Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 2 En particulier, le colloque « Écosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie », 29 et 30 mai (...)

1L’éthique environnementale est un champ de recherche qui s’est structuré dans le milieu anglo-saxon depuis les années 1970, en particulier autour des débats engagés à propos d’une (présumée) valeur intrinsèque de la nature. Sa diffusion en France a dans un premier temps fait l’objet d’interprétations caricaturales. D’aucuns (Gauchet, 1990; Ferry, 1992) y ont vu l’expression de dérives écofacistes. À la fin des années 90, le triptyque des postures morales – anthropocentrisme, biocentrisme ou écocentrisme (Larrère et Larrère, 1997) – fait son apparition sur la scène académique francophone. Cette importation en France permet une cartographie des éthiques environnementales, instituée de longue date dans les pays anglo-saxons. Les travaux proposent une lecture éthique des enjeux environnementaux qui semble indissociable de certaines valeurs accordées à la nature: « considérer la nature (…) c’est déjà souscrire à une conception particulière de la nature et de sa valeur » (Hess, 2013, p. 25). Grâce à la traduction des textes fondateurs (Afeissa, 2007) et aux premiers colloques sur le sujet2, l’approche des enjeux environnementaux par les valeurs de la nature a révélé des questionnements politiques connexes parmi lesquels l’éthique de responsabilité, le rôle de la science et de celui de l’expertise. Les objets auxquels l’éthique environnementale se rapporte désormais se diversifient en explorant des objets plus spécifiques tels que le changement climatique, la biodiversité, les pratiques agricoles, les enjeux de genre, etc. Parallèlement, le pragmatisme environnemental initie des travaux en sciences humaines et sociales en lien avec les sciences de l’environnement.

2Les années 2000-2010 ont amorcé une étape importante pour deux raisons: d’une part les recherches dans le domaine de l’éthique environnementale ont légitimé en France, sur le plan scientifique, une approche de l’environnement autrement qu’à travers les strictes représentations sociales de la nature. Elles ont aussi montré que les valeurs de la nature ont toujours accompagné les pratiques des politiques de gestion et des modes de gouvernance en privilégiant le plus souvent des conceptions mécanistes et comptables de la nature (Maris, 2014). D’autre part, l’approche pragmatique des valeurs de la nature a donné à voir comment elles s’incarnaient dans des modes d’être et des pratiques issues d’une diversité d’écologies politiques (Hache, 2011; 2012). Mais, par ailleurs, ces décennies ont aussi mis en évidence la divergence entre l’approche de l’éthique environnementale et celle de l’écologie politique, l’absence de dialogue entre ces deux domaines et la nécessité de rétablir une continuité entre l’éthique et le politique (Hache, 2012; Hess, 2017; Lejeune, 2019a).

3Ce dévoilement progressif a eu pour conséquence de faire une démonstration importante: certaines valeurs sont plus dominantes que d’autres, certaines constructions sociales pèsent davantage que d’autres dans les délibérations politiques, certains savoirs de la nature sont plus déterminants dans la recherche que d’autres. La nature recouvre pourtant une diversité de réalités biophysiques situées dans des relations d’interdépendances entre tous les êtres de la nature, et au sein desquelles s’expriment des sensibilités. Cette relation d’interdépendance est l’un des enjeux politiques cruciaux pour les transformations politiques suscitées par la réalité physique de la crise écologique.

  • 3 Présentation de la section thématique 76 du congrès 2017 de l’AFSP, [en ligne] URL : https://www.af (...)

4Le dossier est le résultat d’un séminaire thématique, intitulé « contributions et perspectives critiques des éthiques environnementales dans la pensée, les pratiques et les activités politiques 3 », organisé au Congrès national de l’Association française de science politique à Montpellier en juillet 2017. Il a pour objectif de valoriser les travaux de philosophes, d’éthiciens et de politistes francophones qui ont, sous des angles divers, contribué à ouvrir un espace de débats dans la science politique française sur les valeurs de la nature. Ces recherches font appel aussi bien à des traditions francophones qu’anglo-saxonnes. Ce dialogue pluridisciplinaire semblait être un bon point de départ pour étudier l’influence de la réalité physique de la crise écologique sur les activités politiques en tenant compte des interdépendances. Initialement le projet s’est proposé de questionner ce que pourrait être une idée, une pratique ou une activité politique non anthropocentrée sur le plan moral ou épistémique. Les contributions ont suggéré de surmonter les conflits de valeurs, d’identifier les freins à des rapports politiques à la nature autres qu’anthropocentrés, de formuler des points de vigilance sur les propositions théoriques existantes.

5L’ensemble des contributions réunies dans ce dossier n’a pas la prétention de surmonter les dualismes. Elles proposent d’explorer des propositions pragmatiques situées dans des trajectoires scientifiques particulières et engagées dans des débats internes à leurs champs disciplinaires – que ce soit dans le domaine de la philosophie morale, dans la pensée politique ou encore le domaine de l’action publique en lien avec la nature. Cela est révélateur des enjeux éthiques et politiques liés à la production des connaissances, de ses apports et aussi de ses limites dans un contexte écologique en basculement. Le dossier comporte sept contributions qui sont ici exposées en fonction des enjeux portés par les auteurs et des débats que suscitent les valeurs de la nature au sein de leurs propres disciplines.

6Dans le champ de l’éthique environnementale à proprement parler, Michel Bourban et Lisa Broussois explorent l’idée d’une éthique climatique non anthropocentrée. Les deux auteurs proposent d’y parvenir à travers l’établissement d’« un devoir de ne pas consommer des produits d’origine animale ». Ce devoir s’illustre à travers le végétarisme et le véganisme qui permettraient d’explorer les « bonnes » attitudes pour répondre au dérèglement climatique. Alexander Federau nous invite à porter l’attention sur le monde microscopique et s’interroge sur le statut moral d’un tel monde. Il propose pour cela d’approfondir la valeur Gaïa à partir du dialogue entre les différentes postures éthiques. L’auteur privilégie une approche en termes de services rendus par les micro-organismes pour valoriser leur existence.

7Dans le domaine des idées politiques, les auteurs de la théorie politique environnementale issue du courant de l’Environmental Politics ont démontré depuis le début des années 90 l’incompatibilité de la prise en compte de valeurs non instrumentales de la nature avec le système de valeurs libérales des démocraties contemporaines et des civilisations modernes (Ophuls, 2011). Ce champ de recherche s’est construit autour du projet de considérer les enjeux politiques du long terme et la réalité biophysique dans les idées politiques et le fonctionnement de la démocratie. Deux contributions théoriques du dossier ont en commun de contribuer aux débats institutionnalistes en ayant recours à deux philosophes issus de l’écologie politique allemande. Kerry Whiteside propose la lecture d’un auteur de référence de la théorie politique verte: Hans Jonas. L’auteur récuse d’abord les accusations autoritaires formulées à l’encontre de cette figure du principe responsabilité pour privilégier ensuite la forme de démocratie discursive – entendue comme modalités de représentation des voix de ceux et celles qui sont les plus concernés par les conséquences d’une destruction de la nature. Bruno Villalba interroge les angles morts de la théorie politique environnementale à partir des travaux de Günther Anders. L’analogie proposée par l’auteur entre la situation de la bombe atomique et celle de la crise écologique l’amène à approfondir quatre soubassements politiques qui sont, selon lui, indissociables de la gestion politique des défis écologiques.

8Les trois dernières contributions au dossier formulent des propositions exploratoires qui vont au-delà des approches institutionnalistes de la démocratie écologique (Schlosberg et al., 2019). Elles questionnent les valeurs, les expériences et les pratiques de la transformation du politique – en dehors des régulations institutionnelles et des conceptions libérales du politique. Elles ont en commun d’avoir construit leurs réflexions sur l’usage de postulats écocentrés en privilégiant les valeurs écologiques. Les auteurs démontrent que l’atout majeur de ce postulat est de rendre visible des dimensions sensibles et matérielles dans l’analyse du politique. Pour y parvenir, ils s’appuient sur l’étude des pratiques. Clémence Guimont analyse une politique publique de biodiversité dans les Hauts-de-France dans le nord de la France. Cette auteure montre comment les acteurs des politiques de biodiversité reproduisent un rapport dualiste construit à partir de pratiques technicistes et court-termistes. Elle met en évidence l’importance de considérer les caractéristiques du processus d’euphémisation des interdépendances – temporelle et sensible – dans la fabrique de l’action publique en matière de biodiversité. Rémi Beau montre qu’au cœur des pratiques les plus ordinaires et quotidiennes se jouent les recompositions des rapports politiques entre les individus et leurs communautés d’appartenances dans un milieu. La démocratie s’exprime dans des formes de vie inhérentes à un ensemble de pratiques auto-organisées par des individus qui agissent en réaction à des pratiques dévastatrices des interdépendances entre les milieux. Caroline Lejeune et Gérald Hess explorent enfin le rôle politique des expériences vécues à la nature, comme celles en lien avec l’injustice environnementale (Lejeune, 2019b). Ces expériences sont un ensemble de leviers politiques qui expriment des formes de vulnérabilité partagées dans la communauté des êtres vivants et inhérentes à la fragilité des interdépendances. L’énonciation des expériences vécues de la nature pourrait, selon les auteurs, transformer les sensibilités à la nature et expérimenter de nouvelles formes de coopération sociale et politique pour vivre avec les destructions passées et celles à venir dans un contexte de basculements écologiques.

9La question de départ de ce dossier consiste à examiner l’apport du dialogue entre les éthiques de la nature, la théorie et les activités politiques. Le dialogue est fécond. Robyn Eckersley (1992) l’a déjà bien montré sur le plan des idéologies politiques. Il rend visible les mécanismes de domination de la nature dans les modes de pensées, l’agencement des hiérarchies des valeurs dans les systèmes et procédures politiques, les modes d’évaluation de la nature ainsi que les instruments d’action publique qui la comptabilise pour mieux l’instrumentaliser à des fins libérales. Mais les analyses écocentrées des activités politiques tendent aussi à reproduire ces mécanismes en substituant un système de valeurs par un autre, ce qui peut dans une perspective holiste et moniste – telle que privilégiée par John B. Callicott ou Arne Næss – conduire à accorder plus de poids aux valeurs écologiques par rapport à d’autres. Mobiliser une posture écocentrée invite à explorer les conséquences ontologiques et épistémologiques d’un système de valeur qui ne place pas l’individualisme et la perspective humaine au cœur des schémas de pensées. Elle permet de considérer le déplacement de postures scientifiques, de les expérimenter et de contribuer modestement à la recomposition des schémas de pensée en sciences humaines et sociales. Or les interdépendances entre la nature et les cultures nous invitent à explorer des tentatives de dépassement de ces dualismes au profit d’une pensée politique incarnée dans des sensibilités vécues entrelacées à la matérialité de processus bio-géo-physiques et ses conséquences sur l’agir politique. Passer de l’étude des valeurs à celle des pratiques et des expériences de la nature pourrait finalement donner à voir des vies vécues dans un monde en basculement tout autant qu’à entendre les voix des transformations politiques pour vivre avec la nature.

Haut de page

Bibliographie

Afeissa, H.-S. (dir.), 2009, Ecosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie, Paris, MF Dehors, 290 p.

Afeissa, H. S. (dir.), 2007, Éthique de l’environnement, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 380 p.

Antonioli, M. (dir.), 2013, Théories et pratiques écologiques. De l’écologie urbaine à l’imagination environnementale, Paris, Presses Universitaires de Paris-Ouest, 358 p.

Eckersley, R., 1992, Environmentalism and Political Theory: Toward an Ecocentric Approach, State University New York Press, 274 p.

Ferry, L., 1992, Le nouvel ordre écologique. L’arbre, l’animal et l’homme, Paris, éditions Grasset, 223 p.

Gauchet, M., 1990, Sous l’amour de la nature, la haine des hommes, Le Débat, vol. 60, no. 3, p. 247-250.

Hache, E., 2011, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique, éditions La Découverte, coll. Les Empêcheurs de penser en rond, 248 p.

Hache, E., 2012, Ecologie politique. Cosmos, communautés, milieux, textes réunis et présentés par E. Hache, Paris, éditions Amsterdam, traduits de l’anglais par C. Leroy, 404 p.

Hess, G. 2017, Réconcilier l’éthique environnementale et l’écologie politique: une analyse méta-éthique, La Pensée écologique [en ligne], 1, URL: https://www.cairn.info/revue-la-pensee-ecologique-2017-1-page-d.htm

Hess, G., 2013, Ethiques de la nature, Paris, Puf, 422 p.

Larrère, C. et R. Larrère, 1997, Du bon usage de la nature: pour une philosophie de l’environnement, Paris, Aubier, coll. « Alto », 335 p.

Lejeune, C., 2019a, Portées théoriques et incarnations des valeurs de la durabilité forte dans les politiques environnementales, Développement durable et territoires [en ligne], 10 (1), URL: https://journals.openedition.org/developpementdurable/13741

Lejeune, C., 2019b, Justice sociale et durabilité, la rencontre est-elle possible  ? Portée politique de l’expérience vécue des injustices écologiques, VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], vol. 19, URL: http://journals.openedition.org/vertigo/24217

Maris, V., 2014, Nature à vendre. Les limites des services écosystémiques, Paris, éd. Quae, p. 96

Ophuls, W., 2011, Plato’s Revenge, Politics in the Age of Ecology, Cambridge/London, The MIT Press, 256 p.

Osborn, F., 2008 (1948), La Planète au pillage, Paris, Actes Sud, coll. Babel, 214 p.

Schlosberg, D., K. Bäckstrand et J. Pickering, 2019, Reconciling Ecological and Democratic Values : Recent Perspectives on Ecological Democracy, Environmental Values [en ligne], 28, pp. 1–8, URL: https://www.ingentaconnect.com/content/whp/ev/2019/00000028/000000001

Haut de page

Notes

2 En particulier, le colloque « Écosophies, la philosophie à l’épreuve de l’écologie », 29 et 30 mai 2008, Cité des sciences et de l’industrie, Paris. Pour consulter les textes du colloque, voir Afeissa, S.-H., 2009. Voir aussi le colloque « Écosophie », 16-18 mars 2011, Paris Ouest-INHA, valorisé dans l’ouvrage édité par Antonioli Manola, 2013.

3 Présentation de la section thématique 76 du congrès 2017 de l’AFSP, [en ligne] URL : https://www.afsp.info/congres/editions-precedentes/congres-2017/sessions/sections-thematiques/st76/, consulté le 10 février 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Lejeune et Gérald Hess, « Les valeurs de la nature en politique », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 32 | novembre 2019, mis en ligne le , consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/27474 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.27474

Haut de page

Auteurs

Caroline Lejeune

Groupe « Humanités environnementales », Institut de géographie et durabilité, Faculté des géosciences et de l’environnement, Université de Lausanne, Géopolis - Quartier Mouline, Ch - 1015 Lausanne - Dorigny, Suisse, courriel : caroline.lejeune@unil.ch

Articles du même auteur

Gérald Hess

Groupe « Humanités environnementales », Institut de géographie et durabilité, Faculté des géosciences et de l’environnement, Université de Lausanne, Géopolis - Quartier Mouline, CH - 1015 Lausanne - Dorigny, Suisse, courriel : gerald.hess@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page