Navigation – Plan du site
2020

Allées d’arbres en Europe et espèces des Listes rouges – De la connaissance à l’action

Chantal  Pradines

Résumés

Les allées d’arbres constituent un patrimoine culturel, paysager et environnemental des territoires ruraux comme urbains, protégé par divers codes de l’environnement européens. Les études sur le rôle spécifique des allées pour la préservation de la biodiversité sont trop peu nombreuses selon les pays. L’objectif de la présente contribution est de rendre compte du rôle important des allées d’arbres, tous environnements confondus, en tant qu’habitat et corridor pour de nombreuses espèces de Coléoptères, Hétérocères, Chiroptères, Lichens ou Bryophytes des Listes rouges. L’étude ne prétend pas à l’exhaustivité, le propos étant de faire connaître le rôle des allées d’arbres en matière de biodiversité, la nécessité d’enrichir les connaissances sur le sujet et les implications que cela a en termes de gestion. La triple nature de patrimoine culturel, paysager et environnemental des allées impose, pour la gestion, des arbitrages au cas par cas en fonction des objectifs recherchés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les allées d’arbres, ensemble indissociable combinant une infrastructure de transport – telle que route, rue, chemin, voie d’eau –, et des alignements d’arbres plantés régulièrement de part et d’autre de celle-ci, constituent un élément culturel structuré et structurant des paysages européens depuis environ le XVIe siècle (Pradines, 2012a, b) (figure 1a; figure 1b1, 2, 3, 4, 5, 6, 7; figure 1c1, 2, 3, 4). Dans les pays du nord et de l’est de l’Europe, cet ensemble formé par les alignements et la voie de circulation est clairement identifié par l’usage traditionnel et historiquement pertinent des termes tels que « allé » (Danemark, Norvège, Suède), « Allee » (Allemagne, Suisse), « alej » (République tchèque), « aleja » (Lettonie, Pologne, Slovaquie) ou « alėja » (Lithuanie). Découlant du français « allée » (Pradines, 2015), ces termes renvoient à l’origine de ces aménagements – le jardin – ainsi qu’au rôle majeur qu’a joué le jardin « à la Française » dans leur développement européen. L’usage, en ce sens, du terme « allée » (« allée d’arbres ») en français et « avenue » (« tree avenue ») – autre terme lié au jardin – en anglais a été réintroduit dans le rapport Infrastructures routières: les allées d’arbres dans le paysage (Road Infrastructures: tree avenues in the landscape) publié par le Conseil de l’Europe (Pradines, 2012a, b).

Figure 1. Typologie sommaire des allées d’arbres.

Figure 1. Typologie sommaire des allées d’arbres.

Figure a1. Port libre et taille architecturée au château de Villarceaux, France. Photo C. Pradines, 2011 / Figure b1. Chemin agricole, France. Photo C. Pradines, 2014; b2. Canal, France. Photo C. Pradines, 2019; b3. Route bordée d’arbres de haut jet en port libre, France. Photo C. Pradines, 2011; b4. Route bordée d’arbres têtards, Belgique. Photo J-C.Kirpach, 2012; b5. Route bordée d’arbres taillés en rideaux, France. Photo C. Pradines, 2019; b6. Route bordée d’arbres fruitiers, Luxembourg. Photo M. Decker, 2006; b7. Allée résiduelle, France. Photo C. Pradines, 2018 / Figure c1. Mail, France. Photo C. Pradines, 2013; c2. Alignements latéraux, taille en têtes de chat, Allemagne. Photo C. Pradines, 2015; c3. Alignements sur terre-plein central, port libre, France. Photo C. Pradines. 2018; c4. Allée et contre-allée, taille architecturée, France. Photo C. Pradines, 2013.

2Les allées d’arbres sont protégées par divers codes de l’environnement en Europe (Pradines, 2012a, b). L’article L. 350-3 du code de l’environnement français introduit en 2016, qui énonce un principe général de protection des allées d’arbres, présente l’intéressante particularité de le fonder à la fois sur ce caractère de patrimoine culturel, sur les aménités qu’elles procurent et sur leur contribution à la biodiversité. La dimension culturelle des allées d’arbres a fait l’objet de publications diverses, en France comme à l’étranger1. En France, l’adoption de l’article L. 350-3 du code de l’environnement rend désormais nécessaire de documenter la contribution des allées d’arbres à la biodiversité.

3Malgré ces avancées et selon les pays, les études sur le rôle spécifique des allées pour la préservation de la biodiversité demeurent peu nombreuses. Notre contribution s’intéresse plus particulièrement aux allées d’arbres, tous environnements confondus, en tant qu’élément de préservation de la faune, de la flore et de la lichénofonge des Listes rouges (IUCN, 2012).

Périmètre de l’étude

4Les données utilisées afin d’illustrer notre propos proviennent tout d’abord d’études ou d’inventaires s’intéressant spécifiquement aux allées: a) une étude particulièrement fournie sur le rôle d’habitat de six allées historiques du Schleswig-Holstein, en Allemagne (Meyer et al., 2009); b) un inventaire à grande échelle d’Osmoderma eremita dans les allées de trois régions de Pologne (Basse-Silésie, Petite-Pologne, Warmie-Powiśle) effectué sur un total de 601 sites (Tyszko-Chmielowiec et Oleksa, 2012; Oleksa, 2012); c) un inventaire des Lichens dans 36 allées du réseau routier public de Dalécarlie, en Suède (Hermansson, 2004 a et b); d) un inventaire des Lichens et Bryophytes effectué sur des alignements de Peupliers le long de routes ou de voies d’eau de trois sites de Basse-Saxe, en Allemagne (de Bruyn et Linders, 1999); e) un inventaire des Coléoptères de l’allée de Torsåker, dans le comté de Stockholm, en Suède (Snäll, 2009) et f) une étude sur le déplacement de Chiroptères sur le territoire d’une commune des Vosges, en France, comportant une allée (Bastien, 2013). À cela s’ajoutent des données provenant d’études n’ayant pas directement pour objet l’analyse de la biodiversité des allées, telles qu’une étude sur la présence de Nyctalus noctula en milieu urbain (Arthur et Lemaire, 2002), des compilations pour l’établissement des Listes rouges, ou des études de la biosurveillance de la qualité de l’air. La pertinence de ces dernières pour notre propos a pu être identifiée grâce à la présence du mot-clé allemand « Allee » (Gruber, 2001; Habashi et Clerc, 2013; Hinden et Price, 2013; Zechmeister et al., 2001; Zechmeister et al., 2003).

5Notons que si l’usage du terme « allée » en français et du terme « avenue » en anglais – dans le sens de voie bordée d’alignements d’arbres – s’est renforcé depuis sa recommandation en 2009 dans le rapport du Conseil de l’Europe, ces termes ne constituent pas encore des mots-clés efficients pour identifier, dans la littérature francophone ou anglophone, des données concernant spécifiquement les arbres de bord de route ou de rue plantés en alignement. La différence entre pays usant d’un vocable précis et les autres, usant encore principalement de périphrases plus ou moins explicites (« arbres d’alignement », « alignements d’arbres » – qui peuvent tout aussi bien concerner des plantations intra-parcellaires en agriculture –, ou « arbres de bord de route »), a par ailleurs été identifiée comme coïncidant avec des différences dans le degré de protection réglementaire de ces ensembles arborés, et en particulier dans le degré de leur prise en compte dans l’identification des corridors écologiques (Pradines, 2012c).

6Les données sur la biodiversité et les allées présentées ici ne sont pas exhaustives. Elles proviennent des zones géographiques dont sont issues les publications, principalement du nord et de l’est de l’Europe (Allemagne, Autriche, Pays-Bas, Pologne ou Suède), complétées de quelques données françaises et suisses. L’importance des références suédoises est à rapprocher de la protection des allées au titre de biotopes qui a été introduit dans le code de l’environnement suédois dès 1998.

7L’évaluation du statut de menace des espèces provient des études prises en compte dans l’analyse ou bien, lorsque l’évaluation n’y figure pas, elle résulte de la comparaison des données taxonomiques avec les dernières versions des Listes rouges pour les territoires concernés.

  • 2 Pour les détails, en particulier les méthodologies mises en œuvre et les espèces concernées, le lec (...)

8Parmi les données recueillies, le choix a été fait de présenter celles2 relatives à la faune, à la flore et à la lichénofonge des Listes rouges (IUCN, 2012). Plus particulièrement, nous présentons ci-dessous celles recueillies sur les Coléoptères, les Hétérocères, les Chiroptères et les Lichens ou Bryophytes des Listes rouges.

Données recueillies

Coléoptères

9L’étude des six allées (598 arbres) du Schleswig-Holstein – dont quatre sont aujourd’hui en totalité ou en partie des voies de circulation publiques en milieu résidentiel ou rural – a mis en évidence la présence de 589 espèces de Coléoptères (Meyer et al., 2009). Près de 26 % de ces espèces appartiennent aux catégories NT (quasi menacé), VU (vulnérable), EN (en danger), CR (en danger critique d’extinction) voire EX (éteint) de la Liste rouge allemande (Trautner et al. 1997, Binot et al., 1998) ou de celle du Land (Ziegler et Suikat, 1994) (Tableau 1).

Tableau 1. Espèces de Coléoptères recensées dans six allées du Schleswig-Holstein.

Kiel-Holtenau

Bliestorf

Kletkamp

Gudow

Ascheberg

Farve

Totalité des allées

Nature de la voie

rue

v. communale hors agglo.

v. communale hors agglo

v. en partie publique

chemin piétonnier

v. privée

Essence principale

Platanus x acerifolia

Populus nigra

Aesc. hippoc., Querc. robur, Aesc. x carnea Briotii

Quercus robur

Tilia x vulgaris

Tilia x vulgaris

Âge

100 ans

180 ans

120 ans

300 ans

280 ans

280 ans

Nb d’espèces de Coléoptères

84

254

194

285

187

130

589

% espèces de Listes Rouges (Binot et al., 1998 et/ou Ziegler et al., 1994)

12 %

20 %

20 %

25 %

18 %

17 %

26 %

D’après Meyer et al., 2009.

10Pour les données recueillies des autres sources:

1179 espèces de Coléoptères ont été identifiées dans l’allée de 180 Tilleuls (Tilia x vulgaris) de Torsåker, plantés à 90 % au début du XVIIe siècle (Snäll, 2009), une allée qui constitue aujourd’hui une route de rase campagne. Trois espèces parmi celles évaluées sur la Liste rouge suédoise (Gärdenfors, 2005) sont considérées comme menacées (Synchita separanda - EN –, Laemophloeus monilis - VU –, Diplocoelus fagi – NT).

12Un inventaire des allées du château d’Ekolsund (Suède) – allées de Tilleuls et allées mêlant diverses essences – a identifié environ 30 espèces de Coléoptères de la Liste rouge suédoise classées au minimum NT (Gärdenfors, 2005), et presque autant dans les allées du réseau public routier adjacentes au domaine (Axelsson Linkowski et Svensson, 2009).

13L’inspection de 42 975 arbres d’allées (Tyszko-Chmielowiec et Oleksa, 2012; Oleksa, 2012) dans l’inventaire d’Osmoderma eremita, espèce classée vulnérable (VU) en Pologne (Głowaciński et Nowacki, 2004) et prioritaire dans l’annexe II de la directive Habitat-Faune-Flore européenne, a relevé sa présence, principalement dans les Tilleuls, dans 10 % des 601 sites – proportion passant à 17 % dans la région de Powiśle et Warmie.

1411 individus de Rosalia alpina, espèce en danger (EN) en Pologne (Głowaciński et Nowacki, 2004) et également prioritaire dans l’annexe II de la directive Habitat-Faune-Flore européenne, ont été identifiés dans le Parc national de Magura (Pologne) sur quatre Frênes morts bordant une route (Michalcewicz et Ciach, 2012).

15Cerambyx cerdo, figurant dans l’annexe II de la directive Habitat-Faune-Flore européenne , a été identifié à Saint-Julien-en-Genevois (France) dans 3 alignements d’arbres de bord de rue (Comité de pilotage du contrat corridors « Champagne – Genevois », 2012).

Hétérocères

16L’étude des six allées du Schleswig-Holstein citée précédemment (Meyer et al., 2009) s’est également intéressée aux Hétérocères. Elle a pu établir que ceux-ci utilisaient les allées comme corridors. 193 espèces ont été observées, dont 7 classées vulnérables sur la Liste rouge allemande (Binot, 1998) ou la Liste rouge du Land de Schleswig-Holstein (Kolligs, 1998) – Costaconvexa polygrammata, Chloroclystis chloerata, Noctua orbona, Miltochrista miniata, Sphinx ligustri Linnaeus, Calospilos sylvata, Craniophora ligustri – et une classée en danger sur la Liste rouge du Land – Eupithecia venosata –.

Chiroptères

17En ce qui concerne les Chiroptères, sur les 8 espèces observées dans les six allées du Schleswig-Holstein (Meyer et al., 2009), 5 espèces – soit 62 % – sont classées NT à EN sur la Liste rouge allemande (Binot et al., 1998) ou la Liste rouge du Land de Schleswig-Holstein (Borkenhagen, 2001) (Tableau 2).

Tableau 2. Espèces de Chiroptères recensées dans six allées du Schleswig-Holstein.

Chiroptères de la Liste rouge

Kiel-Holtenau

Bliestorf

Kletkamp

Gudow

Ascheberg

Farve

Totalité des allées

Eptesicus serotinus

x

x

x

Nyctalus noctula

x

x

x

x

Myotis brandtii

x

x

Pipistrellus nathusii

x

Plecotus auritus

x

Nb total d’espèces

recensées

2

2

5

7

4

3

8

% espèces LR (Binot et al., 1998)

50 %

50 %

60 %

57 %

25 %

33 %

62 %

Toutes espèces

Route de vol

-

+

++

++

+

-

Gîte

-

-

+

++

+

-

Terrain de chasse

+

+

++

+++

+++

+

Contacts = x; + = utilisation faible; ++ = utilisation modérée; +++ = utilisation intensive

D’après Meyer et al., 2009.

  • 3 Jouan D., chargée de mission, Commission de Protection des Eaux, du Patrimoine, de l’Environnement, (...)

18Une étude exploratoire effectuée sur la durée d’une seule nuit en 2010 dans les Vosges (France) a montré l’utilisation de 5 routes bordées d’alignements d’arbres (0,8 km, 2,5 km, 0,5 km, 0,9 km, et 2 km) par 7 espèces de Chiroptères, soit près d’un tiers des espèces présentes en Lorraine3, dont deux (Pipistrellus pipistrellus et Eptesicus serotinus) voire trois (Pipistrellus nathusii possiblement identifiée) ayant le statut NT selon la Liste rouge pour la France (UICN France, 2017). De plus, dans le cadre du Plan de Restauration des Chiroptères en Lorraine, le comportement d’une colonie de Pipistrellus pipistrellus (NT selon la Liste rouge pour la France – UICN France, 2017) gîtant dans un village proche de l’une des allées précédentes a été étudié. Elle a montré que 80 % des individus de la colonie utilisaient les éléments linéaires depuis leur gîte diurne jusqu’à leurs terrains de chasse, l’allée d’arbres étant également utilisée comme terrain de chasse (Bastien, 2013). Enfin, les prospections dans la ville de Bourges ont montré que Nyctalus noctula (VU selon la Liste rouge pour la France – UICN France et al., 2017) était cantonnée à l’allée de platanes centenaires du canal de Berry (Arthur et Lemaire, 2002).

Lichens

19Les données recueillies présentent également des informations pertinentes quant à la présence des Lichens dans les allées d’arbres. Le relevé effectué sur les troncs de 935 Peupliers (Populus x canadensis) bordant des routes et des voies d’eau de trois sites en Basse-Saxe (de Bruyn et Linders, 1999) a mis en évidence la présence d’un cortège relativement diversifié de Lichens, avec un total de 66 espèces, dont 35 % considérées comme vulnérables au niveau de l’Allemagne (Wirth et al., 1996), 45 % si on se réfère à la Liste rouge du Land de Basse-Saxe (Hauck, 1992).

20De plus, 17 des 21 espèces de Lichens typiques des allées des Länder de Basse-Saxe et Brême (soit 81 %) sont au moins classées NT dans leur Liste rouge, trois (Anaptychia ciliaris, Physconia distorta, Ramalina fraxinea) classées en danger critique d’extinction et huit (Bryoria fuscescens, Ochrolechia androgyna, Parmelina tiliacea, Pertusaria albescens, Pertusaria amara, Physcia aipolia, Pleurosticta acetabulum, Ramalina fastigiata) classées en danger (Hauck et de Bruyn, 2010). 21 espèces de Lichens ont également été observées sur un marronnier (Aesculus x carnea) de l’avenue d’Aïre à Genève (Habashi et Clerc, 2013), dont 3 au statut vulnérable selon la Liste rouge du Plateau suisse (Scheidegger et Clerc, 2002) – soit 14 % des espèces observées.

21L’inventaire des Lichens dans les 36 allées du réseau routier de Dalécarlie (dont 17 revêtues – c’est-à-dire comportant un revêtement de type enrobé ou enduit gravillonné – et 1 supportant un trafic important) a mis en évidence 18 espèces de Lichens (Hermansson, 2004a et b); 44 % d’entre elles appartiennent à la Liste rouge suédoise (Thor et Arvidsson, 1999): Biatoridium monastrioensis (NT), Chaenotheca cinerea (EN), Collema occultatum (NT), Collema furfuraceum (NT), Eopyrenula leucoplaca (VU) , Nephroma laevigatum (NT) , Rinodina colobina (DD), Sclerophora peronella (NT). Celles-ci étaient présentes dans 29 % des allées revêtues et dans 42 % des allées non revêtues. On notera que le statut de Biatoridium monastrioensis, Nephroma laevigatum et Sclerophora peronella s’est dégradé depuis 2004 (VU en 2015). Quant à Rinodina colobina, elle est désormais classée EN (Westling, 2015). Au total, on trouve 70 espèces de Lichens dans les allées suédoises (Naturvårdsverket, 2013).

Bryophytes

22Une étude autrichienne portant sur 1286 placettes (32 sites, 46 types d’habitats) a montré que les allées comportant de vieux arbres constituaient des hot spots pour les Bryophytes (Zechmeister et al., 2003). Deux autres études autrichiennes viennent préciser cela: 33 espèces de Bryophytes ont été identifiées sur des arbres isolés et des allées de la ville de Linz (Zechmeister et al., 2001), dont 3 (Orthotrichum patens, Orthotrichum stramineum, Zygodon dentatus) appartenant à la Liste rouge autrichienne (Niklfeld, 1999), classées vulnérables. Dans la ville de Salzbourg, le nombre d’espèces répertoriées dans diverses rues bordées d’arbres d’alignement s’élève quant à lui à 23, parmi lesquelles également des espèces de la Liste rouge (Gruber, 2001).

23Les données recueillies des autres sources donnent les informations suivantes:

  • 24 espèces de Bryophytes, dont 16 % avec un statut vulnérable sur la Liste rouge du Land (Hauck, 1992), ont été identifiées sur les Peupliers étudiés en Basse-Saxe (de Bruyn et Linders, 1999).

  • 19 espèces de Bryophytes, dont Orthotrichum tenellum – vulnérable dans la Liste rouge suisse (Scheidegger et Clerc, 2002) – ont été identifiées sur les trois arbres de bord de rue (un Érable, un Robinier et un Tilleul) inclus dans l’inventaire des Bryophytes de la ville de Genève (Hinden et Price, 2013).

24Au total, on trouve 50 espèces de Bryophytes dans les allées suédoises (Naturvårdsverket, 2013).

Résultats et enjeux de conservation des espèces

25Bien que le nombre d’études ou d’inventaires concernant directement les allées d’arbres soit relativement limité, en particulier en France, les données recueillies montrent la richesse spécifique des allées, tous environnements confondus – rural ou urbain, route, chemin ou voie d’eau –, comme l’illustrent les tableaux 3 et 4 ci-dessous.

Tableau 3. Statuts des espèces vis-à-vis des Listes rouges pour les inventaires étudiés.

Groupe taxonomique

Réf

Nb arbres inventoriés

Nb allées

Nb taxons

LC

DD

NT

VU

EN

CR

EX

Réf. Liste rouge

Coléoptères

Meyer et al., 2009

598

6

589

-

-

11

81

43

8

4

Ziegler et Suikat, 1994

Meyer et al., 2009

598

6

589

-

-

38

19

2

-

Trautner et al., 1997, Binot et al., 1998

Snäll, 2009

180

1

79

-

-

1

1

1

-

-

Gärdenfors, 2005

Axelsson Linkowski et Svensson, 2009

?

?

env. 30

-

-

env. 30

Gärdenfors, 2005

Hétérocères

Meyer et al., 2009

598

6

139

-

-

-

3

-

-

-

Binot, 1998

Meyer et al., 2009

598

6

139

-

-

-

6

1

-

-

Kolligs, 1998

Chiroptères

Meyer et al., 2009

598

6

8

-

1

2

1

1

-

-

Binot et al., 1998

Meyer et al., 2009

598

6

8

-

2

1

2

1

-

-

Borkenhagen, 2001

Jouan, 2010

-

5

7

3/5

-

2/3

0/1

-

-

-

UICN France et al., 2017

Lichens

de Bruyn et Linders, 1999

935

?

66

?

?

?

23

-

-

2

Wirth et al., 1996

de Bruyn et Linders, 1999

935

?

66

?

?

?

30

-

-

2

Hauck, 1992

Hauck et de Bruyn, 2010

?

?

21 +

4

2

4

8

3

Hauck et de Bruyn, 2010

Habashi et Clerc, 2013

1

1

21

17

-

3

-

-

-

-

Scheidegger et Clerc, 2002 (CH)

Habashi et Clerc, 2013

1

1

21

15

-

1

3

-

-

-

Scheidegger et Clerc, 2002 (Plateau suisse)

Hermansson, 2004a et b

?

36

18

?

1

5

1

1

-

-

Thor et Arvidsson, 1999

Hermansson, 2004a et b

?

36

18

-

-

2

4

2

-

-

Westling, 2015

Zedda et Koch Pirisi, 2013

?

?

20

-

-

2

-

-

-

-

Wirth et al., 1996

Bryophytes

Zechmeister et al., 2001

?

?

33

-

-

-

3

-

-

-

Niklfeld, 1999

de Bruyn et Linders, 1999

935

?

24

?

?

?

2

-

-

-

Wirth et al., 1996

de Bruyn et Linders, 1999

935

?

24

?

?

?

4

-

-

-

Hauck, 1992

Hinden et Price, 2013

3

3

19

6+

1

Schnyder et al., 2004

Tableau 4. Statuts des espèces ayant fait l’objet de relevés particuliers.

Groupe taxonomique

Réf

Nb arbres inventoriés

Essences

Taxon

Statut Liste rouge

Statut DHFF

Coléoptères

Tyszko-Chmielowiec et al., 2012, Oleksa, 2012

42 975

Populus sp., Tilia sp., Fraxinus sp., Quercus robur, Robinia pseudoacacia, Acer platanoides

Osmoderma eremita (Scopoli, 1763)

NT1

Ann. II; Ann IV; prioritaire

Michalcewicz et Ciach, 2012

4

Fraxinus excelsior

Rosalia alpina (Linnaeus, 1758)

EN1

Ann. II; Ann IV; prioritaire

Comité de pilotage du contrat corridors « Champagne-Genevois », 2012

?

Quercus robur.

Cerambyx cerdo (Linnaeus, 1758)

Ann. II; Ann. IV

Chiroptères

Bastien, 2013

272

Fraxinus excelsior

Pipistrellus pipistrellus (Schreber, 1774)

NT2

Ann. IV

Arthur et Lemaire, 2002

?

Platanus sp.

Nyctalus noctula (Schreber, 1774)

VU2

Ann. IV

1 Réf. Liste rouge: Głowaciński et Nowacki, 2004; 2 Réf. Liste rouge: UICN France et al., 2017.

26Au-delà de la richesse globale en termes d’espèces observées, la richesse spécifique par allée est également élevée: 79 à 285 espèces de Coléoptères (Meyer et al., 2009; Snäll, 2009), 39 à 123 espèces d’Hétérocères (Meyer et al., 2009), 6 à 11 espèces de Bryophytes (Gruber, 2001) ont été observées selon le cas dans une même allée. Selon les études et selon l’étendue du territoire étudié, les espèces des Listes rouges (au minimum NT) représentent entre 2 et 75 % du total observé. À l’intérieur d’une même allée, la proportion d’espèces des Listes rouges (au minimum NT) est également élevée et peut atteindre les 60 %. On notera que l’importance des allées pour les épiphytes et les insectes transparaît dans le vocabulaire suédois: les noms vernaculaires de plusieurs Lichens ou d’un diptère font directement référence aux allées (« allé ») – alléägglav (Candelariella reflexa - EN), allékantlav (Lecanora impudens - VU) allékrimmerlav (Rinodina colobina - EN), allélav (Anaptychia ciliaris), alléorangelav (Caloplaca chrysophtalma), alléblomfluga (Xylota xanthocnema - NT).

27Même s’ils sont de la même essence et bien qu’ils présentent un aspect homogène, les arbres d’une même allée sont largement différents les uns des autres et abritent chacun des espèces de Lichens et de Bryophytes différentes (Ricek, 1967). La richesse spécifique concerne également les arbres pris individuellement: 7 (de Bruyn et Linders, 1999) ou 9 (Hinden et Price, 2013) espèces de Bryophytes par arbre, 20 (de Bruyn et Linders, 1999) ou 21 (Habashi et Clerc, 2013) espèces de Lichens par arbre. Enfin, les allées plantées d’espèces allochtones participent également de cette richesse biologique, avec un important cortège de Bryophytes sur des Peupliers hybrides (de Bruyn et Linders, 1999), ou le rôle inégalé de Quercus rubra pour la nidification du Pic noir aux Pays-Bas (Jansen et al., 2012).

28Le fait que des espèces qui avaient été considérées comme disparues ont été trouvées sur des arbres en bord de route mériterait d’être éclairci. C’est le cas de Bryophytes comme Orthotrichum tenellum en Suède (Jansson et al., 2015), de Coléoptères comme Hypebaeus flavipes ou Euthiconus conicicollis en Allemagne (Meyer et al., 2009), de Lichens comme Punctelia borreri et Flavoparmelia soredians en Basse-Saxe (de Bruyn et Linders, 1999).

Facteurs explicatifs du rôle des allées d’arbres pour la biodiversité

29Plusieurs auteurs soulignent le rôle clé des allées dans le paysage pour la préservation des espèces. Une étude polonaise considère que le maintien, observé sur une période de 30 ans, des populations d’oiseaux ayant besoin des arbres est imputable en partie à la présence d’allées en nombre suffisant dans le paysage (Axelsson Linkowski et Svensson, 2009). Une autre étude polonaise relève que les régions où la densité d’Osmoderma eremita est la plus grande correspondent aux anciennes provinces prussiennes et fait le rapprochement avec la présence d’un réseau très développé d’allées (Oleksa, 2009).

30Le rôle important des allées pour la biodiversité s’explique en partie par la variété des ambiances physiques – hygrométrie et lumière – entre intérieur et extérieur de l’allée, entre parties inférieures et supérieures, ainsi que selon l’orientation, variété qui constitue un facteur positif de diversité biologique (Meyer et al., 2009; Naturvårdsverket, 2013). Un deuxième facteur qui explique la richesse fongique, floristique et faunistique observée est celui de la ressource nutritive disponible. Les allées procurent bois, feuilles, fleurs et fruits dans des lieux – espaces urbanisés, espaces agricoles intensifs, espaces forestiers exploités – ou encore à des moments – printemps – où les ressources de ce type manquent. L’activité des Chiroptères est importante dans le feuillage en raison de la présence d’insectes (Nowicki, 2016). Les Lichens bénéficient quant à eux des poussières soulevées par les véhicules, y compris sur routes revêtues, ou provenant des terres voisines (Hauck et de Bruyn, 2010; Hermansson, 2004a; Naturvårdsverket, 2013; Ricek, 1967).

31La géométrie des allées – dimension verticale et structure linéaire – constitue un troisième élément qui explique la richesse observée: elle en fait des postes de retrait propices au repos ou à la reproduction, des postes d’observation, des corridors de déplacement offrant la sécurité du couvert ou une aide à l’orientation (Meyer et al., 2009; Duval, 2016), mais aussi des ouvrages de franchissement de l’infrastructure via la canopée (Pradines, 2012c) ou au sol, grâce au rafraîchissement de la chaussée procuré par l’ombre (Meyer et al., 2009). Dans les espaces agricoles ouverts, les allées sont parfois les seuls continuums végétaux sur lesquels les espèces, en particulier de Chiroptères, peuvent s’appuyer pour se déplacer (Nowicki, 2016) (Figure 2).

Figure 2. En dehors des forêts, les allées restent souvent la seule structure arborée dans les espaces agricoles.

Figure 2. En dehors des forêts, les allées restent souvent la seule structure arborée dans les espaces agricoles.

Photo C. Pradines, 2017.

32Alors que les pratiques agricoles et sylvicoles usuelles n’ont pas laissé et ne laissent pas de place aux arbres centenaires et encore moins pluricentenaires (Hambrey Consulting, 2013, Hermansson, 2004a; Jansen et al., 2012; Jansson et al., 2015; Meyer et al., 2009; Oleksa, 2009), les arbres constituant les allées, parce qu’ils sont soustraits à une gestion sylvicole, atteignent une longévité supérieure (Jansen et al., 2012), importante pour la conservation de certaines espèces: ces arbres offrent un milieu – sol compris (Jansen et al., 2012) – particulièrement stable (Jansson et al. 2015). S’y ajoute le fait que les allées constituent des structures exceptionnellement pérennes (Naturvårdsverket, 2013), cette pérennité étant liée par nature à la constance de la voirie au fil des siècles ainsi qu’au renouvellement continu des arbres qui les composent.

33La présence de bois mort, de cavités, mais aussi d’une écorce devenue généralement plus irrégulière avec l’âge renforce encore l’intérêt des alignements constitués de vieux arbres. Ainsi, H.G. Zechmeister fait remarquer que les arbres anciens sont généralement les plus riches en Bryophytes (Zechmeister et al., 2001). Pour sa part, l’étude du Schleswig-Holstein a montré que le nombre d’espèces d’Hétérocères, mais surtout de Coléoptères croissait nettement avec l’âge des arbres (Meyer et al., 2009). Pour autant, l’âge des arbres n’est pas toujours déterminant: même jeunes, Érables et Frênes sont par exemple des supports intéressants pour les Lichens (Hermansson 2004a).

Conséquences pour les études et inventaires

Le constat d’un déficit de données

34Si le programme d’action suédois en faveur des arbres précieux pour la biodiversité prévoit un inventaire progressivement généralisé de la valeur biologique des allées (Höjer et Hultengren, 2004), dans la plupart des pays, les inventaires des espèces présentes localement dans les allées font défaut, ou bien n’ont pu être identifiés en raison de l’absence du mot-clé « allée d’arbres » (voire peut-être aussi en raison des différences de politiques de mises à disposition du public des rapports effectués pour le compte des administrations). On manque ainsi globalement d’études permettant de mieux comprendre la biodiversité des allées, ce qu’illustre par exemple l’une des thématiques proposées dans la « Foire aux questions de recherche » de la Conférence des Délégués à la Protection de la Nature et du Paysage suisse, qui propose de se pencher sur l’intérêt écologique des allées de Peupliers4.

35Certaines thématiques pourraient avantageusement être étudiées, comme la fonge, que l’on sait importante dans les allées (Naturvårdsverket, 2013) – on sait notamment que les allées de Chênes rouges d’Amérique sont particulièrement riches en mycorhizes, probablement en raison de la dispersion des feuilles au sol, plus rapide qu’en milieu forestier (Jansen et al., 2012) –, ou bien les Arthropodes – une étude hollandaise a identifié 31 espèces d’araignées sur des Platanes (Platanus acerifolia) en milieu urbain (Noordijk et Berg, 2001), sans que l’on puisse dire combien sont plantés en allées. Les insectes pollinisateurs, qui bénéficient de la floraison des arbres, y compris jeunes (Jansson et al., 2015), mériteraient également d’être étudiés, tout comme la génétique des arbres des allées eux-mêmes, dont certains sont des reliquats de cultivars remontant à plusieurs siècles (Jansen et al., 2012) – un petit nombre d’études a abordé cette question récemment dans les pays du nord de l’Europe (Wolff et al. 2019).

Un déficit de données expliqué

36Le manque de données concernant les allées d’arbres – manque de données effectives ou de données clairement identifiables – s’explique de différentes manières. Alors que les allées sont des espaces de mémoire naturelle longue (Jansson et al., 2015), elles n’ont pas été identifiées par les naturalistes comme telles: la présence de la route ou de la rue les a fait longtemps apparaître comme relevant des spécialistes de la route ou bien comme des barrières au déplacement des espèces. Une meilleure connaissance de l’histoire culturelle des allées aurait certainement permis d’éviter de passer à côté de cet aspect temporel pourtant déterminant. La sous-estimation de l’intérêt que présentent certains arbres non indigènes pour certaines espèces végétales ou animales (Jansen et al., 2012) a pu également constituer un frein. La complexité (Happe, 2016a) et la lourdeur des études, même pour un nombre limité d’allées (Meyer et al., 2009), constituent un autre facteur pouvant expliquer l’insuffisance de données. Un inventaire réalisé sur une durée et avec des moyens suffisants est nécessaire pour identifier certaines espèces, en particulier menacées (Snäll, 2009), alors que l’on procède souvent par une visite unique. À cela s’ajoute la difficulté d’accéder à certaines parties de l’arbre pour recueillir les données. Un certain nombre de cavités ou d’anfractuosités intéressantes pour les Chiroptères, par exemple, peuvent être difficilement accessibles (Nowicki, 2016), sur le dessus des branches, hors de vue depuis le sol (Jansen et al., 2012) – Nyctalus noctula occupe par exemple des cavités perchées pouvant se situer jusqu’à 20 m de hauteur. De même, les relevés des épiphytes s’effectuent généralement entre 0 et 2,50 m de hauteur (de Bruyn et Linders, 1999) alors que les houppiers peuvent s’avérer nettement plus riches que le tronc en espèces de Lichens et de Bryophytes (dont beaucoup des Listes rouges), comme l’ont montré certains inventaires après abattage (Barsig, 2004, Hermansson 2004a). Enfin, le nombre d’espèces identifiées est d’autant plus important que le nombre d’arbres étudiés est élevé (de Bruyn et Linders, 1999), alors que la majorité des inventaires est effectuée par sondages (Hermansson, 2004a, Oleksa, 2012), limitant vraisemblablement le nombre d’espèces observées au total dans une même allée.

Besoins de connaissance: la nécessité de multiplier les études et inventaires

37Alors que le nombre d’espèces identifiées augmente avec l’effort d’inventaire déployé, le nombre réduit d’inventaires et de données entretient à l’inverse l’idée d’une absence d’espèces intéressantes dans les allées et donc du peu d’intérêt de cibler des études ou des inventaires sur ces milieux. Il s’agit d’un cercle vicieux dont on a une illustration à propos des Lichens et Bryophytes: réputés peu étudiés en France (Happe, 2016b), ils ont, de fait, été exclus d’office du champ proposé par un bureau d’études pour un diagnostic biologique d’arbres de bord de route au motif que les espèces épiphytes auraient peu d’importance, en particulier le long des routes (Duval, 2016). La représentation que l’on se fait de l’intérêt biologique des allées et la connaissance que l’on en a ont des conséquences directes sur les allées et donc aussi sur la biodiversité. Un exemple à la frontière franco-suisse l’illustre: par manque d’information, des arbres d’allées hébergeant le Grand capricorne ont été abattus sur le territoire français, tandis qu’à quelques kilomètres de là, en Suisse, le même Grand capricorne, dont la présence était connue, était soigneusement préservé par une gestion adaptée des allées (Comité de pilotage du contrat corridors « Champagne – Genevois », 2012; La Revue Durable, 2014).

38Un effort d’études et d’inventaires portant spécifiquement sur les allées est nécessaire, alors même que les Listes rouges soulignent généralement un besoin de connaissances sur les espèces menacées. Une première série d’informations utiles peut être livrée par une approche citoyenne et participative. Sous la direction d’une lichénologue, des classes de biologie d’un lycée berlinois ont par exemple identifié 20 espèces de Lichens dans les allées de la capitale allemande (Zedda et al., 2013), dont 2 – Caloplaca holocarpa et Chrysothrix candelaris – classées NT sur la Liste rouge allemande (Wirth, V. et al., 1996). L’enquête participative sur 8 taxons de Lichens forestiers du Massif central en France (Happe et Marsy, 2016) a permis, quant à elle, de répertorier des espèces patrimoniales avec un taux de fiabilité de 96 %. On soulignera que, si les espèces des Listes rouges ou les espèces patrimoniales protégées sont importantes, les études et inventaires ne doivent pas, pour autant, être limités à ces espèces (Hermansson 2004a). De même, il importe de s’intéresser à la fonctionnalité et non à la seule occupation effective d’un arbre ou d’une allée par une espèce: on sait par exemple qu’un gîte à Chiroptères peut être fonctionnel sans être occupé en permanence (Nowicki, 2016). Enfin, pour que ce type d’études puisse alimenter de manière visible les connaissances, les revues systématiques et les échanges de bonnes pratiques, il est indispensable que leurs auteurs utilisent également le mot clé « allée » dès que des arbres d’alignement bordant une route, une rue, un chemin ou un canal sont concernés par leurs travaux.

Conséquences pour la gestion des allées

39Comme le rappellent Scheidegger et al. (2002) dans la Liste rouge des Lichens de la Suisse, ainsi que Hauck et de Bruyn (2010) ou Oleksa (2009), la protection des espèces menacées passe en première ligne par la protection de leur habitat. C’est pour cette raison que, comme le souligne Barsig (2004), dans le cadre de l’élaboration de la Liste rouge de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, en Allemagne, l’abattage des Peupliers hybrides de bord de route a été déconseillé au regard de leur importance générale pour les épiphytes. La fragmentation des habitats étant par ailleurs l’une des causes de déclin de la biodiversité (Sordello et al., 2014), le maintien des structures supportant les déplacements des espèces est également nécessaire.

40Les réglementations qui protègent les allées concourent par conséquent à la protection des espèces menacées, même si leur motivation ne prend pas toujours en compte le rôle des allées pour la biodiversité et que leur champ d’application est quelquefois restreint (Pradines, 2012a, b). La situation est variable pour les pays ou régions concernés par la présente revue. En Suède, seules les allées de feuillus sont protégées par le code de l’environnement en leur qualité générale de biotopes, et ce depuis 1998 (Naturvårdsverket, 2013). C’est aussi en leur qualité de biotopes que les allées sont protégées depuis 2007 dans le Land allemand du Schleswig-Holstein (Meyer et al. 2009). En France, la protection, plus récente (2016), présente la particularité d’être fondée conjointement sur trois aspects, comme le recommandait le livre blanc publié par le Conseil de l’Europe (Pradines, 2012a, b): la qualité de patrimoine culturel des allées, leur contribution à la biodiversité ainsi que les autres aménités fournies. Elle impose aussi la replantation (Pradines, 2017). Dans le canton de Genève, tous les arbres, a fortiori les allées, sont protégés depuis 1999 par le Règlement sur la conservation de la végétation arborée (Canton de Genève, 1999), en application de la loi sur la protection des monuments, de la nature et des sites. Aucun arbre ne peut y être abattu ou élagué sans autorisation préalable. En Pologne, les allées peuvent également être protégées en tant que monuments naturels, mais la décision de protection dépend de l’autorité administrative locale. La décision de protection relève également de l’administration locale dans le Land de Basse-Saxe. D’autres pays ou régions protègent les allées en Europe. Il convient de mentionner en particulier le Land de Mecklembourg-Poméranie-occidentale, qui protège ses allées dans sa constitution.

41Maintenir les habitats et maintenir les corridors écologiques signifie en assurer la fonctionnalité dans la durée, ce qui va au-delà de la seule conservation des arbres et structures existantes. Cette exigence a des conséquences en termes de gestion, que nous détaillons ci-après. On notera que la réussite des mesures engagées nécessite des acteurs à la fois conscients des enjeux et formés. Dans le cadre du Contrat corridors Champagne-Genevois, un atelier de formation a ainsi été organisé pour apprendre aux services techniques à gérer au mieux les arbres, « fragiles et précieux », abritant le Grand capricorne (La Revue Durable, 2014). Une formation sur la gestion des allées dans l’intérêt de la préservation des Chiroptères est régulièrement proposée aux Pays-Bas par Probos et Zoogdiervereniging. Sachant que des opérations de taille inappropriées ou trop importantes peuvent entraîner la mort de l’arbre, surtout sur des arbres vieux (Juillerat et Vögeli, 2004; Naturvårdsverket, 2013), ces opérations doivent être exclusivement confiées à des opérateurs compétents.

Maintenir la structure des allées

42Maintenir la fonctionnalité des continuités écologiques suppose de maintenir à la fois la structure linéaire que constituent les allées – habitats et/ou corridors pour certaines espèces, notamment Hétérocères (Meyer et al., 2009) et Chiroptères (Nowicki, 2016) –, mais aussi la voûte qui facilite le franchissement de la voie – en hauteur ou bien au sol, par le rafraîchissement de la chaussée. Lorsque les enjeux de biodiversité sont prépondérants, le principe de gestion consistant à abattre une allée entière quand les arbres ont atteint un certain âge est par conséquent inadapté (Naturvårdsverket, 2013) puisqu’il n’assure pas le maintien de cette fonctionnalité. Au contraire, il convient dans ce cas d’étaler les remplacements dans le temps.

Gérer et entretenir les arbres dans les allées

43Au-delà de la conservation de la structure des allées, le maintien de la fonctionnalité des habitats suppose de conserver les arbres individuellement le plus longtemps possible (Jansen et al., 2012). Ainsi, aux Pays-Bas, alors même que la graphiose sévissait dans le Nord-Groningue, un inventaire des Bryophytes des ormes de la région concluait à la nécessité de ne pas abattre prématurément les Ormes de bord de route dont la vitalité serait réduite par la maladie. Il s’agissait de ne pas supprimer des habitats pour les Bryophytes, Lichens ou insectes, même si la situation pouvait être plus favorable pour ces espèces dans d’autres régions (Weeda, 1988).

44Le même raisonnement vaut aujourd’hui pour les Frênes des bords de route attaqués par Chalara fraxinea. Mitchell et al. (2014) ont montré que 953 espèces étaient associées à Fraxinus excelsior en Grande-Bretagne – 12 espèces d’Oiseaux, 28 de Mammifères, 58 de Bryophytes, 68 de champignons, 239 d’invertébrés, 548 de Lichens –, dont 44 espèces strictement inféodées au Frêne et 62 pour lesquelles l’association est forte. La disparition des Frênes aurait un impact sur de nombreuses espèces. Le risque d’appauvrissement des cortèges lichénologiques pointé par Happe (2016b) est analogue à celui observé avec la disparition d’une grande partie des allées d’Ormes dans la zone côtière de Basse-Saxe (Hauck et de Bruyn, 2010) en raison de la Graphiose de l’Orme. L’enjeu de conservation des Frênes de bord de route est d’autant plus fort que, avec la disparition des Ormes, le Frêne se présentait comme un bon arbre de remplacement en raison du cortège de Lichens qu’il est susceptible d’accueillir: pressenti comme arbre de remplacement dans les plantations des bords de route suédoises pour cette raison (Hermansson 2004b), il a déjà été utilisé comme tel en Basse-Saxe par exemple (de Bruyn et Linders, 1999).

45Concernant les Frênes, il s’y ajoute l’importance de laisser émerger des arbres tolérants ou résistants à la Chalarose. Cette résistance à la maladie a été observée dans les pays touchés par celle-ci depuis plus longtemps que la France et présente par ailleurs un caractère d’héritabilité (Husson et al., 2016). Ceci a donné lieu à diverses recommandations de préserver les Frênes peu dépérissants, c’est-à-dire présentant une mortalité des branches ou, plus justement, une nécrose du collet, inférieure à une certaine valeur (50 % par exemple pour la mortalité du houppier – DRAAF, 2015), ou de n’abattre que les arbres ne parvenant pas, plusieurs années de suite, à régénérer leur houppier (Thomsen, 2014). Mitchell et al. (2014) ont montré que le scénario de gestion consistant, en milieu forestier, à ne pas abattre les Frênes atteints de Chalarose était, de fait, le plus favorable pour les espèces strictement inféodées ou fortement associées au Frêne.

46Le maintien des arbres à long terme impose par ailleurs de ne pas les blesser (Hermansson 2004b), tant lors de l’entretien de ceux-ci que lors de l’entretien de la chaussée ou des accotements (Trafikverket, 2014). En particulier, le fauchage des accotements doit être évité au pied des arbres ou se faire manuellement dans un rayon suffisant (l’administration des transports suédoise recommande 2 m), avec des outils à lame réciproque (Bonnardot, 2017a), et l’assainissement de la chaussée doit être assuré par la création de saignées manuelles dans les accotements et non par le dérasement de ceux-ci. Un autre point d’attention important est celui des travaux à proximité des arbres et des racines (Bonnardot, 2017b). En matière de taille, les règles de l’art, mais aussi la nécessité de désinfecter les outils et matériels entre chaque arbre pour éviter les contaminations le cas échéant, doivent être impérativement respectées (CETE Méditerranée, 1991, UNEP et al., 2013).

47Maintenir des habitats fonctionnels dans la durée peut conduire par ailleurs à intervenir sur l’environnement de l’allée – suppression de la végétation arbustive, par exemple – afin de créer des conditions ambiantes favorables (Hermansson, 2004b; Naturvårdsverket, 2013). La fonctionnalité doit enfin être abordée dans une vision dynamique. Se contenter par exemple de conserver les arbres qui, à un instant t, comportent des gîtes occupés par des Chiroptères ne suffit pas: annuellement, 6 à 10 % des cavités disparaissent naturellement, de sorte que les gîtes identifiés à un instant donné peuvent ne plus être utilisables par la suite; il importe que d’autres arbres puissent prendre le relais pour offrir un gîte adéquat (Jansen et al., 2012).

Gérer la sécurité

48Au regard du risque de chute de branches ou d’arbres sur les voies fréquentées, le maintien des arbres impose de manière générale une surveillance, les contrôles devant être plus fréquents lorsque les arbres sont malades (Roskams et De Haeck, 2011) ou vieillissants. L’enlèvement du bois mort présentant un danger pour les personnes, une réduction sélective et progressive de la couronne – taille de restructuration – (Juillerat et Vögeli, 2004; Klöhn, 2007; Naturvårdsverket, 2013), voire la formation de totems lorsqu’il n’y a pas d’autre moyen d’assurer la sécurité et que l’enjeu de biodiversité est fort (Jansen et al., 2012; Klöhn, 2007; Naturvårdsverket, 2013; Snäll, 2009), peuvent s’avérer des alternatives à l’abattage. Dans tous les cas, il est important de noter que le fait qu’un arbre subisse un traitement donné ne justifie pas que ce même traitement soit systématiquement appliqué à l’ensemble de l’allée (Juillerat et Vögeli, 2004).

49Lorsque l’abattage devient incontournable – parce que l’arbre menace de tomber –, il importe bien sûr, sauf en cas de danger imminent, d’éviter d’abattre en période d’hivernage ou de reproduction des espèces y vivant. Il importe également de limiter l’abattage au strict nécessaire, arbre par arbre (Naturvårdsverket, 2013), ou en procédant du moins par secteurs et par phases de manière à ne pas menacer la survie de certaines espèces par une perte radicale de fonctionnalité (Juillerat et Vögeli, 2004). Des coupures de quelques dizaines de mètres dans un alignement peuvent en effet bloquer la circulation de certaines espèces comme le Petit rhinolophe (Rhinolophus hipposideros) (Nyssen et Heyninck, 2007).

50Dans la mesure du possible, il convient également de laisser l’arbre abattu sur place, en limitant au maximum son débitage et son ébranchage (Naturvårdsverket, 2013). La conservation des fûts et branches des arbres abattus à proximité des nouvelles plantations est à même de permettre aux espèces de terminer l’accomplissement de leur cycle biologique ou de coloniser les nouveaux arbres (Juillerat et Vögeli, 2004). Cette recommandation ne s’applique évidemment pas en cas de risque sanitaire tel que celui du Chancre coloré du Platane.

Renouveler les allées existantes

51Abattre sans replanter signe la disparition à terme des allées. C’est ce type de constat qui a conduit l’agence de protection de l’environnement suédoise à élaborer, en 2004, un programme d’actions pour les arbres importants pour la biodiversité, dont l’objectif est d’améliorer les perspectives de survie de 400 espèces des Listes rouges du pays (Ottosson et al., 2012). Le renouvellement (abattage puis plantations) des allées doit se faire sur plusieurs années, par tronçons de taille modérée pour permettre aux espèces à dispersion lente de s’adapter (Jansen et al., 2012; Ottosson et al., 2012) et de coloniser les nouveaux arbres (de Bruyn et Linders, 1999). Les plantations en regarnis doivent alors se faire dans les meilleurs délais (de Bruyn et Linders, 1999; Meyer et al., 2009), dès lors que l’espace disponible entre les arbres restants est suffisant pour assurer une bonne reprise des plantations (Figure 3).

Figure 3. Exemple de gestion pour une allée lorsque l’enjeu « biodiversité » est prépondérant (Suède).

Figure 3. Exemple de gestion pour une allée lorsque l’enjeu « biodiversité » est prépondérant (Suède).

Photo C. Pradines, 2016.

52Pour assurer une continuité de la fonctionnalité des habitats, il est nécessaire de veiller à assurer une continuité dans les classes d’âge des arbres (Juillerat et Vögeli, 2004), l’écart d’âge excessif entre vétérans et jeunes arbres n’étant pas favorable à la colonisation de ces derniers par les espèces déjà en place (Ottosson et al., 2012). Une solution, en particulier pour les insectes saproxyliques, consiste à disposer, dans l’arbre ou au sol, des « boîtes à terreau » remplies de copeaux, feuilles et foin humidifiés, comme le recommande l’agence de protection de l’environnement suédoise dans son programme d’actions pour Osmoderma eremita (Naturvårdsverket, 2014). Créer des caractéristiques d’arbres anciens chez de jeunes individus (création de cavités, étêtage en maintenant les branches basses) peut, dans certains cas, constituer une solution pour pallier l’absence de continuité de classes d’âge (Juillerat et Vögeli, 2004). En aucun cas, la création de caractéristiques d’arbres anciens sur des arbres jeunes ne saurait toutefois constituer un principe de gestion en soi.

Planter de nouvelles allées

53Maintenir la fonctionnalité des continuités écologiques nécessite une vision prospective. Il s’agit d’imaginer, à 100 ans ou plus, les conditions favorables à l’espèce considérée et de mettre celles-ci en place dès à présent (Juillerat et Vögeli, 2004). Il s’agit donc de créer les habitats et les corridors de demain en plantant des arbres aujourd’hui. La Liste rouge des lichens suisses (Scheidegger et Clerc, 2002) rappelle la nécessité non seulement de maintenir les allées, mais aussi d’en planter de nouvelles. Planter de nouvelles allées (Jansen et al., 2012), notamment entre les îlots d’arbres précieux pour la biodiversité (Ottosson et al., 2012) et dans les espaces ouverts, permet de restaurer la connectivité des territoires et de contrer les problèmes cruciaux de fragmentation.

54La diversité des essences sur un même territoire constitue une précaution raisonnable face aux risques de maladies ou de ravageurs. Si la diversité des essences à l’intérieur d’une allée a existé par défaut en rase campagne dans certains pays comme la Suède (Pradines, 2012 a, b), elle ne fait toutefois pas partie de la tradition française ni, de manière générale, des pratiques historiques associées aux allées de châteaux ou de demeures nobles. Si cette diversité d’essences à l’intérieur d’une allée est souhaitée, l’importance du caractère architectural et structuré des allées, quel que soit le milieu, fera rechercher une « formalisation » de cette diversité, associée à des évènements particuliers du parcours. C’est ce qu’a fait par exemple le Conseil départemental du Val-de-Marne en intercalant, à chaque intersection, des séquences de Tilleuls à l’intérieur d’un jeune alignement de Platanes. La diversité intraspécifique constitue une autre stratégie de choix pour respecter une unité d’aspect tout en évitant le risque de voir l’ensemble d’un alignement décimé par une maladie ou un ravageur (Richards, 1993). Ayant observé, pour les Tilleuls, que la diversité génétique offerte par les pépinières actuelles est quatre fois moindre que celle des plantations historiques présentes en Belgique et aux Pays-Bas, Vanden Broeck et al. (2018) considèrent justement qu’un effort d’accroissement de la diversité intraspécifique est aujourd’hui un impératif. Le choix des arbres à replanter pourra aussi se faire avantageusement en privilégiant la conservation du patrimoine génétique des arbres d’une allée par la récolte de graines (Jansen et al., 2012). Cette pratique, expérimentée par exemple pour des Ormes de bord de route dans le département de l’Allier en France, contribue à une meilleure adaptation et une meilleure résistance des végétaux, utile également pour accompagner le réchauffement climatique.

Conclusion

55Notre contribution, qui s’est intéressée délibérément aux seules allées d’arbres, a permis de mettre en avant le rôle important joué par les allées – y compris certaines allées d’arbres non indigènes – pour la préservation de la biodiversité et en particulier la préservation des épiphytes, des Coléoptères, des Hétérocères et des Chiroptères. Ce rôle s’explique par la forme linéaire des allées, par leur voûte, par les conditions d’éclairement et d’hygrométrie, mais aussi, et surtout par la pérennité de ces structures et la longévité des arbres, soustraits à une exploitation forestière. Mémoire longue des espaces qui les entourent (Jansson et al., 2015), les allées sont souvent seules à pouvoir garantir la présence d’un cortège de vieux et très vieux arbres dans le paysage, et avec eux une quantité importante d’espèces des Listes rouges.

56L’importance des allées pour la biodiversité a des conséquences en termes de gestion: nécessité du maintien des allées en tant que structure et nécessité du maintien individuel des arbres qui les composent, moyennant, le cas échéant, des mesures pour assurer la sécurité mécanique; plantations en regarnis et plantation de nouvelles allées, en particulier dans les espaces ouverts; et enfin, application des règles de l’art. Le rôle des allées ne se limite toutefois pas à l’aspect biologique ou environnemental: les allées sont aussi un patrimoine culturel et paysager fort et la prise en compte de l’esthétique de l’ensemble – « architecture » végétale codifiée –, reste un critère d’appréciation à prendre en compte, comme le prévoit l’article L350-3 du Code de l’environnement français. Les ouvrages suédois, néerlandais ou suisses traitant spécifiquement de la biodiversité des allées et mentionnés ici rappellent à juste titre la nécessité de prendre en compte cette nature de patrimoine historique, culturel et esthétique, qui peut impliquer des choix de gestion différents, notamment en termes de moment et d’ampleur des renouvellements. Les arbitrages, en fonction des objectifs recherchés, se feront nécessairement au cas par cas et les acteurs suédois, rompus à cet exercice depuis 1998, ont élaboré un guide à cet effet (Mebus, 2014), qui peut utilement inspirer les pratiques françaises (Pradines, 2017). L’équilibre entre des objectifs différents étant d’autant plus facile à trouver que le réseau local est riche en allées, permettant une diversité de solutions sur un même territoire, la reconquête du paysage par des allées est à encourager.

Remerciements

57Remerciements à Sylvie Vanpeene, IRSTEA, et David Happe, écologue et expert en arboriculture, pour leur relecture avisée.

Note biographique

58Chantal Pradines, ingénieur, expert auprès du Conseil de l’Europe, intervient comme conseillère scientifique pour la préservation du patrimoine des allées d’arbres. Elle est à l’origine de leur protection réglementaire en France, qui a instauré en 2016 un principe général de préservation des allées d’arbres (préservation de la structure linéaire et gestion respectueuse des arbres pour assurer leur maintien à long terme), assorti d’une obligation de replanter en cas d’abattage.

Haut de page

Bibliographie

Arthur, L. et M. Lemaire, 2002, Recherche de Noctules communes dans les arbres situés en milieu urbain, Symbioses, nouvelle série, 6, pp. 3-4

Axelsson Linkowski, W. et R. Svensson, 2009, Träd och buskar i jordbrukslandskapet. Värden och hot – en litteraturgenomgång, Centrum för biologisk mångfald, CBM:s skriftserie 24, Uppsala, 60 p., [en ligne] URL: https://www.slu.se/globalassets/ew/org/centrb/cbm/dokument/publikationer-cbm/cbm-skriftserie/skrift24.pdf, consulté le 14.01.2019.

Barsig, M., 2004, Vergleichende Untersuchungen zur ökologischen Wertigkeit von Hybrid- und Schwarzpappeln, Bundesanstalt für Gewässerkunde, Koblenz, 32 p., [en ligne] URL : http://www.tu-berlin.de/fileadmin/f12/Downloads/kubus/30_Pappelvgl_Endfassung_1_.pdf, consulté le 14.01.2019.

Bastien, P.E., 2013, Amélioration des connaissances sur l’utilisation des arbres d’alignements par les Chiroptères, Trampot (88) – Plan de Restauration des Chiroptères en Lorraine Action n° 05, CPEPESC-Lorraine, 50 p.

Binot, M., R. Bless, P. Boye, H. Gruttke et P. Pretscher, 1998, Rote Liste gefährdeter Tiere Deutschlands, Schriftenreihe für Landschaftspflege und Naturschutz 55.

Bonnardot, A., 2017 a, Le fauchage à proximité d’un arbre, C.A.U.E. 77, 2 p., [en ligne] URL: http://www.arbres-caue77.org/medias/files/le-fauchage-a-proximite-d-un-arbre.pdf, consulté le 12.12.2018.

Bonnardot, A., 2017b, La protection du système racinaire des arbres lors des travaux de terrassement. C.A.U.E. 77, 9 p., [en ligne] URL: http://www.arbres-caue77.org/medias/files/la-protection-du-systeme-racinaire.pdf, consulté le 12.12.2018.

Borkenhagen, P., 2001, Die Säugetiere Schleswig-Holsteins - Rote Liste, Landesamt für Natur und Umwelt des Landes Schleswig-Holstein.

de Bruyn, U. et W. Linders, 1999, Bedeutung und naturschutzfachliche Bewertung von Hybrid-Pappeln als Trägerbäume für Moos- und Flechtenarten in Nordwestdeutschland, DROSERA, pp. 95-108, [en ligne] URL : http://oops.uni-oldenburg.de/2154/1/de%20Bruyn%2BLinders%2095-108.pdf, consulté le 14.01.2019.

Canton de Genève, 1999, Règlement sur la conservation de la végétation arborée.

CETE Méditerranée, 1991, Connaître et entretenir les arbres. Guide technique. SETRA, Bagneux, 40 p.

Comité de pilotage du contrat corridors « Champagne - Genevois », 2012, Contrat corridors Champagne-Genevois. Cahier n° 13-62, Grand Genève, 201 p., [en ligne] URL: http://www.grand-geneve.org/sites/default/files/fichiers/cahiers-thematiques/agriculture-paysage/cahier-13-62_contrat-corridor_champagne-genevois_nov2012.pdf, consulté le 14.01.2019.

Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF) Lorraine, 2015, Point sur l’évolution de la chalarose du frêne en forêt, Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (note interne), 2 p.

Duval, T., 2016, Arbres d’alignement. Diagnostic. Patrimoine biologique – Enjeux, Conseil départemental des Vosges, 52 p., [en ligne] URL: http://www.pg2a.vosges.fr, consulté le 20.09.2016.

Głowaciński, Z. et J. Nowacki (éd.), 2004, Polska czerwona księga zwierząt – Bezkręgowce. Institut Ochrony Przyrody Polskiej Akademii Nauk, Kraków Akademia Rolnicza im. A. Cieskowskiego, Poznán, 448 p.

Niklfeld, H. (éd.), 1999, Rote Liste gefährdeter Pflanzen Österreichs. Austria Medien Service, Vienne.

Gruber, J.P., 2001, Die Moosflora der Stadt Salzburg und ihr Wandel im Zeitraum von 130 Jahren, Stapfia, 0079, pp. 3-166, [en ligne] URL : http://www.zobodat.at/pdf/STAPFIA_0079_0003-0166.pdf, consulté le 13.12.2018.

Gärdenfors, U. (éd.), 2005, Rödlistade arter i Sverige 2005 – The 2005 Red List of Swedish Species, Artdatabanken, SLU, Uppsala.

Habashi, Ch. et Ph. Clerc, 2013, Inventaire des lichens de la ville de Genève. Rapport du projet « Genève Ville durable », Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève, Genève, 33 p., [en ligne] URL: https://www.ville-ge.ch/cjb/conservation/pdf_conserv/Rapport_Obj_5_2013_lichens.pdf, consulté le 14.01.2019.

Hambrey Consulting, 2013, The management of roadside verges for biodiversity, Commissioned Report No. 551, Scottish Natural Heritage, Edinburgh, 96 p., [en ligne] URL : https://www.nature.scot/sites/default/files/2018-04/Publication%202013%20-%20SNH%20Commissioned%20Report%20551%20-%20The%20management%20of%20roadside%20verges%20for%20biodiversity.pdf, consulté le 14.01.2019.

Happe, D., 2016a, Mousses et lichens, une biodiversité insoupçonnée des patrimoines arborés, La lettre de l’arboriculture, 76, pp. 12-15.

Happe, D., 2016 b, Connaissance et conservation des lichens, La lettre de l’arboriculture, 77, pp. 9-12.

Happe, D. et S. Marsy, 2016, Une démarche unique en France… une enquête participative sur les lichens forestiers du Massif central, Le Courrier de la nature, 297, pp. 14-16, [en ligne] URL: https://www.researchgate.net/publication/320324858_Une_demarche_unique_en_France_une_enquete_participative_sur_les_lichens_forestiers_du_Massif_central_Le_courrier_de_la_nature_n297_-_mai-juin_2016_pp_14_-_16/download, consulté le 14.01.2019.

Hauck, M., 1992, Rote Liste der gefährdeten Flechten in Niedersachsen und Bremen, Informationsdienst Naturschutz Niedersachsen, Hannovre, 12 (1), 44 p.

Hauck, M. et U. de Bruyn, 2010, Rote Liste und Gesamtartenliste der Flechten in Niedersachsen und Bremen, Niedersächsischer Landesbetrieb für Wasserwirtschaft, Küsten- und Naturschutz, Informationsdienst Naturschutz Niedersachsen, 1, Hannovre, 84 p., [en ligne] URL : https://www.nlwkn.niedersachsen.de/naturschutz/veroeffentlichungen/rote-liste-und-gesamtartenliste-der-flechten-in-niedersachsen-und-bremen-75316.html

Hinden, H. et M. Price, 2013, Les bryophytes de la ville de Genève. Rapport du projet « Genève Ville durable ». Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève, Genève, 16 p., [en ligne] URL: https://www.ville-ge.ch/cjb/conservation/pdf_conserv/Rapport_Geneve_ville_durable_bryo_2013.pdf, consulté le 14.01.2019.

Hermansson, J., 2004a, Inventering av landsvägsalléernas naturvärden. Del 1 , Trollius, 32, pp. 8-23, [en ligne] URL: http://www.dalafloran.se/trollius/nr8.pdf, consulté le 14.01.2019.

Hermansson, J., 2004b, Inventering av landsvägsalléernas naturvärden. Del 2, Trollius, 33, pp. 4-38, [en ligne] URL: http://www.dalafloran.se/trollius/nr_33_4.pdf, consulté le 14.01.2019.

Höjer, O. et S. Hultengren, 2004, Åtgärdsprogram för särskilt skyddsvärda träd i kulturlandskapet, Naturvårdsverket, Rapport 5411, Stockholm, 83 p., [en ligne] URL: https://www.naturvardsverket.se/Documents/publikationer/620-5411-2.pdf, consulté le 14.01.2019.

Husson, C., A. Dowkiw, F-X. Saintonge et B. Marçais, 2016, La chalarose du frêne en France. Forêt-entreprise, n° 228, pp. 10-13, [en ligne] URL: https://www.foretpriveefrancaise.com/data/fe228_p10_13.pdf, consulté le 14.01.2019.

Jansen, E.A., M. H. A. van Benthem, C. de Groot, P. Twisk et H.J.G.A. Limpens, 2012, Laanbeheer en vleermuizen; met oog voor veiligheid en cultuurhistorie, Zoogdiervereniging & Probos, Rapport 2012.10, 71 p., [en ligne] URL : https://www.zoogdiervereniging.nl/sites/default/files/imce/nieuwesite/Zoogdiersoorten/Vleermuizen%20algemeen/downloads/Praktijkgids%20lanen%20en%20vlm%20-%20versie%2026%20maart%202012.pdf, consulté le 14.01.2019.

Jansson, N., M. A. Fargo, S. Hultengren, T. Lennartsson, H. Weibull et J. Wissman, 2015, Vägarnas träd - om trädens skötsel, värdefulla strukturer och följearter, Centrum för biologisk mångfald, CBM:s skriftserie 93, Uppsala, 158 p., [en ligne] URL: https://www.slu.se/globalassets/ew/org/centrb/cbm/dokument/publikationer-cbm/cbm-skriftserie/vagarnas_trad_cbm93.pdf, consulté le 14.01.2019.

Juillerat, L. et M. Vögeli, 2004, Gestion des vieux arbres et maintien des Coléoptères saproxyliques en zone urbaine et périurbaine, Centre Suisse de Cartographie de la Faune, Neufchâtel, 22 p., [en ligne] URL: http://ge.ch/nature/media/nature/files/fichiers/documents/gestion_vieux_arbres_et_maintien_coleopteres_saproxyliques.pdf, consulté le 14.01.2019.

Kolligs, D., 1998, Die Großschmetterlinge Schleswig-Holsteins – Rote Liste, Landesamt für Natur und Umwelt, Flintbek.

Klöhn, N. A, 2007, Stark geschnittene Bäume. Ökologische Belange ernster nehmen, DEGA GALABAU, 02, pp. 10-12.

La Revue Durable, 2014, Le Grand Genève favorise la libre circulation des espèces, La Revue Durable, n° 52, pp. 53-57.

Mebus, F., 2014, Fria eller fälla. En vägledning för avvägningar vid hantering av träd i offentliga miljöer, Riksantikvarieämbetet, Stockholm, 144 p., [en ligne] URL: https://www.raa.se/app/uploads/2017/08/fria-eller-f%C3%A4lla.pdf, consulté le 14.01.2019.

Meyer, M., J. Hoschka et Ch. Düwel, 2009, Historische Alleen in Schleswig-Holstein – geschützte Biotope und grüne Kulturdenkmale, Landesamt für Landwirtschaft, Umwelt und ländliche Räume des Landes Schleswig-Holstein, 243 p.

Michalcewicz, J. et M. Ciach, 2012, Rosalia longicorn Rosalia alpina (L.) (Coleoptera: Cerambycidae) uses roadside European ash trees Fraxinus excelsior L. - an unexpected habitat of an endangered species, Polish Journal of Entomology, 81, pp. 49-56.

Mitchell, R.J., J.K. Beaton, P.E. Bellamy, A. Broome, J. Chetcuti, S. Eaton, C.J. Ellisd, A. Gimonaa, R. Harmere, A.J. Hestera, R.L. Hewisona, N.G. Hodgettsf, G.R. Iasona, G. Kerre, N.A. Littlewooda, S. Neweya, J.M. Pottsg, G. Pozsgaia, D. Rayc, D.A. Sima, J.A. Stockana, A.F.S. Taylora et S. Woodwardh, 2014, Ash dieback in the UK: A review of the ecological and conservation implications and potential management options, Biological Conservation, 175, pp. 95–109.

Naturvårdsverket, 2013, Allé. Beskrivning och vägledning om biotopen allé i bilaga 1 till förordningen (1998:1252) om områdesskydd enligt miljöbalken m.m., Naturvårdsverket, Stockholm, 16 p., [en ligne] URL: https://www.naturvardsverket.se/upload/stod-i-miljoarbetet/vagledning/skyddade-omraden/biotopskydd/01-alle-2014-04-15.pdf, consulté le 14.01.2019.

Naturvårdsverket, 2014, Åtgärdsprogram för läderbagge, 2014–2018. Rapport 6616, Naturvårdsverket, Stockholm, 52 p., [en ligne] URL: https://www.naturvardsverket.se/Documents/publikationer6400/978-91-620-6616-1.pdf?pid=12943, consulté le 14.01.2019.

Niklfeld,, H., 1999, Rote Liste gefährdeter Pflanzen Österreichs, Austria Medien Service, Vienne.

Noordijk, J. et M. Berg, 2001, De corticole fauna van platanen: I. Arachniden (Arachnida : Aranae, Pseudoscorpiones, Acard), Nederlandse Faunistische Mededelingen, 15, pp. 13-32, [en ligne] URL: http://www.repository.naturalis.nl/document/45868, consulté le 14.01.2019.

Nowicki, F., 2016, Chiroptères et infrastructures de transport, Cerema, 172 p.

Nyssen, P. et C. Heyninck, 2007, Pour sauver les derniers Petits rhinolophes, les forestiers agissent, Forêt wallonne, 86, p. 35-42, [en ligne] URL: http://www.revogne.be/Rhinolophe.pdf, consulté le 14.01.2019.

Oleksa, A., 2009, Conservation and ecology of the hermit beetle Osmoderma eremita s.l. in Poland, 13 p., J. Buse, K.N.A. Alexander, T. Ranius, T. Assmann, Saproxylic Beetles - Their role and diversity in European woodland and tree habitats, Proceedings of the 5th Symposium and Workshop on the Conservation of Saproxylic Beetles, Pensoft Publishers, pp. 177-188, [en ligne] URL : https://www.researchgate.net/publication/281281096_Conservation_and_ecology_of_the_hermit_beetle_Osmoderma_eremita_sl_in_Poland, consulté le 14.01.2019.

Oleksa, A., 2012, Ochrona pachnicy w Polsce. Propozycja programu działań, Fundacja EkoRozwoju, 142 p.

Ottosson, M., N. Sallmén et T. Lennartsson, 2012, Vägarnas värdefulla träd, Centrum för biologisk mångfald, Faktablad #1, 6 p.

Pradines, Ch., 2012 a, Infrastructures routières: les allées d’arbres dans le paysage , 80 p., Conseil de l’Europe, Facettes du paysage. Réflexions et propositions pour la mise en œuvre de la Convention européenne du paysage, Editions du Conseil de l’Europe, Strasbourg, pp. 117-196, [en ligne] URL: https://rm.coe.int/16802f299c, consulté le 14.01.2019.

Pradines, Ch., 2012 b, Road infrastructures: tree avenues in the landscape, 77 p., Conseil de l’Europe, Landscape facets. Reflections and proposals for the implementation of the European landscape convention, Editions du Conseil de l’Europe, Strasbourg, pp. 113-189, [en ligne] URL : https://rm.coe.int/16802f299b, consulté le 14.01.2019.

Pradines, Ch., 2012c, Tree avenues and ecological corridor policies in Europe: current situation and potential development, IENE 2012 International Conference, October 21-24, 2012, Berlin-Potsdam, Germany, Swedish Biodiversity Centre.

Pradines, Ch., 2015, Des allées dans le jardin Europe: les routes bordées d’arbres, Sites & Monuments, 222, pp. 33-41.

Pradines, Ch., 2017, Protection des allées d’arbres. Nouvelle réglementation, Revue Générale des Routes et de l’Aménagement, 948, pp. 24-29.

Ricek, E. W., 1967, Flechten und Moose an Alleebäumen (1. Teil) , apollo, Folge 8, pp. 1-5, [en ligne] URL: http://www.zobodat.at/pdf/APO_08_0001-0005.pdf, consulté le 12.12.2018.

Richards, N.A, 1993, Reasonable guidelines for street tree diversity, Journal of Arboriculture 19(6), pp. 344-349.

Roskams, P. et A. De Haeck, 2011, De Essenziekte (Chalara fraxinea) in het Vlaamse Gewest: een voorlopige stand van zaken. Instituut voor Natuur en Bosonderzoek, Rapporten van het Instituut voor Natuur en Bosonderzoek (49), Bruxelles, 14 p., [en ligne] URL: https://www.vlaanderen.be/nl/publicaties/detail/de-essenziekte-chalara-fraxinea-in-het-vlaamse-gewest-een-voorlopige-stand-van-zaken, consulté le 14.01.2019.

Scheidegger, Ch. et Ph. Clerc, 2002, Rote Liste der gefährdeten Arten der Schweiz. Baum- und erdbewohnenden Flechten, Bundesamt für Umwelt, Wald und Landschaft BUWAL, Berne, Eidgenössische Forschungsanstalt WSL, Birmensdorf, Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève CJBG, BUWAL-Reihe Vollzug Umwelt, 124 p., [en ligne] URL: https://www.bafu.admin.ch/bafu/de/home/themen/biodiversitaet/publikationen-studien/publikationen/rote-liste-gefaehrdete-arten-baum-erdbewohnende-flechten.html, consulté le 14.01.2019.

Schnyder, N., A. Bergamini, H. Hofmann, N. Müller, C. Schubiger-Bossard et E. Urmi, 2004, Liste Rouge des bryophytes menacées en Suisse, Office Fédéral de l’Environnement, des Forêts et du Paysage (OFEFP).

Snäll, S., 2009, Inventering av lindlevande skalbaggar i Torsåkers allé 2009, Länsstyrelsen i Stockholms län, Stockholm, 28 p.

Sordello, R., G. Rogeon et J. Touroult, 2014, La fonctionnalité des continuités écologiques – Premiers éléments de compréhension, Service du patrimoine naturel, Muséum national d’histoire naturelle, Paris, 32 p., [en ligne] URL: http://spn.mnhn.fr/spn_rapports/archivage_rapports/2014/SPN%202014%20-%2010%20-%20140220_-_Rapport_fonctionnalite.pdf, consulté le 14.01.2019.

Thomsen, I. M., 2014, Das Eschentriebsterben an Stadt- und Straßenbäumen - eine Situationsbeschreibung aus Dänemark, Jahrbuch der Baumpflege 2014, Dirk Dujesiefken BaumZeitung, pp. 101-108.

Thor, G. Et L. Arvidsson (éd.), 1999, Rödlistade lavar i Sverige - Artfakta, ArtDatabanken, SLU. Uppsala.

Trafikverket, 2014, Standardbeskrivning för basunderhåll Väg - SBV, Trafikverket, Borlänge, 44 p., [en ligne] URL : https://www.trafikverket.se/contentassets/dd3893424b90468e91c42359becb610d/standardbeskrivn_basunderhall_vag_140901.pdf, consulté le 14.01.2019.

Trautner, J., G. Müller-Motzfeld et M. Bräunicke, 1997, Rote Liste der Sandlaufkäfer und Laufkäfer Deutschlands, Naturschutz und Landschaftsplanung, 29 (9), pp. 261–272.

Tyszko-Chmielowiec, P. et A. Oleksa, 2012, Transport infrastructure as green infrastructure: tree-lined roads as habitats and ecological corridors for Hermit Beetle and other organisms in IENE 2012 International Conference, October 21-24, 2012, Berlin-Potsdam, Germany, Swedish Biodiversity Centre.

Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), 2012, Catégories et critères de la liste rouge de l’UICN. Version 3,1, deuxième édition, UICN, Gland et Cambridge, 40 p., [en ligne] URL: https://uicn.fr/wp-content/uploads/2016/06/UICN_2012_Categories_et_criteres_Liste_rouge.pdf, consulté le 14.01.2019.

Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) France, Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM) et Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), 2017, La Liste rouge des espèces menacées en France – Chapitre Mammifères de France métropolitaine, Paris, 16 p.

Union nationale des entreprises du paysage (UNEP), Association des ingénieurs territoriaux de France (AITF), Fédération française du paysage (FFP) et Association des responsables d’espace nature en ville (Hortis), 2013, Travaux d’entretien des arbres. Règles professionnelles n° P.E.1-R0, Union Nationale des Entreprises du Paysage, Paris, 31 p., [en ligne] URL: http://www.lesentreprisesdupaysage.fr/tout-savoir/r%C3%A8gles-professionnelles/les-r%C3%A8gles-parues/p-e-1-r0-travaux-dentretien-des-arbres, consulté le 14.01.2019

Vanden Broeck, A., K. Cox, I. Melosik, B. Maes et K. Smets, 2018, Genetic diversity loss and homogenization in urban trees: the case of Tilia × europaea in Belgium and the Netherlands, Biodiversity and Conservation, 27, pp. 3777–3792.

Weeda, E. J., 1988, De mosflora op iepen en andere bomen in Noord-Groningen, Gorteria, 14, pp. 104-115, [en ligne] URL: http://natuurtijdschriften.nl/download?type=document&docid=536678, consulté le 14.01.2019.

Westling, A. (éd), 2015, Rödlistade arter i Sverige, ArtDatabanken SLU, Uppsala, 211 p.

Wirth, V., H. Schöller, P. Scholz, G. Ernst, F. Tassilo, A. Gnüchtel, M. Hauck, P. Jacobsen, V. John et B. Litterski, 1996, Rote Liste der Flechten (Lichenes) der Bundesrepublik Deutschland, Schriftenreihe für Vegetationskunde, 28, pp. 307-368.

Wolff, K., O. Kim Hansen, S. Couch, L. Moore, H. Sander et S.A. Logan, 2019, Tilia cultivars in historic lime avenues and parks in the UK, Estonia and other European countries, Urban Forestry & Urban Greening, 43 (2019) 126346.

Zechmeister, H.G., A. Tribsch et D. Hohenwallner, 2001, Die Moosflora von Linz und ihre Bedeutung für die Bioindikation, Naturkundliches Jahrbuch der Stadt Linz, 48, pp. 111-191, [en ligne] URL : https://www.zobodat.at/pdf/NKJB_48_0111-0191.pdf , consulté le 20.09.2016.

Zechmeister, H. G., A. Tribsch, D. Moser, J. Peterseil et T. Wrbka, 2003, Biodiversity « hot spots » for bryophytes in landscapes dominated by agriculture in Austria , Agriculture, Ecosystems & Environment, 94, Issue 2, pp. 159-167.

Ziegler, W. et R. Suikat, 1994, Rote Liste der in Schleswig-Holstein gefährdeten Käfer, Landesamt für Naturschutz und Landschaftspflege Schleswig-Holstein.

Zedda, L. et M. Koch Pirisi, 2013, Die Berliner Flechtendiversität auf Italienisch untersuchen?, [en ligne] URL : http://blog.bio-diverse.de/?p=149, consulté le 13.12.2018.

Haut de page

Notes

1 Des références sont disponibles [en ligne] URL: www.allees-avenues.eu/ressources

2 Pour les détails, en particulier les méthodologies mises en œuvre et les espèces concernées, le lecteur est renvoyé aux publications originales.

3 Jouan D., chargée de mission, Commission de Protection des Eaux, du Patrimoine, de l’Environnement, du Sous-sol et des Chiroptères de Lorraine (CPEPESC Lorraine), communication personnelle (30.09.2010).

4 [ En ligne] URL: www.kbnl.ch/fr/, consulté le 20.08.2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Typologie sommaire des allées d’arbres.
Légende Figure a1. Port libre et taille architecturée au château de Villarceaux, France. Photo C. Pradines, 2011 / Figure b1. Chemin agricole, France. Photo C. Pradines, 2014; b2. Canal, France. Photo C. Pradines, 2019; b3. Route bordée d’arbres de haut jet en port libre, France. Photo C. Pradines, 2011; b4. Route bordée d’arbres têtards, Belgique. Photo J-C.Kirpach, 2012; b5. Route bordée d’arbres taillés en rideaux, France. Photo C. Pradines, 2019; b6. Route bordée d’arbres fruitiers, Luxembourg. Photo M. Decker, 2006; b7. Allée résiduelle, France. Photo C. Pradines, 2018 / Figure c1. Mail, France. Photo C. Pradines, 2013; c2. Alignements latéraux, taille en têtes de chat, Allemagne. Photo C. Pradines, 2015; c3. Alignements sur terre-plein central, port libre, France. Photo C. Pradines. 2018; c4. Allée et contre-allée, taille architecturée, France. Photo C. Pradines, 2013.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2. En dehors des forêts, les allées restent souvent la seule structure arborée dans les espaces agricoles.
Crédits Photo C. Pradines, 2017.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3. Exemple de gestion pour une allée lorsque l’enjeu « biodiversité » est prépondérant (Suède).
Crédits Photo C. Pradines, 2016.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal  Pradines, « Allées d’arbres en Europe et espèces des Listes rouges – De la connaissance à l’action », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Débats et Perspectives, 2020, mis en ligne le 04 mai 2020, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/28154

Haut de page

Auteur

Chantal  Pradines

Cabinet All(i)ée – Expert indépendant auprès du Conseil de l’Europe, 4 rue Morée F 88350 Trampot, France, courriel: chantal.pradines@centraliens.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page