte que les gens sont inquiets, ils veulent agir, on leur offre… » (Entretien du 1er juin 2015)

30Cela passe notamment par une immersion en nature pour le recensement d’espèces. Ces opérations consistent principalement en l’organisation de journées ou de nuits de comptages d’espèces comme la journée de l’écureuil, la nuit de la chauve-souris ou le festival de l’arbre, animés conjointement avec les conservatoires et les sociétés savantes du territoire. On observe ainsi que les interactions entre milieux sociaux et milieux naturels sont envisagés par le prisme de la connaissance naturaliste et du suivi quantifié d’espèces, à la fois à des fins de sensibilisation et pour des raisons utilitaristes.

  • 21 D’après l’expression employée par un chargé de mission d’un parc naturel régional, entretien du 14 (...)

31Les actions proposées par les acteurs du territoire contribuent à réduire la dimension sensible du lien existant entre les sociétés et les milieux naturels à une approche mathématique. L’expérience souhaitée par les pouvoirs publics entre les citoyens et la nature est celle d’une opération comptable, qui acte le besoin de connaître pour agir. La dimension sensorielle et sensible est minimisée : si elle n’est pas niée, elle ne constitue pas un moteur dans la gestion du vivant. Pourtant, nombreux sont les enquêtés qui soulignent que le lien à la nature ne peut se limiter à cette seule vision de l’homme « ordonnateur de la nature »21. Cet enquêté nous dit :

« Pour moi, la biodiversité, c’est tout ce qui fait la richesse du monde vivant, même le monde mort puisque l’on parle de plus en plus de l’aspect paléontologique, qui fait aussi partie à un moment de la diversité des espèces. Voilà, c’est ça. Mais bon, actuellement, on fonctionne avec des jugements de valeur, des listes rouges, qui font que n’être que le reflet de la connaissance que l’homme en a. Mais la biodiversité, c’est tout ce qui permet à l’homme de vivre, à l’humanité de survivre. » (Entretien du 14 octobre 2015)

32Un autre enquêté, universitaire et impliqué dans l’animation du GIS biodiversité, révèle :

« J'ai un ami qui avait bien défini ce que je pouvais être. Je suis — comment il appelait ça — un contemplatif (rires). Donc effectivement la beauté du paysage, la beauté de la nature c'est quelque chose qui me touche personnellement et c'est vrai que j'ai du mal à accepter l'extinction d'une espèce parce que ma curiosité naturelle fait que j'aime bien observer, les papillons, les insectes, les animaux sauvages, les plantes, tout ça. C'est un plaisir personnel, c'est voilà, c'est contemplatif c'est une espèce de satisfaction personnelle d'observer la nature » (Entretien du 10 avril 2015)

33Ainsi, le rapport individuel sensible aux non-humains, que l’on qualifie de « phénoménologique », influence directement les acteurs dans leur relation aux non-humains. Cependant, l’action publique ne l’intègre pas dans son cadrage décisionnel, car elle privilégie le poids de la technique proposée par l’expertise scientifique. Pour Gérald Hess, il n’est pas question d’opposer l’expérience subjective phénoménologique et la perspective objective de savoir scientifique. La réflexion porte davantage sur l’intérêt d’appuyer les décisions en matière de gestion du vivant à partir de ces deux dimensions, dépassant ainsi

« l’épistémologie dualiste (ndrl : de l’écologie scientifique) où le sujet connaissant se doit de rester comme extérieur à l’objet connu » (Hess, 2017, p. 8).

34Cette analyse empirique permet de saisir le décalage entre le rôle politique de l’expérience individuelle et subjective envisageable et la prédominance actuelle du savoir dans la gestion politique du vivant.

35Il s’agit d’interroger la place occupée par ce lien sensible dans l’agir environnemental, dans les motivations des acteurs et dans les orientations prises, car les enquêtés révèlent ici ce lien particulier au vivant, qui les anime dans l’exercice de leurs missions. André Micoud, sociologue, a souligné les limites de la sociologie à intégrer la dimension sensible et esthétique du rapport qu’ont nos sociétés au vivant dans ses analyses. Il écrit :

« L’environnement ici, avant que d’être objet à saisir et à agir, est d’abord littéralement milieu associé au sein duquel l’être sensible sensoriel est immergé, qui ne se définit lui-même qu’en rapport et de relation et de séparation avec lui. » (Micoud, 2007, p. 130).

36Il indique ainsi que les études sociologiques sous-estiment le rapport spécifique qui unit l’homme à son environnement, lié à un rapport sensible et sensoriel, qui explique pour une part les motivations sociologiques à l’agir environnemental. Nous souhaitons même aller plus loin.

  • 22 Cette idée doit beaucoup aux discussions menées avec Marie Drique dans le cadre de notre interventi (...)

37L’étude du sensible révèle que c’est par l’expérience individuelle et par la confrontation, l’imprégnation, la révélation de la matérialité environnementale, de la « concrétude » de la nature, de cette altérité entre l’individu et son environnement que cette expérience a lieu. Cette expérience sensible agit comme un révélateur des interdépendances et des connexions existantes entre les humains et la nature. Et cette relation sensible est d’autant plus importante qu’elle influence les motivations et les engagements des acteurs en faveur du vivant22. Elle explique les différentes valeurs du vivant portées par ces acteurs et leurs choix politiques ou professionnels. Comme nous le révèle un ancien élu politique du Conseil régional à qui nous demandons comment il en est venu à s’intéresser aux questions de protection de la nature :

« Dans le jardin de mon père. J'ai toujours été dedans, je n'ai pas de souvenir hors nature, voilà. » (Entretien du 13 février 2017)

L’euphémisation des interdépendances sensibles

38Ces interactions influencent donc en partie les orientations et les choix opérés par les acteurs du territoire. En ce sens, elles méritent l’attention du politiste. Gérald Hess (2015) souligne que la dimension expérientielle de la relation au vivant a des implications politiques, car elle peut être une motivation à l’agir. Il qualifie cette expérience de « conscience cosmique », qui est

« l’expérience vécue de l’unité avec la nature. Celle-ci se distingue par un retour à l’expérience corporelle et l’exposition au monde comme ce dont je fais partie et qui me définit. Ce mouvement caractérise une véritable dépossession de soi, de mon identité personnelle (psychique, sociale, culturelle). (…) Par la participation trajective, j’éprouve même le sentiment du monde lui-même et de ses limites, mais toujours de l’intérieur du monde. » (Hess, 2016, p. 167).

39Il décrit ainsi cette relation :

« Il s’agit des sympathies, des sentiments et des émotions à travers lesquels se vit la relation éthique envers les autres membres de la communauté et envers la communauté elle-même » (Hess, 2017, p. 15), avant d’ajouter « Humains et non-humains sont des êtres de chair qui ne sont pas séparés les uns des autres ; ils vivent dans de multiples constellations de relations d’interdépendance entre les nœuds relationnels qu’ils constituent. » (Hess, 2017, p. 18).

40Les interdépendances entre milieux sociaux et milieux naturels font qu’ils forment une communauté politique qui a une dimension phénoménologique. L’euphémisation opérée par l’action publique se définit ainsi par la réduction de cette part sensible à une expérience individuelle sans reconnaître sa dimension politique.

  • 23 Les simplicitaires volontaires sont des personnes réduisant au maximum leur mode de consommation po (...)

41Cette dimension phénoménologique se définit non pas par un dualisme, une séparation nette entre l’humain et son environnement. Elle se caractérise par un prolongement entre l’individu et la nature qui l’entoure. Diane Linder démontre ainsi par exemple que le passage à l’acte des simplicitaires volontaires23 est lié à ce qu’elle qualifie de « sentiment de continuité avec le monde naturel » (2017, p. 8) et qui se note au travers d’expériences transesthétiques, c’est-à-dire d’expériences à la nature par le biais d’une connaissance scientifique alliée à une expérience esthétique. Cette expérience, qui est donc pleinement politique puisqu’elle est un des facteurs de changements de pratiques écologiques, ne saurait s’expliquer uniquement par des facteurs politiques.

  • 24 Il ne s’agit pas ici de minimiser l’importance de l’analyse sociologique des émotions telle qu’elle (...)
  • 25 Nous adressons ici tous nos vifs remerciements à Diane Linder pour son intervention « Par-delà l’ex (...)

42Cette part de ressenti, ce lien entre l’homme et son environnement échappe à l’approche « cartésienne et durkheimienne » (Villalba, 2006, p. 373) du constructivisme qui explique cette dimension uniquement par des facteurs politiques et sociaux24. Or, cette dimension expérientielle renvoie à une expérience esthétique holiste. Celle-ci est permise par un prolongement entre l’expérience vécue par l’individu et son environnement sans qu’il ne soit possible de dissocier les deux. Elle contribue à faire émerger une conscience environnementale par le tissu relationnel établi au cours de l’expérience, qui engage à la fois une conscience avec la mise en présence d’un paysage25.

43Il importe donc de comprendre comment les expériences vécues par les enquêtés amènent à certains choix en matière de gestion du vivant, car elles rappellent le lien sensible qui unit les individus au vivant et qui contribue à forger des cadrages de l’action publique. Ces expériences rappellent que les interdépendances se forment aussi au travers du temps.

La réduction des interdépendances temporelles à une gestion temporelle anthropocentrée

44Les tenants de l’écocentrisme holiste se fondent sur le constat de la menace écologique pesant sur les humains et les non-humains pour repenser les relations éthiques et politiques de la communauté politique. Les humains et les non-humains appartiennent à l’histoire commune du vivant (Hess, 2015). Cette histoire est liée au temps long – millénaire – de la géomorphologie et de l’écologie. La communauté politique doit donc être repensée au regard de ces temporalités pour une action à la hauteur des défis environnementaux. Pourtant, nous verrons que la gestion politique actuelle est davantage rythmée par des objectifs court-termistes de l’action publique, liés à des contraintes et des impératifs anthropocentrés. L’écocentrisme holiste offre pourtant des perspectives pour imaginer un futur politique écocentré, qui ne réduise pas les temporalités de l’action à des critères anthropocentrés.

Une gestion court-termiste

45La mise à distance de l’urgence écologique peut être expliquée, en partie, par la perspective anthropocentrée du temps politique, qui conditionne le cadrage cognitif des temporalités du vivant et contribue à séparer les temporalités du vivant des temporalités sociales (Adam, 1998). Une coexistence est mise en place, mais au service des intérêts humains. Cette mise à distance est aussi accentuée par une perspective gestionnaire de court-terme, liée au New Public Management, qui n’est pas en mesure d’intégrer les temporalités longues du vivant. Qualifié de « puzzle doctrinal » (Bezes, 2012), le New Public Management (NPM) désigne « une gestion par les résultats fondée sur la réalisation d’objectifs, la mesure de l’évaluation de performance » (Bezes, 2012, p. 16). C’est alors la mise en concurrence des acteurs qui devient déterminante dans la fabrique de l’action publique pour garantir le résultat et l’efficacité. L’action publique s’établit des temporalités resserrées, un temps court lié à la culture de l’objectif et du résultat quantifiable qui permette d’évaluer la performance des acteurs. Les méthodes de l’action publique évoluent en conséquence, amenant à développer les partenariats public/privé via les appels à projets et la contractualisation pour choisir les partenaires les plus à même d’obtenir les résultats escomptés (Petitimbert, 2018). En conséquence, en privilégiant la recherche de l’efficience par des mécanismes d’externalisation de la mise en œuvre politique via la concurrence marchande, l’action publique ne dispose pas de la capacité à intégrer les rythmes propres au vivant.

  • 26 Prouteau et Tchernonog démontrent ainsi qu’alors que les financements de l’État constituaient 15 % (...)

46Ces contraintes de rendement et de productivité, centrées sur le temps budgétaire, pèsent sur les partenaires de l’action publique de biodiversité et notamment sur les sociétés savantes et associations naturalistes. En effet, on observe une baisse des subventions publiques aux associations26. Cette baisse de revenus est palliée par une augmentation des commandes publiques auxquelles les associations répondent (Prouteau et Tchernonog, 2017, p. 538-540). Outre que cela provoque une « logique d’instrumentalisation des associations désormais outils des politiques publiques » (Prouteau et Tchernonog, 2017, p. 539), cela modifie le fonctionnement et la stratégie des sociétés savantes. La tension budgétaire menace ces structures. Cela a deux conséquences. Tout d’abord, elles ne peuvent plus mener des actions de long terme, car elles n’ont ni garantie ni visibilité sur les subventions à venir. À titre d’exemple, l’alternance politique et la fusion des Régions Nord-Pas de Calais et Picardie en 2015 ont provoqué la suspension puis la fin des subventions à la quasi-totalité des associations naturalistes du Nord-Pas de Calais, soit à une trentaine d’associations entre 2015 et 2017. Ces associations sont donc obligées de répondre davantage à des appels à projets pour maintenir leurs emplois et leur structure. La commande publique oblige des structures associatives à changer d’organisation. Elles deviennent des structures mises en concurrence via le marché et non plus des structures pouvant collaborer grâce à des financements octroyés par subventions. Cela signifie qu’elles agissent en réponse aux demandes de la commande publique. Or, celle-ci souhaite un résultat visible et quantifiable sur un temps court (Commaille et al., 2014) à laquelle ces associations naturalistes doivent se soumettre.

47Au cours des entretiens, nous avons pu constater les difficultés des associations savantes à être financées sur le long terme et à établir des stratégies d’expertise et de suivi de la biodiversité sur plusieurs années. Elles sont obligées de multiplier les réponses aux appels à projets, ce qui complique la mise en œuvre de leur stratégie globale annuelle, au bénéfice de réponses menées sur des temporalités très courtes avec des objectifs de moyens termes. Or, les associations savantes insistent sur l’importance de disposer d’un temps relativement long pour établir des diagnostics pertinents et mesurer ainsi l’évolution du vivant. Comme nous l’explique ce directeur d’une association savante spécialiste des oiseaux et des amphibiens :

« Bah, chercher ailleurs c’est aller voir les privés, c’est répondre à du micro-projet, c’est aller chercher des fonds européens, des fonds publics, mais qui répondent à des logiques de projet, en fait, là aussi c’est toujours ce qui est embêtant, c’est que la biodiversité ça n’est pas quelque chose qu’on appréhende en allant une année sur le terrain, il faut y aller plusieurs années et c’est quelque chose qui se construit sur le long terme. Et le mode de fonctionnement actuel privilégie le projet, voilà. (…) En fait on finance un lancement d’action, un début d’action ou une action sur une durée très courte et donc, si on veut des fonds européens, il faut lancer un projet qui va durer entre deux et quatre ans, deux types de financements et ça n’est pas suffisant. » (Entretien du 8 juin 2015 avec un chargé de mission d’une société savante)

48Cela tend à produire une vision réduite du temps de l’intervention et de son efficacité recherchée par rapport aux besoins du vivant. Il se produit ainsi un décalage entre l’histoire longue du vivant et l’urgence à agir pour endiguer les irréversibilités écologiques – mises en exergue par la notion de « communauté écouménique » et la gestion politique décrite ici, menée à partir de contraintes a-écologiques. En effet, l’action publique ne permet pas de se projeter sur le long terme et oblige à la renégociation et à l’établissement d’objectifs révisés de ces politiques publiques sur des temporalités très courtes. Comme nous le dit ce même enquêté :

« Comment on peut évaluer la variation de la biodiversité sur deux ans ? C’est ridicule. Dans le concept même c’est ridicule. On fait des actions courtes avec malheureusement l’impossibilité de faire des projets d’envergure. En fait, si on veut savoir ce qui se passe, il faut financer des actions répétitives, alors c’est moins excitant que faire une grosse action pour aller compter tel bidule ou bien faire un gros projet avec plein de financeurs, mais c’est plus efficace. Donc ce sont les limites de la logique de projet. » (Entretien du 8 juin 2015 avec un chargé de mission d’une société savante)

49Cette construction politique du temps permet de penser l’autonomisation des temps sociaux par rapport aux temps naturels (Adam, 1998). Elle structure l’analyse des faits politiques, soumis aux contraintes politiques (Marrel et Payre, 2006) et aux logiques néo-managériales. Mais elle tend à créer une déconnexion entre les temporalités longues et indéterminées du vivant et les temporalités courtes et anthropocentrées de l’action publique. Comme le souligne Bruno Villalba dans ses travaux sur les temporalités (2010, 2016), il existe un décalage fondamental entre la construction politique du temps et la réalité matérielle des phénomènes écologiques.

Une euphémisation des interdépendances temporelles

50Le recours aux éthiques environnementales permet de saisir les interdépendances temporelles entre milieux sociaux et milieux naturels. Elle permet ainsi de saisir ce décalage existant entre le court-termisme de l’action publique et l’histoire millénaire du vivant et comprendre davantage la difficile intégration des contraintes propres au vivant dans la fabrique de l’action publique. Cette perspective d’une temporalité partagée modifie l’historicité des politiques de vivant qui ne se conçoivent ainsi plus seulement sur le temps court anthropocentré du politique. En ce sens, nous pouvons dire que l’action publique contribue à euphémiser l’imbrication des interdépendances temporelles au profit d’une temporalité anthropocentrée court-termiste.

  • 27 G. Hess définit les interdépendances dans le temps ainsi : « Je ne peux que l’appréhender sur le pl (...)

51Ces interdépendances temporelles complexifient l’étude des interactions entre milieux humains et naturels, car elles obligent à une reconnaissance des liens unissant les membres de la communauté biotique à l’état présent et futur. La notion de « communauté écouménique » permet alors de concevoir ces interdépendances dans le temps27. C’est bien par le décentrement de soi, par l’expérience sensible de l’altérité que nous sommes en mesure d’intégrer les valeurs écologiques et géomorphologiques du temps long dans les débats politiques portant sur l’avenir de la communauté écouménique. Ces interdépendances temporelles passent donc par l’intégration des temporalités écologiques à l’analyse politique. Comme l’explique André Micoud (2000), il ne s’agit pas de réduire l’histoire humaine à l’évolution du vivant, mais bien au contraire de rendre convergent les temporalités humaines et les temporalités écologiques. Le vivant se pense à partir d’une reformulation des perspectives communes entre l’ensemble des êtres vivants et de la communauté humaine (Granjou et Salazar, 2016).

52La question de l’intégration des interdépendances temporelles entre humains et non-humains se pose avec d’autant plus d’acuité que la perte de biodiversité est en accélération massive ces dernières décennies, menaçant tant le vivant que la pérennité de nos sociétés. Comme l’écrit Bruno Villalba,

« les crises écologiques globales mettent en scène la relation intime qui unit l’histoire physique du temps à une réalité sociale et politique » (2016, p. 89).

53L’urgence écologique – conceptualisée par Bruno Villalba autour du « délai », le compte à rebours (2010) – appelle à une prise en compte des interdépendances dans toutes leurs dimensions pour une sociologie politique environnementale à la hauteur des défis posés par la crise écologique.

Conclusion

54La sociologie des sciences a depuis longtemps démontré que les savoirs étaient socialement situés (Bérard et Roger, 2015). Les difficultés de la sociologie politique constructiviste à analyser les apories de l’action publique de biodiversité sont liées au fait que les deux appartiennent à une même époque, c’est-à-dire à une tradition de pensée anthropocentrée, qui naturalise la domination des faits politiques sur la nature. Lorsqu’il s’agit d’analyser les problèmes écologiques et notamment l’érosion du vivant, une sociologie politique écocentrée nous paraît davantage heuristique. En effet, la reconnaissance par l’écocentrisme du rôle politique des non-humains offre des perspectives analytiques pour saisir le décalage entre la gravité de la crise du vivant et les modalités réductrices de sa gestion par l’action publique territoriale de biodiversité. Nous avons qualifié ce processus politique « d’euphémisation ».

55La tradition constructiviste et anthropocentrée reste toutefois majoritaire lorsqu’il s’agit d’analyser les politiques environnementales. Les sociologues Lionel Charles, Bernard Kalaora et la politiste Chloé Vlassopoulos (2017) retracent « l’incomplétude sociologique » en matière d’environnement. Le constat des effets des problèmes environnementaux sur les phénomènes sociaux interroge l’épistémologie constructiviste de la sociologie. Comme le soulignent les auteurs, il est difficile de dépasser l’autoréférentialité du social. L’anthropocentrisme de la sociologie n’est pas perçu comme une position normative : il paraît naturel, car il appartient à une tradition scientifique datant de plusieurs siècles. Pourtant, analyser le fait politique à partir du présupposé selon lequel l’humain est légitime à dominer son milieu est un positionnement scientifique tout aussi engageant qu’une analyse écocentrée. Nonobstant, la sociologie politique écocentrée reste minoritaire, voire marginale alors que les questions qu’elle soulève – sur la dimension politique des problèmes écologiques, sur la finitude du monde et sur le rôle politique et éthique des relations entre humains et non-humains – font depuis longtemps l’objet de travaux en sciences humaines (Blanc et al., 2017).

56Si nous n’avons pas la prétention d’avoir répondu ici à toutes les questions épistémologiques et méthodologiques soulevées par la sociologie politique écocentrée, celle-ci ouvre de nouvelles perspectives de recherche qui méritent qu’on s’y attarde. La perte accélérée du vivant rappelle aux acteurs publics et aux sociologues qu’il y a bien une relation « bilatérale » entre les humains et les non-humains : la reconnaissance de l’autonomie du vivant a pour conséquence la reconnaissance de l’hétéronomie des faits politiques. Il est donc nécessaire d’en prendre acte pour repenser la méthodologie et l’épistémologie de la sociologie politique dès lors qu’elle s’intéresse à l’environnement. L’écocentrisme offre des outils précieux pour une compréhension élargie des relations entre les humains et les non-humains.

Remerciements

57Cet article est le fruit d’un travail individuel mené dans le cadre d’une réflexion collective de l’axe « Environnement » du CERAPS (CNRS/UMR 8026). Clémence Guimont tient à saluer le soutien de l’équipe de recherche lilloise qui l’a accompagnée dans ce projet. L’auteure souhaite également remercier chaleureusement l’équipe des Humanités environnementales de l’Institut de géographie et de durabilité de l’Université de Lausanne pour les échanges ayant eu cours lors de ces deux séjours de recherches (2016, 2017), et tout particulièrement Gerald Hess et Diane Linder pour ce travail.

58Clémence Guimont est ATER à l’IAE de Nancy et doctorante en science politique (CERAPS /CNRS, UMR 8026). Ses recherches portent sur les politiques publiques territoriales de biodiversité étudiées à partir de la sociologie de l’action publique et de la sociologie environnementale.

Haut de page

Bibliographie

Adam, B., 1998, Timescapes of modernity : the environment and invisible hazards, Londres, Routledge, 247 p.

Alphandéry, P. et A. Fortier, 2011, Les associations dans le processus de rationalisation des données naturalistes, Natures Sciences Sociétés, 1, 19, pp. 22‑30.

Arpin, I., Charvolin, F. et A. Fortier, 2015, Les inventaires naturalistes : des pratiques aux modes de gouvernement, Études rurales, 1, 195, pp. 11‑26.

Barnosky, A., E. A. Hadly, J. Bascompte, E. L. Berlow, J. H. Brown et M. Fortelius, 2012, Approaching a state shift in Earth’s biosphere, Nature, 486, pp. 52-58.

Bérard, Y. et A. Roger, 2015, Ronds-points théoriques et passages à niveau analytiques, Politix, 3, 111, pp. 9‑26.

Bezes, P., 2012, État, experts et savoirs néo-managériaux, Actes de la recherche en sciences sociales, 193, pp. 16‑37.

Bouleau, G. et P. Deuffic, 2016, Qu’y a-t-il de politique dans les indicateurs écologiques ?, VertigO — la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], 16, 2, URL : http://vertigo.revues.org/17581. Consulté le 11 juin 2018.

Callicott, J. B., 2010, Éthique de la terre, Marseille, Éditions Wildproject, 315 p.

Ceballos, G., P. R. Ehrlich, A. D. Barnosky, A. García, R. M Pringle et T. M. Palmer, 2015, Accelerated modern human–induced species losses : Entering the sixth mass extinction, Science Advances, 1, 5.

Charles, L., Kalaora, B. et C. Vlassopoulos, 2017, Environnement sans frontières et sociétés : l’incomplétude sociologique, dans Blanc, G., Demeulenaere, E. et W. Feuerhahn (Eds), Humanités environnementales — enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, pp. 139‑160

Chartier, D., 2011, Présentation du dossier « La biodiversité est-elle encore naturelle  ? », Écologie & politique, 30, pp. 11‑15.

Claeys, C. et O. Sirost (dir.), 2010, Proliférantes natures, Études rurales, 185, 1.

Commaille, J., V. Simoulin et J. Thoemmes, 2014, Temporalités et action publique, Temporalités [En ligne], 19, URL : http://journals.openedition.org/temporalites/2693. Consulté le 2 février 2018.

Compagnon, D. et E. Rodary (dir.), 2017, Les politiques de biodiversité, Paris, Presses de Sciences Po, 253 p.

Descola, P., 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 623 p.

Ernwein, M., 2015, Jardiner la ville néolibérale : la fabrique urbaine de la nature (Thèse de doctorat), Université de Genève, Genève.

Franchomme, M., M. Bonnin et C. Hinnewinkel, 2013, La biodiversité « aménage-t-elle » les territoires  ? Vers une écologisation des territoires, Développement durable et territoires [En ligne], 4, n° 1, URL : http://developpementdurable.revues.org/9749. Consulté le 2 février 2018.

Gilbert, C. et E. Henry, 2012, La définition des problèmes publics : entre publicité et discrétion, Revue française de sociologie, 1, 53, pp. 35‑59.

Granjou, C., 2013, Micropolitiques de la biodiversité : experts et professionnels de la nature, Bruxelles, Peter Lang, 202 p.

Granjou, C. et I. Mauz, 2011, Introduction au dossier « Les promesses de la biodiversité », Quaderni, 76, pp. 5-11.

Granjou, C. et J. F. Salazar, 2016, Future, Environmental Humanities, 2, 8, pp. 240-244.

Guimont C., R. Petitimbert et B.Villalba (dir.), 2018, Perte de biodiversité, new public management, néolibéralisme, Développement durable & territoires [En ligne], 9, 3, URL : https://journals.openedition.org/developpementdurable/12958

Guimont, C., 2018, La perte de biodiversité au prisme du NPM : les angles morts des indicateurs écologiques, Pôle Sud, 48, 1.

Hess, G., 2013, Éthiques de la nature, Paris, Presses universitaires de France, 422 p.

Hess, G., 2015, L’enjeu éthique de l’avenir à long terme de l’humanité : Hans Jonas et Bryan G. Norton, Europeana, 6, pp. 93-116.

Hess, G., 2017, Réconcilier l’éthique environnementale et l’écologie politique : une analyse méta-éthique, La pensée écologique [En ligne] , 1, n° 1, URL : http://lapenseeecologique.com/reconcilier-lethique-environnementale-et-lecologie-politique-une-analyse-meta-ethique/. Consulté le 2 février 2018.

Hess, G., 2016, La conscience cosmique : esquisse pour une conception non réductrice de la relation de l’homme à la nature. Dans G. Hess et D. Bourg (Eds.), Science, conscience et environnement — penser le monde complexe, Paris, PUF, pp. 135‑176

Keucheyan, R., 2007, Le constructivisme : des origines à nos jours, Paris, Hermann, 255 p.

Larrère, C., 2010, Les éthiques environnementales, Natures Sciences Sociétés, 18, 4, pp. 405‑413.

Lejeune, C, 2015, En quête de justice écologique. Théorie politique environnementale et mobilisations sociales, Thèse de doctorat en science politique, Lille, Université de Lille 2.

Lemieux, C., 2012, Peut-on ne pas être constructiviste  ?, Politix, 100, 4, pp. 169‑187.

Leopold, A., 2000, Almanach d’un comté des sables, Paris, Flammarion, 289 p.

Linder, D., 2017, Simplicitaires et expériences esthétiques de la nature : pour une transition écologique et spirituelle des modes de vie, La pensée écologique [En ligne] , 1, 1, URL : https://lapenseeecologique.com/simplicitaires-et-experiences-esthetiques-de-la-nature-pour-une-transition-ecologique-et-spirituelle-des-modes-de-vie/. Consulté le 2 février 2018.

Locher, F. et G. Quenet, 2009, L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouveau chantier, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56, 4, pp. 7-38.

Marrel, G. et R. Payre, R., 2006, Introduction. Les temporalités du politique, Pôle Sud, 25, no 2, pp. 5-7.

Mauz, I. et C. Granjou, 2010, La construction de la biodiversité comme problème politique et scientifique, premiers résultats d’une enquête en cours, Sciences Eaux & Territoires, 3, 3, pp. 10-13.

Micoud, A., 2000, Patrimonialiser le vivant, Espaces Temps, n° 74‑75, pp. 66‑77.

Micoud, A., 2007, De l’expert-militant à l’être vivant sensible, Cosmopolitiques [En ligne] URL : http://www.cosmopolitiques.com/node/172. Consulté le 2 février 2018.

Micoud, A., 2011, La biodiversité est-elle encore naturelle  ?, Écologie & politique, 30, pp. 17-25.

Naess, A., 2017, Une écosophie pour la vie — introduction à l’écologie profonde, Paris, Le Seuil, 347 p.

Palier, B. et Y. Surel (dir.), 2010, Quand les politiques changent : temporalités et niveaux de l’action publique, Paris, l’Harmattan, 420 p.

Petitimbert, R., 2018, La professionnalisation des consultants de la compensation : traductions et enjeux de légitimation, Natures Sciences Sociétés, 26, 2, pp. 203-214.

Prouteau, L. et V. Tchernonog, 2017, Évolutions et transformations des financements publics des associations, Revue française d’administration publique, 3, 163, pp. 531-542.

Rockström, J. et W. Steffen et al., 2009, Planetary Boundaries : Exploring the Safe Operating Space for Humanity, Ecology and Society, 14, 2.

Sagoff, M., 2009, Science et éthique en matière de politique environnementale, in H.-S. Afeissa (dir.), Écosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie, Bellevaux, Éditions Dehors, pp. 123‑148.

Traïni, C., 2011, Les émotions de la cause animale. Histoires affectives et travail militant, Politix, 1, 93, pp. 69-92.

Traïni, C., 2017, Registres émotionnels et processus politiques, Raisons politiques, 1, 65, pp. 15-29.

Vanpeene-Bruhier, S., Pissard, P.-A. et M. Kopf, 2013, Prise en compte de la biodiversité dans les projets d’aménagement : comment améliorer la commande des études environnementales  ?, Développement durable et territoires [En ligne] , 4, 1, URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/9701. Consulté le 2 février 2018.

Villalba, B., 2006, La sociologie politique et l’environnement : questions sur un silence. Dans Beck, C., Lughinbül, Y. et T. Muxart (Eds.), Temps et espaces des crises de l’environnement, Versailles, Quae, pp. 369‑382.

Villalba, B., 2010, L’écologie politique face au délai et à la contraction démocratique, Politix, no 40, pp. 95-113.

Villalba, B., 2016, Temporalités négociées, temporalités prescrites. L’urgence, l’inertie, l’instant et le délai. Dans Hubert, B. et N. Mathieu (Eds.), Interdisciplinarités entre natures et sociétés, Bruxelles, Peter Lang, pp. 89‑109.

Haut de page

Notes

1 Par « phénoménologie » nous désignons génériquement le courant de philosophie porté par Husserl puis Merleau-Ponty, qui s’appuie sur le fait vécu et l’expérience sensible pour comprendre le rapport des humains au monde.

2 La déconcentration désigne la présence de l’État en région et la décentralisation désigne le transfert de compétences aux collectivités territoriales. Les pouvoirs publics déconcentrés font ainsi référence aux antennes ministérielles en région, chargées d’appliquer les politiques nationales au niveau des territoires. La décentralisation désigne ainsi le fait que les collectivités territoriales, telles que les Conseils régionaux et les Conseils départementaux sont de plus en plus impliqués dans la fabrique de politiques territoriales de biodiversité.

3 Depuis 2015, une réforme territoriale a fusionné plusieurs régions. La région Nord-Pas de Calais est associée avec la région Picardie et elles sont devenues la région des Hauts de France. Notre étude s’intéressant plus particulièrement à la période 1992 – 2015, nous maintenons l’usage de la dénomination « Nord-Pas de Calais ».

4 Ce chiffre nous a été indiqué par l’Observatoire de la biodiversité du Nord-Pas de Calais lors d’un entretien semi-directif mené en mai 2015 avec un chargé de mission.

5 Voir à ce sujet les publications produites par l’Observatoire de la biodiversité du Nord-Pas de Calais, notamment le « Bilan nature de 2015 », disponible en ligne : http://www.observatoire-biodiversite-npdc.fr/publications.html, consulté le 1er février 2018.

6 La trame verte et bleue est un plan d’aménagement du territoire visant à garantir les continuités écologiques et à faciliter le déplacement des espèces. Elle est depuis le Grenelle de l’environnement de 2007 une obligation règlementaire, mais elle existait déjà au niveau de la région Nord-Pas de Calais depuis 1994 sans pour autant former une contrainte juridique.

7 Par « vivant », nous entendons ici « vivant non-humain ». Par souci de rendre la lecture plus fluide, nous privilégions le terme « vivant », étant entendu que les politiques publiques sont sectorielles, les politiques de biodiversité se chargent de la gestion du vivant non-humain.

8 Pour plus de détails à ce sujet, un guide des plans de gestion a été mis en ligne par l’Agence française de biodiversité. [En ligne] URL :

http://ct88.espaces-naturels.fr/, consulté le 1er février 2018

9 Pour plus d’informations, le site de l’Agence française pour la biodiversité propose une fiche sur les outils juridiques de protection des espaces naturels. [En ligne] URL :

http://ct78.espaces-naturels.fr/printpdf/book/export/html/130, consulté le 15 janvier 2019

10 La DREAL représente l’antenne du Ministère de l’Écologie en région dans la logique de la déconcentration française.

11 À ce propos, voir le dossier thématique coordonné par Guimont C., Petitimbert R., Villalba B., « New public management, néolibéralisme et perte de biodiversité », Développement durable & Territoires, 2018, vol. 9, n°3. [En ligne] URL : https://journals.openedition.org/developpementdurable/, Ce dossier a pour objectif d’expliquer les effets produits par la néo-managérialisation sur la gestion politique et économique de la crise du vivant.

12 Le buddleia, également appelé « arbre à papillons » est un arbuste importé de Chine, très présent dans les jardins. Il est toutefois considéré comme une espèce envahissante par de nombreux territoires, notamment en Nord-Pas de Calais en raison de sa propension à s’installer sur les friches et les espaces abandonnés. Pour plus de détails, voir le livret du Conservatoire botanique de Bailleul produit en 2015 sur les espèces envahissantes. [En ligne] URL : https://www.cbnbl.org/system/files/2018-04/eee_2015-2_0.pdf, consulté le 07/06/2018.

13 Pour plus de détails, voir la page de la DREAL des Hauts de France. [En ligne] URL : http://www.hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr/?Especes-exotiques-envahissantes-en-Nord-Pas-de-Calais, consulté le 30/01/2018

14 Informations tirées ici du rapport d’activités 2016 du Conservatoire des espaces naturels du Nord-Pas de Calais. [En ligne] URL : http://www.cen-npdc.org/index.html et consulté le 30/01/2018.

15 [En ligne] URL : http://www.hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr/?Especes-exotiques-envahissantes-en-Nord-Pas-de-Calais, consulté le 30/01/2018.

16 C’est comme cela que la DREAL le justifie dans la présentation de son plan de lutte contre les espèces exotiques envahissantes. [En ligne] URL : http://www.hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr/?Especes-exotiques-envahissantes-en-Nord-Pas-de-Calais, consulté le 30/01/2018.

17 À ce propos, la constitution de la liste des espèces envahissantes publiée en 2016 par l’Union européenne révèle les enjeux financiers et politiques au cœur de la constitution de cette liste. Le coût économique pour réduire l’ambroisie, arbuste responsable de nombreuses allergies lors de la période des pollens, apparaissait tellement exorbitant que cette espèce n’a finalement pas été déclarée comme envahissante par la Commission européenne. Pour plus de détails, [En ligne] URL : https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/07/13/la-commission-europeenne-publie-la-liste-des-especes-invasives-a-combattre_4969046_1652692.html, consulté le 07/06/2018.

18 Nous ne souhaitons pas ici discuter des représentations socialement situées et des arbitrages politiques en faveur ou en défaveur des espèces envahissantes. De très bons travaux permettent de saisir la dimension politique de la gestion des espèces envahissantes, tels que le dossier de la revue Études rurales, dirigé par Cécilia Claeys et Olivier Sirost, « Proliférantes natures », 2010, vol. 1, n°185.

19 Entretien du 1er juin 2015 avec un élu du Conseil régional

20 Entretien du 21 janvier 2016

21 D’après l’expression employée par un chargé de mission d’un parc naturel régional, entretien du 14 octobre 2015

22 Cette idée doit beaucoup aux discussions menées avec Marie Drique dans le cadre de notre intervention au séminaire Lectures critiques de l’écologie politique le 3 juin 2016 « À la recherche du “matérialisme écologique” : quelle épistémologie pour une théorie politique environnementale ? ».

23 Les simplicitaires volontaires sont des personnes réduisant au maximum leur mode de consommation pour des raisons écologiques.

24 Il ne s’agit pas ici de minimiser l’importance de l’analyse sociologique des émotions telle qu’elle peut être portée par Christophe Traïni (2011, 2017) dans ses travaux. Nous souhaitons simplement souligner que les émotions ne peuvent être analysées uniquement par le prisme des facteurs sociologiques. Or, ces émotions et ce lien sensible étant des motivations politiques à l’agir environnemental, il s’agit d’en appréhender la multidimensionnalité. En somme, si le sensible n’est pas uniquement explicable par le politique, ses conséquences sur l’agir sont politiques et c’est en cela qu’il nous paraît essentiel d’en saisir la complexité.

25 Nous adressons ici tous nos vifs remerciements à Diane Linder pour son intervention « Par-delà l’expérience esthétique subjectiviste » le 30 novembre 2017 au séminaire « Lectures critiques de l’écologie politique » (CERAPS, UMR 8026) qui a largement inspiré ce propos ici tenu.

26 Prouteau et Tchernonog démontrent ainsi qu’alors que les financements de l’État constituaient 15 % des ressources des associations en France en 1999, ils n’en représentent plus que 11,3 % en 2012. Cette baisse des subventions de l’État est parfois palliée par les collectivités territoriales. Mais cette diminution des subventions doit plus généralement être compensée par une augmentation des réponses aux appels à projets lancés par l’État et les collectivités territoriales.

27 G. Hess définit les interdépendances dans le temps ainsi : « Je ne peux que l’appréhender sur le plan temporel comme ce qui, dans le présent de l’expérience, réunit le passé et l’avenir. » (2015, p. 111)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guimont Clémence, « L’euphémisation des interdépendances entre humains et non-humains. Étude de cas à partir d’une sociologie politique écocentrée », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 32 | novembre 2019, mis en ligne le 15 novembre 2019, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/26868 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.26868

Haut de page

Auteur

Guimont Clémence

ATER à l’IAE de Nancy, doctorante en science politique (CERAPS /CNRS (UMR 8026)), 1 place Déliot, CS 10 629, 59 024 Lille cedex, clemence.guimont@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page