Navigation – Plan du site
2019

Politiques environnementales et changements techniques: éléments de réflexions pour une mise en œuvre effective

Jean-Yves Toussaint et Sophie Vareilles

Résumés

Les politiques mises en œuvre pour favoriser des pratiques plus vertueuses sur le plan environnemental peinent à se concrétiser. D’après nos analyses, ces difficultés tiennent à une focalisation sur les objets. Afin de rendre effectifs les changements promus, l’approche doit s’élargir et considérer les objets dans leurs rapports aux organisations sociales, politiques, économiques, techniques et spatiales en vigueur, c’est-à-dire ne pas séparer les objets de la morphologie sociale (Mauss, 2001). Selon la thèse défendue dans l’article, l’insertion des objets dans la morphologie sociale existante serait le problème de la mise en œuvre des politiques environnementales actuelles, elle pourrait aussi en constituer la solution. Pour cela, l’article s’appuie sur un cadre d’analyse envisageant les objets comme des instruments dans les activités sociales et propose une meilleure considération des conditions et des moyens de l’action dans l’élaboration des politiques environnementales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ces processus sont pris ici dans un sens large, comme fabrication et usages des villes: ils concern (...)
  • 2 Par exemple, en France, la loi n° 2015-992 du 15 août 2015 relative à la transition énergétique pou (...)

1Les alertes sur la situation environnementale planétaire se sont multipliées ces dernières années. Elles sont l’objet d’un large consensus parmi les scientifiques, le personnel politique et les associations écologistes. Elles s’accompagnent de plans et de politiques promouvant de nouvelles pratiques et des réorientations dans les processus d’urbanisation1. Malgré l’apparition de nouveaux dispositifs et objets techniques, ces nouvelles pratiques et ces réorientations peinent à se concrétiser. Le cas des déplacements est typique de ces difficultés. Par exemple, en France, l’automobile reste un mode dominant malgré l’augmentation de la pollution atmosphérique, la montée des préoccupations écologiques, les évolutions réglementaires et les injonctions d’experts, d’associations, d’élus et de scientifiques (Armoogum et al., 2010, pp. 13-14). S’il y a des évolutions dans les pratiques de déplacement, celles-ci se font après de vives discussions et sous la contrainte, par un renforcement du cadre législatif et réglementaire limitant, voire interdisant, l’usage de l’automobile dans certains lieux ou certains jours2. Dans tous les cas, ces évolutions ne semblent pas à la hauteur des enjeux soulevés par la situation environnementale et les analyses produites dans les années 1950, 1960 et 1970 sur la crise écologique s’avèrent toujours d’actualité (Flipo, 2018, pp. 119-120).

  • 3 Cf. par exemple les expériences rapportées dans Lorrain et al., 2018, Toussaint et al., 2016 et Rai (...)
  • 4 Selon le sens donné par M. Mauss (2001) comme totalité associant les sociétés et leurs environnemen (...)
  • 5 Il ne s’agira donc pas ici d’analyser l’acceptabilité sociale des objets (cf. par exemple Wüstenhag (...)

2Dans l’ensemble, les politiques et les plans mis en œuvre pour faire face à l’augmentation de la pollution et aux changements climatiques se focalisent sur des objets perçus comme source des problèmes (automobiles et autres véhicules motorisés, centrales à charbon, objets en plastique, etc.). Ils visent à limiter ou à supprimer l’usage de ces objets, éventuellement au profit d’autres objets censés être meilleurs sur le plan environnemental, en mobilisant des moyens plus ou moins coercitifs (en particulier la réglementation). D’après nos analyses, les difficultés tiendraient à cette focalisation sur les objets, à limiter ou à promouvoir3. Afin de rendre effectives les injonctions aux changements, l’approche devrait s’élargir et considérer les objets dans leurs rapports aux organisations sociales, politiques, économiques, techniques et spatiales en vigueur, c’est-à-dire ne pas séparer les objets de la morphologie sociale4. L’intégration des objets dans les morphologies sociales existantes serait le problème de la mise en œuvre des politiques environnementales proposées aujourd’hui; elle pourrait aussi en constituer la solution. C’est à cette thèse qu’est consacrée cette contribution5.

3Pour cela, le présent texte s’organise en deux parties: la première rend compte du cadre d’analyse mobilisé; la seconde revient sur les difficultés des politiques environnementales actuelles et envisage des pistes pour y remédier.

Les objets dans les activités sociales

  • 6 Cf. entre autres Toussaint et Zimmermann, 1998, 2001; Vareilles, 2006; Toussaint, 2009; Ah leung et (...)

4Le cadre d’analyse mobilisé s’appuie sur la littérature en sciences sociales: il s’inspire de la sociologie (Mauss, 2001), de la sociologie de la traduction (Akrich et al., 2006), de l’anthropologie (Sigaut, 2012), de l’ergonomie (Rabardel, 1995), de la philosophie des techniques (Simondon, 1989) et de la phénoménologie (Merleau-Ponty, 2002). Il reprend également les analyses critiques portées dans les années 1970 par I. Illich (1973) et A. Gorz (1973) sur les modes de production des sociétés industrielles, mettant en cause des objets techniques (comme l’automobile) et l’urbanisation contemporaine. Sur le plan empirique, ce cadre d’analyse s’est structuré autour de travaux que nous avons conduits sur le projet d’aménagement, les espaces publics urbains, les rapports qu’entretiennent « fabricants » et « publics » et l’apparition de nouveaux objets dans la gestion des eaux urbaines6. Les objets y sont observés comme des instruments dans les activités sociales (Toussaint, 2009 ; Toussaint et Vareilles, 2010 ; Toussaint et Vareilles, 2013). Ce cadre d’analyse peut se décliner en quatre propositions.

Il n’y a pas d’activité sans mobilisation d’objets

5Les « objets » sont ici pris dans un sens générique: le vocable désigne des assemblages d’éléments synthétiques ou biologiques, issus d’un processus de fabrication. Ces assemblages se distinguent par leur sophistication et leur étendue: les plus simples sont couramment appelés « objets »; les plus complexes « dispositifs » ou « machines ».

  • 7 Ces apprentissages relèvent de la socialisation: ils apparaissent par exemple dans les interactions (...)

6L’observation des activités urbaines (travailler, se déplacer, habiter, commercer, flâner, etc.) montre qu’il n’y a pas d’activités sans mobilisation d’objets, que ces activités soient triviales, sacrées, collectives, publiques, privées, etc. Selon notre posture de recherche, les activités sont instrumentées ou « outillées » (Sigaut, 2012, pp. 7-8): par exemple, une place publique, des feux de signalisation, des réseaux d’assainissement ou un commerce sont des objets nécessaires au déroulement des activités urbaines. Tous ces objets constituent des outils et des instruments de l’activité; ils exigent des gestes techniques ainsi que des dispositions sensorimotrices et cognitives issues de nombreux apprentissages7. Comme outils et instruments, ils permettent d’augmenter la capacité des individus d’agir en décuplant leurs moyens d’action, en optimisant certains de leurs gestes ou en prélevant des informations dans le monde.

Les objets constituent des offres en pratiques sociales

  • 8 L’exemple récent du smartphone et les changements de pratiques qu’il induit sont typiques de ce pro (...)

7La mobilisation des objets dans les activités sociales dépend de la manière dont ils apparaissent aux individus. C’est dans l’action que les objets sont signifiants et leurs significations varient selon les lieux, les emplois du temps, les groupes et les classes sociales: par exemple le vélo n’a pas la même signification pratique pour les cyclistes et les piétons, au travail et pendant les vacances, pour les classes populaires et les classes aisées. De cette manière, les objets ouvrent des possibilités d’action et appellent des pratiques: ils constituent des offres en pratiques sociales8. Ces offres sont plus ou moins grandes ou ouvertes. Par exemple, les objets peuvent être ouverts à une multitude d’usages et de publics ou spécialisés et destinés à des activités et des groupes sociaux spécifiques; certains usages peuvent être prohibés.

8L’apprentissage des objets est aussi celui des limites. En effet, l’offre contenue dans les objets reste en général en partie virtuelle dans les activités sociales: toutes les possibilités d’action que l’objet autorise ne sont pas actualisées. Outre les qualités intrinsèques de l’objet, l’actualisation de ces possibilités d’action est limitée par les régimes axiologiques en vigueur. Par exemple, un banc avec un dossier et une assise sans accoudoir central permet de s’asseoir sur l’assise ou sur le dossier; il permet aussi de s’allonger sur l’assise. La position normale selon les usages en vigueur est de s’asseoir sur l’assise, les jambes retombant devant, les pieds à terre ou en direction du sol. Toutes les autres positions sont jugées contraires aux usages et sont négativement connotées. Elles sont le fait d’individus et de groupes qui ne maîtrisent pas ces règles (les enfants) ou qui les mettent en cause pour diverses raisons (les adolescents, les jeunes adultes ou les personnes sans domicile fixe).

Il n’y a pas d’objets sans organisation et réciproquement

  • 9 Ces ressources peuvent aussi être symboliques ou politiques.

9L’existence des objets implique l’existence d’organisations. Ainsi les objets de l’urbain ne peuvent exister sans les collectivités territoriales (en France, les communes, les départements et les régions), l’État, les bureaux d’études techniques, les entreprises privées et publiques, etc. Ces organisations participent du mode d’existence des objets (conception, réalisation, fonctionnement, maintenance, obsolescence, etc.). Ce faisant, elles constituent l’existence des objets en ressources, notamment économiques9. De fait, s’il n’y a pas d’objet sans organisation, il n’y a pas non plus d’organisation sans objet.

Les objets sont insérés dans des morphologies sociales

10Le mode d’existence des objets, comme tout mode d’existence, implique un rapport entre ces objets et un « milieu associé » qui comprend des organisations, des cadres réglementaires et législatifs, d’autres objets et dispositifs, des normes, des marchés, etc. (Simondon, 1989). Ainsi, tout changement technique exige qu’un nouvel objet et ses promoteurs constituent un milieu associé en adéquation avec son mode d’existence. La constitution de ce milieu associé passe par des réorganisations à plusieurs niveaux: fabrication, usages, activités sociales, organisations, ensemble des objets déjà là, etc. Ces réorganisations nécessitent un processus d’enrôlement (Latour, 1992) d’acteurs, d’organisations et d’objets assurant la disponibilité de ce milieu associé adéquat.

  • 10 Ces mondes se distinguent notamment par leurs régimes axiologiques et les modes de mobilisation des (...)

11Ce faisant, le milieu associé relève d’encastrements propres aux morphologies sociales. Ces encastrements agrègent des « mondes » divers: le monde des objets, les mondes économique, politique, techniques, scientifique, etc10. Ils forment un continuum caractéristique d’une morphologie sociale. De cette manière, les objets techniques, leur fabrication, leurs fonctionnements et leurs mobilisations dans les activités sociales s’insèrent dans une morphologie sociale, c’est-à-dire à la fois dans des organisations du travail et de la famille, des organisations spatiales et des marchés fonciers, des régimes économiques, des systèmes de production, etc.

Changements techniques, changements de pratiques: penser les objets et leurs encastrements

  • 11 « Situation » est prise ici dans un sens large: le vocable couvre à la fois la situation familiale, (...)

12En ne séparant pas les objets de leur fabrication et de leur usage, ce cadre d’analyse permet de reconsidérer le rôle des objets dans les activités sociales. Il envisage les individus comme des acteurs raisonnables au sens où leurs actions sont fondées en raison (Bourdieu, 2001; Boudon, 2003). Ainsi, les individus ont de « bonnes raisons » d’agir comme ils le font, notamment lorsqu’ils agissent contre une politique environnementale (par exemple en prenant leur voiture un jour de pollution). Ces raisons dépendent des situations d’action dans lesquelles ces individus sont engagés11: elles peuvent être techniques, sociales, politiques, organisationnelles ou économiques. De cette façon, les difficultés soulevées par la mise en œuvre des politiques environnementales relèveraient des situations d’action et des moyens à disposition des individus et des groupes dans ces situations pour agir – situations et moyens qui sont liés aux encastrements et à la morphologie sociale en vigueur.

  • 12 Cette adéquation avait déjà été relevée par A. Gorz (1973) dans les années 1970.
  • 13 Cf. par exemple Renauld, 2012 sur les dispositifs installés dans les écoquartiers.

13Par exemple, la plupart des politiques environnementales visent à limiter ou à supprimer des objets jugés néfastes pour l’environnement sans modifier les organisations et les encastrements auxquels ces objets contribuent et dans lesquels ils sont insérés. Typiquement les politiques de limitation des automobiles dans les villes ne s’accompagnent pas d’une remise en cause de l’organisation du travail et de la famille, ni des régimes de rentes foncières, dont les configurations sont en adéquation avec l’usage de l’automobile et réciproquement12. Dans ce type d’encastrement, les transports en commun fonctionnent comme supplétifs à l’automobile; avec les modes doux (vélo et marche), ils ne peuvent pas offrir les mêmes moyens d’action que l’automobile, ni compenser ses avantages dans les activités quotidiennes (aller au travail, faire les courses, amener les enfants à l’école et à leurs activités extra-scolaires, etc.). Ainsi, en ne modifiant pas les conditions de l’action (par exemple la localisation des activités et les emplois du temps des individus), ces politiques placent les urbains dans des situations difficiles, voire impossibles, pour répondre aux injonctions des organisations auxquelles ils appartiennent (travail, famille, loisirs, etc.). Dans ces conditions, la réalisation des politiques environnementales tend à se cantonner aux cadres militants ou à passer par l’usage de la contrainte: renforcement de la réglementation, déploiement des forces de l’ordre, recours aux objets hétéronomes imposant des comportements prescrits et non intériorisés13.

  • 14 En mode dégradé, les dispositifs techniques rendent les services pour lesquels ils ont été conçus, (...)
  • 15 Les « techniques alternatives » regroupent des dispositifs d’infiltration et de rétention des eaux (...)

14La morphologie sociale interfère aussi sur le développement et la généralisation de nouveaux objets. Ainsi, certains objets n’actualisent pas les usages. Ils conservent alors un caractère nouveau ou sont utilisés de manière inadéquate: leur fonctionnement est mis à mal. Ces déconvenues sont liées aux difficultés de ces objets et de leurs promoteurs à trouver dans les encastrements formant la morphologie sociale en vigueur les moyens de leur existence ou à faire évoluer ces encastrements à leur profit. Dans ces conditions, ces objets impliquent des bricolages et fonctionnent en mode dégradé14: dans tous les cas, leur existence n’est pas évidente. Par exemple, bien que les « techniques alternatives » au réseau d’assainissement15 existent depuis les années 1970 en France et qu’elles soient en adéquation avec les préceptes du « développement durable », elles n’ont pas d’organisations propres et font l’objet d’arrangements ad hoc dans chaque projet. Dans l’agglomération lyonnaise, leur généralisation a nécessité une évolution du cadre réglementaire (Ah leung et al., 2013, Patouillard et al., 2014).

  • 16 En particulier celles sur l’introduction de nouveaux dispositifs dans la gestion des eaux urbaines: (...)
  • 17 Cette proposition rejoint en partie celle d’A. Morel-Brochet et N. Ortar (2014) pour une analyse ho (...)

15Tous ces exemples rappellent la robustesse des encastrements existants et l’inertie de la morphologie sociale qui en découle. Cette inertie est nécessaire au déroulement des activités sociales en maintenant une certaine stabilité (notamment à travers les normes, les régimes axiologiques et les institutions). En revanche, elle peut être une limite aux processus d’innovation et de changement. Ainsi, nos enquêtes16 suggèrent de mieux prendre en compte la morphologie sociale et les encastrements dans l’élaboration des politiques environnementales17. Deux pistes peuvent être esquissées: (1) renouveler les moyens de l’action (les objets); (2) changer les conditions de l’action (les organisations spatiales, économiques, sociales et politiques participant des encastrements en cours).

  • 18 Cette approche reste peu développée dans la mise en œuvre des politiques environnementales actuelle (...)

16(1) L’effectuation de pratiques vertueuses du point de vue environnemental passe par le renouvellement des objets mobilisés dans les activités sociales. Pour cela, les politiques environnementales doivent anticiper les rôles des nouveaux objets dans l’action18. Ainsi, outre l’examen de leurs qualités environnementales, les objets (actuels et futurs) sont à évaluer au regard des possibilités d’action qu’ils ouvrent (et ferment) et aux services qu’ils rendent (ou ne peuvent pas rendre). Le problème à résoudre est celui de l’appropriation des objets aux activités quotidiennes individuelles et collectives: les vertus environnementales des objets s’avèrent insuffisantes, ceux-ci doivent également assurer aux individus et aux organisations des moyens d’action équivalents, voire supérieurs, aux moyens fournis par les objets qu’ils remplacent et a minima des moyens compensateurs.

  • 19 En particulier, les organisations du travail et de la famille, les systèmes de production, les orga (...)

17(2) Toutefois, ce renouvellement des objets apparaît insuffisant pour que les changements de pratiques dépassent les cadres militants et les expériences locales. En effet, bien que les expériences, impliquant de nouveaux objets, se soient multipliées ces dernières années dans les domaines du bâtiment, de l’énergie, des déchets, de l’aménagement et des transports, elles ne se sont pas généralisées; les changements produits restent marginaux, intéressant le monde des objets et éventuellement celui de leur fabrication (mise en œuvre de nouveaux objets et de nouvelles synergies entre objets, évolution de l’organisation de la fabrication de ces objets). Afin de surmonter ces difficultés, le champ des politiques environnementales doit s’élargir pour viser les conditions de l’action. Ces politiques doivent alors s’intéresser à tous les encastrements mobilisés dans les modes d’existence des objets19, envisager l’évolution des encastrements qui serait nécessaire à la généralisation de ces objets et prévoir la mise en œuvre de cette évolution.

18En conclusion, changer les objets (notamment pour des objets plus écologiques), c’est aussi trouver les mondes et les encastrements qui vont avec. Ces processus peuvent impliquer des changements radicaux (par exemple changer de société) et se révéler longs et difficiles. Il semble toutefois illusoire de penser qu’il serait possible de répondre aux enjeux soulevés par les crises actuelles sans changer l’ordre établi ou seulement à la marge (Flipo, 2014). La proposition faite ici de mieux considérer, dans ces processus, les conditions et les moyens de l’action permettrait de renouveler les termes du débat public et pourrait favoriser leur réalisation. Plus largement, les discussions suscitées par les politiques environnementales réinterrogent nos rapports aux objets. Une meilleure prise en compte des objets, de leurs encastrements et de leur appropriation aux activités sociales permettrait aussi de (ré)examiner les moyens d’émancipation et d’autonomie qu’ils contiennent. Les débats publics pourraient alors contribuer à une réappropriation collective des objets en la faveur du plus grand nombre – sur le modèle, par exemple, des « objets conviviaux » d’I. Illich (1973). Ce faisant, ils participeraient à l’exploration de nouvelles sociétés, potentiellement meilleures, parce que plus juste, que les sociétés présentes non seulement sur le plan environnemental, mais aussi sur les plans politique, social, économique et urbain.

Haut de page

Bibliographie

Ah Leung, S., J.-Y. Toussaint et S. Vareilles, 2013, Les conditions de réception des systèmes extensifs de gestion des eaux urbaines. L’exemple des pilotes de Craponne et du prototype de Marcy-l’Etoile. 2: Les études de cas (2011-2013), Rapport de recherche pour le compte du programme ANR PRECODD 2008 « Systèmes extensifs pour la gestion et le traitement des eaux urbaines par temps de pluie (SEGTEUP) », ANR-08-ECOT-Oox, EVS-INSA Lyon, 41 p.

Aitken, M., 2010, Why we still don’t understand the social aspects of wind power: A critique of key assumptions within the literature, Energy Policy, 38 (2010), pp. 1834-1841.

Akrich, M., M. Callon et B. Latour, 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Mines Paris Les Presses, 303 p.

Armoogum, J., J.-P. Hubert, S. Roux et T. Le Jeannic, 2010, Introduction: Plus de voyages, plus de kilomètres quotidiens: une tendance à l’homogénéisation des comportements de mobilité des Français, sauf entre ville et campagne, La Revue du CGDD, pp. 5-23

Boudon, R., 2003, Raison. Bonnes Raisons, Paris, PUF, 184 p.

Bourdieu, P., 2001, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001, Paris, Raisons d’agir éditions, 238 p.

Chocat, B., 2017, Dictionnaire encyclopédique de l’hydrologie urbaine et de l’assainissement: Pour une gestion durable de l’eau et de la ville, EURYDICE 92, GRAIE, 2e ed., [En ligne] URL: http://www.graie.org/eurydice/encyclopedie/. Consulté le 11 juin 2018.

Crawford, M. B., 2016, Contact. Pourquoi nous avons perdu le monde, et comment le retrouver, Paris, La Découverte, 1e ed. 2015, 348 p.

Flipo, F., 2014, Nature et politique. Contribution à une anthropologie de la modernité et de la globalisation, Paris, Editions Amsterdam, 438 p.

Flipo, F., 2018, Bientôt il sera trop tard. L’évolution de la pensée écologique des années 1980 à nos jours, Ecologie & politique, 2018/1 (n° 56), pp. 119-132.

Gorz, A., 1973, L’idéologie sociale de la bagnole, Le Sauvage, septembre-octobre 1973, [En ligne] URL: http://carfree.fr/index.php/2008/02/02/lideologie-sociale-de-la-bagnole-1973/. Consulté le 13 juillet 2018.

Illich, I, 1973, La convivialité, Paris, Seuil, 158 p.

Latour, B., 1992, Aramis ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte, 241 p.

Lorrain, D., C. Halpern et C. Chevauché (dir.), 2018, Villes sobres. Nouveaux modèles de gestion des ressources, Paris, SciencesPo Les Presses, 358 p.

Mauss, M., 2001, Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimos. Etude de morphologie sociale, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1 ed. 1904-1905, pp. 389-477.

Merleau-Ponty, M., 2002, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1e ed. 1945, 542 p.

Morel-Brochet, A. et N. Ortar, 2014, Introduction. Les modes d’habiter à l’épreuve de la durabilité, Norois, n° 231 (2014/2), pp. 7-12

Patouillard, C., J.-Y. Toussaint et S. Vareilles, 2014, Climate Changes and Resistance to Change. Initial Considerations Based on a Study of the Diffusion of Stormwater Drainage “Alternative Techniques” and Sustainable Urban Drainage Systems – 1970-2010. The Cases of the Lyon Conurbation and Wales, Rapport final pour le compte du programme « PREPARED Enabling Change », FP7 thème « ENV.2009.3.1.1.1 Adaptation of water supply and sanitation systems to cope with climate change », Work Area 6 « Towards an Adaptive Water Sensitive City Future », EVS-INSA Lyon, 63 p.

Rabardel, P., 1995, Les hommes et les technologies. Approches cognitives des instruments contemporains, Paris, Armand Colin, 239 p.

Raineau, L., 2011, Vers une transition énergétique ?, Natures Sciences Sociétés, n° 2011/2 Vol. 19, pp. 133-143.

Renauld, V., 2012, Fabrication et usage des écoquartiers français. Eléments d’analyse à partir des quartiers De Bonne (Grenoble), Ginko (Bordeaux) et Bottière-Chénaie (Nantes), Rapport de thèse de doctorat, INSA Lyon, 460 p.

Shove, E., 2014, On The Design of Everyday Life, Technoscienza, Italian Journal of Science & Technology Studies, 5 (2), pp. 33-42.

Sigaut, F., 2012, Comment Homo devint faber. Comment l’outil fit l’homme, Paris, CNRS Editions, 236 p.

Simondon, G., 1989, Du monde d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1e ed. 1958, 333 p.

Toussaint, J.-Y., 2009, Usages et techniques, in J.-M. Stébé, H. Marchal, Traité sur la ville, Paris: PUF, pp. 461-512.

Toussaint, J.-Y. et M. Zimmermann (dir.), 1998, Projet urbain. Ménager les gens, aménager la ville, Sprimont, Pierre Mardaga Editeur, 199 p.

Toussaint, J.-Y. et M. Zimmermann (dir.), 2001, User, observer, programmer et fabriquer l’espace public, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 290 p.

Toussaint, J.-Y. et S. Vareilles, 2010, Handicap et reconquête de l’autonomie. Réflexions autour du rapport entre convivialité des objets et autonomie des individus. Le cas des dispositifs techniques et spatiaux de l’urbain, Géographica Helvetica, n°4/65, pp. 249-256.

Toussaint, J.-Y. et S. Vareilles, 2013, Les clôtures ou l’expérience des limites dans les mondes urbains. Le cas de deux ouvrages de gestion des eaux urbaines dans l’agglomération lyonnaise, Les cahiers européens des sciences sociales, numéro spécial « La ville à travers ses limites », pp. 69-85.

Toussaint, J.-Y., S. Vareilles et S. Baati, 2016, Analyse des conditions d’adoption d’une instrumentation intégrée. Le cas des collectivités territoriales Métropole de Lyon et Nantes Métropole, Rapport de recherche pour le compte du programme de recherche ANR-ECOTECH 2011 « Méthodologie et outils opérationnels de conception et de qualification de sites de mesures en réseau d’assainissement (MENTOR) », ANR 11 ECOT 007 01, EVS-INSA de Lyon, 74 p.

Vareilles, S., 2006, Les dispositifs de concertation des espaces publics lyonnais. Eléments pour une analyse du rôle de la concertation des publics urbains dans la fabrication de la ville Rapport de thèse de doctorat, INSA Lyon, 307 p.

Wüstenhagen, R., M. Wolsink et M. J. Bürer, 2007, Social acceptance of renewable energy innovation: An introduction to the concept, Energy Policy, 35 (2007), pp. 2863-2691.

Haut de page

Notes

1 Ces processus sont pris ici dans un sens large, comme fabrication et usages des villes: ils concernent notamment les projets d’aménagement urbain, les politiques publiques, le mobilier urbain, les bâtiments, les infrastructures, les activités sociales, dont les activités de production, les emplois du temps, la division du travail social, etc. À ce titre, ils sont à la fois techniques, politiques, sociaux, économiques et spatiaux.

2 Par exemple, en France, la loi n° 2015-992 du 15 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte prévoit la création de « zones à circulation restreinte ».

3 Cf. par exemple les expériences rapportées dans Lorrain et al., 2018, Toussaint et al., 2016 et Raineau, 2011.

4 Selon le sens donné par M. Mauss (2001) comme totalité associant les sociétés et leurs environnements.

5 Il ne s’agira donc pas ici d’analyser l’acceptabilité sociale des objets (cf. par exemple Wüstenhagen et al., 2007 et Aitken, 2010), mais la manière dont ces objets peuvent participer aux changements.

6 Cf. entre autres Toussaint et Zimmermann, 1998, 2001; Vareilles, 2006; Toussaint, 2009; Ah leung et al., 2013; Patouillard et al., 2014, Toussaint et al., 2016.

7 Ces apprentissages relèvent de la socialisation: ils apparaissent par exemple dans les interactions entre les parents et les enfants dans les espaces publics, notamment dans les consignes données par les premiers aux seconds pour que ces derniers se tiennent correctement (au sens non pas moral, mais pratique). Cf. également Crawford, 2016.

8 L’exemple récent du smartphone et les changements de pratiques qu’il induit sont typiques de ce processus. Sur le rôle des objets dans l’action et les rapports entre objets et pratiques, cf. aussi Shove, 2014.

9 Ces ressources peuvent aussi être symboliques ou politiques.

10 Ces mondes se distinguent notamment par leurs régimes axiologiques et les modes de mobilisation des objets. Le découpage proposé sert à l’analyse. Dans les faits, les limites entre les mondes sont ténues: les mondes sont indissociables dans la configuration qu’ils forment dans une morphologie sociale donnée.

11 « Situation » est prise ici dans un sens large: le vocable couvre à la fois la situation familiale, la position sociale, la localisation de l’habitation et de l’emploi, le type d’emploi occupé, le niveau des revenus, etc.

12 Cette adéquation avait déjà été relevée par A. Gorz (1973) dans les années 1970.

13 Cf. par exemple Renauld, 2012 sur les dispositifs installés dans les écoquartiers.

14 En mode dégradé, les dispositifs techniques rendent les services pour lesquels ils ont été conçus, mais leur fonctionnement et leurs performances ne sont pas optimums et nécessitent des arrangements incessants.

15 Les « techniques alternatives » regroupent des dispositifs d’infiltration et de rétention des eaux pluviales: noues, fossés, bassins, puits, tranchées, etc. Elles visent à traiter les eaux de pluie au plus près de leur point de chute pour limiter les flux rejetés dans les réseaux d’assainissement pendant les périodes de pluie (Chocat, 2017).

16 En particulier celles sur l’introduction de nouveaux dispositifs dans la gestion des eaux urbaines: les techniques alternatives au réseau d’assainissement (Ah leung et al., 2013, Patouillard et al., 2014) et l’instrumentation de ces réseaux (Toussaint et al., 2016).

17 Cette proposition rejoint en partie celle d’A. Morel-Brochet et N. Ortar (2014) pour une analyse holiste et pluridisciplinaire de l’appropriation du « développement durable », même si elle n’en partage pas totalement les prémisses, ni les perspectives.

18 Cette approche reste peu développée dans la mise en œuvre des politiques environnementales actuelles (cf. Lorrain et al., 2018).

19 En particulier, les organisations du travail et de la famille, les systèmes de production, les organisations spatiales et le marché du foncier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Toussaint et Sophie Vareilles, « Politiques environnementales et changements techniques: éléments de réflexions pour une mise en œuvre effective », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/27370 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.27370

Haut de page

Auteurs

Jean-Yves Toussaint

Professeur des Universités, Université de Lyon, INSA Lyon, CNRS, UMR 5600, Bât. J.C.A. Coulomb, 34 avenue des Arts, 69621 Villeurbanne Cedex, France, courriel: jean-yves.toussaint@insa-lyon.fr

Sophie Vareilles

Maîtresse de conférences, Université de Lyon, INSA Lyon, CNRS, UMR 5600, Bât. J.C.A. Coulomb, 34 avenue des Arts, 69621 Villeurbanne Cedex, France, courriel: sophie.vareilles@insa-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page