Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesLectures2020Éducation, environnement, écocito...

2020

Éducation, environnement, écocitoyenneté : repères contemporains

Presses de l’Université du Québec, Québec, 2017
Muriel Marnet
Référence(s) :

Lucie Sauvé, Isabel Orellana, Carine Villemagne, Barabra Bader (dir.), 2017, Éducation, environnement, écocitoyenneté : repères contemporains, Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec, Québec, 214 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage rassemble les réflexions de vingt auteurs sur les relations entre l’éducation à l’environnement et les enjeux socioécologiques. Dirigé par Lucie Sauvé, Isabel Orellana, Carine Villemagne et Barbara Bader, ce livre réunissant des chercheurs principalement issus des Sciences de l’éducation et des Sciences de l’environnement vise, dans le prolongement d’un «  chantier de recherche  » ouvert au sein du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté (Centr’ERE) de l’Université de Québec, à explorer l’éducation relative à l’environnement sous de multiples angles : le texte examine les implications de cette éducation dans la construction du rapport des individus à l’espace, au temps, à la nature, au savoir, au politique, à l’identité, à la justice, à l’engagement et aux inégalités. Comme l’explique Lucie Sauvé dans une introduction très instructive sur les «  fonctions essentielles de l’éducation relative à l’environnement  » (p. 4), le fil conducteur du livre est «  la pertinence et l’importance de la fonction critique et politique de l’éducation relative à l’environnement (…) en relation avec l’idée d’écocitoyenneté  » (p. 5). Il s’agit de souligner que l’éducation à l’environnement gagne à être constamment articulée à la formation à la citoyenneté : cette orientation est favorable à la prise de conscience, par les individus, des enjeux environnementaux et partant, à une participation des citoyens «  aux débats publics et à la transformation des politiques et des pratiques éco sociales  » (p. 5).

2C’est précisément l’objet de la réflexion menée par Thomas Berryman dans un premier chapitre sur les enjeux identitaires de l’éducation à l’environnement. L’auteur analyse les liens existants entre l’engagement citoyen et le rapport à l’environnement des personnes en explorant le parcours biographique «  environnemental  ». Selon Berryman, l’éducation à l’environnement doit servir à une transformation identitaire permettant un rapport engagé à la fois avec la société et avec la nature.

3Ce thème du rapport de l’humain à la nature intéresse également Gaston Pineau et Pascal Galvani dans leur travail sur l’écoformation. Défini comme étant l’apprentissage de la «  relation concrète, vitale et permanente de l’homme avec son environnement  » (p. 29), ce domaine doit se baser sur l’expérience des personnes formées dans leur rapport à l’environnement et en particulier, aux «  quatre éléments fondamentaux de la vie : l’eau, l’air, le feu et la terre  » (p. 30). Cette approche didactique vise à susciter une «  réappropriation de l’énergie  » (p.34) et à favoriser un rapport harmonieux des individus avec l’environnement, celui-ci se traduisant, notamment, par une transformation des gestes écocitoyens. Gina Thésée, Paul R. Carr et Carlo Prévil explorent, quant à eux, une formation à l’écocitoyenneté basée sur l’articulation des injustices environnementales et des injustices sociales et raciales. Ces auteurs examinent la manière dont les populations vulnérables, de sexe féminin et/racialisées, sont victimes de désastres environnementaux, lesquels entrainent une restriction de l’accès aux ressources naturelles et vitales défavorables à la survie et l’émancipation de ces populations dominées. Pour ces chercheurs, il est nécessaire que l’éducation intègre l’analyse des «  interconnexions des dynamiques raciales, sociales et environnementales (…) dans la construction des savoirs  » (p. 63). Cette analyse fait directement écho aux considérations de Natasha Blanchet-Coen pour les inégalités environnementales. Selon elle, l’apprentissage de l’écocitoyenneté doit s’appuyer sur des approches pédagogiques autochtones. Pour ces populations, l’apprentissage est considéré comme un processus social, car collectif et relationnel, et basé sur l’expérience, le vécu et les savoirs écologiques traditionnels. «  La valorisation des pédagogies autochtones  » (p. 76) permettrait ainsi une «  réhabilitation  » de ces cultures en même temps qu’elle amènerait à maintenir «  une relation équilibrée et harmonieuse  » (p. 71) avec la nature et l’environnement. L’auteure souligne la nécessité de développer chez les jeunes une capacité d’agir sur leur environnement en «  se basant sur l’observation, l’écoute et la participation  » (p. 70). Portant également leur attention sur l’éducation à l’écocitoyenneté de la jeunesse, Barbara Bader, Geneviève Therriault et Emilie Morin appréhendent le potentiel de l’éducation à l’environnement à construire la confiance en l’avenir des jeunes : cette construction par l’engagement dans des projets permet de voir de ses propres yeux les changements rendus possibles par l’action concrète. Dans une identique préoccupation pour des enjeux d’éducation, Nayla Naoufal explore ensuite la question de l’articulation entre justice environnementale et écocitoyenneté dans le cadre de l’action éducative. À partir de l’analyse des compétences à l’œuvre dans les luttes contre les injustices environnementales, l’auteur envisage l’élaboration d’un apprentissage à l’écocitoyenneté fondé sur l’engagement des individus dans ce type de collectifs ici estimés nécessaires à un système démocratique dans lequel «  l’environnement et le territoire comme biens communs [sont] à gérer collectivement  » (p. 105).

4Également investie dans une réflexion sur les enjeux de participation citoyenne, Laurence Brière questionne les apprentissages liés aux espaces de délibération sur les enjeux socioécologiques. Selon l’auteure, les débats publics sont favorables à l’apprentissage de l’écocitoyenneté. Celui-ci passe par le développement de compétences langagières et cognitives permettant, dans le cadre de l’inscription dans un collectif, une (re)mise en question du rapport au monde et à l’environnement. La réflexion sur ces processus se prolonge avec Jérôme Lafitte, lequel propose de les articuler avec les enjeux territoriaux. Le territoire est alors privilégié «  pour explorer le rapport que les personnes tissent avec leur(s) milieu(x) de vie  » (p. 137). Le territoire apparait ainsi comme un espace de «  mise en œuvre de situations pédagogiques en éducation relative à l’environnement  » (p. 152) favorable à l’expérience «  concrète des problématiques environnementales à partir du local, (…), en créant possiblement des liens signifiants avec l’échelle globale  » (p. 152). Centrant quant à elle sa réflexion sur l’éducation à l’environnement des adultes, moins étudiée que celle à destination des enfants, Carine Villemagne souligne l’importance qu’il y a, de son point de vue, à consolider cette éducation aux «  problématiques sociales, éducatives et environnementales contemporaines  » (p. 158) afin de permettre une transformation sociale collective. Comme le soutiennent Diane Pruneau, Jackie Kerry et Joanne Langis, cette transformation passe par une éducation à l’environnement qui impulse l’investissement des citoyens dans leur communauté : il est nécessaire qu’ils s’engagent dans la «  viabilité écologique  », c’est-à-dire dans le «  développement qui vise la santé et la durée à long terme des systèmes naturels et construits en relation avec la qualité de vie des populations  » (p. 177) et par conséquent la «  survie de l’humanité  » (p. 177). Les initiatives peuvent porter, par exemple, sur «  l’alimentation lente  » qui promeut une nourriture saine et locale. Ces engagements peuvent trouver leurs ressorts, comme le propose Adolpho Agundez-Rodriguez, dans une éducation à la consommation à rebours de la surconsommation, cause principale de la «  détérioration de l’environnement  » (p. 198) car nécessitant, toujours, une augmentation de la production alimentaire, technologique et culturelle. Rendant les personnes plus autonomes et enclines à agir comme des citoyens, cette éducation contribuerait à l’invention collective de la résolution des problèmes globaux environnementaux. L’ouvrage se clôt par une contribution d’Anik Meunier et Charlène Bélanger sur la participation indispensable, tout au long de la vie, de l’éducation non formelle, entendue comme «  toute forme d’activités éducatives réalisées par les institutions, des organisations et des personnes œuvrant à l’extérieur du système scolaire officiel  » (p. 212), à l’éducation à l’écocitoyenneté.

5Cet ouvrage convainc entièrement de la nécessité qu’il y a, pour comprendre la relation entre l’éducation relative à l’environnement et l’écocitoyenneté, à multiplier les registres d’analyse – géographique, sociologique, politique – du lien entre inscription des populations dans un territoire et engagements dans cet environnement, entre enjeu environnemental et enjeu social, entre participation citoyenne et transformation sociale et écologique et, enfin, entre éducation à l’environnement et pouvoir d’agir. Une autre force du livre réside dans sa restitution de l’articulation entre les inégalités sociales et environnementales et la nécessaire inscription de l’éducation à l’environnement dans une prise de conscience de ces inégalités. Les connaissances des individus sur les enjeux environnementaux et leur pouvoir collectif d’agir jouent en effet un rôle crucial dans les possibilités et impossibilités d’engagement local dans les enjeux sanitaires et environnementaux.

6Au final, l’attention scrupuleuse prêtée ici aux propositions et aux orientations données à la mise en œuvre participative d’une éducation à l’environnement dépassant les frontières sociales, transgénérationnelles et centrées sur le local à des fins de transformation globale va, de manière salutaire, à l’encontre d’une centration encore en vigueur pour un enseignement individuel, décontextualisé, strictement scolaire et uniquement destiné aux enfants. Bien que cohérent scientifiquement de bout en bout, ce projet de connaissance eût gagné encore en force en intégrant, en complément de l’analyse de textes scientifiques et de projets éducatifs, des enquêtes empiriques consacrées à des initiatives d’éducation à l’environnement attentives aux caractéristiques des politiques et des territoires dans lesquelles elles s’inscrivent, ainsi qu’aux propriétés sociales de leurs protagonistes – formateurs, militants et habitants. Ce livre n’en reste pas moins important pour comprendre comment, dans les sphères éducatives et militantes, l’éducation à l’environnement peut être pensée et mise en œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Marnet, « Éducation, environnement, écocitoyenneté : repères contemporains », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 05 octobre 2020, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/28518 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.28518

Haut de page

Auteur

Muriel Marnet

ATER Université de Tours (Département Carrières sociales), Laboratoire Éducation, Éthique, Santé (EES), Laboratoire Cultures, éducation, sociétés (LACES/ERCEP3/U. Bdx), France, courriel : muriel.marnet@u-bordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search