Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesRegards / Terrain2021Caractérisation du parc agrofores...

2021

Caractérisation du parc agroforestier à Parkia biglobosa (Jacq.) R. Br. Ex G. Don en Basse Casamance (Sénégal)

Characterization of the Parkia biglobosa (Jacq.) R. Br. Ex G. Don agroforestry parkland in Lower Casamance (Senegal)
Éric Arnaud Diatta, Bienvenu Sambou, Fatimata Niang-Diop et Malaïny Diatta

Résumés

En Basse Casamance, Parkia biglobosa fait partie des espèces ligneuses intégrées dans le système de production agricole en raison de son importance socioéconomique. Malgré cette importance, sa population connaît de sérieuses menaces liées à une combinaison de facteurs naturels et anthropiques. Le présent travail a pour finalité la caractérisation de la flore et de la végétation ligneuses du parc agroforestier à P. biglobosa en Basse Casamance. Pour ce faire, un inventaire systématique des champs de culture a été effectué dans deux villages en utilisant la méthode du Plus Proche Individu (PPI). Cette étude a permis de recenser 29 espèces appartenant à 27 genres répartis dans 13 familles botaniques sur l’ensemble des terroirs des deux villages, dont 24 espèces à Kagnobon contre 18 à Mangagoulack. L’indice de Shannon-Weaver montre une faible diversité sur l’ensemble des deux villages. Les paramètres structuraux sont plus élevés à Mangagoulack excepté la régénération et la mortalité de l’espèce. Les différentes structures laissent apparaître un peuplement jeune à Mangagoulack contrairement à Kagnobon où l’espèce est confrontée à un problème de régénération dû aux feux de végétation récurrents et à l’exploitation des fruits. Des efforts pourraient être consentis dans le sens de préserver la régénération de P. biglobosa et ainsi, assurer son maintien dans les champs de culture.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au Sénégal et particulièrement en Basse Casamance, le parc agroforestier constitue l’un des principaux systèmes de production agricole, le mieux connu des populations locales. Ce système qui combine l’arbre aux cultures et/ou aux animaux est une pratique ancestrale. En effet, plusieurs espèces d’intérêt écologique, socioéconomique et culturel, délibérément conservées dans les champs de culture, ont été documentées. C’est le cas de Elaeis guineensis (Diatta et Sagna, 2013 ; Sagna, 2016 ; Camara et al., 2017), Balanites aegyptiaca (Abdoulaye et al., 2017), Cordyla pinnata (Dieng et al., 2016), Parkia biglobosa (Goudiaby, 2013 ; Diatta et al., 2020), etc. Ces espèces sont caractéristiques des parcs agroforestiers qui, malgré leur importance, sont soumis à plusieurs facteurs naturels et anthropiques qui concourent à leur dégradation (Samaké et al. 2011 ; Diatta et Sagna, 2013 ; Diatta et al., 2016a,b ;Sagna, 2016).

2Parmi les espèces couramment rencontrées dans les parcs agroforestiers en Afrique subsaharienne, figure Parkia biglobosa qui appartient à la famille des Fabaceae selon la classification du GBIF1. Cette espèce y occupe une place importante, en particulier dans les zones semi-arides et subhumides (Aubréville, 1950 ; Giffard, 1971 ; Boffa, 2000 ; Pélissier, 2008). Elle rend d’énormes services à une grande partie de la population rurale, le plus souvent, comme principale source de revenus et moyen efficace de lutte contre la pauvreté (Gutierrez et al., 2000 ; Boffa, 2000 ; Gnangle et al., 2010 ; Goudiaby, 2013 ; Koura et al., 2013 ; Dotchamou et al., 2016). Selon Thiombiano et al. (2010) et Koura et al. (2013) respectivement au Burkina Faso et au nord du Bénin, le parc agroforestier à P. biglobosa est caractérisé par une forte présence d’arbres relativement vieux et une faible régénération des peuplements. La vulnérabilité de ce type de parc est due à la péjoration climatique (Dotchamou et al., 2016) et aux pressions d’origine anthropique telles que la croissance démographique, les pratiques culturales inappropriées, la surexploitation des terres qui entraînent la destruction des arbres ou freinent la régénération, faisant peser de lourdes menaces sur le développement des parcs à P. biglobosa (Sina, 2006). Au Sénégal, le parc agroforestier à P. biglobosa n’a pas fait l’objet de nombreuses études. Les rares données scientifiques disponibles portent sur sa contribution à la réduction des risques de pauvreté des ménages (Goudiaby, 2013). C’est dans ce contexte que s’inscrit cette étude qui se propose de connaître la diversité floristique et de déterminer les paramètres structuraux du parc agroforestier dans les villages de Kagnobon et Mangagoulack.

Matériel et méthodes

Présentation de la zone d’étude

3La présente étude a été menée dans les villages de Kagnobon et Mangagoulack. Les deux villages se trouvent dans le département de Bignona, région de Ziguinchor. La région de Ziguinchor, qui correspond à la Province de la Basse Casamance, est limitée à l’est par la région de Sédhiou, à l’ouest par l’océan Atlantique, au nord par la République de Gambie et au sud par la République de Guinée-Bissau. Elle couvre une superficie de 7 339 km² soit 3,73 % du territoire national et comprend les départements de Ziguinchor, Oussouye et Bignona (Figure 1).

Figure 1. Carte de localisation des villages d’étude / Location map of study villages.

Figure 1. Carte de localisation des villages d’étude / Location map of study villages.
  • 2 Données issues de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie en 2019.

4La Basse Casamance appartient au domaine climatique sud soudanien côtier Sagna (2005) avec l’alternance de deux saisons bien différenciées. Une saison sèche qui va de novembre à mai (7 mois) et une saison pluvieuse qui va de juin à octobre (5 mois) avec un maximum diluvien en août. La pluviométrie moyenne annuelle calculée sur la série 1988-20182 est de 1352,65 mm ().

Figure 2. Variation de la pluviométrie dans la région de Ziguinchor de 1988 à 2018 / Rainfall variability in the Ziguinchor region from 1988 to 2018.

Figure 2. Variation de la pluviométrie dans la région de Ziguinchor de 1988 à 2018 / Rainfall variability in the Ziguinchor region from 1988 to 2018.

Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM), 2019.

5Le régime thermique de la région se caractérise par une température moyenne annuelle d’environ 27 °C. La moyenne mensuelle maximale à Ziguinchor (37 °C) se produit en avril, et la minimale (15,50 °C) en janvier. La végétation est constituée de forêts denses sèches mous forme de reliques, dominées par Erythrophleum guineense, Detarium senegalense, Malacantha alnifolia, Parinari excelsa, Pentaclethra macrophylla, Raphia sudanica, Carapa procera (MEPN, 2010). Les forêts-galeries occupent les vallées et sont caractérisées par des espèces telles que Elaeis guineensis, Erythrophleum guineense, Khaya senegalensis, Carapa procera, Alchornea cordifolia (MEPN, 2010).

Caractérisation du parc agroforestier

6La démarche méthodologique adoptée dans le cadre de ce travail consiste d’abord à l’identification et à la délimitation des champs. La délimitation est faite grâce aux points GPS pris tout autour des champs et est facilitée par la présence des digues délimitant chaque champ. L’acquisition des points GPS a permis de faire une cartographie des sites et de connaître leur superficie. Ainsi, le site identifié dans le village de Kagnobon couvre une superficie de 15 ha alors que celui de Mangagoulack couvre une superficie de 3 ha.

7La caractérisation du parc agroforestier à P. biglobosa est effectuée sur la base de relevés de végétation sur les deux sites. En effet, un inventaire systématique de tous les individus est fait grâce à la méthode du «  Plus Proche Individu  » (Niang, 2001 ; Diatta et al., 2009 ; Diatta, 2013 ; Faye, 2013). Cette méthode consiste d’abord à choisir au hasard un premier individu à inventorier. Ensuite, le choix des individus suivants à inventorier se fera suivant le plus proche individu sans tenir compte de la direction. Il s’agit pour chaque individu de procéder à son identification sur la base de son nom scientifique ou de son nom local et ensuite de prendre ses mesures dendrométriques. Ces données dendrométriques concernent la hauteur totale estimée de chaque individu, sa circonférence à 1,30 m du sol et le diamètre croisé de son houppier mesuré à l’aide d’un ruban mètre de 20 m. Les individus dont la circonférence du tronc à 1,30 m du sol est inférieure à 15 cm sont considérés comme de la régénération naturelle. Les observations quant à elles ont porté sur les traces d’activités humaines. Il s’agit surtout des coupes, des écorçages, des feux, des prélèvements de racines, des élagages et du pâturage.

8Les échantillons d’espèces non identifiées sur le terrain ont été collectés et mis dans des presses pour identification au département de biologie végétale de la faculté des sciences et techniques de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.

Traitement et analyse des données

9Les données recueillies sur le terrain sont soumises à un traitement puis à une analyse et interprétation. Pour cela, nous avons fait usage d’un tableur Excel pour le calcul des paramètres floristiques, dendrométriques et les représentations graphiques.

Paramètres floristiques

10Les caractéristiques floristiques sont déterminées à l’aide des indices de diversité. Il s’agit de la richesse spécifique (S), de l’indice de diversité de Shannon-Weaver (H), de l’indice d’équitabilité de Piélou (E) et l’indice de similarité (β) de Sørensen

Richesse spécifique (S)

11La richesse spécifique (S) exprime le nombre d’espèces présentes dans le parc. Les listes floristiques des deux (2) sites ont été dressées en calculant la fréquence spécifique (Fi) pour chaque espèce. Les espèces sont classées dans les différentes familles et genres auxquels elles appartiennent (Formule 1).

12Formule 1. Calcul de la fréquence spécifique

13ni =nombre d’individus de l’espèce
N =nombre d’individus total

Indice de Shannon-Weaver (H)

14L’indice de diversité de Shannon-Weaver noté H est exprimé en bit et est utilisé pour apprécier l’hétérogénéité et la diversité d’un biotope (Formule 2).

15Formule 2. Calcul de l’indice de diversité de Shannon-Weaver

16Pi =ni/N : abondance relative de l’espèce i dans l’échantillon total auquel appartient l’espèce.

17L’indice de Shannon-Weaver s’exprime en bit (s) par individu et varie de la plus faible diversité (0 bit) à (4,5 bits). H est minimal (égal à 0) si tous les individus du peuplement appartiennent à une seule et même espèce, H<2,5 =diversité faible ; 2,5≤H<4 =diversité moyenne ; H≥4 =diversité élevée.

Indice d’équitabilité de Piélou (E)

18L’indice d’équitabilité de Piélou permet d’évaluer le poids de chaque espèce dans l’occupation de l’espace (Formule 3).

19Formule 3. Calcul de l’indice d’équitabilité de Piélou E

20S =Nombre total des espèces
H =Indice de diversité de Shannon

21L’indice d’équitabilité de Piélou varie de 0 (dominance d’une espèce) à 1 (la répartition des individus entre les espèces est régulière). Il est très utile pour comparer les dominances potentielles entre stations.

Indice de similarité β de Sørensen

22L’indice de similarité β de Sørensen est utilisé pour des données binaires présence/absence ou réponse positive/négative. Il permet ainsi de mesurer l’existence d’une communauté entre deux groupements floristiques (Formule 4). Lorsque la valeur du coefficient est supérieure à 0,5, on considère qu’il y a une similarité entre les deux groupements comparés, on dit alors qu’il existe une communauté floristique entre les groupements en question (Faye, 2005 cité par Diédhiou et al., 2018).

23Formule 4. Calcul de l’indice de similarité de Sørensen

24(c) représente le nombre d’espèces communes aux deux groupements
(S1) nombre d’espèces propres au groupement 1
(S2) nombre d’espèces propres au groupement 2

Paramètres structuraux

25Les paramètres structuraux sont déterminés à l’aide des mesures et estimations prises sur le terrain. Ces paramètres sont la densité, la surface terrière, le taux de recouvrement, le taux de mortalité, la régénération et les structures horizontale et verticale.

La densité totale du parc

26La densité totale du parc correspond au rapport entre le nombre total d’individus présents dans le parc et la superficie totale inventoriée. Dans le cadre de ce travail, elle concerne les individus ayant une circonférence supérieure ou égale à 15 cm (Tchabi et Adechi, 2014). Elle est exprimée en nombre d’individus par unité de surface (ha) (Formule 5).

27Formule 5. Calcul de la densité totale du parc

La densité spécifique de P. biglobosa

28La densité spécifique correspond au nombre total d’individus de P. biglobosa par unité de surface (ha) et concerne les individus de P. biglobosa ayant une circonférence supérieure ou égale à 15 cm (Tchabi et Adechi, 2014) (Formule 6).

29Formule 6. Calcul de la densité spécifique

La surface terrière

30La surface terrière du parc correspond à la surface de toutes les sections transversales des troncs, à 1,30 m du sol, des individus de P. biglobosa dans la surface inventoriée (Dotchamou et al., 2016 ; Sagna et al., 2019). Elle est représentée par g et s’exprime en m2/ha (Formule 7).

31Formule 7. Calcul de la surface terrière

Le taux de recouvrement

32Le taux de couverture ou recouvrement est la proportion de la superficie de sol qui est recouverte par les couronnes des individus de P. biglobosa (Diedhiou et al., 2018). Il est obtenu à l’aide du diamètre moyen du houppier en faisant une projection vers le sol (Formule 8).

33Formule 8. Calcul du taux de recouvrement

Le taux de mortalité

34Le taux de mortalité est obtenu en multipliant par 100, le rapport entre le nombre d’individus morts (Nm) et le nombre total d’individus dans le peuplement (Nt) (Sagna et al., 2019) (Formule 9).

35Formule 9. Calcul du taux de mortalité

36Nm : Nombre d’individus morts
Nt : Nombre total d’individus dans le peuplement

Importance spécifique de la régénération de P. biglobosa

37L’importance spécifique de la régénération (ISR) d’une espèce est obtenue à partir du rapport en pourcentage entre l’effectif des jeunes plants d’une espèce et l’effectif total des jeunes plants dénombrés (Poupon, 1980 cité par Diedhiou et al., 2018 ; Sagna et al., 2019) (Formule 10).

38Formule 10. Calcul de l’importance spécifique de la régénération

Structures verticale et horizontale

39Les structures verticale et horizontale de la population de P. biglobosa ont été réalisées en fonction de la hauteur et du diamètre calculé à partir de la circonférence mesurée. Pour se faire, les individus sont rangés dans des classes d’amplitude 10 cm pour le diamètre et 5 m pour la hauteur. Chaque classe est représentée en fonction du nombre d’individus par unité de surface.

Résultats

40L’inventaire réalisé sur les deux sites de l’étude a permis de ressortir un ensemble de paramètres permettant de caractériser la flore et la végétation ligneuses du parc agroforestier à P. biglobosa. Ceux-ci sont liés à la diversité du parc, à la densité et au taux de recouvrement.

Analyse des caractéristiques de la flore ligneuse du parc agroforestier à P. biglobosa

41Les résultats de l’inventaire du parc agroforestier à P. biglobosa montrent une prédominance de la famille des Fabaceae aussi bien à Kagnobon qu’à Mangagoulack. Au total, 29 espèces appartenant à 27 genres et réparties dans 13 familles ont été recensées sur l’ensemble des deux sites. Cette richesse spécifique est variable d’un site à l’autre. En effet, sur le site de Kagnobon, 24 espèces réparties en 23 genres et 12 familles ont été inventoriées. Sur le site de Mangagoulack par contre, 18 espèces appartenant 17 genres et 7 familles ont été recensées.

42Sur le site du village de Kagnobon, les Fabaceae dominent avec principalement deux espèces. Il s’agit de P. biglobosa (36,11 %) et Faidherbia albida (25,23 %) (Figure 3).

Figure 3. Représentativité des familles sur le site de Kagnobon / Representativeness of families on the Kagnobon site.

Figure 3. Représentativité des familles sur le site de Kagnobon / Representativeness of families on the Kagnobon site.

43L’analyse de la figure 3 montre que les Fabaceae (7 espèces) sont dominantes avec 65,74 %. Elles sont suivies des Anacardiaceae (3 espèces) avec 12,27 % et des Arecaceae (2 espèces) avec 9,72 %. Les autres familles concernent essentiellement les Combretaceae (2 espèces) avec 3,47 %, les Moraceae (2 espèces) avec 2,55 %, les Meliaceae (2 espèces) avec 1,62 %, les Malvaceae (1 espèce) avec 1,39 %, les Bignoniaceae (1 espèce) avec 1,16 %, les Annonaceae (1 espèce) et les Sapotaceae (1 espèce) avec chacune 0,69 %, les Bombacaceae (1 espèce) avec 0,46 % et les Chrysobalanaceae (1 espèce) avec 0,23 % ().

Tableau 1. Composition floristique du parc agroforestier à P. biglobosa à Kagnobon / Floristic composition of P. biglobosa agroforestry parkland in Kagnobon.

Espèces

Genres

Familles

Fi (%)

Acacia ataxacantha DC.

Acacia

Fabaceae

0,46

Adansonia digitata L.

Adansonia

Bombacaceae

0,46

Anacardium occidentale L.

Anacardium

Anacardiaceae

5,09

Annona senegalensis Pers.

Annona

Annonaceae

0,69

Azadirachta indica A. Juss.

Azadirachta

Meliaceae

0,69

Borassus akeassii Bayton, Ouédr. & Guinko

Borassus

Arecaceae

4,86

Cassia sieberiana DC.

Cassia

Fabaceae

0,46

Cola cordifolia (Cav.) R. Br.

Cola

Malvaceae

1,39

Combretum glutinosum Perr. ex DC.

Combretum

Combretaceae

0,46

Dialium guineense Willd.

Dialium

Fabaceae

0,46

Elaeis guineensis Jacq.

Elaeis

Arecaceae

4,86

Erythrina senegalensis DC.

Erythrina

Fabaceae

0,69

Faidherbia albida (Delile) A.Chev.

Faidherbia

Fabaceae

25,23

Ficus iteophylla Miq.

Ficus

Moraceae

0,69

Ficus sycomorus var. gnaphalocarpa L.

Ficus

Moraceae

1,85

Khaya senegalensis (Desr.) A. Juss.

Khaya

Meliaceae

0,93

Malacantha alnifolia (Baker) Pierre

Malacantha

Sapotaceae

0,69

Mangifera indica L.

Mangifera

Anacardiaceae

6,94

Markhamia tomentosa (Benth.) K. Schum.

Markhamia

Bignoniaceae

1,16

Neocarya macrophylla (Sabine) Prance

Neocarya

Chrysobalanaceae

0,23

Parkia biglobosa (Jacq.) R.Br. ex G.Don

Parkia

Fabaceae

36,11

Piliostigma thonningii (Schumach.) Milne-Redh.

Piliostigma

Fabaceae

2,31

Spondias mombin L.

Spondias

Anacardiaceae

0,23

Terminalia macroptera Guill. & Perr.

Terminalia

Combretaceae

3,01

24

23

12

100

44Au niveau du site de Mangagoulack, les familles dominantes sont les Fabaceae et les Combretaceae ().

Figure 4. Représentativité des familles dans le site de Mangagoulack / Representativeness of families on the Mangagoulack site.

Figure 4. Représentativité des familles dans le site de Mangagoulack / Representativeness of families on the Mangagoulack site.

45L’analyse de la figure 4 montre que le peuplement du site de Mangagoulack est dominé par les familles des Fabaceae (7 espèces) avec 49,53 % et des Combretaceae (2 espèces) avec 32,71 %. Les Anacardiaceae, les Moraceae et les Arecaceae suivent avec des scores respectifs de 9,35 %, 5,14 % et 2,34 % du peuplement. Les familles des Meliaceae et des Verbenaceae occupent le bas du tableau avec un score de 0,47 % chacune (Tableau 2).

Tableau 2. Composition floristique du parc agroforestier à P. biglobosa à Mangagoulack / Floristic composition of P. biglobosa agroforestry parkland in Mangagoulack.

Espèces

Genres

Familles

Fi (%)

Anacardium occidentale L.

Anacardium

Anacardiaceae

7,01

Antiaris africana Engl.

Antiaris

Moraceae

0,47

Azadirachta indica A. Juss.

Azadirachta

Meliaceae

0,47

Borassus akeassii Bayton, Ouédr. & Guinko

Borassus

Arecaceae

2,34

Cassia sieberiana DC.

Cassia

Fabaceae

0,47

Chlorophora regia A.Chev.

Chlorophora

Moraceae

0,93

Combretum glutinosum Perr. ex DC.

Combretum

Combretaceae

21,96

Dialium guineense Willd.

Dialium

Fabaceae

1,40

Erythrina senegalensis DC.

Erythrina

Fabaceae

1,40

Faidherbia albida (Delile) A.Chev.

Faidherbia

Fabaceae

7,94

Ficus exasperata Vahl

Ficus

Moraceae

0,47

Ficus sycomorus var. gnaphalocarpa L.

Ficus

Moraceae

3,27

Parkia biglobosa (Jacq.) R.Br. ex G.Don

Parkia

Fabaceae

35,51

Piliostigma thonningii (Schumach.) Milne-Redh.

Piliostigma

Fabaceae

2,34

Prosopis africana (Guill. & Perr.) Taub.

Prosopis

Fabaceae

0,47

Spondias mombin L.

Spondias

Anacardiaceae

2,34

Terminalia macroptera Guill. & Perr.

Terminalia

Combretaceae

10,75

Vitex doniana Sweet.

Vitex

Verbenaceae

0,47

18

17

7

100

Indices de diversité : le calcul de l’indice de Shannon-Weaver donne des valeurs égales à 0,91 et 0,88 respectivement à Kagnobon et à Mangagoulack. Ces valeurs sont inférieures à 2,5 et témoignent d’une très faible diversité dans les deux sites. Ceci s’expliquerait par le fait que la plupart des individus des deux peuplements appartiennent à l’espèce P. biglobosa. Quant à l’indice de Piélou, il est relativement élevé sur l’ensemble des deux sites. Il est de 0,66 à Kagnobon et de 0,70 à Mangagoulack. Ces valeurs laissent apparaître une répartition plus ou moins régulière des individus entre les espèces.
Indice de similarité de Sørensen : la comparaison des deux sites par l’indice de Sørensen a donné une valeur β =0,62. Cette valeur est supérieure à 0,5 et montre qu’il existe une communauté floristique entre les deux sites. Ceci pourrait s’expliquer par le fait que les deux sites se trouvent dans la même zone écogéographique.

Analyse des caractéristiques de la végétation ligneuse du parc agroforestier à P. biglobosa

46Une analyse globale montre que les paramètres structuraux de la végétation ligneuse du parc agroforestier à P. biglobosa ont des valeurs plus élevées sur le site de Mangagoulack à l’exception de l’importance spécifique de la régénération et du taux de mortalité qui sont plus élevés sur le site de Kagnobon. Les résultats sont consignés dans le .

Tableau 3. Comparaison des paramètres structuraux du parc agroforestier à P. biglobosa / Comparison of the structural parameters of P. biglobosa agroforestry parkland.

Paramètres

Kagnobon

Mangagoulack

Densité réelle du parc (individus/ha)

28,8

71,33

Densité spécifique du P. biglobosa (individus/ha)

10,4

25,33

Surface terrière du parc (m2/ha)

5,12

5,18

Surface terrière de P. biglobosa (m2/ha)

2,16

2,22

Taux de recouvrement du parc (%)

22,8

28,53

Taux de recouvrement de P. biglobosa (%)

11,4

15,93

Taux de régénération du parc (%)

84,03

78,32

Importance spécifique de la régénération de P. biglobosa (%)

16,13

5,82

Taux de mortalité de P. biglobosa (%)

4,29

3,80

47Bien que le taux de régénération du parc soit très élevé au niveau des deux sites, il n’en est pas de même pour P. biglobosa. Son importance spécifique est plus faible sur le site de Mangagoulack (5,82 %) que sur le site de Kagnobon (16,13 %) (Figure 5). La mortalité est faible sur l’ensemble des deux sites.

Figure 5. Pied de P. biglobosa issu de la régénération naturelle / P. biglobosa plant from natural regeneration.

Figure 5. Pied de P. biglobosa issu de la régénération naturelle / P. biglobosa plant from natural regeneration.

Crédit photo : E. A. Diatta, 2018.

Analyse des structures horizontale et verticale de la végétation ligneuse du parc agroforestier à P. biglobosa

48Sur le site de Kagnobon, la structure horizontale de P. biglobosa est dominée par les gros individus alors que sur le site de Mangagoulack, les jeunes individus prédominent (Figure 6).

Figure 6. Structure horizontale de P. biglobosa /P. biglobosa horizontal structure.

Figure 6. Structure horizontale de P. biglobosa /P. biglobosa horizontal structure.

<10 : individus ayant un diamètre inférieur à 10 cm/species less than 10 cm in diameter
[10-20[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 10 cm et inférieur 20 cm/species with a diameter greater than or equal to 10 cm and less than 20 cm
[20-30[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 20 cm et inférieur 30 cm/species with a diameter greater than or equal to 20 cm and less than 30 cm
[30-40[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 30 cm et inférieur 40 cm/species with a diameter greater than or equal to 30 cm and less than 40 cm
[40-50[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 40 cm et inférieur 50 cm/species with a diameter greater than or equal to 40 cm and less than 50 cm
[50-60[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 50 cm et inférieur 60 cm/species with a diameter greater than or equal to 50 cm and less than 60 cm
[60-70[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 60 cm et inférieur 70 cm/species with a diameter greater than or equal to 60 cm and less than 70 cm
> =70 : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 70 cm/species with a diameter greater than or equal to 70 cm

49L’analyse de cette structure montre que dans le site de Kagnobon, les individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 70 cm sont dominants avec 1,73 individus/ha (Figure 7). Ils sont suivis des individus dont le diamètre est compris entre 40 et 60 cm avec des densités de 1,67 individus/ha pour la classe [50-60[ cm et 1,40 individus/ha pour la classe [40-50[ cm. Les classes de diamètre [60-70[ cm et [20-30[ cm arrivent à égalité avec une densité de 1,33 individus/ha. Les classes de diamètre [30-40[ cm, [10-20[ cm et <10 cm sont les moins représentées avec des densités respectives de 1,27 individus/ha, 1,20 individus/ha et 0,47 individus/ha. Sur le site de Mangagoulack par contre, la structure horizontale est caractérisée par une dominance des jeunes individus avec des diamètres inférieurs à 50 cm. Les plus représentés sont les individus appartenant à la classe de diamètre [10-20[ cm avec 5,67 individus/ha. Les classes de diamètre [30-40[ cm, <10, [20-30[ cm et [40-50[ cm suivent avec respectivement des densités de 4,67 individus/ha, 4,33 individus/ha, 4 individus/ha et 3,67 individus/ha. Les individus les moins représentés appartiennent aux classes [50-60[ cm avec 2 individus/ha et >70 cm avec 1 individu/ha. La classe de diamètre [60-70[ cm n’est pas représentée.

Figure 7. Taille de troncs de P. biglobosa à Kagnobon / Trunk size of P. biglobosa in Kagnobon.

Figure 7. Taille de troncs de P. biglobosa à Kagnobon / Trunk size of P. biglobosa in Kagnobon.

Crédit photo : E. A. DIATTA, 2018.

50La structure verticale est dominée dans les deux sites par les individus de la classe de hauteur [10-15[ m (Figure 8).

Figure 8. Structure verticale de P. biglobosa / Vertical structure of P. biglobosa.

Figure 8. Structure verticale de P. biglobosa / Vertical structure of P. biglobosa.

<5 : individus ayant une hauteur inférieure à 5 m/species less than 5 m in height
[5-10[ : individus ayant une hauteur supérieure ou égale à 5 et inférieure à 10 m/species with a height of 5 or more but less than 10 m
[10-15[ : individus ayant une hauteur supérieure ou égale à 10 et inférieure à 15 m/species with a height of 10 or more but less than 15 m
[15-20[ : individus ayant une hauteur supérieure ou égale à 15 et inférieure à 20 m/species with a height of 15 or more but less than 20 m
> =20 : individus ayant une hauteur supérieure ou égale à 20 m/species with a height greater than or equal to 20 m

51L’analyse de la structure verticale montre que les classes de hauteur les plus représentées à Kagnobon sont les classes [10-15[ m, [15-20[ m et [5-10[ m avec des densités respectives de 4,53 individus/ha, 3 individus/ha et 2,27 individus/ha. Les individus de hauteur inférieure à 5 m occupent une densité de 0,40 individus/ha alors que ceux de hauteur supérieure ou égale à 20 m sont les moins présents avec une densité de 0,20 individus/ha. À Mangagoulack, les individus dont la hauteur est comprise entre 5 m et 15 m sont dominants. Les individus les plus présents appartiennent à la classe de hauteur [10-15[ m avec 14,33 individus/ha. Ceux appartenant à la classe [5-10[ m suivent avec 7,67 individus/ha. Les classes de hauteur les moins représentées sont les classes >5 m et [15-20[ m avec respectivement 2 individus/ha et 1 individu/ha. Les individus de hauteur supérieure ou égale à 20 m ne sont pas représentés.

Discussion

Caractéristiques de la flore ligneuse du parc agroforestier à P. biglobosa

52Il ressort de cette étude que la flore ligneuse du parc agroforestier à P. biglobosa est riche de 29 espèces réparties en 27 genres et appartenant à 13 familles sur l’ensemble des deux sites. La famille des Fabaceae est la famille la plus représentée dans les deux sites avec 8 espèces. Cette richesse spécifique est moins importante par rapport à celle des parcs agroforestiers de l’arrondissement de Tendouck (Basse Casamance) et celle des parcs agroforestiers de la zone de Mar Fafaco (Fatick). Cette différence s’expliquerait par le fait que ces auteurs ont inventorié un échantillon plus grand que celui de la présente étude. En effet, dans les parcs agroforestiers de l’arrondissement de Tendouck, Coly et al. (2020) ont enregistré 53 espèces réparties en 45 genres et 20 familles et une prédominance de la famille des Fabaceae dans une superficie de 24,5 ha. Alors que dans la zone de Mar Fafaco, l’examen global de la flore ligneuse des champs a permis à Diédhiou et al. (2014) de noter 54 espèces réparties en 43 genres et appartenant à 24 familles dans une superficie de 33,75 ha. Au Bénin, Dotchamou et al. (2016) ont recensé un nombre d’espèces compris entre 10 et 40 sur douze sites différents dans une superficie de 48 ha. Les parcs agroforestiers de Kagnobon et Mangagoulack ont une diversité très faible contrairement à ceux de l’arrondissement de Tendouck et ceux des terroirs de Saré Yorobana (Kolda) et Keur Birame (Kaffrine) au Sénégal. Dans l’arrondissement de Tendouck, Coly et al. (2020) ont trouvé un indice de Shannon de 3,91 et un indice de Pielou de 0,79 avec une richesse spécifique de 53 espèces alors que dans les terroirs de Saré Yorobana et Keur Birame, Diédhiou et al. (2018) ont trouvé des indices de Shannon-Weaver respectifs de 2,98 bits et 2,58 bits avec une richesse spécifique de 38 espèces pour chaque site. Par contre les valeurs de l’indice de Pièlou trouvées sur les mêmes sites sont inférieures à ceux de la présente étude. Ils sont de l’ordre de 0,26 à Saré Yorobana et de 0,24 à Keur Birame. Les valeurs des indices de diversité obtenues dans les sites de la présente étude sont inférieures de celles trouvées par Wala et al. (2005). Ceux-ci ont trouvé des indices de Shannon-Weaver et d’équitabilité de Piélou respectivement égal à 1,7 bit et 0,65 avec une richesse spécifique de 9 espèces sur le site de Baga (Togo). En termes d’effectifs, P. biglobosa est suivi de F. albida avec une fréquence de 25,23 % sur le site de Kagnobon alors que sur le site de Mangagoulack, P. biglobosa est suivi de Combretum glutinosum avec une fréquence de 21,96 %. Ces résultats sont similaires à ceux de Wala et al. (2005) par rapport aux écarts de fréquences. Ces derniers ont trouvé des parcs à P. biglobosa (44,6 %) et Vitellaria paradoxa (48,2 %) et des parcs à P. biglobosa (51,8 %) et Adansonia digitata (29,5 %). C’est dans ce sens qu’ils les ont dénommés sous le vocable de «  parc mixte  ». Par ailleurs, Baumer (1994) stipule que P. biglobosa est souvent mélangé à F. albida (surtout au Sénégal). Il ajoute que P. biglobosa est souvent dominant dans la forêt sèche soudanienne et il semble que l’écart d’artificialisation entre la forêt naturelle et le parc agroforestier ne soit pas grand. Ceci pourrait donc être le résultat d’un long processus de sélection qui s’est déroulé dans le temps, qui explique en partie la faible diversité dans les deux sites. En effet, ce processus de sélection amène les paysans à identifier les espèces les plus importantes pour eux au détriment des autres. En effet, Smektala et al. (2005) affirment que la composition des parcs agroforestiers est surtout fonction des besoins des populations. Les paysans procèdent également à une amélioration de la composition floristique en introduisant d’autres espèces comme Anacardium occidentale (Figure 9).

Figure 9. Jeune pied de Anacardium occidentale / Anacardium occidentale young plant.

Figure 9. Jeune pied de Anacardium occidentale / Anacardium occidentale young plant.

Crédit photo : E. A. Diatta, 2018.

Caractéristiques de la végétation ligneuse du parc agroforestier à P. biglobosa

53Sur l’ensemble des deux sites, la surface terrière (5,18 m2/ha) et le taux de recouvrement (28,53 %) sont plus importants sur le site de Mangagoulack que sur le site de Kagnobon (5,12 m2/ha et 22,8 %). Les valeurs de ces deux paramètres sont plus importantes que celles trouvées par Coly et al. (2020) dans l’arrondissement de Tendouck et celles trouvées par Diédhiou et al. (2018) dans les villages de Saré Yorobana et Keur Birame. De même, la surface terrière spécifique (2,22 m2/ha) et le recouvrement spécifique (15,93 %) de P. biglobosa sont plus importants sur le site de Mangagoulack que sur le site de Kagnobon (2,16 m2/ha et 11,4 %). Dans ce dernier site, la surface terrière de P. biglobosa représente quasiment la moitié de la surface terrière globale. Ceci pourrait s’expliquer par le fait que les individus de l’espèce ont majoritairement un diamètre très important. Par ailleurs, les valeurs de la surface terrière sont en dessous de celles trouvées par Dotchamou et al. (2016). Celles-ci sont comprises entre 2,75 et 10,12 m2/ha. La régénération du peuplement ligneux du parc agroforestier à P. biglobosa est importante sur l’ensemble des deux sites. Elle est de l’ordre de 84,03 % sur le site de Kagnobon et 78,32 % sur le site de Mangagoulack. Par contre, l’importance spécifique de la régénération de P. biglobosa reste faible sur les deux sites même si elle est plus importante sur celui de Kagnobon (16,13 %). Ce résultat corrobore ceux de certains auteurs selon qui les parcs à P. biglobosa sont caractérisés par une faible régénération de leur peuplement (Thiombiano et al., 2010 ; Koura et al., 2013). Cette faiblesse de la régénération de P. biglobosa pourrait être liée à certains facteurs tels que le passage noté des feux de végétation, au bétail et surtout à la collecte des graines pour le commerce et/ou la transformation. En effet, selon Niang (2001) et Niang-Diop (2005), la faiblesse de la régénération naturelle de l’espèce dans la forêt Classée de Fathala (Parc national du Delta du Saloum, Sénégal) pourrait être due à des facteurs limitants liés à la graine, au feu, au pâturage et à l’exploitation des fruits qui réduit le stock de semences. La mortalité de P. biglobosa quant à elle, reste faible sur l’ensemble des deux sites. Elle est de l’ordre de 4,29 % sur le site de Kagnobon et 3,80 % sur le site de Mangagoulack.

Structures horizontale et verticale de P. biglobosa

54La structure horizontale de la population de P. biglobosa est dominée par les individus de moins de 50 cm de diamètre sur le site de Mangagoulack contrairement au site de Kagnobon où les individus de plus de 50 cm de diamètre prédominent. En effet, la structure trouvée sur le site de Mangagoulack est proche de celle trouvée par Moussa et al. (2015) pour P. africana. Wala et al. (2005) ont trouvé sur le site de Baga (Togo) un parc beaucoup plus jeune avec des individus dont le diamètre tourne autour de 5 cm. Ce qui montre le caractère jeune de cette population sur le site de Mangagoulack et les difficultés des individus à atteindre l’âge adulte. Sur le site de Kagnobon par contre, les individus ayant plus de 70 cm sont les mieux représentés avec une faible proportion des jeunes individus. Ces résultats sont proches de ceux de Koura et al. (2013) qui ont trouvé des sous-populations de P. biglobosa au nord du Bénin dont la classe de diamètre la plus représentée est la classe [50-60[ cm. Selon lui, la structure horizontale de ces différentes sous-populations montre une faible densité des pieds de P. biglobosa dans les classes de diamètre inférieures. Au Burkina Faso, Thiombiano et al. (2010) ont trouvé que la structure des populations de P. biglobosa est caractérisée par une prédominance de vieux individus (individus de plus de 50 cm de diamètre) avec une forte proportion d’individus ayant des diamètres supérieurs à 75 cm. Ouédraogo (1995) à son tour avance que, de manière générale, les populations sont caractérisées par de grands arbres à gros diamètre, généralement vieillissants et peu productifs. La structure verticale quant à elle, est dominée par les individus de la classe [10-15[ m sur l’ensemble des deux sites. Cette structure est comparable à celle trouvée par Moussa et al. (2015) pour les parcs agroforestiers à P. africana et à F. albida.

Conclusion

55Cette étude a permis de caractériser la flore et la végétation ligneuses du parc agroforestier à P. biglobosa en Basse Casamance. Cette caractérisation, faite à travers un inventaire systématique de la flore et de la végétation ligneuses des champs de culture, a permis de recenser 29 espèces appartenant à 27 genres et réparties dans 13 familles sur l’ensemble des deux sites. Les familles les plus représentées sont les Fabaceae, les Anacardiaceae, les Combretaceae, et les Arecaceae. Les structures laissent apparaître un peuplement vieillissant avec une faible régénération naturelle par endroit. Cette faiblesse de la régénération serait principalement liée à l’action des feux de végétation et à l’exploitation des graines qui devraient servir de semences. Cette étude pourrait être étendue aux zones de jachères afin de voir et comparer le comportement de l’espèce par rapport aux zones de cultures. Aussi, il serait opportun de consentir plus d’efforts pour le maintien de P. biglobosa dans les champs à travers différentes stratégies de gestion durables telles que la régénération naturelle assistée (RNA).

Haut de page

Bibliographie

Abdoulaye, B., A.B. Bechir et P.M. Mapongmetsem, 2017, Utilités socioéconomiques et culturelles du Balanites aegyptiaca (L.) Del. (Famille Zygophyllaceae) chez les populations locales de la Région du Ouaddaï au Tchad. Journal of Applied Biosciences 111, pp. 10854-10866.

Aubréville, A., 1950, Flore forestière soudano-guinéenne  : AOF, Cameroun, AEF. Société d’éditions géographiques.

Baumer, M., 1994, Forêts-parcs ou parcs arborés. Bois et Forêts des tropiques, 2e trimestre, 16.

Boffa, J.-M., 2000, Les parcs agroforestiers en Afrique de l’Ouest : clés de la conservation et d’une gestion durable. Unasylva 200, 51, pp. 11-17.

Camara, B., B. Sagna, D. Ngom, M. Niokane et Z.D. Gomis, 2017, Importance socioéconomique de Elaeis guineensis Jacq. (Palmier à huile) en Basse-Casamance (SENEGAL), European Scientific Journal 13 (12), pp. 214-230.

Coly, I., T.C. Diatta, D. Ngom, A. Badji et O. Gueye, 2020, Caractéristiques de la flore et de la végétation ligneuses des parcs agroforestiers de l’arrondissement de Tendouck (Basse Casamance, Sénégal). International Journal of Biological and Chemical Sciences 14 (5), pp. 1558–1575.

Diatta, A.A., N. Ndour, A. Manga, B. Sambou, C.S. Faye, L. Diatta, A. Goudiaby, C. Mbow et S.D. Dieng, 2016a, Services écosystémiques du parc agroforestier à Cordyla pinnata (Lepr. ex A. Rich.) Milne-Redh. dans le Sud du Bassin Arachidier (Sénégal), International Journal of Biological and Chemical Sciences 10 (6), 2511-2525.

Diatta, A.A., N. Ndour, A. Manga, B. Sambou, C.S. Faye, L. Diatta et C. Mbow, 2016b, Composition floristique et dynamique du parc agroforestier à Cordyla pinnata (Lepr. ex A. Rich.) Milne-Redh. dans le Sud du Bassin Arachidier (Sénégal), International Journal of Biological and Chemical Sciences 10 (4), pp. 1805–1822.

Diatta, C.D., M. Guèye, S. Koma et L.E. Akpo, 2009, Diversité de la flore et de la végétation ligneuses de la Réserve de Ngazobil (Joal­‐Fadiouth) au Sénégal. J. Sci. 9 (3), pp. 1-13.

Diatta, É.A., S.D. Dieng, F. Niang-Diop, A. Goudiaby et B. Sambou, 2020, Importance socio-économique de Parkia biglobosa (Jacq) R. Br. Ex G. Don (néré) dans le système agroforestier en Basse Casamance, Sénégal. Afrique science 17 (4), pp. 1–17.

Diatta, E.A., B. Sagna, 2013, Caractérisation et modes d’exploitation des parcs à Elaeis guineensis, Jacq. (Palmier à huile) en Basse Casamance  : cas des villages de Carounate et de Djiguinoume, Mémoire de Licence, Université Assane Seck de Ziguinchor, Ziguinchor, Sénégal, 50 p.

Diatta, L., 2013, Contribution à la connaissance de l’état, de la dynamique et des services écosystémiques du parc agroforestier à Faidherbia albida (Del.) A. Chev. dans la communauté rurale de Réfane/Région de Diourbel, Mémoire de Master, Institut des Sciences de l’Environnement, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Dakar, Sénégal.

Diédhiou, M.A., E. Faye, D. Ngom, M.A. Touré, 2014, Identification et caractérisation floristiques des parcs agroforestiers du terroir insulaire de Mar Fafaco (Fatick, Sénégal), Journal of Applied Biosciences 79, pp. 6855 – 6866.

Diédhiou, M.A.A., E. Faye, D. Ngom et S. Fall, 2018, Caractérisation de la flore et de la végétation ligneuse des terroirs villageois de Keur Birame (Kaffrine) Et Saré Yorobana (Kolda) au Sénégal. European Scientific Journal 14 (21), pp. 391-409.

Dieng, S.D., M. Diop, A. Goudiaby, F. Niang-Diop, L.C. Faye, I. Guiro, S. Sambou, A.M. Lykke et B. Sambou, 2016, Caractérisation des services écosystémiques fournis par Cordyla pinnata dans la périphérie de la Forêt classée de Patako au Sénégal, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 16 numéro 2 | septembre 2016, URL : http://journals.openedition.org/vertigo/17634 ; DOI : https://doi.org/10.4000/vertigo.17634

Dotchamou, O.F.T., G. Atindogbe, A.F. Azihou et H.N. Fonton, 2016, Caractérisation de la répartition spatiale des arbres de Parkia biglobosa (Jacq.) R. BR. au Bénin. Science de la vie, de la terre et agronomie 4 (01), pp. 59-67.

Faye, C.S., 2013, Analyse spatiale et modélisation des stocks de carbone pour le suivi de la dynamique des parcs arborés à Cordyla pinnata (Lepr. Ex A.Rich.) Milne-Redh de la communauté rurale de Keur Samba Guèye (Région de Fatick, Sénégal), Mémoire de Master, Institut des Sciences de l’Environnement, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Dakar, Sénégal.

Giffard, P.L., 1971, Le rôle des arbres dans l’alimentation humaine. Dans  : L’arbre dans le paysage sénégalais, Sylviculture en zone tropicale sèche., Centre technique forestier tropical. ed. Dakar, Sénégal.

Gnangle, P.C., R. Glelekakaï, M. Oumorou, K. N’djolosse, W. Bonou et N. Sokpon, 2010, Tests de croissance de jeunes plants de néré Parkia biglobosa Jack, R. Br.) en pépinière. International Journal of Biological and Chemical Sciences 4 (6), pp. 1939-1952.

Goudiaby, M., 2013, Les parcs agroforestiers en Basse Casamance : Contribution du Parkia biglobosa (néré) à la réduction des risques de pauvreté des ménages de la communauté rurale de Mangagoulack, au Sénégal, Mémoire de Master, Université de Laval, Québec, Canada.

Gutierrez, M.-L., P. Maïzi, M.C. Nago et J. Hounhouigan, 2000, Productions et commercialisation de l’afitin fon dans la région d’Abomey-Bohicon au Bénin : un exemple d’intégration des femmes dans la filière du néré. CIRAD, Montpellier.

Koura, K., Y. Mbaide et J. Ganglo, 2013, Caractéristiques phénotypique et structurale de la population de Parkia biglobosa (Jacq.) R. Br. du Nord-Bénin. International Journal of Biological and Chemical Sciences 7 (6), pp. 2409-2425.

Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature (MEPN), 2010. Quatrième rapport national sur la mise en œuvre de la convention sur la diversité biologique.

Moussa, M., L. Mahamane et M. Saadou, 2015, Caractérisation des peuplements ligneux des parcs à Faidherbia albida (Del) A. Chev. et à Prosopis africana (Guill., Perrot et Rich.) Taub. du Centre-Sud Nigérien. Journal of Applied Biosciences 94, pp. 8890-8906

Niang, F., 2001, Etat et dynamique annuelle de la régénération naturelle de Bombax costatum Pell. et Vuill., Cordyla pinnata (Lepr.) Miln. Red., Parkia biglobosa (Jacq.) Benth., Prosopis africana (Guill., Perrot et Rich.)Taub et Pterocarpus erinaceus Poir. dans la forêt de Fathala (Parc National du Delta du Saloum) Sénégal, Mémoire de DEA, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Sciences et Techniques, Institut des Sciences de l’Environnement, Dakar, Sénégal.

Niang-Diop, F., 2005, Etude de facteurs limitant la régénération naturelle de Bombax costatum Pell. et Vuill., Cordyla pinnata (Lepr.) Miln. Red., Parkia biglobosa (Jacq.) Benth., Prosopis africana (Guill., Perrot et Rich.)Taub et Pterocarpus erinaceus Poir. dans la forêt de Fathala (Parc National du Delta du Saloum) Sénégal (Thèse de troisième cycle). Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Sciences et Techniques, Institut des Sciences de l’Environnement, Dakar, Sénégal.

Ouédraogo, A.-S., 1995, Parkia biglobosa (Leguminosae) en Afrique de l’Ouest : Biosystématique et Amélioration. Wageningen University, Institute for Forestry and Nature Research, IBN-DLO.

Pélissier, P., 2008, Les Paysans du Sénégal : les civilisations agraires du Cayor à la Casamance. Version électronique de l’ouvrage paru sous le même titre : Saint-Yrieix, Fabrègue  : 939 p., Dakar, UCAD - Département d’Histoire, Dakar-Paris, 537 p., 74 figures et 64 planches.

Sagna, B., 2016, Paramètres structuraux, modes de gestion et importance socioéconomique des parcs agroforestiers à Elaeis guineensis Jacq. (Palmier à huile) en Basse-Casamance (Mémoire de Master). Université Assane Seck de Ziguinchor, Ziguinchor, Sénégal.

Sagna, B., D. Ngom, B. Camara, A. Sambou, M. Diedhiou, M. Goudiaby, A. Mane, Y. Coq, 2019, Ecological Characterization of Elaeis guineensis Jacq. Agroforestry Parklands in the Cacheu Region (Guinea Bissau). American Journal of Agriculture and Forestry 7 (6), pp. 321–329.

Sagna, P., 2005, Dynamique du Climat et son évolution récente dans la partie Ouest de l’Afrique occidentale, Thèse de Doctorat, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal.

Samaké, O., J.M. Dakouo, A. Kalinganire, J. Bayala et B. Koné, 2011, Régénération naturelle assistée-Gestion des arbres champêtres au Sahel, Manuel technique No. N° 16, World Agroforestry Centre (ICRAF), Naïrobi.

Sina, S., 2006, Reproduction et diversité génétique chez Parkia biglobosa (Jacq.) G. Don. (Doctorat). Wageningen University.

Smektala, G., R. Peltier, N. Sibelet, M. Leroy, R. Manlay, C.F. Njiti, M. Ntoupka, A. Njiemoun, O. Palou et Tapsou, 2005, Parcs agroforestiers sahéliens  : de la conservation à l’aménagement. Vertigo 16 (2), pp. 1-13.

Tchabi, V., K. Adechi, 2015, Occupation des terres, typologie et structure des faciès de végétation à Vitellaria paradoxa (Gaertn F.) de la Commune de Toukountouna au Nord – Bénin. International Journal of Biological and Chemical Sciences 8 (4), pp. 1684-1696.

Thiombiano, D.N.E., N. Lamien, S.D. Dibong, I.J. Boussin, 2010, Etat des peuplements des espèces ligneuses de soudure des communes rurales de Pobé-Mengao et de Nobéré (Burkina Faso). Journal of Animal & Plant Sciences 9 (1), pp. 1104- 1116.

Wala, K., B. Sinsin, K.A. Guelly, K. Kokou et K. Akpagana, 2005, Typologie et structure des parcs agroforestiers dans la préfecture de Doufelgou (Togo), Sécheresse 16 (3), pp. 209-216.

Haut de page

Notes

1 [ en ligne] URL : www.gbif.org

2 Données issues de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie en 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de localisation des villages d’étude / Location map of study villages.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 2. Variation de la pluviométrie dans la région de Ziguinchor de 1988 à 2018 / Rainfall variability in the Ziguinchor region from 1988 to 2018.
Crédits Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM), 2019.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-3.png
Fichier image/png, 1,7k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-4.png
Fichier image/png, 1,7k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-5.png
Fichier image/png, 1,1k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-6.png
Fichier image/png, 1,2k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-7.png
Fichier image/png, 4,1k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-8.png
Fichier image/png, 5,0k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-9.png
Fichier image/png, 3,6k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-10.png
Fichier image/png, 3,4k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-11.png
Fichier image/png, 2,2k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-12.png
Fichier image/png, 4,5k
Titre Figure 3. Représentativité des familles sur le site de Kagnobon / Representativeness of families on the Kagnobon site.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 4. Représentativité des familles dans le site de Mangagoulack / Representativeness of families on the Mangagoulack site.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 5. Pied de P. biglobosa issu de la régénération naturelle / P. biglobosa plant from natural regeneration.
Crédits Crédit photo : E. A. Diatta, 2018.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 6. Structure horizontale de P. biglobosa /P. biglobosa horizontal structure.
Légende <10 : individus ayant un diamètre inférieur à 10 cm/species less than 10 cm in diameter[10-20[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 10 cm et inférieur 20 cm/species with a diameter greater than or equal to 10 cm and less than 20 cm[20-30[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 20 cm et inférieur 30 cm/species with a diameter greater than or equal to 20 cm and less than 30 cm[30-40[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 30 cm et inférieur 40 cm/species with a diameter greater than or equal to 30 cm and less than 40 cm[40-50[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 40 cm et inférieur 50 cm/species with a diameter greater than or equal to 40 cm and less than 50 cm[50-60[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 50 cm et inférieur 60 cm/species with a diameter greater than or equal to 50 cm and less than 60 cm[60-70[ : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 60 cm et inférieur 70 cm/species with a diameter greater than or equal to 60 cm and less than 70 cm> =70 : individus ayant un diamètre supérieur ou égal à 70 cm/species with a diameter greater than or equal to 70 cm
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 7. Taille de troncs de P. biglobosa à Kagnobon / Trunk size of P. biglobosa in Kagnobon.
Crédits Crédit photo : E. A. DIATTA, 2018.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 8. Structure verticale de P. biglobosa / Vertical structure of P. biglobosa.
Légende <5 : individus ayant une hauteur inférieure à 5 m/species less than 5 m in height[5-10[ : individus ayant une hauteur supérieure ou égale à 5 et inférieure à 10 m/species with a height of 5 or more but less than 10 m[10-15[ : individus ayant une hauteur supérieure ou égale à 10 et inférieure à 15 m/species with a height of 10 or more but less than 15 m[15-20[ : individus ayant une hauteur supérieure ou égale à 15 et inférieure à 20 m/species with a height of 15 or more but less than 20 m> =20 : individus ayant une hauteur supérieure ou égale à 20 m/species with a height greater than or equal to 20 m
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 9. Jeune pied de Anacardium occidentale / Anacardium occidentale young plant.
Crédits Crédit photo : E. A. Diatta, 2018.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/28668/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Arnaud Diatta, Bienvenu Sambou, Fatimata Niang-Diop et Malaïny Diatta, « Caractérisation du parc agroforestier à Parkia biglobosa (Jacq.) R. Br. Ex G. Don en Basse Casamance (Sénégal) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, 2021, mis en ligne le 01 février 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/28668

Haut de page

Auteurs

Éric Arnaud Diatta

Institut des sciences de l’environnement, Faculté des sciences et techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, courriel : ericarnaud.diatta@gmail.com

Bienvenu Sambou

Maître de conférences, Directeur de l’Institut des sciences de l’environnement, Faculté des sciences et techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, courriel : bienvenu.sambou@ucad.edu.sn

Articles du même auteur

Fatimata Niang-Diop

Maître-assistante, Institut des sciences de l’environnement, Faculté des sciences et techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, courriel : faniangdiop@live.fr

Articles du même auteur

Malaïny Diatta

Maître de recherches, Institut des sciences de l’environnement, Faculté des sciences et techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, courriel : djinkadiatta@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search