Navigation – Plan du site
Section courante

Savoir environnemental local et scientifique : entre la révolution, la gouvernance nationale et le développement durable à Cuba

Sabrina Doyon

Résumés

Cet article examine le processus par lequel, à Cuba, les communautés côtières ont délaissé puis se sont réapproprié leur savoir environnemental local. En effet, le système étatique cubain, supporté par les valeurs de la révolution, a poussé la population à mettre un terme à leurs pratiques de subsistance. Toutefois, avec la crise économique des années 1990, la population a dû retrouver et réinventer un savoir local afin de pouvoir exploiter les ressources naturelles et assurer leur survie. Dans la communauté de Las Canas, ce processus fut jumelé à un projet de développement durable des ressources côtières. Toutefois, les savoirs scientifiques environnementaux n’ont pas entièrement transformé les pratiques et les discours de la population locale par rapport à l’environnement. Cet article analyse la manière dont les savoirs scientifiques sont plutôt réinterprétés et appropriés localement par les habitants de la Las Canas et les implications de cette dynamique.

Haut de page

Texte intégral

1Cuba s’inscrit depuis une décennie dans la mouvance du développement durable et des projets de gestion intégrée des ressources naturelles. Le gouvernement s’identifie maintenant comme un leader dans le domaine. Sur la base des nouvelles tendances en gestion et protection environnementale, le CITMA (Ministère des sciences, des technologies et de l’environnement) fut crée en 1994. Dans cette perspective, Cuba a été l’hôte en 1998 d’une conférence internationale sur la gestion communautaire des ressources côtières, supportée financièrement, entre autres, par l’ACDI. Un programme interdisciplinaire de Master’s en gestion intégrée des zones côtières (Université de la Havane, Cienfuegos, Santiago) fut aussi mis en place avec l’aide d’universités canadiennes (Dalhousie, St-Mary’s). Cuba est enfin membre du programme de l’Évaluation de la mer des Caraïbes du Millénaire, promu par la FAO en 2000. L’île compte six réserves de la biosphère de l’UNESCO et différentes aires protégées.

2Malgré ces mesures, la dégradation environnementale est importante à Cuba. Elle et est causée par différents facteurs, datant de la période de la colonisation. Cette dégradation est jumelée à la crise économique qui secoue le pays depuis plus de 10 ans, et qui maintien la population dans une pauvreté importante. La dégradation de l’environnement est aussi causée par les politiques de l’État et ses modes de gouvernance, qui favorisent davantage des modèles de gestion hiérarchiques, où les processus de décisions demeurent contrôlés par les gouvernants et où la population n’a que peu d’autonomie et de marge de manoeuvre par rapport à ses actions environnementales. Dans ce contexte, le savoir local des populations a été peu sollicité et valorisé depuis la révolution, malgré les récents programmes de gestion intégrée. Ce savoir local a plutôt été mis de côté au profit du savoir scientifique et de progrès technologiques, provenant entre autres des pays d’Europe de l’est.

3Nous verrons dans ce qui suit comment à Cuba ces mesures s’inscrivent depuis le début de la révolution dans une logique de gouvernance particulière, et comment elles ont marqué l’exploitation et la gestion des ressources naturelles. Cette perspective mettra en lumière dans un deuxième temps comment les savoirs scientifiques et les dynamiques locales s’articulent concrètement dans la communauté côtière de Las Canas.

Gouvernance « révolutionnaire », environnement et savoir local

Le processus  révolutionnaire et l’environnement

  • 1  On estime que jusqu’en 1886, date de l’abolition de l’esclavage à Cuba, entre 1 et 1.2 millions d’ (...)

4La dynamique de la gestion des ressources naturelles à Cuba s’inscrit dans un schéma de développement qui remonte à son époque coloniale et pré-révolutionnaire. En effet, Cuba porte encore aujourd’hui les traces d’un passé ayant marqué le pays, son économie et son développement social : le système agraire colonial. Ce dernier se fond sur la monoculture de canne à sucre, destinée à l’exportation, et s’est développé à l’aide d’un système esclavagiste1. Cette situation a, entre autres, contribué à l’enclenchement du processus de la destruction des forêts et de la biodiversité de l’île. Dans ce système, les colonisateurs étaient les propriétaires terriens et les détenteurs de la richesse, alors que la vaste majorité de la population, travaillant comme salarié saisonnier dans les champs, était réduite à une extrême pauvreté (Skidmore 1997).

  • 2  En 1492, 72% du territoire était recouvert de forêts alors qu’en 1959 seulement que 14% des terres (...)

5Du point de vue environnemental, la période de la colonisation (1492-1898) et de l’indépendance (1898-1958) enclencha la destruction massive des ressources naturelles de l’île. Les forêts furent presque totalement rasées2 afin d’introduire les fermes de production intensive de canne à sucre. Un type d’agriculture moderne utilisant des machineries lourdes, des insecticides et des fertilisants fut lancé; des techniques d’irrigation, appauvrissant les sols, furent implantées. De plus, les déchets produits par les raffineries de sucre commencèrent à contaminer les rivières et les côtes de Cuba. Parallèlement à ces développements, une agriculture de subsistance aux faibles moyens de production, et relativement peu dommageable pour l’environnement, était toujours pratiquée par de nombreux petits paysans. Ces derniers demeurèrent toutefois en grande majorité à la solde des grands propriétaires terriens, une situation ayant marqué le développement social et économique de la région de Las Canas comme nous le verrons plus loin.

6C’est dans ce contexte que s’implanta la révolution de 1959 qui renversa le gouvernement corrompu de Batista et qui mis en place le nouveau régime révolutionnaire tenu depuis par Fidel Castro. Ce nouveau gouvernement mit en place nombre de mesures afin de rétablir l’égalité sociale et économique dans le pays. La nationalisation des entreprises, industries et des commerces représenta une première étape de ce processus. Parallèlement à la nationalisation, Cuba enclencha la collectivisation, « the process including nationalization or expropriation of private farms and the creation of large-scale cooperative and state farms » (Pryor 1992, 7), des terres agricoles du pays ce qui a eu d’importantes conséquences sur le plan de l’environnement. La collectivisation, vue comme le chemin menant au plus haut degré de socialisme, se justifia entre autres par des intérêts de gestion, cadrant avec une économie centralisée permettant des économies d’échelle. La collectivisation se légitima aussi au point de vue idéologique, car elle devait ainsi assurer la loyauté des paysans au régime (Sáez 1997; Wunderlich 1995).

7La première loi de la réforme agraire de mai 1959 permit la confiscation des terres de plus de 30 caballeras, soit environ 400 ha, à l’exception de quelques raffineries de sucre, plantations de riz et fermes bovines dont la production était supérieure à la moyenne du pays. Ces terres devaient être redistribuées aux paysans, mais elles furent plutôt organisées en coopératives de production contrôlées par l’État, semblables aux kolkhozes soviétiques, pour finalement être transformées en fermes d’État. En continuité avec ce processus, les grandes et moyennes fermes furent nationalisées en 1962 et la deuxième loi de réforme agraire de 1963 nationalisa le reste des propriétés privées et toutes les propriétés de plus de 67 ha; « as a result of these two laws, 70% of Cuba’s agricultural sector ended up in state hands » (Díaz-Briquets & Pérez-López 2000, 89), une proportion qui atteignit 92% en 1989 (Pryor 1992), soit 80% des terres arables (COMANRA 1992; Sáez 1997; Zimbalist & Brundenius 1989). Les pratiques d’agriculture modernes adoptées par le gouvernement révolutionnaire, et particulièrement la collectivisation des terres, jumelée à une idéologie conquérante par rapport à l’environnement, considéré comme un objet à domestiquer, poursuivirent la détérioration environnementale enclenchée dans les années 1950.

Le discours de l’État et l’environnement

8Bien que le gouvernement cubain aux débuts de la révolution ne possédait pas d’agenda politique concernant l’environnement, l’idéologie marxiste-léniniste proposait une vision de ce que devaient être les relations entre l’humain et l’environnement dans les sociétés communistes, ce que Cuba reprit à son compte. En effet, « [e]nvironmental deterioration was not supposed to occur under socialism » (Díaz-Briquets & Pérez-López 2000, 1) et seuls les pays capitalistes pouvaient mettre en danger leur environnement en raison des principes fondateurs de leur organisation sociale, favorisant l’accumulation rapide de capital et de biens dans une logique de profit personnel au détriment du bien-être de la collectivité et des ressources naturelles qu’elle utilise. Les sociétés socialistes et communistes devaient, au contraire, être protégées de la destruction environnementale car les citoyens vivraient en harmonie entre eux et avec l’environnement dans une société sans classe où ils cherchent le bien commun général et non pas leur intérêt personnel. Le  collectivisme promu par la population, doublé par son haut sens moral, devait l’empêcher de surexploiter ou de détruire les ressources naturelles de son pays (Alvarez 1992; Castro 1992; González 1992; Díaz-Briquets & Pérez-López 2000). L’homme nouveau du « Ché » favoriserait l’adoption d’une attitude positive face à l’environnement, dépourvue de sens de profit personnel et d’accumulation, qui permettrait à l’environnement de se développer par son utilisation durable, efficace et profitable, ainsi que d’être judicieusement modifié afin de mieux servir la société (Nuñez Jiménez 1972).

9Toutefois, cette perspective s’est révélée être une autre utopie du communisme, et la situation environnementale de Cuba, comme celle prévalant dans le reste des pays du bloc de l’Est sur qui Cuba s’est grandement inspiré pour son développement, s’est révélée au mieux désastreuse, au pire catastrophique (Dunleavey & Penenberg 1993; Feshback & Friendly 1992; Wotzkow 1998). En effet, l’attitude de Cuba face à l’environnement en est une de conquérante, considérant la nature comme devant être complètement et totalement maîtrisé par l’homme afin que toutes les ressources qu’elle puisse fournir profitent à la population et au développement du pays, sans égard pour les conséquences à court ou long terme (Díaz-Briquets & Pérez-López 2000). Ainsi, bien que Castro ait affirmé que la nature devait servir l’homme (1972, 71), en soulignant entre autres qu’aucun fleuve et rivière ne serait laissé sans barrage, qu’aucune goutte de pluie n’atteindrait jamais la mer, et que tous les centimètres de la terre cubaine seraient cultivés, le chef commence aujourd’hui à reconnaître certains problèmes affectant l’environnement du pays. En effet, Castro aborda cette question pour une des premières fois au Sommet de Rio et note, entre autres, que Cuba souffre de différents problèmes de dégradation environnementale tels que la pollution des baies, l’érosion et la dégradation des sols, la pollution des eaux de surface par les déchets des industries minières et sucrières, l’érosion des plages et des zones côtières, et la salinisation des terres. Cet « aveu » a d’ailleurs permis la mise en place de différents projets de conservation. Malgré cette ouverture, la logique conquérante de Cuba face à l’environnement ainsi que sa manière de gouverner ne favorisent pas les actions locales et le développement de pratiques communautaires environnementales, d’où peut émerger le savoir local.

Pratiques environnementales et la révolution : l’exclusion des populations locales

10Les politiques de développement ont contribué à la création de systèmes de production particuliers, relatifs entre autres à l’agriculture, aux forêts et aux ressources aqueuses. Ces politiques s’inspirent directement du modèle soviétique, et ont eu des conséquences sur l’environnement, ainsi que sur les populations locales, dont la survie dépend dans plusieurs cas des ressources naturelles (Doyon 2003). Bien que Cuba soit considéré comme un pays en développement, son mode de gestion et d’exploitation des ressources diffère grandement des autres pays affublés du même statut. En effet, les facteurs expliquant traditionnellement la dégradation de l’environnement et les mauvaises pratiques de gestion dans les pays du tiers-monde, tels que la pauvreté, la croissance exponentielle de la population et l’accès inégalitaire aux ressources, s’appliquent difficilement dans le cas de Cuba en raison des contributions de la révolution sur les plans social et économique. Ainsi, « [a]bsent several of the foremost determinants of environmental decline in rural areas of developing countries, the only remaining explanation for environmental deterioration is agricultural intensification and in particular the capital-intensive practices associated with the socialist agricultural development model that incorporated most elements of the green revolution » (Díaz-Briquets & Pérez-López 2000, 5). De plus, sur le plan technique, le développement de Cuba peut même être comparé à celui de nombreux pays capitalistes industrialisés, entre autres par l’usage commun qu’ils ont fait de la mécanisation des pratiques de gestion des ressources naturelles ainsi que de l’utilisation intensive de produits chimiques et de l’irrigation dans leurs pratiques agraires.

  • 3  L’exemple de l’exploitation des mines est intéressant. En effet, après que les gestionnaires euren (...)

11L’exploitation des ressources naturelles à Cuba s’insère dans les politiques de développement national et la structure institutionnelle du pays, contribuant à expliquer la dégradation environnementale de l’île. Le premier élément qui entre en jeu dans cette dynamique a trait à la centralisation de l’organisation du pays. En effet, ce type de gestion administrative fait d’abord en sorte que l’argent alloué à la conservation et la protection de l’environnement soit distribué aux autorités selon le principe de «branche» (Díaz-Briquets & Pérez-López 1998) à travers la hiérarchie des ministères, plutôt que dans les régions où les besoins sont pressants et où les ressources seraient les plus utiles. De même, le processus décisionnel centralisé contribue à nier les conditions particulières et les besoins de certains secteurs ou régions du pays. Les décisions prises sont appliquées aux autres niveaux de gouvernement (provinciaux, régionaux, municipaux), qui agissent comme courroie de transmission et n’ayant pas de vision compréhensive de la société, de l’économie et de l’environnement. De plus, tout comme l’État cubain fonde plusieurs de ses décisions sur des considérations politiques et économiques qu’il appuie sur l’idéologie marxiste-léniniste, il en va de même en ce qui concerne l’environnement. La théorie marxiste avance dans cette perspective que les ressources naturelles n’ont pas de valeur et de prix et qu’elles doivent être soumises à la volonté humaine, en faisant donc des biens gratuits que l’on peut s’approprier selon les besoins qui se présentent. Ainsi, sur la base de ce principe, et afin d’atteindre une grande productivité économique, l’environnement est exploité jusqu’à son épuisement, puis laissé à l’abandon, sans remettre en question les implications destructrices de ces pratiques puisqu’elles sont justifiées par l’idéologie marxiste cubaine3.

12La structure organisationnelle du gouvernement et les politiques qu’il poursuit entraînent d’autres conséquences pour l’environnement. En effet, les institutions gouvernementales sont organisées de manière à ce que les ministères soient responsables d’une industrie (ministère de l’Industrie de la pêche, l’Industrie sucrière, de l’Industrie sidérurgique, de l’Industrie de la construction) (Díaz-Briquets & Pérez-López 1998), accentuant ainsi le phénomène du « développeur-protecteur ». En effet, ces différents ministères sont responsables du développement de leur industrie, qui est orienté vers les buts et les taux de productivité fixés par l’État, et dont l’atteinte mérite aux administrateurs des récompenses. Alors que ces derniers doivent produire au maximum de leurs capacités selon les plans de l’État, et sans tenir compte d’autres techniques de production qui pourraient être plus souhaitables pour le développement durable des ressources naturelles, ils sont aussi en charge de la protection de l’environnement, un aspect de leur fonction qui est généralement volontairement laissé de côté dans le but d’accomplir les objectifs de l’État ainsi que de préserver leur emploi. À ces pratiques de gestion s’ajoute l’usage qui est fait des économies d’échelle que procure la propriété des ressources et des moyens de production par l’État. En effet, ces économies sont investies dans de nouveaux et plus vastes projets de développement, et non pas dans la protection de l’environnement et des ressources utilisées afin, encore une fois, de faire croître la productivité et de maximiser les revenus. Les budgets et les ressources de l’État, et particulièrement l’aide apportée par les Soviétiques (Díaz-Briquets & Pérez-López 2000), furent ainsi mal répartis et utilisés dans la création de nouveaux projets, voulant augmenter les revenus de l’État rapidement. Ces projets effectués sans évaluation d’impact préalable, entraînant des conséquences graves pour l’environnement.

13Le système gouvernemental cubain et son organisation hiérarchisée contribuent ainsi à la fragmentation du processus d’application des décisions, créant un système où personne n’est responsable des problèmes environnementaux car chacun répond des ordres d’un supérieur. Ainsi, au bout du compte, personne n’est blâmé pour les dommages causés à l’environnement, aussi longtemps que chacun effectue les ordres correctement. La destruction environnementale est aussi perçue comme le prix à payer afin de développer le pays. De plus, les fonctionnaires impliqués dans la gestion et la protection des ressources naturelles n’ont pas de compte à rendre à la population, à qui l’information sur les questions environnementales est systématiquement censurée. Il en va de même pour les ONG environnementales dont les actions sont tolérées aussi longtemps qu’elles demeurent dans les vues du gouvernement et qu’elles ne contredisent ou ne critiquent pas les pratiques de ce dernier. Malgré les conséquences négatives de ce système pour l’environnement, sa reproduction fut assurée depuis les débuts de la révolution par les liens étroits établis entre les idéologies de la révolution, le développement économique, les pratiques scientifiques et technologiques, et le système d’éducation dans lequel ces valeurs sont enseignées et ce discours encensé (Cabrera Trimiño 1997).

14Dans ce cadre, les pratiques environnementales locales de la population ont majoritairement été évacuées au profit de la méthode scientifique et des plans d’aménagement centralisateurs. Ainsi, les méthodes développées par les comités scientifiques et politiques du pays devaient être respectées à la lettre par les gestionnaires, et ces derniers étaient ainsi plus souvent employés pour leur loyauté aux diktats de l’État que pour leurs compétences techniques en matière de gestion. Ainsi, les gestionnaires appliquant les prescriptions gouvernementales étaient récompensés pour leur bon travail, même si les cultures étaient perdues, alors que ceux osant avancer une méthode différente de gestion ou même suggérer des modifications aux plans d’exploitation des ressources afin de permettre aux cultures d’être sauvées et de préserver l’environnement, pouvaient se voir accusés d’être contre-révolutionnaires (Díaz 1995). « These attitudes, and specifically the imposition across the board of directives devoid of sensitivity to specific environmental circumstances, led to soil degradation through the adoption of localized but cumulatively damaging agricultural practices » (Díaz-Briquets & Pérez-López 2000, 96).

15Les pratiques centralisées de gestion des ressources, organisées à travers des secteurs de production, ont largement ignoré le savoir écologique des paysans concernant l’environnement et l’utilisation des ressources, favorisant l’accélération de sa détérioration. En effet, des plantations furent faites dans des sols non productifs complètement rasés de leurs cultures antérieures, ne permettant pas, entre autres, le contrôle des épidémies d’organismes nuisibles et la reconstruction de l’équilibre organique. Les techniques de rotation des cultures et de protection naturelle des produits et de fertilité des sols ont été totalement abandonnées afin de permettre aux machineries lourdes de récolter un seul type de production à la fois de manière plus rapide. De même, les nouveaux paysans salariés de l’État furent évacués du processus de gestion. Les équipes de travail effectuaient une rotation entre les champs, s’occupant, par exemple, pour une courte période de la plantation dans un endroit, suivi immédiatement de la récolte dans un autre secteur. Cette situation a créé un désengagement des paysans par rapport à leur travail et à l’environnement, diminuant leur intérêt à se préoccuper de la préservation des ressources, de même que du processus de production en général. Cette méthode de travail a de même entraîné la diminution du savoir écologique des paysans ainsi que la transmission de ce savoir aux générations suivantes (Sáez 1994).

Savoir local et scientifique face au développement durable à Las Canas

16Depuis plus de 40 ans, la logique révolutionnaire a traversé les différentes régions et communautés de Cuba, et se retrouve à Las Canas, un petit village de 250 habitants situé dans la province occidentale de Pinar del Río. La population de Las Canas renoue présentement avec le savoir écologique qu’elle avait plus ou moins mis de côté depuis quelques décennies. La communauté vit depuis plus de 10 ans, à l’instar du reste du pays, une importante crise économique. Près de 50% de sa population est sans emploi, et ses habitants se dédient informellement à la pêche artisanale, à la coupe de bois de mangroves, ainsi qu’à offrir occasionnellement des services touristiques aux visiteurs nationaux et, de manière moins régulière, internationaux. La trajectoire du village s’inscrit dans celle des plans de gestion nationaux et est fortement imprégnée par l’idéologie du système révolutionnaire. Sur le plan environnemental, la communauté fait aussi face à une dégradation croissante de ses ressources naturelles, principalement depuis la crise économique des années 1990, appelée « période spéciale en temps de paix », où des mesures drastiques furent mises en place afin de sauver l’économie du pays, qui dépendait de l’Europe de l’Est, et dont la population subit les conséquences négatives de manière importante.

La trajectoire de Las Canas

17Le village de Las Canas était, entre les années 1930 et 1960, un centre de villégiature pour les riches de la capitale de la province. À la suite de la révolution et de la nationalisation des propriétés privées au début des années 1960, les maisons d’été de Las Canas furent données en usufruit à quelques 500 nouveaux immigrants de la ville voisine, La Coloma. Cette mesure avait pour objectif de dégorger La Coloma de ce flots d’arrivants, provenant des terres intérieures et des régions montagneuses, et venus chercher de meilleures conditions de vie sur la côte. Bien que les nouveaux habitants ne se plièrent pas facilement à cette décision, ils durent finalement s’y résoudre après que le gouvernement eut brûlé leurs demeures de fortune de La Coloma en 1964. Cette situation devait n’être que temporaire, mais elle perdure encore aujourd’hui.

  • 4  Certains particuliers peuvent avoir de petites entreprises, comme par exemple la vente de sandwich (...)

18À partir de ce moment et jusqu’à la « période spéciale » au début des années 1990, les habitants de Las Canas travaillaient tous dans le centre touristique du village ainsi que dans le port de pêche de La Coloma, appelé Combinado pesquero. Lors de l’établissement de la « période spéciale », le centre touristique fut fermé et les emplois qu’il offrait perdus. Quant aux emplois du combinado, ils se font rares, car les départs à la retraite ne sont plus automatiquement remplacés. Plus de la moitié de la population a moins de 30 ans et cette dernière, bien que scolarisée, n’a pas encore eu la chance de travailler, car l’État ne peut offrir d’emplois et le travail privé est interdit sur l’île4.

  • 5  Chaque famille recevait hebdomadairement à la bodega, le magasin d’état, avec sa carte de rationne (...)

19La formation de la communauté dans les années 1960 coïncida avec la collectivisation et le début du travail salarié étatique. Ainsi, les pêcheurs du port de La Coloma qui possédaient des équipements les mirent en commun dans la nouvelle entreprise portuaire étatique, le Combinado pesquero, qui regroupait l’usine de transformation et les installations portuaires. Une centaine de personnes commencèrent à y travailler comme salariés de l’État. Les petits agriculteurs durent quant à eux abandonner leurs pratiques, car les terres qu’ils cultivaient furent considérées trop peu fertiles par le gouvernement, et ils commencèrent à travailler dans le nouveau centre touristique de Las Canas, entre autres en tant que serveur, cuisinier, ménagère. Certains maintinrent une petite exploitation de l’environnement pour leur subsistance, comme l’indique ce père de famille : « dans ma maison il y a toujours des petits piments forts, quelques tomates, et des poivrons; j’ai aussi des épices pour assaisonner et quelques trucs de « médecine verte », pour calmer les nerfs ». Toutefois, la grande majorité abandonna ces pratiques du passé, pressés d’embrasser la modernité et de s’affranchir de ces tâches contraignantes, exigeantes, difficiles, et « peu civilisées ». Le travail salarié convenait parfaitement à leurs besoins et leurs désirs, les salaires étaient suffisants et le système d’approvisionnement de l’État fonctionnait relativement bien5. Les nécessités de bases étaient assurées et de plus, à cause du centre touristique à l’intérieur même du village, les habitants avaient accès à plusieurs divertissements, comme la plage aménagée, le cabaret spectacle, le restaurant, et la discothèque. Dans ce contexte, l’environnement n’est plus la source principale d’où les familles tirent leur subsistance, mais devient plutôt un milieu de vie transformé et agréable; des fleurs et autres ornementations remplacèrent l’agriculture, et malgré les problèmes du quotidien, les années difficiles liées à la servitude de l’exploitation de l’environnement semblent passées.

20Toutefois, avec la « période spéciale », les habitants durent se retourner vers l’exploitation des ressources naturelles afin de survivre. Les espèces exploitées sont alors consommées dans la maisonnée qui les produit, ou vendues afin d’acheter d’autres biens de première nécessité. Les pratiques et les savoirs environnementaux locaux qui étaient plus ou moins mis de côté depuis des décennies pour la majorité de la population de Las Canas furent récupérés et réinventés (voir Doyon 2005). La pêche et la production de charbon à l’aide des palétuviers furent particulièrement mises de l’avant.

21Toutefois, cette exploitation, bien que fondée sur des bases de savoir local, mena dans le cas des mangroves à une surexploitation et à une dégradation de la forêt avoisinante. C’est dans ce cadre que s’est développé le projet de développement durable intégré du groupe MASOREC (gestion durable des ressources côtières) en 1999-2001. ce projet de conservation des mangroves fut développé par un groupe de chercheurs de l’université de Pinar del Río attaché au département de foresterie, et financé par le CRDI-Canada. Ce projet a toutefois donné lieu à la rencontre de deux types de savoir et de pratiques environnementales, scientifiques et locales, qui devaient, en principe, se supporter mutuellement, selon les principes du développement durable et de la gestion intégrée des ressources naturelles. Toutefois, les bases du système cubain, sa foi en la science et la technique de même que son organisation politique qui favorisent le centralisme et l’autoritarisme, permettent difficilement cette rencontre entre les savoirs et ne favorise pas les échanges et la participation locale qu’elle suppose.

Le projet MASOREC et la mise en place superficielle du développement durable

22La mise en place du projet a été l’objet de différentes difficultés lors de son application en raison de la prégnance du système cubain dans tous les aspects de la vie de ses habitants. De même, les discours, valeurs et idéologies du système et la force centralisatrice de l’appareil d’État, ont favorisé certaines tendances qui ne mettent pas de l’avant le développement du savoir local et la participation qu’il implique.

23Premièrement, le développement durable mis en place par le projet, s’inscrivant dans une approche « intégrée », implique la notion d’interdisciplinarité entre les sciences naturelles et sociales, qui ne se trouvait pas réellement dans ce cas. En effet, le système révolutionnaire a grandement valorisé les sciences naturelles comme étant l’un des moyens pour atteindre le statut de pays développé. Les sciences sociales devaient pour leur part s’inscrire dans les idéologies socialistes, et les disciplines comme l’anthropologie furent bannies pendant des décennies en raison de leur potentiel critique et contre-révolutionnaire. Ce biais est encore présent après 40 ans de révolution. Dans le projet MASOREC on ne retrouve qu’un chercheur en sciences humaines parmi les 17 chercheurs du groupe. Cette situation a évidemment eu des conséquences sur le déroulement de la recherche, car il était plus difficile pour l’équipe, malgré leur bonne foi et leur professionnalisme, de comprendre la spécificité, la résilience et la résistance locale des habitants de Las Canas.

24De plus, l’équipe a sérieusement manqué de ressources de base pour mener à bien son projet. En plus du fait qu’elle ne possédait pas d’expérience en recherche interdisciplinaire et de projets intégrés, peu d’études scientifiques pouvaient être consultées à l’université concernant ce sujet, et l’accès à Internet n’est que sporadique. Ainsi, les principes du développement durable et de l’aménagement intégré pouvaient difficilement être assimilés. Dans la même perspective, des échanges avec d’autres équipes conduisant des projets similaires, et qui auraient pu guider le projet, leurs approches, leurs pratiques et leurs perspectives sur le développement durable local, furent presque impossible en raison du manque de ressources. Il va sans dire que les équipements de recherche sophistiqués, les véhicules pour se déplacer sur le terrain, et même du papier à écrire étaient des éléments difficiles à obtenir. De plus, les scientifiques ne pouvaient pas dans le cadre du projet être critiques des politiques gouvernementales cubaines. En effet, des remarques sur des faiblesses ou des aberrations du système auraient pu être des éléments négatifs pour l’équipe de recherche, car ces commentaires auraient pu être interprétés comme des contestations politiques. Les conclusions du projet furent ainsi très générales, ne questionnant pas les causes structurelles de la dégradation environnementale et encore moins la logique du système.

25La rencontre du développement durable avec la logique d’État cubaine est aussi problématique en raison de l’importance de certains concepts dans une approche de  développement, tels que la démocratisation, la décentralisation et la participation. Ces concepts possèdent effectivement une dimension délicate dans le contexte cubain pour des raisons évidentes. Ainsi, bien que le régime affirme que ces questions soient développées, entre autres à travers les « conseils populaires », la forme cubaine de gouvernement local, la réalité est toutefois différente. En effet, ces conseils populaires, mis en place en 1992, devaient initier un processus de décentralisation et de valorisation de la démocratie. Toutefois, ils sont en fait soumis à des pressions du gouvernement central, réduisant son appui en termes de ressources financières et humaines. L’autorité et l’autonomie locale demeure dans les faits très faibles et ces « conseils populaires » représentent davantage une nouvelle antenne politique du gouvernement central, plutôt que de nouvelles institutions responsables et efficaces. Ainsi la gouvernance locale et le savoir des populations ne sont pas mis de l’avant dans le processus décisionnel,  comme le propose la gestion intégrée des ressources naturelles, et ces institutions ne promeuvent pas une réelle participation locale.

Participation locale et le travail « volontaire-obligatoire »

26La question de la participation est importante dans le cas de Las Canas. En effet, la situation économique difficile de la communauté, dont presque tous les besoins de base de ses membres ne sont pas comblés, représente l’élément qui préoccupe prioritairement les habitants. La vie quotidienne est une lutte constante alors que tout est difficile à obtenir : autant la nourriture, le combustible, que le transport, et cette lutte implique de nombreux efforts pour les obtenir. Ainsi, les membres de Las Canas n’étaient pas aux débuts du projet réellement désireux d’y participer, alors que cette initiative allait les interdire d’exploiter les mangroves pour leur survie. De plus, la communauté ne considérait pas que les mangroves fussent en danger et qu’elles nécessitent son aide. Pour les membres de la communauté, les problèmes environnementaux sont liés aux discours environnementaux globaux, comme la déforestation de l’Amazonie, ou la destruction de la grande barrière de corail, et non pas à la détérioration locale des mangroves. Ainsi, la conscience environnementale et la motivation pour la conservation de l’environnement au niveau communautaire que demande les projets de développement durable intégré n’existaient pas à Las Canas, et ils furent plutôt imposés « du haut vers le bas », contrairement aux préceptes de ce type d’approches.

27La participation locale fut toutefois indirectement atteinte. En effet, la déléguée municipale du village fut intéressée par le projet, et a insisté pour que toutes les personnes de la communauté y participent. Cet appel de la représentante locale a été perçu par plusieurs comme une obligation, comme le sont la majorité des activités « volontaires » d’ailleurs, malgré que ce genre de projet doit naître d’une participation volontaire et d’un désir local de changement. Les activités « volontaires » sont considérées comme étant obligatoires car les citoyens ne peuvent pas se permettre d’être vus comme des marginaux aux yeux de l’État, ce qui peut être interprété comme étant contre-révolutionnaire. De plus, afin d’atteindre la participation requise que nécessitait le projet, les chercheurs ont fait des contacts avec les employeurs locaux afin que les travailleurs de Las Canas puissent participer dans les ateliers, et ainsi avoir leur journée de travail payée pour assister aux séminaires.

28Lors des séminaires, les membres du projet avaient pour objectif d’entendre et d’intégrer les définitions et les discours locaux des habitants de Las Canas concernant l’environnement. Ces interventions devaient permettre aux membres du groupe de définir leur proposition de recherche et le cadre de  leur projet sur la base des préoccupations de la communauté. Toutefois, lors de la tenue de ces réunions, les membres du projet ont plutôt expliqué aux participants ce que sont, selon leurs termes, l’environnement et le développement, et n’ont pas tenu compte des apports de la population. Ainsi les enseignements n’ont pas été basés sur un échange et un apprentissage mutuel, mais plutôt sur une imposition de ce qu’est l’environnement et le développement durable d’un point de vue scientifique, considéré comme le seul réellement valable. De même, ces ateliers n’ont pas mené à une réelle intégration des préceptes de la gestion durable des ressources et encore moins à l’élaboration de pratiques économiques alternatives pour la communauté. L’échange sur des bases égalitaires de savoirs n’a pas eu lieu, bien que les chercheurs aient approché la communauté et effectué leurs activités avec beaucoup de respect.

29En fait, il semble que les chercheurs du projet aient récupéré les concepts clés à la mode que l’on trouve dans les discours du développement, et qu’ils aient ensuite pensé pouvoir les appliquer tels quels dans la communauté. Toutefois, il existe un écart important entre la conceptualisation objective du projet faite par les chercheurs et la réalité, créant un discours à deux niveaux. D’un côté les chercheurs s’inscrivent dans l’idéologie du développement durable intégré. De l’autre côté, ils affirment que les habitants de la communauté ne connaissaient rien des mangroves, de la gestion, du développement durable, et de la détérioration des ressources naturelles, ce qui devrait pourtant être à la base de leur démarche et nourrir leurs échanges et leur projet commun. Ainsi, les chercheurs disent que les habitants de la communauté savent qu’ils ne devraient pas couper les mangroves, mais qu’ils continuent tout de même à le faire car les mangroves ne sont pour eux qu’un endroit qui produit des arbres pour le charbon, des crabes de terre en saison des pluies et qui occasionnent beaucoup de moustiques. Ils disent aussi que les membres de la communauté ont des pratiques irrationnelles sur les mangroves car ils n’analysent pas les conséquences de leurs actions sur celles-ci, qu’ils ne tiennent pas compte des conséquences négatives de leurs actes sur la ressource et qu’ils continuent ainsi afin d’améliorer leur revenu économique. Un chercheur nous raconte : « ils ne se sont pas assis pour analyser, ils ne savent pas comment utiliser les ressources, ils n’ont pas conscience jusqu’à quel point ils peuvent le faire, ils vivent dans un lieu entouré de mangroves et en plus ils vivent de ces ressources, je crois qu’ils ont fait un usage irrationnel et ils ne prennent pas en compte les conséquences de la surexploitation des mangroves ». Ainsi, l’approche du projet a certaines failles dans son contact réel avec la communauté et la mise de l’avant du savoir local.

30De même, les ateliers avec les habitants devaient établir un processus d’apprentissage double, où les participants de la communauté partageraient leur « savoir autochtone » comme le disent les chercheurs. Toutefois, ces derniers sont incapables de définir ce qu’ils entendent par ce concept, et ils ne peuvent expliciter ce qu’ils ont appris concernant les « savoirs autochtones » de la communauté. En fait, le savoir autochtone se résumait pour les chercheurs aux souvenirs des plus vieux habitants de la communauté concernant l’état du village avant qu’il ne commence à être détruit, et le savoir local n’a pu être attaché à l’établissement d’un programme de gestion par le projet.

Une vision ambiguë du développement durable : « développez durablement les habitants de la communauté, pas l’environnement! »

31Malgré les problèmes liés à la mise en place du projet et à la participation de la communauté, la majorité des membres de la Las Canas et de ceux qui fabriquent du charbon ont appris les rudiments du développement durable, et surtout de la manière de couper les mangroves afin de limiter leur dégradation. Toutefois, lorsque les privations se font sentir plus durement et que l’État ne peut subvenir aux besoins en combustible de la communauté, comme cela s’est produit à la fin du projet en 2002, la population s’est retournée de nouveau vers l’exploitation des mangroves. Un carbonero et sa mère expliquent : « si le combustible pour les fours disparaît, la forêt disparaît aussi! »; « la ration de combustible a diminué et elle n’est pas suffisante pour subvenir aux besoins pour tout le mois, alors que se passe-t-il? Les gens doivent utiliser le charbon pour cuisiner leur nourriture, et ce doit être avec du bois, et quel bois y a-t-il ici? Le bois de mangrove. Et nous n’avons pas le droit de le couper, mais nous devons le couper parce que il n’y a pas d’autre bois. ». Ainsi, les questions de survie prennent le pas sur les questions de conservation environnementale.

32Les membres du projet de conservation m’ont mentionné que l’objectif fondamental du projet est que l’étincelle de la conservation, la chispa de la consciencia, se soit allumée dans la communauté. Mais une autre étincelle a aussi vu le jour. Certains individus ont vu le projet comme un moyen de faire valoir leurs demandes et leurs complaintes par rapport à leurs conditions de vie difficiles (pénuries de nourriture et de combustible, problèmes de transport, de logement, de travail) à travers leur contact avec les membres du projet MASOREC, perçus comme des représentants de l’État disponibles temporairement. Dans cette perspective, l’environnement est devenu un lieu pour la représentation de la communauté et la valorisation de ses besoins. 90% des informateurs m’ont affirmés que ce qui nécessitait un développement durable n’était pas les mangroves ou l’environnement, mais plutôt eux-mêmes et leur communauté. Ils affirment aussi que par respect envers eux, les membres du projet devraient aider la communauté à améliorer ses conditions de vie, puisque les habitants de Las Canas ont aidé le groupe MASOREC dans leur projet de conservation. La logique du développement durable est ainsi renversée.

Conclusion

33La gestion des ressources naturelles peut se baser sur différents principes, et la gestion communautaire fondée sur le savoir local en est un. Toutefois, on constate que cette forme d’aménagement peut être mise de côté au profit d’une logique centraliste et hiérarchique, fondée presque exclusivement sur le savoir scientifique. Ce fut le cas à Cuba, où une idéologie particulière et une foi en la science et le développement ont évacué le savoir local.

34Ce type d’approche au niveau national tend à favoriser au niveau régional et local des formes de projets de recherche et de développement qui s’inspirent de cette perspective, malgré les étiquettes de « développement durable » ou « gestion intégrée » qui peuvent leur être accordées, comme c’est le cas pour le projet MASOREC. Ainsi, ce type de projet perpétue en fait les valeurs et objectifs nationaux en place sous le couvert d’un nouveau vocabulaire, adopté par les scientifiques et les bureaucrates. Cette situation est aussi favorisée par les idéologies et les contraintes qui traversent les individus, et particulièrement les scientifiques qui dépendent à la fois de l’État et des projets de gestion, comme MASOREC.

35Cependant, on constate malgré tout que le savoir local fait preuve de résilience, après 30 ans de « dormance », soit du début de la révolution aux années 1990. En effet, à Las Canas, ce savoir local a resurgi et repris une place importante au sein de la communauté. Les pratiques qui étaient moins vivantes et dont les spécificités avaient été quelque peu perdues, comme celle de la coupe de mangroves, ont été réinventées et adaptées aux conditions actuelles. Ce savoir local environnemental, bien qu’il puisse ne pas correspondre exactement aux définitions établies par les scientifiques, est très important et témoigne de la vitalité d’un groupe, de sa capacité d’apprendre et de se transformer. De plus, le savoir local d’un groupe sur son environnement peut se transformer aussi en un savoir sur les processus de gestion environnementale et sur le développement, permettant ainsi aux acteurs de tirer avantage de différentes manières de ces nouvelles relations sociales.

Haut de page

Bibliographie

Alvarez, M. T. "Subdesarrollo y deterioro ecológico." Boletín de Información sobre Economía Mundial june (1992): 8-12.

Cabrera Trimiño, G. J. Economía Ecológica, Demografía Ambiental y Desarrollo. La Habana: Editorial de Ciencias Sociales, 1997.

Castro, Fidel. Tomorrow Is Too Late. Melbourne: Ocean Press, 1993.

COMANRA. Informe a Rio. Conferencia De Las Naciones Unidas Sobre Medio Ambiente y Desarrollo. La Habana: Comié preparatorio nacional, 1992.

Díaz-Briquets, Sergio and Sergio Pérez-López. Conquering Nature: The Environmental Legacy of Socialism in Cuba. Pittsburgh: University of Pittsburgh Press, 2000.

Díaz-Briquets, Sergio and Sergio Pérez-López. "Socialism and Environmental Disruption: Implications for Cuba" Cuba in Transition (ASCE) (1998) 8 : 154-172.

Doyon, Sabrina. «Une révolution à sa mesure : diversité des pratiques environnementales communautaires à Cuba », Anthropologie et sociétés, 29, 1 : 121-144, 2005 

Doyon, Sabrina. L'environnement "révolutionnaire": Pratiques, discours et dynamique socio-environnementale de la gestion des ressources côtières à cuba. Thèse de doctorat, Département d'anthropologie, McGill University, 2003.

Dunleavy, M. P. and Adam Penenberg. "Castro's Green Revolution." Green Magazine 4.5 (1993): 12-17.

Feshbach, M. and A. Friendly. Ecocide in the USSR. New York: Basic Books, 1992.

González, M. "Medio ambiente y desarrollo capitalista." Boletín de Información sobre Economía Mundial 207 (1992): 3-7.

Languepin, Olivier. Cuba. La Faillite D'Une Utopie. Paris: Gallimard, 1999.

Nunez Jimenez, A. Geografía De Cuba. La Habana: Instituto Cubano del Libro, 1972.

Pryor, F. L. The Red and the Green: The Rise and Fall of Collectivized Agriculture in Marxist Regimes. Princeton: Princeton University Press, 1992.

Sáez, Hector. The Environmental Consequences of Agricultural Development in Cuba. Washington: Paper presented at the Annual International Congress of LASA, 1994.

Sáez, Hector. "Resource Degradation, Agricultural Policies, and conservation in Cuba." Cuban Studies 27 (1997): 40-67.

Skidmore, Thomas E. and Peter H. Smith. Modern Latin America. New York, Oxford: Oxford University Press, 1997.

Wotzkow, C. Natumaleza Cubana. Miami: Ediciones Universal, 1998.

Wunderlich, Gene. Agricultural Landownership in Transitional Economies. LanHam: University Press of America, 1995.

Zimbalist, Andrew and Claes Brunedius. The Cuban Economy: Measurement and Analysis of Socialist Performance. Baltimore: Johns Hopkins University Press, 1989.Image1

Haut de page

Notes

1  On estime que jusqu’en 1886, date de l’abolition de l’esclavage à Cuba, entre 1 et 1.2 millions d’esclaves furent déportés d’Afrique vers Cuba (Languepin 1999, 13).

2  En 1492, 72% du territoire était recouvert de forêts alors qu’en 1959 seulement que 14% des terres cubaines étaient encore boisées (Díaz-Briquets & Pérez-López 2000, 141; Sáez 1997).

3  L’exemple de l’exploitation des mines est intéressant. En effet, après que les gestionnaires eurent extrait une bonne partie des minéraux d’une mine, les coûts d’opération augmentent car la ressource est plus difficile à atteindre. Afin de répondre aux taux de productivité fixés par l’État, les gestionnaires préfèrent donc laisser la mine à l’abandon et en exploiter une autre afin de préserver leur taux de productivité, et éviter les remontrances des autorités, entraînant ainsi une détérioration environnementale par les déchets laissés par l’extraction minière ainsi que par la surexploitation de la ressource (Díaz-Briquets & Pérez-López 1998, 159).

4  Certains particuliers peuvent avoir de petites entreprises, comme par exemple la vente de sandwiches ou de boissons gazeuses, mais ces permis sont de plus en plus difficiles à obtenir et sont hautement surveillés.

5  Chaque famille recevait hebdomadairement à la bodega, le magasin d’état, avec sa carte de rationnement environ un poulet, trois kilos de viande rouge, du poisson, suffisamment de légumes, de légumineuses, de riz, des oeufs et les autres produits de base pour une maisonnée, tels que savon, huile, etc. Aujourd’hui cependant, les rations offertes par l’état ne couvrent qu’un quart des besoins d’une famille et les produits plus onéreux, tels la viande, l’huile et les légumes, ne sont désormais plus disponibles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Doyon, « Savoir environnemental local et scientifique : entre la révolution, la gouvernance nationale et le développement durable à Cuba », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 6 Numéro 2 | septembre 2005, mis en ligne le 01 septembre 2005, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/2742 ; DOI : 10.4000/vertigo.2742

Haut de page

Auteur

Sabrina Doyon

Prof. Département d’anthropologie, Université Laval, Québec, Canada, G1K 7P4, sabrina.doyon@ant.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page